Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'échange

 | 
François Brizay

Un laboratoire : l'État, la guerre et les affaires diplomatiques

Les renseignements transmis à l’ambassadeur de France à Rome par ses informateurs français à Naples et à Messine (1706-1724)

François Brizay

Texte intégral

1À partir des dépêches adressées par le personnel consulaire français, en poste à Naples et en Sicile, au chargé d’affaires du roi de France à Rome entre 1706 et 1724, il est possible d’étudier le réseau des informateurs des consuls, les problèmes que leur posaient leurs sources, et deux thèmes qui occupent une place importante dans leur correspondance : la guerre et ce qu’en disait lopinion publique.

2La période qui court de 1706 à 1724 connut une grande activité diplomatique et militaire. Les diplomates et les consuls français en poste dans le sud de l’Italie furent en effet les contemporains de la guerre de Succession d’Espagne, des manœuvres diplomatiques et militaires d’Alberoni et de la guerre turco-vénitienne de 1715-1718.

Présentation du corpus

  • 1 Sous Louis XIV et pendant la première partie du règne de Louis XV, les cardinaux nommés à Rome por (...)
  • 2 Il avait été créé cardinal le 17 mai 1706 par Clément XI, la veille de sa nomination à l’ambassade (...)
  • 3 Tencin fut une nouvelle fois chargé d’affaires à Rome du 28 octobre 1739 au 30 juin 1742, date à l (...)

3Le corpus de cette étude est composé des 1 006 dépêches que dix correspondants français en poste à Naples et en Sicile écrivirent à deux diplomates qui furent ambassadeurs du roi de France à Rome, sans en porter le titre1, au début du XVIIIe siècle : le cardinal Joseph-Emmanuel de La Trémoille (1660-1720) (frère de la princesse des Ursins), du 18 mai 17062 au 9 janvier 1720, date de sa mort, et l’abbé Pierre Guérin de Tencin (1679-1758), du 6 novembre 1721 au 5 octobre 17243.

  • 4 Le Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN), ouvert depuis 1987, conserve les archives r (...)
  • 5 Le père Pierre-François Lafitau (1685-1764) était un jésuite qui s’installa à Rome en juillet 1715 (...)

4Ces deux diplomates ont laissé à l’ambassade de France à Rome les dépêches qu’ils ont reçues pendant leur mission. Ces documents sont actuellement conservés au CADN, à Nantes4. Ils ne forment pas une série continue, car ils ne couvrent pas la période allant de février 1720 au début novembre 1721 qui correspond à l’ambassade du père Lafitau5. Ce dernier quitta Rome avec toutes ses archives car, au début du XVIIIe siècle, les diplomates considéraient encore les lettres qu’ils recevaient comme des documents personnels qu’ils pouvaient emporter avec eux quand ils quittaient leur poste.

5Pendant le premier quart du XVIIIe siècle, le chargé d’affaires du roi à Rome était au centre d’un réseau de diplomates et de consuls qui étaient autant d’informateurs attitrés chargés de lui adresser des dépêches à un rythme variable selon le poste. Ce sont ses correspondants français qui lui écrivaient le plus. Parmi eux figuraient des ambassadeurs et des chargés d’affaires dont la plupart étaient en poste en Italie, au nord des États du pape, notamment dans la plaine du Pô qui restait un enjeu entre la France, la Monarchie espagnole et la Monarchie autrichienne. La Trémoille et Tencin recevaient donc régulièrement des dépêches des diplomates français en poste auprès du roi de Sardaigne, du gouverneur du Milanais, de la République de Gênes, de la République de Venise et du grand-duc de Toscane.

6Le chargé d’affaires à Rome entretenait aussi une correspondance avec des diplomates français en poste hors d’Italie : l’ambassadeur nommé à Ratisbonne auprès de la diète du Saint-Empire, le chargé d’affaires à Vienne et les deux diplomates nommés en Suisse qu’étaient le chargé d’affaires auprès des XIII cantons et l’ambassadeur auprès de la ligue des Grisons. Il recevait également un courrier régulier de l’ambassadeur de France à Constantinople qui servait d’intermédiaire entre les missionnaires catholiques et les chrétiens uniates, d’une part, et la Congrégation de Propaganda Fide qui était censée les défendre, d’autre part.

  • 6 Consulat créé en 1711 en raison de la foire annuelle de juillet.
  • 7 Le premier ambassadeur à Naples, de 1735 à 1739, fut Louis-Philogène Brûlart (1702-1771), comte, p (...)
  • 8 Galasso G., Alla periferia dell’impero. Il Regno di Napoli nel periodo spagnolo (secoli XVI-XVII), (...)
  • 9 Nettuno est un petit port du Latium situé à une quarantaine de kilomètres au sud de Rome. Au XVIII(...)
  • 10 Porto Longone est l’actuel Porto Azzuro, sur la côte orientale de l’île d’Elbe. Les Espagnols s’en (...)
  • 11 Durazzo est l’actuel Durrës sur la côte septentrionale de la république d’Albanie. Ce port passa s (...)

7Outre les dépêches de ses homologues, il recevait régulièrement celles du personnel consulaire au service du roi de France. La plupart de ces agents écrivaient d’Italie : de Gênes, de Venise, de Livourne, des États pontificaux (Ancône, Senigallia6, Civitavecchia), de Messine et de Naples. Bien que le royaume de Naples fût un État vaste et peuplé, à l’échelle de l’Italie, le roi de France n’y nomma pas d’ambassadeur avant 1735, date à laquelle don Carlos s’en empara au détriment de la maison de Habsbourg7. Jusqu’alors, le Regno était, aux yeux de la diplomatie française, un État « à la périphérie de l’empire » espagnol, puis autrichien, pour reprendre l’expression de Giuseppe Galasso8. S’ajoutaient à cette correspondance les lettres épisodiques d’informateurs qui écrivaient de différentes villes des États du pape (Ravenne, Bologne, Lorette, Nettuno9, Viterbe), mais également de Porto Longone10, de Cagliari (1706-1707) et de Sassari (1706) en Sardaigne, de Durazzo11, ainsi que de divers postes consulaires de la Méditerranée ottomane : Tripoli de Barbarie, Le Caire, Seyde, Chio, Naxos, Jérusalem, Alep.

  • 12 Morel-Fatio A. et Léonardon H., Recueil des instructions données aux ambassadeurs…, vol. XII : Esp (...)

8Des correspondants étrangers s’adressaient aussi au chargé d’affaires. Ils lui écrivaient surtout d’Italie, en italien et en espagnol. Parmi eux figurent des princes et des grands serviteurs de l’État comme Antoine II, prince de Monaco, et deux vice-rois de Sicile : le marquis de Bedmar, vice-roi de Sicile de 1705 à 170712, et le marquis de los Balbases, qui lui succéda à ce poste de 1707 à 1713. La Trémoille reçut aussi des lettres d’officiers qui combattaient et servaient en Sicile (le chevalier Spinola et le prince Francesco Pio de Saboya Moura) et des dépêches de consuls et d’agents espagnols en Sicile comme le marquis de Casafuerte, consul à Messine, ou Antonio Santander de La Cueva qui lui écrivit d’Augusta et de Messine.

  • 13 Le consulat de Messine, dont la correspondance consulaire fut conservée à partir de 1670, fut décl (...)

9Les dix correspondants français du chargé d’affaires à Rome, dont les dépêches constituent notre corpus, sont sept informateurs réguliers (quatre consuls et trois vice-consuls) et trois personnages moins attendus : un gentilhomme du vice-roi de Sicile et deux chargés d’affaires du roi qui furent des correspondants de passage, le temps de leur mission. La Ferrière de Vincelles, un « brigadier des armées du roy chargé des affaires de sa majesté à Naples » qui arriva à Naples le 19 juillet 1719 et y mourut le 26 février 1720, semble avoir consacré son séjour napolitain à empiéter sur les prérogatives du vice-consul La Lévrie et à l’accuser de prévarication. Ses lettres font en effet songer à un règlement de comptes. Six correspondants de l’ambassadeur écrivaient de Naples et quatre de Sicile où le consul résidait à Messine13 et non pas dans la capitale, Palerme, où travaillait un vice-consul.

À Naples

Personnel consulaire

Correspondants et chronologie des correspondances

Consuls

Argoud (1698-1707)
Charlevala (1714-1718)
Lazare Davidb (1724-1727, 1728)

La Trémoille (18 mai 1706-28 sept. 1708)
La Trémoille (17 déc. 1714-22 mars 1718)
Abbé de Tencin (7 mars-19 sept. 1724)

Vice-consul

La Lévrie (1718-1720)c
Jean Darbissand (1720-1724)

La Trémoille (22 mars 1718-27 déc. 1718), (4 juillet 1719-2 janvier 1720)
Abbé de Tencin (25 août 1722-24 juillet 1723)

Chargé d’affaires

La Ferrière de Vincelles (1719)

La Trémoille (21 juillet au 27 décembre 1719)

En Sicile

Personnel consulaire

Chronologie des correspondances

Consul à Messine

Jacques Thierry de Lépinarde (1706-1721)

La Trémoille (14 déc. 1706-11 déc. 1719)

Vice-consul à Palerme

Lorenzo Olivierif (1700-1725)

La Trémoille (24 mai 1706-28 sept. 1719)

Chargé d’affaires

Henri Leblondg (1714)

La Trémoille (13 janvier-10 nov. 1714)

Gentilhomme du vice-roi de Sicile

Lascot (1707-1713)

La Trémoille (juillet 1707-21 oct. 1713)

Les dix correspondants français à Naples et en Sicile
a. Né en 1682, Jean-Baptiste-Gaston de Faucon de Ris, comte de Charleval, entreprit une carrière militaire avant d’être nommé consul de France à Naples par lettres de provision le 23 juillet 1714. Il resta en poste jusqu’en 1718. Il vivait encore en 1734 (M é zin A., op. cit., p. 281).
b. Lazare David fut deux fois consul à Naples : de mars 1724 à 1727, puis en 1728. Il fut à chaque fois accusé de se livrer à la contrebande du tabac et de percevoir les droits consulaires sans autorisation.
c. Henri-Louis de La Lévrie fut « chargé des affaires du consulat de France à Naples en absence de Monseigneur le Comte de Charleval », AMAEE, Nantes, Rome (amb.), 17, f° 178.
d. Négociant marseillais établi à Naples depuis 1704 qui exerça les fonctions de vice-consul à Naples à partir de 1720 grâce à la protection du chargé d’affaires du roi, La Ferrière de Vincelles. Il fut révoqué par le consul David en 1724 (M é zin A., op. cit., p. 608).
e. Le consul Jacques Thierry de Lépinard est un ancien commissaire de la Marine en Bretagne qui fut nommé consul de France à Messine par provisions du 1er décembre 1705. Il demeura quinze ans à ce poste avant de rejoindre, le 23 octobre 1721, Barcelone où il mourut en 1729 (ibid., p. 565).
f. Lorenzo Olivieri était un Sicilien commis chez un négociant de Palerme, le sieur Natale. Confirmé dans sa charge de vice-consul à Palerme par brevet du 21 mai 1714, il resta en poste jusqu’à sa mort en 1725. Sa dernière lettre date du 13 février 1725 (ibid., p. 467).
g. Henri Leblond était le fils de Guillaume Leblond, consul à Venise de 1680 à 1718, et le frère de Jean-François Le Blond, consul de France à Venise de 1718 à 1759. Il fut chargé des affaires de France en Sicile en 1714, puis à Milan de 1714 à 1733 (ibid., p. 386).

Les sources des consuls : le réseau des informateurs

10Les consuls, dont l’une des missions consistait à fournir des renseignements à leurs supérieurs, avaient pour informateurs attitrés des consuls et des vice-consuls au service du roi de France, et des informateurs occasionnels comme des officiers, des marins et des voyageurs de passage dans les ports où ils étaient en poste.

Les correspondants

  • 14 AMAEE, Nantes, Rome (amb.), 79, Affaires maritimes et consulaires (1726-1750), f° 136 r° -137 v°.
  • 15 Par provisions du 6 décembre 1727, Claude-Nicolas de Chermont de Chaste de Rioux fut nommé consul (...)

11Le consul de France à Naples pouvait compter, en principe, sur les services de vice-consuls italiens qui travaillaient pour le roi de France dans les ports du royaume de Naples, comme le montre un document joint à une lettre de Maurepas datée du 19 décembre 172714, et sans doute adressée au consul Chaste de Rioux15, qui indique les vice-consulats et leur titulaire. Ces postes existaient probablement depuis plusieurs années, car l’auteur du document signale que le vice-consul à Pouzzoles, Joseph de Nocera, exerçait alors ses fonctions depuis vingt-cinq ans. En 1727, le consul à Naples pouvait, théoriquement, s’appuyer sur 25 vice-consuls (en comptant celui de Naples) dont 18 étaient alors en poste.

12Ces vice-consuls résidaient dans des ports situés sur les côtes des Pouilles, de la Calabre et de la Campanie. Ils étaient donc concernés par ce qui se passait dans le sud de la mer Tyrrhénienne, dans l’Adriatique et dans la mer Ionienne. Ils renseignèrent le consul à Naples sur les mouvements et les actions de la flotte et de l’armée ottomanes pendant la guerre turcovénitienne de 1715-1718, par exemple. Durant ce conflit, le vice-consul qui écrivit le plus fut celui d’Otrante, C. Giangrande. Charleval recevait aussi des courriers du consul de France à Corfou qui le renseignait sur la progression des Ottomans en Grèce et dans la mer Ionienne.

  • 16 Guillaume Le Blond fut consul à Venise par provisions du 22 décembre 1679. Il le resta jusqu’à sa (...)
  • 17 Jean Marin était un marchand français. Il s’établit à Corfou vers 1695 et y fut nommé consul par p (...)
  • 18 Guillaume Dubroca fut consul à Arta, Santi Quaranta et La Saillade (Sayadès), de 1705 au 10 mai 17 (...)
  • 19 François de Boismont fut successivement chancelier au consulat de Livourne (1698-1708), consul à T (...)
  • 20 Gaspard de Fontenu (1663-1754) appartenait à une famille d’ancienne noblesse du Poitou. Commis ord (...)

13Le consul de France à Messine, Lépinard, est celui qui donne le plus de renseignements sur ses informateurs. Dans ses dépêches, il indique leur identité. Nous savons ainsi qu’il avait cinq correspondants principaux en Italie : le vice-consul à Reggio de Calabre, le vice-consul à Palerme, Olivieri, le consul à Naples, le consul à Venise, Guillaume Le Blond16, et le consul à Rome de 1705 à 1724, La Chausse, qui fit souvent office de chargé d’affaires, car sa correspondance montre qu’il s’intéressait aussi bien à des questions politiques et même internationales qu’à la navigation et à la protection des Français. Les consuls dans les îles Ioniennes et en Grèce se manifestaient plus rarement. Les liaisons avec le consul de France à Corfou, J. Marin17, qui demeuraient très épisodiques en temps de paix, devinrent plus suivies quand l’île fut menacée et attaquée par les Ottomans en 1716. De même, pendant la guerre turco-vénitienne de 1715-1718, les consuls à Arta, Dubroca18, et à Salonique, de Boismont19, informèrent leur collègue en Sicile sur la progression des Ottomans en Morée. Du Levant, le consul de France à Smyrne, Fontenu20, renseigna sur différents sujets comme la vie politique à Constantinople, le mouvement des navires ottomans ou le sort des chrétiens de l’Empire ottoman. Notons enfin que les consuls de France et d’Angleterre en poste à Messine s’échangeaient parfois des informations : le 6 mars 1716, le consul d’Angleterre renseigna Lépinard sur les desseins militaires du sultan grâce à une lettre que lui avait adressée l’ambassadeur d’Angleterre à Constantinople.

  • 21 Louis de Prye, marquis de Planès, dit le marquis de Prye (1673-1751), fut ambassadeur auprès de Vi (...)
  • 22 Pierre Puchot, marquis des Alleurs (1643-1725), commença une carrière militaire avant de se consac (...)

14Le consul à Messine écoutait ou lisait également les renseignements que lui donnaient ou lui écrivaient des diplomates français. Il reçut des lettres de l’ambassadeur auprès du roi de Sicile, le marquis de Prye21, qui séjourna brièvement à Messine du 1er juillet au 9 septembre 1714, quand Victor-Amédée achevait la visite de son nouveau royaume. Henri Le Blond, chargé des affaires de France en Sicile, et Pierre Puchot, marquis des Alleurs, ambassadeur à Constantinople de 1710 à 171622, figurent parmi ses correspondants, et il eut aussi comme informateurs ponctuels des diplomates étrangers, notamment l’agent de l’empereur à Messine. À Naples, Vincelles évoque des conversations qu’il a eues avec le secrétaire des guerres napolitain.

15Tous ces correspondants ont un statut qui donne à leurs informations une autorité que les consuls ne contestent pas. Ces derniers étaient cependant conscients de la difficulté d’obtenir et de vérifier des nouvelles fiables. C’est pourquoi ils prêtaient une oreille attentive, mais non complaisante, aux échos du monde qui leur parvenaient par des voies non officielles. Dans les ports où ils résidaient accostaient des navires en provenance de toute la Méditerranée. Leurs passagers étaient invités à dire ce qu’ils avaient vu, lu ou entendu. La plupart des exemples suivants sont, encore une fois, tirés de la correspondance de Lépinard.

  • 23 Emmanuel Théodose de La Tour d’Auvergne, cardinal de Bouillon (1644-1715), abbé de Cluny, n’était (...)

16Les ecclésiastiques, notamment les missionnaires, étaient des hôtes de passage susceptibles de donner des informations. Certains étaient toutefois des aventuriers dont le consul devait se méfier. Dans sa lettre du 14 octobre 1711, Lépinard évoque ainsi l’abbé de Rouille, ou père Paul, un bénédictin qui revenait de Perse par Constantinople et Arta et qui prétendait que la victoire des Turcs sur les Moscovite « n’[était] qu’imaginée et débitée exprez pour raisons d’Etat ». Soupçonneux et perspicace, le prudent consul remarqua immédiatement la singularité de ce clerc et en brossa un portrait pittoresque : « grand parleur en latin », le religieux bavard prétendait être connu de La Trémoille et se présentait comme un partisan du cardinal de Bouillon23. Un consul, ou un ambassadeur, n’était donc jamais à l’abri des fables d’un mythomane qui jouait de sa connaissance, invérifiable, de terres d’autant moins connues qu’elles étaient lointaines.

  • 24 AMAEE, Nantes, Rome (amb.), 41, Lépinard à La Trémoille, 20 mai 1713.
  • 25 Ibid., 14 juin 1715.

17D’autres ecclésiastiques tenaient heureusement un discours plus sensé que celui du père Paul : un jésuite en provenance de Smyrne apprit à Lépinard que le roi de Suède, Charles XII, devait retourner par mer dans ses États24 ; un minime lui rapporta en 1715 qu’on évoquait publiquement en Angleterre une ligue faite ou à faire entre le roi d’Angleterre, le roi de Sicile, le roi de Prusse et la république de Hollande contre la France pour la punir de construire un nouveau port à Mardyck25.

18La plupart des interlocuteurs occasionnels du consul étaient des gens de mer, chevaliers de Malte ou marins. Leur métier les amenait à circuler dans toute la Méditerranée, et parfois au-delà, et à fréquenter des ports chrétiens, barbaresques et ottomans. Ils côtoyaient donc beaucoup de gens dont ils pouvaient se faire l’écho dans les escales. D’après la correspondance de Lépinard, les chevaliers de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem le renseignaient surtout sur des actes de piraterie et sur les actions militaires des Ottomans. D’autres marins l’informaient à l’occasion. On trouve parmi eux des capitaines de navire français, anglais, néerlandais, génois, vénitiens et pontificaux en provenance de Malte, de la Méditerranée occidentale chrétienne (Alicante, les côtes sardes, Livourne), des îles Ioniennes (Corfou, Céphalonie, Zante) et du Levant (Alexandrie, Salonique, Smyrne, Constantinople). Parmi les marins que rencontra le consul, on compte aussi des civils, capitaines ou patrons de barque.

  • 26 Ibid., 20 décembre 1712.
  • 27 Ibid., 21 février 1716.
  • 28 Ibid., 8 mars 1715.
  • 29 Ibid., 18 décembre 1716.
  • 30 Nauplie, en Grèce, dans le Péloponnèse. En 1718, cette ancienne place forte vénitienne était aux m (...)
  • 31 AMAEE, Nantes, Rome (amb.), 41, Lépinard à La Trémoille, 13 mai 1718.

19D’après Lépinard, les officiers, les marins et les patrons de barque donnaient des informations variées. Ils renseignaient sur les questions diplomatiques. En 1712, ils lui apprirent, par exemple, l’armistice conclu par la France avec le Portugal pour quatre mois et évoquèrent la paix26, ou lui précisèrent en 1716 que le sultan n’avait pas rompu avec l’empereur27. Comme beaucoup de navires qui transitaient par Messine venaient des ports de la Méditerranée orientale, leurs marins évoquaient également le monde ottoman : certains parlèrent de la politique du sultan28 ; un navire qui avait chargé du blé dans la mer Noire apporta des informations sur le nouveau grand vizir29 ; un autre bateau, en provenance de Naples de Romanie30, renseigna sur l’explosion qui ravagea un brûlot turc à Constantinople31.

  • 32 Ibid., 16 août 1715.
  • 33 Ibid., 11 octobre 1715.

20Les informations recueillies auprès des gens de mer concernent en grande partie les mouvements des flottes et des navires, notamment ceux de l’Empire ottoman, et sont particulièrement nombreuses à propos de la guerre vénéto-turque de 1715-1718. Les marins qui débarquèrent à Messine dans ces années-là parlèrent à Lépinard de la situation en Morée, qu’il s’agît de la chute de Nauplie32 ou de Patras33, et des difficultés rencontrées par les Vénitiens et leurs alliés dans la mer Ionienne et l’Adriatique : sièges de Corfou, de Préveza et de Vonitsa, sur le golfe d’Arta, bataille navale turcopontificale qui eut lieu le 9 juillet 1716 près de Corfou, prise de Préveza par les Vénitiens (automne 1717).

  • 34 Ibid., 1er décembre 1713.
  • 35 Ibid., 30 octobre. 1716.

21Plusieurs informateurs ponctuels restent toutefois mal ou peu identifiés. Lépinard mentionne sans plus de précision un officier de la garde du port de Messine, trois calfats messinois qui ont quitté Palerme ou des gens non identifiés : un Français chassé de Naples lui a parlé de ses compatriotes domiciliés dans le royaume de Naples qui avaient deux mois pour quitter le pays34 ; en octobre 1716, un Grec arrivé de Rome a évoqué une défaite des Ottomans devant le Prince Eugène35. Il est enfin des cas où ses interlocuteurs n’ont pas de visage. Lépinard évoque seulement le port ou le pays d’origine des membres de l’équipage du navire avec qui il a parlé ou utilise des formules vagues comme « on m’écrit » ou « on m’a écrit » suivies du nom de la ville, le plus souvent italienne, où la lettre qu’il vient de recevoir a été rédigée. Ces villes sont le siège du gouvernement (Paris, Versailles), d’une ambassade ou d’une représentation diplomatique (Turin, Lisbonne, Malte), d’un consulat ou d’un vice-consulat (Livourne, Reggio de Calabre, Palerme, Otrante, Brindisi ou Villefranche qui était un port du duché de Savoie depuis 1388). La reconstitution du réseau des informateurs des consuls en poste à Naples et en Sicile fait donc apparaître une majorité de villes italiennes ainsi que de grands centres commerciaux et politiques européens et des échelles du Levant.

Les sources imprimées et manuscrites

  • 36 Ibid., 14 juin 1715 et 6 novembre 1716.
  • 37 Ibid., 21 août 1716.
  • 38 Ibid., 11 septembre 1716.
  • 39 Dooley B., « De bonne main : les pourvoyeurs de nouvelles à Rome au XVIIe siècle », Annales. Histo (...)

22Lépinard lisait les nouvelles imprimées qui lui parvenaient, plus particulièrement la Gazetta di Napoli. Il consultait aussi les gazettes néerlandaises, qui étaient donc diffusées jusqu’en Sicile : il a fait chercher plusieurs fois la Gazette de Hollande pour être informé de l’affaire de la bulle Unigenitus36. Il recevait en outre de Rome et de Malte des relations imprimées, comme celle du 28 juillet 1716 sur le siège de Corfou37 et celle qui raconte la bataille de Peterwardein38. Il mentionne enfin des gazettes italiennes écrites à la main comme celles de Rome. Ces « nouvelles à la main » étaient un mélange de correspondance diplomatique et commerciale adressé à des abonnés une à deux fois par semaine. Manuscrites et recopiées dans des ateliers de scribes, elles avaient un contenu essentiellement politique, et elles donnaient des informations simples et parfois erronées, mais enrichies de commentaires acerbes sur les gouvernements de l’époque. Elles étaient très appréciées au XVIIe siècle et les diplomates et les ministres continuaient à les lire avec profit au début du XVIIIe siècle39.

Les difficultés du métier

L’irrégularité du courrier

23Les consuls travaillaient souvent dans de mauvaises conditions. Le courrier pouvait être irrégulier ou en retard : il ne parvenait pas, ou difficilement, dans le poste ; les liaisons entre la Sicile, ou Naples, et le reste de l’Italie et de l’Europe étaient parfois perturbées. Les intempéries étant la cause principale de ces irrégularités, le courrier arrivait moins bien à bon port pendant l’automne et l’hiver, quand des tempêtes, la neige ou la pluie obligeaient les navires à rester à quai ou endommageaient routes, ponts et chemins. Les corsaires et les autorités locales entravaient aussi la circulation régulière du courrier en pratiquant la saisie et la lecture du courrier.

24À ces aléas du courrier s’ajoutait parfois le manque d’informations à rapporter : soit le consul, penaud, n’avait rien à écrire, soit les nouvelles locales ne présentaient aucun intérêt pour l’ambassadeur. Ce constat navré apparaît dans des phrases laconiques. À Naples, Darbissan écrit le 15 septembre 1722 : « Il n’y a rien de nouveau en ce paÿs qui mérite vostre attention. Quand il y aura quelque affaire ou quelque nouveauté digne d’elle, je me feray un devoir de vous en donner part. » Olivieri rencontra plusieurs fois ce problème à Palerme.

L’usage des sources

25Lorsqu’il a reçu des informations, le consul doit d’abord tenir compte de leurs insuffisances, car elles ne permettent pas de savoir ce qui s’est réellement passé. Le 3 mai 1715, Lépinard ne sait rien de ce qui se déroule à Palerme ; il ignore bien des choses « que [son] vice consul ne se donne pas la peine de découvrir ou qu’il n’ose pas [lui] écrire ». Le consul s’interroge aussi sur la fiabilité de ses sources. Tant qu’une nouvelle n’a pas été confirmée, il ne la tient pas pour sûre, comme le montre la dépêche de Lépinard à La Trémoille du 13 septembre 1715 : on a commencé à raconter à Messine que les Vénitiens avaient remporté une victoire navale sur les Turcs, mais on ne lui en a donné aucun détail et les lettres arrivées de Malte n’en font pas mention. Le consul attend donc ce que le chargé d’affaires lui écrira sur cette bataille. Face aux incertitudes et aux nouvelles contradictoires, il s’en remet plusieurs fois au cardinal de La Trémoille, quel que soit le sujet abordé. Lorsque trois ans plus tard on apprend à Messine que les troupes françaises vont entrer en Biscaye et en Catalogne, il écrit le 30 décembre 1718 : « …je ne le croiray point que vostre Eminence ne me l’ait mandé. »

  • 40 AMAEE, Nantes, Rome (amb.), 41, Lépinard à La Trémoille, 31 janvier 1716.

26Conscient de la fragilité des renseignements reçus, le consul agit donc prudemment. En général, il ne se fie pas aux nouvelles données par des informateurs qu’il juge partiaux. En temps de guerre, Lépinard se méfie de beaucoup de monde, notamment des Anglais. Quand leurs compatriotes établis à Messine prétendent avoir reçu de Livourne et de Naples des lettres qui annoncent la mort de Louis XV, il réagit : « Mai on est tellement accoutumé icy de les voir débiter de fausses nouvelles contre la France que personne ne les croit plus40. » De toute façon, il circule tant de rumeurs à Messine qu’il faut s’en méfier. Même le gouvernement sicilien est partial. Dans sa dépêche du 27 mars 1716, Lépinard rapporte que ce gouvernement n’a pas de sympathie pour le prétendant Jacques Stuart et il conclut : « Je ne crois rien de tout ce qui vient de sa part au sujet de ce Prince. »

27Le consul devient perplexe lorsqu’il reçoit des nouvelles contradictoires. Argoud, dont la correspondance laisse deviner un naturel anxieux, fut perturbé par l’issue de la bataille de Turin. Il écrit dans sa lettre du 21 septembre 1706 au cardinal de La Trémoille :

« Le mauvais succez de l’action qui s’est passée à Thurin renouvelle toutes nos inquiétudes et nous tient dans une incertitude mortelle. Toutes les lettres de Gennes et de Rome portent que notre armée est entièrement détruite, cependant ces mesmes lettres se contredisent, ce qui nous fait espérer que le mal ne sera pas si grand qu’on le dit […]. Mais en attendant qu’on en sache la vérité, nous sommes dans une agitation cruelle… »

  • 41 À l’époque moderne existaient à l’est de San Remo deux petits ports séparés par une rivière, l’Imp (...)
  • 42 AMAEE, Nantes, Rome (amb.), 15, Argoud à La Trémoille, 6 août 1706.
  • 43 Ibid., 5 octobre 1706.

28Il est enfin des cas où les nouvelles sont si incertaines que le consul doute de leur véracité. Il les mentionne en précisant aussitôt qu’il n’y prête pas foi. On trouve plusieurs exemples de cette incrédulité dans la correspondance d’Argoud. Pendant l’été 1706, par exemple, le consul d’Espagne à Livourne annonce que 40 vaisseaux ennemis devraient débarquer à Oneglia41, sur la côte ligure, 8 000 hommes qui se rendraient ensuite dans le royaume de Naples. Argoud juge l’information peu vraisemblable42. Quand deux mois plus tard, une felouque venue de Livourne rapporte que la flotte ennemie ira sans doute à Livourne puis à Naples, il en doute, car la saison est trop avancée pour une expédition navale et militaire43.

29Ces exemples montrent combien, dans le sud de l’Italie, il est alors difficile de s’informer sur ce qui se passe en Sicile et en Europe. À Naples, La Lévrie a du mal à connaître la situation militaire en Sicile en 1718-1719. Il est d’abord tributaire des informations données par l’ennemi : le 6 septembre 1718, les nouvelles de Sicile « sont fort stériles cet ordinaire, ne pouvant estre informés que par la voye du parti contraire. Aussy nous ne scavons jamais que ce qui leur est convenable ». Ensuite, comme les nouvelles sont contradictoires, il juge plus sage de ne pas se fier aux rumeurs et recourt à un vocabulaire et à des expressions qui expriment sa prudence. À propos de l’arrivée de troupes espagnoles à Palerme, il note le 11 juillet 1719 : « Cependant, comme ce ne sont que des raports d’oüir dire, je n’oserois rien affirmer. » Le 8 août, « on prétend que les Espagnols ont décampé de Francavilla pour s’aprocher des Alemands », et le 19 décembre 1719, « il court toujours quelques bruits d’une action en Sicile, quelques uns parlent même de deux ; mais si confusément que l’on ne peut faire aucun fond sur tout ce que l’on entend dire ».

Les informations données par les consuls

30Les extraits de dépêches mentionnés dans les développements précédents donnent une idée de la diversité des thèmes abordés par les consuls dans leur correspondance. En temps de paix, ils évoquent surtout la vie de cour, la société, le corso, les affaires politiques et les difficultés rencontrées par des Français. Sur certaines personnes (princes, nobles, ministres, ecclésiastiques), ils fournissent des renseignements qui sont des esquisses de portraits destinées à informer sur un trait de caractère, une attitude, des problèmes de santé. Mais dès que la guerre menace ou éclate, ils deviennent plus prolixes et développent deux thèmes : ce que nous appellerions « l’opinion publique », et la guerre.

L’opinion publique

31Les agents du roi de France étaient attentifs à ce que disaient ou faisaient les sujets des rois de Naples et de Sicile afin d’anticiper sur leurs réactions, notamment en temps de guerre. Nous avons retenu deux exemples significatifs de ce point de vue : l’attitude des Napolitains en 1706-1707 devant les menaces qui planaient sur leur royaume et celle des Sicilien à l’égard des Français, des Espagnols et des Piémontais en 1709-1718.

  • 44 Sur l’effondrement des Gallispani en Italie en 1706-1707, voir Bély L. et alii, Guerre et paix dan (...)
  • 45 Au début du printemps 1706, l’armée franco-espagnole commandée par le maréchal de Tessé prit la fo (...)

32En temps de guerre, le consul essaie de deviner les sentiments de la population à l’égard des belligérants. À Naples, Argoud, s’efforce de renseigner La Trémoille sur l’attitude et les opinions des Napolitains entre le printemps 1706 et le début de l’été 1707. Il décrit une ville de Naples qui passe progressivement de la peur à l’« avilissement ». Il a des raisons d’être soucieux, car les partisans du roi d’Espagne sont inquiets dès le printemps 1706. À un moment où les armées de Louis XIV et de Philippe V connaissent des difficultés44, une partie de la population napolitaine n’est sans doute pas sûre, comme le prouvent certaines réactions à l’annonce de l’échec de Tessé en Catalogne. Le 1er juin 1706, Argoud relate en ces termes la façon dont, la veille, a été reçue la nouvelle de la levée du siège de Barcelone45 :

« La liberté de parler qui étoit déjà extrême et sans remède, devint sans bornes. On entendit dire dans les rues que les vaisseaux anglois et hollandois paroistroient bien tost à la veue de Naples, et que les Napolitains changeroient alors de maitre sans combattre et bien que ces discours ne se tiennent que par la Canaille ou par des gens qui n’ont rien à perdre, ils n’en sont pas moins dangereux et ne donnent pas moins de sujet de craindre d’autant plus qu’on ne voit aucun mouvement pour prévenir les malheurs qui peuvent arriver. »

  • 46 AMAEE, Nantes, Rome (amb.), 15, Argoud à La Trémoille, 5 octobre 1706.
  • 47 Ibid., 30 novembre 1706.
  • 48 Ibid., 19 avril 1707.
  • 49 Ibid., 27 juin 1707.

33À Naples, l’annonce des échecs subis par les Bourbons dans le nord de l’Italie en 1706 provoque d’abord la « consternation46 » puis, en novembre, on entend pour la première fois des gens souhaiter la fin des hostilités47. Au printemps 1707, dès que la campagne commence, Argoud décrit une population napolitaine inquiète : les rumeurs contradictoires sur l’évacuation des places fortes du royaume de Naples plongent la capitale dans l’incertitude48. Il note que, très vite, le défaitisme gagne les Napolitains. Même ceux qui sont bien intentionnés doutent de l’efficacité des mesures prises pour la sûreté du Regno (12 avril 1707) et la population est abattue. Au début de l’été, à l’approche des Impériaux, il ne se fait donc plus aucune illusion sur la volonté des Napolitains de défendre la cause des Bourbons et ne voit plus que lâcheté autour de lui. À Naples, « les peuples sont si avilis qu’on n’en sauroit rien attendre, et tout le temps se passe en discours superflus ». Il prédit que les ennemis « trouveront tout le monde si avily qu’ils vont conquérir ce Royaume avec une aysance qui sera un des plus beaux traits de l’histoire future49 ».

34En 1709, quand les troupes françaises et espagnoles peuvent encore prétendre gagner la guerre de Succession d’Espagne, Lépinard se plaît à souligner l’attitude amicale des Siciliens à l’égard des Bourbons. Ces bons sujets célèbrent les victoires française et espagnoles. Dans la dépêche du 4 janvier 1709, il rapporte avec plaisir leur attitude à l’annonce de la prise de Lille, de Malines, de Louvain et de Denia :

« [Ces nouvelles] ont répandu icy une joye universelle. Le Te Deum en a été chanté avec toute sorte de festivité et les Messinois à qui il n’estoit ordonné de faire des illuminations que le soir du Te Deum en ont fait pendant trois jours. Ils vouloient donner d’autres marques de leurs réjouissances par des chars pleins de Musiciens et par des mascarades. »

  • 50 Le deuxième fils de Philippe V et de Marie-Louis de Savoie, l’infant Philippe-Louis, naquit prémat (...)

35Les fidèles Messinois célèbrent aussi les naissances royales, comme celle de l’infant don Philippe50. Lascot offre cependant une image moins positive des sentiments des Siciliens à l’égard de la France, notamment à partir de 1710 quand l’île connaît des difficultés militaires et diplomatiques. À la fin de la guerre de Succession d’Espagne, il présente une cour de Messine qui n’accorde aucun crédit aux nouvelles favorables à la France : « Pour moy, écrit-il le 19 octobre 1710, je crois que ces messieurs s’imaginent que la France est réduitte à un point à ne pouvoir plus soutenir davantage la guerre, et qu’il faut nécesserement qu’elle fasse la paix comme voudront nos ennemis. » Le gentilhomme confirme le 10 novembre suivant qu’à Messine les courtisans se moquent de tout ce qui peut être à l’avantage des Français.

36Ces courtisans railleurs ne seraient pas les seuls à faire du mauvais esprit contre les Français. Lépinard note le 16 septembre 1710 que si les Messinois ne sont pas agressifs à leur égard, ils ne sont pas leurs amis : « Les François d’ailleurs ne sont pas regardéz icy de trop bon œil. » Le consul voit une preuve de cette mauvaise volonté dans leur indifférence à l’égard de la santé défaillante de Louis XIV. Ils expriment plus clairement leur animosité à partir du début de l’été 1711, qui est un moment où Olivieri ne se sent pas en sécurité à Palerme parce qu’on y parle des Français comme des plus grands ennemis des Génois et des Napolitains. En 1713, Lascot note plus que de la mauvaise humeur ; il décèle de la rancœur à l’égard des Français qui donnent le sentiment d’abandonner les Siciliens et de les livrer à un nouveau maître. Le 22 juillet, il observe que des Siciliens et des Espagnols « disent que nous les avons vendus à beau denier content… » et il écrit le 6 octobre, effrayé et non sans exagération :

« Et je puis assurer à Votre Eminence que la consternation de la noblesse de ce pais issy est sy grande en ce qu’ils s’imaginent que ce sera un gouvernement françois et peut estre pire encore. Que Dieu veuille que dans quelque temps il n’arrive une segonde vêpre sisilliene. »

37En 1713, les Siciliens déçoivent Lascot et Lépinard par leur versatilité à l’égard des Espagnols et des Français, mais le second s’empresse de rapporter que, dix mois après son arrivée dans l’île, Victor-Amédée a déjà lassé et déçu ses sujets. À Messine, on a remarqué que sur le trajet effectué par le roi et la reine entre le palais et le port en passant par la cathédrale, aucun Sicilien n’a crié « vive le roi » (31 août 1714). À Palerme, le vice-consul Olivieri tient le même type de discours. Comme il n’admet pas que ce royaume soit passé en 1713 aux mains d’une puissance ennemie de la France, il brosse un tableau négatif de l’administration piémontaise en Sicile et il insiste sur le mécontentement de la population : la noblesse est insatisfaite et « presque tout le royaume, plus que jamais se marque mécontent, parlant librement contre le présent governement » (8 septembre 1714) ; on supporte tout avec patience mais en se plaignant (13 octobre 1714).

L’importance de la guerre dans la correspondance

38Les consuls évoquent plusieurs conflits parmi lesquels il faut distinguer ceux qui ont lieu dans le royaume de Naples et en Sicile et ceux qui se déroulent dans des territoires situés en dehors de ces deux royaumes, essentiellement en Flandre, en Espagne, en Sardaigne et à Corfou. Autrement dit, en ce qui concerne la guerre de Succession d’Espagne, les consuls renseignent surtout sur des épisodes dont ils furent les témoins, comme l’invasion du royaume de Naples par les Impériaux en 1707, et, beaucoup plus rarement, sur des épisodes dont ils reçurent un écho, comme les batailles qui se déroulaient en Flandre. À propos de la période 1715-1720, ils s’intéressent particulièrement à l’intervention espagnole en Sicile en 1718-1720, mais ils sont aussi attentifs au débarquement espagnol en Sardaigne en 1717 et, surtout, aux épisodes de la guerre vénéto-turque de 1715-1718 : l’offensive ottomane en Morée en 1715 et le siège de Corfou en 1716.

39Le travail des consuls s’apparente en temps de guerre à celui d’agents de renseignements. Leurs dépêches fournissent des informations sur les effectifs et le commandement des flottes, les mouvements des navires le long des côtes italiennes et dans le port de Messine. Ils évaluent les forces des armées et mentionnent les mouvements des troupes ennemies et alliées des Bourbons. Enfin, ils détaillent les préparatifs financiers, navals et militaires pour défendre le royaume de Naples en 1706, 1707 et 1718 et la Sicile en 1715-1718.

40Les opérations militaires qui eurent lieu en Sicile retiennent particulièrement l’attention de Lépinard et de La Lévrie, qu’il s’agisse du siège de Milazzo en 1718 ou de celui de Messine par les Espagnols en 1718 puis par les Impériaux en 1719, ou bien de la bataille de Villafranca en 1719. La manière dont les consuls et les vice-consuls ont relaté la guerre vénétoturque de 1715-1718 permet de souligner le rôle d’intermédiaires qu’ils jouaient entre le front ottoman et l’ambassadeur à Rome. De Naples et de Sicile, ils informent La Trémoille sur les événements qui se déroulent en Grèce et dans la mer Ionienne pendant ces quatre années.

  • 51 AMAEE, Nantes, Rome (amb.), 16, Charleval à La Trémoille, 23 juillet 1715.
  • 52 Ibid., 13 août 1715.

41Le 25 janvier 1715, Lépinard est le premier à évoquer la campagne que viennent d’entreprendre les Ottomans. Il mentionne leurs préparatifs et leur objectif militaire, la reconquête de la Morée. Cette menace est prise au sérieux en Sicile, car il évoque à partir du 17 mai les mesures prises dans l’île pour affronter les Turcs. À partir du mois de mai 1715, Charleval et Lépinard évoquent la progression des Ottomans. Dès le 4 mai, grâce au vice-consul à Otrante, C. Giangrande, Charleval donne à La Trémoille, semaine après semaine, des renseignements sur le mouvement des forces vénitiennes et de la flotte ottomane. À partir du mois de juillet, ses dépêches relatent la rapide reconquête de la Morée : la prise de Tinos51, confirmée par Lépinard le 26 juillet, la prise de Corinthe où la garnison et les habitants ont été passés au fil de l’épée52. Lépinard et Charleval rapportent la chute de Nauplie, le premier le 16 août et le 6 septembre, le second le 27 août. À propos de la campagne de 1716, qui fut marquée par le blocus ottoman de l’île de Corfou, Charleval insiste sur les difficultés des assiégés. Il évoque la grande disette qui frappe l’île, dont les Vénitiens chassent tous les Grecs (24 mars), et la mort, chaque jour, de nombreux soldats malades de l’armée vénitienne (16 juin). Il mentionne aussi les trahisons que l’on découvrirait régulièrement. Sa chronique du siège de la ville de Corfou évoque les quelques semaines qui vont du débarquement des Turcs à Corfou, qu’il rapporte dans sa dépêche du 11 août, à la levée du siège qu’il attribue le 8 septembre à la contre-offensive du général Schulembourg.

  • 53 Ibid., 14 avril 1716.

42Charleval et Lépinard donnent des renseignements chiffrés divergents, notamment à propos du nombre de soldats ottomans. Le 14 avril 1716, le consul à Naples évalue à 60 000 les Turcs débarqués en face de l’île de Corfou53 ; le 17 juillet, Lépinard écrit que 50 000 Turcs ont débarqué à Cassopoli et ont pénétré dans le port de Corfou, mais le 31 juillet, sur la foi du témoignage de réfugiés grecs, il ramène ce nombre à 40 000.

  • 54 La flotte vénitienne commandée par Andrea Pisani remporta la première bataille du cap Matapan, au (...)

43En 1717, deux épisodes militaires suscitent un courrier plus nourri que d’habitude : la « première bataille du cap Matapan » et la prise de Préveza par les Vénitiens. Nous n’évoquerons que le combat naval vénéto-turc54, car sa présentation dans les dépêches montre combien le travail de renseignement des consuls restait soumis à une succession d’affirmations et de démentis. Les consuls notent d’abord qu’ils ont appris qu’une bataille navale a eu lieu, mais ils en donnent des rapports contradictoires. Lépinard, qui en est informé par le consul à Arta, en ignore « les particularités », « chaque party prétendant l’avantage de son costé » (30 juillet). Une semaine plus tard, il sait qu’elle a eu lieu le 19 juillet au large du cap Matapan et il écrit que les Ottomans auraient gagné (6 août). Ce même 6 août, Olivieri confirme qu’il s’agit bien d’une défaite vénitienne. Charleval, en revanche, ne peut pas trancher. Sa dépêche du 10 août fait état de deux versions des faits. Le vendredi 6 août, le nonce du pape à Naples a annoncé que le général Pisani avait coulé plusieurs sultanes turques et pris 18 navires, mais le 9 août, le vice-roi de Naples a reçu de Calabre ultérieure une lettre du grand prieur Ferretti, commandant des galères du pape, qui lui annonçait que, le 25 juillet, les navires vénitiens et leurs auxiliaires s’étaient enfuis devant les Turcs et s’étaient réfugiés, les uns à Corfou, les autres sur les côtes de la Calabre et de la Pouille. Le 13 août, Olivieri rapporte des rumeurs encourageantes : on dit que la flotte vénitienne n’a pas été battue par celle des Turcs, contrairement à ce qu’il a annoncé le 6 août. À la mi-août, près d’un mois après la bataille, les correspondants de La Trémoille à Naples et en Sicile ne pouvaient pas lui dire qui l’avait remportée.

*

44Le courrier des agents du roi de France en poste à Naples et en Sicile restait tributaire de la géographie et de la lenteur des moyens de communication. La mer, la montagne, la mauvaise qualité des routes constituaient autant d’obstacles à la diffusion de l’information. La narration d’un événement parvenait aux consulats en plusieurs étapes à partir de différentes sources, souvent contradictoires. Les démentis se succédaient parfois pendant plusieurs semaines jusqu’à ce que les consuls aient des certitudes. Le chargé d’affaires à Rome, à son tour, devait croiser les informations.

45En dépit de ces difficultés, les agents consulaires exerçaient consciencieusement leurs fonctions. Ils restaient attentifs à toutes les rumeurs et s’efforçaient de recueillir le plus de renseignements possible. Lucides, ils étaient conscients de n’être qu’une pièce dans un vaste dispositif qu’ils ne maîtrisaient pas. Ils accomplissaient leur tâche avec sérieux et abnégation, au milieu de populations qu’ils ne comprenaient pas toujours. C’est pourquoi transparaît dans leur correspondance l’expression d’un sentiment de solitude et de l’ennui qui les accablait parfois dans des ports où ils avaient peu d’occasions d’être réconfortés par des compatriotes.

Notes

1 Sous Louis XIV et pendant la première partie du règne de Louis XV, les cardinaux nommés à Rome portèrent le titre de chargé d’affaires et non celui d’ambassadeur, car on craignait qu’un représentant de la France revêtu du caractère d’ambassadeur parût trop inféodé à la Curie. Le premier cardinal désigné comme ambassadeur est Frédéric-Jérôme de la Rochefoucauld qui rejoignit son poste le 17 juin 1745 (Baillou J. [dir.], Les Affaires étrangères et le corps diplomatique français, t. I : De l’Ancien Régime au Second Empire, Paris, CNRS, 1984, p. 147).

2 Il avait été créé cardinal le 17 mai 1706 par Clément XI, la veille de sa nomination à l’ambassade à Rome.

3 Tencin fut une nouvelle fois chargé d’affaires à Rome du 28 octobre 1739 au 30 juin 1742, date à laquelle, privé de ses protecteurs, il était tombé en disgrâce. Seul son premier séjour nous intéresse ici.

4 Le Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN), ouvert depuis 1987, conserve les archives rapatriées des services extérieurs, notamment celles des ambassades et des consulats. Les correspondances de La Trémoille et de Tencin figurent dans le fonds Rome (amb.).

5 Le père Pierre-François Lafitau (1685-1764) était un jésuite qui s’installa à Rome en juillet 1715. Après la mort de La Trémoille, le Régent le nomma chargé d’affaires de France à Rome par intérim, le 6 février 1720. Il fut rappelé de Rome en novembre 1721 (Hanoteau J., Recueil des instructions données aux ambassadeurs et ministres de France depuis les traités de Westphalie jusqu’à la Révolution française, vol. XVII : Rome, t. 2 : 1688-1723, Paris, Librairie Felix Alcan, 1911, p. 517-519 et p. 520, note 1).

6 Consulat créé en 1711 en raison de la foire annuelle de juillet.

7 Le premier ambassadeur à Naples, de 1735 à 1739, fut Louis-Philogène Brûlart (1702-1771), comte, puis marquis de Sillery, qui prit en 1727 le nom de Puisieux.

8 Galasso G., Alla periferia dell’impero. Il Regno di Napoli nel periodo spagnolo (secoli XVI-XVII), Turin, Einaudi, 1994.

9 Nettuno est un petit port du Latium situé à une quarantaine de kilomètres au sud de Rome. Au XVIIIe siècle, il existait un vice-consulat de France d’Anzio et de Nettuno, occupé de manière épisodique, qui dépendait du consulat de Rome (Mézin A., Les consuls de France au siècle des Lumières (1715-1792), Paris, Direction des archives et de la documentation-ministère des Affaires étrangères, 1997, p. 663).

10 Porto Longone est l’actuel Porto Azzuro, sur la côte orientale de l’île d’Elbe. Les Espagnols s’en emparèrent en 1603. En 1714, ils cédèrent cette petite ville aux Autrichiens qui l’abandonnèrent aux Bourbons de Naples en 1735.

11 Durazzo est l’actuel Durrës sur la côte septentrionale de la république d’Albanie. Ce port passa sous administration ottomane au début du XVIe siècle.

12 Morel-Fatio A. et Léonardon H., Recueil des instructions données aux ambassadeurs…, vol. XII : Espagne, t. 2 : 1701-1722, Paris, Félix Alcan, 1898, p. 40 note 1.

13 Le consulat de Messine, dont la correspondance consulaire fut conservée à partir de 1670, fut déclassé en vice-consulat par décision du 3 octobre 1732. Il fut alors absorbé par le consulat de Naples (Mézin A., op. cit., p. 707 et 713).

14 AMAEE, Nantes, Rome (amb.), 79, Affaires maritimes et consulaires (1726-1750), f° 136 r° -137 v°.

15 Par provisions du 6 décembre 1727, Claude-Nicolas de Chermont de Chaste de Rioux fut nommé consul à Naples où il mourut le 14 juillet 1728 (Mézin A., op. cit., p. 192-193).

16 Guillaume Le Blond fut consul à Venise par provisions du 22 décembre 1679. Il le resta jusqu’à sa mort en 1718 (ibid., p. 386-387).

17 Jean Marin était un marchand français. Il s’établit à Corfou vers 1695 et y fut nommé consul par provisions du 28 novembre 1712. Il resta à ce poste jusqu’à sa mort, le 14 juillet 1747 (Mézin A., op. cit., p. 423).

18 Guillaume Dubroca fut consul à Arta, Santi Quaranta et La Saillade (Sayadès), de 1705 au 10 mai 1724 (ibid., p. 254). Le consulat d’Arta, créé en 1702, dépendait de l’ambassadeur de France à Constantinople.

19 François de Boismont fut successivement chancelier au consulat de Livourne (1698-1708), consul à Tripoli de Syrie (1708-1714), consul à Salonique (1714-1724), puis de nouveau consul à Tripoli de Syrie où il mourut le 18 décembre 1725 (ibid., p. 150).

20 Gaspard de Fontenu (1663-1754) appartenait à une famille d’ancienne noblesse du Poitou. Commis ordinaire en 1695, il fut consul à Livourne (1704-1707) puis à Smyrne, de 1707 à 1731, date à laquelle il se retira (ibid., p. 287-288).

21 Louis de Prye, marquis de Planès, dit le marquis de Prye (1673-1751), fut ambassadeur auprès de Victor-Amédée II de Savoie de l’été 1714 à 1718.

22 Pierre Puchot, marquis des Alleurs (1643-1725), commença une carrière militaire avant de se consacrer à la diplomatie. Envoyé à Berlin (1697), à Cologne (1701) puis auprès du prince de Transylvanie, François II Rákóczi, en 1704, il fut nommé ambassadeur à Constantinople où il résida du 24 avril 1710 au 7 novembre 1716 (Duparc P., Recueil des instructions données aux ambassadeurs…, vol. XXIX, Turquie, Paris, CNRS, 1969, p. 187-189).

23 Emmanuel Théodose de La Tour d’Auvergne, cardinal de Bouillon (1644-1715), abbé de Cluny, n’était plus admis à la cour, car il avait grossièrement insulté Louis XIV. Se réclamer de ce prélat était donc particulièrement maladroit.

24 AMAEE, Nantes, Rome (amb.), 41, Lépinard à La Trémoille, 20 mai 1713.

25 Ibid., 14 juin 1715.

26 Ibid., 20 décembre 1712.

27 Ibid., 21 février 1716.

28 Ibid., 8 mars 1715.

29 Ibid., 18 décembre 1716.

30 Nauplie, en Grèce, dans le Péloponnèse. En 1718, cette ancienne place forte vénitienne était aux mains des Ottomans depuis trois ans.

31 AMAEE, Nantes, Rome (amb.), 41, Lépinard à La Trémoille, 13 mai 1718.

32 Ibid., 16 août 1715.

33 Ibid., 11 octobre 1715.

34 Ibid., 1er décembre 1713.

35 Ibid., 30 octobre. 1716.

36 Ibid., 14 juin 1715 et 6 novembre 1716.

37 Ibid., 21 août 1716.

38 Ibid., 11 septembre 1716.

39 Dooley B., « De bonne main : les pourvoyeurs de nouvelles à Rome au XVIIe siècle », Annales. Histoire, Sciences sociales, 54e année, no 6, 1999, p. 1317-1344. Voir également Barbarics Z. et Pieper R., « Handwritten newsletters as a means of communication in Early Modern Europe », in Bethencourt F. et Egmond F. (dir.), Cultural Exchange in Early Modern Europe, t. 3 : Correspondence and Cultural Exchange in Europe, 1400-1700, Cambridge University Press, 2007, p. 53-79 ; Moureau F. (dir.), De bonne main : la communication manuscrite au XVIIIe siècle, Paris/Oxford, Voltaire Foundation, 1993.

40 AMAEE, Nantes, Rome (amb.), 41, Lépinard à La Trémoille, 31 janvier 1716.

41 À l’époque moderne existaient à l’est de San Remo deux petits ports séparés par une rivière, l’Impero : Porto Maurizio et Oneglia. Depuis 1923, ils ont été réunis pour ne former qu’une seule commune, Imperia, dont ils sont les deux principaux quartiers.

42 AMAEE, Nantes, Rome (amb.), 15, Argoud à La Trémoille, 6 août 1706.

43 Ibid., 5 octobre 1706.

44 Sur l’effondrement des Gallispani en Italie en 1706-1707, voir Bély L. et alii, Guerre et paix dans l’Europe du XVIIe siècle, Paris, SEDES, 1991, t. 2, p. 166-167, 172-176.

45 Au début du printemps 1706, l’armée franco-espagnole commandée par le maréchal de Tessé prit la forteresse de Monjuich et assiégea Barcelone à partir du 3 avril, mais à l’annonce de l’arrivée d’une escadre ennemie plus puissante que la sienne, le comte de Toulouse, qui surveillait la côte avec sa flotte, se retira le 10 mai. Tessé et les chefs français imposèrent donc à Philippe V la levée du siège dans la nuit du 11 au 12 mai. Les Français avaient perdu 6 000 hommes (morts, blessés, déserteurs) [Kamen H., Philip V of Spain. The King who reigned twice, New Haven/Londres, Yale University Press, 2001, p. 47-49].

46 AMAEE, Nantes, Rome (amb.), 15, Argoud à La Trémoille, 5 octobre 1706.

47 Ibid., 30 novembre 1706.

48 Ibid., 19 avril 1707.

49 Ibid., 27 juin 1707.

50 Le deuxième fils de Philippe V et de Marie-Louis de Savoie, l’infant Philippe-Louis, naquit prématurément le 2 juillet 1709 et mourut six jours plus tard (Kamen H., op. cit., p. 93).

51 AMAEE, Nantes, Rome (amb.), 16, Charleval à La Trémoille, 23 juillet 1715.

52 Ibid., 13 août 1715.

53 Ibid., 14 avril 1716.

54 La flotte vénitienne commandée par Andrea Pisani remporta la première bataille du cap Matapan, au sud du Péloponnèse, le 19 juillet 1717 : ses 33 navires repoussèrent les 44 navires de la flotte ottomane qui les avaient attaqués. Une seconde bataille du cap Matapan se déroula les 20-22 juillet 1718. La flotte vénitienne repoussa, une nouvelle fois, la flotte ottomane pourtant supérieure en nombre (Lane F. C., Venise. Une république maritime, Paris, Flammarion, 1985, p. 543).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540