Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'échange

 | 
François Brizay

Un laboratoire : l'État, la guerre et les affaires diplomatiques

Processus et procédures de diffusion de l’information sur la guerre turque en Italie (fin XVIe -début XVIIe siècle)

Johann Petitjean

Texte intégral

  • 1 Lesure M., Lépante, la crise de l’empire ottoman, Paris, Julliard, 1972, p. 10.

1De la circulation de la nouvelle de Lépante, il ne sera presque pas question ici. Ni le « déchaînement de discours, pamphlets, poésies, chansons et gravures, […] [c]es innombrables canzoni, frotoli, barzelette, sonnetti bellissimi à la gloire des vainqueurs ou à la honte du sultan1 », ni les lettres publiques, ni même le son des Te Deum qui annoncèrent aux quatre coins du monde chrétien la « grande » et « bonne » nouvelle du 7 octobre 1571 ne seront évoqués.

  • 2 Les exemples sont nombreux. Le plus récent et, selon nous, le plus convaincant est à mettre au cré (...)
  • 3 Jeannin P., « La diffusion de l’information », in Cavaciocchi S. (éd.), Fiere e Mercati nella inte (...)

2Ne pas centrer notre propos sur l’événement qui a probablement eu le retentissement médiatique et para-médiatique le plus important du XVIe siècle pourrait apparaître comme une gageure. Le choix est assumé. La chose, en effet, est bien connue2 et, si notre dette à l’encontre des études classiques portant sur la propagation des nouvelles est énorme, notre optique est toutefois différente. Cherchant à cerner au plus près l’incidence de la connaissance des événements sur les conjonctures et les réactions des acteurs économiques, Pierre Jeannin a proposé, dans un article fondateur, de substituer à la question de la circulation des nouvelles, dont l’étude se limite en général à restituer les itinéraires et les temps de parcours, le problème de la diffusion des informations3. L’information, à proprement parler, ne circule pas. Elle n’est pas un objet, mais une action, une relation qui se redéfinit tout au long du processus de communication. Le changement de termes, évidemment, n’est pas de pure forme ; et ses enjeux méritent d’être explicités.

  • 4 Margairaz D. et Minard Ph. (éd.), L’information économique XVIe-XIXe siècle (Journées d’études du (...)
  • 5 Kaiser W. et Buti G. (dir.), Rives nord-méditerranéennes, 27, « Moyens, supports et usages de l’in (...)
  • 6 Simon H., Models of Bounded Rationality, Boston, MIT Press, 1982.

3Comme l’ont récemment montré Dominique Margairaz et Philippe Minard, il n’existe aucune approche unifiée de l’information : chaque champ, voire chaque étude, lui confère des attributs et un statut particuliers qui demeurent toujours plus ou moins relatifs à leurs propres configurations critiques4. Il est toutefois possible d’en schématiser la répartition autour de deux pôles. D’un côté, l’information est vue comme un bien constitué, comme une marchandise à vendre ou à acheter. Elle est considérée de manière séquentielle, substantiellement coincée entre un événement qu’elle réfléchit et une connaissance qu’elle prépare. À ce pôle substantialiste s’oppose une approche cognitiviste de l’information qui ferait voler en éclats l’équation information = nouvelle en rendant compte des processus de production, de transformation, de traitement et de distribution des données5. L’un des principaux apports de cette dernière consisterait à ne plus voir simplement l’information comme un « donné ». Les conventions, mais aussi les manquements, les frictions, les effets de ce qu’Herbert Simon a appelé la « rationalité limitée » des acteurs, peuvent alors être pensés, et la distinction entre information et connaissance être également maintenue de manière opératoire6.

  • 7 Gibbons R., A Primer in Game Theory, Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1992. Nous ne pouvons que re (...)

4Contrairement à l’examen positif de la circulation parfaite d’une nouvelle aussi exceptionnelle que la victoire de Lépante, la déconstruction des processus et des procédures à l’œuvre dans la diffusion institutionnalisée de l’information met à jour son caractère potentiellement « incomplet » et/ou « imparfait », pour reprendre des catégories d’analyse que nous empruntons à Robert Gibbons et à la théorie des jeux7. Nous défendrons dans ces pages la valeur heuristique d’une analyse proprement institutionnelle de l’information, dans le contexte problématique de la « guerre turque » en Méditerranée.

*

  • 8 Tolomei E., « La nunziatura di Venezia nel pontificato di Clemente VII (dai documenti dell’Archivi (...)
  • 9 Pieper A., Zur Entstehungsgeschichte der ständigen Nuntiaturen, Fribourg-en-Brisgau, Herder, 1895  (...)
  • 10 Riccardi L., « An outline of Vatican diplomacy in the early modern age », in Frigo D. (dir.), Poli (...)
  • 11 Richard P., « Origines et développement de la Secrétairerie d’État Apostolique (1417-1823) », Revu (...)
  • 12 Biaudet H., Les nonciatures apostoliques permanentes jusqu’en 1648, Helsinki, Annales Academiae sc (...)

5L’époque est à la généralisation de la représentation diplomatique permanente. Trente ans après la paix de Lodi, un premier nonce apostolique s’installe à Venise8. La pratique se généralise dans les dernières années du siècle9, et les nonciatures commencent à acquérir une valeur politique que les légations n’assumaient qu’en partie10. Puis, progressivement, la part des échanges consacrée aux affaires spirituelles et bénéficiales recule au profit des relations internationales11. Le nouveau système s’étend sous Pie IV (1559-1565) et Grégoire XIII (1572-1585) parallèlement à la sécularisation de la Curie. À la fin du XVIe siècle, on compte neuf nonciatures permanentes : quatre en Italie (Venise, Naples, Turin et Florence) et cinq hors de la péninsule (Espagne, France, Empire, Portugal et Pologne). Au début du siècle suivant sont créées celles de Cologne, de Graz et de Belgique, qui étendent la représentation pontificale à un troisième cercle12.

6Au maillage étroit de la péninsule italienne s’opposent les marges de la Chrétienté : nouveaux espaces du sous-continent américain d’une part, Afrique du nord et Orient de l’autre. Le souverain pontife ne peut avoir de représentants en terre d’islam : l’observation des affaires ottomanes se fait donc indirectement, et à distance. Les nonciatures les plus méridionales informeront ainsi le Saint-Siège sur la Barbarie comme celles d’Espagne et du Portugal transmettront les nouvelles du « nouveau monde ». Le Levant, celui qui commence en face des États pontificaux sur les rives orientales de l’Adriatique, qui englobe la Grèce et ses îles, Istanbul, l’Anatolie et le Proche-Orient, sera ainsi à la charge du nonce apostolique de Venise.

  • 13 ASV, Segr. Stato, Venezia, 9-41, 262-268; ASV, Miscellanea, Arm. I, 141.
  • 14 Notamment, pour les dernières années de la guerre de Chypre, dont les lettres sont d’ailleurs les (...)
  • 15 Un catalogue analytique des feuilles de nouvelles conservées dans la série Avvisi de la Secrétaire (...)

7Nous avons consulté l’intégralité des lettres, des dépêches et des chiffres échangés durant le siècle entre les nonces et les secrétaires du pape sur un rythme hebdomadaire ou bihebdomadaire, afin d’y relever toutes les informations relatives au bassin oriental de la Méditerranée et à la politique du sultan13. Nous les avons ensuite comparées avec le contenu des lettres des soldats du pape engagés sur le terrain de la guerre turque14, puis avec les feuilles de nouvelles dites « de Constantinople » et, plus généralement, avec toutes les rubriques des avis publics de Venise qui y faisaient allusion et qui sont conservées dans la série Avvisi du fonds Segreteria di Stato des Archives secrètes du Vatican15. Il s’agissait de partir des différents médiums (lettres, dépêches, relations, rapports et Avvisi) collectés par les services pontificaux, afin de reconstituer les moyens et les canaux institutionnels grâce auxquels le souverain pontife se tenait informé des affaires orientales durant la guerre de Chypre et après résolution du conflit.

Une source de renseignements : les « lettres de Constantinople »

  • 16 Coco C. et Manzanetto F., Baili veneziani alla Sublima Porta. Storia e caratteristiche dell’ambasci (...)
  • 17 ASVe, Sommari d’avisi, 1510-1523 ; ASVe, Sommari d’avisi, 1523-1529 ; ASVe, Sommari d’avisi da Cos (...)
  • 18 Pippidi A., « Quelques drogmans de Constantinople au XVIIe siècle », Revue des études sud-est euro (...)
  • 19 Simon B., « Lobby et réseau d’espionnage vénitiens à Constantinople au milieu du XVIe siècle », in(...)

8La majeure partie des données relatives à l’Empire ottoman qui circulent en Italie provient de la correspondance du bailo de Venise16. Représentant permanent de la Sérénissime à Istanbul, le baile y assure à la fois les fonctions d’ambassadeur et de consul. Les pièces de sa correspondance sont examinées par le Collegio vénitien qui sélectionne après traitement les parties communicables à l’intérieur du gouvernement, c’est-à-dire au Sénat et aux orateurs, ainsi qu’aux représentants étrangers présent auprès de la Signoria17. Régulière, diversifiée, ouverte ou fermée, la correspondance du baile arrive à Venise principalement par mer. Dignitaires ottomans, négociants vénitiens, marins, artisans, esclaves chrétiens, mercenaires, barbiers et dragomans18, sans oublier les recteurs, les consuls, les provéditeurs et les capitaines de la Sérénissime disséminés dans l’outre-mer vénitien : tous sont considérés comme des informateurs potentiels19.

  • 20 Mantran R., « Venise, centre d’information sur les Turcs », in Beck H.-G., Manoussacas M. et Petru (...)
  • 21 Hassiotis I., « Venezia e i domani veneziani tramite di informazioni sui Turchi per gli Spagnoli n (...)
  • 22 Grimaldi C., Le tentative per una pacificazione fra la Spagna e i Turchi in relazione con gli inte (...)
  • 23 BAV, Urb. Lat., 1115-1117 (1598-1629).
  • 24 Infelise M., « Professione riportista. Copisti e gazzettieri nella Venezia del ‘ 600 », in Gasparr (...)
  • 25 Canosa R. et Colonello I., Spionaggio a Palermo. Aspetti de la guerra turco-spagnola in Mediterran (...)

9En vertu de l’ancienneté de son implantation diplomatique et commerciale au Levant, Venise demeure au XVIe siècle, et encore au début du siècle suivant, un incontournable « centre d’information sur les Turcs20 ». Les données collectées sur place font l’objet de diverses redistributions. Ioannis Hassiotis l’a parfaitement montré à propos du rôle joué par l’ambassadeur espagnol à Venise dans le transfert de ces renseignements en direction du bassin ponantin de la Méditerranée21. Comme les papes, quoique pour des raisons différentes, et malgré plusieurs tentatives de rapprochement au milieu du XVIIe siècle22, et à la différence de la France, les Rois Catholiques n’ont pas non plus de représentant officiel à Istanbul. Le fonds des Codices Urbinates Latini de la Bibliothèque apostolique vaticane renferme pourtant une importante collection d’avisos dont le dispositif, la graphie, l’énonciation et les thèmes abordés sont en tous points similaires aux « avvisi di Constantinopoli » et aux rubriques istanbuliotes des « avvisi di Venetia » qui paraissent à la même époque23. Ceci nous a amené à penser que ces avisos n’étaient pas à proprement parler des documents « espagnols », mais plutôt des traductions castillanes, probablement effectuées à Venise même, des avvisi italiens. Les riportisti vénitiens sont des passeurs de nouvelles qui trouvent leur matrice levantine dans les « lettres ouvertes » du baile d’Istanbul24. La centralité de la péninsule italienne dans la diffusion des nouvelles méditerranéennes en Europe est majoritairement agencée par l’activité diplomatique et administrative de Venise au Levant. Les avvisi qui paraissent chaque semaine sur les bords de la Lagune peuvent, au plus tard au début du XVIIe siècle, servir ainsi de compléments d’information à la Couronne d’Espagne, en sus des données collectées par voie diplomatique, par l’intermédiaire des vice-royautés25 ou encore des marins génois.

  • 26 BAV, Urb. Lat., 1042-1043.
  • 27 Solá E., Los que van y vienen. Información y fronteras en el Mediterráneo clásico del siglo XVI, A (...)

10Pourtant, les avvisi parus au cours de la guerre de Chypre ne se contentent pas de reprendre les données extraites des lettres du baile, mais diffusent aussi les lettres des armées qui ont circulé entre Otrante, Messine, Naples, Rome et Venise par d’autres canaux militaires et diplomatiques26. Le besoin d’information suscité par le conflit et la réorientation quasi immédiate des capteurs provoquée par l’engagement pontifical et la présence des princes italiens dans la sainte ligue produit, pour reprendre un heureux concept forgé par Emilio Solá27, une « diagrammation » de la diffusion de l’information méditerranéenne, instituée en amont de la diffusion publique par des logiques propres à la communication intra et intergouvernementale des nouvelles.

Une institution et les nouvelles : la nonciature apostolique de Venise

11À chaque nonciature correspond une aire de responsabilité politique et apostolique plus ou moins étendue. À chaque nonciature correspond également un territoire informatif réservé, flexible en partie, dont le siège de résidence est l’épicentre.

12L’aire de responsabilité politique, apostolique et informative de la nonciature de Venise s’étend au nord vers l’Europe centrale et les villes de l’Empire, elle commence là où s’arrêtent celles des nonciatures continentales. Le sud-est européen, l’Anatolie et, dans une moindre mesure, le Proche-Orient relèvent également de sa responsabilité et forment même une sorte de pré carré sur lequel autre nonciature n’a de prise directe, à l’exception circonstanciée peut-être, durant les guerres entre Impériaux et Ottomans, de celle de Vienne. Nous avons entrepris de comparer les lettres et les feuilles d’information diffusées par les nonces de Venise avec les archives des sièges français, espagnols, viennois, espagnols et napolitains. Il est apparu que si les modalités de la communication des nouvelles, et notamment l’ajout ponctuel ou systématique des avvisi locaux, sur lequel nous aurons l’occasion de revenir plus loin, étaient progressivement partagées par tous, la diffusion de l’information levantine relevait bien, quant à elle, du domaine réservé de la nonciature vénitienne. Nous employons ici à dessein l’adjectif levantin, et non « ottoman » ou « méditerranéen », car de Vienne remontent également vers Rome des nouvelles ottomanes, relatives cette fois aux guerres hongroises, et les nonces d’Espagne et de Naples diffusent également de l’information méditerranéenne, propre au bassin ponantin surtout, ainsi que des renseignements relatifs à la Barbarie et aux corsaires d’Afrique du Nord.

13L’actualité « constantinopolitaine » et levantine, c’est-à-dire le compte rendu épisodique de la vie politique de l’empire ottoman, de sa capitale et de ses provinces, ainsi que l’observation de ses arsenaux et de sa flotte, demeure minoritaire dans les plis de la nonciature vénitienne. Minoritaire, certes, mais toujours exclusive, en temps de veille comme en période de crise.

  • 28 ASV, Segr. Stato, Venezia, 10, f° 3 r°.
  • 29 Idem, f° 8 v° -9 r°.
  • 30 Setton K., The Papacy and the Levant (1204-1571), vol. 4: The Sixteenth Century from Julius III to (...)
  • 31 BAV, Urb. Lat., 1040, f° 517, avis de Rome du 28 février 1568.

14Nous n’avons identifié dans la correspondance du nonce apostolique de Venise que deux lettres traitant en 1568 des affaires ottomanes. La première, datée du 20 janvier, rapporte via Andrinople une « querelle » survenue à la Porte entre les autorités ottomanes et les Juifs de la ville au sujet d’une prise faite à Chypre par les corsaires barbaresques. Y sont également mentionnées les conjectures d’un baile persuadé, une fois encore, que la flotte turque prendra la mer avant la fin de l’année28. La seconde est nettement plus fournie, et pour cause : le baile a écrit « plus fréquemment qu’à l’accoutumée ». S’y côtoient des événements divers, tels l’exécution du pacha du Caire, les déplacements réels ou supposés de la flotte toujours, la diplomatie ottomane enfin, le sultan ayant maille à partir avec la Perse d’un côté, avec les Impériaux de l’autre29. Néanmoins, le ou les chapitres consacrés aux nouvelles ottomanes sont minoritaires dans l’économie textuelle générale de chacune de ces lettres et le volume, rare, de la seconde tient surtout à ce qu’elle ne se borne pas à rendre compte d’un événement « notable » survenu au Levant, mais fournit ce qu’on pourrait appeler un point de situation diplomatico-militaire. Le tempo géopolitique, entre temps, a changé. Toutes les cours européennes ont été alertées par la Signoria, grâce aux lettres communiquées aux ambassadeurs Tiepolo à Rome et Cavalli en Espagne notamment, des intentions belliqueuses du sultan, induites de l’observation des arsenaux de l’empire par les agents du baile30. Pourtant, ce type de nouvelle est on ne peut plus banal dans les hivers de l’information vénéto-ottomane, insuffisant en tout cas pour mettre la péninsule en alerte. Et la menace paraît encore bien indistincte. Aucune demande de précision d’ailleurs ne suit l’envoi de ce courrier, tout juste est-il rappelé que le pape Pie V semble persuadé depuis presque un an déjà que si la flotte turque sort au printemps 1569, c’est cette fois l’île de Malte qui en sera la cible31. Les autorités vénitiennes et romaines, dans ce contexte-ci, c’est-à-dire avant l’ouverture des hostilités, semblent se contenter d’une information incomplète et imparfaite et chaque renseignement, chaque nouvel indice apporté, échoue à en réduire la part d’incertitude.

15Les événements relatifs à Istanbul, au sultan et à l’empire ottoman n’occupent en effet qu’une place marginale dans la correspondance de l’évêque de Nicastro. La majorité des informations qui circulent en Italie durant les années 1568 et 1569 est relative aux troubles de la Ligue en France et s’inscrit donc dans une séquence événementielle européenne plus large qui prédétermine la politique de l’information des gouvernements : celle des guerres de religion. La territorialisation de l’information est donc à comprendre comme quelque chose d’élastique ; plus exactement, elle ne répond pas à des critères d’ordre purement géographique, pensés par exemple en terme de proximité physique, mais dérive davantage de l’implication politique des événements suivis sur le gouvernement auprès duquel réside le représentant-informateur. En effet, les troubles de la Ligue ne sont pas vraiment suivis pour eux-mêmes et ne sont de surcroît jamais décrits par le menu. Ils ne sont au final évoqués qu’au prisme de la politique vénitienne et des conséquences qu’ils pourraient éventuellement avoir sur elle.

  • 32 Mehmed Sokollu est né en 1505 et appartient à la petite noblesse serbe de Bosnie. Devenu page du s (...)
  • 33 Stella A. (éd.), Nunziature di Venezia, Rome, Istituto storico italiano per l’età moderna e contem (...)
  • 34 Pedani M. P., « Tra economica e geo-politica : la visione ottomana della guerra di Cipro », Annuar (...)
  • 35 Setton, op. cit., p. 951.

16Les choses changent dès le mois de janvier 1570. On parle de cent trente galères prêtent à prendre la mer et à fondre sur la Méditerranée occidentale. Les chiffres, au fil des mois, gagnent en précision, mais la destination n’est toujours pas connue avec certitude et le grand vizir Mehmed Sokollu n’a par exemple de cesse de démentir les projets d’une attaque contre l’outre-mer vénitien32. Jusqu’à la fin janvier, et ponctuellement encore au début du mois suivant, le nonce fait état des rumeurs qui circulent entre Istanbul et Venise selon lesquelles les galères turques auraient pour mission de se rendre en Crète ou en Espagne en vue de soutenir les Morisques33. Le 25 janvier, le doute est enfin levé : malgré l’opposition de Sokollu, la flotte se rendra à Chypre, dans cette île vénitienne qui fut terre d’islam durant les premières années de l’Hégire34. Une fois reçue et vérifiée, l’information est ensuite communiquée au pape. Elle fait rapidement le tour de la Curie, puis est transmise en Espagne moins de trois jours plus tard35.

  • 36 « Di Cattaro ci sono lettere del proveditore, il quale afferma che le lettere che il bailo scrivev (...)

17Dès avant que les galères ne passent les détroits, le baile est placé sous surveillance36. Les échanges avec la Signoria se raréfient et prennent parfois des chemins de traverse :

  • 37 ASVe, Deliberazioni Senato, Constantinopoli, 4, f° 27, lettre du 8 mars 1571 adressée à Barbaro, c (...)

« Depuis le 8 février de l’année 1569 [sic], nous ne vous avons plus écrit, et vous savez la cause de ce silence, c’est l’ouverture des hostilités entre les deux nations… Depuis ce temps jusqu’aujourd’hui, nous avons reçu toutes les lettres que, par des routes diverses et des moyens différents, vous nous avez fait tenir jusqu’au 13 janvier passé. Vous avez déployé dans l’envoi de ces missives, aussi bien que dans l’intelligence des instructions que nous vous avons données, autant de prudence et d’activité qu’il nous était permis d’en attendre. D’accord avec le Sénat, nous vous adressons les louanges les plus sincères, comme à un ministre habile et valeureux. Nous sommes certains que, puisqu’il a plu à Dieu de vous éprouver par de telles souffrances et de tels troubles supportés pour le service de la patrie, et qui font pour vous et votre postérité un titre de gloire, vous persévérerez dans cette voie et rendrez encore de tels services à la chose publique37. »

  • 38 Sur la biographie de Giovanni Antonio Facchinetti, cf. Moroni G., Dizionario di erudizione storico (...)
  • 39 Né en 1551, le cardinal-neveu Michele Bonelli, connu par les contemporains comme le « cardinale Al (...)

18Pourtant, d’août à octobre 1570, c’est-à-dire une fois que Marc’Antonio Colonna a pris la mer à la tête des troupes pontificales, il ne se passe jamais plus de deux semaines sans que le nonce Facchinetti, qui deviendra pape en 1591 sous le nom d’Innocent IX38, n’informe le secrétaire Rusticucci ou le cardinal-neveu Michele Bonelli39 du déroulement du conflit.

Configurations informationnelles : vers une secrétairerie d’État du Saint-Siège

  • 40 Gaeta F., « Barbaro Marcantonio », Dizionario biografico degli Italiani, vol. 6, Rome, Istituto de (...)
  • 41 BNM, Ms. It., VII, 391 [8873], f° 218-219.
  • 42 Idem, f° 235-240 v°.

19Comme l’hagiographie vénitienne l’a amplement célébré, même assigné à résidence, le baile Marcantonio Barbaro poursuit, autant que faire se peut, sa mission d’informateur privilégié40. Dans les faits, celle-ci se borne surtout à rendre compte des bruits qui courent encore jusqu’à lui depuis les rues et les marchés d’Istanbul. Le baile n’est plus informé, tous ses circuits sont coupés. Alors, il écoute la ville et présente ses déductions. Par exemple, la première fois qu’il informe la Signoria de la chute probable de Famagouste qui annonce la prise prochaine de l’île par les forces ottomanes, c’est suite aux trois jours de célébration que les autorités ottomanes ont décrétés le 17 août 1571 et dont il suit, de loin, les réjouissances bruyantes41. La relation des événements proprement dits ne viendra que bien plus tard, dans un rapport dépêché le 30 novembre, c’est-à-dire une fois les vainqueurs de Chypre rentrés à Istanbul42.

  • 43 Melis F., « Intensità e regolarità nella diffusione dell’informazione economica generale nel Medit (...)
  • 44 Setton, op. cit., p. 1045-1046.

20Les nouvelles ottomanes qui circulent en Italie de 1570 à 1573 sont plus nombreuses, plus détaillées et plus fréquentes que précédemment, elles gagnent dès la fin de l’été 1570 à la fois en intensité et en régularité, pour reprendre des notions opératoires empruntées à F. Melis43. Surtout, elles portent sur des faits essentiellement militaires, ce qui, bien évidemment, n’a en soi rien d’étonnant. Ce qui mérite d’être noté, c’est qu’au plus fort de la crise, le bailo devient en réalité une source de renseignement secondaire. Le temps de « veille stratégique » dans lequel s’épanouissent les représentants diplomatiques est clos. Les informations qui transitent entre la Méditerranée orientale, Venise et Rome sont des nouvelles de guerre, ainsi que des « alertes d’escales » en provenance de Corfou surtout, de Zante parfois, de Raguse éventuellement, des îles Ioniennes et des points d’appui adriatiques de la Sérénissime toujours. Le 3 septembre 1571 par exemple, le Sénat transmet à Sebastiano Venier, en vue de les partager avec Don Juan d’Autriche et Colonna, les derniers avis de Kotor et de Raguse qui localisent et décrivent l’état de la flotte ottomane au 25 août44.

21Les sources d’information et les moyens de communication des nouvelles se sont multipliés du fait même de l’engagement militaire pontifical. Les lettres des armées du pape et leurs copies sont alors dépêchées à Otrante et/ou à Messine, voire à Ancône, pour être ensuite acheminées jusqu’à Rome. L’incertitude des communications extraordinaires en général, et des nouvelles de mer en particulier, renforce le rôle des circuits institutionnels traditionnels au sein d’une reconfiguration qui n’est au final que partielle. Et la communication de la nouvelle de la victoire de Lépante est sur ce point exemplaire.

  • 45 Paruta, lui, le fait arriver la veille dans la Lagune. Cf. Paruta P., Dell’historia vinetiana dell (...)

22Giustinian est arrivé à Venise le 18 octobre45, et la nouvelle, dès le lendemain, fait le tour de la ville. Le nonce s’empresse de la communiquer aussitôt au cardinal secrétaire, en espérant qu’elle vienne adoucir celle de la perte de Famagouste, apprise deux jours auparavant des dernières lettres de Girolamo Rusticucci. Il est intéressant de noter que le nonce Facchinetti est persuadé que le cardinal et le pape ont à cette date, ou, plus exactement, auront deux jours plus tard une fois l’exprès arrivé à destination, déjà reçu par voie d’Otrante « l’aviso della vittoria dell’armata christiana » :

  • 46 Et sur le pli : « p[er] Cor[rier] o con la Vittoria di Lepanto giunta In Roma a 21 alle 4 hore di (...)

« Ancorche io voglia credere, che per la via d’Otranto N [ostro] S [ignor] e haurà hauuto l’auiso della Vittoria dell’Armata christiana, nondimeno pergl’impedim[en] ti che suole tal’hora apportar il mare, m’è parso debito mio d’ispedir à posta questo corriero, et dirle, che poco fa è giunto il Mag[nifi] co Giuffrè Giustiniano con la sua galera, et ha riferito in Collegio alla presenza mia, che di 200 galere Turchesche, cento ottanta, dico 180 sono stati prese, et si trouano in poter de christiani, che la vittoria è stata sanguinosa, con morte di xx. m Turchi, et fatto grand[issi] mo n [ume] ro di prigioni/et liberati da xv. m schiaui christiani/Et ch’era morto il Proued[ito] re Barbarigo con 6. ouer 8 sopracomiti Vinitiani. Che’l S [ignor] Don Giouanni, S. Marc’Ant[oni] o Colon(n) a, li Principi d’Urbino, et di Parma, Il conte di s [an] ta Fiore, et il Sig[nore] Asc[ani] o della Corgnia erano salui, che la battaglia segui alli 7. di q [ues] to et duro’dalle 17. hore sin’à notte, et fu poco lontano dal Golfo di Lepanto. Con che à V [ostra] S [ignoria] Ill [ustrissi] ma bascio humilm[en] te le mani, et le prego ogni felicità. Di Vin[iti] a à 19 di Ottobre M. D. LXXI Di V [ostra] S [ignoria] Ill[ustrissi] ma e R [everentissi] ma Humiliss[im] o et oblig[atissi] mo Ser[vito] re. Il Vesc[ov] o di Nicastro. S’è anco inteso, che Occhiali era saluato con xv galere46. »

  • 47 Pastor L. von, Histoire des papes depuis la fin du Moyen Âge, vol. 18., Pie V (1566-1572) [suite], (...)
  • 48 Notamment : BAV, Urb. Lat., 1042, f° 138, avviso romain du 24 octobre 1571.
  • 49 Nous empruntons cette notion de « promotion » de l’information à Harvey Molotch et à Marilyn Leste (...)

23Arrivant à Rome avant l’estafette envoyée par le doge Mocenigo, l’exprès de Facchinetti serait entré dans l’Urbs dans la nuit du 21 au 22 octobre, le cardinal Rusticucci s’en allant aussitôt réveiller le souverain pontife47, avant que d’apprendre la grande nouvelle aux principaux personnages de la Curie, aux orateurs vénitiens et à l’ambassadeur espagnol présent dans la ville. Avant d’être célébrés dans les rues et dans les gazettes, l’événement a donc d’abord été diffusé par et pour les gouvernements48, qui en ont assuré ensuite la communication, la publication et la promotion49.

  • 50 ASV, Segr. Stato, Venezia, 9, f° 170 v°.
  • 51 Idem, f° 171 r°.

24Mais il arrive souvent que ces canaux institutionnels, pour diverses raisons, ne suffisent pas. Dans une lettre en date du 19 janvier 1572, l’évêque de Nicastro concède que lors de la dernière audience organisée par le gouvernement vénitien, « rien n’a été publié » – entendre « communiqué » – à propos de la situation et des intentions du capitaine général Sebastiano Venier50. Quatre jours plus tard, le même nonce est convoqué pour une audience dominicale qui se révèle aussi décevante que la précédente, car les « rapports eus de Constantinople » se contentent en vérité de confirmer et de préciser des éléments qui ont fait l’objet d’un précédent courrier51. Les informations vénitiennes sont communiquées à l’extérieur du gouvernement lors d’audiences dont le nonce rend toujours compte au secrétaire dans un feuillet à part. Le Collegio est la pièce centrale du dispositif vénitien de collecte, de validation et de diffusion intra et intergouvernementale des informations. Les savi structurent en effet les données destinées au Sénat, mais, puisqu’interdiction est faite aux patriciens de communiquer avec les représentants étrangers, les audiences sont de jure et de facto le seul lieu et l’unique moment de la diffusion autorisée des nouvelles.

  • 52 La guerre de Chypre, des premières heures du conflit à sa résolution, a effectivement amené les pu (...)

25Dans le contexte unanimiste de la « ligue contre les Turcs », et contrairement aux années précédentes, la bonne foi des savi du Collège est rarement mise en cause. Dans ce cas précis, l’information diffusée a beau être postulée comme complète (aucune nouvelle n’a été dissimulée), elle est néanmoins jugée imparfaite par les acteurs. Et la conscience de cette insuffisance, qu’elle soit conjoncturelle (diminution logique de l’input d’information dans un contexte de guerre maritime) ou structurelle (les audiences ne seraient qu’une cérémonie diplomatique parmi d’autres au cours de laquelle le rituel de communication l’emporterait sur la fonction information proprement dite), amènent le nonce et le Saint-Siège à chercher d’autres voies52.

  • 53 Friedrich M., « Government and Information-Management in Early Modern Europe. The Case of the Soci (...)

26La première source d’information de la nonciature – en dehors des circuits vénitiens officiels et officieux – provient en réalité de la secrétairerie. Ceci pourrait paraître à première vue tout à fait paradoxal, mais se révèle parfaitement logique pour peu que l’on déplace la focale de la synapse apostolique vers la secrétairerie elle-même, vers ce centre nerveux qui se nourrit du système et l’alimente à la fois. Les nonces ne s’informent que peu entre eux, et jamais sans en avoir au préalable reçu l’ordre du cardinal secrétaire. Le management romain de l’information est particulièrement centralisé53, selon une logique de concentration/distribution de l’information propre aux gouvernements modernes en passe d’achever leur tournant administratif.

27Une fois la ligue signée le 25 mai 1571 et après que Maltais, Espagnols et Vénitiens ont fini par régler les questions de commandement et de préséance qui les divisaient, les troupes convergent vers Messine. Néanmoins, force est de constater que les nouvelles des armées stationnées au port et des troupes déjà embarquées n’arrivent au nonce de Venise ni directement de là, ce qui serait pourtant le plus logique, ni d’Otrante, qui est le port de destination privilégié pour les lettres envoyées depuis Corfou, ni même de Naples où le nonce est censé coordonner les affaires géopolitiques et apostoliques du Sud de l’Italie, mais passent toujours entre les mains du cardinal secrétaire romain.

  • 54 Brunelli G., « Tolomeo Gallio », Dizionario biografico degli Italiani, vol. 51, Rome, Istituto del (...)
  • 55 Cf. D’Onorio J.-B., « Secrétairerie d’État », in Levillain P. (dir.), Dictionnaire historique de l (...)

28Après la mort de Pie V, Tolomeo Gallio récupère le poste qu’il occupait avant Gerolamo Rusticucci et, le neveu Bonelli étant appelé à d’autres charges, il gagne même en influence54. Tant et tellement, d’ailleurs, que son retour aux affaires nous a semblé à même de réviser en partie certains jugements et idées reçues, selon lesquels il serait impossible de parler de secrétaire et de secrétairerie d’État du Saint-Siège avant 164455.

  • 56 ASV, Segr. Stato, Venezia, 263, 17 mai 1572 – 17 janv. 1573.

29L’épisode tunisien de Don Juan d’Autriche est observé depuis le carrefour napolitain par les nonces Alessandro Simonetta et Antonio Sauli, envoyés du pape auprès du vice-roi. Sous la direction de Gallio, les secrétaires ne se contentent plus simplement de réexpédier leurs lettres après examen et leur communication journalière au souverain pontife. Les lettres jugées les plus importantes pour la représentation vénitienne sont intégralement réécrites, synthétisées en chancellerie, puis seulement adressées ensuite au nonce de Venise, à la Signoria et/ou à ses ambassadeurs près le Saint-Siège, ce qui a pour conséquence logique d’en faciliter la cognition tout en en ralentissant de manière patente la communication56. Les logiques proprement institutionnelles, ici le contrôle des flux, la vérification des nouvelles et le traitement centralisé de l’information, priment sur des considérations d’ordre purement communicationnel qui seraient exclusivement pensées en termes de vitesse. Contrairement à ce que laisserait croire une approche du problème vu aux seuls prismes des performances postales et de la circulation des lettres, l’efficacité, en matière de diffusion de l’information, n’est pas qu’une question de rapidité. L’efficacité, qui est ce à quoi aspirent les décideurs et leurs agents, est aussi, et peut-être surtout un problème institutionnel, et une question de procédure.

30Lorsqu’un diplomate en visite un autre ou lorsque des chefs de guerre alliés se réunissent, l’information circule également de vive voix, « de bouche » disent les sources, et les pièces, en appui, sont parfois montrées à l’interlocuteur. Le principe qui régit ce type d’interaction est sensiblement identique à celui des audiences : le partage des renseignements disponibles se fait en principe sur le mode de l’échange, dans un rapport d’égalité fictive, qu’est censée établir la confiance réciproque des acteurs.

31Les lettres des nonces de Venise ou de Naples, celles des secrétaires successifs du Saint-Siège, celles des chefs de guerre également, montrent qu’une fois la ligue proclamée les échanges se multiplient. Les ressources disponibles sont pour ainsi dire mutualisées, au même titre qu’ici un navire, là une cargaison de biscuits destinée aux troupes alliées. La Sainte Ligue, plus sûrement encore le consensus antiturc, fluidifie et accroît la diffusion de l’information méditerranéenne en Italie. L’enjeu, pour les figures intermédiaires de l’information et de la décision que sont les représentants diplomatiques ou les secrétaires, n’est plus tant de trouver des nouvelles à collecter que de coordonner de manière pertinente les différents capteurs, de vérifier les renseignements rassemblés en les croisant, et de réduire, en vue des prises de décisions à venir, à Rome comme sur le terrain, une cacophonie qui devient inévitable à mesure que les sources se multiplient hors des canaux et des rythmes habituels.

  • 57 « V. S. potrà rengratiar esso s[igno]r Amb[asciato] re in nome di S. S[anti]tà mostrando l’auiso l (...)

32Lorsque les relations diplomatiques de Venise et de la Sublime Porte sont interrompues ou lorsque l’information officielle qui est diffusée par la Sérénissime via ses généraux, capitaines et provéditeurs, est jugée insuffisante, le Saint-Siège mobilise d’autres ressources. Premier exemple : les ambassadeurs français présents en Italie. Le Très Chrétien, certes, ne peut participer ouvertement aux opérations. Les lamentations des uns et des autres contre une Couronne « renégate » sont de mise. Pourtant, le 27 mars 1574, et l’exemple est loin d’être isolé dans les années qui suivent la fin du conflit, le cardinal-secrétaire demande à son nonce de remercier l’ambassadeur du Très Chrétien au nom du pape pour les dernières nouvelles obtenues sur l’état de la flotte turque, qu’une dépêche envoyée directement d’Istanbul à Rome par l’ambassadeur du roi de France semble confirmer57. En matière d’information, les situations de crise et les imperfections structurelles semblent particulièrement fécondes.

  • 58 Setton, op. cit., p. 942.
  • 59 ASV, Segr. Stato, Venezia, 10, f° 319-471, avril-novembre 1585. Deux types d’avvisi sont envoyés :(...)
  • 60 ASV, Segr. Stato, Venezia, 32, Lettres de Monsignor Gratiani, évêque d’Amelia et nonce de Venise a (...)
  • 61 ASV, Segr. Stato, Venezia, 34. Lettres d’Offredi au cardinal Pietro Aldobrandini (25 novembre 1598 (...)

33En sus des sources évoquées précédemment, le nonce Fachinetti a également eu recours aux agents des Fugger postés au Fondacco dei Tedeschi de Venise, et tout particulièrement à leurs avvisi en vue de compléter, dès l’été 1569, les données acquises ailleurs58. Et cette pratique perdure une fois le conflit terminé. Le dépouillement de l’intégralité des registres des nonciatures de Venise et de Naples sur plus d’un siècle ainsi que celui de la totalité de la série Avvisi des archives vaticanes ne laisse aucun doute : un nombre conséquent de feuilles hebdomadaires manuscrites ou imprimées sont systématiquement insérées ou copiées à la suite des autres pièces postées par la nonciature. De nombreux feuillets manuscrits, moins visibles que les imprimés, n’ont d’ailleurs pas été extraits des plis initiaux pour être classés à part et sont encore conservés avec le reste de la correspondance dans le fonds propre de la nonciature. Les premiers avvisi internationaux composés à être envoyés avec certitude à Rome par le nonce de Venise lui-même sont datés du mois d’avril 1585 et doivent être mis au crédit de la politique de l’information menée sur place par l’évêque de Cervia59. Les lettres de nouvelles de monseigneur Gratiani, évêque d’Amelia et nonce apostolique de Venise entre 1596 et 1597, sont quant à elles les premières à renvoyer de manière explicite à la « solita gazzetta » ou aux « avvisi della piazza »60, preuve que la pratique non seulement ne s’est pas perdue d’un nonce à l’autre, mais qu’elle s’est même progressivement institutionnalisée. Au début du XVIIe siècle, plus précisément au cours de la nonciature de monseigneur Offredi, évêque de Malfetta, survient une importante inflexion dans les manières de correspondre et de diffuser l’information61. Pour schématiser, les nouvelles locales faisaient jusqu’alors l’objet d’une lettre à part rédigée par le nonce qui proposait ainsi une sorte de synthèse hebdomadaire des événements jugés les plus notables et que les périodiques pouvaient ponctuellement compléter. Le principe des « sources ouvertes », cher aux services de renseignement contemporains, semble alors pleinement établi.

34Avec la systématisation de l’envoi des feuilles de nouvelles vénitiennes, la note de synthèse disparaît des plis. Sous l’influence de l’émergence d’un nouveau medium, les techniques de l’information évoluent. L’actualité générale du lieu de résidence ainsi que les nouvelles relevant de la zone de responsabilité du résident sont en effet renvoyées à des pièces exogènes instituées et validées par l’officialité même du pli. Au début du XVIIe siècle, l’action informative du représentant se disjoint en quelque sorte de son activité proprement épistolaire ; les nonces peuvent alors consacrer leur plume à l’évocation de ce qui dépend étroitement de leur fonction et de leur mission apostoliques. Sur le plan rigoureusement informatif, seules les nouvelles privilégiées sues par confidence, ou lors des audiences, seront alors relatées. L’invention de l’actualité a donc notablement modifié les manières de correspondre en redistribuant l’information générale, politique et militaire pour l’essentiel, à l’intérieur des plis transmis depuis le siège des représentations. La diffusion de l’information gagne ainsi en efficacité. Le gain de temps est en effet incontestable, autant pour l’émetteur que pour le destinataire ; la pertinence cognitive des plis transmis s’en trouve de fait améliorée, la nouvelle donne facilitant au final la réception, la lecture et le traitement de l’information. Un saut qualitatif et quantitatif important s’est donc opéré dans l’après-guerre de Chypre. Éprouvée de manière circonstanciée au cours du conflit, consécutivement à la prise de conscience de l’imperfection des circuits officiels vénitiens, la pratique a été systématisée ensuite et l’expérience prolongée, au point d’aboutir à la formation de nouveaux besoins et de nouvelles habitudes, au point de rendre les feuilles de nouvelles indispensables aux gouvernants, au point d’en institutionnaliser la circulation et d’en assurer ainsi les premiers succès.

Notes

1 Lesure M., Lépante, la crise de l’empire ottoman, Paris, Julliard, 1972, p. 10.

2 Les exemples sont nombreux. Le plus récent et, selon nous, le plus convaincant est à mettre au crédit de Zsuzsa Barbarics et Renate Pieper : Barbarics Z. et Pieper R., « Handwritten newsletters as a means of communication in early modern Europe », in Muchembled R. (dir.), Cultural Exchange in Early Modern Europe, t. 3 : Correspondence and Cultural Exchange in Europe, 1400-1700 (sous la direction de F. Bethencourt et F. Egmond), Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 65-79.

3 Jeannin P., « La diffusion de l’information », in Cavaciocchi S. (éd.), Fiere e Mercati nella integrazione delle economie europee secc. XIII-XVIII. Istituto internazionale di storia economica F. Datini, Atti della trentaduesima settimana di studi e altri convegni (8-12 maggio 2000), Florence, Le Monnier, 2001, p. 231-262.

4 Margairaz D. et Minard Ph. (éd.), L’information économique XVIe-XIXe siècle (Journées d’études du 21 juin 2004 et du 25 avril 2006), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2008, p. v-xi.

5 Kaiser W. et Buti G. (dir.), Rives nord-méditerranéennes, 27, « Moyens, supports et usages de l’information marchande à l’époque moderne », 2007.

6 Simon H., Models of Bounded Rationality, Boston, MIT Press, 1982.

7 Gibbons R., A Primer in Game Theory, Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1992. Nous ne pouvons que renvoyer ici au travail remarquable d’Alessandro Stanziani sur la valeur didactique de la théorie des jeux en sciences sociales au regard des théories économiques néo-classiques et néo-instutionnalistes dans leur rapport à l’information : Stanziani A., « Information, institutions et temporalités. Quelques remarques critiques sur l’usage de la nouvelle économie de l’information en histoire », Revue de synthèse, 121, 1, 2000, p. 117-155.

8 Tolomei E., « La nunziatura di Venezia nel pontificato di Clemente VII (dai documenti dell’Archivio Vaticano) », Rivista Storica Italiana, 9, 1892, p. 577-628 ; Gaeta F., « Origini e sviluppo della rappresentanza stabile pontificia in Venezia (1485-1533) », Annuario dell’Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, 9-10, 1957-1958, p. 5-281.

9 Pieper A., Zur Entstehungsgeschichte der ständigen Nuntiaturen, Fribourg-en-Brisgau, Herder, 1895 ; Richard P., « Origines des nonciatures permanentes. La représentation pontificale au XVe siècle », Revue d’histoire ecclésiastique, 7, 1906, p. 52-70 ; Chevallier L., « Remarques sur l’organisation et la pratique diplomatique de quelques nonciatures permanentes au XVIe siècle », Annuaire français de droit international, 12, 1966, p. 89-105 ; Blet P., Histoire de la représentation diplomatique du Saint Siège, Città del Vaticano, Archivo Vaticano, 1982.

10 Riccardi L., « An outline of Vatican diplomacy in the early modern age », in Frigo D. (dir.), Politics and Diplomacy in Early Modern Italy. The Structure of Diplomatic Practice, 1450-1800, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 99.

11 Richard P., « Origines et développement de la Secrétairerie d’État Apostolique (1417-1823) », Revue d’histoire ecclésiastique, 11, 1910, p. 505-529.

12 Biaudet H., Les nonciatures apostoliques permanentes jusqu’en 1648, Helsinki, Annales Academiae scientiarum Fennicae, 1910

13 ASV, Segr. Stato, Venezia, 9-41, 262-268; ASV, Miscellanea, Arm. I, 141.

14 Notamment, pour les dernières années de la guerre de Chypre, dont les lettres sont d’ailleurs les premières à avoir été archivées de la sorte dans les fonds de la Secrétairerie : ASV, Segr. Stato, Soldati, 1-2.

15 Un catalogue analytique des feuilles de nouvelles conservées dans la série Avvisi de la Secrétairerie, et dans les autres fonds du Vatican, reste à faire. Pour les nouvelles dites « de Constantinople », voir notamment : ASV, Segr. Stato, Avvisi, 126, 129 ; et pour les feuilles de « nouvelles à la main » vénitiennes qui les mentionnent, en particulier : ASV, Segr. Stato, Avvisi, 120. Une part importante de ces feuilles n’ont pas été reversées au fonds Avvisi et sont encore archivées avec les autres pièces de la correspondance apostolique, dont nous avons donné référence dans la note n ° 13.

16 Coco C. et Manzanetto F., Baili veneziani alla Sublima Porta. Storia e caratteristiche dell’ambasciata veneta a Costantinopoli, Venise, Università degli studi di Venezia, 1985 ; Dursteler E., « The Bailo in Constantinople : Crisis and Career in Venice’s Early Modern Diplomatic Corps », Mediterranean Historical Review, 16, 2, 2001, p. 1-30 ; Migliardi O’Riordan Colasanti G., « L’attività consolare del Levante nella documentazione del Bailo a Costantinopoli », Byzantinische Forschungen, 12, 1987, p. 763-768 ; idem, « Présentation des archives du baile à Constantinople », Turcica, 33, 2001, p. 339-367.

17 ASVe, Sommari d’avisi, 1510-1523 ; ASVe, Sommari d’avisi, 1523-1529 ; ASVe, Sommari d’avisi da Cost., Corfù, etc., 1537-1550 ; ASVe, Sommari d’avisi, 1550-1572. Résumés faits pour le Sénat, les ambassadeurs et les consuls de Venise des nouvelles levantines ; ASVe, Sommari d’avvisi da diversi luoghi, 1602-1615. Résumés des lettres de Constantinople, envoyés à l’ambassadeur de Venise à Rome ; ASVe, Ristretti di avvisi, 1630-1631. Copies de chapitres de lettres envoyées à Rome. Nous avons consacré à ces pièces une précédente publication, à laquelle nous nous permettons de renvoyer ici : Petitjean J., « Compilation des nouvelles et écriture de l’actualité à Venise au XVIe siècle », idem (coord.), La compilation, Paris, Publications de la Sorbonne, « Hypothèses – Travaux de l’École doctorale d’histoire », 2010, p. 73-82.

18 Pippidi A., « Quelques drogmans de Constantinople au XVIIe siècle », Revue des études sud-est européennes, 10, 2, Bucarest, 1972, p. 231.

19 Simon B., « Lobby et réseau d’espionnage vénitiens à Constantinople au milieu du XVIe siècle », in Giry-Deloison C. et Mettam R. (dir.), Patronages et clientélismes, 1550-1750 (France, Angleterre, Espagne, Italie). Actes du colloque de l’Institut français du Royaume-Uni (Londres, 3-5 mai 1990), Lille/Londres, 1995, p. 207-216.

20 Mantran R., « Venise, centre d’information sur les Turcs », in Beck H.-G., Manoussacas M. et Petrusi A. (dir.), Venezia, centro di mediazione tra Oriente e Occidente (secoli XV-XVII). Aspetti e problemi. Atti del secondo Convegno internazionale di storia della civilità (Venezia, 3-6 ottobre 1973), Florence, L. Olschki, 1977, vol. 1, p. 111-116.

21 Hassiotis I., « Venezia e i domani veneziani tramite di informazioni sui Turchi per gli Spagnoli nel sec. XVI », ibid., p. 117-136.

22 Grimaldi C., Le tentative per una pacificazione fra la Spagna e i Turchi in relazione con gli interessi veneziani durante i primi anni della guerra di Candia (1645-1651), Venise, Tip. C. Ferrari, 1913.

23 BAV, Urb. Lat., 1115-1117 (1598-1629).

24 Infelise M., « Professione riportista. Copisti e gazzettieri nella Venezia del ‘ 600 », in Gasparri S., Levi G. et Moro P. (dir.), op. cit., p. 193-217.

25 Canosa R. et Colonello I., Spionaggio a Palermo. Aspetti de la guerra turco-spagnola in Mediterraneo nel Cinquecento, Palerme, Sellerio, 1991

26 BAV, Urb. Lat., 1042-1043.

27 Solá E., Los que van y vienen. Información y fronteras en el Mediterráneo clásico del siglo XVI, Alcalá de Henares, Universidad de Alcalá, 2005, p. 9.

28 ASV, Segr. Stato, Venezia, 10, f° 3 r°.

29 Idem, f° 8 v° -9 r°.

30 Setton K., The Papacy and the Levant (1204-1571), vol. 4: The Sixteenth Century from Julius III to Pius V, Philadelphie, The American Philosophical Society, 1984, p. 928.

31 BAV, Urb. Lat., 1040, f° 517, avis de Rome du 28 février 1568.

32 Mehmed Sokollu est né en 1505 et appartient à la petite noblesse serbe de Bosnie. Devenu page du sérail après avoir été emmené à Istanbul, il est nommé kapudan pacha en 1546. Trois ans plus tard il est nommé beylerbey de Roumélie puis entre au Diwan en 1554. Nommé grand vizir en 1565, il est confirmé dans ses fonction par le sultan Selim II et joue un rôle central dans la pactification des relations diplomatiques avec les Impériaux et la Pologne et participe activement à la négociation des capitulations françaises de 1569. Mehmed Sokollu sera la cheville ouvrière de la renaissance spectaculaire de la flotte ottomane après la défente de Lépante. Veinstein G., « Sokollu Mehmed Pacha », Encyclopédie de l’Islam. Nouvelle édition établie avec le concours des principaux orientalistes…, vol. 9, Leyde-Boston-Cologne, E. J. Brill, 1997, p. 735-742. Sur la « reconstitution » de la flotte ottomane après Lépante, voir : Panzac D., La marine ottomane. De l’apogée à la chute de l’Empire (1572-1923), Paris, Éditions du CNRS, 2009, p. 15-54. Sur la politique impériale de Sokollu, on se reportera au chapitre « Sokollu Mehmed Pasha and the Apogee of the Empire », in Casale G., The Ottoman Age of Exploration, Oxford, Oxford University Press, 2010.

33 Stella A. (éd.), Nunziature di Venezia, Rome, Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, vol. 9, 1977, p. 185-189, 21-24 janvier 1570.

34 Pedani M. P., « Tra economica e geo-politica : la visione ottomana della guerra di Cipro », Annuario Istituto Romeno di Cultura e ricerca Umanistica, 5, 2003, p. 290-291.

35 Setton, op. cit., p. 951.

36 « Di Cattaro ci sono lettere del proveditore, il quale afferma che le lettere che il bailo scriveva da Constantinopoli son[o] state intercette, per quanto ha inteso, da messi che egli mandava a Constantinopoli co’pieghi di questi signori ; i quali, havendo inteso la retentione degli altri, se ne sono ritornati indietro. Il che fa che, dopo le lettere delli 25 di gennaio, non ci sono avvisi alcuni di Costantinopoli et credesi constantemente che il bailo sia ritenuto », Stella A. (éd.), op. cit., p. 233, lettre du 11 mars 1570 (ASV, Segr. Stato, Venezia, 7, f° 122 v° -124 r°).

37 ASVe, Deliberazioni Senato, Constantinopoli, 4, f° 27, lettre du 8 mars 1571 adressée à Barbaro, citée et traduite dans Yriatre Ch., La vie d’un patricien de Venise au seizième siècle, Paris, E. Plon et Cie, 1874, p. 199.

38 Sur la biographie de Giovanni Antonio Facchinetti, cf. Moroni G., Dizionario di erudizione storicoecclesiastica, vol. 36, Venise, Tipografia Emiliana, 1846, p. 10-12 ; Valensise D. M., Il vescovo di Nicastro, poi papa Innocenzo IX, e la lega contro il Turco : cenni biografici e lettere inedite, Nicastro, Stab. Tip. V. Nicotera, 1898.

39 Né en 1551, le cardinal-neveu Michele Bonelli, connu par les contemporains comme le « cardinale Alessandrino » est fait « Capitano generale dello Stato della Chiesa » le 17 septembre 1570. Il participe en cette qualité à la campagne de 1571 à bord de la galère de Colonna et assiste aux conseils de guerre. Zapperi R., « Michele Bonelli », Dizionario biografico degli Italiani, vol. 11, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1969, p. 774-775.

40 Gaeta F., « Barbaro Marcantonio », Dizionario biografico degli Italiani, vol. 6, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1964, p. 111.

41 BNM, Ms. It., VII, 391 [8873], f° 218-219.

42 Idem, f° 235-240 v°.

43 Melis F., « Intensità e regolarità nella diffusione dell’informazione economica generale nel Mediterraneo e in Occidente alla fine del Medioevo », Histoire économique du monde méditerranéen 1450-1650. Mélanges en l’honneur de Fernand Braudel, t. 1, Toulouse, Privat, 1973, p. 389-424.

44 Setton, op. cit., p. 1045-1046.

45 Paruta, lui, le fait arriver la veille dans la Lagune. Cf. Paruta P., Dell’historia vinetiana della guerra di Cipro, Sienne, Tip. P. Rossi, 1827 (1605), p. 296-297.

46 Et sur le pli : « p[er] Cor[rier] o con la Vittoria di Lepanto giunta In Roma a 21 alle 4 hore di notte », ASV, Segr. Stato, Venezia, 10, f° 236 r° -237 v°.

47 Pastor L. von, Histoire des papes depuis la fin du Moyen Âge, vol. 18., Pie V (1566-1572) [suite], Paris, Plon, 1936, p. 297-299.

48 Notamment : BAV, Urb. Lat., 1042, f° 138, avviso romain du 24 octobre 1571.

49 Nous empruntons cette notion de « promotion » de l’information à Harvey Molotch et à Marilyn Lester, qui distinguent les promoteurs des nouvelles, c’est-à-dire ceux qui, du fait de leur situation institutionnelle, sélectionnent et spécifient ce qui deviendra l’événement, des « monteurs » de nouvelles proprement dits (copistes, journalistes, etc.) et des consommateurs de nouvelles enfin (Molotch H. et Lester M., « News as purposive behaviour », American Sociological Review, 39, 1, 1974, p. 101-112).

50 ASV, Segr. Stato, Venezia, 9, f° 170 v°.

51 Idem, f° 171 r°.

52 La guerre de Chypre, des premières heures du conflit à sa résolution, a effectivement amené les puissances non représentées en terre d’islam à prendre leurs distances vis-à-vis de Venise. Il semblerait par exemple que la chronologie de l’autonomisation du renseignement espagnol sur l’Empire ottoman soit la même. Voir sur cette question la contribution récente et convaincante de Raphaël Carrasco : Carrasco R., « L’espionnage espagnol au Levant au XVIe siècle d’après la correspondance des agents espagnol en poste à Venise », in Pérez B. (dir.), Ambassadeurs, apprentis espions et maîtres comploteurs. Les systèmes de renseignement en Espagne à l’époque moderne, Paris, Presses universitaires Paris-Sorbonne, 2010, p. 203-222. Dans le cas espagnol, la nouvelle donne est définitivement actée au début du siècle suivant, une fois les comtes de Lemos et d’Osuna en charge d’une vice-royauté de Naples qui devient le véritable centre opérationnel espagnol en matière de renseignement méditerranéen. Voir : Goberna Falque J. R., Inteligencia, espionaje y servicios secretos en España, Madrid, Ministerio de Defensa, 2007 ; Bunes Ibarra M. Á. de, « Avis du Levant : le réseau d’espionnage espagnol dans l’Empire ottoman à partir du sud de l’Italie, à la charnière des XVIe et XVIIe siècles », in Pérez B. (dir.), Ambassadeurs, apprentis espions et maîtres comploteurs, op. cit., p. 223-240.

53 Friedrich M., « Government and Information-Management in Early Modern Europe. The Case of the Society of Jesus (1540-1773) », Journal of Early Modern History, 12, 2008, p. 539-563.

54 Brunelli G., « Tolomeo Gallio », Dizionario biografico degli Italiani, vol. 51, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1998, p. 685-690.

55 Cf. D’Onorio J.-B., « Secrétairerie d’État », in Levillain P. (dir.), Dictionnaire historique de la Papauté, Paris, Fayard, 1994, p. 1555-1557 ; Belardini M., « Del “Secretario” e “Secreteria di Nostro Signore”. Appunti per una ricerca sulle istituzioni diplomatiche della Santa Sede in età moderna », La Carte e la storia, 2, 1996, p. 149-154.

56 ASV, Segr. Stato, Venezia, 263, 17 mai 1572 – 17 janv. 1573.

57 « V. S. potrà rengratiar esso s[igno]r Amb[asciato] re in nome di S. S[anti]tà mostrando l’auiso le sia stato caro se ben pero’già si era hauuto quattro giorni prima dal s[igno]r Amb[asciato] re che è qui di S. M [ajes tà Chr[istianissi] ma, il q[u]al[e] credo che hauesse hauuto direttam[en] te per l[ette]re di Mons[igno]re d’Ax », ASV, Segr. Stato, Venezia, 13, f° 255 v° -f° 256 r°.

58 Setton, op. cit., p. 942.

59 ASV, Segr. Stato, Venezia, 10, f° 319-471, avril-novembre 1585. Deux types d’avvisi sont envoyés : avvisi locaux d’une part, internationaux de l’autre, nettement majoritaires. Ces derniers, composés à Venise, reprennent les nouvelles continentales compilées à Anvers et/ou à Cologne, le long de la route impériale balisée par les postes des Tassis. Il s’agit des mêmes feuilles de nouvelles que celles que l’on peut trouver dans la collection du duc d’Urbino.

60 ASV, Segr. Stato, Venezia, 32, Lettres de Monsignor Gratiani, évêque d’Amelia et nonce de Venise au cardinal Pietro Aldobrandini, f° 25 v°, 4 janvier 1597 ; f° 248 v°, 6 avril 1596.

61 ASV, Segr. Stato, Venezia, 34. Lettres d’Offredi au cardinal Pietro Aldobrandini (25 novembre 1598-28 décembre 1599) ; 32/1-2, 35, 37, du même, au cardinal S. Giorgio (1600-1605).

Auteur

Université Paris I, École française de Rome

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540