Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'échange

 | 
François Brizay

Un laboratoire : le fonctionnement de l'institution ecclésiale

La circulation de l’information dans la province franciscaine observante de Hongrie au tournant des XVe et XVIe siècles

Marie-Madeleine de Cevins

Texte intégral

  • 1 Ce n’était certes pas le cas de tous les couvents mendiants observants. Voir les travaux du groupe (...)

1Peut-on vraiment parler de « circulation de l’information » à propos d’une époque aussi démunie en moyens de communication que le Moyen Âge ? La lenteur des déplacements maritimes ou terrestres, la faible diffusion de l’écrit dans la population rurale et l’absence des techniques de diffusion radiophoniques ou télévisuelles qui permettent aujourd’hui de pallier l’analphabétisme résiduel – sans parler des médias électroniques par lesquels transite actuellement la quasi-totalité de l’information (entendue au sens d’ensemble de données brutes concernant les hommes, les faits ou événements passés et présents) – permettent d’en douter. Surtout si l’on se confine dans les limites d’un ordre religieux, donc d’un organisme engagé filtrant, censurant ou transformant les informations pour justifier son existence et la supériorité du genre de vie qu’il propose à ses membres. Appliquée aux franciscains observants, la démarche semble particulièrement absurde : ce courant radical du franciscanisme poussait parfois le dénuement jusqu’à interdire à ses membres de lire, de conserver et faire circuler d’autres livres que les écrits liturgiques rangés à la sacristie ou ceux, souvent anciens, conservés dans la bibliothèque du couvent1.

  • 2 Sur l’histoire des franciscains en Hongrie au Moyen Âge et au début de l’époque moderne, la meille (...)

2Le cadre hongrois restreint lui aussi la portée de l’enquête. Excentré dans la chrétienté latine, le royaume magyar se trouvait en marge des circuits d’informations qui la traversaient. Réduit par les circonstances à sa fonction de « rempart (ou boulevard) de la chrétienté » au XVe siècle, il vivait au rythme des avancées et des reculs de l’agresseur ottoman. Les décrets de la diète montrent que, dans ce pays, l’essentiel des « actualités » tournait autour des victimes des raids turcs, des réparations à effectuer, des contre-offensives à organiser (comment ? à quel prix ? etc.). Tout le reste avait un caractère secondaire, pour ne pas dire anecdotique. Les congrégations régulières, conscientes de ce que leurs jours étaient comptés, suivaient avec attention l’évolution de la situation militaire. Les franciscains observants tout spécialement. Employés par les souverains comme aumôniers sur le front oriental depuis le premier tiers du XVe siècle, ils accompagnaient les combattants chrétiens jusque dans la mort et ils furent chargés en 1456 comme en 1514 de prêcher la croisade contre les Turcs2.

  • 3 À défaut de pouvoir citer ici l’ensemble des travaux et sources imprimées relatives aux institutio (...)
  • 4 Un seul exemple : le principe du vote à bulletin secret naquit dans l’ordre cistercien (1159). Vau (...)

3Malgré ces contraintes, l’examen de la circulation de l’information chez les Frères mineurs hongrois de l’Observance apporte un éclairage original sur les pratiques du pouvoir au Moyen Âge comme sur le fonctionnement des ordres monastiques et mendiants. La province franciscaine observante de Hongrie, forte de 1 500 à 1 700 frères au début du XVIe siècle et étalée sur quelque 300 000 km², ne pouvait fonctionner correctement sans être en prise directe sur la réalité. Les méthodes qu’appliquaient ses responsables pour rechercher l’information et la faire remonter jusqu’à l’échelon des supérieurs sont transposables à d’autres structures, tant civiles qu’ecclésiastiques. Ils devaient, comme tout gouvernement, produire de l’information, pour justifier certaines mesures ou assurer leur diffusion, et filtrer les éléments qui nuisaient à la réputation de l’Ordre. En outre, gouvernés collégialement comme tous les ordres mendiants, ils faisaient remonter l’information de la « base » (interrogations, plaintes et suggestions) jusqu’aux dirigeants (officiales et chapitres) par le biais de rouages spécifiques3. Rappelons au passage que, contrairement à une idée reçue, les pratiques « politiques » des ordres religieux ne se bornaient pas à imiter le modèle donné par les pouvoirs civils, États, principautés et municipalités : les interactions s’effectuaient aussi dans l’autre sens4.

  • 5 Notons que, s’agissant d’ordres impliqués dans l’action pastorale par la confession et la prédicat (...)

4La maîtrise de la circulation de l’information au sein d’une famille régulière se répercutait immanquablement sur son unité5. Le flux descendant des dirigeants jusqu’aux simples frères était la condition indispensable pour maintenir la cohérence de l’Ordre ou, dans le cas présent, de la province : seule une information formulée de manière explicite et correctement diffusée par les responsables pouvait façonner les comportements des membres de toute la congrégation. A contrario, une communication défectueuse laissait place aux doutes, aux contresens, aux divergences, voire aux déviances. Les flux inverses avaient aussi leur importance. Pour éviter qu’un fossé ne se creuse entre eux-mêmes et la « base », les responsables devaient être attentifs aux souhaits, interrogations ou inquiétudes de ses membres. Une troisième direction, horizontale, contribuait à la solidité de l’édifice. Les échanges verbaux ou épistolaires entre religieux et leur mobilité entretenaient une certaine cohésion dans la province : des frères prodiguaient conseils, encouragements et recommandations à d’autres frères, en application de la fraternitas chère aux mendiants.

Le milieu observé : les franciscains observants hongrois et leurs sources

5Les hommes que j’examine ici en tant qu’auteurs, vecteurs ou destinataires d’informations appartiennent à la branche observante de l’ordre franciscain, celle qui revendiquait le retour à la règle primitive, refusant les aménagements survenus dès la seconde moitié du XIIIe siècle, en matière de pauvreté notamment. À partir de foyers situés en Italie centrale au milieu du XIVe siècle, certains de ces frères se qualifiant d’observants obtinrent à partir du milieu du XVe siècle une direction distincte de celle des autres Mineurs, « traditionnels » ou « conventuels » : au lieu de dépendre du ministre général, qui incarnait la tendance « conventuelle » jusqu’à la partition survenue en 1517, ils obéissaient à un vicaire général, en l’occurrence pour la Hongrie au vicaire de la « famille cismontaine », soumis directement au pape et non au ministre général. Des vicairies (vicariae) – qui deviendront des provinces à part entière en 1517 – avaient parfois été créées à l’échelle nationale ou régionale, doublant les provinces antérieures de l’ordre franciscain. C’était le cas en Hongrie depuis 1448, date à laquelle la vicairie de Hongrie s’était détachée de celle de Bosnie, son noyau initial ; elle prit au début du siècle suivant le nom de « province salvatorienne », par contraste avec l’autre province franciscaine, « marianiste ».

  • 6 Cevins M.-M. de, « L’alliance du sabre et du goupillon en Hongrie au XIVe siècle : les frères mend (...)

6Les couvents franciscains observants hongrois résultaient des missions de conversion lancées par des frères italiens et dalmates en Bosnie contre les « patarènes » au tout début du XIVe siècle. Les rois angevins Charles-Robert (ou Charles Ier) (1301-1342) puis Louis le Grand (1342-1382) en firent les instruments de leur expansion territoriale dans les Balkans, avant comme après leur affiliation à l’observance italienne en 13726. L’essor spectaculaire des Mineurs réformés à l’intérieur du bassin des Carpates date de la seconde moitié du siècle suivant. Avec l’appui du roi et des aristocrates de Hongrie, le pape dépêcha sur place les célèbres prédicateurs Jacques de la Marche puis Jean de Capistran afin de mobiliser les énergies contre les Turcs mais aussi les « schismatiques » et les hérétiques. Fondations et transferts autoritaires donnèrent naissance à un dense réseau d’environ 70 couvents peuplés de plus de mille cinq cents frères au tournant des XVe et XVIe siècles. Ils se dotèrent aussitôt d’un véritable appareil administratif doté de trois niveaux de responsabilités – du vicaire-ministre assisté du chapitre provincial jusqu’aux gardiens, en passant par le maillon intermédiaire des custodes – entre lesquels tout était prévu pour faciliter la circulation des informations. Par ailleurs, attachés à leur propre interprétation du franciscanisme – de tonalité modérée, dans l’application du vœu de pauvreté comme par le rôle de second plan laissé aux convers et aux tertiaires –, ils quittèrent la « famille cismontaine » dès 1458 (et jusqu’en 1502) pour ne dépendre que du ministre général de l’Ordre. Malgré ces précautions, la vague de contestation teintée d’eschatologie et de prophétisme qui dénonçait dans tout l’Occident la corruption de la cour pontificale et les tares du haut clergé atteignit les franciscains observants hongrois au moment où la discipline se relâchait et où leur engagement au service du pape prenait une tournure fiscale. Des religieux qui avaient appelé à la croisade contre les Infidèles refusèrent d’obéir aux ordres d’annulation reçus du primat et prirent part, les armes à la main, à la terrible révolte paysanne de 1514. Discrédités aux yeux de l’élite nobiliaire, les frères affrontèrent ensuite coup sur coup les destructions liées aux guerres turques, les critiques luthériennes et le marasme économique. La province salvatorienne se réduisait à une poignée de religieux à la fin du XVIe siècle.

7L’exemple des franciscains observants hongrois me paraît pouvoir éclairer plusieurs aspects de la réflexion collective entamée dans le présent volume. Le premier se rapporte au contenu des renseignements produits et échangés (quoi ?). Se pose aussi la triple question des acteurs (qui ?), de leurs intentions (pourquoi ?) et de leurs moyens d’action (comment ?). Je mesurerai dans un troisième temps les obstacles qui ont empêché les responsables de la province franciscaine hongroise de contrôler entièrement l’information. Sur tous ces points, faute de pouvoir livrer ici des résultats originaux, je me bornerai à établir des propositions au vu des documents que j’ai eu l’occasion de consulter pendant mes précédentes investigations sur la réforme du franciscanisme en Hongrie à l’extrême fin du Moyen Âge.

  • 7 Édition : Batthyány I., Leges ecclesiasticae regni Hungariae et provinciarum adiacentium, Claudiop (...)
  • 8 Édition : Toldy F., Analecta monumentorum Hungariae historicorum litterariorum maximum inedita, t. (...)
  • 9 Molnár A., « Egy válság anatómiája [Anatomie d’une crise] », BUKSZ, 2008, p. 216-217. Description (...)
  • 10 FOH, p. 628-630.
  • 11 La remarque vaut pour l’ensemble de la documentation écrite se rapportant à l’histoire des francis (...)

8Sur quelles sources s’appuyer ? On dispose des statuts des chapitres de la vicairie de Hongrie, conservés et édités à partir de la fin du XVe siècle7. Mais ils ne disent pas tout : même les statuts de 1499 (Constitutiones), qui synthétisent les règlements antérieurs et restent en application jusqu’à la Contre-Réforme, n’exposent pas les débats préparatoires. La Chronique observante commencée en Bosnie vers 1425 et poursuivie par des continuateurs hongrois raconte, non sans parti pris, les hauts faits des observants bosniaques puis hongrois jusqu’aux années 15308. Deux formulaires inédits d’environ 230 à 240 folios, l’un rédigé entre 1514 et 1525, le second (dont l’original vient d’être exhumé par Antal Molnár9) entre 1530 et 1535, reproduisent des modèles de lettres circulaires – lettres pastorales (exhortationes) ou injonctions de portée générale (obedientiae) – ainsi que des lettres adressées ponctuellement par tel dirigeant à tel frère ou dirigeant subalterne en réponse à une question précise. On y trouve également quelques extraits de correspondance privée qui révèlent les préoccupations des frères, ce qu’ils ont appris ou entendu dire et transmettent à leurs correspondants10. Au total, le corpus se compose pour l’essentiel de sources internes à l’Ordre et à la province de Hongrie11. Presque toutes normatives, elles s’attardent bien plus longuement sur les directives ou prescriptions des dirigeants que sur les circonstances qui les ont motivées. Leur qualité « informative » est donc, reconnaissons-le, fort médiocre.

Quelle information ?

9L’information qui circulait dans la province franciscaine observante de Hongrie à l’extrême fin du Moyen Âge se répartit grossièrement en deux ensembles : celle concernant des faits ou des personnes extérieures à la congrégation observante, que j’appellerai par commodité « information externe » même si auteurs et destinataires appartenaient à la province de Hongrie ; celle qui décrivait les réalités ou idées propres aux membres de l’Ordre ou de la province (« information interne »). Sans surprise, c’est cette dernière catégorie qui domine la documentation au plan quantitatif. Et lorsqu’un élément « externe » y apparaît, c’est presque toujours pour expliquer un fait « interne » : un frère rapporte ainsi qu’un seigneur s’est emparé des objets liturgiques d’un couvent, ce qui y entrave l’accomplissement du service divin.

  • 12 1er formulaire, f° 169 v°, cité dans FOH, p. 213.
  • 13 Kollányi, « Magyar ferenczrendiek… », op. cit., p. 64-65.
  • 14 Ibid., p. 66.

10Le contenu de l’information externe se rapporte très souvent à la situation militaire : on y apprend les destructions et massacres causés par les Turcs, les victoires ou défaites (après 1526) des troupes de Ferdinand de Habsbourg et, en Transylvanie, de Jean de Szapolya. Ainsi, dans une lettre copiée dans le premier formulaire entre 1510 et 1515, un frère annonce à un autre que les armées ottomanes venaient d’être refoulées et que les troupes « allemandes » (impériales) combattaient contre les Hongrois12. Second sujet abordé : les difficultés matérielles – économiques, alimentaires, sanitaires – que traversait la population. Un gardien constate par exemple dans les années 1530 que les habitants des environs meurent de faim13. La pratique religieuse des fidèles apparaît également dans ces textes. Les frères de Visegrád se plaignaient vers 1530 à l’évêque diocésain de leur « manque de foi14 ».

  • 15 Toldy (éd.), op. cit., p. 311.
  • 16 Kollányi, op. cit., p. 97.

11L’information interne englobe à la fois la description de la situation générale de la province salvatorienne (notamment à l’occasion des chapitres provinciaux), la mention de l’arrivée de visiteurs officiels hongrois ou étrangers, l’annonce de la création ou de la disparition d’un ou plusieurs couvents et les problèmes quotidiens de certains frères (maladie, départ, mort brutale). La Chronique observante raconte comment le père Antoine de Szentlászló mourut percuté par un projectile de guerre (ictu bombardae) pendant le siège de Buda, en novembre 153015. Une lettre copiée dans le second formulaire avertit un religieux de la disparition d’un frère, au grand désespoir de ses compagnons16. Le récit des agissements, favorables ou défavorables, des seigneurs du voisinage occupe aussi une place importante des lettres du second formulaire et de la Chronique : financement de la restauration de tel couvent détruit, pillage de l’église, campagne de calomnies, etc. L’exclusion ou la réintégration de membres de l’Ordre y affleure également, de même que dans les actes des chapitres provinciaux les plus tardifs. Dernier thème particulièrement développé dans les exhortations et dans la Chronique : les vices les plus répandus chez les frères, par contraste avec les vertus qu’ils devaient cultiver à l’exemple des fondateurs et des grandes figures de l’Ordre. Certes, il s’agit là d’exposés édifiants qui nous éloignent de l’information au sens strict, sauf lorsqu’ils invoquent des exemples contemporains.

Les circuits informels

  • 17 FOH, p. 211-212.
  • 18 Ibid., p. 211.

12L’authenticité de ces informations dépend évidemment de leur source et de leur traitement à chaque étape de leur parcours. Si les canaux institutionnels, créés pour contrôler l’information – la produire ou l’obtenir, la diffuser ou l’empêcher de circuler – dominent la documentation, les circuits informels ou spontanés nous échappent pour la plupart. Risquons-nous néanmoins à quelques hypothèses. À l’échelle de chaque couvent, les rumeurs se propageaient à l’occasion des chapitres conventuels, lieux de discussion par excellence où les participants, profès ou non, étaient nombreux. Elles circulaient aussi pendant les moments de la journée où les frères n’étaient pas tenus au silence, autrement dit en dehors des repas, des célébrations et des temps de repos (la nuit et en début d’après-midi) ou de méditation en privé, selon les règlements provinciaux et les exhortations des vicaires17. Les responsables de la province de Hongrie, à l’image des grands réformateurs monastiques et mendiants de la fin du Moyen Âge, étirèrent ces plages horaires dévolues au silence et condamnèrent les conversations pernicieuses ou inutiles. Dans leurs exhortations, ils appellent inlassablement les frères à cultiver le sacrum silentium dont ils font le rempart de la vie régulière (murus vite religiose) et ils leur interdisent bavardage et commérage, sur le principe du loquere pauca18.

  • 19 C’est par cet ordre que l’on a connaissance de ces événements. Kollányi (éd.), « Magyar ferenczren (...)
  • 20 FOH, p. 102-106.

13La circulation informelle traversait les murs des couvents. Les déplacements au sein de la province ou à l’étranger (à Rome par exemple) étaient l’occasion pour les frères de s’informer de la situation nationale et internationale. De façon plus ordinaire, quêteurs, prédicateurs, confesseurs recevaient les confidences des fidèles et essuyaient leurs critiques. Le second formulaire rapporte qu’au début des années 1530, peu après le transfert d’un religieux loin de son couvent d’origine, les habitants des environs, clergé paroissial en tête, firent courir le bruit selon lequel le malheureux aurait été assassiné par ses compagnons, qui auraient dissimulé le crime en jetant son corps dans le Danube. Pour faire taire ces accusations, le ministre de la province salvatorienne ordonna illico le retour du religieux dans son couvent19. Inversement, les frères diffusaient en chaire ou en confession toutes sortes d’informations. Et ils exploitaient volontiers les ragots qui pouvaient servir leur cause. Ils tirèrent argument de prétendus témoignages sur la débauche dans laquelle vivaient les Frères mineurs « conventuels » pour demander au pape (ou à son légat) le transfert des établissements concernés à l’Observance. Les enquêtes menées par la suite sur le terrain révèlent que, sauf exception, ces accusations étaient infondées depuis que les « conventuels » hongrois avaient opéré leur propre réforme sous la férule du provincial Fabien d’Igal en 145420.

  • 21 1er formulaire, f° 151 v° -152 v°, édité dans FOH, p. 539-540.
  • 22 1er formulaire, f° 165 v° -166 v°, 176, édité dans FOH, p. 540-541.

14La correspondance personnelle entre les frères de couvents différents constitue un autre canal informel de circulation de l’information, écrit celui-là, à l’échelle de la province de Hongrie. Une rubrique spécifique lui est consacrée dans les deux formulaires. Elle contient des lettres entièrement rédigées21, aussi bien que des modèles correspondant à des situations caractéristiques : affection, plainte, excuses22. Le ton y est assez libre, tantôt grave, tantôt humoristique. Ne nous leurrons pas : bien qu’on n’en ait pas la preuve expresse chez les franciscains hongrois, les lettres individuelles étaient très certainement interceptées par le gardien avant d’être envoyées ou remises aux frères en mains propres. Les lettres qui figurent dans les formulaires, résultat d’un second filtrage, n’ont pas été retenues par hasard. Elles incitent toujours les frères à la solidarité, à l’amitié (dilectio, amicitia), à l’espoir en des temps difficiles. Les plus sombres traduisent une attente, parlent de remords ou adressent des reproches personnels. Mais aucune de ces lettres n’exprime des sentiments de haine, de déception ou d’insatisfaction, pas plus qu’elles n’émettent de critiques à l’égard de l’Ordre ou de l’Église.

Les circuits institutionnalisés

  • 23 Voir la description des cadres administratifs de la province des frères mineurs observants de Hong (...)

15Lorsque les ordres mendiants se dotèrent au début du XIIIe siècle d’une structure administrative inspirée des cadres cisterciens, ils mirent en place trois outils de communication interne afin de faire circuler l’information entre la « base » (les subditi) et la direction (les officiales) : les chapitres, les visites et les lettres circulaires. Tous fonctionnaient encore dans la province observante de Hongrie à l’époque qui nous occupe, et certains avaient atteint un degré de perfectionnement remarquable23.

  • 24 Ibid., p. 178-179.

16Les seuls chapitres ayant laissé une trace écrite de leur activité sont les chapitres provinciaux. Réunis à titre ordinaire tous les deux ans depuis 1473 – et non tous les trois ans, comme c’était généralement le cas dans les autres provinces franciscaines – en un lieu relativement central, ils remplissaient comme partout une double fonction en matière de communication. Les simples frères y exprimaient, par l’intermédiaire de leurs représentants, plaintes, requêtes et interrogations. Le système de représentation appliqué dans la province de Hongrie était élaboré : dans chaque custodie, les frères élisaient un délégué (discretus) – au suffrage indirect puis direct à partir du début du XVIe siècle – selon une procédure rigoureusement contrôlée pour éviter les fraudes24. Ce délégué prenait place aux côtés des quarante autres membres du chapitre, à savoir les dix custodes, dix gardiens, dix « visiteurs » et dix « électeurs », élus eux aussi. Les frères remettaient à leur représentant des lettres de doléances. La lecture de ces lettres devant les pères assemblés prenait une journée entière, sur la semaine que durait habituellement le chapitre provincial. D’après celles copiées dans les formulaires, on y abordait des problèmes personnels ou matériels immédiats : vols, mauvais traitements, insultes, etc. Secundo, les custodes, tous présents, devaient diffuser dès leur retour dans leur circonscription les décrets capitulaires auprès des gardiens, lesquels les lisaient devant les frères.

  • 25 Kollányi (éd.), op. cit., p. 18-19.
  • 26 FOH, p. 172.

17Les visites constituaient un moyen supplémentaire de faire circuler l’information entre « base » et « direction », et là aussi dans les deux sens puisque les inspecteurs prenaient connaissance des requêtes des frères autant qu’ils transmettaient les directives générales ou ponctuelles des responsables provinciaux. Ces échanges avaient l’avantage de s’effectuer directement. Il n’y avait plus l’écran des délégués ou des custodes – ceux-ci ayant tendance à minimiser les problèmes pour ne pas être taxés d’incompétence – et les frères se confiaient plus facilement à des étrangers qu’à leur confesseur habituel. Les visites revêtaient une importance peu commune dans le fonctionnement de la province salvatorienne. Les textes qui en parlent occupent une large place des deux formulaires. Leur fréquence était élevée. Le vicaire (puis ministre) devait visiter tous les établissements de la province au moins une fois pendant ses deux années de mandat en vertu des constitutions de 1499. Il devait veiller à s’acquitter de cette tâche en personne, insistent-elles dans une version tardive, pour entrer en contact personnel avec les simples frères25. Les custodes, dont l’autorité s’exerçait principalement de façon itinérante, effectuaient des tournées dans les couvents de leur circonscription au moins une fois tous les six mois – aussitôt après leur nomination, puis quatre fois avant la fin de leur mandat de deux ans. Ils transmettaient à cette occasion les dernières « exhortations » du vicaire ainsi que les décisions du chapitre provincial. Les consignes aux custodes copiées dans le premier formulaire montrent qu’ils ne devaient pas seulement les lire devant l’assemblée des frères de chaque couvent mais aussi les traduire et les expliquer (in vulgari exponetur)26. Enfin, ils recevaient les plaintes éventuelles des frères.

  • 27 Je m’appuie ici sur les conclusions de FOH, p. 181-183, fondées sur les indications que contient l (...)
  • 28 1er formulaire, f° 75 et document en annexe.

18Un troisième groupe de visiteurs, les dix visitatores ou commissarii (un par custodie) élus tous les deux ans en chapitre provincial, était exclusivement chargé d’effectuer des visites dans tous les couvents d’une custodie, de préférence dans les derniers mois de leur mandat en vue de la préparation du prochain chapitre. Pour s’assurer de leur impartialité, on les envoyait visiter les couvents d’une custodie dont ils n’étaient pas originaires. Ils avaient pour tâche de vérifier l’état matériel, moral et spirituel des couvents et de dépister tout relâchement disciplinaire. Ils se conformaient pour ce faire à une procédure exposée dans les constitutions de 1499 que complétaient les directives fournies par chaque vicaire-ministre – qui allaient jusqu’à préciser les questions que les visiteurs devaient poser aux frères. Étalée sur une semaine pour chaque couvent, la visite se déroulait selon le modus suivant27. Après un sermon inaugural devant les frères assemblés, le visiteur leur adressait des recommandations générales les invitant, au nom de l’obéissance (per obedientiam), à se confier à lui, avec sincérité, sans crainte ni ressentiment28. Le deuxième temps se composait de plusieurs journées d’entretiens privés avec les frères, à huis clos, en présence de deux témoins seulement. Les dépositions des frères étaient consignées sur des scedulae transmises sans délai au ministre provincial pour les affaires les plus graves. Même si des preuves étaient exigées en cas d’accusation personnelle, cela pouvait tourner à l’interrogatoire. C’est bien ce qui scandalisa les représentants cismontains (italiens) au moment du retour de la province hongroise dans la famille cismontaine en 1502 mais l’usage ne disparut pas pour autant. Enfin, après leur discours de clôture, les inspecteurs devaient dresser un rapport et l’envoyer au chef de la province en y reportant les infractions constatées.

  • 29 FOH, p. 180.

19S’ajoutaient à ce dispositif les visites extraordinaires ordonnées par le vicaire-ministre. Les commissaires (commissariii vicariales) à qui elles étaient confiées inspectaient tel couvent pour y contrôler le respect d’un ou plusieurs points de la règle – l’application du vœu de pauvreté, etc. –, à l’initiative du vicaire ou en réponse aux plaintes mettant en cause ses hôtes (à Okolicsnó en 1512 ou au moment de la révolte de 1514, par exemple)29.

  • 30 1er formulaire, f° 100 v°, édité ibid., p. 532.
  • 31 1 er formulaire, f° 101 v°, édité ibid., p. 532.

20La correspondance administrative, troisième circuit institutionnel de circulation de l’information, fonctionnait principalement de « haut en bas », si l’on en juge par les lettres recopiées dans les deux formulaires. Celles que les dirigeants écrivaient aux responsables intermédiaires ou aux frères faisaient souvent l’économie d’un exposé des motifs. On y trouve néanmoins quelques éléments d’information, interne et externe. Certes, ils demeurent flous puisque lieux et personnages, désignés par N. ou talis, selon la loi du genre formulaire, sont rarement identifiables. Les vicaires s’indignent dans plusieurs circulaires générales du nombre de frères qui ne respectent pas leur vœux – dans les exhortationes notamment, dont les récriminations commencent par sed heu, pro dolor ! – ou qui négligent les vertus franciscaines ; mais ils le font sans fournir aucun nom. Les données sont heureusement plus précises lorsque les responsables s’adressent à un frère en particulier. Dans une dispense rédigée au nom du vicaire, on apprend que l’état de santé d’un religieux nécessitait, de consilio medicorum, son transfert dans un autre couvent30. Le vicaire rapporte dans une autre lettre qu’un haut personnage du royaume lui avait demandé de lui fournir un membre de l’Ordre pour l’accompagner en pèlerinage à Rome31.

Causes d’un échec

  • 32 Ibid., p. 407-408.
  • 33 Cevins M.-M. de, « “O inobedientie filii contumaces ! ” L’apostasie chez les franciscains observan (...)
  • 34 FOH, p. 339-340.
  • 35 Ibid., p. 297-299.

21Ainsi outillés, les dirigeants de la province salvatorienne étaient à même d’exercer un contrôle étroit sur l’information qui circulait dans la province et à partir d’elle. Ils n’hésitèrent pas à la manipuler, sacrifiant l’exigence de vérité à l’objectif prioritaire qu’était le développement de l’Ordre. Ceci à des degrés variables selon les circonstances, comme l’illustrent les exemples suivants, de l’aménagement partiel à la désinformation pure et simple. Aménagement lorsque les responsables observants, sur ordre du pape, demandèrent à leurs prédicateurs de promouvoir auprès des fidèles le jubilé romain de 1512, à grand renfort d’indulgences plénières. Ils occultèrent le caractère pharaonique du projet de reconstruction de Saint-Pierre de Rome et ne firent pas étalage de leur nouvelle fonction d’agents du fisc romain pour la perception du tiers pontifical. Simplification caricaturale lorsque, pour recruter des volontaires armés pour la Croisade, ils n’hésitaient pas à diaboliser l’ennemi turc, « cruels ennemis de la croix du Christ » assoiffés de sang32. Rétention d’information quand, dans la tourmente générale des années 1520 et 1530, ils présentaient (dans la Chronique et dans la correspondance interne) la chute drastique des effectifs de l’observance franciscaine hongroise comme l’effet des destructions turques puis des agressions luthériennes, alors que l’hémorragie causée par le départ d’apostats toujours plus nombreux y avait une part non négligeable33. Dissimulation volontaire lorsque, rapportant la grande jacquerie de 1514 (dans la Chronique et la correspondance officielle, là aussi), les responsables dénoncent les violences et atrocités commises par les insurgés commandés par Georges Dózsa, en taisant la participation de certains franciscains à la révolte armée34. Mensonge enfin quand, pour justifier auprès des délégués cismontains leur décision de renvoyer sur le champ un lecteur et un commissaire venus d’Italie, ils les accusèrent d’avoir appelé les jeunes frères à la désobéissance et semé le trouble dans leur esprit par des propos subversifs35. Ces rappels précipités, qui réagissaient à la diffusion d’une interprétation de la réforme franciscaine différente de la leur, confirment au passage la volonté qu’avaient les dirigeants hongrois de fermer la province à toute influence extérieure.

  • 36 Détail des faits dans FOH, p. 340-352.
  • 37 Karácsonyi, Szent Ferencz…, op. cit., t. I, p. 370.
  • 38 D’après la lettre du primat datée du 15 mai 1514, citée dans FOH, p. 345.

22Les événements de 1514 montrent à la fois les efforts déployés par les responsables de Hongrie pour manipuler l’information dans un contexte d’urgence et les obstacles qu’ils rencontrèrent dans la réalisation de cet objectif36. Rappelons les faits. Ayant appris que le sultan Selim Ier préparait une vaste offensive contre la Hongrie, le pape Léon X lança au début du mois de septembre 1513 un appel à la croisade contre les Turcs. Les franciscains observants hongrois furent à nouveau chargés de prêcher les indulgences jubilaires, affectées depuis un bref de Léon X à la guerre contre les Turcs. Le 9 avril 1514, le primat de Hongrie Thomas Bakócz, ardent défenseur des frères réformés, les chargea en sa qualité de légat de proclamer la bulle de croisade. Le vicaire de la province Blaise de Dézs lut et traduisit cette bulle devant la foule réunie à Buda, sur la place Saint-Georges, à deux pas du couvent observant Saint-Jean-l’Évangéliste37. Il activa ensuite tous les rouages hiérarchiques de la province pour faire parvenir l’information aux custodes, gardiens et frères, chargés à leur tour de la relayer dans leurs sermons devant la population. Les résultats dépassèrent les prévisions des organisateurs. Grisés par ces succès, ceux-ci ne se posèrent pas la question de savoir quels moyens les prédicateurs avaient employés pour réussir à enrôler des dizaines de milliers de combattants en quelques jours. C’était une première erreur. Car la suite des événements tend à prouver que, contaminés par les théories millénaristes en vogue dans d’autres milieux réformateurs, les prédicateurs observants avaient transformé la croisade en une entreprise visant à hâter l’avènement du Royaume de Dieu. La connotation radicale de leur discours – qui appelait les paysans à désobéir si nécessaire à leur seigneur et au roi38 – ouvrait la voie à toutes les dérives. Réunis à Visegrád début mai 1514 pour préparer le prochain chapitre général cismontain prévu à Assise, les dirigeants de la province tombèrent des nues quand ils apprirent que des groupes armés pour la croisade avaient attaqué des seigneurs – moins pour des motifs matériels (semble-t-il), que parce qu’ils refusaient de prendre la croix.

  • 39 Les travaux menés par Jenő Szűcs l’ont montré, en particulier : « A ferences obszervancia és a 151 (...)

23Après que le primat eut donné l’ordre d’interrompre la levée des volontaires le 15 mai puis de suspendre la croisade le 24, les responsables provinciaux commirent une seconde erreur d’appréciation en confiant l’annulation de la croisade à ceux-là mêmes qui, trois semaines plus tôt, avaient été chargés de la promouvoir. Les prédicateurs de Buda affrontèrent de véritables émeutes. Et, loin de la capitale, leurs confrères se plièrent difficilement aux nouvelles injonctions. Pour ne pas renier leurs convictions ni trahir les volontaires qu’ils avaient rassemblés, des prédicateurs refusèrent de condamner ce qu’ils avaient décrit la veille comme la meilleure manière de préparer le retour du Christ. Ils passèrent dans l’autre camp, celui des insurgés, qui venait de se donner pour chef Georges Dózsa. Émaillé de faits sanglants, dont l’assassinat de l’évêque de Csanád, le mouvement atteignit son paroxysme alors qu’il était guidé par des clercs qui, tel l’énigmatique « prêtre Laurent », sortaient peut-être de couvents observants39. La responsabilité globale des frères dans les exactions commises ne fait aucun doute : en retournant l’argumentaire utilisé pour prêcher la croisade contre les adversaires de celle-ci (le pape, le primat, la direction de l’Ordre, le roi et les grands), ils encourageaient implicitement toute action favorisant la victoire des « Élus » (societas electorum) de l’Apocalypse contre l’Antéchrist.

  • 40 FOH, p. 358-361.

24Ils ne furent pas épargnés par la répression qui suivit l’écrasement militaire de la révolte au milieu de juillet 1514. Les responsables de la province multiplièrent de leur côté les outils permettant d’obtenir coûte que coûte le nom des coupables et leur niveau d’engagement. Pour cela, les moyens traditionnels ne suffisaient pas. Ils ordonnèrent des enquêtes immédiates dans le couvent de Buda où des débats houleux avaient tourné au pugilat dès la fin du mois de mai, puis dans les custodies les plus impliquées dans la révolte, Jenő et Sárospatak. Il s’agissait explicitement de couper les branches malades pour éviter la contagion. Le chapitre réuni à Buda en 1515, particulièrement long (trois semaines) prescrivit aux visitatores une vigilance accrue dans l’accomplissement de leur tâche et durcit la procédure à appliquer à l’encontre des délinquants, jusqu’à la livraison au bras séculier. Les vicaires multiplièrent ensuite dans leurs exhortationes les appels à l’obéissance, érigée en reine des vertus. Ultime précaution : avant de quitter la Hongrie pour siéger au chapitre généralissime de 1517, le vicaire plaça les deux custodies « sensibles » sous haute surveillance40.

  • 41 Kollányi (éd.), op. cit., p. 44.

25Les dirigeants avaient-ils enfin réussi à contrôler la circulation de l’information dans la province ? L’agitation persistante puis les défections enregistrées dans les années 1520 et 1530 laissent penser que le but n’était toujours pas atteint. Tentons de comprendre pourquoi. Manifestement, la machine ne parvenait pas à faire remonter correctement l’information, ce qui coupa la « base » des responsables provinciaux. Le caractère répétitif des exhortationes rédigées par les vicaires puis ministres entre les années 1510 et 1530 l’indique. À cela, il y a probablement deux raisons. Le système des chapitres ne pouvait remplir convenablement cette fonction car les délégués chargés de rapporter les doléances des frères qu’ils représentaient accordaient la priorité à ce qui leur paraissait le plus urgent : les questions de ravitaillement, de moyens de transport, d’état des bâtiments, etc. Les extraits de ces plaintes qui nous sont parvenus se limitent sans exception à ce registre. Un frère y crie son indignation contre celui de ses compagnons qui lui avait volé la doublure fourrée de son froc vers 153041. Les doutes spirituels des religieux n’avaient donc pas leur place dans les discussions publiques. Les visites ne palliaient pas totalement cet inconvénient. Le modus visitationis reproduit en annexe montre qu’on demandait avant tout aux inspecteurs de dépister les contrevenants à la règle, les délinquants réels ou présumés, et non de prêter l’oreille à des opinions dissonantes ou à de simples interrogations. La tâche qui leur était assignée était d’identifier les « fautes » commises (culpa, peccatum) et de les sanctionner en proportion de leur gravité. Aucune « question ouverte » n’était prévue. Tout ce que les visiteurs attendaient des frères, c’était qu’ils avouent leurs propres erreurs ou qu’ils dénoncent celles de leurs compagnons. Loin d’être le lieu d’un échange, la visite n’était en fin de compte qu’un instrument de l’arsenal répressif mis en place par la direction de la province. Il y a fort à parier que les frères le savaient et taisaient leurs doutes par peur d’éventuelles poursuites. Au filtre de l’interrogateur s’ajoutait donc celui de l’autocensure. Les frères étaient condamnés à ruminer leurs doutes ou à s’aventurer sur le chemin périlleux de la dissidence et de l’apostasie.

*

26En dépit des contraintes qu’il pose, l’exemple des franciscains observants de Hongrie confirme que la circulation de l’information constituait un outil de gouvernement absolument vital pour une congrégation régulière à la fin du Moyen Âge. Les dirigeants de la province salvatorienne prirent très tôt conscience de son importance et imaginèrent divers procédés pour la placer sous leur contrôle. Ils l’enfermèrent dans un cadre national, inondèrent les frères de visites et de directives venues d’« en haut » et étouffèrent toute discordance interne.

27Le cas est également instructif parce qu’il montre que, même dotés d’un système perfectionné pour l’époque, les responsables réguliers n’étaient pas à l’abri de trois écueils : les erreurs d’appréciation de la situation du moment, l’incompréhension de la « base » et la pénétration d’informations « parasites » venues de l’extérieur – des tendances eschatologiques ou joachimites des insurgés de 1514 jusqu’aux thèses luthériennes. Considérée sous cet angle, l’histoire des franciscains observants hongrois dans les premières décennies du XVIe siècle s’apparente à une vaste erreur de communication, échec « politique » qui aboutit à une faillite religieuse.

Annexes

ANNEXE. Instructions données aux visitatores vers 1515. Extrait d’un formulaire inédit des franciscains observants de Hongrie

Manuscrit : Budapest, Országos Széchényi Könyvtár, Codex Latinus medii aevi no 432, f° 73, v° 75-76 v°. Édition : Cevins M.-M. de, Les franciscains…, op. cit., p. 515-516, pièce justificative no 11 (reproduit avec autorisation de l’éditeur).

[f° 73 v°] Modus visitationis

In primo ingressu loci visitandi ipso die nihil agitur, sed cum debita caritate fratres salutandi sunt, hilari et alacri vultu in osculo pacis gaudentes.

[f° 75] Tandem secundo die, ante prandium, consideratis [?] litteras obedientiales. Lectis litteris, post aliqua verba precipiatis omnibus per eandem obedientiam qua vobis precipitur in litteris, ut omnia que sciunt, maxime contra regulam vel bonos mores aut contra constitutiones, in veritate dicant, amore, odio, invidia, rancore, etc. postpositis.

Item precipiatis eisdem quod post prandium congregentur et eligant ex eis duos discretos, quos voluerint. Et illos duos discretos visitent in communitate, excluso uno eorum, quem visitent omnes fratres, illo revocato secundus [?] iterum exeat, ut similiter visitetur ab omnibus fratribus, ut isti duo simul stare possint vobiscum.

Item inchoetis talimodo visitationem. Vocatis singulis fratribus per ordinem, dicatis cuilibet eorum : «Frater carissime. Scitis bene quomodo ego precepi vobis ut omnia que interrogabuntur a vobis teneamini dicere per obedientiam. Nunc ergo, si quid scis, coram istis fratribus discretis tenearis dicere.» Item, visitatis fratribus omnibus assignetis unum diem pro correctione, inter sextam et missam conventualem, et facta exhortatione parva. Date cuilibet audientiam et auditis ipsis date eis penitentiam, secundum consilium discretorum. Prius tamen tracteris eum ipsis discretis de penitentiis injungendis, cui que penitentia sit injungenda. Si tamen frater omnino denegat in communitate [f° 75 v°] culpam, et prius non fuerint testes sufficientes et fidedigni, maxime si culpa sit gravis, tunc, excluso illo fratre, interrogate veritatem a fratribus in communitate. Et si convictus fuerit, sustineat penam quam meretur. Quia potest fieri quod aliqui per inspirationem malam accusent aliquem.

Item, si aliquis accusatus fuerit de peccato gravi et enormi, date audientiam eidem (nisi timendum esset de apostasia ejus cum scandalo, quia tunc esset differendum) et si se excusaverit, iterum faciatis inquisitionem. Et si veritatem inveneritis, tractate cum aliquibus fratribus, juvenibus et laicis fratribus exclusis, utrum debeatis importare ejus visitationem aut non. Et si fratres concordaverunt de importatione, tunc scribatis ad unam scedulam visitationem ejus per terminos, et legatis coram fratribus bis aut ter, et interrogetis iterum si visitatio fratris per talia verba fuerit facta. Postea sigilletur sigillo communitatis, et in dorso scedule scribatur: «Visitatio fratris N. in loco t [ali] facto, ad capitulum importanda.» Simili modo fiat de omnibus que importabuntur.

Item expletis correctionibus ante prandium in communitate. Precipiatis per obedientiam quod nullus frater obiciat alteri suam visitationem vel penitentiam, nec imponat alicui dicendum: «Tu me visitasti.» Alioquin nullus possit [f° 76] ipsum absolvere, nisi ego solus, et grave erit fratri currere post me. Nihilominus tamen, in egressu vestro de loco, secreto guardiano committatis (nulli tamen presumat dicere), ut absolvere possit tales si qui delinquerint, ne habeant fratres materiam divagandi et currendi post vos. Etc.

Item perfectis omnibus, ante prandium, postea consideratis litteras obedientiales, quibus precipitur discretus eligendus, et lectis litteris, commitatis fratribus ut post prandium congregentur, et eligatis ex ipsis duos qui non possint esse discreti. Et unus sedeat ex una parte, alius ex alia, vos vero in medio. Et veniendis per ordinem singulis, eligat quilibet quem vult, tam alte proferendo verba, ut omnes tres audiatis, et statim nomen electi scribatur et etiam electoris talimodo: «Ego frater Petrus de t [ali] eligo pro discreto ad capitulum fratrem Anthonium de Gerek.» Et postquam sigillatum fuerit, in dorso littere scribatur: «Vota fratrum loci de t [ali] pro discreto ad capitulum.» Et sic in singulis locis fiat. In ultimo autem loco ubi terminabitis visitationem, aperiantur dicte littere et discutiantur coram guardiano et aliis aliquibus discretis. Et ad quem plures voces erunt, erit discretus. Et date [f° 76 v°] sibi litteras proprias sub sigillo vestro, ut veniat ad capitulum. Litteras etiam illas omnium locorum visitatorum quas aperuistis pro electione discreti, iterum includatis ad papirum omnes. Et sigilletis sigillo illius loci et portetis vobiscum ad capitulum.

Item eadem die committatis in omnibus locis fratribus, ut si quid habent scribere ad capitulum scribant, et dent ad manus vestras, vobisque tradatis eas ad manus discreti importandas ad capitulum.

Item audientia custodis danda est coram guardiano loci ultimi et duobus vel uno discreto. Si tunc visitatio ipsius importanda erit, poterit discuti coram fratribus loci ubi visitatur. Similiter guardianis coram duobus discretus audientia est danda, et importatio visitationis ejus ad consilium discretorum non duorum sed fere omnium aliorum, exclusis juvenis ut supra.

«Ego, frater N. de t[ali], guardianus loci hujus eligo pro discreto N. de N.».

«Ego, frater N. de t[ali], eligo pro discreto N. de t[ali]».

Notes

1 Ce n’était certes pas le cas de tous les couvents mendiants observants. Voir les travaux du groupe de recherche « Les frères mendiants et leurs livres », dirigé par Nicole Bériou et Donatella Nebbiai, et le volume Économie et religion. L’expérience des ordres mendiants (XIIIe-XVe s.), Bériou N. et Chiffoleau J. (dir.), Lyon, Presses universitaires de Lyon, Collection d’histoire et archéologie médiévales 21, 2009.

2 Sur l’histoire des franciscains en Hongrie au Moyen Âge et au début de l’époque moderne, la meilleure synthèse demeure : Karácsonyi J., Szent Ferencz rendjének története Magyarországon 1711-ig [Histoire de l’ordre de saint François en Hongrie jusqu’en 1711], Budapest, MTA, 1922-1924, 2 vol. Sur les franciscains de l’Observance : Cevins M.-M. de, Les franciscains observants hongrois de l’expansion à la débâcle (vers 1450 – vers 1540), Rome, Istituto Storico dei Cappuccini, 2008 [abrégé dans les lignes qui suivent en FOH].

3 À défaut de pouvoir citer ici l’ensemble des travaux et sources imprimées relatives aux institutions des ordres mendiants, je me contenterai de signaler la récente mise au point sur l’ordre des Prêcheurs effectuée par Florent Cygler : « L’économie des frères prêcheurs dans la législation de l’ordre (XIIIe- début XIVe siècle) », L’economia dei conventi dei frati minori e predicatori fino alla metà del trecento. Atti del XXXI Convegno internazionale, Assisi, 9-11 ottobre 2003, Spolète, 2004 (Atti dei Convegni della Società internazionale di studi francescani e del Centro interuniversitario di studi francescani, nuova serie, 14), p. 75-117.

4 Un seul exemple : le principe du vote à bulletin secret naquit dans l’ordre cistercien (1159). Vauchez A., « Aux origines du régime représentatif : les ordres religieux en Occident de Cîteaux aux Frères mendiants », Au cloître et dans le monde. Femmes, hommes et sociétés (IXe-XVe siècle). Mélanges en l’honneur de Paulette L’Hermite-Leclercq, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2000, p. 147.

5 Notons que, s’agissant d’ordres impliqués dans l’action pastorale par la confession et la prédication, il en allait aussi de la cohérence du message délivré aux fidèles, donc de l’uniformité de leur foi.

6 Cevins M.-M. de, « L’alliance du sabre et du goupillon en Hongrie au XIVe siècle : les frères mendiants comme agents de l’expansionnisme angevin dans les Balkans », La diplomatie dans les territoires angevins, actes du colloque de Szeged - Budapest (13 au 13 septembre 2007), Rome, Académie hongroise de Rome, 2010, p. 155-170.

7 Édition : Batthyány I., Leges ecclesiasticae regni Hungariae et provinciarum adiacentium, Claudiopoli, 1827, t. III, p. 609-635 [constitutions de 1499], p. 647-649 [1505], 650-653 [1507], 667-669 [1515] ; Bunyitay V., Rapaics J., Karácsonyi J., Kollányi F. et Lukcsics J., Egyháztörténelmi emlékek a magyarországi hitújítás korából (Monumenta ecclesiastica tempora innovatae in Hungaria religionis illustrantia), Budapest, Akadémiai kiadó, 1902-1912, t. II, p. 462-519 [tables capitulaires des chapitres provinciaux de 1531-1552].

8 Édition : Toldy F., Analecta monumentorum Hungariae historicorum litterariorum maximum inedita, t. I, Pest, 1862 (reprint Budapest, MTA, 1986), p. 213-315 : « Blasii de Zalka et continuatorum eius Cronica fratrum minorum de observantia provinciae Boznae et Hungarie. »

9 Molnár A., « Egy válság anatómiája [Anatomie d’une crise] », BUKSZ, 2008, p. 216-217. Description détaillée : Kollányi F., « Magyar ferenczrendiek a xvi. század első felében » [Les franciscains hongrois dans la première moitié du XVIe siècle], Századok, 32, 1898, p. 317-327, 405-419, 510-518, 600-620, 716-731, 814-821, 909-930 et Budapest, Atheneum, 1898. Manuscrit : Országos Széchényi Könyvtár (Budapest), Kézirattár, Oct. Lat. 775.

10 FOH, p. 628-630.

11 La remarque vaut pour l’ensemble de la documentation écrite se rapportant à l’histoire des franciscains observants de Hongrie. Pour davantage de précisions, voir FOH, p. 19-25 et 627-634.

12 1er formulaire, f° 169 v°, cité dans FOH, p. 213.

13 Kollányi, « Magyar ferenczrendiek… », op. cit., p. 64-65.

14 Ibid., p. 66.

15 Toldy (éd.), op. cit., p. 311.

16 Kollányi, op. cit., p. 97.

17 FOH, p. 211-212.

18 Ibid., p. 211.

19 C’est par cet ordre que l’on a connaissance de ces événements. Kollányi (éd.), « Magyar ferenczrendiek… », op. cit., p. 89.

20 FOH, p. 102-106.

21 1er formulaire, f° 151 v° -152 v°, édité dans FOH, p. 539-540.

22 1er formulaire, f° 165 v° -166 v°, 176, édité dans FOH, p. 540-541.

23 Voir la description des cadres administratifs de la province des frères mineurs observants de Hongrie proposée dans FOH, p. 165-183.

24 Ibid., p. 178-179.

25 Kollányi (éd.), op. cit., p. 18-19.

26 FOH, p. 172.

27 Je m’appuie ici sur les conclusions de FOH, p. 181-183, fondées sur les indications que contient le premier formulaire. Voir aussi le document joint en annexe.

28 1er formulaire, f° 75 et document en annexe.

29 FOH, p. 180.

30 1er formulaire, f° 100 v°, édité ibid., p. 532.

31 1 er formulaire, f° 101 v°, édité ibid., p. 532.

32 Ibid., p. 407-408.

33 Cevins M.-M. de, « “O inobedientie filii contumaces ! ” L’apostasie chez les franciscains observants de Hongrie (v. 1490-v. 1540) », in Cevins M.-M. de (dir.), L’Europe centrale au seuil de la modernité. Mutations sociales, religieuses et culturelles (Autriche, Bohême, Hongrie, Pologne, fin du XIVe-milieu du XVIe siècle), actes du colloque international de Fontevraud (15 au 15 mai 2009), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 151-169.

34 FOH, p. 339-340.

35 Ibid., p. 297-299.

36 Détail des faits dans FOH, p. 340-352.

37 Karácsonyi, Szent Ferencz…, op. cit., t. I, p. 370.

38 D’après la lettre du primat datée du 15 mai 1514, citée dans FOH, p. 345.

39 Les travaux menés par Jenő Szűcs l’ont montré, en particulier : « A ferences obszervancia és a 1514. évi parasztháború. Egy kódex tanúsága » [L’observance franciscaine et la guerre paysanne de 1514. Les enseignements d’un codex], Levéltári Közlemények, 43, 1972, p. 213-263. Voir aussi « Ferences ellenzéki áramlat a magyar parasztháború és reformáció hátterében » [Le courant d’opposition franciscaine dans le contexte de guerre paysanne et de Réforme], Irodalomtörténeti Közleményeki, 1974, p. 409-439, traduit en allemand : « Die oppositionelle Strömmung der Franziskaner im Hintergrund des Bauernkrieges und der Reformation in Ungarn », in Glatz F. et Pamlényi E. (dir.), Études Historiques Hongroises, t. I, 1985, Budapest, 1985, p. 483-514.

40 FOH, p. 358-361.

41 Kollányi (éd.), op. cit., p. 44.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540