Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'échange

 | 
François Brizay

Un laboratoire : le fonctionnement de l'institution ecclésiale

Diffusion, modélisation et mesure de l’information au temps du Grand Schisme d’Occident (1378-1429)

Hugues Labarthe

Texte intégral

  • 1 Cette encyclique éditée par Étienne Baluze est consultable sur l’espace documentaire consacré aux (...)
  • 2 Les événements du Latium ont été récemment remis en perspective par Armand Jamme (« Renverser le p (...)
  • 3 Hélène Millet a éclairé ce problème dans un article récent, « Un bouillon de culture pour l’opinio (...)

1En la cathédrale d’Anagni, le 2 août 1378, au terme de la célébration d’une messe du Saint-Esprit, treize cardinaux s’adressent aux fidèles de la chrétienté pour dénoncer les violences exercées lors du conclave d’avril passé1. Le 9 août, les treize conjurés en déduisent la nullité de l’élection d’Urbain VI et, arguant de sa surdité, le qualifient d’antéchrist, d’apostat, de destructeur : à leurs yeux, l’Église est vacante. Ce coup d’état a été minutieusement préparé. Depuis mai, dans le secret des livrées cardinalices, ont filtré les premières rumeurs d’une invalidité de l’élection d’avril. Fin juin, les cardinaux dépêchent un émissaire à Tivoli pour exiger d’Urbain VI sa démission. Enhardis par leurs succès militaires et leurs premiers ralliements, les cardinaux d’Anagni prennent alors le risque de l’escalade. Surpris par Urbain VI qui se dote d’un nouveau collège cardinalice, ils rétorquent par la création d’un nouveau pape, Clément VII, couronné le 30 octobre2. Le schisme est consommé : encore faut-il à présent gagner la bataille de l’information dans l’ensemble de la Chrétienté. Pendant l’hiver, les cardinaux endossent le rôle de légats pour défendre la légitimité de leur rébellion auprès des cours européennes. Seule une moitié de la chrétienté cède à leurs objurgations : le schisme s’éternise jusqu’à temps que les successeurs d’Urbain VI et de Clément VII abdiquent en 1415 et en 1429. Un demi-siècle durant, les calames se délient sur des milliers de folios pour trancher le nœud gordien du conclave d’avril 1378 : comment établir la vérité des faits et quelle solution politique trouver à la crise3 ?

  • 4 Il suffirait pour s’en convaincre de feuilleter le fort registre de parchemin conservé au Trésor d (...)
  • 5 Cette table a été éditée par Michael Seidlmayer, « Die Spanischen Libri de Schismate des Vatikanis (...)
  • 6 Je remercie vivement les organisateurs de la journée d’étude d’Angers du 12 mars 2010 pour m’avoir (...)

2Les cardinaux ont réussi à susciter la controverse sur la légitimité d’Urbain VI : les archives de cette grande bataille de l’information, tant factuelle que juridique, nous parviennent en nombre, classées avec grande diligence, tant les contemporains ont eu à cœur de prouver l’impartialité d’engagements partisans4. Le classement le plus abouti, évaluant le caractère partisan de chaque document selon les croisements fait/droit d’une part, pro/contra/indifférent d’autre part, est l’œuvre de Francisco Rovira5. D’une collection à l’autre, la matière est considérable, plus de 1 600 documents recensés, et extraordinairement hétérogène : lettres personnelles, encycliques, casus, traités et allégations si divers que nous ne les aurions probablement pas rassemblés en un corpus si les acteurs même de la crise n’en avaient pris l’initiative. Dans l’esprit de cette journée d’étude sur la circulation de l’information, nous nous appuierons sur ce corpus pour interroger les procédures mises en œuvre dès 1378 en vue de certifier l’information6. Nous envisagerons ensuite de modéliser la circulation de ces textes et leur contenu de façon à réinvestir cette matière devenue largement inerte. Nous esquisserons enfin quelques pistes permettant de croire que la mesure de cette information ouvre une nouvelle voie pour la connaissance de cette question historique.

L’information : de la communication à l’enquête

  • 7 M. Balard : « Ce serait une tâche ardue, mais passionnante, de dessiner à partir d’exemples précis (...)
  • 8 Le colloque international organisé à Marseille en 2009 s’attache à éclairer cette pratique de gouv (...)
  • 9 Sur l’étude de ces phénomènes extérieurs au cadre de cet article, voir Guenée B., L’opinion publiq (...)
  • 10 « Et hoc fuit et est verum, publicum et notorium ac etiam dictum, creditum et pro vero, publico et (...)
  • 11 Perroy E., L’Angleterre et le Grand Schisme d’Occident. Étude sur la politique religieuse de l’Ang (...)
  • 12 Harvey M., Solutions to the Schism. A study of some English attitudes, St Ottilien, 1983, p. 9-27.
  • 13 Ibid., p. 24. Sur les enquêtes ibériques : Seidlmayer M., Die Anfänge des Grossen Abendländischen (...)
  • 14 « Numquam enim in Francia pro domino Urbano fuerunt informationes recepte. Imo cum ad istum finem (...)

3Comment les encycliques des 2 et 9 août sont-elles reçues ? La question ne se prête guère à une représentation en anamorphose des distances-temps de la chrétienté latine tant on accueille la nouvelle avec circonspection7. Chacun, à la place qui est la sienne, selon ses ressources et à son rythme, s’informe sur la validité du conclave d’avril. En son nom propre ou au nom de la communauté qu’il préside chacun enquête pour accéder à la vérité. En cela débute l’informatio, une démarche dont le sens persiste dans le monde judiciaire : elle désigne une instruction aux strictes exigences techniques prétendant aboutir à la manifestation de la vérité. Au sens plus large de l’enquête, l’information constitue dès le XIIIe siècle une pratique de gouvernement : sa scénographie et ses rituels lui confèrent une légitimité sacrale8. Les gouvernements n’ont alors qu’à tendre l’oreille pour saisir le bruissement de l’opinion ou de la rumeur qui sourd depuis le Latium en remontant les réseaux d’officiers royaux, de procureurs en curie et de marchands9. Les défenseurs d’Urbain VI martèlent la notoriété publique des faits10. Cependant Edouard Perroy avait cru montrer l’impréparation et le caractère partisan du gouvernement anglais qui prend fait et cause pour Urbain VI le 13 novembre sans forme de procès : « On ne doit chercher dans cette déclaration en faveur du pontife romain ni enquête sérieuse, ni impartialité ; les pièces même du procès faisaient défaut11. » Par une étude minutieuse des traces laissées par une multitude d’agents affiliés à des réseaux informels, Margaret Harvey a montré, à l’inverse, l’écoute attentive à la cour d’Angleterre des péripéties pontificales de l’été 137812. Dès l’automne et jusqu’à l’été 1380, viennent enquêter dans le Latium des agents anglais, hongrois, allemands, castillans, aragonais13. Dans les cours européennes désemparées, l’heure est aux assemblées et ordonnances souveraines : au nom du salut public, qu’ils adhèrent à l’un des deux contendants ou réservent leur jugement, les souverains entendent seuls connaître cette cause sur leurs terres. Simple sermon à Gloucester, témoignage des cardinaux légats d’Avignon au Louvre, audition des témoins et examen critique des déclarations des deux camps adverses à Medina del Campo, la gamme des mesures envisagées pour faire éclater la vérité répond de procédures exceptionnelles. Pour l’émissaire d’Urbain VI à Medina del Campo en 1380, Charles V a, dans ce processus, agit avec arbitraire. Francesco Uguccione dénonce les torts portés à l’endroit des ambassadeurs d’Urbain VI envoyés à la cour de France14 : « Jamais en effet ne furent reçues en France les enquêtes favorables à Urbain VI. »

  • 15 Voir en dernier lieu l’article de Rehberg A., « Le inchieste dei re d’Aragona e di Castiglia sulla (...)

4Comment établit-on la véracité d’une information en 1380 ? La procédure castillane est la mieux documentée15. Au décès de son père Henri II, le nouveau roi de Castille Jean Ier finance l’envoi de deux enquêteurs en Avignon, à Rome et à Naples pour recueillir les témoignages sur le conclave. À leur retour il préside à compter du 23 novembre 1380 une assemblée du royaume à Medina del Campo. Après avoir entendu les discours d’ouverture des représentants des deux obédiences concurrentes, le légat Pedro de Luna et le nonce Francesco Uggucione, l’assemblée reçoit le 6 décembre les trente-deux dépositions recueillies en Avignon, vingt-huit à Rome et quelques autres à Naples. À partir du 10 décembre, les casus des deux élus sont chacun décortiqués en quelque cent vingt propositions et les dépositions sont examinées. Ensuite on procède à la lecture des Dubia [e743] émis par l’archevêque de Tolède, Pedro Tenorio, et des réponses remises par le cardinal Pietro Corsini à Nice, à l’évêque de Zamora. Le 20 décembre on commence à entendre treize nouveaux témoins espagnols à propos du conclave. Puis en janvier-février, les commissions enregistrent vingt-cinq nouvelles dépositions sur le factum Urbani et seulement quatre sur le factum secundi electi. Une nouvelle phase s’ouvre alors : le 4 mars 1381 le roi fait comparaître les représentants des deux obédiences devant un large conseil et les infants de Portugal. Pedro de Luna, Francesco Uguccione, Francesco da Papia et Menendo de Cordoue doivent répondre à certaines questions sur le casus du second élu. Pedro de Luna, Bonifacio degli Amanati et l’évêque de Pesaro font de même à propos du casus du premier élu. Du samedi 23 mars au 3 avril, Francesco Uguccione participe, dans la chapelle du roi, à des débats contradictoires journaliers dont seules les réponses des clémentins sont conservées, à quelques exceptions près. Le conseil royal se réunit dans la suite pour s’accorder sur quelques fondements juridiques qui justifient la déclaration royale du 20 mai 1381 à Salamanque en vertu de laquelle Urbain VI est déclaré intrus et Clément VII vrai pape [e690]. Selon Andreas Rehberg, cette enquête castillane ne relève pas d’un modèle de procédure pénale mais mêle des éléments propres à la procédure accusatoire, l’inquisitio et l’examen d’une élection. Le roi de Castille renonce à trancher par une sentence mais s’engage par une déclaration en faveur de Clément VII. Le verdict de l’historien est particulièrement sévère à l’égard d’une procédure dont tout indique le caractère partisan dans la définition de la preuve comme dans l’orientation des questions.

*

  • 16 Ce dossier, aujourd’hui coté ASV, Armarium LIV, t. 35, traite d’une question à ce point anachroniq (...)
  • 17 Au fil d’un traité [e1419] écrit à la suite de la conversion de Gênes à l’obédience de Benoît XIII (...)

5Domaine d’experts, l’information médiévale est une méthode d’enquête dont la rigueur ne saurait celer les fondements partisans. L’assemblée castillane a confronté casus, témoignages et interrogatoires pour produire une déclaration conforme aux intérêts politiques du souverain. Vingt-cinq ans plus tard, Benoît XIII charge un aréopage de maîtres et docteurs appartenant à sa garde rapprochée d’enquêter à nouveau sur la validité du conclave d’avril 1378. Il s’agit de ramasser en une centaine de folios tous les arguments concluant à l’invalidité du conclave d’avril 1378 en vue d’une voie dite de convention. Ces folios ne sont pas destinés à être rendus publics : ils ont pour seul objectif de préparer la confrontation avec les défenseurs du pape romain16. Les déclarations des cardinaux rebelles, dont Pedro de Luna promu pape en 1394 sous le nom de Benoît XIII, continuent d’être disséquées selon les droits naturel, divin, canon, civil, moral et coutumier. Nous tenons là une véritable anthologie des arguments échangés toutes ces années sur six questions précises : l’élection pontificale faite par peur est-elle juridiquement nulle ? Une légère peur peut-elle provoquer l’annulation de l’élection pontificale ? La suspicion de la peur éprouvée suffit-elle à casser une élection ? La peur infligée aux cardinaux électeurs à Rome fut-elle si grande qu’elle s’abattrait sur des hommes mûrs ? S’agit-il de la même chose si un trouble survient pour qu’on élise quelqu’un en particulier ou en raison de son origine ? Est-ce que la seconde élection a la valeur d’une élection légitime ? Les casus adressés par les cardinaux rebelles et les sectateurs d’Urbain VI en août 1378 ont constitué le fondement de très nombreux traités polémiques : pour conserver cette mémoire vivante et pugnace, il faut en maintenir la connaissance. Cet effort est coûteux en 1405 à en juger par le témoignage de Roberto da Frenzola17. Comment dès lors parvenir à nous mouvoir dans cette dense et hétérogène matière ?

La modélisation des données

  • 18 Renvoyons ici aux nombreux travaux issus des Sciences de l’information et de la communication : Ru (...)
  • 19 Haggett P., L’analyse spatiale en géographie humaine, Paris, 1973 (trad. de l’anglais, Londres, 19 (...)
  • 20 Axiome formalisé par le groupe Bourbaki dès 1939 : Bourbaki N., Éléments de mathématique : théorie (...)
  • 21 Shannon C., A Mathematical Theory of Communications, 1949. Au-delà du domaine mathématique, cette (...)

6Stricto sensu, l’information désigne ce que les individus partagent lorsqu’ils communiquent : l’information est un ensemble cohérent de données passé au filtre d’une situation de communication18. La simple conservation de données dans le passé témoigne de leur caractère informatif : c’est à l’épreuve du questionnement que l’historien confère un nouveau sens à cette matière devenue inerte. La circulation de l’information est ainsi tautologie et mise en abyme. À considérer la lettre adressée le 11 avril 1378 par un curialiste à Petrus Rubeus, préchantre d’Elne, pour le mettre en garde contre les rumeurs circulant à propos du conclave [e709], l’information désigne tout autant l’interprétation du message par Petrus Rubeus que le sens donné à cet échange par l’historien. La donnée ainsi recueillie, pour être analysée, doit être accessible à l’historien au sein d’un document structuré. C’est là qu’intervient l’étape clé de modélisation. Par modélisation Peter Haggett entendait en 1965 « une représentation idéalisée du monde réel construite pour démontrer certaines de ses propriétés19 ». Quelle que soit la méthode employée, quatre types fondamentaux permettent de construire une telle représentation : l’ensemble, l’élément, la propriété et la relation. Un axiome suffit à sa construction : un ensemble est constitué d’éléments qui ont des propriétés et peuvent présenter des relations soit avec des éléments du même ensemble, soit avec des éléments d’autres ensembles20. Par ailleurs, la théorie de la communication élaborée par Claude Shannon en 1949 indique une voie possible : un émetteur communique avec son récepteur via un canal dont les perturbations engendrent une transformation potentielle du message initial21. Nous pouvons cultiver l’analogie à propos de l’information sur le conclave d’avril en 1378 pour mieux cerner le problème.

7Dans telle situation de communication, on tient l’émetteur pour les individus agissant tantôt collectivement, tantôt à titre personnel. Ainsi à quelques jours du conclave, le 19 avril, les cardinaux prennent ensemble la plume pour annoncer l’élection d’Urbain VI à leurs collègues restés en Avignon [e731]. Le 26 juillet, les trois cardinaux italiens Corsini, Orsini et Borsano remettent à Urbain VI leur récit du conclave mouvementé [e339]. C’est en revanche en son seul nom que Pierre Flandrin publie son traité sur le schisme avant le printemps 1379 [e356]. Considérer l’émetteur du message permet de glisser sur la notion alors peu évidente d’auteur tant la part de l’intertextualité est une dimension importante mais encore difficile à mesurer de ces textes. Surtout l’ensemble des documents ressortit à une typologie si hétérogène (déclarations, interrogatoires, traités), que la notion même de création pose problème.

  • 22 Voir notamment les éditions suivantes : Bliemetzrieder F., Literarische Polemik zu Beginn des gros (...)
  • 23 Parmi ces éditeurs, je me contente ici de renvoyer aux prolixes collections monumentales de Baroni (...)

8Des messages envoyés nous n’avons écho que via des témoins, exemplaires d’un texte identifié par un incipit, un explicit, éventuellement un titre, très rarement une date. Le phrasé de certaines allégations porte à croire qu’elles sont le produit d’une joute orale, ou composées pour être récitées [e2268, e388]. Parfois nous conservons un même texte dans ses versions latine et vernaculaire [e494]. L’examen philologique des différents témoins permet d’établir un stemma codicum, une interprétation de la tradition textuelle, et le cas échéant une édition critique22. Pour la seule année 1378, quelques dépouillements effectués dans les collections monumentales et la bibliographie indiquent cinquante-trois textes pour cent trente-huit témoins conservés dans les archives et bibliothèques européennes et soixante-cinq éditions intégrales ou partielles23.

  • 24 Valois N., « Louis Ier, duc d’Anjou, et le grand schisme d’Occident (1378-1380) », Revue des Quest (...)
  • 25 Lettre de Charles V aux cardinaux d’Avignon leur faisant part de sa détermination d’adhérer à Clém (...)

9Les récepteurs sont souvent bien spécifiés dans le prologue du texte : Universis Christi fidelibus… [e1328] ; Dilecto Ecclesiae filio Ludovico Duci Andegavensi illustri… [e2272]. Universelle ou personnelle, l’information se diffuse par capillarité. Une encyclique est démultipliée à l’adresse de chaque souverain, prince et métropolitain qui se chargera d’en faire connaître la teneur à ses sujets : ainsi l’encyclique du 2 août 1378 [e1328] est envoyée au duc d’Anjou le 15 [e2272]. À la réception des lettres des 2 et 9 août, le duc fait sonner le tocsin à Toulouse pour annoncer l’invalidité du conclave d’avril et le veuvage de l’Église24. La validité du conclave d’avril 1378 est débattue dans le secret d’un conseil puis en assemblée devant la hiérarchie ecclésiastique : c’est l’intention des souverains de France à Vincennes en septembre, d’Angleterre à Gloucester en novembre, de Castille à Illescas en décembre 1378. Sitôt une conviction forgée, elle est proclamée coram populo. Ainsi, lorsque le 16 novembre Charles V embrasse le parti de Clément VII, il prend toutes mesures appropriées : « Et sur ce, pour ce qu’il soit à touz notoire, avons tantost en nostre di Conseil ordené que il soit incontinent publié et solempnisé par les eglises à Paris et ailleurs en nostre royaume ainsi et par la forme qu’il est acoustumé de faire en tel cas25. » Ce sont ces mentions de la diffusion du message qu’il nous importe de structurer.

  • 26 À Bordeaux, le siège étant vacant, l’abbé de Sainte-Croix de Bordeaux, le docteur en décret Raymon (...)
  • 27 Voir sa notice en ligne : http://obediences.net/p10.
  • 28 Parmi les premiers actes de l’assemblée de Medina del Campo, réunie pour juger de la validité du c (...)
  • 29 Labarthe H., « Vecteurs d’une querelle domestique : les légats pontificaux au temps du Grand Schis (...)

10Les cardinaux sont maîtres dans l’art de solliciter tous les canaux de diffusion possibles qui, depuis la Curie, irriguent la chrétienté. Dès l’hiver 1378, l’état de santé de Grégoire XI empirant, les gouvernements européens entretiennent un ballet d’officiers porteurs de messages aussi bien oraux qu’écrits. S’appuyant sur leurs homologues restés en Avignon pour diffuser leurs encycliques, les cardinaux chargent par ailleurs leurs émissaires, dès le mois d’août 1378, de disséminer les declaratio et processus authentiqués : Roger Foucault, doyen de Saint-Émilion et familier du cardinal Guillaume d’Aigrefeuille, Pierre de Barrière, simple étudiant toulousain à ne pas confondre avec son homonyme cardinal, portent chacun l’encyclique Exigit sancte en terres anglaises, le premier à Londres, le second à Saint-André de Bordeaux : ils sont immédiatement jetés au cachot26. Le même sort est réservé à Menendo de Cordoba qui s’en va à l’automne 1378 plaider la cause d’Urbain VI auprès du roi d’Aragon : il est fait prisonnier et ses bulles sont lacérées sur ordre de son ancien protecteur, le cardinal Pedro de Luna dont il aurait déserté la livrée27. Pour renforcer la sécurité des transmissions, les supports sont authentifiés28. À la Noël 1378, les cardinaux se lancent à leur tour sur les chemins de la Chrétienté répandre la parole clémentine comme légats29.

  • 30 Noël Valois rappelle l’insistance des cardinaux auprès d’Urbain VI pour qu’il désigne dans leurs l (...)

11Parvenu à son destinataire, le message a nécessairement subi quelques perturbations : au sein de l’assemblée de Medina del Campo, le cardinal Pedro de Luna semble avoir séduit l’assistance en privilégiant le castillan au latin. Urbain VI confie au napolitain Cicco Tortello et au familier du cardinal Guillaume d’Aigrefeuille, Pierre de Murles, une ambassade auprès de Charles V. Noël Valois a rappelé le double jeu alors mené par le second en l’absence du premier, visant à disqualifier le conclave d’avril30. À l’issue des entretiens, Charles V prend l’annonce officielle de l’élection d’Urbain VI à contre-pied :

« Il n’avoit encore eu aucunes certaines nouvelles de cette élection ; et si avoit tant de bons amis cardinaux, dont plusieurs avoient esté serviteurs des predecesseurs roys de France et de luy, et encore en y avoit plusieurs qui estoient à luy et de sa pension, que il tenoit fermement que, se aucune election de pape eus testé faite, il la luy eussent signifiée. Et pour ce, estoit son entencion de encore attendre jusques à tant que il eust autre certificacion, avant que plus avant il procedast en ce fait. »

  • 31 La TEI est un consortium regroupant des acteurs de la recherche et promouvant des recommandations (...)

12Les archives à notre disposition font état de quelques milliers de messages et des conditions de leur communication. Pour recueillir, gérer et analyser cet ensemble de données nous proposons un modèle logique (fig. 1) : un ensemble d’individus est en relation, en tant qu’émetteurs, récepteurs et/ou messagers, d’un ensemble de textes, portés par des exemplaires, ayant transité dans le temps entre différentes collections. Les ensembles, les objets et les relations sont porteurs d’attributs. S’il n’est pas nécessaire de renseigner tous les attributs, relations, objets, chaque donnée trouve sa place dans le modèle. Cette modélisation de l’information s’insère dans un modèle plus vaste, topologique, dédié à l’étude du Grand Schisme d’Occident. Ce Système d’information géographique peut s’appuyer dans le domaine de l’édition critique sur deux modules de la TEI (Text Encoding Initiative) répondant à l’essentiel de ses besoins : msdescription pour la description de manuscrits et transcr pour la représentation des sources primaires31.

Fig. 1. – Le schéma de la communication appliqué aux Libri de schismate.

La mesure de l’information

  • 32 Les notices codicologiques résultent principalement des relevés effectués par Hélène Millet au sei (...)
  • 33 Citons les catalogues numérisés : Calames, propulsé par l’ABES (Agence bibliographique de l’enseig (...)

13La modélisation permet de passer d’une masse de données, dûment cataloguée par les contemporains du schisme, à un système d’information, un outil permettant de produire de la connaissance. Ce système d’information résulte notamment des recherches codicologiques entreprises par Jacques Monfrin et Hélène Millet32. Ce recueil de données effectué au sein de collections comme celle de Simon du Bosc, abbé de Jumièges, Martin de Zalba ou Benoît XIII, a été étoffé par le dépouillement systématique de la bibliographie sur le schisme. Les nouveaux enjeux de diffusion de la connaissance mettent à notre portée des catalogues et fonds de bibliothèques européennes centrales et orientales, aux ressources largement méconnues33. Cela ne devrait pas remettre en cause le principal clivage attesté jusqu’ici entre l’abondance des ressources françaises et vaticanes et l’extrême rareté des témoins conservés en Angleterre, Espagne ou Italie. À ce jour, les 2 200 témoins repérés représentent près de 1 600 textes à l’incipit unique. La connaissance de 80 % de ces textes vient d’un témoin unique. Les 20 % restant constituent 44 % de l’ensemble des témoins.

Les archives du schisme.
Source consultée au 1er mars 2010 : http://obediences.net

14Douze textes, dont 10 à 18 copies sont conservées, représentent à eux seuls 10 % des témoins. Ils se rapportent, à en juger par l’ensemble du corpus, à trois polémiques chevillées l’une à l’autre pendant toute la durée du schisme.

15La première polémique a trait à l’invalidité du conclave d’avril 1378. Elle s’organise dans les manuscrits de travail constitués par Pierre Ravat, Martin de Zalba et/ou Benoît XIII, et dans une moindre mesure Simon de Plumetot et Simon du Bosc, autour des quatre traités de Giovanni da Legnano [e1056], Pierre Ameil [e366], Pierre Flandrin [e356] et Pedro de Tenorio [e743] (figure 2). Se faisant écho, ces copies d’usages sont associées aux écrits de Conrad de Gelnhausen [e540], aux casus des trois cardinaux italiens [e339] et des cardinaux d’Anagni [e1328].

16Cinq textes s’inscrivent dans la seconde polémique qui s’interroge à partir de 1394 sur la légitimité de la rébellion contre un tyran et aboutit à la déposition des deux contendants à Pise en 1409. Une même unité codicologique contient de deux à cinq exemplaires des textes suivants : le De substractione obediencie de Simon de Cramaud [e433] ; la cédule du conclave du 27 septembre 1394 [e551] ; l’ordonnance de la soustraction d’obédience du 27 juillet 1398 [e2000] ; l’Epistola Tolosana [e1611] ; le Tractatus de novo subscismate de Benoît XIII vers 1410 [e1443]. Ces textes sont parfois associés, parfois dissociées de la première polémique. À ce titre l’exemple du registre AN, J 518 est emblématique : il s’agit d’une compilation exclusivement dédiée à la justification de l’ordonnance de soustraction d’obédience, conçue par Simon de Cramaud à un moment où l’influence de ses opposants s’accroît.

17La troisième polémique qui perce d’un texte à l’autre porte sur la redéfinition du rôle de la papauté dans la Chrétienté. Son absence dans le réseau d’affiliation tend à rappeler que les textes de rupture défendant une alternative ecclésiologique restent en marge du débat sur le schisme. L’association de cahiers rassemblant les copies de textes issus des première et deuxième polémiques traduit la volonté des contemporains du schisme de créer des systèmes d’information, au sens actuel d’un ensemble organisé de ressources (matériels, personnels, données, procédures), permettant de regrouper, classifier, traiter et diffuser l’information. Au-delà de la lecture linéaire, de l’annotation, du système de renvois et de l’indexation effectués par les contemporains, quelles nouvelles connaissances pouvons-nous créer via la numérisation de ces textes ?

  • 34 La publication électronique commence à prendre de l’ampleur en ligne. Certains sites offrent un pr (...)
  • 35 Voir par exemple : « Mesurer le texte », numéro spécial d’Histoire et Mesure, 18-3/4, 2003 ; « Le (...)
  • 36 Une chaîne de caractères, un mot, désigne une occurrence. Cette occurrence a une forme, et plusieu (...)

18Nombre d’érudits et historiens ont traité avec légèreté ces contributions. Consultations verbeuses, discussions infructueuses, traités inutiles : on condamne d’un trait de plume ce qu’une fastidieuse lecture linéaire ne laisse ni cerner, ni entendre. La numérisation permet à présent d’explorer les mots d’un texte comme autant de nœuds d’un rhizome34. Les outils de la lexicologie ouvrent ces textes à l’étude de listes de fréquences, de concordances et à l’analyse multidimensionnelle35. Le consensus en faveur d’une lemmatisation est assez large36. Une édition électronique conforme aux prescriptions de la TEI permet par le jeu de feuilles de styles XSLT de se déplacer d’une concordance à une autre, d’un jeu de citations à un index locorum.

Fig. 2. – Les Libri de Schismate : des systemes d’information.

  • 37 Ce texte nous parvient grâce à l’unique témoin, BnF, lat. 1470, f° 240 v° -250 r°. Son auteur étai (...)

19Le premier outil s’imposant par son évidence est la concordance. Le texte à l’incipit « Cum a multis » [370] est attribué à Bertrand de Gramont, l’un des rejetons d’Arnaud-Raymond de Gramont, rico hombre et deuxième baron de Navarre, compagnon du roi Charles II37. À en juger par le préambule, ce serait la transposition à l’écrit d’un discours tenu lors d’une confrontation organisée sous les auspices du comte d’Empúries à Castellò en septembre 1380. Bertrand de Gramont défend six thèmes :

  1. l’élection d’avril 1378 est nulle car la violence cupide des Romains l’a privée de tout fondement juridique, et sur rien on ne fonde rien.
  2. L’élu doit donc renoncer à tirer avantage de la méchanceté des Romains, sans quoi l’injustice de ces derniers resterait impunie.
  3. Son élection est nulle car elle est le fait de laïcs, les cardinaux n’ayant agi que sur l’horrible mandat des Romains.
  4. La violence dirime la valeur juridique du consensus.
  5. Si la violence annule les procédures électives de rang inférieur, c’est d’autant plus vrai pour l’élection pontificale.
  6. Bartolomeo est apostat, antéchrist, intrus et son élection est nulle par la lecture des trois canons Si quis peccunia, In nomine Domini & Ubi maius38.

20Bertrand de Gramont s’appesantit à ce point sur ce sixième thème qu’il représente les quatre cinquièmes de la composition. Doit-on pour autant le considérer comme l’auteur de ce texte ? Non seulement ce jeune clerc paraît totalement étranger aux événements qu’il narre, mais l’étude d’une concordance révèle que des pans entiers de son texte sont empruntés au traité antérieur Quia res memoratu [e356] du cardinal Pierre Flandrin.

  • 39 Labarthe H., « Bernard Alaman, un évêque lecteur de saint Augustin en vue de résoudre le Grand Sch (...)
  • 40 Il s’agit principalement de mot-valise (et, in, de, ad), de pronom relatifs et de conjonctions de (...)
  • 41 Une macro d’Alain Dallo suit pas à pas la méthode algorithmique théorisée par Philippe Cibois, cré (...)

21Second outil de connaissance, la méthode de l’analyse des données textuelles permet de rendre compte des spécificités en mesurant distances et proximités lexicales au moyen d’une analyse factorielle des correspondances (AFC). Le premier traité de Bernard Alaman est un patchwork de citations patristiques comptant près de vingt mille occurrences. Sollicité par Charles VI le 5 novembre 1393, Alaman achève cette composition en quinze jours : gageons alors que ce travail rigoureusement référencé appuie ses insistants appels à la Couronne sur une réflexion érudite bien plus ancienne. Son auteur emprunte la dalmatique de saint Augustin pour convaincre Charles VI en 1393 que Clément VII et les cardinaux d’Avignon se sont séparés de la communion des fidèles depuis leur coup d’état de 1378. Aucun auteur dans l’entourage du roi de France n’a montré un tel courage, ce qui n’empêche pas les historiens de souligner sa médiocrité et sa pusillanimité39. Ce traité compte 2 650 lemmes dont trente apparaissent plus de cent fois40. Viennent ensuite 380 lemmes qui apparaissent plus de huit fois chacun, 1 160 lemmes (44 %) qui apparaissent de sept à deux fois et, enfin, environ 1 100 lemmes (42 %) qui n’apparaissent qu’une fois dans tout le texte. Les 410 lemmes dont la fréquence est égale ou supérieure à huit constituent les trois quarts du texte intégral. Je limite mon analyse multidimensionnelle à ces 410 lemmes les plus fréquents41.

  • 42 Référence au canon Si quis peccunia de la 79e distinction du décret de Gratien : Friedberg E. (éd. (...)

22Le facteur 1 met en valeur la distance entre, d’une part, la justification de la présence des mauvais dans l’Église par saint Augustin (partie 6, Roboa, perversus, domus, veritas, rex), et, de l’autre, des textes d’Alaman comme le préambule (0) et l’histoire des élections pontificales (parties 10-11, succedo, electio, antipapa). Le facteur 2 souligne plus spécifiquement la distance entre un prologue exploratoire qui présente le raisonnement de l’auteur (Secunda pars ibi… Ibi agitur) et la dimension technique de la discussion juridique de la partie 10 (succedo, eligo, pastor, papa, distinctio, lxxix42, consilium). Sur le facteur 3, la description du corps mystique de l’Église aux parties 3 et 4 (spiritus, anathema, animal, hereticus, corpus, unitas, scismaticus, credo, ecclesia, scandalum, etc.) se distingue des appels au roi et à l’abdication des papes rivaux aux parties 1 et 13 (vester, rex, servio, regia, veritas, honor). Les spécificités de cette treizième partie se dégagent encore sur le facteur 4, entre le volontarisme politique (nos, noster, membrum, pax, caput, caritas) et l’immobilisme qui est à l’origine de tous les schismes lorsque les prêtres ferment les portes de l’Écriture (claudo, sacerdos, scriptura, populus, demon, veritas, doctor). Sur le facteur 5, la dixième partie évoquant l’institution du pontificat dans l’Église (succedere, Petrus, demum, Leo, imperator, antipapa, Adrianus, sedeo, papa, clavis) se démarque du vocabulaire des parties 7 et 11 discutant les causes de schisme et l’aspect juridique de l’élection (exceptio, superbia, tolero, ius, nullus, ullus, bonus, electio, sacrilegus, malus). Le facteur 6 met en valeur le distinguo entre la nécessité d’une recherche de la vérité (partie 2 : aegroto, video, sacerdos, mater, celum, honor) et le constat de l’hérésie et de l’obligation faite aux rois de la combattre (parties 6 et 9 : rex, servio, tuus, Roboa, Christus, anima, regnum, christianus, gens, libero). C’est alors le constat de l’hérésie et de la nécessité de s’en défaire (parties 6 et 13 : propter, episcopus, populus, te, noster, Christus, debeo…) qui contraste avec les exhortations au roi (parties 9 et 15 : rex, adversus, regia, caritas). Au terme de cet examen lexicologique, nous faisons bien la part dans le traité de Bernard Alaman entre l’interprétation eschatologique du schisme (parties 3 à 6, 8), l’histoire et le droit des élections pontificales (parties 7, 10-11), l’appel au roi de délivrer la Chrétienté (parties 1, 9, 12-13, 15) et les différentes strates de composition.

  • 43 La transcription des deux traités de Bernard Alaman a été réalisée par nos soins. Celle du De subs (...)

23À ce stade, et c’est le troisième exemple d’outil, il peut paraître intéressant d’établir les critères de convergences et ou de divergences au sein d’un corpus de trois traités, conçus et publiés dans la décennie 1390 lorsque s’ouvre le débat sur la soustraction d’obédience. Il s’agit des deux traités de Bernard Alaman, évêque de Condom, Ihesus Dei filius benedictus dixit [e411], Jhesus Dei filius benedictus verum caput [e431] et du De substraccione obediencie [e433] de Simon de Cramaud, patriarche d’Alexandrie43. Un premier aperçu sur les statistiques de ces textes indique une relative stabilité du nombre et de la fréquence des lemmes : d’un texte à l’autre, les cent premiers lemmes représentent invariablement 55 à 58 % des occurrences tandis que 37 à 41 % des formes sont des hapax. La première composition d’Alaman présente cependant une richesse terminologique plus marquée avec huit occurrences en moyenne pour chaque lemme contre 12 dans les deux autres traités. Qu’est-ce qui fait la spécificité de ces compositions ? Les trois textes, qui mobilisent 4 500 lemmes, en partagent tous trois l’usage de 1 200. Le nombre de lemmes communs aux traités d’Alaman (1776) est bien supérieur au nombre de lemmes communs à ceux de Cramaud d’une part, et Alaman e411 et e431 de l’autre, respectivement 1 448 et 1 543. Ces deux à trois cents lemmes, qui font la différence, ne sont pas de simples effets de langue ou de mode, mais bien deux visions différentes du monde secoué par le schisme et de la façon de remédier au problème.

  • 44 Friedberg E. (éd.), Corpus Iuris Canonici…, vol. 1, dist. 63, c. 22.

24Les quinze plus fréquentes spécificités de chaque texte démarquent les lignes de clivage au sein de ce corpus (tableau 1). Dans son premier traité, Bernard Alaman rejette toutes les arguties sur lesquelles le parti d’Avignon fonde sa légitimité (exceptio, ullus, antipapa), provoquant le supplice de l’Église. Il dénonce l’influence de l’opinion commune, la difficulté de trancher. Comme au temps du schisme d’Israël sous Roboam Ier (931-914 avant notre ère), le prétendu pontife n’est pas l’artisan du schisme mais il le favorise par son intransigeance : il s’apprête à reconquérir les tribus insoumises par la force pour restaurer l’unité mais seule sa résipiscence peut parer à l’extermination de son propre royaume (1 Roi 14-25). Alaman salue le projet royal tendant à retrouver l’unité (conceptum regium), justifié par le canon Hadrianus ainsi analysé par Gratien : l’empereur a le droit d’élire le pontife44. Bernard Alaman stigmatise le dragon dont les émules ont quitté l’Église, la persécutent et encouragent à la division. Au nom du pontificat, pierre de touche des nations, on les disperse. Cependant les chrétiens continuent de vivre dans le filet du Christ.

Alaman 1393

Cramaud 1397

Alaman 1398

Top 15 des spécificités de chaque traité. Fréquence des occurrences entre parenthèses. Une spécificité est un lemme présent dans un seul traité

Alaman 1393

2 649

1 448

1 776

exceptio (22) ; ullus (10) ; concipio (7) ; Adrianus (7) ; Anastasius (7) ; supplicium (7) ; antipapa (6) ; obicio (6) ; Roboa (6) ; comes (6) ; regius (6) ; excerceo (6) ; turba (6) ; Anacletus (5) ; obscuritas (5).

Cramaud 1397

1 448

2 428

1 543

Henricus (32) ; substractio (25) ; sedatio (25) ; obsto (22) ; excommunicatio (22) ; excommunico (17) ; sedo (14) ; indubitatus (13) ; compromissum (11) ; corripio (11) ; destructio (10) ; incurro (9) ; subversio (9) ; astringo (9).

Alaman 1398

1 776

1 543

2 991

draco (66) ; ostium (48) ; Euge (19) ; intus (18) ; palmes (16) ; detego (15) ; canto (14) ; sagena (14) ; discidium (13) ; egredior (12) ; lapis (11) ; spargo (11) ; magnifico (10) ; paradisus (10) ; taurus (10).

2 991 : nombre total des lemmes d’un traité. 1 543 : nombre de lemmes communs à deux traités.
Tableau 1. – Dictionnaire commun aux trois traités et leurs spécificités.

25Si le docteur en droit canon de l’université de Montpellier, Alaman, s’est replié dans l’exégèse biblique augustinienne, son confrère Simon de Cramaud a pris le parti de plonger dans les codes de droit civil et canon puiser son argumentaire juridique pour un projet judiciaire. Le De substractione obediencie [e433] situe le status ecclesie comme l’intérêt suprême : pas même un pape ne peut se placer au-delà. La seule voie pratique d’obtenir l’union est la via cessionis. En refusant de l’accepter, Benoît XIII s’est clairement engagé contre l’union : il est donc schismatique. L’unité de l’Église est un article de foi ; même si le schisme n’entraîne pas de déviance dogmatique, le fait de demeurer schismatique contrevient à cette unité et accule à l’hérésie. Selon l’opinion juridique, alors largement attestée, qui affirme qu’un pape hérétique n’est pas pape, Benoît n’est plus pape. Et comme les faits sont notoires, l’Église de France est apte à constater qu’une action judiciaire formelle menée contre lui par un concile général aboutira à sa condamnation.

26Dans son second traité, Bernard Alaman dresse le tableau apocalyptique de l’Église harcelée par le dragon aux deux têtes, qui ne doit pas perdre de vue que la seule entrée dans l’éternité, c’est le Christ. C’est par un combat intérieur que l’on gagne les palmes du Paradis. Le schismatique est exclu de la communion catholique et il incombe au roi de nous tirer de ce mauvais pas. Pour galvaniser le roi, Alaman reprend une inscription glanée en la basilique de Saint-Denis qu’en son temps Philippe de Vitry avait versifiée en français pour encourager Philippe de Valois à partir en croisade ! En 1398, Alaman s’emploie à construire un processus judiciaire autour de la fiction d’une Église vacante : constatant l’hérésie du pape, les prélats ont les mains libres, comme s’il était mort. Alaman a fait du chemin depuis 1393. S’il a toujours les yeux rivés sur l’Église, ce corps dont le Christ est le chef, son intérêt s’est déplacé de la communion au sein du corps au rapport immédiat de l’Église avec le Christ, et de l’éloge de la charité à la stigmatisation de la volonté personnelle qui fait l’obstination des schismatiques. Il emprunte désormais aux Discours sur les Psaumes et non plus aux Lettres d’Augustin, à Bernard de Clairvaux et à saint Cyprien. Il commente une dizaine de canons du Décret tout autant pour appuyer le rôle des princes laïcs (dist. 96, c. 6 Quum ad verum, c. 11 Si imperator) que pour ruiner l’autorité du pape fauteur (dist. 40, c. 6, Si papa).

27Ainsi, le tableau des spécificités de ces trois traités forts de 20 000 à 36 000 occurrences permet de discerner l’évolution de l’engagement d’un individu à cinq années de distance et les clivages entre deux individus, docteurs en décrets, qui partagent le même combat, à savoir la destitution des deux papes. Alaman et Cramaud partent d’un même constat, la nécessité de se débarrasser, coûte que coûte, des contendants. Ils se rejoignent sur le fait que ce sont les schismes qui ont favorisé la naissance de l’islam ; que le pape a pris une importance trop considérable dans le gouvernement de l’Église et que c’est bien là l’origine du schisme d’Orient. Ils en appellent tous deux à l’éviction des papes rivaux mais par des sentiers radicalement différents. La structuration des données numérisées relatives aux situations de communication et aux messages échangés permet ainsi de recréer, par le filtre de nos problématiques, une information nécessaire à la construction de nouvelles connaissances.

*

28Nous avons placé cette intervention sous le signe de la théorie de la communication de Shannon : l’information, qui résulte d’une situation de communication, est mesurable. Nous en avons déduit que l’information ne peut être réduite à l’informatio médiévale ou à l’échange des nouvelles étudié par les médiévistes. Cependant, les archives citées à l’occasion de ce constat témoignent de la situation de communication au temps du schisme. L’archive n’a pas de caractère informationnel per se : c’est l’usage que l’on fait de la donnée qui crée l’information. Sept vies ne suffiraient pas à parcourir cette donnée, la saisir, l’analyser. La communauté scientifique internationale, fort active ces dernières années, aurait ainsi un intérêt certain à discuter les objectifs scientifiques d’une modélisation : cet article y contribue modestement. La numérisation des données et leur édition scientifique constitueraient un saut sans précédent sur le plan heuristique en permettant d’explorer, d’analyser et de comprendre la diffusion de l’information au temps du schisme, d’analyser l’intertextualité, l’usage des autorités et les variations sémantiques. Les pistes explorées ne sauraient résumer l’étendue des possibilités : elles indiquent simplement les voies d’une analyse textuelle en constant renouvellement. Le système d’Information des écrits sur le schisme existe sous le calame de Rovira qui indexe l’ensemble des manuscrits de Pierre Ravat et de Martin de Zalba à Marseille en 1404 au profit de Benoît XIII. Entreprendre son édition électronique est certes une gageure mais la promesse d’un progrès de la science historique, tant cette crise révèle le fonctionnement de l’Occident médiéval et cristallise ses représentations.

Notes

1 Cette encyclique éditée par Étienne Baluze est consultable sur l’espace documentaire consacré aux Acteurs, Lieux et Polémiques du Grand Schisme d’Occident : http://obediences.net. Il s’agit d’un document qui porte la référence e1328, indiqué entre crochets dans la suite du texte, accessible à l’adresse http://obediences.net/e1328. Ces ressources consistent en une notice codicologique, indiquant les exemplaires et les éditions repérés, et le cas échéant, une édition simplifiée.

2 Les événements du Latium ont été récemment remis en perspective par Armand Jamme (« Renverser le pape. Droits, complots et conceptions politiques aux origines du Grand Schisme d’Occident », in Foronda F., Genet J.-P. et Nieto Soria J. M. [éd.], Coups d’État à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid, 2005, p. 433-482 ; URL : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00270079/).

3 Hélène Millet a éclairé ce problème dans un article récent, « Un bouillon de culture pour l’opinion publique : le temps du Grand Schisme d’Occident », in Claustre J., Matté oni O. et Offenstadt N. (dir.), Un Moyen Âge pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris, 2010, p. 349-357. Le récit le plus complet des événements et de la polémique se trouve in Valois N., La France et le Grand Schisme d’Occident, 1967, 4 vol. (fac-similé de l’éd. de Paris, 1896-1902).

4 Il suffirait pour s’en convaincre de feuilleter le fort registre de parchemin conservé au Trésor des Chartes, aujourd’hui coté AN, J 518 : reprenant la plupart des pièces des layettes J 515 à J 517, sa compilation tient à la nécessité d’organiser la publicité de l’ordonnance de soustraction d’obédience du 27 juillet 1398 et de sa légitimité, au moment où, vers 1402, elle commence à être remise en cause au sein même du royaume. Voir Millet H. et Poulle E., Le vote de la soustraction d’obédience en 1398, Paris, 1988, p. 16-20. Ajoutons ces quelques lignes d’Howard Kaminsky à propos de ce registre: « An official ‘ instrument’in Simon’s time was not merely a record for practical purposes, one publication among others, but also one of the modes of being of the action it recorded – publicity in the most concrete sens of the word » (Simon de Cramaud and the Great Schism, New Brunswick, 1983, p. 111).

5 Cette table a été éditée par Michael Seidlmayer, « Die Spanischen Libri de Schismate des Vatikanischen Archivs », Spanische Forschungen der Görresgesellschaft/Gesammelte Aufsätze zur Kulturgeschichte Spaniens, t. 8, 1941, p. 200-262. Rovira indexe alors, à Marseille en 1404, la collection d’écrits sur le schisme rassemblée par Martin de Zalba : Millet H., « Le cardinal Martin de Zalba face aux prophéties du Grand Schisme d’Occident », L’Église du Grand Schisme, 1378-1417, Paris, 2009, p. 198-219. Cette collection versée dans l’Armarium LIV des Archives Secrètes du Vatican est connue sous le nom de Libri de Schismate.

6 Je remercie vivement les organisateurs de la journée d’étude d’Angers du 12 mars 2010 pour m’avoir convié à partager et soumettre des travaux réalisés dans le cadre d’une thèse de doctorat soutenue le 28 nov. 2009 à Toulouse II : Un espace-frontière au défi d’une crise internationale (Grand Schisme d’Occident, Gascogne, vers 1370-1430), thèse en cours d’édition. Je sais gré à Hélène Millet, de m’avoir initié et accompagné dans mes recherches sur l’Armarium LIV jusque dans la discussion de ce texte.

7 M. Balard : « Ce serait une tâche ardue, mais passionnante, de dessiner à partir d’exemples précis, la carte des centres de diffusion et de réception des nouvelles, à l’image de l’étude menée par exemple pour déterminer où et quand a été connue la grande nouvelle de l’entreprise réussie par Christophe Colomb », dans la conclusion des Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, 24e congrès, Avignon, 1993. La circulation des nouvelles au Moyen Âge, Paris, 1994, p. 252. L’ensemble des actes de ce colloque est disponible sur Persée : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/issue/shmes_1261-9078_1994_act_24_1. Sur la question de la circulation des nouvelles, renvoyons aux articles d’Yves Renouard, « Comment les papes d’Avignon expédient leur courrier » (1937), « Les voies de communication entre la France et le Piémont au Moyen Âge » (1963) réédités dans Renouard Y., Études d’histoire médiévale, Paris, 1968, 2 vol. Voir encore son article « Information et transmission des nouvelles », paru dans l’ouvrage collectif L’histoire et ses méthodes, Samaran Ch. (dir.), 1962.

8 Le colloque international organisé à Marseille en 2009 s’attache à éclairer cette pratique de gouvernement : Quand gouverner c’est enquêter : les pratiques politiques de l’enquête princière, Occident, XIIIe-XIVe siècles, actes en cours de publication. Voir encore Boudreau C., Fianu K., Gauvard Cl. et al. (dir.), Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge, Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 2004.

9 Sur l’étude de ces phénomènes extérieurs au cadre de cet article, voir Guenée B., L’opinion publique à la fin du Moyen âge : d’après la “Chronique de Charles VI” du religieux de Saint-Denis, Paris, 2002 ; Billoré M. et Soria M. (dir.), La rumeur au Moyen Âge. Du mépris à la manipulation, Ve-XVe siècle, PUR, 2011.

10 « Et hoc fuit et est verum, publicum et notorium ac etiam dictum, creditum et pro vero, publico et notorio habitum et reputatum. Et premissis fuit et est publica vox et fama in urbe et romana curia et Italia predictis et alibi. » Extrait du casus Urbani [e734], riposte à Exigit sancte [e1605], éd. C. É. du Boulay, Historia Universitatis Parisiensis, Frankfort, 1966, 6 vol., (fac-similé de l’édition de Paris, 1665-1673), vol. 4, p. 486.

11 Perroy E., L’Angleterre et le Grand Schisme d’Occident. Étude sur la politique religieuse de l’Angleterre sous Richard II (1378-1399), Paris, 1933, p. 57.

12 Harvey M., Solutions to the Schism. A study of some English attitudes, St Ottilien, 1983, p. 9-27.

13 Ibid., p. 24. Sur les enquêtes ibériques : Seidlmayer M., Die Anfänge des Grossen Abendländischen Schismas. Studien zur Kirchenpolitik insbesondere der Spanischen Staaten und zu den Geistigen Kämpfen der Zeit, Münster, 1940. Le 23 juin 1380, les enquêteurs castillans et aragonais assistent à Rome à une assemblée des prélats et nobles de Hongrie et des pays allemands : BnF, lat. 11745, f° 18.

14 « Numquam enim in Francia pro domino Urbano fuerunt informationes recepte. Imo cum ad istum finem illuc destinaretur quidam valentissimus doctor et miles, advocatus antiquus Romane curie, nomine Jacobus de Sena natione Provincialis, fuit per partem adversam captus et detentus, necdum sue libertati plene restitutus, quanquam de directo mitteretur ad presentiam domini regis Francie », intervention [e381] de Francesco Uguccione en présence du roi de Castille à Medina del Campo le 25 novembre 1380, éditée sur http://obediences.net/e381.

15 Voir en dernier lieu l’article de Rehberg A., « Le inchieste dei re d’Aragona e di Castiglia sulla validità dell’elezione di Urbano VI nei primi anni del Grande Scisma. Alcune piste di ricerca », in Rigon A. et Veronese F. (dir.), L’età dei processi. Inchieste e condanne tra politica e ideologia nel ‘ 300, Rome, 2009. La précédente étude remontait aux travaux de Seidlmayer M., Die Anfänge, op. cit.

16 Ce dossier, aujourd’hui coté ASV, Armarium LIV, t. 35, traite d’une question à ce point anachronique pour les années 1400, que Noël Valois proposait de voir dans cet ensemble les résultats de conciliabules tenus en Avignon à l’automne 1378 : Valois N., La France…, op. cit., vol. 1, p. 176 n. 5. Howard Kaminsky a proposé de le mettre en regard des préparatifs pour la voie de convention lancés à partir de 1397. Ce volume appartenant à Martin de Zalba a été catalogué en 1404 par Francisco Rovira sous cet intitulé : « Dans l’intégralité de ce huitième livre on discute de la matière même du schisme, on avance les arguments de la partie adverse et on fixe la vérité. » À la suite des observations codicologiques et prosopographiques d’Hélène Millet, il est assuré que la composition de ce volume s’étend aux années 1403-1408.

17 Au fil d’un traité [e1419] écrit à la suite de la conversion de Gênes à l’obédience de Benoît XIII, Roberto da Frenzola confesse découvrir le traité [e356] de Pierre Flandrin, diffusé vingt-cinq ans plus tôt.

18 Renvoyons ici aux nombreux travaux issus des Sciences de l’information et de la communication : Ruben B. D. et Stewart L. P., Communication and Human Behavior, 1988 ; Dictionnaire encyclopédique des sciences de l’information et de la communication, Paris, Ellipses, 1997, p. 297-302. Toffler A., Les nouveaux pouvoirs. Savoir, richesse et pouvoir à la veille du XXIe siècle, Fayard, 1991 ; Meyriat J., L’espace social de la communication, CNRS, 1985.

19 Haggett P., L’analyse spatiale en géographie humaine, Paris, 1973 (trad. de l’anglais, Londres, 1965), p. 30.

20 Axiome formalisé par le groupe Bourbaki dès 1939 : Bourbaki N., Éléments de mathématique : théorie des ensembles, Paris, 1970.

21 Shannon C., A Mathematical Theory of Communications, 1949. Au-delà du domaine mathématique, cette théorie a eu un impact heuristique fondamental. Cf. Dion E., Invitation à la théorie de l’information, Paris, 1997.

22 Voir notamment les éditions suivantes : Bliemetzrieder F., Literarische Polemik zu Beginn des grossen Schismas, Vienne/Leipzig, 1909 ; Simon de Cramaud, De substraccione obediencie, éd. par Howard Kaminsky, Cambridge (Massachusetts), 1984. Parfois, il n’est pas nécessaire de réaliser une critique des traditions textuelles : Hélène Millet et Emmanuel Poulle éditant les cédules du vote de l’assemblée du clergé de 1398, disposent des originaux.

23 Parmi ces éditeurs, je me contente ici de renvoyer aux prolixes collections monumentales de Baronii C., Raynaldi O. et Laderchii J., Annales ecclesiastici…, Rome, 1864-1883, t. 26-27 ; Baluze É., Vitae paparum avenionensium…, Paris, Guillaume Mollat, 1914-1922 ; Boulay C. É. du, Historia Universitatis Parisiensis, Frankfort, 1966, 6 vol. (fac-similé de l’édition de Paris, 1665-1673) ; Martè ne E. et Durand U., Veterum scriptorum… Amplissima Collectio, Paris, 1724-1733 : Gayet L., Le grand schisme d’Occident : d’après les documents contemporains déposés aux archives secrètes du Vatican, Paris, 1889, 2 vol. ; Denifle H. et Chatelain É., Chartularium Universitatis Parisiensis, Paris, 1894.

24 Valois N., « Louis Ier, duc d’Anjou, et le grand schisme d’Occident (1378-1380) », Revue des Questions historiques, 1892, p. 115-158.

25 Lettre de Charles V aux cardinaux d’Avignon leur faisant part de sa détermination d’adhérer à Clément VII et de l’ordonnance prise le jour même en Conseil, éditée par Noël Valois, « Le rôle de Charles V au début du Grand Schisme (8 avril – 16 novembre 1378) », p. 225-255 dans Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, t. 24, 1887, p. 246. Voir également les mêmes mesures prises par le duc d’Anjou à Toulouse au début du mois d’octobre : Valois N., La France…, vol. 1, p. 151. Au printemps 1378, Charles V aurait pris des mesures semblables pour publiciser l’élection d’Urbain VI : « Fecissetque propterea, ad Dei laudem et S. Romane Ecclesie ac sedis apostolice reverentiam et honorem, in Parisiensis, ac etiam in collegiis magistrorum et scolarium studii Parisiensis et aliis diversis locis predicti regni Francie, Te Deum laudamus ac missas de Spiritu sancto solenniter et cum ingenti gaudio decantari ac sermones ad clerum fieri, et per Parisiensem episcopum tunc precipi et mandari quod in instrumentis publicis scriberetur et poneretur, ut ipsorum verbis utamur, pontificatus sanctissimi in Christo patris et domini domini nostri Urbani pape VI. ; sicque per nonnulla tempora fuisset observatum… » Ce témoignage est d’Urbain VI lui-même en 1384 : Noël Valois doute de son authenticité sans se justifier. D’après BnF, Moreau 702, f° 179 v° cité par N. Valois, La France…, vol. 1, p. 96.

26 À Bordeaux, le siège étant vacant, l’abbé de Sainte-Croix de Bordeaux, le docteur en décret Raymond-Bernard de Roqueys, jette Pierre de Barrière aux fers en octobre 1378 : au bout d’un mois, ce dernier parvient à s’enfuir et revient vers Clément VII. Sur les mésaventures de Roger Foucault voir Harvey M., op. cit., p. 12-16.

27 Voir sa notice en ligne : http://obediences.net/p10.

28 Parmi les premiers actes de l’assemblée de Medina del Campo, réunie pour juger de la validité du conclave d’avril 1378, figure les 26-27 novembre 1380 l’authentification du casus urbaniste [Nam felicis recordationis] d’une part, et du second casus [e1328] de l’autre. Francesco Uguccione authentifie le parchemin blanc qu’il a remis en mains propres dans le Trastévère à l’enquêteur castillan Pierre Fernandez de Piña à la fin du mois d’août précédent ; Pedro de Luna contrôle également la présentation formelle et l’intégrité du cahier qu’on lui produit : Bnf, lat. 11745, f° 10, 15 v°. Ces deux exemplaires sont incorporés au protocole.

29 Labarthe H., « Vecteurs d’une querelle domestique : les légats pontificaux au temps du Grand Schisme d’Occident (1378-1429) », Les légats pontificaux du milieu du XIe s. au milieu du XVIe siècle (Colloque international, Paris, 12-14 février 2009), en cours de publication.

30 Noël Valois rappelle l’insistance des cardinaux auprès d’Urbain VI pour qu’il désigne dans leurs livrées les messagers qui porteront la nouvelle de son élection : Valois N., La France…, p. 91 n. 4.

31 La TEI est un consortium regroupant des acteurs de la recherche et promouvant des recommandations pour l’encodage des textes dans le respect de leur structuration d’origine. Voir le site : http://www.tei-c.org/index.xml.

32 Les notices codicologiques résultent principalement des relevés effectués par Hélène Millet au sein de l’Armarium LIV de 1981 à 1983, des tables de Rovira éditées par Seidlmayer, et du mémoire dactylographié de Jacques Monfrin, membre de l’École française de Rome en 1947-1949, intitulé Les dossiers sur le schisme et la bibliothèque de Benoît XIII, remis à l’Académie des inscriptions et belles-lettres ; de l’inventaire des manuscrits latins 1462-1481 pour le compte du Catalogue Général des Manuscrits Latins, Tome II, Numéros 1439-2692 (Lauer Ph. [dir.], Paris, 1940). Ce catalogue n’a pas encore été pris en compte : Jullien de Pommerol M.-H. et Monfrin J., La bibliothèque pontificale à Avignon et à Peñiscola pendant le Grand schisme d’Occident et sa dispersion : inventaires et concordances, Rome, 1991, 2 vol.

33 Citons les catalogues numérisés : Calames, propulsé par l’ABES (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur, France), http://archivesetmanuscrits.bnf.fr ; Manuscriptorium, coordonné par la Bibliothèque nationale de République tchèque ; Manuscripta Mediaevalia, de la Deutsche Forschungsgemeinschaft. Ces initiatives s’inscrivent dans l’esprit de la Déclaration de Berlin sur le Libre Accès à la Connaissance en Sciences exactes, Sciences de la vie, Sciences humaines et sociales (2003) : « Conformément à l’esprit de la Déclaration de Budapest pour l’accès ouvert, de la charte ECHO et de la Déclaration de Bethesda pour l’édition en libre accès, nous avons élaboré la déclaration de Berlin pour promouvoir un Internet qui soit un instrument fonctionnel au service d’une base de connaissance globale et de la pensée humaine… »

34 La publication électronique commence à prendre de l’ampleur en ligne. Certains sites offrent un premier état du texte tel qu’il est établi dans de précédentes éditions : il s’agit notamment des travaux de John Paul Adams, http://www.csun.edu/~hcfll004/SV1378.html, consulté le 1er mars 2011, et du site http://obediences.net. D’autres sites restituent l’apparat critique : c’est le cas de l’édition électronique, créée sous l’égide de l’ANR Corelpa, des Vitae Paparum Avenionensium, rééditées par Guillaume Mollat en 1922.

35 Voir par exemple : « Mesurer le texte », numéro spécial d’Histoire et Mesure, 18-3/4, 2003 ; « Le latin dans le texte », Médiévales, 42, 2002. Le calcul des fréquences est aujourd’hui popularisé par le Books Ngram Viewer de Google labs qui affiche instantanément le nombre d’occurrences d’un mot au fil des années dans le corpus des millions de livres numérisés par Google : http://ngrams.googlelabs.com/. Pour un aperçu général des méthodes lexicologiques, on consultera avec profit Lebart L. et Salem A., Statistique textuelle, Paris, 1994.

36 Une chaîne de caractères, un mot, désigne une occurrence. Cette occurrence a une forme, et plusieurs formes peuvent correspondre à un même vocable ou lemme. On retient en principe comme lemme le nominatif singulier pour les substantifs, le nominatif masculin singulier pour les adjectifs et la première personne du singulier de l’indicatif présent actif pour les verbes.

37 Ce texte nous parvient grâce à l’unique témoin, BnF, lat. 1470, f° 240 v° -250 r°. Son auteur était jusqu’ici considéré comme catalan : « Beaucoup d’autres clercs suivaient ces exemples : deux Espagnols, un frère prêcheur appelé à une immense renommée, Vincent Ferrier, et Bertran d’Agramunt, composèrent de ces ouvrages où éclate l’influence exercée par Pedro de Luna ». Cette dernière allégation n’est pas justifiée. Delaruelle É., Labande E.-R. et Ourliac P., L’Église au temps du Grand Schisme et de la crise conciliaire 1378-1449, Paris, 1962, p. 30.

38 Friedberg E. (éd.), Corpus Iuris Canonici, New Jersey, 2000 (reprint de l’édition de Leipzig, 1879-1881), vol. 1, dist. 79, c. 9 ; dist. 23, c. 1 ; vol. 2, Sexte, 1. 6. 3.

39 Labarthe H., « Bernard Alaman, un évêque lecteur de saint Augustin en vue de résoudre le Grand Schisme d’Occident », Mabillon, t. 18, 2007, p. 193-216.

40 Il s’agit principalement de mot-valise (et, in, de, ad), de pronom relatifs et de conjonctions de subordination (si ut, cum), de marqueurs d’énonciation (is, ille, ipse, suus, nos), de négation (non) et d’adverbes de modalités (sed, autem, etc.).

41 Une macro d’Alain Dallo suit pas à pas la méthode algorithmique théorisée par Philippe Cibois, créant des tableaux de contingences (tableau de Burt), calculant les contributions des lignes et colonnes aux facteurs et la projection des coordonnées de chaque facteur. Le test du Khi-deux classique et celui du Khi-deux corrigé valident les résultats de l’AFC. La décroissance des facteurs est satisfaisante, avec deux premiers facteurs atteignant 16 et 14 % du tableau initial et les huit facteurs suivant s’étalant de 8 à 5 % : les six premiers facteurs représentent ainsi 60 % du tableau d’information initial.

42 Référence au canon Si quis peccunia de la 79e distinction du décret de Gratien : Friedberg E. (éd.), Corpus Iuris Canonici…, vol. 1, dist. 79, c. 9.

43 La transcription des deux traités de Bernard Alaman a été réalisée par nos soins. Celle du De substraccione obediencie de Simon de Cramaud est éditée : Simon de Cramaud, De substraccione obediencie, éd. H. Kaminsky, Cambridge (Massachusetts), 1984.

44 Friedberg E. (éd.), Corpus Iuris Canonici…, vol. 1, dist. 63, c. 22.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Le schéma de la communication appliqué aux Libri de schismate.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Les archives du schisme.Source consultée au 1er mars 2010 : http://obediences.net
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129708/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 2. – Les Libri de Schismate : des systemes d’information.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129708/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 250k

Auteur

FRAMESPA, CNRS Toulouse II

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540