Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'échange

 | 
François Brizay

Un laboratoire : le fonctionnement de l'institution ecclésiale

La circulation de l’information lors des inventions de reliques

Edina Bozoky

Texte intégral

1L’invention (du latin invenire : « trouver ») de reliques signifie « découverte », ou « redécouverte » des restes des saints corps, mais le terme désigne aussi un genre hagiographique, le récit relatant les circonstances d’une découverte. Une invention de reliques sert soit à créer un culte nouveau, soit à relancer un culte qui s’étiole. D’emblée, la complexité de la question est manifeste. Relatant un événement réel (découverte d’une tombe, d’une châsse), la narration a souvent plus d’affinité avec la forgerie, la fiction, qu’avec la réalité. Elle est donc une « invention » au sens commun du terme.

  • 1 Voir la mise au point de Helvétius A.-M., « Les inventions de reliques en Gaule du Nord (IXe-XIIIe(...)

2Ce genre hagiographique n’a pas encore reçu de synthèse, bien que les études consacrées à des cas spécifiques ou à des productions régionales soient assez nombreuses1. Pourtant ce genre mérite un examen attentif, car il pose le problème de la stratégie hagiographique. Les récits qui mettent en scène la diffusion de l’information sur une invention de reliques révèlent les efforts pour authentifier la découverte, enjeu essentiel pour le prestige d’un établissement religieux ou pour l’autorité d’un siège épiscopal, ou encore pour la confirmation d’un mouvement de la réforme ecclésiastique.

  • 2 Maraval P., Lieux saints et pèlerinages d’Orient. Histoire et géographie des origines à la conquêt (...)

3Les inventions de reliques eurent lieu avec des fréquences variables selon les époques. La première période se situa au début de l’essor du christianisme. Les chrétiens s’efforcèrent d’abord de localiser les événements bibliques et de créer ainsi tout un réseau de lieux saints, devenus dès le IVe siècle des lieux de pèlerinage. Puis, avec le développement du culte des saints, en premier lieu celui des martyrs, les inventions mirent à jour des tombeaux et des restes cachés, oubliés. Pierre Maraval distingue deux types d’inventions : « empiriques » et « inspirées ». Les inventions empiriques se fondaient sur des traditions orales et des indications textuelles, tandis que les inspirées faisaient intervenir une révélation d’en haut pour la découverte et l’identification des corps saints2.

L’information révélée

  • 3 « Revelatio sancti Stephani (BHL 7850-60) », éd. S. Vanderlinden, Revue des études byzantines, 4 ( (...)

4C’est à la suite des informations venant du ciel – des révélations – qu’eut lieu en décembre 415 une invention de très grand retentissement, celle du Protomartyr Étienne, en compagnie d’autres corps : Nicodème, Gamaliel ainsi que le fils de Gamaliel, Abidas. L’événement est connu par le récit de Lucien, prêtre de Kaphar Gamala près de Jérusalem3. D’emblée, ce texte contient les thèmes essentiels du scénario des inventions.

5Premièrement, c’est une information surnaturelle qui est à la base de la découverte. À Lucien, plongé dans un demi-sommeil, apparut un vieillard qui se présenta comme Gamaliel, celui qui avait élevé saint Paul. Il demanda au prêtre de transmettre un message à l’intention de l’évêque de Jérusalem, Jean, afin que son tombeau, où reposaient aussi les autres corps, mais qui est resté négligé (in negligentia), soit rouvert. Ensuite il fournit à Lucien un récit circonstancié sur les conditions de l’inhumation d’Étienne, de Nicomède et de son propre fils. Et, enfin, il donna des indications relatives à l’emplacement du tombeau.

6La confirmation de cette information céleste fut également surnaturelle. Le prêtre Lucien s’adressa au Seigneur pour obtenir la preuve de l’origine divine de la vision, qu’elle ne fût pas une illusion ; il demanda que la vision fût répétée une deuxième et une troisième fois. Non seulement Gamaliel lui apparut deux vendredis de suite, mais à chaque nouvelle apparition, une vision allégorique contenant un message codé compléta ses propos. À sa deuxième apparition, Gamaliel indiqua à Lucien la position précise des corps dans le tombeau en lui montrant quatre corbeilles correspondant aux quatre corps. À la troisième fois, après avoir écouté les propos pressants de Gamaliel, Lucien continua de rêver : il raconta à l’évêque ses visions. L’évêque lui dit de prendre dans son domaine (celui de Lucien) le grand bœuf de labour qui faisait justement défaut à son attelage dans sa ville : cela signifiait que son église avait besoin des reliques.

7Après avoir reçu ces indications de façon surnaturelle, Lucien transmit l’information, cette fois-ci dans la réalité, à l’autorité ecclésiastique, à son évêque Jean. Celui-ci comprit qu’il devait entreprendre l’élévation et la translation des saints corps. Il donna l’ordre de procéder aux fouilles d’exhumation. Mais les habitants du lieu ne fouillèrent pas tout de suite au bon endroit. Gamaliel apparut alors à un moine « simple et innocent » et lui indiqua le lieu exact en précisant son nom (Debatalia en syriaque). En effet, les fouilleurs retrouvèrent les cercueils correspondant aux corbeilles vues en vision. Une preuve matérielle authentifia la découverte : une pierre tombale portant des inscriptions que l’évêque Jean déchiffra. Et pour preuve suprême – d’ordre surnaturel –, tout une série de signes miraculeux compléta l’authentification : lorsqu’on ouvrit le cercueil d’Étienne, la terre trembla, une odeur suave et paradisiaque se répandit, soixante-treize malades recouvrèrent la santé, puis, après la translation des reliques d’Étienne à Sion, une pluie mit fin à une longue sécheresse.

8Cette sorte d’invention, suite à une révélation, fut très répandue aux IVe et Ve siècles, bien que certains aient exprimé leur méfiance, comme un archimandrite égyptien, Chenouté d’Atripe, qui avertit ses contemporains :

  • 4 Lefort J., « La chasse aux reliques des martyrs en Égypte au IVe siècle », La Nouvelle Clio, 6 (19 (...)

« Déraisonnables sont ceux qui, ivres d’une pseudo-science, disent : “Des martyrs nous sont apparus et nous ont appris où sont leurs ossements…” Nombreux sont ceux que les démons abusent par ces artifices, surtout quand c’est dans l’église que sont établis des topoi, près des ossements dont on ignore ce qu’ils sont4. »

  • 5 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, IV, 11, introd., texte et trad. J. Fontaine, t. I, Paris, Le (...)

9En Occident, saint Martin de Tours manifesta le même doute à l’égard de la vénération populaire d’un tombeau de martyrs inconnus près de Marmoutier. Selon Sulpice Sévère qui écrit la Vie de Martin à la fin du IVe siècle, Martin se rendit au tombeau et pria Dieu pour qu’il lui indique qui était enseveli à ce lieu. Cette fois-ci, l’information surnaturelle désavoua le culte : l’apparition d’une ombre repoussante révéla au saint qu’il s’agissait en fait du tombeau d’un brigand qui avait été exécuté pour ses méfaits5.

*

  • 6 Grégoire de Tours, De gloria martyrum, I, 66, Monumenta Germaniae Historica, Scriptores Rerum Mero (...)

10Néanmoins le scénario d’invention bâti sur l’information surnaturelle connut un succès important dès le haut Moyen Âge. La première invention suite à une vision fut rapportée par Grégoire de Tours dans son livre sur la Gloire des martyrs6. Le récit est bien moins circonstancié que celui du prêtre Lucien, mais les motifs essentiels s’y retrouvent. La révélation se fit à un paysan aux environs de Thiers en Auvergne qui venait de perdre ses bœufs. La nuit suivante, un personnage lui apparut, lui conseilla d’aller les retrouver dans la forêt près d’une plaque de marbre. Puis il lui dit de les atteler et d’emporter la plaque sur une sépulture qui se trouvait au bord du chemin. Et pour terminer, l’homme se présenta : « Je suis Genès, et ce tombeau est celui où j’ai été déposé dans ma robe blanche, après avoir quitté ce monde par le martyre. »

11La confirmation de cette révélation s’effectua par une série de miracles : la plaque de marbre fut facile à transporter, et sur le tombeau ainsi complété les malades obtinrent la guérison.

12Apprenant (audiens haec) cela, l’évêque de la ville, Avit fit construire une basilique sur le site. Nous avons affaire ici à un autre thème lié à la circulation de l’information, celui de la rumeur des miracles, prise en compte par l’autorité ecclésiastique pour la légitimation d’un nouveau culte. Dans ce cas-ci, l’évêque choisit l’acceptation du culte qu’il récupéra au profit de l’Église, mais, n’ayant aucune autre information sur ce saint que la révélation, il prit des précautions : il fit déposer dans la basilique des reliques d’un autre martyr homonyme, Genès d’Arles…

La chaîne d’informations

13Une époque particulièrement riche d’inventions de reliques débuta à partir du IXe, mais encore davantage au Xe, et surtout au XIe siècle, avant tout en Gaule du Nord et en Angleterre. Après la fin des invasions vikings, les refondations, les reconstructions ainsi que les nouvelles fondations nécessitaient des reliques, nouvelles ou « retrouvées », car cachées ou abandonnées à cause de l’exil des moines qui avaient fui par crainte des attaques de l’ennemi.

  • 7 Voir Bozoky E., « Le rôle du petit peuple dans les inventions de reliques (IXe-XIe siècle) », in B (...)
  • 8 Lantfred, Historia translationis et miraculorum, Patrologia Latina, 155, col. 61-66; nouvelle éd. (...)
  • 9 L’élévation est la première étape de la translation des reliques : elle signifie de sortir les res (...)

14Si le thème de la révélation reste fondamental, les étapes de la transmission du message jusqu’à la translation des reliques sont décrites parfois dans le moindre détail. Dans plusieurs textes sur des inventions en Angleterre, la révélation se faisait d’abord à un laïc, en particulier à un forgeron7. Le premier récit, rédigé entre 972 et 975 par Lantfred, concerne les reliques de saint Swithun, évêque de Winchester, mort en 8628. Sa translation solennelle eut lieu en 971 dans l’église Old Minster de Winchester suite à l’invention de ses reliques. Trois ans auparavant, saint Swithun apparut trois fois à un forgeron. Il l’envoya chez un chanoine, nommé Eadsige, qui devait demander à l’évêque de Winchester, Aethelwold, d’enlever9 les reliques de Swithun de sa sépulture indigne. Devant l’incrédulité du forgeron, le saint lui proposa une preuve matérielle pour authentifier son message : sur le couvercle de son sarcophage étaient fixés six anneaux ; s’il était possible d’en enlever un, la vision était véridique. Le forgeron fit l’essai qui réussit, puis replaça l’anneau qu’il serait désormais impossible de retirer. Cependant le forgeron n’alla pas lui-même trouver le chanoine ; il raconta ses rêves à l’un des tenanciers (inquilinum) du chanoine qu’il rencontra sur la place du marché de Winchester. Il lui demanda avec insistance de rapporter ses visions à son maître. Mais à son tour, le tenancier retint l’information pendant longtemps avant d’aborder le chanoine qui, à son tour, ne voulut pas l’écouter… L’information surnaturelle fut ainsi bloquée ; ce sont finalement des guérisons miraculeuses sur la tombe de Swithun, avec des apparitions du saint, qui font aboutir la translation de ses reliques dans la nouvelle église.

  • 10 Goscelin, Vita S. Ivonis episcopi, PL 155, col. 81-90. Voir Bozoky E., « Vie de l’évêque saint Yve (...)

15Le récit d’invention de saint Yves10 en 1001 près de Ramsey atteste aussi l’existence d’une hiérarchie dans la chaîne de transmission des informations. Ici, une invention fortuite précéda la révélation : en labourant la terre, un paysan heurta un sarcophage. Il appela ses compagnons, ils ouvrirent ensemble le tombeau et commencèrent même à partager les objets qui s’y trouvaient. Le prieur du village et le forgeron accoururent, puis on transporta le corps à l’église. Tous souhaitaient que Dieu révèle l’identité du corps. La révélation au forgeron se produisit trois nuits de suite. Le saint se présenta, lui indiqua aussi l’emplacement du tombeau de l’un de ses compagnons et lui demanda de les faire transporter par l’abbé Ednoth dans l’abbaye de Ramsey. La troisième fois, le saint frappa le forgeron de son bâton épiscopal. Sans plus d’hésitation, le forgeron partit trouver le prieur, mais celui-ci ne voulut pas croire les propos de ce paysan (rusticus). Mais lorsque le saint lui apparut à lui aussi, il partit pour informer l’abbé, qui organisa la translation des corps.

  • 11 The Waltham Chronicle. An Account of the Discovery of our Holy Cross at Montacute and its Coveyanc (...)

16L’invention d’un crucifix de pierre noire à Montacute dans le Somerset, vers 1035, suit le même schéma11. Une apparition de l’effigie du Christ donna l’ordre à un forgeron d’avertir le prêtre et d’aller trouver le trésor au Mont Aigu. Lors de la troisième vision, l’image laissa une marque sur le corps du forgeron pour qu’il agisse enfin. Il intervint auprès du prêtre, qui convoqua toute la population, puis une procession monta sur la colline pour la fouiller. Ils y découvrirent le grand crucifix, un autre plus petit, une cloche et un évangéliaire. La nouvelle de l’événement parvint aux oreilles du seigneur de la région, Tovi, le deuxième homme du royaume danois d’Angleterre. D’une façon miraculeuse, le crucifix fut emmené sur un chariot vers l’est, sur les terres de Tovi, qui y fonda une église à Waltham.

17Dans ces trois récits, le schéma des trois apparitions suit le modèle établi dans l’invention de saint Étienne. La véracité des révélations surnaturelles est confirmée dans chaque cas par un signe matériel. La chaîne de la transmission des informations implique obligatoirement la médiation d’un homme d’Église pour que la translation cérémonielle des reliques puisse être effectuée. Les obstacles qui retardent l’acheminement du message céleste (rétention de l’information, incrédulité) servent à démontrer que, malgré toutes les difficultés, rien ne peut empêcher la révélation des saintes reliques.

*

18Nous avons un scénario particulièrement intéressant dans la Grande chronique de Matthieu Paris, moine de Saint-Albans (v. 1200-1259), qui raconte l’invention des reliques de saint Amphibale en 1177. Selon sa légende (tardive), Amphibale (Amphibalus) était un prêtre accueilli par saint Alban lors des persécutions du IIIe siècle ; il le convertit au christianisme. Pour sauver Amphibale, Alban a échangé ses vêtements avec lui et s’est sacrifié à sa place, devenant le premier martyr de l’Angleterre (en 283 ?). Le nom d’Amphibale vient d’une erreur ; le terme qui désigne le manteau du prêtre a été pris pour un nom propre par Geoffroy de Monmouth lorsqu’il évoque l’histoire de saint Alban dans son Historia Britonum. Pour vénérer le martyr Alban, une église a été construite dès le IVe siècle, puis à la fin du VIIIe siècle, le roi Offa y fonda un monastère qui, à cause de la conquête danoise, connut un déclin. Sa « renaissance » commença après la conquête normande, à partir de 1077, où Saint-Albans devint la plus importante abbaye de l’Angleterre. En 1177, l’invention des reliques d’Amphibale donna un prestige supplémentaire au monastère. Ce fut l’époque de abbatiat de Simon (1167-1188) qui fit notamment compléter le sanctuaire.

19Selon Matthieu Paris, l’invention se produisit à la suite d’une révélation par saint Alban à un homme laïc nommé Robert, habitant du village de Saint-Albans. Alban emmena en rêve Robert à l’endroit où se trouvaient les ossements d’Amphibale. Le récit de Matthieu Paris contient une véritable cascade de communication orale. Durant l’itinéraire jusqu’à la tombe, le martyr Alban et Robert causèrent ensemble, comme peuvent le faire deux amis en voyage. En se réveillant, Robert hésita s’il devait raconter sa vision :

  • 12 Matthieu Paris, Chronica majora, éd. H. R. Luard, Londres, 1974 (Rolls Series 57), t. II, p. 301-3 (...)

« Après un long débat avec lui-même […], il communiqua son secret à ses serviteurs et à ses amis, quoique ce fût une chose qui dépassât ces intelligences grossières. Ceux-ci allèrent répéter au grand jour ce qui avait été dit dans l’ombre, et ce qui leur avait été confié dans le creux de l’oreille, ils le crièrent sur les toits. Il en advint que cette année même le secret se trouva répandu dans toute la province, et qu’à force d’être répété de bouche en bouche, il pénétra dans le monastère du bienheureux martyr Albans. La nouvelle désirée parvint bientôt aux oreilles de l’abbé Simon ; à qui, après Dieu, revenait spécialement le soin de toute cette affaire12. »

20En ce qui concerne le récit de la révélation, Matthieu Paris souligna sa « réalité » et se référa au témoignage oral qui lui avait été transmis par un moine de Saint-Albans, lui-même l’ayant entendu raconter par le protagoniste Robert :

  • 13 Ibid., p. 41.

« Tout ceci, quoi qu’en disent quelques incrédules, n’est pas le résultat d’un rêve, mais est arrivé en vérité. Ce qui le prouve, c’est la suite de l’événement [la découverte du corps] et le témoignage authentique d’un moine de Saint-Albans, frère Gilbert de Sisseverne, qui se fit souvent raconter l’aventure par Robert lui-même, qui a recherché intimement la vérité du fait avec le soin qui convenait à un homme sage et lettré, qui, enfin, l’a attesté sous peine du jugement redoutable13. »

Rumeur et enquête

  • 14 Chronique ou Livre de fondation du monastère de Mouzon, éd.-trad. M. Bur, Paris, CNRS, 1989.

21Parfois une invention de reliques est précédée par la manifestation de signes miraculeux à l’emplacement où se trouvent les reliques cachées où oubliées. La rumeur des miracles se diffusa en plusieurs vagues dans le cas d’Arnoul, pèlerin victime des bandits près de Gruyères au VIIIe siècle14. Le récit de l’invention et de la translation de ses reliques fut rédigé avant 1040. Arnoul fut enterré par la population, mais ensuite il fut oublié jusqu’à son nom. La naissance de la rumeur de sa sainteté fut liée à un miracle de guérison. Le saint apparut à un malade souffrant de fièvre et lui indiqua le lieu de son ensevelissement. En effet, le malade y recouvra la santé :

  • 15 Ibid., p. 150.

« Quand la nouvelle fut connue dans les environs, un malade puis un autre se présentèrent. Ils prièrent avec foi et repartirent guéris. Tous les jours, une multitude infinie se rassemblait pour éprouver l’efficacité du remède de tous ceux, quel que fût leur nombre, qui venaient avec foi, après les avoir expérimentés, proclamaient à leur retour les merveilles de Dieu et de son saint15. »

22Quelque temps après, les reliques furent vendues au comte de Chiny qui les transporta dans son château de Warcq dans la plus grande discrétion (« avant que la nouvelle ne se fût ébruitée »). Assiégé en 971 par l’archevêque Adalbéron de Reims, le château brûla, mais l’église (pourtant bâti en bois) où se trouvaient les reliques d’Arnoul resta intacte. On assista alors à une véritable seconde invention des reliques, ainsi qu’à la deuxième étape de la circulation de l’information sur le saint. L’archevêque, « frappé de stupeur », s’enquêta alors sur le miracle et sur l’identité du martyr auprès des gens qui furent présents :

  • 16 Ibid., p. 155.

« Qu’arrive-t-il, que signifie ce miracle ? […]
Il est clair qu’un phénomène aussi rare
Ne se produit pas sans miracle.
S’il procède de Dieu, il est digne de vénération.
Quelqu’un d’ici sait-il ce qu’il en est ?
Qu’il nous dévoile sans crainte le mystère de cet événement16. »

23Les habitants du lieu lui fournirent les renseignements sur le martyr. Ils soulignèrent même que son « service » (son culte) fut négligé : « On ne lui a pas rendu les honneurs qu’il méritait ! » L’archevêque prit les reliques avec l’intention de les transporter dans le chapitre collégial de Braux, par voie fluviale sur la Meuse. De nouveau, un miracle eut lieu : le navire partit à contre-courant, guidé par un aigle. C’est la troisième étape de la circulation de la rumeur :

  • 17 Ibid., p. 158.

« Dans les villages riverains se répandait le bruit d’un si grand événement. Surgissant de toutes parts, un peuple innombrable affluait en considération des mérites et de la gloire du martyr et louait Dieu dans ses œuvres17. »

  • 18 Loc. cit.

24Le bruit de cet événement parvint aux oreilles de l’archevêque, mais aussi à une femme aveugle qui espérait être guérie par les reliques. Elle pria et le navire aborda au rivage, où elle obtint en effet la guérison, après avoir posé sa chemise sur les reliques. Quatrième étape : la femme proclama sa guérison et la nouvelle fut communiquée aux clercs et au peuple de Mouzon, église où l’archevêque avait justement l’intention d’introduire la réforme monastique, et où finalement le corps d’Arnoul allait être déposé : « Un envoyé bien informé de tous ces événements se dirige vers Mouzon. À son arrivée, il répète aux clercs et au peuple comment Dieu se manifesta pour la gloire de son saint18. »

*

  • 19 Acta Bertarii et Ataleni, II, 13-15, AASS, Iul. I, p. 320.

25La recherche d’information est présente aussi dans d’autres récits d’invention. Bertaire et Atalène, assassinés par des brigands vers 674 ou 677 près de Menoux, furent décapités et leurs têtes furent jetées à la rivière Lantaine. Un pêcheur les sortit de l’eau tout en réussissant une pêche particulièrement abondante. La rumeur de ce miracle arriva au village proche. En même temps, l’abbesse de Faverney, Godoile, apprit aussi le martyre. Elle voulut savoir l’identité des victimes ; un habitant des environs l’informa qu’une femme – qui n’était autre que la mère du chef des brigands ! – pourrait lui fournir des renseignements19.

L’invention corroborée par le récit

26Dans un certain nombre de cas, l’invention et l’identité des reliques – dont les plus fameuses – pouvaient soulever de sérieux doutes. Les hagiographes devaient recourir à des stratégies particulièrement astucieuses pour attester de la véracité des reliques. La présence des reliques dans des endroits inattendus nécessitait la fabrication des récits de translation, expliquant les circonstances – souvent rocambolesques – de leur arrivée. De cette façon, l’autorité du récit corrobora l’authenticité de l’invention. Parfois, l’une des stratégies hagiographiques consista à évoquer un secret qui entourait la translation.

  • 20 Denys le Petit, De inventione capitis sancti Ioannis Baptistae, Patrologia Graeca 67, col. 420-432
  • 21 Delehaye H., « L’invention des reliques de S. Ménas à Constantinople », Analecta Bollandiana, 29, (...)

27Les modèles de ce genre de récit se trouvent en Orient. Autour des reliques de Jean-Baptiste, plusieurs légendes de translation et d’invention furent rédigées. Selon une version du VIe siècle, deux moines retrouvèrent la tête du saint dans l’ancien palais d’Hérode ; puis un potier l’emporta à Éphèse ; plus tard, elle devint la possession d’un moine hérétique près d’Émèse qui, avant de mourir, la cacha. C’est au milieu du Ve siècle que Jean-Baptiste apparut au supérieur du monastère et lui révéla la cachette20. C’est d’Émèse que la relique fut transférée à Constantinople. Ou encore, à l’époque de l’empereur Basile (867-885), le martyr Ménas – qui vécut au IVe siècle et mourut à Alexandrie sous Maximin – apparut à Constantinople à un militaire et lui indiqua l’endroit où étaient cachées ses reliques. Le militaire raconta son rêve à son ami, qui, à son tour, le répéta à l’empereur. On creusa à l’endroit indiqué et on retrouva un cercueil de fer avec des inscriptions. Pour expliquer comment le corps du martyr avait pu arriver là, la Passion des saints Ménas, Hermogène et Eugraphus raconta que Ménas voulait être enterré à Byzance ; pour accomplir son désir, on enferma son corps dans un coffre de fer et on le jeta à la mer. Le coffre arriva d’abord à Chalcédoine, précédé de deux anges porteurs de torches. Un autre ange avertit l’évêque du lieu de l’arrivée des reliques. Celui-ci accueillit le corps et le déposa dans l’église dans un endroit caché où il resta jusqu’à la mort de l’empereur qui l’avait fait exécuter. Puis on remit le coffre à la mer qui arriva à Constantinople21.

  • 22 Voir Wagner A. et Goullet M., « Reliques et pouvoirs dans le diocèse de Verdun aux Xe-XIe siècles  (...)
  • 23 Van der Straeten J. (éd.), Les manuscrits hagiographiques de Charleville, Verdun et Saint-Mihiel, (...)

28En revenant en Occident, évoquons trois exemples du milieu du XIe siècle. Le premier concerne les reliques de saint Saintin, premier évêque supposé de Verdun. Lorsque Richard de Saint-Vanne entreprit la réforme de plusieurs monastères et développa son abbaye à Verdun (où il devint abbé en 1004), il fit d’importants efforts pour trouver des reliques pour son établissement22. Entre autres, il affirma posséder les reliques de saint Saintin qu’on croyait pourtant conservées à Meaux. Selon le récit hagiographique23, c’est grâce aux informations fournies par un vieux prêtre qu’un frère du monastère Saint-Vanne – appelé aussi Richard – apprit la confirmation de la présence des reliques de Saintin à Verdun. Le prêtre que Richard rencontra à Meaux l’interrogea pour savoir si saint Saintin était bien connu et honoré à Verdun. À la réponse positive de Richard, le prêtre lui dévoila sous le sceau du secret la vérité concernant les reliques du saint :

« Mon frère, si tu me promets de garder pour toi le secret que je vais te révéler, et que tu ne le confieras à personne dans cette province, je vais te dévoiler à présent la vérité, que je connais bien. J’estime qu’il est de mon devoir de le faire, pour que grâce à toi – en qui je vois un serviteur de Dieu –, par le récit que je vais te faire, soit révélé à tes compatriotes ce qui est demeuré caché aux habitants de mon pays. En vérité, pour le profit des chrétiens et des serviteurs de Dieu, il est convenable et utile qu’un si riche trésor soit honoré de la façon la plus excellente et avec le privilège de la plus grande vénération, à l’endroit précis où la bienveillance divine a voulu qu’il repose [à Verdun]. »

29Aux dires du vieux prêtre, il y avait une grande famine dans la région ; les habitants de Meaux partirent pour chercher de la nourriture. Seuls quatre prêtres – dont le narrateur, le vieux prêtre – restèrent dans la ville pour veiller sur les reliques et les ornements conservés dans l’église Saint-Étienne. Sur ces entrefaites, arrivèrent des marchands de Verdun qui revenaient d’Espagne. Ils prirent le repas avec les prêtres et se renseignèrent sur les saints qui étaient inhumés dans leur église. En entendant le nom de saint Saintin, qui avait été le premier fondateur de l’église de Verdun, ils leur firent une offre pour acheter son corps. À cause de leur extrême pauvreté, les prêtres cédèrent à leur demande contre une somme importante. Ils ouvrirent le sarcophage de Saintin et livrèrent les ossements aux marchands de Verdun qui les emportèrent en hâte au petit matin à la ville de Verdun.

30Dans la même veine, et à peu près à la même époque, on découvrit les reliques de saint Denis dans le monastère Saint-Emmeran de Ratisbonne. Pour authentifier leur trouvaille, les moines de Ratisbonne ne reculaient devant rien : ils fabriquèrent plusieurs faux et rédigèrent un récit de translation censé expliquer comment les reliques de saint Denis de Paris étaient arrivées en Bavière.

  • 24 Translatio Dionysii Areopagitae, éd. R. Koepke, Monumenta Germaniae Historica, Scriptores, XI, p.  (...)
  • 25 Ibid., p. 352 : « Quomodo vero de Gallia sit translatus, vel quis eum furto Parisius tulerit, vel (...)

31La première version du récit est due à Otloh, moine de Saint-Emmeran (milieu du XIe siècle) ; sa version amplifiée date des années 1180-109824. Ce dernier texte fort long contient maints détails non attestés ailleurs. Le récit est précédé d’une lettre dédicatoire adressée par l’auteur anonyme à l’abbé Reginwald. C’est ici que l’auteur authentifia la véracité de son histoire : il affirma à deux reprises l’avoir entendue souvent de la bouche de l’abbé de Saint-Denis de Paris, d’autres frères du même monastère, ainsi que des gens les plus fiables et les plus savants de Gaule25. À cela, il ajouta le témoignage d’un sermon sur la translation qu’il avait retrouvé. Enfin, l’auteur précisa qu’il avait vu et touché personnellement les ossements du saint.

32Le récit de la translation – il s’agit en réalité d’un vol pieux – est un véritable roman. L’acquisition du corps du saint aurait eu lieu à l’époque de l’empereur carolingien Arnoul (896-899) et du roi Eudes (888-898). Eudes, malgré ses victoires sur les Normands, devint la victime d’une conspiration en Gaule, avec l’élection d’un autre roi, Charles [le Simple] ; il partit trouver l’empereur Arnoul à Aix-la-Chapelle pour lui demander son soutien. Celui-ci mena une expédition en Gaule, rétablit Eudes sur le trône royal à Paris, puis se rendit au sanctuaire de saint Denis où l’abbé Ebles l’accueillit avec de grands honneurs. Après avoir lu la Vie (gesta) de Denis, Arnoul découvrit que Denis, par rapport à tous les saints dont il avait lu les actes, était incomparable. Il fit part à Gisilbert, un clerc à son service, de son désir d’obtenir son corps. Gisilbert lui conseilla de le demander au roi Eudes, mais l’empereur écarta cette solution, pensant que toute la Gaule s’insurgerait contre le roi s’il privait le pays de si puissantes reliques. Finalement, les deux complices recoururent à la ruse : Gisilbert gagna la confiance de l’abbé et des moines du monastère Saint-Denis et, une nuit, après avoir enivré les gardiens des tombeaux, il enleva les reliques de Denis et les emporta dans deux sacoches qu’il remit à l’empereur. Lorsque l’abbé de Saint-Denis s’aperçut de la disparition des reliques, il supplia en vain l’empereur de les lui rendre, mais l’empereur inventa tout un stratagème pour que l’abbé puisse réparer partiellement sa négligence. Bien sûr, la disparition des reliques de Denis devait rester un secret.

  • 26 Ibid., p. 365 : « Decus Graeciae, spes Franciae, apostolus, martyr, gloria, honor et protectio tot (...)
  • 27 Lombard-Jourdan A., Montjoie et saint Denis, Paris, CNRS, 1989, p. 309.
  • 28 Translatio Dionysii, p. 369 : « Hoc protectore Gallica regna stabant, et in omni bellorum turbine (...)

33Cette affaire souligne l’importance des reliques de Denis tout autant pour le royaume de France que pour l’empire : la translation est élevée au niveau d’une affaire d’état. La possession des reliques du martyr Denis, considéré comme l’apôtre de la Gaule, était censée garantir la protection du royaume de France. Dans un passage, l’abbé de Saint-Denis qualifie le saint d’ornement (decus) de la Grèce, d’espoir de la France, d’apôtre, de martyr, de gloire, d’honneur et de protection de toute la Gaule26. Le prétendu transfert de ses reliques signifiait que « la force protectrice du saint patron de la France était captée au profit de l’empire germanique27 ». Quand l’abbé de Saint-Denis constate la disparition de ses reliques, il s’écrie, désespéré : « Qui protégera désormais des ennemis perfides ? Qui écartera les épidémies ? Qui guérira les malades ? Qui défendra le peuple28 ? »

  • 29 Kaiserkunden, Heinrich III, no 402, p. 562-563.
  • 30 Diploma S. Leonis IX de corpore S. Dionysii, PL 143, col. 791-794.

34Le récit fut complété par la fabrication de faux diplômes attribués à Henri III et au pape Léon IX. Le diplôme d’Henri III29 (daté du 7 octobre 1052) confirma la translation des reliques à Saint-Emmeran. Le pape, dans une lettre de 1052 adressée au roi de France, attesta également que le monastère Saint-Emmeran possédait les reliques de Denis qui y avaient été transférées sous l’empereur Arnoul30. De plus, les moines de Saint-Emmeran montraient comme preuve des fausses inscriptions, prétendument découvertes en même temps que les reliques.

  • 31 Inventio et elevatio corporis, AASS, Sept. II, p. 614-632. Voir Ugé K., Creating the Monastic Past (...)

35Bien plus réaliste est l’invention des reliques de saint Bertin dans l’église de Sithiu, à l’époque de l’abbatiat de Bovon (1042-1065). Le monastère subit un incendie en 1033 et l’abbé entreprit sa reconstruction quelques années plus tard (1046). Selon le récit rédigé par l’abbé Bovon31, sous l’autel de saint Martin, on découvrit une urne avec des reliques : on pensa bien qu’il s’agissait d’un saint et, heureusement, on trouva un crucifix du saint avec son nom (Sanctus Bertinus abbas). Peu après, une pluie miraculeuse confirma le caractère sacré de la découverte. Mais ce qui est intéressant dans ce récit, c’est que l’abbé Bovon fut lui-même intrigué par la découverte et fit une recherche pour savoir pourquoi le corps de Bertin avait été caché à cet endroit. Il consulta la Vie d’un abbé du siècle précédent, Folcuin, et apprit ainsi que les reliques de saint Bertin avaient été cachées à cause des invasions vikings. Dans le récit d’invention furent aussi insérés des documents authentiques, comme une lettre adressée au pape Léon IX pour annoncer l’invention, de même que des lettres de Bovon adressées à l’archevêque de Reims et à l’évêque de Thérouanne au sujet de la future translation solennelle du corps. Tout cela servit à l’authentification de la découverte.

*

36Je n’ai présenté ici qu’un choix très limité de récits des Xe-XIe siècles. Les inventions de reliques continuaient, et même avec une fréquence soutenue dans certaines régions. Des inventions particulièrement retentissantes et curieuses eurent lieu, comme celle des Onze mille vierges à Cologne au début du XIIe siècle, celle des Rois Mages en 1158 dans l’église Saint-Eustorge de Milan, ou encore celle de Marie Madeleine à Saint-Maximin en 1267. En Italie, lors du développement de la religion civique, on entreprit la quête systématique des reliques. À Bologne, en 1141, à la suite d’une campagne de fouilles sur l’initiative de l’évêque et de l’abbé du monastère San Stefano,

  • 32 Sermo de inventione sanctarum reliquiarum, éd. F. Lanzoni, San Petronio vescovo di Bologna nella s (...)

« eut lieu l’invention d’un nombre considérable de reliques de toute taille et de toute nature, dans les différentes églises de ce complexe monastique. Furent alors découverts les corps de saint Petronio, évêque fondateur de la ville, ceux de saint Florino et des quarante compagnons, venus de Syrie dans les bagages du précédent, celui de saint Isidore, longtemps identifié avec l’évêque tolédan, celui d’un certain Simon, identifié à saint Pierre au XVe siècle, ceux de quelques saints Innocents ainsi que bien d’autres reliques apostoliques, christiques et mariales32 ».

  • 33 Voir Kerbrat P., « Corps des saints et contrôle civique à Bologne du XIIIe siècle au début du XVIe(...)
  • 34 Tilatti A., « Dall’agiografia alla cronaca. Le Inventiones degli antichi patrone padovani fra iner (...)

37C’est l’évêque qui diffusa la nouvelle dans la ville et dans la campagne environnante, promettant des indulgences qui viendraient au sanctuaire33. À Padoue, en 1177, une commission de 68 citoyens fut chargée de rechercher les reliques des saints34.

38D’une façon générale, les inventions intervenaient dans des contextes nécessitant, ou du moins favorisant, un événement opportun : on avait besoin de corps saints pour l’édification d’une nouvelle église, pour la fondation d’une abbaye, pour relancer le prestige d’un monastère, pour confirmer l’autorité d’un établissement en rivalité avec un autre.

39Dans le cas des reliques déjà présentes dans une église, il suffisait de faire une nouvelle translation, en transférant les restes du saint dans une nouvelle châsse. Le cas des inventions est plus délicat : il fallait faire accepter l’authenticité de la découverte des reliques d’un saint dont on ne savait parfois rien, ou, dans d’autres cas, sur lequel on manquait de témoignages écrits.

40C’est pour cette raison que les hagiographes recouraient principalement à deux sources d’information : la révélation surnaturelle – autorité suprême – et le témoignage oral. Là où même une tradition orale était difficile à attester, le thème du secret bien gardé était utilisé. Dans la chaîne d’informations, la médiation d’un homme d’Église était indispensable. Les miracles qui se produisaient à l’endroit de l’invention fournissaient la preuve surnaturelle nécessaire pour révéler la sainteté. Dans certains cas, des preuves matérielles – objets, inscriptions – apportaient des éléments d’authenticité. Plus rarement, la référence à des sources écrites étayait la véracité des propos de l’hagiographe.

41Pour terminer, soulignons que les récits d’invention devenaient à leur tour des preuves de la véracité des informations. Tirant leur autorité du poids de l’écrit, ils jetèrent la base des « traditions » au service des cultes auxquels ils assuraient parfois un succès durable.

Notes

1 Voir la mise au point de Helvétius A.-M., « Les inventions de reliques en Gaule du Nord (IXe-XIIIe siècle) », Les reliques. Objets, cultes, symboles, actes du colloque international de l’université du Littoral-Côte d’Opale (Boulogne-sur-Mer), 4-6 septembre 1997, Bozoky E. et Helvétius A.-M. (éd.), Turnhout, Brepols, 1999, p. 293-311 ; sur le genre littéraire, voir Otter M., Inventiones. Fiction and Referentiality in Twelfth-Century English Historical Writing, Chapel Hill/Londres, 1996.

2 Maraval P., Lieux saints et pèlerinages d’Orient. Histoire et géographie des origines à la conquête arabe, Paris, Le Cerf, 1985, p. 36-47.

3 « Revelatio sancti Stephani (BHL 7850-60) », éd. S. Vanderlinden, Revue des études byzantines, 4 (1946), p. 178-217.

4 Lefort J., « La chasse aux reliques des martyrs en Égypte au IVe siècle », La Nouvelle Clio, 6 (1954), p. 227.

5 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, IV, 11, introd., texte et trad. J. Fontaine, t. I, Paris, Le Cerf, 1967, p. 276-277 (Sources chrétiennes 133).

6 Grégoire de Tours, De gloria martyrum, I, 66, Monumenta Germaniae Historica, Scriptores Rerum Merovingicarum I/II, p. 83.

7 Voir Bozoky E., « Le rôle du petit peuple dans les inventions de reliques (IXe-XIe siècle) », in Boglioni P., Delort R. et Gauvard C. (éd.), Le petit peuple dans l’Occident médiéval. Terminologies, perceptions, réalités, actes du congrès international, université de Montréal, 18-23 oct. 1999, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 549-558.

8 Lantfred, Historia translationis et miraculorum, Patrologia Latina, 155, col. 61-66; nouvelle éd. avec trad. anglaise in Lapidge M., The Cult of St Swithun, Oxford University Press, 2003 (Winchester Studies 4.ii), p. 252-333.

9 L’élévation est la première étape de la translation des reliques : elle signifie de sortir les restes de sa sépulture souterraine et de les transporter à un niveau plus élevé (sous l’autel, dans le chœur, etc. de l’église).

10 Goscelin, Vita S. Ivonis episcopi, PL 155, col. 81-90. Voir Bozoky E., « Vie de l’évêque saint Yves par Goscelin », in Wagner A. (éd.), Les saints et l’histoire. Sources hagiographiques du haut Moyen Âge, Rosny-sous-Bois, Bréal, 2004, p. 253-260.

11 The Waltham Chronicle. An Account of the Discovery of our Holy Cross at Montacute and its Coveyance to Waltham, éd.-trad. L. Wattkins et M. Chibnall, Oxford, Clarendon, 1994, p. 2-25. Voir aussi Schmitt J.-C., « Translation d’image et transfert de pouvoir. Le crucifix de pierre de Waltham (Angleterre, XIe-XIIIe siècle) », in Sansterre J.-M. et Schmitt J. C. (éd.), Les images dans les sociétés médiévales : pour une histoire comparée, Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, 69 (1999), p. 245-264.

12 Matthieu Paris, Chronica majora, éd. H. R. Luard, Londres, 1974 (Rolls Series 57), t. II, p. 301-308 ; trad. fr. A. Huillard-Bréholles, Paris, 1840, p. 42. Voir aussi McCulloch F., « Saints Alban and Amphibalus in the works of Matthieu Paris: Dublin, Trinity College Ms 177 », Speculum, 56 (1981), p. 761-785.

13 Ibid., p. 41.

14 Chronique ou Livre de fondation du monastère de Mouzon, éd.-trad. M. Bur, Paris, CNRS, 1989.

15 Ibid., p. 150.

16 Ibid., p. 155.

17 Ibid., p. 158.

18 Loc. cit.

19 Acta Bertarii et Ataleni, II, 13-15, AASS, Iul. I, p. 320.

20 Denys le Petit, De inventione capitis sancti Ioannis Baptistae, Patrologia Graeca 67, col. 420-432.

21 Delehaye H., « L’invention des reliques de S. Ménas à Constantinople », Analecta Bollandiana, 29, 1910, p. 117-150.

22 Voir Wagner A. et Goullet M., « Reliques et pouvoirs dans le diocèse de Verdun aux Xe-XIe siècles », Revue Mabillon, N. S. 10 (= 71), 1999, p. 67-88. Voir aussi Geary P., Le vol des reliques au Moyen Âge, Paris, Aubier, 1993, p. 103-113.

23 Van der Straeten J. (éd.), Les manuscrits hagiographiques de Charleville, Verdun et Saint-Mihiel, Bruxelles, 1974 (Subsidia hagiographica 56), p. 149-176.

24 Translatio Dionysii Areopagitae, éd. R. Koepke, Monumenta Germaniae Historica, Scriptores, XI, p. 351-371.

25 Ibid., p. 352 : « Quomodo vero de Gallia sit translatus, vel quis eum furto Parisius tulerit, vel sub quibus principibus actum sit, tam ab ipso Parisiensi abbate quam et ab aliis ipsius monasterii fratribus, quorum diu contubernio delectabar, uti manifestius in consequentibus clarebit, fateor, saepius non sine gemitu et contritione cordium secretius audivi » ; p. 355 : « A veracibus viris Gallorum, scilicet sapientissimis audivi… »

26 Ibid., p. 365 : « Decus Graeciae, spes Franciae, apostolus, martyr, gloria, honor et protectio totius Galliae. »

27 Lombard-Jourdan A., Montjoie et saint Denis, Paris, CNRS, 1989, p. 309.

28 Translatio Dionysii, p. 369 : « Hoc protectore Gallica regna stabant, et in omni bellorum turbine inconvulsa manebant. Quis posthac ab insidiis nos tuebitur hostis ? quis pestilentias depellet ? quis infirmis medetur ? […] quis defendit populum? »

29 Kaiserkunden, Heinrich III, no 402, p. 562-563.

30 Diploma S. Leonis IX de corpore S. Dionysii, PL 143, col. 791-794.

31 Inventio et elevatio corporis, AASS, Sept. II, p. 614-632. Voir Ugé K., Creating the Monastic Past in Medieval Flanders, Woodbridge, 2005, p. 79 sq.

32 Sermo de inventione sanctarum reliquiarum, éd. F. Lanzoni, San Petronio vescovo di Bologna nella storia e nella legenda, Rome, 1907, p. 240-250.

33 Voir Kerbrat P., « Corps des saints et contrôle civique à Bologne du XIIIe siècle au début du XVIe siècle », in Vauchez A. (dir.), La religion civique à l’époque médiévale et moderne (chrétienté et islam), Rome, École française de Rome, 1995, p. 165-185, ici p. 168.

34 Tilatti A., « Dall’agiografia alla cronaca. Le Inventiones degli antichi patrone padovani fra inerpretazione storiografica e sviluppo di una coscienza civica (sec. XI-XII) », in Vauchez A. (dir.), La religion civique…, op. cit., p. 55-64, ici n. 50.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540