Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'échange

 | 
François Brizay

Vecteurs de diffusion de l'information

Circulation de l’information dans le Refuge : l’exemple de périodiques en langue française des Provinces-Unies

Didier Boisson

Texte intégral

  • 1 Hatin E., Les gazettes de Hollande et la presse clandestine aux XVIIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1 (...)
  • 2 Hazard P., La crise de la conscience européenne, 1680-1715, Paris, Fayard, 1961, p. 75.
  • 3 Boisson D., Consciences en liberté ? Itinéraires d’ecclésiastiques convertis au protestantisme (16 (...)

1À la fin du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle, la presse en langue française se développe aux Provinces-Unies en raison de l’installation de nombreux huguenots et de la plus grande liberté qui règne dans cet État1. Parmi ces journalistes, Nicolas Gueudeville et Jean-Baptiste Le Villain de La Varenne, anciens ecclésiastiques convertis au protestantisme, ont tous deux exercé leur profession dans cette Hollande « médiatrice2 ». Gueudeville fait paraître dans la première décennie du XVIIIe siècle L’Esprit des Cours de l’Europe où l’on voit tout ce qui s’y passe de plus important touchant la politique, et en général ce qu’il y a de plus remarquable dans les nouvelles, et La Varenne dirige au début des années 1730 le Glaneur historique, moral, littéraire et galant. Toutefois, leurs publications n’ont pas eu l’importance des Nouvelles de la République des Lettres de Pierre Bayle, de l’Histoire des ouvrages des savants de Basnage de Beauval ou de la Bibliothèque universelle et historique de Jean Le Clerc3. En raison du passé catholique de Gueudeville et La Varenne, de leur rupture avec l’Église catholique, des liens qu’ils ont pu conserver avec leur pays natal, mais aussi de leur intérêt pour les événements se déroulant en France, l’objectif de cette communication, après avoir présenté les deux auteurs, est de comprendre comment ces journalistes reçoivent l’information religieuse et politique du royaume de France, l’analysent et l’utilisent.

  • 4 Yardeni M., « Gueudeville et Louis XIV. Un précurseur du socialisme, critique des structures socia (...)
  • 5 Préface des Motifs de la conversion de M. Gueudeville, cité par Rosenberg A., Nicolas Gueudeville (...)

2Les deux journalistes ont des parcours assez similaires. Nicolas Gueudeville, « un des plus obscurs citoyens de la République des Lettres dans la Hollande de Bayle4 », est né à Rouen en 1652. Bénédictin, il fuit le couvent : « Je sortis de l’enfance, explique-t-il dans son récit de conversion, pour entrer dans le cloître sans avoir jamais rien vu ; je jurai solennellement de ne plus rien voir, et le premier usage que je fis de ma liberté, ce fut de me l’interdire pour toujours. Aussi ne fus-je pas longtemps à m’apercevoir que j’avais fait un mauvais marché5. » Il se réfugie à Rotterdam en 1689 où il abjure. Son périodique est publié à La Haye et il paraît à peu près régulièrement entre 1699 et 1710. Il est supprimé un temps en 1701 après l’intervention du comte d’Avaux, ambassadeur de France aux Provinces-Unies, qui proteste contre le caractère anti-louis-quatorzien du journal. D’Avaux écrit au secrétaire d’État aux affaires étrangères, Torcy, le 12 mai 1701 :

  • 6 Lettre citée par Sgard J., Dictionnaire des journaux, 1600-1789, Paris, Universitas, 1991.

« Le Pensionnaire m’a fait dire qu’on ne verrait plus l’Esprit des Cours, qu’on avait absolument défendu à l’auteur d’en composer à l’avenir. Cela a été fait sans que le nom du roi ait été compromis et sans qu’il ait paru que je m’en sois mêlé, et j’avais raison de vous assurer que les moyens dont je me servirais feraient cet effet6. »

3Il reparaît peu de temps après sous un nouveau titre, Nouvelles des Cours d’Europe. Il redevient L’Esprit des cours de l’Europe en 1704. Mensuel jusqu’en décembre 1706, il est ensuite publié trois fois par an. Voici dans quel esprit Gueudeville conçoit son métier :

  • 7 L’Esprit des cours de l’Europe, t. X, janvier 1704.

« La condition d’un nouvelliste est toujours fâcheuse ; très souvent narrer faux ; encore plus souvent conjecturer de travers, & former des raisonnemens ou des prédictions imaginaires ; voilà le sort de ceux qui se mêlent d’apprendre au public ce qu’il ne sait pas, & qui s’érigeant en traiteurs de la curiosité des hommes ne donneront pas deux ou trois bons mets de cent qu’ils préparent à cet avide & insatiable animal. Mais à mon sens, le plus mauvais endroit du nouvelliste, c’est lorsque la sincérité le force à publier les avantages de l’autre parti ; son zèle souffre, & il faut qu’il s’arme d’une plume bien désintéressée pour ne point faire sentir sa peine7. »

  • 8 Voir Chinard G., L’Amérique et le rêve exotique dans la littérature française au XVIIe et au XVIII(...)
  • 9 Trois volumes paraissent en 1700 : Critique du premier tome des Avantures de Télémaque, critique d (...)

4Pour Gueudeville, le journalisme est l’essentiel de son activité au cours de la première décennie du XVIIIe siècle, mais il publie également des livres. Comme de nombreux autres hommes de lettres, il est aussi un traducteur d’œuvres, d’Érasme (Éloge de la folie, Leyde, 1713), de Thomas More (Utopie, Leyde, 1715), de Plaute (Comédies, Leyde, 1719), de Corneille Agrippa (Sur la noblesse et excellence du sexe féminin…, Leyde, 1726). Il est l’auteur d’une édition des Dialogues de M. le baron de La Hontan (La Haye, 1705) à laquelle il a apporté des additions et des commentaires. Ainsi, il est longtemps passé pour l’auteur de cet ouvrage, alors qu’il n’en est rien8. Ses œuvres les plus intéressantes sont avant tout ses Critiques des Aventures de Télémaque9. Il publie également un Atlas historique qui paraît en trois volumes en 1705-1708.

  • 10 Sgard J., Dictionnaire des journalistes, 1600-1789, Paris, Universitas, p. 230-231 ; Couperus M. C (...)

5Le passé catholique de Jean-Baptiste La Varenne est moins bien connu. Né en 1689, Jean-Baptiste La Varenne, ancien mauriste, se réfugie d’abord en Angleterre puis rejoint les Provinces-Unies. À partir du 1er janvier 1731 paraît le Glaneur historique, moral, littéraire et galant, édité soit à La Haye soit à Utrecht. Le 12 juin 1733, l’ambassadeur de Hollande à Paris demande aux États des Provinces-Unies la suppression du Glaneur parce qu’il contient des passages offensants pour le roi de France. Le Glaneur est interdit le 19 juin 1733. Il poursuit sa carrière de journaliste jusqu’à sa mort en 1745, mais en travaillant désormais davantage comme correspondant pour des publications hollandaises ou allemandes qu’il ne dirige pas. Il vit également de traductions et, à la fin de vie, il est probablement l’auteur de La vraie religion démontrée par l’Écriture sainte (Amsterdam, 1745), ouvrage appelé également le Petit Burnet, où il expose son déisme, sentiment religieux également partagé par Gueudeville. Il meurt à Amsterdam en novembre 174510.

6Pour essayer de comprendre la circulation de l’information qui est diffusée dans ces deux périodiques, le traitement de deux affaires permet de mettre en évidence plusieurs caractéristiques. Gueudeville s’intéresse à la guerre des camisards au début des années 1700 ; trente ans plus tard, c’est l’affaire des convulsionnaires du cimetière Saint-Médard qui passionne La Varenne. Ces événements sont connus rapidement aux Provinces-Unies, mais on observe une diffusion plutôt tardive des faits par les deux journalistes et un traitement partiel et partial.

  • 11 Sur cette question, voir Joutard Ph., Les Camisards, Paris, Gallimard, 1976 ; id., La légende des (...)

7Alors que la parution est mensuelle, la première fois que Gueudeville évoque la guerre des camisards, c’est en janvier 1703. La guerre commence véritablement en juillet 1702, quand l’abbé du Chaila, missionnaire et inspecteur pour le diocèse de Mende, considéré comme un des responsables de la répression qui touche les protestants cévenols, est assassiné le 24 juillet 1702 à la suite d’une expédition menée pour délivrer des protestants emprisonnés à Pont-de-Montvert. Avant l’été 1702, les relations confessionnelles sont déjà très tendues dans les Cévennes. Depuis 1685, la répression contre les protestants qui refusent l’unité de foi dans le royaume et qui s’assemblent clandestinement dans le Désert est menée par l’intendant du Languedoc, Lamoignon de Basville. Ce dernier lutte en particulier contre le mouvement prophétique, mouvement qui est apparu une première fois à la fin des années 1680 en Dauphiné, en Vivarais et dans les Cévennes, puis qui réapparaît en novembre 1700. Ces prophètes sont des hommes, des femmes ou des enfants, issus surtout de milieux populaires, qui annoncent la délivrance du peuple d’Israël (les huguenots) et la destruction de Babylone (l’Église catholique). Au cours d’assemblées clandestines, ces prophètes ont des convulsions, des transes, exhortant leur auditoire en français. Ces persécutions conduisent les protestants cévenols, les camisards, à lancer au printemps 1702 un appel à la guerre sainte, en particulier sous l’influence d’Abraham Mazel : il est demandé de chasser le clergé de la région11. Or, dès l’été 1702, l’embrasement des Cévennes est connu à l’étranger, les Provinces-Unies ne font pas exception en raison de la présence de nombreux protestants français dans ce pays et de l’abondante correspondance qui existe entre Français et réfugiés. Or, cette question du prophétisme et de la politique religieuse en Languedoc n’est jamais traitée par Gueudeville au cours de cette année 1702, ce n’est qu’au début de l’année 1703 qu’il décide d’aborder cette question.

  • 12 Maire C., Les convulsionnaires de Saint-Médard, Paris, Galimard/Julliard, 1985 ; id., De la cause (...)

8On peut effectuer un même constat à l’égard du traitement de l’affaire des convulsionnaires du cimetière Saint-Médard par La Varenne. En effet, entre novembre 1730 et janvier 1732, des guérisons miraculeuses ont lieu dans ce cimetière parisien et des personnes sont prises de convulsions sur la tombe du diacre François de Pâris, mort en 1727. Ancien étudiant du séminaire janséniste de Saint-Magloire, François de Pâris s’est lancé dès 1714 dans une opposition très résolue à la bulle Unigenitus, bulle qui à la demande de Louis XIV condamne 101 propositions du livre de Pasquier Quesnel, les Réflexion morales sur le Nouveau Testament. Et, en 1717, Pâris devient un appelant, c’est-à-dire qu’à la suite de certains membres de l’épiscopat opposés à la bulle, un mouvement d’appel à un concile général pour trancher la question de la bulle et de l’obéissance qui lui est due est lancé. Les miracles et les convulsions divisent fortement l’opinion et les jansénistes. Le pouvoir royal, les philosophes et une grande partie de l’épiscopat les considèrent comme du fanatisme et de l’imposture12. Si l’affaire du cimetière Saint-Médard débute en novembre 1730, ce n’est qu’à partir de 1731 que le Glaneur historique, moral, littéraire et galant paraît. Même si ce décalage existe, il faut attendre cinq mois pour que la question soit enfin évoquée par La Varenne, alors qu’elle agite déjà fortement l’opinion parisienne.

9Ce décalage entre les événements et leur diffusion dans ces deux périodiques n’est pas dû à un retard de la circulation de l’information – ces événements sont rapidement connus aux Provinces-Unies – mais davantage à une volonté délibérée des journalistes de traiter ces questions probablement avec plus de recul et une fois qu’elles sont devenues en quelque sorte de véritables affaires. En effet, quand il s’agit de citer des événements qui ont eu lieu ou des lois récentes, Gueudeville n’hésite pas à le faire. C’est le cas par exemple en janvier 1700, quand l’ancien bénédictin cite une déclaration royale datant de décembre 1699 contrôlant les sorties du territoire afin de limiter en particulier l’émigration des protestants français, alors que depuis la fin des années 1660 ils n’ont pas le droit d’émigrer. Quant à La Varenne, il évoque un arrêt du Parlement de Paris datant du 23 février 1733 dans un numéro de son périodique du 5 mars 1733.

10Une seconde caractéristique est un traitement très partiel des questions. Est-ce par manque d’informations ou par volonté délibérée. La seconde possibilité semble la véritable raison. Les deux journalistes donnent peu d’informations sur les deux événements. Ainsi, sur la guerre des camisards, l’objectif de Gueudeville n’est absolument pas de décrire l’ensemble des faits, mais d’insister sur certains d’entre eux que les contemporains ont du mal à classer, étant donné que ce n’est ni une guerre de religion, ni une révolte populaire. Cet embarras existe également chez Gueudeville. Il ne prend jamais partie en faveur de insurgés. De toute façon, dans les milieux du Refuge, comme parmi de nombreux protestants restés en France, la condamnation des camisards est quasi générale, tant par loyalisme à l’égard du souverain, qu’en raison de l’espoir d’un retour en France avec le rétablissement de la liberté de conscience, même si cela vient d’échouer en 1697 à la paix de Ryswick, après la guerre de la Ligue d’Augsbourg. Mais Gueudeville prend progressivement conscience de l’importance du mouvement. Ainsi, en janvier 1703, il note :

  • 13 L’Esprit des cours de l’Europe…, t. VIII, janvier 1703. On notera l’inversion du terme de la drago (...)

« Il s’est élevé dans les Cévennes un petit nuage qui semblait devoir se dissiper d’abord, et qui pourtant ne cesse de grossir. Quelques gens indomptables sur le chapitre de la conscience, dont ils ne doivent rendre compte qu’à Dieu seul, se sont attroupés, & ils exercent une horrible Dragonnade contre les ecclésiastiques. On dit qu’ils font des progrès, & qu’ils se sont emparez de la petite ville de Sauve en languedoc. La cour est obligée d’envoyer des troupes pour éteindre cette étincelle13. »

  • 14 Ibid., février 1703.

11Le vocabulaire évolue le mois suivant : il évoque « la mauvaise exhalaison qui s’est élevée dans les Cévennes s’épaissit et forme un brouillard assez nébuleux ». Il insiste désormais sur les comportements des deux camps, mais principalement sur les échecs de l’armée royale, notant en particulier l’abandon de la région par les ecclésiastiques et « les premiers efforts qu’on a fait pour étouffer ce désordre n’ont pas réussi14 ».

12Il fait preuve de prudence en comparant les sources qu’il peut consulter, c’est-à-dire les périodiques français, dont il semble conscient de la partialité et de son rôle dans la propagande royale, et probablement certaines nouvelles reçues par la correspondance entre les protestants de Cévennes et les réfugiés huguenots des Provinces-Unies. Cette prudence, il la montre très clairement quand il écrit par exemple en mars 1703 :

  • 15 Ibid., mars 1703.

« Suivant les nouvelles de France, l’affaire des Sévennes prend un bon train pour la Cour. On a grand soin de publier dans le royaume que les troupes remportent de fréquens avantages que les Mécontens. On assure entr’autres que le sieur Julien à la tête d’un gros détachement, & renforcé de seize cens paysans a défait un troupe assez nombreuse des soulevez, qu’il leur a tué deux cens hommes, & leur a pillé quelques villages. Cependant on ne dit point que Monsieur de Montrevel ait encore rien entrepris ; au contraire, il a fait jusqu’ici tout le manège d’un général embarrassé ; il offre grace ; il flatte la noblesse15. »

13Il insiste sur cet aspect de la question, conscient également de l’importance de la propagande royale, en notant aussi que :

  • 16 Ibid., mai 1703.

« Ce sujet [la guerre dans les Cévennes] est environné de ténèbres qu’il est impossible de percer, & l’on ne sait pas à quoi s’en tenir. On publie en France que ce soulèvement s’éteint, & l’on assure au contraire dans les païs éloignez que le feu s’augmente de jour en jour, & qu’il pourroit bien tourner en véritable embrasement. Ce qu’il y a de certain, c’est que les Mécontens tiennent encore, & donnent une occupation très sérieuse à Monsieur de Montrevel16. »

14Même en 1705, alors que certains camisards ont déposé les armes, il se méfie des informations :

  • 17 Ibid., mai 1705.

« Cette couronne [Louis XIV], à ce qu’on dit, a terminé le soulèvement des Camisards. J’use de cette précaution ; à ce qu’on dit, car il n’est pas sûr que ce feu soit absolument éteint : Plusieurs lettres nous assurent du contraire, & l’on prétend que cette flamme, quoique beaucoup diminuée, pourroit bien reprendre une nouvelle vigueur17. »

15Sur la question de convulsionnaires, La Varenne ne cherche pas à rendre compte précisément des événements ni à établir une quelconque chronologie du mouvement convulsionnaire, même si cette question revient très régulièrement dans le Glaneur. Mais, à la différence de Gueudeville, il s’oppose très clairement aux « pantomimes ou saltimbanques de nouvelle création » ou aux « dévots épileptiques » qu’il méprise profondément. Il se désole devant un royaume divisé entre « deux partis, le moliniste et le janséniste », division qui se répand, écrit-il, « bien au-delà du sanctuaire & de la hiérarchie ». Il se félicite cependant que toute violence soit écartée contre les jansénistes : « Il y auroit une espèce de cruauté à renouveler une Saint-Barthélemy contre tous les jansénistes, ou à les jeter dans le bûcher avec leurs écrits. » Cependant, il s’oppose explicitement au mouvement. Selon lui, le jansénisme est :

  • 18 Le Glaneur historique…, no 42, 26 mai 1732.

« Comme une maladie spirituelle qui, comme la goute, ne s’attachoit pour l’ordinaire qu’aux gens riches & oisifs ; & particulièrement à ces ecclésiastiques, ou moines opulens qui, dans une tranquillité imperturbable peuvent jouir de leurs aises & satisfaire tous leurs désirs. De là vient que dès le commencement de cette contagion, les moines rentés, & surtout les Bénédictins, en ont été entichés18. »

  • 19 Couperus M. C., op. cit., p. 217-218.

16Il insiste sur le fait qu’il faut dissocier les deux mouvements : « Il seroit ridicule de dire que cette nombreuse troupe de philo-pâristes sont autant de gens aux gages des jansénistes. » Ainsi, selon lui, « les anti-constitutionnaires, ou si l’on veut les jansénistes, mais les jansénistes sensés, ne regardent aujourd’hui les convulsions des dévots pâristes que comme des accès frénétiques d’une imagination dérangée19 ».

17Ce traitement partiel des informations reçues par les deux journalistes s’explique principalement par leur objectif commun : dénoncer l’Église catholique. Dans cette perspective, l’information religieuse est soigneusement triée afin d’insister sur les critiques à l’égard de l’Église catholique, mais aussi de la monarchie absolue.

  • 20 Ibid., 27 octobre 1732 et 15 décembre 1732.
  • 21 Ibid., 6 octobre 1732.

18Les critiques contre l’Église catholique sont multiples. Les deux journalistes s’en prennent à son attitude à l’égard des protestants français. Par exemple, en 1732, la sortie de prison d’un pasteur du Désert nommé Claris est fêtée par La Varenne qui compare cette libération « à celle de St Pierre à qui Dieu envoya un ange pour briser ses fers ». Les jésuites sont accusés d’avoir employé menaces, promesses et violences pour convertir le pasteur20. Les attaques visent également la papauté et les ultramontains. La Varenne défend par exemple le gallicanisme, notant ainsi en 1733 que « la Cour de Rome, & ses zélés émissaires, travaillent depuis plusieurs siècles, & surtout depuis la cassation de l’Edit de Nantes, à établir l’autorité papale dans ce royaume sur les ruines de celle du Roi Très Chrétien, en sapant les précieuses libertés de l’Eglise gallicane, & les maximes fondamentales de la Nation21 ».

19Les ordres religieux, en particulier les capucins, apparaissent une cible privilégiée. En août 1700, après la mort du doge de Venise qui, nous dit Gueudeville, fut revêtu du « saint habit de capucin » et son corps « exposé dans ce dévot équipage sur un lit de parade où le peuple venoit en foule témoigner sa douleur & mêler ses larmes avec l’eau bénite dont ce religieux cadavre pensa être submergé ». Il poursuit ainsi :

  • 22 L’Esprit des cours de l’Europe, août 1700.

« Quelle gloire pour les RP capucins que leur habit ait servi de suaire à un si haut seigneur ! Ce précieux vêtement ne couvre pas tous les jours des corps si nobles & si froids ; mais en récompense il en couvre quantité qui auroient beaucoup plus besoin d’eau bénite & qui sont tourmentez d’un certain diable que la charité & la modestie m’empêchent de nommer22. »

20La Varenne aime à se moquer également des capucins. Dans un numéro de 1733, il raconte en ces termes l’histoire de deux capucins de la rue Saint-Honoré :

  • 23 Le Glaneur historique…, 18 mai 1733.

« L’un prêtre & l’autre Diacre, ont quitté Barbe et froc pour s’aparier avec deux jeunes pénitentes qu’ils emmènent, dit-on, vers vos provinces. Voulez-vous un indice certain pour reconnoitre un capucin travesti ? Son tic sera de passer plusieurs fois dans un quart d’heure sa main par dessus le menton ; parce que les esprits animaux qui avoient pris leurs cours du côté de la barbe, pour la peigner, la friser, l’arranger, la flatter ; y font encore aller la main, sans aucune réflexion, même après que le menton a été dépouillé de sa Vénérabilité23. »

  • 24 L’Esprit des cours de l’Europe, septembre 1704.
  • 25 Couperus M. C., op. cit., p. 45 ; Boisson D., op. cit., p. 419-422.

21Les critiques contre l’ensemble du clergé régulier existent aussi. Gueudeville évoque « l’horrible dérèglement des cloîtres ». Le pape perdrait « patience sur la vie mondaine & voluptueuse d’une Nation toute dévouée à la plus sévère morale de l’Evangile, & sa sainteté voudroit bannir le libertinage & la scélératesse24 ». Toutefois, certains membres de l’Église catholique trouvent grâce à leurs yeux : pour Gueudeville, c’est le cas de Fénelon dans sa controverse contre Bossuet sur le quiétisme. Ce n’est pas tant le quiétisme ou l’archevêque de Cambrai qu’il soutient, mais il cherche surtout à combattre le prélat qui symbolise le mieux l’Église catholique, Bossuet. Ce qui ne va pas exclure ensuite de la part de Gueudeville une critique très féroce des Aventures de Télémaque. La Varenne défend quant à lui l’érudition des mauristes, avant tout pour les opposer aux jésuites25. À cette opposition à l’Église catholique, s’ajoutent une critique de la monarchie absolue et une dénonciation de la société.

*

  • 26 Burke P., Louis XIV. Les stratégies de la gloire, Paris, Seuil, 1995. Le plus célèbre des pamphlet (...)
  • 27 L’Esprit des cours de l’Europe, t. XIII, juillet 1705.

22L’objectif des deux journalistes est également de diffuser une contre-image de la monarchie et de la société française moins brillante que celle donnée par la propagande louis-quatorzienne, contre-image qui se développe surtout dans la seconde moitié du règne, principalement après la Révocation de l’édit de Nantes et les débuts de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, avec en particulier le sac du Palatinat. Dans la diffusion de cette contre-image, les huguenots réfugiés à l’étranger jouent un rôle essentiel. Le rôle de la presse en langue française et des nombreux pamphlets est essentiel26. Ces critiques apparaissent davantage dans les écrits de Gueudeville que dans ceux de La Varenne. Chez Gueudeville, tout événement est prétexte à diffuser une image négative du roi. Il s’en prend tout d’abord au pouvoir tyrannique du roi de France. Comme pour l’auteur des Soupirs de la France esclave, le pouvoir monarchique peut conduire à la tyrannie : Gueudeville estime que c’est cette évolution qui est survenue dans le régime politique que connaît la France. À partir de 1705, Gueudeville emploie également le terme de « despotisme » pour caractériser le pouvoir de Louis XIV, despotisme qu’il qualifie de « sanglant », d’« onéreux » et de « ruineux », car « Louis, écrit-il, a épuisé ses sujets par ses guerres, par ses plaisirs et par son luxe ; il a violenté les loix et les consciences ; il a fait une infinité de malheureux et de morts27 ».

  • 28 Ibid., t. VI, janvier 1702.
  • 29 Ibid., t. XI, 1704, p. 397.
  • 30 Ibid., t. XIV, 1706, p. 438-439.

23Si le peuple ne se révolte pas, c’est que le souverain lui a appris à « se soumettre », devenant ainsi « le plus absolu des rois » et le peuple français « le plus grand modèle d’obéissance et de docilité qui soit en Europe28 ». Gueudeville dénonce même le côté masochiste de ce peuple qui apprend « dans l’école de la disette l’estime, le zèle, la soumission, la vénération pour leur Prince, et plus il les épuise, plus ils y sont attachez » ; ainsi, « plus il frappe, plus on l’adore ; plus il appesantit sa main, plus on lui trouve un cœur de père29 ». L’ancien bénédictin cherche à expliquer cette soumission du peuple français. Tout d’abord, Louis XIV a construit son régime sur un profond sentiment national qui sert la gloire du roi : « Il [le peuple] est la meilleure pâte du Sujet qu’il y ait dans le genre humain : la liberté, le bien, le sang, la vie, la conscience même, tout cela ne lui est rien, lorsqu’il s’agit de la grandeur de son Maître, et il est bien content ce généreux François pourvu que son Roi prime tous les autres souverains et qu’il ait le dessus partout, je défie qu’on puise trouver meilleur esclave30. » Le deuxième élément qui permet d’expliquer la soumission des Français, c’est la religion. L’alliance entre le roi et le clergé est avant tout destinée à maintenir l’emprise du souverain sur le peuple :

  • 31 Ibid., t. XIV, 1706, p. 63-66.

« De tout temps, les princes n’ont employé la Religion qu’autant qu’elle a accommodé leurs affaires : le culte divin leur est trop utile pour négliger de s’en servir : c’est par là qu’ils contiennent les sujets dans l’obéissance, qu’ils les animent contre l’Ennemi, en un mot la Religion est un moien très efficace en la main du Prince pour enchaîner la liberté au-dedans, et pour s’agrandir au dehors : aussi les Souverains en sont-ils grands zélateurs tant qu’ils trouvent honneur et profit. Vous les voyez alertes pour étouffer les opinions nouvelles pour peu qu’elles combattent le sentiment commun de la Nation […]. Ils sont bien plus ces Princes, ces lieutenants de la Divinité, car s’ils trouvent leur compte dans la Religion qu’ils abhorrent et qu’ils croient damnables, ils la protègent sans scrupule31. »

  • 32 Ibid., t. XII, 1705, p. 301.

24Ainsi, la raison ne peut rien contre la superstition du peuple. La tyrannie et le despotisme du souverain s’appuient sur des préjugés religieux, entretenus naturellement par le clergé, mais aussi par l’ensemble des gens de lettres du royaume. Gueudeville vise tout particulièrement l’Académie française dont il accuse les membres d’être à la botte du roi. Louis XIV « donne des pensions aux beaux esprits ; mais n’est ce pas à condition que ces Illustres offriront leurs meilleurs encens à l’Idole, et qu’ils ne rougiront point de prostituer leur rare et précieux talent par des éloges, aussi beaux par le tour qu’ils sont fades et dégoûtants par rapport à la vérité32 ».

  • 33 Ibid., t. XIII, juillet 1705, p. 82-83.
  • 34 Ibid., t. XIII, août 1705, p. 204-205.

25Cependant, certains signes permettent d’espérer le crépuscule du despotisme. Tout d’abord, la guerre des camisards étonne Gueudeville car il a cherché à démontrer « l’assoupissement » du peuple français face à la tyrannie du souverain. Or, il est surpris par ce réveil auquel il ne s’attendait pas. Alors que la guerre sévit en Europe, c’est un nouveau signe du déclin de la France et de l’échec de la politique religieuse du tyran. C’est de là que vient son intérêt pour la guerre des camisards. Le conflit à peine terminé, c’est l’ensemble de la politique religieuse de Louis XIV qui se trouve condamnée : l’utilisation de « l’éloquence abrégée et persuasive du missionnaire dragon » et l’emploi de « la confiscation de biens, les cachots, les Galères, le gibet, les roues, les feux, en un mot tout ce que l’injustice et la violence fournissent au plus fort contre le plus foible ». Le roi est « le fléau » des réformés et leur « ennemi mortel33 ». Gueudeville s’interroge même sur son désir d’« extermination du huguenotisme » afin d’imposer son despotisme sur le royaume, comme il l’a déjà fait lors de la Révocation de l’édit de Nantes34. Le journaliste est conscient que la politique religieuse du souverain n’émeut pas les catholiques, plus soucieux de sortir de la misère que d’espérer une quelconque liberté de conscience et de culte pour les Nouveaux Convertis.

26Si Gueudeville critique beaucoup le pouvoir royal, une de ses préoccupations majeures demeure le bonheur du peuple et la fin de la misère dans le royaume. Par l’intérêt qu’il porte au sort des plus pauvres, par l’analyse qu’il fait de la situation sociale en France, le journaliste apparaît comme un précurseur du socialisme en France. Ce souci de prendre en compte les difficultés sociales de ses anciens compatriotes est présent dans de nombreuses pages de son périodique L’Esprit des cours de l’Europe :

« La France se trouvoit donc dans une conjoncture bien triste ; son sort étoit déplorable. À quoi les peuples devoient-ils s’en prendre ? À leurs péchez, à leur manque de foi, à leur ingratitude envers le Ciel ? […] Mais quoi, ces milliers de François qui souffrent & qui meurent de faim ; faut-il donc que ces infortunez portent toute la charge de la calamité publique ? Les riches, à commencer depuis la cour jusques à la dernière famille aisée (sur tout n’oubliez pas l’archevêque), ces riches qui ne sentent en rien la misère, ou qui s’en sentent que par quelque diminution de superflu, remplissent-ils si exactement les devoirs de la religion, qu’ils ne méritent point ou presque point de part aux châtimens & aux fléau ? »

  • 35 L’Esprit des cours de l’Europe, t. XII, mars 1705.

27La « lutte des classes », telle que la définit Gueudeville, est avant tout une donnée économique, sociale et politique qui caractérise le royaume de France. Il n’y aucune théorisation de cette opposition entre riches et pauvres sur un plan européen et, encore moins, l’idée que ce concept puisse donner un sens à l’Histoire. Elle n’a même pas toujours existé, la monarchie ayant connu un âge d’or, et il n’énonce rien sur son devenir. C’est avant tout une donnée contemporaine de la société du début du XVIIIe siècle. La lutte ouverte entre riches et pauvres ne survient jamais sous le règne de Louis XIV. A-t-il eu un espoir que la guerre des camisards en soit le commencement ? C’est possible. Le soutien qu’il apporte à l’abbé de Guiscard qui appelle à la révolte contre le régime de Louis XIV peut permettre de le penser35. Comme le constate Myriam Yardeni, Gueudeville n’a rien d’un révolutionnaire. Il veut éviter tout bain de sang si le despotisme du souverain est amené à disparaître.

28Cette société idéale, il l’a trouvée. Quand il publie la traduction de l’Utopie de Thomas More, Gueudeville l’accompagne d’une préface dans laquelle il écrit : « La Propriété, l’Avarice, l’Ambition, ces trois pestes de la Société Civile, ces trois Monstres qui ravagent le Genre Humain, ne se trouvent point en Utopie. »

  • 36 Boisson D., op. cit., p. 515-522.

29Il a été incontestablement influencé par Thomas More, mais également par des romans utopistes parus au XVIIe siècle. En 1677, Veiras d’Alais est l’auteur de l’Histoire des Sévarambes : dans ce peuple imaginaire, la propriété des biens est abolie, chaque citoyen est obligé de contribuer par son travail au bien général. Mais surtout, en 1676, un cordelier, Gabriel de Foigny fait paraître à Vannes Les avantures de Jacques Sadeur dans la découverte et le voiage de la Terre australe. Dans son ouvrage, Foigny décrit le voyage de son héros, Jacques Sadeur, un hermaphrodite, dans un pays où les habitants, également hermaphrodites, ne connaissent pas la propriété et mettent tout en commun36.

*

30Pour conclure, les deux exemples des périodiques étudiés montrent avant tout que Nicolas Gueudeville et Jean-Baptiste La Varenne ne cherchent pas à rendre compte d’une façon exhaustive des événements survenus en France : c’est vrai pour la guerre des camisards et les convulsionnaires du cimetière Saint-Médard, mais on peut le vérifier pour les autres faits évoqués dans leurs publications. Ainsi se comprennent mieux le décalage entre le début des affaires et leur traitement dans les feuilles publiées, et le contenu très partiel qui en est donné. Ce ne sont pas tant les faits qui les intéressent, mais les enseignements religieux et politiques que l’on peut en tirer. Ce qui compte avant tout, c’est d’abord dénoncer l’Église catholique qu’ils ont quittée, tout en ne louant pas la Réforme protestante : les deux journalistes évoluent progressivement vers le déisme. Puis, c’est condamner la monarchie absolue et le pouvoir tyrannique, mais également les inégalités de la société française. L’influence des deux périodiques est naturellement limitée, mais les protestations des représentants français aux Provinces-Unies montrent que la diplomatie française est attentive à l’image des souverains à l’étranger.

Notes

1 Hatin E., Les gazettes de Hollande et la presse clandestine aux XVIIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1865.

2 Hazard P., La crise de la conscience européenne, 1680-1715, Paris, Fayard, 1961, p. 75.

3 Boisson D., Consciences en liberté ? Itinéraires d’ecclésiastiques convertis au protestantisme (1631-1760), Paris, Honoré Champion, 2009.

4 Yardeni M., « Gueudeville et Louis XIV. Un précurseur du socialisme, critique des structures sociales louis-quatorziennes », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1972, p. 598-620.

5 Préface des Motifs de la conversion de M. Gueudeville, cité par Rosenberg A., Nicolas Gueudeville and his work (1652-1720 ?), La Haye, 1982, p. 3-4.

6 Lettre citée par Sgard J., Dictionnaire des journaux, 1600-1789, Paris, Universitas, 1991.

7 L’Esprit des cours de l’Europe, t. X, janvier 1704.

8 Voir Chinard G., L’Amérique et le rêve exotique dans la littérature française au XVIIe et au XVIIIe siècles, Paris, Droz, 1934, p. 167 sqq. Le baron de La Hontan arrive à 17 ans à Québec en 1683. Il y reste quelques années puis rentre en Europe. Il meurt en 1715. La première édition paraît en 1703 à La Haye chez les frères L’Honoré en deux volumes bientôt suivi d’un troisième. C’est l’édition originale de La Hontan et la seule authentique. Elle est publiée d’abord en anglais et aussitôt traduite en français. La seconde édition paraît en 1705. Elle est revue et corrigée à La Haye, précédée d’une note de l’éditeur dans laquelle il dit : « On a presque refondu toutes les lettres, et l’on croit que le style en paraîtra plus pur, plus net, plus dégagé. » L’éditeur précise que les dialogues étaient remplis « d’un long et ennuyeux galimatias qui avait été supprimé pour rendre l’ouvrage plus digne du public ». C’est donc à cette étape que Gueudeville est intervenu.

9 Trois volumes paraissent en 1700 : Critique du premier tome des Avantures de Télémaque, critique du second tome des Avantures de Télémaque et Critique générale des Avantures de Télémaque. Un quatrième volume est publié en 1702, Le Christ ressuscité, ou Fin de la critique des Avantures de Télémaque.

10 Sgard J., Dictionnaire des journalistes, 1600-1789, Paris, Universitas, p. 230-231 ; Couperus M. C., Un périodique français en Hollande. Le Glaneur historique (1731-1733), La Haye, Mouton, 1971.

11 Sur cette question, voir Joutard Ph., Les Camisards, Paris, Gallimard, 1976 ; id., La légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977 ; Bosc H., La guerre des Cévennes, 1702-1710, Montpellier, Presses du Languedoc, 1985 ; Bernat C., « La guerre des Cévennes : un conflit trilatéral ? », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, 148/3, p. 461-507.

12 Maire C., Les convulsionnaires de Saint-Médard, Paris, Galimard/Julliard, 1985 ; id., De la cause de Dieu à la cause de la nation. Le jansénisme au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1998.

13 L’Esprit des cours de l’Europe…, t. VIII, janvier 1703. On notera l’inversion du terme de la dragonnade, appliquée désormais à l’égard des violences subies par les catholiques cévenols, alors que c’est l’inverse qui est généralement utilisé.

14 Ibid., février 1703.

15 Ibid., mars 1703.

16 Ibid., mai 1703.

17 Ibid., mai 1705.

18 Le Glaneur historique…, no 42, 26 mai 1732.

19 Couperus M. C., op. cit., p. 217-218.

20 Ibid., 27 octobre 1732 et 15 décembre 1732.

21 Ibid., 6 octobre 1732.

22 L’Esprit des cours de l’Europe, août 1700.

23 Le Glaneur historique…, 18 mai 1733.

24 L’Esprit des cours de l’Europe, septembre 1704.

25 Couperus M. C., op. cit., p. 45 ; Boisson D., op. cit., p. 419-422.

26 Burke P., Louis XIV. Les stratégies de la gloire, Paris, Seuil, 1995. Le plus célèbre des pamphlets, Les Soupirs de la France esclave, a longtemps été attribué au pasteur Pierre Jurieu ou à l’oratorien converti au protestantisme, Michel Le Vassor (voir à ce sujet Kappler É., Bibliographie critique de l’oeuvre imprimée de Pierre Jurieu (1637-1713), Paris, Honoré Champion, 2002, p. 424-435). Antony McKenna a récemment contredit cette analyse et, sans donner d’auteur, suggère que le pamphlet a été écrit par un membre de l’entourage du duc de Bourgogne (voir McKenna A., « Les soupirs de la France esclave : la question de l’attribution », in Bonnet P., Littérature de contestation : pamphlets et polémiques du règne de Louis XIV aux Lumières, Paris, Le Manuscrit, 2011, p. 229-268).

27 L’Esprit des cours de l’Europe, t. XIII, juillet 1705.

28 Ibid., t. VI, janvier 1702.

29 Ibid., t. XI, 1704, p. 397.

30 Ibid., t. XIV, 1706, p. 438-439.

31 Ibid., t. XIV, 1706, p. 63-66.

32 Ibid., t. XII, 1705, p. 301.

33 Ibid., t. XIII, juillet 1705, p. 82-83.

34 Ibid., t. XIII, août 1705, p. 204-205.

35 L’Esprit des cours de l’Europe, t. XII, mars 1705.

36 Boisson D., op. cit., p. 515-522.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540