Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'échange

 | 
François Brizay

Vecteurs de diffusion de l'information

La circulation de l’information à Paris au XVe siècle dans le Journal d’un Bourgeois de Paris (1405-1449)

Samuel Cottin

Texte intégral

  • 1 Matz J.-M., « Rumeur publique et diffusion d’un nouveau culte à la fin du Moyen Âge : les miracles (...)
  • 2 Beaune C., « La rumeur dans le Journal du Bourgeois de Paris », La circulation des nouvelles au Mo (...)
  • 3 Gauvard C., « Rumeurs et stéréotypes à la fin du Moyen Âge », ibid., p. 156-177.
  • 4 Froissart P., La rumeur : histoire et fantasmes, Paris, 2002.
  • 5 Guené e B., L’opinion publique à la fin du Moyen Âge, d’après la « Chronique du Religieux de Saint (...)
  • 6 Fargette S., « Rumeurs, propagande et opinion publique au temps de la guerre civile (1407-1420) »,(...)
  • 7 Molin M. et Grandière M. (dir.), Le stéréotype, outil de régulations sociales, Rennes, PUR, 2003.

1L’historiographie récente présente un certain nombre de travaux autour de la question des modes de circulation de l’information au Moyen Âge, thématique explorée par un ensemble d’études portant sur les rumeurs, la propagande et l’opinion publique. Dès le tournant des années 1990, Jean-Michel Matz1 s’intéressa au rôle de la rumeur dans le succès d’un culte local en Anjou au milieu du XVe siècle. En 1993, Colette Beaune2 et Claude Gauvard3 s’emparèrent du concept à la faveur du XXIVe Congrès de la Société des médiévistes français, à Avignon, avec l’idée « d’ajouter la dimension du passé aux interrogations contemporaines » (Philippe Contamine). Il apparut que l’usage de cette notion, en tant que « construction progressive par le groupe concerné et à l’intérieur de celui-ci », ouvrait en histoire des perspectives nouvelles pour la compréhension de l’imaginaire collectif d’une population définie, et pouvait permettre un élargissement à des études sur les représentations ou le rapport à la réalité. La recherche sociologique contemporaine, avec Pascal Froissart4, souligne la complexité sociale de la rumeur. Des publications récentes de Bernard Guenée5, de Séverine Fargette6, ainsi qu’un ouvrage collectif du CERHIO de l’université d’Angers7, viennent élargir cette réflexion aux notions de propagande et d’opinion publique, corroborant l’idée du sociologue sur le rôle des autorités dans la propagation des rumeurs et des stéréotypes dans un but idéologique.

  • 8 Anonyme, Journal d’un Bourgeois de Paris de 1405 à 1449, texte original et intégral présenté et co (...)

2Comme son nom – et non son titre – l’indique, le Journal d’un Bourgeois de Paris8 est une source littéraire parisienne, en français, qui raconte des événements survenus durant la première moitié du XVe siècle, à savoir les dix-huit dernières années du règne de Charles VI et les vingt-sept premières de celui de Charles VII. La plus célèbre des transcriptions du Journal a été réalisée par Alexandre Tuetey en 1881, cependant je travaille sur celle qu’en a effectuée l’historienne Colette Beaune en 1990. Cette dernière nous fait remarquer qu’il ne s’agit pas à proprement parler d’un journal, car son auteur n’est en fait pas un bourgeois. Le début de l’œuvre ayant disparu, la page de présentation, mentionnant vraisemblablement le titre et le nom de l’auteur, est perdue. Le titre, ou plus exactement le nom actuel de l’œuvre, Journal d’un Bourgeois de Paris, lui a été donné au XVIe siècle parce que la forme et le contenu font penser de prime abord au journal d’un « ménager ». L’auteur reste anonyme, bien que son identification ait été l’objet de recherches obstinées par des philologues du XIXe siècle.

3Toutefois, certains indices permettent d’esquisser son profil. Il s’agissait très probablement d’un clerc attaché à Notre-Dame de Paris, docteur de l’Université. Son discours et son mode de vie l’excluent cependant du groupe des élites dominantes, étant plutôt ceux d’un habitant relativement aisé de la capitale, ne voyageant pas plus loin que la banlieue proche où il possédait quelques vignes. Sensible aux rumeurs, et se servant de son plutôt modeste savoir moral et religieux pour émettre des jugements relatifs aux événements qu’il rapporte, le Bourgeois construit, année après année, un monde plein de signes possédant sa cohérence interne, fortement imprégné par la propagande bourguignonne, tout en participant à celle-ci dans un processus interactif de réception et d’émission d’informations.

4Sa narration est organisée par années et par items, chaque année contenant en moyenne une vingtaine d’items. Dans le récit sont consignés des faits qui marquent l’auteur, du moins ceux qu’il a choisi d’insérer. Outre les événements politiques et militaires qui caractérisent généralement les chroniques de l’époque, le Bourgeois est par exemple particulièrement prolixe sur les fluctuations des prix des denrées, les considérations météorologiques, les exécutions ou les méfaits des hommes d’armes et des dirigeants armagnacs, ainsi que sur les cérémonies religieuses, les processions, les entrées à Paris de personnages importants. Son propos est sans cesse entrecoupé de considérations qui se veulent personnelles, une sorte de glose des enchaînements d’événements sélectionnés plus ou moins consciemment pour donner un sens à l’histoire. Nombreuses sont les occurrences d’items répétitifs, laissant penser que le Bourgeois emprunte les techniques des prédicateurs, qu’il admire. Toutefois, plutôt que d’utiliser des exempla, il applique une grille de lecture teintée d’eschatologie au monde qui l’entoure, relayant, compilant et recyclant aussi bien l’information institutionnelle que la rumeur, l’opinion générale ou ses observations de visu.

5Sa vision du monde est profondément manichéenne. Les partis bourguignon et armagnac personnifient respectivement le Bien et le Mal dans son analyse des malheurs du temps. Très sensible aux malheurs du commun, à la montée de la misère et de la marginalité, l’auteur est, comme de nombreux Parisiens du début du XVe siècle, un fervent partisan de la faction bourguignonne.

6Le Bourgeois de Paris est en effet le contemporain des différentes phases de la guerre civile Armagnacs-Bourguignons, puis celui de l’encore longue guerre étrangère, dernière période de la guerre de Cent Ans. De fait, durant l’époque couverte par le Journal, Paris change de mains plusieurs fois. Contrôlée par une coalition de princes plus ou moins rivaux dominée par Bourgogne jusqu’en 1413, la ville voit s’installer à cette date un pouvoir armagnac autoritaire qui sera renversé en 1418 par les partisans bourguignons dans un déchaînement de violence paroxystique. La coalition anglo-bourguignonne aura pour résultat la mainmise anglaise sur la cité à partir de 1420, qui se prolongera jusqu’en 1436, date de l’entrée de Charles VII dans sa capitale.

7Des concepts tels qu’opinion publique, rumeur et propagande, qui peuvent au premier abord apparaître comme producteurs d’anachronismes, permettent d’identifier dans cette source des indices d’une utilisation de l’information liée aux questions de pouvoir et de régulation sociale. Les informations qui parcourent l’intérieur de l’espace parisien constituent une forme particulière mais décisive de circulation, si l’on considère l’importance de leur rôle dans le modelage des perceptions du monde intérieur et extérieur. L’étude des différents types d’informations, de leurs modes de transmission, de leur impact et de leur contrôle plus ou moins maîtrisé par les élites permet de mesurer l’importance de la dimension politique de ces phénomènes en cette période d’instabilité et d’incertitudes. Max Weber a montré en 1909, dans Économie et société, qu’une domination se fonde habituellement sur la croyance en sa légitimité. Mon attention se dirigera, à travers les écrits du Bourgeois de Paris, sur les efforts portés par les groupes dominants de la société, dans le désir d’asseoir ou de maintenir cette croyance, pour contrôler l’information, en partie par le biais d’une information officielle souvent insuffisante, mais aussi par des tentatives d’instrumentalisation de la rumeur, vecteur d’information très puissant mais difficile et dangereux à maîtriser, ainsi que par l’usage de techniques de propagande qui n’apparaissent pas aussi balbutiantes que l’on aurait pu le penser.

Mésinformation

  • 9 Mon choix du terme mésinformation, mot rarement utilisé apparu au milieu du XXe siècle, constitue (...)

8La mésinformation9, terme désignant une information fausse et insuffisante, ou plutôt, ici, fausse parce qu’insuffisante, apparaît dans le Journal comme le résultat de la tentative, de la part des pouvoirs qui se succèdent, d’un contrôle des flux d’informations. Cette volonté suppose d’abord une conscience de l’importance des enjeux informationnels et donc la prise en compte d’une opinion publique. Le sentiment de la nécessité de parvenir à un monopole de la diffusion des nouvelles conduit le ou les pouvoirs, d’une part à s’efforcer d’occuper le champ informationnel en assurant tant bien que mal, en raison du contexte de troubles, une information institutionnelle, d’autre part à utiliser la non-information, le silence, pour sélectionner ce qui doit ou ne doit pas être divulgué.

  • 10 Le « peuple » est au XVe siècle une entité aux contours imprécis et ne recouvre pas la même réalit (...)
  • 11 J. B. P. (1432, 614), par exemple.

9Assimilée au temps des Lumières à l’opinion des élites, l’opinion publique a été définie à la fin du XIXe siècle comme ayant une forme sociale et une forme politique. Gabriel Tarde (1843-1904) a été le premier en France à établir cette distinction. Ce sociologue considère ainsi l’opinion comme une manifestation d’une opinion sociale commune, mais aussi comme une modalité d’expression de la volonté générale. L’apposition de ce concept d’opinion publique aux tendances collectives de pensée politique des groupes sociaux composant la société parisienne du XVe siècle constitue un recours à une catégorie inconnue à l’époque, à un concept ex post comme les a définis Reinhart Koselleck. Pour Bernard Guenée, cette démarche comparative est totalement justifiée en ce sens qu’elle permet de travailler sur une réalité qui aurait devancé les mots, en utilisant des outils de compréhension actuels pour analyser des phénomènes décrits dans les sources. On trouve dans le Journal de nombreux indices, sinon de l’existence d’une opinion publique en tant que telle – l’opinion publique a-t-elle une réalité ou est-elle un artefact, même dans nos sociétés modernes ? – du moins de la croyance en cette existence et de la prise en compte, par le Bourgeois et certains de ses contemporains, de ce phénomène qu’ils décrivaient mais qu’ils ne nommaient pas. Pour la désigner, nous verrons que les items utilisent en effet des termes flous, aussi vagues que le concept d’opinion publique lui-même : « on », « ils », « assez », « chacun », « aucuns », « le commun », « le peuple10 de Paris », « ceux de Paris », voire « la ville de Paris ». Plus précise est l’expression « la commune renommée11 », qui renvoie à la fama latine, elle-même désignant la réputation, bonne ou mauvaise, de quelqu’un ou de quelque chose.

  • 12 Ibid. (1418, 182).
  • 13 Ibid. (1419, 247).

10Plusieurs items nous renseignent d’ailleurs sur la popularité des dirigeants. En 1418, la hausse des prix est imputée au « mauvais gouvernement du prévôt de Paris et des marchands12 ». Rien d’étonnant sous la plume du Bourgeois, il s’agit d’un Armagnac. Mais il écrit en 1419, alors que Paris est tenue par les Bourguignons : « En ce point était la cité de Paris gouvernée13… » Il faut dire que le duc de Bourgogne déçoit par son manque de dynamisme et ses hésitations à s’emparer totalement du pouvoir. La perception de l’hostilité de l’opinion peut parfois provoquer des replis stratégiques précipités comme en fait l’expérience Pierre des Essarts en 1413 :

  • 14 Ibid. (1413, 59).

« Ledit prévôt […] se pouvait vanter que aucun prévôt de Paris, puis cent ans devant, n’avait eu aussi grande grâce que ledit prévôt avait […] du commun. Mais si mal se porta qu’il convint qu’il s’enfuît14. »

11Même la belle Agnès Sorel se plaint en 1448 des mauvaises manières des Parisiens à son égard :

  • 15 Ibid. (1448, 884).

« Et se nommait et se faisait nommer la belle Agnès, et pour ce que le peuple de Paris ne lui fit telle révérence comme son grand orgueil […] demandait elle dit au départir que ce n’étaient que vilains15. »

12Elle qui était populaire sur les bords de Loire est considérée à Paris comme une des causes des malheurs des temps, car elle entraîne le roi dans le péché et de la sorte déclenche l’ire divine.

  • 16 Ibid. (1418, 191).
  • 17 Ibid. (1419, 250).
  • 18 Ibid. (1436, 708).
  • 19 Ibid. (1436, 721).
  • 20 Ibid. (1431, 578).
  • 21 Ibid. (1429, 514).

13D’autres items trahissent le trouble et l’incertitude qui s’emparent de l’opinion face à certains événements. Lors des massacres de 1418, Tanguy du Chastel sauve le jeune dauphin en l’emmenant à Melun en cachette, ce « qui moult troubla la ville de Paris16 ». En 1419, « on fut moult ébahi à Paris17 » de savoir que le roi et Bourgogne étaient passés devant Paris sans y entrer. Bien plus tard, la civilité des troupes françaises lors de leur entrée à Paris en 1436 ébranle des certitudes bien ancrées. Alors qu’auparavant on leur préférait les Anglais (« Ils disaient qu’ils avaient aussi cher, ou mieux, choir ès mains des Anglais comme ès mains des Français18 »), ces derniers sont peu de temps après placés sur le même plan (« Pour certain on ne savait duquel on avait le meilleur marché, ou des Anglais ou des Français19 »). Certaines nouvelles peuvent aussi provoquer des revirements spectaculaires ou des divisions de l’opinion. Ainsi le procès de Jeanne d’Arc, qui déclenchait déjà la polémique en 1431 : « Assez avait là et ailleurs qui disaient qu’elle était martyre et pour son droit seigneur, autres disaient que non et que mal avait fait qui l’avait gardée. Ainsi disait le peuple20… » Quant au prédicateur franciscain frère Richard, adulé en juin 1429, il est honni en juillet pour avoir été vu avec les Armagnacs : « Le cordelier qui prêcha aux Innocents, qui tant assemblait de peuple à son sermon, comme devant est dit, ils le maudissaient de Dieu et de ses saints21. »

  • 22 Ibid. (1436, 695).
  • 23 Ibid. (1437, 724).

14Il faut avouer que le peuple est versatile. Après avoir, comme nous l’avons vu, beaucoup misé sur Philippe le Bon, il est en 1436 brutalement pris « d’un grand amour » pour les hommes d’armes français jusque-là assimilés à l’Antéchrist. C’est alors au tour de ceux qui ont profité de l’occupation anglaise d’être moqués et hués22. Mais l’amour passe et dès 1437, « ceux de Paris [sont] bien mal contents » des décisions royales23. Ils boudent et ne font plus de feux de joie, importants indicateurs des humeurs de l’opinion.

15Les dirigeants concurrents et successifs s’efforcent de s’arroger un monopole de l’information officielle qui se crie aux carrefours ou qui peut faire l’objet d’une publicité par voie d’affichage. Canal habituel des annonces officielles, le cri a souvent un aspect injonctif, mais sa légitimité et sa valeur peuvent parfois être mises en doute lors de son utilisation par les factions. Enfin, son absence est ressentie comme un vide, une perte de repères.

  • 24 Ibid. (1418, 229).
  • 25 Ibid. (1414, 91). L’accusation de meurtrier fait allusion à l’assassinat de Louis d’Orléans en 140 (...)

16Nul n’est censé ignorer le cri, communication institutionnelle confiée à un crieur qui déclame son message à haute voix dans les lieux publics fréquentés, et qui peut être accompagné, selon l’importance de l’information, de trompes ou de ménestrels, comme la paix criée « parmi Paris » le 19 septembre 141824. Des trêves, comme celles de Tours en 1438, une amnistie royale comme en 1418, des mesures administratives comme le transfert du Parlement et de la Chambre des comptes à Paris en 1436 peuvent faire l’objet de telles annonces. En 1414, le pouvoir armagnac divulgue aux carrefours la décision de bannissement de Jean sans Peur – qui est d’ailleurs absent, comme « faux traître » et « murdrier25 ».

  • 26 Ibid. (1413, 76).
  • 27 Ibid. (1437, 716).
  • 28 Ibid. (1439, 867). Les ribaudes sont les prostituées.
  • 29 Ibid. (1416, 148).

17Voix de l’autorité, le cri a souvent un aspect coercitif. La paix criée le dimanche 6 août 1413 s’accompagne de l’interdiction des armées privées, et que « nul ne se mêla de choses que les seigneurs fissent26 ». D’autres cris peuvent avoir des objectifs plus concrets, par exemple d’obliger les spéculateurs à utiliser leur blé (« Item, la première semaine de Carême, fut crié à son de trompe que nul boulanger ne fit plus de pain blanc, ni gâteaux, afin que les bourgeois qui avaient du blé cuisissent27 »), ou de rétablir l’ordre moral en obligeant les « ribaudes » à aller « demeurer ès bordels ordonnés, comme elles étaient au temps passé28 ». En 1416, le cri interdit de déposer son vinaigre sur le bord de sa fenêtre : « Firent crier lesdits bandés parmi Paris, que nul ne fût si hardi d’avoir […] bouteille de vin aigre à sa fenêtre qui fût sur rue, sur peine de perdre corps et biens29. » On craint les émeutes et les jets d’objets.

  • 30 Ibid. (1417, 162).
  • 31 Loc. cit.
  • 32 Ibid. (1415, 121) et (1415, 124).
  • 33 Ibid. (1413, 85).

18La nature d’instrument de pouvoir de cette information officielle attirait la convoitise des factions rivales qui tentaient de l’utiliser à leur profit, mais ces procédés avaient tendance à dévaloriser l’outil. Jean sans Peur se permet par exemple en 1417 d’usurper la parole officielle en faisant « partout […] crier, de par le roi, de par le dauphin et de par lui30 » de ne plus payer l’impôt. Les gouverneurs armagnacs parisiens organisent en riposte une campagne de prêches où ils l’accusent de vouloir « être roi de France31 ». Ce type d’abus amène à douter de la légitimité et de la valeur du cri. En 1415, la paix avait déjà dû être criée à plusieurs reprises, « sur peine de perdre corps et biens qui la contredirait32 », ce qui témoigne de l’usure du medium. D’après le Bourgeois, les mêmes peuvent être à l’origine de l’annonce et la transgresser, comme il le fait remarquer pour 1413 : « Faisaient crier la paix le samedi ès Halles, et [le dimanche] tout le plat pays était plein de gens d’armes de par eux33. »

  • 34 Ibid. (1432, 608).
  • 35 Ibid. (1435, 675).
  • 36 Ibid. (1435, 682).

19L’information officielle peut se trouver interrompue, ou en donner l’impression lorsqu’on est impatient de savoir. Le Bourgeois ne signale donc pas seulement les nouvelles, mais aussi leur absence, comme en 1432 où « n’était nouvelle du duc de Bourgogne34 ». Ou encore lors des négociations préliminaires au traité d’Arras de 1435, qui sont trop longues à son goût, d’autant qu’il ne trouve pas de grain à moudre : aucune indiscrétion à ce sujet ne lui parvient. Il se plaint donc deux fois en quelques jours du manque de nouvelles, semblant soupçonner une volonté de « black-out », un complot : « Item, encore était le conseil à Arras, et on n’en oyait aucunes nouvelles à Paris en celui temps35 », puis : « Item, en celui temps, n’était nulle nouvelle du conseil d’Arras, ni que s’ils fussent à deux cents lieues de Paris36. »

20Bien que son auteur fût très bavard, on retrouve en fait le silence à différents niveaux dans le Journal d’un Bourgeois de Paris. Pour commencer, il faut rappeler que la source elle-même a été censurée dès le XVe ou le XVIe siècle, certainement pour des raisons politiques. Des pages du manuscrit ont été supprimées ou grattées, notamment sur des sujets sensibles. Il y a ainsi des trous importants en 1407 et 1419, correspondant respectivement aux assassinats de Louis d’Orléans et de Jean sans Peur.

  • 37 Ibid. (1413, 62). Il signale leur enlèvement, mais non leur viol.
  • 38 Ibid. (1439, 769).

21Second niveau de silence, l’autocensure pratiquée par l’auteur, qui ne fait pas mention de ce qui pour lui ne va pas dans le bon sens : des défaites bourguignonnes, le sacre de Charles VII, ou les agissements de son camp qu’il réprouve moralement, comme le viol des dames de la reine en 141837. Le Bourgeois joue aussi sur les quantités. Alors qu’il s’étend durant plusieurs pages sur certaines victoires bourguignonnes, d’importantes batailles menées avec succès par les troupes royales sont tout juste évoquées, telle la grande victoire de Richemont à Meaux en 1439 : « Item, le dimanche suivant, rendirent les Anglais le marché de Meaux38. » Il existe donc un texte « en creux » riche d’enseignements.

  • 39 Ibid. (1413, 85) et (1417, 157).
  • 40 Ibid. (1414, 102).
  • 41 Ibid. (1415, 131) et (1417, 171).
  • 42 Ibid. (1416, 142).
  • 43 Ibid. (1436, 688).

22Un autre type de silence, mais cette fois mentionné en tant que tel dans la source, est le silence imposé par le pouvoir, l’interdiction de parler de certains sujets, qui renforce l’idée de la recherche d’un monopole de l’informationnel. Le Bourgeois en fait une spécialité des Armagnacs, puisqu’il ne signale jamais ce type d’interdit pendant les périodes de domination bourguignonne. Ce qui ne prouve pas toutefois qu’il n’en fût pas de même. La loi du silence, entre 1413 et 1418, semble particulièrement lourde à supporter et fait l’objet de nombreuses occurrences. Personne à Paris n’ose parler du duc de Bourgogne39, du siège de Soissons en 141440 ou des exactions et du comportement des hommes d’armes armagnacs41 en raison des menaces d’emprisonnement, de forte amende ou de bannissement. Même les noces sont surveillées aux frais du marié pour que nul ne parle contre le gouvernement armagnac : « En ce temps il y avait, quand on faisait noces, certains commissaires et sergents aux dépens de l’épousé, pour garder qu’homme ne murmurât de rien42. » Les occupants anglais paraissent, une vingtaine d’années plus tard, user des mêmes méthodes. Alors que l’armée de Charles VII s’apprête à prendre Paris en 1436, on oblige les Parisiens à jurer fidélité à Henri VI, et les commentaires sont interdits : « N’était nul homme qui parler en osât ni faire semblant43. »

23Le silence obligatoire touche aussi, bien entendu, un type d’informations que l’on désignerait aujourd’hui par les « renseignements ». Les traîtres qui le rompent sont châtiés de manière exemplaire :

  • 44 Ibid. (1437, 720).

« Cestui Miles enseigna plusieurs grandes caves et anciennes, touchant aux carrières, par lesquelles on devait bouter les Anglais dedans Paris, et pour ce eut-il la tête coupée, et son valet44. »

24Par contre, autre flux informationnel, la délation peut être, selon le contexte, encouragée. Pendant la période de « terreur » instaurée, d’après le Bourgeois, par les Armagnacs au pouvoir de 1413 à 1418, la ville est truffée d’espions qui détruisent le lien social en provoquant la méfiance de tous contre tous :

  • 45 Ibid. (1417, 162). Chevance signifie « biens », « richesse ».

« Et par toutes les rues de Paris il y avait espies, qui étaient résidants et demeurant à Paris, qui leurs propres voisins faisaient prendre et emprisonner ; et nul homme, après ce qu’ils étaient pris, n’en osait parler autrement, qu’il ne fût en péril de sa chevance ou de sa vie45. »

25Mais encore une fois, personne ne doit en parler.

Rumeurs

  • 46 Informel : années 1960 (sociologie), anglicisme (informal = officieux). Qui n’est pas organisé de (...)
  • 47 Underground : se dit d’un mouvement artistique, d’une presse, ici d’un mode d’information en marge (...)
  • 48 Superficie de la ville à l’intérieur de l’enceinte de Charles V.
  • 49 Froissart P., La rumeur…, op. cit.

26Et pourtant, les Parisiens ne se privent pas. La tentation du monopole de la parole est battue en brèche par une information empruntant des voies informelles46 et populaires, que l’on est tenté de qualifier d’« underground47 ». En marge des canaux officiels, et malgré la loi du silence, court une information bien plus alléchante, plus excitante, qui se pare elle aussi des oripeaux de la vérité, mais à laquelle on croit, parce qu’elle dit des choses que l’on a envie d’entendre et de répéter. La promiscuité, l’isolement du monde extérieur, la peur, la méconnaissance et le désir de temps meilleurs favorisent la floraison de rumeurs, considérées d’ailleurs comme telles bien que le terme ne fût pas employé, mais bénéficiant toujours du charme de la transgression. L’information devient un objet culturel qui se forge socialement au gré de sa circulation, qui lie entre eux les actants du récit et les acteurs de sa transmission et de sa réception. On se complaît à croire à ce bouche à oreille créateur de lien social, qui apporte un sentiment d’appartenance à un réseau, donc à un groupe, mais aussi de pouvoir et de plaisir : ceux de la révélation, du don de l’information, de l’échange. Mélanges intimes de réel et de fiction, les rumeurs peuvent naître d’événements fortuits, mal compris, dont l’importance est exagérée, d’informations partielles reconstruites dans une quête du sens. Du vrai, on passe au vraisemblable. En tant qu’interprétation d’éléments de la réalité, ainsi qu’en raison de son caractère insaisissable, l’énonciation rumorale est impossible à réfuter définitivement. Le crédit qui lui est accordé est variable, mais cela n’entrave en rien sa progression. Ce medium informationnel est suffisamment puissant pour faire parcourir rapidement la ville à un message relayé de manière exponentielle, chaque personne le répétant à plusieurs autres, par plus de cent cinquante mille habitants sur un territoire de moins de 400 hectares48. Rumeurs et représentations s’enrichissent mutuellement dans un processus interactif pour parvenir à une efficacité redoutable. Il est intéressant de préciser que la recherche sociologique récente, avec Pascal Froissart49, souligne la complexité sociale de la rumeur, et nie qu’elle ait un caractère exclusivement populaire, dans la mesure où la source des informations diffusées peut être parfois trouvée parmi les groupes dominants de la société.

  • 50 J.B.P. (1440, 792).

27La première question, face à la rumeur, est toujours celle de son degré de véracité, de la fiabilité de l’information colportée. L’attitude du Bourgeois de Paris est variable. Dans certains cas, il la prend donc pour argent comptant, comme en 1440, lorsqu’on raconte que les seigneurs français et le roi Charles VII fuient devant les Anglais, d’autant que l’information proviendrait de « rois étrangers [qui] ne mentaient mie50 ». En 1418, peut-être l’auteur feint-il d’être persuadé par les rumeurs qui servent à justifier l’effroyable massacre des Armagnacs :

  • 51 Ibid. (1418, 229).

« Les maux qu’ils avaient faits, et si était prouvé contre eux qu’ils étaient consentants de la venue du roi d’Angleterre, […] item, d’empoisonner les deux fils du roi de France, et savait-on bien que ce avait été et fait faire, et de bouter la reine de France hors de son royaume51. »

  • 52 Louis de Luxembourg.
  • 53 J.B.P. (1434, 641).

28D’autres fois, par honnêteté ou dans le souci de ne pas décrédibiliser ses écrits, il fait preuve d’un certain recul. Confronté aux rumeurs concernant l’impopulaire évêque de Thérouanne52 en 1434, il reste neutre : « Je ne sais s’il avait desservi ou non, mais Dieu le sait bien53. » Lorsqu’il le peut, il tient à confirmer ou infirmer la rumeur. En 1427, la visite des Égyptiens lui donne l’occasion de mettre en doute certains bruits qui les accusent de vols et de divination :

  • 54 Ibid. (1427, 468). Les Égyptiens sont des Tsiganes.

« Et vraiment, j’y fus trois ou quatre fois pour parler à eux, mais oncques ne m’aperçus d’un denier de perte, ni ne les vis regarder en main, mais ainsi le disait le peuple partout, tant que la nouvelle en vint à l’évêque de Paris54. »

  • 55 Ibid. (1429, 508).
  • 56 Ibid. (1436, 512).
  • 57 Ibid. (1431, 592).
  • 58 Ibid.

29Par contre, en 1429, il atteste ce qui pourrait passer pour une rumeur sans fondement, lors de la naissance de deux sœurs siamoises à Aubervilliers : « Pour vrai je les vis et les tins entre mes mains, et avaient deux têtes, quatre bras, deux cous, quatre jambes55… » Dans ces deux cas, il se pose lui-même comme témoin, comme référence. La preuve peut cependant être extérieure, provenir par exemple des autorités : en 1436, les gouverneurs anglais publient une lettre validant la rumeur d’une responsabilité du dauphin dans le meurtre de Montereau56. Mais la preuve n’a de valeur que si elle va dans le sens de la rumeur. L’histoire du pain blanc qui devient gris, en 1431, est révélatrice à cet égard. Cette « merveille » est prétexte aux interprétations les plus fantaisistes, entre miracle et « signifiance de très grand mal à venir57 ». Une explication rationnelle est donnée par des marchands de blé, mais finalement convainc peu et n’affaiblit pas la rumeur : « Advient par une herbe qui croît avec le blé souvent, qu’on nomme la roivolle, et vrai était, mais le peuple de Paris ne s’en pouvait apaiser58. »

  • 59 Ibid. (1439, 766).
  • 60 Ibid. (1438, 753).

30Cependant, dans la plupart des cas, le Bourgeois est perméable à la rumeur, surtout si elle sert ses préférences partisanes. En 1439, les Parisiens détestent Richemont, à cause des impôts levés pour financer son effort de guerre. L’auteur cite d’abord une rumeur défavorable au connétable, puis une contre-rumeur. Mais c’est la première qui finalement a ses faveurs : « Aucuns tenaient qu’ils le disaient pour le mettre en haine du roi et du commun, mais la plus saine partie le tenait pour très mauvais homme et très couard59. » Il avait d’ailleurs pris encore moins de précautions en 1438 en rapportant que Dunois, le bâtard d’Orléans, aurait joué et perdu au jeu la ville de Montargis, épisode qui ne figure dans aucune autre chronique : « Item, Montargis s’était autrefois rendue par ainsi qu’on devait donner grande finance, laquelle un grand seigneur qui la devait porter la joua aux dés. Ainsi tout était gouverné60. »

31Dans cette société parisienne qui vit en vase clos, les rumeurs façonnent l’opinion publique bien plus sûrement que les nouvelles institutionnelles. Bernard d’Armagnac en fait les frais en 1416 lorsqu’il prend la tête du parti d’Orléans :

  • 61 Ibid. (1410, 13).

« Et tout le mal qui se faisait de delà, chacun disait que ce faisait le comte d’Armagnac, tant était de malle volonté plein, […] car ledit comte était tenu pour très cruel homme et tyran et sans pitié61. »

  • 62 Ibid. (1432, 614).
  • 63 Ibid. (1440, 790).
  • 64 Ibid. (1440, 789).

32Dans un Paris penchant clairement pour la Bourgogne, les mauvaises intentions des Armagnacs, jamais réalisées, deviennent avérées : « L’abbesse de Saint-Antoine […] avait été consentante de vouloir trahir la ville de Paris, et [les Armagnacs] devaient tout tuer sans rien épargner, comme il était commune renommée62. » Toutefois l’opinion publique peut se tromper, si elle déçoit les vues du Bourgeois. Bien qu’instrument des Armagnacs, Jeanne d’Arc a fasciné le peuple parisien, au point que lors de l’apparition d’un de ses avatars, Claude des Armoises, en 1440, « la grande erreur recommença de croire fermement que c’était la pucelle63 », dont on prétendait « que par sa sainteté elle se fût échappée du feu ». Ici, le Bourgeois dément catégoriquement et affirme qu’elle « fut bien véritablement arse et toute la cendre de son corps jetée à la rivière64 ».

  • 65 Rey A., Le grand Robert de la langue française : deuxième édition du dictionnaire alphabétique et (...)
  • 66 J.B.P. (1421, 314).
  • 67 Ibid. (1422, 370).
  • 68 Ibid. (1432, 622).
  • 69 Ibid. (1429, 510).

33En tout état de cause, la rumeur, dont une autre définition est « bruit confus que produisent un grand nombre de personnes qui protestent65 » doit être reliée au « murmure », terme qui revient avec récurrence dans les items. Avec le murmure, nous restons dans le champ sémantique du langage. C’est la parole qui diffuse et explicite les raisons du mécontentement, c’est encore la parole qui traduit la première forme de protestation. Un peuple qui murmure est perçu comme menaçant. Et, tout comme la rumeur, le murmure est souvent une réaction au cri officiel, qui annonce par exemple une dévaluation monétaire (« Item, en ce temps était un gros murmure à Paris pour le cri devantdit de la monnaie66 »), ou une décision des autorités, comme lorsque « le duc de Bedford fit porter l’épée du roi de France devant lui, comme régent, dont le peuple murmurait fort67 », déçu que Bourgogne ait été évincé. Le murmure connaît des degrés d’intensité, qui peuvent le rapprocher de la sédition : « Et quand le peuple le sut au vrai, si commencèrent à murmurer fort contre [eux], dont plusieurs furent mis en prison […] afin que le peuple ne s’émut68 », ce qui nous emmène vers un autre lien sémantique intéressant, celui qui rattache, chez le Bourgeois, la rumeur à l’émeute : « Item, le mardi devant la Saint-Jean, fut grande émeute que les Armagnacs devaient entrer cette nuit à Paris69. » Il s’agit cette fois d’une fausse nouvelle, mais celle-ci provoque un émoi, une émotion, une émeute. Nous sommes ici en présence de ce que l’on doit identifier comme une rumeur performative, puisqu’elle aboutit à un renforcement des fortifications et du guet durant les semaines suivantes.

34La théorie de la décision est une théorie de mathématiques appliquées ayant pour objet la prise de décision en univers risqué. Elle ne considère comme information que ce qui est de nature à entraîner ou modifier une décision. Dans le cas contraire, il s’agirait d’un simple bruit. L’examen des rumeurs performatives décrites dans le Journal va nous permettre de montrer que bien souvent la rumeur n’est pas simplement « un bruit qui court », ainsi que l’on aime souvent à la désigner.

  • 70 Terme utilisé notamment dans Vidal Naquet P., « Pour ouvrir le bal », Hypothèses 2000/1, p. 250-25 (...)

35La notion de rumeur performative70 recouvre un type particulier de rumeur dont l’énoncé a le pouvoir de transformer la réalité en induisant un acte. Or, un nombre relativement important des rumeurs relayées par le Bourgeois semblent satisfaire à ce critère.

  • 71 J.B.P. (1427, 468).

36Ce que l’on raconte sur les Tsiganes en 1427 a beau être exagéré selon notre auteur, cela n’empêche pas l’évêque, à qui ces nouvelles sont parvenues, de les chasser de Paris, au mépris de la charité puisqu’ils sont chrétiens71. De même, Emmerance de Calonne, l’abbesse cistercienne de Saint-Antoine, est arrêtée et jetée en prison en 1432 sur la foi de la « commune renommée » qui l’accuse de complot. Les complots constituent d’ailleurs un des thèmes préférés de ces rumeurs, sans doute à cause de leur caractère invérifiable, ou plutôt toujours attesté par la torture, à condition que la colère populaire laisse le temps de la pratiquer.

  • 72 Ibid. (1418, 201). Les écussons auraient été destinés à marquer les portes avant le massacre.
  • 73 Ibid. (1418, 222).

37Ce qui n’est pas toujours le cas, en particulier en 1418, l’année la plus effrayante du Journal. Dix à douze mille personnes y sont assassinées lors d’émeutes sanglantes qui trouvent leur point de départ ou leur justification dans des rumeurs. Alors que les troupes bourguignonnes se sont emparées en juin de la ville, mettant fin au pouvoir paranoïaque des Armagnacs, et que les opérations militaires à proprement parler sont terminées, l’« émotion du peuple » est déclenchée par une histoire de sacs destinés à noyer ceux qui ne possédaient pas d’insignes armagnacs : « Aussi ont-ils fait sacs pour nous noyer et nos femmes et nos enfants. Item, ils ont fait écussons dont ils avaient proposé de signer les huis de ceux qui devaient être tués ou non72. » En fait, il s’agissait probablement de toiles destinées à confectionner des tentes et des pavillons pour l’armée. La boucherie reprend en août, justifiée cette fois par la découverte en l’Hôtel de Bourbon d’un étendard avec un dragon jetant du feu : « Voyez ci la bannière que le roi d’Angleterre avait envoyée aux faux Armagnacs, en signifiance de la mort dont ils nous devaient faire mourir73. » Dans les deux cas, la rumeur fonde le droit à tuer sans retenue.

Propagandes

  • 74 Mot mal formé, puisque le préfixe dés- n’implique que la diminution ou l’annulation.
  • 75 Épisode de la République romaine contre les familles nobles Orsini et Colonna.

38L’impossibilité de parvenir, sinon à un monopole, du moins à un contrôle efficace de l’information mène les différentes formes de pouvoir, État, Église, factions, à s’essayer à l’instrumentalisation des peurs et des espoirs dans des buts propagandistes. En d’autres termes, la mésinformation évoquée plus haut aboutit à la désinformation74, utilisation des techniques de l’information pour induire en erreur en travestissant la réalité, en partie ou totalement. Encore une fois, l’usage du vocable propagande peut surprendre et être suspecté d’anachronisme, tant il renvoie fortement aux techniques de conditionnement mental mises au point par les régimes autoritaires ou totalitaires du XXe siècle. Le terme était effectivement inconnu au XVe siècle, puisqu’il n’apparaît qu’au XVIIe siècle dans le nom d’une « Congrégation de propagation de la foi », institution rapidement connue sous le vocable de Propaganda. Le XVIIIe siècle voit s’opérer un glissement sémantique qui en fait, à partir de la Révolution française, une action exercée sur l’opinion publique pour l’amener à adopter certaines idées politiques, certaines représentations sociales. La question de la pertinence du concept pour caractériser un phénomène du XVe siècle reçoit unanimement une réponse positive de la part de médiévistes reconnus tels Bernard Guenée, Claude Gauvard, Colette Beaune ou Séverine Fargette. On sait d’ailleurs que des techniques similaires à celles que l’on peut déceler dans le royaume de France au XVe siècle avaient déjà été utilisées dans les cités de l’Italie médiévale, notamment par Cola de Rienzo à Rome en 134775.

39Ces actions pour l’adhésion par l’opinion à certaines idées, à certaines valeurs, pour le soutien à des puissants et à des factions, ou au contraire pour leur rejet, utilisent dans le Paris du Bourgeois différents moyens d’expression, mais la parole, le verbe, en reste le support principal, celui qui est à l’origine et construit le sens. À un usage certain des images qui apparaît peu dans le Journal mais qui est attesté, s’ajoutent la pratique de la prédication, au cœur des rituels religieux, et, en ce qui concerne particulièrement Paris et d’autres villes du royaume à cette époque, l’instrumentalisation des rumeurs dont certaines élites ont pris conscience de l’influence décisive sur les comportements et parfois sur les événements. L’étude de l’exemple de la stigmatisation des chefs et des hommes d’armes armagnacs permet la mise en évidence de techniques de propagande basées sur la diffusion de stéréotypes destinés à imprégner les représentations sociales puis à justifier des décisions politiques. L’impact de ces efforts d’orientation de l’opinion trouve toutefois ses limites comme nous pourrons nous en apercevoir dans certains commentaires du Bourgeois de Paris.

40La propagande peut parfois être véhiculée par voie d’affichage. La propagande royale de Charles VII pratique ainsi en 1438 pour stigmatiser les seigneurs anglais, en placardant sur les quatre portes principales de la cité des images peintes très chargées symboliquement, avec commentaire écrit les accusant de parjure envers Tanguy du Chastel, homme de confiance du roi :

  • 76 J.B.P. (1438, 738).

« À chacune des quatre portes de Paris, […] on attacha trois pièces de toile très bien peintes de très laides histoires ; car en chacune avait peint un des grands seigneurs d’Angleterre […] pendu par les pieds à un gibet, tout armé sinon la tête, et à chacun côté un diable qui l’enchaînait, et deux corbeaux laids et hideux, qui lui arrachaient les yeux de la tête par semblant76. »

  • 77 Ibid. (1431, 591).

41Le parjure est à l’époque considéré comme un grave péché, il mène donc en Enfer, idée accentuée par la présence des diables. Il s’agit en fait de souligner l’attitude exemplaire de Charles VII lors de la prise de Paris, en laissant entendre que lui, contrairement aux Anglais, est fidèle à la parole donnée. Il s’agit aussi, plus prosaïquement, de faire accepter les taxes destinées à financer la guerre. Autre manière d’utiliser des images, mais des images vivantes cette fois, les nombreux mystères ou spectacles donnés en certaines occasions sont prétexte à faire passer certaines idées ou certaines représentations de la société. L’entrée et le sacre à Paris du jeune Henri VI en 1431 en donne un exemple. L’union des noblesses anglaise et française y est célébrée lors d’un mystère dans lequel des acteurs forment un tableau vivant où est figuré l’enfant royal entouré des seigneurs anglais et français – en fait absents de Paris77.

42Toutes les autres formes de propagande que l’on peut identifier dans le Journal sont fondées sur la parole. Le christianisme est la religion du Verbe, et c’est oralement que se diffuse l’essentiel des messages plus ou moins fortement propagandistes qui envahissent le quotidien. Tout le monde participe, comme le signale le Bourgeois en 1413 :

  • 78 Ibid. (1413, 85).

« Et même les petits enfants […] chantaient aucunes fois une chanson qu’on avait faite de lui, où on disait : “Duc de Bourgogne, Dieu te remaint à joie78.” »

  • 79 Fargette S., « Rumeurs,… », op. cit.
  • 80 J.B.P. (1418, 190). Le dauphin Charles, futur Charles VII.

43Séverine Fargette79 montre que les préférences bourguignonnes du peuple parisien au début du XVe siècle seraient le résultat d’une active propagande de cette faction depuis le début de la maladie de Charles VI (1392). Le peuple des artisans et boutiquiers est très réceptif à des idées bourguignonnes que l’on pourrait qualifier de populistes. Encore un anachronisme, certes, mais les ingrédients y sont : réduction du nombre de fonctionnaires, baisse des impôts, corruption de notables (par des envois de vin de Bourgogne !), paix à tout prix avec l’Angleterre. Les slogans démagogiques hurlés par les troupes de Jean Sans Peur lors de la prise de Paris en 1418 entrent dans ce schéma : « Notre-Dame ! La paix ! Vive le roi et le dauphin et la paix80 ! » Le thème de la paix est convoqué ici juste avant le déchaînement des massacres.

  • 81 Ibid. (1427, 473).
  • 82 Ibid. (1429, 514).

44La rumeur reste toutefois avec la prédication le médium privilégié de la propagation de contenus orientés. Pour son potentiel de prise sur la réalité, et son efficacité plus d’une fois démontrée, on cherche à utiliser la rumeur, mais sa nature même en fait un outil imprévisible voire dangereux à manier. Les techniques d’une prédication foisonnante depuis le XIIIe siècle sont par contre extrêmement bien maîtrisées. Campagnes et villes sont inondées de ce flot de paroles déversé par les ordres mendiants avec un réel succès. Ces habiles prédicateurs ont su créer un tel besoin des sermons, que leur absence crée le manque81. La visite à Paris en 1429 du franciscain frère Richard, propagandiste armagnac que nous avons rencontré à l’item 514, déplace des foules considérables, que le Bourgeois évalue pour chacun de ses neuf sermons à 5 000 ou 6 000 personnes qui vont jusqu’à dormir sur place pour être aux premières loges. Il est vrai que la puissance de ses sermons est telle que quelques semaines plus tard, il réussit, lors de la chevauchée du sacre, à faire ouvrir à Charles VII sans combat les portes de cités dévolues aux Bourguignons, Troyes par exemple : « Par son langage il faisait ainsi tourner les cités82. »

45L’association de la rumeur et de la prédication est exemplaire dans la diffusion du discours de diabolisation des guerriers armagnacs. La propagande déployée y emprunte les voies de la rumeur pour sa diffusion et sa forme reprend les techniques de répétition inlassable des mêmes mots et des mêmes thèmes qui sont une des caractéristiques de l’enseignement ecclésiastique et de la prédication. L’emploi de stéréotypes, décelé par Bernard Guenée dans La chronique du religieux de Saint-Denis, est tout aussi frappant dans le Journal d’un Bourgeois de Paris. Il s’agit de formules simples, construites avec des mots évocateurs dont la récurrence aide l’assimilation et la mémorisation, qui deviennent d’autant plus efficaces qu’elles pourront être relayées par la population elle-même. Les thèmes en évoquent la transgression par les hommes d’armes d’interdits sociaux fondamentaux liés à la reproduction (viols, enlèvements, etc.), au cannibalisme (enfants rôtis à la broche, etc.), au sacrilège (pillages d’églises, de monastères, etc.), alors que Séverine Fargette et Claude Gauvard, s’appuyant sur des sources judiciaires, sont d’accord pour relativiser les méfaits des soldats qui consistaient le plus généralement en vol de nourriture et de fourrage :

  • 83 Ibid. (1420, 276).

« Item, en ce temps étaient les Armagnacs plus acharnés à cruauté qu’oncques mais, et tuaient, pillaient, efforçaient, ardaient églises et les gens dedans, femmes grosses et enfants, bref ils faisaient tous les maux en tyrannie et en cruauté qui pussent être faits par diable ni par homme83. »

  • 84 Brigand, voleur qui agresse ses victimes, avec une dimension biblique : le bon (repenti avant sa m (...)
  • 85 Le défenseur de Jean sans Peur n’hésita pas, en 1408, à redéfinir le vocable « tyran », qui englob (...)

46Cet item est représentatif de l’usage de la stéréotypie. Le Bourgeois, tout au long de son Journal, nous raconte, en fait, soixante-trois fois, en usant d’un lexique très restreint, la même histoire de soldats armagnacs terrorisant ou plutôt martyrisant les populations. Les gens d’armes sont, le plus souvent, traités de larrons84, accusés de pillages et de rançonnements, puisque ce type d’exactions était réellement le fait de soldats non payés et amenés à vivre sur le pays. Ils sont aussi stigmatisés comme assassins, surtout après le meurtre de Montereau en 1419. Mais le dessein propagandiste apparaît clairement dans des termes comme « Sarrasins », qui les assimile aux ennemis de la Chrétienté, ou « tyrans », précisément le vocable employé par Jean Petit pour justifier l’assassinat de Louis d’Orléans sur l’ordre du duc de Bourgogne en 140785. La mise à mort du tyran est légitime puisque, outre qu’il commet le crime de lèse-majesté, il met en danger le corps social, le bien commun. Par contre, l’évocation des graves péchés constitués par les viols, de préférence de pucelles et de femmes de religion, les sacrilèges, voire dans certains moments d’extrême tension le cannibalisme, révèle la volonté de lier la représentation de l’Armagnac à celles du diable et de l’enfer, comme je le montre avec davantage de précision dans des travaux plus étendus. On identifie là ce qu’André Vauchez désigne comme « apocalypse de faction », qui joue sur les visions du monde et de la société. Le Bourgeois reproduit en fait un discours convenu, des lieux communs que l’on retrouve presque tels quels dans les remontrances des États généraux, réunis à Orléans en octobre 1439, relatives aux « désolations, maux, pilleries, meurtres, rébellions, robberies, ravissements et rançonnements qui étaient perpétrés par les gens de guerre ». Nous sommes de nouveau ici en présence de rumeurs performatives, puisque celles-ci vont servir de base à l’ordonnance royale répressive de 1439. Ces textes s’inscrivent en fait dans le cadre de la création de l’armée permanente réalisée comme on le sait par Charles VII, déjà imaginée par son grand-père Charles V. La concomitance entre les occurrences stéréotypiques, les événements et l’application de nouvelles règles constitue une preuve de la construction puis de l’instrumentalisation politique de peurs passant par une modification-déformation du système de représentations sociales.

  • 86 J.B.P. (1429, 497).
  • 87 Ibid. (1429, 502).

47L’empirisme qui préside aux manipulations propagandistes de l’opinion en rend toutefois aléatoires les résultats. Si la force du langage de frère Richard, « homme de très grande prudence, savant à oraison, semeur de bonne doctrine86 » peut le rendre persuasif au point de provoquer les pleurs de la foule87, cela ne l’empêche pas d’être chassé de Paris lorsque les gouverneurs anglo-bourguignons l’identifient comme Armagnac, et les gens de ressortir les jeux et les atours trop voyants qu’il leur avait fait brûler.

  • 88 Ibid. (1413, 68).

48Autre exemple d’échec, en 1413 la propagande cabochienne s’efforce de justifier par une accusation de complot l’exécution du prévôt Pierre des Essarts, mais le peuple pleure le long de son trajet vers l’échafaud88. De même, la propagande anglaise préparant l’entrée d’Henri VI en 1431 ne semble pas avoir convaincu tout le monde, et certainement pas un Bourgeois qui fut souvent plus complaisant :

  • 89 Ibid. (1431, 586).

« Ils lui mirent un grand ciel d’azur sur la tête, […] tout en la forme et manière qu’on fait à Notre Seigneur à la Fête-Dieu, et plus, car chacun criait : Noël ! par où il passait89. »

  • 90 Ibid. (1431, 590).

49D’une manière plus générale, la propagande anglo-bourguignonne semble ne plus fonctionner après l’entrée de Charles VII dans Paris en 1437, en raison du comportement très civil des troupes royales. Mais la propagande interdit toutefois un maintien durable du consensus, comme on peut le noter à l’examen des occurrences stéréotypiques. Enfin et pour terminer, l’utilisation de symboles et d’allégories peut aussi rendre le message inaudible, même pour les contemporains. En 1431, pour les fêtes du sacre d’Henri VI, « fut faite [dans Paris] une chasse au cerf tout vif, qui fut moult plaisante à voir90 ». Or, le cerf est l’emblème de Charles VII. Mais le Bourgeois, peu au fait de l’héraldique, ne comprend pas. Il n’est sans doute pas le seul.

*

50Le Bourgeois de Paris est-il victime, propage-t-il simplement ou est-il, par ses écrits, un agent de la diffusion des rumeurs et de la propagande ? Il est difficile d’en décider, tant l’œuvre comporte d’ambiguïtés liées à l’anonymat de son auteur et à la disparition de son intitulé. Pour autant, on peut opter pour une attitude moyenne, considérant que le Bourgeois nous offre au moins un reflet de ce type de faits sociaux, son Journal fonctionnant comme un miroir qui à la fois reçoit, relaie ou renouvelle les informations dans un processus interactif d’échanges liés aux réseaux informationnels.

  • 91 Mais ils existent, notamment dans les sources judiciaires.
  • 92 « Rumoral » est un néologisme forgé par la sociologie récente. On le trouve par exemple dans Aldri (...)
  • 93 Huizinga J., L’automne du Moyen Âge, Paris, 1975 (édition originale : Le déclin du Moyen Âge, Pari (...)

51La source constitue surtout un des rares témoignages de l’importance de l’oralité dans la société du XVe siècle. Peu nombreux sont les auteurs ou les documents91 qui ont pu nous transmettre ce qui se dit dans la rue, dans les tavernes ou aux Halles. Les chroniqueurs se préoccupent davantage de ce qu’ils considèrent comme vérité historique. Ils recueillent leurs informations auprès des grands, auprès des hérauts ou dans des textes officiels. Les sources du Bourgeois sont bien différentes. Les travaux que j’ai effectués sur son texte montrent que le poids de la rumeur publique sur ses analyses ou ses relations d’événements est tel que l’on peut se demander si le Journal ne constitue pas en soi un immense « énoncé rumoral92 », synthèse des bruits qui ont couru dans Paris en tous sens pendant la première moitié du XVe siècle. L’idée est tentante, si l’on considère que les écrits du Bourgeois ont par la suite traversé les siècles, repris régulièrement dès le XVIe siècle par les érudits, les chroniqueurs ou les historiens. Il semble que l’interprétation des événements qu’il participe à diffuser, qui n’est pas entièrement de son fait puisqu’il apparaît qu’elle émane d’une forme de propagande, a profondément et durablement marqué l’image de l’« automne du Moyen Âge93 » qui nous est parvenue. Il suffit de lancer une recherche sur l’Internet sur certains sujets comme les Halles de Paris, les désastres de la guerre de Cent Ans ou de la guerre civile, pour retrouver la signature du Bourgeois dans des sites hauts en couleurs, créés par des amateurs d’histoire qui relaient à leur tour la rumeur avec une prise de recul très variable. Le Journal investit donc, six siècles plus tard, ce nouveau medium pour nourrir le buzz, forme moderne de la rumeur. On peut ainsi mesurer la force du texte, ainsi que celle de cette propagande que l’on a un peu trop tendance à considérer comme archaïque.

Notes

1 Matz J.-M., « Rumeur publique et diffusion d’un nouveau culte à la fin du Moyen Âge : les miracles de Jean Michel, évêque d’Angers (1439, 1447) », Revue d’histoire de l’Église de France, t. LXXVII, 1991.

2 Beaune C., « La rumeur dans le Journal du Bourgeois de Paris », La circulation des nouvelles au Moyen Âge, XXIVe Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (Avignon, juin 1993), Paris, 1994, p. 191-203.

3 Gauvard C., « Rumeurs et stéréotypes à la fin du Moyen Âge », ibid., p. 156-177.

4 Froissart P., La rumeur : histoire et fantasmes, Paris, 2002.

5 Guené e B., L’opinion publique à la fin du Moyen Âge, d’après la « Chronique du Religieux de Saint-Denis », Paris, 2002.

6 Fargette S., « Rumeurs, propagande et opinion publique au temps de la guerre civile (1407-1420) », Le Moyen Âge, t. 113, 2007, p. 309-334.

7 Molin M. et Grandière M. (dir.), Le stéréotype, outil de régulations sociales, Rennes, PUR, 2003.

8 Anonyme, Journal d’un Bourgeois de Paris de 1405 à 1449, texte original et intégral présenté et commenté par Colette Beaune, Paris, Librairie générale française pour l’établissement du texte et l’appareil critique, 1990. Dans les notes de bas de pages, les abréviations suivantes sont utilisées pour les références au Journal d’un Bourgeois de Paris : J.B.P. (année, numéro d’item). Ainsi, J.B.P. (1422, 345) renvoie à l’item 345, dans le récit de l’année 1422. Les pages ne sont pas indiquées car elles varient entre l’édition d’Alexandre Tuetey et celle de Colette Beaune. Les numéros d’items sont par contre communs aux deux éditions.

9 Mon choix du terme mésinformation, mot rarement utilisé apparu au milieu du XXe siècle, constitue aussi un renvoi, avec ce préfixe mé-, aux théories de Pierre Bourdieu qui montra le rôle de la méconnaissance dans le processus de pouvoir symbolique. L’information officielle, telle qu’elle était pratiquée dans le Paris du XVe siècle, mentait souvent par omission. C’est donc bien de méconnaissance qu’il s’agit pour l’instant, et, par conséquent, de mésinformation.

10 Le « peuple » est au XVe siècle une entité aux contours imprécis et ne recouvre pas la même réalité qu’aujourd’hui. Il s’agit encore d’une notion fortement influencée par son étymologie latine : les personnes composant le peuple ne sont pas les pauvres, les marginaux, mais ceux au contraire qui composent la Cité. Il s’agit, en majorité, d’artisans et de boutiquiers parisiens relativement aisés, même si certains ont sombré dans la misère en raison de la conjoncture.

11 J. B. P. (1432, 614), par exemple.

12 Ibid. (1418, 182).

13 Ibid. (1419, 247).

14 Ibid. (1413, 59).

15 Ibid. (1448, 884).

16 Ibid. (1418, 191).

17 Ibid. (1419, 250).

18 Ibid. (1436, 708).

19 Ibid. (1436, 721).

20 Ibid. (1431, 578).

21 Ibid. (1429, 514).

22 Ibid. (1436, 695).

23 Ibid. (1437, 724).

24 Ibid. (1418, 229).

25 Ibid. (1414, 91). L’accusation de meurtrier fait allusion à l’assassinat de Louis d’Orléans en 1407.

26 Ibid. (1413, 76).

27 Ibid. (1437, 716).

28 Ibid. (1439, 867). Les ribaudes sont les prostituées.

29 Ibid. (1416, 148).

30 Ibid. (1417, 162).

31 Loc. cit.

32 Ibid. (1415, 121) et (1415, 124).

33 Ibid. (1413, 85).

34 Ibid. (1432, 608).

35 Ibid. (1435, 675).

36 Ibid. (1435, 682).

37 Ibid. (1413, 62). Il signale leur enlèvement, mais non leur viol.

38 Ibid. (1439, 769).

39 Ibid. (1413, 85) et (1417, 157).

40 Ibid. (1414, 102).

41 Ibid. (1415, 131) et (1417, 171).

42 Ibid. (1416, 142).

43 Ibid. (1436, 688).

44 Ibid. (1437, 720).

45 Ibid. (1417, 162). Chevance signifie « biens », « richesse ».

46 Informel : années 1960 (sociologie), anglicisme (informal = officieux). Qui n’est pas organisé de manière officielle et stricte. La sociologie parle de spontanéité dans la formation d’un fait social à l’intérieur d’une société qui est, elle, par définition, organisée.

47 Underground : se dit d’un mouvement artistique, d’une presse, ici d’un mode d’information en marge des circuits traditionnels.

48 Superficie de la ville à l’intérieur de l’enceinte de Charles V.

49 Froissart P., La rumeur…, op. cit.

50 J.B.P. (1440, 792).

51 Ibid. (1418, 229).

52 Louis de Luxembourg.

53 J.B.P. (1434, 641).

54 Ibid. (1427, 468). Les Égyptiens sont des Tsiganes.

55 Ibid. (1429, 508).

56 Ibid. (1436, 512).

57 Ibid. (1431, 592).

58 Ibid.

59 Ibid. (1439, 766).

60 Ibid. (1438, 753).

61 Ibid. (1410, 13).

62 Ibid. (1432, 614).

63 Ibid. (1440, 790).

64 Ibid. (1440, 789).

65 Rey A., Le grand Robert de la langue française : deuxième édition du dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française de Paul Robert, Paris, 1985.

66 J.B.P. (1421, 314).

67 Ibid. (1422, 370).

68 Ibid. (1432, 622).

69 Ibid. (1429, 510).

70 Terme utilisé notamment dans Vidal Naquet P., « Pour ouvrir le bal », Hypothèses 2000/1, p. 250-255.

71 J.B.P. (1427, 468).

72 Ibid. (1418, 201). Les écussons auraient été destinés à marquer les portes avant le massacre.

73 Ibid. (1418, 222).

74 Mot mal formé, puisque le préfixe dés- n’implique que la diminution ou l’annulation.

75 Épisode de la République romaine contre les familles nobles Orsini et Colonna.

76 J.B.P. (1438, 738).

77 Ibid. (1431, 591).

78 Ibid. (1413, 85).

79 Fargette S., « Rumeurs,… », op. cit.

80 J.B.P. (1418, 190). Le dauphin Charles, futur Charles VII.

81 Ibid. (1427, 473).

82 Ibid. (1429, 514).

83 Ibid. (1420, 276).

84 Brigand, voleur qui agresse ses victimes, avec une dimension biblique : le bon (repenti avant sa mort) et le mauvais larron sont crucifiés avec le Christ.

85 Le défenseur de Jean sans Peur n’hésita pas, en 1408, à redéfinir le vocable « tyran », qui englobe pour lui non plus seulement celui qui s’est emparé du pouvoir de façon illégitime, mais aussi celui qui en a l’intention. À ce sujet, voir Guenée B., Un meurtre, une société : l’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembre 1407, Paris, 1992.

86 J.B.P. (1429, 497).

87 Ibid. (1429, 502).

88 Ibid. (1413, 68).

89 Ibid. (1431, 586).

90 Ibid. (1431, 590).

91 Mais ils existent, notamment dans les sources judiciaires.

92 « Rumoral » est un néologisme forgé par la sociologie récente. On le trouve par exemple dans Aldrin Ph., Sociologie politique des rumeurs, Paris, 2005, où l’auteur parle de « répertoire rumoral », de « diffusion rumorale », etc.

93 Huizinga J., L’automne du Moyen Âge, Paris, 1975 (édition originale : Le déclin du Moyen Âge, Paris, 1932).

Auteur

Enseignant

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540