Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'échange

 | 
François Brizay

Vecteurs de diffusion de l'information

La diffusion des premières images de l’Égypte en Grèce

Dominique Barcat

Texte intégral

1Les relations entre les peuples de la mer Égée et les Égyptiens sont surtout célèbres pour l’Âge du Bronze. Au Nouvel-Empire, la présence d’artisans minoens en Égypte est documentée notamment par les fresques des tombes thébaines où figurent des délégations d’étrangers avec, parmi eux, des Crétois, et par les scènes de la « corrida au taureau » découvertes à Tell el-Dab’a, l’ancienne Avaris, dans le Delta. Durant la période de troubles qui caractérise la fin de l’Âge du Bronze et le début de l’Âge du Fer, c’est-à-dire d’une part la Troisième Période Intermédiaire égyptienne, et d’autre part les « Âges Obscurs » autour de la mer Égée, il semble que ces échanges aient cessé. Le fait est que, si l’on excepte de très rares exceptions, on ne trouve plus en Égypte de matériel ni d’indices qui pourraient attester la présence d’Égéens dans le pays. Pourtant, dès le XIe siècle, des communautés reprennent la voie d’un certain développement comme à Athènes, à Lefkandi en Eubée, ou bien en Crète. Après la rupture du XIIe siècle, ce sont ces sites qui livrent les premiers indices d’échanges avec l’Orient, et notamment avec Chypre. Il y eut de nombreux mouvements de migrations vers l’Asie Mineure entre le XIe et le IXe siècle. Le processus de colonisation outre-mer, quant à lui, commence au VIIIe siècle avec la fondation de colonies et de comptoirs commerciaux en Italie, en mer Noire et au Levant.

  • 1 Hérodote, II, 152.

2Pour ce qui est de l’Égypte, le premier emporion est fondé à Naucratis dans le Delta vers 630 av. J.-C. Cet événement est souvent présenté, de manière quelque peu réductrice, comme un phénomène soudain, les Égéens redécouvrant à peine la route de l’Égypte après presque cinq siècles d’oubli. L’habitude est alors, à propos de l’arrivée des « premiers Grecs en Égypte », de se référer au seul récit d’Hérodote. Dans le livre II de l’Enquête, Hérodote nous explique comment s’est déroulée la prise de pouvoir de Psammétique Ier, fondateur de la XXVIe dynastie. Psammétique qui n’était au début qu’un des douze rois régnant sur le Delta est chassé par les onze autres et relégué dans les marais. Il part alors consulter l’oracle de Bouto, lequel lui répond que « la vengeance lui viendrait de la mer quand apparaîtraient des hommes de bronze1. » Peu de temps après, des Ioniens et des Cariens portant des armures de bronze abordent par hasard sur les côtes égyptiennes. Psammétique comprend alors le sens de l’oracle, parvient à convaincre les Grecs de se battre à ses côtés, et reprend ainsi le pouvoir sur tout le pays.

  • 2 Cependant plusieurs auteurs, et non des moindres, ont déjà remis en cause ce terminus post quem : (...)
  • 3 Nous employons évidemment ce nom par convention pour désigner les « poèmes homériques » (date trad (...)

3Ce récit se rapporte aux événements ayant réellement eu lieu à partir de 664 lorsque Psammétique se proclame roi d’Égypte. Soutenu par les Assyriens et par le roi lydien Gygès, on sait qu’il a conquis l’Égypte avec l’aide de mercenaires Ioniens et Cariens qui lui ont été envoyés. On sait aussi qu’au cours du règne de Psammétique Ier les Grecs ont obtenu pour la première fois des terres pour s’installer en Égypte. On trouve de la céramique grecque à Naucratis en quantités importantes à partir des années 630-620 av. J.-C., et par la suite d’autres établissements grecs apparaissent dans le Delta au cours du VIe siècle. C’est donc le règne de Psammétique Ier qui, de l’avis le plus courant, marque les premiers échanges des Grecs avec l’Égypte2. En effet, mis à part Homère3, aucun auteur n’évoque de relations plus anciennes, et d’autre part, il n’y a que peu de céramique grecque en Égypte avant le milieu du VIIe siècle.

4Du côté de l’archéologie grecque enfin, alors que la présence de nombreux objets orientaux et égyptiens dans les tombes et dans les sanctuaires, parfois à partir du XIe siècle, laisserait volontiers entendre que des Grecs, aussi bien que des Phéniciens, pouvaient sillonner la Méditerranée d’Est en Ouest dès le IXe siècle, l’opinion commune demeure que la circulation des biens et des informations d’Égypte jusqu’en Grèce fut toujours le fait des Phéniciens et resta donc indirecte. On peut pourtant raisonnablement se demander si la totalité des éléments qui renvoient à l’Égypte dans le monde grec d’avant 664 doit être attribuée à l’intermédiaire oriental.

  • 4 Skon-Jedele N. J., “Aigyptiaca”: A catalogue of Egyptian and Egyptianizing objects excavated from (...)

5Il se trouve que les nombreux objets égyptiens et égyptisants du monde grec, du début du premier millénaire jusqu’en 525 environ, ont été répertoriés par Nancy Skon-Jedele dans une thèse déposée en 19944. Le catalogue ainsi établi fait l’objet d’un commentaire extrêmement précis et documenté pour chaque site concerné. Bien qu’il s’agisse déjà d’un travail considérable, celui-ci ne trouve tout son intérêt que dans la mesure où une lecture d’ensemble permet de tirer quelques remarques d’ordre général et de formuler quelques hypothèses historiques à leur propos. C’est pourquoi, après une présentation rapide de ces objets, nous nous intéresserons à la façon dont ils ont pu être transportés. Puis nous analyserons, dans la mesure du possible, la fonction de ces objets dans leur contexte de fouille, de manière à en déduire ce qu’ils peuvent apporter à une étude de la circulation des informations de part et d’autre de la Méditerranée.

Une vue d’ensemble sur les Aigyptiaca dans le monde grec à l’Âge du Fer

6Par le nom d’Aigyptiaca on désigne aussi bien les objets de fabrication égyptienne que les imitations qui en ont été faites, qu’elles soient grecques ou orientales. Étant donné leur nombre (plus de cinq mille), nous nous intéresserons d’abord aux ensembles d’Eubée et de Crète où se trouvent les premiers Aigyptiaca connus de l’Âge du Fer. Ces deux îles ont comme particularité d’être les premières à avoir développé des échanges importants avec le reste de la Méditerranée, avec l’Orient comme avec l’Occident. Ni l’une ni l’autre ne sont des puissances importantes à l’époque classique alors qu’elles avaient pourtant connu des développements remarquables aux époques géométrique et orientalisante.

  • 5 Skon-Jedele N. J., op. cit., 1994, no 1581, p. 1143, 1149-1150, 1220.

7En Crète comme en Eubée, les séries d’Aigyptiaca commencent et se terminent tôt dans la chronologie. On y trouve les premiers objets de ce type dès la fin du XIe et au début du Xe siècle tandis que les derniers datent de la fin VIIIe ou du début VIIe siècle. Les plus anciens de tous sont ceux de Lefkandi en Eubée. Au Protogéométrique (du milieu du XIe à la fin du IXe siècle), Lefkandi était, pour l’époque, une agglomération d’une taille considérable. Elle atteint l’apogée de son développement au IXe siècle, et les dernières tombes datent de 825 av. J.-C. Il a été trouvé une centaine d’objets égyptiens ou égyptisants sur le site. Le plus ancien est un collier de perles de faïence découvert dans une tombe de la seconde moitié du XIe siècle5. On compte beaucoup de perles de ce type dans l’espace égéen mais celles-ci sont, de toutes, les plus anciennes concernant notre période. Le collier se trouvait dans la tombe la plus riche qui ait été découverte dans ce contexte, avec une cruche syrienne ou palestinienne et un poignard chypriote. On pense que la personne inhumée était une femme, ce qui est un détail important, car d’une manière générale les objets égyptiens en contexte funéraire se trouvent, pour leur immense majorité, dans les tombes des femmes et des enfants.

  • 6 Il s’agit des tombes 6 et 11 de Fortetsa : Skon-Jedele N. J., op. cit., 1994, no 2914, 2917, 2919, (...)
  • 7 Amulette de Sekhmet : tombe 9 de Fortetsa : Skon-Jedele N. J., op. cit., 1994, no 2899, p. 1827-18 (...)
  • 8 Skon-Jedele N. J., op. cit., 1994, no 1503, p. 1156-1161, 1202-1203.
  • 9 Tombe T 22 de Lefkandi : Skon-Jedele N. J., op. cit., 1994, no 1510-1562, p. 1171-1173, 1208-1209.

8En Crète aussi les premiers Aigyptiaca sont des perles du même type découvertes, avec un anneau de faïence, dans des tombes du Xe siècle à Fortetsa près de Cnossos6. Les perles sont probablement des imitations de perles égyptiennes, fabriquées à Chypre ou au Levant. Mais l’anneau de faïence ainsi qu’une amulette de Sekhmet du IXe siècle sont peut-être de fabrication égyptienne7. À Lefkandi le premier objet véritablement égyptien date de la seconde moitié du Xe siècle (Protogéométrique récent). C’est une cruche en bronze ou œnochoè qui était déposée dans une tombe très riche avec beaucoup d’objets orientaux en or qui montrent qu’il existait des échanges avec le Proche-Orient8. En dehors des perles, on trouve surtout de petits objets de faïence : quelques amulettes et sceaux qui portent les représentations de dieux égyptiens (en particulier un collier composé de 53 amulettes de la déesse Sekhmet et une amulette d’Isis avec l’enfant Horus9), des vases miniatures, un scarabée, une situle en bronze.

9Beaucoup de ces objets ont probablement été fabriqués à Chypre ou au Levant, étant donné l’engouement des populations du Proche-Orient, et en particulier des Phéniciens, pour l’art égyptien. Ce dernier est l’objet d’importations en grande quantité et de nombreuses imitations. Malgré tout certains d’entre eux, parmi les Aigyptiaca, semblent être de fabrication égyptienne. D’une manière générale il est très fréquent qu’il reste une incertitude sur la provenance des objets (Égypte, Levant, ou production locale). Mais quelle que soit leur provenance, l’ensemble des Aigyptiaca de Lefkandi est particulièrement ancien. De plus, pour le IXe siècle, il n’existe aucun autre site où l’on ait trouvé autant d’importations orientales ou égyptiennes. L’Eubée apparaît donc comme la première région de Grèce à avoir développé des échanges avec l’Orient. En Eubée comme en Crète, le contenu des tombes de l’époque protogéométrique atteste des relations avec Chypre dès le Xe siècle voire la fin du XIe siècle. L’archéologie montre que les commerçants eubéens étaient présents en Italie à partir de la première moitié du VIIIe siècle et au Levant peut-être dès le Xe siècle. Au VIIIe siècle, il est donc presque certain que les marins eubéens traversaient la Méditerranée d’est en ouest comme les Phéniciens.

  • 10 Concernant les scarabées de Pithécusses et leur signification religieuse, voir les travaux de F. D (...)

10En Italie, deux sites eubéens, Pithécusses et Cumes, ont livré de grandes quantités de scarabées. À Pithécusses la plupart des scarabées proviennent de tombes datant de la seconde moitié du VIIIe siècle. Ils étaient placés sur la poitrine des morts et, à une exception près, il s’agissait toujours de sépultures d’enfants10. Comme c’est le cas pour tous les autres ensembles d’Aigyptiaca, les scarabées de Pithécusses sont un mélange d’originaux égyptiens et d’imitations grecques. Car à partir de la fin du VIIIe siècle et durant tout le VIIe siècle, un atelier de Rhodes fabrique des imitations d’objets égyptiens en grandes quantités. On admet généralement que les objets égyptiens d’Italie ont été apportés par les Eubéens plutôt que par les Phéniciens. On pense en revanche qu’ils proviennent du Proche-Orient plutôt que d’Égypte, au seul prétexte qu’il n’y a pas trace de Grecs sur le sol égyptien avant la seconde moitié du VIIe siècle.

11Pour ce qui est des Aigyptiaca de l’ensemble du monde égéen, quelques remarques générales peuvent être faites. Les Aigyptiaca du monde grec, en dehors de la Crète et de l’Eubée, datent pour leur très grande majorité des VIIIe, VIIe, et début VIe siècles, en sachant que c’est un phénomène qui prend fin au VIe siècle et qu’on n’en trouve plus après 525 jusqu’à l’époque hellénistique. D’une manière générale, les objets de type égyptien qu’on trouve un peu partout avant le VIIe siècle sont souvent sans valeur intrinsèque, que ce soit des imitations ou des originaux. De ce point de vue, c’est une différence importante avec les importations du Levant qui sont, au contraire, souvent fabriquées à partir d’or, d’argent ou d’ivoire. Les objets égyptiens sont le plus souvent des perles, des scarabées, des amulettes ou des figurines de faïence et on les trouve dans les tombes les plus riches avec des bijoux orientaux en matières précieuses. Cela signifie donc qu’un objet égyptien est un objet précieux en tant que tel. Il y a d’ailleurs plusieurs exemples de scarabées de faïence montés sur des supports en argent ce qui montre bien la valeur donnée au scarabée. Apparemment le caractère égyptien d’un objet suffisait à le rendre précieux et cela peut avoir plusieurs explications.

12La plupart des sites présentent des séries qui s’étendent sans rupture du VIIIe au milieu du VIe siècle. On constate des évolutions lentes mais, du point de vue de l’archéologie grecque, il n’y a aucune rupture dans laquelle on puisse voir la trace d’un changement brutal comme devrait l’être a priori l’installation des Grecs dans le Delta et l’ouverture d’un commerce régulier. Telle qu’elle est décrite par Hérodote, la rupture apparaît bien en revanche du côté de l’archéologie égyptienne. En effet, à Naucratis comme à Cyrène, on ne trouve de céramique grecque en quantités conséquentes qu’à partir des années 630-620, ce qui marque bien le moment où les installations ont été fondées.

  • 11 C’est ce qui semble ressortir des propos d’Ulysse (Odyssée, XIV, 243-286).

13Mais peut-être faut-il faire la différence entre ces deux ensembles que sont le matériel grec en Égypte et les Aigyptiaca dans le monde grec, pour l’interprétation qui peut en être faite. En effet, tandis qu’elle pouvait paraître aux Grecs comme un Eldorado11, il ne semble pas que l’Égypte de la Troisième Période Intermédiaire ait développé un intérêt particulier pour l’art égéen comme ce fut le cas sous la XVIIIe dynastie. Il est donc évident que, faute d’intérêt des Égyptiens pour les fabrications grecques, on ne trouve ces objets en Égypte en quantités conséquentes qu’à partir du moment où les Grecs s’installent de façon assez durable pour apporter leur matériel, principalement pour leur usage ou pour transporter des denrées périssables. Nous consacrerons donc notre second développement à expliquer dans quelles conditions pouvaient avoir lieu les contacts entre Grecs et Égyptiens avant la fin du VIIe siècle, et montrer pourquoi il est tout à fait imaginable que ces premiers échanges n’aient pas laissé de traces archéologiques.

Le règne de Psammétique Ier : une césure historiographique

14Pour aborder cette question revenons-en aux textes pour voir ce que les Grecs eux-mêmes écrivaient sur la façon dont s’étaient nouées leurs premières relations avec les Égyptiens. Commençons par ce que nous dit Hérodote :

  • 12 Hérodote, II, 154.

« Aux Ioniens et aux Cariens qui lui avaient prêté leur concours, Psammétique donna pour y habiter des terrains qui se font face, le Nil passant au milieu, terrains qui furent appelés les Stratopeda. Il leur donna ces terrains et s’acquitta de toutes les promesses qu’il avait faites. Il leur confia aussi, pour être instruits dans la langue grecque, de jeunes Égyptiens ; et c’est de ces jeunes gens, qui apprirent la langue, que descendent les interprètes existant aujourd’hui en Égypte12… »

15Un peu plus loin :

  • 13 Ibid.

« C’est par suite de leur établissement en Égypte, et grâce aux relations que nous avons avec eux, que nous savons exactement (atrekeôs) en Grèce, à partir du règne de Psammétique, tout ce qui se passe depuis dans ce pays : car ils sont les premiers hommes de langue étrangère qui s’y sont établis13. »

16Hérodote nous explique donc comment, à partir du règne de Psammétique, il a été créé un corps de traducteurs égyptiens qui ont appris le grec auprès des mercenaires établis dans le pays. Il a fallu que des Grecs s’établissent durablement pour que des interprètes soient formés et que l’on sache exactement ce qui se passe en Égypte, « exactement » étant une des traductions du mot atrekeôs qui peut aussi se traduire par « franchement », « sans détour » ou « précisément ». Comme on le voit à travers ces extraits, Hérodote ne dit nullement que les Grecs n’allaient pas en Égypte avant le règne de Psammétique (c’est-à-dire avant 664 selon notre chronologie), mais il souligne simplement qu’avant cette date ils ne s’y étaient pas installés durablement, qu’il n’y avait pas encore de traducteurs, et que donc les Grecs n’avaient pas une connaissance précise de ce qui se passait alors en Égypte.

17La césure qui a lieu à cette époque est donc avant tout une césure historiographique et un changement dans le mode de circulation de l’information. À partir du moment où il existe des interprètes, l’histoire égyptienne est écrite en collaboration par les Grecs et par les Égyptiens. Pour la période qui précède, Hérodote ne fait que rapporter ce que lui racontent les Égyptiens sans avoir les moyens de le vérifier, les Grecs d’alors n’ayant pas été en mesure de rapporter ces événements sous la forme d’un récit historique. Ce n’est donc qu’à partir de cet épisode que l’Histoire égyptienne entre en concordance avec l’Histoire des Grecs et tout ce qui précède relève, pour Hérodote, de l’Âge des Héros et donc du mythe.

  • 14 Odyssée, XIV, 243-286, XVII, 424-444.

18Avant Psammétique Ier, cette période n’appartenant pas à l’Histoire, les voyages en Égypte sont ceux contés par Homère. Dans l’Odyssée se trouvent deux passages dans lesquels il est question du voyage d’un Grec en Égypte. L’un d’eux est le récit mensonger d’Ulysse : en arrivant à Ithaque, Ulysse dissimule son identité et se fait passer pour un mendiant crétois14. Il imagine alors tout un long récit dans lequel il prétend être un ancien pirate crétois. Cette histoire est particulièrement intéressante parce qu’elle est un mensonge et qu’il faut que l’auditeur puisse y croire. Cet épisode ne comporte aucun aspect fantastique. Ce sont des aventures qui relèvent plus de l’anecdote que du mythe et dont le contexte semble correspondre à ce que l’on sait du monde grec et méditerranéen, à l’époque d’Homère, c’est-à-dire autour de 700 av. J.-C.

  • 15 Ibid., XIV, 285-386.

19Dans ce récit, Ulysse raconte comment il a préparé une expédition en Égypte avec neuf bateaux, y parvenant très facilement, poussé par les vents, en seulement cinq jours. Le voyage n’est pas présenté comme dangereux : l’Égypte est surtout la destination idéale pour s’enrichir. Arrivés en Égypte les membres de l’équipage se ruent pour piller la campagne mais ils sont très vite réprimés par les troupes du roi (basileus). Le Pseudo-Crétois demande grâce au souverain et celui-ci la lui accorde. Il conclut : « Je restai là sept ans et j’amassai beaucoup de richesses parmi les Égyptiens : tous me donnaient15. » Les auditeurs qui écoutaient l’aède conter l’Odyssée devaient savoir, en entendant ce passage, que l’Égypte est un pays où les étrangers peuvent s’enrichir grâce au pharaon. Ils apprenaient, par la suite du récit, qu’on pouvait y rencontrer des hommes de différentes origines, comme des Crétois, des Phéniciens ou des Chypriotes.

20Le centre névralgique de tous ces trajets est la Crète, les navires sillonnant la Méditerranée entre le Levant, la Libye et l’Égypte. Le tableau qui nous est fait des périples en Méditerranée à travers ce récit montre des navigations inter-croisées ; la circulation de l’information entre le monde grec et l’Égypte n’a aucune raison d’être réduite à « l’intermédiaire phénicien ». Si on considère que le contexte du récit correspond à la date de composition du poème, c’est-à-dire vers 700 ou un peu après, on constate que le contexte est immédiatement antérieur aux « Hommes de Bronze » d’Hérodote. D’une certaine manière, la principale différence entre le Pseudo-Crétois et les Hommes de Bronze est que les Hommes de Bronze sont restés plus de sept ans en Égypte.

  • 16 Arnaud P., Les routes de la navigation antique. Itinéraires en Méditerranée, Paris, 2005.

21Pour ce qui est des conditions de navigation pour se rendre en Égypte, on peut remarquer que les facteurs les plus importants sont les vents du nord, dominants en été, c’est-à-dire à la saison de la navigation16. En outre, le long des côtes africaines, les vents d’ouest et les courants poussent les marins vers l’est (fig. 1). Il était donc généralement plus facile de naviguer vers le sud, jusqu’en Égypte ou en Libye, alors que pour revenir il était beaucoup plus simple de partir vers l’est et de remonter en suivant les côtes du Levant.

Fig. 1. – Vents (coins) et courants (flèches) dominants en Méditerranée.
Source : Höckman O., Antike Seefahrt, Munich, 1985.

22Revenons-en alors aux Aigyptiaca et à ce qu’ils semblent montrer des voies de communication en Méditerranée au début du premier millénaire. Tout un faisceau d’indices suggère que leur circulation jusqu’en Grèce se faisait en grande partie par l’Orient, à commencer par le fait qu’on les trouve, en général, mêlés à des importations du Levant ou de Chypre. Tout montre donc que le matériel égyptien était importé par l’est plutôt que directement par le sud.

23Ce constat est, le plus souvent, interprété comme la preuve que les échanges avec l’Égypte étaient indirects et qu’ils se faisaient par l’Orient et par l’intermédiaire des Phéniciens. Mais comme le retour d’Égypte jusqu’en Grèce devait presque toujours comprendre un passage par le Levant, la répartition des Aigyptiaca peut tout à fait être le résultat de navigations qui se feraient comme un tour du bassin oriental de la Méditerranée dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Si les Grecs voulaient se rendre rapidement en Égypte, ils avaient tout intérêt à traverser directement la Méditerranée plutôt que de longer les côtes à l’aller, puis revenir par le Levant. Si l’on s’en tient à cette idée, le lien que les objets égyptiens ont avec les objets orientaux dans les sites grecs ne suppose plus forcément que les Phéniciens aient été des intermédiaires dans leur circulation.

  • 17 Carrez-Maratray J.-Y., « Réflexions sur l’accès des Grecs au littoral égyptien aux époques saïtes (...)
  • 18 Vandersleyen C., Ouadj our. Un autre aspect de la vallée du Nil, Connaissance de l’Égypte ancienne (...)

24À partir de là, on aimerait en savoir un peu plus sur la manière dont avaient lieu les échanges entre les Égyptiens et les étrangers qui, comme le Crétois d’Homère, restent quelque temps en Égypte, avant les premières installations durables. Pour cela, il est intéressant de s’arrêter sur le vocabulaire et d’abord sur la façon dont les Égyptiens perçoivent et nomment les étrangers qui viennent de la mer. Ces étrangers sont souvent désignés par le terme de Haou-Nébout qui signifie « ceux qui sont au-delà des cuvettes », c’est-à-dire, ceux qui habitent entre les lagunes du littoral et la mer17. Les Égyptiens, en effet, font la distinction entre les habitants de l’intérieur des terres et ceux des marais. La région des marais est appelée « le grand vert » et se situe entre les lagunes et la côte18. C’est une zone basse caractérisée par des marais verdoyants et des étendues d’eau. C’est aussi une marge où se réfugient les clandestins. Les Haou-Nebout qui se trouvent dans cette zone sont des étrangers établis là pour une durée plus ou moins longue. Pour les Égyptiens, ils restent des ennemis potentiels qui doivent être surveillés. À partir du règne de Psammétique Ier et sans doute déjà avant, les Haou-Nebout étaient, entre autres, des Grecs.

25Depuis l’époque ramesside, cependant, il est devenu courant d’employer dans l’armée ceux qui acceptaient de se soumettre au pharaon, ce qui là encore, fait penser au récit du Pseudo-Crétois. Il faut d’ailleurs préciser que l’espace correspondant au littoral dans l’Antiquité est aujourd’hui sous la mer, en raison de la subsidence qui s’est accentuée à compter du VIIe siècle apr. J.-C. S’il reste aujourd’hui quelques traces ou vestiges témoignant du passage de Grecs dans ces régions, ils se trouvent sous l’eau, et les chercher suppose des fouilles sous-marines comme celles qui ont été réalisées ces dernières années par Frank Goddio devant les côtes d’Aboukir et d’Alexandrie.

26Même dans des conditions difficiles, on peut penser qu’il y a eu des échanges entre Grecs et Égyptiens avant 664, et qu’il a existé également une circulation d’informations, même ténue d’une rive à l’autre de la Méditerranée. Il y a en effet un certain nombre d’indices dans le monde grec des époques géométriques et orientalisantes qui font penser que des communications ont eu lieu entre les deux cultures.

L’objet égyptien dans l’espace égéen au début du premier millénaire av. J.-C.

27Examinons maintenant les données en notre possession dans lesquelles il serait possible de retrouver la trace éventuelle de premiers échanges d’informations entre l’Égypte et la Grèce avant la fin du VIIe siècle. Il s’agit pour une part des influences artistiques et, d’autre part, de l’utilisation qui est faite des Aigyptiaca dans le contexte hellénique.

  • 19 Guralnick E., « Proportions of Kouroi », AJA, 82, 1978, p. 461-472. Ead., op. cit., 1981. Ead., «  (...)
  • 20 Athens National Museum, no 1, figure 25-28.

28Pour ce qui est de l’art grec archaïque, le lien avec l’Égypte le plus connu et le plus reconnu est celui de la statuaire monumentale en pierre, et en particulier les kouroi. Kouros signifie « jeune homme » et les kouroi sont ces sculptures en ronde-bosse représentant de jeunes hommes imberbes, une jambe légèrement avancée et les bras le long du corps, comme dans la statuaire égyptienne. Ils apparaissent en Grèce à partir de la fin du VIIe siècle av. J.-C. Il a été repéré depuis longtemps que ce modèle dérivait de l’adaptation des sculptures monumentales égyptiennes. Le pendant féminin des kouroi, les korai, apparaît un peu plus tôt dans la chronologie. Les premières korai datent du milieu du VIIe siècle. Elles sont issues de l’art dédalique qui est un style propre à la Crète et clairement orientalisant. Pourtant, dans les années 1980, les travaux d’E. Guralnick ont révélé qu’un certain nombre des kouroi et des korai archaïques étaient sculptés en suivant un des deux systèmes de proportions égyptiens qu’on appelle « second canon19 ». Ces grilles de proportions utilisées par les artistes égyptiens s’appliquent aussi bien aux peintures murales qu’aux reliefs et aux sculptures en ronde-bosse. Les études statistiques menées sur les kouroi ont montré avec certitude que les Grecs de l’époque archaïque connaissaient ce canon de proportions, et qu’à la même époque certains sculpteurs avaient décidé de le suivre et d’autres pas. Comme l’usage d’une grille de proportions suppose un système complexe de calcul, il s’agit d’une technique qui ne peut qu’avoir été apprise directement auprès des Égyptiens. Les mêmes recherches ont été faites sur les korai et les résultats ont été plus surprenants parce qu’ils ont montré que certaines, et en particulier la plus ancienne de toutes, la célèbre korè de Samos dédicacée par Nikandre20, suivaient presque exactement le second canon qui est pourtant un canon masculin en Égypte. Cela change la compréhension que l’on pouvait avoir de l’origine des techniques de la sculpture grecque. Eleanor Guralnick en conclut:

  • 21 Guralnick E., op. cit, 1981, p. 280.

« Her similarity to the Egyptian canonic proportions suggests that at least some Greeks were in contact with Egypt very early in the reign of Psammetichus I, ca. 663-609 BC. In fact, most recent scholarship would place the beginning of routing trade between Greece and Egypt still earlier, during Dynasty XXV. If we consider the full range of evidence for an Egyptian contribution to Greek Orientalizing art and for direct trade represented by the thousands of Egyptian imports and Egyptianizing imitations which appear in Greece from the eighth century B. C. onwards, then we will be less surprised to see an Egyptian contribution to early Greek sculpture21. »

  • 22 Rizza G., Santa Maria Scrinari V., Il sanctuario sull’acropoli di Gortina, vol. 1, Monografie dell (...)

29Parallèlement, et à la même époque, les premiers temples de pierre apparaissent dans les sanctuaires grecs. Parmi ces premiers temples, trois, tous situés en Crète, ont fait l’objet d’études privilégiant l’hypothèse selon laquelle ils comporteraient des traits dérivés de l’observation de temples égyptiens22. Ces temples se trouvent dans trois cités relativement proches, Arkadès, Gortyne et Prinias, toutes situées au centre de la Crète. Pour deux de ces sites, Arkadès et Gortyne, des Aigyptiaca y ont été retrouvés.

  • 23 Boardman J., op. cit., 1995, p. 174.
  • 24 Skon-Jedele N. J., op. cit., 1994, p. 1725-1738. Rizza G. et Santa Maria Scrinari V., op. cit., 19 (...)

30C’est dans le cas d’Arkadès que le lien avec l’Égypte est le plus certain puisqu’on a trouvé un chapiteau en palmier datant du milieu du VIIe siècle23. Il s’agit d’une pièce qui est directement copiée de modèles égyptiens et c’est le seul chapiteau de ce type connu qui soit aussi ancien. On en connaît d’autres en Grèce, mais ils datent tous du VIe siècle. À Gortyne et à Prinias, ce sont les configurations mêmes des temples qui relèveraient, selon G. Rizza et L. V. Watrous, de l’observation de certains temples égyptiens. Le temple de Gortyne, dont la construction date vraisemblablement de la seconde moitié du VIIe siècle, possède un plan unique dans le monde grec. La cella divisée en six chambres ainsi que les dimensions du temple sont des éléments communs avec le petit temple de Médinet-Habou construit à Thèbes par Hatchepsout et Touthmôsis III. Il s’agit d’un modèle architectural régulièrement utilisé en Égypte pour d’autres temples depuis le Nouvel-Empire, notamment dans le Delta24.

Fig. 2. – Gortyne, sanctuaire de l’Acropole. Apollon entre Léto et Artémis. Relief architectural. VIIe siècle. Héracleion, MA 379.
Source : Rolley C., La sculpture grecque, Paris, 1994.

  • 25 Price T. H., « Double and Multiple Representations in Greek Art and Religious Thought », JHS, 91, (...)

31Sur le temple de Gortyne se trouvait un relief architectural, de style dédalique, représentant un homme entouré de deux femmes qui lui tiennent la main (fig. 2). Le relief représente vraisemblablement la triade apollinienne formée par Apollon, sa mère Léto, et sa sœur, Artémis. Cette triade est particulièrement populaire en Crète à l’époque dédalique. Certains éléments caractéristiques du style dédalique, et en particulier la forme triangulaire de la coiffure à étages, font penser à des figures égyptiennes. Mais c’est surtout l’image de la triade elle-même et la façon dont elle est représentée dans l’art dédalique qui permet des rapprochements avec les représentations égyptiennes. Ainsi, T. H. Price compare la triade apollinienne telle qu’elle apparaît sur une ceinture provenant de Fortetsa avec une amulette égyptienne représentant Horus entouré d’Isis et Nephtys (fig. 3 et 4)25. Les deux déesses remplissent le rôle de figures tutélaires protégeant l’enfant Horus des atteintes de Seth. Si l’on compare avec le relief de Gortyne, on peut voir que Léto et Artémis portent le pôlos, un mortier droit qui ressemble aux coiffes égyptiennes de l’amulette. Sur la ceinture, Apollon est, pour sa part, coiffé (ou casqué) d’une manière qui évoque la mèche de cheveux que porte Horus sur l’amulette. Cette mèche, dans l’art égyptien, est la marque de l’enfance de la même façon que, dans l’art grec archaïque, les cheveux longs d’Apollon sont la marque de sa jeunesse.

  • 26 Watrous L. V., o p. cit., 1998 ; Prent M., Sanctuaries and cults, Leyde, 2005, p. 254-259, 267-273
  • 27 Watrous L. V., op. cit., 1998, p. 75-79.

32Le temple de Gortyne comme le temple A de Prinias semblent, d’après les éléments iconographiques et le mobilier retrouvés, avoir été consacrés aux rites d’initiation des jeunes26. Le temple A de Prinias, dont la construction date également de la seconde moitié du VIIe siècle, est le premier temple connu où la sculpture tienne une place aussi importante (fig. 5). L. V. Watrous remarque à ce sujet un certain nombre de parallèles avec le mastaba de Tjetou à Giza construit sous la VIe dynastie27. On y trouve une frise, les deux déesses assises sur le linteau, et des montants de la porte en relief, comme sur le temple A de Prinias. Il faut bien préciser qu’il ne s’agit pas d’une tentative de copier des éléments d’architecture égyptienne mais d’un processus d’inspiration par l’emprunt de certains traits de monuments étrangers et leur réutilisation dans un contexte religieux hellénique. L. V. Watrous identifie sur la façade du temple de Prinias un mélange d’éléments crétois (les cavaliers), orientaux (les sculptures sur orthostates), et égyptiens (les déesses assises, les mains posées sur les genoux). Sous la frise, le linteau de la porte était décoré sur sa face extérieure par six lions et par deux déesses debout que l’on voit si l’on regarde le linteau par en dessous. Ces deux déesses en bas-relief sont de style dédalique tout comme les deux déesses sculptées en ronde-bosse qui étaient placées sur le linteau. La plupart des auteurs s’accordent pour dire qu’il s’agit de représentations de la Potnia therôn, la Maîtresse des fauves, qui est un des aspects d’Artémis, et que le temple lui est donc probablement dédié. Les reliefs sculptés de la façade et les objets qui étaient déposés autour du temple A montrent que le sanctuaire était consacré aux cultes relatifs à l’initiation des jeunes, filles et garçons.

Fig. 3. – Fortetsa : revêtement de ceinture. Bronze repoussé. Temple abritant un dieu encadré par deux déesses. VIIIe siècle. Héracleion, MA.
Source : Brock J. K., Fortetsa, Cambridge University Press, 1957, n. 1568 et 1569.

Fig. 4. – Isis-Horus-Nephtys. Amulette égyptienne d’époque saïte.
Source: Cleveland Museum of Art, James Parmelee Collection, inv. no 400.624, XXVIth Dynasty or later, Room 11, Case 6.

Fig.5. – Proposition de restitution de la façade du temple A de Prinias par L. V. Watrous.
Source : Watrous L. V., op. cit., 1998, p. 77.

  • 28 Hérodote, II, 156 (« En langue égyptienne, Apollon s’appelle Horus, Déméter Isis, Artémis Boubasti (...)

33Artémis a alors principalement deux aspects : d’une part, elle est associée à Ilithye quand elle protège les femmes qui accouchent, et d’autre part elle est courotrophe (kourothrophos), puisqu’elle accompagne les enfants jusqu’à leur majorité, c’est-à-dire jusqu’au mariage pour les filles et jusqu’à leur entrée dans le corps civique pour les garçons. Pour ces derniers, le dieu invoqué peut aussi bien être Apollon, le frère jumeau d’Artémis, qui est la représentation idéale de l’éphèbe. Artémis est à la fois la protectrice de la maternité et l’éducatrice des futurs guerriers, la préparation au combat se faisant notamment par la chasse. D’après le livre II d’Hérodote on sait que, pour les Grecs, Artémis était la déesse égyptienne Boubastis (Bastet) et qu’Apollon était Horus28. Mais la question est de déterminer à partir de quel moment les Grecs ont eu une assez bonne connaissance de la culture égyptienne pour être en mesure de faire ces rapprochements.

34Revenons alors aux Aigyptiaca et à leurs contextes de découverte. Même s’il s’agit d’un ensemble assez disparate, il permet cependant de faire quelques remarques d’ordre général qui ne sont pas sans importance pour notre questionnement.

  • 29 Sur la Lointaine et les « déesses lions », voir Vernus P. et Yoyotte J., Bestiaire des Pharaons, P (...)

35Parmi ces Aigyptiaca, qu’ils soient des originaux ou des imitations, on remarque que les divinités les plus représentées et les plus imitées sont Bès et les dieux de la triade memphite, c’est-à-dire Sekhmet, Nefertoum et Ptah, avec cependant une présence beaucoup plus importante de Sekhmet et de Nefertoum que de Ptah. Bès est le dieu-nain dont la fonction est de favoriser la fertilité, de protéger les femmes en couche et les nourrissons. Sekhmet, déesse à tête de lion, est une des formes de la Lointaine, la fille de Ré29. Elle représente les forces violentes et destructrices qui doivent être retournées contre les ennemis de l’Égypte pour protéger le pays. Elle peut-être pacifiée et prendre la forme d’une chatte et le nom de Bastet, qui protège le foyer. À Memphis, Sekhmet est aussi la mère de Nefertoum, qui est une figure du dieu enfant, comme Horus, Harpocrate ou Khonsou. Il est celui qui est destiné à grandir et à vaincre, comme le fait Horus, et comme le fait en principe, le Pharaon.

36Pour ce qui est de savoir si les Grecs avaient une claire compréhension de ce que représentaient les objets qu’ils possédaient, il faut voir si leur présence prend ou non un sens dans le contexte archéologique de leur découverte. À ce propos, je citerai N. Skon-Jedele dans une remarque qui intervient en note à propos de la grotte d’Ilithye à Inatos en Crète :

  • 30 Skon-Jedele N. J., op. cit., 1994, p. 1782 note 16. Günter Hölbl a publié depuis lors un article r (...)

« I have long suspected that the dedication of Aigyptiaca at Greek sanctuaries in general, be the genuine imports or Egyptianizing East Greek works, was closely linked to the desire to give birth safely and to protect young life at a time of exceedingly high infant mortality. Further, it is presumably no accident that Aigyptiaca are particularly prevalent in graves of the very young. At yet, however, De Salvia is the only scholar to have published such views, and with rather extreme emphasis on the magical aspect30. »

  • 31 De Salvia F., art. cit.

37Le lien entre les Aigyptiaca et la magie est un aspect qui a été souligné à plusieurs reprises31. On connaît la fonction apotropaïque qui est celle du scarabée en Égypte. Or les contextes dans lesquels ces scarabées ont été trouvés un peu partout dans le monde grec montrent que cette fonction protectrice s’exerçait tout particulièrement dans les domaines de la fertilité et de la procréation. Rien n’indique, par exemple, que des hommes aient porté des scarabées sur eux pour se rendre au combat. C’est donc que les scarabées, pour les Grecs, avaient une fonction protectrice pour tout ce qui touchait à la perpétuation de la vie. Or c’est précisément le sens qui est celui du scarabée en Égypte où il garantit une vie durable et heureuse ainsi que son renouvellement.

  • 32 Odyssée, IV, 219-232.
  • 33 Skon-Jedele N. J., op. cit., 1994, p. 314-315, 436-438.

38On sait d’autre part que la magie tout comme la médecine égyptienne fascinait les autres peuples de la Méditerranée, et en particulier les Égéens depuis l’Âge du Bronze. Ainsi, dans l’Odyssée, Hélène, qui est passée par l’Égypte avec Ménélas au retour de Troie, s’est fait offrir par Polydamna, « femme de Thôn », une drogue qui guérit de la tristesse32. Si N. Skon-Jedele avance l’hypothèse que les dédicaces d’Aigyptiaca dans le monde grec ont pu avoir un lien étroit avec les cultes se rapportant à la maternité, c’est que ces objets se trouvent régulièrement dans un tel contexte. On peut citer les exemples les plus frappants. Le miroir de Pérachora (fig. 6), tout d’abord, qui est un miroir de bronze authentiquement égyptien datant de la première moitié du VIIe siècle, trouvé dans le sanctuaire d’Héra Limenia (Héra du port) à Pérachora. Il a vraisemblablement été fabriqué à Memphis sous la XXVe dynastie éthiopienne. En bas de la scène gravée, le texte hiéroglyphique dit : « Fait pour Mout, Maîtresse des dieux qui a donné vie, prospérité et santé à Une telle, fille d’Une telle33. » Le miroir était donc dédié à Mout, qui est un autre aspect de la Lointaine et qui est identifiée à Héra par les Grecs. Or un autre miroir du même type, également dédié à Mout, a été découvert dans l’Héraion de Samos. Sa fabrication, un peu plus tardive, est datée des alentours de 630. Le dessin gravé est à peu près le même et le texte est équivalent, les anthroponymes mis à part. Comme les deux miroirs ont été déposés dans deux temples d’Héra, cela sous-entend fortement que les fidèles qui les ont offerts à la déesse faisaient déjà le lien entre Héra et Mout. En dehors des scarabées, les autres offrandes égyptiennes de Pérachora présentent pour la plupart un caractère féminin et elles seraient aussi bien appropriées au culte de Mout. Il y a notamment beaucoup de figurines de Bès, et trois figurines de chats. Parmi les scarabées également, une proportion inhabituelle porte au dos le dessin d’un chat. Or en Égypte les figurines de chats étaient des objets pouvant tout à fait servir de dédicaces à Mout. On connaît aussi un scarabée portant le dessin d’un œil oudjat, qui est l’emblème de la Lointaine. D’autre part cinq scarabées portent la représentation du sistre qui est aussi un des attributs principaux des déesses lointaines. Une large proportion des objets égyptiens de Pérachora serait donc appropriée au culte de Mout.

Fig. 6. – Miroir égyptien en bronze de Pérachora, fin VIIIesiècle. Musée national d’Athènes.
Source : Boardman J., op. cit., 1995.

39À Inatos, il existait une grotte d’Ilithye, cette déesse d’origine mycénienne qui faisait fonction de sage-femme (c’est elle en particulier qui aide Léto à mettre au monde Apollon). Une grande partie des objets qui y furent déposés font référence à la conception et à l’enfantement. Parmi les objets grecs, on compte des figurines qui représentent des couples s’embrassant, des femmes enceintes ou accouchant, un enfant dans son berceau. On trouve aussi des bijoux féminins et des épingles à cheveux. Ajoutons une importante quantité d’Aigyptiaca (quatre-vingt-huit) qui dateraient de la première moitié du VIIe siècle. Tous ou presque auraient été, en Égypte, des offrandes appropriées à un culte comme celui de Bastet, qui renvoie au thème de la maternité. On y trouve des représentations de Bès, Nefertoum, Sekhmet, Isis et Horus, des amulettes de chats, de lions, de singes et de faucons, ainsi que des scarabées. Tous ces objets renvoient soit à la déesse mère soit au dieu enfant, soit à l’idée de fécondité. Le fait que l’ensemble des objets égyptiens présente une telle cohérence et s’accorde parfaitement avec le sens des offrandes grecques suppose que les Aigyptiaca n’avaient pas été choisis au hasard par les Grecs et que leur signification s’était transmise jusqu’à ceux qui les ont déposés. De plus, dans le cas du culte d’Ilithye, il y a de fortes chances pour que les dédicants soient surtout des femmes, plutôt que des marins ou des gens de passage. C’est donc que le sens des Aigyptiaca avait été transmis des voyageurs aux autochtones.

40Comme les objets égyptiens et leurs imitations se trouvent souvent dans les sanctuaires de divinités féminines et que, d’autre part, les tombes qui en contiennent ne sont presque jamais des tombes d’hommes (sauf deux exemples, un à Athènes et un à Lefkandi), on en a conclu assez logiquement que les Aigyptiaca, pour les Grecs, relevaient exclusivement du domaine des femmes. Il existe pourtant plusieurs exemples de sanctuaires dédiés à des dieux masculins qui ont livré des Aigyptiaca. Ainsi ceux de Poséidon à Sounion, de Zeus en Crète. Mais les plus nombreux sont ceux d’Apollon à Corinthe, Égine, Chios, Délos et Érétrie. De plus, dans certains de ses sanctuaires, Artémis semble être honorée pour ses fonctions dans l’éducation des jeunes plutôt qu’en tant que protectrice des accouchements. Apollon, quant à lui, représente l’éphèbe, c’est-à-dire le jeune qui n’est plus sous l’autorité de sa mère mais n’est encore qu’au seuil de l’âge adulte et de son entrée dans le corps politique. À Sparte et en Crète, les rites de passage qui marquent l’entrée dans le corps politique et dans l’armée sont liés au culte d’Apollon. Le caractère juvénile de ce dieu est encore accentué quand il est entouré, comme sur le relief de Gortyne, de deux déesses, Léto et Artémis, qui l’encadrent de la même façon qu’elles encadrent l’éducation des jeunes grecs.

41Voyons alors quels sont les Aigyptiaca qui se trouvaient dans les sanctuaires d’Apollon et d’Artémis. Dans le sanctuaire d’Emporio à Chios, où Apollon et Artémis étaient honorés ensemble, le matériel grec relevé dans l’enceinte du sanctuaire rappelle les ensembles votifs de Prinias et de Gortyne et se rapporte aux rites de passage qui sanctionnaient l’initiation des jeunes garçons et des jeunes filles. Ce sont, pour ce qui est des femmes, des ceintures en bronze, des fibules, des boucles d’oreille et des broches qui ont pu être offertes le jour du mariage. Pour ce qui est des hommes, ce sont des figurines d’hommes et d’animaux, et des outils de chasse et de pêche. Les Aigyptiaca évoquent les thèmes de la déesse protectrice du jeune guerrier : une figurine de Sekhmet, un œil oudjat et une amulette de chat. D’autres renvoient au guerrier lui-même comme une figurine d’homme et un faucon représentant Horus.

42À Érétrie, il est dommage que la plupart des Aigyptiaca n’aient pas encore été publiés. Mais, pour ce qui concerne le temple d’Apollon, les quelques exemplaires connus ont un sens qui semble bien pouvoir être mis en relation avec le sanctuaire. Signalons surtout une figurine de Nefertoum qui date du début du VIe siècle et pour laquelle le lien avec Apollon est évident. Les autres objets sont d’époque géométrique. Il y avait, pour ce qu’on en sait, une figurine de Bès et une figurine de Thôt, qui sont deux dieux protecteurs de l’enfant. En particulier Thot qui est réputé avoir guéri le jeune Horus après qu’il eut été mordu par un serpent dans le marais du Delta.

43Rappelons ici le récit de l’enfance du dieu tel qu’il est rapporté dans le Mythe d’Osiris et dans le Mythe d’Horus. La période qu’Horus passe dans les marais est un épisode du Mythe d’Osiris. Osiris ayant été dépecé par Seth, Isis reconstitue son corps pour s’unir à lui et mettre au monde Horus. Mais comme l’enfant est toujours poursuivi par son oncle, Isis le cache et l’élève dans les marais de Chemmis, dans le Delta, de façon à le dissimuler au milieu des papyrus. Horus, destiné à triompher, y parvient grâce à l’aide de sa mère ou à celle de sa protectrice, Ouadjet. Ayant acquis assez de force, Horus affronte Seth et le vainc, vengeant Osiris. Ainsi, le dieu représente l’idéal du pharaon qui doit vaincre les ennemis, lesquels incarnent le désordre et la destruction. Par sa victoire, il restaure la paix et l’unité du pays. Horus peut donc être identifié au roi d’Égypte en tant que combattant et défenseur de l’ordre nécessaire à l’existence de l’État égyptien. De manière comparable, pour les Grecs, Apollon représente l’ordre institutionnel de la cité.

  • 34 Delvaux L., « Les bronzes de Saïs, les dieux de Bouto et les rois des marais », in Clarysse W., Sc (...)

44À la fin de la Troisième Période Intermédiaire, ce mythe est repris par Psammétique Ier, et peut-être même déjà par Tefnakht, le fondateur de la XXIVe dynastie, à la fin du VIIIe siècle av. J.-C.34. Il s’agissait pour eux de s’appuyer sur le mythe d’Horus comme élément de légitimation royale. Psammétique, qui a été mis à l’écart par les autres rois, s’assimile à Horus qui a préparé sa vengeance, caché dans les marais. Le thème de l’enfant roi destiné à vaincre pour régner et qui grandit grâce à la protection de déesses tutélaires est donc un aspect essentiel de la religion égyptienne à la fin de la troisième période intermédiaire. Si des Grecs se rendaient en Égypte à cette période, il a dû être facile pour eux de faire le rapprochement, d’une part entre l’enfant Horus et le dieu jeune Apollon, et, d’autre part, entre les déesses qui le protègent, en particulier entre Artémis et la Lointaine.

45Si l’on prend donc en compte l’ensemble du catalogue des objets égyptiens et égyptisants découverts dans le monde égéen, il semble bien que l’on puisse conclure que cet artefact ne fut jamais pour les Grecs une simple curiosité exotique. Dès le Xe siècle, les Grecs attachent aux Aigyptiaca une valeur magique et protectrice et on observe déjà des accointances avec l’univers des femmes et des petits enfants. Les premières amulettes et figurines sont le plus souvent des déesses protectrices comme Sekhmet ou Isis. À partir du VIIIe siècle, il semble que les fidèles qui déposaient ces objets dans les sanctuaires avaient perçu certains aspects de la religion égyptienne, et finalement, de l’idéologie royale de fin de la Troisième Période Intermédiaire, à travers le mythe d’Horus. Il faut bien que des échanges, même épisodiques, aient eu lieu pour que certains Grecs fussent en mesure d’informer leurs compatriotes sur le sens religieux des objets qu’ils ramenaient. Même si ces contacts restèrent souvent irréguliers et même si les Grecs ne bénéficièrent longtemps d’aucune reconnaissance officielle dans la vallée du Nil, il apparaît cependant qu’une forme de circulation de l’information exista bel et bien entre l’Égypte et le monde égéen dès la fin de l’époque géométrique.

Notes

1 Hérodote, II, 152.

2 Cependant plusieurs auteurs, et non des moindres, ont déjà remis en cause ce terminus post quem : Boardman J., Les Grecs Outre-mer, colonisation et commerce archaïque, 1964, trad. fr. 1995, p. 136-139, à propos des contacts entre Grecs et Égyptiens avant Psammétique Ier : « Il y a cependant deux centres du monde grec qui accueillirent directement d’Égypte, sans intermédiaire oriental, des objets d’une autre qualité, notamment des bronzes : ce sont la Crète et Samos. » Froidefond Ch., Le mirage égyptien dans la littérature grecque d’Homère à Aristote, Aix, 1971, p. 166 : « On ne conteste plus que l’influence égyptienne sur Éleusis ait pu être renouvelée, et cette fois directement, à partir du VIIIe siècle. » Guralnick E., « Proportions of Korai », AJA, vol. 85, no 3, juillet 1981, p. 280. Hölbl G., « Ionien und Ägypten in archaischer Zeit », Frühes Ionien : eine Bestandsaufnahme,/Panionion-Symposion Güzelçamli, 26. September-1. Oktober 1999. Deutsches Archäologisches Institut, Zabern, 2007, p. 460 : « Außerdem zeigen uns die Aegyptiaca, dass die Beziehungen zwischen Ägypten und Ionien nicht erst mit Psammetich I. (664-610 v. Chr.) begonnen haben, sondern mindestens mehr als ein halbes Jahrhundert älter warent. » Yoyotte J., « Le second affichage du décret de l’an II de Nekhtnebef et la découverte de Thônis-Héracleion », Égypte, Afrique et Orient, 24, 2001, p. 24-34, à propos de l’emporion de Thônis et du vers IV, 228 de l’Odyssée mentionnant « la femme de Thôn, Polydamna d’Égypte » : « Cette référence à laquelle Strabon fera renvoi à son tour nous fait raisonnablement supposer que le poste-frontière et emporium de Thônis existait à l’époque où fut fixé le texte homérique, au VIIIe siècle avant notre ère ou dans les débuts du VIIe… »

3 Nous employons évidemment ce nom par convention pour désigner les « poèmes homériques » (date traditionnelle : autour de 700 av. J.-C).

4 Skon-Jedele N. J., “Aigyptiaca”: A catalogue of Egyptian and Egyptianizing objects excavated from Greek archaeological sites, ca. 1100-525B.C., with historical commentary, Ph. D., University of Pennsylvania, 1994.

5 Skon-Jedele N. J., op. cit., 1994, no 1581, p. 1143, 1149-1150, 1220.

6 Il s’agit des tombes 6 et 11 de Fortetsa : Skon-Jedele N. J., op. cit., 1994, no 2914, 2917, 2919, 2929, p. 1823, 1854, 1866-1868, 1870.

7 Amulette de Sekhmet : tombe 9 de Fortetsa : Skon-Jedele N. J., op. cit., 1994, no 2899, p. 1827-1828, 1854, 1859-1860.

8 Skon-Jedele N. J., op. cit., 1994, no 1503, p. 1156-1161, 1202-1203.

9 Tombe T 22 de Lefkandi : Skon-Jedele N. J., op. cit., 1994, no 1510-1562, p. 1171-1173, 1208-1209.

10 Concernant les scarabées de Pithécusses et leur signification religieuse, voir les travaux de F. De Salvia et en particulier De Salvia F., « Un ruolo apotropaico dello scarabeo egizio nel contesto culturale greco-arcaico di Pithecoussai (Ischia) », in De Boer M. B. et Edridge T. A., Hommages à M. J. Vermaseren, vol. 3 : Études préliminaires aux religions orientales dans l’Empire romain, no 68, Leyde, 1978, p. 1003-1061.

11 C’est ce qui semble ressortir des propos d’Ulysse (Odyssée, XIV, 243-286).

12 Hérodote, II, 154.

13 Ibid.

14 Odyssée, XIV, 243-286, XVII, 424-444.

15 Ibid., XIV, 285-386.

16 Arnaud P., Les routes de la navigation antique. Itinéraires en Méditerranée, Paris, 2005.

17 Carrez-Maratray J.-Y., « Réflexions sur l’accès des Grecs au littoral égyptien aux époques saïtes et perses », Topoi, 12-13, 2005, p. 193-205, p. 196.

18 Vandersleyen C., Ouadj our. Un autre aspect de la vallée du Nil, Connaissance de l’Égypte ancienne 7, Bruxelles, 1999.

19 Guralnick E., « Proportions of Kouroi », AJA, 82, 1978, p. 461-472. Ead., op. cit., 1981. Ead., « Profiles of Korai », AJA, 86, 1982, p. 173-182. Ead., « Profiles of Kouroi », AJA, 89, 1985, p. 399-409.

20 Athens National Museum, no 1, figure 25-28.

21 Guralnick E., op. cit, 1981, p. 280.

22 Rizza G., Santa Maria Scrinari V., Il sanctuario sull’acropoli di Gortina, vol. 1, Monografie della Scuola archeologica di Atene e delle Missioni italiane in Oriente, no 2, Rome, 1968. Watrous L. V., « Crete and Egypt in the seventh century B.C.: Temple A at Prinias », in Cavanagh W. G. et Curtis M. (dir.), Post Minoan Crete, Proceedings of the first colloquium on Post-Minoan Crete held by the British School at Athens and the Institute of Archaeology, University College London, 10-11 November 1995, British School at Athens Studies, Londres, 1998, p. 75-79. Skon-Jedele N. J., op. cit., 1994, p. 1700-1701.

23 Boardman J., op. cit., 1995, p. 174.

24 Skon-Jedele N. J., op. cit., 1994, p. 1725-1738. Rizza G. et Santa Maria Scrinari V., op. cit., 1968, p. 265, note 207 p. 268.

25 Price T. H., « Double and Multiple Representations in Greek Art and Religious Thought », JHS, 91, 1971, p. 59.

26 Watrous L. V., o p. cit., 1998 ; Prent M., Sanctuaries and cults, Leyde, 2005, p. 254-259, 267-273.

27 Watrous L. V., op. cit., 1998, p. 75-79.

28 Hérodote, II, 156 (« En langue égyptienne, Apollon s’appelle Horus, Déméter Isis, Artémis Boubastis »).

29 Sur la Lointaine et les « déesses lions », voir Vernus P. et Yoyotte J., Bestiaire des Pharaons, Paris, 2005, passim.

30 Skon-Jedele N. J., op. cit., 1994, p. 1782 note 16. Günter Hölbl a publié depuis lors un article reprenant largement cette hypothèse, à propos des Ioniens, mais de façon plus circonstanciée, voir Hölbl G., op. cit., 2007.

31 De Salvia F., art. cit.

32 Odyssée, IV, 219-232.

33 Skon-Jedele N. J., op. cit., 1994, p. 314-315, 436-438.

34 Delvaux L., « Les bronzes de Saïs, les dieux de Bouto et les rois des marais », in Clarysse W., Schoor A. et Willems H. (dir.), Egyptian Religion, The last Thousand years, Part I, Louvain, 1998, p. 551-568. Meeks D., Mythes et légendes du Delta d’après le papyrus de Brooklyn 47.218.84, MIFAO 125, 2006, p. 305, note 1030. Servajean F., « Enquête sur la palmeraie de Bouto (II). La légende de Psammétique », Encyclopédie religieuse de l’univers végétal. Croyances phytoreligieuses de l’Égypte ancienne (ERUV), II, Orientalia Monspeliensia, XI, Montpellier, 2001, p. 3-16.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Vents (coins) et courants (flèches) dominants en Méditerranée.Source : Höckman O., Antike Seefahrt, Munich, 1985.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Fig. 2. – Gortyne, sanctuaire de l’Acropole. Apollon entre Léto et Artémis. Relief architectural. VIIe siècle. Héracleion, MA 379.Source : Rolley C., La sculpture grecque, Paris, 1994.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129672/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 3. – Fortetsa : revêtement de ceinture. Bronze repoussé. Temple abritant un dieu encadré par deux déesses. VIIIe siècle. Héracleion, MA.Source : Brock J. K., Fortetsa, Cambridge University Press, 1957, n. 1568 et 1569.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129672/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 4. – Isis-Horus-Nephtys. Amulette égyptienne d’époque saïte.Source: Cleveland Museum of Art, James Parmelee Collection, inv. no 400.624, XXVIth Dynasty or later, Room 11, Case 6.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129672/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig.5. – Proposition de restitution de la façade du temple A de Prinias par L. V. Watrous.Source : Watrous L. V., op. cit., 1998, p. 77.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129672/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 6. – Miroir égyptien en bronze de Pérachora, fin VIIIesiècle. Musée national d’Athènes.Source : Boardman J., op. cit., 1995.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129672/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

Auteur

Doctorante, CERHIO-université d’Angers

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540