Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'échange

 | 
François Brizay

Inventer : langues savantes et rêves d'universalité

Thauma/thaumazein dans l’Histoire romaine de Dion Cassius1

Michèle Coltelloni-Trannoy

Texte intégral

L’auteur remercie l’organisateur de la journée d’études de lui avoir permis de publier ultérieurement, sous une forme plus développée, cette étude dont la communication ici résumée ne représentait qu’une première étape.

  • 1 Résumé de communication.

1L’Histoire romaine de Dion Cassius, rédigée au début du IIIe siècle de notre ère, offre une occasion idéale pour analyser la problématique du « transfert culturel » : en effet, ce Grec d’Orient (natif de Bithynie), citoyen romain et sénateur, a étudié l’histoire romaine à partir des outils intellectuels que lui fournissaient à la fois la tradition grecque et la tradition latine. La complexité de son écriture témoigne d’un « régime d’historicité » original, où s’entrelacent des motifs issus de la mémoire grecque et du passé romain, en un jeu de miroirs qui donne à voir des réminiscences volontaires et involontaires. C’est dans ce cadre que se pose le problème de la présence du thauma (θαῦμα) dans son œuvre, cette très ancienne notion grecque, destinée à penser le monde, à le questionner dans sa diversité. D’Homère à Philon d’Alexandrie et aux Pères de l’Église, en passant par Hérodote, Platon, Aristote, Polybe et bien d’autres encore, le thauma énonçait le lien entre l’admiration/étonnement et toute une série d’attitudes propres à l’historien, au philosophe, au poète ou au chrétien. C’est dire qu’il s’agit là d’une notion protéiforme et étrangère aux découpages conceptuels modernes, mais aussi d’une notion nécessaire à la pensée antique dans toutes ses manifestations, puisque les Romains l’ont à leur tour adoptée par l’intermédiaire de la famille de mirus. L’objectif de notre communication était donc de saisir l’originalité avec laquelle Dion Cassius s’est saisi de ce sujet classique du thauma pour l’introduire dans son projet historique.

2L’enquête a mis tout d’abord en évidence une contradiction autour de cette présence du thauma. Le passage où Dion énonce explicitement sa méthode (fragment 1) passe en effet sous silence le recours au thauma, comme si l’éventualité même de sa présence n’était pas envisageable. En cela, Dion se démarque très nettement de la tradition hérodotéenne et de celle des historiens grecs de Rome, pour qui le thauma était la matière même de leur récit, que ce fût pour le revendiquer ou le critiquer et le réinterpréter : l’importance que les auteurs lui conféraient justifiait une prise de position claire, souvent exprimée dans les prologues. Et pourtant, cette présence est régulièrement attestée dans tous les livres de Dion Cassius (sauf ceux qui sont très lacunaires), aussi bien les livres dont la tradition a maintenu le texte original que les livres résumés ou fragmentaires : les occurrences du thauma, s’étendant sur l’ensemble de l’œuvre en un réseau ininterrompu, en constituent l’un des facteurs d’unité. Cependant, cette observation est-elle suffisante pour attribuer au thauma une valeur autre que celle de l’étonnement banal ? Dans quelle mesure le thauma chez Dion Cassius est-il bien un principe essentiel de la sélection des faits et l’un des fils directeurs de sa méthode d’analyse du réel ? La seconde difficulté à laquelle nous nous sommes heurtée concerne la contiguïté de la notion avec un autre champ sémantique, bien plus restreint toutefois, où prédominent les mots paradoxos (étrange) et paralogos (inattendu) : c’est ainsi que le registre de la curiosité est plus vaste encore et plus diversifié que si l’on s’en tient à la seule famille du thauma. Faut-il donc attribuer à ces termes la même valeur qu’au thauma, ou bien expriment-ils des variations au sein même de la notion « mère », et dans ce cas s’agit-il de nuances marginales ou d’écarts plus significatifs qui en feraient des notions concurrentes et/ou complémentaires ?

3Les contextes d’emploi du mot, qui sont très divers, attestent deux séries d’usage : les uns s’inscrivent dans la perspective traditionnelle du thauma philosophique et historique, les autres proposent un renouvellement de la notion, conforme au projet historique de Dion Cassius. L’alliance de ces deux registres, tradition et nouveauté, n’est pas une surprise si on la rapporte à l’entreprise qu’était l’Histoire romaine de Dion Cassius, consistant à « traduire » en grec le passé romain. Le premier registre est bien représenté, d’abord par la grande variété des objets source d’étonnement : paysages, œuvres d’art, inventions et stratagèmes, conduites héroïques ou intelligentes, qualités ou défauts physiques et intellectuels, phénomènes anormaux, exceptions ou invraisemblances. Dans tous ces cas, le thauma dit l’écart ou la transgression par rapport à un pôle référentiel qui est la norme gréco-romaine ; dans le même temps, il exprime la réaction d’un personnage ou de l’auteur devant un « objet » vu ou entendu. Par ailleurs, comme dans les modèles historiques antérieurs, et notamment le modèle hérodotéen, le thauma occupe une place déterminée dans l’organisation du récit, en ce qu’il est un critère historiographique : soit il ouvre une digression et la légitime, soit il est l’expression d’un choix, le fait décrit étant alors le paradigme d’une série elle-même source d’admiration (ou de scandale) ; dans certains cas enfin, l’étonnement de l’auteur a été à l’origine d’une enquête plus poussée sur le fait concerné, enquête qui peut avoir pour conséquence de détruire l’effet de thauma, de mettre à jour une logique rationnelle qu’occultait une apparence a priori paradoxale. Toutefois, ce registre traditionnel est marqué par deux caractéristiques très révélatrices du regard de Dion sur le réel. D’une part, les cas de merveilles naturelles ou techniques sont d’une très grande rareté et, plus original encore, les prodiges eux-mêmes ne sont pas qualifiés de thaumasia. D’autre part, les faits étonnants ont souvent des conséquences majeures du fait de la réaction des « étonnés » : le thauma est ainsi un moteur de l’histoire puisqu’il amène les spectateurs à modifier la réalité, à devenir eux-mêmes acteurs.

4Ces dernières observations nous amènent à entrevoir une autre utilisation du thauma chez Dion Cassius, qui s’avère être un renouvellement original de la notion. Son usage révèle, en effet, le projet historiographique de l’auteur, en adéquation avec son « discours de la méthode ». Le recours au thauma lui permet de mettre en lumière le principe de sélection des faits, en s’en tenant à ce qui est le plus assuré, le mieux documenté et le plus représentatif à l’intérieur d’une série cohérente. Ainsi, le remarquable devient-il une catégorie de l’observation rationnelle, le degré le plus haut de la preuve : on se trouve là aux antipodes de la conception d’origine du thauma, qui donnait à voir l’exceptionnel, la merveille. En outre, le thauma qualifie pour l’essentiel les hommes et leurs erga, les acteurs de l’histoire romaine en tant qu’ils se conforment aux normes politiques ou sociales, ou au contraire les transgressent : le thauma est ainsi un outil mesurant l’adéquation d’un fait (d’un homme) aux normes de la paix civile. Le monde habité et civilisé, et en particulier les acteurs qui sont au centre de ce monde, à Rome, est traité dans le même esprit et avec le même outil intellectuel que l’était l’univers des confins dans les récits de voyage : mais ici, le clivage ordinaire/extraordinaire est au service d’une analyse destinée à mettre en évidence l’altérité, la transgression qui sont à l’œuvre dans les lieux mêmes où devrait se déployer la normalité (à ce titre, le procès de Domitius Afer, sous Caligula, est exemplaire de la méthode et de l’analyse historique de Dion : 59, 19). Cette perspective n’était pas absente de la tradition hérodotéenne, mais dans l’Histoire romaine de Dion, les comportements exemplaires constituent la catégorie de thaumata de loin la mieux représentée : de la sorte, le thauma semble être l’équivalent de l’exemplum romain, dont il offre à la fois une traduction et un équivalent du point de vue de la fonction narrative et pédagogique qui lui est dévolue.

5En conclusion, l’analyse de l’utilisation du thauma chez Dion Cassius montre que la notion a assumé un rôle de médiation entre les deux traditions historiographiques dont l’auteur était nourri, celle de l’historiè et celle de l’exemplum. Ainsi la notion de thauma, grâce à sa polyvalence et à sa dynamique interne, lui a-t-elle permis de mettre en évidence les comportements exemplaires (positifs ou négatifs) qui étaient, selon lui, à la racine des oscillations de l’histoire romaine, entre abus de puissance et respect du bien public.

Notes

1 Résumé de communication.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540