Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'échange

 | 
François Brizay

Se définir : langue et identité

Du bon usage des langues dans la Bretagne d’Ancien Régime

Éva Guillorel

Texte intégral

1La question de l’usage différencié des langues se pose avec un intérêt particulier lorsque l’on étudie l’espace breton sous l’Ancien Régime, et notamment la partie occidentale de cette province – la Basse Bretagne – où se côtoient sans se confondre trois langues : le breton, le français et le latin. Ce sujet est ici abordé sous deux angles. D’un point de vue méthodologique, l’inadéquation entre la langue de rédaction des sources majoritairement utilisées par les historiens et celle qui est parlée par l’essentiel de la population de cette aire culturelle pose un premier problème. En outre, en analysant le contenu de ces matériaux, on peut s’intéresser aux mentions de l’usage différencié des langues, et aux hiérarchies, tensions et conflits socioculturels qu’elles révèlent dans la société bretonne des XVIe-VIIIe siècles. Les archives criminelles et les chansons de tradition orale en langue bretonne constituent les sources principalement exploitées au cours de cette recherche.

La langue, un critère dans le choix des sources pour l’histoire ?

2Un rapide examen des sources habituellement utilisées par les historiens pour étudier la Basse Bretagne d’Ancien Régime permet de constater le fossé linguistique qui sépare cette documentation et la langue d’expression de la grande majorité des paroissiens.

  • 1 Biraben J.-N. et Blum A., « La population de la Bretagne de 1500 à 1839 », Populations et cultures (...)
  • 2 Broudic F., La pratique du breton de l’Ancien Régime à nos jours, Rennes, PUR, 1995, p. 55.

3Les estimations concernant la population dans l’ensemble de la Bretagne sont d’environ 1 250 000 habitants en 1500 et de 2 200 000 à la veille de la Révolution. La part des ruraux s’élève à 85 % et monte même à 90 % pour la partie bretonnante de la province1. La proportion des bretonnants unilingues recoupe largement ce second chiffre : on y recense la quasi-totalité de la paysannerie et plus largement de la population rurale – incluant notamment une bonne partie de la petite noblesse –, mais également une part importante des citadins, plus ou moins nombreuse selon le degré de francisation des villes. Fañch Broudic estime que, à la fin du XVIIIe siècle, on ne compte qu’un paysan sur vingt qui connaisse le français dans la zone bretonnante. Ces indications sont largement corroborées par les enquêtes chiffrées qui sont successivement menées au cours du siècle suivant. Celle qui est conduite à l’initiative de Victor Duruy en 1864 révèle ainsi que 80,82 % de la population finistérienne ne parle que le breton. Un inspecteur de l’Instruction Primaire note pour sa part, concernant les circonscriptions de Morlaix et de Quimper, que le dixième de la population qui ne parle que français « est généralement composé de fonctionnaires ou d’autres étrangers résidant dans les villes », tandis que les communes rurales « parlent exclusivement le breton. C’est à peine si l’on y trouve parmi les adultes 1/25 sachant assez bien le français pour le parler avec quelque facilité2 ».

  • 3 Croix A., L’âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, Ouest-France, 1993, p. 354-355.

4Malgré le poids affirmé du breton, cette société est pourtant bien plurilingue. Le latin y est bien représenté, dans une province qui se caractérise par son très fort taux d’encadrement ecclésiastique : le clergé séculier y est particulièrement nombreux, notamment dans le diocèse de Léon (c’est-à-dire dans l’actuel nord-Finistère) où l’on compte généralement 10 à 20 prêtres par paroisse, voire plus, dans les années 16303. Le français est, quant à lui, massivement parlé dans certaines villes : Brest, par exemple, se développe au XVIIe siècle, suite à la politique volontariste de Richelieu qui lui confère une vocation militaire de premier plan, et constitue une enclave largement francophone en territoire bretonnant. C’est également la langue en usage dans certains milieux socioculturels : la grande noblesse est acquise au français dès le Moyen Âge central, de même que le monde de la magistrature ou de la finance.

  • 4 Roudaut F., « Les archives judiciaires au service de la géographie linguistique : l’exemple de la (...)
  • 5 Voir à ce sujet les remarques de Roudaut F., op. cit., p. 214-215.

5Il est plus difficile d’évaluer la proportion des hommes et des femmes qui sont capables de comprendre et de parler à la fois le breton et le français. Cette situation de bilinguisme concerne assurément une part importante des milieux francophones, qu’il s’agisse des marchands qui commercent en dehors de la Basse Bretagne, de certains habitants de la région frontalière avec la Haute Bretagne ou des zones côtières, d’une part notable de la noblesse, et plus largement des populations qui sont amenées à côtoyer des univers socioculturels différents. Parmi les sources rédigées au cours de l’Ancien Régime, les archives judiciaires ont été souvent sollicitées pour estimer l’importance de chaque idiome, dans la mesure où la langue utilisée par les témoins est normalement indiquée dans les dépositions4. Toutefois, ces indications conduisent à un clivage binaire sans nuances, dans la mesure où les comparants bilingues, qui déposent en français, ne sont pas identifiables5. En outre, comme seuls les hommes et les femmes qui possèdent une connaissance suffisante du français peuvent déposer dans cette langue, la source sous-évalue le degré de maîtrise partielle de celle-ci pour toute une catégorie de population qui, sans être capable de la parler couramment, en a une plus ou moins grande capacité de compréhension.

*

  • 6 Croix A., La Bretagne aux 16e et 17e siècles…, op. cit., p. 29-31.
  • 7 Plessix-Buisset C., Le criminel devant ses juges en Bretagne aux 16e et 17e siècles, Paris, Maloin (...)

6Si l’on considère les sources généralement utilisées par les historiens pour étudier la société bas-bretonne des XVIe-XVIIIe siècles, la langue la plus parlée, le breton, disparaît presque complètement dans la documentation écrite. Certes, on relève bien quelques textes littéraires en breton, presque exclusivement d’inspiration religieuse – notamment des mystères sur la vie de saints locaux et des livres pieux. Il faut également mentionner l’usage persistant du latin dans certains registres paroissiaux de Basse Bretagne, et ce bien après l’ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539 qui impose l’usage du français pour la rédaction des actes administratifs ; il se poursuit en effet dans certaines paroisses jusque dans les années 1660. Cette continuité peut s’expliquer par le fait que le recours au français ne fait que substituer une langue étrangère à une autre pour l’immense majorité des paroissiens, et que cette transformation paraît ainsi de peu d’intérêt6. Mais c’est bien le français, langue unique de l’administration et de la justice, qui est utilisé dans la quasi-totalité des sources : ainsi, dans les procédures judiciaires, la présence d’un interprète est obligatoire pour traduire les propos des plaignants, des accusés et des témoins bretonnants, même lorsque juges et parties sont capables de s’exprimer en breton ; les dépositions mises par écrit par le greffier reprennent quant à elle évidemment la seule traduction française7.

7La situation est donc paradoxale : les historiens modernistes étudient la Basse Bretagne rurale d’Ancien Régime avant tout à partir de sources en français – et plus rarement en latin –, alors qu’ils décrivent une société presque exclusivement bretonnante. Il paraît donc intéressant de réfléchir à l’utilisation d’autres sources, cette fois en langue bretonne, et de comparer leur apport à celui des sources en français. Comme on ne recense presque aucune documentation en breton écrite sous l’Ancien Régime, les sources orales s’avèrent précieuses pour combler ce manque.

*

  • 8 La liste et les références de ces études sont données dans Guillorel É., La complainte et la plain (...)

8Parmi celles-ci, le répertoire de complaintes de tradition orale en langue bretonne, aussi connues sous le nom de gwerzioù, est particulièrement intéressant. Ces chansons ont été recueillies dès le début du XIXe siècle – essentiellement auprès de mendiants, de domestiques et de petits artisans ruraux –, mais leur contenu se rapporte massivement à des faits divers locaux et tragiques – homicides, rapts, infanticides… – qui se sont déroulés au cours de l’Ancien Régime. Les complaintes, composées peu après les événements qu’elles évoquent, ont ensuite été transmises de génération en génération essentiellement par voie orale : ce mode de diffusion entraîne alors des possibilités d’oublis, de renouvellements et d’ajouts qui viennent modifier le texte initial, lequel n’est pas connu. Il s’agit là d’un répertoire spécifique à l’aire bretonnante, qu’on ne retrouve pas en français : les chansons se distinguent notamment par leur longueur, leur finesse dans le détail des intrigues et leur grande précision quant aux noms de personnes et de lieux. Les études érudites menées depuis le XIXe siècle ont permis de dater précisément les faits contenus dans une quarantaine de pièces, entre le milieu du XVe siècle et la fin du XVIIIe siècle8. Mais ce sont surtout les riches descriptions concernant les comportements quotidiens, les conflits, les hiérarchies et les normes sociales, la culture matérielle ou encore les pratiques religieuses, qui peuvent être sollicitées dans le cadre d’une analyse socioculturelle de la Bretagne d’Ancien Régime.

  • 9 Croix A., 1981, op. cit., p. 923-942 ; Dupuy R., « Chansons populaires et chouannerie », Bulletin (...)
  • 10 Langlois C.-V. et Seignobos C., Introduction aux études historiques, Paris, Kimé, 1992 (1re éd. 18 (...)
  • 11 Pour une critique méthodologique approfondie de ces chansons, je me permets de renvoyer à Guillore (...)

9Cette documentation a jusqu’à présent peu attiré l’attention des historiens, même s’il faut mentionner les précieuses analyses méthodologiques d’Alain Croix, de Roger Dupuy et de Michel Nassiet9. Plusieurs raisons peuvent être invoquées pour expliquer cela. D’une part, la défiance ancienne de la discipline historique vis-à-vis d’une source orale largement postérieure aux événements qu’elle relate, telle qu’elle est exprimée par les théoriciens de l’école méthodique10, n’a pas entièrement disparu. Une critique méthodologique fine de ces sources peut pourtant être élaborée afin de mesurer les possibilités et les limites de cette documentation pour une recherche en histoire11. En outre, il faut tenir compte de la difficulté d’accès à des chansons fort nombreuses – on les compte en milliers de versions –, mais pour la plupart non traduites, non publiées, pas ou mal inventoriées, éparpillées dans des dépôts multiples et dont de nombreux fonds sont encore conservés dans des collections privées. Enfin, l’absence de compétences de la quasi-totalité des historiens dans le domaine de la langue bretonne, de même que le manque d’affinités avec la démarche d’analyse ethnologique et musicologique – indispensable pour étudier de façon globale et rigoureuse une documentation spécifique qui ne peut pas être traitée comme un simple texte – ne facilite pas l’étude des gwerzioù.

10La confrontation systématique de cette documentation avec des sources écrites offre pourtant de riches perspectives d’analyse. Avec les complaintes de tradition orale en langue bretonne, on est en effet face à une source orale, versifiée, en breton, issue – tout au moins au moment de la collecte – de milieux ruraux et populaires. Au contraire, les sources habituellement utilisées par les historiens sont écrites, en prose, en français, et les discours issus de milieux aisés et urbains y sont surreprésentés. Le croisement entre sources orales et sources écrites permet ainsi de proposer deux regards distincts sur la société d’Ancien Régime : il permet une étude des représentations, qui laisse une large place à la question du rapport à la norme, des transgressions de celle-ci, des hiérarchies et des conflits socioculturels. Dans ce cadre, les mentions liées à l’usage différencié des langues, telles qu’elles apparaissent à la fois dans les complaintes en langue bretonne et dans les archives criminelles, constituent un domaine d’étude particulièrement intéressant.

Un univers plurilingue hiérarchisé

11Les gwerzioù appartiennent à un genre versifié qui se caractérise par une grande concision du propos : dans ce cadre, le choix de mentionner l’usage d’une langue plutôt que d’une autre n’est jamais anodin. Il a pour but de préciser des hiérarchies socioculturelles dans un univers plurilingue où latin, breton et français se côtoient sans se confondre.

  • 12 « Pères et mères, réfléchissez/Et corrigez vos enfants. // Un jeune homme élevé dans l’amour du vi (...)
  • 13 Rostrenen G. de, Dictionnaire françois-celtique, ou françois-breton, Rennes, Vatar, 1732, cité dan (...)

12Le latin est d’abord réservé au monde ecclésiastique et lettré : les rares chansons qui comportent des expressions dans cette langue se rapportent à des prières dites à la forme directe. Les références à son usage interviennent aussi pour condamner de mauvaises pratiques, notamment lorsque le latin est parlé par des femmes, qui se révèlent sorcières et sacrilèges. La morale prononcée à l’encontre de la profanatrice Mari Tili rappelle ainsi : « Tado ha mammo, grêt reflexion, / Grêt d’ho pugale korrection : // Ur paotr maget diwar ar gwinn, / Ur plac’h a barlant al latin / A denn peurvuia da well-finn12. » Cette sentence se retrouve d’ailleurs sous une forme presque similaire dans un proverbe attesté en 1732 dans le dictionnaire de Grégoire de Rostrenen13.

  • 14 « Avec les demoiselles/Vous ne savez pas le français, ni non plus la cadence, / Ce n’est pas avec (...)
  • 15 Élégoët L., Les Juloded. Grandeur et décadence d’une caste paysanne en Basse Bretagne, Rennes, PUR (...)
  • 16 Quéniart J., La Bretagne au XVIIIe siècle (1675-1789), Rennes, Ouest-France, 2004, p. 526-528. Une (...)
  • 17 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 Bn 850.
  • 18 « Les hommes chantaient, chantaient en français / Et les filles riaient parce qu’elles ne comprena (...)
  • 19 Laurent D., op. cit., p. 194.
  • 20 Bibliothèque nationale de France, collection Penguern, ms. 90, fo 137.

13Le français est quant à lui mentionné comme étant la langue de la noblesse, et sa connaissance constitue un argument de poids dans les avances que font les seigneurs aux jeunes roturières. L’un d’eux s’étonne que Jannedic ne le parle pas pour s’entretenir « gant et démésels / né ousors quet et galec, quennémeut et cadence / néquet gant ar breonec et disquer et noblesse // mé bau à vates vien, é ouiau er galec / ac ér barlento dimen et quen et bo discouét14 ». Le français est également en usage, dans la chanson, parmi les milieux aisés des villes et les populations maritimes. Sa connaissance constitue une voie évidente d’ascension sociale : les plus riches envoient leurs fils et leurs filles aux études ou au couvent apprendre le français à Paris, à Nantes, ou entre Guingamp et Saint-Brieuc, c’est-à-dire juste au-delà de la frontière linguistique avec la Haute Bretagne. Ces indications rejoignent des mentions que l’on trouve à de nombreuses reprises dans les sources écrites d’Ancien Régime : en 1665, on relève « une compagnie de deux ou trois cent Leonnois, demeurant à Josselin pour apprendre le français et faire le commerce15 ». En 1737, le seigneur de Kermeriou retire ses filles des Ursulines de Guingamp pour les envoyer à Rennes où elles pourront apprendre un meilleur français16. En 1695, deux ménagers de Plouézec témoignent qu’ils ont été « aux escoles à Sainct Brieuc » dans leur jeunesse, ce qui leur permet de parler aux juges en français et de signer leur déposition17. Cette langue est également celle des marins de passage dans les ports bas-bretons, qui entrent en contact avec les populations côtières : au sujet de la rencontre frivole entre les filles de Locquénolé et une douzaine de marins sur la route d’un pardon, il est précisé que « ar wazed a gane, a gane en galleg / Hag ar merc’hed a c’hoarzhe dre ma n’intentent ket // Nemet un dortez vihan eus a vourk Karanteg/Honnezh ‘ oa bet er gouent o teskiñ ar galleg // Hag a grie mil mallozh war ar vartoloded18 ». Quant au marinier qui fait la cour à une jeune fille sur le pont d’un bateau, il s’adresse à elle en breton, indication qui ne va pas de soi dans un espace côtier de réel bilinguisme19. Langue des échanges commerciaux dans un cadre urbain peu représenté dans les chants de tradition orale, le français des villes n’est pas toujours vu d’un bon œil, car assimilé au statut de bourgeois. Une complainte révolutionnaire relate ainsi l’arrestation d’un prêtre réfractaire à Plabennec : le mépris ressenti pour les hommes qui viennent le chercher passe par une mention peu flatteuse à l’égard de leur idiome ; ils sont en effet qualifiés de bourgeois qui ne parlent que français20.

*

  • 21 Voir sur ce point l’introduction de Kerenveyer, Ar farvel göapaër. Le bouffon moqueur, texte tradu (...)
  • 22 Archives départementales des Côtes-d’Armor, B 854.
  • 23 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 Bn 795.

14Dans les archives criminelles, la mention de la langue utilisée permet là aussi d’affirmer les hiérarchies sociales. Le recours exclusif au français – et au latin – concerne avant tout la haute aristocratie. La petite et moyenne noblesse maîtrise largement le breton et sait jouer de l’usage différencié des langues pour s’assurer un pouvoir symbolique sur la paysannerie21. Le français, langue d’élite, permet d’exclure de la conversation certaines catégories de populations. Plusieurs témoins rapportent ainsi avoir assisté à des échanges entre nobles ou ecclésiastiques sans être capables d’en rapporter le propos, par méconnaissance de cette langue : en 1674, Vincent Yvon, domestique à Maël-Pestivien en Centre Bretagne, observe une querelle entre un noble et un recteur qui tient à la main un pistolet, « mais ne scait le déposant ce qu’ils disoient ne sachant la langue françoise22 ». Non loin de là, à Plouguernével en 1690, le choix du lieu d’inhumation de Jan Raoul est la cause du conflit entre les prêtres de la paroisse et les chanoines de Rostrenen qui tentent de faire enterrer le corps dans leur église collégiale : Marie Le Scouarnec, ménagère, rapporte qu’« il se leva encorre quelque dispute entre lesdits sieurs prestres sans que la déposante peut sçavoir ce qu’ils disoient les uns aux autres attandu qu’ils parloient en françois23 ».

  • 24 Archives départementales des Côtes-d’Armor, B 228.
  • 25 Sur cette question, on peut se référer aux contributions réunies dans l’ouvrage collectif Les inte (...)
  • 26 Ibid.

15À Maël-Pestivien, en 1735, le français est cette fois utilisé par les seigneurs de La Salle et du Quenquis en présence d’une filandière qui travaille dans leur manoir, dans le cadre d’une sombre affaire de fratricide provoquée par un conflit de succession nobiliaire ; Anne Thoraval témoigne les avoir entendus dire « qu’il falloit étrangler le fripon de Crechamblay nostre frère car ce bougre nous fera désonneur, en françois, croyant que la dépossante n’atendoit pas le françois24 ». Cette femme d’humble extraction, qui dépose en breton et dit ne pas savoir signer, est un bon exemple d’une domesticité en voie d’acculturation passive et partielle au contact des milieux nobiliaires, dont le rôle d’intermédiaire culturel mérite d’être souligné25. En revanche, les mêmes nobles qui parlent en français entre eux pour ne pas être compris par leurs domestiques s’adressent par ailleurs en breton à leur propre mère pour la menacer : la servante Marie Jobic, présente à la scène, témoigne ainsi qu’« elle vist led[it] Kerouzien prendre sa mère par la manche et luy dire en luy faisant signe par la main en terme breton : “Hay bien pauvres guese vous est morte par avance”, en luy disant : “Je vous mènerez bien avant que vous desendiée aux Enfers26 !” »

16La petite et moyenne noblesse possède ainsi, à travers l’usage de deux langues, une large palette de discours adaptée à chaque situation. Il faut noter que, comme dans les complaintes, la précision d’une langue plutôt que d’une autre n’intervient que dans les cas où un doute subsiste : dans la très grande majorité des affaires, le choix de la langue est évident, et n’est donc pas mentionné par le greffier. Dans les situations tout à fait banales de coups et d’injures entre bretonnants unilingues, qui constituent l’essentiel des procédures criminelles conservées, les insultes sont toujours traduites en français et le plus souvent rapportées au style indirect sans en détailler la nature exacte : le greffier ne prend alors pas la peine de préciser qu’elles ont été proférées en breton, donnée trop évidente pour mériter d’être relevée. S’il y a doute, donc précision nécessaire, cela signifie que la langue utilisée n’est pas celle qui est attendue. La mention de l’idiome s’inscrit alors dans une situation de transgression des normes socioculturelles, qui débouche sur des tensions et des conflits.

L’usage différencié des langues au cœur des conflits dans les archives judiciaires

  • 27 Archives départementales des Côtes-d’Armor, G 163.
  • 28 En Bretagne, ce terme est synonyme de curé.
  • 29 Minois G., op. cit., p. 191-193.

17Les relations entre langues et conflits peuvent être envisagées sous plusieurs angles d’après l’apport des archives criminelles. Le choix de la langue peut tout d’abord constituer la cause première, voire unique, d’une affaire portée devant les juges. C’est notamment le cas d’un procès conservé dans les minutes de l’officialité de Tréguier en 1701 : le recteur de Langoat porte plainte contre un confrère de Guingamp, Jean Le Febvre, qui, « se trouvant obligé par le devoir de son employ à faire les prônes, et à instruire les habitans de ladite paroisse et l’ayant voulu faire, bien loin de les exciter à la piété, n’auroit fait que les provoquer à rire par ne sçavoir parler la langue bretonne, de manière que dans la suite il auroit été obligé à faire ses prônes en françois, mais inutilement pour la pluspart des paroess[iens] qui n’entendent et ne parlent point cette langue, ce qui est d’autant plus préjudiciable à ces pauvres gens, qu’ils ne peuvent utilement se confesser à luy ny profiter des instructions et des avis salutaires qu’il leur devroit donner, manque de parler leur langage ». Le plaignant ajoute que Jean Le Febvre refuse d’être assisté par un vicaire bretonnant et ne s’intéresse qu’à l’argent de la cure. Plusieurs témoins confirment que « ayant voulu un certain dimanche […] faire son prosne en langue bretone, il s’expédia si mal que plusieurs des auditeurs se prirent à rire et à se mocquer de luy27 ». Cette affaire montre les difficultés engendrées par l’attribution de cures à des recteurs28 non locaux – Georges Minois évalue à 10 % le nombre de non-Trégorrois occupant cette fonction dans le diocèse de Tréguier en 173029 –, et constitue un exemple où la méconnaissance du breton est l’unique source du conflit.

  • 30 Archives départementales de Loire-Atlantique, B 25.

18Lors d’un affrontement entre des pêcheurs espagnols et bretons à Douarnenez en 1520, c’est cette fois l’interprète qui cristallise les haines et occupe une place particulièrement dangereuse : alors qu’un navire espagnol a obtenu la vente d’une pêche de sardines au détriment des Bretons dont les prix étaient plus élevés, l’interprète qui a aidé à réaliser la transaction subit les foudres des pêcheurs de Douarnenez. Ces derniers « commencèrent à menacer ledit Guillaume Delanne Breton interprèteur dudit Michel de Gualardi, l’appelans Breton regné et jurat à Dieu, qu’ilz luy eussent couppé la teste à luy et autres de sa compaignie, et si les trouvoint à terre qu’ilz leur coupperoint testes et braz à touz en général et les tueroint30 ».

  • 31 Ibid.
  • 32 Elle a fait l’objet d’études approfondies par Meyer J., La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Par (...)
  • 33 Citée dans Quéniart J., op. cit., p. 526.

19Le choix d’une langue plutôt que d’une autre peut par ailleurs aggraver une injure : l’usage du breton permet alors de minimiser l’écart hiérarchique entre noblesse pauvre et paysannerie aisée. Lors d’une altercation à Auray en 1520, Marion Lebras, femme d’Olivier de Lenevoy – qui se présente comme gentilhomme –, est interpellée par Yvon Lelier « lesquel en parolles breton dist à la dite Marion : “Tu es dame à cheval !”, à quoy la dite Marion respondit en paral langaige, parolle de tel effect : “Je ne suys pas dame car je ne point de rente !”, et sur ce ledit Lenevoy dist audit Lelier oudit langaige breton telles parolles ou semblables : “villain que dis-tu ?” » Les hommes en viennent aux mains, Olivier de Lenevoy frappe Yvon Lelier de plusieurs coups d’épée, et ce dernier meurt un mois plus tard de ses blessures31. Le breton est ici la langue utilisée de façon spontanée pour cette petite noblesse rurale et souvent bilingue, au mode de vie et à la culture peu éloignés de ceux de la paysannerie aisée, qui constitue une originalité bretonne32. Le fait que le greffier ait jugé utile de noter la langue dont il a été fait usage par les deux parties révèle toutefois que le recours au breton, au vu du statut social de la victime, ne va pas de soi. Deux siècles plus tard, une autre affaire concerne un noble accusé de violences contre un vassal, qui affirme pour sa défense que la victime a refusé de lui parler en français, l’usage du breton étant ici considéré comme une injure et un manque de respect vis-à-vis de son rang33.

  • 34 Sur cette question bien documentée à l’échelle de la Bretagne et de la France, on peut se reporter (...)
  • 35 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 Bn 1872/1. C’est également lors d’un conflit concern (...)

20D’autres plaintes et dépositions de témoins révèlent comment l’usage d’une langue peut renforcer un conflit déjà existant. Le recours au breton pour galvaniser les foules est ainsi mis en avant, notamment dans les affaires de rébellion contre l’ordre public. À Berné, en 1741, des paroissiens s’opposent à une inhumation au cimetière et enterrent de force le défunt à l’intérieur de l’église, conformément aux pratiques habituelles mais en contradiction avec les nouvelles réglementations qui s’imposent progressivement au cours du XVIIIe siècle34. Les officiers de la juridiction de Pontcallec font exhumer le corps, mais leur action est perturbée par des villageois mécontents. Ils notent dans leur procès-verbal que le meneur « a excité les autres rebelles en sa langue bretonne à nous enveloper de mannière qu’ils pussent nous maltraiter ». L’interrogatoire de l’accusé précise que « le nommé Ihuel, l’un des sergents de Pontcallec, luy dit en breton de se retirer, et ne pas barer ainsy le passage, ce que loin de faire, il dit lors en breton en adressant la parole à ceux de derrière : “zer, zer !”, ce qui signifie : “pressez, pressez-les35 !” » La description précise des faits conduit ici le greffier à noter quelques termes bretons issus de dialogues au style direct, d’autant plus précieux qu’ils sont extrêmement rares dans les archives écrites. Là encore, la précision concernant l’utilisation de cette langue n’intervient que dans un contexte de confrontation entre deux univers socioculturels distincts. Les expressions rapportées dans leur langue d’origine, donc avec le souci de ne pas le déformer, ont pour but de renforcer, dans le discours des victimes, la menace qu’auraient représentée ces paysans.

Langues et chansons diffamatoires

  • 36 Laurence P., « Le langage des sources. Exemples bas-languedociens : XVIIe-XXe siècles », in Pelen (...)
  • 37 Cité dans Davis N. Z., « Charivari, honneur et communauté à Lyon et à Genève au XVIIe siècle », in(...)
  • 38 Pichette J.-P., « La découverte de la chanson traditionnelle française en Canada ou la fascination (...)

21Les chansons diffamatoires constituent un genre particulier qui permet d’appréhender de façon pertinente le problème de l’usage différencié des langues. En effet, on relève dans les procédures criminelles des mentions récurrentes de chants satiriques, évoqués lorsqu’ils sont la cause de débordements : la chanson apparaît ici comme un instrument privilégié de la réprobation collective, et est utilisée pour « chansonner » celui ou celle qui transgresse la norme ou dont le comportement déplaît. Elle s’insère parfaitement dans le déroulement des charivaris, dans lesquels bruit, musique et chansons occupent une place de premier plan. Ainsi, en Languedoc en 1763, une demoiselle quinquagénaire qui épouse un ménager porte plainte en affirmant que les jeunes gens qui la raillent « augmentent chaque jour les chansons et les rendent plus infâmes36 ». Mais les procédures qui donnent le texte de ces compositions sont plus rares. On en trouve par exemple un extrait dans des archives lyonnaises en 1668, qui transcrivent deux vers d’un chant : « Tu portes de belles dentelles, / Et de belles cornes à ton bonnet37. » En dehors du cas particulier des charivaris, plusieurs chansons diffamatoires sont conservées comme pièces justificatives dans des procédures criminelles du XVIIIe siècle, à l’image de celle que compose Jean Berger en 1709 dans une prison de Montréal au sujet de la victime qu’il a frappée lors d’une rixe38.

  • 39 Archives départementales des Côtes-d’Armor, B 858.3. Le texte de la chanson est transcrit et tradu (...)

22L’étude d’un procès bas-breton intenté contre l’auteur d’une chanson satirique, à Louargat en 1773, est particulièrement intéressante dans la mesure où la langue utilisée pour celle-ci – le breton – est présentée par le plaignant comme un élément important dans l’exacerbation du conflit. Il s’agit également d’un document tout à fait exceptionnel puisque la composition, dont le texte est donné en pièce jointe, est l’une des plus anciennes chansons profanes écrites en breton qui soit connue dans son intégralité39. Jacques Bouget est accusé d’avoir interprété un chant satirique à la sortie des vêpres, qui porte atteinte à l’honneur de plusieurs notables locaux ; parmi eux, Guillaume Scolan, le plaignant, est visé en premier lieu et accusé, entre autres, d’être lui-même l’auteur de chants calomnieux. Cette affaire révèle ainsi l’importance de la chanson comme outil de diffusion des nouvelles et comme arme de diffamation renvoyée de l’un à l’autre. La plainte, très détaillée, met en avant plusieurs faits aggravants : la chanson a été interprétée publiquement et à haute voix, à un moment de forte audience ; de plus, « les injures ont été dites en breton et sur air de danse pour les rendre plus familières au peuple et pour les lui inculquer d’avantage ». Le plaignant précise encore que « ces injures en françois sont certainement des plus graves et portent à la réputation du suppliant une atteinte trop irréparable pour ne pas être poursuivie extraordinairement, en breton elles ont encore plus d’énergie ». La plainte souligne ainsi la force d’évocation de la chanson, et tout particulièrement du répertoire à danser et en langue bretonne.

  • 40 Castan N., « Contentieux social et utilisation variable du charivari à la fin de l’Ancien Régime e (...)
  • 41 Martin D., « “Témoin, il m’a tué !” Les témoins de la violence au XVIIIe siècle, entre interventio (...)
  • 42 Loddo D., « L’œuvre orale dans la tradition des chansonniers », De l’écriture d’une tradition oral (...)

23Il est intéressant de noter que ce chant est mis par écrit, sur un support utilisé par Jacques Bouget pour sa prestation en public. L’écrit est cependant relayé par une interprétation orale, ce qui permet un double moyen de diffusion de la composition, qui touche ainsi un large public réunissant des catégories sociales diverses. Aucun affichage de cette pièce n’est dénoncé dans la plainte, mais on trouve, à Cahors ou à Narbonne au XVIIIe siècle, des attestations de chants diffamatoires similaires – manuscrits ou imprimés – qui sont placardés, l’impression étant financée par une souscription clandes40. En Auvergne en 1778, une chanson diffamatoire composée par un compagnon coutelier sur la fille de son ancien maître est cette fois remise à des mendiants pour qu’ils la diffusent largement : plusieurs témoins sont capables d’en rapporter fidèlement les paroles, qui sont indiquées dans les dépositions41. À Cordes en Guyenne, des chansons satiriques sont quant à elles recopiées à la main à partir d’un exemplaire original42.

  • 43 Le Menn G., « Une chanson satirique du XVIIe siècle en dialecte de Haute-Cornouaille », Annales de (...)
  • 44 Fabre D., « Familles. Le privé dans la coutume », in Ariès Ph. et Duby G., Histoire de la vie priv (...)
  • 45 Castan Y., op. cit., p. 118-119.

24Si l’on se concentre à nouveau sur le problème de la langue utilisée, il faut remarquer que les rares cas où le texte d’une chanson est, comme dans l’affaire de Jacques Bouget, recopié en entier comme pièce justificative dans un procès, constituent la seule occasion où un texte en langue vernaculaire autre que le français est conservé au sein d’une procédure criminelle. De façon similaire, l’affaire qui oppose Silvestre Le Bris et les dénommés Fraboulet et Guillouet, en 1697 près de Rosporden, contient cinq quatrains d’une chanson écrite en breton et interprétée pour se moquer du plaignant43. La même remarque est faite par Daniel Fabre, Nicole et Yves Castan au sujet des chansons en occitan dans le Sud-Ouest de la France au XVIIIe siècle44. Yves Castan note que, parce qu’elle a trait au monde de l’oral – même si elle est parfois mise par écrit –, la chanson satirique est rédigée en langue vernaculaire, là où tous les autres écrits sont en français, y compris dans le cadre de promesses privées de mariage entre individus non francophones ou lorsqu’il s’agit de la lettre qu’une paysanne non lettrée adresse à son mari emprisonné. Dans ces cas, la norme de l’écrit impose le français, qui est une simple forme de codage de l’information ; l’occitan est traduit dans cette langue pour sa mise par écrit par l’intermédiaire d’un agent lettré – le plus souvent notaire ou ecclésiastique –, puis à nouveau reformulé en occitan lors de sa restitution orale45. Il existe donc des règles tacites extrêmement claires concernant l’usage différencié des langues : le français correspond au domaine écrit, là où les langues vernaculaires sont réservées au discours oral.

  • 46 L’expression est reprise de Roche D., Le Peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au XVIIIe(...)

25Dès lors, la chanson satirique s’écarte doublement des règles de la documentation écrite habituellement étudiée par l’historien : par son contenu diffamatoire, elle remet symboliquement en cause le pouvoir des notables, dont la parole est surreprésentée dans l’écrit ; par sa forme versifiée et en langue vernaculaire, elle transgresse la norme de la langue de l’écrit, qui est toujours le français. Ce faisant, elle s’affirme comme un « secteur de liberté46 » bénéficiant d’une particulière liberté de ton.

Conclusion

  • 47 Muchembled R., La violence au village. Sociabilité et comportements populaires en Artois du XVe au (...)

26L’étude croisée de deux sources en apparence très différentes, les archives criminelles d’une part et les complaintes de tradition orale en langue bretonne de l’autre, permet une approche privilégiée du problème de l’usage différencié des langues et des implications sociales qui en découlent dans la société rurale bretonne des XVIe-XVIIIe siècles. En effet, ces deux documentations donnent accès à des indications d’une grande richesse quant à l’interaction entre les différentes langues pratiquées en Bretagne occidentale : français, breton et latin. De plus, par leur nature même, ces sources décrivent des situations de tensions qui facilitent la mise en évidence du rôle de la langue dans les hiérarchies et les conflits. Le croisement entre documentations orales et écrites paraît d’autant plus pertinent que celles-ci présentent, chacune à leur manière, une description partielle et partiale de la société d’Ancien Régime : à défaut d’être vrais, les discours qu’elles développent doivent tout au moins paraître crédibles aux yeux et aux oreilles de leurs auditoires. Cette « règle impérative de vraisemblance47 », souvent mise en évidence dans le cas des archives judiciaires mais tout aussi valable dans celui des complaintes bretonnes, permet donc de lire, à travers les indications concernant les tensions sociales liées à l’usage différencié des langues, un miroir des normes et de la transgression de celles-ci. Mais ces sources présentent également l’immense intérêt de proposer, dans un certain nombre de cas, un discours dans des langues vernaculaires autres que le français, discours aussi rare que précieux alors que le français, langue privilégiée de l’élite et langue hégémonique de l’écrit, n’est absolument pas représentatif de la langue parlée par la grande majorité de la population du royaume de France à la veille de la Révolution.

Notes

1 Biraben J.-N. et Blum A., « La population de la Bretagne de 1500 à 1839 », Populations et cultures. Études réunies en l’honneur de François Lebrun, Rennes, 1989 ; Croix A., La Bretagne aux 16e et 17e siècles. La vie, la mort, la foi, Paris, Maloine, 1981, p. 152-153.

2 Broudic F., La pratique du breton de l’Ancien Régime à nos jours, Rennes, PUR, 1995, p. 55.

3 Croix A., L’âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, Ouest-France, 1993, p. 354-355.

4 Roudaut F., « Les archives judiciaires au service de la géographie linguistique : l’exemple de la Basse Bretagne au XVIIIe siècle », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1981, t. CIX, p. 209-227 ; Minois G., Un échec de la Réforme catholique en Basse Bretagne : le Trégor du XVIe au XVIIIe siècles, thèse de doctorat, Rennes, 1984, p. 191. Pour le XIXe siècle, voir Broudic F., op. cit., p. 59-72.

5 Voir à ce sujet les remarques de Roudaut F., op. cit., p. 214-215.

6 Croix A., La Bretagne aux 16e et 17e siècles…, op. cit., p. 29-31.

7 Plessix-Buisset C., Le criminel devant ses juges en Bretagne aux 16e et 17e siècles, Paris, Maloine, 1988, p. 312.

8 La liste et les références de ces études sont données dans Guillorel É., La complainte et la plainte. Chansons, justice, cultures en Bretagne (XVIe-XVIIIe siècles), Rennes, PUR/CRBC/Dastum, 2010, p. 122-124.

9 Croix A., 1981, op. cit., p. 923-942 ; Dupuy R., « Chansons populaires et chouannerie », Bulletin de la Société d’histoire moderne et contemporaine, t. 25, 1978, no 4, p. 2-15 ; Nassiet M., « La littérature orale bretonne et l’histoire », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 106, 1999, no 3, p. 35-64.

10 Langlois C.-V. et Seignobos C., Introduction aux études historiques, Paris, Kimé, 1992 (1re éd. 1898), p. 151.

11 Pour une critique méthodologique approfondie de ces chansons, je me permets de renvoyer à Guillorel É., op. cit., p. 63-71.

12 « Pères et mères, réfléchissez/Et corrigez vos enfants. // Un jeune homme élevé dans l’amour du vin, / Une fille qui parle latin, / Tirent ordinairement à mauvaise fin ». Luzel F.-M., Chants et chansons populaires de la Basse-Bretagne. Gwerziou II, Paris, Maisonneuve & Larose, 1971 (réimpression de l’édition de 1874), p. 518-523.

13 Rostrenen G. de, Dictionnaire françois-celtique, ou françois-breton, Rennes, Vatar, 1732, cité dans Le Menn G., « Les femmes dans les dictons et proverbes en langue bretonne », Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. LXXVIII, 2000, p. 318.

14 « Avec les demoiselles/Vous ne savez pas le français, ni non plus la cadence, / Ce n’est pas avec le breton qu’on éduque la noblesse // – J’aurai une petite bonne qui saura le français/Et le parlera avec moi jusqu’à ce que je l’aie appris », Laurent D., Aux sources du Barzaz-Breiz. La mémoire d’un peuple, Douarnenez, Armen, 1989, p. 275.

15 Élégoët L., Les Juloded. Grandeur et décadence d’une caste paysanne en Basse Bretagne, Rennes, PUR, 1997, p. 127-128.

16 Quéniart J., La Bretagne au XVIIIe siècle (1675-1789), Rennes, Ouest-France, 2004, p. 526-528. Une synthèse de diverses mentions similaires dans les sources écrites des XVIIe et XVIIIe siècles est présentée dans cet ouvrage.

17 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 Bn 850.

18 « Les hommes chantaient, chantaient en français / Et les filles riaient parce qu’elles ne comprenaient pas // Sauf une petite bossue du bourg de Carantec, / Celle-là avait été au couvent pour apprendre le français // Et elle criait mille malédictions sur les matelots ». Bro Dreger IV. Kanaouennoù an Aod. Chants des côtes trégorroises, Kreizenn Sevenadurel Lannuon, 1992, CD plage no 6.

19 Laurent D., op. cit., p. 194.

20 Bibliothèque nationale de France, collection Penguern, ms. 90, fo 137.

21 Voir sur ce point l’introduction de Kerenveyer, Ar farvel göapaër. Le bouffon moqueur, texte traduit et présenté par Ronan Calvez, Brest, CRBC, 2005, p. 47-48.

22 Archives départementales des Côtes-d’Armor, B 854.

23 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 Bn 795.

24 Archives départementales des Côtes-d’Armor, B 228.

25 Sur cette question, on peut se référer aux contributions réunies dans l’ouvrage collectif Les intermédiaires culturels, actes du colloque du Centre méridional d’histoire sociale, des mentalités et des cultures, 1978, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1981, 682 p.

26 Ibid.

27 Archives départementales des Côtes-d’Armor, G 163.

28 En Bretagne, ce terme est synonyme de curé.

29 Minois G., op. cit., p. 191-193.

30 Archives départementales de Loire-Atlantique, B 25.

31 Ibid.

32 Elle a fait l’objet d’études approfondies par Meyer J., La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, SEVPEN, 1966, 1 292 p. ; Nassiet M., Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne XVIe-XVIIIe siècle, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1993, 526 p.

33 Citée dans Quéniart J., op. cit., p. 526.

34 Sur cette question bien documentée à l’échelle de la Bretagne et de la France, on peut se reporter entre autres à la synthèse de Ariès Ph., L’homme devant la mort, Paris, Seuil, 1977, p. 37-87 ; Lebrun F., Les hommes et la mort en Anjou aux 17e et 18e siècles. Essai de démographie et de psychologie historiques, Paris / La Haye, Mouton, 1971, p. 472-476 ; Lemaître A. J., « Espace sacré et territoire vital au XVIIIe siècle : La régulation des lieux d’inhumation en Bretagne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 90, 1983/3, p. 249-259.

35 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 Bn 1872/1. C’est également lors d’un conflit concernant le lieu d’inhumation – cette fois d’un caquin, appartenant à une famille descendante de lépreux, et pour cela mis au ban de la société – que des paroissiens de Pluvigner mènent, en breton, une rébellion contre le personnel de justice en charge de régler les troubles. Rosenzweig M., « Les cacous de Bretagne », Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1871, p. 159.

36 Laurence P., « Le langage des sources. Exemples bas-languedociens : XVIIe-XXe siècles », in Pelen J.-N. et Martel C., Les voies de la parole. Ethnotextes et littérature orale, approche critique. Les cahiers de Salangon I, Aix/Marseille, Publications de l’université de Provence, 1992, p. 123.

37 Cité dans Davis N. Z., « Charivari, honneur et communauté à Lyon et à Genève au XVIIe siècle », in Le Goff J. et Schmitt J.-C. (dir.), Le Charivari, Paris, EHESS/Mouton, 1981, p. 216. Peu d’affaires de charivaris ont été mises en évidence dans les archives criminelles bretonnes, et aucune d’entre elles ne donne le texte complet des chansons. On peut toutefois se reporter à deux belles affaires, l’une en Basse Bretagne en 1728 (Archives départementales des Côtes-d’Armor, B 2479) et l’autre en Haute Bretagne en 1783 (Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 4 B 3570).

38 Pichette J.-P., « La découverte de la chanson traditionnelle française en Canada ou la fascination d’un folklore vivifié », in Postic F. (dir.), La Bretagne et la littérature orale en Europe, Mellac / Brest, 1999, p. 263-264.

39 Archives départementales des Côtes-d’Armor, B 858.3. Le texte de la chanson est transcrit et traduit dans Philippe J., « Le procès d’une chanson bretonne en 1773 », Les Cahiers du Trégor, t. 6, avril 1984, p. 25-29.

40 Castan N., « Contentieux social et utilisation variable du charivari à la fin de l’Ancien Régime en Languedoc », in Le Goff J. et Schmitt J.-C. (dir.), Le Charivari, Paris, EHESS/Mouton, 1981, p. 199.

41 Martin D., « “Témoin, il m’a tué !” Les témoins de la violence au XVIIIe siècle, entre intervention et réticence à déposer », in Garnot B. (dir.), Les témoins devant la justice. Une histoire des statuts et des comportements, actes du colloque international de Dijon en 2001 : Les témoins, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, Rennes, PUR, 2003, p. 330.

42 Loddo D., « L’œuvre orale dans la tradition des chansonniers », De l’écriture d’une tradition orale à la pratique orale d’une écriture, actes du colloque de Clamecy, Parthenay, Modal, 2000, p. 166.

43 Le Menn G., « Une chanson satirique du XVIIe siècle en dialecte de Haute-Cornouaille », Annales de Bretagne, t. 75, 1968, p. 693-696.

44 Fabre D., « Familles. Le privé dans la coutume », in Ariès Ph. et Duby G., Histoire de la vie privée, t. 3 : De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 1986, p. 556-566 ; Castan Y., Honnêteté et relations sociales en Languedoc (1715-1780), Paris, Plon, 1974, p. 118-119 ; Castan N., op. cit., p. 199-202.

45 Castan Y., op. cit., p. 118-119.

46 L’expression est reprise de Roche D., Le Peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Paris, Aubier Montaigne, 1981, p. 226.

47 Muchembled R., La violence au village. Sociabilité et comportements populaires en Artois du XVe au XVIIe siècle, Turnhout, Brepols, 1989, p. 18.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540