Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'échange

 | 
François Brizay

Se définir : langue et identité

Le français d’Angleterre et les formes continentales de la langue

Serge Lusignan

Texte intégral

  • 1 Lusignan S., La langue des rois au Moyen Âge. Le français en France et en Angleterre, Paris, PUF, (...)

1La situation du français en Angleterre durant la période médiévale constitue l’un des chapitres les plus surprenants de l’histoire de notre langue. J’aimerais examiner la question du point de vue de l’historien du politique, de la culture et de la langue qui tente de décoder le sens de l’attachement d’une institution, dans ce cas-ci le pouvoir royal anglais, à une forme particulière du français, l’anglo-français. Les questions suivantes vont retenir mon attention. Dans quelles circonstances le roi d’Angleterre écrivait-il en anglo-français ? Quelles furent les régions susceptibles de recevoir des documents royaux en anglo-français ? Le destinataire de la lettre influençait-il les pratiques linguistiques royales ? Quelle fut l’attitude des clercs royaux à l’égard des autres formes du français ? Et bien sûr, je serai attentif à la chronologie de tous ces phénomènes. Je vais traiter de ces questions en m’inspirant de mon livre La langue des rois au Moyen Âge et de mes recherches plus récentes1.

  • 2 Le site The St. Albans Psalter (http://www.abdn.ac.uk/stalbanspsalter/english/commentary/index.sht (...)
  • 3 Ces données nous viennent de nos propres compilations faites à partir de l’article qui fait toujou (...)
  • 4 Dean R. J., Anglo-Norman Litterature. A Guide to Texts and Manuscripts, Londres, Anglo-Norman Text (...)
  • 5 Je tiens ces données de compilations faites à partir du site électronique du Dictionnaire Étymolog (...)

2Il faut rappeler au départ que le français écrit en Angleterre prend cette forme spécifique que l’on appelle l’anglo-normand, ou l’anglo-français lorsqu’on parle de la langue des XIVe et XVe siècles. L’anglo-normand a donné lieu à une très riche littérature en langue française, la plus ancienne chronologiquement. Si l’on aborde à partir des manuscrits qu’il nous reste la question des origines du français médiéval écrit, on constate que le plus ancien codex conçu en vue de recevoir un texte en français est le Psautier de Saint-Albans copié vers 1120 pour la recluse Christina de Markyate2. L’essentiel des textes qu’il contient sont en latin, mais aux folios 57 à 67, on trouve en français la Vie de saint Alexis transcrite par l’une des mains qui ont contribué au manuscrit. Les quelques textes antérieurs associés à l’histoire de la langue française, comme la Vie de saint Léger ou la Séquence de sainte Eulalie, avaient été transcrits sur des folios laissés vierges de codex écrits bien antérieurement. Pour l’ensemble du XIIe siècle, on peut estimer à vingt-cinq le nombre de manuscrits français qu’il nous reste, si on laisse de côté les feuillets conservés dans des codex plus tardifs. De ce nombre, dix-neuf sont anglo-normands, deux lorrains et les quatre autres sont, l’un dans un français tendant vers l’occitan, et les autres en wallon, en poitevin et en français du Sud-Est3. L’un d’entre eux est le célèbre manuscrit d’Oxford, Digby 23, qui contient la plus ancienne version de la Chanson de Roland en anglo-normand. La littérature anglo-normande s’est illustrée dans tous les domaines d’expression, didactique, religieux, historique et poétique. Le récent inventaire des textes anglo-normands, publié par Ruth Dean, recense en tout neuf cent quatre-vingt-six pièces4. Signalons à titre de repère que les manuscrits picards n’apparaissent qu’avec le tout début du XIIIe siècle, et ceux en français parisien qu’à partir des années 1260-12705. C’est dans ce contexte plus général qu’il faut replacer le développement de l’anglo-français administratif et juridique, sur lequel je vais maintenant me pencher.

L’usage du français en Angleterre et dans les territoires sous l’autorité anglaise

  • 6 Pour plus de détails sur ce qui suit, voir Lusignan S., op. cit., p. 164-177.
  • 7 4 Geo. II. c. 26, cité par Maxwell-Lyte H. C., Historical Notes on the Use of the Great Seal of En (...)
  • 8 Le law French constitue un état du français, avec le temps de plus en plus contaminé par l’anglais (...)
  • 9 Dodd G., Justice and Grace: Private Petitioning in the Late Middle Ages, Oxford, Oxford University (...)

3On doit au départ opérer une distinction entre le domaine de la justice et celui de l’exercice du gouvernement royal proprement dit. L’un et l’autre ne suivent pas tout à fait la même chronologie. Sans doute utilisé à l’oral dès le milieu du XIIe siècle, le français est devenu une langue écrite essentielle pour la justice au moment où la common law atteignit sa première maturité et que les métiers du droit commencèrent à se professionnaliser, soit durant les années 1260-12706. Dès l’époque d’Édouard Ier (1272-1307), on commença à compiler les comptes rendus de causes exemplaires qui allaient par la suite être citées à titre de précédents devant les tribunaux et servir à l’enseignement pratique du droit. On nomme ces compilations, les Year Books. Ceux-ci furent systématiquement écrits en anglo-français depuis leur origine jusqu’au-delà du Moyen Âge. Le français était également très présent dans le déroulement de la procédure judiciaire ; son usage devant les cours de justice ne commença à se résorber qu’à partir du XVe siècle, mais sans jamais disparaître complètement. Il fallut un statut, celui de 1731, pour que tous les documents relatifs à un procès « shall be in the English tongue and language only, and not in Latin or French7 ». Durant cette longue période, l’anglo-français des juristes évolua lentement vers le law French8. Rappelons enfin que les sujets pouvaient toujours s’adresser directement au roi pour obtenir justice par voie de suppliques (petitions, en anglais). On trouve des milliers de celles-ci dans les archives anglaises, qui furent normalement rédigées en anglo-français jusqu’au milieu du XVe siècle9.

  • 10 Lusignan S., op. cit., p. 203 sqq.

4Au niveau de l’exercice du pouvoir politique en Angleterre, le français trouva sa place un peu plus tard10. Les premiers actes administratifs en français apparaissent vers la fin du règne d’Édouard Ier, mais ce n’est que sous son successeur, Édouard II (1307-1327), qu’on les rencontre en grand nombre. Néanmoins, le français n’éradiqua jamais le latin. Sans entrer dans tous les détails, rappelons que l’usage de l’une ou l’autre langue dépendait en grande partie du mode de scellement de l’acte. Presque sans exception, toutes les chartes rédigées à la chancellerie et scellées du grand sceau d’Angleterre furent écrites en latin jusqu’au tout début du règne d’Henri VIII, lorsqu’on adopta l’anglais. Le français apparaît essentiellement dans les actes scellés du sceau privé, du sceau du secret ou du signet. Mais il est toujours possible qu’un acte portant l’un ou l’autre de ces sceaux soit en latin, sans qu’on puisse vraiment déterminer les raisons de ce choix. Cela dit, le français domine très largement dans les actes scellés de la sorte durant les règnes d’Édouard II, Édouard III (1327-1377), Richard II (1377-1399) et Henri IV (1399-1413), le premier roi de la famille des Lancaster. L’anglais s’est progressivement substitué au français au cours de la première moitié du XVe siècle. En 1415, Henri V adressa cinq proclamations aux bourgeois de Londres. Question de les amadouer sans doute, il s’adressa à eux en anglais afin de requérir leur aide financière pour la poursuite de la guerre contre la France. Depuis qu’en 1258, Henri III avait été contraint par ses barons d’utiliser exceptionnellement l’anglais pour faire part à ses sujets de son acceptation de se soumettre aux Provisions d’Oxford, il s’agissait des premières lettres royales dans cette langue. Le 5 août 1417, Henri V écrivit un premier warrant en anglais à l’adresse de la chancellerie, scellé de son signet, et à partir de ce moment, les actes en anglais se multiplièrent. Dès 1422, il s’avéra nécessaire de désigner un secrétaire du roi pour le français (secretarius in lingua gallica).

  • 11 Trotter D. A., « L’anglo-français au pays de Galles : une enquête préliminaire », Revue de linguis (...)
  • 12 Trotter D. A., « ‘Mossenhor, fet metre aquesta letra en bon francés’ : Anglo-French in Gascony », (...)
  • 13 Chaplais P., The War of Saint-Sardos (1323-1325). Gascon Correspondance and Diplomatic Documents, (...)

5L’usage de l’anglo-français du roi s’étendit à toute l’Angleterre ainsi qu’aux territoires placés sous son autorité. David Trotter a montré que l’anglo-français fut souvent utilisé au pays de Galles, y compris par des clercs dont la langue maternelle était le gallois, une langue celte11. Il a également mis en relief comment il fut abondamment emprunté dans les échanges avec la Guyenne de langue occitane12. Les sujets du Sud-Ouest de la France eux-mêmes n’hésitaient pas à utiliser cette forme du français pour communiquer avec leur souverain. J’ai déjà signalé à cet égard le très beau dossier, édité jadis par Pierre Chaplais, à propos d’un conflit opposant les rois de France et d’Angleterre au sujet du bourg de Saint-Sardos, dans l’Agenais, en 1323-132513. Il renferme deux cent dix-huit pièces : trente sont en latin, et cent quatre-vingt-huit en anglo-français. Le roi Édouard II empruntait les deux langues : quatre de ses lettres sont en latin et six en anglo-français. En revanche, les quelques vingt-cinq lettres de son fondé de pouvoir, Hugues le Despenser, sont toutes rédigées en anglo-français. Les gens du Sud-Ouest utilisèrent le plus souvent l’anglo-français pour communiquer avec le pouvoir anglais. Dans quelques unes de leurs lettres, des traits occitans se mêlent à l’anglo-français. Citons à titre d’exemple les premières lignes de cette missive d’Aubert Mègue à Hugue le Despenser, datant du 5 septembre 1324 :

  • 14 Ibid., p. 54.

« Tres cher sire. Voilhetz graciozement receyvre et benignement Garcie Ernaut de Borc qi est j des meilhours et des plus grantz borgoys de la vile de Borc et pur la grant affection et amour qe il ad vertz monseingnur le roy, lequel et ces ancestres le dit Garcie Ernaut et ces ancestres ont totz jours bien et foyabblement servi par decea. Il a ces propres costatges va en en Engleterre et a lowe j galiot a ces despentz a grant perilh et travailh14. »

  • 15 Hickey R., « Assessing the Relative Status of Languages in Medieval Ireland », in Fisiak J. (dir.) (...)

6Cette influence se note particulièrement dans la multiplication des « lh » dans l’orthographe des mots. Dans le dossier de Saint-Sardos, le latin domine surtout dans les lettres que s’échangeaient le roi de France et les habitants du lieu. Pour compléter ce survol des régions sous autorité anglaise, qui utilisèrent l’anglo-français, il faut également ajouter l’Irlande15. On peut conclure sans conteste que l’anglo-français fut avec le latin la langue du roi d’Angleterre, partout où s’étendait son autorité, entre la fin XIIIe siècle et le début du XVe siècle.

Le français dans les relations diplomatiques de l’Angleterre

  • 16 Lusignan S., op. cit., p. 181 sqq.

7Dans l’Europe médiévale, la langue habituelle des documents diplomatiques était le latin, seule langue vraiment internationale. Mais l’anglo-français fut souvent utilisé par l’Angleterre dans ses rapports avec l’Écosse et la France. On connaît pour les XIVe et XVe siècles une quarantaine de traités ou de trêves entre l’Angleterre et l’Écosse16. Une entente conclue en 1300 sous Édouard Ier fut rédigée en anglo-français. La douzaine et demi de documents s’échelonnant sur les soixante-dix années qui suivent, sont en français, à l’exception de deux en latin, datant de 1343. Le latin ne commence à dominer qu’à partir des années 1370. Par la suite, on ne croise que trois pièces en français, respectivement de 1389, 1390 et 1392, et une en anglais, de 1386. Au XVe siècle, tout est en latin. Pourtant, certaines sources laissent entendre que l’anglais fut utilisé par les parties au moment de prêter serment, et le bon sens laisse croire que les discussions préalables se déroulaient dans cette langue.

  • 17 Rymer T., Foedera, Conventiones, Literae, vol. I, Londres, printed by G. Eyre and A. Strahan, 1816 (...)

8La correspondance et les ambassades entre les rois d’Angleterre et de France furent soutenues tout au long de notre période. Lorsqu’on se penche sur les sources concernant les relations entre les deux royaumes, publiées par Thomas Rymer au XVIIIe siècle, on rencontre très tôt quelques lettres en anglo-français adressées par Henri III (1216-1272) à Louis IX17. Néanmoins, le latin demeura encore longtemps la langue dominante de la communication écrite entre les souverains des deux royaumes. Leurs derniers échanges épistolaires en latin datent du milieu du XIVe siècle. Il reste qu’à partir de Philippe VI et d’Édouard III, l’usage du français fit d’importants progrès, sans que l’on puisse déterminer dans chaque cas ce qui motivait le choix du français, plutôt que du latin. Lorsqu’ils utilisaient la langue vernaculaire, chacun des rois empruntait son propre français, celui de Paris pour l’un, et l’anglo-français pour l’autre.

  • 18 J’ai discuté de cette question dans Lusignan S., op. cit., p. 236-239.

9Parmi les lettres des rois de France publiées par Rymer, plusieurs sont en bon français parisien, mais certaines sont en anglo-français. L’explication de cette différence tient à la source : celles en français parisien ont été éditées à partir des originaux conservés à Londres, alors que celles en anglo-français viennent de transcriptions dans les rolls, ces rouleaux dans lesquels on copiait à la chancellerie nombre de documents reçus. Les clercs anglais « anglo-francisaient » systématiquement les documents français qu’ils transcrivaient18. En voici un bel exemple avec cette lettre de Philippe VI adressée le 30 mai 1333 à la Chambre des comptes de Paris. La chancellerie anglaise eut soin d’en prendre copie car elle énonçait les règles que la justice française appliquait aux marchands anglais faisant affaire en France. Voici comment le texte a été « anglo-francisé » par les clercs de Londres :

  • 19 Rymer T., op. cit., vol. II, t. 2, 1818, p. 861. Voir également p. 781, 797, 874 et 887. Dans son (...)

« Philip, par la grace de Dieu, rois de France, a noz ametz et feals, les gienz de nos Comptes a Paris, salutz, et dilection. Nous vous envoioms les requestes civiles, encloses soutz nostre countre seal, de plusours marchauntz et mariners du realme d’Engleterre et d’aillours, subgitz a nostre tres chier et feal cousin, le Roi d’Engleterre, Duc de Guyenne, q’il se dient estre moult grevetz et dommagetz par arrestements de lours marchandises, et par ordenaunces ou mandements faites de par nous19… »

10Je n’ai jamais retrouvé l’original, mais il m’apparaît peu vraisemblable que la chancellerie de France ait rédigé la lettre dans un tel français !

11La même pratique d’« anglo-franciser » les actes du roi de France se retrouve dans l’Aquitaine anglaise. Ainsi, Étienne Mathieu, garde du sceau du roi d’Angleterre au titre de duc d’Aquitaine, a-t-il ajouté des traits anglo-français au vidimus d’une lettre adressée par Charles IV aux habitants d’Agen, le 23 juin 1324. Citons les premières lignes du document :

  • 20 Reynolds S. (dir.), The Registers of Roger Martival Bishop of Salisbury 1315-1330, vol. III, Oxfor (...)

« Charles par la grace de Dieu roi de Fraunce e de Navarre a noz amys e noz conseillours et a les genz de la vile d’Agent, saluz e dileccioun. Vous savez coment la duche d’Aquytaygne est de nostre fee e qe le roi d’Engleterre ducs d’Aquyt’le dite duché doit tenir de nous en foi e en homage par cause de la coroune de Fraunce, le quel ducs n’est pas venuz a nous pur faire fyn e homage de dit duché, suffisaument requis plusours foiz sur ceo de par nous20… »

  • 21 Rymer T., op. cit., vol. II, t. 2, p. 860 et 863 ; Lusignan S., op. cit., p. 237.

12Si le roi d’Angleterre utilisait l’anglo-français lorsqu’il s’adressait au roi de France, j’ai noté dans La langue des rois que ses lettres semblent moins chargées de traits anglo-français que les documents qu’il adressait à des Anglais. Voici en parallèle un court extrait d’une lettre d’Édouard III écrite à Philippe VI, le 7 mai 1333, et une requête du même, à l’Échiquier, en date du 26 juin de la même année21.

« Tres cher Sire, et tres amé cosyn. Nous avoms receu vos lettres, donez le xxii jour de marcz, fesantes mencioun des lettre que nous vous avioms devant envoiés, touchantes descordz et dissensions menés en la terre d’Escoce, et l’entention que nous avioms de y avoir mys conseil a voz requestes.
Et nous avez signifiez, par voz dites lettres, qu’il vous semble, par nostre respons, que assez estoioms nous tenuz pres de faire ce que vous nous aviez requis, et que si homme vous donast autre chose a entendre, vous ne le creriez mie de leger, dont nous vous mercioms cherement.
Et vous fesoms savoir, que puiz vos dites requestes, a nous envoies, et nos responses a vous faites, le gardein d’Escoce et les grantz de la terre od tot le poair de la terre sont entres plusours foitz nostre Roialme d’Engleterre… »

« Le Roi as tresorer, barouns, et chamberleyns del Escheker, Salutz.
Pur ceo que le jour del anniversaire du noble prince Sire Edward, n’adgaires Roi d’Engleterre, nostre ael, qi Dieux assoill, ferra a le fest de la Translation Seint Thomas de Canterbures, proscheinement avenir, et voudrioms volenters que la solempnité del dit aniversaire se feist a honur de nous, vous mandoms et chargeoms, que vous facez assembler les grantz et autres, celles parties qi sount assembler, et facez faire ceo q’apertient a mesme la solempnité, en auxi bone et covenable manere, comme ad esté fait avant ces heures, en temps nostre tres chere seigneur et pier, a qi Dieu face merci, et la solempnité faite, facez remembrer en nostre dit Escheker, si come ad esté acustumez… »

13Les deux documents sont en français d’Angleterre, mais on note la prédominance des terminaisons en « -ion » plutôt qu’en « -ioun », et de « ce » plutôt que de « ceo » dans celui adressé à Philippe VI. Il ne contient non plus aucun « qe », « qi », ni « pur » ; mais ces mots étant souvent abrégés, il serait téméraire de conclure quoi que ce soit sur leur orthographe sans un retour à l’original. Il semble donc que les clercs anglais atténuaient l’usage des caractères spécifiques de leur français lorsque le document s’adressait au roi de France.

  • 22 Trotter D. A., op. cit., p. 208.
  • 23 Tessier G., Diplomatique royale française, Paris, Picard, 1962, p. 201-203.
  • 24 Lusignan S., op. cit., p. 240.

14Pour leur part, les autorités françaises semblent mieux respecter les traits spécifiques de l’anglo-français. David Trotter a signalé quelques vidimus d’actes anglo-français des années 1360, réalisés par des notaires du Châtelet à Paris, qui conservent certains traits caractéristiques de la langue originale22. Rappelons que cette instance était régulièrement appelée à faire de tels vidimus en lieu et place de la chancellerie royale23. J’ai moi-même trouvé un vidimus d’un acte d’Édouard Ier, datant du 1er février 1297 (n. st.), exécuté par la chancellerie royale de France, qui conserve quelques traits anglo-français24.

  • 25 Pour l’analyse détaillée de ce dossier, voir Lusignan S., loc. cit. ; idem, « Parler français : le (...)

15À l’occasion des négociations diplomatiques avec la France, les documents anglais préparatoires pouvaient être écrits en latin ou en anglo-français. Le français était la langue d’usage, à l’oral, au moment des rencontres, et le traité final était toujours en français de Paris, avec dans certains cas une traduction latine. Un exemple intéressant est fourni par le traité de Londres de 1359. La France venait d’être vaincue à Poitiers et Jean II avait été fait prisonnier par les Anglais : elle se trouvait en fort mauvaise posture pour faire valoir son point de vue. Sans surprise, le texte final du traité reprend l’essentiel des articles préparés par les négociateurs anglais. On possède leur texte préliminaire écrit en anglo-français, qui fut retranscrit en français parisien dans la version finale du traité. Je n’y ai identifié qu’un seul vocable insulaire, le mot « bounde », passé dans le texte final de l’article 6 du traité de Londres. Ce mot, qui signifie « frontière », n’est pas attesté en ce sens dans le Dictionnaire de l’ancienne langue française de Godefroy, mais en revanche il est bien présent dans l’Anglo-Norman Dictionary. L’année suivante, Charles, duc de Normandie, le futur Charles V, relança des négociations avec les Anglais, qui se conclurent par une version du même traité un peu moins défavorable aux Français. Connu comme le traité de Brétigny, il reprend le mot « bonde », mais en l’accompagnant du doublon « mète », un mot bien parisien, attesté par Godefroy. Quant à la traduction latine du traité Brétigny, elle respecte les deux registres du français en traduisant les deux termes par « bundas » et « metas »25.

  • 26 Stevenson J., Letters and Papers Illustrative of the Wars of the English in France during the Reig (...)
  • 27 Allmand C. T., Lancastrian Normandy. The History of a Medieval Occupation, Oxford, Clarendon Press (...)
  • 28 Voir les très nombreuses pièces éditées par Le Cacheux P., Rouen au temps de Jeanne d’Arc et penda (...)
  • 29 Ibid., p. 160-162.

16Qu’arriva-t-il lorsque après les décès successifs d’Henri V et de Charles VI, la double couronne de France et d’Angleterre reposa sur la tête d’un tout petit enfant, Henri VI, représenté en France par son oncle, le duc de Bedford ? Est-ce l’anglo-français qui fut introduit en France, ou le français de Paris qui continua à être utilisé ? L’examen d’une riche collection de documents relatifs aux relations de l’Angleterre avec la France, publiée par Joseph Stevenson, montre que le français de Paris fut systématiquement utilisé dans les actes écrits en France au nom d’Henri VI26. On retrouve celui-ci jusque dans les endentures, cette forme si typiquement anglaise de mise par écrit des obligations. Le plus surprenant est que le français parisien fut même utilisé en Normandie. Considéré comme un fief de la couronne anglaise, c’était à titre de duc de Normandie que le roi d’Angleterre reprit ses droits sur le duché et qu’il mit en place un peu partout des officiers anglais27. Il aurait été assez logique que ceux-ci écrivent leurs documents administratifs en anglo-français. Il n’en fut rien28. Les sources nous mettent sous les yeux des scènes que l’on peut trouver aujourd’hui assez cocasses. Telle, cette montre de gens de guerre qui devaient garder les portes de Rouen. L’acte qui en témoigne date du 4 mars 1430. Les protagonistes sont le comte de Warwick, le trésorier et gouverneur général des finances, Thomas Blount, et des soldats pour la plupart anglais. Pourtant, l’acte est rédigé en excellent français de Paris et même, lorsque c’est possible, les prénoms de certains hommes sont traduits en français, tels Jehan Whitte, Philippe Broun ou Pierre Belle29. Un acte en anglais eût été certainement plus facilement compris de tous !

  • 30 Voir Stevenson J., op. cit.
  • 31 Kristol A. M., « L’enseignement du français en Angleterre (XIIIe-XVe siècles). Les sources manuscr (...)
  • 32 Nous tirons cette information du beau mémoire de maîtrise de Camille Crevier, Henri VI d’Angleterr (...)

17Si les documents écrits en France sont en français de Paris, en revanche un grand nombre expédié depuis l’Angleterre à l’intention de la France demeuraient rédigés en anglo-français. Cependant, on note que vers le milieu du XVe siècle, les lettres venant d’Angleterre écrites en français parisien commencèrent à se multiplier30. C’était l’époque où l’anglais avait remplacé le français au côté du latin dans les écritures royales. Il faut rappeler également que depuis la fin du XIVe siècle, les manuels didactiques anglais proposaient à titre de modèle le français de Paris, même si leur langue restait fortement imprégnée d’anglo-français, voire de picard31. Il reste qu’on rencontre sporadiquement des actes anglo-français durant le règne d’Henri VI (1422-1471), voire même parfois au-delà32. L’histoire de l’extinction de l’anglo-français reste à faire.

Le français dans les relations entre l’Angleterre et les pays picards et de langue flamande

  • 33 Voir Lusignan S., « Espace géographique et langue : les frontières du français picard (XIIIe-XVe s (...)

18Les régions qui s’étendent au nord de la France et sur une bonne partie de la Belgique et des Pays-Bas actuels présentent une situation unique du point de vue de l’histoire sociolinguistique et politique. Au plan linguistique, cette aire géographique est divisée entre l’espace français picard et l’espace flamand. Il faut rappeler à cet égard qu’au Moyen Âge, la frontière du flamand s’avançait dans la France actuelle jusque vers Boulogne, et suivait ensuite vers l’est le cours de la Lys, ce qui lui faisait englober Saint-Omer et passer un peu au dessus de Lille, pour suivre ensuite le tracé actuel de la frontière linguistique belge. Ainsi, la ville de Calais, anglaise à partir de 1347, était de langue flamande. Au plan de la langue écrite, la frontière linguistique ne recoupait pas exactement celle de la langue orale : les villes de langue flamande les plus méridionales passèrent du latin au picard au cours des dernières décennies du XIIIe siècle, alors que celles situées plus au nord passèrent à la même époque du latin au flamand. Il reste que toutes les villes flamandes, dont les plus importantes, comme Bruges et Gand, empruntaient le français picard pour communiquer avec les instances francophones (comte de Flandre, villes françaises plus au sud, et administration royale à Paris) et avec l’Angleterre, leur premier partenaire économique. L’une d’entre elles, Ypres, conserva même le picard à titre de principale langue administrative jusque durant les années 1380. Rappelons enfin que, dès le tout début du XIIIe siècle, les villes situées en territoire français utilisèrent le picard écrit et que son usage ne commença à décliner qu’avec les premières décennies du XVe siècle33.

  • 34 Carolus-Barré L., « Les xvii villes. Une hanse vouée au grand commerce de la draperie », Comptes r (...)
  • 35 Il n’existe aucune bonne synthèse sur les institutions urbaines du Nord de la France. On trouve de (...)
  • 36 Varenbergh É., Histoire des relations diplomatiques entre le comté de Flandre et l’Angleterre au M (...)
  • 37 Pirenne H., Histoire de Belgique des origines à nos jours, t. I, Bruxelles, Renaissance du livre, (...)

19Au plan politique, le territoire qui m’intéresse s’organise en deux grands ensembles : l’un qui relève de la souveraineté du roi de France et l’autre situé en terre d’Empire. Ainsi la Flandre, en bonne partie de langue flamande, se trouvait pour l’essentiel de son territoire sous l’autorité supérieure du roi de France, alors que le Hainaut français était situé en terre d’Empire. Une bonne partie de ce territoire était occupée par un réseau de villes drapières dont la vie économique se développait en symbiose avec l’Angleterre : une hanse, dite de Londres, regroupait pour protéger ce commerce douze villes de Flandre, certaines de langue française comme Lille ou Douai, d’autres de langue flamande comme Bruges, Gand ou Ypres. Dans une perspective plus large, il existait une autre hanse, dite des dix-sept villes, à laquelle adhéraient les villes drapières de Flandre, d’Artois et de Picardie pour soutenir leurs opérations commerciales à l’occasion des grandes foires de Champagne et du Lendit34. On retrouve également dans les cartulaires de plusieurs d’entre elles des privilèges reçus du roi d’Angleterre pour favoriser leurs opérations commerciales insulaires. Ces villes se caractérisaient toutes au plan politique par la possession de chartes leur conférant des droits communaux étendus et une très grande autonomie de gouvernement35. Ces villes, surtout les flamandes, furent un enjeu de la rivalité entre la France et l’Angleterre, même avant que ne commençât la guerre de Cent Ans36. Enfin, les principautés en terre d’Empire, comme le Brabant et le Hainaut, s’offraient à l’Angleterre comme des points d’appui à ménager dans leur guerre contre la France37.

20Les conditions sociopolitiques que je viens d’esquisser ont fait de ces régions du Nord de l’Europe un lieu de rencontres soutenues entre les différentes formes du français, picarde, anglo-française et parisienne. En effet, à compter du XIVe siècle, la langue française était employée, avec le latin, comme langue écrite de communication entre les pouvoirs royaux, princiers et urbains, situés des deux côtés de la Manche, dans des proportions favorisant de plus en plus le français. Ces échanges mettaient en relation aussi bien le roi d’Angleterre et une ville ou un prince du continent, qu’une ville du continent et Londres, par exemple. Dans tous les cas, ou presque, les instances anglaises utilisaient leur français insulaire, tandis que le picard était la langue exclusive des villes, tant françaises que flamandes, de même que celle des grands princes féodaux, comte de Flandre et comte de Hainaut en tête. Pour sa part, le français parisien fut présent du fait du roi de France, puis, à partir des dernières décennies du XIVe siècle, par le fait des ducs de Bourgogne qui, à cette époque, imposèrent leur autorité sur ces régions du Nord. Le français parisien était leur langue exclusive d’écriture. Examinons plus attentivement le rapport entre l’anglo-français et le picard dans ce système de communication.

  • 38 Trotter D. A., « Not as Eccentric as it Looks: Anglo-French and French French », Forum for Modern (...)
  • 39 Rymer T., op. cit., vol. II, t. 2, p. 1088-1089. On trouve d’autres exemples de tels actes dans la (...)
  • 40 Devillers L., Cartulaire des comtes de Hainaut, t. I, Bruxelles, F. Hayez, 1881, p. 8 et 87-88.

21David Trotter a signalé l’importance de la correspondance anglo-française de la ville de Londres avec les villes du Nord-Ouest de la France et des régions flamandes à partir de la thèse de G. F. Chapple38. Il cite entre autres quatre lettres à l’intention d’Amiens, cinq pour Calais (ville flamande, rappelons-le), douze pour Bruges, cinq pour Sluys, et une pour Gand. Pour leur part, les rois d’Angleterre utilisèrent d’abord le latin lorsqu’ils s’adressaient à ces régions, certainement jusqu’à Henri III. Par la suite, ils n’hésitèrent pas à employer l’anglo-français comme on en trouve des exemples dans T. Rymer. Toutefois, quelques documents présentent une singularité linguistique qu’il faut signaler. Dans certaines lettres à l’intention du Hainaut, le clerc anglais semble prendre en compte le français du destinataire. À titre d’exemple, prenons cette missive du 13 août 1339, par laquelle le roi d’Angleterre priait le comte de Hainaut de laisser librement passer ses troupes afin d’attaquer la France. La copie de la lettre conservée à Londres est en anglo-français, mais on y relève également plusieurs formes picardes telles : « frontieres dou royaume de Franch e », « se ditte contee de Haynnau », « n’entrerons […] en ses fortresches », « ovoek no ost », « vikaires del Empire », « d’avoir retour, ne rechept », ou encore « pur avoir sauvement de c oses que nous & noz gens ariens faites en dit royalme de Franche39. » On peut trouver d’autres exemples, comme ces actes originaux de 1337 et de 1339, d’Édouard III, qu’édite Léopold Devillers, et qui portent de la même façon des traits picards40. Il semble dans tous ces cas que les clercs de Londres voulurent témoigner de la bienveillance du roi à l’égard du destinataire en empruntant quelques traits de sa langue.

  • 41 Rymer T., op. cit., vol. I, t. 2, p. 514 et p. 850-851 ; Varenbergh É., op. cit.

22Quant aux gens du Nord, c’est en picard qu’ils s’adressaient aux autorités anglaises. On en trouve la confirmation dans les actes du comte de Flandre édités par Rymer et dans les différentes pièces justificatives de Varenbergh41. Les villes flamandes elles-mêmes pouvaient utiliser le picard pour communiquer avec l’Angleterre, comme en témoigne cet extrait d’une pétition adressée par la ville de Gand au roi d’Angleterre, vers 1272-1280 :

  • 42 National Archives, Londres, SC 8/181/9027. Ce document a été retracé grâce à la base de données su (...)

« A tres exellent prinche mon seingneur Edouart, par le grace de Diu roi d’Engelterre, seingneur de Hierlande et duc d’Aquitaine. Li eskevin et li communité de le vile de Gant appareillié serviche cum toutes houneurs et toute reverence. Sires, a vostre hauteche faisons nous a savoir ke nous entendons se nous venissiens en Engleterre42. »

  • 43 Lusignan S., op. cit., p. 239.

23En revanche, lorsque les clercs anglais transcrivaient des lettres en picard dans les rolls de la chancellerie, ils n’hésitaient pas à en « anglo-franciser » le texte, de la même manière que nous l’avons vu avec les actes du roi de France. Parmi les exemples qu’on peut retrouver dans Rymer, nous avons déjà signalé une lettre expédiée le 29 juin 1274 par le comte Guy de Flandre, transcrite par un clerc anglais qui y ajoute des traits anglo-français43.

Conclusions

  • 44 Brand P., The Origins of the English Legal Profession, Oxford, Blackwell, 1992, p. 66.
  • 45 Gossen C. T., « La scripta des chartes picardes », in Straka G. (dir.), Les anciens textes romans (...)

24L’analyse du français à travers le prisme de l’anglo-français est riche d’enseignements pour l’histoire de la langue et remet en cause quelques idées reçues. Trop souvent, on estime que le français de Paris était parvenu à s’imposer comme modèle de la langue écrite à compter du XIVe siècle, au détriment des formes régionales de la langue. Notre enquête nous a fait découvrir que l’anglo-français resta bien vivant jusque durant les deux premières décennies du XVe siècle, et qu’il continua d’être utilisé occasionnellement jusqu’à la fin du Moyen Âge. Sous la forme du law French, il investit la langue juridique jusqu’aux Temps modernes. Notre incursion par-delà la Manche nous a fait découvrir une situation analogue avec le picard, pour lequel le glas était loin d’avoir été sonné à l’aube du XVe siècle. On s’interroge bien sûr sur les raisons de la vivacité et de la persistance de ces formes du français. Comme j’ai pu en discuter longuement dans La langue des rois, il me semble bien que l’attachement tardif des rois d’Angleterre au français s’explique par leur prétention à la couronne de France, et que la forme insulaire de la langue représentait à leurs yeux un symbole de la monarchie anglaise, au même titre que la couleur rouge ou les trois léopards héraldiques. Quand à la persistance du français de la common law, l’un des meilleurs spécialistes de la question, Paul Brand, la justifie par le fait que le law French constituait une langue technique d’initiés, dont la maîtrise protégeait leurs privilèges corporatistes44. La même question se pose à propos du picard. En son temps, le grand spécialiste C. T. Gossen l’attribuait au Lokalpatriotismus des villes45. L’explication pointe dans la bonne direction, mais la réponse me semble plus complexe ; c’est le sujet d’une recherche de longue haleine que je poursuis présentement.

  • 46 Lusignan S., « La langue voyageuse. Le picard et la famille d’Estrées au XIIIe siècle », « Queil b (...)
  • 47 Lusignan S., « L’aire du picard au Moyen Âge : espace géographique ou espace politique ? », art. c (...)

25L’histoire de l’anglo-français, mais également celle du picard, remet en cause l’idée d’un cloisonnement géographique des langues écrites régionales46. La doxa de l’histoire du français retient habituellement la parisienne comme la seule forme de la langue à s’être implantée loin de son aire d’origine. Nous avons vu qu’à sa période d’extension maximale, l’anglo-français fut emprunté, à l’écrit, depuis le sud de l’Écosse jusqu’en Gascogne anglaise, de même que partout en Angleterre, au pays de Galles, ainsi qu’en Irlande. De même, nous savons que le picard était utilisé comme langue écrite de communication avec l’étranger par les Flamands. Sous l’influence d’idées reçues de la dialectologie, la philologie médiévale associe facilement l’usage d’une graphie régionale à la forme parlée de la langue par le scribe47. L’anglo-français nous a fait découvrir une langue écrite par des clercs dont elle n’était probablement pour aucun la langue maternelle. Nous avons découvert un français insulaire maîtrisé par des clercs de langue anglaise, celte et occitane. De même, le picard était parfois écrit par des Flamands. Sous ce rapport, la maîtrise de l’écriture vernaculaire se rapprochait de celle du latin : il s’agissait d’une langue apprise et maîtrisée de façon réflexive. La nature même de leur compétence linguistique explique la facilité avec laquelle on savait « anglo-franciser » des actes écrits en parisiens ou en picard, ou assaisonner de quelques traits picards une lettre en anglo-français à destination du comte de Hainaut.

  • 48 Crystal D., The Stories of English, Woodstock/New York, Overlook Press, 2004, p. 155.
  • 49 Voir à ce sujet Barber C., The English Language. A Historical Introduction, Cambridge, University (...)
  • 50 Salverda de Grave J.-J., L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés (...)

26Enfin, il se dégage de cette étude que le français de Paris n’était pas la seule langue de prestige au XIVe siècle ; c’était avec une assurance comparable à celle des clercs parisiens, que ceux d’Angleterre écrivaient en anglo-français, et ceux du Nord, en picard. J’avance pour preuve du prestige dont jouissait l’anglo-français aux yeux des Anglais, ou le picard aux yeux des Flamands, l’influence profonde qu’ont exercée ces deux formes du français sur les deux langues germaniques autochtones avec lesquelles elles eurent des contacts soutenus. On sait que le lexique actuel de l’anglais compte un très grand nombre de mots empruntés au français, particulièrement au cours de la période que nous venons d’étudier. L’Oxford English Dictionary identifie 30 000 mots de la langue actuelle, dont l’origine remonte au français48. Les spécialistes ont remarqué depuis longtemps que plusieurs de ces emprunts portent des traces anglo-normandes. Ainsi, le mot « voile » qui s’écrivait « veil » en anglo-normand, a donné « veil » en anglais, ou encore le mot « chasser », qui pouvait s’écrire « cacher ou cachier », a donné le verbe anglais « to catch »49. Le même phénomène s’est produit avec le flamand, dont les suites se constatent de nos jours dans le néerlandais. L’un des très rares spécialistes à avoir étudié la question, Salverda de Grave, constate qu’un très grand nombre de mots français sont passés en néerlandais, mais dans leur forme picarde. Ainsi, des mots ayant une terminaison française en « -té », comme « activité », « neutralité » ou « souveraineté », ont donné naissance à des calques néerlandais en « -teit », qui trahissent leur origine picarde. De même, les calques de mots français se terminant en « -er », « cocher » par exemple, s’orthographient en « -ier », comme en picard50. Seule une situation de langue de prestige à un moment donné de l’histoire peut expliquer une telle influence de l’anglo-français sur l’anglais, ou du picard sur le néerlandais. Telle fut bien la situation de l’anglo-français, langue des rois d’Angleterre et langue de la régulation sociale sur tous les territoires relevant de leur autorité ; telle fut également celle du picard, langue des princes et des villes, qui constituaient les deux grandes autorités publiques dans le Nord de la France et sur une partie importante de la Belgique actuelle.

Notes

1 Lusignan S., La langue des rois au Moyen Âge. Le français en France et en Angleterre, Paris, PUF, 2004. Cet article est le fruit d’une recherche poursuivie dans le cadre du projet Modéliser le changement : les voies du français dirigé par France Martineau (université d’Ottawa) et financé par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada.

2 Le site The St. Albans Psalter (http://www.abdn.ac.uk/stalbanspsalter/english/commentary/index.shtml), réalisé à l’université d’Aberdeen, permet de visualiser tous les folios du manuscrit. Il contient également une précieuse étude des mains d’écriture.

3 Ces données nous viennent de nos propres compilations faites à partir de l’article qui fait toujours autorité sur la question : Woledge B. et Short I., « Liste provisoire de manuscrits du XIIe siècle contenant des textes en langue française », Romania, 102, 1981, p. 1-17.

4 Dean R. J., Anglo-Norman Litterature. A Guide to Texts and Manuscripts, Londres, Anglo-Norman Text Society, 1999. Pour un survol de la littérature en anglo-normand, voir Merrilees B., « Anglo-Norman Literature », in Strayer J. R. (dir.), Dictionary of the Middle Ages, 13 vol., New York, Scribner, 1982-1989, t. I, p. 259-272.

5 Je tiens ces données de compilations faites à partir du site électronique du Dictionnaire Étymologique de l’Ancien Français (DÉAF), sous la direction de Frankwalt Möhren : http://www.deaf-page.de/deaff.htm.

6 Pour plus de détails sur ce qui suit, voir Lusignan S., op. cit., p. 164-177.

7 4 Geo. II. c. 26, cité par Maxwell-Lyte H. C., Historical Notes on the Use of the Great Seal of England, Londres, Public Record Office, 1926, p. 239.

8 Le law French constitue un état du français, avec le temps de plus en plus contaminé par l’anglais. Au XVe siècle, il était devenu un jargon technique compréhensible des seuls juristes. Voir Baker J. H., Manual of Law French, 2e éd., Aldershot, Scolar Press, 1990.

9 Dodd G., Justice and Grace: Private Petitioning in the Late Middle Ages, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 292.

10 Lusignan S., op. cit., p. 203 sqq.

11 Trotter D. A., « L’anglo-français au pays de Galles : une enquête préliminaire », Revue de linguistique romane, 58, 1994, p. 461-487.

12 Trotter D. A., « ‘Mossenhor, fet metre aquesta letra en bon francés’ : Anglo-French in Gascony », in Gregory S. et Trotter D. A. (dir.), De mot en mot. Aspects of Medieval Linguistics. Essays in Honour of William Rothwell, Cardiff, University of Wales Press, 1997, p. 199-222.

13 Chaplais P., The War of Saint-Sardos (1323-1325). Gascon Correspondance and Diplomatic Documents, Campden third series, vol. 87, Londres, Offices of the Royal Historical Society, 1954.

14 Ibid., p. 54.

15 Hickey R., « Assessing the Relative Status of Languages in Medieval Ireland », in Fisiak J. (dir.), Studies in Middle English Linguistics, Berlin/New York, Mouton de Gruyter, 1997, p. 181-205.

16 Lusignan S., op. cit., p. 181 sqq.

17 Rymer T., Foedera, Conventiones, Literae, vol. I, Londres, printed by G. Eyre and A. Strahan, 1816, trois lettres en 1266 (p. 470-471), une en 1268 (p. 475-476), trois en 1269 (p. 476 et 481), une en 1270 (p. 484).

18 J’ai discuté de cette question dans Lusignan S., op. cit., p. 236-239.

19 Rymer T., op. cit., vol. II, t. 2, 1818, p. 861. Voir également p. 781, 797, 874 et 887. Dans son édition des Chroniques de Jean Froissart, Bruxelles, Devaux, 1870, J. M. B. C. Kervyn de Lettenhove fournit un exemple d’une lettre de Philippe VI, datant de 1340, « anglo-francisée » par les clercs de Londres, t. XVIII, p. 172-173.

20 Reynolds S. (dir.), The Registers of Roger Martival Bishop of Salisbury 1315-1330, vol. III, Oxford, University Press, 1965, p. 143-144.

21 Rymer T., op. cit., vol. II, t. 2, p. 860 et 863 ; Lusignan S., op. cit., p. 237.

22 Trotter D. A., op. cit., p. 208.

23 Tessier G., Diplomatique royale française, Paris, Picard, 1962, p. 201-203.

24 Lusignan S., op. cit., p. 240.

25 Pour l’analyse détaillée de ce dossier, voir Lusignan S., loc. cit. ; idem, « Parler français : les enjeux linguistiques des négociations entre Français et Anglais à la fin du Moyen Âge », in Moos P. von (dir.), Zwischen Babel und Pfingsten : Sprachdifferenzen und Gesprächsverständigung in der Vormoderne (8-16. Jahrhundert), Zürich/Berlin, Lit Verlag, 2008, p. 409-429 et 442-444.

26 Stevenson J., Letters and Papers Illustrative of the Wars of the English in France during the Reign of Henry the Sixth, King of England, Rolls Series XXII, 3 vol., Londres, Longman, 1861-1864.

27 Allmand C. T., Lancastrian Normandy. The History of a Medieval Occupation, Oxford, Clarendon Press, 1983, chap. V: « The Parlement and the Cour du Conseil : The Kingdom or the Duchy ».

28 Voir les très nombreuses pièces éditées par Le Cacheux P., Rouen au temps de Jeanne d’Arc et pendant l’occupation anglaise (1419-1449), Rouen/Paris, Lestringant, 1931.

29 Ibid., p. 160-162.

30 Voir Stevenson J., op. cit.

31 Kristol A. M., « L’enseignement du français en Angleterre (XIIIe-XVe siècles). Les sources manuscrites », Romania, 111, 1990, p. 289-330.

32 Nous tirons cette information du beau mémoire de maîtrise de Camille Crevier, Henri VI d’Angleterre et la langue française, achevé en 2007 à l’université de Montréal sous notre direction.

33 Voir Lusignan S., « Espace géographique et langue : les frontières du français picard (XIIIe-XVe siècle) », Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, Publications de la Sorbonne, Paris, 2007, p. 263-274 ; idem, « L’aire du picard au Moyen Âge : espace géographique ou espace politique ? », in Fagard B., Prévost S., Combettes B. et Bertrand O. (dir.), Évolutions en français – Études de linguistique diachronique, Bern, Peter Langs, 2008, p. 269-283.

34 Carolus-Barré L., « Les xvii villes. Une hanse vouée au grand commerce de la draperie », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres, 1965, p. 20-30 ; Laurent H., « Nouvelles recherches sur la Hanse des xvii villes », Le Moyen Âge, 45, 1935, p. 81-94 ; idem, La draperie des Pays-Bas en France et dans les pays méditerranéens, Saint-Pierre-de-Salerne, G. Monfort, 1978, p. 88-95 et 235-241.

35 Il n’existe aucune bonne synthèse sur les institutions urbaines du Nord de la France. On trouve des vues d’ensemble dans Lestocquoy J., Aux origines de la bourgeoisie : Les villes de Flandre et d’Italie sous le gouvernement des patriciens (XIe-XVe s.), Paris, PUF, 1952 ; Le Goff J. (dir.), La ville en France au Moyen Âge, Paris, Seuil, 1980 ; Chevalier B., Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1982 ; La Charte de Beaumont et les franchises municipales entre Loire et Rhin, actes du colloque organisé par l’Institut de recherche régionale de l’université Nancy II (Nancy 22-25 septembre 1982), Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1988 ; Desportes P., « Les communes picardes au Moyen Âge : une évolution originale », Revue du Nord, 70, 1988, p. 265-284 ; Menjot D., « Le mouvement des libertés dans les villes de l’Occident médiéval », Belfort 1307 : L’éveil à la Liberté, actes du colloque de Belfort 19-21 octobre 2006, Belfort, 2007, p. 9-23.

36 Varenbergh É., Histoire des relations diplomatiques entre le comté de Flandre et l’Angleterre au Moyen Âge, Bruxelles, Librairie européenne de C. Muquarot, 1874 ; Nicholas D., Medieval Flanders, Londres/New York, Longman, 1992.

37 Pirenne H., Histoire de Belgique des origines à nos jours, t. I, Bruxelles, Renaissance du livre, 1948.

38 Trotter D. A., « Not as Eccentric as it Looks: Anglo-French and French French », Forum for Modern Language Studies, 2003, p. 427-438 ; Chapple G. F., The Correspondence of the City of London 1298-1370. A Selection of Unpublished Letters in Anglo-Norman preserved among the archives of the Corporation of the City of London at the Guildhall, thèse inédite de doctorat, université de Londres, 1938.

39 Rymer T., op. cit., vol. II, t. 2, p. 1088-1089. On trouve d’autres exemples de tels actes dans la même source.

40 Devillers L., Cartulaire des comtes de Hainaut, t. I, Bruxelles, F. Hayez, 1881, p. 8 et 87-88.

41 Rymer T., op. cit., vol. I, t. 2, p. 514 et p. 850-851 ; Varenbergh É., op. cit.

42 National Archives, Londres, SC 8/181/9027. Ce document a été retracé grâce à la base de données sur les pétitions contenues dans le fonds SC 8 des National Archives d’Angleterre, réalisée sous la direction de Mark Ormrod : http://www.nationalarchives.gov.uk/catalogue/search.asp. Je remercie mon assistant, Simon Boisier-Michaud, pour ses patientes et fructueuses recherches sur ce site.

43 Lusignan S., op. cit., p. 239.

44 Brand P., The Origins of the English Legal Profession, Oxford, Blackwell, 1992, p. 66.

45 Gossen C. T., « La scripta des chartes picardes », in Straka G. (dir.), Les anciens textes romans non littéraires et leur apport à la connaissance de la langue au Moyen Âge, Paris, Klincksieck, 1963, p. 17-31 et p. 233-243, en particulier p. 240.

46 Lusignan S., « La langue voyageuse. Le picard et la famille d’Estrées au XIIIe siècle », « Queil boen professeur, mult enseinné, queil boen collegue ». Mélanges offerts à Brian Merrilees, Florilegium, 24, 2007, p. 163-172.

47 Lusignan S., « L’aire du picard au Moyen Âge : espace géographique ou espace politique ? », art. cit.

48 Crystal D., The Stories of English, Woodstock/New York, Overlook Press, 2004, p. 155.

49 Voir à ce sujet Barber C., The English Language. A Historical Introduction, Cambridge, University Press, 2002, p. 145-150.

50 Salverda de Grave J.-J., L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés, Paris, Champion, 1913, p. 78.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540