Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les formes de l'échange

 | 
François Brizay

Se définir : langue et identité

Pour une étude du multilinguisme de Flavius Josèphe

Édith Parmentier

Full text

  • 1 Il s’appelait Josèphe ben Matthias (Yosef ben Mattathyahu) et était apparenté à la famille royale (...)

1Historien du peuple juif écrivant en grec pour des Romains, Flavius Josèphe avait pour langue maternelle l’araméen, mais son éducation se fit en hébreu, langue encore vivante au Ier siècle apr. J.-C. à Jérusalem, ville où il était issu d’une famille sacerdotale et aristocratique1. Il pouvait composer ses œuvres soit dans l’une ou l’autre de ses langues d’origine, soit dans celle de son entourage et de son milieu d’adoption, le latin. Cependant, il choisit de s’exprimer dans une quatrième langue, le grec, qui lui était étrangère et qui n’était pas non plus celle de son public.

Situation linguistique de la Palestine au Ier siècle apr. J.-C.

  • 2 Jusqu’à la découverte des manuscrits de la mer Morte, l’araméen était considéré comme la langue do (...)
  • 3 C’est un peu différent en Galilée et sur la côte, où l’araméen devient plus tôt la langue quotidie (...)

2Au Ier siècle, la Syrie-Palestine connaît une situation linguistique de diglossie2, car le succès de l’araméen – qui a acquis sa position dominante sur les autres langues de la région (sémitiques et non sémitiques) en devenant la langue de l’administration perse et des échanges commerciaux – n’a pas encore détruit la vitalité de l’hébreu, notamment en Judée et à Jérusalem. Le déclin de l’hébreu en tant que langue parlée ne commencera qu’avec la destruction du Temple par Titus et la perte d’influence de Jérusalem qui en résultera3. Comme tous les Juifs du Ier siècle, Flavius Josèphe est donc bilingue.

  • 4 Ces emprunts touchent exclusivement le lexique, car le grec, n’étant pas une langue sémitique, n’i (...)
  • 5 Cf. Lieberman J., Greek in Jewish Palestine. Studies in the Life and Manners of Jewish Palestine i (...)
  • 6 « Je me suis efforcé de posséder les lettres grecques après avoir appris la grammaire grecque, bie (...)
  • 7 Il décrit ses efforts pour atteindre « l’harmonie des mots », τῶν ὀνοματων ἁρμονία (AJ, XIV, 2). S (...)

3Il étudie en outre le grec, qui est la langue dominante du point de vue culturel et politique, au point que l’araméen et l’hébreu empruntent de nombreux termes au grec. On dénombre ainsi en hébreu plus de 3 000 mots d’origine grecque4. Cependant, l’hellénisation linguistique de la région, bien que largement étendue et ne se limitant pas aux couches supérieures de la société5, reste superficielle parce que les expressions grecques appartiennent au langage commun et non pas à celui de la philosophie et de la pensée grecques, qui n’intéressent pas les Juifs. Et Josèphe, loin d’exprimer jamais de l’admiration pour les auteurs grecs, professera au contraire toujours le plus grand mépris pour ses « collègues » historiens de langue grecque. Au demeurant, il ne s’exprime pas facilement dans cette langue, dont il n’a qu’une connaissance livresque, et explique dans ses œuvres qu’il a dû peiner pour en apprendre le maniement6, notamment pour respecter les règles stylistiques qui permettent d’éviter les hiatus7.

  • 8 Josèphe évoque ce voyage dans son Autobiographie (Vita, 13-16). Ces prêtres juifs étaient emprison (...)
  • 9 Cette reddition est célèbre par l’habileté et le cynisme de Josèphe : après 47 jours de siège, les (...)

4Nous ignorons à quel âge il s’initie au latin, mais il le pratique au plus tard à vingt-six ans, lorsque, en tant que prêtre du temple de Jérusalem, il fait partie d’une délégation officielle envoyée à Rome pour négocier la libération de prêtres juifs (en 64 apr. J.-C.)8. Et quatre ans plus tard, après le siège de Yotapata, lorsqu’il se rend à l’armée de Vespasien9 et prophétise à ce dernier qu’il deviendra empereur, c’est très certainement en latin qu’il délivre cet oracle, dont la réalisation lui permettra d’accéder à la citoyenneté romaine et de vivre pensionné par les Flaviens, dans une maison du Quirinal appartenant à l’empereur, jusqu’à sa mort dans les dernières années du siècle. Toute sa production littéraire sera réalisée à Rome.

  • 10 C’est la première phrase de La Guerre des Juifs (BJ, I, 1), abrégée ci-après BJ.
  • 11 BJ, I, 3 (Préambule).

5Cependant, ce n’est pas en latin qu’il a composé ses œuvres historiques : La Guerre des Juifs, écrite entre 75 et 79 pour narrer le conflit à l’issue duquel la Judée entra dans l’Empire romain (en 70 apr. J.-C.), a d’abord été rédigée en araméen, car Josèphe destinait son récit aux Juifs d’Orient. Puis, dans un deuxième temps, l’auteur a réécrit l’ouvrage en grec, estimant que l’importance de l’événement, qu’il décrit comme – « la guerre la plus importante non seulement de notre époque, mais probablement de toutes les guerres qui ont jamais eu lieu et dont le récit nous soit parvenu »10 – exigeait que tout le public cultivé – c’est-à-dire hellénophone – de l’Empire romain en ait connaissance. Il expose ainsi ses intentions dans le préambule de l’ouvrage : « J’ai décidé d’en faire le récit aux sujets de l’empire romain, en traduisant en grec l’œuvre que j’avais composée dans ma langue maternelle11. » Seule cette deuxième version de La Guerre des Juifs a subsisté, mais nous savons que, en réalité, l’ouvrage ne se limitait pas à une simple traduction grecque de la version araméenne disparue depuis.

  • 12 La LXX ne comprend que le Pentateuque : la Genèse, l’Exode, le Lévitique, les Nombres et le Deutér (...)
  • 13 AJ, I, 10 (Préambule).

6Pendant les quinze années suivantes, Josèphe écrit son œuvre monumentale, Les Antiquités juives, dont les vingt livres paraissent en 93-94. Bien qu’installé à Rome, l’historien choisit à nouveau de ne pas écrire en latin, mais cette fois-ci compose son œuvre en langue grecque dès le départ, car il ne s’adresse pas aux Juifs : son objectif est de faire connaître l’histoire du peuple juif et sa culture – en particulier la Bible – aux peuples non-juifs. Il se réclame pour cela d’un précédent, la traduction grecque de la Bible réalisée à Alexandrie au IIIe siècle avant J.-C. à la demande de Ptolémée II. N’hésitant pas à présenter ses Antiquités comme le complément de la LXX, il explique que « seule la partie [de la Bible] concernant la Loi fut transmise par ceux qui avaient été envoyés faire la traduction à Alexandrie12 ». C’est pourquoi il se propose de transmettre à son tour « les enseignements dont les Saintes Écritures fourmillent13 ».

  • 14 Les Antiquités juives en citent textuellement 35 : décrets du sénat romain, édits d’empereurs et d (...)
  • 15 Suétone, Vies des douze Césars : Vie de Vespasien, VIII.
  • 16 Exemple : Λενκίῳ Λέντυλῳ Γαίῳ Μαρκέλλῳ ὑπάτοῖς, « sous le consulat de L. Lentulus et C. Marcellus  (...)
  • 17 Cf. Mason St., « Flavius Josephus in Flavian Rome: reading on and between the lines », in Boyle A. (...)
  • 18 Voir l’inventaire dressé par Ward J. S., « Roman Greek : Latinisms in the Greek of Flavius Josephu (...)

7Néanmoins, dans les deux ouvrages (La Guerre des Juifs et Les Antiquités juives), il utilise des archives romaines, notamment les Commentaires de Titus et de Vespasien sur leurs campagnes militaires, ainsi que des documents officiels14 : les bibliothèques du Capitole, qui avaient été détruites sous le règne de Néron par l’incendie du 18 juillet 64, furent restaurées par Vespasien devenu empereur. Nous savons par Suétone que ce dernier fit reconstituer le texte de trois mille tablettes de bronze (décrets) détruites dans l’incendie15. Vivant et écrivant à Rome, Josèphe accédait directement à cette documentation, et l’on relève des latinismes dans son œuvre (par exemple, des datifs absolus [= ablatifs latins] là où l’on attendrait le génitif absolu en grec16) ainsi que de nombreuses translittérations du latin17. Il néglige aussi l’usage des formes moyennes du verbe grec, pour employer des pronoms réfléchis sur le modèle latin18.

  • 19 On trouvera d’autres observations et des exemples dans l’article de Bernardi J., « De quelques sém (...)

8Bien entendu, le style de Josèphe est également marqué par la syntaxe sémitique : il manie difficilement la subordination, à laquelle il préfère la juxtaposition (καὶ… καὶ… : « et… et… » ; μὲν… δὲ... : « d’une part…, d’autre part… »), voire l’asyndète : ainsi les propositions participiales – si abondantes dans la phrase grecque, où les participes sont sémantiquement prioritaires sur les verbes conjugués – sont très souvent asyndétiques. Il fait aussi une impasse générale sur les pronoms de rappel, préfère les génitifs qualitatifs aux adjectifs et exprime la durée au datif (au lieu de l’accusatif temporel grec)19.

  • 20 La tentation permanente de tous les éditeurs est de corriger le texte des manuscrits au lieu de s’ (...)

9Caractériser avec précision le plurilinguisme de Josèphe est cependant une tâche malaisée, car la part des latinismes et des sémitismes dans son style est difficile à évaluer dans la mesure où il faut encore ajouter un paramètre concernant l’état de la langue : le texte dont nous disposons a été corrigé en « bon grec » pendant mille ans par les copistes qui l’ont transmis20.

État du texte de Josèphe et état des recherches sur le multilinguisme

  • 21 L’ensemble des travaux sur Josèphe se fonde sur l’édition de Niese B. (éd.), Flavii Iosephi Opera,(...)
  • 22 Istrin V., Vaillant A. et Pascal P. (éd.), La « Prise de Jérusalem » de Josèphe le Juif, Paris, In (...)
  • 23 Discussion et bibliographie par Nodet E., « Appendice sur la version slavone de La Guerre », in Th (...)

10Nous n’avons pas de texte sûr pour les œuvres de Josèphe : non seulement, le classement des manuscrits disponibles est controversé21, mais on a la certitude que ceux-ci sont très éloignés de l’archétype (l’original perdu) : ainsi, on dispose d’un papyrus du IIIe siècle qui contient un extrait de 112 mots (la plupart incomplets) de La Guerre des Juifs ; sur les trente-huit mots complets, il y en a neuf qui ne figurent dans aucun des manuscrits connus. Par ailleurs, il existe une traduction de La Guerre des Juifs en vieux-slavon, datant du XIIe-XIIIe siècle (transmise par des manuscrits du XVe siècle)22, qui diffère considérablement de la version grecque : si l’on met de côté les interpolations et les additions christologiques tardives d’époque byzantine qu’elle comporte, il est vraisemblable qu’elle a été traduite de la première version de La Guerre, antérieure à la version grecque, rédigée en araméen23.

  • 24 Sur le problème de la supériorité de la tradition indirecte des manuscrits sur la tradition direct (...)

11La situation est encore pire pour Les Antiquités juives, dont il n’existe que des manuscrits récents : le manuscrit le plus ancien est du XIe siècle (alors que pour La Guerre des Juifs on a tout de même des manuscrits byzantins du IXe siècle). En fait, la version la plus ancienne des Antiquités juives est accessible à travers une traduction latine réalisée au VIe siècle, à partir d’un texte déjà vieux de cinq siècles, à l’instigation de Cassiodore. Il en existe également des paraphrases, l’une en latin (l’Hegesippos, du IVe siècle), l’autre en hébreu (le Josippon, du Xe siècle, traduit en arabe), qui donnent de l’œuvre une image déformée et parfois fantaisiste, mais plus ancienne et, partant, plus fidèle au texte original que la tradition directe24. En résumé, on travaille sur un texte très corrompu.

  • 25 Dindorf L., « Über Josephos und dessen Sprachen », Neue Jahrbücher, 99, 1869, p. 821-847.
  • 26 Grâce au Testimonium Flavianum, bref paragraphe considéré comme le premier témoignage historique s (...)

12Quant aux recherches sur le multilinguisme de Josèphe, la bibliographie, bien que surabondante, ne tient pas ses promesses. L’intérêt du sujet a pourtant été signalé dès 1869 par Ludwig Dindorf25, mais les problématiques développées au cours d’un siècle et demi de publications sont en fait plus ou moins hors sujet : d’une part, jusqu’à présent les traditions culturelles des philologues sont restées marquées par l’influence de la Quellenforschung et ont orienté toutes les recherches sur l’étude des sources et des influences ; d’autre part, c’est essentiellement aux différentes versions de la Bible disponibles à l’époque de Josèphe que se sont intéressés les spécialistes de cet auteur, dont l’œuvre historique ne doit sa survie qu’à sa popularité chez les auteurs chrétiens au nom de considérations exclusivement religieuses26.

  • 27 On peut se faire une idée de ce type de recherche avec l’article de Sterling G. E., « Explaining D (...)
  • 28 πάσης μοι τῆς παραγματείας ἐν παρασκευῇ γεγενημένης, χρησάμενός τισι πρὸς τὴν ῾Ελληνίδα ϕωνὴν συνε (...)
  • 29 Théorie développée par Thackeray, pour qui (a) aurait rédigé AJ, XV-XVI et (b) AJ, XVII-XIX (cf. T (...)
  • 30 Les manuscrits donnent Achab en BJ, I, 55 et en AJ, XVII, 184, mais le personnage devient Alcibiad (...)

13Josèphe n’est pas le premier historien à écrire en grec l’histoire du monde romain et les emprunts qu’il a pu faire à ses devanciers ont été étudiés : la bibliographie privilégie l’étude des échos du vocabulaire et des idées politiques de Polybe et de Denys d’Halicarnasse dans son œuvre27. Par ailleurs, le gigantisme des Antiquités juives (vingt livres) et les explications données par Josèphe sur les assistants qui l’ont aidé à rédiger cet ouvrage en grec28 ont rendu possible l’élaboration tenace d’une « théorie des assistants », selon laquelle certains livres des Antiquités juives auraient été rédigés par un assistant (a), habile admirateur de Sophocle et de Virgile, et d’autres livres par un assistant (b), médiocre imitateur de Thucydide29. Cette théorie fait un peu feu de tout bois, jusqu’à invoquer de simples lapsus ou inconséquences pour preuves : le glissement du nom sémitique courant Achab à celui d’Alcibiade pour un cousin d’Hérode documenterait ainsi l’existence du servile assistant thucydidéen30.

  • 31 Notamment dans le Préambule de La Guerre des Juifs (BJ, I, 1 et 13-14) et dans le livre I du Contr (...)

14Toutefois, l’influence des prédécesseurs de Josèphe sur son propre travail a tout de même été relevée dans d’autres cas moins discutables, mais plutôt comme argument d’autorité que comme imitation véritable. Par exemple, lorsque Josèphe rappelle la longévité de Noé, mort à 950 ans, il invoque le témoignage des auteurs anciens pour lutter contre l’invraisemblance et, après avoir donné des explications rationalisantes (la sobriété de Noé, sa pratique de la vertu et une alimentation adaptée), dresse une liste supposée clore le débat : « J’ai là-dessus le témoignage de tous les historiens de l’antiquité, grecs ou barbares [suit une liste de 11 auteurs] » (AJ, I, 106-107). Notons cependant que Josèphe n’est pas un philhellène et cherche constamment à se démarquer des historiens grecs31, y compris ceux dont il dépend étroitement, comme Nicolas de Damas.

  • 32 τὴν ἀρχαιολογίαν ἐκ τῶν ἱερῶν γραμμάτων μεθηρμήνευκα : « quant à l’Archéologie [= les AJ], je l’ai (...)
  • 33 = les Massorètes (de l’hébreu massorab, tradition, transmission).
  • 34 C. Ap., I, 38-41. On trouve le résumé de la démonstration dans Thackeray H. St. J., Flavius Josèph (...)

15La deuxième problématique abondamment développée depuis le XIXe siècle concerne la Bible, paraphrasée par les douze premiers livres des Antiquités juives : Josèphe va jusqu’à présenter son œuvre comme une traduction des texte sacrés32 et les spécialistes n’ont cessé de se demander quel texte biblique l’historien avait utilisé. Par son éducation sacerdotale, Josèphe connaissait parfaitement la Bible massorétique, c’est-à-dire le texte hébreu établi par les docteurs des écoles rabbiniques de Babylonie et de Palestine33 ; mais c’est en grec qu’il rédigeait Les Antiquités juives, et il disposait de la LXX. La vraisemblance, d’une part, et, d’autre part, les liens étroits entre hellénisme et christianisme qui ont marqué notre tradition philologique ont conduit les éditeurs successifs des Antiquités juives à amender les manuscrits de façon à aligner le texte de Josèphe sur celui de la LXX. Or, il convient dorénavant de rejeter ces corrections en respectant la démarche de l’auteur qui, en réalité, a spontanément utilisé et traduit lui-même en grec le texte hébreu qu’il avait appris par cœur dans son enfance, non sans dépendre de la LXX pour certains aspects (par exemple, quand il énumère la liste des livres bibliques, il se conforme au canon chrétien et non pas au canon juif)34.

16Comme on le voit, les recherches sur le multilinguisme de Josèphe sont pauvres en ressources pour l’historien, à qui se posent les questions de savoir comment l’usage des différentes langues disponibles reflète l’image que Josèphe donne du monde qu’il décrit et si l’on peut établir un parallèle entre la hiérarchie des langues utilisées par Josèphe et la tâche historiographique qu’il s’est fixée.

Modèles idéologiques et hiérarchie des langues

  • 35 Le développement infra résume l’article de Yavetz Z., « Reflections on Titus and Josephus », GRBS,(...)

17À l’époque de Josèphe, faire entrer Israël dans l’histoire universelle signifie écrire en grec l’histoire du peuple juif dans l’Empire romain. La réalisation de cette tâche historiographique s’appuie sur des présupposés idéologiques, que l’on peut notamment discerner dans le traitement par Josèphe du personnage de l’empereur Titus35 et dans le vocabulaire exprimant sa philosophie de l’histoire.

  • 36 Suétone, Vies des douze Césars : Vie de Titus ; Tacite, Histoires, livre V.
  • 37 En hébreu, le nom de Titus est régulièrement associé à l’adjectif « méchant » et au souhait que «  (...)
  • 38 BJ, V, 59, 62, 93.
  • 39 BJ, V, 288, 340.
  • 40 BJ, V, 282, 311, 488.
  • 41 BJ, V, 54-66, 81-97, 339-344.
  • 42 BJ, V, 52, 114, 262 et 495-498.
  • 43 BJ, V, 42, 263, 276, 281, 347.
  • 44 BJ, V, 519, 522, 553-559.

18Josèphe, qui écrit sous le règne de Titus et lui doit beaucoup, donne une image de l’empereur très différente de celle que dessinent les autres sources romaines, Suétone et Tacite, assez critiques36, sans parler des sources juives qui ne voient en Titus que le profanateur du Temple37. Josèphe, au contraire, fait l’éloge de Titus dès le préambule de La Guerre des Juifs (BJ, I, 10) et présente ensuite le personnage comme un véritable héros et un chef romain idéal. Titus possède les trois « vertus du prince », la virtus (courage – ἄνδρεία), la prudentia (sagesse – πρόνοια) et la clementia (humanité – ϕιλανθρωπία). C’est d’abord un excellent cavalier38 et un archer émérite39, qui sait s’exposer au cours des combats40 et prendre des décisions rapides41. Ce qui ne signifie pas pour autant que Titus prenne des risques inutiles, car la définition romaine du courage prohibe la témérité. Aussi pratique-t-il également la sagesse, en accordant dans sa stratégie une place importante à la réflexion (évaluation de l’adversaire42) et à l’organisation (coordination et répartition des tâches43). Cette élévation de caractère est associée à une vive sensibilité, qui va jusqu’à dicter à Titus une certaine compassion pour l’ennemi44.

  • 45 Cf. Trisoglio F., « L’intervento divino nelle vicende umane della storiografia classica greca a Fl (...)

19En dépit de sa banalité, cette idéalisation du pouvoir par un courtisan participe cependant à la construction d’un modèle idéologique complexe, car les éléments romains y entrent en concurrence avec des éléments non romains, repérables dans l’interprétation que l’historien donne des événements45.

  • 46 Cf. Hadas-Lebel M., « La tradition rabbinique sur la première révolte contre Rome à la lumière du (...)
  • 47 AJ, XVIII, 13.

20Au fur et à mesure du récit des événements, Josèphe cherche à en dégager le sens, sans se démarquer des traditions historiographiques du monde antique, qui combinent causalité humaine et causalité surnaturelle. Le vocabulaire qu’il emploie dans le second cas associe avec une certaine ambiguïté deux termes qui sont pour nous très différents : θεός et τύχη (avec ou sans article). Certes, l’idée que les dieux interviennent dans la destinée des hommes n’est pas propre à l’histoire juive, et le rôle de la Fortune dans l’histoire est un lieu commun de l’historiographie grecque depuis Polybe. Mais Josèphe reprend la doctrine pharisienne46, qui concilie liberté et nécessité : « [Les Pharisiens] croient que tout a lieu par l’effet de la fatalité, mais ne privent pourtant pas la volonté humaine de toute emprise sur eux, car ils pensent que Dieu a tempéré les décisions de la fatalité par la volonté de l’homme pour que celui-ci se dirige vers la vertu ou le vice47. » Les discours que, depuis les rangs de l’armée romaine, il adresse à ses compatriotes assiégés dans Jérusalem en 70 sont organisés autour de l’idée que si les Romains avaient mérité le châtiment divin, Dieu les aurait frappés (BJ, V, 408). Or, ce n’est pas le cas : au contraire, il les comble de bienfaits (BJ, V, 409-410). Quant aux Juifs, ils ont commis tant de scélératesses (BJ, V, 401-403, 442) que leur châtiment est devenu nécessaire. Ce sont des factieux qui s’entretuent – la ville déchirée par la guerre civile est incapable d’organiser sa défense – et qui, par leurs crimes, ont rendu le succès de Rome inévitable (BJ, V, 444). Bientôt « Dieu avec les Romains apportera le feu qui purifiera le Temple » (BJ, VI, 110). Josèphe conclut ses discours sur un appel au repentir qui coïncide avec la mission que Titus lui a confiée.

21Dans cette perspective (prophétique), il n’est pas de catastrophe inexplicable et tous les événements historiques sont voulus par Dieu en fonction de sa justice. Josèphe transpose le providentialisme juif dans l’empire romain : Dieu est passé du côté des Romains parce que les Juifs ont abandonné ses lois, et le modèle biblique de David, chef militaire, se réincarne dans la figure historique de Titus, chef de l’armée romaine. Josèphe superpose donc l’idéologie juive (l’interprétation religieuse du monde) et l’idéologie romaine (l’interprétation politique), pour faire de Rome la dépositaire des valeurs juives.

Le grec, médiation linguistique

22Mais l’historien s’est trouvé devant une impasse linguistique : il y avait trop d’hostilité politique et d’incompatibilités culturelles entre les deux mondes pour que cette improbable fusion puisse se faire au bénéfice de l’une ou de l’autre des langues en usage. Dans ce contexte, le recours au grec peut s’interpréter comme une solution de conciliation. Les références littéraires de la langue grecque procuraient un arsenal de notions traditionnelles et de lieux communs à la fois familiers et extérieurs aux Romains comme aux Juifs. En les utilisant, l’écrivain pouvait développer à sa double audience son interprétation providentialiste de l’histoire d’une façon intelligible, à défaut d’être convaincante. Entre Rome et la Judée, le grec était pour Josèphe la langue de la neutralité.

Notes

1 Il s’appelait Josèphe ben Matthias (Yosef ben Mattathyahu) et était apparenté à la famille royale des Hasmonéens.

2 Jusqu’à la découverte des manuscrits de la mer Morte, l’araméen était considéré comme la langue dominante et l’hébreu comme une langue scolastique et artificielle, réservée aux lettrés pour un usage strictement technique, comparable à celui du latin dans le système scolaire de l’Europe classique. Mais l’étude de la langue des rouleaux non bibliques de Qumrân a permis de reconstituer l’évolution de l’hébreu et d’établir le fait que cette langue était encore bien vivante au Ier siècle. L’opposition entre une langue scolaire (l’hébreu) et une langue vivante (l’araméen) n’est plus admise aujourd’hui, et l’on considère que les deux langues sont les composantes d’une situation bilingue, où l’hébreu subit l’influence araméenne. Cf. Gluska I., Hebrew and Aramaic in Contact during the Tannaitic Period: A Sociolinguistic Approach, Tel-Aviv, 1999.

3 C’est un peu différent en Galilée et sur la côte, où l’araméen devient plus tôt la langue quotidienne, l’hébreu tendant à ne subsister que comme langue de prestige, sauf dans les milieux peu lettrés et dans les villages éloignés, où il résiste. Cf. Kessler-Mesguich S., La langue des Sages, Louvain, Peeters, 2002, p. 141-162 (chap. 4 : « Langues en contact »), et Rosen H. B., « Die Sprachsituation im römischen Palästina », in Neumann G. et Untermann J. (dir.), Die Sprachen im römischen Reich der Kaiserzeit, Cologne, 1980, p. 215-239.

4 Ces emprunts touchent exclusivement le lexique, car le grec, n’étant pas une langue sémitique, n’influence pas les structures grammaticales de l’araméen et de l’hébreu. Les éléments empruntés au grec appartiennent à des domaines variés : architecture, vêtements, échanges commerciaux, institutions, vocabulaire juridique (exemples dans Kessler-Mesguich S., La langue des Sages, op. cit., p. 162). Signalons que, en revanche, il y a très peu de mots d’origine latine, puisque le latin n’était pas parlé en Palestine : ce sont surtout des termes militaires et administratifs ainsi que des noms d’objets venus de pays de langue latine.

5 Cf. Lieberman J., Greek in Jewish Palestine. Studies in the Life and Manners of Jewish Palestine in the II-IV Centuries C.E., New York, 1942, et Hellenism in Jewish Palestine. Studies in the Literary Transmission, Beliefs and Manners of Palestine in the I Century B.C.E.- IV Century C.E., New York, 1950. Liebermann étudie notamment le vocabulaire grec contenu dans la littérature rabbinique et montre que les rabbins insèrent des mots grecs dans leurs sermons (des citations d’Homère, par exemple), voire des proverbes grecs, sans les traduire.

6 « Je me suis efforcé de posséder les lettres grecques après avoir appris la grammaire grecque, bien qu’une longue pratique de ma langue maternelle m’ait empêché d’acquérir une prononciation correcte » (Antiquités juives [abrégées ci-après AJ], XX, 263).

7 Il décrit ses efforts pour atteindre « l’harmonie des mots », τῶν ὀνοματων ἁρμονία (AJ, XIV, 2). Sur le grec de Josèphe, voir l’étude (avec bibliographie) de Redondo J., « The Greek literary language of the Hebrew historian Josephus », Hermes, 128/4, 2000, p. 420-434.

8 Josèphe évoque ce voyage dans son Autobiographie (Vita, 13-16). Ces prêtres juifs étaient emprisonnés à Rome depuis trois ans pour des raisons que nous ignorons. La délégation à laquelle participa Josèphe obtint leur libération grâce à l’intervention de Poppée.

9 Cette reddition est célèbre par l’habileté et le cynisme de Josèphe : après 47 jours de siège, les Romains s’étaient emparés de la forteresse et Josèphe ainsi que quarante compagnons avaient trouvé refuge dans une citerne. Ils y tinrent conseil et décidèrent de se donner mutuellement la mort plutôt que de se rendre. L’ordre des exécutions fut fixé par un « tirage au sort » que Josèphe organisa de façon à être le dernier survivant. Après quoi, il se rendit. Cf., par exemple, Nodet E., « Ruse de Josèphe à Yotapata », in Thackeray H. St. J., Flavius Josèphe, l’homme et l’historien, Paris, 2000, p. 221-224.

10 C’est la première phrase de La Guerre des Juifs (BJ, I, 1), abrégée ci-après BJ.

11 BJ, I, 3 (Préambule).

12 La LXX ne comprend que le Pentateuque : la Genèse, l’Exode, le Lévitique, les Nombres et le Deutéronome. Cf. Harl M. et alii, La Bible d’Alexandrie, LXX, Paris, éd. Cerf, 1986.

13 AJ, I, 10 (Préambule).

14 Les Antiquités juives en citent textuellement 35 : décrets du sénat romain, édits d’empereurs et décisions de hauts fonctionnaires.

15 Suétone, Vies des douze Césars : Vie de Vespasien, VIII.

16 Exemple : Λενκίῳ Λέντυλῳ Γαίῳ Μαρκέλλῳ ὑπάτοῖς, « sous le consulat de L. Lentulus et C. Marcellus » (AJ, XIV, 228).

17 Cf. Mason St., « Flavius Josephus in Flavian Rome: reading on and between the lines », in Boyle A. J. et Dominik W. J. (éd.), Flavian Rome. Culture, image, text, Leyde, Brill, 2003, p. 559-589. Steve Mason en tire argument pour considérer que sur le plan historiographique les Antiquités juives sont destinées aux élites romaines. Voir aussi son précédent article, « Should any wish to enquire further (Ant. 1.25): The Aim and Audience of Josephus’s Judean Antiquities/Life », in Mason St. (éd.), Understanding Josephus, Sheffield, 1998, p. 64-103.

18 Voir l’inventaire dressé par Ward J. S., « Roman Greek : Latinisms in the Greek of Flavius Josephus », Classical Qarterly, 57/2, 2007, p. 632-649 (p. 643-645) : une tournure comme ἑαυτοῖς κατεσκεύασαν (BJ, II, 437) – sur le modèle de sibi comparaverunt – serait considérée comme un solécisme en thème grec (on attend κατεσκεύασαντο).

19 On trouvera d’autres observations et des exemples dans l’article de Bernardi J., « De quelques sémitismes de Flavius Josèphe », REG, 100, 1987, p. 18-27.

20 La tentation permanente de tous les éditeurs est de corriger le texte des manuscrits au lieu de s’y tenir ; pour Josèphe, ils furent encouragés dans cette voie par le modèle de la Bible grecque.

21 L’ensemble des travaux sur Josèphe se fonde sur l’édition de Niese B. (éd.), Flavii Iosephi Opera, Berlin, 1885-1895 (7 vol.). Mais certains choix de Niese sont discutés.

22 Istrin V., Vaillant A. et Pascal P. (éd.), La « Prise de Jérusalem » de Josèphe le Juif, Paris, Institut d’études slaves, 1934-1938 (2 vol.)

23 Discussion et bibliographie par Nodet E., « Appendice sur la version slavone de La Guerre », in Thackeray H. St. J., Flavius Josèphe, op. cit., p. 129-168 ; voir aussi Bohrmann M., La version vieux-russe de la Guerre Juive de Flavius Josèphe, Presses universitaires franc-comtoises, Paris, 2002.

24 Sur le problème de la supériorité de la tradition indirecte des manuscrits sur la tradition directe (en général et pour Flavius Josèphe), voir « Peut-on se fier à la tradition indirecte pour un fragment historique sans référence ? L’exemple du testament d’Hérode-le-Grand de Flavius Josèphe et Nicolas de Damas », in Brillet P. et Parmentier E. (éd.), Φιλολογία. Mélanges offerts à Michel Casevitz, Lyon, Collection de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée 35, 2006, p. 239-243.

25 Dindorf L., « Über Josephos und dessen Sprachen », Neue Jahrbücher, 99, 1869, p. 821-847.

26 Grâce au Testimonium Flavianum, bref paragraphe considéré comme le premier témoignage historique sur Jésus-Christ (AJ, XVIII, 63-64), les Antiquités juives ont été soigneusement recueillies, recopiées et diffusées par les premiers chrétiens.

27 On peut se faire une idée de ce type de recherche avec l’article de Sterling G. E., « Explaining Defeat : Polybius and Josephus on the Wars with Rome », in Kalms J. U. (éd.), Internationales Josephus-Kolloquium Aarhus 1999, Münster, 2000, p. 135-151.

28 πάσης μοι τῆς παραγματείας ἐν παρασκευῇ γεγενημένης, χρησάμενός τισι πρὸς τὴν ῾Ελληνίδα ϕωνὴν συνεργοῖς : « une fois achevée la préparation de mon œuvre historique, je me fis aider par des assistants pour le grec » (Contre Apion, I, 50).

29 Théorie développée par Thackeray, pour qui (a) aurait rédigé AJ, XV-XVI et (b) AJ, XVII-XIX (cf. Thackeray H. St. J., Flavius Josèphe, op. cit., p. 68-80).

30 Les manuscrits donnent Achab en BJ, I, 55 et en AJ, XVII, 184, mais le personnage devient Alcibiade en AJ, XVII, 270. Cf. Nodet E. (éd.), Flavius Josèphe, Les Antiquités juives, livres I - III, Paris, 1990, p. xxvi.

31 Notamment dans le Préambule de La Guerre des Juifs (BJ, I, 1 et 13-14) et dans le livre I du Contre Apion.

32 τὴν ἀρχαιολογίαν ἐκ τῶν ἱερῶν γραμμάτων μεθηρμήνευκα : « quant à l’Archéologie [= les AJ], je l’ai traduite des textes sacrés » (C. Ap., I, 54).

33 = les Massorètes (de l’hébreu massorab, tradition, transmission).

34 C. Ap., I, 38-41. On trouve le résumé de la démonstration dans Thackeray H. St. J., Flavius Josèphe, op. cit., p. 51-54.

35 Le développement infra résume l’article de Yavetz Z., « Reflections on Titus and Josephus », GRBS, 16, 1975, p. 411-432.

36 Suétone, Vies des douze Césars : Vie de Titus ; Tacite, Histoires, livre V.

37 En hébreu, le nom de Titus est régulièrement associé à l’adjectif « méchant » et au souhait que « ses os soient broyés ».

38 BJ, V, 59, 62, 93.

39 BJ, V, 288, 340.

40 BJ, V, 282, 311, 488.

41 BJ, V, 54-66, 81-97, 339-344.

42 BJ, V, 52, 114, 262 et 495-498.

43 BJ, V, 42, 263, 276, 281, 347.

44 BJ, V, 519, 522, 553-559.

45 Cf. Trisoglio F., « L’intervento divino nelle vicende umane della storiografia classica greca a Flavio Giuseppe e ad Eusebio di Cesarea », ANRW II, Principat vol. 21.2, 1984, p. 977-1104.

46 Cf. Hadas-Lebel M., « La tradition rabbinique sur la première révolte contre Rome à la lumière du De Bello Judaico de Flavius Josèphe », Sileno. Rivista di studi classici e cristiani, 9e année, 1983, p. 155-173.

47 AJ, XVIII, 13.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540