Version classiqueVersion mobile

Les formes de l'échange

 | 
François Brizay

Se définir : langue et identité

Être Grec, être Égyptien dans l’Égypte ptolémaïque

Anne-Emmanuelle Veïsse

Texte intégral

  • 1 Clarysse W., « Greeks and Egyptians in the Ptolemaic Army and Administration », Aegyptus, 65, 1985 (...)
  • 2 Collombert Ph., « Religion égyptienne et culture grecque : l’exemple de Διοσϰουρίδης », CdE, 75, 2 (...)
  • 3 Collombert Ph., op. cit., p. 57.

1À bien des égards, l’Égypte ptolémaïque peut apparaître comme un laboratoire privilégié pour l’étude des phénomènes identitaires dans l’Antiquité. À la suite de la conquête du pays par Alexandre le Grand en 332 av. J.-C. et de l’installation de la dynastie des Ptolémées à partir de 323, une puissante vague d’immigration provoqua en effet une situation de contact sans guère d’équivalent jusqu’alors entre Égyptiens et migrants issus de pratiquement tous les rivages du monde grec et hellénisé : Grecs, Macédoniens, Libyens, Thraces, Juifs, Syriens… De plus, cette situation de contact est documentée par une abondance relative de sources de première main, pour l’essentiel papyrologiques et épigraphiques, en grec et en égyptien (i. e. en démotique pour les actes de la vie courante et en hiéroglyphes dans le cadre funéraire et religieux). Ces sources permettent notamment de mesurer à quel point toute définition de l’identité est complexe, et rarement univoque. Plusieurs études récentes ont ainsi mis en lumière le « double visage » (Willy Clarysse)1, que possédaient bien des agents du pouvoir ptolémaïque, lesquels apparaissent sous les traits de fonctionnaires grecs dans les sources grecques et sous ceux de prêtres indigènes dans les sources égyptiennes. Un cas désormais célèbre est celui du diocète Dioscouridès étudié par Philippe Collombert2 en 2000. Dans les papyrus grecs, c’est sans conteste la face grecque de ce personnage qui apparaît : Dioscouridès est doté d’un certain nombre de titres qui attestent de sa brillante carrière de fonctionnaire, passé du rang de diocète régional à celui de diocète en chef, à la tête de toute l’administration ptolémaïque, entre 163 et 146, sous le règne de Ptolémée VI Philométor. De fait, sur la seule base des papyrus, la question de sa grécité ne s’était jamais posée jusqu’à ce que Philippe Collombert identifie comme sien un sarcophage égyptien conservé au musée du Louvre. Dans l’autobiographie hiéroglyphique qui recouvre ce sarcophage, Dioscouridès dont le nom est transcrit phonétiquement (Dsqrds) apparaît avec divers titres qui confirment sa place éminente au sein de l’administration lagide. Mais le texte révèle qu’il exerçait aussi un sacerdoce dans le culte égyptien en tant que « prophète d’Horemheb », et que sa mère portait le nom égyptien de Tétosiris. Le sarcophage révèle donc un tout autre visage du diocète de Ptolémée VI. Probablement était-il issu d’une famille mixte ; en tout cas, son ancrage dans la culture égyptienne était suffisamment fort pour qu’il se fasse inhumer selon les coutumes locales à une époque où les Grecs « de souche » n’avaient pas encore été gagnés à la momification. « Portait-il aussi dans la bouche son obole pour Charon », comme se le demande Philippe Collombert3 ?

  • 4 Les sigles papyrologiques sont conformes à la Checklist of Editions of Greek, Latin, Demotic and C (...)
  • 5 Voir Clarysse W. et Thompson D. J., Counting the People in Hellenistic Egypt (P. Count), Cambridge (...)
  • 6 L’identification peut être établie de la manière suivante : le P. Count 2, l. 490-496 décompte les (...)
  • 7 L’information est donnée par le papyrus P. Hal. 1, 260-265 (v. 256). Voir à ce sujet Clarysse W. e (...)
  • 8 Clarysse W. et Thompson D. J., ibid., p. 127-129. Sur les questions de l’enseignement du grec dans (...)

2L’identification est encore plus complexe lorsque les individus portent des « doubles noms », c’est-à-dire plus exactement deux noms, l’un grec et l’autre égyptien. Ces deux noms peuvent apparaître conjointement dans les documents, généralement reliés par la formule ὁ/ἡ ϰαί en grec et dd n =f, dd.t n =s en démotique, « appelé(e) aussi ». Mais il arrive que seul le nom grec apparaisse dans les sources grecques, et le nom égyptien dans les sources égyptiennes, ce qui complique considérablement la tâche de l’historien. Il en va de même lorsque les mêmes individus sont l’objet de désignations ethniques apparemment contradictoires, qualifiés dans certains contextes de « Grecs » (Hellènes) et dans d’autres d’« Égyptiens ». Tel est le cas de deux maîtres d’école, un homme et une femme, habitant à Arsinoé-de-la-Digue, dans le Fayoum, sous le règne de Ptolémée III Évergète. Ces deux personnes apparaissent dans deux registres, l’un grec, l’autre démotique, qui recensent la population du Fayoum à des échelons administratifs différents pour l’année 229. Le document grec, le papyrus P. Count 3, procède à un décompte des contribuables en fonction de leur profession, village par village4. Les deux professeurs en question – ou plus probablement un professeur et sa femme, dans la mesure où, dans ce type de documents, les femmes sont inscrites sous la profession du mari5 – s’y trouvent désignés comme « professeurs égyptiens », didaskaloi Aigyptioi (P. Count 3, l. 86-87 ; cf. l. 32). Le registre démotique quant à lui résume pour la même année 229 les informations livrées par les différents districts fiscaux au niveau administratif supérieur, celui de la toparchie (P. Count 2, l. 468-537). Or c’est sous la rubrique « professeurs grecs », shˁ.t-sbӠ Wynn, que les deux individus apparaissent (P. Count 2, l. 490-492)6. Comment expliquer cette divergence ? En fait, dans le P. Count 3 le qualificatif d’« Égyptien » renvoie manifestement à l’identité culturelle des individus concernés telle qu’elle a été perçue par le fonctionnaire en charge de l’établissement de la liste (que ce dernier ait été grec ou égyptien, ce que nous ignorons, ne change rien à l’affaire). En revanche, au niveau du résumé démotique, c’est le statut de ces individus qui est spécifié, statut essentiel du point de vue de l’administration fiscale dans la mesure où il justifie l’exemption d’un impôt personnel important, la taxe sur le sel (haliké) : les didaskaloi grecs en général, ainsi que les entraîneurs sportifs (pédotribes), les artistes de Dionysos et les vainqueurs aux jeux d’Alexandrie étaient, ainsi que leurs familles, exemptés de cette taxe7. Nous n’en savons pas plus sur ces deux personnages mais on peut supposer, avec Willy Clarysse et Dorothy Thompson, que les « professeurs égyptiens » de ce type étaient des Égyptiens enseignant le grec dans des écoles égyptiennes8.

  • 9 Voir notamment Vandorpe K., The Bilingual Family Archive of Dryton, his wife Apollonia and their D (...)

3On voit donc bien combien les différentes facettes de l’identité d’un individu peuvent varier en fonction de la nature des sources accessibles à l’historien. Je voudrais pour ma part examiner ici plus en détail la manière dont des identités différentes s’expriment parfois au sein d’une même famille, en prenant comme exemple celle d’une figure bien connue de la papyrologie, le cavalier Dryton, fils de Pamphilos9.

  • 10 J’inclus ici, outre les « archives de Dryton » proprement dites, magistralement éditées par K. Van (...)
  • 11 Cf. Winnicki J. K., op. cit., p. 348.
  • 12 Voir Vandorpe K., P. Dryton, p. 35-36 et Gonis N., art. cit., p. 197.

4Cette famille est connue par une cinquantaine de papyrus et d’ostraca grecs et démotiques retrouvés à Pathyris, en Haute-Égypte10. Le Dryton en question, dont la vie couvre une bonne partie du IIe siècle, est né vers 192 au sein d’une famille grecque d’origine crétoise possédant – rare privilège – la citoyenneté de Ptolémaïs, une des trois seules poleis grecques d’Égypte, fondée par Ptolémée Ier dans le sud du pays, entre Lycopolis et Thèbes. Militaire de carrière, enrôlé dans la cavalerie, Dryton servit d’abord dans la garnison de Ptolémaïs puis dans celle de Diospolis Mikra, située à une centaine de kilomètres plus au sud. C’est dans cette ville qu’il conclut en 164 une union tout à fait endogame avec une certaine « Sarapias, fils d’Esthladas », probablement elle aussi issue d’une famille crétoise au vu de son patronyme, et également citoyenne de Ptolémaïs ; de cette union naquit un fils nommé, comme son grand-père paternel, Esthladas, vers 15811. Quelques années après cette naissance s’opéra un tournant dans la vie de Dryton : il fut envoyé dans la nouvelle garnison de Pathyris établie par les Ptolémées au sud de Thèbes et, alors veuf ou divorcé, il se remaria le 4 mai 150 avec une jeune fille portant le double nom d’Apollonia-Senmonthis. Cette dernière était la fille d’un certain Ptolemaios alias Pamenos, militaire servant dans la même compagnie que Dryton (celle de « Diodotos »), mais dans le corps moins prestigieux de l’infanterie. De cette nouvelle union naquirent cinq filles, auxquelles furent également donnés des doubles noms : Apollonia-Senmouthis, Aristo-Senmonthis, Nikarion-Thermouthis, Apollonia-Senpelaia et Aphrodisia-Tachratis. Dryton lui-même, devenu entre-temps officier de cavalerie, mourut en 126 ou peu après12, mais les documents permettent d’éclairer quelques aspects de la vie de ses enfants et petits-enfants pour quelques années encore, jusqu’à ce que tous, faute de sources, retournent dans l’obscurité de l’histoire à la fin des années quatre-vingt-dix.

  • 13 La référence à la citoyenneté de Ptolémaïs, via la mention du dème Philotéris, apparaît dans les P (...)
  • 14 Cf. Winnicki J. K., op. cit., p. 346.
  • 15 Voir le P. Dryton 1 (164), rédigé à l’occasion du mariage avec Sarapias, le P. Dryton 2 (150), lor (...)
  • 16 Ce poème « érotique » (consacré au pouvoir d’Éros) se trouve au dos d’un contrat de prêt de 174. V (...)
  • 17 En ce sens Vandorpe K., « Apollonia », art. cit., p. 327. De même, il serait imprudent de considér (...)

5Comment définir l’identité des membres de cette famille ? Dans les documents officiels conservés parmi ses archives, pétitions, contrats, testaments, Dryton lui-même se présente comme citoyen de Ptolémaïs (par la référence à son dème d’enregistrement comme citoyen, Philotéris), et comme « Crétois13 » : il s’agit là de ce que depuis Elias Bikerman nous appelons un « ethnique », et qui, selon la terminologie de l’administration ptolémaïque, est la patris c’est-à-dire un indicateur d’origine, caractéristique de l’état civil des sujets grecs des Ptolémées ; en l’occurrence, Dryton porte un nom typiquement crétois, et c’est aussi un nom crétois qu’il donna à son fils Esthladas14. Par la référence à cet ethnique et à sa qualité de citoyen, Dryton se pose donc incontestablement en Grec. De fait, c’est aussi en grec et selon les traditions grecques qu’il prit, au cours de sa vie, différentes dispositions matrimoniales et testamentaires15. En outre, la présence, parmi ses archives, d’un poème lyrique hellénistique, recopié de sa propre main, témoigne de son ancrage dans la culture grecque16. Certes, dans le cadre de son second mariage, il donna aux cinq filles qu’il eut d’Apollonia-Senmonthis des doubles noms, grecs et égyptiens. Mais, pour autant que ce fait témoigne véritablement d’une « égyptianisation » du personnage, celle-ci semble être restée bien limitée17. Globalement, il ne semble pas y avoir de contradiction notable entre la manière dont Dryton lui-même, par sa qualité de citoyen et son ethnique, se définissait comme Grec, et le regard que nous historiens portons sur lui aujourd’hui compte tenu de l’ensemble des sources qui le concernent.

  • 18 Voir Vandorpe K. et Waebens S., op. cit., p. 48-49.
  • 19 Il s’agit pour l’essentiel de titres de propriété et de pièces de procès composant le dossier de l (...)
  • 20 Winnicki J. K., op. cit., p. 349, pour qui l’égyptien était même l’Alltagssprache de cette famille

6Le cas d’Apollonia-Senmonthis, sa seconde femme, est plus complexe. Cette dernière est l’aînée de quatre filles qui, comme nous le verrons plus bas, portent dans certains documents l’ethnique de « Cyrénéennes » renvoyant à l’antique cité grecque de Cyrène, en Libye. L’origine réelle de cette famille a été discutée : y a-t-il eu véritablement à l’origine un ancêtre grec venu de Cyrène, ou l’ethnique a-t-il été acquis par intégration d’un Égyptien dans un corps d’armée de Cyrénéens ? Dans la mesure où le grand-père d’Apollonia, Hermokratès alias Panas, n’est pas connu par d’autres qualificatifs que ceux d’« hommes de Syène » et d’« homme recevant une paie », qui tous deux renvoient à la sphère militaire, la seconde hypothèse est la plus vraisemblable18. De fait, l’onomastique de cette famille pointe vers un milieu culturel égyptien : tous les parents connus d’Apollonia, père, grand-père, arrière-grand-père, oncles, cousins, portent, soit un double nom, soit un seul nom égyptien. Par ailleurs, la documentation relative à cette famille est une documentation bilingue, au sein de laquelle les papyrus démotiques l’emportent même largement sur les papyrus grecs19. Certes, dans un État bilingue comme l’État ptolémaïque la langue de rédaction d’un document ne suffit pas à prouver la compétence linguistique d’un individu : entrent en considération, par exemple, dans le cas d’une pétition, la nature de l’autorité à laquelle elle est adressée ; dans le cas d’un contrat, celle de l’office notarial disponible sur place. Néanmoins, le recours régulier des membres de la belle-famille de Dryton aux instances notariales et judiciaires égyptiennes, exerçant dans la langue du pays, laisse penser que ces « Cyrénéens » étaient véritablement des locuteurs égyptiens20.

  • 21 Vandorpe K., « Apollonia », art. cit., p. 326.
  • 22 Par commodité, je désignerai ici par le terme de « notaires » aussi bien les notaires grecs (agora (...)
  • 23 Voir Vandorpe K., op. cit., p. 334.

7Apollonia-Senmonthis quant à elle offre un exemple frappant de cette ambivalence entre statut grec et culture égyptienne. Comme nombre de membres de sa famille, elle porte deux noms : en tant qu’Apollonia (Ἀπολλωνία/ӠpwlnyӠ) elle est « celle d’Apollon », en tant que Senmonthis (Σενμῶνθις/TӠ-šr.t-Mnt) « fille de Montou ». Dans la mesure où Montou est identifié à Apollon en Égypte, ces deux noms coïncident très exactement21. Pour autant, ils ne sont pas utilisés de la même manière. Entrent en jeu la nature, privée ou publique, des documents et, dans le cas des documents à caractère public, leur langue de rédaction. Pour les sources d’ordre privé, ce second critère n’est pas pertinent : qu’elles soient grecques ou démotiques, la seconde femme de Dryton y est toujours désignée par son nom égyptien. Ainsi, dans le P. Dryton 42, qui date de 134, Esthladas, le fils du premier mariage de Dryton, fait le compte, en grec, d’objets qu’il a donnés « à Senmonthis » (l. 2). C’est aussi comme « Senmonthis » qu’Apollonia s’identifie dans le P. Dryton 41 (l. 1), un compte de blé rédigé pour elle en grec par son mari Dryton. Il en va de même dans le P. Dryton 45, un autre compte privé rédigé pour Apollonia, mais cette fois en démotique (sans doute par une tierce personne). La femme de Dryton y a consigné les quantités de blé qu’elle a données à deux de ses sœurs, et les ustensiles de cuisine qu’elle leur a achetés ; à nouveau, elle s’y identifie simplement comme « Senmonthis » (l. 2), et désigne en outre ses sœurs par leurs noms égyptiens : « Senapathis » (laquelle est également connue comme Herakleia) et « Tiesris » (= Herais). Nous pouvons aussi prendre en compte les papyrus démotiques P. Dryton 15 (139) et P. Dryton 20 (après 150), qui sont des reconnaissances de dette à caractère privé, rédigées par les débiteurs eux-mêmes à la différence des contrats de prêt établis par des notaires22 : ces débiteurs, parmi lesquels un beau-frère d’Apollonia et un soldat appartenant à la compagnie de Diodotos, déclarent avoir emprunté des céréales « à Senmonthis, fille de Pamenos » (l. 2). Dans des contextes privés, Apollonia semble donc bien avoir été désignée par les autres, et s’être également désignée elle-même, par son seul nom égyptien23. Par ailleurs, son utilisation conjointe de comptes grecs et démotiques témoigne de sa connaissance des deux langues, un trait que, comme nous l’avons vu plus haut, elle partageait très probablement avec le reste de sa famille.

  • 24 Voir ibid., p. 332 et P. Dryton, p. 108, p. 219
  • 25 Je laisse de côté le P. Dryton 46, très fragmentaire, qui mentionne la seconde femme de Dryton par (...)

8Dans les sources privées, le visage d’Apollonia a donc plutôt des traits égyptiens. En revanche, dans les documents à caractère officiel se trouve clairement exprimée l’identité grecque de cette dernière24. Entrent ici en considération25 les documents suivants :

  • deux exemplaires d’une pétition grecque qu’Apollonia et ses sœurs adressèrent en juin 136 à l’épistratège de Thébaïde Boethos, la plus haute autorité de Haute-Égypte, pour se plaindre de leur oncle Kallimédès alias Patous, de leur tante Kalibis et de leurs fils Orses et Panobchounis, tous quatre accusés de les avoir spolié d’une partie de leur héritage paternel26 : P. Dryton 33 et 33 bis ;
  • huit contrats de prêts consentis par Apollonia à diverses personnes, en céréales et en argent. Comme l’attestaient déjà les reconnaissances de dette évoquées plus haut, la seconde épouse de Dryton était une femme d’affaires avisée qui menait, en parallèle de sa vie de famille, ses propres activités économiques27. Trois de ces contrats sont des contrats démotiques, établis par des scribes rattachés aux temples égyptiens (en l’occurrence le temple d’Hathor à Pathyris, et peut-être en une occasion le temple de Souchos à Crocodilopolis) : P. Dryton 13 (145-143/2), P. Dryton 14 (143/2-138/7) et P. Dryton 18 (128 ou 124). Les cinq autres sont des contrats grecs « agoranomiques », contrats établis par l’office de notaire grec de Pathyris, établi en 13628 : P. Dryton 16 (131), P. Dryton 17 (129), P. Dryton 19 (127) et Gonis 3 (124) et Gonis 4 (136-124 ?) ;
  • deux des trois « testaments » de Dryton, le P. Dryton 2, dressé à l’occasion du mariage avec Apollonia en 150 (et faisant aussi office de contrat de mariage), et les P. Dryton 3-4, deux exemplaires du testament rédigé par Dryton en 126, peu avant sa mort29 ;
  • deux actes de divorce démotiques des filles de Dryton et Apollonia : Aphrodisia-Tachratis, la troisième fille de la famille, dans le cas du P. Dryton 5 (mars 123), et probablement une des deux cadettes dans le P. Dryton 6 (entre 123 et 100).
  • 30 Alors que le contrat de mariage, conclu vingt-quatre ans plus tôt, présentait le cas inverse (P. D (...)

9En ce qui concerne les usages onomastiques, ces documents présentent une variété bien plus grande que les sources privées. Le nom égyptien de la femme de Dryton, « Senmonthis », apparaît seul au verso du contrat démotique P. Dryton 18, à une occasion sur trois dans le troisième testament de Dryton (P. Dryton 4, l. 20) et dans les actes de divorce P. Dryton 5 et P. Dryton 6. Le double nom, au sein duquel le nom grec vient en premier (« Apollonia appelée aussi Senmonthis ») est donné dans les contrats démotiques P. Dryton 13 et P. Dryton 14, dans le corps de la pétition P. Dryton 33 et à deux reprises dans le troisième testament de Dryton (P. Dryton 4, l. 12 et l. 17). Enfin, le nom grec seul, « Apollonia », figure au verso de la pétition P. Dryton 33, dans les cinq contrats grecs, ainsi que dans le deuxième testament de Dryton (P. Dryton 2, l. 21 et vo 1). Que déduire de ces observations ? Examinons tout d’abord les documents dans lesquels le nom égyptien apparaît seul. Le papyrus P. Dryton 18 présente un cas particulier : le nom Senmonthis ne se lit que dans la note résumant, au verso, la nature du contrat, alors que le corps de ce dernier n’est pas conservé. Il n’est donc pas exclu que la seconde femme de Dryton y ait été citée par son double nom, comme dans les P. Dryton 13 et P. Dryton 14. Les actes de divorce, quant à eux, sont des documents qui ne la concernent pas directement, son nom n’apparaissant que pour exprimer la filiation des intéressées (X, « sa mère étant Senmonthis ») : il semble bien que se reflète ici la manière dont Apollonia-Senmonthis était habituellement dénommée au sein de la sphère familiale. De même, lorsque Dryton, dans son troisième testament de 126, désigne sa femme par un seul nom, il emploie celui de « Senmonthis » et non celui d’« Apollonia »30. Pour le reste, c’est-à-dire la majorité des documents à caractère officiel, c’est bien le nom grec qui est privilégié par rapport au nom égyptien, soit qu’il apparaisse en premier dans le cas de l’emploi du double nom, soit que ce soit le seul à être donné. Est instructive, à cet égard, la comparaison entre le corps de la pétition constituée par le P. Dryton 33 et le verso de ce même document, qui porte une note d’enregistrement issue du bureau de l’épistratège. Cette note indique la date à laquelle la pétition a été soumise (28 Pachon de l’an 34 = 20 juin 136), le nom du fonctionnaire chargé d’examiner l’affaire (le stratège Santobithys) et l’identité des deux principales pétitionnaires, la femme de Dryton et sa sœur cadette. Alors que dans la pétition proprement dite, toutes deux s’identifiaient par leur double nom (resp. Apollonia alias Senmonthis et Ammonia alias Senmouthis), l’administration n’a, dans cette note d’enregistrement, retenu que leur nom grec : « Apollonia » et « Ammonia ».

  • 31 De manière similaire, c’est aussi comme « femme grecque » qu’Ammonia-Senmouthis est désignée dans (...)
  • 32 De la même manière, il est très probable que le terme de « Grec », Wynn, attribué à Dryton dans le (...)
  • 33 Cf. Gerhard G. A., Ein gräko-ägyptischer Erbstreit aus dem zweiten Jahrhundert vor Chr., Heidelber (...)
  • 34 Cf. Vandorpe K., P. Dryton, p. 238.
  • 35 Sur les différentes juridictions existant dans l’Égypte ptolémaïque, voir la mise au point récente (...)

10Au-delà même de ces questions onomastiques, certains des documents insistent plus explicitement sur l’identité grecque d’Apollonia. Ainsi, les deux contrats démotiques P. Dryton 13 et P. Dryton 14 lui attribuent le qualificatif de « femme grecque », lequel correspond à l’ethnique de « Cyrénéenne » dans la pétition à l’épistratège Boethos : « X… a déclaré à la femme grecque (sḥm.t Wynn.t) Apollonia, fille de Ptolémaios, appelée aussi Senmonthis, fille de Pamenos » (P. Dryton 13, l. 5-7 ; P. Dryton 14, l. 5-6)31 ; « À Boethos, parent (du roi) et épistratège. De la part d’Apollonia appelée aussi Senmonthis, Ammonia appelée aussi Senminis, Herakleia appelée aussi Senapathis et Herais appelée aussi Tasris, filles de Ptolémaios, Cyrénéennes (Κυρηναίων), vivant à Pathyris » (P. Dryton 33, l. 1-2)32. À la fin de cette pétition se trouve en outre formulée une requête d’Apollonia et de ses sœurs, réclamant que le conflit qui les oppose à leur oncle Kallimédès soit jugé par le stratège Santobithys et non par un « tribunal incompétent » (P. Dryton 33 bis, l. 33-34). Compte tenu des parallèles papyrologiques, cette expression (ἐπὶ τὰ μὴ ϰαθήϰοντα ϰριτήρια) désigne très probablement le tribunal des laocrites33, lequel juge en égyptien et selon les lois égyptiennes (les « lois du pays » : nomoi tès choras). Peut-être ce tribunal avait-il été requis par Kallimédès sur la base d’un règlement établi quelque temps plus tôt, en démotique, entre lui et ses nièces34. En tout état de cause, les quatre sœurs lui préférèrent la justice administrative grecque des Ptolémées35 et la note d’enregistrement du verso, avec la mention « À Santobithys », révèle que l’épistratège accéda à cette requête.

11Nous finirons par l’examen des quatre contrats de prêt grecs P. Dryton 16, P. Dryton 17, P. Dryton 19 et Gonis 3. La femme de Dryton y joue toujours le rôle de la créancière. Elle est désignée par son seul nom grec, « Apollonia », et par son ethnique de « Cyrénéenne », mais il est aussi fait explicitement mention du rôle de kurios, autrement dit de tuteur, que joue pour elle son mari Dryton puis, après la mort de ce dernier, un certain Semtheus :

  • 36 P. Dryton 16, l. 2-6 ; cf. P. Dryton 17, 3-9 et P. Dryton 19, 2-4.

« A prêté Apollonia fille de Ptolémaios, Cyrénéenne, ayant comme kurios son propre mari Dryton, fils de Pamphilos, Crétois, hipparque commandant les hommes, à la tête de ceux de l’épitagma, et faisant partie des diadoques36. »

  • 37 Sur la question du kurios, voir Taubenschlag R., The Law of Greco-Roman Egypt in the Light of the (...)
  • 38 Encore que les femmes grecques n’aient pas eu besoin de kurios en toutes circonstances, même offic (...)
  • 39 Si ce contrat date de 124, il est de toute manière postérieur à la mort de Dryton.
  • 40 Cf. Vandorpe K., P. Dryton, p. 13.

12Dans la mesure où, à Pathyris au moins, il était possible pour une Égyptienne de conclure des actes agoranomiques sans kurios, la mention d’un kurios pour Apollonia signe le statut grec de cette dernière37. Au sein de la société pathyrite de la fin du IIe siècle, Apollonia apparaît donc comme une exception. Encore cette exception ne doit-elle pas être mal interprétée. En effet, alors que nous avons tendance à considérer aujourd’hui que le statut de la femme égyptienne était, par principe, préférable à celui de la femme grecque en raison notamment de l’absence de kurios38, tel n’était pas, manifestement, l’avis d’Apollonia et de sa famille. Tout d’abord, pour conclure des contrats sans kurios, il suffisait de recourir aux notariats des temples égyptiens, en l’occurrence ceux de Pathyris ou de sa voisine Crocodilopolis. De fait, c’est ce que fit Apollonia dans les années 140 avec les P. Dryton 13 et 14, à une époque où il n’existait pas encore de notariat grec à Pathyris ; et même après l’établissement de cet office de notaire en 136, la femme de Dryton conclut à nouveau un contrat démotique, sans kurios, en 128 ou 124 (P. Dryton 1839). Plus radicalement encore, si l’enjeu avait été l’absence de kurios, il aurait suffi qu’Apollonia soit mariée à un Égyptien. Mais le Grec Dryton, appartenant au corps prestigieux de la cavalerie et doté d’un solide patrimoine, dut apparaître aux yeux de tous à Pathyris comme un parti bien plus avantageux. De fait, loin d’être stigmatisante, la mention du kurios dans les contrats grecs conclus par Apollonia semble bien avoir été une marque de distinction sociale. On peut interpréter dans le même sens l’énumération, dans le protocole de ces documents, de tous les titres de prestige de Dryton : « Crétois », « hipparque » (officier de cavalerie), « à la tête de ceux de l’épitagma » (la plus prestigieuse des unités de cavalerie au sein de l’armée ptolémaïque40) et « faisant partie des diadoques » (titre aulique honorifique).

*

13Si par ses origines familiales et ses sphères d’activité la seconde femme de Dryton relève d’un milieu bi-culturel où, de notre point de vue, l’élément égyptien semble l’emporter sur l’élément grec, ces dénominations de « femme grecque » et de « Cyrénéenne », les recours à un kurios indiquent qu’elle affichait une identité sociale de Grecque. Comme le diocète Dioscouridès ou les professeurs des P. Count, l’exemple d’Apollonia-Senmonthis nous permet de saisir à quel point, dans la société de l’Égypte ptolémaïque, la question « X était-il Grec ou Égyptien ? » n’a guère de sens sans prise en compte des contextes documentaires.

Annexes

ANNEXE. Documents mentionnant la seconde épouse de Dryton

N.B. : sauf mention contraire indiquée entre parenthèses, les documents ont pour provenance Pathyris.

Nature du document

Date

Désignation d’Apollonia-Senmonthis

P. Dryton 2 Grec (Latopolis)

2e testament de Dryton

4 mai 150

« Apollonia » (l. 21, vo 1)

P. Dryton 13 Dem.

contrat de prêt démotique

145-143/2

« la femme grecque (sḥm.t Wynn.t) Apollonia, fille de Ptolémaios, appelée aussi Senmonthis, fille de Pamenos » (l. 5-7)

P. Dryton 14 Dem.

contrat de prêt démotique

143/2-138/7

« la femme grecque (sḥm.t Wynn.t) Apollonia, fille de Ptolémaios, appelée aussi Senmonthis, fille de Pamenos » (l. 5-7)

P. Dryton 15 Dem.

reconnaissance de dette démotique

6 oct. 139

« Senmonthis fille de Pamenos » (l. 2)

P. Dryton 33 Grec

pétition grecque

20 juin 136

« Apollonia appelée aussi Senmonthis » (l. 1)
« Cyrénéenne » (l. 2)
« Apollonia » (v°, l. 2)

P. Dryton 41 Grec

compte privé d’Apollonia

août-sept. 135

« Senmonthis » (l. 1)

P. Dryton 42 Grec

compte privé d’Esthladas

26 juill. 134

« Senmonthis » (l. 2)

P. Dryton 16 Grec

contrat de prêt agoranomique

4 jan. 131

« Apollonia, fille de Ptolémaios, fils d’Hermokratès » (l. 3)
« Cyrénéenne » (l. 4)
« ayant comme kurios son propre mari Dryton, fils de Pamphilos, Crétois, etc. » (l. 4-7)
« Apollonia » (l. 15, 25, vo 1b)

P. Dryton 17 Grec

contrat de prêt agoranomique

14 mai 129

« Apollonia fille de Ptolémaios » (l. 3-4)
« Cyrénéenne » (l. 4)
« ayant comme kurios son propre mari Dryton, fils de Pamphilos, Crétois, etc. » (l. 4-9)
« Apollonia » (l. 21, vo 1b-2b)

P. Dryton 18 Dem. (Pathyris ou Crocodilopolis)

contrat de prêt démotique

17 mars 128

« Senmonthis, fille de Pamenos » (l. 2, vo 2)

P. Dryton 19 Grec

contrat de prêt agoranomique

7 nov. 127

« Apollonia, fille de Ptolémaios » (l. 2)
« Cyrénéenne » (l. 2)
« ayant comme kurios son propre mari Dryton, fils de Pamphilos, Crétois, etc. » (l. 2-4)
« Apollonia » (l. 10, 17, vo 1)

P. Dryton 4 Grec

3e testament de Dryton

29 juin 126

« Apollonia appelée aussi Senmonthis » (l. 12, 17)
« Senmonthis » (l. 20)

Gonis 3 Grec

contrat de prêt agoranomique

fév. -mars 124

« Apollonia, fille de Ptolémaios » (l. 2-3)
« Cyrénéenne » (l. 3)
« ayant comme kurios Semtheus, fils de Totoès » (l. 3-4)

P. Dryton 5 Dém.

acte de divorce démotique concernant Aphrodisia-Tachratis, 3e fille de Dryton et Apollonia

25 mars 123

« Senmonthis » (l. 8)

P. Dryton 6 Dém.

acte de divorce démotique d’une fille cadette de Dryton

probt 123-100

« Senmonthis » (l. 4)

P. Dryton 20 Dém.

reconnaissance de dette démotique

apr. 150

« Senmonthis, fille de Pamenos » (l. 2)

P. Dryton 45 Dém.

compte privé d’Apollonia

apr. 41/0

« Senmonthis »

Gonis 4 Grec

contrat de prêt agoranomique

136-124 ?

« Apollonia » (l. 7-8)

Notes

1 Clarysse W., « Greeks and Egyptians in the Ptolemaic Army and Administration », Aegyptus, 65, 1985, p. 57-66.

2 Collombert Ph., « Religion égyptienne et culture grecque : l’exemple de Διοσϰουρίδης », CdE, 75, 2000, p. 47-63 ; voir aussi Gorre G., « Identités et représentations dans l’Égypte ptolémaïque », Ktèma, 32, 2007, p. 240-242.

3 Collombert Ph., op. cit., p. 57.

4 Les sigles papyrologiques sont conformes à la Checklist of Editions of Greek, Latin, Demotic and Coptic Papyri, Ostraca and Tablets, Web edition, 2008: http://scriptorium.lib.duke.edu/papyrus/texts/clist.html.

5 Voir Clarysse W. et Thompson D. J., Counting the People in Hellenistic Egypt (P. Count), Cambridge, 2006, vol. II, p. 124 et 125. Les noms mêmes des deux individus ne sont pas donnés dans les registres.

6 L’identification peut être établie de la manière suivante : le P. Count 2, l. 490-496 décompte les « professeurs grecs » pour chacun des cinq districts fiscaux composant la toparchie ; le deuxième de ces districts (« district B » des éditeurs) compte quatre professeurs au total, deux hommes et deux femmes. Or, dans la mesure où le village d’Arsinoé-de-la-Digue appartient au district B, les deux « professeurs égyptiens » qui y sont enregistrés font nécessairement partie des quatre « professeurs grecs » précédents.

7 L’information est donnée par le papyrus P. Hal. 1, 260-265 (v. 256). Voir à ce sujet Clarysse W. et Thompson D. J., op. cit., p. 52-53.

8 Clarysse W. et Thompson D. J., ibid., p. 127-129. Sur les questions de l’enseignement du grec dans l’Égypte ptolémaïque, voir aussi Thompson D. J., « Language and Literacy in Early Hellenistic Egypt », Ethnicity in Hellenistic Egypt (Studies in Hellenistic Civilization III), éd. P. Bilde, T. Engberg-Pedersen, L. Hannestad et J. Zahle, Aarhus, 1992, p. 39-52.

9 Voir notamment Vandorpe K., The Bilingual Family Archive of Dryton, his wife Apollonia and their Daughter Senmouthis, Bruxelles, 2002 (P. Dryton) et « Apollonia, a Businesswoman in a Multicultural Society (Pathyris, 2nd-1st Centuries B. C.) », in Melaerts H. et Mooren L. (éd.), Le rôle et le statut de la femme en Égypte grecque, roamine et byzantine, Leuven, 2002, p. 325-336 ; Gonis N. « New Texts from the Archive(s) of Dryton and Apollonia », Afp, 52, 2006, p. 197-204 ; Vandorpe K. et Waebens S., Reconstructing Pathyris’Archives. A Multicultural Community in Hellenistic Egypt, Bruxelles, 2009, § 37. Également Winnicki J. K., « Ein ptolemäischer Offizier in Thebais », Eos, 60, 1972, p. 343-353 ; Mélèze-Modrzejewski J., « Dryton le Crétois et sa famille ou les mariages mixtes dans l’Égypte hellénistique », in Aux origines de l’hellénisme. La Crète et la Grèce, Hommage à H. Van Effenterre, Paris, 1984, p. 353-376; Lewis N., Greeks in Ptolemaic Egypt, Case studies in the Social History of the Hellenistic World, Oxford, 1986, p. 88-103; Pomeroy S., Women in Hellenistic Egypt: from Alexander to Cleopatra, revised ed., Detroit, 1990, p. 103-124; Chauveau M., L’Égypte au temps de Cléopâtre, 180-30 av. J.-C., Paris, 1997, p. 214-219; Rowlandson J. (éd.), Women and Society in Greek and Roman Egypt. A Sourcebook, Cambridge, 1998, p. 105-112.

10 J’inclus ici, outre les « archives de Dryton » proprement dites, magistralement éditées par K. Vandorpe (voir note précédente), les documents de « l’Erbstreit » qui concernent Apollonia et ses sœurs. Sur cette archive judiciaire relative à une « querelle d’héritage » au sein de la famille d’Apollonia, voir Gerhard G. A., Ein gräko-ägyptischer Erbstreit aus dem zweiten Jahrhundert vor Chr., Heidelberg, 1911 ; Gradenwitz O., Preisigke F. et Spiegelberg W., Ein Erbstreit aus dem ptolemäischen Ägypten, Strassburg, 1912 (= P. Erbstreit) ; Ritner R. K., « Property Transfer from the Erbstreit », in Thissen H.-J. et Zauzich K.-Th. (éd.), Grammata Demotika. Festchrift für E. Lüddeckens zum 15. Juni 1983, Würzburg, 1984, p. 171-187; Vandorpe K., « Erbstreit », in http://www.trismegistos.org.

11 Cf. Winnicki J. K., op. cit., p. 348.

12 Voir Vandorpe K., P. Dryton, p. 35-36 et Gonis N., art. cit., p. 197.

13 La référence à la citoyenneté de Ptolémaïs, via la mention du dème Philotéris, apparaît dans les P. Dryton 1, 2 et 11, l’ethnique de Crétois dans les P. Dryton 3-4. Les P. Dryton 31 et 32 donnent les deux critères d’identification, le P. Dryton 12, démotique, présente Dryton comme « citoyen de Ptolémaïs » et comme « Grec » (l. 10).

14 Cf. Winnicki J. K., op. cit., p. 346.

15 Voir le P. Dryton 1 (164), rédigé à l’occasion du mariage avec Sarapias, le P. Dryton 2 (150), lors du second mariage avec Apollonia-Senmonthis et les P. Dryton 3-4 (126), deux copies du testament dressé par Dryton peu avant sa mort.

16 Ce poème « érotique » (consacré au pouvoir d’Éros) se trouve au dos d’un contrat de prêt de 174. Voir le commentaire de P. Bing, P. Dryton 50.

17 En ce sens Vandorpe K., « Apollonia », art. cit., p. 327. De même, il serait imprudent de considérer comme signe d’une égyptianisation le fait que Dryton, dans le cadre de son second mariage, n’ait manifestement pas pratiqué l’exposition des filles : Thémistocle lui-même n’avait-il pas eu cinq filles ? (cf. Plutarque, Vie de Thémistocle, XXXII, 1).

18 Voir Vandorpe K. et Waebens S., op. cit., p. 48-49.

19 Il s’agit pour l’essentiel de titres de propriété et de pièces de procès composant le dossier de l’« Erbstreit » (voir note 10), ainsi que de quelques documents conservés dans les archives de Dryton.

20 Winnicki J. K., op. cit., p. 349, pour qui l’égyptien était même l’Alltagssprache de cette famille.

21 Vandorpe K., « Apollonia », art. cit., p. 326.

22 Par commodité, je désignerai ici par le terme de « notaires » aussi bien les notaires grecs (agoranomes) que les scribes égyptiens rédigeant les contrats démotiques, même si derniers ne sont pas, en réalité, de véritables notaires. Voir à ce sujet la mise au point de P. W. Pestman, « L’agoranomie : un avant-poste de l’administration grecque enlevé par les Égyptiens ? », inMaehler H. et Strocka V. M (éd.), Das ptolemäische Ägypten. Akten des internationalen Symposions (Berlin, 27-29 septembre 1976), Mayence, 1978, p. 203-210.

23 Voir Vandorpe K., op. cit., p. 334.

24 Voir ibid., p. 332 et P. Dryton, p. 108, p. 219

25 Je laisse de côté le P. Dryton 46, très fragmentaire, qui mentionne la seconde femme de Dryton par son double nom, mais dont la nature exacte ne peut être établie.

26 La mort du père des quatre sœurs, Ptolémaios alias Pamenos, remonte aux environs de 141-140.

27 Voir Vandorpe K., « Apollonia », art. cit.

28 Voir Vandorpe K., op. cit., p. 330.

29 Voir supra, n. 12.

30 Alors que le contrat de mariage, conclu vingt-quatre ans plus tôt, présentait le cas inverse (P. Dryton 2). Voir à ce propos Pomeroy S., Women in Hellenistic Egypt, op. cit., p. 108-109.

31 De manière similaire, c’est aussi comme « femme grecque » qu’Ammonia-Senmouthis est désignée dans un acte de conciliation relatif à une autre affaire d’héritage (celui de leur tante paternelle Tamenos : « Erbstreit A »). Établi originellement en démotique, cet acte a été aussi transcrit en grec : Ammonia y apparaît respectivement comme sḥm.t Wynn (P. Erbstreit 16, l. 5) et comme γυνή Ἠλληνίς (P. Giss. 36, col. II, 10).

32 De la même manière, il est très probable que le terme de « Grec », Wynn, attribué à Dryton dans le contrat démotique P. Dryton 12 correspond à son ethnique de « Crétois ».

33 Cf. Gerhard G. A., Ein gräko-ägyptischer Erbstreit aus dem zweiten Jahrhundert vor Chr., Heidelberg, 1911, p. 34 ; voir aussi, à ce sujet, Mélèze-Modrzejewski J., « Dryton le Crétois et sa famille ou les mariages mixtes dans l’Égypte hellénistique », Aux origines de l’hellénisme. La Crète et la Grèce, Hommage à H. Van Effenterre, Paris, 1984, p. 365.

34 Cf. Vandorpe K., P. Dryton, p. 238.

35 Sur les différentes juridictions existant dans l’Égypte ptolémaïque, voir la mise au point récente de Mélèze-Modrzejewski J., « Droit et justice dans l’Égypte des premiers Lagides », in Le Dinahet M.-Th. (coord.), L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre au Ier siècle avant notre ère, Nantes, 2003, p. 281-302.

36 P. Dryton 16, l. 2-6 ; cf. P. Dryton 17, 3-9 et P. Dryton 19, 2-4.

37 Sur la question du kurios, voir Taubenschlag R., The Law of Greco-Roman Egypt in the Light of the Papyri, 332 B.C.-640 A.D., 2e éd., Varsovie, 1955, p. 170-178 ; Préaux C., « Le statut de la femme à l’époque hellénistique, principalement en Égypte », Recueils de la Société Jean Bodin XI, Bruxelles, 1959, p. 127-175 ; Wolff H. J., Das Recht der griechischen Papyri Ägyptens in der Zet der Ptolemäeer und des Prinzipats, Munich, 2002, I, p. 70 ; Pomeroy S., Women in Hellenistic Egypt, op. cit., p. 119-120 ; Veïsse A.-E., « Grecques et Égyptiennes en Égypte au temps des Ptolémées », Clio. Histoire, Femmes et Société, 33, 2011, p. 125-137.

38 Encore que les femmes grecques n’aient pas eu besoin de kurios en toutes circonstances, même officielles, voir Taubenschlag R., op. cit., p. 175-176. De fait, c’est en leur nom propre et sans kurios qu’Apollonia et ses sœurs adressèrent à l’épistratège Boethos la pétition connue par les P. Dryton 33 et 33 bis.

39 Si ce contrat date de 124, il est de toute manière postérieur à la mort de Dryton.

40 Cf. Vandorpe K., P. Dryton, p. 13.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search