Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'échange

 | 
François Brizay

Introduction

François Brizay

Texte intégral

  • 1 Debray R., Cours de médiologie générale, Paris, Gallimard, 1991.
  • 2 Sur ce sujet, voir : numéro spécial, année 2007, t. 54, no 4-bis, que la Revue d’histoire moderne (...)
  • 3 Riello G., « La globalisation de l’histoire globale : une question disputée », RHMC, op. cit., p.  (...)

1Les historiens utilisent des méthodes développées par les différentes disciplines des sciences humaines ; ils tirent profit des conclusions auxquelles parviennent des sociologues, des linguistes, des politistes ou des médiologues, pour reprendre un néologisme créé par Régis Debray1. En outre, l’essor de l’histoire globale les incite à dépasser les découpages traditionnels et à embrasser une chronologie qui enjambe les quatre périodes canoniques2. S’ils ne sont pas obligés d’adopter toutes les conclusions des partisans de la world history, qui font de celle-ci un champ d’étude historique à part, ils peuvent concevoir l’histoire globale comme une méthode d’approche qui renouvelle les problématiques et ouvre de nouvelles perspectives de recherche3.

  • 4 Auvergnon Ph. (dir.), Les régulations sociales en devenir : espaces, acteurs, modalités, Lyon, Chr (...)

2Ces initiatives concernent l’étude des régulations sociales. Ces dernières, qui intéressent, bien sûr, la sociologie du travail4, sont l’ensemble des règles, des pratiques et des lois qui permettent aux individus et aux groupes de vivre ensemble, avec ou en dépit de leurs différences sociales, politiques, culturelles et religieuses. Elles concernent donc la cohabitation au sein des villes et des villages et les échanges entre des communautés, des institutions ou des États, mais aussi l’art de la traduction, la pratique et les usages de l’information ou le statut des différentes langues parlées dans des sociétés qui pratiquaient le multilinguisme.

3Les historiens qui s’intéressent à ces thèmes travaillent sur l’usage des langues, les modalités des échanges culturels ou la façon dont sont rapportés les faits et les idées à différentes époques. Pour souligner la permanence ou la singularité de ces pratiques, les responsables de l’axe « Histoire comparée des cultures et des sociétés européennes » du CERHIO-université d’Angers (UMR 6 258) ont organisé un séminaire sur l’échange et la communication, cette dernière étant entendue à la fois comme la communication interpersonnelle et un processus de transmission d’informations. Afin de saisir les éléments structurels et les évolutions de la pratique de l’échange, les exemples présentés et analysés dans ce volume concernent une longue période qui va de l’Antiquité au XVIIIe siècle. Cette époque présente deux caractéristiques importantes pour notre propos : les langues n’y étaient pas encore des marqueurs d’identités nationales et, en ces siècles où le télégraphe, le téléphone et l’Internet n’existaient pas, la diffusion de toute information demeurait tributaire de la distance et de la lenteur des moyens de transport.

4Pendant cinq ans, pour étudier la manière dont hommes et femmes se sont parlé et ont échangé des renseignements et des informations jusqu’au XVIIIe siècle, des antiquistes, des médiévistes et des modernistes, enseignants-chercheurs et doctorants, qui travaillent dans une perspective diachronique, ont privilégié deux thèmes : l’usage des langues comme mode de régulation sociale, qui fit l’objet d’un séminaire en 2006-2008, et la diffusion de l’information, thème du séminaire en 2009-2010 et sujet de la journée d’étude organisée le 12 mars 2010. Le présent ouvrage rassemble vingt-trois de leurs communications regroupées en deux parties correspondant chacune à l’un des deux thèmes étudiés.

  • 5 Hartog F., Le Miroir d’Hérodote : essai sur la représentation de l’autre, Paris, Gallimard, 1980 ;(...)
  • 6 Waquet F., Le latin ou l’empire d’un signe, XVIe-XXe siècles, Paris, Albin Michel, 1998. Ce livre (...)
  • 7 En ce qui concerne la Méditerranée à l’époque moderne, par exemple, les renégats et les intermédia (...)
  • 8 Dakhlia J. (dir.), Trames de langues. Usages et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghre (...)

5Le premier concerne la question de l’usage des langues, dont on pourrait penser qu’elle intéresse d’abord les linguistes, car si les historiens ont souvent souligné l’importance des échanges commerciaux et intellectuels et mis l’accent sur la manière dont des civilisations se sont « découvertes5 », ils ont longtemps négligé les langues utilisées pour réaliser ces échanges ou pour marquer les différences sociales6. En insistant sur ce qui distinguait, voire opposait des individus éduqués et formés dans des sociétés qui ne se connaissaient pas, ils ont eu tendance à sous-estimer la langue, ou les langues, qui permettaient de se faire comprendre. L’intérêt porté récemment à la question des transfuges, des « renégats » et des intermédiaires7 a incité des linguistes et des historiens à étudier les pidgins et les métissages linguistiques8.

6L’étude de l’usage des langues peut être féconde pour les historiens. Avant le XIXe siècle, où l’État-nation imposa l’idéal d’une unité forgée par un État doté d’une seule langue, les sociétés pratiquèrent le plus souvent la diglossie, c’est-à-dire l’usage de deux langues dont l’une jouit au sein de la population d’un statut supérieur à l’autre pour des raisons sociales, politiques et historiques. Il s’agit d’un phénomène auquel prêtent aujourd’hui attention les sociolinguistes et les historiens.

  • 9 Sartre M., L’Orient romain. Provinces et sociétés provinciales en Méditerranée orientale d’Auguste (...)

7Dans l’Antiquité, plusieurs langues cohabitaient dans un même pays. Les différents peuples de l’Empire romain, par exemple, parlaient chacun la leur. Seule une minorité d’administrateurs, de savants ou d’officiers apprenait celle du conquérant. L’épigraphie, l’onomastique et l’étude des cultes permettent d’affirmer que, pendant les trois premiers siècles de notre ère, dans les régions de l’Orient romain, de nombreuses langues restaient en usage, même si elles étaient rarement écrites : en Asie Mineure, c’était le cas du lycaonien, du carien, du lydien, du lycien et du mysien9.

  • 10 Elliott J. H., « A Europe of Composite monarchies », Past & Present, no 137, 1992, p. 48-71.
  • 11 Goubert P. et Dessert D., Les Français et l’Ancien Régime, t. 2 : Culture et société, Paris, Arman (...)
  • 12 Faroqhi S., Subjects of the Sultan. Culture and daily Life in the Ottoman Empire, Londres/New York (...)

8À l’époque moderne existait aussi une grande diversité linguistique dans les pays formant un ensemble géographique homogène, comme la France ou l’Angleterre, ou bien dans les « monarchies composites10 » comme l’Empire ottoman ou les monarchies espagnole et autrichienne. Les historiens ont longtemps sous-estimé, ou ignoré, le bilinguisme pratiqué par les Français sous l’Ancien Régime. Louis XIV, par exemple, se faisait interpeller en picard à 50 km seulement de Paris, et les deux tiers de ses sujets parlaient une autre langue que le français11. Cette langue s’imposa peu à peu car elle était celle de l’imprimerie, du roi, de l’État et des classes dirigeantes. Dans l’Empire ottoman, trois langues avaient un statut et un rôle particuliers. Le persan était la langue des Anatoliens raffinés et savants, l’arabe celle de la théologie et du droit musulmans, que l’on enseignait dans les medrese, et le turc était parlé dans les campagnes et les villes d’Anatolie, mais on ne l’utilisa pas avant le XVIIIe siècle pour les inscriptions dans les mosquées, sur les tombes et sur les fontaines publiques12. Le turc était alors considéré comme une langue vulgaire.

  • 13 Cochrane E., Italy 1530-1630, Londres/New York, Longman, 1993 (1re éd. 1988), p. 19-26.

9La diversité linguistique a cependant été contestée, au moins à partir de l’époque moderne. Dans les sociétés qui parlaient plusieurs idiomes, la question de la langue de référence fut d’abord posée par les écrivains. Dans l’Italie de la Renaissance, des humanistes s’interrogèrent sur la langue littéraire dans laquelle devaient écrire écrivains et poètes. Dans son Prose della volgar lingua, qu’il offrit en 1524 à Clément VII, le patricien vénitien Pietro Bembo (1470-1547) recommanda, pour l’italien littéraire, le volgare, c’est-à-dire le florentin que Pétrarque avait utilisé pour composer ses poésies et Boccace pour ses œuvres en prose. Il soutenait que cette langue était aussi « noble » que le latin. En dépit des oppositions que rencontra le volgare de la part des défenseurs de langues régionales, il s’imposa rapidement parmi les humanistes, grâce, notamment, à l’influence des Florentins pour qui il était la même langue que celle que parlaient leurs compatriotes instruits13.

  • 14 Bělina P., Čornej P. et Pokorný J. (dir.), Histoire des pays tchèques, Paris, Seuil, 1995, p. 302- (...)
  • 15 Ibid., p. 327.
  • 16 Ibid., p. 343-345.

10La question de la langue nationale devint un sujet souvent passionnel à partir du XIXe siècle. Les historiens voient dans l’unité linguistique un élément essentiel de l’identité des peuples et de la naissance des mouvements nationalistes. Au XIXe et au XXe siècle, l’affirmation des nations contre un État qui les brimait passa par la reconnaissance d’une langue. Les partisans de l’autonomie ou de l’indépendance de leur peuple commencèrent par créer des associations destinées à faire connaître et à diffuser leur langue. Dans les pays tchèques, avant 1848, ils formulèrent d’abord des règles de grammaire et enrichirent le Dictionnaire tchéco-allemand de Josef Jungmann14, publié de 1834 à 1839. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, ils obtinrent que l’université de Prague fût partagée en deux, l’une pour les Tchèques, l’autre pour les Allemands (1882)15, puis ils assurèrent la diffusion de la langue tchèque en publiant des romans et des contes historiques, en créant des revues, des journaux, des associations de théâtre amateur, des chorales et des organisations comme le Sokol où l’on chantait et jouait des pièces en tchèque16.

  • 17 De Certeau M., Julia D. et Revel J., Une politique de la langue : la Révolution française et les p (...)
  • 18 Weber E., La fin des terroirs, Paris, Fayard, 1983, p. 448-449.

11En dépit des efforts des nationalistes, l’unification linguistique fut lente. Prenons les exemples français et italien. En France, l’étude du rapport que l’abbé Grégoire présenta le 4 juin 1794 devant la Convention sur « la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue » a permis aux historiens de dépasser la problématique de la question de l’alphabétisation en soulignant les implications politiques et sociales de la diffusion du français17. L’œuvre de scolarisation des régimes de la première moitié du XIXe siècle n’avait pas fait disparaître les langues régionales. Eugen Weber a mis l’accent sur leur persistance sous le Second Empire : en 1863, 7 500 000 Français continuaient à parler une autre langue que le français18.

  • 19 Migliorini B., Storia della lingua italiana, Florence, Sansoni, 1960.
  • 20 De Mauro T., « Esquisse sociolinguistique des Italiens d’aujourd’hui », in Giordan H. (éd.), Les m (...)
  • 21 Romano S., Histoire de l’Italie du Risorgimento à nos jours, Paris, Seuil, 1977, p. 35-36.
  • 22 Walter H., L’aventure des langues en Occident, Paris, R. Laffont, 1994, p. 190-191.

12La situation linguistique était plus complexe en Italie. Les historiens et les linguistes qui l’ont étudiée ont souligné la singularité de leur pays en la matière et l’intensité des débats sur la langue pendant le Risorgimento19. Au XVIIIe et dans la première moitié du XIXe siècle, les écrivains italiens ne cessèrent de s’interroger sur la langue dans laquelle ils devaient écrire. Finalement, le 14 janvier 1868, le ministre de l’Instruction, Emilio Broglio, nomma une commission chargée de « la diffusion de la bonne langue et de la bonne prononciation ». Son président, Alessandro Manzoni, l’auteur des Promessi sposi, préconisa le toscan, plus précisément le florentin. En 1861, au moment de l’Unité, si l’on excepte les Toscans, le pays ne comptait pourtant guère que 2,5 % de « toscanophones » et 10 % de personnes qui le comprenaient de manière passive20. Les Italiens apprirent donc le toscan, promu au rang de langue nationale, qui s’est nourri des parlers régionaux21. Ce sont la radio et, surtout, la télévision qui contribuèrent à l’accélération de la diffusion de l’italien. En 1945 moins de la moitié de la population parlait cette langue, mais en 1991 une enquête montrait que 85 % des habitants de la Péninsule avaient abandonné le dialecte au profit de l’italien22.

  • 23 Yaguello M., Les langues imaginaires. Mythes, utopies, fantasmes, chimères et fictions linguistiqu (...)

13À la lumière de ces remarques et observations, le séminaire d’Angers a privilégié trois approches sur la question de l’usage des langues. Elles constituent la matière des trois premiers chapitres du livre. L’étude du rapport entre langue et identité permet de comprendre les raisons qui ont poussé à privilégier telle langue au détriment d’une ou plusieurs autres dans les sociétés où l’on en parlait plusieurs. Les communications consacrées aux problèmes que les missionnaires eurent à résoudre en Europe et au Levant entre le VIIIe et le XVe siècles évoquent la langue que ces religieux choisissaient d’utiliser à l’époque médiévale afin de se faire comprendre et de traduire les mots qui servent à définir le dogme. L’analyse du recours à des langues savantes ou imaginaires, qui suscitent aujourd’hui la curiosité des chercheurs23, montre l’ambiguïté du rêve d’universalité des érudits.

  • 24 P. Bourdieu, La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

14Les langues ont favorisé la diffusion du christianisme et des œuvres des écrivains, des philosophes et des savants. Toutefois, si elles contribuèrent ainsi à rapprocher des individus et des sociétés, elles contribuèrent aussi au maintien de cloisons sociales quand elles devinrent des critères de distinction, au sens où Pierre Bourdieu entend le terme24, comme ce fut le cas du français dans la Bretagne moderne ou des langues universelles dans le monde savant européen des XVIe et XVIIe siècles. Après avoir mis l’accent sur les langues comme moyen pour se définir, convertir et tenter de dépasser les différences linguistiques, le séminaire organisé à Angers a souhaité poursuivre la réflexion entamée sur la communication en privilégiant l’information.

  • 25 Pour la période moderne, voir l’exemple italien : Landi S., Naissance de l’opinion publique dans l (...)
  • 26 Robert P., Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, Société du Nouve (...)

15La langue est un outil pour entrer en relation avec un individu ou une communauté ; elle permet de défendre et de faire connaître une opinion, de transmettre des ordres, d’influencer ce que l’on nomme l’opinion publique25. Grâce aux lettres, aux journaux, aux correspondances administratives et privées, elle participe à l’effort d’information. Le mot « information » semble banal dans nos sociétés où quotidiens, hebdomadaires, radios, télévisions et Internet cherchent à satisfaire la curiosité des lecteurs et des auditeurs ; il a pourtant une richesse sémantique parfois négligée. D’après le Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française de Paul Robert, il désigne un renseignement et un ensemble de renseignements, mais aussi une nouvelle, comprise comme un événement porté à la connaissance d’une personne ou du public, ainsi que l’ensemble des informations26. En tant que corpus de nouvelles données à un ou plusieurs individus, l’information suscite depuis près d’un siècle l’attention des sociologues. L’un d’eux, Marshall McLuhan (1911-1980), conçut la théorie de la communication dont l’idée maîtresse est que le message est le média. Dans The Gutenberg Galaxy : The Making of Typographic Man (1962), il montre comment l’imprimé affecte le contenu de l’information. Le destinataire de nouvelles concernant une élection ou une bataille ne leur accorderait pas la même attention ou la même importance selon qu’elles seraient imprimées dans un quotidien national ou manuscrites dans une lettre privée. Cette hypothèse conduit à s’interroger sur la manière dont les États ou toute institution organise la conception et la diffusion d’une information.

  • 27 Molotch H. et Lester M., « News as purposive behaviour », American Sociological Review, 39, 1, 197 (...)

16Le mot « information » vient du latin informare qui signifie « donner forme à ». L’information ne consiste donc pas à rapporter un objet ou à transmettre une illustration, mais à élaborer un discours cohérent, même bref, sur un sujet donné. Un voyageur qui rapporte d’un périple en Méditerranée ou en Amérique une gravure représentant un fruit, un arbre ou un animal exotiques ne transmet pas une information ; il donne un renseignement sans explication. L’information consiste à fournir des renseignements en fonction d’un projet défini par une administration, un gouvernement, une entreprise, bref par une institution ou une communauté qui souhaite convaincre, faire connaître ou dissimuler un fait, un événement. Elle suppose que l’« informateur » a trié des renseignements avant de les adresser à son destinataire. Le débat reste cependant ouvert sur l’utilisation que les historiens font de la notion d’« information ». Les uns la conçoivent comme une simple nouvelle, d’autres comme une série de renseignements qui ont été traités et vérifiés avant d’être portés à la connaissance du public ou d’un « récepteur » averti, pour reprendre un terme utilisé par les sociologues qui, pour comprendre les mécanismes de l’information, ont proposé des modèles d’analyse comme celui qui consiste à distinguer trois acteurs dans la construction d’un événement : les « promoteurs », les assembleurs ou « monteurs », et les « consommateurs » (ou « récepteurs »)27.

  • 28 Boutier J., Landi S. et Rouchon O. (dir.), La politique par correspondance. Les usages politiques (...)
  • 29 Buti G. et Kaiser W., « Introduction », Rives nord-méditerranéennes, 27 : « Moyens, supports et us (...)
  • 30 Marzagalli S., « La circulation de l’information, révélateur des modalités de fonctionnement propr (...)

17L’importance de l’information dans la vie politique, commerciale et culturelle dans les sociétés anciennes n’échappe pas aux historiens qui en font aujourd’hui un objet d’étude. L’analyse du rôle joué par la « révolution épistolaire » dans le domaine politique a permis de montrer que la lettre fut utilisée comme un instrument du pouvoir dans l’Italie des seigneuries et des principautés, et participa au processus de construction de l’État28. Gilbert Buti et Wolfgang Kaiser écrivent que « la production et les usages de l’information, sa circulation dans des réseaux de communication sont un enjeu majeur des débats actuels au sein des sciences économiques et sociales, y compris en histoire29 », et Silvia Marzagalli rappelle le rôle décisif de la circulation de l’information dans les réseaux commerciaux pendant l’Ancien Régime30.

  • 31 Jeannin P., « La diffusion de l’information », in Cavaciocchi S. (éd.), Fiere e Mercati nella inte (...)

18Le concept de « circulation de l’information » est à la fois commode et pratique, car il évoque des échanges de nouvelles et l’appropriation de ces dernières par différents publics. Il reste cependant discutable, car l’information n’est pas une marchandise, un objet que l’on déplace. Avec Pierre Jeannin, on peut la considérer plutôt comme un processus de communication31 auquel convient davantage l’expression « diffusion de l’information ». La deuxième partie de ce recueil met donc l’accent sur les processus de communication et la diffusion de l’information qui sont abordés sous trois angles. La présentation des vecteurs de diffusion de l’information donne d’abord l’occasion de montrer que les supports qui ont servi à cette diffusion sont aussi divers que des amulettes, les courriers administratifs, les journaux personnels ou les périodiques. Ensuite, le fonctionnement de l’institution ecclésiale est présenté comme un laboratoire pour l’étude de l’information à usage interne dans une institution. L’immensité et la diversité des territoires sur lesquels l’Église exerça son autorité dès les débuts du christianisme l’obligèrent en effet à se doter de moyens d’information efficaces pour combattre l’hérésie, défendre le pape ou affirmer la légitimité du culte d’un saint. Les conflits et la diplomatie, enfin, permettent à l’historien d’analyser l’action entreprise par l’État et, dans certains cas, par des personnes privées, pour informer et désinformer en temps de guerre.

19Les articles de ce volume mettent l’accent sur différents aspects de l’art de communiquer et d’informer en proposant au lecteur de passer du véhicule – la langue – du message à la manière dont ce dernier fut porté à la connaissance d’un vaste public ou de happy few. À une époque où l’on a rarement autant évoqué la communication, il semble pertinent de s’interroger sur les façons dont elle fut conçue et pratiquée pendant près de trois millénaires dans un espace qui comprend l’Europe et la Méditerranée.

Notes

1 Debray R., Cours de médiologie générale, Paris, Gallimard, 1991.

2 Sur ce sujet, voir : numéro spécial, année 2007, t. 54, no 4-bis, que la Revue d’histoire moderne et contemporaine a consacré à la mondialisation, notamment Douki C. et Minard Ph., « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? », p. 7-21 ; Grataloup Ch., Faut-il penser autrement l’histoire du monde ?, Paris, Armand Colin, coll. « Éléments de réponse », 2011.

3 Riello G., « La globalisation de l’histoire globale : une question disputée », RHMC, op. cit., p. 25-26.

4 Auvergnon Ph. (dir.), Les régulations sociales en devenir : espaces, acteurs, modalités, Lyon, Chronique sociale, 2008.

5 Hartog F., Le Miroir d’Hérodote : essai sur la représentation de l’autre, Paris, Gallimard, 1980 ; Todorov T., La Conquête de l’Amérique : la question de l’autre, Paris, Seuil, 1982.

6 Waquet F., Le latin ou l’empire d’un signe, XVIe-XXe siècles, Paris, Albin Michel, 1998. Ce livre stimulant sur les valeurs, souvent contradictoires, attribuées pendant près de cinq cents ans au latin en Europe occidentale, ouvre des perspectives de recherche originales sur l’usage des langues. Sur la question des langues dans la Monarchie hispanique, voir Gruzinski S., Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004, p. 397-417.

7 En ce qui concerne la Méditerranée à l’époque moderne, par exemple, les renégats et les intermédiaires chargés du rachat des captifs dans les Etats barbaresques ont fait l’objet de recherches novatrices : Bennassar B. et L., Les chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats, XVIe-XVIIe siècles, Paris, Perrin, 1989 ; Kaiser W. (dir.), Négociations et transferts. Les intermédiaires dans l’échange et le rachat des captifs en Méditerranée, XVIe-XVIIe siècles, Rome/Paris, EFR, 2005 ; Kaiser W. (dir.), Le commerce des captifs. Les intermédiaires dans l’échange et le rachat des prisonniers en Méditerranée, XVIe-XVIIIe siècles, Rome/Paris, EFR, 2008.

8 Dakhlia J. (dir.), Trames de langues. Usages et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb, Paris, Maisonneuve et Larose, 2003 ; Dakhlia J., Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerranée, Arles, Actes Sud, 2008 ; Manessy G., Créoles, pidgins, variétés véhiculaires. Procès et genèse, Paris, CNRS, 1995.

9 Sartre M., L’Orient romain. Provinces et sociétés provinciales en Méditerranée orientale d’Auguste aux Sévères (31 avant J.-C.-235 après J.-C.), Paris, Seuil, 1991, p. 265-266.

10 Elliott J. H., « A Europe of Composite monarchies », Past & Present, no 137, 1992, p. 48-71.

11 Goubert P. et Dessert D., Les Français et l’Ancien Régime, t. 2 : Culture et société, Paris, Armand Colin, 1984, p. 207.

12 Faroqhi S., Subjects of the Sultan. Culture and daily Life in the Ottoman Empire, Londres/New York, I. B. Tauris, 2005, p. 26-27.

13 Cochrane E., Italy 1530-1630, Londres/New York, Longman, 1993 (1re éd. 1988), p. 19-26.

14 Bělina P., Čornej P. et Pokorný J. (dir.), Histoire des pays tchèques, Paris, Seuil, 1995, p. 302-303.

15 Ibid., p. 327.

16 Ibid., p. 343-345.

17 De Certeau M., Julia D. et Revel J., Une politique de la langue : la Révolution française et les patois. L’enquête Grégoire, Paris, Gallimard, 1975; Higonnet L. R., « The politics of linguistic terrorism and grammatical hegemony during the French Revolution », Social History, 5 (1), janvier 1980, p. 49.

18 Weber E., La fin des terroirs, Paris, Fayard, 1983, p. 448-449.

19 Migliorini B., Storia della lingua italiana, Florence, Sansoni, 1960.

20 De Mauro T., « Esquisse sociolinguistique des Italiens d’aujourd’hui », in Giordan H. (éd.), Les minorités en Europe, Paris, Kimé, 1992, p. 236-237.

21 Romano S., Histoire de l’Italie du Risorgimento à nos jours, Paris, Seuil, 1977, p. 35-36.

22 Walter H., L’aventure des langues en Occident, Paris, R. Laffont, 1994, p. 190-191.

23 Yaguello M., Les langues imaginaires. Mythes, utopies, fantasmes, chimères et fictions linguistiques, Paris, Seuil, 2006.

24 P. Bourdieu, La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

25 Pour la période moderne, voir l’exemple italien : Landi S., Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne. Sagesse du peuple et savoir de gouvernement de Machiavel aux Lumières, Rennes, PUR, 2006.

26 Robert P., Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, Société du Nouveau Littré, Le Robert, 1977, t. III, p. 736.

27 Molotch H. et Lester M., « News as purposive behaviour », American Sociological Review, 39, 1, 1974, p. 101-112 ; « Informer : une conduite délibérée. De l’usage stratégique des événements », Réseaux, no 75, janv.-févr. 1996.

28 Boutier J., Landi S. et Rouchon O. (dir.), La politique par correspondance. Les usages politiques de la lettre en Italie (XIVe-XVIIIe siècle), Rennes, PUR, 2009.

29 Buti G. et Kaiser W., « Introduction », Rives nord-méditerranéennes, 27 : « Moyens, supports et usages de l’information marchande à l’époque moderne », 2007, p. 7.

30 Marzagalli S., « La circulation de l’information, révélateur des modalités de fonctionnement propres aux réseaux commerciaux d’Ancien Régime », Rives nord-méditerranéennes, 27, op. cit., p. 123-139.

31 Jeannin P., « La diffusion de l’information », in Cavaciocchi S. (éd.), Fiere e Mercati nella integrazione delle economie europee secc. xiii-xviii. Istituto internazionale di storia economica F. Datini, Atti della trentaduesima settimana di studi e altri convegni (8-12 maggio 2000), Florence, Le Monnier, 2001, p. 231-262.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540