Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des religions dans la ville

 | 
David Do Paço
, 
Mathilde Monge
, 
Laurent Tatarenko

Entre coexistence et métissage : les modes d’habiter à Grenade (1492-1597)

Laurianne Calamy

Texte intégral

1Le 2 janvier 1492, Grenade, dernier bastion arabo-musulman, tombe aux mains des Rois Catholique, après deux siècles d’une confrontation épisodique dont l’avènement d’Isabelle la Catholique en 1474 précipita la fin. La ville andalouse était le théâtre d’une convivencia initiée dès la prise de Séville en 1238 et qui persista jusqu’en 1570. En 1246, le royaume de Grenade était devenu vassal de la Castille chrétienne de Ferdinand II, la ville étant laissée à la domination musulmane jusqu’à sa chute. C’est avec la montée de l’exclusivisme catholique au cours du XVIe siècle que le caractère multireligieux grenadin s’effrite, emportant avec lui les expériences urbaines qui s’y sont déroulées. La guerre des Alpujarras (1597), entre chrétiens et musulmans, au bilan humain et urbain douloureux, marque la fin d’une ère. Toutefois, avant cette rupture, les tensions politico-religieuses grenadines ont été scandées autour de 1492 par l’infiltration catholique progressive d’une culture musulmane bien installée.

2Après la longue présence de l’Islam, l’action unificatrice religieuse de la Reconquista du XIe au XIIIe siècle permet de réintégrer un territoire andalou en marge qui continue de développer un visage urbain musulman très sophistiqué. Ainsi, la rencontre entre chrétiens et musulmans dans le royaume de Grenade questionne le concept d’espace et celui-ci entre dans la lutte pour la domination religieuse. Cette lutte témoigne d’une tension identitaire autour de l’attachement à un lieu partagé par tous les acteurs. L’affrontement dans la revendication du sol andalou a engendré autour du XVe siècle une nouvelle étape dans la perception de l’espace grenadin. Dans la flexibilité des échanges et des rejets, la convivencia a favorisé la naissance d’un paysage urbain original, hybride, issu d’un métissage architectural. Sur la base du remodelage des parties initiales, le processus de métissage provient d’une confrontation des deux parties en un même endroit, qui par échange, adaptation ou rejet contribue à la construction d’une structure nouvelle qui pour cela obéit à une logique de formation spécifique. Il se distingue de la convivencia parce qu’il lui survit, continuant durant tout le XVIe siècle alors même qu’il n’est plus question de coexister pacifiquement à Grenade sous les Rois Catholiques et leurs successeurs.

  • 1 Ce sont principalement les marranes (juifs convertis au christianisme) ; les morisques (musulmans (...)
  • 2 Devillers C., « Typologie de l’habitat et morphologie urbaine », L’architecture d’aujourd’hui, no (...)

3De ces influences culturelles croisées naissent à Grenade des groupes hybrides, fruits d’un métissage émergeant à partir du XIIe siècle1. Le cadre de vie que leur offre Grenade est une illustration par l’espace de ces transformations, assimilations et infléchissements de cultures, de pratiques et d’usages. Si l’espace est identitaire pour un groupe c’est avant tout parce qu’il est le lieu d’expression des pratiques quotidiennes des individus. Sa construction répond aux besoins cultuels et aux usages quotidiens dans une mise en forme réfléchie. La forme et le style de l’habitat deviennent des repères identifiables, un modèle culturel et spatial reproductible, comme l’Alhambra et les maisons à patio. L’ensemble codifié de ces éléments définit les typologies architecturales en fonction des usages et de la valeur sociale de l’espace pour le groupe, comme les bains arabes, l’habitat ou la mosquée. Reproductibles, réadaptables et susceptibles d’être réappropriés, modèles et typologies structurent la production de l’espace bâti de la ville2. L’enchevêtrement des bâtiments met en scène les empreintes urbaines des couches culturelles successives, phéniciennes, romaines, wisigothes, musulmanes et catholiques, avec leurs typologies respectives. Une ville est un espace effervescent et diversifié en perpétuelle mutation où les pratiques et les modes de vie de ses habitants se matérialisent. Elle construit sa morphologie et son identité au travers des contacts, échanges ou rejets de chaque groupe, conquérant ou vaincu. La rencontre et l’effet de cohabitation plus ou moins paisible entre des cultures aux logiques opposées produit alors des formes architecturales et urbaines originales.

4La transformation des espaces urbains engendrés par les conflits de la Reconquista n’est pas seulement le résultat de la multiplication de repères religieux et d’églises sur un territoire. Les rapports de force entre musulmans et chrétiens s’expriment dans la confrontation des pratiques de leur foi et d’une manière d’habiter dans la ville ou dans la maison. À la confluence du Darro et du Genil, au contact du mont de la Sabika et de la plaine fertile de la Vega, le processus de métissage permet de stabiliser ce contexte plurireligieux et de créer une spatialité par l’imbrication de la ville avec son paysage. Le métissage urbain à Grenade a produit une double structure urbaine, qui illustre le maintien de ses diversités culturelles à l’échelle de la ville, mais il a aussi permis la persistance d’un sentiment d’unité après la Reconquista par la répétition des typologies grenadines du patio et du carmen.

Une nouvelle Damas métissée ?

  • 3 Récits de voyages et écrits poétiques de Abu I-Fidâ (XIIIe siècle) cité dans Arié R., « Grenade la (...)

« Elle ressemble à Damas. [...] Elle surpasse même Damas en ce qu’à la différence de l’autre, elle domine son propre territoire [...]3. »

  • 4 Calatrava J., Morales M.R., Los planos de Granada 1500-1909, Grenade, Publicaciones Diputacion de (...)

5Il reste peu de traces graphiques de la ville musulmane du XIVe siècle. Nous pouvons nous faire une idée de l’empreinte urbaine de Grenade à partir de l’interprétation des écrits et du plan de Luis Seco de Lucena qui tente de représenter en 1910 le plus fidèlement possible la ville nasride (figure 2)4. Avant la soumission catholique de 1492, cette phase urbaine (VIIIe-XIVe siècles) nous montre comment la réappropriation d’un modèle spatial référent est rendue possible dans sa modélisation.

Fig. 1. – Structure d’une ville islamique au IXe-XIe siècle (Damas), (dessin L. Calamy).

Fig. 2. – Evolution de l’empreinte urbaine de Grenade du XIe au XVIe siècle (cartographie L. Calamy).

6Grenade se construit en utilisant, sur le relief de son site, le schéma urbain des villes musulmanes fortifiées du IXe siècle. En théorie, ce schéma cherche à suivre les concepts de la ville idéale ou al-madîna al-fadîla, au service du bien-être de l’Homme, de la satisfaction de ses exigences et de l’épanouissement de ses aspirations et croyances. Le système de la ville musulmane s’organise autour d’un noyau principal fortifié, la médina (figure 1). Elle est le centre politique, religieux et économique qui regroupe les principaux équipements (mosquée, madrasa, hammam et funduq) et maisons palatiales autour des artères et lieux commerçants. L’Alcazaba, structure militaire défensive de la ville, se détache de la médina tout en gardant un lien direct par une voie protégée. Dans l’enceinte, les quartiers résidentiels ou rabad forment une ceinture dense autour de la médina, regroupés par clans ou filiation d’une même corporation. Ils présentent une masse bâtie perforée de patios et possèdent leur propre mosquée. À l’extérieur des murailles, les faubourgs ou arrabales constituent les premières extensions de la ville en devenir. Ils entrent en contact avec la médina autour de places publiques informelles aux portes de la muraille et des artères commerçantes où se forment les échanges entre les marchands étrangers itinérants et les habitants de la ville.

  • 5 Sánchez Acale F., Plazas y paseos de granada, de la remodelacion cristiana de los espacios musulma (...)

7Ainsi, la configuration urbaine est pensée pour que chaque habitant puisse organiser et contrôler sa vie, de la sphère publique à la sphère privée, dessinant un espace urbain labyrinthique5. De plus, l’espace public musulman se vit partout, s’exprimant dans un entrelacs de pleins et de vides, réseau arachnéen de circulations et respirations qui irrigue régulièrement la ville, depuis la porte de la maison-patio jusqu’à la porte de la mosquée, depuis l’entrée du souk jusqu’aux portes de la ville. Ce réseau de voies matérialise au sens propre le réseau de relations de chaque individu, dans l’éloignement physique et la localisation de l’habitat par rapport à l’ensemble de la ville et des équipements majeurs. Cela traduit les degrés d’éloignement de chacun dans le réseau social et l’organisation très calibrée du passage entre sa vie collective au marché ou au souk et son intimité familiale, dans l’impasse de sa rue et dans son patio.

8Influencés par ce schéma, les Omeyyades d’Al-Andalus, réfugiés sur le sol ibérique en 732, après leur fuite de Damas, réintroduisent le modèle urbain issu de leur foyer d’émergence, malgré la différence de site (Grenade en montagne, Damas en plaine) sous forme de morceaux urbains fortifiés (figure 2a). La ville andalouse arabisée ajuste son modèle syrien en présentant un complexe urbain dense aux lignes organiques sur la géographie en pente de la Sierra Nevada. Sur les huit siècles de domination arabe, son identité urbaine s’esquisse à partir l’adaptation des modèles et mouvements stylistiques croisés, due aux rencontres et surtout aux voyages vécus par les différentes dynasties successives (les Ziris en 1010, les troupes berbères almoravides en 1086 puis almohades en 1147). Du VIIIe au XIIe siècle, le territoire urbain grenadin a grandi dans la vallée autour de ces noyaux urbains denses, fortifiés, couverts de bâtis blancs aux tuiles rouges, et surplombés d’une enceinte militaire. Ils adoptent une position stratégique entre les flancs du mont de la Sabika, défensif, le fleuve Darro, nourricier, et la Vega, fertile.

  • 6 Barrios Rozuá J.M., Granada, historia urbana, Albolote, Editorial Comares, 2002.
  • 7 Nunez J. A., La Alhambra de cerca, Grenade, Edilux, 2000 ; Sanches Acale F., op. cit. ; Prieto Mor (...)
  • 8 Karm peut se traduire par vignes ou treilles, évoquant celles qui couvraient le chemin d’entrée dan (...)
  • 9 Barrios Rozuá J.M., op. cit.

9Au XIIIe siècle, avec l’arrivée de la dynastie nasride, Grenade prend pleinement sa mesure (figure 2b et figure 3). L’enjeu pour les autorités nasrides est d’exploiter le référent damascène pour offrir à la ville une position politique et spatiale éminente au cœur du monde musulman et d’Al-Andalus. En unissant par une même enceinte fortifiée le territoire urbain épars et ses noyaux préexistants, il offre la possibilité à la ville de se densifier de manière ample et cohérente depuis le haut du Sacromonte jusqu’à la Vega, dessinant son empreinte le long des courbes de niveaux d’un site complexe. La production urbaine suit une logique d’ensemble, guidée notamment par la mise en place d’un système d’irrigation alimentant toute la ville, transformant cette vallée sèche en ville fertile6. Selon le principe de l’Acequia Real de l’Alhambra, les canaux d’irrigation ou acequias sont enterrés dans des galeries qui circulent dans toute la ville et sont aménagés à la surface, par capillarité du sol, en terrasses verdoyantes, d’arbres, de fleurs et de fruits comme lieu de plaisir et d’agriculture. Si elle conserve cet aspect extérieur compact et surpeuplé de petites constructions, la ville adopte un caractère intérieur très végétal où toutes les masses bâties sont perforées par des jardins privés et des patios plus ou moins grands. Ces compositions spatiales et typologies qui découlent du système d’irrigation furent réunies et codifiées dans des traités architecturaux, notamment dans le Tratado de Agricultura y Jardineria d’Ibn Luyun (XIIIe siècle)7. Ils guident ainsi la modélisation de l’architecture quotidienne des maisons à patio (Casa Daralhorra, figure 3), des karm ou carmen (Carmen de la Purifición, figure 4) jusqu’aux jardins royaux du Generalife, et influençant la composition des places comme l’actuelle place San Nicolas et son aljibe (figure 3)8. Sans être copié à l’identique, le système de ville de Damas est utilisé comme un moyen de tisser des liens avec le nouvel environnement et d’inscrire de manière cohérente son implantation et son devenir de ville9.

Fig. 3. – Grenade nasride au XIIIe siècle, état supposé (cartographie L. Calamy).

  • 10 Diéz Jorge M.E., El palacio del Alhambra : propuesta para una lectura multicultural, Grenade, Univ (...)

10Grenade adopte des pratiques mettant en scène la vie citadine qui s’articule sur deux trames superposées. L’une, urbaine et groupée, définit la vie collective à l’extérieur par un réseau sophistiqué de voies et de places, tandis que l’autre, architecturale et familiale, définit la vie intime par clans à l’intérieur du patio ou du jardin-verger. La ville nasride (figure 3) s’organise entre trois repères urbains sur la ligne du fleuve Darro : la médina ou centre Rabad al-Rambla (proche de l’ancienne Qasabat Garnata) et sa grande mosquée Jim el Kebir ; l’Alcazaba ou demeure royale et militaire de l’Alhambra sur l’éperon du mont de la Sabika ; la place du port al-Hattabin à la convergence des parcours marchands et sociaux. Autour des trois repères urbains, les quartiers recouvrent les flancs du mont de la Sabika entre les espaces résidentiels pour les musulmans en partie haute et les espaces commerciaux en partie basse. Extra muros, les faubourgs ou arrabales sont les extensions de la ville en devenir qui accueillent les communautés minoritaires, chrétiennes et juives, ainsi que les derniers arrivants musulmans. Plus bas, ils dessinent une limite poreuse avec la Vega, dans l’attente d’une amplification, et entrent en contact avec son système d’acequias, almunias et alquerias (ferme d’exploitation agricole et maraîchère) qui urbanisent les territoires ruraux environnants10.

  • 11 Véritable lieu de réunion sociale mixte qui crée un espace public : Sánchez Acale F., op. cit. ; D (...)
  • 12 Prieto Moreno F., op. cit. ; Bermejo J.M., Paraísos en Al-Andalus : el jardín hispano-arabe, Ségov (...)

11Habiter y est synonyme de jardins, d’arbres fruitiers et de fleurs, d’eau dans les rues tortueuses en pente, de regard sur la ligne d’horizon de la Sierra Nevada. Par le métissage émerge une nouvelle manière de faire l’espace autour du concept de jardin et de leur attachement à l’eau. Les musulmans ont un lien plus étroit avec l’eau que les chrétiens de cette époque ; l’eau représente un moyen d’entrer en connexion avec le ciel par le reflet qu’elle produit et de donner vie et fertilité à un lieu désertique. Nous la retrouvons au travers des pratiques quotidiennes à l’intérieur des espaces habités (ablutions journalières dans les bassins de la mosquée ou du patio de la maison), comme prétexte de réunions mixtes et d’échanges sociaux sur les espaces publics (les bains arabes de la Calle del Agua, les aljibe Plaza San Nicolas ou San Miguel de Bajo), ou au cœur de l’activité agricole pour la survie économique de la ville (alquerias de la Vega)11. Enfin, elle apparaît à la base du schéma urbain par le réseau général d’assainissement urbain, d’acequias dessinant les rues comme la Cuesta Alhabaca, ponctuée d’aljibes et albercones jusqu’au bassin de rétention d’eau (le Fuente Grande du Sacromonte). À Grenade, l’eau est à la fois le principal problème et la principale solution pour engendrer un urbanisme cohérent ; les réponses émises par le système d’assainissement nasride proposent une large palette de configurations spatiales. L’apparition de la typologie du karm (figure 4) dans la densité bâtie arabe des rabad propose une structure inédite en terrasse et crée un catalogue de scènes urbaines. Les nasrides veulent faire de la ville un espace esthétique et plus seulement défensif. Ils transforment ce critère fonctionnel en espace à vivre sur le concept de jardin, illustré par le djennat al-Arif ou Generalife12, paradis de l’architecte et jardin royal.

Fig. 4. – Typologie du carmen d’après le carmen de la Purificíon, (XIVe siècle) dans son contexte urbain (dessin L. Calamy).

  • 13 Ibid.

12Ibn Luyun définit le carmen comme une « maison-jardin » et montre son rôle dans la régulation et la production de la ville, dans une idée de l’urbain différente de celle des villes espagnoles du XIIIe siècle ou des villes musulmanes référentes. À l’échelle urbaine, l’agglutinement complexe de jardins et de petites maisons blanches dans le relief introduit une nouvelle façon de contrôler les relations du privé au public par un jeu physique et visuel13. L’espace public reste très minéral car les espaces verts sont essentiellement intérieurs, privés ou privatisés, privilégiant la mise en scène du paysage de la Sierra Nevada. La maison-patio ou le carmen deviennent un groupement de bâtis et jardins, placés sous l’autorité d’un chef de clan, passant d’un logement à l’autre par une porte située dans le patio (figure 5). La maison-patio garantissait l’union du clan familial et traduisait ainsi dans l’espace la structure sociale musulmane. Le sentiment de protection pour le clan familial se renforce avec les dénivelés qui filtrent les vues entre voisins, depuis la rue vers l’intérieur de la maison (figure 6). Depuis sa description dans le traité d’Ibn Luyun, le modèle du carmen et la composition du jardin a évolué en se nourrissant des expériences et des exemples de la ville civile comme des palais royaux ou même l’Alhambra dans un perpétuel renouvellement.

Fig. 5. – Typologie d’une maison – patio nasride selon la casa Horno del Oro dans son contexte urbain (dessin L. Calamy).

Fig. 6. – Ambiance urbaine de la Grenade arabe. L’Alhambra depuis la cuesta de San Jose : intégration de l’urbain dans le paysage. Distribution et circulation d’un espace public du rabad Cenete selon la place San Gregorio (croquis L. Calamy).

  • 14 Gaignard C., Maures et chrétiens à Grenade 1492-1570, Paris, L’Harmattan, 1997.
  • 15 Il fait partie du quartier Albaicín, désignant pour les habitants la partie de la ville occupée pa (...)
  • 16 Barrios Rozuá J.M., op. cit ; Gaignard C., op. cit.

13L’adaptation des modèles musulmans tient au cosmopolitisme. En 1238, face aux actions violentes de la Reconquista sur les villes de Séville ou de Malaga, Grenade résiste toujours à l’invasion chrétienne14. L’affluence des réfugiés juifs, chrétiens et musulmans provoque la création de quartiers pour chaque groupe : la judería ou Gharnata al-Yahud, le Rabad Arrambla des chrétiens ou encore le Rabad al-Beyezim pour les arabes étrangers. Ce faubourg, actuel Albaicín haut, construit par les musulmans réfugiés de Baeza au XIIIe siècle, développe sa propre médina entre l’enceinte nasride et le rempart ziri nord de l’Alcazaba Cadima (figure 3)15. Jusqu’en 1492, la ville andalouse accueille des populations socialement et religieusement hétéroclites. La rencontre entre ces groupes arabes (Almohades, Almoravides et Ziri), andalous (Omeyaddes d’Al-Andalus)16 mais aussi la présence ancienne des chrétiens et des juifs stimule la remise en cause et l’exploitation des modèles spatiaux pour élaborer au fur et à mesure l’idée d’un mode de vie original dans la vallée de la Sierra Nevada. Au point de rencontre des religions, ce laboratoire spatial, apparaissant dans les divers quartiers, traduit les liens interculturels qui se tissent pour exister au-delà de la convivencia.

Un métissage architectural sous domination chrétienne

  • 17 Ridao J.M., « L’héritage andalou », Quantara, no 37, 2000 ; Tadié J.-Y., Tadié M., Le sens de la m (...)
  • 18 Gaignard C., op. cit.
  • 19 Ibid. ; Sánchez Acale F., op. cit. ; Calatrava J., Morales M.R., op. cit.

14Après 1492, malgré la disparition progressive du culte coranique, l’art arabe reste présent sur les murs de Grenade. L’utilisation des typologies grenadines (maison-patio et carmen) par toutes les communautés religieuses prouve la mise en place un héritage commun autour d’une « tradition spatiale » d’architecture quotidienne, par-delà les rapports de force persistants de la convivencia. La réutilisation et l’assimilation à ce modèle est une base stable sur laquelle morisques, catholiques, musulmans et même juifs tissent un lien commun au travers d’une manière d’habiter dans un patio17. Grenade conserve son statut de ville pluriculturelle, mais après l’expulsion de la communauté juive en 1497, la réflexion sur l’espace à habiter devient confrontation entre catholiques et musulmans. Les actes tempérés de l’archevêque Hernando de Talavera maintiennent une stabilité entre les deux religions18. Même si un état de tolérance relative proche de la convivencia a été maintenu jusqu’en 1570, les souverains catholiques cherchent à marquer leur pouvoir sur les vaincus grenadins, et l’illustrent dans une frénésie de christianisation de la cité19.

  • 20 Anton van den Wyngaerde, Granada, vue de 1567, 420x1.572mm (Vienne, Nationalbibliothek) dans Calat (...)

15Le peintre Anton van den Wyngaerde restitue une image de cette Grenade chrétienne dans une gravure de 1567 qui souligne la multiplication de croix, coupoles et campaniles au milieu de l’amalgame dense de maisons et jardins des anciens quartiers musulmans, comme l’Albaicín sur l’horizon montagneux de la Sierra20. Cette gravure, réalisée sous Phillipe II, nous renseigne sur le mouvement d’urbanisation adopté après l’éclatement de la muraille nasride, dans une descente expansive et dense vers la Vega depuis le rempart montagneux du Sacromonte et le vestige du rempart Ziri (figure 7). Au creux de la vallée citadine émergent d’imposants édifices de style Renaissance comme le monastère San Jeronimo ou l’église San Cristobal sur un point haut, concurrençant l’imposante Alhambra. La ville dessine une limite en mutation dans l’éclatement du rempart nasride ouest ; elle entrecroise paysage végétal et paysage urbain dans des opérations d’aménagement qui manifestent son expansion vers les terrains agricoles de la Vega.

Fig. 7. – Grenade et le réinvestissement catholique urbain aux XVe et XVIe siècles (cartographie L. Calamy).

16Le travail de transformation de l’espace s’accomplit non pas dans une destruction ou un hermétisme à l’égard de ce qui existe, mais dans l’intervention subtile d’une remodélisation sculpturale de l’espace public et privé. La production grenadine du XVIe et du XVIIe siècle est déterminée par la combinaison des influences musulmane et chrétienne au delà de la simple utilisation du style mudejar déjà présent en Aragon et dans les provinces du nord de l’Espagne. Les autorités chrétiennes promeuvent une vision d’ensemble du territoire pour planifier avec cohérence la projection des travaux d’urbanisme. En écho à l’unification de toute l’Espagne sous une même foi, les Rois Catholiques ont cherché, dès leur entrée dans les murs grenadins, à contrôler la transformation de la ville en capitale croyante pour homogénéiser le système urbain de Grenade sur celui des autres cités espagnoles comme Tolède, Madrid ou Séville. La prise en main des catholiques impose un important travail de planification et d’organisation à différent niveaux, du religieux jusqu’au civil.

  • 21 Barbe Coquelin de Lisle G., Siècles d’Or de l’architecture hispanique : de l’Espagne au Nouveau Mo (...)
  • 22 Sánchez Acale F., op. cit. ; Rozuá Barrios J.M., op. cit.
  • 23 Barbe Coquelin de Lisle G., op. cit.
  • 24 Ambrosio de Vico, Plataforma de la cuidad de Granada hasta el Monte Sacro de Valparaiso (303 x 490 (...)

17Un organe administratif pour coordonner les opérations d’urbanisme s’installe dans l’hôtel de ville dès 1505. Il dicte des règlements ou ordonnances d’urbanisme dans le but d’atteindre un idéal spatial venu des milieux florentins et hérité des expériences aragonaises. Les textes s’alignent sur ceux promulgués par les principales villes du royaume, selon l’édit du 9 juillet 1500 qui ordonne de les compiler et de les diffuser à échelle nationale21. Dans ce sens, Charles Quint organise dès 1537 les constructions royales dans les différentes villes, en nommant un architecte officiel pour chacune. À Grenade, il s’agit de Diego de Siloe, maître de la Renaissance espagnole22. Comme la théorie de Vitruve, éditée à Tolède en 152623, les références castillanes et italiennes influencent la projection de la Grenade chrétienne vers un art urbain idéal de la Renaissance, scénique et esthétisant. Ces influences trouvent leur application dans les Ordonanzas de Limpiezas (Ordonnance de salubrité) promulguée en 1537, qui traduisent l’image d’une ville fondée sur des qualités esthétiques (règle d’alignement des édifices), hygiénistes (assainissement et désencombrement des rues), et fonctionnelles (uniformisation et régularité de l’espace public). Le plan d’Ambrosio de Vico24, commandé par l’archevêque de Grenade, Pedro de Castro, nous renseigne sur le programme d’évangélisation de la ville qui se déroule dès 1505. Face à ce besoin de tout contrôler, l’influence du mode de vivre la ville – autour du concept du jardin ou des pratiques musulmanes – intègre la création spatiale des architectes catholiques du XVIe siècle. Par le vécu et le sens des espaces grenadins, ils assimilent et dessinent des lieux « métissés ».

18Le dessin d’Anton van den Wyngaerde illustre a posteriori une campagne d’incrustation du réseau de lieux saints (de chemins de croix, d’églises paroissiales et cathédrale, de couvent et monastère), au cœur de la trame musulmane et sur les espaces extérieurs menant à la ville. La plupart de ces édifices chrétiens se superposent aux emblèmes coraniques transformés, adaptés ou démolis selon la situation. Cette vague de constructions pieuses, intense de 1520 à 1570, forme le socle de la mutation de Grenade en ville catholique. Le 15 octobre 1501, un projet de composition urbaine en vingt-quatre paroisses découpe la ville. Des églises paroissiales sont implantées au cœur de l’Albaicín, sur les fondations des mosquées musulmanes détruites. C’est le cas de l’église Santa Ana, ancienne mosquée Almanzora en façade du port ou future Plaza Nueva (figure 7). Elle manifeste la dualité des influences dans sa construction avec sa façade de brique rouge, azulejos et modillons de l’avant-toit du clocher, sur une composition italienne régulière de son plan et de sa façade symétrique. S’il n’y a pas de mosquée, les chrétiens élisent un lieu stratégique, espace urbain central d’un rabad pour poser les fondations de l’édifice à nef. Le mirador San Nicola était un espace public phare dans le paysage grenadin où l’église s’est construite à proximité de l’aljibe (figure 7). L’église San José développe son bâti autour de la récupération du minaret du XIe siècle, transformé en campanile. Dans l’investissement religieux, l’acte le plus marquant est la construction de la cathédrale et de la chapelle royale en 1505 par Diego de Siloe, sur les bases de la grande mosquée de Grenade Djema el-Kebir. Il marque l’installation du pouvoir en un lieu stratégique pour les deux cultures mais concentre aussi leur reconnaissance autour d’un espace partagé.

  • 25 Située sur le Camino Nuevo de San Nicolas, quartier San Miguel Bajo.

19Autour de ce symbole émerge une réflexion spatiale dans la redéfinition d’influences croisées de l’espace urbain et architectural comme le plus important et représentatif de la société grenadine de l’époque. La transformation des mosquées en églises est, comme l’inverse, un acte profondément violent et déclencheur d’une grande charge symbolique. Ici, il cimente sa définition comme un repère urbain accepté et partagé par les habitants. Ces repères ont été des éléments de croissance, modifiant le tissu urbain pour lui donner stabilité et cohérence. Dans l’évangélisation éducative de la population, les monastères et couvents ont joué un rôle majeur. Ils sont incrustés dans le tissu urbain de l’Albaicín, comme le monastère Santa Isabela la Real, qui complète l’église du même nom25.

  • 26 Ambrosio de Vico, Plataforma de Granada.

20Devenue cité catholique, la ville complète son catalogue de lieux sacrés en multipliant chemins de croix et sanctuaires en périphérie de la ville. L’itinéraire escarpé du Monte Sacro de Valparaiso26 monte du couvent de la Victoria, situé à la sortie de la voie urbaine du Paseo de los Tristes, jusqu’à l’abbaye du Sacromonte (figure 7). Ces itinéraires sacrés extra muros et les routes ordinaires convergeant vers la ville, s’accrochent au tissu urbain en utilisant les couvents périphériques. Ainsi, les portes de l’ancienne muraille nasride sont réutilisées et transformées en ermitages, comme la tour del Aceituno qui devient l’ermitage San Miguel Alto, point le plus haut de la ville couronné d’une croix et visible par tous les étrangers arrivant à Grenade, l’annonçant comme ville catholique.

  • 27 Arc semi-circulaire légèrement prolongé sur sa base, de type nasride.
  • 28 Décor géométrique de mosaïque céramique, de type nasride.

21L’investissement civil relève du même processus, introduisant cette fois-ci un réseau d’équipements administratif, politique ou économique comme l’Hospital Real, le Colegio Real ou la Chancellerie royale pour compléter les structures de la ville, devenue cité espagnole à part entière dans le paysage national (figure 7). Dans certains cas, les équipements sont récupérés et conservent leur fonction, fréquentés par les chrétiens suivant l’usage qu’il pourront en tirer, parfois adapté à leur pratiques modernes. C’est le cas de certains hammams de l’Albaicín, fréquentés par les morisques et par certains vieux chrétiens, comme les Baños del Nogal ou bañuelos sur la Carrera del Darro, dont le bâtiment conserve l’usage et le modèle architectural des bains musulmans. Le funduq visible dans l’axe de la Calle Lopez Rubio reste comme la trace d’un passé arabe encore vivant, par sa porte massive en arc peraltado27 de brique rouge et zocalas28, et par son patio intérieur de type nasride aux piliers de brique très massifs et rythmés et au décor végétal.

22Par l’incrustation de ces édifices religieux ou civils de la Renaissance chrétienne dans un tissu arabe conservé, la ville le confronte, au détour des rues, à un style très identifiable d’ornementation et de décor sur des édifices sculptés en pierre. Le réalignement des façades des places et des rues produit un style architectural arabe moins codifié, brut et sobre sur des façades blanchies à la chaux ou en briques. La coexistence de ces styles sur les façades des places publiques musulmanes préexistantes accentue et redéfinit leur importance dans le réseau urbain. Avec la construction de l’organe politico-religieux de la Chancellerie royale (tribunal) en 1505, l’ancienne place portuaire Hattabin, rebaptisée Plaza Nueva, devient un espace-rotule diversifiant des types d’activités qui s’y déroulent : politique, juridique, marchande et religieuse (figure 7). La récupération du fonctionnement civil de la ville intéresse aussi le quartier, ses activités et la position qu’il occupe à l’échelle de la ville. C’est le cas du Rabad al-Rambla, quartier des bouchers et des poissonniers, qui reste un lieu d’échange commercial et marchand majeur dans la redéfinition de l’espace autour de la cathédrale.

  • 29 Diéz Jorge M.E., op. cit., p. 138-149.

23Ainsi, l’investissement spatial de Grenade se fait dans un processus de reconnaissance pragmatique de ce que peuvent apporter les volumes musulmans existants à une ville catholique, et de l’exploitation optimale pour des usages religieux, civils, domestiques et sociétaux. C’est l’archétype de cette démarche que l’on peut observer dans le réinvestissement de l’Alhambra, qu’a étudié Ma Elena Diéz Jorge29. Elle montre que dès la chute des nasrides, la cité palatine est devenue un symbole sacralisé interculturel pour tout grenadin. Au-delà de la fascination pour l’esthétique du lieu, l’intérêt immédiat d’Isabelle la Catholique l’a conduite, dès 1493, à l’adapter à ses pratiques. Sur les conseils de l’archevêque Hernando de Zafra, elle l’élit comme lieu de résidence, puis construit l’église Santa María del Alhambra en 1501 dans l’extension de la mosquée royale. Charles Quint poursuit et parfait cette démarche, en faisant constuire par Diego de Siloe son palais Renaissance sur le mur mitoyen du patio de los Arrayanes en 1527. Il plaque ainsi au sens propre la figure idéale de l’architecture de la Renaissance, le patio circulaire parfait inscrit dans la masse carrée du bâtiment, contre les volumes du palais nasride, quintessence du style arabe grenadin du XIVe siècle. La coexistence stylistique au cœur de l’Alhambra devient un point de repère pour élaborer un patrimoine partagé, un lien commun imaginé entre tous les grenadins.

  • 30 Luis Seco de Lucena, Plan de la Grenade arabe (1910) dans Calatrava J., Morales M.R., op. cit. Voi (...)

24Inversement, en voulant contrôler les différences entre chaque minorité, les autorités catholiques rendent visible la multiplicité religieuse. Sur le plan de la ville de Grenade, le déséquilibre apparaît au travers des interventions urbaines entre existant et extension. Les expressions urbaines sont clairement identifiables par quartiers au travers de leurs tissus, concentrés autour du noyau médina/centre ville. Cela est dû en partie à la mise en place de quartiers ségrégés ou morerías dès 1498 et à la planification des paroisses en 1501. Les morerías des minorités converties s’inscrivent dans la conversion des quartiers existants comme les rabad albeyezin et albaida, désormais dénommés Albaicín, alors que les morerías juives et marranes vivent à proximité des catholiques, dans des quartiers à construire comme le Realejo sur le Cerro del Moro, versant sud de l’Alhambra), ou sur le site de la Gharnata al-Yahud, détruite par les autorités30. À l’inverse, les musulmans résistants et les minorités exclues comme les derniers juifs ou les mulabies restent isolés sur les extrêmes hauteurs du territoire urbain, dans le quartier du Sacromonte ou ont quitté la ville pour rebâtir des villages dans la province montagneuse des Alpujarras.

25Dans les morerías, les morisques et les mudéjars reconstruisent une vraie structure de medina autonome marquée par la relocalisation de leur grande mosquée, l’actuel colegio del Salvador dans la Calle Panaderos et sur la Plaza del Salvador (figure 7). Ils pouvaient ainsi maintenir un semblant de pratiques musulmanes sous contrôle catholique. La trame spatiale de ces quartiers émergents conserve la structure labyrinthique hiérarchisée musulmane, mais doit s’adapter également aux normes modernes, imposées par les récents textes d’urbanisme italiens et espagnols. Les quartiers des catholiques (quartier de la Duquesa ou de la Magdalena) nouvellement construits, et occupés par une population noble, s’accrochent à la ville sur une topographie plane qui leur est familière. Ils s’installent sur les terrains agricoles de la Vega et détruisent en partie les tissus urbains périphériques du XIVe siècle, jugés irréguliers. Leur expansion rapide dessine une trame régulière et claire, étoffée autour de la cathédrale. En réalité, cette trame est aussi influencée par les traces structurelles arabes détruites, comme la rue Trinidad qui suit le tracé du rempart ouest nasride, ainsi que par la conservation du système d’irrigation nasride de la Vega. Au contact des rues tortueuses des quartiers anciens de l’Albaicín ou du Cerro del Mauror pour le Realejo (morerías marrane, figure 7), les rues de la Médina récupérée ou des berges du Darro dessinent la synthèse des pleins et des vides imaginés par les référents musulmans et florentins. Au-delà de cette charnière, les voies des quartiers neufs construits sur les terrains agricoles vierges de la Vega comme le quartier San Anton vers le Genil ou le quartier de la Magdalena, adoptent un tracé de voie droite et orthogonale cristallisé à partir d’un espace public majeur comme le Campo del Principe ou la place Bib-Rambla comme le veut la théorie italienne. L’accroche s’établit autour de ces pôles urbains arabes, coordinateurs des transitions entre intra muros et extra muros comme les portes détruites de la muraille nasride ou ziri. Ainsi, les relations entre étrangers et habitants qui définissaient ce lieu comme un espace public informel d’échange, sont récupérées et transformées en point clé de la ville comme la place del Triunfo sur la porte ou encore la place Bib-Rambla à l’emplacement de la muraille démolie et de la porte Bib-Rambla et Bib-Almazda.

26Autour de Bib-Rambla, une succession de vides dessine un parcours scénographié menant le grenadin jusqu’au parvis de la cathédrale (Plaza de las Pasiegas), à l’instar du parcours vécu par les arabes jusqu’à la place de la mosquée (figure 8). Au sein des quartiers chrétiens, le métissage architectural s’étend sur la fabrication et la récupération de l’espace vécu à l’échelle urbaine et sociale. Contrainte par le tissu urbain préexistant de l’ancienne médina, la cathédrale ne peut être vue dans son entier, et les catholiques en profitent pour imposer sa domination symbolique. En empruntant la voie processionnelle San Jeronimo, les grenadins observent la coupole de la cathédrale ; mais continuant dans la Calle Capuchinos et la Calle Pescaderías, la cathédrale est disparaît avant de réapparaître sur la place Bib-Rambla. Les masses et les vides glissent à l’instar des rues autour du mirador San Nicolas et de l’ancienne grande mosquée morisque sur la Placeta del Salvator. Tous les alentours et perspectives mettent en scène les points architecturaux clé de l’édifice religieux comme ses campaniles ou son portail massif de pierre.

27Dès lors, dans la ville nouvellement construite, le rapport visuel au paysage introduit par les nasrides n’est plus centré sur le grand paysage ou la contemplation de l’Alhambra, mais sur le décor créé par des éléments architecturaux, comme la cathédrale, et sur la contemplation des volumes des places alignées, comme la place Bib-Rambla, issue des critères modernes d’une Plaza Mayor des XVIe-XVIIe siècles. Dans la lignée de l’espace scénique du XVIe siècle, les places deviennent le lieu désigné pour accueillir les animations religieuses (la fête du Saint-Sacrement), festives (juegos de cañas) et économiques (marché), en jouant sur la continuité d’un parcours spatial fluide vers le sanctuaire religieux.

Fig. 8. – La place Bib-Rambla et ses alentours.

28Dans cette mosaïque urbaine, Grenade n’apparaît pas décomposée mais au contraire combinée selon une unité particulière, grâce à la dissémination des marques chrétiennes sur l’ensemble du territoire urbain et à l’assimilation des repères musulmans et grenadins. Pour mettre en relation ces différents repères, les chrétiens structurent une toile d’édifices par un réseau urbain de voies de communication majeures traversant la ville (Calle San Jerónimo, Calle Elvira, Cuesta de Gomérez et Carrera del Darro) et de places urbaines, rotule de ces axes (Plaza Nueva, Plaza Bib-Rambla, Campo del Principe). La matérialisation du réseau urbain tient d’une part à la perforation de la compacité complexe des tissus arabes et d’autre part à la création et la reprise entre les tissus préexistants et nouvellement construits par la mise en place de points d’accroche comme le prolongement de nouvelles voies normalisées sur les terrains agricoles de la Vega.

L’architecture comme mémoire de la coexistence

29Les corrals et maisons seigneuriales édifiées après la Reconquête, en particulier celles qui bordent la Plaza Bib-Rambla, sont édifiés sur un modèle qui reprend celui du palais nasride du XIVe siècle comme le corral de la Casa Horno de Oro. Se développant à partir de la Plaza Bib-Rambla, le quartier de la Magdalena est représenté sur le plan d’Ambrosio de Vico à l’instar de toutes les extensions d’après 1492 dans la combinaison composée de maisons prestigieuses regroupées autour de jardins d’agrément et de potagers d’exploitation agricole, comme le corral Palacio de las Vargas (rue Horno de Marina). Basés sur la reproduction de l’ancien schéma grenadin bâti-végétal, les quartiers du XVIe perpétuent le modèle du patio nasride et du carmen et la trace des almunias (propriétés agricole musulmane) de la Vega. Le modèle est reproduit, mais en plus grandiose, pour la maison seigneuriale (Palacio de los Beneroso figure 9, Calle San Jerónimo) ou l’édifice civil et religieux (Hospital San Juan de Dios, couvent San Jerónimo). Sur ce principe, l’emploi du patio dans les nouvelles créations provoque un jeu de combinaison des masses autour du vide végétalisé regroupant plusieurs maisons bien séparées, se multipliant dans un même édifice civil ou centrant simplement l’espace domestique.

30Le modèle du carmen a souvent été utilisé pour densifier le quartier de l’Albaicín, notamment vers les hauteurs du Sacromonte évoluant vers un aspect plus esthétisant de son jardin, les nouvelles maisons à patios prenant plutôt place en berge du Darro. Dans les anciens quartiers, le déplacement forcé des minorités (surtout autour des années 1520-1570) permet en effet aux propriétaires chrétiens de construire des maisons seigneuriales et des propriétés agricoles ou d’agrément, sur le rachat de parcelles regroupées, comme le Palacio de los Cordovas, dans la Cuesta del Chapiz (figure 7). Loin de copier un savoir-faire, chrétiens et minorités des XVIe et XVIIe siècles emploient les maçons morisques pour construire l’architecture domestique au cœur de la densité bâtie : maison modeste pour les plus pauvres (Casa de las Yanguas Calle de las Yanguas ; corral de la Calle Aljibe de la Vieja), palais seigneurial à patio pour les plus riches (la résidence noble San Juan de Dios, Calle San Juan de los Reyes et carcel Alta).

Fig. 9. – Influence arabisante sur les typologies des maison urbaines du XVIe siècle selon le Palacio de los Beneroso (croquis L. Calamy).

31C’est le cas de la maison d’Hernando de Zafra, archevêque de Grenade, qui à partir de 1527 fait construire sur un ancien patio nasride, à l’intérieur du couvent San Catalina de Sena. Sur une distribution typique des palais nasrides, le patio carré du XIVe siècle éclate pour adapter une cour rectangulaire centrée autour d’un bassin et d’une fontaine circulaire au nord. De fait, la galerie distributive apparaît sur des portiques en brique qui précèdent des colonnes de pierre coupant la base des arcs anciens. Tout en conservant des traces musulmanes, le volume de l’habitat se réorganise autour de la cour modifiée. Il conserve la même disposition d’entrée depuis la rue mais passe les pièces de vie en enfilade entre le patio et le mur qui donne sur la rue Concepción de Zafra. Sur cette façade des percements sont effectués au dessus de la hauteur d’homme.

32Les modèles urbains du XVIe siècle apportent l’influence castillane dans l’ornementation et la scénographie du patio depuis la rue. Dans le même esprit de l’espace scénique de la place, le propriétaire du palais de los Beneroso donne à voir son statut social et sa richesse depuis la façade de la rue San Jerónimo par le travail sculpté de la pierre, qui orne l’encadrement de la lourde porte en bois, plus abondant que celui des portails nasrides en brique. Clairement influencée par la Chancellerie royale, la façade lisse accueille de petites fenêtres éparpillées et calibrées dans le contraste de la position nette de sa porte massive et monumentale. Dans l’axe d’un vestibule droit, l’entrée massive devient le cadre d’un tableau peint par la vue du patio intérieur mis en scène depuis la rue. Il ouvre sa façade fermée à la lumière sur une cour végétale cintrée par une galerie aux colonnes élancées de pierre ou de marbres et surmontées de chapiteaux ioniques. Les modèles civils ou domestiques adoptent une image italianisante de leur patio, incluant dès le XVIIe siècle des peintures murales et des formes plus théorisées, comme dans le palais de Charles Quint.

33Au XVIe siècle, les maisons des morisques grenadins peuplent l’Albaicín et le Sacromonte, comme c’est le cas pour la Casa de las Yangas dans la Calle de la Yangua. Les pièces à vivre restent organisées autour du patio aux lignes régulières, protagoniste du volume domestique, centré autour d’un bassin, d’une fontaine et d’une citerne pour son alimentation interne. Ici, l’entrée se fait par un jardin. Sur la façade du portique de la galerie, on peut observer le mélange des traits ornementaux nasride, gothique et renaissance sur le travail menuisé de la balustrade de l’étage ou sur la pierre. Mais les caractères nasrides demeurent puissants, dans la ligne de la porte encadrée par des carreaux de faïence, les placards et alcôves dans les murs ou encore la tour mirador.

34La coexistence religieuse s’exprime dans la pierre. L’emploi de certaines typologies affiche le caractère culturel et religieux dans un contexte conflictuel, comme c’est le cas pour les morisques et l’art nasride. Cependant, loin de s’attacher seulement à la forme et au décor, la fabrication des modèles urbains religieux, civils ou domestiques reflète une démarche consciente de construire la cohérence de cette mosaïque urbaine. Le réseau des patios tisse un fil rouge entre les masses anciennes et les nouvelles par ces vides qui perforent régulièrement le bâti. Il développe une seconde structure spatiale à l’intérieur de la ville qu’on observe sur les plans d’Ambrosio de Vico et sur ceux de l’actuelle Grenade, mais également au fil des déambulations dans les rues de la ville. Autour de 1492, le métissage spatial devient un modèle d’habiter l’espace à Grenade ; modèle élaboré depuis le XIIe siècle par la coexistence religieuse.

35L’appropriation catholique du modèle typiquement grenadin bâti-jardin affirme et légitime le mode d’habiter et de concevoir l’espace à Grenade dans une première phase. Les catholiques connaissaient déjà le modèle du bâti jardin avec le type des couvents dont le programme architectural exigeait cloîtres et potagers. Mais les modèles architecturaux des nouveaux bâtiments de construction catholique exploitent l’influence arabe grenadine par l’utilisation répétée de patios démesurés et de potagers. La possibilité ainsi offerte de reproduire le modèle potager des couvents assoit une structure mixte, bâtie et végétale, au cœur de la ville ancienne et nouvelle. Aussi, les quartiers d’occupation catholique dans la Vega, transportent-ils et perpétuent-ils ce modèle des carmenes adapté à une topographie plane, comme le monastère San Jerónimo. Même s’ils veulent supprimer la culture arabe, les catholiques ne peuvent se soustraire à l’influence artistique et spatiale d’un héritage musulman grenadin. Si la montée de l’intolérance chrétienne signifie la fin de la religion musulmane et de ses pratiques dans les murs de Grenade, la transmission de son influence perdure au cœur du patrimoine hybride construit au fil de ces années de coexistence. Et ce, même quand la production urbaine tend de plus en plus vers des modèles communs dans le reste de l’Europe chrétienne.

36Mosaïque de tissus urbain, Grenade construit son unité grâce au processus de métissage au cœur des confrontations religieuses qui s’y succèdent. Si dans un premier temps, le métissage participe à l’émancipation spatiale du modèle damascène du VIIIe au XIIIe siècle, il prendra toute son importance dès la prise de Grenade en 1492, pour permettre une coexistence entre musulmans, catholiques et juifs. À travers le travail subtil sur les tissus arabes et catholiques, la réflexion sur la fabrication de l’espace grenadin dépasse la simple transposition de modèles de référence, italiens ou syriens, selon chaque groupe. À Grenade, l’identité urbaine est nourrie de la persistance du modèle du patio, des équipements aux maisons urbaines, de la pratique du jardin des carmenes ou de la récupération de l’Alhambra comme symbole de la ville. Mais le métissage est plus sensible dans la manière de penser la ville que dans un élément physique perceptible. Sur la base des échanges pluriculturels, elle construit une manière de vivre ensemble et d’être citadin à Grenade.

37Cependant, cette idée de métissage n’est pas un processus permanent. Elle correspond à un moment précis où, dans un contexte de porosité entre chaque communauté, les échanges grandissent. Si l’on compare avec les situations tendues de Malaga ou de Séville, la période de 1492 à 1570 montre que Grenade vécut un moment unique d’émulsion culturelle où la convivencia, sociale, prit vraiment son sens du point de vue urbain, par le métissage. Ce laboratoire spatial, inscrit dans ce processus d’échanges, permet de trouver un équilibre entre la possibilité de coexistence de chacun des groupes, la garantie de leur autonomie et l’expression de leur individualité. Les Grenadins du XVIe siècle élaborent un patrimoine partagé, héritier du sentiment commun d’appartenance à un même lieu et construisent une identité pour la ville aux racines plurielles. La transmission de ce patrimoine participe à la perennité d’une manière de vivre Grenade et de fabriquer son espace dans une cohérence commune autour de l’idée du jardin et d’une vie collective dans un espace arabisant très ancré dans son paysage.

  • 31 Barbe Coquelin de Lisle G., op. cit.

38Dès 1570, la montée de la méfiance des catholiques envers les morisques et les derniers musulmans met un terme à ce moment de métissage urbain. La fin du soulevement des Alpujarras en 1597 achève cette convivencia grenadine par l’explusion des morisques de Grenade. Après cette date, le rejet total de la culture arabe donne aux chrétiens grenadins l’idée d’un retard dans leur histoire urbaine. La recherche d’assimilation aux modèles référents nationaux du XVIIe siècle, validés par les souverains semble être un moyen d’y palier. Elle introduit une division urbaine au cœur de la ville entre les anciens quartiers musulmans, « insalubres » et dépeuplés, et les nouveaux quartiers catholiques, prestigieux et normalisés31.

Notes

1 Ce sont principalement les marranes (juifs convertis au christianisme) ; les morisques (musulmans convertis de force au christianisme) ; les mozarabes (chrétiens et juifs d’Espagne vivant en territoire musulman et imprégnés de la culture arabe, conservant leur liberté de culte) ; les muladies (Espagnols chrétiens convertis à l’Islam) ; les mudéjars (musulmans d’Espagne vivant en territoire chrétien).

2 Devillers C., « Typologie de l’habitat et morphologie urbaine », L’architecture d’aujourd’hui, no 174, 1974, p. 18-23.

3 Récits de voyages et écrits poétiques de Abu I-Fidâ (XIIIe siècle) cité dans Arié R., « Grenade la magnifique », Quantara, no 37, 2000, p. 38-41.

4 Calatrava J., Morales M.R., Los planos de Granada 1500-1909, Grenade, Publicaciones Diputacion de Granada, 2005.

5 Sánchez Acale F., Plazas y paseos de granada, de la remodelacion cristiana de los espacios musulmanes a los proyectos a jardines en el ochocientos, Grenade, Universidad de Granada, 2005. Hattstein M. et Delius P., Islam, arte y arquitectura, Cologne, Köneman, 2001 ; Stierlin H., L’architecture de l’Islam : au service de la foi et du pouvoir, Paris, Gallimard 2003 ; Santelli S., Huet B., Medinas : traditional architecture of Tunisia/L’architecture traditionnelle en Tunisie : Médinas, Tunis, Ashraf, 1992 ; Arnaud J.-L. (dir.), L’urbain dans le monde musulman de Méditerranée, Paris, Maisonneuve & Larose, 2005.

6 Barrios Rozuá J.M., Granada, historia urbana, Albolote, Editorial Comares, 2002.

7 Nunez J. A., La Alhambra de cerca, Grenade, Edilux, 2000 ; Sanches Acale F., op. cit. ; Prieto Moreno F., Los jardines de Granada, Madrid, Direccion Generale de Bellas artes, 1973.

8 Karm peut se traduire par vignes ou treilles, évoquant celles qui couvraient le chemin d’entrée dans les maisons.

9 Barrios Rozuá J.M., op. cit.

10 Diéz Jorge M.E., El palacio del Alhambra : propuesta para una lectura multicultural, Grenade, Universidad de Granada, 1998. Martinez Justicia M.J., La plaza publica como elemento urbanistico : seis ejemplos en la cuidad de Granada, Grenade, Virtual, 1996. Barrios Rozuá J.M., op. cit. ; Sánchez Acale F., op. cit. ; Prieto Moreno F., op. cit.

11 Véritable lieu de réunion sociale mixte qui crée un espace public : Sánchez Acale F., op. cit. ; Diéz Jorge M.E., op. cit.

12 Prieto Moreno F., op. cit. ; Bermejo J.M., Paraísos en Al-Andalus : el jardín hispano-arabe, Ségovie, Artec-Impresiones, 2002.

13 Ibid.

14 Gaignard C., Maures et chrétiens à Grenade 1492-1570, Paris, L’Harmattan, 1997.

15 Il fait partie du quartier Albaicín, désignant pour les habitants la partie de la ville occupée par les morisques et les arabes après la conquête de la ville et pouvant regrouper plusieurs rabad ou arrabales. De nos jours, on nomme Albaicín la partie de la ville qui désigne le centre ancien « arabe » de Grenade.

16 Barrios Rozuá J.M., op. cit ; Gaignard C., op. cit.

17 Ridao J.M., « L’héritage andalou », Quantara, no 37, 2000 ; Tadié J.-Y., Tadié M., Le sens de la mémoire, Paris, Gallimard, 1999.

18 Gaignard C., op. cit.

19 Ibid. ; Sánchez Acale F., op. cit. ; Calatrava J., Morales M.R., op. cit.

20 Anton van den Wyngaerde, Granada, vue de 1567, 420x1.572mm (Vienne, Nationalbibliothek) dans Calatrava J. et Morales M.R., op. cit.

21 Barbe Coquelin de Lisle G., Siècles d’Or de l’architecture hispanique : de l’Espagne au Nouveau Monde : l’Empire de Charles Quint, Biarritz, Atlantica, 2001.

22 Sánchez Acale F., op. cit. ; Rozuá Barrios J.M., op. cit.

23 Barbe Coquelin de Lisle G., op. cit.

24 Ambrosio de Vico, Plataforma de la cuidad de Granada hasta el Monte Sacro de Valparaiso (303 x 490 mm), plan regravé par Francisco Heylan dans Justino Antolíñez de Burgos, Historia éclésiastica de Granada, 1590.

25 Située sur le Camino Nuevo de San Nicolas, quartier San Miguel Bajo.

26 Ambrosio de Vico, Plataforma de Granada.

27 Arc semi-circulaire légèrement prolongé sur sa base, de type nasride.

28 Décor géométrique de mosaïque céramique, de type nasride.

29 Diéz Jorge M.E., op. cit., p. 138-149.

30 Luis Seco de Lucena, Plan de la Grenade arabe (1910) dans Calatrava J., Morales M.R., op. cit. Voir également la Plataforma de Granada, par Ambrosio de Vico, reproduite dans le même ouvrage.

31 Barbe Coquelin de Lisle G., op. cit.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Structure d’une ville islamique au IXe-XIe siècle (Damas), (dessin L. Calamy).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129549/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 2. – Evolution de l’empreinte urbaine de Grenade du XIe au XVIe siècle (cartographie L. Calamy).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129549/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 3. – Grenade nasride au XIIIe siècle, état supposé (cartographie L. Calamy).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129549/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Légende Fig. 4. – Typologie du carmen d’après le carmen de la Purificíon, (XIVe siècle) dans son contexte urbain (dessin L. Calamy).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129549/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Fig. 5. – Typologie d’une maison – patio nasride selon la casa Horno del Oro dans son contexte urbain (dessin L. Calamy).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129549/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Fig. 6. – Ambiance urbaine de la Grenade arabe. L’Alhambra depuis la cuesta de San Jose : intégration de l’urbain dans le paysage. Distribution et circulation d’un espace public du rabad Cenete selon la place San Gregorio (croquis L. Calamy).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129549/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Fig. 7. – Grenade et le réinvestissement catholique urbain aux XVe et XVIe siècles (cartographie L. Calamy).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129549/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Légende Fig. 8. – La place Bib-Rambla et ses alentours.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129549/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 9. – Influence arabisante sur les typologies des maison urbaines du XVIe siècle selon le Palacio de los Beneroso (croquis L. Calamy).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129549/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

Auteur

Architecte DE. CNRS – CFEETK/USR 3172, Karnak AmbaFrance Caire, S/C Valise diplomatique, 13, rue Louveau, 92438 Châtillon Cedex.
calamy.lau@hotmail.fr

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540