Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des religions dans la ville

 | 
David Do Paço
, 
Mathilde Monge
, 
Laurent Tatarenko

Fin de la coexistence et mesures ségrégationnistes dans le royaume de Grenade, 1482-1492. L’exemple de la communauté juive de Malaga

Raquel Sanz Barrio

Texte intégral

1La guerre de Grenade, qui se déroule de 1482 à 1492, s’achève par la prise de la capitale, dernier bastion de l’émirat nasride, après que celle-ci se soit livrée à ses assaillants catholiques. L’ultime territoire musulman de la Péninsule ibérique capitule donc face aux royaumes chrétiens unifiés par Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon, prémisse à la naissance de l’état hispanique.

  • 1 Sur les aspects théoriques et généraux, voir notamment Richard C. Snyder, H. W. Bruck et Burton Sa (...)

2Étudier la direction de la guerre suppose notamment de s’intéresser de près au processus de prise de décision stratégique, à la manière dont sont élaborés les plans d’opération, puis d’étudier leur répercussion et leur application effective sur les différents théâtres. Cette question de la prise de décision (decision making) constitue aujourd’hui l’un des champs de recherche les plus féconds en histoire politique et militaire. Inspirés par les études concernant le management en entreprise, les théories des organisations et des relations internationales, de nombreux historiens, en grande majorité anglo-saxons, ont essayé ces dernières années d’analyser en détails quelques-unes des grandes décisions politiques et stratégiques des grands chefs d’État et de leur entourage, notamment en période de crise1.

  • 2 Archivo General de Simancas, Registro General Sello (AGS, RGS), VI-1490, fol. 35 ; et Bejarano R. (...)
  • 3 Esta santa guerra de los moros, Archivo Municipal Vélez (AMV), Libro 2 del Repartimiento, fol. 215 (...)
  • 4 López de Coca Castañer J.E., Es buen con sejo tener antes el enemigo lejos que cerca, « Judíos, ju (...)

3Pendant la guerre, l’émigration vers Grenade et son royaume n’est pas tout à fait exempte de contraintes. Le repeuplement est en effet conditionné par divers critères idéologiques2. La conquête du dernier royaume musulman de la Péninsule ibérique ne devient possible que grâce à un conflit à caractère religieux3, qui a pour conséquence d’empêcher la cohabitation entre vainqueurs et vaincus4. Cependant, nous tomberions dans l’erreur si nous nous limitions à voir dans cette pratique sélective un résultat uniquement issu de la nouvelle donne imposée par la conquête. Dans ce sens, il convient de ne pas oublier ce qui est arrivé alors de l’autre coté de la frontière en Andalousie occidentale, en Castille et dans les autres territoires de la monarchie hispanique, où d’importants changements se sont effectués autour des conditions de la coexistence entre les différentes communautés religieuses.

  • 5 Dominguez Ortiz A., Los Judeoconversos en España y América, Madrid, Istmo, 1971, p. 29.

4À partir de 1480, toute une réglementation complexe est instaurée afin de séparer les juifs des chrétiens. La restructuration des quartiers juifs et même la fondation de nouveaux quartiers, plus isolés que ceux déjà existants, mais aussi l’établissement des tribunaux inquisitoriaux ainsi que l’expulsion des juifs de l’Andalousie occidentale sont des conséquences de ces dispositifs. Par ailleurs, l’ensemble de ces réglementations ségrégationnistes émanant du pouvoir central participe à la politique d’unification religieuse conçue par les Rois Catholiques comme un moyen parmi d’autres d’accentuer le processus de l’élaboration de l’État moderne. La paix à l’intérieur des nouvelles frontières du royaume en serait une des basses fondamentales. Celle-ci serait conditionnée au règlement des problèmes « juif et converso », différents l’un de l’autre mais étroitement liés et tellement exacerbés que des mesures drastiques furent considérées comme nécessaires pour mettre un terme à ce qui constituait déjà une guerre civile plus ou moins déclarée5. Au cours du repeuplement du royaume de Grenade, l’application des mesures de séparation a donc pu apparaître logique et nécessaire.

5Après ces considérations générales, je voudrais présenter l’application de ces mesures envers les juifs dans le royaume de Grenade récemment conquis. Le choix du sujet peut sembler surprenant étant donné que l’édit général d’expulsion – Grenade, le 31 mars 1492 – fût émis trois mois après la prise de la capitale du royaume. Mais les districts occidentaux du royaume nasride furent gagnés cinq années avant la fin de la guerre et pendant cette période quelques communautés juives réussirent à subsister, à l’exemple de la communauté juive de Malaga, dont il est ici question de l’évolution entre 1487 et 1492.

La communauté juive nasride, du gouvernement musulman à celui des Castillans

  • 6 Arié R., L’Espagne musulmane aux temps des nasrides (1232-1492), Paris, Boccard, 1990, p. 338 et s (...)
  • 7 Sur le rôle des juifs dans l’administration nasride : Zemmama Squalli M., Les Dhimmi Juifs dans le (...)
  • 8 Capitulation d’Almeria : Yten, que no pueda ningund judío ni tornadizo tener alguna jurisdicción s (...)

6La population juive du royaume nasride à la veille de la conquête castillane est estimée à 3 000 personnes, soit 1 % de la population totale du royaume. Réparties inégalement dans le territoire, les plus grandes concentrations de populations se trouvaient dans la province de Malaga et dans la capitale. Ce fait s’explique par le rôle déterminant joué par ces districts dans les relations économiques entre le royaume de Grenade et l’extérieur. Considérés comme un peuple tributaire de l’islam, les juifs nasrides s’adonnaient au commerce, à l’exercice de la médecine, de l’orfèvrerie et à la manufacture de la soie (sériciculture)6. Dans l’administration de l’État nasride, ils exerçaient les fonctions de diplomates, d’alfaqueques et de traducteurs. Même s’ils n’occupaient pas des rôles prépondérants, il est possible qu’ils aient appartenu aux corps des administrateurs de la gestion des biens de l’État7. Lors des capitulations d’Almeria et de Grenade, les musulmans demandèrent de ne jamais se trouver sous la juridiction d’un juif ou d’un tornadizo – musulman converti au christianisme8. On peut donc en déduire que c’était déjà la coutume appliquée à l’époque nasride. Il est pourtant certain que, après la conquête castillane, les juifs exercèrent des fonctions dans l’administration dans la partie occidentale du royaume. En tout cas, la minorité juive de Grenade constitue un groupe toléré, mais qui n’est pas juridiquement comparable à la population majoritaire musulmane.

  • 9 Carrete Parrondo C., « El rescate de los Judíos malagueños en 1488 », Anuario de Estudios Medieval (...)
  • 10 « Los que quisieron entraron en la çiudad e fueron a la casa de los ginoveses, e a mirar la juderí (...)

7La présence de la communauté juive de Malaga à l’époque musulmane est amplement documentée, surtout à partir du onzième siècle, avec l’arrivée de familles depuis le califat de Cordoue. Traditionnellement on évalue la taille de cette communauté à 20 000 juifs, chiffre certainement inexact, mais qui permet de se faire une idée relative de son importance9. À la suite du pogrom de 1148, la communauté réapparaît grâce à l’activité mercantile développée par les Génois, pour qui les juifs jouent le rôle indispensable d’intermédiaires dans le commerce du détail entre Malaga et Grenade. En 1404, l’alferez (enseigne de vaisseau) Pero Niño, comte de Buelna, visita le quartier juif de Malaga avec des membres de son équipage, « et ce qui voulurent entrèrent dans la ville et allèrent chez les génois, et voir le quartier juif et la taraçana (marché)10 ».

  • 11 « Cuatrocientas e cincuenta animas, las mas eran mugeres, en la lengua arábiga e vestidos a la mor (...)

8Malaga, deuxième ville en ordre d’importance du royaume nasride tout au long du dernier tiers du XVe siècle, comptait, au moment de sa capitulation face aux Castillans, une communauté juive considérable. Selon les historiens judéo-espagnols de l’époque, la population juive de Malaga en 1487 était de quatre cent habitants. Andrés Bernaldez – chroniqueur des Rois Catholiques – parle de « quatre cent-cinquante âmes, parmi lesquels la plupart étaient des femmes, de langue arabe et habillées à la mauresque11 ».

  • 12 AGS., Patronato Real, ms. 1105 : « Es asentado e concordado que los judios naturales de la dicha ç (...)
  • 13 AGS, Consejo y Juntas de Hacienda, Ms. 3, fol. 3 : « Que no pueda estar judio en la ciudad. Ansy m (...)

9La petite communauté juive, privée de ses moyens habituels de subsistance, souffrit de tous les avatars de la guerre avec une intensité similaire à celle de ses compatriotes musulmans. La politique menée par la couronne de Castille envers les juifs du royaume de Grenade tout au long de la guerre fut principalement de leur permettre d’une part de rester dans les villes, et d’autre part de conserver le statut qu’ils avaient sous le pouvoir nasride. Dans les cas de capitulation, on doit supposer que cette politique était aussi appliquée aux communautés juives des villes, comme le montrent les cas d’Almeria, Grenade, Guadix et Velez Malaga12. Nonobstant, il y eut des exceptions, comme par exemple la ville de Ronda, où il fut interdit aux juifs de séjourner plus de trois jours13.

  • 14 Sur la captivité des juifs de Malaga voir Ladero Quesada M.A., « La esclavitud por guerra a fines (...)

10Si la plupart des capitulations signées tout au long de la guerre se déroulèrent dans « une relative douceur », la ville de Malaga fait figure d’exception. Pour les vainqueurs, la guerre avait été juste, et constituait alors un motif suffisant pour réduire le vaincu à la captivité. Malaga fut presque le seul endroit où cette légalité, admise malgré son inhumanité, fut appliquée strictement afin de servir de leçon et de faciliter ainsi la fin de la guerre14. Comme les autres captifs de la ville, la communauté juive fut incarcérée à Carmona – ville de la province de Séville. Les Rois Catholiques demandèrent le payement de dix millions de maravédis en échange de leur libération. Ils réussirent à réunir le quart de la somme et le restant fût payé par les communautés juives de Castille. Ce rachat coûta très cher aux communautés juives castillanes. En 1490, en plus des dix mille castillans d’or payés, au titre du service extraordinaire rendu pour la guerre de Grenade, les juifs en payèrent dix mille autres pour le rachat des juifs de Malaga, guidés par leur générosité volontaire, mais aussi poussés par le puissant percepteur Abraham Seneor-Juez Mayor de las Aljamas de Castille.

  • 15 « Libres e quitos e forros todos los dichos judios e judias que asi fueron cautivos en la dicha ci (...)

11Le 6 juin 1489 la reine déclarait « libres tous les juifs et juives qui furent captifs dans la ville de Malaga15 ». Ils furent autorisés à se déplacer et à s’installer partout dans le territoire castillan, et même à s’en aller en Afrique du Nord. Certains d’entre eux partirent au Royaume de Fez, d’autres dans différentes villes de Castille, mais le retour à Malaga était formellement interdit.

Malaga castellana

12Même si la documentation n’est pas très abondante nous pouvons suivre le retour à Malaga de quelques familles juives qui essayèrent de refaire momentanément leurs vies en créant un nouveau quartier juif dans un contexte général plein de difficultés et d’obstacles, en raison notamment de l’aversion des nouveaux colonisateurs et des autorités locales aidés par des mesures répressives instaurées au fur et mesure de leurs besoins. Fondé dans un emplacement différent de celui de l’époque nasride, ce nouveau quartier juif fut situé à l’extérieur de la ville, dans le faubourg de la Porte de Grenade.

  • 16 Depuis 1452, selon le Liber Damnificatorum in regno Granatae, la famille de Yusuf Alascar apparait (...)
  • 17 « En el arrabal de Malaga, adonde biven los judíos », Archivo Municipal de Malaga (AMM), Libros de (...)
  • 18 « En que agora morava Abraen çafer [...] en que agora mora Calema Chacatilla judio », AMM, LR, I, (...)

13Le noyau de la nouvelle communauté juive fut constitué par l’influente famille des Alascar16. Ils furent les premiers autorisés par les rois à s’établir dans la ville avec un statut de « protégés ». Le 10 juillet 1489, le roi Ferdinand fit grâce de trois maisons à l’interprète et secrétaire de l’arabe Simuel Alascar et à son neveu Yuda Alascar. Ces maisons étaient, selon la-dite grâce royale, « dans le faubourg de Malaga où habitent les juifs »17. Ce document confirme le fait que le retour et l’installation de plusieurs familles juives s’étaient déjà produits dans une semi-légalité18.

  • 19 « En la calle de enmedio del dicho arrabal juntas una cabotra en la hazera de la mano ysquierda, d (...)
  • 20 AMM, LR, I, fol. 121 ; Bejarano Robles F., op. cit., p. 219-220 : « Fizo llamar a los judios todos (...)

14La répartition des terrains dans la ville était confiée aux repartidores, administrateurs royaux en charge de distribuer et de repeupler les villes après la conquête castillane. En 1490 les repartidores de Malaga donnèrent à la famille Alascar deux maisons qui avaient appartenu aux musulmans Mahomad el Betut, le borgne et la maison de « l’arche ronde » d’Hajoje, situées dans la « rue du milieu du faubourg, l’une contre l’autre sur le trottoir gauche en rentrant par la porte de la rue »19. Le jour même, le 21 avril 1490, dans le même faubourg, le repartidor Francisco de Alcaraz « fit appeler tous les juifs ou la plupart de ceux qui y habitaient » pour leur transmettre l’ordre royal d’abandonner le faubourg et de partir vivre dans les terres de Malaga, de l’Algarbia ou de l’Axarquia, dans un délai de soixante jours, s’ils n’avaient pas de permission royale à présenter pour demeurer à Malaga20.

  • 21 22 juin 1490, AMM, Libro de Actas Capitulares (LAC), I, fol. 42 : « Sus altezas mandan que puedan (...)
  • 22 « En lo despoblado del arrabal de Granada, en el logar e parte que ellos vieron que hera mas convi (...)

15Ce premier ordre d’expulsion des juifs de Malaga ne fut pas suivi d’effet. Deux mois plus tard la communauté juive présenta au conseil de la ville une lettre patente par laquelle les Rois Catholiques ordonnèrent que les juifs puissent vivre dans la ville et que là où il n’y avait pas de quartier juif, un endroit soit désigné pour construire des habitations ainsi que des synagogues21. La réponse fut immédiate. Le corrégidor, les repartidores, les conseillers municipaux et un jury fixèrent un endroit pour le quartier juif « dans la partie dépeuplée du faubourg de la porte de Grenade là où ils décidèrent l’endroit le plus convenable pour une communauté d’environ cinquante voisins juifs22 ».

  • 23 « Que tengan sus juderias e morerias apartadas entre si e non moren a vueltas con los cristianos, (...)

16Ce quartier – judería – où résidait cette communauté constituait, comme les quartiers ethno-religieux de la fin du XVe siècle, un espace de confinement, séparé de la ville castillane, ainsi qu’il avait été ordonné aux Cortes de Tolède en 1480, « qu’ils aient leurs quartiers juifs et leurs quartiers maures séparés et qu’ils n’habitent pas à côté des chrétiens, et qu’ils n’aient pas de quartiers ensemble23 ».

  • 24 « Las casas que ficieren sean juntas una con la otra alrededor, de manera que este la dicha juderi (...)

17En plus de fixer un endroit à l’écart de la ville, les autorités de Malaga édictèrent des conditions restrictives, autant pour la séparation des autres quartiers du faubourg que pour la construction du quartier. La capacité était limitée à cinquante voisins ou familles. Les juifs étaient obligés de construire une maison de morada – nouvelles maisons. Le terrain à bâtir pour chaque maison était de 9 brasses de largueur et de longueur, c’est-à-dire de 15 mètres de côté, ce qui nous donne environ 11 250 mètres carrés. Le quartier devait avoir une configuration fermée, isolée du restant du faubourg. Un confinement maximal était ainsi recherché, comme il est montré dans une des dispositions prises : « Les maisons doivent être les unes contre les autres et autour, de manière à fermer la dite judería avec les maisons et les murs et qu’elle [la judería] n’ait qu’une porte, renfermant ses rues à l’intérieur24. »

  • 25 AMM, LR, I, fol. 134r et v : « En veinte e ocho dias de novienbre de noventa años se dio e señalo (...)
  • 26 Récepteur d’impôts et interprète au service des Rois Catholiques au royaume de Grenade, sur Israel (...)
  • 27 AMM, LR, I, fol. 134r° et v°. Sur Maymon Levi voir : Lopez de Coca Castañer J.E., op. cit., p. 17.

18La répartition des terrains à bâtir commença le 28 novembre 1490 pour dix des cinquante juifs signalés25. Ces terrains de 225 mètres carrés étaient situés des deux côtés de la calle de enmedio, rue commençante dans le chemin de fortification – del adarve. Sur le premier trottoir, à côté du chemin de fortification du faubourg, s’installèrent Jacob Zafer, Jacob Abenarquez, Abrahan Zafer (le terrain a un bassin et un puits et il fait 10 fois 10 brasses), Salomón Aben Jacob et Abrahen Crespin. Sur le deuxième trottoir, en face du premier s’installèrent Israel le truchement26, Yahuda Israel (fils d’Israel le truchement), Maymón Levi (voisin de Velez Malaga), Jacob Chaquetilla et Zuleman Chaquetilla27.

  • 28 Ladero Quesada M.A., La España de los Reyes Catolicos, Madrid, Alianza Editorial, 1999, p. 306.
  • 29 6 décembre 1490, AMM, LAC, I, fol. 63 et 63v° : « Hordeno la çibdad que ningund judio de ninguna s (...)

19Cette politique de confinement fut complétée par un ensemble d’initiatives révélatrices d’un fort caractère ségrégationniste28. Ces mesures essayent principalement de limiter le rôle commercial très actif joué par les juifs dans la ville. Le conseil de la ville, par arrêté municipal, interdisait aux juifs l’achat de marchandises durant les premières vingt-quatre heures après l’arrivée dans la ville, sauf l’achat de fruits et de farine pour leur subsistance, parce qu’ils « achètent tout en arrivant pour revendre29 ». Le harcèlement permanent de la minorité juive ne connut pas de répit. Dans une ambiance généralement hostile, plusieurs ordres d’expulsion de la ville furent dictés puis annulés par la suite, jusqu’à l’édit définitif de 1492.

  • 30 « Que agora ni de aqui adelante non pueblen ni bevan ni moren en esa dicha çibdad ni en sus arrava (...)
  • 31 « A la puerta de la synoga dentro de la judería », 22 avril 1491, AMM, LAC, I, fol. 91.

20Nous avons déjà vu le premier ordre d’expulsion de la ville prononcé par le repartidor Fernando de Alcalá dans le faubourg des juifs le 21 avril 1490. Cet ordre dut être annulé puisque le 29 mars 1491, les rois envoyèrent à nouveau, l’ordre au conseil de Malaga, « que maintenant et à partir de maintenant ils ne peuplent, ni habitent, ni vivent dans la ville et dans ses faubourgs aucun juif ni maure30 ». Cet ordre royal fut annoncé publiquement « à la porte de la synagogue dans le quartier juif31 ». Après une demande de la communauté juive un délai d’un mois fut accordé pour sortir de la ville. Les rois désiraient faire retourner les juifs dans les zones rurales. Certains d’entre eux durent pourtant résister puisque la vie de la communauté juive de Malaga ne fut pas interrompue.

  • 32 AMM, LR, I, fol. 166r° et v°.
  • 33 « En todo por mi serviçio sean mirados e bien tratados, que en ello me servireis », 1491, 4 mai, A (...)
  • 34 « Esto se faga e se cunpla fasta que veays sobre esto otro mi mandamiento en contrario », AMM, LAC (...)

21La grande et influente famille Alascar, parents du percepteur d’impôts (almojarife) Samuel, l’interprète, resta dans la ville. Il demanda au roi Ferdinand cette permission et grâce royale pour lui et pour sa famille. En réponse à cette demande, le roi ordonna au corrégidor Manrique de les autoriser à vivre à Malaga et à garder les maisons situées dans la rue du milieu du faubourg de la Porte de Grenade, bâtiments qu’ils possédaient grâce à une grâce royale antérieure32. Cette grâce était aussi une protection royale dans la lignée médiévale des juifs servii regis. Dans l’ordre adressé au corrégidor le roi écrit, que « dans mon service en tout ils doivent être bien traités, pour mieux me servir prenez bien soin d’eux33 ». Cette protection royale avait un caractère personnel et provisoire ; juste avant sa signature, le roi écrivait encore : « que tout soit fait et accompli en attente d’un autre ordre de moi qui le contredise34 ». La lettre royale fut présentée et lue au conseil de la ville le 10juin 1491. La grâce qu’elle annonçait permettait à dix membres de la famille Alascar de résider dans la ville : Isaac Alascar, Simuel (son frère), Haçon (sa sœur), Simuel Alascar, Yuda Alascar (son neveu), Yuça Procrate, Abrahen (son neveu), la veuve de Mosen Alascar, Abrahen Alascar, et enfin, le père d’Abrahen Alascar.

  • 35 « Quanto a lo que desis que la conversaçion de los judíos con los christianos es peligrosa e danno (...)
  • 36 Conde R. et de Molina D., La Expulsión de los Judíos de la Corona de Aragón, Saragosse, CSIC, 1991 (...)

22Ils ne furent certainement pas les seuls juifs à rester en ville. Quelques mois plus tard, un nouveau bachelier, Juan Alonso Serrano, arrivait à Malaga. Dès son arrivée, il envoya un rapport aux rois dans lequel il demandait l’expulsion des juifs de la ville. Dans son rapport, il écrit que « la conversation entre juifs et chrétiens est dangereuse et nuisible, spécialement dans les endroits récemment gagnés et peuplés comme cette ville ». Une troisième fois, les rois ordonnèrent aux juifs de Malaga de partir de la ville : « Nous vous ordonnons de faire ainsi et de donner l’ordre de les expulser et de les jeter et qu’ils sortent en dehors de la ville et qu’ils ne soient plus là35 ». Les termes utilisés dans ce troisième ordre d’expulsion de la ville de Malaga ressemblent fortement à ceux utilisés peu de temps après dans l’édit général d’expulsion des juifs du Royaume36.

La fin de la coexistence : l’expulsion

23L’existence de la communauté juive de Malaga était alors menacée. En effet, à partir du 31 mars 1492, avec l’édit général d’expulsion de toutes les communautés juives de la Couronne, se produisit l’expulsion définitive des juifs nasrides. Une fois le délai de quatre mois passé, la simple pratique de la religion juive serait punie des peines les plus rigoureuses. Ce délai permettait aux juifs de faire un choix entre accepter le baptême et entrer ainsi dans la communauté chrétienne avec tous les avantages et les inconvénients inhérents à cette décision, ou rassembler, vendre, transformer leurs biens en marchandises exportables et prendre le chemin de l’exil. Deux alternatives furent principalement choisies : la transformation des biens en lettres de change et l’achat de soie. La soie fut la marchandise autorisée choisie par presque tous les juifs du Royaume de Grenade pour monnayer une grande partie de leurs biens. Certains d’entre eux fraudèrent avec l’aide d’intermédiaires génois ou musulmans afin d’échapper à la grande charge tributaire imposée aux marchandises exportables. Cette charge consistait en la demande d’une dîme sur tous les biens et, en plus, un droit sur la soie. Ce droit, certainement un ancien impôt nasride, s’élevait à Almeria à dix doblas hacenes nazaries par quintal exporté, et à Malaga, à neuf maravédis par livre. Dans les deux ports, toutes les mesures furent prises afin de récolter cet impôt et pour éviter la fuite des biens : annonces publiques, registres, déclarations jurées, confidences, menaces et isolement des juifs et des génois, mais aussi des commerçants musulmans.

  • 37 Rodrigo de Avila présenta les documents suivants : un pouvoir fait par Fernando de Zafra sur el pa (...)
  • 38 « Que ninguno sea osado de enbarcar judio alguno ni fasyenda suya syn que primeramente sea visto p (...)
  • 39 Chiffre avancé par Miguel Ángel Ladero Quesada en 1969 après l’étude de la Relaçion de las casa y (...)

24Le 15 juin 1492, Rodrigo de Avila, l’envoyé du roi chargé de réguler la sortie des juifs par le port de Malaga, comparut devant le conseil municipal. Les documents qu’il présenta montrent que cette expulsion fut conçue comme une opération de trésorerie37. Le conseil municipal donna l’ordre de faire l’annonce publique suivante, à savoir « que personne n’ose embarquer aucun juif ni ses biens sans qu’il soit d’abord vu par monsieur le bachelier Juan Alonso Serrano et par Francisco de Alcaras, et qu’il possède leur licence et soit en la présence de Rodrigo de Avila et de Francisco Serrano38 ». Les droits ainsi perçus par la Couronne à Malaga s’élevèrent à 104 000 maravédis39. Appât du gain ou plutôt soif de spoliation sur cette minorité humiliée et forcée à l’émigration ? Difficile de trancher.

  • 40 Ladero Quesada M.A., « Dos temas de la Granada Nazarí, II, Los judíos granadinos al tiempo de su e (...)

25Les ports de sortie pour les juifs grenadins étaient Malaga, Almeria et Almuñecar. Le transport se fit à bord de la caraque des capitaines génois Francesco et Cristobal Catano, mais aussi de la caraque de Francisco Salgado et de la nao castillane de Garcí López de Arriarán. Les deux premiers embarquements eurent lieu pendant le mois de juin ; les navires partirent de Malaga et rejoignirent Almeria le 29 juin. La description précise de ces transports nous permet de connaître l’identité des personnes et de constater que ce sont toujours les mêmes membres de la communauté juive de Malaga durant les quatre années précédant sa dissolution définitive40.

Conclusion

26Les vicissitudes traversées par les communautés juives de l’ouest du royaume de Grenade, jusqu’au printemps de 1492, montrent la difficulté avec laquelle elles réussirent à survivre. Elles sont aussi le reflet de l’application des lois de ségrégation religieuse, qui émanent du pouvoir central catholique et qui sont insérées dans une ambiance d’exaltation religieuse qui arrivera à son paroxysme au moment de la réunification du royaume, le 2 janvier 1492, avec la prise de Grenade.

  • 41 « De la continua conversación e vivienda mezclada de los judíos con los christianos resultan grand (...)

27La courte vie de ces communautés juives après la conquête castillane répond aussi bien aux circonstances particulières de l’après-guerre qu’à l’orientation que prend la question « juive » sur les terres de Castille. Les restructurations des quartiers juifs, les interdictions et les expulsions qui se succèdent dans les villes de l’ouest du royaume nasride sont à mettre en parallèle avec les pratiques généralisées dans le territoire castillan. Ces pratiques tendaient à isoler complètement la minorité juive puisque « de l’incessante conversation et du mélange dans les habitations des juifs et des chrétiens découlent de grands maux et des inconvenances41 ».

28En fin de compte, la guerre de Grenade s’était déroulée dans un climat d’exaltation religieuse et politique qui exigeait la « récupération » des territoires jadis perdus. Cette raison était suffisante pour ne pas accepter la présence des mudéjares et encore moins tolérer les juifs envers lesquels il existait une méfiance alimentée par toute une série de préjugés cumulés depuis des siècles. Leur seule présence impliquait un risque pour la paix publique, facteur non négligeable dans un pays hostile. Ce risque transparait bien dans les lettres envoyées par les autorités locales aux rois où il est demandé d’interdire la cohabitation entre juifs et chrétiens dans les villes récemment gagnées. De plus, les nombreux judéo-convers présents dans les nouvelles oligarchies urbaines avaient toutes les raisons, une fois convertis, de souhaiter la disparition d’une minorité porteuse de mauvais souvenirs et dangereuse de part leur nouveau statut.

  • 42 Leon el Africano, Descripcion de Africa y de las cosas notables que en ella se encuentran,Rubio L. (...)
  • 43 « Dio a un patron de las galeaças de flete por çiertos judios que se tornaron christianos mill e d (...)

29Quel fut le destin des juifs de Malaga ? La majorité de cette communauté s’exila vers l’Afrique du Nord, probablement vers Oran et Badis – Velez de la Gomera – ville de la côte du Rif, fort peuplée et au commerce très actif dans laquelle nous relevons l’existence au début du XVIe siècle d’une importante communauté juive42. Malgré l’expulsion de l’été 1492, à peine six mois plus tard, quelques juifs convertis au christianisme regagnèrent Malaga. Ils débarquèrent des galéasses vénitiennes en provenance de Velez de la Gomera dans un état de pauvreté extrême. Une dispense présentée par le majordome et approuvée par le conseil de la ville le confirme : l’employé de la ville « donna à l’un des patrons des galéasses pour quelques juifs devenus chrétiens 240 maravédis43 ».

  • 44 Cédula originale du Roi Fernando aux corregidors de Marbella, Ronda, Malaga et Velez Malaga (12 se (...)
  • 45 López Beltrán M.T., « Los inicios de la Inquisición en Málaga y su obispado », Chronica Nova, no 3 (...)

30Il ne faut pas oublier que les juifs avaient la possibilité de rester dans leurs foyers s’ils consentaient à recevoir le baptême. En pratique, les convertis s’intégraient au groupe des nouveaux chrétiens que la société considérait avec soupçon et mépris. Pour éluder les contrôles, un grand nombre d’entre eux quitta les villes pour se réfugier en milieu rural où la population était presque exclusivement mudéjare. Très tôt, ils furent obligés de regagner les villes et de se confronter à l’Inquisition44. En dépit des promesses des Rois Catholiques un premier tribunal de l’Inquisition exista à Grenade en 1498 et 150145. En 1502, le district de Grenade redevint dépendant du tribunal de Jaén et cinq années plus tard de celui de Cordoue. En 1528 s’installa définitivement le tribunal de l’Inquisition de Grenade et lors du premier autodafé la plupart des quatre-vingt neufs pénitents furent accusés de « judaïser ». Mais cela est une autre histoire.

Notes

1 Sur les aspects théoriques et généraux, voir notamment Richard C. Snyder, H. W. Bruck et Burton Sapin, Foreign policy decision making (revisited), New York, 2002 (1re édition 1962) ; Bertrand Lang, « La place de l’étude des décisions dans la connaissance des relations internationales », in Le Trimestre du monde, 1993, 3, p. 9-17 et Marcel Duval, « Crise et décision », Le trimestre du monde, 1993, 3, p. 39-53.

2 Archivo General de Simancas, Registro General Sello (AGS, RGS), VI-1490, fol. 35 ; et Bejarano R. (éd.), Repartimiento de Alora, Malaga, Diputación de Málaga, 1971, p. 4-9.

3 Esta santa guerra de los moros, Archivo Municipal Vélez (AMV), Libro 2 del Repartimiento, fol. 215 et 215 v°.

4 López de Coca Castañer J.E., Es buen con sejo tener antes el enemigo lejos que cerca, « Judíos, judeoconversos y reconciliados en el reino de Granada a raíz de la conquista », Gibralfaro, no 29, 1978, p. 7-22, p. 8.

5 Dominguez Ortiz A., Los Judeoconversos en España y América, Madrid, Istmo, 1971, p. 29.

6 Arié R., L’Espagne musulmane aux temps des nasrides (1232-1492), Paris, Boccard, 1990, p. 338 et suivantes ; Gonzalez Maeso D., Gamata al-Yahud. Granada en la historia del judaísmo español, Grenade, Universidad de Granada, 1963, p. 38-98. Sur les fonctions d’intermédiaires dans le com-merce voir : Heers J., « Le royaume de Grenade et la politique marchande de Gênes en Occident (XVe siècle) », Le Moyen Âge, no 63, 1957, p. 87-121, ici p. 103-104 ; Goitein S.D., « The Unity of the Mediterranean World in the “Middle” Middle Ages », Studia Islamica, no 12, 1960, p. 29-42, p. 32 ; Id., Letters of the Medieval Jewish Trade, Princeton, Princeton University Press, 1973, p. 151-156 et 259-268.

7 Sur le rôle des juifs dans l’administration nasride : Zemmama Squalli M., Les Dhimmi Juifs dans le royaume nasride de Grenade (1238-1492), Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2003, p. 175-180.

8 Capitulation d’Almeria : Yten, que no pueda ningund judío ni tornadizo tener alguna jurisdicción sobre ellos, AGS, RGS, II-1490, fol. 9 ; capitulation de Grenada : Yten, es asentado e concordado que ningund judio no sea recabdador ni reçebtor ni tenga mando ni juridiçion sobre ellos, AGS, Patronato Real, ms. 1105.

9 Carrete Parrondo C., « El rescate de los Judíos malagueños en 1488 », Anuario de Estudios Medievales, no 24, 1994, p. 321-327, p. 321.

10 « Los que quisieron entraron en la çiudad e fueron a la casa de los ginoveses, e a mirar la judería e la taraçana », Ruiz Povedano J.M., Málaga de Musulmana a cristiana, Malaga, Agora, 2000, p. 400.

11 « Cuatrocientas e cincuenta animas, las mas eran mugeres, en la lengua arábiga e vestidos a la morisca », Andrés Bernaldez, Gómez Moreno M. et de la Mata Carriazo J. (éd.) Memorias del reinado de los Reyes Católicos, Madrid, CSIC, 1962, p. 198. Une explication sur cette différence de 50 individus est donnée par Carrete Parrondo C., op. cit.

12 AGS., Patronato Real, ms. 1105 : « Es asentado e concordado que los judios naturales de la dicha çibdad de Granada e del Albaicin e sus arrabales e de las otras dichas tierras que entraren en este partido e asiento, gocen de este mismo asientoe e capitulacion ; e que los judios que antes eran cristianos, que tengan termino de un mes para se pasar allende » ; et AGS, RGS, II-1490, fol. 9, (document publié par Amador de los Ríos J., Historia social, política y religiosa de los judíos de España y Portugal, Madrid, T. Fortanet, 1873, p. 715) : « Mandamos e aseguramos a todos los judíos que viven en la dicha çibdad de Almería e en todas las otras çibdades e villas e logares del dicho reino de Granada que goçen de lo mismo que los dichos moros mudéjares, seyendo los dichos judíos naturales del dicho reyno de Granada. »

13 AGS, Consejo y Juntas de Hacienda, Ms. 3, fol. 3 : « Que no pueda estar judio en la ciudad. Ansy mismo es nuestra merçed e voluntad que en la dicha ciudad de Ronda no pueda vivir ni morar judio, ni estar en ella de tres dias arriba, excepto Israel nuestro trujaman de arabigo ».

14 Sur la captivité des juifs de Malaga voir Ladero Quesada M.A., « La esclavitud por guerra a fines del siglo XV : el caso de Malaga », Hispania, no 105, 1967, p. 63-88, p. 76-77, et Carrete Parrondo C., op. cit.

15 « Libres e quitos e forros todos los dichos judios e judias que asi fueron cautivos en la dicha ciudad de Málaga », AGS, RGS, 6-VI-1489, fol. 1 et 191. Le fol. 1 a été publié par Suárez Fernández L., Documentos acerca de la expulsión de los judíos, Valladolid, 1964, p. 327-329 (document 131).

16 Depuis 1452, selon le Liber Damnificatorum in regno Granatae, la famille de Yusuf Alascar apparait comme une des plus importantes de la communauté juive de Malaga.

17 « En el arrabal de Malaga, adonde biven los judíos », Archivo Municipal de Malaga (AMM), Libros del Repartimiento (LR), I, fol. 166r° et v° ; Los Repatimientos de Malaga I, Bejarano Robles F. (éd.), Malaga, Universidad de Málaga, 1985, p. 273-274.

18 « En que agora morava Abraen çafer [...] en que agora mora Calema Chacatilla judio », AMM, LR, I, fol. 166r° et v°.

19 « En la calle de enmedio del dicho arrabal juntas una cabotra en la hazera de la mano ysquierda, de como entran por la puerta de la dicha calle », AMM, LR. I, fol. 166v°.

20 AMM, LR, I, fol. 121 ; Bejarano Robles F., op. cit., p. 219-220 : « Fizo llamar a los judios todos o a la mayor parte dellos que alli estan aposentados, e les dixo que les facia saber en como Fernandode Cafra secretario de sus altezas le avia mandado de su parte que les pusiese plazo que dende en sesenta días dexen libre desenbargadamente el dicho arrabal e se vayan desta çibdad a la Garvia o Axarquia do mas quisieren, e quela si lo requería e requirió de parte de sus altezas que de oy en sesenta días se vayan todos desta çibdadcomo sus alteças mandan aperçibiendoles que pasado el termino los echara fuera contra su voluntad, o traygan en el dicho termino mandamiento de sus altezas para que aquí queden ».

21 22 juin 1490, AMM, Libro de Actas Capitulares (LAC), I, fol. 42 : « Sus altezas mandan que puedan bevir en la dicha çibdad e que los que no tienen juderias les señalen sytios donde las fagan e synogas ».

22 « En lo despoblado del arrabal de Granada, en el logar e parte que ellos vieron que hera mas conviniente para Juderia de cinquenta vezinos judios poco mas o menos », 22 juin 1490, AMM, LR, I, fol. 127v°.

23 « Que tengan sus juderias e morerias apartadas entre si e non moren a vueltas con los cristianos, ni ayan barrios con ellos ».

24 « Las casas que ficieren sean juntas una con la otra alrededor, de manera que este la dicha juderia cerrada a casa e muro e no tenga syno una puerta, haziendo sus calles dentro », AMM, LR, I, fol. 127v°.

25 AMM, LR, I, fol. 134r et v : « En veinte e ocho dias de novienbre de noventa años se dio e señalo a Jacob Cofer judio, uno de los cinquenta vezinos para quien se señalo el sitio e suelo de la Juderia que se ha de facer e hedeficar de nuevo segund se contiene ante desto en el asiento general del dicho sitio en el arrabal de saliendo la puerta de Granada ».

26 Récepteur d’impôts et interprète au service des Rois Catholiques au royaume de Grenade, sur Israel voir : Sanz Barrio R., « Andanzas de un judío por tierras de Málaga en la época de los Reyes Católicos », Actas del Coloquio de Historia Medieval de Andalucia, Grenade, Universidad de Granada, à paraître 2009.

27 AMM, LR, I, fol. 134r° et v°. Sur Maymon Levi voir : Lopez de Coca Castañer J.E., op. cit., p. 17.

28 Ladero Quesada M.A., La España de los Reyes Catolicos, Madrid, Alianza Editorial, 1999, p. 306.

29 6 décembre 1490, AMM, LAC, I, fol. 63 et 63v° : « Hordeno la çibdad que ningund judio de ninguna suerte que sea, que no pueda comprar ninguna mercaduria dentro de veynte e quatro horas que las dichas mercadurias vinieren a la çibdad, por quanto se falla que lo compran todo en llegando para revender, so pena que por la primera ves pierda la mercaduria o su contia e por la segunda pierda la mercaduria etrezientos maravedis de pena, e asy por consiguiente dende en adelante, que pierdan la mercaduria e vaya doblando la pena del dinero, eçebto que puedan comprar harina e fruta para su mantenimiento en qualquier tiempo. »

30 « Que agora ni de aqui adelante non pueblen ni bevan ni moren en esa dicha çibdad ni en sus arravales judios ni moros algunos », 29 mars 1491, AMM, Originales, ms. 13 ; AMM, Provisiones, liasse 61, fol. 24 et 25 ; Documentos históricos de Málaga, Morales García de Goyena L. (éd.), Grenade, 1906, p. 33-34.

31 « A la puerta de la synoga dentro de la judería », 22 avril 1491, AMM, LAC, I, fol. 91.

32 AMM, LR, I, fol. 166r° et v°.

33 « En todo por mi serviçio sean mirados e bien tratados, que en ello me servireis », 1491, 4 mai, AMM, LAC, I, fol. 107v°.

34 « Esto se faga e se cunpla fasta que veays sobre esto otro mi mandamiento en contrario », AMM, LAC, I, fol. 107v°.

35 « Quanto a lo que desis que la conversaçion de los judíos con los christianos es peligrosa e dannosa, en especial en los logares nuevamente ganados y poblados como esa çibdad, e que los judios que ay en ella se devryan echar fuera, nos vos mandamos que asy lo fagais y deis horden como luego sean echados y salgan fuera de la çibdad e no estén mas en ella », López de Coca Castañer J.E., op. cit., p. 19.

36 Conde R. et de Molina D., La Expulsión de los Judíos de la Corona de Aragón, Saragosse, CSIC, 1991, p. 9-14.

37 Rodrigo de Avila présenta les documents suivants : un pouvoir fait par Fernando de Zafra sur el paso de los judíos Allende e a otros reynos fuera de Castilla, les conditions établies pour réaliser le passage, une licence et autorisation des Rois Catholiques, une Cédula Real par laquelle les rois gardent les droits de la sortie de la population juive, et une annonce publique fait à Grenade.

38 « Que ninguno sea osado de enbarcar judio alguno ni fasyenda suya syn que primeramente sea visto por el señor bachiller Juan Alonso Serrano e por Françisco de Alcaras e con su licencia e en presençia de Rodrigo d’Avila e de Françisco Serrano », 15 juin 1492, AMM, LAC, I, fol. 162.

39 Chiffre avancé par Miguel Ángel Ladero Quesada en 1969 après l’étude de la Relaçion de las casa y haziendas de los judios que pasaron allende e embarcaron en la çiudad de Malaga e lo que diezmaron y pagaron cada uno de lo que llevaron, estando presentes el senor bachiller Juan Alonso Serrano e Francisco de Alcaraz, AGS, (E)scribania (M)ayor de (R)entas, ms. 51, fol. 335-336 ; mais à laquelle il faudrait ajouter le résultat de l’étude de la Relaçion de los maravedies que Benito de Vitoria ha reçibidopor mandado del Rey e de la Reina nuestros senores de los bienes e debdas que dexaron los judios en este reino de Granada, AGS, (C)ontaduria (M)ayor (C)uentas, 1 época, ms. 962.

40 Ladero Quesada M.A., « Dos temas de la Granada Nazarí, II, Los judíos granadinos al tiempo de su expulsión », Cuadernos de Historia de España, Anexos de la revista Hispania, no 3, 1969, p. 334-342 ; Id., « De nuevo sobre los judíos granadinos al tiempo de su expulsión », En la España Medieval, no 30, 2007, p. 281-316.

41 « De la continua conversación e vivienda mezclada de los judíos con los christianos resultan grandes dannos e inconvinientes ». Éditions des édictes d’expulsion des juifs : Pérez J., Historia de una tragedia. La expulsion de los judíos de España, Barcelone, Critica, 2001, p. 143-157 ; étude comparative de l’édicte castillan, de l’édicte d’Aragon et de l’édicte de Torquemada dans Conde R. et de Molina D., op. cit., p. 9-14.

42 Leon el Africano, Descripcion de Africa y de las cosas notables que en ella se encuentran,Rubio L. (éd.), Madrid, Hijos de Muley-Rubio, 1999, p. 171. Sur les relations commerciales entre Velez de la Gomera, Venise et Malaga voir : López de Coca Castañer J.E., « Vélez de la Gomera y su puerto durante la primera mitad del siglo XVI », A. I. D., no 20, 1993, p. 207-230, p. 207 et 212.

43 « Dio a un patron de las galeaças de flete por çiertos judios que se tornaron christianos mill e dosyentos e quarenta maravedís », 1493, 3 février, AMM, LAC, I, fol. 207v°.

44 Cédula originale du Roi Fernando aux corregidors de Marbella, Ronda, Malaga et Velez Malaga (12 septembre 1497), (A)rchivo de la (C)atedral de (M)alaga, liasse 63, c. 46 ; copie dans ACM liasse 63, c. 45 : « Algunos moros e judios que se an convertido a nuestra santa fee catolica e se an tornado christianos, se van a bivir e morar entre los moros, do no aya vezinos christianos, lo qual es en mucho deserviçio de Dios y mio, porque antes de estar mucho ynstrutos en las cosas de nuestra santa fee catolica no se deve dar logar que bivan e moren salvo entre los christianos e con personas que mucho los administren en las cosas de la fe [...] ; por lo qual vos mando a todos e cada uno de vos que non consintays ni deys logar que ninguno de los que de nuevo se an convertido a nuestra santaa fee católica bivan ni moren ni los dexen bivir ni morar salvo en logar que todo sea poblado de christianos o a lo menos la mayor parte del ; e que en tal caso no moren entre los moros salvo entre los christianos ». (A)rchivo (M)unicipal de (G)ranada, ms. 1862 : « Por cuanto yo he sido informado que estan y viven en las Alpujarras personas nuevamente convertidos de judios, de mucho inconveniente para la paz e sosiego de los otros vecinos e moradores [...] por la presente mando e defiendo firmemente que de aqui adelante, ningun nuevamente convertido de judio pueda entrar ni vivir ni morar en las villas e logares e tahas de las dichas Alpujarras [...] e que los que agora alli viven e morasen, salgan a vivir a otros lugares, dentro de cien dias primeros siguientes, despues que esta nuestra fuera notificada so pena el que lo contrario hiciere, haya perdido e pierda sus bienes para nuestra Camara e fisco ».

45 López Beltrán M.T., « Los inicios de la Inquisición en Málaga y su obispado », Chronica Nova, no 30, 2003-2004, p. 213-236, p. 229.

Auteur

Doctorante. École des Hautes Études en Sciences Sociales, Centre de Recherches Historiques, 10 rue Monsieur le Prince, F. 75006 Paris.
sanzbarr@msh-paris.fr

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540