Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Quatrième partie. Témoignages

Table ronde : la rupture du programme commun

Gérard Grunberg

Texte intégral

1Gérard Grunberg : Nous ouvrons notre dernière table ronde consacrée à l’échec final de la réactualisation du programme commun. Il y avait deux façons de procéder. La première consistait, à partir de l’année 1974, car cette fameuse nuit de septembre 1977 n’a été, au fond, que la conclusion d’un processus chaotique qui a commencé en octobre 1974 avec « L’union est un combat ». L’autre possibilité que j’ai retenue est de focaliser cette table ronde sur ce moment historique de l’été 1977 qui est l’échec final de la renégociation du programme commun ; échec qui a eu des conséquences extrêmement importantes sur l’avenir de la gauche. Ce choix est pour partie guidé par l’opportunité qui nous est offerte par la participation de trois grands témoins qui ont vécu au plus près cette période et ses péripéties. Je ne vais pas vous présenter longuement ces témoins, personnalités éminentes que chacun connaît et que je veux remercier pour leur présence aujourd’hui parmi nous. Je voudrais juste préciser quelques points.

2Lionel Jospin avait à l’époque de la renégociation du programme commun des fonctions de direction au PS. Il avait été chargé par François Mitterrand en 1975 (je m’en souviens très bien) de rédiger un rapport, qu’on a appelé le « rapport Jospin » sur les relations entre le PCF et le PS. Il y avait largement contribué à l’organisation d’une convention nationale consacrée à cette question, à l’occasion de laquelle le PS s’était, non seulement sur le plan électoral mais aussi sur le plan théorique et sur le plan de la bataille idéologique, repositionné par rapport au PCF.

3Charles Fiterman, évidemment, est un témoin tout à fait essentiel puisque, non seulement il dirigeait la délégation communiste chargée de la renégociation du programme commun (on le sait bien), mais parce qu’il était aussi l’un des dirigeants communistes les plus proches de Georges Marchais après l’avoir été, auparavant, de Waldeck Rochet. Donc, s’il y a quelqu’un qui peut nous donner les meilleures informations sur une période à propos de laquelle nous avons vu hier, d’après certains dirigeants communistes et socialistes eux-mêmes, qu’il subsistait une part d’ombre, c’est bien lui. Nous ne sommes pas totalement sûrs de comprendre exactement ce qui s’est passé à ce moment-là, Les négociateurs avaient-ils une vue claire et exacte des objectifs et positions des uns et des autres ? Le processus de négociation leur a-t-il échappé, au moins, en partie ? Quelles étaient les visions et les objectifs des uns et des autres ? Charles Fiterman pourra en particulier nous parler de cet étrange retour de vacances de Georges Marchais et du tournant qu’il a imprimé à la négociation au cours de l’été 1977, tournant qui a fortement contribué à son échec final.

4Notre troisième grand témoin est Roger-Gérard Schwartzenberg, qui faisait partie de la délégation du MRG avant d’en prendre, quelque temps plus tard, la direction, et qui pourra sans doute nous dire des choses intéressantes sur la fameuse sortie de Robert Fabre qui a donné le coup de grâce aux négociations, et si elle a été ou pas préparée en liaison avec François Mitterrand.

5Et puis, bien sûr, Lionel Jospin, qui était particulièrement attentif à l’attitude des communistes, pourra nous dire ce qu’étaient selon lui leurs objectifs dans cette négociation, jusqu’où ils voulaient ou pouvaient aller. Étaient-ils, d’après lui, vraiment décidés à rompre et pourquoi, à quel moment et sur quels points ? Les socialistes, à ce moment, étaient-ils eux-mêmes conscients des graves difficultés qu’éprouvait le PCF à gérer la période de la renégociation ? Il semble en effet que pour comprendre ce qui s’est passé à ce moment-là, il faut bien voir que le PCF, contrairement peut-être à l’image que nous avions nous-mêmes à l’époque, était dans une situation très délicate en réalité. Il sortait d’un système, celui d’une soumission étroite au PCUS, et entrait volontairement dans une autre, celle de sa totale réinsertion dans le système politique français qu’il ne maîtrisait pas très bien au moment où le PS (manque de chance pour lui !) renaissait, se reconstruisait rapidement sous la direction de François Mitterrand, et où les militants communistes, comme les socialistes, étaient très désireux d’approfondir l’union entre les deux partis alors que les dirigeants communistes étaient de plus en plus angoissés par la perspective de perdre le leadership sur la gauche, perspective terrifiante pour eux.

6Une autre question, qui a été peu abordée pour l’instant, peut-être parce qu’elle n’a pas autant d’intérêt que beaucoup pouvaient le croire à l’époque, est l’importance qu’a pu avoir le PCF d’Union soviétique sur ces négociations. A-t-il ou non pesé, et si oui efficacement, sur la politique du PCF ?

7Je n’en dirai pas plus, mais j’espère et je crois que cette table ronde nous permettra de mieux comprendre cette période cruciale qui, je l’ai dit, recèle encore sa part d’ombre et a donné lieu jusqu’ici à des interprétations diverses et parfois contradictoires. Je vais d’abord donner la parole à Charles Fiterman et lui demander son interprétation de ce qui s’est passé au cours de cet été 1977.

8Charles Fiterman : Tout d’abord une petite précision : je n’ai, naturellement, pas mandat à parler aujourd’hui au nom du PCF (ni au nom de quelque parti que ce soit d’ailleurs), et j’ai le souci de séparer les faits, tels que je les ai vécus naturellement, et le commentaire qui est le mien, qui est un commentaire strictement personnel. Je peux rappeler la manière dont j’ai perçu les choses à l’époque et dont je les perçois aujourd’hui, si l’occasion se présente.

9En ce qui concerne les faits, je voudrais d’abord rappeler deux ou trois choses pour qu’on sache bien de quoi on parle. L’idée de l’actualisation est née, au lendemain des élections municipales de 1977, d’une conversation entre Georges Marchais, Jean Kanapa et moi. Elle a été proposée au PS, à François Mitterrand et à sa direction qui ont d’abord émis des réserves, se sont fait tirer l’oreille et ont fini par l’accepter, pour cette simple raison que nous étions déjà dans la perspective de l’élection législative de 1978 et qu’il apparaissait à tout le monde que la victoire était probable. Et, dès lors, il fallait tout de même actualiser – non pas renégocier mais actualiser (le mot est important). Parce que du temps avait passé, des événements importants s’étaient produits (la crise pétrolière, etc.). Parce qu’ensuite, le programme commun de 1972 était quand même un peu « à plat » (c’était un catalogue, certes prestigieux, mais quand même !), ce n’était pas un véritable programme d’action avec des priorités, avec un calendrier. Il fallait donc ajuster tout cela.

10Et puis un mandat m’a été donné au cours d’un échange avec Georges Marchais (j’en fais état dans mon livre), qui, évidemment, n’a pas été rendu public. Ce mandat résultait, bien sûr, de notre préoccupation devant l’évolution des rapports des forces entre PS et PCF et du souci de la direction du PCF de faire apparaître des marqueurs identitaires un peu plus forts. Ce mandat consistait donc à négocier en vue d’aboutir à un accord, mais en conservant un ou deux points de différences non réglés dans les domaines qui pouvaient le plus permettre d’identifier le PCF devant son électorat. Ces points de désaccord ne devaient pas justifier une absence d’accord global au bout du processus. Voilà quel a été le mandat précis que je me suis efforcé de respecter.

11Donc, ces négociations se sont déroulées du 31 mai au 28 juillet 1977 avec un travail considérable (15 réunions, 100 heures de travail, un document de 147 pages), avec un très large accord au bout du processus. Le 28 juillet, nous étions tous (je pense que Roger-Gérard le confirmera) très contents de ce que nous avions fait. Il y avait encore quelques petits points à régler dans le domaine social, mais surtout, il restait deux divergences : une sur le champ des nationalisations (comme on le sait), et une autre sur le fonctionnement des institutions, l’organisation des pouvoirs, a répartition (non pas des ministères parce que nous n’en avions pas discuté, bien sûr) mais des structures elles-mêmes. Voilà qu’elle était la situation !

12La veille du 28 juillet, donc le 27, François Mitterrand donne une interview à la télévision, au cours de laquelle il fait deux déclarations. D’une part, il explique que lui restait malgré tout personnellement attaché à la défense européenne ; or, il n’en était pas question dans le document que nous avions adopté. Et, deuxièmement, concernant la force de frappe, il indique qu’il avait beaucoup de réticences et qu’il faudrait sans doute passer par un référendum de manière à savoir s’il fallait la conserver ou non. Notre document commun tranchait cette question puisqu’il y était écrit que la force de frappe serait maintenue en état en attendant les négociations internationales qui permettraient d’aller vers le désarmement.

13Ce qui fait que le lendemain, 28, et alors que notre document était bouclé (nous avions d’ailleurs adopté un communiqué le même jour), j’ai entendu le soir à la télévision Georges Marchais s’exprimer depuis la Corse, où il était en vacances, pour relever les propos de François Mitterrand. Avec une grande véhémence, il a déclaré : « De défense européenne, il n’est pas question. Nous ne donnerons pas l’arme atomique à l’Allemagne ! [...] Et, quant à la force de frappe, il fallait absolument décider tout de suite qu’on la maintenait, le dire clairement... » Pour ce qui est des nationalisations, il fallait nationaliser tout ce que nous avions annoncé, tout ce que demandait le PCF et en particulier la sidérurgie, Peugeot-Citroën, Renault, etc. Déclaration très « musclée » se terminant par : « La situation est grave. Liliane, fais les valises, il faut rentrer à Paris ! » Ce qui m’avait semblé à l’époque (je dois le dire) d’autant plus curieux que, de toute façon, ses vacances étaient terminées et qu’il devait rentrer quarante-huit heures après.

14J’en avais tiré la conclusion qu’il y avait quelque chose qui ne « collait pas ». Je m’en étais inquiété à l’époque (je n’étais pas le seul, d’ailleurs) mais comme je devais prendre deux semaines de vacances, je suis parti sans le rencontrer et je suis rentré après le 15 août. Contrairement à ce que je pensais, la polémique avait enflé. Georges Marchais et certains membres de la direction du PCF présents à Paris avaient tenu des propos assez violents, François Mitterrand décidant du coup d’annuler les contacts qui étaient prévus pour essayer de régler les questions en suspens. Le climat s’était sérieusement « rafraîchi ». Et puis rien n’a pu être réglé début septembre. Il y a eu enfin ces deux réunions au sommet qui se sont terminées comme on le sait.

15J’ajouterai simplement que, début octobre, après ces événements, Pierre Bérégovoy a demandé à me voir. Je l’ai évidemment reçu ; il m’a posé une question : « Si nous annoncions que nous acceptons la nationalisation de la sidérurgie, quelle serait votre réaction ? » Évidemment, j’ai dû consulter Georges Marchais qui m’a répondu : « Pas question, ça ne fait pas le compte », et les choses en sont restées là. Voilà pour ce qui concerne les faits ! En ce qui concerne l’interprétation, je voudrais dire d’emblée que, pour ce qui est de Georges Marchais, compte tenu de la complexité de la situation dans laquelle se trouvait le PCF à l’époque, j’y reviendrai, je me suis toujours abstenu de tenir à son égard des propos excessifs parce que, comme toute personnalité, il avait ses bons et ses mauvais côtés. C’était un homme capable de détermination, fonceur, une bête politique, un homme capable aussi de courage politique, de générosité, mais, dans le même temps, impulsif, réagissant sur l’événement et avec une difficulté très grande à penser le long terme. Il ne donnait pas du temps au temps, contrairement à son interlocuteur, ce qui fait qu’il était meilleur en tactique qu’en stratégie.

16Je voulais dire cela avant d’ajouter que, devant la situation créée, j’ai pensé trois choses. D’abord, pour ce qui me concerne et pour ce qui est de la délégation communiste, nous avions strictement respecté notre mandat. Ensuite, pour ce qui est de Georges Marchais, même s’il n’était pas seul mais le fonctionnement du PCF étant ce qu’il était, il a voulu la rupture, en tout cas à partir de fin juillet. Enfin, pour ce qui est de François Mitterrand, il ne voulait pas la rupture tout en en prenant le risque, parce que ses déclarations étaient provocatrices (celle de fin juillet à l’évidence). C’était sa façon de faire : d’un côté, de façon positive, laisser avancer les choses, et de l’autre, montrer (évidemment devant le grand public) qu’il était libre de ses mouvements, qu’il n’était pas prisonnier du PCF et pouvait dire des choses qui ne plaisaient pas à celui-ci. Mais, en l’occurrence, je pense qu’il n’avait pas pris du tout en compte le fait que la direction communiste, et en particulier Georges Marchais, pouvait aller jusqu’à la rupture, ce qui s’est produit.

17Alors, pourquoi ? Vous savez, les pressions soviétiques, il y en a toujours eu dans toute cette période. Il y en a eu dès 1974 quand, entre les deux tours de l’élection présidentielle, l’ambassadeur soviétique à Paris, Tchervonenko, a rendu visite à Giscard d’Estaing. Brejnev a « appelé à voter Giscard », (on le savait). Ces prises de position et pressions plus ou moins « amicales » se sont reproduites à différentes reprises. La plus mémorable est cette lettre de 18 pages du PC soviétique adressée au PCF, en mars 1977 (pas très loin de l’actualisation) qui était d’une violence extrême, à laquelle Georges Marchais lui-même et la direction ont répondu par une nette fin de non-recevoir. Donc, des pressions ? Oui, sans aucun doute. Mais, en tout cas, pour ce qui me concerne, je ne peux pas faire état d’une démarche précise s’agissant de la conclusion de l’actualisation. Et, même si elle avait eu lieu, je ne pense pas qu’elle aurait été suffisante pour déterminer Georges Marchais. Il avait montré, à maintes reprises, que, s’il avait quelques défauts, il n’avait pas celui de céder devant l’injonction. Ça n’était pas dans son tempérament et ce n’était déjà plus dans l’air du temps. Donc, je ne crois pas qu’il faut chercher là la cause directe, majeure, de la rupture.

18En fait, je dirais de façon très simple : Georges Marchais était naturellement obsédé par l’influence du PCF et sa position dans l’alliance de la gauche. Contrairement à ce que nous pensions au départ, l’entente autour du programme commun n’avait pas bénéficié, en terme d’influence, essentiellement au PCF. En fait, le contexte national et mondial avait changé et, dans cette situation nouvelle, le choix stratégique très intelligent de l’alliance avec le PCF avait accéléré ce rééquilibrage voulu par François Mitterrand. Georges Marchais était très préoccupé par cette situation. Devant l’échéance des élections législatives de 1978 et la victoire de la gauche qui apparaissait probable, je crois qu’il s’est bloqué et a craint (ce que j’avais déjà observé chez Waldeck Rochet) de se voir accuser de brader les intérêts de son parti et le parti lui-même. C’est une accusation dangereuse pour un dirigeant, quel que soit le parti, mais encore pire s’agissant du PCF. Car le rôle dirigeant de celui-ci, sa place prépondérante sur l’échiquier politique, était considéré dans la pensée communiste comme une condition impérative d’une évolution victorieuse vers le socialisme. Et dès lors, affaiblir le PCF était le pire des crimes. Je crois qu’il a craint cela et, du coup, à sa manière, il s’est cabré et a reculé devant l’acte.

19Voilà, en bref, mon interprétation. Après, on peut revenir sur un certain nombre de choses.

20Gérard Grunberg : Merci beaucoup. Bien sûr, on y reviendra.

21Je vais peut-être demander à Roger-Gérard Schwartzenberg de donner sa vision de ce moment particulier. Est-ce qu’il y avait des objectifs particuliers du MRG dans cette négociation ? Qu’est-ce qu’il voulait faire de la réactualisation ? Qu’attendait-il de cette négociation et comment l’abordait-il ?

22Roger-Gérard Schwartzenberg : Non, il n’y a pas d’objectifs particuliers. Comme le rappelait Charles Fiterman à l’instant, de mai à l’extrême fin du mois de juillet 1977, les discussions pour l’actualisation se sont passées de manière très largement positive (j’évite de dire « globalement positive », c’est une autre histoire encore...). Les réunions des différents sommets se sont tenues de manière à peu près satisfaisantes, et surtout, les réunions du groupe des Quinze, où il y avait cinq représentants par formation politique, se sont tenues de manière efficace. C’était un travail minutieux, approfondi, sérieux, qui portait vraiment sur le fond des problèmes en débattant chacun des chapitres avec un grand nombre de réunions et d’heures de réunions (comme le rappelait Charles Fiterman à l’instant).

23Un point simplement sur le problème relatif à l’arme nucléaire. Le souvenir que j’ai conservé, c’est qu’il y a plutôt eu, dans le groupe des Quinze, abandon des positions qui étaient celles du Rapport Kanapa qui avait été adopté en mai 1977 par le comité central du PCF, positions qui nous semblaient impossibles à accepter parce qu’elles comportaient, au moins, trois inconvénients. Le premier, c’est de reposer sur le principe du non-emploi en premier de l’arme nucléaire, or nous n’avions pas de seconde frappe possible ou disponible. Le second élément, c’était de troquer une stratégie anti-villes contre une stratégie anti-forces, ce qui est encore plus difficile à mener. Et le dernier élément, c’était l’introduction d’une certaine collégialité dans le processus de décision de recours à l’arme nucléaire, ce qui est, évidemment, extrêmement difficile vu les circonstances d’urgence où une telle décision peut être prise. Je crois qu’il y a eu, finalement, un accord du groupe des Quinze sur une doctrine relative à ces problèmes.

24Alors, du côté des radicaux de gauche, il n’y a pas d’objectifs particuliers. Je voudrais saluer, à cette occasion, le courage de Robert Fabre (je ne parle pas de la rupture de 1977, je parle plutôt de 1971-1972) parce que Robert Fabre, qui était un homme de conviction, de détermination, très attaché à la justice sociale et aux libertés, a fait preuve d’un courage considérable à deux reprises. D’abord, en se séparant du parti radical valoisien, alors dirigé par Jean-Jacques Servan-Schreiber qui était allié à Jean Lecanuet, donc au centre droit, et ensuite, en apportant la signature des radicaux de gauche, dès juillet 1972, au programme commun qu’avaient signé, le 27 juin, d’ores et déjà, le PCF et le PS. Ce n’était pas facile à décider pour lui, ni pour les radicaux de gauche. Mais il l’a fait. C’était un choix historique important, à l’échelle des radicaux de gauche en tout cas. Cela avait l’avantage, peut-être aussi, de rappeler l’union tripartite de 1936 qui associait communistes, socialistes et radicaux. Et cela avait l’avantage, pour le PS, de mettre (peut-être un peu artificiellement parce que les radicaux de gauche n’avaient pas le poids du PCF, encore moins du PS) le PS au centre d’un dispositif avec, sur son flan gauche le PCF, et sur l’autre flanc une autre formation, plutôt que d’avoir un tête-à-tête exclusif PS-PCF.

25La première rupture, ou plutôt suspension, qui est intervenue au sommet du 14 septembre 1977, n’était pas préméditée. Mais Robert Fabre, qui avait une sensibilité assez aiguë, se rendait bien compte (comme nous-mêmes d’ailleurs), à la lecture de la presse et à l’écoute de leurs déclarations officielles, que Georges Marchais et le PCF étaient devenus hostiles à la signature d’un texte actualisé et chargeaient volontairement la barque sur deux ou trois dossiers symboliques et importants, dont celui de l’ampleur des groupes et des filiales à nationaliser. Cette « sortie » du 14 septembre n’a pas du tout été concertée avec François Mitterrand. D’ailleurs, nous l’avons regretté. Tant François Loncle ou Michel Crépeau que moi-même, dans une délégation qui devait comporter sept ou huit personnes, nous avions souhaité (parce que nous étions réunis à part à l’occasion d’une suspension de séance) que François Mitterrand soit prévenu avant que reprenne la séance de la position de Robert Fabre. Ce qui n’a pas été fait. Nous l’avons regretté parce que ce n’était pas une bonne démarche, ni vis-à-vis de François Mitterrand, ni des socialistes en général, que de sembler prendre une initiative solitaire même si, sur le fond, elle pouvait apparaître justifiée. Cela n’a pas eu de conséquence préjudiciable parce que, n’importe comment, le jeu était joué pour l’issue de ce que serait cette actualisation.

26Ensuite, il y a eu le second sommet qui s’est tenu le 22 septembre 1977 et qui s’est terminé dans la nuit. À cette occasion, on avait vraiment le sentiment profond pour cette réunion-là, vers sa fin, à partir d’environ dix-sept heures, que Georges Marchais ne souhaitait absolument pas qu’il y ait une issue positive. Cela nous paraissait manifeste. Des suspensions de séances ont été demandées par chacun des partis pour essayer, notamment, d’avancer sur le problème des filiales, le PS faisant quelques propositions supplémentaires qui n’ont pas abouti à changer la détermination du PCF. Philippe Herzog, dans la dernière phase de la réunion, intervenant en procureur très sévère contre ses partenaires sur leur refus de consentir à l’ensemble des nationalisations des filiales qui étaient souhaitées par le PCF, nous a donné un cours de rigueur marxiste dont il a paru s’éloigner dans les années postérieures, mais c’était en 1977 ! Et les choses se sont terminées comme vous le savez.

27Je voudrais simplement évoquer un fait dont je me souviens (et dont François Loncle se souvient peut-être aussi) : vous vous rappelez (Charles Fiterman les connaît encore mieux que nous) les grands ascenseurs qu’il y a place du Colonel-Fabien, de dimension assez vaste, où on peut donc descendre à sept, huit ou même davantage. Je me rappelle être redescendu de l’étage du bureau politique avec François Mitterrand, Georges Sarre, peut-être Jean-Pierre Chevènement, et d’autres. François Mitterrand a dit à Georges Sarre et à moi-même : « Vous verrez, je pense qu’il y aura quelque chose de nouveau qui se passera d’ici décembre. » Je raconte cette anecdote, qui n’est pas une révélation d’une importance considérable, pour contribuer à éclairer la psychologie de chacun. Je pense que François Mitterrand souhaitait réellement que l’union de la gauche persiste dans sa forme initiale et qu’il pensait que le PCF finirait par reprendre les négociations qui avaient ainsi été brutalement interrompues. Et d’ailleurs, la démarche de Pierre Bérégovoy (qui était évoquée à l’instant par Charles Fiterman et que je ne connaissais pas) s’inscrit dans la même vision, c’est-à-dire : penser qu’il faut aboutir véritablement à un accord, ne pas décevoir l’attente des électeurs et aller aux élections de 1978 de la manière qui était prévue et souhaitée.

28Voilà les quelques éléments que je voulais apporter.

29Gérard Grunberg : Merci beaucoup. Lionel Jospin, maintenant, va nous dire comment lui-même et les socialistes ont compris ce qui se passait au PCF et comment ils ont tenté ou voulu réagir. Et, en particulier à propos de ce que vient de nous dire Roger-Gérard Schwartzenberg : François Mitterrand a-t-il été convaincu à partir d’un certain moment, et alors lequel, que l’échec des négociations était devenu inévitable ? Ou bien a-t-il pensé qu’il pourrait y avoir, après, une reprise des négociations sous une autre forme ? Est-ce qu’il avait compris la détermination forte de Georges Marchais d’arrêter « les frais » ? Le dirigeant socialiste que vous étiez alors a-t-il vu venir l’échec de la renégociation du programme commun ?

30Lionel Jospin : Si vous le voulez bien, et avant de revenir sur un certain nombre des points précis qui ont été évoqués par Charles Fiterman et Roger-Gérard Schwartzenberg (avec qui, d’ailleurs, je n’ai pas de divergence d’interprétation a priori), je voudrais prendre les choses de façon un peu plus large. Je vais traiter cette question de la rupture du programme commun, non point en historien parce que je ne le suis pas, mais plutôt en politique parce que je l’ai été. Pour moi, la rupture du programme commun et la crise d’union de la gauche s’amorcent par une déclaration du bureau politique du PCF en date du 7 octobre 1974. Nous sommes un peu moins de deux ans et demi après la signature, le 27 juin 1972, d’un programme commun de gouvernement entre le PCF et le PS, paraphé, quinze jours après, par le MRG. Cette déclaration du PCF, très critique, intervient quelques mois après la défaite du candidat unique de la gauche, François Mitterrand, à l’élection présidentielle du printemps 1974. Elle se situe à l’automne, au lendemain d’élections législatives partielles caractérisées par une progression sensible des candidats socialistes, par un certain effritement des voix du PCF et par une défaite, ou un recul, pour les candidats de la droite au pouvoir.

31Cette offensive politique de la direction du PCF est dirigée essentiellement contre le PS, le MRG étant, tactiquement sans doute, relativement épargné. Elle ouvre une controverse qui se poursuivra jusqu’en 1978, date que vous avez choisie pour votre séquence historique, mais aussi au-delà, jusqu’à 1981, à l’exception d’une brève mise en sourdine de la polémique pour les élections municipales de 1977. Selon un mot d’un dirigeant communiste qui a été rappelé tout à l’heure, « l’union est [devenue] un combat ». Cette rupture est un acte unilatéral de la direction du PCF qui vise ses partenaires de gauche mais n’épargne pas non plus le programme commun en tant que document auquel il est reproché d’avoir créé des illusions dans les milieux populaires. Et l’acte est unilatéral parce que, à l’époque, on ne trouve pas, au PS, de forces significatives tentées par une prise de distance symétrique.

32Les accusations portées contre le PS par les dirigeants et la presse communistes sont essentiellement les suivantes : le PS opère un virage vers le centre. Pourtant ses imputations ne se trouvent pas vérifiées dans la réalité : le PS n’a pas dénoncé le programme commun, il réaffirme sa fidélité à l’union de la gauche et il n’a noué aucun contact avec des formations centristes. Les motifs du retournement stratégique opéré par la direction communiste, à la fin de 1974, doivent être recherchés ailleurs. Ils résultent, en fait, d’un constat (Charles Fiterman y a fait allusion il y a un instant) : la stratégie d’union de la gauche proposée depuis longtemps par le PCF et acceptée depuis peu (seulement trois ans) par le parti de François Mitterrand profite plus au PS qu’au PCF alors que celui-ci avait escompté le contraire. La direction du PCF décide donc de s’attaquer à son partenaire. Récuse-telle définitivement une stratégie qui semble ne pas lui rapporter ? A-t-elle renoncé à la perspective du pouvoir à partir du moment où elle doute d’y parvenir en position de force ? Du côté socialiste, nous nous posons la question sans être sûr de détenir la réponse. Et, chez moi, l’interrogation subsiste toujours aujourd’hui. Peut-être que Charles Fiterman, à l’époque dirigeant très important du PCF, pourrait nous éclairer sur ce point. En tout cas, la direction du PCF entend restaurer au sein de la gauche un équilibre qui lui soit plus favorable. Et elle pense, pour cela, qu’il faut imposer au PS une épreuve de force dont il sortira affaibli.

33Entre le PCF et le PS, comme entre Georges Marchais et François Mitterrand, ce qui est en cause, c’est le leadership de la gauche. Confiant en sa force, convaincu que le PS pliera ou se divisera s’il voit se dérober l’espérance du pouvoir que lui promettait la stratégie d’union de la gauche qu’il avait faite sienne depuis peu, le PCF s’engage dans une confrontation rude et durable. Face à l’offensive, le PS cherche d’abord à comprendre. Il met en place un groupe de travail sur les relations PS-PCF, que je suis chargé d’animer. Ce sera, d’ailleurs, la première tâche vraiment politique que me confiera François Mitterrand. De 1974 à 1981, à travers une succession de rapports devant les instances dirigeantes du PS, ce groupe de travail et moi-même tenons la chronique des difficiles relations à gauche avec pour objectif d’aider le PS à maîtriser sa conduite. Assez vite, nous arrêtons une position dont nous ne nous départirons pas pendant sept ans, c’est-à-dire jusqu’au 10 mai 1981. Nous récusons les critiques du PCF. Nous ne cédons pas à l’intimidation. Nous répliquons quand c’est nécessaire. Mais nous n’alimentons pas nous-mêmes une polémique qui sert la droite. Dans le même temps, nous conservons le programme commun de gouvernement comme référence et nous restons fidèles à la stratégie d’union à laquelle les forces populaires sont, nous le croyons, attachées. Nous sommes, selon l’expression qui a été utilisée à l’époque, « unitaires pour deux ».

34Cette posture n’ira pas sans débats au sein du PS. Au début, tout le monde semble l’approuver. Mais, après la défaite aux élections législatives de 1978 à l’évidence provoquée par les divisions de la gauche (une gauche que ne sauvera pas un rabibochage pré-électoral de dernière minute), le climat change à l’intérieur du PS. Un courant, le CERES, nous reproche de ne pas avoir intégré un certain nombre de critiques du PCF à notre encontre. Un autre, autour de Michel Rocard, commence à envisager – la dérobade du PCF ne lui paraissant pas pouvoir être surmontée – une vision alternative de la marche au pouvoir recherchant, effectivement cette fois, du côté du centre des renforts nécessaires. Cette divergence stratégique sera au cœur des affrontements du congrès de Metz en 1979, laquelle sera tranchée par la victoire de François Mitterrand dans le sens du maintien de la stratégie de l’union de la gauche en dépit de l’hostilité que continue à nous manifester le PCF.

35L’épreuve de force aura des conséquences contradictoires pour les deux grands partis de la gauche. Le PS passe au premier plan en démontrant une double capacité de résistance : d’un côté, il ne cède pas devant la pression du PCF et fait la preuve de son autonomie politique (le PS est un parti sans tuteur) de l’autre, il repousse les suggestions de ceux qui préconisent un renversement d’alliance. Il reste fidèle aux engagements pris au moment de la signature du programme commun. Ainsi, il rassure ceux qui, dans l’opinion, craignent encore une domination du PCF sans alarmer ceux qui auraient pu douter de son ancrage à gauche. Le PS sort renforcé de l’épreuve qui lui a été imposée et son leader, François Mitterrand, s’affirme davantage dans le paysage politique. L’épisode n’est pas profitable au PCF. Celui-ci avait connu quelques années d’ouverture que la signature d’un programme commun de gouvernement de la gauche était venue symboliser. La longue polémique avec le PS renvoie le PCF à une image dure, à un comportement fermé, en même temps qu’elle fait douter de sa volonté de faire gagner la gauche et d’exercer le pouvoir. Or, la droite étant aux affaires en France depuis longtemps, beaucoup de Français aspirent à un changement. En outre, à la fin des années 1970, l’évidente sclérose du système soviétique sous Brejnev et la politique extérieure aventureuse de l’URSS en Éthiopie comme Afghanistan, avec laquelle la direction du PCF reste, malgré des hésitations, solidaire, ne font rien pour améliorer l’image de l’ancien parti dominant de la gauche.

36Le PCF était entré en conflit avec son partenaire avec pour objectif d’affaiblir le PS et de rétablir sa suprématie. En 1978, après quatre années de vives polémiques entre les partenaires de la gauche, y compris autour de la tentative infructueuse d’actualiser le programme commun (sur laquelle je pourrais revenir éventuellement après), les buts que s’était fixés le PCF ne sont pas atteints. Aux élections législatives, pour la première fois depuis la guerre, le PS devance le PCF. La querelle va se poursuivre trois années encore, troublant mais ne décourageant pas vraiment un électorat de gauche aussi attaché à l’unité qu’il aspire au changement.

37Le fin mot de cette histoire s’écrira au printemps 1981 en deux temps. Au premier tour de l’élection présidentielle, le 26 avril, une fraction notable de l’électorat communiste choisit de voter directement pour François Mitterrand, candidat du PS. Ce mouvement de voix, qui peut apparaître comme la sanction d’une stratégie communiste négative, conduit la direction du PCF, après une brève hésitation, à appeler les électeurs qui ont soutenu Georges Marchais au premier tour à voter, au second, pour le candidat socialiste qui porte, à nouveau, les espoirs de la gauche. François Mitterrand est élu président de la République le 10 mai. Georges Marchais et moi-même (qui suis devenu premier secrétaire du PS), à la tête de deux délégations, négocions en quelques jours un accord de gouvernement. Le 23 juin 1981, après la dissolution de l’Assemblée nationale et la victoire de la gauche aux élections législatives, quatre ministres communistes, dont Charles Fiterman, entrent dans le second gouvernement de Pierre Mauroy. Roger-Gérard Schwartzenberg, lui, rejoindra le gouvernement en 1983. Ce gouvernement de Pierre Mauroy mettra en œuvre nombre des engagements pris dans l’accord de juin 1972.

38Contre la rupture, l’esprit du programme commun a prévalu. Sans l’unité (puisque c’était le titre de votre colloque), l’union s’est imposée.

39Gérard Grunberg : Merci beaucoup. Est-ce que je peux, maintenant, vous demander plus précisément : est-ce qu’il y a eu un moment où François Mitterrand, vous-même, les dirigeants du PS ont eu ou l’impression, ou même la certitude, que le PCF avait décidé de rompre, qu’il ne voulait aucun accord ?

40Lionel Jospin : Le choc, pour nous, se produit à l’automne 1974 par des déclarations, notamment de Roland Leroy, puis par la polémique dont j’ai parlé. C’est pourquoi, d’ailleurs, François Mitterrand me demande, au sein d’un groupe de travail, de mener une réflexion, y compris lointaine, historique ou théorique, sur les deux rameaux de ce qu’on appelait à l’époque « le mouvement ouvrier ». Ensuite, tout ce qui se développe est de même nature. Simplement, en 1977, il y a (comme je l’ai dit) une sourdine mise à la querelle (je ne sais pas si Charles Fiterman me contredira), parce que le PCF entend (et nous nous en réjouissons, nous aussi) conserver ses mairies et emporter un certain nombre de mairies nouvelles. Lui, nous-mêmes et les radicaux de gauche nous connaîtrons un très grand succès. À ce moment-là, nous espérons que les choses vont rentrer dans l’ordre. Et puis cela ne se produit pas. Nous sommes déçus mais pas surpris.

41Sur l’actualisation du programme commun, je n’ai pas participé directement à la négociation, sûrement parce que je n’étais pas encore, à l’époque, un dirigeant suffisamment important du PS, et peut-être aussi parce que François Mitterrand (puisque j’animais ce groupe de travail) voulait me maintenir en position de recul. Mais j’ai suivi de près les discussions. Et je peux confirmer ici que, effectivement, ni François Mitterrand ni la direction du PS ne souhaitaient l’actualisation du programme commun. Nous voulions que le programme commun de gouvernement reste un document politique de référence, un contrat symbolique pour la gauche, qui nous engage vraiment (et d’ailleurs, il nous engagera au moment de 1981 ; après tout, les nationalisations, nous les avons faites !), mais nous ne voyions pas l’intérêt d’une discussion notariale pour actualiser ce programme commun. Et surtout, nous craignions, dans le climat créé depuis trois ans, que cela serve de prétexte nouveau pour accentuer la division de la gauche. Donc François Mitterrand souhaitait un accord ; il fera des efforts. Charles Fiterman a rappelé que Georges Marchais, à partir d’un certain moment, ne voulait pas ou ne voulait plus l’accord. Et donc, nous nous résignerons. Le soir de l’échec, je retrouvai François Mitterrand au siège du PS, place du Palais-Bourbon. Il me dit sa déception. Il me dit que, sans doute, finalement le PCF ne voulait pas l’accord. Et il me dit aussi : « Nous allons poursuivre, de toute façon, en gardant la stratégie qui est la nôtre. »

42L’influence de l’URSS a été seconde (c’est ce que laisse entendre Charles Fiterman et c’est ce que je pense). On connaissait la position de l’URSS. On savait qu’elle n’était pas favorable à une victoire de la gauche en France. Ses dirigeants avaient montré clairement qu’ils préféraient l’élection de Giscard d’Estaing. Il n’y a pas eu, à mon sens, d’injonction (mais je suis mal placé, évidemment, pour le savoir). Nous avons, quand même, été frappés par le retour d’un certain nombre de personnalités, comme Gaston Plissonnier par exemple, qui étaient plutôt perçues, dans l’histoire communiste, comme étroitement liées à l’appareil dirigeant soviétique. En tout cas, c’est l’interprétation que nous en avions. Mais, là aussi, Charles Fiterman (dont je vois qu’il fait preuve de doute à cet égard) est mieux placé que moi pour savoir si ça avait une signification. Ce que je peux vous dire, en tout cas, c’est que, quand nous allons en URSS, au début 1975, François Mitterrand va (et je suis présent) devant Brejnev, devant Souslov, devant Ponomarev, plaider : « Peut-être que ce n’est pas ce que vous souhaitez mais, faites attention, préparez-vous parce que c’est sans doute quelque chose qui se produira même si nous avons perdu l’élection présidentielle de 1974 ! » Évidemment, cela a mis sept ans à se réaliser.

43Sur la présence des radicaux de gauche dans l’union (c’est vrai, Roger-Gérard a raison), ça mettait le PS au centre et ça convenait à François Mitterrand même si, dans le rapport des forces entre le PCF et les radicaux de gauche (sans faire injure aux radicaux de gauche) le MRG ne pesait pas, bien sûr, autant. Je ne suis pas certain, d’ailleurs, que ça dérangeait le PCF qu’il y ait ce troisième partenaire. Lui aussi, après tout, évitait un tête-à-tête. Et on verra que, pendant la polémique, il en a parfois joué tactiquement. La « sortie » de Robert Fabre, je peux confirmer qu’elle a surpris François Mitterrand et qu’elle l’a gêné. Il ne souhaitait pas cette dramatisation.

44Gérard Grunberg : Je voudrais revenir sur un point parce que, d’après ce que nous dit Lionel Jospin, on voit un PS pour qui le vrai moment de la rupture, c’est 1974, et effectivement, les difficultés commencent à ce moment-là. Mais Charles Fiterman (je vais lui rendre la parole) nous donnait un tableau un peu différent. C’est-à-dire qu’il s’agit plutôt d’une démarche chaotique du PCF, mais il n’y a pas, dès 1974, la volonté de rompre du côté des communistes, mais plutôt l’intention de faire pression sur leurs partenaires pour obtenir des garanties supplémentaires. Ce qui n’est pas la même chose.

45Donc, je vais demander à Charles Fiterman de nous repréciser les différentes phases : est-ce que, comme on l’a dit tout à l’heure, tout se passe au moment du retour de Corse de Georges Marchais ? ou est-ce qu’il y a quand même des prémices et des choses qui vont plutôt dans le sens de ce que dit Lionel Jospin (il y avait un engrenage, dès 1974, qui faisait que, nécessairement, on allait en arriver là) ?

46Lionel Jospin : Je voudrais préciser quand même. Ce que je disais : dès 1974, c’est la volonté d’une polémique, d’une offensive contre le PS et de lui imposer une épreuve de force. Je n’ai pas tranché, dans mon interprétation, l’idée que le PCF voulait rompre l’union de la gauche, que sa décision stratégique était totalement prise. Je dis ça pour ne pas lancer Charles sur une fausse piste, en tout cas par rapport à mon interprétation.

47Charles Fiterman : Lionel me permettra d’abord de dire que nous ne sommes pas à égalité dans ce débat parce que, évidemment, je ne suis pas en situation de prononcer un plaidoyer en bonne et due forme pour tout ce que j’ai fait à l’époque. Cela dit, deux ou trois points, et puis la réponse à la question de Gérard Grunberg.

48En ce qui concerne les faits, il y a eu, effectivement, ce que j’appellerais la sortie de route de 1974 à la suite d’une série de six élections législatives partielles qui avaient été particulièrement mauvaises pour le PCF et excellentes pour le PS. Effectivement, là-dessus, alors que nous étions en train de préparer un congrès sur une base très unitaire, dans le prolongement de l’élection présidentielle, la direction du PCF a voulu réagir, ouvrir une polémique. Cette sortie de route a duré quatre mois, de septembre à fin décembre, et elle s’est terminée par l’infarctus de Georges Marchais (qui ne s’est pas produit par hasard). Par contre, dès 1975, le climat est redevenu plus serein. Il y a peut-être eu, ici ou là, quelques articles, quelques propos critiques, mais aussi des actions communes, des prises de positions communes face aux différents événements. Et la poursuite de la politique d’ouverture du PCF, notamment avec l’eurocommunisme et le 22e congrès. Ce climat constructif a prévalu du début de 1975 jusqu’à fin juillet 1977. Je ne peux témoigner que de ce que j’ai ressenti mais je peux dire que, au lendemain des élections municipales, et engageant cette procédure d’actualisation (j’entends bien ce que dit Lionel), si le PS ne la souhaitait pas, le PCF y avait intérêt dans la perspective de la victoire de 1978. Le climat n’était donc pas du tout celui d’une rupture. Je ne peux pas sonder les cœurs et les reins et je ne suis pas en situation de dire ce que pensait vraiment Georges Marchais fin mars 1977, mais, en tout cas, rien ne laissait paraître ce qui s’est passé en septembre.

49D’autre part, dans cette période, simplement un ou deux points aussi. La polémique n’a pas été unilatérale. J’ai relevé les propos de François Mitterrand à la télévision le 27 juillet, à la veille de la conclusion des travaux de la Commission des Quinze. Dire qu’il était attaché à la défense européenne, ça n’avait, à ce moment-là, aucun sens, sinon celui de montrer que lui était libre de dire ce qu’il avait envie de dire, y compris si ça ne plaisait pas au PCF, et il ne pouvait pas ne pas savoir que ça ne lui plairait pas. C’était une petite provocation, d’autant plus que personne ne parlait de défense européenne et il n’en était pas question dans le document. Ce n’était pas à l’ordre du jour. Il n’y a qu’à voir ce qui s’est passé depuis : on n’a pas beaucoup avancé.

50Deuxièmement, pour ce qui est de la force de frappe, là aussi, je pense que François Mitterrand ne pouvait pas ignorer ce qui figurait déjà dans le document que nous avions finalisé le 27. Le 28, il fallait simplement consacrer l’accord et mettre au point un communiqué. Or, dans le document adopté, non pas par les partis mais par les délégations (je l’ai d’ailleurs là avec moi), il était indiqué que nous maintiendrions la force de frappe « en état » (ce sont les termes exacts, non pas « en l’état » mais « en état »), y compris s’agissant de la maintenance. Donc, là aussi, pourquoi parler d’un référendum ? Ça n’avait pas d’autre sens (mais ça, c’était bien, me semble-t-il, dans la manière de François Mitterrand de jouer plusieurs cartes, son habileté politique) que de, sans doute, faire un clin d’œil aux antinucléaires dans le même temps où il agaçait un peu le PCF. Il y avait eu d’autres épisodes de ce genre auparavant. Il y avait une concurrence évidente avec des éléments de polémiques réciproques. Cela n’induisait pas une volonté de rupture, ni d’un côté ni de l’autre. Mais c’est vrai qu’à partir de fin juillet, on est passé à autre chose, un processus s’est engagé, qui a abouti à la rupture.

51Encore un point. Le PCF avait-il renoncé au pouvoir ? Je ne crois pas qu’il y ait jamais renoncé. Ce qui s’est passé ensuite, en 1981, l’a montré. En fait, la direction du PCF avait considéré que, précisément pour aller au gouvernement, la forme d’union choisie n’était pas la bonne, parce qu’elle identifiait trop PCF et PS. Donc, Georges Marchais a sans doute voulu d’abord sortir de cette forme d’union qu’il ressentait, avec d’autres dirigeants communistes, comme un facteur de confusion. Pour autant, cela ne voulait pas dire abandon de toute alliance avec le PS et de toute perspective d’accession au pouvoir, pour la simple raison que le PCF n’avait pas d’autres choix, s’il voulait jouer un rôle, exister, sortir d’une opposition interminable qui use autant que le pouvoir, que le choix de l’alliance avec le PS et le parti radical.

52Pour ce qui me concerne, j’ai très mal vécu cette période. D’abord, bien sûr, parce que je considérais avoir fait mon travail et avoir été, en quelque sorte, personnellement désavoué. Mais là n’était pas l’essentiel. Je pensais surtout que le choix politique n’était pas le bon. Permettez-moi de revenir aussi brièvement que possible sur mon analyse. Tout d’abord, je considérais comme fausse l’idée que l’affaiblissement du PCF, déjà sensible à partir de 1968, tenait en premier lieu à la forme d’alliance sur un programme commun, conclue avec le PS et les radicaux de gauche en 1972. Et partant, à l’idée illusoire qu’il suffisait de rompre ce type d’alliance pour arrêter l’hémorragie. En fait, le problème qui nous était posé était beaucoup plus profond, beaucoup plus grave. Nous étions confrontés à deux phénomènes importants.

53En premier lieu, nos relations avec l’Union soviétique et leurs conséquences en fonction de l’évolution de celle-ci. Il n’y avait plus de tutorat (le PCF était aussi, à ce moment-là, un parti sans tuteur) mais, quand même, une solidarité d’idéologie et de fait. Or, dans cette période des années 1970, nous n’avions pas conscience de l’état réel de l’Union soviétique. Nous avions pris des distances. Nous estimions que le modèle à l’Est n’était pas le bon pour la France, nous l’avions dit clairement lors de notre 22e congrès en 1976. Nous estimions qu’il y avait des situations et des actes qui n’étaient pas acceptables et sur lesquels il fallait agir et protester. Nous pensions être en présence d’insuffisances, de blocages, tout cela dans le cadre d’une crise de croissance, de difficultés momentanées plus ou moins graves qui pouvaient être surmontées, mais non pas d’un véritable déclin nettement entamé. Or c’était cela qui était en train de se produire. Ce qui fait que dans nos efforts pour prendre nos distances, pour critiquer, nous étions constamment « rattrapés » si je peux dire par la réalité. Le train de l’histoire allait plus vite que nous. Il aurait fallu traiter la question plus à fond, opérer les réévaluations indispensables, si ce n’est pour résoudre le problème qui nous était posé, au moins pour en atténuer les effets négatifs.

54Et puis, en second lieu, nous n’avions pas tiré les conclusions nécessaires des changements profonds de la société française en train de se produire. Certes, nous avions considéré cette donnée comme un facteur important du résultat insatisfaisant des élections législatives de 1973. Des initiatives importantes en avaient résulté, comme la publication dès 1973 du livre Le Défi démocratique, le 22e congrès dont j’ai déjà parlé, notre participation active à ce qu’on a appelé l’eurocommunisme. Mais, on ne pouvait imaginer modifier en un cours laps de temps les effets d’un phénomène aussi lourd, d’autant plus qu’il y avait besoin de pousser beaucoup plus avant les réorientations de notre travail.

55Ce sont ces exigences qui étaient avant tout devant nous, qu’il y ait ou non rupture de l’union autour du programme commun. Pire, j’ai considéré dès ce moment-là qu’en prenant la responsabilité de la rupture, car cela a été perçu ainsi par une partie de notre propre électorat, nous compliquions notre situation. On ne se met pas impunément en travers d’un train de l’espoir lancé à pleine vitesse, surtout quand on a été à l’origine de son lancement. Il est vrai que je n’ai pas à cette époque fait état publiquement de mon analyse. J’ai pensé que je n’emporterais pas, en interne, l’adhésion des communistes et, qu’au plan national, cela ne ferait qu’ajouter de la confusion dans l’électorat de gauche et hypothéquer un peu plus les chances de succès. De plus, nécessité faisant loi, j’ai estimé qu’il faudrait bien, dans un avenir pas très lointain, renouer les liens. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé un petit peu en 1978 au second tour, et puis surtout en 1981 avec l’élection présidentielle et ce qui a suivi. Le PCF était en vérité confronté à une situation dont il n’avait pas toutes les clefs. Il y avait à son affaiblissement des facteurs mondiaux, dont certains de caractère historique. C’est pourquoi j’ai tendance, dans cette affaire, à ne pas accabler Georges Marchais d’un excès d’indignité et à ne pas attribuer à François Mitterrand un excès d’honneur. Un choix communiste plus mesuré, plus prospectif, moins défensif pouvait en 1977 modifier quelque peu la trajectoire, mieux préserver nos forces, mieux préparer des adaptations plus profondes. Malheureusement, ni le PCF, ni Georges Marchais n’y étaient prêts. On l’a vu par la suite. Mais c’est un autre débat.

56Gérard Grunberg : Merci beaucoup. Il y a aussi une question que je voulais poser à Roger-Gérard Schwartzenberg : Lionel Jospin nous confirme que, lorsque Robert Fabre a pris cette initiative d’annoncer lui-même, le premier, l’échec des négociations, il n’avait pas prévenu François Mitterrand. Est-ce que vous avez une explication à cela ? Et, comment cela s’est-il passé ?

57Roger-Gérard Schwartzenberg : Il n’y a pas d’explications très profondes sinon, peut-être, le désir d’annoncer soi-même cette décision. L’annonce de la première rupture s’est produite (vous vous rappelez) de la manière suivante (puisque c’était dans le cadre d’un journal télévisé de vingt heures) : Georges Marchais était en train de parler et Robert Fabre, qui était pourtant d’un tempérament extrêmement courtois, l’a poussé (légèrement, pas violemment) en disant : « C’est à moi de parler. » Et, j’ai entendu Georges Marchais dire, sur un ton presque digne de Couve de Murville : « Mais enfin ! Ce ne sont pas des méthodes ! » Tout cela se déroulant en direct.

58Il ne s’est pas tellement expliqué là-dessus envers nous (puisque c’était simplement dans le cadre d’une suspension de séance), mais peut-être que Robert Fabre était convaincu, comme tout le monde pouvait l’être, que Georges Marchais ne souhaitait plus aboutir à un accord, et il ne voyait peut-être pas la nécessité de continuer à faire comme si on pouvait aboutir au terme de négociations supplémentaires. Sans doute y a-t-il eu aussi le souhait de pouvoir bénéficier d’un effet médiatique particulier tenant au fait que ce serait lui, dirigeant d’un parti (qui, en effet, était moins nombreux que ses deux partenaires), qui puisse bénéficier de cette annonce. Mais, en même temps, quand je parle d’effets médiatiques, ce n’est pas tout à fait exact parce qu’il était réellement convaincu de la volonté du PCF de ne pas aller jusqu’à l’accord. Donc il avait pris la décision de faire sa déclaration au sein de la réunion des trois partis et de vouloir exprimer, ensuite, pourquoi il avait pris cette position. Donc ce n’est pas simplement formel.

59Mais, en effet, François Mitterrand n’a pas été tenu informé du fait que Robert Fabre ferait cette déclaration de rupture lors de cette réunion et il en a été très irrité (très légitimement irritée, d’ailleurs) parce qu’il n’était pas naturel que les radicaux de gauche n’informent pas les socialistes de la position qu’ils allaient exprimer un quart d’heure ou une demi-heure plus tard s’agissant d’une affaire aussi importante.

60Charles Fiterman : J’ai une autre interprétation. Notre réunion s’était tenue, si je me souviens bien, au siège des radicaux de gauche. À la fin de celle-ci, la pratique voulait que chacun des trois dirigeants, à tour de rôle, rende compte de ce qui s’était passé à la réunion devant les médias, déjà installés avec leurs caméras et leurs micros. C’était ce qui avait été adopté.

61Or je me souviens bien qu’au moment où la réunion se terminait, c’était au tour des radicaux de gauche, c’est-à-dire à Robert Fabre, de dire ce qui s’était passé. Et quand il est monté sur l’estrade, Georges a tenté de prendre les devants et de s’exprimer en premier. Et là, j’ai vu une réaction de dignité de Robert Fabre qui a été offusqué. C’était la réaction du petit en face du grand qui prétend lui marcher sur les pieds et prendre sa place. Cet homme, qui était très calme, très courtois, ne supportait pas cette prétention de Marchais à venir à sa place alors que c’était à lui de s’exprimer. Et je crois que c’est pour cela qu’il l’a écarté, pour pouvoir dire : « C’est à moi ! » D’ailleurs, il a dit : « C’est à moi de parler. » C’était effectivement à lui.

62Gérard Grunberg : Cet épisode est particulièrement intéressant. Je redonne la parole à Lionel Jospin pour compléter et ensuite on pourra peut-être discuter avec la salle, d’autant qu’il y a ici beaucoup d’autres acteurs importants de cette période. Il y a notamment René Piquet, François Loncle, Francette Lazard et bien d’autres qui auront peut-être aussi des choses à nous dire.

63Lionel Jospin : Comme Charles Fiterman a repris le mot « tuteur », quand j’ai dit : « Le PS a montré qu’il était un parti sans tuteur »... Ce n’était pas en voulant dire que le PCF était un parti avec tuteur. C’était pour dire que le PS était un parti sans un PCF tuteur. C’était le sens de cette phrase.

64J’ai envie de terminer par une question : qu’est-ce qui se serait passé – ma génération a vu les événements de Hongrie en 1956 (j’entrais à Sciences-Po comme étudiant), puis ceux de 1968 en Tchécoslovaquie – si les tentatives de rénovation démocratique au sein du système communiste avaient été acceptées ? Ce système aurait-il pu évoluer au lieu d’aboutir, finalement, à sa chute et à sa disparition totale (je parle de l’Empire soviétique, car la Chine est un cas particulier et complexe) ? De la même manière (mais à une moindre échelle), peut-on se dire : si le PCF avait continué véritablement sur le chemin d’une ouverture, d’un aggiornamento, n’avait pas réagi aussi négativement devant les progrès du PS et une union de la gauche qui ne lui profitait pas, est-ce que le déclin aurait été aussi rapide, au-delà de toutes les grandes causes d’affaiblissement qui ont été évoquées et que rappelait Charles Fiterman ? Est-ce que l’influence d’un PCF, restant unitaire pendant la période 1974-1981, sur le PS lui-même, sur son évolution, n’aurait pas été plus grande ? Cela reste une question. Quand l’histoire n’a pas pris un chemin, ça ne sert peut-être à rien d’essayer de le reconstruire, mais on peut, au moins, se poser la question.

65Gérard Grunberg : Merci beaucoup. Y a-t-il, dans la salle, d’autres personnes qui souhaitent prendre la parole et poser à nos grands témoins quelques questions ?

66Raymond Krakovitch : C’est en ce qui concerne le problème du pouvoir personnel. D’après ce qu’a dit Charles Fiterman, il semble que ce n’était pas le bureau politique, ni même le secrétariat du PCF, qui a décidé, en août-septembre 1977, de la position prise, mais simplement Georges Marchais. Or je voudrais marquer (sous le contrôle de Lionel Jospin) une certaine différence avec le PS (pas totale mais tout de même) : en décembre 1973, lorsque François Mitterrand avait une position pro-européenne, qui était discutée, en particulier par le CERES, il a menacé de démissionner. Donc, il ne décidait pas tout seul.

67On peut dire quelque chose de différent en 1982 au sujet de l’amnistie aux généraux d’Algérie : je crois que François Mitterrand a décidé tout seul mais des oppositions et une hostilité se sont fait jour, en particulier celles de Pierre Joxe qui présidait le Groupe socialiste à l’Assemblée nationale. Or, là, il semble que, au sein du PCF, Georges Marchais décidait tout seul, l’influence de l’Union soviétique paraissant très secondaire, et que, personne, au sein du bureau politique ou du secrétariat (et même pas Charles Fiterman qui était, je crois, le numéro deux), n’a été en mesure d’infléchir ou de discuter la position du leader.

68Charles Fiterman : Qu’il y ait eu et qu’il y ait encore des différences de fonctionnement entre le PCF et le PS, c’est une évidence ! En ce qui concerne le PCF, il faut comprendre que c’était un système de fonctionnement qui était basé non pas seulement sur des principes organisationnels, et encore moins, en règle générale, sur la contrainte, mais sur des visions idéologiques précises. C’était la bataille de classes, l’affrontement de classes. C’était la nécessité, en fonction de cela, de la cohésion, de l’unité. Et cela datait depuis les vingt et une conditions de l’Internationale, ce qui fait que c’était devenu une culture. Ouvrir une polémique, et qui plus est à l’échelon de la direction, c’était servir l’ennemi de classe. Avec en plus le fait que, quand vous vous trouvez seul, ou à deux, en face du secrétaire général qui a affirmé son talent, ses capacités, et qui est soutenu par vingt membres du bureau politique, il faut vraiment être sûr de son fait pour se dire : j’ai raison, moi tout seul contre le collectif ! Est-ce que cela mérite que je crée une situation difficile ?

69C’est indéniable, à l’époque, le fonctionnement du PCF était un fonctionnement centralisé. On pouvait discuter mais à condition de ne pas contredire le secrétaire général, à la limite en en rajoutant sur lui ou bien en proposant, aux marges, telle ou telle chose. Ça fonctionnait comme ça. D’ailleurs, c’est une des raisons pour lesquelles cette formation a connu le sort qu’elle a connu parce que, lorsque le moteur interne de contestation n’existe pas, la capacité d’adaptation se trouve terriblement réduite, la sclérose gagne. Je crois, l’expérience aidant, qu’il y a quand même pas mal d’organismes qui (sans aller aussi loin que ce qui se passait au PCF) fonctionnent un peu de cette façon même si, formellement, les choses sont présentées différemment. Par exemple du côté des grandes entreprises.

70Gérard Grunberg : Je crois que François Loncle a demandé la parole ; et puis monsieur Fournier.

71François Loncle : Je vais me contenter de deux ou trois remarques complémentaires parce que je me sens en plein accord avec la qualité du débat que nous venons d’entendre, qui est une remarquable contribution à ce moment d’histoire.

72À propos de l’« affaire Fabre » (on va l’appeler comme ça), je crois, en effet, qu’il y avait une réaction un peu épidermique du « laisser pour compte » face aux deux grands. Et devant ce qui était déjà la société médiatique, Robert Fabre a voulu apparaître. Vous avez parlé de rupture. En fait, ce n’était pas une rupture. La rupture, c’est le 22 septembre 1977. De la part de Robert Fabre, c’était une menace de rupture sur, en particulier, le problème des nationalisations, des filiales, etc. Donc c’était une expression. Il voulait absolument se faire entendre et il l’a fait, un peu avec l’esprit du sud-ouest rugbystique, avec le petit coup d’épaule. Il y a deux choses qui me frappent, par rapport à ce problème de Robert Fabre, c’est que, dans les derniers mois et à l’approche des élections de 1978 (il faut le dire et Roger ne me contredira pas, je crois), il y avait, de la part de Giscard, des tentatives d’approche des radicaux de gauche. Il y a eu des personnages à l’Élysée qui invitaient régulièrement Robert Fabre en disant que cette alliance avec les socialistes ne menait à rien, qu’on allait (les giscardiens) gagner les élections de 1978 et donc qu’il pourrait peut-être, le moment venu, avoir des récompenses. Et Robert Fabre n’y a pas cédé, c’est clair. Le détail, on le racontera un jour. En réalité, ces approches existaient et, de temps en temps, elles avaient leurs expressions.

73Le trio de préparation des réunions (je confirme avec Charles, et Pierre était le troisième, et ça a vraiment bien fonctionné)... tous les trois, nous avons été quand même surpris de la fameuse nuit du 22 septembre. Même si nous avions des appréhensions, même si nous sentions la tension menée, il y a eu cette surprise malgré tout. Et, pour confirmer ce que disait tout à l’heure Lionel, je crois qu’au sein du PCF (Charles sait infiniment mieux que moi ce qui s’y passait) réapparaissait quand même la vieille garde à ce moment-là. J’avais été frappé, pendant les séances d’interruption du 22 septembre (il y en a eu plusieurs) où nous nous baladions dans les bureaux du Colonel-Fabien, par l’omniprésence de Gaston Plissonnier et de quelques autres (Georges Gosnat). Je ne sais pas si ça signifiait quelque chose mais il y avait quand même cette impression. Peut-être est-ce une fausse impression ?

74Enfin, je voudrais dire que François Mitterrand avait été d’une détermination totale après la courte défaite de 1974, mais, en même temps, il était forcément affecté. 49,2 %. Avait-il remarqué un certain nombre de tricheries giscardiennes dans les territoires d’Outre-mer ? En 1974, il y a eu les interventions de l’ambassadeur d’Union soviétique, etc. Donc on avait quand même le sentiment, malgré la candidature unique de François Mitterrand, qu’il y avait des communistes en France qui traînaient les pieds et que ça avait pu, peut-être, participer à la courte défaite. Et ça, il en avait été relativement conscient.

75Enfin, dernier point (mais ça vous l’avez tous à l’esprit) : l’une des raisons de l’échec de 1978 (moi, en 1978, je n’avais pas fait 49,2, j’avais fait 49,9), c’est le rabibochage d’entre-deux-tours auquel nous avions participé (y compris physiquement, à la télévision, etc.) qui a été très mal perçu par l’opinion publique ; la droite s’en est saisie aussitôt pour dire que tout ça était factice. Donc l’accord préalable eut été bien préférable.

76Mais, encore une fois, dans l’ensemble, ce que vous avez dit est parfaitement juste : il n’y a aucune contradiction possible, je le crois.

77Gérard Grunberg : Merci beaucoup. Est-ce qu’il y a d’autres questions ?

78Jacques Fournier : Je voudrais réagir à partir de la petite divergence d’interprétation qu’il y a eue entre Lionel Jospin et Charles Fiterman sur l’attitude du PCF entre octobre 1974 et septembre 1977. Je crois que, fin 1974, il y a eu, effectivement, la volonté du PCF d’affirmer, après ces élections, sa force par rapport au PS. Mais, pour avoir vécu, d’une part, les choses sur le terrain pendant cette période, et d’autre part, pour me plonger, en ce moment, dans les archives d’un de mes amis récemment décédé qui a joué un rôle utile dans la préparation des positions du PCF au cours de cette période 1974-1978, je crois qu’il y a eu vraiment, à l’intérieur du PCF, la volonté de préparer l’arrivée au pouvoir dans l’union.

79Je vois deux manifestations. La première (on n’en a pas parlé du tout), c’est la charte des Libertés qui a été adoptée par le PCF en 1975 et qui introduisait, dans ce domaine, des positions très nouvelles au sein du PCF, qui étaient de nature à rassurer la gauche prise dans son ensemble et l’ensemble de l’électorat sur l’attitude démocratique du PCF d’une part, et d’autre part, le fait que, à l’intérieur même du PCF, il y a eu tout un travail (sur lequel Charles Fiterman a fait allusion au début de son intervention) pour savoir quelles allaient être les structures possibles d’un gouvernement d’union de la gauche. Et je crois que, au mois de juillet 1977 précisément, il y a des notes précises qui ont été remises, dans le cadre de la négociation, par la délégation communiste à la délégation socialiste sur ce sujet, dans lesquelles était proposée la création de deux nouveaux ministères, le ministère du Plan et du Développement économique d’une part, le ministère de la Réforme administrative et des Collectivités locales d’autre part, vis-à-vis desquels le PS a eu, à ce moment-là, des réactions négatives.

80Charles Fiterman a fait allusion, tout à l’heure, au fait que ce problème-là avait été l’un des sujets de désaccord, peut-être moins important que celui des nationalisations. Ce qui est sûr, c’est que, un peu plus tard (et là aussi ça montre les capacités de polémique de François Mitterrand, mais je crois que nous avons tous pu les connaître sur le moment) dans son livre Ici et maintenant, il fait une critique féroce de ces deux notes en disant que ça a été un facteur important de rupture des négociations et que ça traduisait, finalement, la volonté du PCF, qui savait très bien qu’il n’aurait ni le ministère des Finances ni le ministère de l’Intérieur, d’avoir avec ces autres ministères peut-être des capacités d’influence d’autant que, dans les mêmes notes, on affirmait qu’il fallait reconnaître une certaine autonomie des ministres par rapport au Premier ministre.

81Je voulais dire ça pour apporter des éléments qui sont à ma connaissance. Et, ma question est pour vous trois, et en particulier pour Charles Fiterman : est-ce que, vraiment, cette question a joué un rôle fort dans la rupture qui a suivi ?

82Marc Lazar : Juste pour compléter, comme ça Charles Fiterman pourra faire une réponse complète. Il est clair que les historiens ont beaucoup de mal à comprendre ce qui se passe à partir de 1974. Lionel Jospin l’a rappelé : à partir du début septembre 1974, on voit bien qu’il y a une hésitation stratégique du PCF. Je rappelle un épisode : pendant trois mois, vous (je dis « vous » puisque vous étiez associé à la décision), vous avez tenté de dépasser le cadre de l’alliance avec le PS, avec la fameuse idée d’union du peuple, en essayant de faire un dialogue avec les gaullistes de gauche (ça a duré trois-quatre mois) pour essayer de sortir de ce face-à-face avec le PCF, pour essayer d’élargir un peu l’alliance.

83Quand on réfléchit, quand on lit tous les documents, quand on a maintenant les archives, on voit que, d’une certaine façon (j’adhère complètement à votre analyse d’un point de vue extérieur, comme historien), le bateau est un bateau ivre à partir de 1974. C’est-à-dire que le PCF s’est engagé dans un processus, il a du mal à le maîtriser, il a une multitude de fers au feu, il se détache en partie de l’Union soviétique sans rompre complètement, il s’engage un peu dans l’eurocommunisme, il essaie de faire, par des coups de force, des coups de butoir, un certain nombre d’opérations de rénovation (l’abandon de la dictature du prolétariat en 1976), et en même temps, il y a ce drame, pour lui, de la concurrence socialiste.

84Je voudrais juste attirer votre attention sur un point : vous n’avez pas évoqué un des éléments qui, me semble-t-il, ajoute à la difficulté de la décision du secrétaire général et de vous-même, c’est que, finalement, cette direction est divisée. Quand même (je pense notamment, c’est le nom qu’a fait surgir Lionel Jospin, à Roland Leroy), il a eu un congrès fameux, le 21e congrès extraordinaire, où Roland Leroy a été acclamé, où il défend (ce qui a pu être pour des observateurs de l’époque et qui l’est encore aujourd’hui pour les historiens) une sorte de ligne alternative. Alors, est-ce que, dans tout le processus de décision qui arrive à cet été 1977, il n’y a pas, aussi, cet écartèlement du parti, ces différentes sensibilités ?

85Il y a l’affaire de la fédération de Paris qui est énorme ! La fédération de Paris, à l’époque, est absolument déterminante puisque le PCF est le premier parti à gauche ; et c’est Henri Fiszbin qui se lance dans toute une opération qui ne plaît pas à Georges Marchais et ça va aboutir au désastre de la fédération de Paris, à la dissolution du groupe dirigeant, à l’effondrement du PCF. Est-ce que, dans la manière dont vous relisez tout cela, il n’y a pas aussi cette complexité ? Il n’y a pas de courant au PCF mais il y a quand même ces sensibilités, et là, dans le cadre de ces sensibilités, on peut se demander (je ne dis pas qu’il y a la main de l’Union soviétique, etc.) : quel rôle, légitimement ou pas, dans les affrontements feutrés ou réels, peut jouer le rapport à l’Union soviétique ?

86Charles Fiterman : Je souscris tout à fait à ce qu’a dit Jacques Fournier à propos de la manière dont on a travaillé en sollicitant des collaborations pour se préparer à la perspective d’une victoire électorale. Dès 1975, en effet, il y a eu différents travaux. La question : est-ce que ces questions de programme ont joué un rôle en 1977 ? Franchement, je ne le crois pas. Ce n’est ni le nombre de filiales – entre 227 et 729 –, ni la question des structures de l’État et de son fonctionnement qui ont été déterminants. Le débat était purement politique.

87À propos de Gaston Plissonnier (parce que ça vient souvent), je crois qu’on lui fait un mauvais procès parce qu’il a été victime de ses fonctions. C’était le coordinateur de la direction, c’était l’homme chargé d’un certain nombre de relations, mais c’était un homme d’une parfaite loyauté, d’une grande simplicité. C’est vrai que c’était l’ancienne école, c’était l’école d’avant la guerre et de la guerre, il avait joué un grand rôle dans la Résistance. C’était un homme de devoirs et il avait une règle : il approuvait toujours ce que faisait le secrétaire général. C’était un légitimiste absolu. J’ai discuté avec lui après 1984, quand je me suis confronté à Georges Marchais dans toute cette période très difficile que j’ai vécue ; j’avais de bons rapports avec lui, et il essayait de me dire : « Qu’est-ce que tu veux, le secrétaire général, on ne peut pas aller contre lui... » Voilà ! On lui prête plus que la réalité.

88S’agissant de Georges Gosnat, il n’était pas non plus ce « dur » évoqué par certains. Il n’était pas membre de la délégation du PCF ; mais il y avait deux assistants pour les questions spécifiques : André Lajoinie pour les questions agricoles, et Gosnat sur les questions (non pas financières !) de l’information dont il était chargé au PCF. Ils étaient présents dans les discussions en tant qu’experts. Cela dit, qu’il y ait eu parmi les cadres dirigeants des personnes au tempérament plus conservateur ou s’inspirant de conceptions plus rigides, c’est évident. Ce n’était d’ailleurs pas seulement affaire d’âge. Par exemple, la section économique avec Paul Boccara et Philippe Herzog a mis en avant des propositions qui se voulaient fondées sur une vision plus révolutionnaire, sur une certaine rigueur théorique. Cela s’est exprimé par exemple dans l’idée du seuil minimum indispensable de nationalisations. Ce qui m’avait fait dire : en deçà du seuil, on gérait le capitalisme, au-delà du seuil, on passait au socialisme. C’était une approche dogmatique et non politique.

89Pour ce qui est de Roland Leroy, je veux préciser la manière dont les choses se sont passées en 1974. J’étais présent et bien placé pour témoigner. C’est vrai, Lionel l’a indiqué, qu’il y a eu un revirement après les élections de septembre 1974. Mais c’est Georges Marchais lui-même qui en a été l’initiateur. Roland Leroy avait été chargé dès la fin juillet de préparer le projet de résolution pour le 21e congrès qui devait se tenir en décembre. Il avait préparé un premier projet qui avait été distribué dans les fédérations ; ce projet était très ouvert, très unitaire, sur la lancée de la présidentielle. Là-dessus arrivent les législatives partielles. Georges Marchais considère alors qu’il faut revoir l’orientation du projet ; il convoque Roland Leroy et lui demande de préparer des amendements qui seront distribués dans les fédérations pour qu’ils soient adoptés lors des conférences fédérales, qu’ils viennent en somme de la base et modifient le projet de résolution. Ce qui a été fait. Voilà comment les choses se sont passées ! J’ajouterai quand même que, pour l’histoire, il faut se rappeler qu’en 1969, lorsqu’il a fallu envisager la succession de Waldeck Rochet, le groupe dirigeant du parti a examiné deux candidatures : celles de Georges Marchais et de Roland Leroy. C’est finalement Georges Marchais qui a été choisi, ce qui n’a pas pu être sans conséquence sur Roland Leroy. Au long des années qui ont suivi, celui-ci a adopté à plusieurs reprises des positions qui ne s’opposaient pas à celles de Georges Marchais, mais en rajoutaient sur celui-ci ; il faisait de la surenchère. Je n’ai pas observé que cela ait eu une réelle influence, mais je n’assistais pas à toutes les discussions.

90Pour reprendre une expression de Marc Lazar, dont j’apprécie la finesse d’analyse, je dirais qu’on ne peut pas parler de direction divisée. Il y avait ces nuances, ces différences de sensibilités, ces positionnements personnels presque subliminaux que j’ai évoqués, mais ils ne se sont jamais traduits par des affrontements, même pas par de vrais débats. Georges Marchais avait en 1977 la capacité et la possibilité de décider et d’emporter l’adhésion de la direction du parti, d’autant plus que sa position bénéficiait en fait d’un très large assentiment dans le parti lui-même. Henri Fiszbin, qui avait bien compris ce qui se passait, était certes à l’époque membre du Comité central mais non du bureau politique.

91Bien que la fédération de Paris soit importante, elle n’avait pas un poids tel qu’elle puisse changer la donne. En fait, nous étions en présence d’une donnée de la culture communiste qui a été prégnante tout au long de son histoire. Le PCF a toujours vécu dans une contradiction quasi existentielle entre sa vision culpabilisante du réformisme socialiste dont il s’était séparé en 1920 (c’est en quelque sorte sa matrice originelle) et les exigences de la lutte politique dans un pays démocratique qui l’ont conduit, par exemple dès 1934 avec l’Internationale communiste et ensuite de façon régulière pendant et après la guerre, à choisir le chemin de l’alliance avec le PS, et au-delà avec toutes les forces de progrès. Mais la tentation du « quant à soi révolutionnaire », l’illusion que la prise de distance d’avec le PS constituait la solution à ses problèmes, ont toujours existé. Il n’a jamais fallu « gratter » très profond pour que ces prurits ressurgissent. Voilà quelle était la situation.

92Je terminerai par la question difficile de Marc Lazar : les pressions de l’Union soviétique. Je l’ai dit, elles ont existé. J’ai parlé de celles dont j’ai eu connaissance. Les dirigeants soviétiques ont-ils agi sur d’autres leviers qu’ils pouvaient posséder ? Je n’en sais rien. Je ne peux pas répondre à cette question.

93Gérard Grunberg : Merci beaucoup.

Auteur

Directeur de recherche émérite au CNRS, Centre d’études européennes de Sciences Po

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540