Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Quatrième partie. Témoignages

La CGT et le programme commun de la gauche

Entretien avec Jean-Louis Moynot

Jean-Louis Moynot

Texte intégral

1Avertissement : L’entretien qui suit ne relève pas d’une démarche d’historien. Ce qu’il livre est l’analyse personnelle d’un témoin engagé dans les événements dont il parle. Son contenu se rattache à un colloque organisé conjointement par les archives de la Seine-Saint-Denis et la Fondation Jean-Jaurès. Le temps accordé à la table ronde syndicale n’ayant pas permis trois exposés et un échange entre les trois participants, il ne peut s’agir d’une reprise des propos tenus oralement, mais d’un témoignage plus précis et plus développé. Je remercie Jean-François Jousselin, ami, camarade et journaliste de talent, d’avoir accepté de conduire cet entretien. J.-L. M.

La CGT avait pris position d’assez longue date en faveur d’une démocratie économique et politique. Comment envisageait-elle le processus qui pouvait y conduire ?

Bien entendu un tel processus devait s’appuyer sur le rapport de forces créé par une lutte de masse pour les revendications sociales et des objectifs démocratiques. Au lendemain de mai 1968, les conditions permettaient de préciser ce que pouvaient être les traits d’une telle démocratie et le chemin pour y parvenir. La CGT l’a fait en trois étapes jusqu’à la veille de la conclusion du programme commun de la gauche : lors de son 37e congrès en novembre 1969, puis par des « thèmes de réflexion sur les perspectives du socialisme pour la France et le rôle des syndicats » adoptés par sa commission exécutive du 31 mars 1971, pour parvenir à une expression plus précise et plus dense dans le document d’orientation du 38e congrès en avril 1972.

Pourquoi citer ces trois documents ?

Parce qu’ils représentent à mes yeux des étapes d’une certaine évolution. Le 37e congrès a mis l’accent sur la perspective du socialisme ; les thèmes de réflexion en ont fait découler un développement plus précis – trop peut-être – de l’étape devant y conduire ; et le document du 38e congrès a une tonalité plus syndicale et tient compte des conditions dans lesquelles le programme commun a été négocié entre les partis de l’union de la gauche.

Plus concrètement ?

Il ne fait pas de doute que, tout en affirmant sa volonté d’autonomie syndicale, la CGT a défini ses positions sur le contenu d’une démocratie économique et politique, sur l’alliance des forces de gauche capable de la promouvoir et sur le programme commun susceptible de la définir, en étant influencée par l’élaboration d’un programme de gouvernement au PCF, « Changer de cap (pour une démocratie avancée) », adopté, publié et diffusé en 1971. Les « thèmes de réflexion » en portent la marque. Puis de 1971 à 1972, après le congrès d’Épinay du PS, le programme commun a été négocié, mais seulement entre les trois partis politiques de l’union de la gauche. Il a fallu en tenir compte au moment où, à quelques jours de la publication de ce programme, la CGT se devait de soutenir sans réticences ce qu’elle appelait de ses vœux depuis très longtemps. Le chapitre du document d’orientation intitulé « Pour une démocratie économique et politique, pour le socialisme » insiste sur la prise en compte des revendications et sur la démocratie économique que doivent permettre les nationalisations. Il articule mieux que les « thèmes » la crise du capitalisme contemporain et l’étape démocratique à laquelle correspond le programme commun.

Ma présentation du document d’orientation devant le congrès passe rapidement sur ce chapitre. Il y avait deux raisons à cela. D’une part, Georges Séguy en avait parlé comme d’un événement historique imminent dans son rapport ; d’autre part, il ne fallait pas risquer de rendre plus difficile la conclusion des négociations. Il était trop tard pour parler du contenu avec les partis politiques et en débattre avec la CFDT et la FEN comme la CGT le souhaitait.

Quelle aurait dû être la bonne méthode selon la CGT ?

Ce n’était pas seulement une question de méthode. C’était au fond une question de conception de l’alliance entre les forces de gauche et de l’outil social et politique constitué par le programme. Pour la CGT, être associée à son élaboration pour tout ce qui relève des compétences syndicales avait une résonance historique majeure. Le programme du Front populaire a été établi et signé dans les locaux de la CGT réunifiée. Et la CGT, qui a présidé le Conseil national de la Résistance, a été pleinement associée à l’élaboration de son programme. Il s’agissait, en 1972, comme en 1936 et en 1943, de l’avenir du pays et du sort des travailleurs. La CGT voulait non seulement influer sur le contenu social et économique, mais faire du programme le support d’un débat de masse parmi les travailleurs et d’échanges approfondis avec les autres organisations syndicales, ce qui nécessitait deux conditions : d’abord qu’elle puisse pleinement se l’approprier pour mieux le défendre ; ensuite que les débats puissent influer sur son contenu, autrement dit que celui-ci soit ouvert et évolutif. Au lieu de cela, le programme commun a été l’instrument d’un contrôle de l’alliance par le sommet, jusqu’à ce que celle-ci soit rompue par son instrumentation. Cela explique la fermeture sur les seuls partis. Placée devant un dossier bouclé et une union fermée dont elle aurait souhaité être partie prenante, la CGT s’est trouvée privée de son autonomie et dépendante de l’entente entre les partis politiques. Pour un grand nombre de militants, le programme commun a été réduit à un simple slogan dans les manifestations : « Union, action, programme commun » qui se confrontait à celui de la CFDT : « Union, action, autogestion ».

Tout de même, la CGT n’est pas restée les bras croisés vis-à-vis du contenu programmatique de l’union de la gauche ! A-t-elle pu en discuter avec la CFDT et la FEN ? A-t-elle pu organiser des débats de masse parmi les travailleurs ?

Bien entendu ! Il y a eu des apports originaux de la CGT avant, pendant, et après que le programme soit en vigueur. D’abord, son influence a contribué à maintenir la prise en compte des revendications – notamment pour le Smic – à un niveau, sinon suffisant, en tout cas pas négligeable. Ensuite, et cela s’est concrétisé dans les faits après 1981, la CGT a développé un projet original sur la démocratie économique. En 1973, elle a adopté un document qui portait principalement sur la gestion démocratique future des entreprises nationalisées. Puis, au printemps 1977, elle a organisé une conférence nationale sur la démocratie économique et le rôle des travailleurs. Parallèlement, de 1974 à 1978 et au-delà, elle a construit sur le terrain des luttes, une démarche de propositions industrielles. Tous ces acquis se sont intégrés à la pratique du gouvernement Mauroy et à la loi démocratisation du secteur public. Rédacteur et rapporteur des deux apports ci-dessus, j’ai été consulté par le cabinet du ministre de l’Industrie et de la Recherche lors de la rédaction du projet de loi.

Tu viens d’évoquer une démarche de propositions industrielles. Comment a-t-elle pris corps ?

Ce sujet n’est pas directement lié aux débats sur le programme commun. Il est apparu dans les conflits industriels comme la dimension constructive de l’intervention des travailleurs. À partir de 1974, ce que le gouvernement et les directions d’entreprises ont appelé le « redéploiement industriel » a consisté essentiellement dans des licenciements collectifs, des réductions d’activité et des fermetures d’entreprises avec, déjà, des délocalisations. En pensant à l’avenir, des responsables de fédérations industrielles, spécialement dans la métallurgie, ont compris que, pour maintenir et développer les capacités industrielles, il ne suffisait pas de s’opposer aux décisions patronales, mais que dans un contexte de changements technologiques et de bouleversement des marchés, il fallait être capable de proposer un projet ambitieux et réalisable. Notons que nous n’avons pas parlé de contrepropositions, concept encore prisonnier des plans patronaux. Le premier exemple de cette démarche a surgi du conflit Rateau, en juillet 1974, si mes souvenirs sont exacts.

Mais que s’est-il passé dans la sidérurgie ?

C’était quatre ans plus tard, avant et après le 40e congrès. Pour la première fois, ce fut une démarche réfléchie à l’avance, reposant sur une étude approfondie de cette branche majeure des industries de base et des projets gouvernementaux. Le conflit est né du plan Barre (alors Premier ministre) qui prévoyait des réductions d’activités, des fermetures d’installations, et bien entendu des licenciements massifs. Le mémorandum et les revendications de la fédération CGT de la métallurgie et des syndicats de la sidérurgie découlaient d’une toute autre logique. En résumé, ils reliaient la formation et la qualification aux changements technologiques, à l’innovation, à une montée en qualité des produits. Cette démarche a été conduite en concertation entre la fédération et le secteur économique confédéral, avec une contribution décisive de Philippe Zarifian. Elle s’est développée de façon très satisfaisante jusqu’à la fin de l’année 1978. La fédération a même engagé la négociation au début de 1979 sur la base du mémorandum.

Curieusement, ce processus en progrès dans la conduite d’un conflit majeur n’a pas été évoqué dans les débats du 40e congrès. Mais il ne faisait de doute pour personne qu’il s’inscrivait pleinement dans les orientations de celui-ci. C’est sans doute pourquoi cette démarche a été la première victime collatérale de la remise en cause dudit congrès. Cela s’est fait de diverses façons, la plus spectaculaire étant la rupture à l’arraché de l’unité d’action avec la fédération CFDT au plus fort moment de la lutte. Cela a évidement freiné le développement des propositions industrielles comme composantes de la mobilisation et de l’action dans les conflits d’entreprises. Mais le plus étonnant est que la démarche a été assez vite reprise et amplifiée après mai 1981. Il y avait donc là des acquis à inscrire au positif de la période marquée par le programme commun.

Y a-t-il eu d’autres avancées ?

Un autre domaine pour lequel l’apport de la CGT a été patent est celui de l’égalité professionnelle pour les femmes. Sa visibilité a été brouillée par un conflit interne à la CGT, qui s’est développé de 1977 à 1980 du fait du refus absolu de quelques dirigeants d’inscrire les acquis anciens de la CGT en faveur des femmes travailleuses dans le courant féministe en plein développement. Cela s’est terminé par une crise qui a été, à terme, fatale au journal Antoinette qui avait fait un travail admirable tout au long de la décennie 70. C’est pourtant Christiane Gilles, secrétaire de la CGT de 1969 à 1981, en charge de tout ce secteur, qui est entrée au cabinet d’Yvette Roudy et a fait tout le travail de préparation, de justification – on peut même dire de légitimation – de la première loi sur l’égalité professionnelle des femmes, domaine jusqu’alors vierge de tout acte législatif.

Et les débats que souhaitait la CGT ?

Il y a eu, bien sûr, des rencontres et des échanges, avec la CFDT et la FEN. Avec la CFDT, les discussions ont été difficiles au départ, non seulement parce que, depuis son congrès de 1970 et l’élection d’Edmond Maire au secrétariat général, la stratégie majoritaire était éloignée de celle du programme commun, mais parce que la CGT était ficelée dans son soutien à un accord à l’élaboration duquel elle n’avait pas été associée. Néanmoins, les points de vue se sont rapprochés et un accord sur les grandes revendications, les réformes et l’attente d’un changement par une victoire électorale de la gauche unie, a été conclu à la veille de l’élection présidentielle de 1974. C’est aussi à cette période qu’a mûri l’idée des Assises du socialisme qui ont vu de nombreux dirigeants et militants CFDT adhérer au PS. Le moins qu’on puisse dire est que ce rapprochement a été la source de beaucoup de confusions sept ans plus tard quand une partie de la CFDT s’est prise pour le bureau d’études du gouvernement. Auparavant, il y avait eu la rupture de l’union de la gauche sur « l’actualisation » du programme commun et les élections législatives de mars 1978, perdues à cause de cette rupture. Il y a eu des moments d’espoir, notamment lorsque la CFDT (plus précisément son secteur économique, sous la responsabilité de Michel Roland) a proposé une extension du champ des nationalisations qui pouvait convenir au PCF comme au PS. Un texte d’accord sur des réformes « structurelles » était prêt, mais au dernier moment, Edmond Maire y a mis son veto. L’étape suivante a été fin 1978.

J’aurais moins à dire sur les échanges avec la FEN. Elle soutenait le programme commun de 1972, mais elle n’était pas disposée à en rediscuter le contenu. Néanmoins des rencontres ont eu lieu aux principales étapes politiques de la période. J’avoue qu’elles ne m’ont pas laissé un souvenir impérissable.

Enfin, il y a eu de réels efforts pour mener des débats de masse avec les syndiqués et les travailleurs. Mais le Comité confédéral national de mai 1977 avait déjà conclu que depuis cinq ans, notre engagement pour le changement avait pris la forme presque exclusive du soutien au programme commun, sans référence assez claire à notre programme syndical et sans beaucoup d’explications sur le fond, sinon pour ce qui concerne la prise en compte des revendications. Un an plus tard, la commission exécutive et le CCN qui ont suivi l’échec de la gauche aux élections législatives, tout en soulignant les acquis positifs d’un débat de masse nouveau à beaucoup d’égards, ont jugé qu’il n’avait eu lieu que très partiellement et mis en évidence deux « défauts » qui se nourrissent mutuellement. L’« hésitation », voire le refus carré de certains syndicats ou camarades d’engager le débat sous certaines formes posait à mon avis le problème des formes de tolérance mutuelle au sein d’une organisation de masse, lorsqu’il existe des divergences entre les courants politiques auxquels se rattachent ses adhérents. Et cette question était évidemment plus complexe après cinq ans de programme commun. On pouvait conclure de toutes les difficultés rencontrées que deux exigences se sont manifestées dans cette période :

  1. Encore plus d’indépendance syndicale, encore plus de capacité autonome de la CGT vis-à-vis du changement en profondeur du travail et de la société.
  2. Beaucoup plus de démocratie de masse dans la vie de ses organisations.

C’est ce que j’ai fait dans un article intitulé « Entre hier et demain », paru dans Le Peuple du 1er au 15 mai 1978, qui n’a pas plu à tout le monde, mais qui a contribué à jeter les bases de la préparation du 40e congrès.

Avant d’en revenir là, peux-tu dire comment tu as vécu la rupture en septembre 1977 ?

Certainement, mais je ne parle que pour moi. Pour refouler une grande déception, il faut s’armer de convictions et de choix raisonnés. J’étais adhérent et militant du PCF. J’ai cru, dans un premier temps, au refus du PS de consolider le champ des nationalisations. Toutefois, j’avais des doutes sur le sens de l’actualisation du chiffrage économique et social du programme, parce que les arguments de ceux qui y procédaient ne m’avaient pas convaincu. Je me suis donc limité à argumenter sur les nationalisations, qui plus est en mettant l’accent principal sur la gestion démocratique et l’intervention des travailleurs, sujet sur lequel nous avions travaillé dans la CGT.

Puis diverses circonstances et informations ont modifié mon point de vue. Au mois de novembre 1977, j’ai passé une semaine au Centre des études européennes de l’université de Harvard, invité par un groupe de chercheurs américains qui lançaient un vaste chantier sur les réponses des syndicats européens à la crise. Cela a été l’occasion pour moi d’accéder à quantité d’informations. Je m’intéressais depuis plusieurs années à la commission Trilatérale. J’ai demandé et obtenu de son bureau de New York un rapport d’Henry Kissinger sur les rapports Est-Ouest. Fortement documenté, ce texte affirmait clairement que les dirigeants soviétiques (Brejnev) ne voulaient à aucun prix de l’accession au gouvernement de l’union de la gauche en France, et que cela n’aurait pas lieu à l’échéance de 1978. Cela a été le point de départ d’une réflexion plus vaste que le seul champ des nationalisations.

Entre la rupture et les élections, le bureau confédéral de la CGT a rencontré la direction du PS. Au cours de cette rencontre, j’ai demandé à François Mitterrand pourquoi un tel refus de préciser et consolider le champ des nationalisations alors que, par exemple, la CFDT avait fait des propositions sérieuses, bien accueillies par le PCF. Le premier secrétaire du PS m’a répondu aimablement, avec un sourire charmeur mais un ton condescendant, que ce n’était pas là la vraie difficulté. Tout en maintenant les contacts avec mes homologues de la CFDT, j’ai été pleinement intégré dans le travail confédéral et, en bon militant politique, j’ai participé à la campagne du parti dans mon quartier. C’est ensuite que j’ai vraiment cherché à comprendre.

Revenons donc à l’après-mars 1978. Comment es-tu intervenu pour promouvoir une meilleure compréhension de la rupture et de l’échec en relation avec le programme commun ?

Je m’en tiendrai à ce qui concerne la CGT. Mes aventures au PCF sont un autre sujet. Dans un premier temps, c’est avec l’article du Peuple, cité plus haut, qui m’avait été demandé par René Buhl, alors directeur du journal. Le sens de ce papier était une réflexion critique inscrite dans un accord sur les orientations de notre action et tournée vers les progrès à accomplir pour mieux réussir « demain » la lutte pour les revendications et les changements. Comme je l’ai dit plus haut, cette façon d’envisager les six années passées et celles qui étaient devant nous était assez loin d’être partagée par tous dans la CGT. Néanmoins, c’est elle qui l’a emporté dans la préparation et la tenue du 40e congrès, à Grenoble en novembre 1978. Mais, si l’on considère la suite jusqu’au congrès suivant, cette période a été particulièrement contradictoire et éprouvante au sein de la CGT. Le 40e congrès avait adopté, sous l’impulsion de Georges Séguy et d’une large majorité du bureau confédéral et de la CE, des orientations très prometteuses pour l’unité d’action syndicale, pour la démocratie syndicale et ouvrière (les conseils d’ateliers), pour la prise en compte des transformations de la production et des changements dans la société. Les discussions qui ont suivi avec la CFDT, jusqu’au début de l’année 1979, ont montré que ces orientations auraient pu conduire à de grandes avancées si elles avaient pénétré en profondeur dans la CGT et si le contexte politique n’avait pas conduit inévitablement à une divergence radicale entre le recentrage de la CFDT et un retour en arrière de la CGT. Cela a débouché, vers la fin de l’année 1979, sur la rupture pratique de l’unité d’action et, dès le début de l’année suivante, sur l’affirmation des divergences et sur d’âpres polémiques. Le 41e congrès de la CGT, en juin 1982, a clairement acté ce recul.

Cette situation a beaucoup nui à la dynamique sociale qu’aurait pu engendrer l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République en mai 1981. La CFDT est entrée dans les cabinets ministériels et la CGT a établi des relations de sommet entre son nouveau secrétaire général et le Premier ministre. Il n’est pas possible d’exposer en détail dans cet entretien ce que quelques-uns – dont je suis – ont dit et fait pour s’opposer à cette régression sans pour autant se couper de leur organisation. Mais on peut imaginer que ce fut difficile. Il a fallu longtemps, à partir des années 1990, pour revenir sur les bases du 40e congrès et les développer dans un nouveau contexte.

Et aujourd’hui, que penses-tu du programme commun de 1972 ?

Au-delà de tout ce qu’on a pu dire sur la bonne et la mauvaise manière de s’en servir, je vais raconter une petite histoire vraie pour me faire comprendre. Je me suis lié d’amitié avec Bruno Trentin, dès notre première rencontre, en juillet 1978. Il était à l’époque secrétaire confédéral de la CGIL avant d’en devenir plus tard secrétaire général. Bruno a été, depuis sa toute jeunesse commencée en France, une figure historique et un grand intellectuel de la gauche et du mouvement ouvrier italiens. De mon côté, la CGT était en pleine préparation du 40e congrès et j’étais venu à Rome pour prendre, à titre personnel, des contacts syndicaux et politiques pour mieux connaître et comprendre la pensée et l’expérience de nos homologues italiens. De Bruno, je connaissais les succès remportés par les grèves de l’automne 1969 en matière de conditions de travail, lorsqu’il était secrétaire général de la FIOM, ainsi que la démarche d’unification des trois fédérations italiennes de la métallurgie et son engagement européen.

Nous avons parlé de tout cela, ainsi que de la situation syndicale et politique en France. Et Bruno n’a pas manqué de me surprendre par la franchise et l’audace de ses jugements. Parlant du contrôle des conditions de travail, il m’a dit : « Nous en avons sous-estimé le coût et cela pèse sur la compétitivité de l’industrie italienne. » Et, au sujet du programme commun de la gauche française, il m’a dit : « Je comprends que ce programme a été utile pour rapprocher les composantes de la gauche, mais son contenu m’apparaît complètement en dehors de l’espace et du temps. » Je n’étais pas encore parvenu à cette conclusion. Néanmoins, notre amitié a commencé là. Et pour le programme commun, je pense aujourd’hui qu’il avait raison.

Auteur

Ancien secrétaire confédéral (1967-1982)

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540