Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Quatrième partie. Témoignages

Le mouvement social et le projet politique

Témoignage de Louis Astre

Louis Astre

Texte intégral

La FEN unitaire soutient l’union

1La FEN, cette singularité syndicale unitaire qui n’est plus depuis longtemps, devait être représentée par André Henry, successeur de James Marangé en décembre 1974. Empêché pour raison de santé, il m’a demandé de témoigner à sa place. Mon regard ne saurait naturellement être le sien ; je suis de la génération d’avant, du temps des fondateurs.

2Fin 1944, après les FTP d’Ariège, je rejoins les socialistes de Toulouse. Octobre 1945 : j’adhère à la CGT forte alors de cinq millions de membres. En 1949, j’accède, à Paris, au bureau national du Snes et à la Commission administrative de la FEN. C’est dire l’ancienneté de mon ancrage. À Pâques 1948, au temps de la guerre froide, de l’affrontement entre travailleurs communistes et les autres, de la scission FO-CGT, je suis aux congrès du Snes et de la FEN, où nous tous du Service public décidons de rester ensemble et appelons à refonder l’unité confédérale. Puis c’est dans l’épreuve, en 1956, lors de l’insurrection de Budapest, que notre unité se confirme. En France se déchaîne l’anticommunisme. Au congrès l’affrontement est dramatique : le minoritaire Fournial soutient les blindés soviétiques, Forestier et Lavergne lui opposent le droit des peuples, la solidarité prolétarienne. À aucun moment en ce congrès quelqu’un n’appelle à la rupture. Et le 30 mai 1958, face au coup d’Alger, c’est toute la FEN, et elle seule, quand partis et centrales renoncent, qui part en grève. Nous refusons le présidentialisme de la Ve République, et portons en 1960, contre la loi Debré, la pétition laïque de 11 millions de citoyens.

Quand vient l’union de la gauche

3C’est forte de son unité singulière, de ses 500 000 adhérents, de son exceptionnelle représentativité, que la FEN assume sa responsabilité vis-à-vis de tous. Elle peut dialoguer avec chacun. Elle fait grève le 1er février 1967 avec la CFDT et la CGT. James Marangé l’impose en mai 1968.

4Compte tenu de l’analyse particulière d’Ismail Ferhat, mon témoignage sur la FEN et le projet politique s’en tient sommairement aux faits. Au cours de l’union, deux périodes se suivent avec Marangé puis Henry, cependant que s’active la minorité Unité et action liée à la stratégie du PCF. Notre orientation est connue. En 1934 partent du SNI le Comité de vigilance des intellectuels, puis le Comité de rassemblement populaire. En 1948 notre unité se réfère à la charte d’Amiens et son ambition émancipatrice. En 1969 notre congrès appelle au Socialisme dans la liberté. Au printemps 1971, FEN, CIR, PS, LDH, FO, CFDT, célèbrent la Commune sans PCF ni CGT. Face à l’union, notre position de principe est claire et demeurera constante : la FEN entend œuvrer à son succès, mais le programme commun relève de la seule responsabilité des partis.

5Dès 1971, notre congrès rappelle que cette position n’est pas occasionnelle mais fondamentale. Le 8 septembre 1972, la CA « se réjouit des convergences à gauche traduites par le programme commun […] qui offre une alternative au régime actuel ». Mais elle ne peut « se lier à un programme de gouvernement dont elle serait en partie responsable de l’application ». Début 1973, la CA, qui se prononce à nouveau en vue des législatives de mars, souligne le caractère « historique » du PCG mais « exclut toute subordination du syndicalisme ». Enfin, le 11 avril 1974, elle soutient très fermement « le candidat de la gauche ». Marangé le proclame les 25 avril et 1er mai ; de plus il se rend, le 15, au rassemblement de Lyon pour appeler, sur nos bases syndicales, à voter François Mitterrand.

6En ces années d’affirmation de l’union, Unité et action guerroie pour nous assujettir au PCG. À la CA, elle s’oppose en 1972 à la motion majoritaire ; en 1973 elle la vote ; en 1974 elle la rejette car notre soutien va « au candidat de la Gauche » et non à celui du « programme commun ». Puis, l’union bénéficiant aux socialistes, la stratégie Unité et action devient complexe…

Pour conforter l’union, la FEN prend des initiatives, notamment sur son terrain : la laïcité, les libertés

7Un accord s’impose sur l’école publique. La FEN et le Cnal s’y emploient. Notons dès juin 1970 notre importante et première « double rencontre » à la CFDT, avec le Cnal sur la perspective laïque, puis avec la FEN sur les enjeux du mouvement syndical. En avril 1971, face à la loi Pompidou, les sept organisations PCF, CIR, PS, MRG et CGT, FO, et CFDT appuient le Cnal le 3, puis, le 23, la grève des enseignants et des parents.

8Et c’est au colloque de mai 1972 qu’est signé l’accord historique sur la refondation démocratique du système éducatif et l’alternative à la ségrégation scolaire par la nationalisation, l’intégration et la gestion tripartite d’un nouveau Service public laïque. Nul retour en arrière : bâtir une école de notre temps et rassembleuse de tous les acteurs, pour œuvrer ensemble et vers l’avant. Le programme commun en reprend l’essentiel et précise : « Dès la première législature, les établissements privés, patronaux, à buts lucratifs ou confessionnels, percevant des fonds publics seront en règle générale nationalisés. » Le succès du colloque est renforcé par les rassemblements populaires de l’automne et du 9 décembre 1972, place de la République.

9Mais en 1977-1978, au temps de la loi Guermeur, le Cnal puis la FEN croient devoir rappeler qu’« aucun vrai changement ne saurait être construit sans rigueur sur les principes » et que « si des étapes peuvent sembler nécessaires elles ne sauraient être envisagées sans que soit préalablement promulgué le principe de la nationalisation ». La question fondamentale des libertés est l’enjeu de crédibilité de l’union. Elle fait toujours clivage avec le PCF. La FEN est donc résolue à le pousser à une défense démocratique les libertés pour tous, sans frontières et sans exclusives. Nous assumerons même un désaccord avec le PS d’Épinay en son début, avant de constituer avec lui la CFDT et la LDH, le cœur de la défense intransigeante des libertés. Dès le 24 avril 1970, l’autoritarisme pompidolien suscite une dynamique unitaire : CIR, PCF, PS, MRG, PSU, LDH, CFDT, CGT, FEN, UNEF créent le Comité contre la loi anticasseurs. Mais le 29, une provocation de la CGT boutant l’Unef hors du cortège et scandant : « Les casseurs sont derrière » conduit FEN et CFDT à suspendre le comité.

10Puis s’accomplit une avancée décisive, le 15 juin 1970 après le vote de la loi : le comité se constitue en Collectif permanent contre la politique répressive du pouvoir. Ainsi foyer durable d’émergence de l’union, il devient enjeu de pouvoir et lieu de conflits, mais aussi creuset d’avancées communes. La FEN résolument s’y investit.

11Dès novembre 1970, au premier meeting commun à Marchais et Mitterrand, pour la Grèce, nous appelons fermement à lutter contre toutes les oppressions, y compris à l’Est. En décembre, face au désaccord sur le procès de Léningrad, la FEN précise qu’elle « dénonce avec d’autant plus de fermeté le viol des droits et libertés fondamentaux en URSS, qu’il porte atteinte dans le monde au succès de la lutte démocratique pour le véritable socialisme ». Et le 6 janvier 1971, FEN et CFDT déclarent ensemble pour la première fois, leur « opposition à toutes les formes de répression quelles qu’elles soient et où qu’elles se situent ». Mais en avril 1971, un conflit majeur éclate au collectif sur un projet de déclaration sur les libertés pour le 1er mai. Le texte proposé par Pierre Juquin ne vise en effet que la France et tait l’impératif de les défendre sans frontières et sans exclusives. La FEN aidée par la CFDT et la LDH s’oppose à cette amputation. Le collectif doit renoncer à sa déclaration.

12La création du parti d’Épinay en juin et sa stratégie d’union bousculent la donne. Le rôle du collectif est renforcé. L’atteste son efficace campagne pour la liberté d’association. Mais surgit entre le PS et la FEN une crise inattendue sur la défense des libertés. Le 4 juillet 1971, Mitterrand et Marchais se rencontrent et annoncent pour la rentrée une déclaration sur les libertés et une campagne du collectif. Ce que celui-ci vient d’écarter. Le 9 juillet, la rencontre PS-FEN se passe mal. Déjà opposés au collectif, nous n’acceptons pas, sous pression des partis, une déclaration opportuniste amputée du principe d’universalité. Le 9 octobre cependant, PS et PCF publient leur déclaration et convoquent le collectif. Mais le 19, FEN et CFDT récusent publiquement cette initiative par lettres identiques de Maire et Marangé, refusant l’opportunisme sur les libertés et la mise en tutelle des syndicats. Le 23, PS et PCF se déclarent « résolus à mener à bien ce projet ». P. Laurent critique la FEN dans L’Humanité. Au PS, Jacquet nous sollicite discrètement. Mais nous tenons la ligne. Le 12 novembre, notre rencontre au nouveau siège du PCF, avec Marchais, Leroy, Duclos, Besse et Juquin ne s’y attarde guère. Enfin, le 1er décembre, Gérard Jacquet après sa rencontre avec Marangé, annonce au bureau du PS le dépassement de la « crise aiguë » du parti avec la FEN.

13C’est le meurtre de Pierre Overney, le 28 février 1972, qui clarifie la donne. Le refus du PCF de s’associer avec le collectif aux obsèques met à nu la radicalité de son opposition au PS qui, dès lors, rejoint la FEN et la CFDT en une déclaration rédigée à la fédération, signée Maire, Marangé et François Mitterrand. La campagne PS-PCF annoncée le 4 juillet est enterrée. Alors se déploie très activement la coopération FEN-PS pour les libertés. Soit au sein du collectif, contre l’autoritarisme patronal et politique en France, et contre l’oppression dans le monde capitaliste : des procès de Burgos et d’Angela Davis, à l’Amérique latine, l’apartheid, le Vietman, soit hors du collectif, sans PCF ni CGT, ou malgré eux, notamment contre l’oppression à l’Est : des dissidents en URSS à l’étranglement du Socialisme dans la liberté. Au printemps 1974, le candidat Mitterrand tient à acter cette confiante marche commune de la FEN et du PS en m’intégrant à son équipe de campagne.

De ces confrontations naissent deux avancées

14Pour la première fois le PCF défend les trotskystes, au Cirque d’hiver, le 3 juillet 1973 ! C’est le fruit d’un sévère conflit public et de l’échec, en juin, d’une tentative du PCF de dominer la gauche en lançant une campagne nationale pour les libertés et en publiant, pour leur forcer la main, la liste des trente organisations invitées. Mais FEN et PS font dénoncer publiquement ce chantage par la moitié des invités. Dès lors le PCF ne peut refuser de protester, avec le collectif, contre la dissolution de la LCR et l’incarcération de Krivine.

15Puis au sujet de Plioutch, le PCF reconnaît enfin la répression psychiatrique en URSS. La campagne pour sa libération, menée par le Comité des mathématiciens et appuyée par la FEN, l’y oblige en culminant le 25 octobre 1975 au meeting international très médiatisé de la Mutualité. La FEN y stigmatise les « deux chaises vides » du PCF et de la CGT. « De grâce ! pas de leçon ! », titre Andrieu dans l’éditorial de L’Humanité du 27 octobre. Certes, il commence par me mettre en cause comme « membre du PS et secrétaire de la FEN » pour avoir stigmatisé les chaises vides, mais c’est pour reconnaître et condamner la répression psychiatrique et demander que Plioutch « soit libre le plus rapidement possible ». Un grand pas est franchi, ce matin-là, pour la gauche ! Leonid Plioutch, libéré le 26 janvier 1976, est reçu par notre congrès de Grenoble et pris en charge deux années par la FEN, le SNI et la MGEN.

Une initiative forte de la gauche : le Comité solidarité Chili

16Nous rêvions avec Salvador Allende d’une voie démocratique au socialisme. Mais le 11 septembre 1973, c’est le Golpe de Pinochet. Le 12, la gauche manifeste. Le 17, elle crée le Comité solidarité Chili. Le 21, la FEN obtient la création sans précédent d’un compte unique de solidarité sous contrôle des trois centrales. Compte domicilié à son siège, dont les fonds sont transférés à la résistance chilienne sous l’autorité de Béatrice Allende. Fin septembre, à la rencontre internationale d’Helsinki, notre délégation française coopère étroitement avec les Chiliens de l’Unité populaire. Une conférence européenne est fixée à Rome, puis, sur demande du PC italien, à Paris. Le 20 juin 1974, Mitterrand, Marchais, Fabre, Séguy, Maire et Marangé présentent ensemble à la presse la conférence du 7 juillet. Mais, étonnamment, les leaders communistes renoncent à s’y rendre, laissant le premier rôle aux socialistes Béatrice Allende, Altamirano et Mitterrand.

17La solidarité se déploie en tous domaines. En octobre, CGT, CFDT et FEN tiennent à Paris avec la CUTCH, logée en banlieue par le SNI, une conférence syndicale internationale.

L’union confortée par des ripostes des travailleurs

18Ainsi la grève générale du 6 décembre 1973 à l’appel commun CFDT, CGT, FEN et PCF, PS, MRG, PSU, qui crée un véritable tournant dans la mobilisation populaire. Ainsi également contre la « rigueur » de Barre, le 24 mai 1977, la grande grève générale CFDT, CGT, FEN, FO. Notons qu’en janvier 1974, la FEN écarte par principe le projet CFDT d’un pacte syndicats-partis pour une Union des forces populaires.

André Henry remodèle l’impact de la FEN sur l’union par trois innovations mises en œuvre dès 1975

19Une montée en puissance rapide et considérable est réalisée grâce à la reconnaissance officielle de sa représentativité assortie des aides publiques. L’appareil fédéral, dont un secrétariat porté de 6 à 26 permanents, déploie en tous domaines son activité. La FEN conquiert une nouvelle dimension nationale et internationale.

20Une convergence est publiquement affirmée avec le PS. La gauche a changé, le PS s’impose. Henry, qui vient d’adhérer au parti, et Guy Georges organisent dès janvier 1975 un dialogue régulier avec Mitterrand. Le 10 mars, une importante rencontre officielle FEN-PS souligne la convergence de nos analyses de la crise et de la politique du pouvoir, et décide de confronter nos projets éducatifs avec l’intégration au Service public de la formation professionnelle des jeunes. Puis le 11 mai, à Clichy, la journée des enseignants socialistes, contrainte de riposter à une manœuvre politico-syndicale du CERES, consacre le soutien du PS à la majorité fédérale. Pour Mauroy, l’intérêt supérieur du parti commande d’éviter « tout renversement de la tendance majoritaire à la FEN », et selon Mitterrand, « le parti a besoin d’une conscience collective qui domine les rivalités syndicales à la FEN ». Aussitôt le PCF, la CGT et UA dénoncent en la FEN une « courroie de transmission » du PS.

21Enfin vient le projet fédéral d’école de l’éducation permanente. Face aux projets des PS, PCF, et PCG inspirés de Langevin-Vallon, s’affrontent deux projets syndicaux contradictoires : l’école fondamentale du SNI, en 1973, fondée sur la continuité d’une scolarité obligatoire limitée à 16 ans ; projet approfondi au colloque de 1976 sur les finalités de l’éducation. L’école progressive du Snes lancée en février 1974 aux états généraux du second degré. Bérégovoy y intervient pour le PS et avertit, au risque de choquer, qu’aucun projet à gauche ne défend un second degré séparé du premier. Dès 1975, Henry entreprend de faire dépasser cette contradiction par une synthèse fidèle aux principes Langevin-Vallon : continuité d’une scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans intégrant la formation professionnelle, égale et réelle formation des maîtres, ouverture sur la vie, formation des adultes, décentralisation… Adopté en février 1977, il est caricaturé par la tendance Unité et action qui n’y voit qu’un habillage du projet du SNI.

22Le 22 septembre 1977, c’est la rupture de l’union de la gauche, pour quelques nationalisations dans un programme… et la victoire assurée de la droite, en mars 1978, contre les travailleurs. Mais adviendra le 10 mai 1981.

Auteur

Membre du bureau de la FEN de 1961à 1976 et de 1981 à 1984 ; membre du secrétariat fédéral de 1970 à 1984, chargé notamment de la Laïcité et des Libertés.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540