Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Quatrième partie. Témoignages

La genèse du programme commun

Témoignage de Roland Dumas

Roland Dumas

Texte intégral

1Au début de l’année 1965, je m’étais rendu de mon propre chef, chez Pierre Mendès France et j’avais pris un petit déjeuner avec lui. L’objet de ma visite était de lui suggérer de se présenter contre le général de Gaulle. Pierre Mendès France m’a gardé très longuement dans la matinée et m’a expliqué qu’il ne se présenterait pas pour les trois raisons suivantes :

  • parce qu’il était Juif m’a-t-il dit et « les Français n’éliront jamais à la présidence de la République un Juif... » ;
  • je suis contre cette élection au suffrage universel. Je suis pour la formule de la IIIe République, à savoir que le président de la République doit être élu par un collège électoral » ;
  • je ne veux pas des voix communistes et nous sommes dans un contexte différent, et je ne veux donc pas mettre mes amis dans l’embarras. »

2Mais il a ajouté tout de suite : « Je ne vois qu’une personne qui peut se présenter intelligemment et utilement contre le général de Gaulle. » Je lui ai demandé qu’il veuille bien me dire son nom. C’est alors qu’il m’a révélé qu’il pensait à François Mitterrand. Il m’a dit : « Il est le champion actuellement à l’Assemblée nationale où il apparaît comme le leader de l’opposition. Il fera une campagne coup de poing qui pourrait réussir. » À ma question : « Est-ce que vous m’autorisez à lui en parler ? », il a répondu : « Oui, non seulement je vous demande de lui en parler et de rapporter notre conversation, mais vous pouvez lui dire que je le soutiendrai. »

3Je suis allé dans la journée même voir François Mitterrand et je lui ai rapporté cette conversation. Mitterrand était un peu surpris. Il m’a posé deux fois la même question : « Vous êtes bien sûr de ce que vous a dit Pierre Mendès France et notamment qu’il me soutiendrait ? » Je lui ai dit : « Écoutez-moi bien, je lui ai fait répéter et il m’a demandé de vous transmettre sa position. » « C’est très bien, c’est très important », m’a-t-il répondu.

4Dans le courant de l’été, quelques jours avant les vacances, François Mitterrand m’a téléphoné et m’a dit de passer le voir. Je suis venu en fin de matinée et c’est là qu’il m’a dit : « Pour être plus tranquille, je vais vous dire ce que j’ai à vous dire en marchant. Nous allons aller jusqu’au Bazar de l’hôtel de ville, je dois acheter des meubles pour la maison de vacances de Latché. » La famille Mitterrand était encore dans l’ancienne maison de vacances. Nous sommes partis à pied sur le boulevard Saint-Michel et Mitterrand a commencé à me mettre au courant : « Roland, ce que je vais vous dire est tout à fait confidentiel. J’ai reçu la visite d’un émissaire de Waldeck Rochet. » Précision importante, il ne m’a pas dit son nom. Je saurai par la suite, assez vite, que c’était Jules Borker.

5Il m’a dit :

« Le PCF [mais dans son esprit, c’était essentiellement Waldeck Rochet] me fait savoir que je pourrai être son candidat à la présidence de la République et qu’il me soutiendra. Mais il demande que plusieurs conditions soient remplies : la première, c’est qu’il y ait une déclaration publique de François Mitterrand, la deuxième, que j’aie le feu vert des socialistes, que je n’ai pas encore, la troisième, qu’il y ait une rencontre organisée entre Waldeck Rochet et moi pour mettre au point un début de programme commun. »
« J’ai réfléchi à tout ça, je serai décidé peut-être à me présenter. Mais en ce qui concerne la rencontre commune avec Waldeck Rochet, ai-je dit à mon interlocuteur, vous devez bien comprendre que je ne pourrai pas faire un pas de plus que le PS. Il faut donc que tout cela soit mis scrupuleusement et sérieusement au point. »

6Il a repris son discours :

« J’ai pensé, si vous en êtes d’accord, que cette réunion pourrait avoir lieu chez vous sous forme d’un dîner intime car il n’est pas question que l’on fasse cela dans un lieu public, ni même à l’Assemblée nationale. »

7Jules Borker a donc pris contact avec moi. Nous avons mis au point les modalités de la rencontre entre Waldeck Rochet et François Mitterrand. Il a été convenu que le dîner aurait lieu dans mon appartement du 19, quai de Bourbon – 2e étage sur cour – qui est devenu un lieu historique de ce fait. Waldeck Rochet s’était préoccupé de savoir qui serait présent. Je l’ai rassuré par l’intermédiaire de Borker en disant que la dame de service était la femme du secrétaire de la cellule du quartier. Waldeck Rochet m’a fait cette réflexion : « Mieux vaut qu’il n’y ait personne du PCF pour le moment. » C’était assez drôle et nous avons bien ri, Borker et moi.

8Finalement, c’est mon épouse qui a fait le menu et qui a servi à table. La discussion était intéressante. Waldeck Rochet soutenait qu’il fallait établir entre nous un programme qui tienne la route. Nous avons compris à ce moment-là qu’il n’avait pas l’accord complet des membres du parti. François Mitterrand a fait une plaisanterie que Waldeck Rochet a mal prise. Il lui a dit : « Au fond, vous tenez beaucoup plus à l’intitulé d’un programme commun qu’au contenu même de ce programme. » Waldeck Rochet lui a répondu assez vigoureusement : « On ne peut pas dire ça du grand parti qui est le mien... »

9Les choses se sont bien passées et nous avons mis au point la procédure suivante : François Mitterrand ferait une déclaration publique qui irait dans le sens d’une candidature commune, car c’était de cela qu’il s’agissait, à laquelle répondrait le PCF. Une réunion serait prévue avec la presse qui lancerait le processus. Le processus aurait lieu à la rentrée, après les vacances, c’est-à-dire après les fêtes. Pendant cette période, nous avons mis au point, Jules Borker et moi, deux dossiers de divorce « bidon » qui nous permettaient au téléphone de nous entretenir sans risque d’indiscrétion.

10Étaient donc présents Jules Borker et Waldeck Rochet, François Mitterrand et moi. La discussion a duré jusque vers minuit. 30 ou 45 minutes après leur départ, dans un ordre soigneusement réglé pour éviter tout risque de filature, Jules Borker m’a téléphoné. Il était paniqué. Il m’a dit : « Il faut que je revienne. » Je l’ai reçu. Il m’a dit de façon précipitée : « Waldeck Rochet a oublié sa serviette au pied de la table où nous avons déjeuné. » Je lui ai dit en riant : « Je n’ai pas eu le temps de faire photocopier son contenu. »

11Puis les choses ont suivi leur cours. C’est en septembre 1965 que François Mitterrand a annoncé sa candidature en réaction à la conférence de presse du général de Gaulle. Des péripéties diverses et des intrigues ont menacé de barrer le chemin de cette initiative. Mais, de saut en saut et conformément aux décisions qui avaient été prises avec Waldeck Rochet sur le processus à suivre, les choses se sont déroulées positivement. Je me suis rendu à deux reprises chez Waldeck Rochet pour affiner tout le processus.

12C’est ainsi qu’il avait été décidé que François Mitterrand enverrait le texte de ses propositions faites à la conférence de presse au Comité central du PCF. Il ferait porter sa lettre et le texte par un émissaire. J’ai été choisi par François Mitterrand comme son émissaire. J’ai été reçu quelques semaines plus tard au Comité central pour déposer mon pli. Il est évident que tout cela était assez informel mais très bien réglé. Je garde un souvenir très personnel et très touchant de la façon dont j’ai été reçu au Comité central et je suis reparti après avoir accompli ma mission. Les élections ont eu lieu par la suite et nous en connaissons le résultat.

13On connaît la suite mais on connaît peu la réunion qui eut lieu chez François Mitterrand avec Mendès France qui était venu lui rendre visite avant de se rendre à Charlety. François Mitterrand a reçu Mendès France très gentiment, mais lui a décliné son invitation. Il lui a dit : « Vous y allez, moi je n’irai pas. » On connaît le résultat. Ce que l’on ne sait pas, c’est que François Mitterrand m’a dit : « Il sera intéressant de voir ce que va donner la visite de Mendès France à Charlety. » Il avait déjà dans l’esprit qu’il ne fallait pas bloquer les choses avec le PCF qui se serait dressé contre cette visite du futur candidat commun de la gauche. Mais après l’entretien et après avoir refermé la porte, François Mitterrand m’a dit : « Maintenant vous allez à la Sorbonne, vous ne prenez pas d’engagement, vous voyez les responsables et vous êtes celui qui sait..., vous dites que l’on suit leur action et que François Mitterrand est intéressé mais vous ne prenez aucun engagement. » C’est ainsi que nous avons réglé le problème de Pierre Mendès France à Charlety, où François Mitterrand n’a pas voulu l’accompagner, et la rencontre avec les gens de la Sorbonne. Le reste est connu. La lettre de François Mitterrand au PCF contenait les sept options.

14Je pense que François Mitterrand, qui ne m’en a pas fait part, lorsque l’affaire a été réglée entre Waldeck Rochet et lui et qu’il a fini par avoir le feu vert ou le feu orange de Guy Mollet, s’est entretenu tout de suite après avec Guy Mollet, parce que la suite a montré qu’à plusieurs reprises, des saboteurs de l’union de la gauche s’étaient réunis pour arrêter le processus. Je note dans la déclaration de Jules Borker que c’est lui qui aurait déconseillé à François Mitterrand, dans l’avion qui les ramenait de Rennes, de se rendre à Charlety avec Mendès France. C’est peut-être le seul point de divergence que j’aurai avec lui car lorsqu’il m’a parlé après la réception de Mendès France, il était très clair qu’il n’avait pas l’intention de s’y rendre : cela ne correspondait pas à ses options.

15J’étais par la suite présent à l’hôtel Lutétia, au premier rang, lorsque (comme Jules Borker replace l’événement dans le temps) François Mitterrand a pris la parole, sans pour autant briser le silence. Je me suis lancé pour demander : « Quelle est votre position depuis les événements de ces derniers jours ? » C’est là que François Mitterrand a annoncé qu’il serait candidat et qu’il prendrait comme Premier ministre Mendès France. Je partage l’opinion de René Piquet quand il dit que « François Mitterrand n’est pas plus révolutionnaire là qu’il ne l’était un an avant ou qu’il le sera deux ans après ». C’est tout à fait exact. François Mitterrand avait pris la décision de s’allier au PCF en forçant la main des socialistes parce qu’il était convaincu que l’union de la gauche apporterait une majorité nouvelle.

Auteur

Ancien ministre, député FGDS de mars 1967 à juin 1968

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540