Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Troisième partie. Le programme commun sur le terrain

La construction de l’union de la gauche au niveau municipal. L’institutionnalisation d’une norme unitaire

Rémi Lefebvre

Texte intégral

1L’union de la gauche constitue depuis les années 1970 un des socles de la vie politique locale et un élément central des systèmes d’alliances qui la structurent. Constitutive de véritables cultures locales, reproduites par la socialisation militante, elle a résisté à de nombreuses vicissitudes de la vie politique nationale et des relations entre le PCF et le PS. Dans la dynamique unitaire des années 1970, les élections locales (municipales en particulier, celles de 1971 et surtout de 1977) ont joué un rôle important qu’il convient sans doute de réévaluer. La victoire éclatante de 1977 qui profite tant aux communistes qu’aux socialistes consacre électoralement l’efficacité de l’union et contribue à l’enraciner en en validant la pertinence. L’union sur le plan local constitue souvent un jeu « gagnant-gagnant », ce qui compte dans la mesure où les deux associés-rivaux développent une conception essentiellement instrumentale de l’union. Elle fait émerger de nouvelles élites locales qui doivent leur promotion politique dans une large mesure à cette alliance, ce que l’on peut appeler la génération locale de l’union de la gauche. Les victoires dont elle est au principe permettent ainsi à l’union de résister à la rupture du programme commun, laquelle contribue certes à exacerber les tensions locales mais ne remet pas en cause les alliances. L’union au niveau local tient aussi sa force symbolique du fait qu’elle a constitué une sorte de préfiguration en miniature de ce que pourrait être une gestion unitaire de l’État.

  • 1 Bué, N., « Rassembler pour régner. Négociation des alliances et maintien d’une prééminence partisan (...)
  • 2 Idem.

2Adopter, dans l’étude de l’union de la gauche, une focale municipale conduit au paradoxe suivant : l’union de la gauche a été imposée par l’appareil central des partis au niveau local, non sans difficultés, tout particulièrement au PS, parti pivot au niveau local où les alliances de troisième force étaient la norme ; acquise de haute lutte, l’union locale résiste pourtant à la rupture du programme commun, s’autonomisant en quelque sorte des logiques organisationnelles centrales. On émet ici l’hypothèse que l’union de la gauche au niveau local a joué un rôle décisif dans l’affirmation et l’institutionnalisation d’une « norme de l’union1 ». L’union de la gauche s’est enracinée par le local dans la pratique au concret et conjointe de l’exercice du pouvoir municipal. La norme unitaire a pris au niveau local, c’est-à-dire celui des intérêts électoraux territoriaux et militants des partis communistes et socialistes, fortement implantés localement. L’union de la gauche qui, comme toute alliance, est une « association incertaine en mouvement2 » peut être analysée comme un processus collectif d’apprentissage d’acteurs qui définissent de nouvelles règles du jeu mais cherchent aussi à les domestiquer en les adaptant aux contextes locaux. On analysera ici dans un premier temps la place des élections municipales dans la dynamique unitaire, dans un deuxième temps on interrogera les conceptions du pouvoir municipal avant de s’attacher à la pratique unitaire au concret.

Les élections municipales dans la dynamique unitaire

  • 3 Lefebvre, R., Le Socialisme saisi par l’institution municipale, thèse de science politique, Lille-I (...)

3L’union de la gauche s’impose aux élections municipales de 1977. L’alliance municipale avec le PCF est cohérente avec la stratégie d’ensemble du PS. Elle permet de solder symboliquement le passé, d’abjurer les alliances de Troisième force, de réancrer le PS à gauche. L’union de la gauche est aussi un moyen pour un certain nombre d’outsiders au PS, ceux de la nouvelle génération militante promue dans les années 1970, de contester le pouvoir des notables « Troisième force ». Mais elle ne s’est pas imposée sans mal tant elle se heurte à de fortes résistances. Elle met à l’épreuve au PS les relations entre le centre partisan, les intérêts partisans nationaux et la périphérie dans une organisation fortement municipalisée3.

Les municipales de 1971

  • 4 Lacorne, D., Les Notables rouges. La construction municipale de l’union de la gauche, Paris, Presse (...)

4Les municipales de 1971 constituent une étape importante dans le processus unitaire après dix ans d’ébauche, de tâtonnements, de négociations… Elles se tiennent dans un climat d’euphorie unitaire. C’est un premier test de la volonté unitaire des deux auteurs du bilan des deux conventions PCF-PS du 22 décembre 1970. Le mode de scrutin municipal adopté en 1964 proscrit les fusions de liste entre les deux tours dans les villes de 30 000 habitants et plus. Cette nouvelle règle a pu encourager les listes d’union dès le premier tour. Ce facteur ne suffit pas pourtant à lui seul à les expliquer puisqu’il n’a pas empêché l’absence d’union lors des consultations municipales de 1965 et 1969. En 1971, il ne s’agit plus de conclure des accords réciproques de désistement (la pratique unitaire se limitait alors à une semaine de négociations). L’enjeu est bien de constituer des listes communes pour initier une pratique quotidiennement vécue de l’unité. Seuls les communistes adoptent une ligne franchement unitaire, « universelle, impersonnelle et impérative4 » (résolution du comité central de Drancy de mars 1970 et de Vitry d’octobre 1970).

  • 5 Castagnez, N., « La notabilisation du PS-SFIO sous la IVe République », Vingtième siècle, no 96, 20 (...)
  • 6 Pour un long compte-rendu, voir Le Monde du 20 octobre 1970.

5La ligne du PS est quant à elle indicative. La position du PS dans le jeu politique local est très différente de celle du PCF, beaucoup plus isolé. Parti pivot sur le plan local, le PS peut s’unir tantôt à gauche tantôt à droite. Les alliances de Troisième force ont largement permis d’amortir le déclin du parti dans les années 1950 et 1960 au prix d’une notabilisation du parti qui se révèle un obstacle à l’union de la gauche5. Le conseil national de Bondy du 18 octobre 19706 est appelé à se prononcer sur la question des alliances. L’enjeu est important puisqu’il s’agit pour la première fois de mettre en pratique les choix politiques du congrès d’Issy-les-Moulineaux de juillet 1969. Le rejet des « combinaisons centristes » s’impose dans la plupart des prises de position mais de fait un grand pragmatisme est encore de mise tant la perte des municipalités est perçue comme compromettant l’existence même du parti. Pierre Guidoni écrit en 1973 :

  • 7 Guidoni, P., Histoire du nouveau PS, Paris, Téma-Action, 1973, p. 120.

« Les mairies, c’est pour le PS l’essentiel des moyens, des hommes, des influences […]. Tant qu’il tient les mairies, le parti durera, se maintiendra quoi qu’il arrive. On comprend que les municipalités soient la grande affaire des socialistes. À La limite, la seule affaire sérieuse. L’idéologie, les déclarations de principe, les plans d’action, les programmes, les débats, discussions, dialogues, c’est important bien sûr […]. Mais au niveau local, le parti est au pouvoir, ou tout ou moins en a l’illusion. C’est pourquoi on ne joue plus quand il s’agit d’élections municipales. On rentre dans le concret. On défend son terrain, sans bavardages théoriques, âprement, durement, jusqu’au bout7. »

6Une ligne très indicative est ainsi fixée en matière d’alliances. La définition des coalitions licites demeure en 1971 très large. Denis Lacorne évoque une « non-décision ». Les débats sont âpres néanmoins. Trois motions s’affrontent et expriment trois visions de l’avenir du parti. Celle du Nord et des Bouches-du-Rhône, fédérations très municipalisées, portée par Pierre Mauroy et Gaston Defferre, se prononce pour une large initiative laissée aux responsables locaux pour constituer des listes excluant l’UDR et ses alliés et, en substance, approuve les alliances centristes. Pierre Mauroy défend la position « réaliste » selon laquelle « il faut tenir ce que nous avons et gagner ce que nous pouvons ». La motion de la direction (Alain Savary) est très vague. Elle se prononce pour le regroupement des adversaires résolus de « toute politique réactionnaire » et susceptibles de se mettre d’accord sur « un contrat clair de gestion municipale tenant compte des préoccupations essentielles contenues dans le programme municipal du parti ». Pour Alain Savary, il faut éviter la confusion entre choix stratégiques et problèmes tactiques. Dans la mesure du possible, les listes doivent être socialistes de manière homogène ou comprendre radicaux et conventionnels. La troisième est la motion de la fédération de Paris, défendue par le CERES et par Jean Poperen, favorable à l’union de la gauche. L’accord se fait en commission des résolutions entre Alain Savary, Pierre Mauroy et Gaston Defferre. Le texte final donne satisfaction à ceux qui défendent les municipalités socialo-centristes. Cette position est conçue comme devant permettre de conserver la plupart des municipalités socialistes. La tactique municipale peut demeurer ambiguë. La continuité l’emporte, la ligne demeure très indicative. Toutes les alliances sont de fait permises, sauf avec l’UDR et les « forces réactionnaires ». On dénombre quelques accords départementaux avec le PCF dans l’Aisne, les Hauts-de-Seine, la Somme… Guy Mollet rompt à Arras l’alliance avec les centristes et se rapproche des communistes. 1971 perpétue ainsi l’état de diversité des alliances municipales héritées de la IVe République. 50 % des listes présentées par le PS sont de « Troisième force », 27 % sont des listes d’union avec le PCF. Dans 60 % des villes de plus de 30 000 habitants, des listes unitaires PCF-PS sont présentées aux électeurs (48 % en 1965).

La construction de l’union de la gauche

7Le processus s’accélère après la signature du programme commun. Les congrès de Grenoble (juin 1973) et de Pau (janvier-février 1975) condamnent les alliances type Troisième force. Les socialistes qui n’acceptent pas de se retirer des municipalités de droite (Nantes, Nice, Nancy, Chatellerault…) sont exclus. En juin 1976, un accord électoral est conclu en vue des élections municipales entre les trois signataires du programme commun. À Lille et Marseille, Pierre Mauroy et Gaston Defferre se séparent de leurs adjoints centristes. C’est bien la fin d’une période. L’abandon de certaines positions locales, conséquence inévitable du changement de stratégie et le départ ou l’exclusion de quelques élus sont compensés par des anticipations de victoires plus grandes attendues des alliances nouvellement contractées. Max Lejeune, Robert Lacoste, Alfred Muller, Georges Donnez… quittent le PS après la signature du programme commun. Mais les élus restent majoritairement fidèles au parti. Les élections municipales de 1977 sont attendues comme un grand rendez-vous de l’union de la gauche.

  • 8 Lacorne, D., op. cit., in n. 4.
  • 9 L’auteur oppose « le monisme organisationnel du PCF et le pluralisme organisationnel du PS » (p. 2 (...)

8Au PS, la stratégie d’union, censée désormais être une règle générale, abstraite et universelle, met en cause de nombreuses situations acquises et donc se heurte à de nombreuses résistances. Denis Lacorne a bien étudié, à partir de la question de l’application de la règle d’union de la gauche dans les années 1970, la difficulté du PS à contrôler ses élus et à lui imposer ses orientations et ses décisions8. Il analyse les effets que le caractère peu intégré selon lui du PS, du point de vue organisationnel, induit sur les marges de manœuvre très fortes des municipalités. Le PS se révèle souvent incapable d’appliquer une stratégie municipale « rationnelle » (pour reprendre le vocabulaire de Denis Lacorne) et impérative, et est contraint d’accepter une longue liste d’exceptions qui l’amène à codifier les pratiques transgressives à la base9.

  • 10 Voir Lacorne, D., op. cit., in n. 4.

9Les négociations sur les municipales ont été relativement courtes et assez peu conflictuelles. Pour la première fois de la Ve République, un accord national sur les municipales est conclu entre les trois signataires du programme commun le 28 juin 1976. La position socialiste est moins précise que celle du PCF. Certes le courant majoritaire, à la différence de 1971, accepte en 1977 les implications de l’impératif unitaire et s’engage à faire respecter l’union sur le plan local. Mais François Mitterrand laisse une liberté assez forte pour les communes de moins de 2 500 habitants. Une certaine souplesse dans l’application de la règle unitaire est tolérée en fonction de l’existence de situations « particulières », des récents progrès électoraux du PS, du principe de la « continuité de gestion », de la nécessité d’une fidélité au maire sortant10… L’inclusion de « personnalités indépendantes » permet aux socialistes de reconduire de facto des alliances de Troisième force sans enfreindre explicitement la règle générale, et d’accroître l’efficacité électorale des coalitions municipales.

10Entre communistes et socialistes, suspicions et tensions n’ont pas disparu. C’est à la veille des élections municipales de 1977 que Georges Marchais suggère qu’il faut actualiser le programme commun. Mais la dynamique unitaire a incontestablement progressé. Dans les villes de plus de 9 000 habitants, 52 des listes sont unitaires dès le premier tour (15 % en 1971). 8 % des villes de plus de 30 000 habitants connaissent une primaire entre listes communistes et socialistes en 1977, contre 39 % en 1971. L’union de la gauche est bien globalement respectée. Dans seulement 14 % des villes de plus de 9 000 habitants persiste en 1977 au premier tour la compétition entre le PS et le PCF (on recense 109 primaires au total entre les deux partis). 204 listes communes avec le PCF sont dénombrées dans les villes de plus de 30 000 habitants. Le PS conduit 61 % des listes d’union de la gauche.

  • 11 Le Monde, le 27 janvier 1976.

11La droite tente de faire échec à cette stratégie d’union, dénonçant la politisation des affaires municipales. Jacques Chaban-Delmas écrit dans Le Monde, le 6 février 1975, « la dépolitisation garantit l’efficacité de la gestion communale […]. Il n’y a pas d’écoles modérées, d’assainissement socialiste, d’hôpitaux communistes et de voirie UDR. Il y a ou il n’y a pas d’écoles, d’hôpitaux, d’assainissement ou de voirie ». La droite essaie de débaucher les élus socialistes en place. « Dans l’intérêt de la démocratie pluraliste et de la bonne gestion communale », pouvait-on lire dans une déclaration commune des partis au pouvoir publiée à la fin de janvier 1976, « et en vue d’éviter une politisation excessive des élections municipales », elle recommande aux maires sortants appartenant à la majorité et dont le conseil municipal comprenait des élus socialistes de « proposer à ceux-ci leur maintien sur les futures listes municipales et de leur conserver leurs attributions11 ». Mais la manœuvre ne se révèle pas payante et les élections de 1977, éclatante victoire de la gauche, révèle l’efficacité électorale de l’union de la gauche.

La victoire de 1977 : un jeu « gagnant-gagnant »

  • 12 Communes de France, no 151, 1976.

12La stratégie de l’union est validée et confortée par la victoire historique de 1977. La campagne est précoce et nationalisée : l’élection est présentée comme le troisième tour des présidentielles12 (il n’y a pas eu d’élections depuis 1974). Les élections sont préparées au PS un an et demi à l’avance (il s’agit aussi d’assurer la rotation des charges municipales dans les meilleures circonstances et de bien préparer les successions pour préserver le capital électoral municipal). Plusieurs mois avant l’élection, il est demandé aux maires socialistes de se mettre en situation de gouverner et de présenter des contre-budgets pour montrer à la population ce que permettrait l’application du programme commun de gouvernement. Les élections témoignent de la partisanisation de la vie politique locale. L’offre électorale est marquée par une forte bipolarisation : dans 58 % des villes, les choix politiques se limitent à deux tendances.

13La gauche remporte un succès éclatant. Elle recueille 54 % des suffrages exprimés dans les villes de plus de 30 000 habitants. Après 1977, 52 % des villes de plus de 9 000 habitants sont gouvernées par la gauche et 70 % des villes de plus de 30 000 habitants. Elle dirigeait 316 des 787 communes de plus 9 000 habitants. Elle en détient, à l’issue du scrutin, 479 (dont 262 pour le PS). Entre 1977 et 1983, la gauche dirige près des deux tiers des 221 villes de plus de 30 000 habitants, 22 des 39 villes de plus de 100 000 habitants. Le PS remporte 86 des 109 primaires engagées avec le PCF. La rupture des alliances Troisième force s’effectue ainsi très largement au bénéfice du PS. Le PS conserve 72 % des municipalités qu’il dirige en 1971 avec le centre et l’emporte dans 47 % de celles dirigés par le centre. Les listes d’union, lorsqu’elles sont dirigées par le PCF, n’ont à l’évidence pas la même capacité à fédérer l’électorat de la gauche que lorsqu’elles sont à direction socialiste.

14Mais 1977 marque néanmoins une victoire aussi pour le PCF. Depuis la Libération, il n’avait pas conquis, en une élection, un aussi grand nombre de villes : Saint-Étienne, Le Mans, Bourges, Reims… Il renforce encore son emprise en banlieue parisienne (8 villes nouvelles sont gagnées). Le PCF ne perd que quelques villes (Bédarieux, Le Mas d’Agenais, Vallauris…). Toutes les municipalités d’union de la gauche conduites par un communiste dans les villes de plus de 30 000 habitants ont été réélues dès le premier tour. À partir des années 1960 et à la faveur de l’union de la gauche, le PCF élargit son implantation municipale au-delà de ses bastions rouges et gagne un nombre important de mairies (Le Havre et Nîmes en 1965, Amiens, Calais, Saint-Dizier, Arles en 1971). Le communisme municipal est en 1977 à son apogée. 72 villes de plus de 30 000 habitants sur 221 sont dirigées par le PCF. Ces victoires apparaissent fortement liées à la dynamique de l’union de la gauche. Ces progrès comportent néanmoins une contrepartie inévitable : les fiefs communistes sont contraints d’ouvrir leur porte à des élus socialistes et le rival socialiste progresse localement, démontrant sa capacité à rassembler la gauche. Les militants communistes doivent s’accommoder d’une gestion commune avec les associés-rivaux socialistes.

Les conceptions du pouvoir municipal et les politiques menées

  • 13 Pronier, R., Les Municipalités communistes, Paris, Balland, 1983.

15L’alliance municipale ne donne pas véritablement lieu à une confrontation idéologique sur les questions locales ou à la marge, l’enjeu apparaissant comme avant tout électoral. On observe néanmoins un rapprochement des positions idéologiques sur le plan de l’action politique local, essentiellement liée à la politisation nouvelle des questions municipales par le PS. Le pouvoir local n’est pas une fin en soi pour les communistes, historiquement enclins à dénoncer le « crétinisme municipal » des élus socialistes et leur apolitisme. Dans une vision marxiste des questions locales, les solutions aux questions et problèmes auxquels la municipalité doit faire face sont présentées comme étant du ressort du pouvoir central. La municipalité ne peut dès lors que subvenir aux besoins immédiats des « populations défavorisées » et agir à la marge sur les maux dont souffrent les habitants. Le municipalisme communiste est centré en principe sur les luttes sociales. Toute réalisation réussie est conçue comme de la propagande en actes. Jacques Duclos écrivait en 1961 : « Conquérir une municipalité c’est enlever à l’ennemi une position qui, retournée contre lui, crée les conditions de lutte plus favorables par le prolétariat et lui donne davantage de possibilités d’organisation13. » Le communisme municipal s’intègre à la politique de classe menée par le parti : il s’agit de soutenir localement les prolétaires dans leur lutte contre le capital. Les municipalités sont des points d’appui du mouvement ouvrier.

Politisation de la question municipale au PS

  • 14 Guidoni, P., Histoire du nouveau PS, op. cit., in n. 7, p. 119.

16Si la position du PCF sur la question locale évolue peu, le début des années 1970 est marqué par une très forte rupture du rapport du PS à l’institution municipale. Les alliances de Troisième force et le notabilisme « SFIO », s’ils ont conduit à maintenir l’organisation, ont entaché tout autant son crédit. Les notables qui représentaient une résistance au déclin deviennent des obstacles au changement. Comme le résume bien Pierre Guidoni, les élus locaux constituent à la fois « une puissance et un boulet14 ». Le notable, érigé en figure repoussoir, constitue un des référents négatifs auxquels s’adosse l’entreprise de refondation de l’identité partisane dans les années 1970. Les notables sont ainsi typifiés comme les symboles des dévoiements du « molletisme » qu’il faut expier. Même si les grands élus ne seront jamais sacrifiés sur l’autel de la rénovation, le parti se reconstruit et se ressource comme « parti de militants ». Les effectifs de l’organisation se renouvellent ainsi profondément de 1971 à 1975. De nouveaux groupes sociaux porteurs de nouvelles visions du monde investissent la structure partisane. Les contradictions entre élus et militants tendent à s’exacerber. Le capital militant et la pureté idéologique dont se parent ces nouveaux entrants permettent de remettre en cause les situations acquises. L’intransigeance doctrinale sur le plan municipal trouve chez ceux qui aspirent aux responsabilités ses meilleurs défenseurs. La contestation croissante du pouvoir des notables en place apparaît clairement comme la résultante de l’afflux massif de militants. Le renouvellement du personnel politique et la victoire éclatante aux élections municipales de 1977 témoignent de la prise de pouvoir d’une nouvelle génération politique, porteuse de propriétés sociales spécifiques.

  • 15 « Élections municipales. Préparation à la prise de responsabilités », 1976, p. 10 (Ours).
  • 16 Coll., Citoyen dans sa commune. Propositions municipales socialistes, Paris, Flammarion, 1977.

17L’enjeu municipal est à nouveau ainsi activé au PS dans les années 1970 à la faveur d’un contexte inédit et d’opportunités stratégiques nouvelles. Cette rupture est de divers ordres. Elle affecte d’abord le discours municipal, marqué très nettement par une politisation et un volontarisme nouveaux. Cette évolution intervient dans un contexte de dénonciation par les dirigeants du parti de la compromission électoraliste d’élus « trop soucieux de conserver au parti un pouvoir municipal vidé de son contenu réel par une pratique trop apolitique15 ». La dimension politique de l’action municipale est réaffirmée. L’apolitisme est dénoncé comme « le piège grossier de la droite » dans lequel le socialisme ne doit plus se laisser prendre. Les collectivités locales ne sauraient être enfermées dans des fonctions purement administratives et techniques. C’est que la gestion des services municipaux n’est pas politiquement neutre. Il y a une « façon de droite » (au service des intérêts de la classe dominante) et « de gauche » (au service du plus grand nombre et des plus démunis) de les gérer. Certes, la tutelle restreint les potentialités du cadre communal et bloque initiatives et responsabilités. Mais les limites du cadre communal ne sauraient justifier l’inaction. Il s’agit d’engager à partir des communes la lutte contre l’État centralisateur et bureaucratique et de diffuser le message socialiste, et de crédibiliser son projet. L’action municipale a une valeur propédeutique : elle doit « montrer le chemin dans lequel les socialistes veulent engager la France16 ». Elle doit jouer un rôle propre et ne pas se contenter d’atténuer localement les méfaits du capitalisme et donc de le perpétuer.

  • 17 Voir le texte d’Olivier Corpet publié dans Communes de France, no 136, 1974.
  • 18 Lefebvre, R., thèse cit., in n. 3.

18La thématique de l’autogestion donne corps à ces changements idéologiques. Il s’agit au niveau communal d’ouvrir la voie à une société autogérée. Le thème de l’autogestion communale apparaît en 197417 (le PCF le reprend à partir de 1977). Il permet de donner une virginité idéologique nouvelle au PS. Positions de repli dans les années 1950 et 1960, les municipalités redeviennent des bases d’opération dans les années 1970 pour le PS. Le local est à nouveau conçu discursivement comme un lieu de contre-pouvoir et de revendication, mais aussi d’innovation et d’expérimentation sociales. Cette évolution du discours municipal au PS favorise les dynamiques d’alliance au niveau local et les convergences idéologiques18.

La question stratégique des nouvelles classes moyennes : les enjeux sociologiques de l’union au local

  • 19 Coll., Citoyen dans sa commune, op. cit., in n. 16.

19Si on compare le programme municipal de 1977 du PS19 et le manuel édité la même année, La Gestion communale dans l’action, on observe de fortes convergences programmatiques. Les équipements collectifs sont pensés comme un élément de justice sociale, et un moyen de compenser les inégalités sociales et d’opérer une politique de transferts sociaux au bénéfice des catégories sociales défavorisées. Surtout, de nouveaux domaines d’action apparaissent. Outre la culture et la formation, l’action économique, le cadre de vie et la démocratie locale occupent une place de choix. Autour de la question de la démocratie locale se joue la capacité à attirer les « nouvelles classes moyennes salariées ». C’est en investissant le local sur des bases nouvelles que le PS se produit pour partie comme « parti des classes moyennes ». Son attractivité sociale nouvelle est en effet liée à l’offre d’espace politique, de pratiques sociales (associatives, militantes, délibératives…) et de discours qu’il propose à des groupes sociaux dotés de propriétés sociales spécifiques qui se reconnaissent en lui. L’autogestion et la démocratie locale sont, dans cette perspective, des « produits d’appel » politiques, censés attirer la petite bourgeoisie intellectuelle et technicienne qui aspire aux responsabilités, et répondre à ses aspirations (poussée de l’idéologie du cadre de vie, afflux des demandes culturelles, montée de l’écologie urbaine et des « valeurs post-matérialistes »…). Si la thématique participative est récupérée (des groupes d’action municipale), travaillée et prise en charge, c’est à la mesure de la rentabilité électorale que les dirigeants socialistes en escomptent. L’échelle municipale permet au PS d’établir des relations avec des groupes sociaux en voie de cristallisation. De nombreux travaux ont analysé la contribution décisive du local à la solidification des « classes moyennes » dans les années 1970. Les pratiques observées comme relevant du « retour au local » sont fortement marquées et discriminantes socialement. Les « classes moyennes » ne se constituent pas comme d’autres groupes à partir des rapports de production mais se définissent à travers un ensemble de signes distinctifs et de pratiques sociales et culturelles qui se développent justement au niveau local. Les classes moyennes font le local qui les fait en retour. La visibilité que le PS donne localement au phénomène associatif est un support politique à la promotion de ces couches sociales érigées en nouveau « sujet » historique, porteur de changement social.

  • 20 Pronier, R., op. cit., in n. 13.

20En investissant lui aussi le thème de la démocratie locale, le PCF cherche à casser l’image antidémocratique qui lui est associée, et à séduire les classes moyennes salariées. Les villes communistes s’adressent à la jeunesse à travers la mise en place de services culturels, bibliothèques, conservatoires, centres de loisirs, maisons de quartier… Après Aubervilliers, ville pionnière en la matière dans les années 1960, de nombreuses villes communistes construisent leur théâtre. Mais on observe quelques hésitations stratégiques sur cette question dès le milieu des années 1970. Des élections législatives partielles suivent les élections présidentielles de 1974 et laissent penser que les socialistes tirent principalement les dividendes de l’union. La grande question pour le PCF devient : comment se distinguer du PS ? Délaissant le terrain des classes moyennes, délégué en quelque sorte au PS, le PCF est tenté de se recentrer sur le terrain de la classe ouvrière et de devenir le « parti des pauvres ». Des « cahiers de la misère et de l’espoir » sont ainsi mis à disposition dans les municipalités, les élus mènent des actions contre les saisies20… Les socialistes brocardent alors le tournant « misérabiliste » du PCF…

La pratique unitaire au concret : entre conflits et norme de l’union

  • 21 Sawicki, F., Les Réseaux du PS, Paris, Belin, 1997, p. 18.

21La mise en place de l’union de la gauche ne s’est pas produite sans difficultés et résistances. Elle s’est imposée de façon inégale selon les lieux, particulièrement grâce à la pression de nouveaux entrants, généralement sans mandat électif, dont beaucoup avaient fait pratiquement l’expérience de « l’unité d’action avec des militants communistes sur le terrain syndical et associatif21 ». L’union est toujours menacée par des conflits et rivalités, plus ou moins régulés. S’impose néanmoins dans de nombreuses villes une norme de l’union qui contribue à les domestiquer et à enraciner l’alliance locale qui résiste à la rupture du programme commun.

La relève générationnelle au parti socialiste, ressort de l’union de la gauche

22La promotion politique d’une nouvelle génération militante qui aspire aux responsabilités constitue un puissant levier de l’union de la gauche. L’union de la gauche permet localement à un certain nombre d’outsiders de subvertir les équilibres politiques établis et de remettre en cause le pouvoir des notables. La stratégie d’alliance est d’autant plus intériorisée et présente dans le parti qu’elle est instrumentalisée par les jeux intrapartisans.

  • 22 Lefebvre, R., « Le PS, la démocratie locale et l’autogestion » inBacqué, M.-H., Sintomer, Y., Généa (...)
  • 23 Lefebvre, R., thèse cit., in n. 3.

23Dans le nord ouvrier, l’union de la gauche se heurte aux conflits historiques entre communistes et socialistes et à l’anticommunisme identitaire hérité de la SFIO. La tradition de Troisième force a laissé des traces. L’anticommunisme historique, toujours vivace, ne favorise guère le rapprochement des « frères ennemis ». Mais l’émergence d’une nouvelle génération politique, encouragée par la réévaluation des ressources militantes22 constitue une fenêtre d’opportunité qui encourage la mise en cause des alliances traditionnelles. À Roubaix23, l’union de la gauche et le renversement des alliances sont soutenus par une nouvelle équipe de militants, particulièrement intéressée à un renouvellement de l’équipe municipale longtemps différé. Les enjeux nationaux sont d’autant plus facilement activés localement qu’ils s’appuient sur des intérêts locaux convergents. Certes, c’est le PCF qui sollicite dans cette ville l’alliance en juin 1975, appelant le PS à « en finir avec les pratiques du passé », à solder le passif de la période SFIO et à mettre en cohérence politique ses tactiques nationale et locale. Cette initiative suscite des conflits dans la section socialiste mais les partisans de l’union l’emportent. Après de très longues négociations, le protocole d’accord avec le PCF est signé en janvier 1977. La nouvelle équipe de militants instrumentalise très largement le thème de l’union pour écarter les élus de la génération Troisième force. La liste d’union de la gauche inscrit l’élection de 1977 dans la perspective des législatives de 1978. Elle se dit porteuse d’un « véritable programme politique ». Le PS a profondément renouvelé sa représentation sur la liste municipale. Sur les 26 socialistes qui y sont présents, seuls 7 sont sortants.

  • 24 Bué, N., thèse cit., in n. 1.

24À Calais24, le facteur essentiel de l’union, conclue en 1971, est, de la même manière, le changement de personnel politique, plus particulièrement chez les socialistes. Dans un climat de relance de l’union de la gauche au niveau national, alors que la section socialiste ne cesse de perdre des adhérents, les responsables locaux du parti changent : à Yves Roujean, premier secrétaire et anticommuniste revendiqué, succède Gaston Bourgois, convaincu de la nécessité de l’union et proche de Roger Lefebvre, son homologue communiste. Les deux hommes sont tous deux responsables cégétistes, se connaissent de longue date et ont partagé de nombreuses luttes communes.

Conflits, stratégies de neutralisation du partenaire et norme de l’union

  • 25 Dans les ordres coalitionnels s’imbriquent logiques de coopération et de conflits (Bué, N., Desage(...)
  • 26 Pronier, R., op. cit., in n. 13.

25La pratique du pouvoir et les rivalités électorales, exacerbées par les scrutins législatif de 1978 et surtout présidentiel de 1981, génèrent tensions et antagonismes25. La pratique de l’union apparaît aléatoire et souvent plus « conditionnée par le rapport de forces entre les deux partis que par une franche volonté politique26 ».

  • 27 Idem, p. 127.

26L’arrivée de quelques élus socialistes dans les vieux bastions communistes laisse le plus souvent le pouvoir communiste intact (Arcueil, Villejuif27). Là où on dénombre des adjoints socialistes, le rapport de forces est moins asymétrique. La tactique du PCF est alors de céder éventuellement sur le nombre de postes d’adjoints mais de réduire au maximum les délégations accordées (on le sait, le pouvoir du maire est considérable en la matière). Au Blanc-Mesnil en 1977, le PS obtient un poste d’adjoint et la délégation aux services publics mais cette délégation recouvre essentiellement les pompes funèbres. Au Havre, à partir de 1977, après des négociations difficiles, les socialistes obtiennent des postes d’adjoints mais le PCF monopolise les délégations permettant les contacts les plus réguliers avec la population et les associations locales (enseignement, affaires sociales, enfance, culture)…

27L’influence locale du partenaire est limitée par diverses techniques : contrôle de l’information, fixation des ordres du jour, allocation des ressources matérielles et financières… Les édiles communistes tentent souvent de jouer des contradictions entre les différents partis de la gauche non communiste (l’existence de ces organisations étant souvent liée à des différends entre socialistes locaux). Jouer la carte du pluralisme permet de diviser ou d’affaiblir le partenaire. La fédération du PSU de Seine-Saint-Denis, proche du PCF, est largement instrumentalisée par les dirigeants communistes.

28À Roubaix, le nouveau maire socialiste, Pierre Prouvost, veille dès son élection à ne pas se laisser déborder par l’associé-rival communiste. Un protocole d’accord avec le PCF est signé en janvier 1977. Il définit un certain nombre de règles et un code de bonne conduite à respecter. Les partenaires s’engagent à être solidaires dans la gestion municipale, à rechercher l’unanimité dans les décisions importantes (les interventions en conseil municipal doivent être communiquées au maire trois jours avant la séance), à ne pas rendre publics leurs différends et à toujours rechercher la meilleure adhésion de la population à leurs projets. Il est convenu que le premier adjoint doit appartenir au même parti que le maire. Les relations sont plus équilibrées dans les villes où les rapports de forces électoraux sont moins défavorables à l’un des deux partenaires.

  • 28 L’étude de Nicolas Bué est une des rares analyses à s’attacher aux processus d’institutionnalisati (...)

29Malgré ces conflits, une « norme de l’union » de la gauche s’institutionnalise dans de nombreuses communes et s’enracine au niveau local. L’exemple de Calais, magistralement analysé par Nicolas Bué, apparaît ici particulièrement éclairant28. Une « norme de l’union » s’y est progressivement instituée au sein de l’alliance à gauche. Cette norme sociale, rituellement répétée par les acteurs lors de leurs prises de parole publiques, postule la valeur intrinsèquement positive de l’union de la gauche en ce qu’elle permet de battre la droite et le concours « désintéressé » des partis de gauche à la gestion de la ville dans l’intérêt général.

  • 29 Bué, N., thèse cit., in n. 1.

« Cette norme, qui prend place dans les croyances et les pratiques des représentants des partis de gauche, elles-mêmes largement façonnées par les récits qui gravitent autour de leur union depuis 1971, constitue une pièce centrale du dispositif de domination municipale du PCF ; outre qu’elle enjoint fortement les différentes formations à reconduire leur alliance, elle se traduit par la qualification déviante des comportements concurrentiels entre ces partis29. »

30C’est parce que la victoire acquise sur la droite en 1971 a été imputée à l’alliance que celle-ci a ensuite été « dotée d’une valeur partagée, base de sa constitution en norme ». Dans cette ville les remous qui marquent les rapports PCF-PS au niveau national ont bien des effets sur les relations entre communistes et socialistes au sein de la coalition. Mais les affrontements qui en résultent, loin de déboucher sur une remise en cause des vertus prêtées à l’union, conduisent les partenaires à réaffirmer constamment leur attachement à l’union et à tenter de s’en imputer l’origine.

  • 30 Pronier, R., op. cit., in n. 13, p. 130.
  • 31 L’alliance n’est pas « un calcul chaque fois rejoué » mais prend la forme d’un « ensemble de routi (...)
  • 32 La thèse de la « nationalisation » de la vie politique française, formalisée à partir des années 1 (...)

31Au-delà du cas calaisien, on comprend ainsi qu’après la rupture du programme commun, l’union perdure sur le plan local. Le PCF adopte localement un discours très différent du discours national, maintenant et défendant le discours de l’union. Il affiche une ferme volonté unitaire, affirmée le 8 octobre 1977 lors de l’assemblée constitutive de l’assemblée nationale des élus communistes. Le 19 mai 1978, Charles Fiterman déclare la volonté du PCF de « consolider les milliers de bases unitaires que constituent les conseils municipaux30 ». Alors que les relations entre les appareils communistes et socialistes sont tendues, les deux associations d’élus socialistes et communistes se réunissent le 26 février 1980 et adoptent un communiqué affirmant la volonté « de préserver et d’améliorer la collaboration entre les élus communistes et socialistes », de respecter partout l’accord national du 28 juin 1976 et les accords locaux de 1977. Cette défense de l’union renvoie certes à une position pragmatique, conforme à l’intérêt électoral bien compris des deux partis. Les élus communistes et socialistes savent que le crédit politique de leurs maires tient beaucoup surtout dans les villes où l’équilibre politique est fragile, à leur image unitaire. Mais cette défense traduit aussi l’enracinement et la routinisation31 d’une culture de l’union sur le plan municipal qui participe, plus globalement, de la nationalisation de la vie politique locale, amorcée dans les années 197032.

Notes

1 Bué, N., « Rassembler pour régner. Négociation des alliances et maintien d’une prééminence partisane : l’union de la gauche à Calais (1971-2005) », thèse pour le doctorat de science politique, université Lille-II, 2006.

2 Idem.

3 Lefebvre, R., Le Socialisme saisi par l’institution municipale, thèse de science politique, Lille-II, 2001.

4 Lacorne, D., Les Notables rouges. La construction municipale de l’union de la gauche, Paris, Presses de la FNSP, 1980.

5 Castagnez, N., « La notabilisation du PS-SFIO sous la IVe République », Vingtième siècle, no 96, 2007 ; Lefebvre, R., thèse cit., in n. 3.

6 Pour un long compte-rendu, voir Le Monde du 20 octobre 1970.

7 Guidoni, P., Histoire du nouveau PS, Paris, Téma-Action, 1973, p. 120.

8 Lacorne, D., op. cit., in n. 4.

9 L’auteur oppose « le monisme organisationnel du PCF et le pluralisme organisationnel du PS » (p. 27). Le changement introduit par l’union de la gauche est conçu comme un « révélateur » (p. 28) des capacités d’innovation et d’adaptation des organisations. Il s’agit d’étudier, dans une perspective de sociologie des organisations, la réception et la mise en application d’une règle unitaire et d’une décision imposée par le centre et le degré d’autonomie des instances locales.

10 Voir Lacorne, D., op. cit., in n. 4.

11 Le Monde, le 27 janvier 1976.

12 Communes de France, no 151, 1976.

13 Pronier, R., Les Municipalités communistes, Paris, Balland, 1983.

14 Guidoni, P., Histoire du nouveau PS, op. cit., in n. 7, p. 119.

15 « Élections municipales. Préparation à la prise de responsabilités », 1976, p. 10 (Ours).

16 Coll., Citoyen dans sa commune. Propositions municipales socialistes, Paris, Flammarion, 1977.

17 Voir le texte d’Olivier Corpet publié dans Communes de France, no 136, 1974.

18 Lefebvre, R., thèse cit., in n. 3.

19 Coll., Citoyen dans sa commune, op. cit., in n. 16.

20 Pronier, R., op. cit., in n. 13.

21 Sawicki, F., Les Réseaux du PS, Paris, Belin, 1997, p. 18.

22 Lefebvre, R., « Le PS, la démocratie locale et l’autogestion » inBacqué, M.-H., Sintomer, Y., Généalogies de la démocratie participative, Paris, La Découverte, 2010.

23 Lefebvre, R., thèse cit., in n. 3.

24 Bué, N., thèse cit., in n. 1.

25 Dans les ordres coalitionnels s’imbriquent logiques de coopération et de conflits (Bué, N., Desage, F., « Le “monde réel” des coalitions. L’étude des alliances partisanes de gouvernement à la croisée des méthodes », Politix, no 88, 2009).

26 Pronier, R., op. cit., in n. 13.

27 Idem, p. 127.

28 L’étude de Nicolas Bué est une des rares analyses à s’attacher aux processus d’institutionnalisation d’une alliance, entendus « à la fois comme leur inscription dans des relations partisanes plus anciennes, et comme l’ensemble des mécanismes qui contribuent à leur donner une consistance propre, et à les inscrire dans des pratiques et des représentations relativement durables, non réductibles aux calculs qui les ont vu snaître » (Bué, N., Desage, F., art. cit., in n. 25, p. 27).

29 Bué, N., thèse cit., in n. 1.

30 Pronier, R., op. cit., in n. 13, p. 130.

31 L’alliance n’est pas « un calcul chaque fois rejoué » mais prend la forme d’un « ensemble de routines d’action, voire de préférences incorporées par les acteurs » (Bué, Desage, 2009, page 27).

32 La thèse de la « nationalisation » de la vie politique française, formalisée à partir des années 1980 (Gaxie, D., Lehingue, P., Enjeux municipaux, Paris, PUF, 1984), met en évidence un processus d’unification tendancielle des marchés électoraux et d’intégration des marchés périphériques. Selon ce modèle, le caractère « local » des élections tend à régresser à partir des années 1970. Les élus sont « de plus en plus » liés à un parti. Les espaces politiques périphériques sont davantage régis par la logique des oppositions centrales. Les clivages tendent à s’unifier sur l’ensemble du territoire à partir des années 1970. Sous la IVe République et dans les années 1960, les coalitions sont variables selon les consultations et les régions. Un travail de construction des camps s’opère dans les années 1960. L’union de la gauche tend à homogénéiser les alliances sur le territoire national. Les modes de fonctionnement partisan se centralisent. L’implantation des partis, de gauche puis de droite, progresse sur l’ensemble du territoire national (les partis cherchent à présenter et à investir des candidats partout dans les années 1960). Le nombre de candidats et élus non inscrits ou « apolitiques » baisse ainsi, y compris dans les petites communes. Les élections locales tendent à être construites comme des mesures de rapports de forces nationaux entre deux élections générales. Pour une critique de cette thèse et de son caractère évolutionniste et trop mécanique, voir Lefebvre, R., « Les partis politiques dans la compétition électorale locale. Dépolitisation et nationalisation des élections municipales », inBidégaray, C., Cadiou, S., Pina, C., L’Élu local. Changement ou continuité ?, Grenoble, PUG, 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540