Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Troisième partie. Le programme commun sur le terrain

Le programme commun à l’épreuve des élections. Union de la gauche et changement électoral dans les années 1970

Florent Gougou

Texte intégral

1La signature du programme commun de gouvernement de la gauche, le 26 juin 1972, est une étape importante dans la période de recomposition que traverse du système partisan français dans les années 1970. Évidemment, le PS et le PCF, bientôt rejoints par le MRG, actent d’abord un ensemble de mesures à prendre en cas d’accès aux responsabilités. Mais, relégués dans l’opposition depuis le retour aux affaires du général de Gaulle en 1958, ils s’entendent aussi sur une nouvelle stratégie de conquête du pouvoir, qui redéfinit durablement leurs alliances : l’union de la gauche.

2Fondée sur une généralisation des candidatures communes, notamment aux élections locales, l’union de la gauche met progressivement un terme aux alliances socialo-centristes et aboutit au ralliement de l’ancien centre d’opposition à la droite en 1974. Parallèlement, dans un contexte de très forte progression de la gauche, le rapport de forces électoral entre le PCF et le PS s’équilibre et contribue à parachever la mutation du système partisan français vers un quadrille bipolaire, l’affrontement entre une coalition de gauche et une coalition de droite composées chacune de deux partis de force sensiblement égale.

  • 1 Martin, P., Comprendre les évolutions électorales. La théorie des réalignements revisitée, Paris, P (...)
  • 2 Capdevielle, J., Dupoirier, É., Grunberg, G., Schweisguth, É., Ysmal, C., France de gauche, vote à (...)
  • 3 Sur les élections législatives de 1978 et l’impact de la perte de crédibilité de l’union de la gau (...)

3La rupture des négociations sur l’actualisation du programme commun en septembre 1977 précède une période moins faste, malgré la victoire de François Mitterrand sur Valéry Giscard d’Estaing lors de la présidentielle de 1981 : le PCF entre dans une lente phase de déclin, tandis que l’ensemble de la gauche devient structurellement minoritaire à la suite des européennes de 19841, pénalisée par l’émergence de nouveaux enjeux électoraux et par son recul progressif dans l’électorat ouvrier. D’ailleurs, dès les élections législatives de 1978, la reconduction inattendue2 d’une majorité de droite conduit à penser que la gauche va payer au prix fort la fin brutale de sa stratégie d’union3.

4Bien que les conséquences électorales de l’échec des négociations sur l’actualisation du programme commun soient difficiles à mesurer, ce papier montre que le déclin électoral du PCF est déconnecté de la rupture de l’union de la gauche et renvoie à des facteurs internationaux. Le rééquilibrage au sein de la gauche en faveur du PS débute avant la signature du programme commun et repose sur une série de changements sociaux et sociétaux. Le PCF tire profit de l’union de la gauche pour se doter d’un réseau d’élus locaux qui assurent aujourd’hui sa survie électorale.

L’union de la gauche, une victoire stratégique des socialistes sur les communistes ?

  • 4 Lors des élections législatives de 1973, le PCF présente son propre candidat dans les 473 circonsc (...)
  • 5 Martin, P., Les Élections municipales en France depuis 1945, Paris, La Documentation Française, 200 (...)

5La signature du programme commun de gouvernement marque un changement dans la stratégie d’alliance du PS. Ouverte par le congrès d’Épinay, la logique d’union de la gauche promue par le nouveau premier secrétaire François Mitterrand débouche sur la multiplication des candidatures communes, d’abord entre socialistes et radicaux de gauche4, puis entre socialistes, radicaux de gauche et communistes. La dynamique d’union atteint son maximum lors des municipales de 1977 : la gauche se présente unie au premier tour dans 202 des 221 villes de plus de 30 000 habitants, soit dans 91 % des cas5.

  • 6 Le PCF est alors à la tête de 72 villes de plus de 30 000 habitants, dont 6 de plus de 100 000 hab (...)
  • 7 Platone, Fr., « L’électorat communiste. La peau de chagrin », Perrineau, P., Atlas électoral 2007, (...)

6Toutefois, le PS apparaît rapidement comme le principal bénéficiaire de cette alliance électorale. Les élections municipales de 1977, qui marquent l’apogée de l’union de la gauche, en témoignent : bien qu’il gagne 22 nouvelles villes de plus de 30 000 habitants et atteigne le summum de son implantation municipale, le PCF6 doit céder son leadership municipal au PS, celui-ci s’adjugeant 35 mairies supplémentaires dans les villes de plus de 30 000 habitants malgré la quasi-disparition des coalitions de « troisième force ». Dans ces conditions, la signature du programme commun a pu être analysée comme une erreur stratégique du PCF7, légitimant le leadership de François Mitterrand avant de souffrir de cette nouvelle concurrence à gauche, et comme une victoire tactique du PS, confirmant son ancrage à gauche avant de l’emporter en 1981.

7Cependant, aucune de ces deux idées n’est confirmée par l’observation des évolutions électorales depuis les années 1960. Mieux, loin de payer le coût de la rupture du programme commun, le PCF a profité de la dynamique d’union de la gauche pour renforcer son implantation locale et se doter d’un réseau de notables qui amortit son déclin électoral.

L’union de la gauche et le déclin électoral du PCF

  • 8 . D’ailleurs, en toute rigueur, seules les villes de plus de 30 000 habitants peuvent être concerné (...)
  • 9 Le coefficient de corrélation exprime la proximité entre deux distributions : plus il est proche d (...)

8De la signature à la rupture du programme commun, les Français ont été convoqués cinq fois aux urnes, pour les élections législatives de mars 1973, les cantonales de septembre 1973, la présidentielle d’avril 1974, les cantonales de mars 1976 et les municipales de mars 1977. Apprécier les effets électoraux de la rupture du programme commun est une entreprise difficile car les scrutins précédant et suivant immédiatement l’échec des négociations sur son actualisation, les municipales de 1977 et les législatives de 1978, ne sont pas de même nature : ils ne posent pas la même question aux électeurs et n’organisent pas la compétition politique selon les mêmes règles du jeu8. En revanche, la comparaison entre les législatives de 1973 et les législatives de 1978 ne pose pas de problème particulier et révèle que le PCF n’a pas souffert de la rupture de l’union de la gauche : ses résultats restent stables, en niveau (20,6 % des exprimés contre 21,4 %) comme en structure (coefficient de corrélation de 0,957 au niveau des circonscriptions et de 0,964 au niveau des départements9).

9Le déclin électoral du PCF ne commence qu’en 1981, presque quatre ans après l’échec des négociations sur l’actualisation du programme commun de gouvernement. Il débute de manière particulièrement brutale : avec moins de 15,5 % des suffrages exprimés, Georges Marchais réalise le plus mauvais résultat du PCF à un scrutin national depuis les législatives de 1936. Le choc est puissant : depuis 1945, à l’exception des élections législatives de 1958, le PCF avait toujours dépassé la barre des 20 % (voir tableau 1). Il ne retrouvera plus jamais ce niveau. L’effondrement communiste profite assez largement à François Mitterrand, qui obtient plus de 25 % et s’assure définitivement le leadership sur la gauche. Pour autant, ce n’est pas la concurrence du Premier secrétaire du PS qui explique le recul communiste : lors des européennes de 1979, une liste conduite par Georges Marchais avait déjà dû faire face à une liste conduite par François Mitterrand, et avait alors obtenu 20,6 % des suffrages exprimés.

NB. Les données concernent la France métropolitaine. Pour la présidentielle et les législatives, seul le premier tour est considéré. Lorsque plusieurs scrutins nationaux sont organisés la même année, la moyenne arithmétique est retenue. Le lissage des résultats permet d’écarter certaines variations conjoncturelles ; la technique utilisée est une médiane d’ordre 3.
Tableau I. – Les résultats du PCF aux élections nationales depuis 1945.

  • 10 Duhamel, O., Parodi, J.-L., « Images du communisme. 1. La dégradation de l’image de l’Union soviéti (...)

10Ce recul brutal du PCF n’est pas propre à la France. Partout en Europe, entre la fin des années 1970 et le début des années 1980, les communistes s’effondrent là où ils étaient puissants. Et comme en France, leur déclin est confirmé lors de toutes les élections suivantes. Or, face à un phénomène transnational, la cause ne peut pas être prioritairement nationale : la rupture du programme commun de gouvernement n’est décidément pas une explication convaincante au déclin électoral des communistes français. En fait, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les résultats du PCF sont indexés sur l’image de l’URSS en France10. Ainsi, le décrochage communiste lors des législatives de 1958 (voir figure 1) correspond à une première dégradation de l’image de l’Union soviétique en France, suite à la répression en Hongrie et la publication du rapport Khrouchtchev en 1956. L’image de l’URSS se rétablit toutefois rapidement grâce à ses victoires scientifiques (la conquête de l’espace notamment) et à son anti-impérialisme. Mais deux nouvelles ruptures interviennent en 1979-1980, brisant l’image tiers-mondiste et l’image égalitariste du « socialisme réel », et préfigurant le recul du PCF en 1981 : l’invasion de l’Afghanistan et la révolte des ouvriers polonais.

NB. Les données sont présentées dans le tableau I.
Fig. I. – Les évolutions lissées des résultats du parti communiste et de son poids au sein de la gauche depuis 1946.

Le programme commun et la fin de la domination du PCF sur la gauche

  • 11 Sur les mutations de la sociologie de l’électorat du PS depuis le congrès d’Épinay, et notamment s (...)

11De la même façon qu’il n’est pas à l’origine de l’effondrement communiste en 1981, le programme commun n’est pas responsable de la fin de l’hégémonie du PCF sur le vote de gauche. Certes, le PCF est pour la première fois depuis 1945 devancé par le PS lors des cantonales de 1976, mais son influence au sein de l’électorat de gauche recule dès la fin des années 1960, soit bien avant la signature du programme commun (voir figure 1). Paradoxalement, le changement du rapport de forces entre le PCF et le PS n’intervient pas, dans un premier temps, aux dépens du PCF : des élections législatives de 1962 aux européennes de 1979, les résultats du PCF sont remarquablement stables et toujours supérieurs à 20 %. Le rééquilibrage entre socialistes et communistes s’inscrit en fait dans le cadre d’une poussée de la gauche, dont les socialistes sont les principaux bénéficiaires. Et cette dynamique, bien qu’elle ait été favorisée par l’union de la gauche, renvoie d’abord à l’expansion de nouvelles « couches moyennes salariées » très polarisées sur les nouveaux enjeux culturels qui émergent après mai 1968 (droits des femmes, des homosexuels, des immigrés), expansion à laquelle le PS s’adapte rapidement, notamment grâce à sa refondation lors du congrès d’Épinay11, alors que le PCF reste prioritairement tourné vers sa base ouvrière traditionnelle.

L’union de la gauche et l’implantation locale du PCF

12De toute évidence, le PCF n’a pas payé le coût électoral de la rupture de l’union de la gauche. Mieux, loin de souffrir de son alliance électorale avec le PS, il a profité de la période du programme commun pour accroître son implantation locale et se doter d’un solide réseau de notables qui contribuent aujourd’hui à sa survie électorale.

13Le désenclavement du PCF débute dès les élections législatives de 1962, grâce aux accords de désistement à gauche en faveur du candidat le mieux placé à l’issue du premier tour. Dans un premier temps, cette posture est purement stratégique : elle permet de s’adapter aux logiques du mode de scrutin uninominal à deux tours. Ses effets n’en sont pas moins immédiats : le PCF gagne 31 députés par rapport à 1958. Le phénomène est encore plus net aux élections cantonales, les seules qui ont conservé un mode de scrutin uninominal à deux tours sous la IVe République (voir tableau 2). Aux cantonales de 1949, les premières suivant sa mise à l’écart des alliances de gauche en 1947, le PCF perd plus de 290 conseillers généraux sur 1945 malgré un maintien de ses résultats à plus de 23 % des exprimés. Il fluctue ensuite aux alentours de 3 % des sièges, avant une rupture aux cantonales de 1964, où il gagne près de 50 sièges sur le précédent renouvellement de la série en 1958, en dépit d’un léger tassement de ses résultats de 22,3 à 21,7 % des voix.

Score

(% exprimés)

Nombre de sièges

Part des sièges

C1945

23,6

328

10,8

C1949

23,5

37

2,5

C1951

23,8

78

5,1

C1955

21,0

43

2,9

C1958

22,3

50

3,3

C1961

18,6

52

3,5

C1964

21,7

99

6,3

C1967

24,5

97

6,4

C1970

23,9

144

8,9

C1973

22,7

205

10,6

C1976

22,8

242

13,4

C1979

22,4

244

13,2

NB. Ce tableau reprend les données présentées dans Martin, P., Comprendre les évolutions électorales, Paris, Presses de Sciences-Po, 2000, p. 142 et 152.
Tableau II. – L’implantation du PCF dans les conseils généraux (1945-1979).

  • 12 Martin, P., op. cit., in n. 5.

14La signature du programme commun de gouvernement donne un dernier élan à cette dynamique de désenclavement du PCF. Le mouvement est particulièrement net aux cantonales. La part des sièges de conseillers généraux détenue par le PCF, qui s’élevait à 8,9 % en 1970, passe à 10,6 % puis à 13,4 % aux cantonales de 1973 et 1976, les deux scrutins disputés avec le programme commun. Et finalement, elle retombe à 13,2 % aux cantonales de 1979, les premières suivant la rupture de l’union de la gauche. L’augmentation du nombre d’élus communistes vaut aussi pour les municipales : le PCF est à la tête de 21 % des villes de plus de 30 000 habitants en 1965 (33 sur 158), 23 % en 1971 (45 sur 193), et 33 % en 1977 (72 sur 221)12. L’implantation locale communiste atteint ainsi son apogée à la fin des années 1970 : 98 députés, 244 conseillers généraux et 72 maires dans les villes de plus de 30 000 habitants sont issus des rangs du PCF.

  • 13 À titre d’exemple, le PCF obtient 11,2 % des exprimés aux législatives de juin 1988 et 13,3 % aux (...)

15Or l’influence de ces notables locaux, que l’union de la gauche a contribué à installer, maintient le PCF sous assistance respiratoire depuis le début des années 1980, en ralentissant son déclin électoral et en assurant sa survie. Ainsi, le PCF résiste mieux lors des élections d’organisation locale (cantonales, municipales, législatives) que lors des élections d’organisation nationale (la présidentielle, les européennes)13, ce qui lui permet en retour de conserver, et parfois même de renouveler, son important réseau d’élus. Avant la rupture de 1981, le PCF se caractérisait par la stabilité de ses résultats à tous les types d’élections. Aujourd’hui, sans le poids des notables dont il s’est doté grâce à l’union de la gauche, il ne parviendrait sans doute plus à dépasser, aux élections d’organisation locale, les scores qu’il obtint lors du premier tour de l’élection présidentielle.

Conclusion

16Le programme commun de gouvernement de la gauche, signé en 1972 entre le PCF, le PS et le MRG, prend place dans un contexte de profondes recompositions du paysage politique français. Bien que la droite ait le monopole des fonctions exécutives depuis 1958, la gauche est en constante progression au cours des années 1970 et enchaîne les victoires aux élections locales. Parallèlement s’opère un rééquilibrage du rapport de forces entre les partis de gauche, avec la remise en cause de la position dominante dont le PCF disposait depuis 1945.

17L’union de la gauche joue incontestablement un rôle de catalyseur dans ce processus. Mais elle n’en est pas à l’origine : la domination du PCF sur la gauche s’effrite dès la fin des années 1960 sous le coup de puissantes dynamiques sociales et sociétales que le programme commun ne fait qu’accompagner. Et contrairement à une idée souvent répandue, le programme commun ne constitue pas une erreur stratégique du PCF dans sa lutte contre le PS : jusqu’aux élections européennes de 1979, ses résultats restent remarquablement stables, son déclin électoral ne débutant qu’en 1981 suite à la dégradation soudaine de l’image de l’Union soviétique en France, un choc externe dans lequel la rupture de l’union de la gauche ne joue absolument aucun rôle.

Notes

1 Martin, P., Comprendre les évolutions électorales. La théorie des réalignements revisitée, Paris, Presses de Sciences-Po, 2000. Les élections européennes de 1984 marquent la cristallisation d’un nouvel ordre électoral, caractérisé notamment par une tripartition du système partisan suite à la percée du Front national, et par l’apparition des enjeux insécurité et immigration à l’agenda.

2 Capdevielle, J., Dupoirier, É., Grunberg, G., Schweisguth, É., Ysmal, C., France de gauche, vote à droite, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences-Politiques, 1981. Le titre de l’ouvrage témoigne bien de la surprise des observateurs à l’époque.

3 Sur les élections législatives de 1978 et l’impact de la perte de crédibilité de l’union de la gauche, Lancelot, A., « L’échec de l’alternance et les chances du renouvellement. Les élections des 12 et 19 mars 1978 », Projet, no 126, 1978, p. 718-731.

4 Lors des élections législatives de 1973, le PCF présente son propre candidat dans les 473 circonscriptions que compte la France métropolitaine. En revanche, le PS et le MRG sont déjà dans la logique des candidatures communes : 434 circonscriptions sont réservées à un socialiste, 37 à un radical de gauche. Dans la cinquième des Alpes-Maritimes, le PS et le MRG se rangent derrière l’ancien gaulliste et maire non inscrit de Cannes, Bernard Cornut-Gentille. Et dans la quatrième des Yvelines, ils n’investissent aucun candidat face au député sortant, Michel Rocard, encore au PSU.

5 Martin, P., Les Élections municipales en France depuis 1945, Paris, La Documentation Française, 2001, p. 98. En 1971, socialistes et communistes n’étaient unis que dans 57 % de ces 221 villes.

6 Le PCF est alors à la tête de 72 villes de plus de 30 000 habitants, dont 6 de plus de 100 000 habitants (Amiens, Le Havre, Le Mans, Nîmes, Reims, Saint-Étienne).

7 Platone, Fr., « L’électorat communiste. La peau de chagrin », Perrineau, P., Atlas électoral 2007, Paris, Presses de Sciences-Po, 2007, p. 47.

8 . D’ailleurs, en toute rigueur, seules les villes de plus de 30 000 habitants peuvent être concernées par une telle comparaison : dans les villes de moins de 30 000 habitants, le scrutin plurinominal à deux tours et la possibilité de panacher ne permettent pas d’établir avec certitude les rapports de forces électoraux lors des municipales de 1977. Cependant, seules 18 des 221 villes de plus de 30 000 habitants donnent lieu à une primaire entre une liste communiste et une liste socialiste en 1977, ce qui réduit d’autant les possibilités d’analyser le changement du rapport de forces au sein de la gauche entre les municipales de 1977 et les législatives de 1978.

9 Le coefficient de corrélation exprime la proximité entre deux distributions : plus il est proche de 1, plus ces distributions sont stables. Le coefficient de corrélation (ici un R de Pearson) entre les résultats du PCF au premier tour des législatives de 1973 et au premier tour des législatives de 1978 atteint même 0,966 une fois exclues les deux circonscriptions où il n’y a plus de candidat communiste en 1978 (la sixième du Rhône et la quatrième des Yvelines).

10 Duhamel, O., Parodi, J.-L., « Images du communisme. 1. La dégradation de l’image de l’Union soviétique », Pouvoirs, no 21, 1982, p. 169-180 ; Duhamel, O., Parodi, J.-L., « Images du communisme. 2. Sur l’effet Kaboul... et quelques autres », Pouvoirs, no 22, 1982, p. 159-172.

11 Sur les mutations de la sociologie de l’électorat du PS depuis le congrès d’Épinay, et notamment sur l’influence croissante des enjeux culturels dans le vote socialiste, on peut lire Gougou, F., Tiberj, V., « Les électeurs du PS. Sociologie de l’électorat d’un parti en reconversion (1981-2009) », Lefebvre, R., Sawicki, F. (dir.), Sociologie des socialistes, à paraître.

12 Martin, P., op. cit., in n. 5.

13 À titre d’exemple, le PCF obtient 11,2 % des exprimés aux législatives de juin 1988 et 13,3 % aux cantonales de septembre 1988, contre 9 % à la présidentielle d’avril 1988 (en tenant compte de la dissidence de Pierre Juquin) et 7,8 % aux européennes de 1989. De même, il obtient 9,1 % aux législatives de 1993 et 11,4 % aux cantonales de 1994, contre 6,9 % aux européennes de 1994 et 8,7 % à la présidentielle de 1995.

Table des illustrations

Légende NB. Les données concernent la France métropolitaine. Pour la présidentielle et les législatives, seul le premier tour est considéré. Lorsque plusieurs scrutins nationaux sont organisés la même année, la moyenne arithmétique est retenue. Le lissage des résultats permet d’écarter certaines variations conjoncturelles ; la technique utilisée est une médiane d’ordre 3.Tableau I. – Les résultats du PCF aux élections nationales depuis 1945.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende NB. Les données sont présentées dans le tableau I.Fig. I. – Les évolutions lissées des résultats du parti communiste et de son poids au sein de la gauche depuis 1946.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

Auteur

Centre d’études européennes, Sciences Po Paris

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540