Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Troisième partie. Le programme commun sur le terrain

L’expérience de l’union de la gauche en Bretagne (1967-1978)

François Prigent

Texte intégral

  • 1 L’animation du milieu partisan repose sur des profils différenciés paramétrés par la sociologie mi (...)

1L’impact sur le système partisan régional du renversement stratégique de l’union de la gauche, double rupture de l’enfermement communiste et des alliances de troisième force nouées par les socialistes, impose d’interroger les formes et les fonctions des partis politiques, définis comme une interaction d’acteurs, de cultures, de stratégies1.

  • 2 Morin, G., « Le PS et le programme commun de gouvernement », Richard, G., Sainclivier, J., La Mutat (...)
  • 3 Mischi, J., Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, PUR, Rennes, 2010. Il est po (...)

2Décidé par les appareils nationaux des organisations de gauche lors de la plate-forme de juin 1972, le programme commun de gouvernement2 bouleverse le système partisan en faisant bouger le clivage gauche/droite et en rééquilibrant le rapport de forces entre les gauches socialiste et communiste3. La généralisation des logiques d’union de la gauche en Bretagne au début des années 1970 accélère/participe des mutations profondes du paysage électoral, inaugurant un nouveau cycle politique caractérisé par un processus de conversion à gauche, acquis dès les victoires de 1981 et clôturé par le basculement des conseils généraux et régionaux de l’Ouest breton en 2004. Ainsi, ce moment « programme commun » s’apparente à un renouvellement des gauches, tout particulièrement au niveau de la mouvance socialiste avec la rencontre entre une pluralité de milieux militants, l’élan du renouvellement des matrices et générations militantes, la rénovation des schémas politiques et la modernisation des thèmes idéologiques. En Bretagne, la relance d’une dynamique électorale à gauche se déroule dans un contexte d’opposition à la fois nationale et locale pour les socialistes et les communistes, situation minoritaire aiguisée par l’existence de poids lourds à droite de la vie politique française : René Pléven, Raymond Marcellin, Yvon Bourges, voire Pierre Méhaignerie dans la seconde moitié des années 1970.

  • 4 Richard, G., Sainclivier, J. (dir.), Les Partis et la République. Recompositions du système partisa (...)
  • 5 Archives départementales, archives de l’Ours et de la Fondation Jean-Jaurès, archives fédérales du (...)
  • 6 L’expression « gauche non communiste » relative à la sensibilité socialiste recouvre sous une même (...)
  • 7 En dehors du pôle ligérien, avec Patrick Mareschal, candidat PRG aux législatives en 1973 et 1978, (...)

3Il s’agit de proposer une grille de lecture des multiples facettes et dimensions de cette reconfiguration du système partisan breton, en s’attachant à mettre à jour, par une chronologie fine, une série de décalages locaux par rapport aux tendances nationales4. Fondé sur l’exploitation de nouvelles sources5, ce travail s’inscrit dans le foisonnement historiographique en cours, le curseur des recherches s’étant récemment focalisé sur les années 1960-1970. Caractéristique du patrimoine identitaire des gauches en Bretagne sous la Ve République, l’évolution des gauches régionales au début des années 1970, durant l’expérience de l’union de la gauche, est marquée par un certain nombre de continuités et de ruptures. La singularité du cas breton repose avant tout sur la dualité de la famille socialiste6, alors que la mouvance radicale de gauche reste négligeable7. Il faut également souligner le rôle des laboratoires unitaires dans les filières syndicales.

La singularité des gauches en Bretagne (1967-1973)

4L’apparition de dynamiques unitaires modifie les rapports de forces entre l’organisation communiste et la mouvance socialiste, morcelée avec deux pôles opposés (FGDS-PS et PSU). Durant les « années tournant » du milieu socialiste (1970-1973) émerge un courant dominant à gauche, regroupant les composantes d’une gauche non communiste réunifiée.

Vers une inversion de la gauche ?

  • 8 Les problématiques et les enjeux de l’union politique transposent les mutations du champ syndical (...)
  • 9 Sans apparaître dans les comptes-rendus des réunions du comité central du PCF. État des sources et (...)
  • 10 Au premier tour, un accord est signé entre la FGDS et le PSU. Kernalegenn, T., Prigent, Fr., « La (...)

5Les relations entre communistes et socialistes sont marquées en filigrane par l’empreinte des démarches unitaires passées, notamment les tentatives fragiles des fusions des deux gauches issues des générations résistantes en 1945 ou des fronts unitaires ambigus lors des législatives (1956, 1958). Dans sa dimension stratégique d’accord tactique, des programmes communs à l’échelle locale sont anticipés et expérimentés dans certains lieux érigés en modèles ou en laboratoires, comme Saint-Brieuc avec Antoine Mazier en 1962, où se forgent de larges coalitions municipales autour des socialistes, allant des communistes aux chrétiens sociaux, engagés au PSU ou à l’Action travailliste8. Précurseur, le conflit ouvert entre la SFIO et le PCF à Lorient aboutit à une configuration d’union forcée, conséquence de la négociation d’un accord des directions nationales FGDS et PCF9, Yves Allainmat devenant député en 1967, après avoir ressoudé les gauches aux municipales en 1965. Le maire PCF de Lanester, Jean Maurice, arrivé en tête de la gauche, se retire au profit du socialiste, afin de faire battre le ministre des armées Pierre Messmer10. Ce choix stratégique, payant avec la défaite de cette figure nationale du gaullisme, est difficilement compris et accepté dans les milieux militants crispés depuis 1945, comme le prouvent les réticences communistes et l’attitude ambiguë de Louis Le Moënic (FGDS), qui refuse de se désister officiellement pour Eugène Crépeau, maire de Hennebont. Cette élection marque de façon définitive l’inversion du rapport de forces au détriment des communistes lors des scrutins suivants à Lorient.

  • 11 Bensoussan, D., Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites en Bretagne dans l’entr (...)

6La mise en série des législatives montre à quel point la donne change. S’appuyant sur un tissu militant très dense, le PCF forme la composante principale et première de la gauche à la fin des années 1960, virant le plus souvent en tête lors des élections (à l’exception notable de l’Ille-et-Vilaine et de la Loire-Atlantique, l’enracinement communiste étant plus faible à l’est de la région). À même de présenter systématiquement des candidats, y compris dans les zones de refus de la gauche11, le PCF se différencie de la famille socialiste à la structuration partisane plus discontinue en dehors de ses bastions électoraux. À partir de 1973, la mise en ordre électoral du PS éclipse le PSU et produit un rattrapage électoral selon un effet presque mécanique, amplifié par un contexte général plus favorable à la gauche non communiste au plan national. La domination communiste est entamée, mais cette dynamique enclenchée reste inachevée, par l’émergence de la gauche non communiste, dans un contexte de forte poussée globale de la gauche. L’effet ciseau entre communistes et socialistes se situe bien en 1973, même si la résistance du vote communiste est forte dans les zones de forces comme Châteaulin, Guingamp ou Hennebont. L’influence communiste diminue dans les résultats des formations de gauches (PCF, FGDS-PS, PSU), qui progressent de façon continue en dehors de la parenthèse de 1968. Au plan quantitatif, le nombre de voix communistes est globalement à la hausse durant cette période. Le décrochage se situe clairement en 1968 pour les Côtes-du-Nord et l’Ille-et-Vilaine, en 1973 pour le Finistère et le Morbihan, en 1981 pour la Loire-Atlantique (dans un contexte de second reflux général de l’influence du PCF dans l’Ouest).

  • 12 Bougeard, Chr. (dir.), Un siècle de socialismes en Bretagne. De la SFIO au PS (1905-2005), PUR, Ren (...)

7La mouvance socialiste détient l’essentiel des mandats d’élus locaux de gauche. En mars 1967, la gauche bretonne se résume à une représentation parlementaire socialiste dans les bastions ouvriers, urbains et laïques12, avec deux députés PSU (Roger Prat à Morlaix et Yves Le Foll à Saint-Brieuc) et trois députés FGDS (Georges Carpentier à Saint-Nazaire, Christian Chauvel à Nantes et Yves Allainmat à Lorient). Minoritaires au plan régional, les gauches se penchent donc sur les questions d’unions, mais selon des logiques bipolaires FGDS/PCF d’une part et FGDS/PSU d’autre part, en raison de la singularité de la dualité (des pôles à part égale) de la configuration socialiste dans l’Ouest breton. En juin 1968, seul le siège de Saint-Nazaire est sauvé par les socialistes, évitant le naufrage des gauches en novembre 1958 (aucun élu). La famille socialiste présente un nombre inférieur de candidats, mais l’évolution du rapport de forces est significative quand on regarde le nombre de candidats socialistes qui arrivent devant les candidats communistes. C’est le cas à Loudéac où Guy Caro (PSU) devance de justesse Auguste Le Coënt (PCF), loin derrière Marie-Madeleine Dienesch. Au-delà des tensions des désistements et des reports de voix (réalité d’une union au second tour), le rééquilibrage entre les courants communiste et socialiste est à nuancer, en raison des antagonismes entre la FGDS et le PSU, qui obtient des scores importants comme Serge Mallet à Rezé. Jusqu’en 1973, l’alignement du vote socialiste par rapport au national procède mécaniquement du rattrapage dans les zones blanches, anciennement hermétiques et rétives à l’implantation de la SFIO et du PCF. En changeant d’échelle d’analyse, le renouvellement des cantonales jusqu’en 1970 montre que la gauche reste tripartite avant la rupture de 1973, qui marque la bipolarisation de la gauche avec une primauté socialiste. Relativisant la portée de l’assimilation des positions notabiliaires du PSU, la percée répétée du PS à chaque scrutin entre 1973 et 1982 écrase la hausse, à partir de 1973, des élus du PCF, qui retrouve presque l’apogée de la Libération (18 élus). La continuation des gains communistes temporaires en 1976 et 1979 dans les Côtes-du-Nord, le Morbihan et la Loire-Atlantique contrebalance l’inexorable décrochage communiste dans le Finistère, avant un déclin régional plus prononcé à partir de 1985 (11 élus).

Tableau I. – Nombre de candidats présentés/en tête de la gauche.

Graph. I. – Le déclin de la part des communistes dans les scores de la gauche en Bretagne.

Graph. II. – Évolution comparée du nombre de voix à gauche (1967-1981).

Tableau II. – La progression globale des gauches : additions des scores PCF, FGDS-PS, PSU (en pourcentages).

Années

PCF

FGDS-PS

PSU

Total

1964
1967
1970
1973
1976
1979
1982

9
10
11
15
16
16
14

10
12
12
32
52
68
84

12
13
11
11
1
1
0

31
35
34
58
69
84
98

Tableau III. – Évolution du nombre de conseillers généraux (1964-1982).

8Soulignons l’existence en dehors et par-dessus la FGDS de trajectoires de socialistes unitaires au sein de majorité communiste, expérimentée lors des municipales en 1971 à Douarnenez avec Jean Peuziat et Michel Mazéas, ou à Lanester avec Jean Le Drian et Jean Maurice.

  • 13 Vigna, X., L’Insubordination ouvrière dans les années 1968. Essai d’histoire politique des usines, (...)

9Dans cette période 1967-1973, le vote de 1969 masque la réalité des changements en cours et fausse la perception des dirigeants du PCF (voire du PSU traversé par des oppositions idéologiques) sur ce processus de double inversion du champ politique qui s’enclenche dans le clivage droite/gauche et communisme/socialisme. Ces évolutions politiques sur le long terme se superposent avec une mutation profonde des structures sociales en Bretagne, qui débute avec la brutalité des années 1950 et se poursuit avec la mobilité des années 1970. L’onde de choc du mouvement social de mai 68 se prolonge avec une phase de conflictualité sociale, qui mêle dans une concordance des temps originale les dynamiques syndicales des années 1960 et les innovations sociologiques des années 197013.

Tableau IV. – À contre-courant, les présidentielles de 1969 (en pourcentages).

L’unité des gauches socialistes

  • 14 Jalabert, L., La Restructuration de la gauche socialiste en France des lendemains de mai 68 au cong (...)

10Saisie au travers de nouvelles archives14, la seconde unité socialiste du siècle, celle du socialisme version PS, procède de la rencontre et de l’agrégation de courants socialistes pluriels, selon une logique proche de l’unification de la mouvance socialiste SFIO.

  • 15 L’absence d’interlocuteurs contraste avec les négociations âpres entre les appareils lors du comit (...)

11Lors de la réception du programme commun à l’été 1972, le PCF souligne la désorganisation et la faiblesse structurelle de la famille socialiste, à la fois au niveau du PSU qui a opéré son tournant radical après 1968 et du PS, dont les responsables organisationnels commencent à apparaître15. Avant l’hégémonie du PS à gauche dans les années 1980, il existe une fenêtre militante, recomposition du milieu partisan socialiste avec l’émergence de nouveaux réseaux militants, concomitante à la poussée électorale brutale. En Bretagne, la rupture se situe finalement plus en 1973-1974 (avec une succession de ruptures : législatives en mars 1973, cantonales en octobre 1973, présidentielles en avril 1974) que lors des refondations de 1969 et 1971 (congrès d’Alfortville et d’Épinay). Portant en germe les luttes pour le contrôle des cercles partisans, fonction des dates d’entrée et d’adhésion, le profil de ces nouveaux adhérents du PS, plus que des primo militants, correspond à l’entrée en responsabilité politique de la génération 68. Le nouveau PS récupère et conserve la base de la SFIO, rajeunie en mettant en avant des jeunes adhérents du milieu des années 1960, comme Edmond Hervé, ministre en 1981, ou Pierre Maille, président du conseil général du Finistère depuis 1998. Les microréseaux de la CIR attisent le démarrage du PS avec une disproportion entre le faible poids quantitatif et la force des figures qui émergent comme les parlementaires Louis Le Pensec, Charles Josselin, René Régnault ou Joseph Gourmelon. Le constat vaut aussi pour les animateurs des clubs socialistes comme le géographe Michel Phlipponneau au sein de Démocratie et socialisme ou Jean Natiez dans Objectif 72. Les réseaux CERES font figure d’école de formation militante avec une attraction réelle sur cette génération d’élus PS des années 1970-1990. Originalité de la Bretagne, la porosité des milieux PSU produit une vague de départs des cadres vers la FGDS puis le PS entre 1967 et 1972 à l’instar de Marie Jacq et Pierre Jagoret, députés en 1978. Il ne faut pas sous-estimer l’importance des venues des réseaux extérieurs, notamment du centre droit chrétien. La reconfiguration socialiste déplace le centre de gravité des milieux partisans, avec une mise à distance par rapport à la centralité du modèle communiste durant la période 1945-1968. Les structures partisanes se multiplient et se solidifient seulement dans la foulée de la percée électorale de 1973.

Visions et divisions de la gauche en Bretagne (1973-1978)

12Somme de ruptures très rapprochées dans le temps, cette séquence de combats politiques affirme l’alignement des comportements électoraux sur le national et l’émergence d’une génération d’élus PS en Bretagne.

Le programme commun vu par le PCF : l’exemple des Côtes-du-Nord (1972-1974)

  • 16 Au-delà de l’angle mort lié à l’accès aux sources de la CGT, des travaux récents démythifient ce c (...)
  • 17 Alory, M., « Sur l’attitude des centristes et du PSU », Cahiers du communisme, no 2-3, février-mars (...)
  • 18 Rapport du 1er juillet 1972 de Georges Valbon, membre du comité central, maire de Bobigny et prési (...)
  • 19 Les peurs laïques à son encontre dominent chez les anciens SFIO. Archives de l’Ours, AGM 134, lett (...)

13Pour éviter le risque de l’histoire vue par les vainqueurs, la prise en compte des deux versants partisans de l’union de la gauche est indispensable. L’étude de la configuration costarmoricaine, grâce aux archives personnelles d’anciens dirigeants communistes, permet de confronter les points de vue. En 1972-1973, le PCF est mal à l’aise face au défi de la conflictualité sociale du « mai 1968 breton ». La pression exercée par les militants PSU-CFDT et les groupes d’extrême gauche met en difficulté les militants PCF-CGT lors du conflit du joint français, qui ne veulent pas adopter une posture rappelant l’isolement politique de la période des grèves rouges en guerre froide. Fin 1973-début 1974, les militants communistes se saisissent à nouveau de l’encadrement des luttes du mouvement social, autour du thème de l’unité d’action à la base, renouant avec la fonction de politisation dans les entreprises16. Dans le même temps, les concurrences partisanes socialistes sont au cœur des débats du PCF. La compréhension fine de la complexité du PSU est marquante dans l’intervention du secrétaire fédéral Marcel Alory lors du 19e congrès national de Nanterre17. Les sources internes dévoilent l’évolution du regard porté sur le nouveau PS. Devant des instances surprises par la finalisation accélérée des négociations à l’été 1972, mais conscientes de la portée potentielle de l’événement, Georges Valbon explique que « l’accord signé sans compromis idéologique avec un PS demeuré réformiste correspond à l’étape de la démocratie avancée et s’inscrit dans la perspective révolutionnaire18 ». La méfiance vis-à-vis du courant socialiste, prégnante dans les milieux communistes (les peurs sont réciproques chez les socialistes) est atténuée par la réalité du rapport de forces, très favorable au PCF, avec le sentiment de porter seul le programme commun avec un PS faible. En quelques mois, l’ampleur des changements politiques apparaît clairement à la direction fédérale : étonnée par la faiblesse et la désorganisation du PS à l’automne 1972, elle constate après les législatives de mars 1973 « une certaine renaissance du PS qui passe devant le PSU [...] et ouvre la porte à un danger social-démocrate dans le département ». Fin février 1973, les communistes de Dinan s’inquiétaient déjà de la mise sur pied d’une équipe de campagne de 49 militants (contre 12 au moment de l’investiture interne) par Charles Josselin, ancien dirigeant de l’Unef mais inconnu politiquement au plan local19, qui capitalise les dynamiques à gauche au contraire de Roger Esnault, responsable syndical usé par les défaites. Alors que le PCF maintient de fortes positions dans le département, les rapports changent de tonalité, soulignant devant le comité fédéral que « si le PS atteignait ses objectifs d’hégémonie sur la gauche, le programme commun serait abandonné ». L’union (re)devient un combat avec un désir commun du PCF et du PS de pénétrer les nouvelles couches salariées et le monde paysan. Le contexte électoral, radicalement différent, est défavorable au PCF moins enraciné ailleurs en Bretagne. Souligné dès octobre 1972 par les dirigeants communistes des Côtes-du-Nord, l’objectif national du PS, à savoir « être devant aux élections pour diriger l’union des forces ouvrières et démocratiques avec le soutien communiste », est atteint à la fin de l’année 1973.

L’union de la gauche : des combats électoraux (1973-1976)

  • 20 Prigent, Fr., « En haut à gauche ? L’implantation socialiste en Bretagne (1958-2008) au prisme de l (...)
  • 21 En 1973, la multiplication des candidatures PS se heurte aux carences partisanes, obstacle au déve (...)
  • 22 Le parallèle est saisissant avec le démarrage du PS dans les anciennes zones réfractaires à la SFI (...)
  • 23 C’est aussi le cas dans les villes : J. Natiez et A. Chenard à Nantes, C. Évin à Saint-Nazaire, J. (...)
  • 24 Induisant des exclusions ou des sorties à droite du PS à Nantes autour de André Routier-Preuvost, (...)
  • 25 Le phénomène est aussi repéré chez les syndicalistes agricoles formés à la JAC (parcours de Bernar (...)

14Creuset de la refonte politique à gauche, le PS impulse l’agrégation de milieux partisans à bases multiples. La croissance réelle du nombre des adhérents du PS mérite d’être pondérée à l’aune du temps long. De 3 000 militants revendiqués en 1973, le PS comporte environ 8 000 adhérents entre 1975 et 1981, soit le double des effectifs de la SFIO en 1958. Un an après l’écho national des grèves du lait et du joint français, le retentissement national de la victoire de Charles Josselin sur René Pléven en 1973, épisode fondateur souligné par François Mitterrand lors de ses échanges avec les socialistes bretons, est démultiplié par la progression électorale globale, qui singularise les années décisives du cycle d’Épinay20 en Bretagne (1973-1976). Élu à Quimperlé en captant le terreau radical laïc et les filières chrétiennes progressistes, Louis Le Pensec incarne aussi le renouvellement générationnel du PS, qui conserve les sièges de Lorient, Nantes, Saint-Nazaire et Saint-Brieuc (PSU). La palette de situations contrastées converge vers une nationalisation et une moyennisation du vote socialiste en Bretagne. Ce rattrapage de l’Ouest, fait notable à l’échelle nationale, qui fournit un réservoir de voix et d’élus modifiant la dimension même des réseaux socialistes21, préfigure les conquêtes municipales de 1977 puis la vague rose de 1981 (19 députés)22. À l’échelle cantonale, le nombre de conseillers généraux socialistes double à nouveau. Les poussées sont significatives en 1979 et 1982 seulement pour le Finistère (de 12 à 17 en 1979, 21 en 1982) et la Loire-Atlantique (de 10 à 14 en 1979, 18 en 1982). Les élections de 1976 et 1982 modifient la situation pour l’Ille-et-Vilaine (de 6 à 9 en 1976 puis 13 en 1982) et le Morbihan (de 1 à 4 en 1976, 6 en 1982). Le cas est particulier dans les Côtes-du-Nord avec le basculement du conseil général en 1976 (de 14 à 17 en 1976, 22 en 1979, 26 en 1982). Bénéficiant du redécoupage des cantons urbains, le socle militant du PS se transforme avec une adéquation entre la sociologie des espaces militants et les thématiques politiques diffusées à partir de 1973. En parallèle de cette percée politique, le PCF maintient son enracinement dans ses zones de force traditionnelles (gains de sièges à Hennebont, Trignac, Nantes-5, Plouigneau, Concarneau ou Carhaix), sans pouvoir étendre sa progression dans les zones urbaines (Ploufragan, Plérin) ou dans des terroirs syndicaux CFDT (Bégard, Collinée). Dans ce contexte d’incertitudes, la récupération du vote socialiste est plus forte dans les bastions communistes, comme le prouvent les scores des futurs parlementaires Jean Giovannelli à Hennebont, Maurice Briand à Guingamp ou Yannick Vaugrenard à Trignac23. La brutalité de la révolution des réseaux socialistes est décisive, avec la fixation des courants (CERES, Poperen, Mitterrand) qui lisse la portée de la fusion des assises du socialisme (courant rocardien)24 : les cadres CFDT qui changent de paradigme en abandonnant leurs responsabilités syndicales en vue des municipales25, à l’instar de Jean Le Faucheur et Michel Cadoret à Saint-Brieuc, comme le noyau des militants et élus PSU, intègrent un milieu partisan verrouillé au moins au niveau de ses cercles dirigeants, auquel correspond la stabilisation générale du système partisan en Bretagne.

Des unions ou désunion de la gauche en Bretagne ? (1977-1978)

  • 26 Phlipponneau, M., Changer la vie, changer la ville. Rennes 1977, La Baule, Breizh, 1976.
  • 27 Ménada, A., « La conquête par le PS de communes périurbaines de la ville de Rennes. Analyse d’une i (...)
  • 28 En contrepoint de la régénération du PS par des listes d’union contre les anciens socialistes ancr (...)
  • 29 La génération 1977, expression plus conforme que celle de « génération Mitterrand », fait apparaît (...)
  • 30 Il faudrait cartographier et périodiser la diffusion des schémas unitaires (accord, refus, adaptat (...)
  • 31 Braud, Ph., « Les législatives de mars 1978 dans la région Bretagne », Revue française de science p (...)
  • 32 Une grille d’analyse du « genre du socialisme » a été proposée in François Prigent, « Un réseau d’ (...)

15La rupture nationale du programme commun ne remet pas en cause les dynamiques électorales en Bretagne, comme le prouve la double césure de mars 1977 puis mai 1981. La métropolisation du PS breton, porteur d’un socialisme à visage urbain, en référence aux nouvelles pratiques du pouvoir municipal26 est répercutée en mars 1978 (7 députés) par le renouvellement du personnel dirigeant du PS lors des législatives, incarné par Jean-Yves Le Drian, Marie Jacq, Alain Chenard ou François Autain. La typologie des nouvelles mairies socialistes emportées entre 1971 et 1983, avec une surreprésentation des succès en 1977, dévoile une pluralité d’ancrages locaux : la prise spectaculaire des métropoles (Rennes, Nantes, Brest), l’impact du développement socialiste dans les communes périurbaines27, la peau neuve des anciennes municipalités rouges, l’onde de choc des transferts des filières chrétiennes modérées, le reclassement des élus divers gauche qui ne se reconnaissaient pas dans la SFIO ni le PCF. La stratégie de listes unitaires avec le PCF contraste avec l’hostilité de la FGDS au rapprochement opéré par le PSU ou la CIR avec les communistes en 1971, comme à Quimper ou à Nantes28. Le tournant de la rupture de 1977 lance la carrière politique d’une nouvelle génération d’élus29, qui imposent une coupure avec le personnel des élus SFIO, entraînant des déchirements du milieu socialiste (avec des passages de relais tendus, les successions traînant jusqu’en 1981 à Lorient avec Jean Lagarde, ou 1983 avec Étienne Caux à Saint-Nazaire). Point de départ d’une autre phase du basculement vers la gauche du territoire, 1977 établit des municipalités à direction socialiste avec un vivier d’adjoints et de conseillers municipaux PCF, scellant l’équilibre des composantes de la gauche et l’orientation stratégique efficace des années 1980 et 199030. À l’échelle nationale, l’organisation du congrès national du PS à Nantes en 1977 sanctionne aussi ce rééquilibrage du vote socialiste à l’Ouest, fait important quantitativement dans la montée en puissance de la gauche en France. La séparation PS/PCF lors des législatives de mars 1978 se solde par une confirmation de l’inversion de la gauche et des transferts géopolitiques au profit du PS, acteur central de la normalisation du système partisan breton31. Ce phénomène de bascule au détriment du PCF est représenté par les parcours des députés Claude Évin, Pierre Jagoret, Marie Jacq, seule femme du groupe socialiste en 197832, voire des scores de Didier Chouat, Martine Buron, Jean Giovannelli ou Maurice Briand. Dans le même temps, la défaite de Charles Josselin à Dinan contraste avec la victoire de François Leizour (PCF) à Guingamp dans des configurations locales très différentes qui ne portent pas les traces de la rupture de l’union de la gauche. La période 1979-1981 est marquée par le maintien des tensions entre PCF et PS (avec l’amplification des écarts électoraux aux cantonales et aux européennes, aboutissant à des tensions lors des sénatoriales de 1980) mais également entre les courants socialistes. La révolution des rapports de forces à gauche positionne le PS en capacité de concurrencer les droites en Bretagne.

  • 33 D’autres pistes peuvent être explorées avec des trajectoires incertaines entre communisme et socia (...)
  • 34 Il serait possible de montrer les évolutions des thèmes de campagnes relatifs à l’union à gauche d (...)

16Le rapport de forces entre le PS et le PCF au début des années 1980 accuse et confirme les écarts entre les deux pôles de la gauche33, répondant aux évolutions RPR/UDF à droite, avec en toile de fond la tendance lourde de bipolarisation, mettant fin à l’exception de la physionomie politique régionale. Cette monographie régionale pose la question de l’union sans l’unité, des combats et des débats dans un moment de redistribution des cartes à gauche, avec le démarrage d’un nouveau cycle historique, côté socialiste. L’expérience du programme commun en Bretagne s’apparente à un moment de conversion à gauche d’une région, assimilée à des espaces hermétiques aux formations de gauche, qui s’appuient sur des réseaux militants amoindris avant les années 1970. Dans ce moment de reconfiguration du système partisan sur une chronologie resserrée, on repère un démarrage du milieu socialiste, des décrochages et des catalyseurs aussi. Dans cette histoire encore à écrire, la mobilisation de nouvelles sources très riches34 montre que l’union de la gauche est bien une période cruciale d’une séquence qui profite politiquement à la percée des réseaux PS entre 1967 et 1981, et plus largement d’un transfert politique vers la gauche sur un long cycle politique (1958-2004), qui devient progressivement majoritaire à partir de 1981. D’ailleurs, le basculement des exécutifs régionaux et départementaux en 2004 correspond paradoxalement à l’achèvement d’un cycle politique haut pour la gauche qui s’achève, porteur d’une fossilisation du laboratoire politique mis en place entre 1972 et 1978. Apparu avec l’union de la gauche, ce modèle porté par les élus PS se heurte aux refus de renouvellement lors de la période 2002-2008, qui ouvre pourtant une autre configuration politique. Ces problématiques d’union et de relève des générations étaient au cœur de la campagne des régionales de mars 2010, où la Bretagne s’est distinguée par la désunion des listes de gauche et la complexité des logiques d’union, à contre-courant de son histoire partagée, des dialogues précurseurs entre les composantes plurielles de la gauche dans les années 1960 aux victoires les plus marquantes de la gauche entre 1973 et 1977.

Notes

1 L’animation du milieu partisan repose sur des profils différenciés paramétrés par la sociologie militante et la nature des liens noués avec des filières et des relais, qui forment l’aire partisane. Ces réseaux sont cimentés par des cultures politiques, tramées par des idées, des symboles et des valeurs, autant de marqueurs identitaires aux sources des engagements et des trajectoires, qui impriment et influencent les pratiques militantes dans le champ social. L’organisation partisane est orientée et structurée par une ligne politique, fonction du contexte global de la société (lors des pics de mobilisation du mouvement social), qui s’adapte et varie au gré des configurations électorales locales et nationales, dégageant une hiérarchie partisane contrôlée par des cercles dirigeants et des élites politiques comme le groupe des élus.

2 Morin, G., « Le PS et le programme commun de gouvernement », Richard, G., Sainclivier, J., La Mutation du système partisan français après mai 1968. Printemps 1971-automne 1974, PUR, Rennes, 2011 (à paraître).

3 Mischi, J., Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, PUR, Rennes, 2010. Il est possible de transposer une partie des analyses recueillies dans un des sites de l’enquête (Loire-Atlantique).

4 Richard, G., Sainclivier, J. (dir.), Les Partis et la République. Recompositions du système partisan en France (1956-1967), PUR, Rennes, 2008 ; Haegel, Fl. (dir.), Partis politiques et système partisan en France. Presses de Sciences-Po, Paris, 2007.

5 Archives départementales, archives de l’Ours et de la Fondation Jean-Jaurès, archives fédérales du PS, archives privées, presse militante et locale, entretiens avec les élus, notices des nouvelles séries du Maitron. Prigent, Fr., « Des combats, des figures. Au fil du Maitron en Bretagne », Place Publique, no 5, mai 2010, p. 136-139.

6 L’expression « gauche non communiste » relative à la sensibilité socialiste recouvre sous une même acception deux formations qui se combattent, la FGDS et le PSU (forte implantation en Bretagne). Kernalegenn, T., Prigent, Fr., Richard, G., Sainclivier, J. (dir.), Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), PUR, Rennes, 2009.

7 En dehors du pôle ligérien, avec Patrick Mareschal, candidat PRG aux législatives en 1973 et 1978, qui rallie le PS en 1981 et préside le conseil général à partir de 2004. Les radicaux bretons sont touchés par une vague de conversion générale à la SFIO en 1945, avant de voir l’essentiel de leurs cadres s’associer à la FGDS en 1967. Morin, G., Castagnez, N. (dir.), Socialistes et radicaux. Querelles de famille, Ours, 2008.

8 Les problématiques et les enjeux de l’union politique transposent les mutations du champ syndical (positions de la CFDT et de la CGT, des luttes opposées aux antagonismes de réseaux syndicaux alliés). Le syndicalisme enseignant expérimente des voies unitaires dès 1967.

9 Sans apparaître dans les comptes-rendus des réunions du comité central du PCF. État des sources et des instruments de travail, vol. 3-4, Fondation Gabriel-Péri et archives départementales de Seine-Saint-Denis, 2010.

10 Au premier tour, un accord est signé entre la FGDS et le PSU. Kernalegenn, T., Prigent, Fr., « La marginalisation du PSU dans le système partisan français (1967-1975) », Richard, G., Sainclivier, J. (dir.), op. cit., in n. 4. Jalabert, L. (dir.), Les Gaullistes aux élections législatives dans l’Ouest. 1958-1981, journée d’étude, Nantes, novembre 2009 (à paraître).

11 Bensoussan, D., Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites en Bretagne dans l’entredeux-guerres, Fayard, Paris, 2006.

12 Bougeard, Chr. (dir.), Un siècle de socialismes en Bretagne. De la SFIO au PS (1905-2005), PUR, Rennes, 2008. Prigent, Fr., « Les réseaux socialistes en Bretagne au XXe siècle », thèse en cours, Rennes-II.

13 Vigna, X., L’Insubordination ouvrière dans les années 1968. Essai d’histoire politique des usines, PUR, Rennes, 2007.

14 Jalabert, L., La Restructuration de la gauche socialiste en France des lendemains de mai 68 au congrès de Pau du PS en 1975, HDR, Science-Po Paris, 2008. Prigent, Fr., « La mutation des milieux socialistes dans l’Ouest breton (1967-1973). Réseaux, trajectoires, identités », colloque de Rennes, « L’Ouest en 1968 », 26-28 novembre 2010.

15 L’absence d’interlocuteurs contraste avec les négociations âpres entre les appareils lors du comité d’entente SFIO-PCF en 1945, surtout dans les Côtes-du-Nord. La plate-forme, remise en place en dépit des tensions avivées avec les délégations des groupes au conseil général, porte François Clec’h à la présidence (1947-1949).

16 Au-delà de l’angle mort lié à l’accès aux sources de la CGT, des travaux récents démythifient ce conflit emblématique dans les mémoires et la fabrication des identités militantes. Porhel, V., Ouvriers bretons. Conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les années 1968, PUR, Rennes, 2008.

17 Alory, M., « Sur l’attitude des centristes et du PSU », Cahiers du communisme, no 2-3, février-mars 1970, p. 250-252.

18 Rapport du 1er juillet 1972 de Georges Valbon, membre du comité central, maire de Bobigny et président du conseil général de Seine-Saint-Denis, qui « suit » la fédération des Côtes-du-Nord. Archives Marcel-Alory.

19 Les peurs laïques à son encontre dominent chez les anciens SFIO. Archives de l’Ours, AGM 134, lettre du 13 septembre 1972 de René Petiot à Guy Mollet.

20 Prigent, Fr., « En haut à gauche ? L’implantation socialiste en Bretagne (1958-2008) au prisme de la reconfiguration des réseaux socialistes », Barboni, Th., Vanthournout, L. (dir.), Les Élections locales sous la Ve République, L’Harmattan, Paris, 2011 (à paraître).

21 En 1973, la multiplication des candidatures PS se heurte aux carences partisanes, obstacle au développement socialiste. Une stratégie d’intégration des élus divers gauche déjà implantés localement, de promotion d’une nouvelle génération de responsables compense ces fragilités, sans oublier le parachutage de militants (à Loudéac avec Claude Wilquin, maire de Berck en 1977, puis député en 1978).

22 Le parallèle est saisissant avec le démarrage du PS dans les anciennes zones réfractaires à la SFIO dans l’Est.

23 C’est aussi le cas dans les villes : J. Natiez et A. Chenard à Nantes, C. Évin à Saint-Nazaire, J.-M. Ayrault et C. Gautier à Saint-Herblain, F. Autain à Bouguenais, J. Floch à Rezé, E. Hervé et J.-M. Boucheron à Rennes, L. Chopier à Saint-Malo, P. Bourges à Redon, J.-Y. Le Drian à Lorient, M. Masson à Pontivy, F. Le Blé à Brest, M. Jacq et J.-J. Cléach à Morlaix, B. Poignant à Quimper, G. Le Bris à Concarneau, C. Saunier à Saint-Brieuc ou P. Jagoret à Lannion…

24 Induisant des exclusions ou des sorties à droite du PS à Nantes autour de André Routier-Preuvost, ou à Saint-Nazaire. Le paramètre de l’âge accélère la fin du cycle SFIO, réfractaire aux nouvelles matrices militantes du PS.

25 Le phénomène est aussi repéré chez les syndicalistes agricoles formés à la JAC (parcours de Bernard Thareau, Henri Baron, Jean Le Floch, Georges Dauphin).

26 Phlipponneau, M., Changer la vie, changer la ville. Rennes 1977, La Baule, Breizh, 1976.

27 Ménada, A., « La conquête par le PS de communes périurbaines de la ville de Rennes. Analyse d’une implantation (1977-1989) », thèse, Rennes-I, 1991.

28 En contrepoint de la régénération du PS par des listes d’union contre les anciens socialistes ancrés dans des stratégies d’alliances anticommunistes, des listes socialistes se font sans/contre les communistes dans les zones rouges des Côtes-du-Nord, du Finistère et du Morbihan. Le rapprochement avec les radicaux en Ille-et-Vilaine, ainsi que les fragilités du PCF (qui expérimente les liens avec des compagnons de route, Charles Foulon ou Henri Denis dans la période antérieure) expliquent les difficultés à pratiquer des listes d’union. Le durcissement des relations, avec un repli sur les aires partisanes, induit souvent une « union à la calculatrice », imposant d’interminables négociations et dissensions durant la période 1976-1978.

29 La génération 1977, expression plus conforme que celle de « génération Mitterrand », fait apparaître un décalage avec les matrices de la base du PS comme des parlementaires, imprégnés par les filières chrétiennes de gauche. À l’échelle municipale, on note la prépondérance de militants nés dans les années de la Libération et issus du moule laïc, lancés politiquement par l’union de la gauche avec le partenaire communiste. Le parcours de Jean-Louis Tourenne, président du conseil général d’Ille-et-Vilaine depuis 2004, est ici représentatif.

30 Il faudrait cartographier et périodiser la diffusion des schémas unitaires (accord, refus, adaptation).

31 Braud, Ph., « Les législatives de mars 1978 dans la région Bretagne », Revue française de science politique, vol. 28-6, 1978, p. 1018-1038.

32 Une grille d’analyse du « genre du socialisme » a été proposée in François Prigent, « Un réseau d’un autre genre. Les femmes socialistes dans le Morbihan (1907-2007) », in Atala, no 11, mars 2008, pages 331-344.

33 D’autres pistes peuvent être explorées avec des trajectoires incertaines entre communisme et socialisme (Jean-Marie Kerloch, maire de Plogoff). La question nucléaire en Bretagne, qui n’est pas au centre de la rupture du programme commun, est à l’origine de nouvelles formes de mouvements sociaux. Simon, G., Plogoff. Apprentissage de la mobilisation sociale, PUR, Rennes, 2010.

34 Il serait possible de montrer les évolutions des thèmes de campagnes relatifs à l’union à gauche des candidats socialistes et communistes lors des législatives (1967-1981).

Table des illustrations

Légende Tableau I. – Nombre de candidats présentés/en tête de la gauche.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129171/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Graph. I. – Le déclin de la part des communistes dans les scores de la gauche en Bretagne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129171/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Graph. II. – Évolution comparée du nombre de voix à gauche (1967-1981).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129171/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Tableau II. – La progression globale des gauches : additions des scores PCF, FGDS-PS, PSU (en pourcentages).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129171/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Tableau IV. – À contre-courant, les présidentielles de 1969 (en pourcentages).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129171/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540