Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Deuxième partie. Regards sur le programme commun

La Fédération de l’Éducation nationale (FEN) et le programme commun de gouvernement. Une organisation unitaire face à l’unité de la gauche

Ismail Fehrat

Texte intégral

  • 1 Témoignage d’André Henry, secrétaire général de la FEN, 1974-198, cité par Brucy, G., Histoire de (...)

« Il y avait une anomalie, une sorte de paradoxe entre l’unité apparente PS-PCF-radicaux de gauche et la lutte de tendances au sein de la FEN1. »

1La FEN a été une force à part dans le monde syndical français, et ce pour deux raisons. Elle a été l’organisation dominante au sein de l’Éducation nationale de l’après-guerre à son éclatement en 1992, avec un taux de syndicalisation élevé parmi ses personnels. D’autre part, elle a été la seule organisation de masse où se retrouvait l’ensemble du kaléidoscope des sensibilités de la gauche hexagonale, de la tradition social-démocrate à l’anarchisme. Aussi bien politiquement que socialement – les salariés de l’Éducation nationale étant un champ d’influence traditionnel pour la gauche française –, la FEN peut être étudiée comme un observatoire exceptionnel des réactions des forces politiques progressistes vis-à-vis du PCG. Pourtant, comme le souligne le témoignage d’André Henry, secrétaire général de la FEN au moment de l’éclatement du PCG, celui-ci a entraîné des réactions complexes et diverses au sein de la fédération. Cette relation est en effet liée à une triple configuration qui est en évolution permanente : les rapports de forces internes à la FEN, l’état de la gauche française et la question du rapport du champ syndical et du champ politique.

2Composée d’une collection de syndicats (dont les plus puissants sont le SNI pour le primaire et le SNES pour le secondaire) et de tendances syndicales différentes, la FEN est une structure pluraliste, dont les réactions au programme commun sont aussi fonction de rapports de forces internes. C’est en particulier le cas des deux courants majeurs de la FEN, la majorité dite Unité-indépendance-démocratie depuis 1971 (UID, de tendance socialisante) et la minorité Unité et action (UA, de tendance communisante, comprenant des socialistes), possédant des projets éducatifs de plus en plus cohérents et opposés. La fédération comprenait aussi plusieurs courants d’extrême gauche (trotskiste, PSU) dont le rôle ne fut pas négligeable dans les années 1970. De ce fait, l’unité de la gauche était en permanence, à la différence des autres organisations politiques et syndicales, une affaire et une dimension internes à la FEN. De plus, la FEN est est un des cinq membres du Comité national d’action laïque (Cnal), le plus puissant groupe de pression en faveur de l’école publique jusque dans les années 1980, qui est la seule organisation durant la guerre froide à pouvoir mener des actions avec l’ensemble de la gauche.

  • 2 Mollet, G., Les Communistes et nous, 1964 (archives 2RE, Fondation Jean-Jaurès).

3Du fait de ce statut – et, pourrait-on ajouter, de son rôle – de « maison commune » de l’ensemble de la gauche, et du poids déterminant du monde enseignant dans le mouvement ouvrier français, la FEN a été donc un enjeu du rapport de forces entre socialistes et communistes. Dès 1964, alors que recommencent à peine les discussions entre les SFIO et PCF, Guy Mollet2 note que la fédération est un enjeu essentiel de la concurrence des deux partis, du fait de l’activisme de la minorité communisante en son sein, qui conduit d’ailleurs à la conquête du SNES par celle-ci en 1967.

  • 3 Voir par exemple l’éditorial de Marange, J. (secrétaire général de la FEN, 1967-1974), L’Enseignem (...)

4Enfin, la relation entre FEN et le programme commun de gouvernement touche à une interrogation fondamentale, celle du rapport entre champ syndical et champ politique. Comme le montrent les interventions de la fédération dans l’espace public (question laïque, guerre d’Algérie, critique de la Ve République), la FEN n’est pas « apolitique »3, se situant explicitement dans la mouvance progressiste. Néanmoins, cette affirmation, qui se base sur une lecture fidèle de la charte d’Amiens (le syndical ne se désintéresse pas du politique) est concomitante d’une indépendance revendiquée vis-à-vis de tout engagement partidaire, et en particulier de tout programme électoral.

5De ce fait, quels ont été les facteurs externes, mais aussi internes, qui expliquent le positionnement de la FEN – et des acteurs qui la composent – vis-à-vis du PCG ? Ces trois lignes de force ont fait évoluer entre 1972 et 1977 le rapport entre FEN et programme commun. Celui-ci a connu trois âges : la question de l’unité de la gauche, les dynamiques internes générées par la signature du PCG et enfin les reclassements au sein de la fédération suite à l’alliance croissante entre appareil fédéral et PS.

La FEN avant le programme commun : lieu de rencontre... et de conflits de la gauche (1970-1972) ?

  • 4 Louis Astre, entretien du 28 avril 2010.

6La FEN, du fait de sa capacité à fédérer l’ensemble des forces de la gauche française, a participé aux tentatives pour la réunifier. On peut citer des initiatives comme le PUMSUD (Pour un mouvement syndical uni et démocratique), mené par Denis Forestier, secrétaire général du SNI, en lien avec des militants de FO et de la CGT, qui visait à revenir sur la scission syndicale de 1947. Du fait de cette culture unitaire, la FEN devient l’un des piliers du Collectif des défenses des libertés. Celui-ci est créé en 1970 en réaction au vote de la loi « anticasseurs », pour promouvoir les droits de l’homme et les libertés publiques. Comme le souligne Louis Astre, cadre dirigeant de la FEN et délégué au collectif, celui-ci était « la première structure réunissant l’ensemble des organisations majeures de la gauche française4 ». De ce fait, et malgré les tensions entre le PCF et d’autres membres, ce comité constitue un laboratoire pour l’unité de la gauche, notamment sur la question sensible, dans les relations entre communistes et socialistes, des droits de l’homme.

  • 5 Voir le rappel des organisations à la fin du texte.

7Cette volonté unitaire se poursuit le 13 et 14 mai 1972 par la tenue du colloque du Cnal5, intitulé « Pour une autre politique de l’Éducation nationale ». À cet événement figure l’ensemble de la gauche politique et syndicale, CFDT comprise. Ce colloque est l’un des événements fondamentaux pour les positions éducatives des organisations de gauche. Il fixe le programme de nationalisation de l’enseignement privé sous contrat, projet qui est officiellement celui de l’ensemble de la gauche jusqu’en 1981.

8Néanmoins, cette orientation unitaire ne doit pas faire oublier la conflictualité politico-syndicale qui existe au sein de la fédération. À partir du milieu des années 1960, les relations entre la minorité communisante et la majorité socialisante de la FEN se sont durcies, du fait de la conquête par la première (appelée Unité et action à partir de 1967) de plusieurs syndicats de la FEN, et surtout du Snes. L’affaiblissement de la majorité la fédération peut faire basculer, selon certains, la FEN aux mains de la minorité communisante.

  • 6 Circulaire du PS, 4 mai 1970 (2 RE, Fondation Jean-Jaurès). Voir entretien avec Jacques Guyard (re (...)
  • 7 Daniel Renard (responsable Unité et action au sein du SNI), entretien, 27 avril 2010.

9Cette évolution s’accompagne au congrès d’Épinay d’un changement des rapports entre courants de la FEN et champ politique. Jusqu’en 1971, les militants du PS se regroupaient quasi totalement dans la majorité de la FEN. La proximité humaine entre les deux peut être soulignée : ainsi, Pierre Desvalois, ancien dirigeant du SNI, est en charge auprès d’Alain Savary des questions éducatives dans les discussions entre PS et PCF6. Or, après 1971, certains membres du PS, notamment ceux de la mouvance mitterrandienne, militent au sein de la tendance Unité et action, au nom de l’unité de la gauche (Jean Petite, Louis Mexandeau). Les homothéties entre courants de la FEN et partis politiques n’étaient plus aussi nettes de ce fait à partir de 1971, et la minorité Unité et action pouvait peser aussi bien – à des degrés certes différents – au PCF qu’au PS. Son influence est d’ailleurs nette sur le programme éducatif du PCF7.

10On peut d’ailleurs noter que cette rupture du congrès d’Épinay a aussi pesé sur les conflits corporatifs et pédagogiques au sein de la FEN. En effet, le conflit entre la majorité de la fédération, enracinée chez les instituteurs, et la minorité, installée chez les professeurs, se traduit par l’émergence de projets éducatifs concurrents. À partir de 1971, le SNI propose l’école fondamentale, créant un cycle unifié allant de 6 ans à 16 ans. Le PS, après Épinay, ne le reprend pas. Au contraire, celui-ci a tendance à être influencé par la minorité de la FEN, qui s’oppose totalement à ce plan d’école fondamentale. C’est donc à un isolement politique et pédagogique croissant qu’est confrontée la majorité de la FEN suite au congrès d’Épinay : le PS n’est plus pour elle un relais « naturel » puisque les minoritaires y ont désormais voix au chapitre.

  • 8 Pierre Juquin (responsable éducatif du PCF), entretien du 6 juin 2010.

11Cette évolution est d’ailleurs concomitante d’une nette asymétrie des secteurs éducatifs du PCF et du PS. Le PS n’a pas de structure unique consacrée aux questions éducatives – il faut attendre 1975 pour qu’une Délégation nationale à l’Éducation nationale soit établie. Au contraire, le PCF a volontairement confié le développement du secteur éducatif8 à un cadre montant du parti, Pierre Juquin. Il possède une revue de réflexion de haut niveau sur l’Éducation nationale, L’École et la nation. On peut d’ailleurs souligner que l’absence de projet éducatif global, tant du côté de la FEN que de celui du PS, a favorisé une minorité communisante s’appuyant sur un parti dynamique en matière d’enseignement.

Quelle(s) position(s) face au programme commun de gouvernement ? (1972-1975)

  • 9 Entretien avec Jacques Guyard, 4 mai 2010, et avec Pierre Juquin, 6 juin 2010.

12Les questions éducatives, pour nombre de négociateurs9, n’ont pas été les plus débattues lors de la négociation du programme commun. Elles tiennent d’ailleurs une place minime, même si le rappel de la priorité à l’Éducation nationale et du projet Langevin-Wallon est fait.

13De fait, la réaction de la FEN ne se limite pas aux aspects proprement éducatifs du projet, et bien au contraire, s’étend à l’ensemble de la configuration nouvelle entraînée par le PCG. Trois axes peuvent être mis en avant pour la majorité fédérale.

14La première variable est constituée par les conséquences politico-syndicales du programme commun au sein de la FEN. Pour la minorité Unité et action, le soutien à celui-ci est un moyen d’attaquer une direction socialisante qui refuse de s’ouvrir aux minorités. Si le PCG permet l’alliance des gauches, la FEN doit devenir une structure à la direction hétérogène. Or, la majorité de la FEN tient à contrôler l’appareil fédéral. Le programme commun devient un instrument de conflit au sein de la FEN. De plus, celui-ci intervient dans un contexte où la majorité fédérale s’effrite, notamment face à la minorité communisante (voir graphique suivant). De ce fait, la majorité fédérale accepte d’autant plus mal le PCG que celui-ci est perçu, peu ou prou, comme un élément favorable à Unité et action.

Tableau I. – Résultats des élections internes de la FEN, 1969-1978.

  • 10 Bureau national du 7 septembre, École libératrice no 2, 22 septembre 1972.
  • 11 Déclaration de Pierre Juquin, Le Monde, 20 octobre 1973.

15Le second axe est proprement pédagogique, et concerne plus particulièrement le grand syndicat de la FEN, le SNI. La majorité de celui-ci refuse les propositions éducatives faites par le programme commun, notamment sur le plan de la formation des maîtres (que le PCG veut avant tout universitaire). Le désaccord est d’ailleurs reconnu par son secrétaire général, André Ouliac, lors du bureau national du 7 septembre 197210. La direction du SNI prend la mesure de l’isolement dans lequel se trouve son propre projet éducatif d’école fondamentale. Même le PS lui semble de plus en plus influencé par la minorité de la FEN – dominante parmi les enseignants du secondaire. En conséquence, en 1973, le SNI favorise, en lien avec des militants du CERES, l’émergence d’un mouvement à la frontière entre le champ syndical et le champ politique, École et socialisme. Celui-ci, d’abord association, fonde une revue éponyme, pédagogiquement créative, dont le but est la promotion au sein du PS de l’école fondamentale. On peut souligner que la minorité de la FEN et le PCF11 sont particulièrement acerbes vis-à-vis de ce projet pédagogique et de la direction du SNI elle-même :

« Si le SNI s’oppose, en fait, au programme commun, ce n’est pas seulement sur le terrain de l’école ou sur le terrain de l’indépendance syndicale (garantie par ailleurs vigoureusement par le programme). Il refuse en vérité, les changements fondamentaux dans la société en drapant cette attitude réactionnaire dans une phraséologie démagogique et pseudo-humaniste. »

  • 12 Synthèse flash (revue poperéniste), no 99, 31 août 1974 (Archives Ours). Entretien avec Guy Georges (...)
  • 13 Cheramy, R., 25 ans d’unité sociale, Paris, L’Épi, 1974, p. 121.

16La troisième variable est l’existence d’une nouvelle configuration politico-syndicale induite par le PCG. Pour la FEN, la situation traditionnelle était, au sein de la famille non communiste, une proximité triangulaire entre elle-même, Force ouvrière et la SFIO. Or, cette alliance, fondée en particulier sur la défense commune de la laïcité et de l’indépendance syndicale, s’érode avec le programme commun. Désormais, la CFDT se rapproche de manière nette du PS, et son poids – militant, mais aussi idéologique – chez les socialistes va croissant. De plus, la politisation de la CFDT, véritable « parti syndical », incommode des dirigeants de la FEN, sourcilleux sur le respect de la charte d’Amiens... et soucieux de ne pas voir la confédération prendre trop d’influence au sein du PS12. Comme le souligne un cadre majoritaire de la FEN : « Des divergences subsistent en particulier sur l’engagement politique du mouvement syndical, la FEN restant plus circonspecte que la CFDT13. »

  • 14 Louis Astre, entretien du 28 avril 2010.
  • 15 Déclaration d’André Henry, Le Monde, 6 octobre 1976.
  • 16 Jean Petite (secrétaire général adjoint du Snes), entretien du 13 janvier 2009.

17Si la FEN établit de meilleures relations avec la CFDT, elle continue à refuser toute légitimité à son syndicat enseignant, le SGEN. Ce dernier est d’ailleurs interdit de présence ès qualités au colloque du Cnal de mai 197214. André Henry n’hésite pas, en 1976, à qualifier le SGEN d’« anomalie syndicale15 », coupable d’empêcher l’unité au sein de l’Éducation nationale et de propager une critique radicale de l’école républicaine. A contrario, la minorité Unité et action a une vision plus favorable de la CFDT au nom de l’accord syndical entre CFDT et CGT établi depuis 1966. De plus, Unité et action, à la tête du SNES, a une certaine habitude de l’action commune avec le SGEN16, n’entretenant pas l’hostilité à son encontre, qui se donne libre cours au sein de la majorité de la FEN. Pour certains cadres majoritaires de la FEN, la CFDT est non seulement coupable de diviser le monde enseignant via son syndicat, le SGEN, mais constitue de plus un concurrent syndical au sein du PS. Sans que cela ne soit dit ouvertement, la CFDT est aussi perçue comme remettant en cause le fond commun aux militants de la FEN, la laïcité et l’attachement profond à l’école républicaine.

  • 17 Déclaration de la FEN « La FEN et le programme commun de gouvernement PS-PC », 8 septembre 1972.
  • 18 Déclaration de Daniel Renard pour Unité et action, 8 septembre 1972 (Enseignement public, no 1, se (...)

18Comment la FEN a-t-elle officiellement réagi au programme commun ? Le débat interne s’engage rapidement sur la question, notamment lors d’une réunion fédérale le 8 septembre 1972. Outre les trois axes évoqués (rapports de forces entre courants, projet éducatif du PCG et question de la CFDT), la dialectique du rapport entre champ syndical et champ partisan est une matrice fondamentale des débats internes. Pour la majorité fédérale, la FEN n’est pas « apolitique » selon l’expression de son secrétaire général James Marangé, mais ne peut s’engager sur une plateforme gouvernementale. Marangé pointe en particulier le danger pour une organisation syndicale de se « retrouver liée à l’application d’un programme ». La majorité vote une déclaration officielle reconnaissant à la fois l’importance historique du PCG17, tout en rappelant l’impérative indépendance syndicale. La minorité Unité et action dénonce un refus de prendre position, mettant la FEN en marge de l’union de la gauche. Le PCG cristallise les clivages entre une majorité réaffirmant la charte d’Amiens – et le refus de prendre position sur un programme de gouvernement – et une minorité Unité et action qui y voit un accord mobilisateur pour l’action syndicale elle-même18 :

« Ce qui importe, c’est d’abord de le [le PCG] faire triompher car la perspective ne se concrétisera pas toute seule, sans un mouvement de masse. La FEN ne peut rester dehors sans trahir. »

19Les réactions des autres minorités de la FEN sont intéressantes. La tendance École émancipée (proche de la LCR) est hostile à l’électoralisme et au réformisme du PCG, condamnant celui-ci. La tendance Front unique ouvrier (lambertiste) reconnaît, par contre, dans des termes très proches de la majorité fédérale, « l’importance historique » de l’accord électoral entre PCF et PS. L’extrême gauche est donc elle aussi divisée sur le PCG, du fait d’une analyse stratégique sur l’accord plutôt que sur les propositions (notamment éducatives) du texte.

  • 19 Déclaration de la FEN « La FEN et le programme commun », Enseignement public, no 5, février 1973.
  • 20 Éditorial de Marangé, J., Enseignement public no 5, février 1973.

20La majorité souhaite éviter d’apparaître comme étant hostile au programme commun – même si une partie d’entre elle, notamment au SNI, ne peut cautionner les propositions pédagogiques du texte. Dès lors, elle accepte de rédiger une nouvelle déclaration début 1973, votée par la majorité et Unité et action, qui apparaît plus chaleureuse vis-à-vis du programme commun19. Dans un éditorial au titre significatif, « Impossible silence », James Marangé20 affirme sa vision favorable au PCG, qualifié d’« alternative démocratique ouvrant la voie aux changements profonds auxquels aspire le mouvement syndical ».

  • 21 L’Enseignement public, no 3, novembre 1973.

21Pourquoi un tel changement ? Sur le fond, la majorité de la FEN n’a rien cédé sur la question de l’indépendance syndicale, soigneusement rappelée à chaque jugement positif du programme commun. Il s’est agi pour elle de refaire l’unité, et de ne pas continuer à être attaquée par Unité et Action, qui utilisait l’accord entre PS, PCF et radicaux de gauche comme une arme dans les débats internes. En novembre 1973, à l’occasion du congrès de la FEN, UID et UA publient tous deux des motions d’orientation reconnaissant l’importance du programme commun dans la lutte syndicale21. Indéniablement, la logique unitaire de la FEN elle-même intervient : comment la « maison de la gauche » pourrait-elle refuser l’union politique de celle-ci ?

  • 22 Marangé, J., De Jules Ferry à Ivan Illich, Paris, Stock, 1976, p. 108.

22L’analyse est aussi plus politique : le PCG, loin de favoriser uniquement le PCF, correspond à une montée électorale du PS dès 1973. De fait, la majorité de la FEN appréhende mieux le pari mitterrandien de l’alliance avec les communistes. Cette remontée de la gauche non communiste favorise un rapprochement de plus en plus net entre le PS et la majorité de la FEN, ce qui n’est pas sans être paradoxal pour celle-ci, tenant le discours de la séparation entre le syndicat et le parti. En mai 1974, James Marangé – poussé par une partie de l’appareil de la fédération – participe ainsi à un meeting lyonnais de soutien à François Mitterrand. Il justifie cette concession « à la limite » de la charte d’Amiens, en l’expliquant par la pression des partis de gauche et du monde syndical dans le cadre du PCG22 :

« Il s’agissait d’une ultime concession des représentants de la FEN, au cours d’une réunion tenue quelques jours plus tôt, cité Malesherbes, à l’initiative du PS. Réunion difficile, où nous subîmes l’assaut des représentants des autres organisations qui, tous, nous demandaient de nous engager aux côtés des partis politiques dans la phase décisive de la campagne pour le candidat commun de la gauche. »

  • 23 Henry, A., L’Enseignement public, no 3, novembre 1973.

23Quelle que soit l’explication de cette évolution, la FEN participe désormais publiquement à l’unité de la gauche. Certains cadres de la FEN – on peut citer Louis Astre ou Jean Petite – participent d’ailleurs dans différentes positions à l’équipe de campagne de François Mitterrand, lors de l’élection présidentielle de 1974. La position de la fédération est en quelque sorte intermédiaire, pour reprendre l’image de Robert Chéramy, cadre de la FEN, entre des syndicats pleinement politisés (CGT, CFDT) et l’apolitisme farouche de Force ouvrière. Politique sans être partisane, la FEN se rapproche donc du programme commun, affirme le caractère « socialiste23 » de son idéal, tout en réaffirmant en permanence son indépendance syndicale. L’évolution sur ce point est d’ailleurs concomitante d’un apaisement certain entre la majorité et Unité et action sur la question du PCG.

Le programme commun, catalyseur des mutations et des conflits au sein de la FEN (1975-1978)

  • 24 Cheramy, R., ibid., p. 143-144.
  • 25 Intervention de Louis Le Tonturier, discussion du rapport d’activité de la FEN, 28 novembre 1973, (...)

24En 1972, le programme commun est signé alors que les rapports de forces semblaient changer au sein de la FEN. La minorité communisante progressait régulièrement depuis la fin des années 1960, conquérant plusieurs syndicats, alors que la majorité s’effritait, y compris dans son bastion historique du SNI. À partir de 1973, la tendance s’inverse (voir schéma précédent) : UID progresse à nouveau, alors qu’Unité et action stagne. Pour beaucoup d’observateurs, certes, il ne faut lier trop mécaniquement les courants de la FEN et les partis politiques de gauche24. Néanmoins, la concomitance entre le raffermissement de la majorité fédérale et les succès électoraux croissants du PS est frappante, y compris pour les observateurs de l’époque. À partir de 1974, au sein des débats de la FEN, la majorité UID peut s’appuyer sur le programme commun pour critiquer Unité et action. En effet, elle peut d’autant plus se prévaloir de l’union de la gauche que celle-ci profite au socialisme démocratique. C’est d’ailleurs un cadre de la majorité de la FEN, Paul-Louis Le Tonturier, qui retourne la rhétorique de la minorité contre elle25 en soulignant que la FEN est la « maison commune » de la gauche. Ce serait désormais la minorité Unité et action qui risque de faire éclater celle-ci, et donc de faire ipso facto du tort à l’union de la gauche.

  • 26 Henry, A., Conquérir l’avenir. La FEN de 1974 à 1981, Paris, CIEM, 1992 et entretien avec Guy Georg (...)

25Ce retournement discursif traduit une évolution générationnelle au sein de la majorité de la FEN. Aussi bien à la tête du SNI que de la FEN, arrivent des militants qui ont accepté le congrès d’Épinay, et qui ont fait le pari de la majorité mitterrandienne au sein du PS. C’est le cas d’André Henry pour la FEN en 1974, et de Guy Georges pour le SNI en 1976. Les deux ont participé à École et socialisme, et n’ont pas les préventions d’une partie de la majorité de la FEN vis-à-vis de François Mitterrand26. Entre la majorité de la FEN et le PS, la proximité est symbolisée par la rencontre commune, le 15 mars 1975, qui souligne l’ampleur des convergences entre les deux organisations.

  • 27 Déclaration de Pierre Mauroy à « La journée des enseignants socialistes » de Clichy-la-Garenne (11 (...)

26Cette convergence est telle qu’il existe des phénomènes de « sub-alliances » entre des secteurs de la majorité de la FEN et des courants du PS, particulièrement le CERES. Ainsi, en février 1975, apparaît au sein du Snes une tendance intitulée Unité et rénovation, dont beaucoup de membres sont proches ou actifs au sein d’École et socialisme et du courant chevènementiste. Cette tentative échoue rapidement : ni la direction de la FEN, alertée par le risque de division de la majorité, ni la direction du PS, pour qui le CERES est désormais dans l’opposition depuis le congrès de Pau début 1975, ne l’acceptent. Cette tentative cependant montre la proximité évidente entre militants socialistes et membres de la FEN, dans une alliance politico-syndicale d’une ampleur sans précédent dans l’histoire des deux organisations. C’est d’ailleurs à la suite de l’affaire Unité et rénovation que la majorité du PS choisit d’organiser, à Clichy-La-Garenne, en mai 1975, une « journée des enseignants socialistes ». Pierre Mauroy et François Mitterrand y participent, appelant les militants socialistes engagés à la FEN à ne pas affaiblir la majorité de la FEN, décrite ouvertement comme un allié face au PCF : « Tout renversement de tendance [au sein de la FEN] entraînerait un affaiblissement du PS au profit de nos partenaires de l’union de la gauche27. » Cette déclaration venue du plus haut niveau du PS souligne l’alliance sans précédent qui existe entre les majorités de la fédération et du PS.

  • 28 Henry, A., L’Enseignement public, 12 juin 1975.

27Dès lors, le PCF et la minorité Unité et action critiquent ce rapprochement, dénonçant les atteintes à l’esprit de la charte d’Amiens. L’Humanité du 23 mai 1975 titre ainsi, à la suite de la journée des enseignants socialistes, sur ce qu’elle considère être la soumission de la fédération aux socialistes : « Les dirigeants de la FEN acceptent que le syndicat soit une “courroie de transmission” du PS. » L’accusation est intéressante : elle retourne contre le PS une accusation souvent faite au PCF vis-à-vis de la CGT. Dans les débats internes, UID se défend désormais de toute collusion politique, tout en continuant de dénoncer celle supposée exister entre la minorité de la FEN et le PCF28.

  • 29 Catoire, G. (cadre de la Délégation nationale du PS à l’Éducation nationale, futur maire de Clichy- (...)
  • 30 Daniel Renard, entretien, 27 avril 2010.

28De ce fait, le PCG cristallise à la fois le rapprochement entre champ syndical et champ partisan, mais aussi le durcissement des relations entre courants de la FEN. Celui-ci est parallèle aux tensions croissantes entre les partenaires du programme commun durant les années 1975-1977, voire les traduit partiellement. De ce point de vue, Unité et action, où se retrouvent communistes et socialistes, souffre nettement lors de la période. En effet, certains militants socialistes présents dans la minorité se retrouvaient parfois dans une situation complexe, pris au sein d’Unité et action dans le conflit croissant entre PS et PCF29. Pour les militants communistes au sein de la FEN, il apparaît de plus en plus clairement que le programme commun profite avant tout au PS30.

  • 31 Mexandeau, L., Quilliot, R., Libérer l’école. Plan socialiste pour l’Éducation nationale, Paris, Fl (...)

29Paradoxalement, il persiste chez certains membres de la majorité une hostilité diffuse vis-à-vis du programme commun. André Henry souligne ainsi dans son autobiographie que celui-ci restait pour lui une épine dans le pied, car utilisé par Unité et action pour légitimer l’alliance entre socialistes et communistes au sein de la FEN. Il révèle surtout la faiblesse de l’appareil fédéral, qui ne dispose pas d’un projet éducatif propre. À partir de 1976, la fédération en élabore un, l’école permanente, qui élargit le projet d’école fondamentale du SNI avec la formation tout au long de la vie. Plus important, le SNI réussit à influencer profondément le programme éducatif du PS paru en 197731, qui reprend son idée d’un grand cycle unifié allant de 6 ans à 16 ans. La concomitance entre courants de la fédération et clivages partisans s’accroît donc par rapport à l’époque de la signature du PCG : la majorité de la FEN a désormais un débouché pour ses propositions pédagogico-syndicales avec le PS, alors qu’Unité et action a avant tout pour débouché de ses propositions le PCF. De tous les points de vue, le programme commun a catalysé les dynamiques de clivage au sein de la « forteresse enseignante » après 1975.

En conclusion

  • 32 Le Matin, « Des reclassements dus à la querelle PC-PS », 30 janvier 1978.
  • 33 Aubert, V., Bergounioux, A., Martin, J.-P., Mouriaux, R., La Forteresse enseignante. La Fédération (...)

30C’est dans un climat de fortes tensions au sein de la FEN que survient l’éclatement du programme commun en 1977. En février 1978, André Henry impute au PCF la rupture du Programme commun lors du congrès de la FEN à Nantes. De manière intéressante, pour les observateurs de l’époque, la fédération est de ce point de vue un véritable « miroir de la gauche32 » française, marquée par les conflits entre socialistes et communistes. Pour André Henry, la fin du programme commun traduit une certaine clarification interne, positive de son point de vue. Paradoxalement, la maison commune de la gauche n’a pas été plus unifiée par le programme commun. En effet, celui-ci a cristallisé et durci les oppositions corporatives, syndicales, politiques au sein de la FEN : le conflit central entre le Snes et le SNI a été aggravé par la nécessité, pour les deux syndicats, de promouvoir leurs projets éducatifs concurrents. De même, la volonté au sein de la majorité fédérale d’affermir la relation avec le PS – après une période d’hésitations suite au congrès d’Épinay – a favorisé une concurrence sans précédent entre l’appareil fédéral de la FEN et le bastion de la majorité, le SNI. De ce point de vue, le PCG a été un moment décisif de l’histoire de la FEN, alors même qu’elle n’a pas participé officiellement et formellement à son existence. Il a favorisé, sinon créé, les déséquilibres et les conflits au sein de la « forteresse enseignante33 », ceux-ci étant d’ailleurs accrus par l’expérience de gouvernement socialiste. L’unité de la gauche a changé définitivement l’économie interne de la maison de la gauche, jusqu’à son éclatement en 1992.

Notes

1 Témoignage d’André Henry, secrétaire général de la FEN, 1974-198, cité par Brucy, G., Histoire de la FEN, Paris, Belin, 2000.

2 Mollet, G., Les Communistes et nous, 1964 (archives 2RE, Fondation Jean-Jaurès).

3 Voir par exemple l’éditorial de Marange, J. (secrétaire général de la FEN, 1967-1974), L’Enseignement public, no 9, mai 1967.

4 Louis Astre, entretien du 28 avril 2010.

5 Voir le rappel des organisations à la fin du texte.

6 Circulaire du PS, 4 mai 1970 (2 RE, Fondation Jean-Jaurès). Voir entretien avec Jacques Guyard (responsable PS), 4 mai 2010.

7 Daniel Renard (responsable Unité et action au sein du SNI), entretien, 27 avril 2010.

8 Pierre Juquin (responsable éducatif du PCF), entretien du 6 juin 2010.

9 Entretien avec Jacques Guyard, 4 mai 2010, et avec Pierre Juquin, 6 juin 2010.

10 Bureau national du 7 septembre, École libératrice no 2, 22 septembre 1972.

11 Déclaration de Pierre Juquin, Le Monde, 20 octobre 1973.

12 Synthèse flash (revue poperéniste), no 99, 31 août 1974 (Archives Ours). Entretien avec Guy Georges (Secrétaire général du SNI-PEGC), 17 juin 2009.

13 Cheramy, R., 25 ans d’unité sociale, Paris, L’Épi, 1974, p. 121.

14 Louis Astre, entretien du 28 avril 2010.

15 Déclaration d’André Henry, Le Monde, 6 octobre 1976.

16 Jean Petite (secrétaire général adjoint du Snes), entretien du 13 janvier 2009.

17 Déclaration de la FEN « La FEN et le programme commun de gouvernement PS-PC », 8 septembre 1972.

18 Déclaration de Daniel Renard pour Unité et action, 8 septembre 1972 (Enseignement public, no 1, septembre 1972).

19 Déclaration de la FEN « La FEN et le programme commun », Enseignement public, no 5, février 1973.

20 Éditorial de Marangé, J., Enseignement public no 5, février 1973.

21 L’Enseignement public, no 3, novembre 1973.

22 Marangé, J., De Jules Ferry à Ivan Illich, Paris, Stock, 1976, p. 108.

23 Henry, A., L’Enseignement public, no 3, novembre 1973.

24 Cheramy, R., ibid., p. 143-144.

25 Intervention de Louis Le Tonturier, discussion du rapport d’activité de la FEN, 28 novembre 1973, Enseignement public, janvier 1974.

26 Henry, A., Conquérir l’avenir. La FEN de 1974 à 1981, Paris, CIEM, 1992 et entretien avec Guy Georges du 17 juin 2009.

27 Déclaration de Pierre Mauroy à « La journée des enseignants socialistes » de Clichy-la-Garenne (11 mai 1975).

28 Henry, A., L’Enseignement public, 12 juin 1975.

29 Catoire, G. (cadre de la Délégation nationale du PS à l’Éducation nationale, futur maire de Clichy-la-Garenne), « L’unité se joue là aussi », Le Monde, mardi 29 janvier 1980.

30 Daniel Renard, entretien, 27 avril 2010.

31 Mexandeau, L., Quilliot, R., Libérer l’école. Plan socialiste pour l’Éducation nationale, Paris, Flammarion, 1978.

32 Le Matin, « Des reclassements dus à la querelle PC-PS », 30 janvier 1978.

33 Aubert, V., Bergounioux, A., Martin, J.-P., Mouriaux, R., La Forteresse enseignante. La Fédération de l’Éducation nationale, Paris, Fayard, 1985.

Table des illustrations

Légende Tableau I. – Résultats des élections internes de la FEN, 1969-1978.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129159/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

Auteur

Enseignant d’histoire, académie de Créteil, doctorant au Centre d’histoire de Sciences Po

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540