Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Deuxième partie. Regards sur le programme commun

Convaincre du programme commun ? François Mitterrand et les grands partis socialistes européens

Gilles Vergnon

Texte intégral

  • 1 Ce point est bien mis en lumière par Flandre, Chr., Socialisme ou social-démocratie. Regards crois (...)
  • 2 Brandt, W., Mémoires, Paris, Albin Michel, 1990, p. 399 ; Mitterrand, Fr., Mémoires interrompus, Pa (...)

1L’objet de cette étude est de tenter de produire une analyse des relations que nouent dans les années phares du programme commun, de 1972 à 1976, François Mitterrand et le PS, d’une part avec l’Internationale socialiste, d’autre part avec les principaux partis socialistes et social-démocrates d’Europe. L’arrivée d’une nouvelle équipe de direction après Épinay, même équilibrée par le maintien au secrétariat international de Robert Pontillon et de cadres issus de la SFIO1, et surtout la signature d’un accord de gouvernement avec le PCF ne peuvent manquer de produire « curiosité et défiance », comme l’écrira plus tard François Mitterrand, ou au minimum « préoccupation et incrédulité » selon l’expression de Willy Brandt2. En l’absence de consultation d’archives étrangères, mais en s’appuyant sur le fonds Robert-Pontillon et le fonds du secrétariat aux Relations internationales du PS conservé au centre d’archives socialistes, cette analyse sera menée à deux niveaux : celui des rapports avec l’Internationale et celui des rapports avec les partis nationaux dont on tentera de faire une typologie.

François Mitterrand et le congrès de Vienne de l’Internationale socialiste (juin 1972)

  • 3 Congrès d’Épinay, compte-rendu sténographique, base de données des débats socialistes, Fondation J (...)
  • 4 « D’accord avec l’accord », L’Unité, no 24, 7 juillet 1972. Le même numéro publie un article sur l (...)

2La signature du programme commun de gouvernement, le 27 juin 1972 à Paris est concomitante à la tenue à Vienne du 12e congrès de l’Internationale socialiste (IS), en présence de chefs de parti qui sont, pour certains, en position de chefs de gouvernement dans leurs pays respectifs : Bruno Kreisky en Autriche, Willy Brandt en Allemagne, Olof Palme en Suède, Jens-Otto Krag au Danemark et Trygve Bratelli en Norvège, sans compter Golda Meir en Israël, qui est alors une figure du socialisme international. Pour le PS d’Épinay et son premier secrétaire, François Mitterrand, ce congrès de l’Internationale est le premier. Le congrès d’Épinay, contrairement à certaines légendes, ne discute guère des questions internationales, même si une intervention de Robert Verdier qui appelle à « ne pas prendre de trop haut » des partis qui « dans leur pays représentent l’ensemble de la classe ouvrière et l’ensemble de la gauche » permet de confirmer l’adhésion du nouveau PS à l’IS3. Le nouvel hebdomadaire du PS, L’Unité, ne consacre aucun compte-rendu au congrès de Vienne et ne cite dans sa revue de la presse étrangère à propos de la signature du programme commun aucun journal socialiste étranger, mais le quotidien communiste italien L’Unita, le quotidien britannique The Guardian, présenté bien abusivement comme « quotidien travailliste de Manchester » et la Frankfurter Rundschau4.

  • 5 Dossier de presse, septembre 1971, Centre d’archives socialistes (CAS)/fonds Pontillon (FP) 8 FP 7 (...)

3L’Internationale socialiste des années 1970 a sans doute piètre réputation auprès des socialistes français de la « génération d’Épinay » et plus d’un se reconnaîtrait dans ces propos de Josette Alia du Nouvel Observateur qui, à propos de la conférence des leaders de l’IS à Salzbourg en septembre 1971 parle de « concile de hauts dignitaires » et de « socialisme délavé à tel point […] que le PS français, dans tout ce rose ambiant, fait figure d’extrême gauche5 ». L’insertion du PS dans l’Internationale repose de fait sur l’action d’une poignée de dirigeants, dans l’indifférence de la majorité des adhérents et sans que la presse du parti, comme on le voit à propos du congrès de Vienne, ne relaye réellement cette action.

  • 6 Ibid., septembre 1971, note du secrétariat international aux membres du comité directeur.
  • 7 Ibid.

4Le congrès de Vienne n’est pas la première rencontre internationale à laquelle participent les socialistes français depuis 1971. Il a été précédé par le conseil général d’Helsinki, du 25 au 27 mai 1971, où participent Robert Pontillon et Robert Verdier, et qui ratifie l’adhésion du PS à l’Internationale, puis, en septembre, par la conférence des leaders à Salzbourg à laquelle participe pour la première fois François Mitterrand accueilli, selon le secrétariat international du PS, par « une manifestation active de sympathie6 ». Dès ce moment, Mitterrand propose une version « instrumentale » de l’union de la gauche justifiée par l’état des rapports politiques en France. Selon le résumé de son intervention par le secrétariat international, la victoire de l’opposition n’est possible qu’à deux conditions : mettre le PS « en tête des luttes sociales de façon moderne » et « disputer le leadership au PCF, donc se placer en concurrent non par l’alliance avec les conservateurs mais sur le plan social, tout en maintenant l’union de la gauche, ce que [les socialistes font] avec un certain succès7 ». C’est le même discours qui sera délivré au congrès de Vienne, devant un public plus large, avec des enjeux médiatiques et politiques plus importants. Ces enjeux sont bien décrits dans une note manuscrite, sans doute de la main de Robert Pontillon :

  • 8 Notes manuscrites non signées, non datées (et parfois difficilement déchiffrables), CAS/fonds Rela (...)

« “C’était la rentrée du PS nouveau dans l’IS. Il y avait une sorte d’examen de passage à franchir, une condition (?) à satisfaire : ce nouveau parti très social-démocrate dans ses attitudes, mais qui mène un flirt excessif avec le PC. Il fallait non seulement se présenter, mais aussi expliquer, ce qui fut fait avec bonheur par François Mitterrand au congrès […] L’important est moins en séance que dans les couloirs et dans les rencontres marginales [sic]”, car l’IS est “une confédération de partis et un vaste forum international”8. »

  • 9 Scheuer, G., « Oppositionspakt der Linken », Arbeiterzeitung, 28 juin 1972 ; « Très exact’ sagte Mi (...)
  • 10 Circulaire de l’IS, 8 octobre 1971, CAS/RI, dossier « Congrès de Vienne/préparation », 60 RI (BP) (...)

5François Mitterrand, arrivé à Vienne le 27 juin, accompagné par Robert Pontillon et Alain Savary, et immédiatement après la signature de l’accord de gouvernement avec le PCF, déclare le soir même dans une interview au quotidien social-démocrate autrichien l’Arbeiterzeitung se refuser à tout commentaire à l’étranger sur le programme commun avant son retour en France, mais concède le lendemain au même journal qu’il dira « quelques mots » dans son discours au congrès9, annoncé sur « une politique socialiste pour l’Europe » mais presque intégralement consacré à la situation française10. La teneur exacte des propos de François Mitterrand dans ce discours du 28 juin est devenue un enjeu politique quelques années plus tard quand, en 1975, le PCF publie la célèbre brochure d’Étienne Fajon, L’union est un combat, avec le rapport inédit de Georges Marchais au comité central des 29 et 30 juin 1972. Celui-ci incrimine une phrase citée alors dans une dépêche de l’AFP où Mitterrand déclare :

  • 11 « Rapport de G. Marchais au comité central du PCF (juin 1972) », Fajon, É.. L’union est un combat. (...)

« Notre objectif fondamental, c’est de refaire un grand PS sur le terrain occupé par le PC lui-même, afin de faire la démonstration que sur les cinq millions d’électeurs communistes, trois peuvent voter socialiste11. »

  • 12 « M. Mitterrand : notre objectif est de refaire un grand PS sur le terrain occupé par le PC », Le (...)
  • 13 L’Humanité, 30 juin 1972. Interrogé le jour même lors d’une conférence de presse sur la « compatibi (...)

6Ces propos sont d’ailleurs mentionnés, en pages intérieures, dans L’Humanité du 30 juin 1972 et attribués « aux journaux d’hier qui rapportaient une dépêche de l’AFP de la veille dont [on n’avait] pas fait état ». Ils ont été effectivement reproduits dans Le Monde de la veille qui a choisi de leur accorder une large place12. Le quotidien communiste choisit, lui, de ne pas insister, notant que le « vœu » de François Mitterrand « [lui] paraît davantage relever de l’utopie que de la réalité », et rappelant que « l’objectif fondamental » doit être de « gagner […] des millions d’électeurs qui se traînent encore sous l’influence de la réaction13 ».

  • 14 Mitterrand, Fr., « A common programm for a better life », Socialist International, Reports of the (...)
  • 15 « Socialist policy for Europe », Congress Vienna, Speech François Mitterrand, IISG Amsterdam, Soci (...)
  • 16 « Il faut d’abord songer à conquérir ou à reconquérir le terrain perdu sur les communistes » car « (...)

7Or, l’enjeu politique de ces propos est aussi un enjeu historiographique, car les deux versions intégrales du discours de François Mitterrand que nous avons pu consulter, l’une reproduite (en anglais !) par Socialist International, la revue de l’IS, sous le titre « A common programm for a better life14 », l’autre dans le compte-rendu sténographique du congrès qui figure dans les archives de l’IS conservées par l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam15, diffèrent sur des points importants de la version donnée par Le Monde et n’intègrent pas la célèbre phrase sur les « cinq millions » d’électeurs communistes… laquelle était en revanche bien présente, sous une forme légèrement différente, dans son discours à Épinay16 !

  • 17 Nous utilisions la version d’Amsterdam, qui se présente comme un compte-rendu sténographique en an (...)
  • 18 « Speech Fr. Mitterrand », IISG. La version de Socialist International est plus précise sur ce poi (...)

8Le texte d’Amsterdam est essentiellement un long exposé de la situation intérieure française destinée à informer et à convaincre les délégués présents et la presse, et qui tranche nettement sur les autres rapports centrés sur des questions de politique internationale17. Présentant un paysage politique bipolarisé, sans opposition de droite à la présidence de Georges Pompidou, il décrit une gauche composée de trois groupes, « deux groupes classiques » représentés par les partis socialiste et communiste, et une extrême gauche qui constitue « un pouvoir idéologique que l’on ne peut négliger18 ». Revenant sur les relations entre socialistes et communistes, et les trois phases pendant lesquelles ils furent alliés (1934, 1945 et 1972), il rappelle que son but est de construire un « grand PS », ce qui ne peut se faire sans montrer que les socialistes sont mieux à même que les communistes de prendre en compte « les demandes des masses » et, du coup, modifier la situation où le PCF « était la seule alternative ». Il entend enfin démontrer que le programme commun reflète pour l’essentiel le point de vue socialiste, en particulier à propos de la poursuite de la construction européenne et des libertés publiques.

  • 19 L’audition des enregistrements des interventions au congrès, conservés à l’IISG, permettrait de cl (...)
  • 20 Lettre de Bruno Pittermann, président de l’IS, à François Mitterrand, 2 août 1972, CAS/RI, 60 RI ( (...)
  • 21 La Nation, 28 décembre 1972, dossier de presse CAS/FP8 7/20. Dans un registre plus fleuri, le quoti (...)
  • 22 Lettre de Bruno Pittermann au PS, 30 octobre 1972, CAS/RI 60 RI (BP) 25.
  • 23 Padovani, M., « Les visiteurs de Mitterrand », Le Nouvel Observateur, janvier 1973, dossier de pres (...)

9Il est difficile, dans l’état actuel des sources, de trancher sur ce qu’a réellement dit à Vienne le premier secrétaire du PS. On ne peut raisonnablement mettre en doute les reportages des journalistes présents, qui ont entendu directement son discours. On peut penser que François Mitterrand a peut-être communiqué aux organisateurs du congrès un texte écrit dont il s’est écarté à l’oral, et/ou que la transcription sténographique fut incomplète19, mais cela ne modifie pas, de toute façon, le contenu fondamental d’une ligne politique déjà exposée depuis plusieurs mois. Il est également difficile, en l’absence de consultation des fonds d’archives étrangers, de connaître la réception de ce discours. Toujours est-il que le PS français devient (ou redevient) après Vienne un partenaire à part entière de la famille socialiste européenne. Chargé de représenter l’IS au congrès du PSOE de Toulouse (juillet 1972)20, il organise à son tour la conférence des leaders de l’Internationale à Paris les 12 et 13 janvier 1973. Le sens de l’opération, qui provoque la colère du gouvernement français et du président Pompidou qui refusent de recevoir avec les égards dus à leurs rangs les dirigeants socialistes qui sont des chefs de gouvernement (Kreisky, Palme), et les critiques acerbes de l’UDR qui stigmatise « un PS dangereusement compromis qui a besoin de se faire cautionner par d’authentiques sociaux-démocrates21 », n’échappe pas à la présidence de l’Internationale pour qui « la conférence […] doit devant l’opinion publique française apporter la preuve (Nachweis) que les partis socialistes d’Europe et d’Israël sont solidaires du pari socialiste français22 ». Même si les débats tournent autour des conflits du Vietnam et du Moyen-Orient et que François Mitterrand rappelle dans son discours inaugural qu’il « ne s’agit que de l’Internationale » (il ajoute : « En aucune façon il n’a été question de mêler les problèmes de notre politique intérieure, nous ne l’avons jamais fait, aux problèmes qui nous concernent »), il s’agit bien, à la veille des élections législatives de mars 1973, de légitimer la nouvelle direction socialiste qui peut, en cas de succès, espérer s’appuyer sur « un réseau complice […] avec les autres pays socialistes démocratiques » mais aussi, selon des propos prêtés par Le Nouvel Observateur à Charles Hernu, « équilibrer l’IC [sic !] par l’IS » et faire du réseau socialiste européen un contrepoids aux liens du PCF avec le bloc soviétique23.

Vu de Paris : géopolitique du socialisme européen et typologie des relations à établir

10Les partis socialistes d’Europe occidentale en 1972 occupent plusieurs positions : soit ils sont au pouvoir, comme en Autriche, en Allemagne fédérale et en Scandinavie (Danemark, Norvège et Suède) ou associés au pouvoir comme en Italie, soit ils sont dans l’opposition (Royaume-Uni, Pays-Bas et France), soit enfin ils sont dans l’illégalité, comme en Espagne et au Portugal. Mais, vu de Paris, cette différenciation par position est sans doute surdéterminée par une différenciation selon l’importance des défis et des problèmes qu’ils posent aux socialistes français et à François Mitterrand : défi idéologique des Suédois, défis de la puissance du SPD et du Labour party, anti-modèle des socialistes italiens et rapport diversifiés avec les autres partis.

Le défi idéologique du « modèle suédois » : se convaincre de sa propre originalité

  • 24 Parent, J., Le Modèle suédois, Paris, Calmann-Lévy, 1970. La collection « La Suède en questions » d (...)
  • 25 Jean-Jacques Servan-Schreiber consacre une note à « l’expérience suédoise » dans Le Défi américain (...)

11Les partis sociaux-démocrates de Scandinavie et, au premier chef, les Suédois, représentent un défi d’ordre idéologique ou programmatique. Le début des années 1970 marque sans doute en France le sommet de l’attraction du « modèle suédois » qui se traduit par une masse de publications, dont le livre éponyme de l’économiste Jean Parent et la création par l’éditeur Pierre Seghers d’une collection d’études, « La Suède en questions », exclusivement consacrée à ce pays24, mais aussi par la tentative, au centre et à droite, chez Jean-Jacques Servan-Schreiber et Georges Pompidou, de faire du « modèle suédois » un contre-socialisme25. François Mitterrand note ainsi dans son livre de 1973, La Rose au poing :

  • 26 Mitterrand, Fr., La Rose au poing, Paris, Flammarion, 1973, p. 148.

« M. Pompidou livre contre nous la guerre des modèles et, croyant nous gêner, oppose au programme commun le “modèle suédois”. Il y a en vérité dans le monde plusieurs sortes de socialisme. Le socialisme de type soviétique caractérisé par la propriété intégrale des moyens de production, de recherche et d’échange et par l’existence d’un parti unique, maître d’une bureaucratie fortement hiérarchisée et centralisée. Le socialisme scandinave qui met l’accent sur la redistribution des revenus, le socialisme yougoslave qui pratique l’autogestion au niveau des entreprises ou des groupes d’entreprises, le socialisme des pays en voie de développement dont la Chine offre l’exemple le plus achevé, le Chili le plus discuté26. »

  • 27 « Ni russe ni suédois », L’Unité, no 25, 14 juillet 1972.

12Il faut donc se déterminer par rapport à ce modèle et à son prestige, en affirmant de façon nette sa propre originalité. Cette préoccupation est constante alors dans tous les textes de François Mitterrand, qui écrit ainsi dans son « Bloc-notes » de L’Unité en juillet 1972 qu’« entre l’expérience russe fondée sur une collectivisation intégrale et l’expérience suédoise, que caractérise une rigoureuse et judicieuse redistribution des revenus, se dessine l’expérience française27 ».

  • 28 Rencontre franco-suédoise, janvier 1972, CAS 8 FP 7/160.

13Hasard ou conscience de l’importance du défi, c’est en tout cas à Stockholm, le 27 janvier 1972, que la nouvelle direction socialiste française tient sa première réunion bilatérale d’importance, avec la rencontre entre une délégation composée de François Mitterrand, Robert Pontillon et Gaston Defferre, et le Premier ministre Olof Palme. Le compte-rendu dactylographié montre un déséquilibre évident dans la discussion, Olof Palme répondant longuement et abondamment aux Français en position interrogative28. Après un long exposé d’Olof Palme sur la situation générale de son pays et les politiques suivies, François Mitterrand l’interroge ainsi sur l’éventuelle discordance entre politique sociale (« vous êtes très en avance sur le plan social ») et la « maîtrise de l’économie » (« vous laissez les monopoles subsister »), le Premier ministre répondant que le secteur public « représente 43 % du total » (de l’économie) avec l’éducation et la santé et que, selon la tradition social-démocrate, le contrôle est préféré à la nationalisation. François Mitterrand argue alors : « Un communiste vous dira que c’est nécessaire pour détruire la puissance économique du capital », suscitant une vive réplique du chef du gouvernement suédois : « Pour nous le problème n’est pas de détruire mais de créer une Suède plus socialiste que les pays soviétiques car le système est plus efficace et plus démocratique. » Pour autant, le « modèle suédois » reste le « meilleur rival », à la fois repoussoir et source d’inspiration pour la « troisième voie » française et on peut voir dans ces lignes de François Mitterrand en 1973 la poursuite du dialogue de Stockholm de 1972 :

  • 29 Mitterrand, Fr., op. cit., in n. 26, p. 150-151.

« Les socialistes français prennent leur miel où il est. Ils admirent le modèle scandinave, ce bel exemple de démocratie vécue. Mais ils s’inquiètent de ne pas le voir s’attaquer plus vigoureusement aux monopoles privés. Ils rejettent sans compromis possible le centralisme russe et son système politique, mais approuvent la mise hors d’état de nuire des maîtres de l’argent. Ils sont séduits par l’expérience yougoslave, mais mesurent ses énormes risques […]. Le programme commun esquisse les voies d’une démocratie supérieure aussi bien sur le plan politique que sur le plan économique. Il réalise une synthèse qui prépare les voies d’un “modèle” français29. »

Les socialistes italiens : faire-valoir et anti-modèle

  • 30 Mitterrand, Fr., Ici et Maintenant, Paris, Fayard, 1980, p. 65.
  • 31 Rencontre avec le PVDA, 28 septembre 1976, dossier « Pays-Bas », CAS/FP, 7/162.

14Avec les socialistes italiens, divisés entre PSI et PSDI et en situation d’infériorité structurelle et durable par rapport au PCI, il s’agit à la fois de se convaincre et de convaincre les autres grands partis sociaux-démocrates que l’Italie est un « anti-modèle » et, partant, un faire-valoir de la stratégie française d’union de la gauche, mais aussi de convaincre les socialistes italiens d’emprunter la voie « française ». Les écrits de François Mitterrand des années 1970 sont ainsi parsemés de références à cette « situation italienne, c’est-à-dire la coexistence d’un PC fort et d’un PS faible […] connue en France avant Épinay30 ». La référence italienne est aussi maniée de façon systématique dans les conversations avec des socialistes d’Europe du nord. Rencontrant à La Haye, en septembre 1976, une délégation du PVDA néerlandais, François Mitterrand explique que la SFIO, qui « avait perdu ses racines dans le monde du travail » et était devenue un « parti de fonctionnaires », « était dans la situation du PSI ». Il ajoute même que « si le PCF avait été plus évolutif », le PS lui-même serait « comme le PSI31 ». Quelques mois plus tard, dans une rencontre bilatérale avec le SPD, il rétorque à Hans Koschnick qui avait fait remarquer à ses interlocuteurs que « [leur] décision d’alliance avec le PC » posait problème : « La différence, c’est que vous avez critiqué votre choix, pas nous. » Il ajoute que, sans le choix de l’union de la gauche, le PCF « aurait connu les progrès du PCI. Valait-il mieux la situation italienne ? » ; et il continue :

  • 32 Rencontre avec le SPD, sd (probablement fin 1977 ou 1978), CAS/FP, dossier « SPD/PS » 7/156.

« Le PCF n’a pas raisonné comme nous mais comme vous. Ils ont pensé que l’union de la gauche serait notre écrasement, c’est pourquoi ils l’ont faite. Or c’est le contraire qui s’est passé… Les critiques du SPD marquent l’incompréhension de cette stratégie. L’autre issue ce n’était pas celle du SPD dominant la classe ouvrière, mais celle du PSDI32. »

15Du coup, la relation avec les socialistes italiens s’établit sur un mode de supériorité, sur le registre de la relation du professeur à l’élève, en des termes inversés par rapport aux Suédois. Une note du secrétariat international du PS de juillet 1975 estime :

  • 33 Note du 8 juillet 1975, CAS/FP, dossier « Italie », 7/169.

« Les Italiens ont le sentiment qu’il manque un grand leader faisant le poids devant Berlinguer. Ils nous envient beaucoup François Mitterrand et souhaiteraient bien avoir un leader comme le nôtre33. »

  • 34 Note sur l’entretien avec le PCI, Rome, 19 mai 1973, CAS/FP, dossier « Italie » 7/168.
  • 35 Entretien François Mitterrand– Bettino Craxi, 6 octobre 1976, CAS/FP 7/169.
  • 36 Bettino Craxi confie au passage que, selon les confidences de Giulio Andreotti, le PCI souhaitait (...)

16Une première rencontre en mai 1973 à Rome donne lieu à un communiqué commun sans qu’il ait été possible de retrouver le procès-verbal de la discussion. Elle a été précédée par une rencontre avec une délégation du PCI conduite par Enrico Berlinguer qui rappelle que « la question d’un programme commun n’est pas à l’ordre du jour » car en Italie, « l’alliance électorale des partis de gauche ne serait pas suffisante pour offrir une alternative34 ». On dispose cependant du compte-rendu détaillé d’une rencontre Mitterrand-Craxi en octobre 1976 où le premier revient une nouvelle fois sur sa stratégie, affirmant que si « Schmidt avait 6 millions d’électeurs communistes, ou il ne serait pas chancelier, ou il aurait fait le programme commun », relevant tout de même que les socialistes français ont la chance d’avoir un « PC sectaire », ce qui facilite la polarisation autour du PS35. Bettino Craxi expose ses projets, après le grave échec électoral du PSI (9,65 %) et le triomphe communiste en juin 1976 (34,4 %), de « rééquilibrer cette situation » en ne laissant pas aux communistes « le monopole de l’opposition », donc en refusant toute nouvelle participation gouvernementale36 et en « changeant l’image de marque du PSI ». Il est chaudement approuvé par le Français qui valide « la voie adroite du socialisme italien, ni le compromis à droite ni l’union programmatique avec le PCI » et lui confie : « Même problème chez nous. Partout où nous nous sommes renouvelés, nous gagnons. »

Les défis de la puissance

  • 37 Flandre, Chr., op. cit., in n. 1.

17Le SPD allemand incarne un tout autre type de défi, bien analysé dans l’ouvrage de Christelle Flandre : le défi de la puissance économique du pays, principal partenaire commercial de la France, mais aussi du parti qui apparaît avec le Radikalenerlass de janvier 1972, et malgré l’Ostpolitik comme le bastion de la « droite » social-démocrate en Europe et l’un des leaders de l’IS37. Il ne s’agit pas ici de relever un défi idéologique, d’apprendre du SPD ou de mener un débat d’idées avec lui, le SPD n’incarnant aucun « modèle » pour l’écrasante majorité des socialistes français, mais d’établir au mieux un rapport de forces avec un parti avec lequel il faut trouver un indispensable accommodement en le convainquant que l’union de la gauche ne met en péril ni la construction européenne, ni les fondements de l’économie de marché. Quant au Labour party d’Harold Wilson, dans l’opposition depuis 1970, mais en position de retour rapide aux affaires, il s’agit avant tout de se mettre d’accord sur la construction européenne, alors que l’adhésion en janvier 1972 du Royaume-Uni à la CEE soulève une forte opposition dans les rangs travaillistes. Il s’agit ici de convaincre de l’Europe plus que de convaincre du programme commun, mais il s’agit aussi de rapport de forces.

  • 38 Sur cette rencontre, voir Ibid., p. 83-89.
  • 39 Mitterrand, Fr., La Paille et le Grain, Paris, Flammarion, 1975, p. 181-182.
  • 40 Rencontre PS/SPD, Bonn, 22 juillet 1976, CAS/FP, dossier « Relations SPD/PS », 7/156. Willy Brandt (...)
  • 41 Rencontre PS/SPD non datée, CAS/FP, 7/156.

18La relation bilatérale avec le SPD tarde à se mettre en place, Willy Brandt n’ayant d’ailleurs même pas participé à la conférence des leaders de janvier 1973. Une première rencontre impliquant Willy Brandt et François Mitterrand à la tête de leurs délégations respectives à Bonn le 24 mai 1973 marque, sans accord sur le fond, la reconnaissance réciproque des deux partenaires38. François Mitterrand tire d’ailleurs, dans La Paille et le Grain, un bilan positif mais mitigé de la rencontre, relevant qu’« aujourd’hui l’Europe se fait ou se défait autour de l’Allemagne », que « l’Allemagne grandit à mesure que notre Europe rétrécit » mais que, « par chance, la présence de Willy Brandt et la maturité du SPD conjureront longtemps ce sort39 ». Dans une nouvelle rencontre en juillet 1976, Willy Brandt, qui n’est plus chancelier, affirme « comprendre les exigences de coalition électorale qui résultent des exigences de la situation française » mais demande en contrepartie que les socialistes français comprennent que « le problème des communistes en RFA se pose dans un contexte différent40 », mais la relation reste sous le double régime du rapport de forces et de l’examen de dossiers « techniques ». En 1977-1978 encore, les dirigeants du SPD ne sont toujours pas « convaincus » du programme commun, comme en témoignent les réunions de l’époque. François Mitterrand doit d’ailleurs rendre compte des tensions croissantes entre PS et PCF en proposant une typologie des différents partis communistes, distinguant le PC portugais qui « voulait le pouvoir économique par le coup d’État politique », le PCI et le PCE qui « veulent le pouvoir politique par le développement économique » et le PCF « qui oscille entre les deux41 ».

  • 42 Rencontre PS/Labour party, Londres, 24 septembre 1973, CAS/FP, 7/141.
  • 43 Notes de séance, Londres, 23 septembre 1976, Ibid.

19Les relations avec le Labour party relèvent aussi du rapport de forces à établir, même si la discussion ne porte pas tout à fait sur les mêmes objets. Une première rencontre bilatérale, à Londres le 21 septembre 1973, est l’occasion d’un vif échange sur l’Europe entre François Mitterrand et Ian Mikardo, de l’aile gauche du Labour, le Français rappelant que le PS n’a « pas à avoir de complexes |…] puisqu’il est le seul [parti] à avoir un pacte avec le PC », ce qui ne l’empêche pas d’accepter la construction européenne et d’inviter ses interlocuteurs à faire de même, quitte à agir ensemble pour la réorienter42. Une nouvelle rencontre en septembre 1976, après le retour au pouvoir des travaillistes en octobre 1974 et le succès du référendum sur l’adhésion à la CEE de 1975, est plus détendue, Anthony Crossland et James Callaghan demandant à Mitterrand d’expliquer sa stratégie et celui-ci assurant de ses « affinités avec les travaillistes » et du « besoin de rééquilibrer l’alliance allemande43 ». À la question :

« Vous m’avez dit que vous vouliez vous servir du PC ? », celui-ci répond : « Dans une première phase, il faut assurer la suprématie du PS […] ce qui crée toutes les conditions d’une dialectique historique différente. Si nous avons 30 %, nous aurons après 35 %. Et si nous avons 35 %, le PC n’existe plus, ce qui rendra au PS une totale autonomie. »

Les autres partis socialistes : des rapports diversifiés

  • 44 Communiqué commun PS/PSP, 4 octobre 1973, CAS/FP 7/177.

20Les socialistes portugais et espagnols, dans l’illégalité jusqu’en 1974 et 1976, représentent des enjeux différents, mais, dans les deux cas, secondaires au moment de la signature du programme commun. Il n’y a pas de vrai enjeu, politique ou symbolique, avec le PSP avant 1974, alors que le PSOE, au-delà de la forte dimension symbolique que représentent ces relations depuis la guerre d’Espagne, est susceptible d’être un acteur central de la sortie de la dictature, dans un pays frontalier et en plein décollage économique. Les relations avec les communistes, espagnols comme portugais, ont par contre toute leur importance pour les socialistes de ces deux pays qui peuvent tenter de s’appuyer sur l’expérience du PS français dans ce domaine. Ainsi, dans un communiqué commun PS/PSP d’octobre 1973, la délégation portugaise dit « souligner la valeur d’exemple de la politique unitaire de la gauche française autour du programme commun de gouvernement » et se « réjouir des importants succès électoraux des socialistes français44 ». La chute à intervalle rapproché des deux derniers régimes autoritaires d’Europe occidentale et les modalités diversifiées de la « transition » va donner aux relations avec le PSP et le PSOE un caractère hautement prioritaire qui ne peut être abordé ici.

  • 45 Voyage au Danemark des 11 et 12 septembre 1972, CAS/FP 7/161.
  • 46 Ibid.
  • 47 Il affirme : « Avec ses limites et ses utopies, l’autogestion nous différencie du PC et nous garan (...)

21Reste le cas des autres partis pour lesquels, en dehors de toute question de rapport de forces, de modèle ou de faire-valoir, il s’agit bien de « convaincre du programme commun », mais aussi de s’informer et se « présenter » réciproquement. La rencontre de François Mitterrand avec les sociaux-démocrates danois les 11 et 12 septembre 1972 s’inscrit bien dans ce cadre marqué par un échange réciproque d’informations et une grande liberté de ton45. Questionné par le Premier ministre Jens Otto Krag sur les raisons du vote ouvrier pour le PCF, François Mitterrand, qui dit attendre une « victoire relative en 1973 » et une « victoire absolue en 1976-1978 », répond en distinguant les « raisons fondamentales » (influence de la religion catholique, lenteur de l’industrialisation) et les « raisons circonstancielles », le choix atlantiste des socialistes après 1947 « qui conduisait à l’intérieur à choisir l’alliance avec la droite, qui empêchait [la gauche] de faire une politique sociale ». De même, questionné sur le phénomène Jean-Jacques Servan-Schreiber, qu’il qualifie de « poujadisme pour intellectuels », François Mitterrand estime : il « nous aurait davantage gêné s’il avait fait alliance avec la gauche46 ». Même registre dans la rencontre, déjà évoquée, avec le PVDA le 28 septembre 1976 à La Haye, où François Mitterrand s’informe de la situation néerlandaise, justifie les choix du PS, en particulier son « renouvellement idéologique » autour du triptyque stratégie de gauche-front de classe-autogestion et envisage même une cohabitation avec Valéry Giscard d’Estaing en cas de victoire en 1978 : « Je ne veux pas de drame, VGE est élu jusqu’en 1981. Il faut vivre trois ans avec lui. Le PS peut être dans la situation du PS portugais47. »

Conclusion

22Le PS d’Épinay s’insère rapidement dans la famille socialiste européenne entre 1972 et 1976, une insertion facilitée par les succès électoraux de 1973, 1974 et 1976 qui légitiment a posteriori les choix d’alliance et de programme. Cette insertion se fait au prix d’un intense effort d’explication et de nombreux déplacements de François Mitterrand dans les capitales européennes : le premier secrétaire se rend à Bonn, Londres, Stockholm, mais aussi Copenhague, La Haye, Rome, Vienne sans compter les courriers et les déplacements des membres du secrétariat aux relations internationales.

23Pour autant, cette insertion ne fait pas disparaître, bien au contraire, les différentes configurations qui ordonnent les relations bilatérales entre le PS et chacun de ses « partis frères ». Ce sont les rapports au pouvoir qui les modifient : la défaite électorale en Suède en 1976 affaiblit durablement (définitivement ?) la capacité du SAP à exercer un leadership idéologique, alors que la participation conflictuelle des socialistes portugais aux gouvernements provisoires issus de la Révolution des œillets d’avril 1974 et le rôle majeur du PSOE dans la transition démocratique après la mort de Franco en font des acteurs majeurs du socialisme en Europe. De même, la défaite électorale du Labour, qui l’écarte du pouvoir en mai 1979 au profit de Margaret Thatcher, modifie la donne des relations entre Français et Britanniques.

  • 48 Congrès de Grenoble, compte-rendu sténographique. Base de données des débats socialistes, Fondatio (...)
  • 49 Congrès de Pau, compte-rendu sténographique.

24Il s’agit finalement, pour François Mitterrand et ses proches, moins de convaincre du programme commun dans un débat idéologique que de construire les rapports de forces indispensables, les leviers pour s’insérer, indépendamment de l’Internationale socialiste, dans une famille socialiste très différenciée. Reste que les militants du PS, s’ils sont convaincus du programme commun, le sont beaucoup moins de leurs partenaires européens… Au congrès de Grenoble (22-24 juin 1973), les grandes figures du socialisme européen (Willy Brandt, Olof Palme, Harold Wilson) comme les références à leurs partis sont presque totalement absentes des débats. Les longs messages du PC roumain et du GRP vietnamien contrastent d’ailleurs avec les courts télégrammes des partis autrichien et allemand, et l’allocution de Mario Zagari, du PSI, au nom de toutes les délégations socialistes étrangères, commence dans le brouhaha48. De même, le compte-rendu sténographique du congrès de Pau (31 janvier-2 février 1975), premier congrès à accueillir des délégations étrangères massives et représentatives, enregistre des « applaudissements » pour le Labour et pour le SPD qui « s’efforce de concilier l’exigence difficile de l’exercice du pouvoir et la défense des intérêts de classe », une réflexion qui, comme le dit Robert Pontillon, « nous concerne tous », ainsi que pour les Suédois. Les « vifs applaudissements » sont réservés à « Felipe » (Gonzalez) et à la délégation socialiste portugaise, l’« enthousiasme » et la standing ovation allant sans surprise au Chilien Carlos Altamirano, dont le parti n’est, alors, pas adhérent de l’IS49… Mais il existe, on le sait bien, un fossé entre les raisons du cœur et de l’émotion et la froide logique de la nécessité…

Notes

1 Ce point est bien mis en lumière par Flandre, Chr., Socialisme ou social-démocratie. Regards croisés français allemands. 1971-1981, Paris, L’Harmattan – Fondation Jean-Jaurès, 2006, p. 63 sq.

2 Brandt, W., Mémoires, Paris, Albin Michel, 1990, p. 399 ; Mitterrand, Fr., Mémoires interrompus, Paris, Odile Jacob, 1996, p. 206.

3 Congrès d’Épinay, compte-rendu sténographique, base de données des débats socialistes, Fondation Jean-Jaurès, en ligne sur www.jean-jaures.org

4 « D’accord avec l’accord », L’Unité, no 24, 7 juillet 1972. Le même numéro publie un article sur l’Allemagne et un compte-rendu du Conseil international des femmes socialistes à Vienne, mais pas du congrès lui-même. Le numéro précédent du 30 juin avait publié un entretien avec Olof Palme.

5 Dossier de presse, septembre 1971, Centre d’archives socialistes (CAS)/fonds Pontillon (FP) 8 FP 7/15.

6 Ibid., septembre 1971, note du secrétariat international aux membres du comité directeur.

7 Ibid.

8 Notes manuscrites non signées, non datées (et parfois difficilement déchiffrables), CAS/fonds Relations internationales (RI), dossier « Congrès de Vienne/délégation française », 60 RI (BP) 14.

9 Scheuer, G., « Oppositionspakt der Linken », Arbeiterzeitung, 28 juin 1972 ; « Très exact’ sagte Mitterrand », Ibid., 29 juin 1972.

10 Circulaire de l’IS, 8 octobre 1971, CAS/RI, dossier « Congrès de Vienne/préparation », 60 RI (BP) 13. Une circulaire du 8 juin 1972 présente l’ordre du jour du congrès, révisé à plusieurs reprises, mais confirme le thème « européen » du discours de François Mitterrand. Les discours des leaders de l’IS à Vienne portent effectivement tous sur les questions internationales : James Callaghan traite de la « sécurité internationale », Willy Brandt des relations Est-Ouest « entre confrontation et négociation » et Bruno Kreisky de la crise économique et de l’ordre mondial.

11 « Rapport de G. Marchais au comité central du PCF (juin 1972) », Fajon, É.. L’union est un combat. Textes et documents de M. Thorez, W. Rochet, G. Marchais, Paris, Éd. sociales, 1975, p. 118.

12 « M. Mitterrand : notre objectif est de refaire un grand PS sur le terrain occupé par le PC », Le Monde, 30 juin 1972. L’article est signé du correspondant à Vienne du quotidien, Bernard Meixner.

13 L’Humanité, 30 juin 1972. Interrogé le jour même lors d’une conférence de presse sur la « compatibilité » des propos du leader socialiste avec le programme commun, Georges Marchais rétorque : « C’est à François Mitterrand que vous devriez poser la question », Ibid., 1er juillet 1972.

14 Mitterrand, Fr., « A common programm for a better life », Socialist International, Reports of the 12th Congress of the Socialist International, p. 69 sq.

15 « Socialist policy for Europe », Congress Vienna, Speech François Mitterrand, IISG Amsterdam, Socialist International Archives 262 (I). Nous remercions vivement les services de l’IISG d’avoir bien voulu nous communiquer une copie de ce document.

16 « Il faut d’abord songer à conquérir ou à reconquérir le terrain perdu sur les communistes » car « il n’est pas normal qu’il y ait aujourd’hui cinq millions, et quelquefois plus, de Françaises et de Français qui choisissent le parti communiste sur le terrain des luttes, et même sur le terrain électoral, parce qu’ils ont le sentiment que c’est ce parti-là qui défend leurs intérêts légitimes, c’est-à-dire leur vie », congrès d’Épinay, compte-rendu sténographique, base de données des débats socialistes.

17 Nous utilisions la version d’Amsterdam, qui se présente comme un compte-rendu sténographique en anglais. Elle diffère elle-même sur plusieurs points de la version publiée par Socialist International, sans que le sens général soit altéré.

18 « Speech Fr. Mitterrand », IISG. La version de Socialist International est plus précise sur ce point, ajoutant que l’extrême gauche « exerce une attraction sur la jeunesse, la génération décisive des vingt prochaines années » (« an ideological power which must not be overlooked and which may win the polically aware young people to its cause. In 20 years time these young people could decide about the policy »).

19 L’audition des enregistrements des interventions au congrès, conservés à l’IISG, permettrait de clarifier une partie de la question.

20 Lettre de Bruno Pittermann, président de l’IS, à François Mitterrand, 2 août 1972, CAS/RI, 60 RI (BP) 14. Le même courrier rappelle au PS l’obligation de s’acquitter de sa cotisation de l’année 1972 !

21 La Nation, 28 décembre 1972, dossier de presse CAS/FP8 7/20. Dans un registre plus fleuri, le quotidien gaulliste parle d’un « escroc fourvoyé avec de mauvais garçons [… qui] fait souvent étalage de ses belles relations pour rassurer les gogos ».

22 Lettre de Bruno Pittermann au PS, 30 octobre 1972, CAS/RI 60 RI (BP) 25.

23 Padovani, M., « Les visiteurs de Mitterrand », Le Nouvel Observateur, janvier 1973, dossier de presse, Ibid.

24 Parent, J., Le Modèle suédois, Paris, Calmann-Lévy, 1970. La collection « La Suède en questions » de Pierre Seghers publie sept volumes entre 1971 et 1975.

25 Jean-Jacques Servan-Schreiber consacre une note à « l’expérience suédoise » dans Le Défi américain, Denoël, 1967, Georges Pompidou fait de la Suède un modèle possible pour la France « avec le soleil en plus ».

26 Mitterrand, Fr., La Rose au poing, Paris, Flammarion, 1973, p. 148.

27 « Ni russe ni suédois », L’Unité, no 25, 14 juillet 1972.

28 Rencontre franco-suédoise, janvier 1972, CAS 8 FP 7/160.

29 Mitterrand, Fr., op. cit., in n. 26, p. 150-151.

30 Mitterrand, Fr., Ici et Maintenant, Paris, Fayard, 1980, p. 65.

31 Rencontre avec le PVDA, 28 septembre 1976, dossier « Pays-Bas », CAS/FP, 7/162.

32 Rencontre avec le SPD, sd (probablement fin 1977 ou 1978), CAS/FP, dossier « SPD/PS » 7/156.

33 Note du 8 juillet 1975, CAS/FP, dossier « Italie », 7/169.

34 Note sur l’entretien avec le PCI, Rome, 19 mai 1973, CAS/FP, dossier « Italie » 7/168.

35 Entretien François Mitterrand– Bettino Craxi, 6 octobre 1976, CAS/FP 7/169.

36 Bettino Craxi confie au passage que, selon les confidences de Giulio Andreotti, le PCI souhaitait que le PSI participe au gouvernement.

37 Flandre, Chr., op. cit., in n. 1.

38 Sur cette rencontre, voir Ibid., p. 83-89.

39 Mitterrand, Fr., La Paille et le Grain, Paris, Flammarion, 1975, p. 181-182.

40 Rencontre PS/SPD, Bonn, 22 juillet 1976, CAS/FP, dossier « Relations SPD/PS », 7/156. Willy Brandt fait allusion au débat sur le Berufsverbot, qui suscite de vives critiques en France.

41 Rencontre PS/SPD non datée, CAS/FP, 7/156.

42 Rencontre PS/Labour party, Londres, 24 septembre 1973, CAS/FP, 7/141.

43 Notes de séance, Londres, 23 septembre 1976, Ibid.

44 Communiqué commun PS/PSP, 4 octobre 1973, CAS/FP 7/177.

45 Voyage au Danemark des 11 et 12 septembre 1972, CAS/FP 7/161.

46 Ibid.

47 Il affirme : « Avec ses limites et ses utopies, l’autogestion nous différencie du PC et nous garantit de la déviation stalinienne. »

48 Congrès de Grenoble, compte-rendu sténographique. Base de données des débats socialistes, Fondation Jean-Jaurès.

49 Congrès de Pau, compte-rendu sténographique.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540