Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Deuxième partie. Regards sur le programme commun

Le programme commun, l’opinion publique et le pouvoir

Pascale Goetschel

Texte intégral

  • 1 Ainsi en est-il à propos du commentaire fait par les services de renseignements généraux à propos (...)
  • 2 Voir Bourdieu, P., « L’opinion publique n’existe pas », Les Temps modernes, no 318, 1973, p. 1292- (...)
  • 3 Voir Blondiaux, L., La Fabrique de l’opinion. Une histoire sociale des sondages, Paris, éd. du Seu (...)
  • 4 Voir la controverse entre Galvez-Behar, G., « Le constructivisme de l’historien. Retour sur un tex (...)

1Moins d’un an après la signature du programme commun, des élections législatives doivent avoir lieu, au printemps 1973. Le président de la République, Georges Pompidou, et la majorité gouvernementale gaulliste issue des urnes en 1968 semblent en position délicate. La gauche a retrouvé des couleurs au fil des différentes élections locales. Au centre et à droite, des « réformateurs » réclament des réformes de progrès et un pouvoir moins personnel. C’est sous la houlette d’un premier ministre, Pierre Messmer, nommé en juillet, que doit s’organiser, pour souhaiter l’emporter, la contre-offensive politique du pouvoir en place. Dans ces circonstances, et particulièrement à la charnière de 1972 et 1973, le pouvoir semble prendre très au sérieux le programme commun au point d’en faire un axe non négligeable de sa stratégie de conservation des affaires. C’est du moins notre hypothèse. Aussi doit-il avoir une idée précise de ce qu’en pensent les Français. Ou, pour le dire autrement, avoir une opinion sur l’opinion citoyenne à propos de ce texte, des principes qu’il sous-tend comme des mesures qu’il propose. Bien sûr, les observateurs politiques ne sont pas avares de commentaires mais les services en charge de la surveillance de l’opinion publique se montrent assez suspicieux à leur encontre1. Un certain nombre d’outils sont, a contrario, utilisés pour tenter de sonder le « cœur » des Français : parmi eux, des notes émanant de la direction des renseignements généraux et des sondages assortis de commentaires. Au fil de leur observation se dessine une manière partagée de penser le programme commun, et surtout d’envisager les façons de le contrer pour la majorité gouvernementale. Certes, l’ensemble n’est pas uniforme. L’art de la nuance le dispute aux hypothèses contradictoires et aux prédictions vagues. La différence entre les cultures professionnelles des officiers de police et des membres des organismes de sondages, les divergences de raisonnements politiques (le degré d’anticommunisme par exemple), la diversité des exercices demandés (rapports détaillés, sondages réalisés à un rythme rapide, notes de synthèse, fiches de riposte) jouent à plein. Malgré ces différences, un portrait peut être croqué. Moins celui d’une opinion publique, notion dont on sait combien elle est vague, insaisissable, voire inexistante2, que de ses représentations administratives et politiques3. Encore cette perspective n’interdit-elle pas de penser qu’il existe de réels découpages au sein de la société française du début des années 19704.

La veille des renseignements généraux sur les partis : analyser et prédire

  • 5 CAC, 19970320/005. Voir ajout manuscrit sur une note émanant des RG des Alpes-de-Haute-Provence da (...)

2Première source sollicitée, les notes de la direction des Renseignements généraux. À la fois preuves d’une surveillance quasi journalière et d’une spécialisation, elles constituent un observatoire intéressant des relations entre les socialistes et les communistes, spécialement abondant depuis le début des années 1960. Parce que l’heure est au rapprochement entre les deux pôles de la gauche, la direction des Renseignements généraux prescrit à ses fonctionnaires de ne retenir que leurs actions communes5. Les congrès, les réunions des comités centraux ou directeurs mais aussi les moindres réunions de militants ou de sympathisants font, dans ce cadre, l’objet de minutieux comptes rendus. On voit là que les Renseignements généraux mêlent – mais ce n’est pas nouveau – différentes échelles d’analyses, le local comme le national, et que leurs observations n’en restent pas seulement à la description mais comportent aussi des considérations prospectives.

  • 6 CAC, 19970320/005. RG, note, Indre-et-Loire, 14 octobre 1971.

3Or, le portrait qui se dégage des innombrables notes rédigées dans les mois qui précèdent le programme commun offre un paysage assez éloigné d’une unité de combat et d’action des deux partis frères. Quelques semaines après les élections municipales de 1971, les Renseignements généraux pointent les réticences des socialistes face aux appels à l’union des communistes. C’est le cas, par exemple, dans la région de Tours, où le seul « premier pas dans une unité d’action », jugé « limité et même ponctuel », s’effectue à propos de la campagne anti-pornographie de Royer en octobre 19716 ! Dans la Marne, l’atmosphère est carrément tendue :

  • 7 CAC, 19970320/005. RG, note, Marne, « Le parti socialiste et le PCF », 29 octobre 1971.

« Les cadres et militants du PCF suivent d’un œil attentif et de moins en moins serein les efforts de leurs alliés pour recruter dans la classe ouvrière. Les échos de ces dissentiments franchissent désormais les limites des conversations d’état-major et chacun se répand en propos acerbes contre le partenaire de la “gauche unie”7. »

  • 8 CAC, 19970320/005. RG, note, Oise, 10 novembre 1971.

4Dans l’Oise, « la réserve traditionnelle des milieux locaux dans les relations avec les dirigeants communistes » est soulignée8. Et ainsi de suite. Si l’on danse à Calais dans un « bal de la gauche unie », le 13 novembre, on ne parle apparemment guère de politique. Nul doute que les situations locales sont variées mais cette diversité nourrit l’idée d’une incapacité de la gauche à s’unir.

5Dans ce sillage, et alimentées par un anticommunisme assez puissant, plusieurs notes laissent penser que les accords électoraux signés pour les élections municipales de 1971 sont éphémères :

  • 9 CAC, 19970320/005. RG, note, « Le PCF et l’unité de la gauche à l’heure des municipales », 13 mars (...)

« La propagande communiste célèbre à grand bruit les accords électoraux réalisés avec les formations de gauche, en particulier avec le PS. Mais il ne faut voir là, semble-t-il, que des décisions tactiques qui resteront sans lendemains [...]. L’analyse des tractations et le caractère des accords conclus actuellement permettent d’affirmer que l’unité de la gauche est loin d’être réalisée. Il ne s’agit que de situations passagères que tentent d’exploiter les propagandistes communistes9. »

6Un grand nombre d’analyses prennent un chemin opposé après la signature du programme commun. Comme si elles cherchaient à se démarquer des conclusions antérieures, à qui est reproché, par focalisation exagérée sur les querelles et les sources de division, le manque de clairvoyance. Il convient alors, pour ces spécialistes du renseignement politique (ont-ils changé entretemps ou se sont-ils convertis à l’idée d’une union durable ?) d’intégrer des réflexions de stratégie électorale.

  • 10 CAC, 20040455/art. 7. RG, note, « Après la rencontre du 22 juin », juin 1972.

7Cet aboutissement qui paraît surprendre bon nombre d’observateurs dont l’attention avait été trop retenue par les querelles qui ont, souvent avec quelques éclats, jalonnés ces conversations, était pourtant prévisible, tout au moins dans son orientation générale, dès lors que l’on s’intéressait au contraire aux contraintes que la conjoncture impose aux formations politiques : une analyse lucide indiquait qu’en tout état de cause les deux partis étaient « condamnés » à s’entendre : au plus mal dans le cadre d’une alliance électorale, au mieux dans celui d’un accord de gouvernement. Depuis plusieurs semaines enfin, de nombreux indices s’accumulaient en ce sens, soit par les actes (par exemple les commissions spécialisées des deux partis siégeant sans désemparer) soit dans les propos des dirigeants exprimant leur détermination d’aboutir à un contrat positif10.

8Sur cette même note d’actualité, est ajouté au crayon qu’il convient de produire des analyses plus fines que celles fournies par la presse afin de pouvoir anticiper l’évolution des rapports de forces. Deux types d’observations se conjuguent donc : celles rédigées, au jour le jour, tendant à accorder une importance démesurée aux querelles et d’autres, qui se veulent moins ponctuelles, plus lucides, plus politiques.

9Une fois le programme commun signé, après juin 1972, « l’abondance de commentaires qui souligne l’importance de l’événement » est mise en évidence : « Chez les militants socialistes où l’on s’attendait généralement à la conclusion d’une simple entente électorale avec le PCF et au mieux à une “plate-forme” des points de convergence, l’ampleur de l’accord a provoqué une certaine surprise. » À la satisfaction des jeunes militants sont opposées les réserves des « anciens chez qui demeure vivace le souvenir des nombreuses luttes anticommunistes » et « une certaine inquiétude chez les élus qui craignent des défections de la frange modérée de l’électorat socialiste ». Un ajout manuscrit indique :

  • 11 CAC, 200040455/art. 7. RG, note, « Le PS après l’accord socialo-communiste ».

« “Points de vue différents chez députés selon qu’ils ont ou non chance d’être devant candidat PC au premier tour.” Enfin, la note conclut par une prédiction sans appel : “Mais après la campagne d’explication déjà lancée dans le pays, on doit s’attendre à ce que la base, dans sa très grande majorité, avalise d’autant plus facilement l’accord du 27 juin qu’il a été paraphé non seulement par M. Mitterrand et ses amis, mais encore par les représentants de l’aile modérée, en particulier Mrs Gaston Defferre et Pierre Mauroy, et par la minorité molletiste avec M. Jacques Piette”11. »

10Poids donc des états-majors censés être suivis par leurs bases.

  • 12 CAC, 20040455/art. 007. RG, note, « Le PS après l’accord de gouvernement conclu avec le PCF », 8 j (...)

11Finalement, une fois l’effet de surprise passé « tant les divergences de vue leur paraissaient importantes », les commentaires font le pari de la durabilité : les concessions faites par les communistes sur les nationalisations, l’alternance et la politique européenne sont relevées comme autant de « signes de bon augure pour l’avenir des relations entre les militants des deux partis », tandis qu’il est suggéré que, chez les « vieux militants », le « souvenir nostalgique du Front populaire domine sur la crainte d’un tête-à-tête avec le PCF ». Les avis des responsables fédéraux, toutes tendances confondues, sont également considérés : « Le programme commun va, selon eux, rendre crédible dans l’opinion, le concept de l’unité de la gauche et va permettre de mobiliser l’ensemble des forces du pas contre le pouvoir12. » Aussi s’autorise-t-on à porter des jugements prédictifs.

  • 13 CAC, 20040455/art. 007. RG, note, juillet 1972.

12Dans ces conditions, il apparaît bien que les instances nationales du PS n’auront guère de latitude pour tolérer les manœuvres locales de leurs candidats : ceux-ci n’auront d’autre alternative que de se soumettre « loyalement » à la loi du pacte ou d’être désavoués par leur parti13.

13Les années passant, après plusieurs déconvenues électorales communistes, les Renseignements généraux se signalent, en 1975, par leurs divergences de vues avec les analyses journalistiques :

  • 14 CAC, 20040455/art. 002. RG, note, « Le parti communiste au printemps 1975 ».

« Si les mots ont un sens, cette déclaration, extraite du rapport présenté par Georges Marchais, signifie bien sans ambages la rupture de l’union de la gauche pour le cas où les communistes enregistreraient un tassement de leur audience. Ce n’est donc pas sans surprise que l’on a pu noter ce matin que la plupart des commentateurs avaient au contraire d’abord retenu de ce rapport l’annonce – sans aménité sans doute – d’une rencontre Marchais-Mitterrand (ce qui du reste n’est tout au plus qu’une confirmation)14. »

14Le rédacteur semble là mettre un point d’honneur à marquer sa clairvoyance. Il va même plus loin et se fait lui-même commentateur politique en considérant que le PCF n’a plus, désormais, d’avenir politique :

« Une formation si pesamment structurée et hiérarchisée et dotée d’une doctrine aussi immuable n’est plus adaptée aux mœurs et aux esprits de notre temps, en particulier pour les nouvelles générations depuis 1968. »

  • 15 CAC, 20040455/art. 002. RG, bulletin quotidien, 29 mai 1975.
  • 16 CAC, 20040455/art. 002. RG, actualité politique : « PCF : le doute s’installe », juin 1975.

15Et de se lancer, ici encore, dans une analyse prospective en prédisant que les relations PS-PCF « ne retrouveront pas avant longtemps la sérénité de l’année dernière ». Évolution attribuée aux doutes des militants communistes devant la stratégie mise en œuvre par les dirigeants, à la lassitude devant une propagande qui porte de moins en moins ces fruits et au caractère inédit du programme commun aux conséquences électorales redoutées15. Le problème du non-renouvellement de l’électorat ainsi que la difficulté à vivre l’implantation des socialistes dans les entreprises sont également invoqués16. Et les Renseignements généraux de se livrer à de véritables considérations stratégico-historiques, à propos des querelles entre les partis de l’union de la gauche :

  • 17 CAC, 20040455/art. 002. RG, actualité politique, « Avant le sommet », 18 juin 1975.

« Entre les exemples italiens et portugais, l’union de la gauche française recherche une voie qu’elle souhaite originale. Progressera-t-elle demain ? Ce n’est pas sûr, mais une mise en sommeil de la polémique serait déjà considérée comme un point particulièrement positif. Un sommet à trois fait toujours penser à Yalta... en 1945, aussi, sur les bords de la Mer noire, on se haïssait cordialement, mais là-bas, on tenait la victoire17. »

16Les services du ministère de l’Intérieur en sont persuadés – on est encore en 1975 : l’union de la gauche ne tiendra pas :

  • 18 CAC, 2004045/art. 003. RG, note, Seine-Saint-Denis, 15 novembre 1975.

« Pour le militant de base [socialiste], comme pour le responsable, il ne fait aucun doute que la politique actuelle d’union de la gauche n’est que l’un des volets de la stratégie de M. Mitterrand et qu’inéluctablement interviendra la rupture avec le PCF, lorsque celui-ci s’apercevra que le PS aura été le premier bénéficiaire de cette association18. »

17À la lecture de ces sources administratives, certains traits récurrents frappent : une observation focalisée sur le couple socialo-communiste au détriment des radicaux de gauche ; une connaissance fine des rouages partisans et des réactions militantes ; le souci de guider l’exécutif au plus près des réalités politiques de terrain.

Sondeurs et sondages : mesurer l’opinion et fournir des guides à l’action

  • 19 Trois instituts dominent le paysage : l’Ifop, Publimétrie, la Sofres. On n’entrera pas ici dans le (...)
  • 20 Le Figaro, 20 octobre 1972.

18Scruter la sphère partisane est une chose, observer l’ensemble de la population électorale en est une autre, ou plus exactement prédire les résultats des élections. C’est ce qu’autorise la fabrication de sondages, autre loupe d’observation de poids pour la classe politique. Les sondeurs entendent bien donner le « la » de situation19. Se posant en maîtres de l’expertise, ils deviennent des passages obligés pour les stratégies élyséennes, gouvernementales comme partisanes. Ainsi, en octobre 1972, la Sofres fixe, au sens photographique du terme, le tableau des partis en présence. Il y aurait donc une « situation de départ » articulée autour de trois tendances principales : un paysage politique découpé en trois grandes forces (majorité gouvernementale, union de la gauche, réformateurs de Jean-Jacques Servan-Schreiber à Jean Lecanuet) ; une montée en puissance des socialistes dont l’attitude des électeurs doit être désormais scrutée à la loupe ; une forte incertitude de l’électorat. C’est au nom de ce dernier paramètre que les instituts de sondage et les journaux avec lesquels ils sont en cheville rappellent à l’ordre la « classe politique » dont les réactions « toutes empreintes de satisfaction, ne doivent pas, dans de telles conditions, être prises au pied de la lettre20 ». C’est évidemment faire peu de cas de l’inévitable instrumentalisation des données chiffrées par les intéressés !

  • 21 Les tableaux compilant les données des instituts de sondage sont regroupés dans l’article ANF 1995 (...)

19Que dessinent ces sondages, nationaux ou régionaux, globaux ou par force politique ? Ou, plutôt, qu’en disent leurs observateurs ? Question décisive tant il est vrai que ce qui nous importe ici, ce sont certes les grandes tendances décelées, ou plus exactement les manières dont elles le sont, mais plus encore les commentaires politiques qu’elles appellent, les ripostes qu’elles induisent, les stratégies qu’elles autorisent. Si l’on en reste au travail effectué par les services du ministère de l’Intérieur, on retiendra d’abord la synthèse que ceux-ci opèrent. Parce qu’ils considèrent sans doute que la vérité est située entre les chiffres, parfois divergents, donnés par les trois instituts, ils dressent de complexes synthèses statistiques. Ils combinant donc les résultats de l’IFOP, de Publimétrie et de la Sofres et parviennent, à l’aide de « points moyens », à dessiner (au sens premier du terme, dans de savants graphiques manuscrits tracés à l’aide de plusieurs couleurs) un paysage électoral relativement homogène, dominé par une union de la gauche qui n’opère pas cependant de véritable percée, marqué par un tassement de la majorité et un poids non négligeable de centristes, censés faire la différence21.

  • 22 Toutes les études pré-électorales pour les élections législatives de 1973 sont regroupées dans l’a (...)

20Plus finement, le basculement des votes au profit des socialistes et au détriment des communistes est mis en évidence au sein des très nombreuses études pré-électorales qui scandent les semaines précédant l’échéance22.

21On le voit, et les services du ministère de l’Intérieur y font souvent mention, malgré les légers mouvements, l’équilibre des forces reste sur six mois identique. Ce n’est pourtant pas l’impression qui ressort des journaux. Alors que L’Aurore évoque les vifs progrès des socialistes et des réformateurs au tout début de février 1973, d’autres soulignent la progression de la majorité dans les intentions de vote. À la fin de ce même mois, soit pour calmer l’inquiétude, soit pour agiter le chiffon rouge, la presse émet des hypothèses tour à tour favorables à la majorité et à l’opposition. L’Aurore titre, de manière contradictoire, sur l’« exceptionnelle incertitude » mais affirme que « la victoire de l’union de la gauche semble exclue » (L’Aurore) tandis que, pour France Soir, la gauche, estimée à 47 %, est jugée en « bonne posture ».

  • 23 ANF 19950481/018. Note sur l’opinion publique et les élections législatives ; d’après les sondages (...)

22Si les électeurs sont un peu perdus, les services du ministère de l’Intérieur le sont, eux, nettement moins. Au vu des sondages de l’Ifop et de la Sofres réalisés au début février, il est noté, de manière assez neutre mais probablement satisfaite, que la majorité marque un coup d’arrêt dans son tassement, qu’elle attire davantage les réformateurs et que seuls 29 %, soit presque dix points de moins que les estimations faites sur l’ensemble des électeurs qui voteraient à gauche, croient au programme commun : « On peut donc dire qu’environ 8 % de l’électorat votera à gauche au premier tour sans souhaiter réellement la victoire de l’alliance socialo-communiste. » Dans ces conditions, la conclusion se veut, pour la majorité gouvernementale, optimiste : « Si pour l’instant la crédibilité de la victoire de la gauche reste entière dans l’opinion publique et même progresse (44 % contre 42 % en février), les courbes de transferts de voix socialistes et réformateurs présentent actuellement des tendances favorables à la majorité. » Le fait est, dès lors, signalé comme essentiel23.

  • 24 CAC, 20040455/art. 7. Réactions du PS aux sondages de la Sofres, sans date. Voit, par ailleurs, la (...)

23Plus finement, c’est bien parce que semble l’emporter un mouvement de l’opinion vers le PS que les conséquences de la signature du programme commun sont intégrées dans les analyses des sondages. Les partis politiques s’en emparent, à commencer par le PS qui espère capitaliser l’« excellente image de marque » révélée par les sondages qu’il a fait exécuter. Aux questions relatives au texte signé par les trois partenaires de la gauche, les réponses semblent lui montrer que le parti a eu raison de faire ce choix. D’une certaine façon, les sondages conduisent donc les socialistes à poursuivre dans cette voix. Mais pas seulement. Car, pour attirer ces électeurs qualifiés de « flottants » repérés dans les classes moyennes ou aisées, véritable clef présumée de l’élection, il convient de fourbir autrement ses armes, et de manière singulièrement éloignée du programme commun. Le PS, en écho à ces sondages, donne donc ses directives : mettre l’accent sur la « personnalité propre » du parti au sein de l’union de la gauche, « conserver un ton modéré », souligner son aptitude à gérer l’économie et son « souci de développer les libertés ». Dans la mesure où la majorité cherche à mettre l’accent sur les dangers du PCF, il aurait plutôt intérêt à opérer « une démarcation suffisante » par rapport à lui. Puisque les électeurs de « la frange critique » dont dépend sa progression semblent « en général » assez satisfaits de leurs conditions de vie individuelles, « il ne faut donc pas noircir le tableau » sous crainte de n’être pas pris au sérieux. Et même si l’aptitude de la gauche à gérer l’économie apparaît plus importante que la défense des libertés aux yeux des électeurs, c’est sur cette dernière qu’il sera nécessaire de mettre l’accent, afin de désamorcer la propagande de la majorité24.

  • 25 CAC, 1995048/018. Sofres, sondage des 25 et 30 janvier 1973 pour l’émission « À armes égales » dif (...)

24Que fait le gouvernement, et précisément le ministère de l’Intérieur, à son tour, de tels sondages ? Les sondages, assortis de commentaires rédigés par les instituts eux-mêmes, mettent l’accent sur le nombre limité d’électeurs qui attendent des conséquences favorables d’une victoire de la gauche. Certes, une large majorité répond de manière positive25, mais les notes qui accompagnent les résultats suggèrent que la situation est moins favorable à la gauche qu’il n’y paraît, particulièrement à cause de la stratégie d’alliance :

  • 26 CAC, 19950481/018. Sofres, note de synthèse, no 5, janvier 1973.

« Il est clair en effet qu’une fraction importante des électeurs de gauche reste rebelle à l’union prônée par les états-majors [...]. La force actuelle du PS rend en effet possible une victoire quasi mécanique de la gauche, victoire dont ses artisans seraient sans doute les premiers surpris et qu’ils n’auraient probablement pas souhaitée26. »

25Et de poursuivre sur la grande méfiance qui reste vive vis-à-vis du PCF au sein de l’électorat. On ne manquera pas de noter, à ce sujet, le caractère tendancieux de certaines questions qui tendent à refléter (ou mieux suggérer) l’anticommunisme ambiant.

Pensent que, dans un gouvernement de gauche

Ensemble de l’électorat (en %)

Gauche non communiste (en %)

Le PS serait libre d’appliquer sa politique
Le PS serait prisonnier du PCF
Sans opinion
Le PCF serait un allié loyal
Il chercherait à tirer les ficelles à son profit
Sans opinion

27
53
20
29 (février, 25)
53 (février, 53)
18 (février, 22)

53
34
13
48
39
13

26Et la Sofres, puisque c’est d’elle qu’il s’agit ici, de dresser ce bilan, à usage gouvernemental :

« On ne peut pas s’étonner dans ces conditions que le nombre des électeurs qui souhaite que l’union de la gauche ait la majorité à l’assemblée soit très inférieur au nombre de ceux qui ont l’intention de voter au premier tour l’un des partis de gauche. »

  • 27 Dans cette même note, il est souligné que le second électorat socialiste, correspondant à 8 % du c (...)

27L’organisme conclut en deux temps : d’une part, sur « le scepticisme à l’égard du programme commun [qui] se conjugue avec les réserves à l’égard du PCF pour freiner les comportements unitaires dans les intentions de vote pour le second tour » ; de l’autre, sur le « zèle unitaire » des électeurs communistes qui restent « fidèles à l’union de la gauche », malgré la « poussée de leur partenaire socialiste ». Bref, les appréciations sondagières esquissent une distinction assez nette entre la faveur accordée à la gauche, et en particulier au PS, et les réserves émises sur le programme commun, au nom d’une défiance vis-à-vis du parti de Georges Marchais27.

28À y regarder de plus près, les analyses sont parfois contradictoires entre les instituts – ce qui n’est guère étonnant –, mais aussi en leur sein, et orientent de manière opposée la stratégie de la majorité gouvernementale.

  • 28 CAC 19950481/018. Enquête Sofres, « Les électeurs socialistes entre l’union de la gauche et la maj (...)

29Ainsi, l’une des enquêtes de la Sofres, qui distingue trois grands types d’électorat socialiste (unitaire, partagé et anticommuniste), se conclut sur la « plutôt bonne opinion du programme que propose la gauche » : « L’électorat unitaire et l’électorat partagé en attendent des conséquences favorables. L’électorat anticommuniste est plus sceptique qu’ennemi. » Dans ce cas, l’injonction est sans appel : « L’attaque directe du programme de la gauche risque donc de ne pas être très payante du point de vue électoral28. » L’analyse est identique pour la nationalisation des entreprises :

  • 29 Ibid.

« Les électeurs socialistes, quelle que soit leur tendance profonde, se prononcent tous en faveur des nationalisations. L’électorat unitaire y est naturellement beaucoup plus favorable que l’électorat anticommuniste mais, même au sein de ce dernier, les partisans des nationalisations des grandes entreprises privées l’emportent sur ses adversaires. Le thème des nationalisations doit donc être utilisé avec prudence : ce n’est pas le principe qui doit être attaqué mais le risque de désordre permanent dans les entreprises où les communistes cherchent à forcer le personnel à demander la nationalisation29. »

30Et pourtant, on trouve, quelques semaines plus tôt, un argumentaire à l’exact opposé fourni par la même Sofres. Son rédacteur suggère l’urgence qu’il y aurait à lutter contre le PS qui apparaît comme l’« ennemi le plus redoutable » de la majorité et, pour ce faire, il est recommandé de faire reposer l’attaque sur le programme commun.

  • 30 CAC, 19950481/018. Sofres, la situation politique dans trois circonscriptions témoins. Deuxième va (...)

31On ne peut l’attaquer que sur un point : l’alliance avec le PCF. Il faut donc utiliser constamment l’argument suivant lequel toute voix donnée au PS n’est pas une voix donnée au socialisme démocratique et prospère (à la suédoise ou à l’allemande) mais à l’alliance socialo-communiste. Si cette alliance paraît à certains débonnaire sous les traits du programme commun, c’est qu’ils ne perçoivent pas que la dynamique de l’union de la gauche est une dynamique de crise. Quand bien même le PS voudrait s’en tenir à la charte de l’alliance, il pèserait peu face aux ambitions communistes. Et quand bien même le PCF voudrait – contre toute vraisemblance – jouer le jeu démocratique, il en serait empêché par la surenchère gauchiste. M. Krivine et ses amis ont déjà annoncé qu’ils ne laisseraient pas une victoire de la gauche s’enliser dans le « crétinisme parlementaire » et la « légalité bourgeoise ». De proche en proche, voter pour le PS c’est donc bien ouvrir la route à l’aventure30.

32Ce type d’analyse dédouane allègrement le parti de François Mitterrand et désigne le communisme compris au sens large, du parti de Georges Marchais à l’extrême gauche de l’échiquier politique, comme le principal fauteur de troubles. Outre que le ton du commentaire fleure bon la guerre froide, celui-ci entre en écho avec les frayeurs suscitées par la contestation soixante-huitarde. Le thème de l’aventure politique, prompt à inquiéter, ne manque pas, également, d’être sollicité.

  • 31 CAC, 19950481/018. Baisse UDR dessin Plantu. Sondage Publimétrie, 6 et 7 février 1973, avant l’int (...)

33Tout en soulignant la dynamique du PS, et de son premier secrétaire amené, en cas de victoire, à être Premier ministre, l’Ifop glose sur les différences au sein de la gauche. Et d’étayer l’analyse avec des chiffres : 50 % des électeurs de gauche pensent que « si l’union de la gauche [...] arrivait au pouvoir, les trois groupes – PCF, PS et les radicaux de gauche – auraient tendance à se diviser », les communistes étant plus optimistes sur l’union (59 %) que les électeurs du PSU et du PS qui croient respectivement à 69 % et à 54 % à la division31. Une fois de plus, le spectre de la division de la gauche est brandi.

34Il est évidemment difficile de déterminer dans quelle exacte mesure ces analyses, parfois marquées du sceau de la confusion (comment mettre sur le même plan Marchais et Krivine ?), sont utilisées par les dirigeants politiques. Certes, les conclusions des sondages comme les fiches de riposte sont reprises dans les notes de synthèse adressées au Premier ministre et au président de la République, mais comment jouent-elles dans le flot d’informations leur parvenant ? La même question peut être posée à propos des rapports des renseignements généraux sur les partis politiques. D’ailleurs, cette question importe-t-elle ? Ce qui compte sans doute davantage est le constat que ces deux types de sources renvoient à des analyses partagées sur la gauche, dont le programme commun, au moins dans ses parties économiques et sociales, est jugé, à bien des égards, catastrophique pour le pays.

  • 32 Intervention radiotélévisée de Georges Pompidou, 9 février 1973, disponible dans les archives de l (...)
  • 33 CAC, 19950481/018. Ifop, réactions à l’intervention radiotélévisée de Georges Pompidou du 9 févrie (...)

35Or, plusieurs indices, outre la propagande du parti gaulliste, suggèrent que ces thématiques sont reprises au plus haut niveau de l’État, et jusqu’à la présidence de la République. Ainsi, Georges Pompidou, dans son intervention radiotélévisée du 9 février 1973, utilise le programme commun comme repoussoir, parfois dans les mêmes termes que ceux mentionnés plus haut. Coïncidence ou usage d’un champ sémantique et de schémas d’explication communs à certains observateurs et acteurs politiques peu favorables à la poussée de la gauche ? En tout état de cause, ses propos apparaissent symptomatiques de l’enjeu représenté par le texte programmatique pour combattre l’union « socialo-communiste32 ». Étonnamment, les réactions des Français aux trois phrases qui mettent en cause l’union de la gauche (ces propositions bouleversent les institutions, le PS s’est fait l’otage du PCF, l’opposition de gauche a entamé une lutte globale contre ce qu’a fait le général de Gaulle), « recueillent un taux d’adhésion beaucoup moins élevé, respectivement 47 %, 39 et 40 %33 ». Étonnamment ? Sans doute pas tant que cela si l’on veut bien considérer qu’une forte bipolarité caractérise le paysage électoral. C’est probablement ce fort clivage qui permet à l’Ifop de conclure :

  • 34 Ibid. Les ratures de la note sont reproduites ici.

« On peut donc dire qu’au plan global les Français ne sont pas d’accord notamment avec (restent perplexes devant) l’idée selon laquelle le PS s’est fait le prisonnier du PCF. Sur ce point du reste, il y a autant de personnes pour refuser la formule qu’il n’y en a pour l’accepter (39 %)34. »

36Le programme commun n’est pas cité ici mais il est nodal.

  • 35 « Vous nous avez demandé de signaler les propositions raisonnables contenues dans le programme com (...)
  • 36 Parmi les propositions, égalité des régimes sociaux non salariés et salariés, classement spécial d (...)

37Le détour par le programme commun apparaît donc comme un excellent indicateur. Non seulement des manières dont les différents acteurs et observateurs scrutent l’opinion publique, des préoccupations politiques du moment, mais aussi des usages que les uns et les autres font des commentaires inspirés par le texte. Cette centralité du programme commun explique probablement aussi la grande précipitation avec laquelle, en décembre 1972, au moment où les sondages sont favorables à la gauche, le secrétaire général de l’Élysée, Édouard Balladur, demande à ses conseillers de formuler des appréciations sur les mesures du programme commun, d’égrener leurs aspects positifs et négatifs et de faire des propositions pour les contrer. Le programme commun est alors pris comme marqueur de l’opinion publique. À ce titre, on sera édifié par les observations effectuées sur les questions économiques et sociales. Condamné comme désastreux35, le texte est aussi lu comme un indice des préoccupations de l’opinion publique. De là, quelques propositions36, formulées avec la plus grande prudence : « Bien entendu, ces quelques suggestions sont accessoires par rapport à la poursuite des actions gouvernementales engagées depuis de nombreuses années. » Le programme commun, certes vilipendé, est même saisi comme un moyen pour l’État, s’il réussit à le contrer, de reformuler une espérance sociale : « En matière sociale, c’est l’avenir qui intéresse, pas le passé. Il ne faut pas laisser les tenants du programme commun confisquer l’espérance d’un mieux-être social. » Autrement dit, la majorité présidentielle doit, pour incarner la « justice sociale », organiser la riposte autour de ce texte, mais prudemment : sa campagne

  • 37 AN, 5AG2/1072. Rapport sur le programme commun et la politique sociale, François Lavondes à Ballad (...)

« ne doit pas se faire autour d’une critique détaillée du programme commun. Ce serait une attitude défensive, alors qu’il faut être offensif. Il faut écarter d’emblée le programme commun, que ses excès même condamnent, en montrer le coût et affirmer que s’il venait à être mis en application, l’inflation et le désordre seraient tels qu’il faudrait y renoncer au bout de 6 mois. Le programme commun n’est pas un vrai programme social, car il brise la machine économique dont le bon fonctionnement permet seul le progrès social. Je crois qu’il faut au contraire choisir des thèmes précis et réalisables, centrés sur l’idée de justice sociale37 ».

38Tout est dit, et c’est tout le paradoxe. Si la gauche signataire du programme commun n’a gagné ni les élections législatives de 1973 ni la présidentielle de 1974, et si, sur le court terme, au nom des supposées préoccupations de l’opinion, son programme est honni, la focalisation sur ses propositions manifeste toute l’importance qu’il a prise pour les contemporains. Texte de circonstance aussi, le programme commun permet d’agiter l’épouvantail communiste, obstacle majeur à toute victoire électorale décisive de la gauche en France dans la première moitié des années 1970.

Notes

1 Ainsi en est-il à propos du commentaire fait par les services de renseignements généraux à propos d’une analyse d’Alain Duhamel en août 1973 sur Europe 1 : « Et comme le PC ne songe pas seulement à la prochaine législative, mais à la suite, c’est-à-dire dans son esprit, au socialisme lui-même, il s’inquiète de tout ce qui tend à infléchir ce socialisme dans la voie que lui dessine F. Mitterrand, plutôt que dans celle que lui-même lui promet depuis des années… » : « Non. Mauvaise conclusion. Qu’en pensez-vous, M. Camus ? »

2 Voir Bourdieu, P., « L’opinion publique n’existe pas », Les Temps modernes, no 318, 1973, p. 1292-1309.

3 Voir Blondiaux, L., La Fabrique de l’opinion. Une histoire sociale des sondages, Paris, éd. du Seuil, 1998, et Gaïti, Br., « L’opinion publique dans l’histoire politique. Impasses et bifurcations », Le Mouvement social, no 221, octobre-décembre 2007, p. 95-104.

4 Voir la controverse entre Galvez-Behar, G., « Le constructivisme de l’historien. Retour sur un texte de Brigitte Gaïti », Le Mouvement social, no 229, octobre-décembre 2009, p. 103-113, et Gaïti, Br., « Comment écrire une histoire qui se tient ? À propos de l’opinion publique », Le Mouvement social, no 230, janvier-mars 2010, p. 145-150.

5 CAC, 19970320/005. Voir ajout manuscrit sur une note émanant des RG des Alpes-de-Haute-Provence datée du 15 septembre 1971.

6 CAC, 19970320/005. RG, note, Indre-et-Loire, 14 octobre 1971.

7 CAC, 19970320/005. RG, note, Marne, « Le parti socialiste et le PCF », 29 octobre 1971.

8 CAC, 19970320/005. RG, note, Oise, 10 novembre 1971.

9 CAC, 19970320/005. RG, note, « Le PCF et l’unité de la gauche à l’heure des municipales », 13 mars 1971.

10 CAC, 20040455/art. 7. RG, note, « Après la rencontre du 22 juin », juin 1972.

11 CAC, 200040455/art. 7. RG, note, « Le PS après l’accord socialo-communiste ».

12 CAC, 20040455/art. 007. RG, note, « Le PS après l’accord de gouvernement conclu avec le PCF », 8 juillet 1972.

13 CAC, 20040455/art. 007. RG, note, juillet 1972.

14 CAC, 20040455/art. 002. RG, note, « Le parti communiste au printemps 1975 ».

15 CAC, 20040455/art. 002. RG, bulletin quotidien, 29 mai 1975.

16 CAC, 20040455/art. 002. RG, actualité politique : « PCF : le doute s’installe », juin 1975.

17 CAC, 20040455/art. 002. RG, actualité politique, « Avant le sommet », 18 juin 1975.

18 CAC, 2004045/art. 003. RG, note, Seine-Saint-Denis, 15 novembre 1975.

19 Trois instituts dominent le paysage : l’Ifop, Publimétrie, la Sofres. On n’entrera pas ici dans le détail de leurs histoires et de leurs différences. Elles jouent assurément mais nous intéressent davantage ici les façons dont ces instituts rendent publics leurs sondages (par exemple Sofres/Le Figaro, Ifop/France Soir ou Publimétrie/L’Aurore) et les commentaires qu’ils fournissent, notamment au gouvernement.

20 Le Figaro, 20 octobre 1972.

21 Les tableaux compilant les données des instituts de sondage sont regroupés dans l’article ANF 19950481/018.

22 Toutes les études pré-électorales pour les élections législatives de 1973 sont regroupées dans l’article ANF 19950481/018.

23 ANF 19950481/018. Note sur l’opinion publique et les élections législatives ; d’après les sondages Ifop 3-5 février 1973 et Sofres 2-5 février 1973.

24 CAC, 20040455/art. 7. Réactions du PS aux sondages de la Sofres, sans date. Voit, par ailleurs, la note du secrétariat fédéral de la Marne, datée du 6 février 1973, dont est extraite une partie des citations.

25 CAC, 1995048/018. Sofres, sondage des 25 et 30 janvier 1973 pour l’émission « À armes égales » diffusée sur la 1re chaîne, le 7 février, opposant Alain Griotteray à Roland Leroy. Une question porte sur l’éventualité pour la gauche de réaliser dans les cinq ans qui viennent plusieurs mesures sociales du programme commun (Smic à 1 000 francs, retraite à 60 ans, 40 heures de travail par semaine). Réponses : oui (49 %) ; non (38 %).

26 CAC, 19950481/018. Sofres, note de synthèse, no 5, janvier 1973.

27 Dans cette même note, il est souligné que le second électorat socialiste, correspondant à 8 % du corps électoral, presque exclusivement non communiste, manifeste un vote de mécontentement. Il s’agit de « donner une leçon » à la majorité mais ces électeurs « attendent peu de choses de la mise en œuvre éventuelle du programme commun ».

28 CAC 19950481/018. Enquête Sofres, « Les électeurs socialistes entre l’union de la gauche et la majorité dans dix circonscriptions témoins », février 1973.

29 Ibid.

30 CAC, 19950481/018. Sofres, la situation politique dans trois circonscriptions témoins. Deuxième vague, février 1973.

31 CAC, 19950481/018. Baisse UDR dessin Plantu. Sondage Publimétrie, 6 et 7 février 1973, avant l’intervention Georges Pompidou dans L’Aurore le 13 février.

32 Intervention radiotélévisée de Georges Pompidou, 9 février 1973, disponible dans les archives de l’Institut national de l’audiovisuel.

33 CAC, 19950481/018. Ifop, réactions à l’intervention radiotélévisée de Georges Pompidou du 9 février 1973.

34 Ibid. Les ratures de la note sont reproduites ici.

35 « Vous nous avez demandé de signaler les propositions raisonnables contenues dans le programme commun. Je considère qu’en matière économique et financière il n’en recèle aucune… », AN, 5AG2/1072. Note de Croisset pour Édouard Balladur, 21 décembre 1972.

36 Parmi les propositions, égalité des régimes sociaux non salariés et salariés, classement spécial des travaux pénibles des salariés, paiement des transports par les employeurs, développement de la participation, financement de la Sécurité sociale, institution du prélèvement à la source, révision des bases de fiscalité locale…

37 AN, 5AG2/1072. Rapport sur le programme commun et la politique sociale, François Lavondes à Balladur, 21 décembre 1972.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540