Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Deuxième partie. Regards sur le programme commun

Les droites et le programme commun, 1972-1978

Bernard Lachaise

Texte intégral

  • 1 En 1972, à l’Assemblée, le groupe UDR compte 258 députés (et 23 apparentés) ; le groupe RI 57 (et (...)

1Quand le programme commun est signé, le 27 juin 1972, les droites sont au pouvoir sans interruption depuis 1958. Malgré une ouverture de la majorité présidentielle à une partie du centre en 1969, ce sont les gaullistes et les républicains indépendants qui constituent les forces dominantes tant à l’Assemblée qu’au gouvernement1. Le parti gaulliste UDR détient même la majorité absolue au palais Bourbon. Le danger représenté par le programme commun n’échappe pas aux droites : « Pour la première fois depuis de nombreuses années, les communistes, les socialistes et les radicaux de gauche présentent un programme dit de gouvernement et affirment qu’ils sont “la gauche unie” », écrit le gaulliste Hubert Germain tandis que, dans ses mémoires, l’ancien Premier ministre Pierre Messmer explique « le climat politique nouveau » :

  • 2 Germain, H., président de l’Amicale parlementaire « Présence et action du gaullisme », dans Présenc (...)

« L’union de la gauche, hier simple cartel électoral, propose maintenant une solution de rechange au régime qui, depuis quinze ans, gouverne la France. L’argument bien connu du général de Gaulle “c’est moi ou le chaos” tombe2. »

  • 3 L’extrême droite demeure très faible, divisée dans son expression politique avec notamment Ordre n (...)

2Avec le programme commun, c’est la question de la perspective d’une alternance politique qui, pour la première fois, se pose sous la Ve République et cela interroge en priorité les droites de gouvernement d’où notre choix de concentrer notre étude sur les réactions des gaullistes et des « giscardiens3 ».

3Dans l’historiographie de la France politique des années 1970, les réactions des droites face au programme commun sont présentes à travers au moins deux discours, celui du Premier ministre Pierre Messmer à Provins le 7 janvier 1973 et celui du président Valéry Giscard d’Estaing à Verdun-sur-le-Doubs le 27 janvier 1978. L’unité des droites dans la dénonciation des dangers du programme commun est alors totale :

  • 4 Messmer, P., La Nation, 8 janvier 1973.
  • 5 Giscard d’Estaing, V., Le Pouvoir et la Vie, vol. 1, Paris, France Loisirs, 1988, p. 394.

« Il s’agira, en réalité, de choisir entre deux conceptions de notre avenir. L’une propose d’établir en France un régime collectiviste. Mais partout où le collectivisme a triomphé un régime totalitaire s’est établi dont les peuples qui le subissent n’ont jamais pu sortir4. »
« Ici, le communisme marxiste et les alliés qu’il s’est assuré […] l’application en France d’un programme d’inspiration collectiviste plongerait la France dans le désordre économique5. »

  • 6 Le Sursaut populaire, mensuel des gaullistes d’opposition. No 27, 1977.
  • 7 Évoqués dans des travaux inédits comme de Nayves, D., Villemot, D., « Le gaullo-gauchisme », mémoi (...)
  • 8 À la Fondation Jean-Jaurès, les dossiers du secrétariat aux relations extérieures du PS (2RE203, 2 (...)

4Mais moins connue est l’histoire de la tentative de certains gaullistes de rejoindre l’union de la gauche en 1977-1978, illustrée notamment par la participation au meeting de la gauche le 18 mars 1977 de gaullistes de gauche dont le général Binoche qui y prononce un long discours s’achevant par : « Vive le gaullisme d’opposition, quatrième composante de la gauche française. Vive l’union de la gauche et des gaullistes6 ! » Certes, l’entreprise est tardive et extrêmement minoritaire. Elle n’intervient qu’après la mort de Georges Pompidou, la défaite de Jacques Chaban-Delmas à la présidentielle de 1974 et la prise en main du mouvement gaulliste par Jacques Chirac avec la création du RPR en décembre 1976. Cela conduit à prendre en compte les effets de cette histoire interne du gaullisme sur les choix de certains gaullistes de gauche. Enfin, aucune des figures les plus éminentes du gaullisme ne s’engage sur cette voie en dehors de Léo Hamon et, à un moindre degré, de Jean Charbonnel, tous deux anciens ministres. Même fort marginal, cet épisode d’un gaullisme cherchant à faire reconnaître leur personnalité dans l’union de la gauche mérite d’entrer dans l’histoire car il témoigne d’une entorse à l’unité des droites face au programme commun7. Il intéresse l’histoire du gaullisme et celle des gauches. Les sources, issues des deux familles politiques, sont riches pour l’étudier, émanant des archives du PS conservées par la Fondation Jean-Jaurès, comme des publications contemporaines – presse – ou ultérieures – mémoires – des gaullistes de gauche8.

5La chronologie, importante pour comprendre l’initiative de certains gaullistes de gauche, s’impose aussi pour décrire et expliquer les réactions et positions des droites face au programme commun et trois temps seront successivement abordés : la signature du programme commun ; ensuite, les élections législatives de 1973 et présidentielles de 1974 et enfin, la rupture du programme commun en 1977 et les élections législatives de 1978.

1972 : la condamnation unanime du programme commun

6Raymond Aron est un des premiers à réagir :

  • 9 Aron, R., à Europe 1 (dimanche 2 juillet 1972) cité par La Nation, organe de l’UDR (3 juillet 1972)

« La vraie question, la seule question, c’est de savoir si le programme commun peut devenir un programme de gouvernement sans mettre en cause la structure économique, politique et sociale de la France, sa place dans le monde occidental. Or, à cette question, la réponse ne peut être que non, non et non9 ! »

  • 10 La Nation, Tribune « L’accord Mitterrand-communistes » (5 juillet 1972).
  • 11 La Nation. 3 juillet 1972.
  • 12 Présence du gaullisme. La lettre de présence, décembre 1972.
  • 13 La Nation, 30 septembre 1972.
  • 14 Mauriac, J., L’Après-de Gaulle. Notes confidentielles. 1969-1989, Paris, Fayard, 2006, p. 91.
  • 15 La Nation, 3 juillet 1972.
  • 16 « La rose, la faucille et le marteau », Notes d’information. Bulletin de l’Union travailliste, 10 (...)

7Au-delà de l’ironie : « Ce n’est pas une de ces grandes œuvres qui resteront dans la littérature de la vie politique » (Messmer), les droites dénoncent avec force le danger « collectiviste » et « totalitaire ». C’est l’argument le plus utilisé dans les mois qui suivent la signature du programme commun. Le député gaulliste de Charente – ancien élu radical du Front populaire –, Raymond Réthoré, s’interroge : « Dans cette nouvelle alliance, que pèseront les socialistes face aux quatre millions de communistes qui seront les meneurs du jeu10 ? » Raymond Aron déplore que les socialistes français n’aient pas compris « les leçons d’un demi-siècle de socialisme soviétique » et condamne la France « au choix entre une majorité immuable et une aventure absurde11 ». Le gaulliste orthodoxe Hubert Germain s’inquiète : « C’est un tournant capital dans la vie politique française qui voit l’engagement définitif des socialistes aux côtés des communistes, majoritaires dans cette alliance. Essayons de voir ce que serait le socialisme à la française : c’est M. Mitterrand lui-même qui en définissait les grandes lignes en 1971 : “Le régime instauré au Chili constitue, à mes yeux, l’exemple le plus proche de ce qui pourrait être réalisé en France”, déclarait-il avec une grande naïveté12 ». Quant au Premier ministre Pierre Messmer, il évalue la menace : « Dans la meilleure hypothèse, ce serait un retour à la IVe République et dans la pire, un système totalitaire13. » Le journaliste gaulliste Jean Mauriac se dit frappé par « la violence de l’anticommunisme » de Messmer14. Du côté des gaullistes de gauche, la condamnation est parfois tout aussi ferme. Résistant de la première heure, issu du socialisme des années 1930, André Weil-Curiel se déchaîne, dès juillet 1972, contre « ce marché de dupes qui ne peut aboutir, en cas de succès électoral des néo-totalitaires, qu’à l’asservissement et à la misère15… » Gilbert Grandval, dirigeant de l’Union travailliste, considère que « l’alternative véritable n’existe qu’au sein de la majorité elle-même » si celle-ci est capable « d’attirer le plus grand nombre possible d’hommes de gauche et de progrès qui rejettent le régime communiste » et il met en garde le PS : « Qu’il sache que la rose coupée par la faucille, écrasée par le marteau, ne vivra même pas l’espace d’un matin16. »

  • 17 Lancien, Y., secrétaire général des CDR à Valenciennes. La Nation, 12 juillet 1972.
  • 18 Messmer, P., à Toulouse. La Nation, 30 septembre 1972.

8Le contenu des propositions du programme commun vient en seconde place dans la critique du texte : « Dans des domaines essentiels (exercice de la démocratie, politique étrangère et de défense, nationalisations) le programme commun suscite l’inquiétude17 » ; « Un catalogue de mesures économiques et sociales qui entraînerait des dépenses quatre fois supérieures au moins aux recettes escomptées ; une politique étrangère à laquelle personne ne peut croire, puisqu’il y a désaccord des partenaires sur les principaux problèmes extérieurs ; une politique de défense plus absurde que celle qui nous a conduits à la catastrophe, au désastre de 194018. » La droite gaulliste met l’accent sur le péril que fait peser le programme commun sur les fondements du régime de la Ve République. En s’appuyant sur l’actualité récente, le Premier ministre Pierre Messmer utilise aussi l’argument de l’impossible unité entre communistes et socialistes pour dire son scepticisme quant à l’avenir du programme commun :

  • 19 La Nation, 30 septembre 1972.

« Au plan politique, c’est une aimable farce. Les socialistes et les communistes n’ont même pas pu se mettre d’accord sur une première épreuve qui se présentait à eux : le référendum sur l’Europe19. »

9Pourtant, à l’UDR, certains affirment leur différence. Le secrétaire d’État auprès du Premier ministre Chaban-Delmas, en charge de la participation et de l’intéressement, le gaulliste de gauche, Léo Hamon, met en garde dès le 3 juillet contre une critique stérile :

  • 20 La Nation, 3 juillet 1972.

« La peur des autres ne saurait être pour nous une protection suffisante, ni le procès des autres le principal éloge de notre propre action. Nous devons aussi lutter pour que la majorité réponde elle-même à ces espérances, à ces aspirations vers davantage de justice, travailler à ce que notre image même atteste notre résolution d’amener davantage de démocratie et de participation véritable20. »

  • 21 Cotta, M., Cahiers secrets de la Ve République, vol. 1, « 1965-1977 », Paris, Fayard, 2007, p. 388.

10Plusieurs mois plus tard, c’est aussi l’avis d’un des ministres de Pierre Messmer, Robert Boulin, qui explique à Michèle Cotta que « les militants des formations de la majorité “ne mordent plus à l’anticommunisme de papa” et qu’il faut donc chercher et avancer d’autres arguments pour combattre l’alliance à gauche21 ».

1973-1974 : gagner les élections face à la gauche unie

  • 22 Messmer, P., op. cit., in n. 2, p. 362.
  • 23 L’Année politique, économique, sociale et diplomatique en France. 1973, Paris, PUF, 1974.
  • 24 Ces notes sont conservées dans les archives de la présidence Pompidou aux Archives nationales (5AG (...)
  • 25 Morin, G., « Georges Pompidou et la gauche », Cointet, J.-P., Lachaise, B., Le Béguec, G., Mayeur, (...)

11La première réponse forte donnée par les droites au programme commun, c’est le discours prononcé, le 7 janvier, par le Premier ministre Pierre Messmer à Provins, ville dont le député-maire est Alain Peyrefitte, secrétaire général de l’UDR, en présence des anciens Premiers ministres de la Ve République (sauf Georges Pompidou) et des « principaux responsables RI et CDP, Valéry Giscard d’Estaing et Jacques Duhamel, assis à ma droite et à ma gauche », raconte Pierre Messmer, ajoutant non sans humour : « Avec juste ce qu’il faut de bonnes humeurs pour montrer qu’ils ne sont pas venus à contrecœur22 »… Pour la majorité unie sous l’appellation « Union des Républicains pour le progrès », ce discours fleuve (plus de deux heures) devient vite le « programme de Provins ». Le discours commence certes par une critique du programme commun de la « coalition socialo-communiste », dénonçant « une conception totalitaire et bureaucratique de la vie et de la société ». Mais il développe essentiellement les propositions de la majorité qui veut ainsi ne pas se limiter à une attitude défensive, mettre en avant son bilan et faire connaître ses objectifs « réalisables sans surcharge fiscale » pour être « la majorité nouvelle de demain » : « la majorité a son programme commun23 ». À l’Élysée, les conseillers du président Pompidou sont mobilisés, dès l’été 1972, pour rédiger des notes à l’attention du président sur chaque grand thème du programme commun de gouvernement24. Si le chef de l’État et son entourage « n’ont pas vu venir » le programme commun comme l’a écrit Gilles Morin, ils ont très vite pris conscience du danger qu’il représente pour la majorité et de la nécessité de préparer une réplique25.

  • 26 La formule « voyage sans retour » en cas d’application du programme commun de la gauche est utilis (...)
  • 27 Cotta, M., op. cit., in n. 21, p. 394.
  • 28 Aron, R., 50 ans de réflexion politique. Mémoires, Paris, Julliard, 1983, p. 559-560.

12Durant les mois qui précédent les élections, les droites ne renoncent pourtant pas à la dénonciation virulente du programme commun, axée principalement sur la menace d’un « voyage sans retour » malgré l’effort de certains de ses membres pour nuancer ou surtout se montrer plus constructifs26. Michèle Cotta note le 18 janvier 1973 : « En ouverture d’une conférence de presse de Valéry Giscard d’Estaing, Michel Poniatowski consacre ses attaques contre François Mitterrand : qui est le vrai François Mitterrand, celui qui a toujours dit vouloir lutter contre le communisme ou celui qui a signé le programme commun de gouvernement avec eux ? » Et il ironise sur le Chili « modèle » de Mitterrand : « Eh bien c’est gai ! dit-il. Quel modèle ! Un pays ruiné au bord de la guerre civile, aux portes de la famine27… » Quant à Raymond Aron, il considère qu’il intervient « au fond pour la première fois dans la bataille entre droite et gauche » en rédigeant en 1973 un « réquisitoire contre le programme commun de gouvernement » dont le premier article s’intitule « Le cercle carré », qui veut « démontrer la contradiction entre les objectifs et les moyens envisagés, montrer l’incohérence du programme commun »28.

  • 29 Ibid., p. 394.
  • 30 Pozzi, J., « Robert Boulin dans la famille politique gaulliste sous la Ve République », Bonin, H., (...)
  • 31 Foccart, J., Journal de l’Élysée. La fin du gaullisme, vol. 5, « 1973-1974 », Paris, Fayard, 2001, (...)

13La position du ministre de l’Économie et des Finances, Valéry Giscard d’Estaing, candidat potentiel à l’Élysée, est beaucoup plus nuancée : il refuse l’ironie de son lieutenant et ami Michel Poniatowski, s’interrogeant devant les journalistes : « Comment se fait-il qu’un pareil programme, conduisant la France au désert économique, paraisse intéresser plus de 40 % des Français29 ? » Un autre ministre, Robert Boulin, en charge des relations avec le Parlement dans le gouvernement Messmer, continue, pour sa part, à manifester son désaccord avec une tactique trop axée sur le péril commu30. Les « barons » gaullistes, réunis autour du Premier ministre, décident le 1er février de « cesser d’agresser le parti communiste pour ne pas l’affaiblir par rapport au PS qui deviendrait alors plus dangereux31 ».

14Un livre, Le Piège, au sous-titre explicite : Comment lire le programme commun va dans le sens d’une argumentation plus solide. Il est écrit par trois « jeunes parlementaires appartenant aux trois familles de la majorité » : Jean-Pierre Soisson, Bernard Stasi et Olivier Stirn. Articulé en cinq parties aux titres expressifs critiquant chacune le contenu du programme, il s’achève par quelques pages intitulées « vers une autre société », présentant leur « double choix » : défense des institutions et ouverture sur l’étranger. L’ouvrage de 167 pages est offensif et ferme :

  • 32 Soisson, J.-P., Stasi, B., Stirn, O., Le Piège. Comment lire le programme commun, Paris, France Emp (...)

« Nous croyons qu’il est de notre devoir de faire prendre conscience aux Français des dangers qui les menaceraient s’ils laissaient s’engager le processus totalitaire […]. Le programme commun […], nous l’avons lu attentivement […]. Nous avons acquis une certitude : s’il était mis en œuvre, nos libertés seraient gravement menacées, notre progrès économique et social se trouverait irrémédiablement compromis, notre indépendance nationale serait aliénée32. »

15Entre les deux tours des législatives de mars, après la forte progression du PS au premier tour, le 4 mars, l’anticommunisme redevient pourtant le maître mot de l’engagement dans le camp gaulliste contre le programme commun. Pompidou l’utilise largement dans son allocution du 10 mars dans le « choix » des Français :

  • 33 Cointet, J.-P., Lachaise, B., Tricaud, S., Georges Pompidou et les élections. 1962-1974, Bruxelles, (...)

« D’un côté une société qui ignore ou qui supprime les libertés individuelles, la liberté politique, le droit de propriété et qui soumet la vie de chacun à l’autorité d’un parti et d’une administration totalitaires33. »

  • 34 La Nation, 6 mars 1973.

16Jacques de Montalais s’en sert pour essayer d’attirer les voix des « socialistes anticommunistes » afin de « faire front contre le processus qui mène toujours, en douceur ou par la violence, à l’asservissement des hommes34 ». Alain Peyrefitte suscite la peur :

  • 35 La Nation, 9 mars 1973.

« Hier, on pouvait ne pas se mettre en face du danger communiste parce que l’hypothèse d’un gouvernement à moitié communiste (pour commencer) semblait invraisemblable. Depuis ce premier tour, l’hypothèse, malgré les apparences, est devenue vraisemblable35. »

  • 36 Au soir du second tour, les droites conservent la majorité : l’UDR reste le premier groupe (162 dé (...)

17Et le quotidien gaulliste La Nation multiplie les titres les plus forts pour faire peur : « Barrez la route aux marxistes ! » (8 mars), « La menace est précise. Tout peut basculer dimanche. S’abstenir ou voter socialiste, c’est voter pour des ministres communistes » (9 mars), « On ne joue pas avec le communisme ! Il faut voter pour le progrès, contre la ruine, pour la liberté, contre la dictature » (10 mars). L’argument contribue, malgré la progression de la gauche unie, à la victoire de la majorité de droite sortante, aidée, il est vrai, par une partie des centristes qui suit son leader, Jean Lecanuet qui a demandé, dès le 6 mars à « mettre en échec la coalition socialo-communiste »36.

  • 37 Richard, G., « L’élection présidentielle de 1974. Un événement », Berstein, S., Rémond, R., Sirinel (...)
  • 38 Sur les affiches, voir Audigier, Fr., Histoire du SAC. La part d’ombre du gaullisme, Paris, Stock, (...)

18Après la mort du président Pompidou le 2 avril 1974, les droites se divisent et trois candidats issus de leurs rangs s’affrontent : Jacques Chaban-Delmas, Valéry Giscard d’Estaing et Jean Royer. Face à eux, François Mitterrand est le candidat unique du PS, du PCF, du MRG et du PSU. Les droites doivent faire face à « des gauches unies comme elles ne l’avaient jamais été depuis le Front populaire » et Gilles Richard a analysé avec justesse les stratégies politiques différentes incarnées par le gaulliste Chaban et le libéral Giscard. Certes, « l’argumentaire anticommuniste traditionnel fut largement développé37 ». En témoignent, du côté gaulliste, l’initiative de Jacques Foccart de faire réaliser des affiches anticommunistes illustrées par Sennep ou cette carte à jouer, diffusée par les CDR, représentant au recto le roi Marchais et le valet Mitterrand, têtes opposées, tenant respectivement la faucille et le marteau et la rose à la main, et au verso un texte, en rouge : « Ne jouez pas l’avenir de la France avec des cartes truquées » et en noir, entourant la tête de Chaban : « Choisissez la bonne carte38 ». Chaban lui-même, comme à Provins en 1973, privilégie la mise en avant de la Nouvelle société à la dénonciation du programme commun. Mais, comme l’écrit Gilles Richard,

  • 39 Richard, G., op. cit., in n. 37, p. 24.

« la signature du programme commun le 27 juin 1972 avait déjà marqué l’échec de la stratégie politique que représentait son projet de “nouvelle société” tandis que Valéry Giscard d’Estaing, avec son slogan “le changement sans le risque” se positionne habilement à la fois face à l’union des gauches et à “l’État-UDR”39 ».

1977-1978 : quand une poignée de gaullistes se distingue de l’immense majorité des droites face au programme commun

19Entre la victoire de Valéry Giscard d’Estaing en mai 1974 et les législatives de 1978, le contexte change profondément pour les droites. Les divisions des droites en 1974 laissent des blessures. Les relations entre les gaullistes et le président de la République deviennent de plus en plus difficiles entre 1974 et 1976. La dégradation aboutit à la démission de Jacques Chirac quittant en août 1976 Matignon, puis à la création, à la place de l’UDR, d’un nouveau mouvement gaulliste, le RPR, en décembre 1976, dont Jacques Chirac devient le président. Le RPR ne cache pas ses objectifs, à savoir la reconquête de l’Élysée, et s’engage dans une guérilla dévastatrice pour les droites avec les autres partis de la majorité présidentielle réunis en février 1978 dans l’UDF. Si l’immense majorité des gaullistes se retrouve dans le RPR, force est de rappeler que, depuis 1969, un certain nombre de gaullistes refuse le gaullisme « pompidolien » puis « chiraquien », les considérant comme un glissement droitier qui trahit les idéaux du gaul-lisme historique. Quelques personnalités gaullistes ont ainsi rompu avec le parti gaulliste, à l’image de Louis Vallon, de Christian Fouchet, de Jean-Marcel Jeanneney et quelques-uns prennent position pour François Mitterrand pour le second tour de l’élection présidentielle de 1974, publiquement comme Jean-Marcel Jeanneney ou Vallon, ou discrètement comme Léo Hamon.

20Cette division chez les gaullistes, accentuant celle entre le parti gaulliste et les gaullistes de gauche, se répercute sur leur attitude face au programme commun et se traduit par des choix différents lors des échéances électorales de 1977-1978. À cela s’ajoute le profond changement de conjoncture économique entre 1972 et 1978. Les partis de gauche sont confrontés à une laborieuse réactualisation du programme commun, esquissée dès janvier 1974 mais entreprise réellement au printemps 1977 avant d’aboutir à une rupture en septembre 1977.

  • 40 Chapsal, J., La Vie politique en France sous la Ve République, Paris, PUF, 1981, p. 583.

21À droite, les attaques contre le programme commun se multiplient au lendemain des municipales dont les résultats constituent une belle victoire pour la gauche. Pour la majorité, comme l’écrit Jacques Chapsal, « l’avenir s’annonce sombre pour 1978. De la défaite municipale de 1977, comment faire sortir une victoire législative en 197840 ? » Le Premier ministre Raymond Barre dénonce le double danger économique (« Six mois de programme commun de gouvernement ruineraient vingt ans d’efforts », Le Monde, 9 avril 1977) et diplomatique (« La France doit mener une politique d’équilibre entre les deux grandes puissances mondiales et que les conditions de cet équilibre nécessitent que cette forme d’alternance-là soit évitée », Le Monde, 22 avril 1977). Quant à Robert Hersant, il met en garde et dramatise dans France Soir le 1er juillet 1977 :

  • 41 L’ensemble de ces citations provient du dossier « attaques contre le programme commun », CAS-Fonda (...)

« En choisissant le programme commun de gouvernement, vous votez la mort de la société libérale mais après ne venez pas pleurnicher que vous n’aviez pas voulu cela ! Il n’y aura plus d’alternance […]. La victoire de la coalition socialo-communiste en 1978 aura un caractère irréversible pour la génération à venir. La France basculera dans un autre monde41. »

22Dès juin 1977, le président du RPR, fort de sa victoire aux municipales à Paris, attaque, dans la perspective des législatives de 1978 et il martèle dans plusieurs discours à l’automne :

  • 42 Chirac, J., Discours pour la France à l’heure des choix, Colombes (3 juin 1977), Paris, Stock, 1978 (...)

« Les illusions et les démagogies du programme commun étaient peut-être un peu plus excusables lorsqu’il fut élaboré, en 1972, dans une période de pleine expansion économique. Comme les socialistes et les communistes sont incapables de se mettre d’accord pour le réviser sérieusement, et qu’ils doivent s’en tenir aux engagements initiaux sous peine de s’opposer sur tous les points, ce programme actualisé ou pas est, de surcroît, inadapté aux problèmes du présent et de l’avenir. De tout cela, les Français ne pourront manquer de s’apercevoir, avant ou après les élections, et je fais confiance à leur bon sens pour que ce soit avant, en dépit des mensonges et des illusions qui leur sont prodigués42. »

  • 43 Grunberg, G., « Le bon choix pour la France », Berstein, S., Rémond, R., Sirinelli, J.-Fr. (dir), o (...)

23Quant au président Valéry Giscard d’Estaing, dans la perspective des législatives de mars 1978, il décide de prendre position face au risque d’arrivée au pouvoir de la gauche à laquelle les sondages donnent de bonnes chances et il le fait dans une allocution que Gérard Grunberg qualifie de « discours le plus important en matière de politique intérieure du septennat43 ». Après avoir brièvement rappelé les dangers que le programme commun fait peser sur la France, il se montre très explicite dans son adresse aux Français : « Vous pouvez choisir l’application du programme commun. C’est votre droit. Mais si vous le choisissez, il sera appliqué. Ne croyez pas que le président de la République ait, dans la constitution, les moyens de s’y opposer. »

  • 44 Jobert, M., cité par Cotta, M., op. cit. n in n. 21, p. 852.

24Cette offensive contre le programme commun, fondée massivement sur la peur du modèle communiste et la crainte d’une alternance irréversible comme en 1972-1973, ne fait pourtant pas l’unanimité à droite comme en témoigne le propos de Michel Jobert conseillant à Raymond Barre « de ne point trop apparaître comme le pourfendeur du programme commun » car « la stratégie anticommuniste, ça ne paie plus. La dénonciation du PS encore moins et celle du programme commun est nulle44 ». D’autres, issus de la famille gaulliste, vont beaucoup plus loin. À leurs yeux, le programme commun n’est pas un repoussoir mais au contraire le symbole d’une large union qu’ils souhaitent vivement rejoindre. Le rapprochement entre gaullistes et gauches est entrepris le 29 mai 1976 par une motion votée par le comité directeur du Front du progrès :

  • 45 Le Sursaut populaire. Mensuel des gaullistes d’opposition, no 20, 20 juin 1976. La délégation est n (...)

« Pour permettre à la gauche de diversifier ses composantes et donc d’élargir sa base populaire […] nous souhaitons que soient entamées des discussions avec les partis de gauche en vue d’enrichir et de signer le programme commun45. »

25La démarche se poursuit à l’automne puis au début de l’année 1977 afin de « renforcer et élargir l’union de la gauche en organisant le gaullisme populaire », et se concrétise par un

  • 46 Le Sursaut populaire, no 25 et 26, 1977. Le manifeste est signé par le général Fr. Binoche, J. Debu (...)

« manifeste municipal des gaullistes d’opposition, expression de candidats gaullistes qui, à l’intérieur de la gauche, participeront demain à la gestion de nombreuses communes au service de leurs concitoyens. Notre participation à des listes d’union de la gauche prouve que celles-ci constituent le véritable rassemblement en qui tout gaulliste peut se reconnaître sans reniement et sans exclusive contre une partie de la communauté nationale46 ».

  • 47 Sud-Ouest, 23 avril 1977.

26Durant la campagne des municipales a lieu le meeting de la gauche déjà évoqué, au cours duquel le général Binoche fait un long discours. À l’issue des municipales, diverses organisations de gaullistes de gauche – le Front progressiste, le mouvement Initiative républicaine et socialiste, l’Association des élus gaullistes de progrès et le vice-amiral Sanguinetti – souhaitent participer aux travaux d’actualisation du programme commun47. En mars 1978, à la veille des législatives, Jean Charbonnel et Léo Hamon expliquent leur position en appelant à voter pour les candidats de la Fédération des républicains de progrès :

« Le gaullisme d’opposition, né en 1974, du refus de la nouvelle majorité giscardienne, s’affirme un peu plus à chaque consultation électorale […]. Notre gaullisme de fidélité est en même temps un gaullisme de progrès. C’est parce que nous avons fait ce choix que nous avons engagé, depuis plusieurs années, un dialogue constructif et ouvert avec les forces de gauche »,

27écrit le député-maire de Brive tandis que Léo Hamon argumente :

  • 48 Le Recours républicain. Mensuel d’information de la Fédération des républicains de progrès, no 3, m (...)

« Si nous nous retrouvons avec la gauche, nous n’avons pas signé le programme commun et nous avons toujours dit que si nous nous reconnaissions dans ses aspirations et ses grandes orientations, nous ne pouvions pas être liés par le détail et l’ensemble des mesures dont nous n’avons jamais eu à discuter48. »

28Mais force est de constater que l’ambition de ces gaullistes de gauche ne rencontre pas l’accueil espéré et aboutit à un échec. Les forces de gauche n’auraient-elles pas été intéressées par cet apport issu de l’autre « camp » ? Léo Hamon résume ainsi les réactions des partis de gauche :

  • 49 Hamon, L., op. cit., in n. 8, p. 492.

« Les plus chaleureux et coopératifs furent les communistes […]. Cette stratégie était inspirée par leur sympathie pour nos préoccupations en matière de politique étrangère et par leur désir de voir se développer à l’intérieur de l’alliance des gauches autre chose que le rival socialiste […]. Je pensais un temps obtenir un rapprochement privilégié avec le MRG […]. Robert Fabre voyait pour son parti une possibilité d’extension de notre côté […] mais Michel Crépeau expliqua lors du congrès national à Bordeaux que l’ouverture d’esprit du MRG ne pouvait aller jusqu’à aller accueillir un ancien ministre de la majorité49. »

29Du côté des communistes, l’intérêt est réel et très tôt exprimé par « un appel aux gaullistes » confirmé par Georges Marchais durant la campagne présidentielle de 1974 :

  • 50 Propos de Marchais, G., devant le Comité central du PCF (8 mai 1974), rapportés par Vieuguet, A., (...)

« Entre les communistes et les gaullistes, il y a des choses qui ne sont pas liées à des circonstances électorales mais qui sont autrement plus profondes. Il s’agit de l’attachement à la nation et à sa grandeur, de l’aspiration à voir notre peuple rassemblé pour faire une société plus juste, plus fraternelle, au progrès de laquelle participent réellement tous les Français50. »

  • 51 CAS-Fondation Jean-Jaurès. 2 RE 27. Rencontres au sommet 1974-1977.

30La plupart des socialistes sont tout aussi réservés comme en témoigne cette note manuscrite ajoutée à un compte-rendu de réunion du bureau exécutif : « Aucune alliance avec aucune formation située à la droite du MRG51. » La faute revient-elle alors aux MRG et PS ? En 1977, du côté du RPR, on ironise sur les illusions des gaullistes de gauche et sur les radicaux de gauche :

  • 52 Éditorial de Charpy, P., La lettre de la Nation, 18 mai 1977.

« R. Fabre, expert en pharmacie comme chacun sait, a conseillé à ceux qui s’intitulent “gaullistes d’opposition” d’aller se faire cuire un œuf. Les radicaux de gauche n’ayant déjà que des miettes “concédées” par le PS n’ont pas envie de les partager. C’est bien normal52. »

31Pourtant, dans ses souvenirs, Robert Fabre, en évoquant le colloque « La gauche, un espoir pour la France », organisé à l’initiative du MRG en novembre 1974, semble le regretter :

  • 53 Fabre, R., op. cit., in n. 7, p. 242.

« Ces ralliements (de gaullistes de gauche) ne plaisaient pas à certains de nos amis, enclins à s’enfermer dans le radicalisme “pur et dur” et une chance historique de créer un grand mouvement de centre gauche venait d’être marquée53. »

  • 54 Entretien avec Chevènement, J.-P., Le Recours républicain, no 4, mai 1978.

32Quant à Jean-Pierre Chevènement, animateur du CERES, il rappelle, en 1978, qu’il avait « dès 1976, émis cette idée qu’une famille gaulliste devait se constituer dans la gauche et qu’au fond, elle pourrait vertébrer une 3e composante de l’union de la gauche », et considère que « la gauche n’a pas su saisir la chance que représentait l’apport des gaullistes de progrès54 ». Mais la responsabilité de l’échec vient, d’abord, de ces gaullistes de gauche tentés d’entrer dans l’union de la gauche et espérant y être reconnus comme la « 4e composante », et Sud-Ouest l’explique en peu de mots le 14 novembre 1976 : « Des marginaux sans clientèle électorale à l’audience limitée ».

33La place accordée ici dans cette analyse des droites face au programme commun aux quelques gaullistes qui se sont distingués par une attitude opposée à celle de toutes les droites en espérant devenir la « 4e composante » de l’union de la gauche ne doit pas fausser la perspective et l’effet « source » ne doit pas être écarté. Les noms engagés dans ce projet ne pèsent pas dans la vie politique française et leurs écrits demeurent fort confidentiels : cela explique que les gauches ne les aient pas pris au sérieux et que les droites ne se soient pas inquiétées… Il est évident que l’immense majorité des droites a perçu le programme commun comme une double menace : d’abord celle d’une alternance pour la première fois crédible depuis 1958 et ensuite celle d’une alternance sans retour. L’argument majeur, commun à tous, gaullistes et giscardiens, est l’anticommunisme traditionnel, appuyé sur 1936 et surtout sur le modèle soviétique depuis 1917 et celui des démocraties populaires depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Dans un contexte de guerre froide, un quart de siècle « seulement » après l’éviction des ministres communistes du gouvernement Ramadier, le coup de Prague, une quinzaine d’années après Budapest 1956 et quelques années après Prague 1968, dans un pays où le PCF constitue, même affaibli, la première force de gauche jusqu’en 1978 avec environ 20 % des suffrages aux élections législatives, l’argument est à la fois le plus classique et le plus compréhensible. S’y ajoute, chez les gaullistes, la peur d’une remise en cause des fondements de la Ve République, en matière d’institutions, de défense et de politique étrangère, tandis que chez les giscardiens, c’est plutôt le risque d’un effondrement économique qui est mis en avant.

Notes

1 En 1972, à l’Assemblée, le groupe UDR compte 258 députés (et 23 apparentés) ; le groupe RI 57 (et 4 apparentés) sur 487. Le gouvernement de Jacques Chaban-Delmas (jusqu’au 5 juillet) compte 32 UDR, 7 RI et 3 centristes PDM. Le premier gouvernement Pierre Messmer (à partir du 5 juillet) est composé de 22 UDR ou apparentés, de 6 RI et de 3 centristes CDP.

2 Germain, H., président de l’Amicale parlementaire « Présence et action du gaullisme », dans Présence du Gaullisme. La lettre de présence, décembre 1972 ; Messmer, P., Après tant de batailles..., Mémoires, Paris, Albin Michel, 1992, p. 362.

3 L’extrême droite demeure très faible, divisée dans son expression politique avec notamment Ordre nouveau (1969-1973) puis, à compter d’octobre 1972, le Front national fondé par Jean-Marie Le Pen et, à partir de novembre 1974, le Parti des forces nouvelles. Elle n’obtient guère plus de 2 % des suffrages aux législatives de 1973 et au maximum 0,9 % aux présidentielles de 1974, dont 0,74 % pour Jean-Marie Le Pen. Voir Milza, P., Fascisme français. Passé et présent, Paris, Flammarion, 1987.

4 Messmer, P., La Nation, 8 janvier 1973.

5 Giscard d’Estaing, V., Le Pouvoir et la Vie, vol. 1, Paris, France Loisirs, 1988, p. 394.

6 Le Sursaut populaire, mensuel des gaullistes d’opposition. No 27, 1977.

7 Évoqués dans des travaux inédits comme de Nayves, D., Villemot, D., « Le gaullo-gauchisme », mémoire Sciences-Po Paris, 1975 ; Lafage, D., « Les gaullistes de gauche. 1958-1982 », mémoire Sciences-Po Bordeaux, 1983 et Denord, Fr., « Le Front du progrès (1964-1976). Un proto-parti de gaullistes de gauche », mémoire Sciences-po Paris, 1998, les contacts entre des gaullistes de gauche et l’union de la gauche sont omis par Billard, Y., « Les gaullistes de gauche », Becker, J.-J., Candar, G. (dir.), Histoire des gauches en France, vol. 2, Paris, La Découverte, 2004 alors que l’ancien dirigeant des radicaux de gauche en rend compte (Fabre, R., Quatre grains d’ellébore, Paris, Ramsay, 1990, p. 242).

8 À la Fondation Jean-Jaurès, les dossiers du secrétariat aux relations extérieures du PS (2RE203, 2RE111) et celui sur les rencontres au sommet (1974-1977) (2RE27). Dans les nombreuses publications des groupes de gaullistes de gauche, Note d’information. Le recours républicain, le sursaut populaire et les souvenirs de Hamon, L., Vivre ses choix, Paris, Robert Laffont, 1991 ; Charbonnel, J., À la gauche du général, Paris, Plon, 1996 ; Charbonnel, J., Le Gaullisme en questions, Paris, PUF, 2002.

9 Aron, R., à Europe 1 (dimanche 2 juillet 1972) cité par La Nation, organe de l’UDR (3 juillet 1972).

10 La Nation, Tribune « L’accord Mitterrand-communistes » (5 juillet 1972).

11 La Nation. 3 juillet 1972.

12 Présence du gaullisme. La lettre de présence, décembre 1972.

13 La Nation, 30 septembre 1972.

14 Mauriac, J., L’Après-de Gaulle. Notes confidentielles. 1969-1989, Paris, Fayard, 2006, p. 91.

15 La Nation, 3 juillet 1972.

16 « La rose, la faucille et le marteau », Notes d’information. Bulletin de l’Union travailliste, 10 octobre 1972.

17 Lancien, Y., secrétaire général des CDR à Valenciennes. La Nation, 12 juillet 1972.

18 Messmer, P., à Toulouse. La Nation, 30 septembre 1972.

19 La Nation, 30 septembre 1972.

20 La Nation, 3 juillet 1972.

21 Cotta, M., Cahiers secrets de la Ve République, vol. 1, « 1965-1977 », Paris, Fayard, 2007, p. 388.

22 Messmer, P., op. cit., in n. 2, p. 362.

23 L’Année politique, économique, sociale et diplomatique en France. 1973, Paris, PUF, 1974.

24 Ces notes sont conservées dans les archives de la présidence Pompidou aux Archives nationales (5AG2/1091).

25 Morin, G., « Georges Pompidou et la gauche », Cointet, J.-P., Lachaise, B., Le Béguec, G., Mayeur, J.-M. (dir.), Un politique : Georges Pompidou, Paris, PUF, 2001, p. 257.

26 La formule « voyage sans retour » en cas d’application du programme commun de la gauche est utilisée notamment par l’Association nationale d’action pour la fidélité au général de Gaulle. Le Monde, 26 janvier 1973.

27 Cotta, M., op. cit., in n. 21, p. 394.

28 Aron, R., 50 ans de réflexion politique. Mémoires, Paris, Julliard, 1983, p. 559-560.

29 Ibid., p. 394.

30 Pozzi, J., « Robert Boulin dans la famille politique gaulliste sous la Ve République », Bonin, H., Lachaise, B., Robin, Chr.-L. (dir.), Robert Boulin en politique, Bruxelles, P. I. E. Peter Lang, 2011.

31 Foccart, J., Journal de l’Élysée. La fin du gaullisme, vol. 5, « 1973-1974 », Paris, Fayard, 2001, p. 59.

32 Soisson, J.-P., Stasi, B., Stirn, O., Le Piège. Comment lire le programme commun, Paris, France Empire, 1973. Jean-Pierre Soisson est secrétaire général adjoint des RI, Bernard Stasi est vice-président du CDP et Olivier Stirn, secrétaire national de l’UDR. Les titres des cinq parties sont : « Des libertés surveillées », « Une régression planifiée », « Une société figée », « Un État asservi », « Une France aliénée ».

33 Cointet, J.-P., Lachaise, B., Tricaud, S., Georges Pompidou et les élections. 1962-1974, Bruxelles, P. I. E. Peter Lang, 2008, p. 282 (CHAN, 5AG2/1091).

34 La Nation, 6 mars 1973.

35 La Nation, 9 mars 1973.

36 Au soir du second tour, les droites conservent la majorité : l’UDR reste le premier groupe (162 députés et 21 apparentés) et les RI le quatrième (51 députés et 4 apparentés) tandis que le PS et les radicaux de gauche ont 100 et 2 députés – soit un doublement par rapport aux 43 et 9 – et le PCF 73 – et 39, soit lui aussi un gros doublement).

37 Richard, G., « L’élection présidentielle de 1974. Un événement », Berstein, S., Rémond, R., Sirinelli, J.-Fr. (dir.), Les Années Giscard. Institutions et pratiques politiques. 1974-1978, Paris, Fayard, 2003, p. 16-22.

38 Sur les affiches, voir Audigier, Fr., Histoire du SAC. La part d’ombre du gaullisme, Paris, Stock, 2003, p. 279. Carte issue d’archives privées.

39 Richard, G., op. cit., in n. 37, p. 24.

40 Chapsal, J., La Vie politique en France sous la Ve République, Paris, PUF, 1981, p. 583.

41 L’ensemble de ces citations provient du dossier « attaques contre le programme commun », CAS-Fondation Jean-Jaurès. 2 RE 111. PS, Secrétariat aux relations extérieures, décembre 1976-novembre 1977.

42 Chirac, J., Discours pour la France à l’heure des choix, Colombes (3 juin 1977), Paris, Stock, 1978, p. 60.

43 Grunberg, G., « Le bon choix pour la France », Berstein, S., Rémond, R., Sirinelli, J.-Fr. (dir), op. cit., in n. 37, p. 155.

44 Jobert, M., cité par Cotta, M., op. cit. n in n. 21, p. 852.

45 Le Sursaut populaire. Mensuel des gaullistes d’opposition, no 20, 20 juin 1976. La délégation est notamment composée de Dominique Gallet, Michèle Bailly, Dominique Chagnollaud – délégué national Front des jeunes pour le progrès –, Jacques Debu-Bridel.

46 Le Sursaut populaire, no 25 et 26, 1977. Le manifeste est signé par le général Fr. Binoche, J. Debu-Bridel, D. Gallet, L. Hamon, P. Roudier et le vice-amiral A. Sanguinetti.

47 Sud-Ouest, 23 avril 1977.

48 Le Recours républicain. Mensuel d’information de la Fédération des républicains de progrès, no 3, mars 1978.

49 Hamon, L., op. cit., in n. 8, p. 492.

50 Propos de Marchais, G., devant le Comité central du PCF (8 mai 1974), rapportés par Vieuguet, A., Cahiers du communisme, juin 1974. CAS-Fondation Jean-Jaurès. 2 RE 203. Convergences PCF-RPR : revue de presse 1974-1978.

51 CAS-Fondation Jean-Jaurès. 2 RE 27. Rencontres au sommet 1974-1977.

52 Éditorial de Charpy, P., La lettre de la Nation, 18 mai 1977.

53 Fabre, R., op. cit., in n. 7, p. 242.

54 Entretien avec Chevènement, J.-P., Le Recours républicain, no 4, mai 1978.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540