Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Deuxième partie. Regards sur le programme commun

La gauche et l’État : le « moment programme commun », 1973-1978

Marc Lazar

Texte intégral

1Le regard sur le programme commun que je porte est lié à des travaux en cours que je mène sur les relations entre la gauche française et l’État sur une durée relativement longue. Dans ce cadre, l’élaboration, la signature et la promotion du programme commun forment un « moment » essentiel, tout comme les années qui suivent, marquées par la rupture de l’union de la gauche puis la victoire de François Mitterrand en 1981. Au premier abord, il est courant d’expliquer que ce « moment » est celui de l’affirmation irrésistible de l’étatisme de la gauche française, une affirmation qui prolongerait presque mécaniquement l’une des composantes traditionnelles de la culture de gauche dans ce pays. Ma contribution vise à nuancer quelque peu ce point de vue largement répandu, en montrant la complexité du « moment programme commun », notamment au début des années 1970. L’interprétation que je défends ici repose sur trois considérations principales.

2D’une part, le moment programme commun a provoqué des réticences à gauche, il a été marqué aussi par des incertitudes et il a suscité des interrogations. Il ne s’est pas réalisé aussi aisément que certains des protagonistes encore vivants voudraient le faire croire, davantage en fonction de considérations politiques du présent (tenter d’unir la gauche pour gagner la prochaine présidentielle de 2012) que par un souci de vérité historique. D’autre part, la signature du programme commun représente un tournant au cours duquel se renégocie le rapport entre la gauche et l’État. La nouvelle configuration théorique et politique qui s’ensuit marque la défaite des tenants des positions critiques envers l’État et, par conséquent, la victoire des adeptes d’un interventionnisme fort de l’État. Celui-ci est caractérisé par l’émergence de propositions inédites et la perpétuation de traits relativement, il est vrai, coutumiers à la gauche. En outre, la période du programme commun nourrit de nouvelles réflexions sur le sujet crucial des rapports entre gauche et État. En ce sens, le moment programme commun représente sans conteste une forme d’apothéose pour ne pas dire d’extase étatique et un accélérateur de l’étatisme de gauche. Enfin, le moment programme commun atteste que, dans un contexte historique précis, un acte stratégique de partis politiques, en l’occurrence sceller un accord programmatique, ne concerne pas que le jeu politique. Cela entraîne aussi des conséquences sur les cultures politiques, la vie intellectuelle et plus largement la société civile, ce qui va à contre-courant de l’idée largement admise, surtout de nos jours, que les partis ne pèsent en rien sur cette dernière.

3Cette étude privilégie l’analyse de l’idéologie des partis politiques, une idéologie qui occupe une place considérable à l’époque, et celle des cultures politiques, jusque dans leur dimension sociologique. Elle s’organise en trois parties. La première consiste en un rappel rapide du contexte idéologique et politique dans lequel baigne la gauche dans son rapport à l’État. La deuxième entend saisir le moment programme commun comme étant celui de l’imposition de la culture étatique de la gauche, de la conquête d’une forme d’hégémonie des partisans d’un État fort. Enfin, il s’agira de s’interroger sur l’éventuelle exceptionnalité de la gauche française.

Le contexte idéologique et politique

  • 1 Roussellier, N., « Le socialisme et l’État », in « 1905-2005 : cent ans de socialisme. Les socialis (...)

4Il existe indéniablement ce que l’on pourrait appeler un « terreau » étatique pour la gauche française. Mais un terreau qui s’est formé de manière assez tourmentée dans le temps. On en rappellera les étapes de manière assez rapide. Dans une contribution particulièrement perspicace consacrée au socialisme français et l’État, Nicolas Roussellier avait, à raison, repéré trois grandes phases. De 1905 à 1914 s’écoule une période bien résumée d’une formule frappante, l’« État ennemi », puisque, dans l’ensemble, les socialistes dénonçaient l’État. Les années qui vont de 1914 à 1945 sont marquées par les débats suscités par une évolution, incarnée par Léon Blum, qui voient les socialistes investir l’État tout en s’en méfiant et en étant ravagés par des doutes sur l’efficacité et la pertinence de cette évolution. Enfin, de 1945 à 2005, date à laquelle écrivait l’auteur de ce texte, s’instaure la phase du socialisme par l’État où, malgré les réticences exprimées sur le pouvoir exécutif fort instauré par la Ve République à partir de 1958 et plus encore après la réforme de 1962, les socialistes se convertissent à la nécessité d’avoir un État économique et social vigoureux et extrêmement interventionniste1. On pourrait ajouter que la crise financière et économique qui s’est ouverte en 2008 et la politique de Nicolas Sarkozy ont conduit le PS d’aujourd’hui à un grand retour à l’État après des années où certains responsables socialistes, lors de l’exercice du pouvoir, surtout après 1984 et plus encore durant la gauche plurielle (1997-2002), avaient parfois évoqué la nécessité de moderniser l’État et reconnu que celui-ci ne pouvait pas tout, selon la célèbre formule de Lionel Jospin en 1999, qui lui valut tant de critiques et de sarcasmes.

  • 2 Voir Hincker, Fr., « Rapport à l’État et alliances : la stratégie des PC d’Europe de l’Ouest », Co (...)

5Une évolution comparable, ce qui ne signifie pas identique, est perceptible au PCF ; mais cette évolution est plus chaotique car tributaire, à la fois des liens internationaux qu’entretenait ce parti avec Moscou et le mouvement communiste international, et de son insertion dans la réalité française. Au départ, hostile à l’État bourgeois, le PCF entend le détruire totalement. Le léninisme et le stalinisme réactivent la vieille conception guesdite des socialistes français. Un léger changement de perception de l’État s’opère cependant dans les années du Front populaire. Alors que le PCF semblait y avoir rapidement mis un terme à la veille de la guerre, il va poursuivre dans cette voie, comme le montre l’évolution de son attitude par rapport aux nationalisations, durant la résistance, à la Libération, puis lors sa participation aux gouvernements jusqu’en 1947. La guerre froide signifie un retour à sa critique systématique de l’État bourgeois au service, selon lui, non seulement des trusts capitalistes mais également de l’impérialisme américain. Après avoir fustigé l’État de la Ve République naissante, à partir du début des années 1960, le PCF propose une nouvelle conception de l’État. Cela découle de sa stratégie d’union de la gauche pour aller vers le socialisme, qui reposerait précisément sur un programme commun, mais aussi de tout un travail théorique qui s’est amorcé dans l’ensemble des PC au niveau international. Ainsi, la nouvelle théorie du capitalisme monopoliste d’État qui se propage dans ces années-là, jusque dans les rangs du CERES, comme l’a rappelé Jean-Pierre Chevènement lors du colloque, souligne l’inféodation de l’État aux monopoles. Le PCF estime néanmoins qu’une large alliance de la classe ouvrière, ce qui désigne, selon son jargon, le PCF, permettrait d’arracher l’État aux monopoles et de procéder à sa démocratisation. En particulier grâce à une ample politique de nationalisations et d’extension des services publics qui s’avère de ce fait cruciale et stratégique2.

  • 3 Voir, par exemple, Andrieu, Cl., Pour l’amour de la République. Le club Jean Moulin. 1958-1970, Pa (...)

6Pour autant, et ce point est essentiel, il n’était pas écrit que cet humus favorise automatiquement l’éclosion de la mystique étatique de la gauche. En attestent deux séries de controverses qui secouent la gauche politique et syndicale, durant deux décennies. D’abord, depuis la fin des années 1950, et plus encore dans la décennie qui suit, une forte effervescence idéologique et culturelle s’empare de la gauche « non communiste » comme on le disait à l’époque. Dans les clubs (on pense bien sûr au club Jean-Moulin étudié par Claire Andrieu), les associations, les communes, la CFTC en voie de déconfessionnalisation et qui donne naissance à la CFDT en 1964, au SGEN avec, dans ces deux derniers cas, le rôle clef joué par le groupe Reconstruction et la personnalité de Paul Vignaux, au PSU, de nouvelles idées se fraient leurs chemins, des expérimentations se font jour qui insistent, par exemple, sur la décentralisation, d’autres formes de gestion, l’autogestion ou la planification3. Ces volontés de rénover un socialisme « molletiste », qui semble sclérosé et agonisant, tout en se démarquant nettement du communisme international et français, contribuent à la remise en cause de la conception jacobine de la politique et de l’État tout-puissant, même si la référence à l’État demeure fondamentale. Ce bouillonnement n’est d’ailleurs pas une particularité française. De multiples interactions européennes s’établissent (il suffit de penser aux contacts qui s’établissent avec la Yougoslavie présentée comme « autogestionnaire » et avec la gauche italienne syndicale et socialiste, ou encore à l’influence qu’eut le livre de Richard Crossman publié en français en 1954 sous le titre L’Avenir du tra-vaillisme. Nouveaux essais fabiens). Ces tentatives d’aggiornamento ont des effets sur la SFIO comme l’illustrent bien, à la suite d’Alain Bergounioux et Gérard Grunberg, les recherches en cours de Mathieu Fulla : ainsi, concernant la pensée économique socialiste de la période, ce jeune doctorant montre certes qu’un consensus existe dans toute la gauche socialiste en faveur de l’acceptation d’une économie mixte au sein de laquelle l’État jouerait certes un rôle clef, mais que les débats portent sur le degré de planification et donc d’intervention étatique.

  • 4 Grémion, P., Modernisation et progressisme. Fin d’une époque 1968-1981, Paris, Esprit, 2005, p. 8.

7Dans les années 1970, ainsi que l’a pointé judicieusement le sociologue Pierre Grémion, les contestataires de mai 1968 vilipendent l’État et rejettent ses élites. L’État, écrit Pierre Grémion « est davantage perçu désormais comme un obstacle que comme un levier4 ». Les groupes trotskistes et maoïstes, qui veulent revenir aux sources d’un marxisme-léninisme intransigeant, fustigent en conséquence, de manière très classique, l’État bourgeois et ils entendent le faire tomber, d’où leur inclination à faire usage de la violence. La gauche libertaire, nourrie de références aux œuvres de Michel Foucault, Gilles Deleuze ou Félix Guattari qui renouvellent les analyses des pouvoirs, dénonce la puissance étatique et notamment sa dimension répressive qui toucherait tous les secteurs de la vie sociale. Enfin, la thématique de l’autogestion s’impose et se répand un peu partout. Toutefois, au même moment, socialistes et communistes relancent l’analyse de l’appareil de l’État au nom d’un marxisme qui se veut original. Les partis s’y réfèrent, les intellectuels, tels Louis Althusser, Étienne Balibar, Christine Buci-Glucksmann ou Nikos Poulantzas, y consacrent leurs recherches, les revues de gauche livrent une grande quantité d’articles. Ce n’est donc qu’au terme d’une bataille culturelle et politique concomitante de l’union de la gauche et de la signature du programme commun que les partisans de la centralité de l’État l’emportent à gauche dans les années 1970. L’État, et telle est la signification du programme commun, devient la pièce essentielle de la stratégie du PCF et du PS, quelles que soient les divergences par ailleurs de ces deux partis (sans même parler du parti radical de gauche), et devient la référence fondamentale pour la culture politique de la gauche pour longtemps, y compris après le tournant de la rigueur en 1983-1984.

Le moment programme commun ou l’imposition heurtée d’une culture étatique

8Reste à comprendre précisément comment se réalise ce que j’appelle l’imposition d’une culture étatique.

9Le facteur décisif tient précisément aux stratégies politiques et idéologiques des deux principaux partis, le PS et le PCF. Des stratégies différentes, compliquées en outre au sein du PS par les rivalités et les divergences des courants. Mais des stratégies qui, au sujet de l’État, sont convergentes.

  • 5 Voir les autres chapitres dans cet ouvrage. La thèse en cours de Batardy, Chr., « Le programme com (...)
  • 6 Bergounioux, A., Grunberg, G., L’Ambition et le remords. Les socialistes français et le pouvoir (19 (...)

10Pour le PS, il s’agit de rééquilibrer le rapport de forces avec le PCF en établissant une union avec lui et en faisant quelques concessions programmatiques et idéologiques5. Alain Bergounioux et Gérard Grunberg distinguent deux types d’attitudes au sein du PS. D’un côté, les adeptes d’une « union fusionnelle » avec les communistes qui les amenaient à partager avec ceux-ci objectifs politiques et contenu idéologique. De l’autre, autour de François Mitterrand, les partisans de l’« union froide », fondée sur les rapports de forces, pour conquérir le pouvoir en affaiblissant à terme le partenaire communiste. Dans un premier temps, qui court de 1971 à 1981, au-delà donc de la rupture de 1977, l’accord entre ces deux sensibilités reposait, entre autres, sur la croyance dans le rôle de l’État et donc sur le rôle fondamental des nationalisations. Ce n’est qu’après 1981, que cette entente explosera, surtout au regard des politiques d’austérité6.

  • 7 Marchais, G., « Préface », Programme commun de gouvernement du parti communiste et du PS, Paris, Éd (...)

11La stratégie du PCF, comme d’habitude chez lui, se fonde sur une appréciation mondiale du rapport des forces, comme l’écrit explicitement Georges Marchais, dans son introduction au Programme commun de gouvernement. Selon lui, le capitalisme est « dans une crise profonde et durable », en déclin, alors que le socialisme prospère, à commencer par les pays socialistes où « certes tout n’est pas parfait » mais qui sont « sur une ligne ascendante » et qui « remportent dans tous les domaines de la vie sociale, économique, culturelle et politique des succès incontestables7 ». Le PCF entend avec l’union de la gauche et le programme commun, auquel il accorde une importance bien plus considérable que le PS, accéder au pouvoir et ouvrir la voie au socialisme. Pour ce faire, étaient décisives la mise sous tutelle de l’économie et l’extension du périmètre étatique que le PCF pensait pouvoir infiltrer et contrôler directement ou par le biais de la CGT.

  • 8 Programme commun... op. cit., in n. 6, p. 113.

12En outre, dans le programme commun, s’affirme de facto l’étatisme de la gauche, même si, face aux critiques qui lui sont portées à droite mais parfois aussi, on l’a vu, dans son propre camp, ses signataires s’en défendent explicitement et que le programme précise d’ailleurs qu’il ne s’agit pas de faire de « l’étatisme ». Il n’en demeure pas moins que ce programme en matière économique (qui constitue la priorité absolue), sociale et culturelle aboutit à un renforcement inexorable de l’État. Il repose sur l’idée, inspirée, ainsi que l’a souligné Mathieu Fulla, à la fois de Marx et de Keynes, qu’une fois brisée la domination du grand capital, « le transfert à la collectivité des moyens de production les plus importants et des instruments financiers actuellement entre les mains de groupes capitalistes dominants » permettra la mise en œuvre d’une « politique économique et sociale nouvelle8 ». Le programme commun essaye de combiner nationalisations, planification (avec sans doute un accent davantage mis sur le premier terme) et « gestion démocratique du secteur public et nationalisé » (il ne parle pas d’autogestion). De facto, le texte affirme l’étatisme de la gauche dans le cadre national, tout en intégrant certaines thématiques nouvelles apparues dans les années 1960, en mai 1968 et dans les années qui suivent. Bien plus, cette montée en puissance de la culture étatique mêlant l’ancien et le nouveau s’amplifie à la suite de la signature du programme commun, d’autant que la crise économique de 1974 semble légitimer pleinement le renforcement du rôle de l’État. C’est ce que j’appelle l’effet accélérateur du programme commun qui se repère dans la sphère politique au sens étroit du mot, à savoir la compétition entre partis, mais aussi dans d’autres sphères, celles de la culture politique, de la vie intellectuelle et de la société dans son ensemble.

  • 9 Kraus, Fr., « Les assises du socialisme ou l’échec d’une tentative de rénovation d’un parti », Note (...)

13Néanmoins, l’ascendance de ce tropisme étatique dans les années 1970 n’est pas irrésistible. Au PS, des résistances s’expriment, en particulier lors de la constitution des assises du socialisme à l’automne 1974 puis avec le courant qui prendra le nom de la deuxième gauche issu, le plus souvent, du PSU et bénéficiant de relais importants dans la CFDT9. Trois exemples, de nature idéologique et politique, ou parfois combinant idéologie, politique et pratiques, attestent que la marche vers l’étatisme n’est pas une promenade de santé.

  • 10 Mitterrand, Fr., Ma part de vérité, Paris, éd. du Seuil, 1969.
  • 11 Voir Georgi, Fr. (dir.), Autogestion. La dernière utopie ? Paris, Publications de la Sorbonne, 200 (...)

14Le débat sur l’autogestion l’illustre parfaitement et je renvoie à ce sujet aux travaux de Franck Georgi et d’Hélène Hatzfeld. On le sait, le PS a été influencé par les thématiques autogestionnaires, très présentes au PSU, auxquelles d’ailleurs le CERES et les rocardiens, par exemple, donnaient des sens différents. François Mitterrand, lui-même, dès 1969, parlait des nationalisations, de la planification et de l’autogestion10. L’autogestion connaîtra incontestablement une grande mais brève vogue à gauche – y compris au PCF – et dans le syndicalisme, mais elle n’aura au final que des effets directs limités sur les choix politiques de la gauche unie tout en se diffusant comme référence culturelle de manière sans doute plus large dans la société11.

  • 12 Voir, par exemple, Boccara, P., Etudes sur le capitalisme monopoliste d’État, Paris, Editions soci (...)

15Un deuxième exemple est fourni par la poursuite et l’accentuation des controverses sur l’État que nous avons déjà mentionnées. En particulier, du fait des propositions des « rocardiens », Michel Rocard au premier chef, mais aussi Gilles Martinet, Jacques Julliard, Alain Touraine, Pierre Rosanvallon, Patrick Viveret et tout le collectif de la revue Faire, sur ce sujet : nourris de diverses références théoriques, historiques et sociologiques, mais aussi d’une réflexion qui s’amorce sur le totalitarisme communiste, ils expliquent que le changement politique, économique et social ne dépend pas uniquement de l’État, bien au contraire. La gauche marxiste (au PS comme au PCF) répond violemment et s’efforce de préciser sa conception de l’État, tout en intégrant parfois les ébullitions intellectuelles et politiques de la décennie des années 1960 marquées justement par une forme de défiance à l’égard de l’État. Cette composante de la gauche, intellectuelle et politique, est véritablement obsédée par l’État comme en atteste la multitude de livres et d’articles, de numéros spéciaux de revues (Repères du CERES, Dialectiques animée par des communistes assez inspirés par le PC italien ou La Nouvelle Critique, périodique intellectuel du PCF consacrent des pages entières à ces discussions), les textes d’orientation dans les congrès dans les partis ou encore la tenue de débats publics, etc. Ces marxistes fustigent tous la timidité de l’étatisme réformiste de la social-démocratie européenne. Certains socialistes portent des jugements critiques sur les pays socialistes (mais avec modération), certains communistes rappellent le caractère de classe de l’État bourgeois pour mieux condamner la renonciation du PCF à la dictature du prolétariat à l’instar d’Étienne Balibar en 1976 et de Louis Althusser l’année suivante, quelques-uns s’emparent de Gramsci (comme Christine Buci-Glucksmann en 1975), et ceux plutôt gauchistes, tel Nikos Poulantzas, critiquent l’« économisme » du PCF, produit de son « stalinisme », tout en se démarquant des penseurs des pouvoirs, Michel Foucault, Gilles Deleuze ou Félix Guattari12. Or justement, la pensée critique du pouvoir s’affirme dans les années 1970, dans ses multiples variantes, nouveaux philosophes, penseurs du totalitarisme communiste, adeptes du renouveau de la pensée libérale, socialistes libéraux, voire dans un autre genre la sociologie critique de Pierre Bourdieu. Cela aboutira à une rupture entre une gauche marxiste obnubilée par l’État et une pensée critique de l’État qui aura de lourds effets après 1981.

16Enfin, l’Éducation nationale, secteur stratégique par excellence pour la gauche, fait apparaître une sorte de zone intermédiaire, grise, hésitante, du côté des socialistes (pas chez les communistes organisés par exemple dans le Snes). Les recherches d’Ismaël Ferhat montrent bien que dans les années 1970, les socialistes et les organisations syndicales (SNI-Pegc et encore plus le SGEN) s’efforcent de combiner la revendication d’un service public laïc et unifié avec la prise en compte d’une partie des aspirations de mai 1968 (critique de l’appareil étatique de l’Éducation nationale, intérêt pour des expériences décentralisées, des particularismes, de la pédagogie novatrice ou considérée à l’époque comme telle, etc.). Ce n’est qu’après 1981, que le PS changera de logiciel.

La gauche française constitue-t-elle une exception en Europe ?

  • 13 Voir Flandre, Chr., Socialisme ou social-démocratie ? Regards croisés français allemands. 1971-198 (...)

17Seul le PS a signé un programme commun avec un PCF, ce qui n’a pas manqué de faire des vagues dans l’Internationale socialiste. Aucun des partis socialistes européens, confrontés à des PC forts, ne s’est engagé dans une voie similaire. Le PS se situe donc à contre-courant, et le SPD, par exemple, principal parti du socialisme européen, se montre très critique du PS13.

  • 14 Sassoon, D., One hundred year of socialism. The west european left in the twentieth century, Londre (...)

18Cependant, les débats qui se développent au sein du PS et plus largement de la gauche française, ont une résonance européenne. Que cela soit au sein du Labour, du SAP suédois (sauf que la Suède étant rejetée par la gauche marxiste française comme un contre-modèle, les discussions au sein de ce parti, qui montrent une certaine ressemblance avec celles qui se déroulaient en France, ne sont pas prises en considération par le PS) ou des partis de la gauche italienne. D’ailleurs, dans son grand livre comparatif, Donald Sassoon s’étonne quelque peu des controverses françaises sur le programme commun car, selon lui, le contenu de celui-ci correspondait grosso modo à celui de nombre de partis de gauche européens14. Il minore ainsi, à notre avis, l’étatisme de la gauche française qui reste quand même exceptionnel : aucun autre PS du reste de l’Europe n’affiche un tel programme de nationalisations, ne recourt à une rhétorique de rupture avec le capitalisme, ni ne scelle une alliance avec un PC (d’autant que le parti français est le plus prosoviétique qui soit parmi les grands PC de l’époque).

  • 15 Portelli, H., Le Socialisme français tel qu’il est, Paris, PUF, 1980, p. 124-125. Portelli utilise (...)
  • 16 Données tirées de Platone, Fr., Les Électorats de la Ve République. Données d’enquêtes 1958-1995, (...)

19En outre, l’autre grande particularité française est d’ordre sociologique. Le PS, en particulier, réalise une OPA sur les classes moyennes salariées du secteur public et urbaines, son offre politique rencontrant une demande sociale. En 1973, 77 % des adhérents socialistes sont actifs. Les ouvriers représentent 18,8 % des actifs et 14,4 % des adhérents Les cadres moyens et supérieurs de l’État constituent 30 % des actifs socialistes, ce qui réduit la part des catégories populaires, équivalentes à 30,4 % du PS. Les enseignants, du secondaire principalement et non plus les instituteurs comme c’était le cas dans la SFIO et qui ne représentent plus que 40 % de l’ensemble des enseignants socialistes, sont surreprésentés avec 12,8 % des adhérents et 16,7 % des actifs contre 3 % dans la population française15. Dans l’électorat, 32 % des électeurs des salariés du public votent PS aux législatives de 1973, contre 25 % en 1973, éclipsant le PCF qui rassemble 25 % de cette population contre 33 % en 1973. En tout, donc, les deux principaux partis de gauche agrègent 57 % des salariés du public en 1978. Le PS progresse aussi de manière spectaculaire chez les cadres moyens en employés (31 % votent pour le PS en 1978 et 23 % pour le PCF, contre respectivement 23 % et 17 % en 1973). En 1978, le PS attire 26 % des professions libérales et cadres supérieurs contre 7 % en 1973. On estime à 32 % les enseignants ayant voté pour le PS en 197816. Cette réussite électorale est la clef du succès du PS. Se met de la sorte en place un système assez sophistiqué de valeurs et d’intérêts entre le parti et sa base électorale. Ce faisant, ce socle va permettre au parti de dépasser le PCF puis d’arriver au pouvoir. Mais il se transforme en une cage de fer qui se referme sur lui, alors que la conjoncture économique change et que la rupture avec le PCF est consommée, et plus encore avec l’expérience du pouvoir. Le rapport entre parti et électeurs s’inverse. Le PS et, dans une moindre mesure, le PCF avaient identifié des cibles sociologiques et les ont atteintes. Ils les ont utilisées, surtout le PS, pour conquérir l’Élysée. Dans le même temps, ces groupes sociaux utilisent aussi le PS, et accessoirement le PCF, pour satisfaire leurs aspirations idéologiques, leurs intérêts, leurs valeurs, pour s’imposer dans la stratigraphie de la société française, au détriment des ouvriers et des salariés du privé, des jeunes, et bientôt des précaires.

20Le moment du programme commun qui va de 1973 à 1978 est décisif dans l’histoire de la gauche française. Il a fonctionné comme un accélérateur de la recomposition idéologique et culturelle de la gauche. Le PCF et la majorité du PS ont imposé, non sans difficultés, une forme d’hégémonie de la culture étatique. Cette dernière a gagné parce qu’elle se fondait sur une stratégie d’union de la gauche qui représentait une alternative crédible pour « le peuple de gauche ». Mais aussi parce qu’elle réactivait des dispositions culturelles bien enracinées dans la gauche française et, au-delà, dans un pays où le culte de l’État fort est largement, voire quasi consensuellement, célébré, et plus encore après le premier choc pétrolier. Enfin, parce qu’elle a su s’enraciner dans une réalité sociologique, à savoir la montée en puissance des classes moyennes salariées du secteur public. La deuxième gauche, les penseurs critiques de l’État, a été vaincue, mais s’est instaurée une coupure forte au sein de la gauche, qui aura des effets après 1981. Et jusqu’à nos jours sans doute. Est-on si certain que les préoccupations et les polémiques de la gauche des années 1970 soient éloignées de celles de 2010, au moment où une partie du PS semble réamorcer un retour à l’État en dépit des mutations du capitalisme, de la société et de ses propres expériences du pouvoir ? L’avenir nous le dira.

Notes

1 Roussellier, N., « Le socialisme et l’État », in « 1905-2005 : cent ans de socialisme. Les socialistes et la France », L’Ours, juin-septembre 2005, p. 153-159. Sur ce sujet, voir aussi Baruch, M.-O., « La gauche et l’État » Becker, J.-J., Candar, G. (dir.), Histoire des gauches en France, Paris, La découverte, 2004, vol. II, p. 542-562. Je me permets de renvoyer également à Lazar, M., « La gauche, l’État et les services publics en France de 1945 à nos jours », Badie, B., Déloye, Y., (dir.), Le Temps de l’État. Mélanges en l’honneur de Pierre Birnbaum, Paris, Fayard, 2007, p. 360-371 et « La gauche française et le progressisme. Évolutions et permanences » Urfalino, Ph., Zuber, M. (dir.), Intelligences de la France. Onze essais sur la politique et la culture, Paris, Presses de Sciences-Po, 2010, p. 51-69.

2 Voir Hincker, Fr., « Rapport à l’État et alliances : la stratégie des PC d’Europe de l’Ouest », Communisme, no 17, 1988, p. 21-29 et « Le PCF et de Gaulle. La question de l’État », Courtois, St., Lazar, M. (dir.), 50 ans d’une passion française. De Gaulle et les communistes, Paris, Balland, 1991, p. 181-194 ; Kriegel, A. (avec la collaboration de Bourgeois, G.), Les Communistes français dans leur premier demi-siècle. 1920-1970, Paris, éd. du Seuil, 1985. La thèse en cours de Dandé, S., à l’université de Paris-I sous la direction de Jean-Louis Robert, « Le Parti du programme commun. Le PCF et l’union de la gauche (1962-1972) » devrait apporter un éclairage nouveau sur ces questions.

3 Voir, par exemple, Andrieu, Cl., Pour l’amour de la République. Le club Jean Moulin. 1958-1970, Paris, Fayard, 2002 ; Capdevielle, J., Mouriaux, R., Mai 68. L’entre-deux et la modernité. Histoire de trente ans, Paris, Presses de la FNSP, 1988 ; Defaud, N., La CFDT (1968-1995). De l’autogestion au syndicalisme de proposition, Paris, Presses de Sciences-Po, 2009 ; Georgi, Fr., L’Invention de la CFDT, 1957-1970. Syndicalisme, catholicisme et politique dans la France de l’expansion, Paris, éd. de l’Atelier-CNRS éditions, 1995. Sur le PSU, en attendant la publication des actes du colloque du mois de novembre 2010 organisé par le Centre d’histoire de Sciences-Po, voir le récent livre de Kernalegenn, T., Prigent, Fr., Richard, G., Sainclivier, J. (dir.), Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

4 Grémion, P., Modernisation et progressisme. Fin d’une époque 1968-1981, Paris, Esprit, 2005, p. 8.

5 Voir les autres chapitres dans cet ouvrage. La thèse en cours de Batardy, Chr., « Le programme commun de la gauche. 1972-1979 » sous la direction de Laurent Jalabert, à l’université de Nantes.

6 Bergounioux, A., Grunberg, G., L’Ambition et le remords. Les socialistes français et le pouvoir (1905-2005), Paris, Fayard, 2005, notamment p. 262-263.

7 Marchais, G., « Préface », Programme commun de gouvernement du parti communiste et du PS, Paris, Éditions sociales, 1972, p. 16 et 17.

8 Programme commun... op. cit., in n. 6, p. 113.

9 Kraus, Fr., « Les assises du socialisme ou l’échec d’une tentative de rénovation d’un parti », Notes de la Fondation Jean-Jaurès, Paris, no 31, juillet 2002.

10 Mitterrand, Fr., Ma part de vérité, Paris, éd. du Seuil, 1969.

11 Voir Georgi, Fr. (dir.), Autogestion. La dernière utopie ? Paris, Publications de la Sorbonne, 2003 et Hatzfeld, H., Faire de la politique autrement. Les expériences inachevées des années 1970, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.

12 Voir, par exemple, Boccara, P., Etudes sur le capitalisme monopoliste d’État, Paris, Editions sociales, 1973 ; Fabre, J., Hincker, Fr., Sève, L., Les Communistes et l’État, Paris, Éditions sociales, 1977 ; Althusser, L., Positions, Paris, Éditions sociales, 1976 ; Balibar, É., Sur la dictature du prolétariat, Paris, Maspéro, 1976 ; Poulantzas, N., La Crise de l’État, Paris, PUF, 1976 ; du même, L’État, le pouvoir et le socialisme, Paris, PUF, 1981 ; Buci-Gluksmann, Chr., Gramsci et l’État, Paris, Fayard, 1975.

13 Voir Flandre, Chr., Socialisme ou social-démocratie ? Regards croisés français allemands. 1971-1981, Paris, L’Harmattan, 2006 et l’article récent fondé sur les archives du SPD d’un chercheur italien, Bernardini, G., « La SPD e il socialismo democratico europeo negli anni Settanta. Il caso italiano », Ricerche di storia politica, no 1, 2010, p. 3-21.

14 Sassoon, D., One hundred year of socialism. The west european left in the twentieth century, Londres, Fontana Press, 1997.

15 Portelli, H., Le Socialisme français tel qu’il est, Paris, PUF, 1980, p. 124-125. Portelli utilise l’enquête de 1973 publiée par Hardouin, P., « Les caractéristiques sociologiques du PS », Revue française de science politique, avril 1978.

16 Données tirées de Platone, Fr., Les Électorats de la Ve République. Données d’enquêtes 1958-1995, Paris, Cevipof, 1995 et Bergounioux, A., Grunberg, G., op. cit., in n. 5, p. 398.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540