Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Première partie. Le programme commun de gouvernement : mutations politiques, logiques humaines, le texte

Les questions agricoles dans le programme commun

Fabien Conord

Texte intégral

1Le programme commun de gouvernement de la gauche, cosigné par le PCF et le PS, puis ratifié par les radicaux de gauche, accorde une place assez réduite aux questions agricoles et rurales. Sa conclusion, en 1972, est pourtant contemporaine d’un basculement dans l’histoire électorale des campagnes françaises et de l’achèvement d’un processus de mutation économique et sociale. La présente communication vise à évaluer la proximité des programmes agraires des différentes formations signataires du programme commun et la part occupée par ces questions dans le dialogue interne à gauche durant la séquence 1972-1978. Ce double objectif requiert une pesée préalable des espaces ruraux dans l’implantation des partis de gauche.

La gauche et le monde agricole dans les années 1970

  • 1 Voir La Terre, édition spéciale no 48, novembre 1972.
  • 2 Pour plus d’éléments sur ce point, voir Conord, F., Rendez-vous manqués. La gauche non communiste (...)

2Lorsque le programme commun de gouvernement est signé en 1972, l’Assemblée nationale est composée des députés élus en 1968. Les zones rurales sont celles où la gauche a le mieux résisté à la vague conservatrice. Sa géographie électorale accuse des traits distinctifs très nets. Elle est sensiblement la même pour les trois partis de gauche, même si l’implantation du PCF et des radicaux de gauche est moins étale que celle du PS. Le PCF, qui revendique un maillage de 5 000 cellules rurales1, dispose de quelques solides bastions. Les plus emblématiques sont situés dans le nord-ouest du Massif central (l’Allier, mais aussi la Haute-Vienne dont, à l’issue de la période considérée ici, en 1978, les trois députés appartiennent au PCF) et dans le sud-ouest (en Dordogne et dans le Lot-et-Garonne principalement). L’implantation des radicaux de gauche est presque exclusivement rurale, à l’exception de villes moyennes comme La Rochelle ou Bastia, fiefs de Michel Crépeau ou de la famille Zuccarelli. Encore convient-il d’ajouter que dans ces deux départements, l’implantation du radicalisme est aussi rurale : les trois sénateurs de Charente-Maritime appartiennent à ce courant politique. Les radicaux de gauche bénéficient de conservatoires ruraux tels que le Lot, le Tarn-et-Garonne ou encore les Hautes-Pyrénées, mais aussi les Alpes du Sud (avec les deux départements des Alpes-de-Haute-Provence et des Hautes-Alpes). Le PCF partage la plupart de ces territoires, parfois de manière conflictuelle, avec le PS dont la grande majorité des députés, durant la mandature 1968-1973, sont encore élus au sud d’une ligne Saint-Malo-Genève, dans une France rurale de petits producteurs2.

  • 3 En Haute-Garonne, les relations entre socialistes et communistes dans le syndicalisme agricole son (...)
  • 4 Tavernier, Y., Le mouvement de défense des exploitants familiaux », Tavernier, Y., Gervais, M., Ser (...)
  • 5 Idem., p. 481.
  • 6 Centre d’histoire du travail, fonds Sylvain-Maresca, MAR 2, « Syndicats, fichiers dirigeants ».
  • 7 Idem., p. 495, n. 41.
  • 8 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 5 octobre 1968.

3L’implantation électorale de la gauche accuse toutefois un déclin global, et certains de ses bastions font l’objet, depuis le milieu des années 1960, d’offensives de la part du pouvoir gaulliste, la réussite de Jacques Chirac en Corrèze en constitue l’exemple le plus abouti. Ce dernier noue des liens étroits avec les principaux dirigeants du syndicalisme agricole, dans lequel la gauche est minoritaire. De surcroît, les relais de la gauche dans le monde agricole sont fragiles et divisés. De nombreux élus et militants de gauche appartiennent toujours à la FNSEA (dans l’Allier ou les Alpes-de-Haute-Provence par exemple). En 1971, huit FDSEA ont ainsi un président ou un secrétaire membre du PCF : l’Allier, les Alpes-Maritimes, l’Ariège, la Dordogne, la Haute-Garonne3, le Gers, le Lot-et-Garonne et la Haute-Vienne4. Deux autres mouvements cristallisent des combats soutenus par la gauche. Créé en avril 1959, le Modef, lié au PCF, rencontre quelques succès. En 1970, le Modef, essentiellement présent au sud de la Loire, recueille 32,80 % des suffrages dans 64 départements. Dans les années 1970, Yves Tavernier estime que la moitié des 20 membres du bureau national sont membres du PCF. Il compte également un maire SFIO et un sympathisant du PSU5. Lors du congrès de 1971, sur 487 délégués, il y aurait tout de même 50 socialistes6. Yves Tavernier indique que, dans les Basses-Alpes et dans l’Yonne, des listes de propriétaires fonciers se réclament du Modef aux élections aux chambres d’agriculture en 1970. L’auteur observe que, « même si ces propriétaires fonciers sont des “petits propriétaires”, le Modef aura des difficultés à concilier leurs positions avec son propre programme7 ». Cet attachement à un mode traditionnel d’exploitation familiale, fondé sur la petite propriété, est également décrié par un militant breton du PSU, qui estime qu’une telle pratique « ne tient pas compte des nécessités économiques issues du progrès technique et de la concurrence internationale8 ». Le second syndicat défendant des options de gauche est le Mouvement des paysans-travailleurs, qui se structure les 21 et 22 mai 1972. Issue des contestations paysannes de l’Ouest français, l’organisation participe aux luttes conduites durant le printemps 1972, et notamment la grève du lait. Le syndicat se singularise par son opposition au productivisme tel qu’il est encore présenté par la FNSEA. Il demeure largement minoritaire durant les années 1970.

  • 9 Vigreux, J., Waldeck Rochet. Une biographie politique, préface de Berstein, S., Paris, La Dispute, (...)

4Malgré ces divisions, il convient de noter que dans plusieurs départements (Allier ou Puy-de-Dôme par exemple), socialistes et communistes gèrent ensemble les chambres d’agriculture. Ils partagent aussi, parfois, la lecture d’un journal qui semble constituer l’un des plus efficaces relais de la gauche en milieu rural, La Terre, organe communiste dont l’audience est importante, puisqu’il a même « su franchir des portes socialistes, radicales, voire conservatrices9 ». En 1972, son directeur politique est toujours, nominalement, Waldeck Rochet, paysan bourguignon devenu secrétaire général du PCF à la suite de Maurice Thorez. La figure montante du parti en matière agricole est un dirigeant originaire de Corrèze, André Lajoinie, qui devient député de l’Allier en 1978.

5Malgré l’importance de leur implantation rurale et en dépit des controverses qui pourraient naître de la diversité des options syndicales choisies par leurs adhérents, les partis de gauche ne semblent pas accorder une attention démesurée aux questions agricoles lors de leurs congrès. Kléber Loustau le déplorait déjà à la SFIO durant les années 1950. Il en va de même de Georges Sutra qui déclare, le 19 juin 1977, lors du congrès de Nantes :

« Je vais de toute façon vous retenir quelques minutes sur un sujet qui n’intéresse pas souvent nos congrès, mais il serait grave que ce fût un sujet qui n’intéresse pas nos camarades du parti, je veux dire que nous ne parlons pas très souvent de l’agriculture. »

6Il en profite pour ajouter :

« Je vous ai dit hier matin, au nom de la Commission agricole, que nous réclamions un budget qui nous permette de mieux servir le parti en milieu agricole et rural. »

  • 10 Coll., Réunions du Comité central du PCF 1921-1977. État des fonds et des instruments de recherche,(...)
  • 11 Dans ses mémoires, Gérard Belloin, qui en fut membre, porte un regard sévère sur cette instance : (...)

7Au PCF, les débats du Comité central ne concernent que marginalement le monde rural, le plus souvent pour évoquer les campagnes d’opinion et les résultats électoraux10. Les deux partis disposent toutefois d’une commission agricole pour le PS, d’une commission paysanne pour le PCF11, mais les questions agraires occupent une place limitée dans les programmes publiés en 1971, « Changer la vie » (mars 1971) pour le PS et « Changer de cap » (octobre 1971) pour le PCF. La part qui leur est réservée dans le programme commun est également réduite.

Les questions agricoles dans le programme commun : une place réduite et une réception favorable

8La place des questions agricoles dans le programme commun est restreinte. Le contenu agraire du texte est restitué dans le journal La Terre, qui constitue un bon observatoire de la médiatisation du programme commun réalisée par les communistes en direction de leurs électeurs. Le dernier numéro du mois de juin 1972 contient un surtitre sur le programme commun de gouvernement. La déclaration de Georges Marchais sert même d’éditorial au journal, qui présente en troisième page des extraits du programme commun. Les partis signataires se prononcent en faveur de la modernisation des campagnes, et annoncent l’établissement d’une planification des productions, la création d’une caisse d’assurance et de prévoyance contre les risques et l’instauration d’un revenu minimum garanti. Le texte contient aussi, ce qui ne peut que satisfaire un lectorat communiste, la phrase suivante :

  • 12 La Terre, 29 juin-5 juillet 1972.

« Le gouvernement agira pour modifier profondément le contenu de la politique menée jusqu’ici par la CEE en matière de soutien des prix et d’organisation des marchés12. »

9Le numéro suivant de La Terre reproduit le communiqué du MODEF prenant acte de la signature du programme commun. La réaction est favorable puisque

« l’examen de ce programme fait ressortir de nombreux points de convergence avec le programme national du MODEF, non seulement en ce qui concerne la politique agricole, mais dans de nombreux autres chapitres, notamment celui consacré à la politique budgétaire et fiscale ».

  • 13 La Terre, 6-12 juillet 1972.

10De plus, le mouvement note avec satisfaction qu’en cas de victoire socialiste et communiste, « le MODEF ne serait pas écarté, les deux partis ayant reconnu sa représentativité en recevant une délégation du MODEF, l’une au mois d’août, l’autre au mois de février dernier13 ». Ce propos renvoie, de façon implicite, au fait que la seule FNSEA (accompagnée de la branche jeune du CNJA) soit alors jugée seule représentative de la profession agricole par les pouvoirs publics.

  • 14 Cette édition spéciale prend la relève du bulletin de la section agraire du Comité central.
  • 15 La Terre, édition spéciale no 48, novembre 1972.
  • 16 En gras dans le texte.
  • 17 La Terre, édition spéciale no 48, novembre 1972, p. 5.

11L’éditorial de l’édition spéciale de novembre du journal La Terre14 s’intitule « Pour que la gauche unie l’emporte15 ». Le volume comporte également un modèle de tract pour les salariés agricoles qui se termine par « Soutenez le programme commun16 ! » et une page sur « le programme commun, réponse aux problèmes de la jeunesse rurale ». Dans une page destinée à « faire connaître et discuter le programme commun », le PCF affirme que « la nécessité de gagner à l’union populaire la masse des paysans victimes de la politique des grands monopoles capitalistes implique un exceptionnel effort pour populariser et discuter le programme commun à la campagne17 ».

  • 18 Réunions du Comité central du PCF... op. cit., in n. 10, p. 207.

12Le PCF poursuit dès lors une politique d’ouverture envers ses partenaires, non dénuée d’arrière-pensées hégémoniques. Lors du Comité central du 6 septembre 1974, Gaston Plissonnier, dirigeant discret mais puissant de l’appareil communiste, d’origine bourguignonne, « estime que les communistes et autres membres du MODEF doivent adopter une attitude plus unitaire pour rassembler tous les paysans18 ».

Les questions agricoles, objet d’unité ou occasion de divergences ?

13La mise en œuvre du programme commun apparaît donc comme une occasion de rapprocher les points de vue de ses signataires en matière agraire. La production émise par les différents partis à l’occasion des élections législatives de 1973 et des multiples congrès qui se déroulent jusqu’en 1977 illustre les points d’accord et les divergences d’appréciation entre socialistes et communistes.

  • 19 L’Humanité, 8 mars 1973.

14En mars 1973, L’Humanité consacre une large place au salon de l’agriculture, qui reçoit la visite d’André Lajoinie et Marcel Rigout. Cette manifestation sert de lieu de propagande pour la campagne électorale du moment. Le PCF rappelle qu’il demande « l’égalité complète de concurrence à l’intérieur du Marché commun » et veut revenir au Traité de Rome, qu’il n’a pourtant pas approuvé lors de sa signature. Dans le même temps, le PCF prône une « politique nationale de développement des industries de la machine agricole et agroalimentaire » et un autre article, intitulé « Sortir de l’ornière », propose un plan de développement du machinisme agricole, aux accents nationalistes (« Il faut redonner à la France son indépendance ») justifiés selon l’auteur par le fait que la moitié des tracteurs viennent de l’étranger et que sept moissonneuses-batteuses sur dix sont importées. Plus classiquement, le PCF souhaite la garantie d’un revenu paysan et l’amélioration des conditions de production (coopération), mais aussi du cadre de vie et de la protection sociale19.

15Les solutions des différents partis de gauche en matière économique et sociale sont assez proches. La défense de la coopération est ainsi commune aux trois partis, avec des nuances. Le rapport du Comité central au congrès du PCF en février 1976 est assez modéré pour satisfaire ses partenaires :

  • 20 Le Socialisme pour la France, Paris, Éditions sociales, 1976, p. 190.

« La coopération volontaire, qui possède déjà une tradition dans notre pays, sera encouragée dans tous les domaines où elle favorise l’utilisation du matériel moderne, la réduction des coûts et l’insertion dans la planification. Elle sera fondée sur le libre concours et l’association des intéressés respectera la propriété et l’indépendance de chacun.
Dès aujourd’hui, entre autres, les agriculteurs constatent que l’usage, dans de bonnes conditions, des outils modernes est de moins en moins possible individuellement. L’agriculture verra donc se diversifier et s’étendre les formes de coopération volontaire, limitant ainsi les servitudes et les astreintes du travail agricole, accroissant l’efficacité et les revenus des producteurs. Ces progrès de l’entraide et de la coopération seront basés sur la responsabilité personnelle des exploitants familiaux et sur le respect de la propriété paysanne20. »

  • 21 Le 4 mars 1976, un affrontement a lieu entre les vignerons qui manifestent dans cette commune de l (...)

16Ces propos ne contiennent rien d’inacceptable pour les partenaires du PCF. Socialistes et communistes témoignent aussi, durant cette année 1976, d’une même solidarité à l’égard des viticulteurs du Midi dans leur lutte contre le pouvoir. La fusillade de Montredon des Corbières aiguise toutefois leur rivalité, socialistes et communistes renchérissant dans leur soutien aux vignerons21. Lors de la convention nationale de Dijon, le 15 mai 1976, Jean-Baptiste Castilla (Aude), déclare ainsi :

« La population audoise et nos camarades ont été sensibles à cette démarche, et les sympathisants deviennent de plus en plus nombreux. Les actions du Parti recueillent l’approbation des travailleurs de toute la région, et beaucoup essaient de nous imiter. Je n’en veux pour preuve que les démarches accomplies par Georges Marchais auprès des viticulteurs méridionaux lors de son déplacement hier à Montpellier et à Narbonne, et celles beaucoup plus officielles, mais qui ne tromperont personne, de Christian Bonnet, ministre de l’Agriculture, qui vient en catastrophe de créer un Office du vin, qui en fait ne fera qu’accabler une fois de plus la viticulture méridionale. »

  • 22 Martin, J.-Ph., « Le sang de la vigne. La violence dans les manifestations des vignerons du Midi au (...)

17Une différence d’attitude apparaît également entre socialistes, qui « présentent les élections législatives de 1978 comme le débouché des luttes viticoles22 », et le leader communisant Emmanuel Maffre-Baugé, qui privilégie d’abord la lutte syndicale puis rallie en 1979 la liste communiste aux élections européennes, estimant que c’est à Bruxelles que se joue l’essentiel.

18Au-delà d’une appréciation stratégique divergente, cette attitude éclaire aussi les différences programmatiques sensibles entre les deux partis. Lors d’une intervention prononcée au congrès de Nantes, le 19 juin 1977, Georges Sutra, l’un des spécialistes agricoles du PS, rappelle que les offices de distribution des produits agricoles figurent dans le programme « Changer la vie », alors que le programme commun n’évoquait que l’organisation des marchés, « sans retenir la notion d’office », et signale que le programme de gouvernement du PCF, « Changer de cap », ne comporte pas, lui non plus, cette notion des offices « en ce qui concerne la distribution des produits agricoles ». Selon Georges Sutra, il faut que ces projets entrent « dans le programme commun de la gauche et il faut qu’ils y entrent à la demande et sur la proposition du parti socialiste ». Il ajoute :

« Nous le devons, camarades, à une fidélité à nous-mêmes, quarante et un an plus tard, l’office du blé reste l’un des acquis inaliénables du gouvernement du Front populaire. »

  • 23 Coll., Le Programme commun de gouvernement de la gauche. Propositions socialistes pour l’actualisat (...)
  • 24 Le Programme commun de gouvernement de la gauche. Propositions socialistes pour l’actualisation, Pa (...)

19Cette déclaration révèle la force des continuités dans le programme agraire du PS, quand il est pensé par des militants méridionaux. La SFIO de l’après-guerre bâtissait, en effet, l’essentiel de sa doctrine en la matière sur la création d’offices, pour les engrais, la viande, le lait… Les propositions d’actualisation formulées par le PS en 1977 reprennent une part de ces antiennes, mais visent aussi à répondre aux procès régulièrement instruits par leurs adversaires de droite. Le chapitre 6, dédié à « La politique agricole23 », affirme ainsi la garantie de la propriété privée, en référence à la déclaration des droits de l’homme. Sont également cités « le droit d’accéder à la propriété par le travail et l’épargne », citation qui ne manque pas de faire songer à la fameuse phrase de Guizot, d’ailleurs généralement tronquée, et le texte précise même que « la loi garantira la transmission de la propriété privée par héritage24 ».

  • 25 La Terre, édition spéciale no 53, décembre 1977, p. 7.

20Le PCF porte un regard très critique sur ces projets d’offices fonciers, dont il estime que « sous prétexte de décharger les agriculteurs du foncier », « ils auraient pu par leur seule décision empêcher les exploitants familiaux d’acquérir les terres qu’ils travaillent ». Les communistes voient dans cette proposition du PS une position « aux allures gauchisantes », et en soulignent le paradoxe en indiquant qu’Edgard Pisani, ancien ministre de l’Agriculture de Charles de Gaulle, « dont on se souvient de la politique d’élimination des exploitants familiaux lors de son passage au ministère de l’Agriculture », est « maintenant sénateur socialiste25 ».

  • 26 La Terre, 13-19 avril 1972.
  • 27 La Terre, 20-26 avril 1972.
  • 28 La Terre, édition spéciale no 48, novembre 1972, p. 9-10.

21L’inscription de l’agriculture française dans la concurrence internationale et le marché européen enfin constitue la principale pierre d’achoppement du programme commun de gouvernement en matière agricole. La signature du programme commun intervient quelques semaines après la tenue du référendum organisé à l’initiative de Georges Pompidou pour approuver l’élargissement de la Communauté économique européenne. Alors que le PS choisit l’abstention, le PCF appelle à voter « non », de même que le MODEF qui, à l’occasion du deuxième congrès national des fruits et légumes organisé au Marché d’intérêt national de Montauban, réunit 300 délégués contre le Marché commun26. La personnalité du nouveau président de la Commission européenne, Sicco Mansholt, suscite d’ailleurs des commentaires sévères de la part du MODEF. Ancien ministre socialiste de l’Agriculture des Pays-Bas, Sicco Mansholt fut commissaire européen à l’Agriculture de 1958 à 1972. Le journaliste de La Terre voit en lui « l’auteur du plan européen de liquidation des exploitations familiales27 ». Le propos renvoie au plan présenté par Sicco Mansholt en 1968. Alors commissaire européen à l’Agriculture, ce dernier, prenant acte des transformations en cours dans le monde agricole et soucieux de limiter la production, propose de réduire le nombre d’exploitations agricoles, ce qui suscite un tollé de protestations, dans les campagnes françaises notamment. Ce programme, édulcoré, prend en 1972 la forme de trois directives européennes sur la modernisation des structures, la formation des agriculteurs et la cessation d’activité. En novembre 1972, l’édition spéciale de La Terre, largement dédiée au programme commun, contient par ailleurs deux pages critiques sur la politique agricole commune28.

  • 29 Dans un rapport produit pour le PS en 1970, Denis Cépède rappelle que « les socialistes ont joué u (...)

22La question européenne interroge le PS. Celui-ci est l’héritier d’une SFIO européiste29 mais compte aussi dans des rangs des conventionnels parfois plus réticents, en dépit de l’engagement de François Mitterrand. Lors du congrès extraordinaire organisé par le PS à Bagnolet en décembre 1973, Pierre Joxe, député de Saône-et-Loire et l’un des porte-parole agricoles du parti, déclare que

« la petite Europe, le Marché commun, la Communauté économique européenne n’est pas qu’une construction commerciale libre-échangiste, le traité de Rome prévoit un certain nombre de politiques communes. L’une d’entre elles, la seule à avoir été mise en application depuis assez d’années pour qu’on en puisse apprécier les ressorts et les effets, c’est la politique agricole commune ».

23L’orateur exprime les réserves du PS à l’égard du cours pris par celle-ci, mais s’empresse d’ajouter que le PS prévoit « une autre politique agricole commune » et qu’« il ne faut pas laisser dire, il ne faut plus laisser dire que les socialistes veulent mettre à bas la politique agricole commune, non, ils veulent la transformer ». Pierre Joxe expose les choix socialistes :

« Une autre hiérarchie des prix, favorable à l’élevage, donc à l’exploitation familiale, avec un soutien des marchés qui ne profite pas essentiellement aux gros producteurs, à l’économie capitaliste, mais, au contraire, à l’exploitation familiale et à ceux qui forment plus de 95 % de l’agriculture française, avec une autre politique du crédit, avec un contrôle des industries agricoles et alimentaires. »

  • 30 Réunions du Comité central du PCF... op. cit., in n. 10, p. 239.

24Le soutien affiché à l’élevage et les termes employés – « agriculture familiale », « gros producteurs à l’économie capitaliste » – peuvent rencontrer l’assentiment des communistes. Le 31 mars 1976, Marcel Guintard estime devant le Comité central du PCF que la CEE favorise trop « les gros céréaliers30 », proposition implicitement présente dans le discours de Pierre Joxe. Toutefois, les différences entre communistes et socialistes en matière européenne sont réelles. Lors du congrès de Nantes en 1977, Georges Sutra distingue leurs positions communistes et socialistes respectives :

« Face à l’acceptation que j’appellerai résignée de nos camarades du PCF, qui ont bien précisé qu’ils ne remettaient pas en cause la construction européenne, mais qui ne se cachent pas, et c’est bien leur droit de dire qu’ils n’en espèrent pas grand-chose de bon, face au refus et au rejet si compréhensible des agriculteurs des régions méditerranéennes victimes de concurrence déloyale et de règlements souvent néfastes et toujours inappliqués dans ce qu’ils pourraient avoir de positif, il n’y a que la position d’utopie créatrice des socialistes qui soit porteuse des changements que nous espérons. »

  • 31 En italique dans le texte.
  • 32 Le Programme commun de gouvernement de la gauche... op. cit., in n. 23, p. 117.

25Les propositions socialistes pour l’actualisation du programme commun en 1978 contiennent quelques lignes au sujet du FEOGA. Le PS en demande la « démocratisation » et se prononce « en faveur de la participation des représentants des salariés et agriculteurs […] dans l’ensemble des organismes et comités consultatifs communautaires3132 ». Les socialistes demeurent donc fidèles à leur objectif d’amélioration du fonctionnement de la Communauté économique européenne. Ils se démarquent ainsi des communistes qui, l’euphorie unitaire retombée, reprennent un discours plus fidèle à leur hostilité originelle envers la construction européenne.

  • 33 La Terre, édition spéciale no 50, décembre 1974, p. 12.
  • 34 La Terre, édition spéciale no 53, décembre 1977, p. 8-9.
  • 35 Réunions du Comité central du PCF... op. cit., in n. 10, p. 282.

26Dès 1974, une édition spéciale de La Terre comporte un article sur « Le véritable visage du Marché commun ». L’auteur (anonyme, et peut-être collectif) admet que « les mécanismes du Marché commun ont certes protégé l’agriculture contre les prix de braderie du Marché mondial », mais déplore un alignement sur les positions de la RFA et estime que « le Marché commun va de plus en plus apparaître sous son véritable visage d’institution dominée par le grand capital monopoliste et à son service exclusif33 ». La rupture du programme commun consommée, le PCF compare celui-ci au programme adopté par les partis socialistes de la CEE le 6 juin 1977, dont de nombreux passages (« développement important du libre-échange », « politique de prix prudente » et « la communauté ne peut pas protéger totalement l’agriculture contre les risques du marché ») sont dénoncés par les communistes34. Lors d’une réunion du Comité central du PCF, Pierre Pranchère (député de Corrèze) dénonce le 10 novembre 1977 « les conséquences de la politique européenne sur l’appauvrissement des paysans35 ».

Conclusion

  • 36 La Terre, édition spéciale no 53, décembre 1977.

27À la fin de l’année 1977, l’éditorial de l’édition spéciale de La Terre considère que « la délégation communiste a été la seule à proposer un enrichissement sérieux du chapitre agricole de 1972 », mais reconnaît qu’« un accord de principe est même intervenu sur l’ensemble du chapitre agricole ». Toutefois, « le programme commun, c’est un tout cohérent dont aucune partie ne peut être réalisée sans l’application des autres36 ». Les questions agricoles ne constituent donc pas la pierre d’achoppement de l’accord entre communistes et socialistes. Les positions des trois partis signataires du programme commun de gouvernement en matière agricole sont en effet relativement proches durant les années 1970. Les trois formations ont critiqué les lois d’orientation des années 1960 et accordent une même importance à la défense de « l’exploitation familiale » (entendre ici : la petite et moyenne exploitation), même si les communistes adoptent volontiers un discours plus modéré que les socialistes en matière de structures agraires. Les deux partis soutiennent les mouvements de contestation qui s’expriment durant la décennie (grève du lait en 1972, protestation viticole en 1976…). La question européenne apparaît comme le principal facteur de différenciation entre les communistes et leurs partenaires du programme commun. En effet, si le PS adopte une posture souvent critique envers la politique agricole commune, il n’en demeure pas moins partisan de l’idée européenne et vise à améliorer le sens de la politique agricole commune, alors que les communistes témoignent à son égard d’une hostilité difficilement surmontable. Les questions internationales constituent donc, en matière agricole aussi, une pomme de discorde entre les partenaires du programme commun, ce qui rappelle que l’agriculture n’est pas un secteur isolé et que son développement passe, durant la seconde moitié du XXe siècle, davantage peut-être encore qu’auparavant, par une prise en considération de son inscription dans les échanges mondiaux et de son environnement social.

Notes

1 Voir La Terre, édition spéciale no 48, novembre 1972.

2 Pour plus d’éléments sur ce point, voir Conord, F., Rendez-vous manqués. La gauche non communiste et la modernisation des campagnes françaises, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2010, chap. 1, « La gauche non communiste dans les campagnes françaises. Une minorité géographique ? », p. 29-51.

3 En Haute-Garonne, les relations entre socialistes et communistes dans le syndicalisme agricole sont assez complexes, en partie à cause de la personnalité du fameux « milliardaire rouge », Jean-Baptiste Doumeng, syndicaliste, coopérateur, conseiller général et maire d’une commune rurale (voir Mauriès, R., Jean-Baptiste Doumeng. Le grand absent, préface de Gorbatchev, M., Toulouse, Milan, 1992).

4 Tavernier, Y., Le mouvement de défense des exploitants familiaux », Tavernier, Y., Gervais, M., Servolin, Cl. (dir.), L’Univers politique des paysans dans la France contemporaine, préface de Goguel, Fr., Paris, Armand Colin, 1972, p. 467-495, p. 471.

5 Idem., p. 481.

6 Centre d’histoire du travail, fonds Sylvain-Maresca, MAR 2, « Syndicats, fichiers dirigeants ».

7 Idem., p. 495, n. 41.

8 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 5 octobre 1968.

9 Vigreux, J., Waldeck Rochet. Une biographie politique, préface de Berstein, S., Paris, La Dispute, 2000, p. 348.

10 Coll., Réunions du Comité central du PCF 1921-1977. État des fonds et des instruments de recherche, vol. IV, « 1965-1977 », Département de la Seine-Saint-Denis, Fondation Gabriel-Péri, 2010.

11 Dans ses mémoires, Gérard Belloin, qui en fut membre, porte un regard sévère sur cette instance : « Cette commission ne se montra guère capable de penser la révolution de l’agriculture qui était pourtant déjà largement entamée » (Belloin, G., Mémoires d’un fils de paysans tourangeaux entré en communisme. L’enfance dure longtemps, Paris, éd. de l’Atelier, 2000, p. 236).

12 La Terre, 29 juin-5 juillet 1972.

13 La Terre, 6-12 juillet 1972.

14 Cette édition spéciale prend la relève du bulletin de la section agraire du Comité central.

15 La Terre, édition spéciale no 48, novembre 1972.

16 En gras dans le texte.

17 La Terre, édition spéciale no 48, novembre 1972, p. 5.

18 Réunions du Comité central du PCF... op. cit., in n. 10, p. 207.

19 L’Humanité, 8 mars 1973.

20 Le Socialisme pour la France, Paris, Éditions sociales, 1976, p. 190.

21 Le 4 mars 1976, un affrontement a lieu entre les vignerons qui manifestent dans cette commune de l’Aude et les forces de l’ordre : un viticulteur et un commandant de CRS perdent la vie.

22 Martin, J.-Ph., « Le sang de la vigne. La violence dans les manifestations des vignerons du Midi au XXe siècle », Chauvaud, Fr., Mayaud, J.-L. (dir.), Les Violences rurales au quotidien, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2005, p. 307-332, p. 323.

23 Coll., Le Programme commun de gouvernement de la gauche. Propositions socialistes pour l’actualisation, Paris, Flammarion, 1978, « La politique agricole », p. 70-81.

24 Le Programme commun de gouvernement de la gauche. Propositions socialistes pour l’actualisation, Paris, Flammarion, 1978, p. 93.

25 La Terre, édition spéciale no 53, décembre 1977, p. 7.

26 La Terre, 13-19 avril 1972.

27 La Terre, 20-26 avril 1972.

28 La Terre, édition spéciale no 48, novembre 1972, p. 9-10.

29 Dans un rapport produit pour le PS en 1970, Denis Cépède rappelle que « les socialistes ont joué un rôle déterminant dans la conception du traité de Rome qu’ils ont signé. C’est leur intransigeance qui valut à ce traité de compter un chapitre agricole important » (rapport de Denis Cépède sur le PS et les paysans, 1970, OURS, E3 104 MM, p. 7).

30 Réunions du Comité central du PCF... op. cit., in n. 10, p. 239.

31 En italique dans le texte.

32 Le Programme commun de gouvernement de la gauche... op. cit., in n. 23, p. 117.

33 La Terre, édition spéciale no 50, décembre 1974, p. 12.

34 La Terre, édition spéciale no 53, décembre 1977, p. 8-9.

35 Réunions du Comité central du PCF... op. cit., in n. 10, p. 282.

36 La Terre, édition spéciale no 53, décembre 1977.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540