Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Première partie. Le programme commun de gouvernement : mutations politiques, logiques humaines, le texte

L’union de la gauche et la problématique des droits de l’homme en URSS

Hervé Chauvin

Texte intégral

  • 1 Coll., La Pensée tiède. Un regard critique sur la culture française, Paris, éd. du Seuil, 2005.

1La problématique des droits de l’homme occupe une place particulière dans les débats politiques et intellectuels français des années 1970 : alors que les partis de gauche – PS, PCF et MRG – se font les défenseurs des libertés en France, l’opinion publique est sensibilisée à la problématique des droits de l’homme au niveau international et se mobilise. À partir de 1974-1975, un projecteur semble être braqué par les médias sur les atteintes aux droits de l’homme dans les pays d’Europe de l’Est, et particulièrement sur la situation en Union soviétique, ce qui n’est pas sans conséquences sur la vie politique française – au moment où, unis par leur programme commun de gouvernement, les partis de gauche envisagent le passage à une France socialiste par un vaste mouvement de nationalisation de banques et d’entreprises1. Dans un contexte de lutte idéologique intense, la question du combat pour les droits de l’homme prend une tournure polémique, tant pour les détracteurs de l’union de la gauche qu’au sein même des partis qui la composent. L’objectif de cet article est de montrer comment, en s’internationalisant, le thème des droits de l’homme – au départ facteur de mobilisation pour les partis du programme commun – est devenu progressivement un facteur de compétition puis de discorde entre les deux composantes majeures de l’Union, le PS et le PCF.

  • 2 Ce travail s’appuie sur le dépouillement de plusieurs fonds d’archives. Archives du PS à la Fondat (...)
  • 3 Cette vue d’ensemble est proposée dans notre thèse en cours de rédaction : « La lutte finale. L’Ur (...)

2Nous avons délibérément choisi de traiter ce sujet sous l’angle des partis politiques2 mais il convient de le réinsérer dans une lecture plus vaste, tenant compte de la situation internationale, des rapports franco-soviétiques et de la mobilisation de nombreuses composantes de l’opinion publique française – unions professionnelles, syndicats, artistes et intellectuels – en faveur de la dissidence est européenne3. Après avoir présenté la position des partis de l’union de la gauche en matière de droits de l’homme, nous verrons comment cette question est devenue brûlante de par sa résonance internationale, au point de devenir un objet d’affrontement, voire l’une des causes de la rupture de l’automne 1977.

L’union de la gauche et la problématique des droits de l’homme

  • 4 Les quatre parties du texte du programme commun sont : 1. « Changer la vie », 2. « Démocratiser l’ (...)
  • 5 Fondation Jean-Jaurès, 2 RE 1. Discussions (1964-1971). Ce point est alors rattaché à la deuxième (...)

3Dans le texte du programme commun de gouvernement qui paraît en 1972, une seule partie aborde directement la question des libertés et des droits de l’homme : il s’agit du troisième volet, intitulé « Démocratiser les institutions, garantir et développer les libertés4 ». Cela dit, à partir de 1975, et durant la période de l’actualisation du programme commun, ce thème devient plus présent par l’inclusion de modifications dans la quatrième partie portant sur « Les relations internationales de la France ». Initialement, et au plan national, la question des droits de l’homme ne semble pas poser de désaccord majeur entre les deux grands partis politiques de gauche français, puisque ces droits sont présentés comme un levier nécessaire à la transformation démocratique de la France : un premier bilan formulé en décembre 1970 montre l’entente du PS et du PCF sur la nécessité de défendre les libertés et les droits individuels et collectifs, comme « modalité de combat contre les forces capitalistes en vue de fonder un régime nouveau de démocratie économique et politique5 ». On observe alors que le texte évoque deux catégories de droits : les libertés individuelles – habeas corpus, respect de la vie privée, liberté de penser et d’expression, liberté de conscience et de culte – ainsi que les libertés collectives comme la liberté de manifestation, de diffusion des écrits, de réunion et d’association, la garantie du droit de grève, l’extension des droits et libertés syndicales…

4Le texte de 1972 semble en définitive faire abstraction du débat de fond relatif à la question des droits de l’homme dans le contexte d’affrontement de la guerre froide ou plus exactement de la compétition idéologique entre deux blocs ayant décidé de cohabiter pacifiquement… En effet, on distingue alors deux générations de droits qui correspondent en fait à deux visions du monde et des rapports entre l’individu et la collectivité. Les droits dits de première génération, ou encore appelés « droits-libertés » selon l’expression de Raymond Aron, sont des droits civils et politiques essentiellement inspirés par le libéralisme des XIXe et XXe siècles, correspondant aux droits que les individus peuvent opposer à l’État : droit de liberté, de propriété, de sûreté, de résistance à l’oppression… La seconde génération concerne les droits qui, à l’inverse des précédents, nécessitent l’intervention de l’État pour être mis en place, celui-ci devant également défendre la liberté et le bien-être. Ils sont inspirés du socialisme, au sens large, et portent sur le droit au travail, à la couverture sociale, à l’éducation, ainsi que sur le droit de grève. Il existe donc une opposition sous-jacente entre deux conceptions des droits de l’homme – la conception libérale et la conception socialiste –, opposition qui s’est exacerbée dans le contexte de la guerre froide entre un camp occidental défenseur des « droits de l’homme » (l’expression désigne en fait ici les droits de première génération) et un camp marxiste ou socialiste, stigmatisant les « droits de l’homme » vantés en Occident comme des « droits formels » réservés à une minorité et masquant la domination économique, politique et symbolique de la classe dominante.

5Il y a donc dans les discussions menées jusqu’à l’établissement du texte du programme commun de 1972 par Paul Laurent pour le PCF et Gérard Jacquet pour le PS une volonté claire d’éviter ce débat théorique en optant plutôt pour la défense des droits de première génération, regroupés dans les rubriques assez vagues de « libertés individuelles et collectives ».

  • 6 Fonds Poperen (383 J), B6 Dossier 4, Documents PC 6 b) Libertés.
  • 7 Bulletins des commissions parlementaires, Archives de l’Assemblée Nationale. Commission spéciale p (...)

6Cela s’explique car les partis d’opposition se présentent comme les défenseurs des droits de l’homme et des libertés face aux différents gouvernements de droite jugés liberticides et antidémocratiques. La défense des libertés – au plan national – constitue donc un important thème de lutte à gauche, et engendre un certain nombre d’actions communes : le PS et le PCF font ainsi une déclaration commune sur les libertés le 8 octobre 1971, et accordent à l’occasion leur appui à des regroupements comme le Comité de défense des libertés publiques contre la loi anticasseurs, en 1973. Ce comité qui appelle à la levée des sanctions prises contre la Ligue communiste d’Alain Krivine reçoit ainsi le soutien des syndicats, de la Ligue des droits de l’homme, mais également de l’ensemble des partis de gauche : MRG, PSU, PS, et PCF6. Un pas supplémentaire est franchi les années suivantes puisque les dirigeants des partis socialiste et communiste font tour à tour d’importantes propositions législatives en matière de droits de l’homme : aux élections de 1974, le candidat François Mitterrand propose l’adoption d’une charte des droits de l’homme. Le 15 mai 1975, c’est au tour de Georges Marchais de présenter une déclaration des libertés lors d’une conférence de presse, déclaration qu’il propose de placer en tête de la Constitution de la Ve République. Il reprend alors un argumentaire plus spécifiquement marxiste en inventoriant les libertés gravées dans la Constitution et leur réalité pratique, comme la liberté de travail, de logement et de propriété. Il explique qu’il faut libérer le travailleur de l’exploitation dont il est victime, et dont découlent les inégalités et les injustices. L’ensemble de ces propositions entraîne même la constitution d’une commission spéciale de l’Assemblée nationale7, dirigée par Edgar Faure, chargée d’examiner les différentes propositions de loi sur la liberté. Elle examine les textes et entend différents professeurs, acteurs politiques, responsables religieux et syndicaux de janvier 1976 à décembre 1977. Cette surenchère de propositions émises par les partis d’opposition amène à constater une forme de compétition entre le PCF et le PS sur la question des droits de l’homme, compétition générée par la rivalité croissante entre les deux partis et alimentée par la problématique des droits de l’homme dans les pays socialistes qui envahit le débat français à partir du tournant des années 1974-1975.

Une question rendue brûlante par le contexte international

7Au lendemain de la conférence de presse de Georges Marchais du 15 mai 1975, on pouvait lire sous la plume de Pierre Charpy, dans la Lettre de la nation, publication quotidienne de l’UDR : « Les distractions sont rares dans la vie politique. Aussi dois-je remercier Georges Marchais de m’avoir bien fait rire en présentant sa “déclaration des libertés”. C’est le document le plus drôle que l’on puisse aujourd’hui trouver sur la place de Paris. » Reprenant chaque proposition énoncée par Georges Marchais, Pierre Charpy la met en relation avec la situation en URSS afin de pointer les contradictions entre le discours des communistes français et la réalité dans les pays de l’Est. Ainsi :

  • 8 Charpy, P., « La tendance », La Lettre de la nation, no 171, 16 mai 1975.

« “Tout citoyen a le droit d’aller et venir, de franchir librement les frontières.” Voilà une information qui passionnera tous les citoyens de l’URSS qui ne peuvent circuler sans passeport intérieur et tous les Juifs soviétiques qui attendent leur visa de sortie […]. Arrêtons là cette énumération. Il n’y a pas un paragraphe de cette “déclaration des libertés” qui ne soit en contradiction avec la pratique des pays socialistes8 ».

8Hormis le caractère éminemment polémique de la comparaison, cette citation a le mérite de clairement pointer le fait que la situation internationale – en fait les atteintes aux libertés en Union soviétique – et la violente dégradation de l’image de l’URSS durant ces années affectent profondément la vie politique et intellectuelle française.

  • 9 Chiama, J., Soulet, J.-Fr., Histoire de la dissidence. Oppositions et révoltes en URSS et dans les (...)
  • 10 Thèse développée par Thomas, D.-C., The Helsinki effect. International norms, human rights and the (...)
  • 11 Romer, J.-Ch. Détente et rideau de fer, Paris, Publications de la Sorbonne, 1984 ; Le Monde en cris (...)
  • 12 Andréani, J., op. cit., in n. 10, p. 8.

9En effet, durant la décennie 1970, la question des atteintes aux droits de l’homme dans les pays socialistes devient un sujet de polémique internationale. Si les phénomènes de contestation en Union soviétique sont très anciens, la dissidence devient de plus en plus manifeste au cours des années 1960. Partant de la diffusion illégale d’écrits, les samizdats – il s’agit de comptes-rendus de procès, de textes n’ayant pas reçu l’autorisation d’impression – la dissidence se structure avec la naissance de la Chronique des événements en cours relatant l’ensemble des atteintes aux droits de l’homme en Union soviétique. Les contestataires d’alors ne demandent pas le renversement du régime, mais le respect de leurs droits garantis par la loi. À partir de 1968-1969, la répression du pouvoir s’abat de manière plus forte et plus visible sur les dissidents, qu’il s’agisse d’écrivains, d’intellectuels contestataires, de scientifiques, mais aussi de croyants, de Juifs demandant le visa d’émigration, ou encore d’ouvriers tentant d’organiser des syndicats libres9. Durant la première moitié des années 1970, la question de la dissidence soviétique trouve un écho mondial : sans rentrer dans les détails, il faut évoquer tout d’abord le poids décisif de l’affaire Soljenistyne dans cette prise de conscience, mais également la conclusion du Traité de coopération et de sécurité en Europe (CSCE) à Helsinki le 1er août 197510. En effet, il n’existait jusque-là que deux protocoles internationaux relatifs aux droits de l’homme – le pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), recouvrant les droits de première génération, ainsi que le pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC), portant sur les droits de seconde génération –, textes peu contraignants et surtout non ratifiés par un grand nombre de pays dont les pays socialistes. À Helsinki, les dirigeants soviétiques reconnaissent le respect des droits de l’homme en tant que norme formelle, une norme pourtant contraire à leur idéologie et à leur pratique du pouvoir. Cette reconnaissance se trouve inscrite dans le Décalogue, ensemble des dix principes régissant les relations internationales, et non dans la troisième patrie ou « troisième corbeille » comme cela est souvent mentionné, cette dernière portant en fait sur la coopération, les contacts entre personnes, les échanges culturels et éducatifs. Ainsi, lorsque l’URSS accepte le septième principe portant sur le « respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, y compris la liberté de pensée, de conscience, de religion et de conviction », elle entérine le triomphe de la conception occidentale, faisant primer les droits individuels sur les droits collectifs11. Ainsi, l’Acte final d’Helsinki se révèle être le point de départ d’une critique focalisée sur le non-respect par les dirigeants soviétiques des textes internationaux qu’ils ont approuvés ainsi qu’une arme utilisée par les dissidents, l’opinion internationale et les gouvernements étrangers12.

  • 13 Dulphy, A., Manigand, C., « L’opinion publique française et la problématique des droits de l’homme (...)
  • 14 Brimberg, A., « Moscou sur Seine », Le Matin, 26 juin 1979.
  • 15 Bruneteau, B., Les Totalitarismes, Paris, Armand Colin, 1999, p. 27.
  • 16 Vaissié, C., « Les chèvres, les choux et les canards sauvages. Les ambiguïtés françaises face à la (...)

10Les conséquences sur la vie politique française sont considérables. En quelques années, l’opinion publique est très fortement informée sur les atteintes aux droits de l’homme en URSS, et sensibilisée à celles-ci. Une strate particulièrement mobilisée d’intellectuels et de militants associatifs, syndicaux ou provenant d’unions professionnelles cherche à attirer l’attention sur cette problématique. Plusieurs personnes se sont alors demandé si l’opinion française n’avait pas été « surinformée » sur la répression de la dissidence soviétique, notamment par le biais des médias – presse, radio, télévision – qui ont copieusement relayé les prises de position des dissidents, comme le montrent les multiples plaintes déposées par les diplomates soviétiques au Quai d’Orsay, taxant les médias français d’« antisoviétisme ». On peut considérer aujourd’hui que l’opinion publique française a été façonnée de manière patente sur ce sujet13. Cela dit, plusieurs facteurs endogènes et exogènes ont contribué à faire de la question des droits de l’homme dans les pays socialistes un sujet inévitable dans le débat politique français. Tout d’abord, on note la présence d’une forte communauté de dissidents soviétiques très actifs dans la capitale française – comme Leonid Pliouchtch ou Natalia Gorbanevskaïa – au point qu’on a pu présenter Paris comme la capitale de la dissidence soviétique à l’étranger14. La dissidence de l’Est rencontre d’autant plus d’échos qu’on assiste alors à une rupture profonde des intellectuels français avec le marxisme et le communisme, rupture qui passe essentiellement par le développement de la lecture totalitaire du régime soviétique mais également par un « vaste mouvement de solidarité confinant à un phénomène d’adhésion-identification des clercs français à la dissidence de l’Est15 ». Enfin, et c’est peut-être le facteur le plus décisif, un certain amalgame est entretenu entre la situation en Europe de l’Est et les risques éventuels liés à l’arrivée d’un gouvernement socialiste en France, rendant cette problématique beaucoup plus concrète aux yeux de nombreux Français. Entre 1976 et 1978, de grandes mobilisations en faveur des dissidents soviétiques se déroulent au fur et à mesure des procès et des condamnations prononcées en URSS : on soutient le mathématicien Leonid Pliouchtch, le physicien Orlov, le refuznik Anatoly Chtcharanski ou encore l’écrivain Edouard Kouznetsov… Bien que l’expression puisse paraître impropre à ces combats pour les droits de l’homme, d’aucuns ont parlé d’une véritable « mode des dissidents16 » en France à cette époque…

  • 17 Fonds Poperen, 383 J B6, Dossier 3, 1977, Actualisation, comité de liaison.

11Dès lors, cette situation internationale force les partis du programme commun de la gauche à condamner ces atteintes aux droits de l’homme et, au-delà, à se prononcer sur l’expérience soviétique. Le PS maintient une position un temps équivoque entre l’attachement à la liberté, l’un des fondements idéologiques du socialisme français, et la volonté de préserver de bonnes relations avec l’Union soviétique. Ainsi, le PS multiplie les critiques face aux atteintes aux droits de l’homme dans les pays socialistes, s’associe aux protestations et aux manifestations de soutien à l’égard des dissidents, et martèle haut et fort son attachement à la liberté, cause de la division de la gauche française, au congrès de Tours, comme le rappelle François Mitterrand à Georges Marchais et Robert Fabre lors d’une réunion du comité de liaison de la gauche en date du 19 janvier 197517. Cependant, la direction du PS cherche en même temps à se donner une stature internationale en maintenant le dialogue avec les autorités soviétiques, comme lors du voyage, longtemps repoussé, d’une délégation conduite par le premier secrétaire en 1975 ou encore en participant aux discussions sur le désarmement dans le cadre de l’Internationale socialiste en 1978 et 1979. Parallèlement, une importante discussion est menée sur la nature des régimes de l’Europe de l’Est, tournant autour de la définition fondamentale du « modèle de socialisme ». Lors de la Convention nationale des 3 et 4 mai 1975, un rapport sur les relations entre le PS et le PCF rédigé sous la direction de Lionel Jospin précise la position du parti sur le socialisme des pays de l’Est :

  • 18 Fondation Jean-Jaurès, 2 RE 44 « Les relations PS-PC, rapport préparé pour la convention nationale (...)

« À la vision d’un socialisme réalisé, souvent dépeint de manière idyllique (et où les monstruosités du stalinisme ont été réduites aux excès du culte de la personnalité), les socialistes, tout en reconnaissant les grands progrès réalisés dans des pays économiquement retardés, n’ont cessé d’opposer l’analyse de régimes où les principales libertés ne sont pas assurées, où la collectivisation de caractère étatique a débouché sur de nouvelles formes d’exploitation et d’aliénation, et où de nouvelles formes de domination interdisent de parler d’un véritable socialisme18. »

12La direction du PS nie ainsi le caractère socialiste des pays de l’Est au motif que les principales libertés ne sont pas assurées, et se veut porteuse d’une autre conception du socialisme, qui reste à préciser :

  • 19 Fondation Jean-Jaurès, 2 RE 40, rapport fait au congrès du PS des 31 janvier, 1er et 2 février 197 (...)

« La montée du PS, porteur d’une autre conception du socialisme, même si celle-ci doit encore être clarifiée entre nous, pose logiquement, et donc fait surgir dans la polémique, la question du modèle de socialisme19. »

  • 20 Voir Lazar, M., Le Communisme. Une passion française, Paris, Perrin, 2002 ; Hofnung, T., Georges M (...)
  • 21 Juquin, P., op. cit., in n. 20, p. 358.
  • 22 Cette poignée de main intervient lors d’un meeting en faveur du dissident Vladimir Boukovski.
  • 23 Réunion du Comité central, 31 mai-1er juin 1976, CD no 24, 4AV/2179.

13Le PCF est quant à lui dans une phase de prise de distance vis-à-vis de l’expérience soviétique. Amorcée sous la direction de Waldeck Rochet, elle est poursuivie par le tandem Georges Marchais – Jean Kanapa, ce dernier occupant le poste de responsable de la Polex – la section de politique extérieure20. Avec la possibilité d’arriver au pouvoir grâce au programme commun de gouvernement, le PCF se trouve alors dans une situation de force. Le thème de la défense des libertés est brandi à double dessein : d’une part, se départir d’une image de parti hors du jeu démocratique, et ne respectant pas les libertés sur le plan intérieur ; d’autre part, prendre ses distances avec l’Union soviétique dont l’image devient de plus en plus négative en matière de droits de l’homme, ce qui pouvait avoir des répercussions sur l’image du PCF. Réagissant sans doute aux critiques et aux amalgames formulés à la suite de sa « déclaration des libertés », Georges Marchais déclarait lors de la réunion du comité de liaison des partis du programme commun le 19 juin 1975 : « C’est rituel : on fait au PCF un procès d’intention sur les libertés à partir de ce qui se passe dans d’autres pays21. » Dès la parution du Défi démocratique en octobre 1973, les dirigeants communistes français martèlent l’idée qu’il n’y a pas de modèle de socialisme – on lira en filigrane que l’Union soviétique ne constitue donc plus un modèle –, mais que chaque pays va au socialisme en apportant son originalité : c’est le thème du « socialisme aux couleurs de la France », maintes fois répété les années suivantes. Ces affirmations se doublent également d’une critique directe ou indirecte des atteintes aux droits de l’homme dans les pays de l’Est, critique qui prend une certaine ampleur à partir de 1975. Le PCF proteste ainsi publiquement lors de la diffusion, en décembre 1975 sur TF1, d’images montrant un camp de travail à Riga, entreprend un certain nombre de démarches en faveur de dissidents soviétiques, et s’associe à la campagne visant à la libération de Leonid Pliouchtch, acte immortalisé par la poignée de main du mathématicien avec Pierre Juquin22, le 21 octobre 1976. Au début de l’année 1976, lors du 22e congrès du parti est fait le constat de « divergences » sur la conception même du socialisme, les communistes français reprochant à leurs homologues soviétiques de ne pas respecter les exigences de liberté portées par le socialisme. L’année suivante, les relations sont particulièrement houleuses avec la direction du PCUS qui envoie le 18 mars une lettre de menaces, constatant les égarements de la direction française, lettre à laquelle le Comité central du PCF réplique vertement au début du mois d’avril. Cependant, hormis quelques figures en pointe, les communistes français rechignent à aller plus loin dans la critique de l’URSS, par réflexe de solidarité plus que par soutien inconditionnel ou alignement. Il est vraisemblable que la peur de dérouter les électeurs communistes et les cadres du parti restés fortement soviétophiles ait grandement joué dans ce choix, tout comme la crainte de voir toute critique violente du communisme soviétique rejaillir directement sur les communistes français, par amalgame. Lors des réunions du Comité central de l’année 1976, Georges Marchais présentait ainsi les rapports à entretenir avec l’Union soviétique. Il s’agissait alors de se démarquer sans jamais aller à la rupture, comme certains pouvaient l’envisager : « On scierait la branche sur laquelle on est assis, comme ça, en souriant23 ? »

14En s’internationalisant et en se focalisant sur la situation dans les pays de l’Est, la question des droits de l’homme alimente une réflexion sur la nature du socialisme et place les partis de gauche face à certaines de leurs contradictions. Cette thématique, autrefois objet d’actions communes, devient un facteur de discorde.

Un facteur de compétition et de discorde entre le parti socialiste et le parti communiste français

15À partir de 1975, la problématique des droits de l’homme n’a plus comme cadre la lutte pour l’extension des droits en France : elle se focalise – ou se détourne – sur la situation dans les pays socialistes. Dès lors, elle alimente une compétition toujours plus vive, voire une véritable lutte entre les partis de l’union de la gauche, chacun cherchant à se présenter comme le meilleur défenseur des libertés. On commentera ainsi les principales frictions entre le PS et le PCF, la position du MRG se confondant avec celle du PS sur cette question. Si des heurts avaient déjà été observés auparavant – le 25 et le 26 novembre 1972, le PS avait organisé un colloque sur l’exercice des libertés publiques en Tchécoslovaquie, qui lui avait valu une réaction du bureau politique du PCF jugeant « l’initiative inopportune alors que toutes les énergies doivent être rassemblées pour le programme commun de la gauche » –, les affrontements deviennent plus virulents à partir de l’affaire Soljenitsyne.

  • 24 Fondation Jean-Jaurès, 2 RE 36.
  • 25 On retrouve l’ensemble de ces sollicitations à la Fondation Jean-Jaurès, archives 401 RI 12 à 17.

16Le dissident soviétique est ainsi clairement soutenu par une partie de la presse de gauche non communiste (Nouvel Observateur, Esprit, Le Monde) alors qu’une polémique est engagée par Gilles Martinet sur la persistance des comportements staliniens au sein du PCF24. Le PS prend alors une posture nettement plus critique à l’égard des atteintes aux droits de l’homme dans les pays socialistes, dans une stratégie de différenciation d’avec le partenaire communiste. L’Unité accorde de larges pages à la dissidence dans les pays de l’Est à partir de la fin de l’année 1975. Lors de la réunion du bureau politique du 5 mai 1975 sur la convention du PS, le dirigeant communiste Paul Laurent évoque la volonté manifeste des socialistes français de « conserver comme différence principale entre eux et nous l’attachement aux libertés ». À partir de la fin de l’année 1975, le PS s’associe plus ouvertement aux démarches entreprises par différents comités mobilisés pour la défense des dissidents soviétiques – comités individuels comme le comité Chtcharanski ou collectifs pour les refuzniks – qui ne cessent de solliciter le parti pour qu’il entreprenne une action publique25. Courant 1979, le PS ne cache plus ses distances avec son partenaire communiste, critiquant au passage sa posture concernant les atteintes aux droits de l’homme en URSS.

  • 26 Voir fonds Polex (261 J 7/, en cours de classement), correspondance adressée au PCF au sujet des p (...)

17Cette stratégie de différenciation place les communistes français devant leurs contradictions, c’est-à-dire entre deux positions de principe difficilement conciliables. D’une part, la presse communiste ne cesse de marteler, notamment sous la plume de René Andrieu, que les mesures administratives prises à l’égard des dissidents sont inacceptables ; d’autre part, la direction communiste fait le choix de maintenir sa solidarité à l’égard des pays socialistes, contre vents et marées. Tout comme le PS, le PCF est sollicité par des groupes de défenseurs des droits de l’homme qui lui demandent, au nom de ses relations privilégiées avec Moscou, d’intercéder auprès des autorités soviétiques26. Le fossé s’accroît avec le PS : celui-ci est suspecté de critiquer ouvertement l’Union soviétique dans le but de se renforcer à son détriment en lui prenant une partie de son électorat, troublé par l’ensemble des révélations en provenance de la « patrie du socialisme ». On reproche également aux socialistes de s’associer à une vaste campagne de dénigrement anticommuniste et antisoviétique, essentiellement orchestrée par la droite dans le but de stigmatiser les pays socialistes, d’accroître les tensions entre les deux partis français, et au final de briser l’union de la gauche. Ainsi, les dirigeants communistes laissent paraître leur agacement face au « tapage sur les droits de l’homme », rejoignant ainsi maladroitement la ligne de défense des autorités soviétiques. L’idée que la problématique des droits de l’homme est vidée de son sens par un combat ostensiblement anticommuniste est également évoquée. Yves Moreau écrit dans L’Humanité le 3 août 1979 : « Quant aux droits de l’homme, on s’efforce de les vider de tout contenu social, et de ne les évoquer, le plus souvent, qu’à propos de quelques cas individuels soigneusement choisis. » Le PCF refuse de s’associer à des manifestations perçues comme fondamentalement antisoviétiques, et préfère mener ses propres actions auprès des autorités soviétiques de manière discrète, sur un nombre limité de cas choisis. Il finit tout de même par s’associer à la grande manifestation de juillet 1978 suite aux condamnations d’Orlov, Guinzbourg et Chtcharanski, tout en envoyant une délégation conduite par Maxime Gremetz protester à l’ambassade soviétique. Enfin, en février 1980, le parti crée un Comité des droits de l’homme présidé par Georges Marchais, menant une action sur quelques cas mondiaux et refusant ainsi de concentrer son action sur les seuls pays socialistes.

  • 27 Fondation Jean-Jaurès, 2 RE 98, actualisation du programme commun.

18L’actualisation du programme commun de gouvernement de la gauche en 1977 se fait donc dans un contexte de grandes divergences : alors que les communistes français demandent à ce que les droits de seconde génération soient mieux pris en compte au niveau national, le PS et le MRG entendent faire figurer dans la quatrième partie portant sur « Les relations internationales de la France » le respect des engagements d’Helsinki. Ainsi, les négociateurs du PCF entendent amender le troisième volet du programme commun, « Démocratiser les institutions, garantir et développer les libertés » sur la base de leur proposition de loi de 1975, reprise presque mot pour mot, en insistant particulièrement sur le droit au travail, tout en proposant d’introduire une charte des libertés dans le préambule de la Constitution27. De leur côté, socialistes et radicaux veulent essentiellement amender la partie internationale, afin de tenir compte de la signature de l’Acte final de la CSCE. Des courriers sont échangés en ce sens en avril 1977 entre François Mitterrand et Georges Marchais, suivis des propositions d’actualisation provenant des socialistes :

  • 28 Fondation Jean-Jaurès, 2 RE 57, correspondances Marchais-Mitterrand ; 2 RE 99 : actualisation du p (...)

« Il [le gouvernement français] veillera à la stricte application des accords d’Helsinki quant à la libre circulation des hommes et des idées et fera des propositions pour le contrôle de ces accords28. »

19Les négociateurs communistes demandent à ce que les trois corbeilles soient également respectées : « Il agira pour l’application de l’Acte final de la conférence d’Helsinki dans toutes ses dispositions (sécurité et désarmement, coopération, droits de l’homme) sans en négliger ou en privilégier l’une ou l’autre. » Les radicaux insistent quant à eux sur le respect des droits de l’homme, véritable condition au développement de bonnes relations avec l’Union soviétique :

  • 29 Fondation Jean-Jaurès, 2 RE 62, actualisation du programme commun.

« Le MRG considère que les trois corbeilles de l’Acte d’Helsinki (politique, économique, humanitaire) sont indissociables ; il estime notamment que la libre circulation des personnes, des idées et des informations est, comme le respect des droits et des libertés de la personne humaine, une condition fondamentale de l’entente entre les peuples et par là de la coopération et de la paix […]. Il veillera à la stricte application des accords d’Helsinki dans tous les domaines et notamment dans le domaine humanitaire29. »

20La problématique des droits de l’homme ne semble cependant pas avoir constitué une pierre d’achoppement majeure lors des négociations d’actualisation du programme commun de l’année 1977, comme ont pu l’être les positions en matière de défense ou encore la question des nationalisations. Elle a cependant constitué un facteur de compétition et de discorde entre les deux partis après avoir été un temps un facteur d’unité d’action, au point que les communistes français ont continuellement dénoncé le tapage autour des droits de l’homme comme une tentative visant à provoquer la rupture de l’union de la gauche. Ainsi que nous l’avons démontré, le point de bascule s’est opéré lorsque le combat pour les droits de l’homme est passé d’une lutte strictement hexagonale – étendre les libertés et les droits en France dans une perspective de lutte contre le capitalisme et d’extension de la démocratie sociale – à une thématique aux dimensions internationales. La cause essentielle de ce tournant est l’intrusion dans le débat politique et intellectuel français du « facteur soviétique », au milieu des années 1970. En ce sens, les « révélations » des dissidents et les grandes mobilisations qui ont eu lieu en leur faveur ont profondément contribué à l’effondrement de l’image des pays socialistes et, en premier lieu, de l’Union soviétique devenue le symbole du régime autoritaire (voire totalitaire selon certains) injuste, inefficace et moralement condamnable. Mais ce facteur soviétique a aussi eu d’importantes répercussions en France, au moment ou l’Union des partis de gauche autour du programme commun de gouvernement proposait aux électeurs français le passage à une France socialiste. Comme l’écrit en 1977 l’historien et intellectuel français Pierre Rosanvallon, « la question soviétique est devenue pour nous une affaire de politique intérieure ». Le poids des dissidents d’URSS est selon lui non négligeable :

  • 30 Rosanvallon, P. « L’avenir de l’URSS et le nôtre », Le Matin de Paris, 14 mars 1977.

« Les dissidents soviétiques constituent pour nous un fait politique important. Leurs actions et leurs critiques ont joué un rôle déterminant pour faire avancer nos propres débats politiques30. »

21Mais avancer dans quel sens ? La problématique des droits de l’homme a fortement pesé dans le débat politique et idéologique français, en mettant en doute la capacité des partis de gauche à proposer un projet de société socialiste et démocratique.

Notes

1 Coll., La Pensée tiède. Un regard critique sur la culture française, Paris, éd. du Seuil, 2005.

2 Ce travail s’appuie sur le dépouillement de plusieurs fonds d’archives. Archives du PS à la Fondation Jean-Jaurès : fonds 401 RI Relations internationales ; 2 RE 1-328 Relations PS-PCF, union de la gauche, Programme commun de gouvernement (PCG), 1964-1987. Fonds personnels traités : fonds Pontillon (en cours de classement). Archives du PCF aux archives départementales de la Seine-Saint-Denis : archives centrales (bureau politique 2 NUM 4/6 ; Comité central 261 J2/51-58 ; secrétariat 2 NUM 4/6 puis 261 J4/34-39), fonds Kanapa (317 J), fonds Plissonnier (264 J), fonds Poperen (383 J). Ces fonds sont apparus en définitive peu fournis sur la question des droits de l’homme et ont été complétés par d’autres sources – presse, fonds publics et associatifs, entretiens divers.

3 Cette vue d’ensemble est proposée dans notre thèse en cours de rédaction : « La lutte finale. L’Urss dans le débat politique et intellectuel en France de 1975 à 1991 ».

4 Les quatre parties du texte du programme commun sont : 1. « Changer la vie », 2. « Démocratiser l’économie, développer le service public, planifier le progrès », 3. « Démocratiser les institutions, garantir et développer les libertés », 4. « Les relations internationales de la France ».

5 Fondation Jean-Jaurès, 2 RE 1. Discussions (1964-1971). Ce point est alors rattaché à la deuxième partie du texte en cours d’élaboration.

6 Fonds Poperen (383 J), B6 Dossier 4, Documents PC 6 b) Libertés.

7 Bulletins des commissions parlementaires, Archives de l’Assemblée Nationale. Commission spéciale présidée par Edgar Faure, janvier 1976-décembre 1977, chargée d’examiner les propositions de loi no 2080 (Foyer, Labbé, Chinaux et Max-Lejeune), no 2128 (Marchais et collègues) et no 2131 (Defferre et collègues) sur la liberté.

8 Charpy, P., « La tendance », La Lettre de la nation, no 171, 16 mai 1975.

9 Chiama, J., Soulet, J.-Fr., Histoire de la dissidence. Oppositions et révoltes en URSS et dans les démocraties populaires de la mort de Staline à nos jours, Paris, éd. du Seuil, 1982.

10 Thèse développée par Thomas, D.-C., The Helsinki effect. International norms, human rights and the demise of communism, Princeton University Press, 2001. Un point de vue similaire est développé par le diplomate et négociateur français des accords Andréani, J., dans Le Piège. Helsinki et la chute du communisme, Paris, Odile Jacob, 2005.

11 Romer, J.-Ch. Détente et rideau de fer, Paris, Publications de la Sorbonne, 1984 ; Le Monde en crise depuis 1973. Triomphe et décadence de la bipolarité, Paris, Ellipses, 1997.

12 Andréani, J., op. cit., in n. 10, p. 8.

13 Dulphy, A., Manigand, C., « L’opinion publique française et la problématique des droits de l’homme face au processus d’Helsinki », du Réau, E., Manigand, C. (dir.), Vers la réunification de l’Europe. Apports et limites du processus d’Helsinki de 1975 à nos jours, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 145.

14 Brimberg, A., « Moscou sur Seine », Le Matin, 26 juin 1979.

15 Bruneteau, B., Les Totalitarismes, Paris, Armand Colin, 1999, p. 27.

16 Vaissié, C., « Les chèvres, les choux et les canards sauvages. Les ambiguïtés françaises face à la dissidence soviétique », Communisme, no 62-63, 2000, p. 153.

17 Fonds Poperen, 383 J B6, Dossier 3, 1977, Actualisation, comité de liaison.

18 Fondation Jean-Jaurès, 2 RE 44 « Les relations PS-PC, rapport préparé pour la convention nationale ». Rapport rédigé sous la direction de Jospin, L., avec les contributions de Audry, C., Cot-Delacroix, J.-P., Gazier, A., Machefer, P., Mayer, D., Pronteau, J.-S., Rocard, M., Salomon, A., Taddei, D. et avec l’aide de Beregovoy, P., Chevènement, J.-P., Guidoni, P., Martinet, G., Motchane, D., Poperen, J., Sarre, G., paragraphe intitulé « La nature des régimes d’Europe de l’Est », p. 6.

19 Fondation Jean-Jaurès, 2 RE 40, rapport fait au congrès du PS des 31 janvier, 1er et 2 février 1975, sur les rapports PS-PCF, présenté par Lionel Jospin, p. 4.

20 Voir Lazar, M., Le Communisme. Une passion française, Paris, Perrin, 2002 ; Hofnung, T., Georges Marchais. L’inconnu du parti communiste français, Paris, L’Archipel, 2001 ; Streiff, G., Jean Kanapa 1921-1978. Une singulière histoire du Pcf, Paris, L’Harmattan, 2002 ; Juquin, P., De battre mon cœur n’a jamais cessé, Paris, L’Archipel, 2006. Selon ce dernier, lors de la préparation du 22e congrès du début du mois de novembre 1975, Jean Kanapa aurait déclaré : « Il est urgent que nous nous démarquions explicitement du soviétisme », p. 359.

21 Juquin, P., op. cit., in n. 20, p. 358.

22 Cette poignée de main intervient lors d’un meeting en faveur du dissident Vladimir Boukovski.

23 Réunion du Comité central, 31 mai-1er juin 1976, CD no 24, 4AV/2179.

24 Fondation Jean-Jaurès, 2 RE 36.

25 On retrouve l’ensemble de ces sollicitations à la Fondation Jean-Jaurès, archives 401 RI 12 à 17.

26 Voir fonds Polex (261 J 7/, en cours de classement), correspondance adressée au PCF au sujet des pays socialistes : Europe de l’Est et URSS.

27 Fondation Jean-Jaurès, 2 RE 98, actualisation du programme commun.

28 Fondation Jean-Jaurès, 2 RE 57, correspondances Marchais-Mitterrand ; 2 RE 99 : actualisation du programme commun.

29 Fondation Jean-Jaurès, 2 RE 62, actualisation du programme commun.

30 Rosanvallon, P. « L’avenir de l’URSS et le nôtre », Le Matin de Paris, 14 mars 1977.

Auteur

Professeur agrégé d’histoire, doctorant du CEMMC, université Michel-de-Montaigne-Bordeaux-III

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540