Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Première partie. Le programme commun de gouvernement : mutations politiques, logiques humaines, le texte

Le programme commun de gouvernement : rupture économique ou artefact politique ?

Mathieu Fulla

Texte intégral

  • 1 Déclaration de F. Mitterrand à l’émission « Cartes sur table » d’Antenne 2, 21 septembre 1977, cit (...)

1Dans la mémoire collective, les questions économiques apparaissent à la fois comme le moteur de la transition socialiste portée par le programme commun et la cause de son échec. Les partenaires de l’union de la gauche justifient la rupture de septembre 1977 par un désaccord fondamental sur les modalités d’extension du secteur public. Point nodal de la querelle, la prise de contrôle par la puissance publique des « filiales » des neuf entreprises promises à la nationalisation renvoie l’image de deux cultures économiques irréconciliables. Alors que le PCF accuse le MRG et le PS d’être « en recul » par rapport au texte signé en 1972, ces derniers dénoncent en retour la « dérive étatiste » du parti de Georges Marchais et refusent l’actualisation d’un texte susceptible de voir basculer l’économie française vers « le collectivisme et le capitalisme d’État1 ».

  • 2 Vigreux, J., Waldeck Rochet. Une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000, p. 233-257.
  • 3 Intervention de François Mitterrand au colloque du CERES sur la politique industrielle, deuxième s (...)

2Dans la temporalité plus large de la Ve République, ces heurts sévères entre socialistes et communistes sur la question économique sont étonnants. Depuis la reprise du dialogue en 1962 et plus encore la stratégie d’« ouverture2 » impulsée par Waldeck Rochet au milieu de la décennie, les affinités idéologiques les plus profondes entre les deux formations portent sur l’analyse du capitalisme et les moyens d’en sortir par la planification et les nationalisations. À l’occasion d’un colloque organisé par le CERES au début de l’année 1968, François Mitterrand, se rangeant à l’avis du responsable de la section économique du PCF, Jean Fabre, ne déclarait-il pas que « la nationalisation marque la nature même du régime à instituer3 » ? Au tournant des années 1970 en effet, les questions économiques et sociales – indissociables dans la culture politique de la gauche – apparaissent comme le plus petit commun dénominateur de formations aux divergences très marquées sur la plupart des autres problèmes. La défense nationale, le Marché commun, la politique étrangère, le rapport avec les syndicats, la démocratie interne constituent autant de différends mis en avant par les socialistes pour justifier l’impossibilité du retour à l’unité, en tout cas à l’union.

3Il s’agit donc dans le cadre de cet article de comprendre pourquoi ce facteur de concorde que sont les questions économiques et sociales devient, dès l’automne 1974, la principale pomme de discorde entre les partenaires de l’union de la gauche. Le premier facteur explicatif, confirmé par les archives et les témoignages apportés au cours du colloque, est bien l’impératif politique. Les tensions sur la question des nationalisations n’étaient en effet pas moins vives en 1972 qu’en 1977. Mais dans le premier cas, la volonté d’aboutir des dirigeants socialistes et communistes – alors persuadés que l’union constitue la seule voie pour mettre un terme à la suprématie gaulliste – permet de surmonter des divergences idéologiques lourdes, tandis qu’en 1977, les vieilles querelles sur l’importance du secteur nationalisé sont mises au premier plan du débat public. En fait, les nationalisations fournissent un prétexte commode à une rupture dont les motivations sont d’abord de nature politique, notamment du côté communiste :

  • 4 Témoignage de Charles Fiterman dans cet ouvrage, 20 mai 2010 (après-midi), transcription des débat (...)

« Contrairement à ce qu’on pensait, l’entente autour du programme commun, en termes d’influence, n’avait pas bénéficié essentiellement au PCF […]. Elle avait permis à François Mitterrand, au Parti Socialiste de réaliser un rééquilibrage qui s’est exprimé aux élections législatives suivantes. Et, par conséquent, Georges Marchais était très préoccupé par cette situation. Devant l’échéance de la victoire probable de 1978, je crois qu’il a […] considéré que la situation était trop dangereuse. Il a craint […] de se voir accusé de brader les intérêts et le PCF lui-même […]. Et dès lors, affaiblir le PCF était le pire des crimes. Je crois qu’il a craint cela et, du coup, à sa manière, il s’est cabré et a reculé devant l’acte4. »

  • 5 Les guillemets se justifient par le caractère de plus en plus contestable de l’expression pour déf (...)
  • 6 Chalandon, A., Les Joueurs de flûte. Le rêve économique de la gauche, Paris, Plon, 1977. Paru à la (...)
  • 7 Voir par exemple Unicer, « “Hold-up” sur l’entreprise », février 1977, 39 p., Fondation Jean-Jaurè (...)

4L’étude de l’instrumentalisation de la question économique apparaît donc fondamentale pour appréhender la dynamique du programme commun. À la suite du choc pétrolier de 1973 et de l’entrée dans la « crise5 » des années 1970, l’économie apparaît comme l’un des principaux terrains de lutte de la vie politique française. La violence à l’encontre du programme de la gauche atteint son paroxysme sur cette thématique. Que l’on songe aux charges virulentes par voie médiatique de Michel Poniatowski ou aux ouvrages polémiques publiés par la droite6 et certaines organisations patronales7.

  • 8 Coll., Programme commun de gouvernement du parti communiste français et du PS, Éd. sociales, 1972.

5Nécessaire, l’étude du rapport instrumental des signataires du programme commun à l’économie n’en demeure pas moins insuffisante. S’y limiter, c’est ignorer le projet de rupture introduit par le texte, notamment dans sa deuxième partie : « Démocratiser l’économie, développer le secteur public, planifier le progrès8. » Bien que le programme n’innove pas beaucoup dans ses suggestions de politique économique, il n’en a pas moins suscité l’intérêt de nombre d’économistes, néoclassiques comme hétérodoxes, et se pose en alternative réelle à la solution libérale incarnée par le plan Barre de 1976. D’où la nécessité de mener de front lectures théorique et politique de la question économique pour appréhender ce texte phare dans l’histoire des gauches du second XXe siècle.

Le temps des affinités idéologiques (1962-1972)

L’économique et le social, ciments fragiles de deux cultures politiques divergentes

  • 9 Pour une analyse précise, voir Lafon, F., Guy Mollet, Paris, Fayard, 2006, p. 688-709.
  • 10 Quilliot, R., « Les communistes et nous », supplément de Démocratie, no 64, avril 1964.
  • 11 Mollet, G., préface au rapport de Quilliot, R., art. cit., in n. 10.
  • 12 Declercq G., « Pour une planification démocratique », rapport sur le programme économique de la CFT (...)
  • 13 Voir Lazar, M., « La gauche française et le progressisme. Évolutions et permanences », Urfalino, P (...)

6À la suite de l’échec électoral du « Cartel des non » à l’automne 1962, Guy Mollet décide de renouer le contact avec le « frère ennemi9 ». Dans le dialogue qui s’instaure, l’économique et le social constituent l’un des rares terrains d’entente entre deux formations étrangères l’une à l’autre depuis la guerre froide. Au cours des années 1960, lorsque la SFIO fait état de tensions idéologiques persistantes avec le PCF, elle n’évoque jamais un quelconque désaccord sur les problèmes économiques. Au printemps 1964, exposant publiquement « ce qui différencie le bolchevisme du socialisme démocratique10 », le rapport de Roger Quilliot ne mentionne aucune divergence de vues dans l’analyse du système capitaliste, avec toutefois un sérieux bémol apporté par Guy Mollet dans la préface : « Nous sommes, parce que socialistes, des démocrates, et nous n’acceptons pas que le prix de la libération économique soit la renonciation aux libertés politiques11. » En creux, les questions économiques et sociales de politique intérieure se rangent donc parmi les rares facteurs de concorde entre deux formations que tout oppose dans leur approche du politique. Question européenne exceptée, socialistes et communistes partagent en effet beaucoup de préoccupations communes en ces matières. La plus importante réside dans la confiance accordée à l’État en tant que force la plus apte à assurer le passage au socialisme : aux yeux de la gauche des années 1960 – communiste et non communiste –, la transition ne peut s’effectuer que par un retour à l’État des grands moyens de production et de crédit. La Caisse nationale d’investissement de la CFDT, la Banque nationale d’investissement de la SFIO, le « contre-plan » du PSU ou la théorie du capitalisme monopoliste d’Etat élaborée par le PCF reposent tous sur l’idée que le contrôle du crédit par la puissance publique constitue le seul moyen d’une réallocation efficace de l’investissement vers la satisfaction des besoins sociaux des travailleurs. Cette foi en l’État s’incarne également dans la conversion aux vertus de la « planification démocratique ». Popularisée par la CFTC en 195912, l’expression a connu une extension de sens très rapide, l’ensemble des partis politiques de gauche, communiste compris, se l’appropriant tout en lui donnant des significations différentes. Reste cependant un élément commun de définition à l’ensemble des forces de gauche, celui de la nécessité d’un plan plus directif que la « planification indicative » gaullienne. Planification et nationalisations deviennent ainsi des marqueurs identitaires de la culture économique de la gauche. Plus fondamentalement, le rôle de l’État sort globalement renforcé de la décennie soixante, aussi bien au PCF que dans le nouveau PS refondé à Épinay en 197113.

7La candidature unique derrière François Mitterrand lors de l’élection présidentielle de 1965 marquait déjà un tournant dans l’appréhension de la question économique. Importantes, les affinités idéologiques sont renforcées par la prise de pouvoir au sein de la FGDS d’experts convaincus qu’une planification rigoureuse couplée à une extension du secteur public peut assurer la « maîtrise de l’économie » par le pouvoir politique. L’influence croissante du CERES dans les débats idéologiques ainsi que la mise en avant pour la rédaction du programme économique de la fédération de deux fins connaisseurs des rouages de l’État-économiste, Étienne Hirsch et Pierre Uri, favorisent la mise au point de positions communes sur ces questions. La déclaration signée par la FGDS et le PCF en février 1968 le met clairement en lumière. Aux critiques classiques à l’égard du pouvoir gaulliste – en particulier des ordonnances de 1967 –, et à la réaffirmation des objectifs sociaux en termes de plein-emploi et de Sécurité sociale, s’ajoute l’idée que l’expansion régulière et durable ne peut être atteinte que par une politique économique donnant à l’État le premier rôle :

  • 14 Déclaration commune du PCF et de la FGDS, 24 février 1968, Fondation Jean-Jaurès, Archives de la F (...)

« Le secteur public et nationalisé, instrument essentiel du Plan, démocratisé, renforcé, libéré des contraintes nées des choix économiques du gaullisme doit élargir son rôle d’entraînement à toute l’économie. La FGDS et le PCF considèrent qu’il importe de donner à la puissance publique la possession ou le contrôle des secteurs-clés de l’économie14. »

  • 15 Voir Fondation Jean-Jaurès, Archives de la FGDS, 2 APO 20, « FGDS-PCF novembre 1966-juin 1968 ».
  • 16 À l’occasion d’une réunion de travail entre la FGDS et le PCF le 12 juillet 1967, trois groupes de (...)
  • 17 Piette, J., rapport sur les discussions du groupe de travail « Problèmes économiques et sociaux », (...)
  • 18 Déclaration commune du PCF et de la FGDS, 24 février 1968.

8L’étude de la genèse des discussions aboutissant à cette déclaration commune15 révèle que les débats entre experts des deux camps16 ne portent que sur des points de détail. Surtout, lorsque les discussions remontent au niveau politique, aucune divergence n’est insurmontable pour parvenir à l’entente. On peut même aller plus loin en affirmant qu’il s’agit du terrain où François Mitterrand est prêt à faire le plus de concessions. Parmi les points de divergence relevés par les responsables des groupes de travail figure par exemple le niveau du salaire minimum : le PCF veut le porter à 600 francs par mois tandis que la FGDS préfère « ne pas avancer de chiffres pour ne pas avoir les mains liées, tout en acceptant de reconnaître le principe d’une hausse générale17 ». Mais dans la déclaration publique du 24 février, le rapprochement des positions dans le sens de celles défendues par le PCF est particulièrement visible : la FGDS accepte de voir figurer dans le texte le seuil des 600 francs tout en précisant que « les effets d’entraînement d’une telle décision sur le niveau général des salaires ne pourront être pleinement mesurés que dans le cadre de l’exercice du pouvoir18 ».

9Cette concorde idéologique sur les plans économiques et sociaux et, plus largement, sur les problèmes de politique intérieure subit une inflexion réelle et ambiguë à la suite des événements de mai 1968.

Mai 1968 : accélérateur et frein du rapprochement en matière économique

  • 19 Georgi, Fr. (dir.), Autogestion. La dernière utopie ? Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.
  • 20 Cité par Dandé, S., « Le PCF et l’autogestion. Histoire et ralliement, 1968-1979 », Georgi, Fr. (d (...)
  • 21 Jalabert, L., « La Restructuration de la gauche socialiste en France des lendemains de mai 68 au co (...)
  • 22 Lettre d’A. Savary en réponse à celle de G. Plissonnier, 15 janvier 1970, 2 p., FNSP, archives Ala (...)

10Passée la secousse initiale, mai 1968 accélère le rapprochement politique entre gauches socialiste et communiste tout en introduisant un coin théorique avec l’émergence dans le débat public de la thématique autogestionnaire19. « Vain bavardage20 » pour Waldeck Rochet, l’autogestion, en dépit des sévères critiques internes dont elle fait l’objet dans le camp communiste, n’est pas saisie par le parti comme prétexte à querelle. Les affinités économiques socialo-communistes demeurent fortes sous le nouveau parti socialiste d’Alain Savary. Si l’échec du « ticket » Defferre-Mendès France à l’élection présidentielle de juin 1969 refroidit les relations, le nouveau parti socialiste aspirant même à « se dissocier du PCF, jugé trop présent dans la gauche21 », les désaccords sont assez vite surmontés. Le 18 décembre, les deux partis annoncent que leur entente constitue « la pièce maîtresse de l’union de la gauche ». Préalables dans l’esprit du nouveau parti socialiste à tout accord sur un programme commun, des « conversations sur les conditions fondamentales d’un accord politique22 » s’ouvrent à partir de janvier 1970.

  • 23 Boccara, P., Études sur le capitalisme monopoliste d’État, sa crise et son issue, Paris, Éd. social (...)

11Une fois encore, les principaux désaccords entre les deux formations ne portent pas sur l’économique et le social. Rendu public à la fin de l’année 1970, le bilan des discussions dévoile une analyse du capitalisme contemporain très proche – dans l’esprit comme dans la lettre – de la théorie du capitalisme monopoliste d’Etat formulée par Paul Boccara23 :

  • 24 « Premier bilan des conversations engagées entre le parti communiste français et le PS sur les con (...)

« Le fonctionnement de la société française est soumis à la loi du profit capitaliste et à la domination politique de ses représentants. L’interpénétration de l’État et des grandes firmes privées compromet la satisfaction des besoins collectifs24… »

  • 25 Alors que le PCF se montre favorable à la généralisation du scrutin à la proportionnelle à tous le (...)
  • 26 « Premier bilan... », art. cit., in n. 24.

12Toujours nombreuses, les divergences portent classiquement sur le mode de scrutin25, le respect de l’alternance démocratique, l’Europe et le problème du Marché commun – perçu par le PCF comme « une réponse exclusivement monopoliste26 » à la complexification des économies modernes – et la politique étrangère, le PCF appelant au retrait du Pacte atlantique.

13À la veille du congrès d’Épinay, les relations entre les deux partis demeurent donc tendues mais, si l’on peut dire, l’économie n’est en rien responsable de la situation. C’est la conquête du PS par François Mitterrand qui favorise le rapprochement entre les deux formations et entraîne un changement de perspective : le célèbre appel du premier secrétaire à la « rupture avec le capitalisme » met subitement la question économique et, au premier chef, les nationalisations, en pleine lumière.

La question économique dans le programme commun : lectures politique et théorique

Le plus petit commun dénominateur des « partis frères »

  • 27 Courtois, S., Lazar, M., Histoire du parti communiste français, Paris, PUF, 1995, p. 349.
  • 28 Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, Archives du PCF, carton « Section économique. né (...)
  • 29 Notons également que, dans cette section très fournie et dont les archives témoignent d’une intens (...)
  • 30 « La lutte des classes en France en 1971 », Cahiers du CERES, no 10, avril 1971. Voir notamment le (...)

14Au préalable idéologique sous-tendant les conversations avec la SFIO puis le nouveau parti socialiste se substitue, après Épinay, l’impératif stratégique de l’union de la gauche. Ce renversement des priorités favorise une clarification de l’idéologie économique du PS. Celui-ci renonce à un certain nombre de subtilités doctrinales chères à la SFIO et toujours de mise sous Alain Savary telle que la distinction – héritée de Léon Blum – entre socialisations et nationalisations. Mise en évidence par de nombreux observateurs de la vie politique, la volonté de Georges Marchais et François Mitterrand d’aboutir à un programme commun se double d’affinités renforcées entre experts économiques des deux formations. Au PCF, nombre d’experts de la « puissante27 » section économique sont hauts fonctionnaires. La lecture des archives disponibles28 révèle deux pôles majeurs de recrutement : l’Insee, d’une part, dont sont issus beaucoup d’économistes de renom, ainsi certains des fondateurs de « l’économie des conventions », André Orléan et Robert Salais ; l’Université, d’autre part, qui fournit les cadres économiques du PCF – Paul Boccara certes, mais aussi Claude Quin, rédacteur en chef de la revue Économie et politique ou Bernard Marx, son secrétaire général – ainsi qu’un contingent fourni d’agrégés d’économie29. Au PS, la responsabilité des négociations programmatiques est confiée au CERES. Jean-Pierre Chevènement, devenu secrétaire national aux Études à la suite du congrès d’Épinay, dirige personnellement les négociations concernant la partie économique du programme. En dépit d’un mépris relatif du PCF envers le CERES, force est de souligner la proximité de leurs positions sur le rôle de l’État dans l’économie, la politique industrielle et le concept d’indépendance nationale. En outre, le prestige de la théorie du capitalisme monopoliste d’Etat est réel au sein du CERES qui s’y réfère régulièrement dans ses travaux théoriques30. L’ensemble de ces experts socialistes et communistes partage une confiance commune dans l’efficacité de la puissance publique pour imposer ses orientations au capitalisme. Le dialogue entre les deux partis s’en trouve d’autant fluidifié.

  • 31 Voir Programme commun de gouvernement du parti communiste français et du PS, op. cit., in n. 8, p. (...)
  • 32 Ibid., p. 177.
  • 33 Intervention d’Henri Jourdain au Comité central du PCF, 29-30 juin 1972, archives départementales (...)

15Ces connivences intellectuelles en matière économique couplées à la volonté politique de rapprochement entre les deux partis expliquent que la plupart des questions économiques aient été aisément résolues lors des négociations du printemps 1972. Si l’on excepte la divergence sur la finalité de « l’extension du pouvoir des travailleurs », le PS défendant l’autogestion, le PCF la « gestion démocratique »31, l’analyse du capitalisme et les remèdes proposés pour en sortir ne constituent pas un motif de rupture, y compris sur la question du Marché commun où les concessions communistes – si l’on se souvient de son hostilité des années 1960 – sont importantes32. Il ne faut cependant pas déduire de cette entente publique que l’ensemble des divergences est entièrement gommé. Le PCF garde en réserve un certain nombre de griefs. Deux jours après la signature du Programme, Henri Jourdain membre du Comité central et responsable de la section économique jusqu’en 1972, insiste par exemple sur « la résistance acharnée » des socialistes aux nationalisations33. D’emblée, la question économique peut donc être saisie comme prétexte à d’innombrables querelles en cas de revirement stratégique. Perceptible dès 1972, sa politisation ira croissant jusqu’en 1977 et mérite un examen attentif.

16Avant de se pencher sur ce phénomène, il convient toutefois d’opérer un détour théorique. Par-delà l’importance symbolique majeure du programme commun dans l’imaginaire du « peuple de gauche » et les nombreuses instrumentalisations dont il fut l’objet, force est de souligner que les mesures socio-économiques proposées dans le programme ont intéressé économistes et intellectuels, de droite comme de gauche, oscillant entre scepticisme et franche hostilité à leur égard.

Détour théorique : un programme « marxo-keynésien » en économie fermée

  • 34 Aftalion, Fl., Socialisme et économie, Paris, PUF, 1978.
  • 35 Kolm, S.-Chr., La Transition socialiste. La politique économique de gauche, Paris, éd. du Cerf, 197 (...)

17Le texte de 1972 a suscité de nombreux commentaires et analyses mais il faut attendre la seconde moitié des années 1970 pour voir les premières publications de travaux d’économistes « professionnels ». Deux ouvrages ont particulièrement attiré notre attention car représentatifs des deux principales approches économiques de la période : celui de Florin Aftalion34 d’une part, économiste fidèle à la pensée « néoclassique », spécialiste de l’économie monétaire et financière et hostile aux mesures du programme commun ; celui de Serge-Christophe Kolm35 d’autre part, économiste « hétérodoxe » réputé proche de la gauche rocardienne même s’il n’a jamais appartenu à un quelconque courant, qui présente une analyse bienveillante mais sceptique du texte.

  • 36 Selon laquelle la consommation dépend du revenu courant. Keynes écrit dans La Théorie générale : « (...)
  • 37 En période de dépression, Keynes considère la politique budgétaire comme le moyen de « réamorcer l (...)

18La lecture de leurs réflexions aide à définir la partie économique du programme commun comme une approche « marxo-keynésienne » en économie fermée : marxiste dans son analyse de la crise du capitalisme et sa conception de la politique industrielle, très proche au fond de la théorie du capitalisme monopoliste d’Etat ; keynésienne dans les remèdes proposés en matière de politique économique. Principale mesure du texte, la fameuse « relance par la consommation populaire » s’appuie à la fois sur la « loi psychologique fondamentale » énoncée par le maître de Cambridge36, et sur le concept du « multiplicateur de la dépense publique37 ». Précisons cependant que les remèdes économiques préconisés dans le programme commun relèvent davantage de la vulgate keynésienne en vigueur dans les années 1950-1960 en Occident que des théories développées par l’auteur de La Théorie générale dans un contexte déflationniste, celui de la crise des années 1930.

  • 38 Chevènement, J.-P., « Une nouvelle logique de croissance », Le Monde, 25 juillet 1972.
  • 39 Kolm, S.-Chr., op. cit., in n. 35, p. 176.
  • 40 Pompidou, G., conférence de presse du 22 septembre 1969, cité dans Wieviroka, O., Prochasson, C., L (...)

19Sur le plan des politiques structurelles, on retrouve l’empreinte de l’analyse marxiste sur le programme. Dans la mémoire collective, la politique industrielle et du crédit est ce qui a paru fonder l’originalité du programme commun, lui donner sa teinte « rouge ». Socialistes et communistes considèrent en effet les nationalisations comme le moyen de mettre en œuvre une « nouvelle logique de croissance38 ». Cette foi presque religieuse soulève le scepticisme y compris chez les économistes de gauche. Serge-Christophe Kolm remarque ainsi que « le PCG et ses supporters ont trop tendance à considérer, ou à présenter, ses nationalisations comme une panacée, sinon même à les brandir comme fétiche39 ». En outre, l’idée d’une politique industrielle fondée sur le développement de la compétitivité des industries nationales grâce à un effort conséquent dans la recherche et à la fixation de critères autres que celui de la rentabilité financière n’est pas neuve. Largement partagée au sein de la classe politique, elle évoque par certains aspects le discours gaulliste : certaines des remarques tenues en 1969 par le président Georges Pompidou dans son appel à l’industrialisation de la France n’auraient pas détonné dans le programme, même si les solutions proposées pour y parvenir divergent40. Il est également frappant de constater combien le programme commun, dans la veine gaulliste, considère le cadre national comme l’espace économique pertinent. L’influence du CERES et plus encore de la section économique du PCF est ici particulièrement perceptible ; l’idéeforce sous-tendant l’architecture économique du texte est bien la reconquête du marché intérieur : la lutte contre l’impérialisme américain passe par le renforcement conjoint de l’offre et de la demande nationale. Cheville ouvrière de la section économique à partir de 1972, Philippe Herzog reconnaît qu’une vision « stato-centrée » régit le texte socialo-communiste :

  • 41 Entretien avec l’auteur, 29 juillet 2010.

« Nous avions une vision un peu trop hexagonale même si le PCF a rédigé des textes sur l’international dans le programme de 1971. Mais les conséquences économiques au niveau politique n’étaient pas tirées. Il en était de même sur l’Europe mais pour des raisons “politiciennes”41. »

  • 42 Voir Programme commun de gouvernement du parti communiste français et du PS, op. cit., in n. 8, p. (...)
  • 43 Les mesures redistributives du programme et le risque d’un « processus chilo-portugais » qu’elles (...)

20Fondamentalement, le programme commun apparaît donc frappé du sceau des Trente glorieuses. Convaincus qu’une utilisation efficace des instruments économiques aux mains de l’État peut assurer l’expansion et la justice sociale, ses rédacteurs croient au fond en la suprématie du politique sur l’économique. La prétention à « maîtriser l’économie » pourvu que l’on dispose des bons leviers de contrôle transparaît clairement dans le chapitre 9, consacré aux prix et à la lutte contre l’inflation. Sa lecture donne l’impression que la puissance politique peut fixer les prix presque indépendamment des mécanismes de marché42. Comme souvent dans la réflexion économique de la gauche depuis la Libération, l’innovation réside donc davantage dans les mesures sociales et socio-économiques (redistribution43, sortie du modèle de production « fordiste ») que dans les mesures macroéconomiques pures, très similaires aux politiques menées par les pays d’Europe occidentale dans les années 1960. En outre, pour intéressant qu’il soit, le détour théorique pèse de peu de poids par rapport aux interprétations politiques et à l’instrumentalisation faite du programme commun dans la décennie 1970.

La question économique, prétexte commode à la rupture du programme commun

Une politisation précoce

21Dès sa signature, les mesures économiques du programme suscitent de vifs débats ; le discours polémique l’emporte largement sur l’analyse scientifique du texte. De vives controverses éclatent entre la droite et la gauche mais aussi, de manière plus feutrée, entre les gauches.

  • 44 « Les porte-parole de la bourgeoisie remettent au goût du jour cette vieille théorie révolutionnai (...)
  • 45 Messmer, P., discours prononcé à Provins, 7 janvier 1973. De larges extraits sont reproduits dans L (...)

22Inquiète de la stratégie d’union, la droite se lance dans une offensive vigoureuse contre le programme commun. La campagne des législatives de 1973 met clairement en lumière sa stratégie : convaincre l’opinion que la mise en application d’un tel programme entraînerait une collectivisation de l’économie française sur le modèle soviétique. Au dénigrement s’ajoute une propagande plus positive en faveur de la « remarquable » gestion de l’économie française sous la présidence de Georges Pompidou. Il s’agit en effet de saper l’une des thématiques principales de l’idéologie économique de l’union de la gauche, celle d’un gouvernement enclin à sacrifier la croissance – donc le bien-être des travailleurs – sur l’autel de l’équilibre financier44. Le « programme de Provins » présenté par Pierre Messmer en janvier 1973 montre clairement la volonté de rompre avec la représentation d’une droite malthusienne. Dans un discours essentiellement centré sur les problèmes socio-économiques de politique intérieure – thématique la plus largement développée dans le programme commun –, le Premier ministre insiste sur le « miracle économique français », soulignant les taux de croissance exceptionnels réalisés au cours de la législature, qui permettent au pays de détenir le « ruban bleu » de l’expansion45.

  • 46 « La position de la CFDT sur le programme PS-PC. Texte adopté par le bureau national, 14 septembre (...)
  • 47 Voir « La CGT et le Programme commun », La Vie ouvrière, numéro spécial, no 1468, 18 octobre 1972.
  • 48 « À propos du programme commun. Essai de présentation publique de nos positions », septembre 1972, (...)
  • 49 Fondation Jean-Jaurès, archives Programme commun, 2 RE 10-19, dossier 2 RE 13.

23Parallèlement à ces rudes polémiques, les partenaires de l’union de la gauche essuient les critiques des forces vives de la « deuxième gauche », le PSU et la CFDT. Le parti comme la centrale syndicale se montrent particulièrement sévères – notamment le premier – envers un programme jugé trop étatiste et centré sur la seule satisfaction des revendications quantitatives : « Le type de développement industriel soutenu dans le programme commun ne semble pas conduire à un changement profond de la qualité de vie dans la mesure où prédominent toujours les exigences de la rentabilité matérielle et du productivisme46. » Davantage orientées sur le fond – même si les considérations politiques ne sont pas absentes –, ces réserves de la « deuxième gauche » ne pèsent que peu de poids face à l’élan suscité par la dynamique unitaire et le soutien résolu de la CGT47, principale force syndicale du pays. La CFDT apporte d’ailleurs un « appui critique » au programme commun car celui-ci reprend à son compte la plupart des mesures sociales défendues par la confédération48. La période allant de la signature du texte à l’élection présidentielle de 1974 apparaît donc également comme un âge d’or sur les questions économiques. Le PCF a mis ses préventions en sourdine et réserve ses diatribes au huis clos des réunions du Comité central ; le PS, sous l’impulsion de Jean-Pierre Chevènement, fait du programme commun le référentiel obligé de toute réflexion économique49.

  • 50 Programme commun de gouvernement du parti communiste français et du PS, op. cit., in n. 8, p. 113.

24Les consultations électorales de 1974 mettent un terme à cette harmonie. Symbole du combat de la gauche unie contre la « domination du grand capital50 », la question économique devient brutalement la principale pomme de discorde entre partenaires de l’union.

La montée des tensions

25Le premier éclat dans le consensus autour du programme commun est l’œuvre du PCF à l’automne 1974. Pourtant, au Comité central du 6 juin 1974, Georges Marchais prend encore soin de réaffirmer la fidélité du parti au programme. S’opposant avec vigueur à Philippe Herzog, il refuse une propagande communiste « maximaliste » sur l’économique et le social, jugée contraire à l’esprit du texte et électoralement dangereuse :

  • 51 Intervention de G. Marchais au Comité central du PCF, 10 juin 1974, archives départementales de la (...)

« Je ne le dirai pas publiquement, mais disons que l’absence de majorité [à la présidentielle de 1974] est dans le fait que nous avons situé notre programme à un haut niveau [de revendications socio-économiques], et que nous ne sommes pas encore parvenus à amener à ce niveau la majorité dont nous avons besoin, c’est ça le problème de fond devant lequel nous sommes placés51. »

  • 52 Fiterman, Ch., Profession de foi, Paris, éd. du Seuil, 2005, p. 125.
  • 53 Intervention de P. Herzog au Comité central du PCF, 11 novembre 1974, archives départementales de (...)
  • 54 Fajon, E., L’Union est un combat, Paris, Éd. sociales, 1975.

26La tonalité du discours change brusquement à la rentrée : les élections législatives partielles organisées le 29 septembre voient le PCF régresser nettement au profit du partenaire socialiste ; « Georges Marchais s’alarma. Il réagit brutalement, à sa manière52. » À l’occasion de la réunion du Comité central de novembre, les critiques communistes traditionnelles sur la nature « déviante » du parti de François Mitterrand sont réactivées. Le PS est accusé d’« illusions réformistes persistantes » et de « convergence » de vues avec Lionel Stoléru – conseiller économique au secrétariat général de l’Élysée – sur les questions de l’austérité, de la pauvreté, de l’inflation, des mesures sociales et des inégalités53 ; l’union devient un « combat54 ». À compter de ce moment, le PCF renverse définitivement son approche du texte et tend désormais à un « maximalisme » qu’il s’interdisait jusqu’alors dans le discours public. L’actualisation du programme dans le sens qu’il préconise lui paraît en effet comme le moyen de reprendre la main sur une dynamique unitaire en passe de lui échapper :

  • 55 Témoignage de François Hincker, historien, secrétaire de Roland Leroy et membre du Comité central (...)

« Le rééquilibrage de la gauche en faveur du PS n’était tolérable, et encore, que si par ailleurs il y avait une réactualisation mettant les points sur les “i” et faisant triompher la lecture communiste du programme55… »

  • 56 Sur la genèse de son élaboration, voir Fondation Jean-Jaurès, « dossier Jospin », PS/PC 112.
  • 57 Comme en 1964, le rapport Jospin met en avant cinq grandes divergences : la conception du parti ; (...)

27Le PS, quant à lui, n’est pas étranger à ce durcissement de l’union. Ses bons résultats électoraux l’encouragent à prendre son autonomie et deux de ses initiatives contribuent à aviver les tensions : les assises du socialisme d’octobre 1974 d’une part, qui permettent au parti d’élargir son audience au sein d’une « deuxième gauche » honnie par le PCF ; la convention nationale de mai 1975 d’autre part, consacrée à l’analyse des relations entre les deux partis sur la base d’un rapport rédigé par Lionel Jospin56. Tout en reconnaissant la nécessité de l’union, ce texte pose clairement les divergences entre les « frères ennemis ». Les reproches formulés à l’encontre du PCF sont comparables à ceux énoncés onze ans auparavant dans le rapport Quilliot57 mais surtout, le rapport soutient que le PS dispose désormais d’une armature idéologique suffisante pour lui permettre de discuter sur un pied d’égalité avec le PCF.

  • 58 Présenté à l’occasion de la première conférence de presse de François Mitterrand en tant que candi (...)
  • 59 Voir « Les relations entre les partis de gauche. 1974-1977 », dossier de presse, FNSP, FRA 76 (009 (...)

28Ce durcissement politique entraîne celui de la question économique. En suspens depuis 1972, les débats sur les nationalisations reviennent au premier plan du débat public. L’inflexion du programme économique socialiste dans un sens plus « réaliste » donne au PCF l’occasion de fourbir ses armes. Préparé par la nouvelle génération d’économistes du parti (Jean Matouk, Jean-Hervé Lorenzi, Marc Guillaume, etc.) sous la direction de Jacques Attali et Michel Rocard, le plan de relance économique en « trois temps58 » soumis aux électeurs lors de l’élection présidentielle de 1974 s’éloigne assez largement des canons du programme commun. La commission économique dirigée pour peu de temps encore par Jean-Pierre Chevènement – le CERES rejoignant la minorité après le congrès de Pau de janvier-février 1975 – est tenue à l’écart. La suprématie de l’expertise économique au sein du PS passe alors entre les mains d’un trio composé de Jacques Attali, Michel Rocard et André Boulloche, dont la sensibilité économique est nettement plus « social-démocrate » que celle du CERES. Très vite, les deux premiers nommés deviennent les « bêtes noires » du PCF : personnifiant la « dérive réformiste » socialiste, leurs propositions sont régulièrement stigmatisées dans les colonnes de L’Humanité59.

  • 60 Le Monde, 7 avril 1975.
  • 61 Les 5-6 juin 1975, le PS organise un grand colloque sur la crise du capitalisme mondial en pré-sen (...)
  • 62 « Les socialistes face aux patrons », L’Expansion, no 101-102 bis, novembre 1976.

29L’autonomisation socialiste en matière économique se traduit en outre par une stratégie visant toujours à conserver deux fers au feu. D’un côté, en vue de prouver sa fidélité au programme commun et à l’union, le parti accepte de participer à des actions communes, essentiellement centrées sur les revendications socio-économiques, la question des nationalisations étant prudemment écartée. Une campagne de meetings communs contre la vie chère et pour la défense de l’emploi est ainsi organisée par les trois partis signataires en avril 197560. D’un autre côté, le PS organise de grandes manifestations publiques constituant autant d’occasions d’afficher sa « nouvelle » compétence économique et son indépendance à l’égard du PCF. Le colloque de Suresnes sur la crise du capitalisme mondial de juin 197561 et, plus encore, la participation au forum de l’Expansion62 d’octobre 1976 mettent le feu aux poudres, la prise de distance avec le texte de 1972 étant par trop évidente. Comme souvent au cours de la décennie, François Mitterrand adopte une position médiane. S’il n’oublie jamais de se référer à la vulgate marxiste dans ses interventions publiques et sait tempérer l’ardeur de « ses » économistes « réformistes » – marquant par exemple clairement sa différence avec Michel Rocard sur le rôle du marché dans la régulation économique –, il tance plus durement encore le CERES, régulièrement accusé de surenchère doctrinale. À l’aune de l’année 1977, la question économique est donc bel et bien sur le devant de la scène et s’avère un prétexte commode pour justifier une rupture difficilement compréhensible aux yeux de l’opinion.

L’échec des négociations et l’« économie-voile »

  • 63 Fiterman, Ch., op. cit., in n. 52. Juquin, P., De battre mon cœur n’a jamais cessé, Paris, L’Archip (...)
  • 64 Fiterman, Ch., op. cit., in n. 52, p. 128.
  • 65 « Les comptes du Programme commun mis à jour », L’Humanité, 10 mai 1977.
  • 66 Voir « Les relations entre les partis de gauche. 1974-1977 », Dossier de presse, FNSP, FRA 76 (009 (...)

30Les mémoires des négociateurs communistes au moment de l’actualisation concordent quant à la responsabilité première du parti dans la rupture : pour Charles Fiterman comme pour Pierre Juquin63, la consigne était bien de « maintenir en fin de négociation un ou deux points de divergence64 ». Problème majeur de l’heure du fait de l’aggravation de la « crise », la question économique apparaît comme un terrain propice à la querelle. Celle-ci débute par la publication dans L’Humanité, le 10 mai 1977, d’un chiffrage des dépenses et recettes du programme commun réalisé par la section économique du parti65. Un chiffre retient particulièrement l’attention des commentateurs : l’augmentation de 313 milliards de francs de la masse salariale à l’horizon 1980. Les moyens avancés pour financer ce gigantesque plan de relance sont considérés comme largement illusoires, y compris par les soutiens de l’union de la gauche66. « Coïncidence malheureuse », l’article paraît deux jours seulement avant un important débat télévisé entre François Mitterrand et Raymond Barre au sujet des problèmes économiques et sociaux. Pressé par le Premier ministre de se prononcer sur le chiffrage communiste, François Mitterrand refuse d’y souscrire.

  • 67 P. Herzog, section économique du PCF, « Note pour les membres du bureau de la section économique a (...)
  • 68 Juquin, P., op. cit., in n. 63, p. 376.
  • 69 Loncle, Fr., Autopsie d’une rupture. La désunion de la gauche, Paris, Jean-Claude Simoën, 1979.
  • 70 Rencontre CFDT-PS, 29 juin 1972, Archives de la CFDT, 8H 1596.

31Cette fracture sur la question économique ne pourra jamais être complètement résorbée par les négociateurs. À la lecture des archives de la section économique du parti de Georges Marchais, l’optimisme des projections communistes s’inscrit pleinement dans la stratégie initiée à l’automne 1974 : imposer sa lecture propre du texte de 1972. Ainsi peut-on lire en avril 1976 une note de Philippe Herzog exigeant des membres de la section économique assignés au chiffrage de « viser au plafond en ce qui concerne tant les objectifs que la lutte pour les moyens67 ». Pierre Juquin confirme d’ailleurs que Georges Marchais, peu avant la publication du chiffrage communiste, exhorte son responsable de la section économique à faire monter les enchères68. Bien connus grâce à l’ouvrage de François Loncle69 et aux mémoires de dirigeants communistes, les vifs débats sur les « filiales », d’abord au sein du « groupe des 15 », puis au cours des rencontres au sommet de septembre 1977, n’apparaissent avec le recul que comme un prétexte commode pour justifier une rupture de nature éminemment politique. Les divergences d’appréciation quant aux modalités d’extension du secteur public (taille, indemnisation des actionnaires), réelles, n’apparaissent cependant pas sur le fond d’une intensité supérieure à celles de 1972, où le PCF s’était déjà montré « acharné » dans les négociations sur ce point70, comme le confie une délégation du PS à son homologue cédétiste peu de temps après la signature du programme commun. Si les différences initiales de lecture du texte en matière économique ressurgissent à l’automne 1977, c’est d’abord parce que la volonté d’aboutir fait défaut.

Conclusion

32En économie, le programme commun se caractérise par deux traits saillants. Au plan théorique, l’empreinte des Trente glorieuses apparaît prégnante dans son élaboration. L’influence des politiques budgétaires actives menées par les gouvernements en Europe occidentale au cours de cette période de forte croissance prime largement sur les thématiques autogestionnaires popularisées par le PSU et la CFDT après mai 1968. Davantage que la fidélité au marxisme, matrice identitaire de la « première » gauche, le rejet de la greffe autogestionnaire s’explique surtout par le facteur sociologique. Keynésienne plus que marxiste, y compris dans les rangs communistes, la culture économique des rédacteurs du programme irrigue un texte affirmant la supériorité des modèles économétriques de planification sur les mécanismes de marché tout en sous-estimant le degré d’interdépendance des économies aux échelles européennes et mondiales.

33Cependant, sur un sujet en apparence aussi technique que les questions économiques, la dimension passionnelle et instrumentale du problème l’emporte dans le jeu politique. Le programme commun et ses nationalisations sont d’abord un étendard dont on se réclame de la lettre ou de l’esprit, que l’on brandit ou que l’on brûle selon les stratégies partisanes.

Notes

1 Déclaration de F. Mitterrand à l’émission « Cartes sur table » d’Antenne 2, 21 septembre 1977, cité dans Le Monde, 23 septembre 1977, p. 8.

2 Vigreux, J., Waldeck Rochet. Une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000, p. 233-257.

3 Intervention de François Mitterrand au colloque du CERES sur la politique industrielle, deuxième séance, 25 avril 1968, archives départementales de la Seine-Saint-Denis (Bobigny), Archives du PCF, fonds Gaston-Plissonnier, 264 J 33, dossier 1 « CERES ».

4 Témoignage de Charles Fiterman dans cet ouvrage, 20 mai 2010 (après-midi), transcription des débats, Fondation Jean-Jaurès.

5 Les guillemets se justifient par le caractère de plus en plus contestable de l’expression pour définir la période postérieure au choc pétrolier de 1973. Même si la croissance est plus lente qu’auparavant, ses moteurs et ses conséquences demeurent fort similaires à ceux des Trente glorieuses. Pour un bilan synthétique de la réflexion des historiens de l’économie sur la pertinence du concept de « crise » appliqué aux années 1970, voir ECK, J.-F., Histoire de l’économie française. De la crise de 1929 à l’euro, Paris, Armand Colin, 2009, p. 80-81.

6 Chalandon, A., Les Joueurs de flûte. Le rêve économique de la gauche, Paris, Plon, 1977. Paru à la fin de l’année 1977, moins d’un mois après l’officialisation de la rupture du programme commun, ce livre au titre provocant de l’ancien ministre gaulliste apparaît comme un condensé de l’ensemble des griefs formulés par la droite à l’encontre du texte. On y perçoit la volonté du responsable politique d’attiser la polémique peu avant les élections législatives, mais aussi l’indignation (teintée de condescendance) d’un ancien inspecteur des finances contre le mépris affiché par le PS et le PCF à l’encontre des règles de l’économie libérale.

7 Voir par exemple Unicer, « “Hold-up” sur l’entreprise », février 1977, 39 p., Fondation Jean-Jaurès, archives Programme commun, 2 RE 14.

8 Coll., Programme commun de gouvernement du parti communiste français et du PS, Éd. sociales, 1972.

9 Pour une analyse précise, voir Lafon, F., Guy Mollet, Paris, Fayard, 2006, p. 688-709.

10 Quilliot, R., « Les communistes et nous », supplément de Démocratie, no 64, avril 1964.

11 Mollet, G., préface au rapport de Quilliot, R., art. cit., in n. 10.

12 Declercq G., « Pour une planification démocratique », rapport sur le programme économique de la CFTC présenté au nom du bureau confédéral au 30e congrès confédéral de la CFTC, Issy-les-Moulineaux, 19-21 juin 1959, 45 p. Archives CFDT, 6 H 105.

13 Voir Lazar, M., « La gauche française et le progressisme. Évolutions et permanences », Urfalino, P., Zuber, M. (dir.), Intelligence de la France. Onze essais sur la politique et la culture, Paris, Presses de Sciences-Po, 2010, p. 51-69.

14 Déclaration commune du PCF et de la FGDS, 24 février 1968, Fondation Jean-Jaurès, Archives de la FGDS, 2 APO 20.

15 Voir Fondation Jean-Jaurès, Archives de la FGDS, 2 APO 20, « FGDS-PCF novembre 1966-juin 1968 ».

16 À l’occasion d’une réunion de travail entre la FGDS et le PCF le 12 juillet 1967, trois groupes de travail (« Institutions, défense et libertés » ; « Problèmes économiques et sociaux » ; « Politique extérieure ») sont constitués afin d’approfondir et de rendre plus concrets les points d’accord esquissés à l’occasion de la signature de l’accord électoral et d’action commune entre les deux formations du 20 décembre 1966. Au sein du groupe « Problèmes économiques et sociaux », on retrouve, côté FGDS, Jacques Piette, responsable du groupe, assisté de Georges Dayan et André Cellard ; côté PCF, Jean Fabre est responsable du groupe ; il est assisté de Pierre Juquin et Paul Laurent.

17 Piette, J., rapport sur les discussions du groupe de travail « Problèmes économiques et sociaux », non daté, probablement octobre 1967, 1 p., Fondation Jean-Jaurès, Archives de la FGDS, 2 APO 20.

18 Déclaration commune du PCF et de la FGDS, 24 février 1968.

19 Georgi, Fr. (dir.), Autogestion. La dernière utopie ? Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.

20 Cité par Dandé, S., « Le PCF et l’autogestion. Histoire et ralliement, 1968-1979 », Georgi, Fr. (dir.), op. cit., in n. 19, p. 245.

21 Jalabert, L., « La Restructuration de la gauche socialiste en France des lendemains de mai 68 au congrès de Pau du PS de janvier 1975 », mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches sous la direction de Sirinelli, J.-Fr., vol. 3, 2008, p. 215.

22 Lettre d’A. Savary en réponse à celle de G. Plissonnier, 15 janvier 1970, 2 p., FNSP, archives Alain-Savary, 1 SV 41.

23 Boccara, P., Études sur le capitalisme monopoliste d’État, sa crise et son issue, Paris, Éd. sociales, 1973.

24 « Premier bilan des conversations engagées entre le parti communiste français et le PS sur les conditions fondamentales d’un accord politique », Bulletin socialiste, 23 décembre 1970, no 165, p. 3.

25 Alors que le PCF se montre favorable à la généralisation du scrutin à la proportionnelle à tous les échelons de la vie politique, le nouveau parti socialiste, plus mesuré, demeure vague, proposant « un mode de scrutin qui assurera une représentation équitable de tous les courants d’opinion tout en garantissant la stabilité et l’efficacité de l’exécutif ».

26 « Premier bilan... », art. cit., in n. 24.

27 Courtois, S., Lazar, M., Histoire du parti communiste français, Paris, PUF, 1995, p. 349.

28 Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, Archives du PCF, carton « Section économique. négociations sur le PCG » (261 J 8, en cours de classement), dossier « Les libertés dans l’entreprise (PS-MRG-PCF), groupes de travail PC-PS-MRG sur les questions économiques et sociales » et dossier « Structures d’État premières propositions, juillet 1981 ».

29 Notons également que, dans cette section très fournie et dont les archives témoignent d’une intense activité, une partie importante des troupes est composée d’ingénieurs – le plus célèbre étant probablement Anicet Le Pors – présents dans les grandes industries publiques et privées du capitalisme français (Air-France, Renault, SNCF, etc.).

30 « La lutte des classes en France en 1971 », Cahiers du CERES, no 10, avril 1971. Voir notamment le chap. 2, « Le rôle de l’État dans la domination de la bourgeoisie ».

31 Voir Programme commun de gouvernement du parti communiste français et du PS, op. cit., in n. 8, p. 111.

32 Ibid., p. 177.

33 Intervention d’Henri Jourdain au Comité central du PCF, 29-30 juin 1972, archives départementales de la Seine-Saint-Denis (Bobigny), Archives du PCF, enregistrement des réunions du CC, 4AV/1903 à 1951, CD no 2.

34 Aftalion, Fl., Socialisme et économie, Paris, PUF, 1978.

35 Kolm, S.-Chr., La Transition socialiste. La politique économique de gauche, Paris, éd. du Cerf, 1977.

36 Selon laquelle la consommation dépend du revenu courant. Keynes écrit dans La Théorie générale : « En moyenne et la plupart du temps, les hommes tendent à accroître leur consommation à mesure que le revenu croît mais non d’une quantité aussi grande que l’accroissement du revenu. » L’épargne apparaît donc comme une fonction croissante du revenu. De fait, une hausse des revenus des classes populaires a un effet immédiat sur l’activité économique dans la mesure où ces dernières tendent à dépenser l’intégralité de leur revenu en biens de consommation.

37 En période de dépression, Keynes considère la politique budgétaire comme le moyen de « réamorcer la pompe », l’investissement public se substituant à la défaillance de l’investissement privé. Notons cependant que cette utilisation de la politique budgétaire ne vaut que pour une économie en situation de sous-emploi. Dans une économie caractérisée par des taux de croissance élevés et une situation de quasi plein-emploi, la politique budgétaire doit être contracylique, c’est-à-dire veiller à éviter une surchauffe de la machine économique qui risque de prendre la forme d’une hyperinflation.

38 Chevènement, J.-P., « Une nouvelle logique de croissance », Le Monde, 25 juillet 1972.

39 Kolm, S.-Chr., op. cit., in n. 35, p. 176.

40 Pompidou, G., conférence de presse du 22 septembre 1969, cité dans Wieviroka, O., Prochasson, C., La France du XXe siècle, éd. du Seuil, coll. « Documents d’histoire », 2004 [1994].

41 Entretien avec l’auteur, 29 juillet 2010.

42 Voir Programme commun de gouvernement du parti communiste français et du PS, op. cit., in n. 8, p. 133-134.

43 Les mesures redistributives du programme et le risque d’un « processus chilo-portugais » qu’elles peuvent faire courir à l’économie française sont analysés très finement dans Kolm, S.-Ch., op. cit., in n. 35, p. 153-182.

44 « Les porte-parole de la bourgeoisie remettent au goût du jour cette vieille théorie révolutionnaire qu’est le malthusianisme et proposent de renoncer au progrès des connaissances, à l’accroissement des richesses sociales, à l’expansion de l’humanité. M. Mansholt préconise un “net recul du bien-être”, “une forte réduction de la consommation des biens matériels par habitant” dans le cadre d’une “économie de pénurie”. Et M. Giscard d’Estaing se demande s’il ne convient pas de renoncer à un point du taux de croissance plutôt que “d’énerver la société” », Marchais, G., préface au Programme commun de gouvernement du parti communiste français et du PS, op. cit., in n. 8, p. 12.

45 Messmer, P., discours prononcé à Provins, 7 janvier 1973. De larges extraits sont reproduits dans L’Année politique, économique, sociale et diplomatique en France. 1973, Paris, PUF, 1974, p. 382-390.

46 « La position de la CFDT sur le programme PS-PC. Texte adopté par le bureau national, 14 septembre 1972 », Syndicalisme-Hebdo, 21 septembre 1972.

47 Voir « La CGT et le Programme commun », La Vie ouvrière, numéro spécial, no 1468, 18 octobre 1972.

48 « À propos du programme commun. Essai de présentation publique de nos positions », septembre 1972, 2 p. Archives de la CFDT, 8 H 1596.

49 Fondation Jean-Jaurès, archives Programme commun, 2 RE 10-19, dossier 2 RE 13.

50 Programme commun de gouvernement du parti communiste français et du PS, op. cit., in n. 8, p. 113.

51 Intervention de G. Marchais au Comité central du PCF, 10 juin 1974, archives départementales de la Seine-Saint-Denis, Archives du PCF, enregistrement des réunions du Comité central, 4AV/2009 à 2062, CD no 5.

52 Fiterman, Ch., Profession de foi, Paris, éd. du Seuil, 2005, p. 125.

53 Intervention de P. Herzog au Comité central du PCF, 11 novembre 1974, archives départementales de la Seine-Saint-Denis, Archives du PCF, 4AV/2009 à 2062, CD no 7.

54 Fajon, E., L’Union est un combat, Paris, Éd. sociales, 1975.

55 Témoignage de François Hincker, historien, secrétaire de Roland Leroy et membre du Comité central à partir de 1976. Cité dans Hofnung, T., Georges Marchais. L’inconnu du parti communiste français, Paris, L’Archipel, 2001, p. 256.

56 Sur la genèse de son élaboration, voir Fondation Jean-Jaurès, « dossier Jospin », PS/PC 112.

57 Comme en 1964, le rapport Jospin met en avant cinq grandes divergences : la conception du parti ; la nature des régimes d’Europe de l’Est ; la définition de la classe exploitée sous le capitalisme ; la question des voies de passage au socialisme ; le respect de la démocratie et des libertés dans la transition socialiste.

58 Présenté à l’occasion de la première conférence de presse de François Mitterrand en tant que candidat commun de la gauche, le programme économique prévoit trois trains de mesure : à six mois, dix-huit mois et cinq ans. Pour une présentation claire, voir Le Monde, 14-15 avril 1974.

59 Voir « Les relations entre les partis de gauche. 1974-1977 », dossier de presse, FNSP, FRA 76 (009).

60 Le Monde, 7 avril 1975.

61 Les 5-6 juin 1975, le PS organise un grand colloque sur la crise du capitalisme mondial en pré-sence d’économistes de renom : John Kenneth Galbraith, Wladimir Leontief, Jan Tinbergen, Paul Sweezy, etc.

62 « Les socialistes face aux patrons », L’Expansion, no 101-102 bis, novembre 1976.

63 Fiterman, Ch., op. cit., in n. 52. Juquin, P., De battre mon cœur n’a jamais cessé, Paris, L’Archipel, 2006.

64 Fiterman, Ch., op. cit., in n. 52, p. 128.

65 « Les comptes du Programme commun mis à jour », L’Humanité, 10 mai 1977.

66 Voir « Les relations entre les partis de gauche. 1974-1977 », Dossier de presse, FNSP, FRA 76 (009).

67 P. Herzog, section économique du PCF, « Note pour les membres du bureau de la section économique au sujet du travail à effectuer sur l’actualisation du Programme commun », 26 avril 1976, 5 p., archives départementales de la Seine-Saint-Denis, Archives du PCF, carton « Section économique. Négociations sur le PCG » (261 J 8, en cours de classement), dossier « Documents avril 1976 ».

68 Juquin, P., op. cit., in n. 63, p. 376.

69 Loncle, Fr., Autopsie d’une rupture. La désunion de la gauche, Paris, Jean-Claude Simoën, 1979.

70 Rencontre CFDT-PS, 29 juin 1972, Archives de la CFDT, 8H 1596.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540