Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Première partie. Le programme commun de gouvernement : mutations politiques, logiques humaines, le texte

Chercher l’ambiguïté : les radicaux de gauche et l’union de la gauche

Frédéric Fogacci

Texte intégral

  • 1 Cette scène est d’ailleurs reproduite en photo du livre témoignage de Fabre, R., Toute vérité est (...)

1La scène est assez célèbre : le 16 septembre 1978, au nez et à la barbe du très médiatique Georges Marchais, Robert Fabre, président du MRG, se précipite devant les caméras de télévision pour donner lecture d’une déclaration qui annonce le retrait de son parti des négociations d’actualisation du programme commun de la gauche1. S’il ne s’agit pas de la rupture définitive, c’est néanmoins un basculement : quelques semaines plus tard, le programme commun sera forclos. En revanche, la présence du même Robert Fabre est beaucoup plus discrète, six ans plus tôt, sur une autre photo célèbre, celle de la signature du programme commun. Et pour cause : son parti, pas encore né de la scission alors en cours du parti radical, n’a même pas participé à la négociation du texte de 1972, s’y ralliant une fois celui-ci rédigé. En ce sens, en dehors de leur coup d’éclat de 1978, les radicaux de gauche semblent condamnés à être l’élément mineur de l’Union, aussi incapable de peser dans le rapport de forces socialo-communiste que dépendant de la bonne volonté de François Mitterrand pour sauver les quelques députés et sénateurs qui constituent l’essentiel de son capital politique. Peut-on ne voir dans le programme commun qu’une peu glorieuse opération de survie politique d’hommes que leur passé ne prédispose guère à rejoindre une alliance incluant les communistes ? Le MRG ne sera-t-il condamné par ce choix à n’être qu’un appendice de ses deux encombrants alliés ? Sa position de petit ne lui donnera-t-elle pas paradoxalement une forme de liberté politique ?

  • 2 À ce sujet, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse, Frédéric Fogacci, « Le malheur des tem (...)
  • 3 La formule est prononcée au congrès de Lyon en septembre 1965. Voir Archives du parti radical, car (...)

2Tout d’abord, peut-on dire que le chemin vers l’union de la gauche est pour les radicaux, si l’on ose le dire dans leur cas, un chemin de croix ? Comment imaginer qu’un parti qui, dès 1962, lutte concomitamment contre la bipolarisation et pour sa survie2, qui fait de la non-participation des communistes à la FGDS la condition de la sienne, qui reste dirigé jusqu’en 1966 par Maurice Faure, un homme qui n’hésite pas à s’affirmer publiquement « plus libéral que socialiste3 », aille de gaieté de cœur, dans les pires conditions possibles, accepter une union de la gauche qu’il n’a eu de cesse de combattre ? Comment imaginer que des hommes effrayés par les audaces programmatiques et les excentricités politiques de Jean-Jacques Servan-Schreiber aillent, le cœur léger, signer un programme commun riche en nationalisations et s’allier au non moins excentrique Georges Marchais ? Il conviendra donc, dans un premier temps, de comprendre le long et douloureux chemin qui conduit les radicaux à accepter en 1972 ce qu’ils ont si longtemps refusé.

3Deuxième point, le ralliement au programme commun d’une partie du parti radical. En bref, l’essentiel des élus et de leur clientèle donne naissance à une rupture politique encore aujourd’hui pérenne. Une telle chose n’est pas si fréquente dans l’histoire du radicalisme, aussi ne mérite-t-elle pas une analyse détaillée : comment le programme commun crée-t-il cette ligne de démarcation au sein du parti ? Quel est le clivage entre ceux qui l’acceptent et ceux qui le refusent ? S’agit-il de répondre à des motivations de court terme, ou au contraire, le programme commun ne met-il pas en lumière l’existence de « deux partis » au sein du parti radical, jusqu’ici masquée par les habiletés de la direction et l’art consommé du « nègre blanc » ?

  • 4 Fabre, R., Les Radicaux dans l’union de la gauche, Paris, Balland, 2001, p. 29.

4Dernier point, le MRG est donc un parti à la fois bien vieux et très jeune dans le cadre de l’union de la gauche. Il s’agira donc de comprendre comment le nouveau parti peut se déployer dans un contexte politiquement porteur et peu épanouissant, puisque si les radicaux de gauche peuvent compter sur une sécurisation de leur capital électoral, leur capacité à rénover leur doctrine, à se forger une identité renouvelée est forcément limitée par leur attachement à un programme contraignant et leur liberté d’expression forcément limitée. Le MRG n’est-il pas dès lors, dès son origine, condamné à devenir rapidement un parti d’élus, otage dans son développement des intérêts particuliers de ses élus, lesquels sont, selon l’expression même de Robert Fabre, « tout sauf des kamikazes en politique4 » ?

Le chemin de croix vers le programme commun

  • 5 Voir entretien de l’auteur avec Maurice Faure, 22 avril 2002.

5Selon Maurice Faure, dès l’annonce par le général de Gaulle du référendum prévoyant l’élection du président au suffrage universel, le 27 septembre 1962, Guy Mollet aurait pronostiqué qu’une telle réforme, si elle venait à s’appliquer, produirait inévitablement à moyen terme la scission du parti radical5, lequel, dans les débuts de la Ve République, ne maintenait qu’à grand-peine son équilibre entre des partisans résolus d’une alliance au centre droit et des pionniers de l’union de la gauche, comme Jacques Maroselli et André Cellard, animateurs du club l’Atelier républicain.

  • 6 Voir Faure, M., D’une République à l’autre, Paris, Flammarion, 1999.

6En un sens, du regroupement des centres dans le Rassemblement démocratique au soutien sans faille à la candidature de Gaston Defferre lors de l’élection présidentielle de 1965, on peut résumer la stratégie du parti radical à une tentative aussi désespérée qu’infructueuse de tirer la SFIO vers le centre afin de ralentir le processus de bipolarisation de la vie politique française. Symboliquement, la candidature de François Mitterrand en 1965 divise le parti, une part non négligeable des élus lui préférant Jean Lecanuet. Il faut néanmoins l’échec définitif de cette stratégie pour que les diverses composantes du parti radical, avec un enthousiasme et une rapidité inégales, se rallient à la Fédération des gauches radicales et socialistes entre 1966 et 1967. Maurice Faure, se ralliant sans enthousiasme à la fédération entre les deux tours de l’élection législative de 1967 pour sauver son siège de député, illustre bien ces réticences6. Cependant, même à ce point, les radicaux sont encore loin d’accepter une alliance avec le PCF, après avoir reconstruit leur influence politique, à la Libération, sur un anticommunisme avéré. À ce sujet, on peut faire trois remarques.

  • 7 Voir Archives du parti radical, carton 80.

7La première est que dès la campagne présidentielle de 1965, le rapport ambigu que François Mitterrand va entretenir avec le PCF est l’objet des tensions entre le parti et ses alliés, d’une part, mais aussi entre les élus eux-mêmes. Au congrès de Lyon de septembre 1965, le président Maurice Faure qui quitte alors son mandat insiste : « Je vois mal comment nous pourrions nous mettre d’accord sur un programme de gouvernement avec le PCF7. » Tirant les conclusions de cette prise de position, entouré de sa garde rapprochée, il choisit d’ailleurs d’apporter son soutien à Jean Lecanuet lors de l’élection présidentielle.

  • 8 Voir Archives du parti radical, carton 189.

8Au demeurant, cette pomme de discorde continue à exister dans le cadre de la FGDS, même pour ceux qui ont soutenu Mitterrand en 1965. La déclaration de François Mitterrand le 12 juin 1966 selon laquelle le PCF constitue un « allié privilégié » pour la fédération suscite de forts remous au sein du parti, obligeant René Billères à la démentir lors du bureau national du 22 juin 1966. Auguste Pinton estime alors que « le choix des communistes comme alliés privilégiés changerait la chance de vaincre le gaullisme en certitude d’être battus ». Au cours de ce même bureau, Félix Gaillard estime que « l’opinion accrédite l’idée que la fédération prépare un accord avec le PCF », provoquant la colère de René Billères, « indigné qu’on puisse l’accuser de manquer de fermeté à ce sujet »8.

  • 9 « Sur le plan fédéral, une conformité avec les engagements du parti est nécessaire. Sur le plan lo (...)
  • 10 Voir Fabre, R., op. cit., in n. 1, p. 200.

9D’où une deuxième remarque : au sein de la FGDS, le parti radical consacre l’essentiel de son poids et de son influence à retarder la conclusion d’un accord programmatique avec les communistes. Cela ne signifie pas que les radicaux acceptent de s’aliéner les voix communistes lors des élections locales : comme le souligne le secrétaire général Pierre Brousse, dans une lettre circulaire très délibérément ambiguë, la règle officielle est celle du « pas vu, pas pris ». Dès janvier 1965, le comité directeur décide : « On fermera les yeux si certains d’entre nous sont élus avec des voix communistes9. » Cependant, dans l’esprit des radicaux, il s’agit de se limiter à des collaborations purement électorales, circonscrites à l’échelle locale, auxquelles il convient de ne donner aucune portée nationale. En somme, on retrouve cette remarque souvent présente dans les ouvrages de Robert Fabre, selon laquelle la question du rapport avec les communistes concerne exclusivement les périodes de campagne électorale. En 1978, ses déclarations condamnant le rôle des communistes dans l’échec de la gauche lui vaudront des critiques d’élus, non pour avoir condamné le rôle du PCF, mais pour n’avoir pas respecté de « délai de décence » post-électoral que les voix communistes récupérées par les candidats radicaux auraient mérité10.

  • 11 Le parti est proche de la scission à l’occasion du congrès de novembre 1968, la question du rappor (...)

10L’ambiguïté des positions de la campagne des élections législatives de 1967, très favorables aux radicaux, constitue l’idéal recherché. Ce n’est donc que sous la menace de représailles électorales que les radicaux en viennent à accepter progressivement le rapprochement de la FGDS avec le PCF. L’après-mai 1968 est d’ailleurs l’objet d’un débat très violent au sein du parti entre ceux qui acceptent le dialogue avec le PCF comme inévitable, et ceux qui, au contraire, prônent un retour vers le centre, comme Félix Gaillard et Gabriel Péronet11. Bref, c’est on ne peut plus à leur détriment que la majorité des radicaux se trouve contrainte de sortir d’une ambiguïté bienvenue au sujet du PCF.

  • 12 Voir Fabre, R., Quelques baies de genièvre, Paris, Lattès, 1976, p. 50-51 : « Dès le dernier jour (...)

11Dernière remarque : le chemin tortueux des radicaux vers le programme commun et l’alliance avec les communistes va trouver un formidable accélérateur, un catalyseur en la personne de Jean-Jacques Servan-Schreiber. Appelé par Maurice Faure au secrétariat général du parti radical au printemps 1969 afin de rénover son image et de lui redonner une audience, il en vient, après divers coups d’éclat (publication du manifeste radical, élection comme député à Nancy) ou d’ombre (élection de Bordeaux) à s’emparer de la présidence du parti au congrès de Suresnes, à l’automne 1971. Il est difficile d’imaginer le rejet que « JJSS » va susciter chez la majorité des élus et des notables du parti radical, qui constitueront le gros des troupes du MRG. C’est d’abord sa stratégie politique qui est rejetée : les accords de Saint-Germain conclus avec le Centre démocrate de Jean Lecanuet se doublent d’un refus manifeste d’associer le parti radical aux premières discussions concernant le programme commun de la gauche. Outre le fait que cette stratégie heurte de front les intérêts électoraux de la majorité des élus du parti, elle présente l’inconvénient d’avoir été décidée et menée par Jean-Jacques Servan-Schreiber seul, sans jamais consulter le comité directeur ni le bureau du parti. Outre les intérêts électoraux, la naissance du MRG correspond aussi à un refus viscéral par les élus du style de « JJSS », de ses penchants autocratiques qui heurtent de front des élus habitués à être choyés dans le cadre du parti radical12. On peut en tirer deux conclusions. D’une part, le MRG est dès son origine un parti d’élus, avant tout poussés vers la gauche par leurs intérêts électoraux. D’autre part, la dynamique « schreiberophobe » fait que l’on n’y retrouve pas uniquement l’aile gauche du parti (laquelle a en partie directement rejoint le PS au congrès d’Alfortville en 1969), mais plus globalement une vieille génération qui trouve en François Mitterrand un allié plus raisonnable et respectueux. Certains, comme Pierre Brousse ou Henri Caillavet, oscilleront ainsi entre le MRG, qui offre un cadre plus ressemblant au défunt parti radical, et leur refus de ratifier un programme commun qui les lierait trop aux communistes.

Le programme commun et la scission du parti radical

  • 13 La question de l’appellation du parti dissident, dans un premier temps « Mouvement de la gauche ra (...)

12La création du MRG est donc nettement, même si pas exclusivement, liée à la signature du programme commun. Il y a un paradoxe à lier la naissance d’un parti politique à un texte à l’élaboration duquel il n’a pas participé, et auquel il se rallie pour des raisons plus politiques (pour ne pas dire stratégiques) qu’idéologiques. Il s’agit donc de voir, dans un second temps, comment la naissance du programme commun marque la naissance du MRG (lequel ne prendra d’ailleurs ce sigle qu’en janvier 197313) du sceau d’une triple ambiguïté originelle.

  • 14 Ancien membre du parti radical jusqu’en 1951, Jacques Chaban-Delmas y a conservé de nombreuses ami (...)
  • 15 Voir Fabre, R., op. cit., in n. 4, p. 32 : « Pendant un lustre, tous nos efforts ont porté sur la (...)

13Tout d’abord, il faut rappeler que le parti radical reste majoritairement étranger aux premières discussions conduisant à l’élaboration du programme commun à l’automne 1971, se privant dès lors de la possibilité de peser, de manière cependant modeste, sur son élaboration. En un sens, en 1969, le parti radical fait majoritairement le choix de tenter de prolonger son existence autonome quand une part non négligeable de son aile gauche, autour de Jacques Maroselli, plaide en faveur d’une intégration au nouveau PS d’Alain Savary. Le contexte politique y joue pour beaucoup : la candidature centriste d’Alain Poher aux présidentielles de 1969 relance un temps les espoirs d’une solution centriste, et la politique de nouvelle société du Premier ministre Jacques Chaban-Delmas exerce une attraction non négligeable sur une part importante des radicaux14. En somme, le contexte politique rend encore plus difficile le ralliement radical, les tentatives des années 1971-1972 constituant peut-être le chant du cygne du centrisme autonome dans l’économie politique de la Ve République. S’étant retirés des négociations après les premières séances, les radicaux qui ont fait le choix du programme commun se condamnent donc à signer le texte en l’état. Tout juste parviendront-ils à y adjoindre une annexe rédigée à la hâte, sur laquelle nous reviendrons, afin de figurer sur la photo de famille de la gauche réunifiée le 12 juillet 1972. Cette absence initiale pèsera lourd : dans sa volonté d’actualisation du programme commun à partir de 1977, le PCF trouvera, dans un premier temps dans le MRG, un allié paradoxal, quoique animé d’objectifs fort différents15.

  • 16 Ibid., p. 34-35.

14Cependant, malgré cette absence lors des négociations, le programme commun sauve, en quelque sorte, une gauche radicale isolée face à Jean-Jacques Servan-Schreiber. Dès les lendemains du congrès de Suresnes de septembre 1971, 12 députés et 18 sénateurs décident de créer le Groupe d’études et d’action radical-socialiste, afin de souligner la distance que prennent une majorité des élus avec leur bouillant et volubile président. Cependant, la rupture n’est pas actée, et cet entre-deux s’avère une impasse politique. Comme l’avoue Robert Fabre, alors que Jean-Jacques Servan-Schreiber a lancé des procédures disciplinaires contre lesdits élus, la signature du programme commun le 28 juin 1972 leur apparaît comme une issue de secours16. Une réunion au Cercle républicain décide alors que le groupe d’action boycottera le congrès radical de Lille et se constituera en mouvement de la gauche radicale-socialiste pour signer collectivement le programme commun.

  • 17 Ibid., p. 75. Au congrès de Bordeaux de 1975, certaines de ces adhésions sont rendues impossibles p (...)

15Bien que non lié à la négociation du programme commun, le MRG est donc, des trois signataires, celui pour lequel ce texte revêt la signification la plus vitale, puisqu’il donne un débouché à une logique scissionnaire. Cette origine explique dans une large mesure la structure du MRG, parti dominé par des élus, des notables détenteurs des quelques mandats nationaux qui vont constituer le capital politique essentiel du MRG. De manière assez paradoxale, cette génération, entrée en radicalisme bien avant l’arrivée de Jean-Jacques Servan-Schreiber place de Valois, va progressivement recevoir plusieurs soutiens d’élus qui mettront plus de temps à franchir la ligne politique entre droite et gauche, souvent aidés par les échéances électorales, législative de 1973 ou présidentielle de 1974. On retrouve aussi une génération de jeunes, de « sabras », comme François Loncle, qui entrent en radicalisme par le MRG, et qui constitueront par la suite un obstacle à une réunification des deux branches du radicalisme. Des personnalités isolées, enfin, tentées d’adhérer à l’union de la gauche via son pilier modéré, qui leur paraît en outre le plus à même de leur assurer rapidement une fonction de responsabilité, sont tentées de rejoindre ce parti. Cependant, au grand regret de Robert Fabre, le MRG échoue dans ce domaine à attirer des personnalités marquantes un temps approchées, comme Léo Hamon ou Jacques Delors17. Cependant, comme le montre la visite de Robert Fabre à Valéry Giscard d’Estaing le 30 septembre 1975, le MRG assume son statut d’aile modérée et sa tradition radicale au sein de l’union de la gauche.

  • 18 Ibid., p. 31.
  • 19 Voir Coll., Pour une démocratie nouvelle. Les radicaux de gauche, Paris, Presses Pocket, 1973, p.  (...)

16Dernière ambiguïté : les radicaux se rallient à ce texte, que Robert Fabre qualifie de « saupoudrage un tantinet démagogique18 » en y mettant dès l’origine un bémol important. On peut d’abord considérer l’annexe radicale, qui n’aurait pas nécessairement trouvé sa place dans le texte sous un autre statut et un autre parrainage. Au nom d’un « humanisme » socialiste, les radicaux affirment leur attachement à « l’initiative et la responsabilité personnelle de tous les citoyens dans tous les secteurs de l’économie », stipulent que « la gestion des entreprises nationales, en dehors de toute étatisation, répondra aux nécessités de la croissance », avant de promettre « une saine politique financière et budgétaire qui évitera l’inflation et garantira la croissance de la production, de l’investissement, de l’emploi et des salaires ». Ultérieurement, dans une édition du programme commun, Maurice Faure fixe pour le MRG la tâche d’apporter la « garantie de leur tradition », celle d’une « gauche raisonnable » à un gouvernement de gauche, avant de conclure : « Il n’est question ni de près ni de loin de Démocratie populaire, ni sur le plan politique, ni sur le plan économique19. » Il s’agit donc de rassurer un électorat radical potentiellement inquiet devant la logique du programme commun, tout en se conformant à une froide logique politique : par-delà ses considérations idéologiques, et bien avant de penser à l’appliquer, le programme commun sera le programme de la gauche aux élections législatives de 1973, il sera donc celui des candidats radicaux désireux de bénéficier de reports de voix socialistes et communistes.

Radicalisme et idéologie du programme commun

17Par-delà ces ambiguïtés fondatrices, quel va être le rôle politique du MRG, « Petit poucet » de l’union de la gauche, et comment expliquer le processus qui le conduit progressivement à incarner la spectaculaire rupture de septembre 1977, avant de se conformer à la non moins spectaculaire réconciliation électorale qui précède l’échec législatif de mars 1978 ?

18Il convient tout d’abord de convenir que le MRG est, dans le cadre de l’union de la gauche, un parti sous tutelle, tutelle plus ou moins bienveillante de François Mitterrand et de Georges Marchais selon les intérêts stratégiques des deux leaders de la gauche dans le combat qu’est l’Union.

  • 20 Voir Fabre, R., op. cit., in n. 4, p. 33.

19La tutelle socialiste s’exprime d’une manière évidente, par un moyen simple : les candidats radicaux de gauche sont dépendants de la bonne volonté de François Mitterrand pour leurs investitures comme pour la bonne volonté que les socialistes locaux mettront à leur service. Comme en convient Robert Fabre, François Mitterrand « sauve » le MRG en lui garantissant un certain nombre de circonscriptions, certes en deçà de ses espérances et insuffisant pour pouvoir espérer un groupe parlementaire autonome, mais suffisant pour survivre20. On peut imaginer que les liens personnels que Mitterrand entretient avec Maurice Faure, l’un de ses rares amis depuis la IVe République, ou Robert Fabre, allié fidèle depuis 1965, ont joué. Cependant, cette dépendance électorale se fait cruellement sentir, le MRG ne pouvant se permettre de primaires contre des socialistes mieux implantés.

  • 21 Voir Fabre, R., op. cit., in n. 12, p. 41.

20On peut en tirer deux conséquences. D’une part, la liberté de manœuvre du MRG dans le cadre de l’union de la gauche est restreinte. Sa propension à critiquer le programme commun et à exiger sa révision, réelle après 1973, se trouve obligatoirement mise en sourdine. Au contraire, dans le rapport de forces interne de la gauche, les radicaux de gauche semblent se prêter de bonne grâce à diverses opérations politiques au service du PS. C’est le cas en 1974, quand le MRG prend l’initiative, au lendemain de la mort de Georges Pompidou, d’appeler à une candidature unique de la gauche derrière François Mitterrand, plaçant ainsi la direction du PCF devant le fait accompli. C’est également le cas quand, dans les années 1975-1976, le PCF fait monter la tension au sein de l’union de la gauche. Dès février 1975, Robert Fabre écrit tout haut ce que les dirigeants socialistes pensent tout bas : « Georges Marchais souhaite-t-il toujours la victoire de la gauche dans laquelle le PCF ne serait plus numéro 121 ? »

  • 22 Ibid., p. 40 : « Pour être juste, il faut reconnaître que le MRG et son président […] ne sont pas l (...)
  • 23 Voir Fabre, R., op. cit., in n. 4, p. 40.

21Le jeu des communistes avec le MRG s’exprime d’une manière différente. On peut tout d’abord remarquer que le PCF, parti de masse, tient en piètre estime une formation jugée groupusculaire22. Lors du meeting de la porte de Versailles, le 24 avril 1974, Georges Marchais lance ainsi avec condescendance à Robert Fabre : « C’est pas tous les jours que tu pourras haranguer une foule pareille23. » En dépit de désaccords idéologiques évidents, le MRG apparaît comme une cible secondaire dans le combat mené pour le leadership à gauche. Au contraire, la faible menace que constituent les radicaux sur le plan électoral amène les communistes à souvent les faire bénéficier de leurs concessions symboliques à l’esprit de l’union de la gauche. Cela permet par exemple au MRG de se trouver doté d’un petit réseau d’élus municipaux en banlieue rouge, sans pour autant y compter beaucoup de militants.

22Dans cette configuration qui ne lui laisse finalement que peu de marge d’initiative, comment le MRG va-t-il être amené à jouer un rôle décisif dans la rupture du programme commun ? On peut à ce sujet faire deux remarques. D’une part, ce rôle n’est, somme toute, que médiatique : Robert Fabre connaît son heure de gloire en actant un processus de toute manière inévitable car voulu par la direction du PCF et accepté par celle du PS, processus qui, en outre, ne s’achève pas par son intervention tonitruante du 14 septembre 1977. De l’homme du jour, il redevient vite l’homme d’un jour. De toute évidence, le PCF aborde les négociations d’actualisation avec une volonté délibérée de rupture, tout comme la direction du PS a accepté l’idée de rupture. En jouant un rôle doublement modérateur, exigeant par exemple une baisse du nombre d’entreprises à nationaliser par rapport aux exigences du PCF, le MRG joue un rôle utile au PS, renforçant sa place centrale tout en endossant l’accusation de modération exagérée, et donc de trahison de l’esprit du programme commun. Cependant, la stratégie de François Mitterrand est contrariée par l’éclat de Robert Fabre, car elle le prive d’une position de fermeté face au PCF. Cette rupture sera néanmoins assumée par le seul PS quelques semaines plus tard, manière de remettre le MRG à sa place de second.

  • 24 Ibid., p. 194-195.
  • 25 Ibid., p. 200-201.

23Seconde remarque : Robert Fabre présente dans ses mémoires la « rabibochage électoral » en catastrophe à la veille du second tour des élections législatives de 1978 comme un désastre qui entraîne sa décision de quitter la présidence du MRG24. Le soir même du second tour, il publie un communiqué condamnant avec fermeté l’attitude du PCF et lui attribuant la responsabilité de l’échec de la gauche. Cette réaction lui vaut des critiques de députés radicaux de gauche réélus grâce à des voix communistes, estimant que Fabre aurait pu respecter un « délai de décence » et « laisser chacun boire son champagne en paix25 ». De fait, à proximité des élections législatives de 1978, l’union de la gauche est redevenue ce qu’elle doit idéalement être aux yeux des radicaux, un accord électoral sanctuarisant leurs positions politiques et électorales sans les encombrer d’un accord programmatique perturbant pour leur électorat. En sauvant 10 sièges de députés, le MRG (ou du moins ceux dont la voix compte en son sein, à savoir ses élus) n’est-il pas à compter, paradoxalement, parmi les vainqueurs de ces élections ?

24Pour citer une formule éminemment mitterrandienne, « on ne sort de l’ambiguïté qu’à son détriment ». Les radicaux donnent, face à la perspective d’union de la gauche, une superbe illustration de leur compréhension de cette maxime. Après avoir tant que possible retardé une bipolarisation qui mettait en danger leur unité, les radicaux de gauche parviennent à imposer, sinon leur voix, du moins leurs intérêts dans le rapport de forces de l’union de la gauche. Cette stratégie, qui laisse une place importante aux élus, est, en un sens, parachevée quand Michel Crépeau se présente à l’élection présidentielle de 1981, avant d’entrer aux côtés de François Abadie au premier gouvernement de la gauche en 1981. Impuissant face à la dynamique d’union de la gauche, instrumentalisé par de puissants alliés, le MRG a su, avec ses atouts, également se servir de sa position et instrumentaliser ses alliés, afin d’assurer sa survie politique.

25C’est donc une véritable famille politique, disposant, sinon d’un créneau précis, du moins de positions électorales suffisantes pour assurer sa survie, qui se met en place à partir de 1973, et parvient progressivement à s’élargir et à se renouveler (Jean-Michel Baylet est élu député pour la première fois en 1978). Ce succès à l’échelle radicale explique sans doute que le parti radical ne se soit jamais réunifié après la scission fondatrice de 1972.

Notes

1 Cette scène est d’ailleurs reproduite en photo du livre témoignage de Fabre, R., Toute vérité est bonne à dire. Histoire de la rupture, Paris, Fayard, 1978.

2 À ce sujet, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse, Frédéric Fogacci, « Le malheur des temps. La mouvance politique radicale et radicale-socialiste de la Libération à la fin des années 1960 », université Paris-IV, 2008.

3 La formule est prononcée au congrès de Lyon en septembre 1965. Voir Archives du parti radical, carton 80.

4 Fabre, R., Les Radicaux dans l’union de la gauche, Paris, Balland, 2001, p. 29.

5 Voir entretien de l’auteur avec Maurice Faure, 22 avril 2002.

6 Voir Faure, M., D’une République à l’autre, Paris, Flammarion, 1999.

7 Voir Archives du parti radical, carton 80.

8 Voir Archives du parti radical, carton 189.

9 « Sur le plan fédéral, une conformité avec les engagements du parti est nécessaire. Sur le plan local, sur un ou des problèmes particuliers, une action commune avec tel ou tel peut être nécessaire. Il vous appartient alors, au plan fédéral, de l’approuver ou de la désapprouver, étant entendu que lorsque la position prise sur le plan local par un comité important risque d’avoir des répercussions nationales, il est normal que vous en avertissiez la place de Valois. Voilà la règle. » Voir Archives du parti radical, carton 521.

10 Voir Fabre, R., op. cit., in n. 1, p. 200.

11 Le parti est proche de la scission à l’occasion du congrès de novembre 1968, la question du rapport au PCF constituant une pomme de discorde. Voir Faucher, J.-A., La Gauche française sous de Gaulle, Paris, John Didier, 1969, p. 271-272.

12 Voir Fabre, R., Quelques baies de genièvre, Paris, Lattès, 1976, p. 50-51 : « Dès le dernier jour des assises de Suresnes, les parlementaires hostiles à l’autoritarisme de Servan-Schreiber tout autant qu’à sa nouvelle orientation politique (la presque totalité) se réunissaient au Sénat et décidaient de constituer un groupe officieux de résistance à ce courant. »

13 La question de l’appellation du parti dissident, dans un premier temps « Mouvement de la gauche radicale et socialiste », fait l’objet de joutes judiciaires, jusqu’à un arrangement conclu par François Luchaire qui fait disparaître le terme « radical » de l’appellation du parti.

14 Ancien membre du parti radical jusqu’en 1951, Jacques Chaban-Delmas y a conservé de nombreuses amitiés. Au congrès de Suresnes de 1971, plusieurs orateurs estiment que le parti radical, au pouvoir, ne mènerait pas une politique fondamentalement différente de celle de « nouvelle société » mise en œuvre.

15 Voir Fabre, R., op. cit., in n. 4, p. 32 : « Pendant un lustre, tous nos efforts ont porté sur la nécessité d’une telle renégociation pour rendre l’ambition commune plus conforme à nos idéaux. »

16 Ibid., p. 34-35.

17 Ibid., p. 75. Au congrès de Bordeaux de 1975, certaines de ces adhésions sont rendues impossibles par l’hostilité de la base militante.

18 Ibid., p. 31.

19 Voir Coll., Pour une démocratie nouvelle. Les radicaux de gauche, Paris, Presses Pocket, 1973, p. 85-87 et 91-94.

20 Voir Fabre, R., op. cit., in n. 4, p. 33.

21 Voir Fabre, R., op. cit., in n. 12, p. 41.

22 Ibid., p. 40 : « Pour être juste, il faut reconnaître que le MRG et son président […] ne sont pas l’objet d’attaques bien vives de la part de Marchais et de ses amis. Ce peut être un motif de satisfaction, dans la mesure où l’on interprète ce manque d’agressivité comme un signe d’amabilité ou de compréhension à notre égard. Ce peut aussi être un sujet d’inquiétude si l’on conclut que nous sommes trop peu de choses pour être gênants… La vérité est sans doute que le PC ne nous considère pas comme des “concurrents” sérieux, en fonction d’un recrutement et d’un électorat fondés sur un secteur socioprofessionnel très différent du sien. Il nous ménage aussi, dans la mesure où notre existence autonome, sur sa droite, constitue un barrage à un expansionnisme excessif du PS. Que ce dernier nous dévore, et le voilà grossi encore d’un courant radical qui pourrait faire de lui une formation de plus en plus social-démocrate, moins révolutionnaire et plus réformiste. Susceptible aussi de devenir plus triomphaliste et plus impérialiste encore ! »

23 Voir Fabre, R., op. cit., in n. 4, p. 40.

24 Ibid., p. 194-195.

25 Ibid., p. 200-201.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540