Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Première partie. Le programme commun de gouvernement : mutations politiques, logiques humaines, le texte

Le parti communiste à l’heure de l’union de la gauche

Jean Vigreux

Texte intégral

  • 1 Rochet, W., Écrits politiques. 1956-1969, Paris, Éd. sociales, 1976, p. 195-196, discours à l’assem (...)
  • 2 Marchais, G., Fête de l’Humanité, JT TF1 13 heures, 9 septembre 1978, archives de l’Ina.

« L’expérience du passé a, au surplus, amplement prouvé chaque fois que les gouvernements se réclamant de la gauche ont voulu se passer des communistes, ou s’en servir occasionnellement comme force d’appoint, ces gouvernements ont été très vite amenés à faire la politique de la droite.
Dans ces conditions, pour tous les partis de gauche, l’objectif essentiel doit être de parvenir à un programme commun de progrès et de paix, leur permettant de gagner la majorité et de gouverner ensemble dans l’intérêt du peuple1. »
« Le parti socialiste a utilisé le thème de l’union à des fins personnelles pour essayer de se renforcer à notre détriment, mais au moment où il faut sauter la haie finale, si je puis dire, au moment de franchir l’obstacle final, au moment de vaincre l’adversaire, au moment de gagner pour changer, alors le parti socialiste recule. Il recule pourquoi, parce que le fonds de sa politique, c’est qu’il ne veut pas le changement, les transformations nécessaires. Voilà2… »

  • 3 Voir Courtois, St. et Lazar, M., Histoire du PCF, Paris, PUF, 1995, en particulier le chap. VIII s (...)
  • 4 Robrieux, Ph., Thorez. Vie secrète et vie publique, Paris, Fayard, 1975 ; Sirot, St., Maurice Thore (...)
  • 5 Vigreux, J., Waldeck Rochet. Une biographie, Paris, La Dispute, 2000.
  • 6 Hofnung, Th., Georges Marchais. L’inconnu du parti communiste français, Paris, L’Archipel, 2001.

1Ces deux citations contradictoires invitent à appréhender les enjeux du « programme commun de gouvernement » au sein de la culture politique du PCF. De 1963 à 19783, le PCF connaît trois dirigeants : son dirigeant historique Maurice Thorez qui a façonné pendant plus de trente ans le parti et qui meurt en 19644 ; son successeur venant du monde rural, Waldeck Rochet, qui entreprend l’aggiornamento du parti5, mais qui est écarté par la maladie en 1969, puis Georges Marchais, qui incarne la nouvelle génération de dirigeants6. Entre ces deux dates, le PCF demeure également la première force à gauche :

  • au point de vue électoral, jusqu’aux élections législatives de 1978 où il est dépassé par le PS, ramenant le parti à une position inconnue depuis 1945 ;
  • au point de vue des adhérents.
  • 7 Séminaire « Archives et sources du communisme. Regards croisés : chercheurs, acteurs et archiviste (...)
  • 8 Archives départementales de Seine-Saint-Denis, fonds du PCF, 261 J 25.

2C’est même au cours de ce moment lié à l’euphorie du programme commun de gouvernement que le PCF connaît un regain d’adhésions ; Roger Martelli a souligné récemment ce phénomène connu7, mais avec une précision sans précédent grâce à une découverte importante dans les fonds du PCF : les petits carnets du secrétariat à l’organisation qui permettent enfin de connaître les vrais chiffres des adhérents8.

chiffres officiels

chiffres de la section

1959
1964
1967
1970
1972
1974
1979

425 150
420 000
427 050
459 600
457 000
501 000
703 000

252 482
275 290
288 414
305 540
311 440
366 684
640 565

Tableau 1. – Effectifs du PCF (1959-1979).

3Période de mutation, d’ouverture dans laquelle le programme commun participe avec d’autres éléments au retour du PCF sur la scène nationale de la vie politique après des années de purgatoire liées à la guerre froide, comme le manifeste de Champigny, « l’eurocommunisme » envisagé comme une coopération accrue avec les PC espagnol et italien et une certaine prise d’autonomie vis-à-vis de l’URSS…

4On mesure ainsi que plusieurs logiques et dynamiques sont à l’œuvre :

  • tout d’abord, des logiques internes au PCF portées par différents dirigeants ;
  • puis des logiques liées à la bipolarisation de la vie politique dans le cadre de la Ve République ;
  • les effets induits de redistribution des forces politiques à gauche, mais aussi les conséquences des événements de mai-juin 1968 ;
  • sans négliger les rapports à l’URSS, au PCUS et au mouvement communiste international.

5Dès lors, le programme commun de gouvernement de la gauche rencontre ces dimensions plurielles, ces chronologies emboîtées qu’il ne faut pas négliger…

S’unir contre la droite

6En 1958, le PCF, surpris par l’ampleur du phénomène gaulliste, analyse rapidement et aveuglément ce mouvement comme fasciste. Il essaie de renouer avec la SFIO, afin de contrer l’influence de la droite dans le pays. À partir de 1963, des contacts sont pris entre PCF et SFIO. C’est le temps du dialogue idéologique qui permet aussi d’asseoir l’alliance électorale contre le gaullisme. Mais l’entreprise dure, « il faut laisser du temps au temps » et surtout cicatriser les plaies de la guerre froide, voire de la guerre d’Algérie.

7Entre 1963 et 1964, le PCF et la SFIO s’observent : si la SFIO songe à la fusion organique, le PCF, quant à lui, essaie de sortir du ghetto. Waldeck Rochet poursuit cette ouverture vers la « gauche non communiste » et surtout s’engage vers un soutien à François Mitterrand pour les élections présidentielles de décembre 1965.

  • 9 La version écrite du témoignage de Jules Borker ne nous est pas parevenue [Note de l’Éditeur].
  • 10 Archives de l’Ina, Midi 2, 19 février 1983, Roland Dumas : la naissance de l’union [au moment du d (...)
  • 11 Entretiens avec Charles Fiterman, (février 1997, avril 2005). Voir également ses archives privées (...)

8L’ouverture des archives de la direction du PCF permet de comprendre les exigences politiques du moment et de retracer ce rapprochement. C’est par l’intermédiaire de Me Borker, l’avocat du PCF, qui a eu un rôle prépondérant9, que se jouent les tractations entre la direction du PCF et François Mitterrand, représenté par Roland Dumas10. Ce choix de François Mitterrand, en 1965, s’explique par le fait que le PCF le juge peu dangereux11. C’est un homme qui n’a pas de grand parti derrière lui, ce qui permet au PCF d’éviter de donner un trop grand poids à la SFIO, et surtout de ne pas s’engager dans une élection présidentielle, un choix institutionnel qu’il condamne.

9Le septembre 1965, François Mitterrand annonce officiellement sa candidature. Jules Borker rencontre alors plusieurs fois François Mitterrand, entre le 9 et le 23 septembre, et aborde les questions épineuses des intentions du candidat en matière de politique étrangère.

  • 12 L’Humanité, 24 septembre 1965.

10Waldeck Rochet déclare, le 17 septembre, que « les communistes veulent une plate-forme acceptable » et François Mitterrand assure qu’il n’a aucune exclusive. Cette formule répondant aux attentes de Waldeck Rochet, il sort du secret. Il présente personnellement le rapport devant le Comité central, réuni le 23 septembre à Drancy, et annonce le soutien du PCF à François Mitterrand, après avoir rappelé le soulagement de l’échec de la candidature Defferre : « Sans plus attendre, je veux dire au Comité central que, compte tenu des garanties que notre parti a obtenues, le BP pense qu’en recevant l’appui du PCF, la candidature Mitterrand peut devenir la candidature d’union de tous les partis de gauche et organisations démocratiques12. » Toutefois, quelques voix s’élèvent au Comité central ; Oswald Calvetti, même s’il assure la direction de son accord, fait remarquer l’absence de programme commun et pointe les divergences (Constitution de 1958, Europe) tandis que Jeannette Vermeersch-Thorez le critique sèchement. Les temps changent…

11Pour souligner l’importance de ce choix, Waldeck Rochet fait une déclaration à la presse à l’issue des travaux du Comité central de Drancy, dans laquelle il précise que les trois conditions nécessaires formulées par le PCF sont reprises par François Mitterrand :

  • « 1. que le candidat soit un opposant résolu au pouvoir personnel ;
  • 2. que le programme ou les options qu’il soutient soient acceptables par tous les démocrates ;
  • 3. qu’il s’appuie sur tous les partis de gauche sans exclusive, y compris le PCF13. »

12Le PCF, qui a pris une part active à la campagne de François Mitterrand, peut alors envisager un accord avec la FGDS. Ainsi, par petites touches, l’élection présidentielle facilite les rapprochements. D’autres ouvertures du parti participent également à cette dynamique…

  • 14 Voir Nicole Racine, « Aragon », dans Jacques Julliard, Michel Winock (dir.), Dictionnaire des inte (...)
  • 15 Matonti, Fr., Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique. La Nouvelle critique (19 (...)

13Le Comité central d’Argenteuil met fin au réalisme socialiste à la française, en rendant à l’intellectuel sa liberté14. Il n’est plus considéré comme un intellectuel « organique », une caution et un défenseur d’une citadelle assiégée, mais, dans les perspectives lancées depuis le 20e congrès du PCUS, il devient un homme libre. Si l’on reprend les conclusions de Waldeck Rochet, on comprend mieux l’apport d’Argenteuil. C’est à la fois un retour au marxisme, afin de renouveler le cadre théorique du parti, mais aussi la justification du pluralisme politique, de l’humanisme et du dialogue avec les chrétiens. Sans négliger le caractère révolutionnaire du PCF, qui doit conduire au socialisme, il s’attache à souligner les voies pacifiques de passage au socialisme, l’intérêt d’une alliance avec le reste de la gauche. Ce Comité central a un rôle fondamental et marque durablement cette période de l’ouverture du PCF, ainsi qu’une génération d’intellectuels communistes, ce qui a été souligné avec force et finesse par Frédérique Matonti15.

  • 16 « Le Capitalisme monopoliste d’État I », Économie et Politique, revue marxiste d’économie, no 143- (...)

14L’aggiornamento du parti se lit également avec l’activité de la section économique du Comité central qui propose, lors de la conférence internationale du 26 au 29 mai 1966 à Choisy-le-Roi, la thèse du capitalisme monopoliste d’Etat16, abandonnant la thèse de la paupérisation absolue, prônée durant de nombreuses années par Maurice Thorez et les économistes du parti… Le PCF est alors plus en phase avec la société dite des Trente glorieuses.

Les premiers fruits de ce rapprochement : les législatives de 1967

  • 17 Le PCF passe de 3 992 431 voix en 1962 à 5 039 032 voix en 1967.

15Les législatives de 1967 sont un moment important pour la gauche et en particulier le PCF. Il s’agit de renforcer l’union des forces de gauche contre Charles de Gaulle et la droite. Le soir même des élections, Waldeck Rochet confie à son secrétaire, Charles Fiterman, qu’il est content et soulagé : le parti a gagné plus d’un million de voix par rapport à 196217. L’héritage de Thorez n’est pas gaspillé, au contraire, les ouvertures portent leurs fruits et participent à la sortie du ghetto. Ainsi, le PCF gagne 32 sièges par rapport à 1962 – la FGDS 25 et le PSU 3 –. Sur 487 sièges, la majorité a seulement 245 élus : c’est un succès pour l’union de la gauche, même si les gaullistes gardent la majorité. Les déroutes de 1958 et 1962 sont alors effacées.

  • 18 Ferrari, P., Maisl, H., Les Groupes communistes aux assemblées parlementaires italienne (1958-1963) (...)

16L’unité franchit un nouveau pas avec la création d’une délégation des gauches à l’Assemblée, qui doit coordonner la tactique des groupes communiste et fédéré : « Le PCF a renoncé à une contestation du régime pour une contestation dans le régime18. » Paradoxalement, le PCF intègre définitivement le jeu politique et reconnaît de fait les institutions de la Ve République.

L’année 1968-1969 : frein et/ou accélérateur

17Avant d’être confronté au mouvement étudiant, le PCF s’empare des questions internationales ; il s’agit de mobiliser sur la guerre du Vietnam et sur les événements de Tchécoslovaquie. L’offensive du Viêt-Cong en 1968, dite offensive du Têt (du nom du nouvel an vietnamien), surprend la force américaine. Dorénavant, il faut envisager une solution négociée… Le Nord accepte d’ouvrir en mai des négociations à Paris.

18Depuis le mois de janvier 1968, date à laquelle Dubcek remplace Novotny à la tête du PCT, le « printemps de Prague » prend forme ; il s’agit d’insuffler plus de liberté et de proposer un « socialisme à visage humain ». Cette situation inédite attire l’attention du monde communiste international, en particulier en occident où le PCF suit avec bienveillance et optimisme cette ouverture.

  • 19 Vigna, X., L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, Re (...)
  • 20 Vigna, X., Vigreux, J. (dir.), Huit semaines qui ébranlèrent la France. Mai-juin 1968, Dijon, EUD, (...)

19En mai 1968, le PCF est débordé par le mouvement étudiant, très vite qualifié de mouvement « gauchiste ». Il campe sur des positions ouvriéristes que l’on retrouve lors du mai social. Il s’agit de lutter contre les déviationnistes étudiants – le PCF vient de sortir de la crise de l’UEC – et de replacer le mouvement ouvrier au cœur des événements ; si la mémoire de 1968 honore les étudiants, le pays connaît une grande vague de grève, c’est un « mouvement généralisé, mais pas une grève générale19 ». Dépassé par le mouvement, le PCF reprend l’initiative avec la CGT d’encadrer le mouvement social sans précédent. Il suggère de sortir de la crise par des élections, avançant le mot d’ordre d’« un gouvernement populaire et d’union démocratique20 ».

20C’est là un point fondamental de la période : le PCF souhaite donner une issue politique au slogan « 10 ans ça suffit ». La seule issue pour lui reste les élections : en ce sens, il se refuse de courir l’aventure révolutionnaire qui conduirait à un bain de sang. Il est donc prisonnier du rôle qui lui est conféré aussi bien par Charles de Gaulle qui agite l’épouvantail rouge que par l’extrême gauche qui le qualifie « de parti bourgeois qui tourne le dos à la révolution ». Là encore, les analyses ne sont pas entièrement achevées et les élections consacrent la stratégie gaulliste…

De nouveaux rapports avec l’URSS et le mouvement communiste international ?

21Les liens avec l’URSS se grippent ; dès 1965, l’agence TASS soutenait ouvertement Charles de Gaulle à l’élection présidentielle, alors que le PCF s’était rapproché de Mitterrand, mais aussi en 1966 lors du procès Daniel et Slansky. Le PCF s’appuie sur les thèses du 20e congrès du PCUS, tout en continuant à sauvegarder l’unité du mouvement communiste international, en particulier lorsque Waldeck Rochet décide d’être l’intermédiaire entre Alexander Dubcek et Leonid Brejnev. Toutefois, le choc a lieu le 21 août 1968, lors de l’intervention militaire des troupes du pacte de Varsovie à Prague. Le PCF, par la voix de son secrétaire général, avait essayé d’éviter le pire, et, face à cet échec, il convoque le Comité central et annonce sa réprobation, puis sa désapprobation.

  • 21 Archives du PCF, fonds Waldeck Rochet, 307 J 129 : allocution 22 août 1968.
  • 22 Archives du PCF, secrétariat du 27 août 1968, 2 NUM 4/4. Le compte-rendu rapporte aussi qu’il faut (...)

22Le secrétaire général du PCF constate l’importance et la gravité de la situation, et surtout la responsabilité prise par son parti : « Il est vrai que des camarades sont effectivement déchirés en raison de l’affirmation de notre désaccord avec le PCUS. Nous devons les comprendre21. » La direction du parti initie à l’occasion une véritable « révolution culturelle », puisque chaque militant peut discuter et surtout voter dans sa fédération sur la position de son organisation : « Veiller à ce que tous les comités fédéraux, les comités de sections et les cellules se réunissent pour en discuter22. »

  • 23 Compte-rendu publié en partie dans Coll., Kremlin-PCF. Conversations secrètes, Paris, Orban, 1984, (...)

23Le Comité central d’Ivry-sur-Seine des 20 et 21 octobre montre clairement la coexistence de trois positions : celle de Roger Garaudy, celle de Waldeck Rochet et celle de Jeannette Vermeersch-Thorez. Le 20 octobre, lors du Comité central d’Ivry, Waldeck Rochet, qui fait le bilan des positions justes du PCF, répond à la fois aux deux positions qui lui sont opposées23. À la femme du dirigeant historique du PCF, qui souligne des divergences, il déclare que :

« L’argument des sentiments n’est pas juste ! […] Chez tous les camarades, il y a un attachement à l’Union soviétique qui n’est pas seulement sentimental, mais qui repose sur des données fondamentales :

  • la révolution d’Octobre ;
  • premier pays socialiste ;
  • rôle dans la libération de l’Europe contre l’hitlérisme ;
  • lutte actuelle [contre impérialisme] au Vietnam.
  • 24 Archives du PCF, fonds Waldeck Rochet, 307 J 129 : différentes notes manuscrites de Rochet.

Tout cela est valable pour tous les communistes ! Toutefois, au nom même de notre attachement à l’URSS, nous n’approuvons pas une intervention militaire qui, à nos yeux, lui porte le plus grave préjudice. Mais ce n’est pas là le point de divergence essentiel24 ! »

  • 25 Voir le texte reproduit dans Kremlin-PCF... op. cit., in n. 23, p. 129-130.
  • 26 Kremlin-PCF..., p. 130.

24Le lendemain, Jeannette Vermeersch-Thorez donne sa démission du BP et du Comité central, après avoir expliqué ses divergences en évoquant « les erreurs tchèques » et « la présence d’un courant contre-révolutionnaire »25. Au cours du même Comité central, Roger Garaudy, qui a reçu un blâme, « fait amende honorable26 ». Toutefois, la normalisation est acceptée plus tard, ce qui tend les rapports avec les partenaires de la « gauche non communiste » et met quelque peu à l’épreuve la volonté d’aboutir à un programme commun de gouvernement.

De Champigny à la candidature Duclos aux présidentielles

  • 27 Rochet, W., « Rapport au comité central, Champigny 5-6 décembre 1968 », Cahiers du communisme, n ° (...)

25À la fin de l’année 1968, le PCF publie son manifeste de Champigny après la tenue du Comité central. Dans son allocution, intitulée « Pour une démocratie avancée et pour le socialisme », le secrétaire général souligne qu’il « constitue une sorte de mise à jour des idées [du] 18e congrès, compte tenu des événements qui se sont déroulés depuis dans [le] pays27 ».

26Dans ce processus d’ouverture du parti, les dirigeants évoquent la « démocratie avancée » comme une étape vers le socialisme ; il s’agirait d’un passage graduel, d’un moment. Pourtant, comme le remarque Georges Labica,

  • 28 Labica, G., « Démocratie avancée », Labica, G., Bensussan, G. (dir.), Dictionnaire critique du marx (...)

« la démocratie avancée, plutôt concept lui-même en transition que concept d’une transition, a valeur de symptôme, celui des difficultés d’un PC du monde capitaliste occidental en matière de stratégie : comment concilier les principes hérités de la tradition communiste et les contraintes nouvelles des luttes de classe et des rapports de forces internationaux »28 ?

27Rochet range définitivement le concept de « démocratie populaire » dans un passé stalinien et propose, après les événements de mai-juin 1968, après la crise tchécoslovaque, un concept nouveau, pour ancrer définitivement le PCF dans la société française. Ce manifeste parachève le tournant opéré et participe aux balbutiements d’un futur programme commun de gouvernement de la gauche, mais qui reste à l’état de projet pour l’instant, voire de proclamation, le PCF ayant accepté l’entreprise de « normalisation » en Tchécoslovaquie.

  • 29 Témoignage recueilli auprès de Maurice Benassayag, directeur de cabinet du président de la Républi (...)

28Après la démission du président de la République, le 28 avril 1969, le PCF souhaite alors renouveler l’expérience de 1965. Dès le 28 avril, il s’adresse à la SFIO pour élaborer un programme commun que soutiendrait le candidat unique de la gauche. Cependant, le 30 avril, Guy Mollet rejette l’offre du PCF et la SFIO entérine, à son congrès d’Alfortville, la candidature de Gaston Defferre. Le PCF présente alors son candidat : le 5 mai, Waldeck Rochet, lors du Comité central, annonce la candidature de la figure historique du parti, Jacques Duclos, « candidat de l’union des forces ouvrières et démocratiques ». Jacques Duclos obtient un score honorable avec 21,52 % des exprimés et échoue de peu pour être au second tour ; notons qu’à ces élections, malgré l’appel officiel de la CIR pour Gaston Defferre, en sous-main, certains cadres votent et font voter en toute discrétion pour Jacques Duclos. C’est en quelque sorte un renvoi d’ascenseur au PCF pour son attitude en 196529.

29On mesure ainsi les logiques conjoncturelles précises qui ont pu retarder pour un temps la volonté d’aboutir au programme commun. Waldeck Rochet, tombé malade, abandonne ses fonctions et laisse le PCF « au milieu du gué » et grâce à lui, à la direction collective qu’il a mise en place, le parti est sorti de ses traditions héritées du stalinisme. Le PCF est alors réintégré au sein de la gauche, dans le jeu politique des institutions françaises. Georges Marchais remplace le secrétaire général.

Le parti de Georges Marchais (1970-1978) et le programme commun

30Georges Marchais, entouré des proches de Waldeck Rochet, Charles Fiterman et Jean Kanapa, continue l’œuvre engagée par son prédécesseur en prolongeant les travaux d’union avec la gauche non communiste. La naissance du PS de François Mitterrand en 1971 facilite également la tâche. Au cours de cette période, le PCF poursuit son ouverture sur la société en s’adressant aux cadres, aux techniciens et aux enseignants, dépassant le seul registre ouvriériste, et engage la campagne en faveur d’un programme commun de gouvernement.

Vers le programme commun et le socialisme

31C’est au Comité central d’Arcueil (7-9 octobre 1971) que le PCF approuve à l’unanimité l’idée d’« un programme de gouvernement démocratique et d’union populaire ». Il s’agit de « changer de cap ». Ce projet définit explicitement une voie transformatrice qui prolonge l’idée de démocratie avancée exposée par Waldeck Rochet en 1968 ; en exposant l’idée de démocratie politique, économique et sociale, tout en proposant une nouvelle politique internationale de la France. Ce programme ne préconise pas une rupture, mais une évolution dans le cadre d’une législature du modèle républicain, tant dans le domaine institutionnel que des relations internationales. C’est dans le domaine économique, avec un programme large de nationalisation, que l’on introduit les changements les plus substantiels.

32Le programme commun de gouvernement est ratifié le 26 juin 1972. Aux élections législatives de 1973, il est le premier parti de gauche (21,4 % des exprimés), mais l’écart avec le PS s’estompe. Après l’annonce par François Mitterrand de sa candidature pour l’élection présidentielle provoquée par le décès brutal de Georges Pompidou, le PCF, pris de court, apporte son soutien à la campagne du premier secrétaire du PS. Ce choix place le PCF en position subordonnée, d’autant que le candidat de la gauche affirme qu’il n’est pas tenu par le programme commun. Au lendemain de l’élection présidentielle, de mauvais résultats pour le PCF à l’occasion d’élections partielles confirment la poussée socialiste au détriment du PCF. Lors du 20e congrès, en octobre 1974, le document préparatoire est fortement remanié pour faire une place notable aux critiques émises par ceux qui, tel Roland Leroy, déplorent les illusions unitaires qui ont laissé le terrain libre aux initiatives du PS. L’union reste un combat.

  • 30 Titre de l’ouvrage publié plus tard par Étienne Fajon en 1975 aux Éd. sociales.
  • 31 C’est à cette époque que le PCF commence à s’installer place du Colonel-Fabien, dans l’édifice réa (...)

33Les dirigeants communistes qui ont perçu cette dimension de l’accord indiquent à leurs cadres que l’« union est un combat30 », mais le texte qui dénonce les risques induits pas l’union n’est rendu publique qu’en 1975, après les premières déconvenues électorales. Dans cette optique de défense du programme commun et des réformes à venir, le Comité central se réunit, le 17 octobre 1976, à l’hôtel Le Méridien à Paris, profitant d’une conférence nationale du PCF, sur le nouveau contrat social regroupant 1 000 délégués31.

34Si le PCF abandonne, au cours de cette période, la dictature du prolétariat et entame des discussions fermes avec le PCUS, où les tensions entre les deux partis sont très fortes, en 1977, on assiste à la rupture du programme commun.

1977 : la rupture

  • 32 Le PCF gagne 22 villes de plus de 30 000 habitants et le PS, 33. Voir Courtois, St., Lazar, M., op (...)

35Au lendemain des élections municipales de mars 1977, qui profitent à la gauche tout entière32, le PCF propose à ses partenaires du programme commun de réactualiser le texte signé en 1972.

  • 33 Voir ses mémoires et ses interventions lumineuses à ce colloque.

36Pour le PS et le MRG, il s’agit d’un ajustement du texte, alors que le PCF demande des nationalisations supplémentaires, une extension du contrôle de gestion des entreprises publiques, un resserrement de l’éventail des salaires et une forte revalorisation du Smic… Les négociations qui s’ouvrent en mai sont alors difficiles, même si à la fin du mois de juillet, tout laisse croire qu’un accord est possible avant l’échéance électorale de 1978. Georges Marchais s’inquiète toutefois de l’engouement qui existe pour François Mitterrand et le PS. Si les négociateurs communistes pensent être arrivés à un accord, comme la plupart des délégués, ils laissent en suspens quelques points : en ce sens, Charles Fiterman, qui conduisait la délégation du PCF, a respecté le mandat de son secrétaire général33.

37Georges Marchais se braque sur les exigences communistes initiales de réactualisation et décide seul de la rupture du programme commun. Au Comité central du 9 septembre, il envisage « la possibilité d’une rupture ». Ses conseillers, comme Charles Fiterman, ont du mal à comprendre.

38Le 14 septembre, la réunion des partis signataires se termine alors sur un échec. Le Comité central du 23 septembre entérine la rupture, et, lors du Comité central des 5-6 octobre, Georges Marchais précise que « le PCF ne doit plus faire aucune concession aux socialistes », dénonçant inlassablement le « virage à droite » du PS.

  • 34 Écarté par la maladie qui le ronge depuis fin mai 1978, Jean Kanapa meurt le 5 septembre 1978 ; vo (...)

39Avec la disparition de Jean Kanapa, on assiste, semble-t-il, à un retour en arrière34. Ce divorce avec les socialistes s’accompagne d’un nouveau rapprochement avec le PCUS. Le « regel » conduit au déclin historique du PCF au bénéfice du PS. François Mitterrand sait habilement utiliser ce changement de ligne, en martelant cette formule : « Oui au programme commun, non au programme communiste. » Aux élections législatives du 12 mars 1978, le PCF obtient seulement 20,7 % des suffrages, recul par rapport à 1973 (21,4 %), mais surtout, il passe derrière le PS ! Un accord de désistement est conclu le lendemain (« Ça y est ! », titre L’Humanité du 14 mars) mais ne permet pas à la gauche de l’emporter au second tour. Si le bureau politique cherche à minimiser l’échec dans son communiqué du 20 mars, le résultat électoral suscite de violents remous dans l’organisation, dont témoigne, entre autres, l’affaire de la fédération de Paris, qui aboutit à la mise à l’écart, puis au départ d’Henri Fizsbin et d’une large part de la direction fédérale parisienne.

40Ces contestations n’empêchent pas la direction nationale de maintenir son analyse, qui fait porter sur le PS la responsabilité entière de la défaite de la gauche en 1978. Pendant quelques années, la tonalité reste fortement antisocialiste, tandis que le « regel » de la situation internationale enterre définitivement les espoirs de l’eurocommunisme. Jean Ferrat réagit à cette glaciation, au moment de l’épisode du « bilan positif » ; en 1980, il chante « Le bilan » :

« Mais quand j’entends parler de bilan positif
Je ne peux m’empêcher de songer : à quel prix !
Et ces millions de morts qui forment le passif
C’est à eux qu’il faudrait demander leur avis… »

  • 35 Voir par exemple l’article de Bérégovoy, P., « Le virage à l’Est de Georges Marchais », L’Unité, 1(...)

41La référence au programme commun n’est plus qu’un souvenir ; toutefois, l’union a dépassé les seules organisations et le mot d’ordre a imprégné les électeurs de gauche, ce que le PS a bien compris en étant « unitaire pour deux » jusqu’en 1981. En ce sens, il n’aura de cesse de dénoncer la direction communiste qui a « viré à l’est », reprenant ainsi une vieille thématique de la SFIO35

Conclusion

42L’époque du programme commun est pour le PCF un moment paradoxal qui correspond à un renouveau de son activité et de son influence, mais aussi à des difficultés internes, prélude à un affaiblissement durable. Dans un premier temps, l’adoption d’un programme commun de la gauche à l’initiative du PCF crée une dynamique qui relance l’activité du parti et favorise des initiatives réformatrices. À ce moment, le programme commun semble le moyen d’ouvrir des perspectives transformatrices. Après avoir été un mot d’ordre rassembleur, il devint bientôt un élément de discorde, puis une référence négative. Le PCF qui en avait été le promoteur prend ses distances à son égard et lui impute dans les années 1980 la responsabilité de son déclin. Mais est-ce bien là la raison ? N’a-t-il pas été plutôt un accélérateur de l’histoire ?

43Durant une décennie, de 1972 à 1984, la politique du PCF a oscillé entre une critique tardive du dogmatisme stalinien et la recherche désespérée d’une identité perdue. Entre le socialisme aux couleurs de la France, l’eurocommunisme critique du modèle soviétique et la dénonciation de l’antisoviétisme ou la réaffirmation du rôle essentiel de la classe ouvrière, il y eut plus que des décalages, des incohérences qui se cristallisèrent autour de la question gouvernementale. Qu’on songe à la surenchère critique, lors des discussions de 1977 sur la réactualisation du programme commun ou pendant la campagne électorale présidentielle en 1981, puis à la participation gouvernementale exaltée de 1981 à 1983 avant qu’elle soit décriée à son tour en 1984, au moment où le déclin électoral renforcé lui est imputé.

  • 36 Sur cette thématique, voir Lazar, M., Le Communisme, une passion française, Paris, Perrin, 2002, ( (...)

44En somme, ce fut une période des occasions manquées et des novations inabouties qui, cumulées à l’effondrement du bloc de l’Est, ont renvoyé ces dernières années le PCF à son étiage des années 1920, mais, il est vrai, sans la perspective ou l’horizon d’instaurer le socialisme, tout en voulant dépasser le capitalisme. Toutefois, l’idée de programme commun a irrigué la société française, a suscité des espoirs et des mobilisations, qui ont trouvé pour partie leur débouché le 10 mai 1981, vers un « monde meilleur »36

Notes

1 Rochet, W., Écrits politiques. 1956-1969, Paris, Éd. sociales, 1976, p. 195-196, discours à l’assemblée des communistes parisiens, 10 janvier 1968.

2 Marchais, G., Fête de l’Humanité, JT TF1 13 heures, 9 septembre 1978, archives de l’Ina.

3 Voir Courtois, St. et Lazar, M., Histoire du PCF, Paris, PUF, 1995, en particulier le chap. VIII sur « L’embellie du communisme ».

4 Robrieux, Ph., Thorez. Vie secrète et vie publique, Paris, Fayard, 1975 ; Sirot, St., Maurice Thorez, Paris, PFNSP, 2000 ; Wieviorka, A., Maurice et Jeannette. Biographie du couple Thorez, Paris, Fayard, 2010.

5 Vigreux, J., Waldeck Rochet. Une biographie, Paris, La Dispute, 2000.

6 Hofnung, Th., Georges Marchais. L’inconnu du parti communiste français, Paris, L’Archipel, 2001.

7 Séminaire « Archives et sources du communisme. Regards croisés : chercheurs, acteurs et archivistes » (archives départementales de Seine-Saint-Denis, Bobigny, 2009-2010), séance du 25 janvier 2010 : « Organisation et effectifs du mouvement communiste » ; Martelli, R., Prendre sa carte. 1920-2009. Données nouvelles sur les effectifs du PCF, Paris, Fondation Gabriel-Péri et archives départementales de Seine-Saint-Denis, 2010 et son essai, L’Empreinte communiste. PCF et société française. 1920-2010, Paris, Éd. sociales, 2010.

8 Archives départementales de Seine-Saint-Denis, fonds du PCF, 261 J 25.

9 La version écrite du témoignage de Jules Borker ne nous est pas parevenue [Note de l’Éditeur].

10 Archives de l’Ina, Midi 2, 19 février 1983, Roland Dumas : la naissance de l’union [au moment du décès de Waldeck Rochet]. Dumas, R., Le Fil et la Pelote. Mémoires, Paris, Plon, 1996, p. 152-156.

11 Entretiens avec Charles Fiterman, (février 1997, avril 2005). Voir également ses archives privées déposées aux Archives nationales, classées par Sébastien Nadiras et ses mémoires : Fiterman, Ch., Profession de foi. Pour l’honneur de la politique, Paris, éd. du Seuil, 2005.

12 L’Humanité, 24 septembre 1965.

13 Archives de l’Ina, conférence de presse de Waldeck Rochet, 24 septembre 1965. Le texte de cette déclaration est repris dans Rochet, W., « Rassembler des millions de voix sur le candidat d’union démocratique aux élections présidentielles », Cahiers du communisme, no 10, octobre 1965, p. 3-4.

14 Voir Nicole Racine, « Aragon », dans Jacques Julliard, Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Seuil, 1996, p. 73-76.

15 Matonti, Fr., Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique. La Nouvelle critique (1967-1980), Paris, La Découverte, 2005.

16 « Le Capitalisme monopoliste d’État I », Économie et Politique, revue marxiste d’économie, no 143-144, juin-juillet 1966.

17 Le PCF passe de 3 992 431 voix en 1962 à 5 039 032 voix en 1967.

18 Ferrari, P., Maisl, H., Les Groupes communistes aux assemblées parlementaires italienne (1958-1963) et française (1962-1967), Paris, PUF, 1969, p. 122.

19 Vigna, X., L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

20 Vigna, X., Vigreux, J. (dir.), Huit semaines qui ébranlèrent la France. Mai-juin 1968, Dijon, EUD, 2010.

21 Archives du PCF, fonds Waldeck Rochet, 307 J 129 : allocution 22 août 1968.

22 Archives du PCF, secrétariat du 27 août 1968, 2 NUM 4/4. Le compte-rendu rapporte aussi qu’il faut « adresser une lettre aux fédérations pour les conseiller comment mener cette campagne d’explications dans le Parti » et « faire savoir aux membres du Comité central qui aident les fédérations, la nécessité pour eux de consacrer en ce moment beaucoup de temps à cette tâche ».

23 Compte-rendu publié en partie dans Coll., Kremlin-PCF. Conversations secrètes, Paris, Orban, 1984, p. 131-142.

24 Archives du PCF, fonds Waldeck Rochet, 307 J 129 : différentes notes manuscrites de Rochet.

25 Voir le texte reproduit dans Kremlin-PCF... op. cit., in n. 23, p. 129-130.

26 Kremlin-PCF..., p. 130.

27 Rochet, W., « Rapport au comité central, Champigny 5-6 décembre 1968 », Cahiers du communisme, n ° 1, janvier 1969, p. 143-158 et « Pour une Démocratie avancée, pour une France socialiste ! », brochure éditée par le PCF, Supplément au Bulletin de propagande, no 7, novembre-décembre 1968.

28 Labica, G., « Démocratie avancée », Labica, G., Bensussan, G. (dir.), Dictionnaire critique du marxisme, Paris, PUF, 1985, p. 287.

29 Témoignage recueilli auprès de Maurice Benassayag, directeur de cabinet du président de la République, entretien du 8 mars 1995, et auprès de Pierre Lévêque, qui participait activement à la CIR à Dijon (entretiens répétés entre 1997 et 2010).

30 Titre de l’ouvrage publié plus tard par Étienne Fajon en 1975 aux Éd. sociales.

31 C’est à cette époque que le PCF commence à s’installer place du Colonel-Fabien, dans l’édifice réalisé par l’architecte Oscar Niemeyer.

32 Le PCF gagne 22 villes de plus de 30 000 habitants et le PS, 33. Voir Courtois, St., Lazar, M., op. cit., in n. 3, p. 357.

33 Voir ses mémoires et ses interventions lumineuses à ce colloque.

34 Écarté par la maladie qui le ronge depuis fin mai 1978, Jean Kanapa meurt le 5 septembre 1978 ; voir Streiff, G., Jean Kanapa. 1921-1978. Une singulière histoire du PCF, Paris, L’Harmattan, 2002.

35 Voir par exemple l’article de Bérégovoy, P., « Le virage à l’Est de Georges Marchais », L’Unité, 1er février 1980.

36 Sur cette thématique, voir Lazar, M., Le Communisme, une passion française, Paris, Perrin, 2002, (réédition, en poche collection Tempus, 2005) et Vigreux, J., Wolikow, S. (dir.), Cultures communistes au XXe siècle. Entre guerre et modernité, Paris, La Dispute, 2003.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540