Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Première partie. Le programme commun de gouvernement : mutations politiques, logiques humaines, le texte

Le parti socialiste à l’heure de l’union de la gauche

Denis Lefebvre

Texte intégral

« Je considère la réponse aux problèmes idéologiques comme un préalable, et j’ai besoin desavoir ce que serait l’exercice du pouvoir après sa prise avec les communistes. »
Guy Mollet, comité directeur de la SFIO, 21 janvier 1967.

1Dès 1920, à côté d’autres questions certes fondamentales (l’exercice du pouvoir, la guerre, la paix, etc.), la division entre communisme et socialisme a été au centre de la vie du mouvement ouvrier.

2Au début des années 1960, même s’il est amoindri, même s’il ne représente plus à lui tout seul la gauche non communiste, le parti socialiste (la SFIO) reste une force incontournable de la gauche française. En 1962, cette SFIO, la guerre d’Algérie étant finie, entre vraiment dans l’opposition au gaullisme. Surtout, elle ne regarde plus le communisme (et l’URSS) avec les mêmes yeux que par le passé. Elle s’engage dans un processus unitaire dès 1962, en tenant compte de ce qu’est la réalité du parti, où subsistent de nombreuses réticences et craintes qui sont naturelles au regard du passé. Ce rapprochement, elle entend le faire parallèlement à un autre processus qu’elle engage vis-à-vis de la famille socialiste éclatée. Pour schématiser : elle entend, vis-à-vis du PCF, effacer 1920 et refaire 1905 (à long terme) et, vis-à-vis de la gauche socialiste, refaire 1905, donc créer un parti unifié de la gauche socialiste.

  • 1 Avant le premier tour : la précision est importante, alors que tant de chroniqueurs et d’historien (...)

3Formidable ambition que celle-là. Le secrétaire général de la SFIO, Guy Mollet s’y attelle. Il faut un début à tout, un acte fondateur. C’est une déclaration faite par Guy Mollet à Souchez, dans le Pas-de-Calais, le 9 novembre 1962, à quelques jours du premier tour des législatives1. Il lance en effet : « Vous voterez au premier tour pour le parti que vous voudrez, mais jamais ni au premier ni au second tour, pour un bénioui-oui. » Bref, il appelle à voter contre les tenants du gaullisme et ne condamne pas a priori le vote communiste. La « bombe de Souchez », c’est ainsi que cet appel a été vite dénommé, constitue un tournant : devant la hiérarchie des dangers, Guy Mollet a tranché. Il confirmera cette position le 12 novembre, dans un débat avec Maurice Schumann sur Europe 1.

  • 2 Vigreux, J., Waldeck Rochet. Une biographie, Paris, La Dispute, 2000.

4Pour le second tour, on assiste à de nombreux désistements entre les deux partis, et la stratégie d’union porte ses fruits, puisque la SFIO gagne 23 sièges par rapport à 1958, et le PCF 31. On compte 35 députés socialistes élus avec les voix du PCF, dont Guy Mollet lui-même. Opération de survie peut-être, qui sauve les meubles, pourquoi pas, mais qui permet aussi d’ouvrir un nouveau pan dans la vie politique et, comme l’a démontré Jean Vigreux dans ses travaux sur Waldeck Rochet2, de sortir le PCF de son ghetto.

  • 3 Pour situer le contexte général de cette époque, se reporter à : « Un parti pur et dur (Guy Mollet (...)

5Cette prise de position suscite d’intenses débats dans la SFIO. Au comité directeur socialiste du 28 novembre, seuls deux membres la condamnent : Charles-Émile Loo et Francis Leenhardt, deux proches de Gaston Defferre. Mais l’essentiel du parti approuve, et la machine est lancée par la volonté du secrétaire général3.

  • 4 Sur tous ces points, se reporter à ma biographie, Claude Fuzier, un homme de l’ombre, L’Encyclopéd (...)

6Dès la fin de 1962, la direction du PCF prend contact avec la direction socialiste par l’intermédiaire de Claude Fuzier, à l’époque rédacteur en chef du Populaire de Paris et, surtout, secrétaire général de la fédération de la Seine. Ce choix, bien sûr, n’est pas innocent : les dirigeants du PCF le savent minoritaire, mais attaché à son parti. Ils suivent ses positions depuis 1958 et surtout depuis les événements de Charonne, dans la lutte contre l’OAS. Ils n’ont pas oublié qu’il a aussi été l’artisan de la rupture récente des socialistes avec la droite au conseil général de la Seine, suivie de la mise en place d’un bureau socialo-communiste, sans être désavoué par la SFIO4.

  • 5 Philippe Alexandre s’est fait l’interprète de cette période dans son Roman de la gauche (Plon, 197 (...)
  • 6 La citation de Guy Mollet placée en exergue à la présente étude prend ici tout son sens.

7Informé de cette demande, Guy Mollet donne son feu vert pour engager les conversations. Seuls lui et Georges Brutelle seront tenus au courant. Rien ne doit être public, y compris dans la SFIO. Le dialogue secret5 n’empêche pas l’action au quotidien, entre socialistes et communistes qui apprennent à se retrouver, à travailler ensemble. Ainsi dans un comité français pour l’Espagne après l’assassinat de Julian Grimau, dans le comité contre la force de frappe, ou la participation aux colloques Thorp. Ces rencontres secrètes, ces actions en commun attestent d’un lien permanent entre la pensée doctrinale et l’action, alors qu’on limite trop souvent l’action de Guy Mollet dans ce domaine à des débats éthérés, sans fin, autour de la notion de « débat idéologique ». Il s’agissait en fait de se donner les moyens, non d’accéder au pouvoir par un programme commun, mais de se donner les moyens de transformer la société, par une rupture. Encore fallait-il savoir ce que les uns et les autres entendaient par là6.

Le 54e congrès de la SFIO, 1963

8L’étape déterminante est celle du 54e congrès de la SFIO, en 1963, qui ouvre une porte vers l’union de la gauche autour de quelques grands axes : agir sur les objectifs précis, discuter, questionner, s’informer. Une novation importante est à noter à propos de ce congrès, que rapporte Claude Fuzier :

  • 7 Conférence-débat de la Fondation Guy-Mollet, 1978, « Guy Mollet et la démarche unitaire », Cahier (...)

« Le parti communiste fut tenu au courant, pour la partie qui le concernait, de la préparation du congrès. Les thèses finalement adoptées sur le dialogue avec le PCF eurent plusieurs moutures et les dirigeants du Carrefour Châteaudun purent ainsi apprendre quels étaient la profondeur des réserves et le contenu des exigences apparues au sein du parti socialiste7. »

9Questionner, s’informer : ce sera aussi l’objectif du voyage d’une délégation socialiste en URSS fin octobre-début novembre 1963.

  • 8 La SFIO reprendra en 1964 ces articles dans deux brochures, Les Communistes et nous, 1re et 2e sér (...)

10Mais le débat est aussi franco-français fin 1963 et 1964, avec la publication d’articles dans Le Populaire de Paris et dans L’Humanité. Pour les socialistes, le rédacteur de ces articles a été Roger Quilliot. Guy Mollet y rappelle de son côté la distinction pour les socialistes entre « tactique défensive avec le PCF contre un péril de classe » et « actions communes découlant d’un accord ». À la demande du PCF d’un programme commun de gouvernement, il répond : « Les conditions ne sont pas remplies8. »

  • 9 L’opération « Monsieur X » avait été lancée en septembre 1963 par L’Express.

11La présidentielle de 1965 occupe très vite une grande partie des esprits. Dès l’échec, en juin 1965, de la tentative de type troisième force de Gaston Defferre9, vieille chanson passée de mode, l’élection présidentielle s’avère l’occasion rêvée pour tenter de reconstruire une unité à gauche. C’est sur ces bases, très unitaires, et en même temps très lucides, qu’est lancée la FGDS, en même temps que la candidature unitaire de François Mitterrand, dont les résultats sont connus.

12François Mitterrand devient le leader de la gauche non communiste mais, dans l’esprit de la SFIO et des communistes, le débat de fond (donc le débat sérieux) se tient entre eux deux seuls. Les commentateurs ne s’y trompent pas. Ainsi, à l’issue du congrès extraordinaire de la SFIO en octobre 1966, Raymond Barillon ne constate dans un article paru dans Le Monde aucune référence à François Mitterrand dans les travaux du congrès, puis écrit : « Il apparaît à l’évidence que l’interlocuteur essentiel – pour ne pas dire le seul – reste le PCF. » Pour Guy Mollet, à bien des égards, la démarche unitaire doit être placée au moins au même niveau que la réunification des socialistes.

Prague (1968) et ses conséquences

  • 10 De la « réprobation » (communiqué du bureau politique) à la « désapprobation » (comité central)…
  • 11 Sur cette question, relire l’étude de Jean Vigreux, « Waldeck Rochet et Guy Mollet, deux camarades (...)

13Je passerai rapidement ici sur la crise de mai 1968, qui se caractérise pour Guy Mollet par une carence de l’ensemble de la gauche, pour insister davantage sur l’affaire tchécoslovaque à l’été 1968. Cette affaire provoque une rupture SFIO-PCF. Certes, les premières déclarations du PCF, entre juillet et août, constituent un encouragement. Mais l’alignement sur Moscou ensuite paraît évident10, et provoque le 23 octobre une interruption des relations entre la SFIO et le PCF. C’est en effet le 23 octobre, devant le comité directeur, que Guy Mollet constate : « L’attitude actuelle des communistes ne nous satisfait pas. Le problème peut se trouver de transformer l’interruption en rupture11. »

14Le printemps 1969 verra la reprise de timides rencontres entre Guy Mollet et Waldeck Rochet. Mais chez les socialistes, la question de l’union de la gauche passe vite au second plan, car ils doivent en priorité régler leurs problèmes internes, celui de la fusion des différentes familles, sur fond de crise politique majeure : du référendum de 1969 à la constitution du PS à Alfortville puis Issy-les-Moulineaux, sans oublier la désastreuse élection présidentielle de 1969.

15Guy Mollet s’efface ensuite, comme la SFIO, au profit de la constitution du PS dit « nouveau », le PS tout simplement, qui fait de l’union de la gauche « l’axe normal de sa stratégie », reprenant à cet égard les derniers textes de la SFIO, fin 1968.

16Sans doute trop prudent, le PS dirigé par Alain Savary reprend le dialogue avec le PCF dans la lignée de ce qu’avait initié la SFIO. Force est bien sûr de constater qu’en interne, il a fort à faire dans ce domaine. Les minorités freinent autant que faire se peut. Un exemple pour mesurer la marge de manœuvre du premier secrétaire est offert par le conseil national de juin 1970. Sur la question des rapports avec le PCF, le texte soutenu par la majorité du parti ne l’emporte que par 1 493 mandats contre 946 aux autres thèses, soutenues par Pierre Mauroy et André Chandernagor, préconisant la suspension immédiate des conversations avec le PCF, voire leur arrêt, tandis que Gaston Defferre se réfugie dans l’abstention, avec ses 483 mandats. Au vu des chiffres, les courants s’équilibrent pratiquement. Pas facile de faire vivre un parti, ni de l’impulser dans de telles conditions !

17La direction du parti continue cependant le dialogue avec le PCF et en dresse un premier bilan en décembre 1970, rappelant l’origine du débat : « Engager des conversations sur les conditions fondamentales d’un accord politique. Ils ont en même temps estimé indispensable des répliques communes immédiates des forces de gauche à la politique réactionnaire du pouvoir. » Un document est publié, faisant état des accords et des désaccords. Puis le dialogue reprend.

18Mais, dans le même temps, les manœuvres préparatoires au congrès d’unité des socialistes que chacun sait inéluctable se nouent sur fond d’union de la gauche. Challenger probable, François Mitterrand doit se prononcer, alors que certains socialistes minoritaires peuvent imaginer qu’il ne veut aller trop loin avec les communistes. Il est très net à cet égard. Jean Poperen, dans un de ses livres, raconte sa rencontre avec Gaston Defferre en septembre 1970. Mitterrand lui aurait dit : « Il faut savoir ce que nous voulons : voulons-nous arriver au pouvoir ? Alors nous ne réussirons pas sans les communistes. Je n’ai jamais été compagnon de route, je ne serai jamais communiste. » Au vu de ce qui s’est passé ensuite, après Épinay, le propos paraît plus que probable.

Épinay, juin 1971

19Il est révélateur des conceptions et des ambitions de François Mitterrand. L’union de la gauche est clairement décrite comme un moyen d’arriver au pouvoir, comme un accord électoral. On mesure toute la différence qui sépare cette démarche de celle d’Alain Savary ou de Guy Mollet. C’est sur cette base que se constitue l’axe qui l’emporte au congrès d’Épinay en juin 1971 et François Mitterrand peut compter sur l’appui dans le PS du puissant bloc Nord – Bouches-du-Rhône (les « Bouches du Nord », disait-on dès cette époque) qui comporte en son sein nombre de dirigeants hostiles à l’union de la gauche, mais prêts à se rallier à un pacte électoral. Le texte présenté par François Mitterrand au congrès d’Épinay est d’ailleurs très clair à cet égard :

« Le dialogue avec le PC ne doit pas être mené à partir de thèmes imprécis d’un débat idéologique. Il portera sur les problèmes concrets d’un gouvernement ayant mission d’amorcer la transformation socialiste de la société. »

20Il est vrai qu’à côté de cela, la motion Savary paraît plus prudente, moins exaltante dans l’immédiat :

« Le dialogue avec le PC […] a pour but, par un approfondissement supplémentaire du débat, de créer les garanties nécessaires pour l’ouverture de la discussion d’un programme de gouvernement. »

21On connaît la suite : la victoire des uns à Épinay, la signature du programme commun en juin 1972. Côté socialiste, les objectifs sont définis par François Mitterrand quelques jours plus tard à Vienne, dans un discours devant le congrès de l’Internationale socialiste, dont on peut retenir le passage suivant :

« Notre objectif fondamental, c’est de construire un grand PS sur le terrain occupé par le PC afin de faire la démonstration que, sur les 5 millions d’électeurs communistes, 3 millions peuvent voter socialiste. »

22Certes, ces propos ont été tenus dans un contexte particulier devant des délégués de l’IS majoritairement hostiles au communisme qu’il faut sans doute rassurer, mais ils ont été prononcés. Ils soulèvent quelques vagues chez certains socialistes (Jules Moch par exemple y verra dans une lettre à Guy Mollet un « manque d’élégance au lendemain de la signature de l’accord ») et surtout de l’indignation chez les communistes français.

23Force est cependant de constater que la signature du programme commun est surtout ressentie à l’époque comme l’unité retrouvée pour permettre de battre enfin la droite, et ce programme importe autant dans l’opinion par ce qu’il symbolise que par son contenu. Les succès électoraux viennent confirmer cette stratégie et, dès les législatives de 1973, le PS et ses alliés radicaux talonnent le PCF.

Le tournant de 1974

  • 12 Il a manqué 400 000 voix à François Mitterrand pour être élu, mais avec près de 13 millions de suf (...)

24Après une campagne présidentielle de 197412 sans nuage ou presque, à gauche, le climat se modifie peu à peu entre les partenaires. Revenant il y a quelques années sur ces changements, et ses causes, Claude Estier a pu écrire :

  • 13 « François Mitterrand et les communistes », La Lettre de l’institut François-Mitterrand, no 26, dé (...)

« Le PC n’a constaté qu’à retardement que la campagne de Mitterrand avait sensiblement conforté dans l’opinion non seulement l’image de celui-ci mais aussi celle du parti socialiste13. »

25Une confirmation de cette inversion apparaît davantage encore à l’automne 1974, à l’occasion de quatre élections législatives partielles, où le parti socialiste dépasse le PCF.

  • 14 L’Humanité, 3 janvier 1975.

26Les déclarations communistes se multiplient ensuite. Le PS ne cède-t-il pas à certaines avances de Valéry Giscard d’Estaing, devenant ainsi un allié « objectif » et un complice « des représentants des grands monopoles » ? C’est ce que déclare Georges Marchais le 8 octobre 1974 sur Europe 1. Dans les mois qui suivent, le PCF reprend des thèmes déjà anciens mais qui avaient disparu du vocabulaire : « La classe ouvrière a besoin d’une avant-garde » ; le PCF est « seul en mesure d’accomplir cette tâche d’avant-garde14 ». Après le congrès socialiste de Pau, en 1975, François Mitterrand est accusé d’être « sûr de lui et dominateur ». Ces attaques ne sont bien sûr pas indépendantes d’un contexte général générateur de tensions, et la dimension internationale est évidente.

27À cet égard, la Révolution des œillets au Portugal en 1974, puis le succès des socialistes portugais aux élections législatives de 1975 aux dépens des communistes ne sont pas sans influence sur la gauche française. Les socialistes français défendent la démocratie parlementaire, les communistes défendent les tentatives autoritaires des communistes portugais, à la différence des communistes italiens et espagnols. Il faudrait aussi intégrer la question des débats au sein de la gauche sur l’URSS, après la publication en français (en 1974) de L’Archipel du goulag d’Alexandre Soljenitsyne.

28Pour se limiter à la France, la question du rapport de force entre les deux partis domine le débat. Le débat s’accélère début 1977, après les élections municipales de mars, qui voit un succès des listes de gauche à travers tout le pays. En avril, Georges Marchais demande une réactualisation du programme commun. Cela ne manque pas de logique, l’accord datant de 1972. Les socialistes sont prêts à accepter un toilettage, mais pas plus, comme on peut le lire dans une lettre qu’adresse François Mitterrand au PCF, le 7 avril :

« Les socialistes seront favorables à une discussion qui aura pour objet de relier les propositions du programme commun aux faits tels qu’ils se présentent aujourd’hui. »

29Or Georges Marchais propose de fait une transformation profonde de l’accord de 1972, mettant en avant une restriction des pouvoirs du président de la République ou une extension des nationalisations. Puis, encore en mai, à la veille d’un débat Mitterrand-Barre, L’Humanité publie un chiffrage du programme commun au coût considérable.

30En juillet, un compromis est trouvé mais il vole en éclats en août et François Mitterrand doit constater début septembre 1977 : « Oui au programme commun, non au programme communiste. » Après un sommet infructueux, Robert Fabre, au nom des radicaux, dénonce dans la foulée « le collectivisme bureaucratique ».

  • 15 L’essentiel du débat porte alors sur la question de l’extension des nationalisations, souhaitée pa (...)

31Le 23 septembre, la rupture est prononcée15 et, jusqu’aux législatives de 1978, la polémique fait rage. L’union paraît bien mal en point… entre les deux tours des élections, Georges Marchais va même jusqu’à mettre en cause la discipline républicaine, et les communistes au second tour se désisteront finalement du bout des lèvres. La gauche ne l’emporte certes pas (201 sièges sur 490), mais, pour la première fois depuis 1936, les socialistes retrouvent la primauté à l’intérieur de la gauche dans une élection de ce type. À eux seuls, ils assurent au plan national la responsabilité de la progression de la gauche, gagnant 4 % par rapport à 1973.

32Après ces élections, les divergences repartent de plus belle entre socialistes et communistes. Ces derniers (mettant un terme à l’éphémère phase de l’« eurocommunime ») adoptent un discours ouvriériste qui correspond au rapprochement qu’ils mènent avec l’URSS, dont Georges Marchais défend le « bilan globalement positif ». François Mitterrand, de son côté, réaffirme sa volonté d’être « unitaire pour deux ». Une nouvelle étape s’ouvre ensuite, qui mène à la présidentielle de 1981.

33Deux regards sur l’union de la gauche ont été ici présentés. Celui de Guy Mollet et de la majorité de la SFIO puis du parti socialiste après 1969, et celui de François Mitterrand et du parti socialiste après Épinay. Guy Mollet s’inscrivait dans un cadre précis, mais avec des objectifs plus lointains, celui de l’unité plus que l’union, sans parler même d’une fusion entre les deux branches du mouvement ouvrier. Pour lui, il fallait apprendre à vouloir se retrouver, après tant de décennies d’anathèmes, poser des questions sans relâche aux communistes, pour les amener à évoluer, travailler en commun, assurer progressivement la rencontre des idées. Objectifs lointains, trop lointains sans doute, qui ne correspondaient pas aux ambitions d’une nouvelle génération, à la volonté d’accéder vite au pouvoir, ce qui n’est d’ailleurs pas critiquable en soi. C’est une autre logique qui s’est imposée à partir de 1971, plus tournée vers l’immédiat et le moyen terme : il s’agissait désormais d’accéder rapidement au pouvoir par l’élection présidentielle, en intégrant les institutions de la Ve République et, surtout, les conséquences de la révision constitutionnelle de 1962. Guy Mollet les avait assimilées dès 1962… il en avait déduit que cette réforme portait en elle la mort des partis, sans parler du risque de présidentialisation croissante. Il la refusait, même s’il avait conscience qu’elle était inéluctable, tant la pression était forte, comme il l’a compris dès la candidature de Gaston Defferre en 1963. Mais il a vite prêché dans le désert, tant sur cette question des institutions que sur celle de l’union de la gauche, les deux étant d’ailleurs liées, finalement. Une autre démarche a donc pris le dessus après Épinay, plus mobilisatrice et plus exaltante sans doute à l’échelle humaine, mais ne pouvant pas régler les problèmes de fond entre communisme et socialisme, qui n’ont pas manqué de réapparaître.

Notes

1 Avant le premier tour : la précision est importante, alors que tant de chroniqueurs et d’historiens un peu pressés (ou orientés) écrivent que ces propos ont été tenus entre les deux tours, pour sauver les socialistes d’une déroute possible, ce qui n’a pas la même signification…

2 Vigreux, J., Waldeck Rochet. Une biographie, Paris, La Dispute, 2000.

3 Pour situer le contexte général de cette époque, se reporter à : « Un parti pur et dur (Guy Mollet, 1963) », Bulletin du centre Guy-Mollet, no 22, décembre 1993.

4 Sur tous ces points, se reporter à ma biographie, Claude Fuzier, un homme de l’ombre, L’Encyclopédie du socialisme, 2004.

5 Philippe Alexandre s’est fait l’interprète de cette période dans son Roman de la gauche (Plon, 1977).

6 La citation de Guy Mollet placée en exergue à la présente étude prend ici tout son sens.

7 Conférence-débat de la Fondation Guy-Mollet, 1978, « Guy Mollet et la démarche unitaire », Cahier et revue de l’OURS, no 113, octobre 1980.

8 La SFIO reprendra en 1964 ces articles dans deux brochures, Les Communistes et nous, 1re et 2e série.

9 L’opération « Monsieur X » avait été lancée en septembre 1963 par L’Express.

10 De la « réprobation » (communiqué du bureau politique) à la « désapprobation » (comité central)…

11 Sur cette question, relire l’étude de Jean Vigreux, « Waldeck Rochet et Guy Mollet, deux camarades du mouvement ouvrier français », Histoire(s) socialiste(s), no 4, juin 1981, et ma biographie de Guy Mollet, Guy Mollet le mal aimé, Plon, 1992, p. 462.

12 Il a manqué 400 000 voix à François Mitterrand pour être élu, mais avec près de 13 millions de suffrages, il se trouve à un niveau jamais atteint par la gauche.

13 « François Mitterrand et les communistes », La Lettre de l’institut François-Mitterrand, no 26, décembre 2008.

14 L’Humanité, 3 janvier 1975.

15 L’essentiel du débat porte alors sur la question de l’extension des nationalisations, souhaitée par le PCF… s’agissait-il d’un prétexte ? D’une initiative personnelle de Georges Marchais ? Aujourd’hui encore, la réponse à ces questions n’est pas possible, au vu même des témoignages des acteurs de cette période.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540