Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Introduction

Alain Bergounioux

Texto completo

1Le programme commun de gouvernement occupe une place particulière dans l’histoire de la gauche. En quelques années, de 1972 à 1977, il a été, à la fois, le symbole de l’union de la gauche et sa concrétisation, et le prétexte de sa désunion. Cette dualité se retrouve également dans la mémoire de l’événement. Il continue, en effet, d’évoquer des années militantes, des années incontestablement de ferveur à gauche. Mais, pour le PCF comme pour le PS, pour des raisons différentes, il est rapidement devenu une référence négative, pour les communistes parce qu’il a incarné l’échec de leur stratégie, définie dès le début des années 1960, et qu’il s’est révélé être une illusion, en ne permettant pas au parti de conserver une position de force dans la gauche, pour les socialistes parce qu’il a représenté un risque d’échec, après avoir été un moyen pour restaurer leur légitimité politique, et que cette volonté d’écrire dans le détail un programme de gouvernement ne pouvait plus valoir pour l’avenir dans des conjonctures plus incertaines. Conçu intellectuellement dans la foulée des années 1960 et reprenant les thèmes mis alors en avant par les différentes gauches, orchestrées principalement par la confiance dans la puissance de l’État, pleinement habilitée à intervenir dans la vie économique et sociale, le programme commun de gouvernement a été ainsi plus le témoin du passé de la gauche que de son avenir. Danielle Tartakovsky ayant dans son introduction rendu compte avec exactitude des apports du colloque dans son ensemble, je privilégierai dans la mienne la place du programme commun de gouvernement dans la dynamique politique des années 1970.

2Le congrès d’Épinay, tenu les 11-13 juin 1971, est donné souvent comme l’acte fondateur d’un nouveau « cycle politique ». En installant, en effet, François Mitterrand comme premier secrétaire d’un parti créé un peu moins d’un an auparavant, le congrès adoptait une stratégie politique : construire une majorité politique en mettant en œuvre une union de la gauche, essentiellement entre le PS et le PCF, sans autre préalable que la conclusion d’un programme de gouvernement. La « rénovation » de la « gauche non communiste » avait commencé plusieurs années auparavant. À vrai dire, dès l’instauration de l’élection du président de la République au suffrage universel, en 1962, la nécessité d’un regroupement s’imposa. Et François Mitterrand n’en a pas eu le monopole. Mais le double échec de Gaston Defferre, en 1964 et 1969, qui partageait avec lui la volonté d’adapter la gauche à la nouvelle réalité institutionnelle, mais pensait y parvenir par une union des centres et privilégiait avant tout la concrétisation d’une majorité parlementaire, lui ouvrit la voie, une première fois, en 1965, avec la création de la FGDS, dans la foulée de son second tour contre de Gaulle, une seconde fois, en 1969, où les 5 % du « ticket » Defferre-Mendès discréditèrent l’union des centres. Encore fallait-il s’imposer au Nouveau Parti socialiste, créé en juillet 1969, sous la direction d’Alain Savary, dont la majorité craignait la prééminence de François Mitterrand, avec la perte d’identité qu’elle entraînerait pour la « vieille maison », et entendait réaliser la fusion avec la Convention des institutions républicaines à ses conditions. Le débat clef ne portait plus sur le principe de réaliser une union électorale avec les communistes. Tous l’acceptaient maintenant avec plus ou moins de réticences. Mais la méthode divisait toujours, dialogue préalable pour réduire les différenciations idéologiques, comme le voulait la majorité du Nouveau Parti socialiste, programme immédiat, comme le souhaitait explicitement, la gauche du parti, le CERES de Jean-Pierre Chevènement, et y appelait François Mitterrand depuis plusieurs années.

  • 13 Le congrès d’Épinay. Un nouveau départ pour les socialistes, Parti socialiste, 2001, p. 71.

3En principe, avec, sinon le renfort (car l’hostilité de Gaston Defferre vis-à-vis de Guy Mollet était connue), du moins la neutralité de la Fédération des Bouches-du-Rhône, fort critique vis-à-vis des communistes, la majorité « savaro-molletiste », qui bénéficiait de plus du renfort de Jean Poperen et de son club, l’UGCS, était victorieuse sur le papier. L’habileté de François Mitterrand, en fait, fut de réunir toutes les personnalités et les minorités qui considéraient que l’influence de Guy Mollet et de ses soutiens était l’obstacle principal au développement d’un PS rénové, quitte à différer sur le contenu exact de la future union de la gauche, réalisant ainsi une alliance entre ce qui était considéré comme les extrêmes du nouveau parti socialiste, Gaston Defferre et sa fédération et les jeunes du CERES, avec les forces de la CIR, aux effectifs surreprésentés dans la négociation avant le congrès, avec l’appui, évidemment décisif, d’une partie de l’ancienne majorité, derrière Pierre Mauroy, écarté par Guy Mollet, au congrès d’Issy-les-Moulineaux, au profit d’Alain Savary, pour le poste de premier secrétaire qu’il pensait devoir lui revenir. Cette coalition improbable l’emporta après une ultime péripétie tactique dans le congrès même qui permit de faire voter une représentation proportionnelle intégrale des motions pour composer les instances dirigeantes. Mais, il faut noter – et cela a été occulté par le succès final – que les résultats ont été malgré tout serrés : dans le vote final, le texte Mitterrand a obtenu 43 926 voix et le texte Savary 41 757 sur 90 719 mandats, avec 3 925 abstentions et 1 028 absents13. La SFIO et le nouveau parti socialiste dans sa courte existence avaient connu des congrès de ce type qui laissaient le parti divisé. La légitimité de François Mitterrand était donc encore à prouver à l’intérieur du PS, mais également dans le reste de la gauche qui, sur le moment, n’a pas vu dans ce congrès un événement majeur, au PCF évidemment, mais aussi au PSU, toujours critique vis-à-vis des partis traditionnels, et dans le parti radical, où Jean-Jacques Servan-Schreiber tentait de reprendre une stratégie centriste. Le rendez-vous des élections législatives du printemps 1973 s’annonçait comme décisif.

  • 14 Mexandeau, L., François Mitterrand. Le militant, trente ans de complicité, Paris, Le Cherche Midi, (...)
  • 15 « Changer la vie », Programme de gouvernement du parti socialiste et programme commun de la gauche,(...)
  • 16 Op. cit., in n. 3, p. 255. Le texte du programme commun de gouvernement a été édité par les deux pa (...)

4Conscients de cette échéance, François Mitterrand et ses proches entendirent créer une dynamique politique que la presse n’avait pas perçue à Épinay. Elle passa, d’abord, par une réorganisation complète du parti. Appuyé sur ses alliés d’Épinay, Pierre Mauroy, à la tête de l’administration du parti, Gaston Defferre, conservant la présidence du groupe parlementaire, le premier secrétaire confia à ses proches des fonctions décisives, particulièrement, Pierre Joxe pour la formation et l’animation des fédérations, Georges Filloud pour la communication, et utilisa l’allant des jeunes dirigeants du CERES pour l’animation idéologique14. L’objectif était de créer la structure d’un parti moderne et efficace, avec la mise en place de nouvelles équipes dans les départements. Ces changements favorisèrent la prise de responsabilités de militants plus jeunes, plus divers dans leurs origines culturelles. En un peu plus d’un an, les effectifs s’accrurent pour porter les effectifs (officiels) d’environ 85 000 adhérents à 95 000. L’ambition était également de marquer pour l’opinion une rupture d’image – avec les facilités que cela entraînait avec malgré tout des dirigeants tous partie prenante des débats passés. C’est pour cela que l’adoption rapide d’un programme socialiste revêtit de l’importance. Préparé sous la responsabilité de Jean-Pierre Chevènement, il fut la carte d’identité idéologique de la nouvelle direction15. Prenant appui sur tous les travaux et les débats de la décennie précédente, ce texte amalgama les différentes cultures de la gauche, l’anticapitalisme, avec notamment un important programme de nationalisations et la remise en vigueur de la planification, l’aspiration démocratique, avec l’autogestion revendiquée comme une finalité, l’aspiration égalitaire, avec des mesures sociales importantes, l’affirmation des droits et des libertés individuelles, avec notamment le droit à l’IVG et à la contraception. Il est intéressant de noter que les réformes institutionnelles préservaient le cadre de la Ve République, et mettaient davantage l’accent sur la décentralisation des pouvoirs, et que la partie internationale était ouvertement européenne, « pacifiste » (en prônant la fin du nucléaire militaire français) et tiers-mondiste. Quatre-vingt-douze mesures synthétisaient ce programme ambitieux. « Changer la vie », le titre du programme, rendait un son qui n’était plus entendu dans les textes socialistes depuis longtemps, en jouant, à la fois, sur les espoirs collectifs et les aspirations individuelles. Revendiquant, dans le fil du congrès d’Épinay, une « rupture » avec la société capitaliste et une « maîtrise de l’économie », ce programme était suffisamment large pour répondre à la diversité des aspirations de l’électorat et s’inscrivait dans la tradition de la gauche depuis 1945 pour permettre une négociation avec le PCF. Celle-ci a donné lieu à des discussions âpres sur la notion d’autogestion, que les communistes n’acceptaient pas, sur l’étendue des nationalisations, sur les institutions, les socialistes refusant la « dissolution automatique » de l’Assemblée nationale en cas de désaccord dans la condition gouvernementale, sur la politique internationale, qui s’en tint aux grands principes, les socialistes faisant accepter malgré tout la construction européenne. Mais les deux partis PS et PCF ayant fait, l’un et l’autre, de la conclusion d’un programme de gouvernement la base de leur stratégie, les communistes depuis 1964, il ne fallut, à partir du 27 avril 1972, que deux mois pour arriver à un accord, le 9 juillet. Le MRG, en rupture avec le parti radical de Jean-Jacques Servan-Schreiber, depuis septembre 1971, obtint une annexe, mettant l’accent sur l’importance de l’initiative privée dans tous les secteurs de l’économie, qui lui permit de rejoindre les signataires le 12 juillet, renforçant ainsi le PS qui put se placer en position centrale. L’impératif politique a primé. L’introduction marquait qu’il s’agissait d’un « programme d’action » entre des partis qui conservaient « leurs personnalités » et se réclamaient « de principes qui fondent leur existence propre16 ».

5Les élections législatives de mars 1973, quelque peu sous-estimées dans les études de la période, occultées qu’elles ont été par l’élection présidentielle haletante de l’année suivante, ont été pourtant le test décisif pour valider la stratégie proposée à Épinay et, par là même, l’autorité de François Mitterrand dans son propre parti. Elles avaient, en effet, un double enjeu : rééquilibrer le rapport de forces électorales avec la droite, en faisant coïncider le clivage entre la majorité et l’opposition avec le clivage entre la droite et la gauche, et faire du PS l’élément clef de cette réalité nouvelle. Les résultats l’ont permis. En regroupant 20,8 % des suffrages exprimés, le PS et le MRG dépassaient le score de la FGDS en 1967 et faisaient 4 % et de plus qu’en juin 1968. Ils faisaient presque jeu égal avec le PCF, qui maintenait son étiage électoral avec 21,4 % des suffrages exprimés. La poussée du PS ne se faisait pas au détriment du PCF, même si la dynamique de l’Union de la Gauche favorisait les socialistes. Et, qui plus est, la faiblesse des scores du PSU, 1,9 % des suffrages exprimés, qui s’était présenté quasiment seul aux élections, et n’avait pu être présent que dans 200 circonscriptions, et, parallèlement, l’échec centriste, avec seulement 13,3 % des suffrages exprimés, montraient que la bipolarisation était en marche et qu’il n’y avait pas de stratégie alternative pour la gauche à celle conduite par François Mitterrand. À droite, Georges Pompidou en tira les conséquences, en réalisant un rapprochement avec le centre, à gauche, la plupart des élus radicaux rejoignirent le MRG. François Mitterrand, par ces résultats, désarma son opposition au sein du PS – l’ancienne majorité « savaro-mollétiste » se désagrégea dans cette année 1973. L’équilibre électoral avec le PCF, qui pensait avoir une autre force sociale que le PS, permettait d’envisager une candidature commune pour la prochaine élection présidentielle. Le désarroi du PSU – dans une année où les mouvements gauchistes s’essoufflaient – fit apparaître pour une part de ses dirigeants, derrière Michel Rocard, qui quitta alors la direction nationale du parti, que le PS était le pôle inévitable du regroupement de la gauche socialiste.

  • 17 Pour le socialisme. Le livre des assises du socialisme, Paris, Stock, 1974.
  • 18 Kraus, Fr., Les Assises du socialisme, Paris, Fondation Jean-Jaurès, 2001.
  • 19 L’Unité, 18 octobre 1974.
  • 20 La Croix, 15 octobre 1974.

6L’élection présidentielle anticipée de 1974 concrétisa cette nouvelle donne, en installant fortement la bipolarisation entre la droite et la gauche, équilibrant les deux « camps », la victoire s’étant jouée à moins de 1 % des voix pour Valéry Giscard d’Estaing, en affirmant encore plus la prééminence de François Mitterrand, en entraînant une étape supplémentaire dans le regroupement socialiste. En octobre, en effet, les assises du socialisme ont permis l’entrée dans le PS de militants de la « deuxième gauche », du PSU derrière Michel Rocard, même s’il n’a pas entraîné la majorité du parti, de la CFDT et du mouvement associatif, tirant ainsi un trait sur l’aventure du PSU17. Ce mouvement, dont les contradictions n’étaient évidemment pas absentes18, accentua le développement national du PS, en attirant une part des jeunes générations, des catégories moyennes salariées en expansion, influencées par les valeurs de mai 1968 et en s’implantant dans les régions de l’Ouest et de l’Est de tradition catholique. Plus divers, le PS était plus rayonnant, et les controverses inhérentes à la confrontation des cultures politiques différentes paraissaient pour le moment secondaires, par rapport à l’espérance d’une victoire prochaine. « Le point de départ d’une nouvelle étape19 », comme le titrait L’Unité, l’hebdomadaire du PS, ou comme le journal La Croix : « Les socialistes croient en leur victoire20. »

7En fait, l’année 1974 a été un point d’inflexion. Les années suivantes, jusqu’au printemps 1981, ont été marquées par la division de la gauche et par de vifs débats dans le PS. Au point qu’aux dernières élections nationales avant 1981, les élections européennes de 1979, le total des voix de gauche n’atteignait que 47,1 % contre 48,4 % pour la droite, et cela venant après une défaite aux élections législatives du printemps 1978. La prochaine élection présidentielle pouvait paraître plus qu’incertaine. Les « succès » de 1973 et 1974, en effet, avaient créé de nouveaux problèmes susceptibles de remettre en cause la dynamique créée par l’union de la gauche. Les progrès socialistes ont avivé les inquiétudes de la direction communiste. Les élections législatives partielles d’octobre 1974, d’un point de vue électoral, et les assises du socialisme, d’un point de vue militant, montraient le risque que le PCF ne devînt une force seconde. Comment ne pas renoncer à une stratégie unitaire, attendue par l’électorat, et comment affaiblir le PS ? Ce dilemme a nourri les préoccupations communistes et a fini par être considéré par les dirigeants communistes comme un « piège mortel ». Le 20e congrès du PCF, tenu en octobre 1974, a inauguré une critique du PS qui ne s’est pas démentie dans les années suivantes, connaissant des hauts – l’année 1975 où la révolution portugaise fut un terrain d’affrontement pour les deux partis – et des bas – les élections cantonales du printemps 1976 et les élections municipales du printemps 1977, avant de connaître un dénouement dans la crise de l’automne 1977. Ce conflit majeur se compliqua de vives controverses au sein même du PS. La crise de l’union de la gauche fit ressortir les visions différentes qui avaient été occultées par les succès électoraux. Le CERES de Jean-Pierre Chevènement et le courant rocardien défendirent des approches antithétiques qui mirent en cause l’autorité de François Mitterrand. Le débat s’est élargi, après la défaite aux élections législatives de mars 1978, à une confrontation idéologique d’ampleur qui culmina au congrès de Metz en avril 1979, où l’affrontement apparut clairement aussi avoir pour enjeu la désignation du candidat socialiste à la prochaine élection présidentielle. Tout l’édifice construit depuis Épinay était ébranlé.

  • 21 Témoignages de Charles Fiterman et de Lionel Jospin dans cet ouvrage.

8La crise avec le PCF ne surprit pas François Mitterrand. Il l’avait anticipée à partir du moment où le rapport des forces évoluait en faveur des socialistes. Il n’avait pas été favorable à la proposition d’actualisation du programme commun, qui avait le bon sens pour elle, cinq années après sa conclusion, mais qu’il se serait bien contenté de cantonner dans sa dimension symbolique. Faute de pouvoir empêcher la discussion ouverte le 31 mai, les socialistes cherchèrent le compromis, sans aller cependant au-delà de ce qui pourrait apparaître à l’opinion comme une capitulation face aux communistes, ce qui compromettrait toute chance de victoire en ruinant la prééminence socialiste acquise depuis 1974. Les négociations, ouvertes le 31 mai, arrivèrent cependant à un accord le 29 juillet – les socialistes acceptant le principe de la nationalisation des filières des grands groupes inscrits sur la liste de 1972, le désaccord persistant cependant sur leur nombre. Les délégations communistes et socialistes eurent l’impression qu’une issue était trouvée. Mais le 3 août, Georges Marchais dénonça l’accord, prenant prétexte de la position socialiste sur la dissuasion nucléaire21. Les deux sommets de la gauche, le 14 et les 22-23 septembre, confirmèrent une rupture qui était déjà décidée. Le refus d’une union où le PCF serait second, dans la perspective d’un gouvernement, où les conditions économiques difficiles provoqueraient inévitablement le mécontentement de son électorat, se confirma. Face à cette épreuve de force, François Mitterrand détermina une ligne politique sur laquelle il ne transigea pas jusqu’en 1981. « Oui au programme commun, non au programme communiste », a résumé l’attitude que les socialistes adoptèrent. Maintenir la volonté d’union malgré tout – « être unitaire pour deux » – était la stratégie qui pouvait le plus gêner les communistes qui avaient tenu des positions plutôt erratiques dans la période, adeptes de « l’euro-communisme », en 1976, tenant un discours ouvriériste en 1977, en déroutant ainsi leur propre électorat. Elle permettait également de continuer d’imprégner l’électorat de gauche de mots d’ordre unitaires et de prolonger l’énergie acquise aux élections municipales de 1977 qui avaient été un grand succès pour la gauche, pour les socialistes d’abord mais aussi pour PCF, qui avait conquis 35 villes de plus de 30 000 habitants. Le 5 novembre 1977, dans une Convention nationale du parti socialiste, François Mitterrand résumait ainsi ses « règles d’action » :

  • 22 Convention nationale du parti socialiste du 5 novembre 1977, discours de François Mitterrand, cité (...)

« D’abord, servir l’union, ensuite, refuser la volte-face communiste, troisième règle d’action, être toujours soi-même, quatrième, prendre une ligne et la suivre, cinquième, parler aux Français22. »

  • 23 Chevènement, J.-P., Les Socialistes, les communistes et les autres, Paris, Aubier-Montaigne, 1977, (...)

9Cette position fut contredite par le CERES, qui, depuis 1971, avait fondé une grande part de son identité politique, et de son influence, sur une conception quelque peu fusionnelle de l’union de la gauche, qu’il ne concevait pas en termes de rééquilibrage des forces, mais comme un moyen de changer les deux partis, sortir du « stalinisme » pour l’un, d’éviter la social-démocratie pour l’autre23. Dans la minorité du parti depuis le congrès de Pau en février 1975, représentant près d’un quart des militants, il n’a cessé de vouloir « être le fer de lance » de l’union. Avec la crise de l’automne 1977, Jean-Pierre Chevènement critiqua, à la fois, la fermeté du premier secrétaire vis-à-vis des communistes et son attentisme électoral :

  • 24 Chevènement, J. P., postface, in Le CERES par lui-même, Paris, Bourgeois, 1978, p. 271.

« Il [le PS] n’a rien fait, écrivait Jean-Pierre Chevènement en 1978, pour calmer les appréhensions de son partenaire. Définissant souverainement sa ligne politique en fonction d’une analyse de la situation internationale qui n’avait rien de spécifiquement socialiste (les contraintes du marché mondial et la nécessité d’un consensus germano-américain), refusant tout compromis sur le pouvoir avec le PCF, il n’a pas aidé celui-ci à envisager l’avenir autrement que dans le rétroviseur de ses fantasmes les plus traditionnels24. »

  • 25 Rocard, M., discours du 12 octobre 1978, cité in Parler vrai, Paris, éd. du Seuil, 1978, p. 116-117

10Cette pression se heurtait à une autre critique contradictoire. Michel Rocard, en effet, et Pierre Mauroy dans une moindre mesure, virent dans la rupture de l’union la traduction des limites d’une stratégie qui reposait trop sur un compromis entre des « appareils politiques ». Michel Rocard s’était clairement opposé, dans la négociation du printemps, aux surenchères communistes en matière économique et sociale. Il plaidait pour faire l’inventaire des divergences avec le PCF – ce qui était une critique de la « ligne » d’Épinay – et redéfinir les bases d’une union de la gauche, plus ouverte aux forces sociales, donnant plus d’autonomie au PS25.

  • 26 Le Monde, 18 septembre 1978.
  • 27 Voir, par exemple, la motion du CERES, pour le congrès de Metz : « L’existence en France d’une pui (...)

11La défaite des élections législatives de mars 1978 a évidemment accentué la crise interne. Le PS, au premier tour, regroupait certes près du quart de l’électorat et devançait nettement le PCF, et la gauche totalisait un peu plus de 50 % des voix, mais, au second tour, le recul fut net, les médiocres reports entre les candidats socialistes et communistes expliqua l’échec, l’UDF, pour sa part, attirant une grande part de l’électorat centriste. Le CERES continua de mettre en cause le refus par François Mitterrand et la majorité issue du congrès de Pau, de conclure un « compromis » sur le pouvoir avec le PCF. Mais l’élargissement de la critique rocardienne à l’ensemble de la ligne suivie depuis Épinay constitua l’élément clef d’une crise interne. Michel Rocard et son courant, en effet, entendaient donner une nouvelle cohérence au projet socialiste, à la fois pour mettre en œuvre une conception de l’union de la gauche plus large, en prise avec les forces syndicales, associatives, culturelles, et pour définir un modèle de régulation économique et sociale qui ne fit pas tout dépendre de l’État. Cette offensive idéologique était étroitement liée à une compétition ouverte pour la désignation du prochain candidat socialiste à l’élection présidentielle. La déclaration de Michel Rocard, le 17 septembre, marquant que « sans doute, un certain style politique, un certain archaïsme sont condamnés26 », fut comprise comme telle. Cette imbrication des enjeux de pouvoir interne et externe fit que le conflit se livra à deux niveaux, celui du parti et celui de l’opinion. Elle eut pour effet une recomposition des alliances au sein du parti. Pierre Mauroy rejoignit Michel Rocard dans la préparation du congrès qui avait été fixé pour les 6,7 et 8 avril à Metz. Mais, par là même, le CERES, tout en maintenant sa ligne politique, considéra que l’offensive de ce qu’il appelait la « gauche américaine » était le danger principal, et se rapprocha de François Mitterrand qui, pour résister, entendit incarner la « ligne d’Épinay ». Le CERES porta dès lors l’essentiel de ses coups contre Michel Rocard et ses alliés27. Deux camps s’affrontèrent vivement, venant à opposer deux conceptions du socialisme – et deux ambitions présidentielles… François Mitterrand l’emporta finalement dans le parti, grâce au soutien de Gaston Defferre et de son influente fédération, et en concluant un nouvel accord avec le CERES qui rejoignit la majorité pour isoler les nouveaux « révisionnistes ».

  • 28 Sondages Public SA et Ifop, Le Monde, 15 octobre 1980. Voir, entre autres, comme étude, Parodi, J. (...)
  • 29 Projet socialiste. Pour la France des années 1980, Club socialiste du livre, 1980.

12Mais le face-à-face n’était pas terminé pour autant dans l’opinion. Michel Rocard avait certes annoncé au congrès – à la surprise de ses amis – qu’il ne serait pas candidat contre François Mitterrand si celui-ci l’était. Mais, il espérait néanmoins que la défaveur du premier secrétaire dans l’opinion – qui se révéla durable jusqu’à l’automne 1980 – le dissuaderait de se présenter. En octobre 1980, Michel Rocard devançait de 23 points François Mitterrand dans l’opinion des Français (53 % contre 30 %), et de 17 points dans l’opinion des électeurs socialistes (54 % contre 37 %)28. Mais la désignation se jouait dans le parti, et cette « élection primaire » qui ne disait pas son nom dépendait des militants. Michel Rocard, par sa déclaration de Metz, avait donné un avantage à François Mitterrand. La maladresse de la déclaration de candidature de Michel Rocard le 19 octobre 1980, qui n’avait pas trouvé le ton juste, pris entre les Français et les militants, permit à François Mitterrand, le 8 novembre, de provoquer un large soutien dans le parti pour sa propre candidature. Le retrait de Michel Rocard reconstitua l’unité du PS. Mais la rédaction du Projet socialiste, début 1980, portait la trace du durcissement idéologique de la majorité issue de Metz qui entendait porter un projet de « rupture » anticapitaliste et condamnait presque tous les thèmes avancés par les « rocardiens29 ».

  • 30 Parodi, J.-L., Duhamel, O., « Chronique de l’opinion publique : profil de l’année politique (septem (...)

13À la fin de l’année 1980, l’avenir politique paraissait incertain. La volonté de François Mitterrand d’en appeler toujours à une union de la gauche morte politiquement était un pari. Le PCF menait une critique incessante du PS, « parti bourgeois et réformiste ». Il avait tourné le dos à ses courtes années « euro-communistes » pour revenir à une orthodoxie sans nuances qui entendait déshabituer son électorat populaire du vote socialiste, au prix cependant de contestations internes réelles. Désigné candidat, Georges Marchais mettait même en doute un désistement pour le second tour, « notion périmée » disait-il… L’élection européenne de juin – la première au suffrage universel pour désigner les députés de l’Assemblée européenne – a montré cette coupure : le PS régressait par rapport à 1978, avec 24,7 % des suffrages exprimés, tandis que l’UDF regroupait 21,4 % des suffrages, montrant son attraction sur l’électorat centriste. Fin 1980, les études d’opinion donnaient Valéry Giscard d’Estaing gagnant dans le second tour30. Finalement, ce fut une gauche dispersée qui se présenta à l’élection présidentielle, pas moins de cinq candidats, avec, outre François Mitterrand et Georges Marchais, Arlette Laguiller pour Lutte ouvrière, Huguette Bouchardeau pour le PSU, Michel Crépeau même pour le MRG et un candidat écologiste, Brice Lalonde. Autant dire que la question des reports de voix pouvait être une interrogation. Mais la division n’était pas moins patente à droite, et des questions semblables pouvaient se poser. La confrontation ouverte, en juillet 1976, avec la démission de Jacques Chirac de sa responsabilité de Premier ministre, entre le président Giscard d’Estaing et le parti gaulliste n’avait fait que s’aggraver au fil des mois. La campagne européenne de 1979, avait été d’une grande violence. Jacques Chirac n’avait pas hésité à parler du « parti de l’étranger » pour qualifier le parti giscardien… Le RPR, fondé en décembre 1976, n’apportait qu’un soutien critique (et de plus en plus critique) au gouvernement dirigé par Raymond Barre. La crainte de faire gagner la gauche seule le retenait de provoquer une crise politique ouverte. Car l’anticommunisme était une attitude largement partagée dans les électorats de la droite, celui du RPR comme celui de l’UFD, le parti du président créé en 1978. Malgré tout, trois candidats, issus de la majorité, se déclarèrent contre Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac évidemment mais aussi Michel Debré et Marie-France Garaud, qui, tous, menèrent une campagne critique sur le bilan du septennat. Les deux camps étaient fracturés.

14Ce qui fut sans doute décisif pour faire pencher la balance fut le poids de la conjoncture. Celle-ci, était défavorable pour la droite, avant tout pour des raisons économiques et sociales. La « crise », en effet, s’était installée depuis quasiment sept années. Les espoirs de rémission qui existaient encore en 1978 – et qui ont joué aussi dans l’issue des élections législatives – ont été balayés par le second « choc pétrolier » en 1979 qui multiplia par trois les prix du pétrole, déséquilibrant le commerce extérieur. Les résultats positifs de la politique menée par le gouvernement de Raymond Barre, la stabilité du franc notamment, n’avaient pas le même poids que la progression du chômage (1 370 000 chômeurs à la fin de l’année 1979) et la baisse du pouvoir d’achat. L’inflation, quant à elle, demeurait forte, 14 % au premier trimestre 1980. L’année 1979 avait été marquée, qui plus est, par la grave crise de la sidérurgie dans le Nord et dans l’Est, avec ses restructurations difficiles et ses manifestations violentes. L’inquiétude dominait donc dans l’opinion. La popularité du gouvernement s’en trouva fortement affectée au point que Raymond Barre fut écarté par le président-candidat de la campagne électorale. Ce dernier, soumis à la critique d’une partie de sa majorité, se trouvait qui plus est atteint personnellement par l’affaire des « diamants » de Bokassa qui avait pour le moins souligné les défaillances de la communication présidentielle. L’élan du début du septennat était loin et le rebond de 1978 avait été annulé par les effets de la crise économique et sociale.

15L’argument principal qui restait entre les mains de Valéry Giscard d’Estaing tenait dans la critique en crédibilité qu’il faisait du programme de la gauche compte tenu de la polémique existante entre les socialistes et les communistes. La question fut ainsi incessamment posée à François Mitterrand de la place qu’il ferait aux ministres communistes dans la campagne électorale. La chance paradoxale du candidat socialiste fut finalement de tirer bénéfice de la rupture survenue avec le PCF. Elle rassura les électeurs qui craignaient une influence trop grande des communistes. Il put, ainsi, à la fois bénéficier encore de l’énergie acquise de l’union de la gauche dans l’électorat, sans être contraint par un programme. Il renforça cette image d’indépendance par la critique qu’il mena de l’URSS et de sa politique en Afghanistan, et des complaisances supposées de Valéry Giscard d’Estaing (« le petit télégraphiste » de Brejnev…). La posture présidentielle qui était la sienne lui permit d’utiliser les ressources des institutions et du rôle du président pour éluder la question communiste – ce qu’il n’avait pas pu faire en 1978. Ainsi répondait-il dans Le Monde du 7 mai 1981, à la veille du second tour :

  • 31 Le Monde, 7 mai 1981.

« Vous vous trompez d’élection. Il s’agit d’élire un président de la République. Il ne s’agit pas pour l’instant de constituer un gouvernement sur la base d’une nouvelle majorité […]. J’ai personnellement le sentiment qu’élu président de la République la majorité se formera le 10 mai31. »

16Cette liberté du candidat lui permit également de tailler un programme à sa mesure, sous forme de « 110 propositions », qui ne reprenait pas les attendus idéologiques du projet socialiste et constituait concrètement une synthèse des réformes attendues par l’opinion dans un pays en crise pour proposer des réformes économiques, sociales, sociétales, institutionnelles. Le slogan de la campagne « La force tranquille », résumait le positionnement choisi par François Mitterrand.

  • 32 Le Monde, Dossiers et documents, « L’élection présidentielle » (26 avril-10 mai 1981).

17Les résultats de l’élection montrent bien l’importance de cette conjoncture particulière du début de l’année 1981 et les effets proprement dits de la campagne électorale32. Le premier tour a confirmé le tassement relatif de l’électorat de gauche depuis 1978 : avec 47,2 % des suffrages exprimés, la gauche était dépassée par la droite qui arrivait à 48,7 % des suffrages. Mais Valéry Giscard d’Estaing était en dessous des 30 %, avec 28,31 % des suffrages exprimés, et François Mitterrand arrivait à 25,84 % des voix, alors qu’en 1974, candidat unique de la gauche, il en avait atteint 32,6 %. Les 15,34 % de Georges Marchais inattendus – même si les sondages situaient le candidat communiste à un peu plus de 18 % des intentions de vote dans les semaines précédentes – signa l’échec de la stratégie communiste depuis 1977. Une part de l’électorat communiste avait voté pour le candidat socialiste dès le premier tour. La crainte d’un danger communiste était écartée et ne pouvait plus être une aide pour le candidat de la droite. La direction communiste ne put refuser son désistement officiel sous peine d’aggraver la coupure avec son électorat. Les 3,92 % de Brice Lalonde devenaient un enjeu majeur. Sans se prononcer clairement, le candidat écologiste cependant porta ses critiques principalement sur le président sortant – responsable de la conversion nucléaire de la France. Le 10 mai, François Mitterrand l’emporta par 1 065 956 voix d’avance, soit 51,75 % des suffrages exprimés contre 48,24 % à Valéry Giscard d’Estaing. Les études postélectorales ont montré que la victoire fut due à un bon report des voix communistes, et d’une majorité des voix écologistes, mais également au renfort d’environ 15 à 18 % des voix gaullistes – soit quand même près d’un million de suffrages. Il est vrai que le désistement de Jacques Chirac ne pouvait pas avoir été plus minimal.

18Le succès de François Mitterrand, finalement, a beaucoup tenu à une utilisation intelligente de la division, celle de son propre camp, en contraignant la direction communiste à aller à contre-courant des évolutions de la société française, et partiellement de son propre électorat, celle également de la droite, qui ne fit que s’approfondir depuis 1976 pour atteindre un point extrême en 1981. La logique de la Ve République, avec la bipolarisation, qui se construisit progressivement, amenait sans doute à une alternance politique, alors que la droite se trouvait privée, avec l’aggravation de la crise, de l’argument de la prospérité économique. Mais que ce fût au printemps 1981, cela n’était pas écrit. Les conditions de cette victoire aux élections présidentielles expliquent le succès socialiste qui s’ensuivit aux élections législatives de juin, soulignant que plus qu’une victoire de la gauche, il s’agissait de celle du PS. L’impératif politique qui a dominé toute la stratégie de François Mitterrand depuis 1971, et a largement commandé les choix programmatiques de ces années, rend compte également des difficultés qui se manifestèrent dès l’année suivante et décidèrent d’un nouveau cours de l’histoire du PS, et en même temps, vu l’influence qu’il avait acquise désormais, de la gauche.

Notas

13 Le congrès d’Épinay. Un nouveau départ pour les socialistes, Parti socialiste, 2001, p. 71.

14 Mexandeau, L., François Mitterrand. Le militant, trente ans de complicité, Paris, Le Cherche Midi, 2006 ; Estier, Cl., J’en ai tant vu. Mémoires, Paris, Le Cherche Midi, 2008.

15 « Changer la vie », Programme de gouvernement du parti socialiste et programme commun de la gauche, Paris, Flammarion, 1972.

16 Op. cit., in n. 3, p. 255. Le texte du programme commun de gouvernement a été édité par les deux partis, PS et PCF, à l’été 1972, chez Flammarion pour le PS et aux Éditions sociales pour le PCF.

17 Pour le socialisme. Le livre des assises du socialisme, Paris, Stock, 1974.

18 Kraus, Fr., Les Assises du socialisme, Paris, Fondation Jean-Jaurès, 2001.

19 L’Unité, 18 octobre 1974.

20 La Croix, 15 octobre 1974.

21 Témoignages de Charles Fiterman et de Lionel Jospin dans cet ouvrage.

22 Convention nationale du parti socialiste du 5 novembre 1977, discours de François Mitterrand, cité in Politique. 1938-1981, Paris, Marabout, 1981, p. 355-356.

23 Chevènement, J.-P., Les Socialistes, les communistes et les autres, Paris, Aubier-Montaigne, 1977, p. 139.

24 Chevènement, J. P., postface, in Le CERES par lui-même, Paris, Bourgeois, 1978, p. 271.

25 Rocard, M., discours du 12 octobre 1978, cité in Parler vrai, Paris, éd. du Seuil, 1978, p. 116-117.

26 Le Monde, 18 septembre 1978.

27 Voir, par exemple, la motion du CERES, pour le congrès de Metz : « L’existence en France d’une puissante gauche américaine a aussi empêché le parti socialiste de jouer le rôle majeur qui lui revenait dans le développement de l’Union », cité dans Le Poing et la Rose, n ° 79, février 1979, p. 26.

28 Sondages Public SA et Ifop, Le Monde, 15 octobre 1980. Voir, entre autres, comme étude, Parodi, J.-L. et Perrineau, P., « Les leaders socialistes devant l’opinion, François Mitterrand et Michel Rocard », Projet, 1979.

29 Projet socialiste. Pour la France des années 1980, Club socialiste du livre, 1980.

30 Parodi, J.-L., Duhamel, O., « Chronique de l’opinion publique : profil de l’année politique (septembre 1980-août 1981 », Pouvoirs, n ° 19, 1981.

31 Le Monde, 7 mai 1981.

32 Le Monde, Dossiers et documents, « L’élection présidentielle » (26 avril-10 mai 1981).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540