Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’union sans unité

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Alain Bergounioux

Introduction

Danielle Tartakowsky

Texte intégral

1Le programme commun de gouvernement a été ratifié en juin 1972 par le parti communiste et le parti socialiste puis, un mois plus tard, par les radicaux de gauche. Les archives départementales de la Seine-Saint-Denis, l’OURS, la Fondation Jean-Jaurès, respectivement dépositaires des archives du PCF et du PS, et la Fondation Gabriel-Péri ont choisi d’associer leurs efforts et leurs ressources pour en proposer une approche décloisonnée.

2Le colloque qu’elles ont organisé en mai 2010 a réuni des chercheurs qui leur devaient d’avoir disposé d’archives de direction, pour beaucoup inédites, et certains protagonistes de cette histoire souvent sinueuse, soit dans l’ordre où leurs interventions sont reproduites dans les pages qui suivent, Roland Dumas, René Piquet, Pierre Mauroy, Louis Astre, Jean-Louis Moynot et, dans le cadre d’une table ronde, Charles Fiterman, Lionel Jospin et Roger-Gérard Schwartzenberg. Le présent ouvrage qui est une version remaniée de ce colloque constitue à ce double titre un apport d’importance. Il se décompose en quatre ensembles respectivement consacrés à l’élaboration du programme et à son contenu, aux réactions de certains acteurs sociaux ou politiques, à quelques-uns de leurs effets produits « sur le terrain » et aux témoignages, déjà mentionnés. Les quelques réflexions qui suivent ont été suscitées par leur retraversée.

1963-1969 : une stratégie sous contraintes

3La stratégie que les communistes élaborent à partir de 1962 et dont ils précisent les contours lors de leurs congrès successifs s’enracine dans l’analyse du « capitalisme monopoliste d’État », reformulée en novembre 1960 par la conférence des 81 partis communistes et ouvriers. La réalisation d’une vaste alliance antimonopoliste dont l’union de la gauche constituerait la traduction politique doit permettre de construire une alternative au « régime des monopoles » en ouvrant des perspectives transformatrices, propre à amorcer la construction d’une « voie française au socialisme ». Le PS répond par une fin de non-recevoir aux premières approches tentées par le PCF. S’ensuit un « long cheminement » qu’abordent Jean Vigreux ainsi que Roland Dumas, René Piquet et Pierre Mauroy, au titre de témoins. Ce cheminement, qui n’est aucunement linéaire, va devoir compter avec ces données contraignantes que sont les institutions redéfinies de la Ve République et les événements de mai-juin 1968.

4L’élection du président de la République au suffrage universel, mise en œuvre en 1965 pour la première fois, et la loi municipale du 27 juin 1964, qui interdit les fusions de listes au second tour dans les villes de plus de 30 000 habitants, obligent toutes les forces en présence à des adaptations. En janvier 1965, les fédérations socialistes et communistes de la Seine se saisissent des échéances municipales pour formaliser les « conditions d’une collaboration pérenne des élus communistes et socialistes dans les affaires locales, municipales et départementales » et se présentent sur des listes d’union démocratique (Emmanuel Bellanger). Le soutien que les communistes apportent en septembre de la même année à François Mitterrand en vue de l’élection présidentielle suivante et le score obtenu par celui qui devient le candidat unique de la gauche mais se présente sur la base de sa propre plate-forme permettent à toutes les forces en présence d’estimer avoir marqué des points (René Piquet). L’accord de désistement national conclu en décembre 1966 entre le PCF et la FGDS profite à tous. La ratification d’une plate-forme commune en janvier 1968 paraît, en revanche, consacrer les avancées de la stratégie communiste mais relève du moins d’une logique qui est électorale avant tout. Les événements de mai-juin 1968 qui contribuent à brouiller puissamment les frontières convenues du social, du politique et de leurs acteurs s’affirment à leur tour tout à la fois pour « (des) accélérateur(s) et (des) freins au rapprochement » (Mathieu Fulla).

  • 1 Georgi, Fr., L’Invention de la CFDT. 1945-1970, Paris, L’Atelier, 1995.

5En mai-juin 1968, un mouvement dont la portée est éminemment politique est engagé et mené aussi loin qu’il leur est possible par les seuls acteurs sociaux. La CGT qui tente vainement de prendre appui sur la grève générale pour peser sur le rapport des forces politiques et obtenir que les gauches communiste et non communiste s’entendent sur le principe d’un programme commun ne dispose pas du relais politique indispensable à la stratégie dont elle se réclame. On regrettera que la CFDT, engagée, il est vrai, dans de tout autres orientations stratégiques, n’ait fait l’objet d’une communication spécifique dans la publication des actes de ce colloque1. Cette confédération qui est l’unique organisation contemporaine du régime gaulliste et des redéfinitions économiques et sociales qu’il a précipitées s’avère particulièrement réceptive aux bouleversements dont le mouvement de mai constitue une expression. Elle estime que la crise du régime ne peut trouver sa solution dans les forces parlementaires traditionnelles, juge le couple PCF-FGDS incapable d’intégrer les « forces nouvelles » surgies dans la crise et de répondre à leurs aspirations, mais est également dépourvue quand se trouve posée la question d’une issue politique à la crise.

6La politique dans son acception classique opère un retour en force à partir du 24 mai, quand le général de Gaulle annonce la tenue prochaine d’un référendum. L’échec de cette tentative précipite l’affirmation de réponses alternatives, de l’initiative de François Mitterrand, Pierre Mendès France, du PCF puis, de nouveau, du général de Gaulle, cette fois sous d’autres formes. Les perspectives d’une union des gauches politiques le cèdent alors à des alliances d’une autre sorte. Le meeting de Charlety associant le PSU, l’Unef et une fraction de la CFDT en présence de Pierre Mendès France (évoqué par Roland Dumas, et la manifestation du 29 mai qui ressuscite l’axe PCF-CGT disparu depuis 1966 au profit d’un système d’alliance réunissant les confédérations syndicales à l’exclusion des partis politiques témoignent de la volonté d’ancrer certaines de ces stratégies dans le mouvement social. Mais pour la première fois dans l’histoire de la République, c’est à droite et en accord avec le chef de l’État que s’opère une interaction entre une puissante mobilisation collective et la sphère politique, propre à précipiter l’issue qui se joue in fine sur le terrain électoral.

7Le cinglant échec des partis de gauche aux élections de juin 1968 vécu, à chaud, comme un paradoxe, puis l’échec de la stratégie alternative à une union de la gauche qu’incarne la candidature de Gaston Defferre aux élections présidentielles de juin 1969 ramènent le PCF et le PS refondé à Épinay autour de la table de négociations. Elles permettent cette fois de parvenir à un accord nonobstant des contradictions demeurées vives, sur la question de l’Europe et de l’arme atomique en premier lieu.

Le primat réaffirmé de la régulation administrée

  • 2 Marchais, G., La Société française en crise, édition spéciale de L’Humanité, 10 juin 1971.
  • 3 19e congrès du PCF, février 1970.
  • 4 Mitterrand, Fr., préface à Changer la vie, Paris, Flammarion, 1972.
  • 5 Mitterrand, Fr., préface à Changer la vie, op. cit., in n. 4, p. 13 : « Il est vain de vouloir libé (...)

8Ces négociations et certains aspects du programme adopté le 26 juin sont plus spécifiquement abordés dans les contributions de Mathieu Fulla, Hervé Chauvin, Fabien Conord, Marc Lazar et dans le témoignage de Pierre Mauroy. Ce programme se veut une réponse à une « crise profonde2 » que le PCF et François Mitterrand appréhendent respectivement comme étant celle du capitalisme monopoliste d’État3 ou du « capitalisme mondial4 ». Le programme est constitué de quatre parties intitulées « vivre mieux, changer la vie », « démocratiser l’économie, développer le secteur public, planifier le progrès », « démocratiser les institutions et garantir les libertés » et « contribuer à la paix et développer la coopération internationale ». Il crédite l’État d’un pouvoir régulateur et la planification, devenue « démocratique », de la capacité de contrer la logique du profit en assurant, à l’inverse, la satisfaction des besoins sociaux largement étendus (39 heures, retraite à 60 ans) et demeure fondés sur une tentative de relance keynésienne de la consommation et de l’investissement, ainsi que sur une politique de reconquête industrielle par des nationalisations. Il prête une attention soutenue à la « promotion de la femme », à la jeunesse, au « cadre de vie » et aux « nuisances », à la culture, au droit à l’information, à la décentralisation et à l’autonomie de gestion, propre à satisfaire certaines des aspirations du mouvement de mai, mais se réclame d’une approche globale de la société qui conditionne ces changements à la transformation préalable ou, du moins, simultanée des structures économiques ; en perpétuant une analyse en termes d’infrastructures et de superstructures5.

  • 6 Andrieu, C., Le Van, L., Prost, A., Les Nationalisations de la Libération. De l’utopie au compromis (...)

9Ce programme « marxo-keynésien » (Mathieu Fulla) s’inscrit dans le droit fil de la culture nationale de régulation économique et sociale dont le programme du Conseil national de la Résistance, adopté unanimement le 15 mars 1944 dans la clandestinité entre les représentants des partis, des confédérations syndicales et des mouvements de résistance, constitue le fondement. Cette culture repose en particulier sur les « réformes de structures » de la Libération, comportant notamment la Sécurité sociale, les comités d’entreprises, le Plan, les nationalisations, le secteur public renforcé et un certain dirigisme économique et financier... devenus un bien commun transpartisan6. Les convergences économiques et sociales devenues le « ciment fragile de deux cultures divergentes » (Mathieu Fulla) s’enracinent donc dans un héritage commun.

10Ce mode de régulation qui a été refondé par le général de Gaulle lors de son retour aux affaires en 1958, sur un mode qui interdit, il est vrai, aux formations de gauche de s’y reconnaître, ne subit aucune mise en cause fondamentale jusqu’au milieu années 1960. Depuis la Libération, il protège, au moins partiellement, les fractions les plus fragiles de la société française en imposant, en retour, des formes étatiques, autoritaires et rigides de développement – ne serait-ce qu’à travers les « priorités » du Plan – avec ses inévitables hiérarchies, contraintes, disciplines collectives, formes multiples d’autorité et de représentation reconnues et instituées ainsi que ses modes de contrôles limitant par là même la liberté individuelle et collective des acteurs. Ces contraintes sont à ce point incorporées qu’elles n’ont longtemps fait l’objet d’aucune remise en cause dans l’espace public, la liberté, même individuelle, étant reconnue comme directement tributaire de la garantie des droits collectifs et des formes de représentations convenues, pour tout dire de la démocratie. Elles ne commencent à être perçues et dénoncées comme telles qu’avec et après 1968.

  • 7 Georgi, Fr. (dir.), Autogestion. La dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, 61 (...)

11Les aspirations autogestionnaires qui s’affirment alors s’inscrivent en effet dans un large mouvement de contestation de certaines formes caractéristiques des Trente glorieuses, incluant à la fois la condamnation de la régulation keynésienne et le socialisme d’État, dont elles anticipent la double crise, quasi concomitante, et qu’elles tiennent pour responsables des déficits contemporains de démocratie7. Ceux qui s’en réclament dénoncent l’aliénation à l’œuvre dans toutes les dimensions de la vie humaine et formulent une critique théorique et pratique de l’autorité hiérarchique, du productivisme et de l’État auxquels ils opposent la notion, centrale à leurs yeux, de « base », propre à assurer la démocratie au quotidien. En défendant l’idée que ce sont les utilisateurs, usagers et travailleurs qui doivent détenir le pouvoir, prendre des décisions, inspirer le politique dans chaque cellule de la vie sociale, ils contribuent à saper intellectuellement et politiquement les fondements du cycle ouvert avec le Front populaire et affirmé à la Libération, et par là même les fondements institutionnels, idéologiques et pratiques de la régulation administrée et des disciplines collectives qu’elle a jusqu’alors imposées.

  • 8 Margairaz, M., Tartakowsky, D. (dir.), 1968, Entre libération et libéralisation. La grande bifurcat (...)

12Mais dans le temps court de l’après-1968, les forces sociopolitiques qui, tant à droite qu’à gauche, se sont montrées les meilleurs défenseurs des institutions de la régulation administrée semblent l’emporter8 : la séquence qui s’ouvre au sortir de 1968 pour ne se refermer qu’en 1974 se caractérise par un abandon des mesures de libéralisation économique initiées en 1965 et le programme commun, devenu un « accélérateur de la recomposition idéologique et culturelle » (Marc Lazar), exprime le regain d’attention pour la culture de régulation caractéristique des Trente glorieuses, corollaire d’un effacement théorique du réformisme socialiste qui connut son plein essor au début des années 1960.

Partis, syndicats et mouvement social

13Frédéric Fogacci et Roger-Gérard Schwartzenberg soulignent tous deux la portée symbolique du ralliement des radicaux de gauche au programme commun, propre à « rappeler l’union tripartite de 1936 qui associait communistes, socialistes et radicaux ». L’union des trois formations hier constitutives du Front populaire et les références appuyées qu’a mobilisées la CGT quand il s’est agi d’impulser cette stratégie (36e congrès, juin 1967) puis de la défendre ne sauraient cependant suffire à fonder la continuité.

  • 9 Cf. également Narritsens, A., « La CGT et le programme commun », inHedde, J. (coord.) La CGT de 19 (...)

14En 1936, le programme de Front populaire, ratifié par les trois partis, l’est également par la CGT, la CGTU et par une centaine d’associations. Il en va de même en 1944 où le programme du CNR l’est par les confédérations syndicales et par les mouvements de résistance, étroitement associés à son élaboration. Rien de tel en 1972 dès lors que la signature du programme commun résulte de la consolidation du régime et non de la mise en crise. La CGT, impliquée de longue date dans le combat pour la réalisation du programme, n’est pas associée directement aux discussions, souligne Jean-Louis Moynot9. Les réserves ou l’hostilité de la CFDT, de FO et de la FEN, « ce miroir de la gauche française » (Ismaël Ferhat, Louis Astre), interdisaient à l’évidence qu’il en fût autrement. Mais les reconfigurations du mouvement syndical ne sont ni la seule, ni sans doute la principale explication de cette exclusive à l’encontre des formations non partidaires. En 1936 comme en 1944, la présence d’acteurs extérieurs au champ institutionnel est révélatrice d’une crise du système ou même du régime politique dont l’importance est telle qu’elle autorise et requiert une recomposition (momentanée) du champ politique. Les liens qui se nouent dans ces deux circonstances entre la mobilisation collective et la régulation, pareillement redéfinies, sont à l’origine d’une double révolution culturelle qui répond de l’irruption des syndicats, associations ou mouvements dans le champ politique, et contribue à redéfinir plus ou moins durablement les modalités de la politique et ses acteurs. Il en va différemment au sortir de 1968. La stabilité du régime, réaffirmée par la victoire électorale de juin 1968, rétablit chacun dans ses prérogatives et vaut aux partis de récupérer durablement l’initiative.

15L’absence des organisations syndicales à la table des négociations de 1972 ne signifie naturellement pas qu’elles n’ont exercé aucune influence sur le contenu du programme. Jean-Louis Moynot, qui déplore que la CGT ait été « placée devant un dossier bouclé et une union fermée dont elle aurait souhaité être partie prenante », mentionne, au demeurant, ses apports originaux en 1972 comme ultérieurement (Smic, gestion démocratique, propositions industrielles...). Les canaux, relais et modalités de son influence mériteraient qu’on s’y attarde. La CE de la CGT approuve, du reste, le contenu de l’accord, considérant que « l’ensemble des revendications sociales des travailleurs, communes aux organisations syndicales, y sont prises en compte » et le Modef s’y reconnaît pareillement (Fabien Conord). Il en va différemment pour la CFDT, qui n’adhère pas à des orientations jugées étatistes et productivistes, et pour la FEN, qui déplore que les orientations en matière d’enseignement contreviennent à celles du SNI (Ismaël Ferhat, Louis Astre).

  • 10 Des études monographiques permettraient seules de déterminer l’ampleur ou l’inexistence des intera (...)

16C’est assez dire que les relations entre les formations politiques et un mouvement syndical plus composite qu’il ne l’était en 1944 et a fortiori en 1936 se sont singulièrement complexifiées. Les liens entre les cultures de mobilisation et de régulation, longtemps intriquées, se distendent et la conflictualité, demeurée forte jusqu’au milieu des années 1970 sur le terrain des grèves comme dans le cadre des nouveaux mouvements sociaux, s’autonomise des débats engagés autour du programme commun10.

Recompositions politiques

17Les clivages entre partisans et adversaires d’une régulation administrée perpétuée, à l’origine de la recomposition tentée à Charléty, ont complexifié le clivage droite-gauche sans toutefois s’y substituer. Les recompositions immédiatement consécutives à la signature du programme commun, limitées à la création du MRG (Frédéric Fogacci, Roger-Gérard Schwartzenberg), au ralliement au programme commun d’une poignée de gaullistes de progrès (Bernard Lachaise) et à la sécession d’une frange de socialistes (Gilles Morin) ne le bouleversent pas davantage.

18Ce programme doit à la stabilité du régime et à la logique des institutions de s’affirmer avant tout comme un étendard mais n’en constitue pas moins un puissant facteur de déstabilisation et de recomposition de l’électorat et par là même des rapports de force au sein de toutes assemblées élues. C’est à ce titre qu’il retient immédiatement l’attention de la droite (Bernard Lachaise) et du gouvernement (Pascale Goetschel), et à ce titre encore qu’il suscite l’inquiétude au sein du PCF à partir de 1974. François Prigent et Rémi Lefebvre montrent comment les succès électoraux remportés par le PS en 1973, 1974 et 1976 permettent à la Bretagne de basculer pour ainsi devenir un bastion socialiste, favorisent l’émergence d’une nouvelle génération de cadres et la percée de réseaux socialistes, et inculquent une « norme unitaire » dont le PS devient le principal bénéficiaire. Emmanuel Bellanger et Florent Gougou nuancent le tableau. Le premier souligne les capacités de résistance des bastions communistes telle la Seine-Saint-Denis et le second s’appuie sur des analyses sérielles menées au niveau macro-politique pour montrer que la poussée socialiste n’exclut nullement des avancées communistes jusqu’en 1979. Le déclin électoral du PCF ne devient effectif, selon lui, qu’à partir de 1981, sous l’effet de « puissantes dynamiques sociales » et de la « dégradation de l’image de l’URSS ».

Instrumentalisations

  • 11 Christofferson, M., Les Intellectuels contre la gauche. L’idéologie antitotalitaire en France. 1968 (...)

19La contribution qu’Hervé Chauvin consacre à la question des droits de l’homme en URSS laisse pourtant à entendre que l’influence négative du « socialisme réel » s’est exercée sensiblement plus tôt. La défense et l’expansion des libertés en France qui s’expriment dans le programme doivent en effet compter avec une opinion publique sensibilisée par la problématique des droits de l’homme au niveau international et avec une offensive antitotalitaire dont Michael Christofferson a montré qu’elles s’inscrivaient dans une chronologie spécifique à la France11. Le discrédit croissant, en particulier chez les jeunes générations, du système socialiste centralisé dans la seconde moitié des années 1970, se trouve activé par l’écho amplifié de L’Archipel du goulag en 1974, par le lancement médiatique des « nouveaux philosophes », au nom de la liberté. Il permet d’enfoncer des coins dans cette « union sans unité » pour affaiblir d’un seul et même mouvement le PCF et le programme commun, présentés comme une menace majeure pour les libertés.

20Cette offensive et les tensions internes à l’union qui s’accroissent à la mesure des points marqués par le PS engagent des reclassements. Les tenants d’une stratégie qu’on peut qualifier de pan syndicaliste réintègrent le champ politique lors des assises du socialisme (1974). La CFDT finit par apporter son soutien au programme commun (1974) et se rapproche du PS. La FEN dont les tensions internes se durcissent au rythme de la dégradation des relations entre le PS et le PCF, pareillement. Jusqu’à se voir respectivement qualifiées par leurs détracteurs de « bureau d’études du gouvernement », s’entend après 1981 (Jean-Louis Moynot), et de « courroie de transmission » du PS (Louis Astre).

21François Mitterrand et les radicaux de gauche ont pareillement déployé une approche instrumentale du programme commun. Le leader de la FGDS s’en explique ouvertement quand il précise ses objectifs devant le congrès de l’internationale socialiste en 1972 : « Se mettre en tête des luttes sociales de façon moderne » et « Disputer le leadership au PCF, donc se placer en concurrent non par l’alliance avec les conservateurs mais sur le plan social tout en maintenant l’union de la gauche » (Gilles Vergnon). Les radicaux de gauche intrumentalisent, pour eux, leurs alliés pour assurer leur survie politique (Frédéric Foggaci). Le renversement du rapport de forces qui se dessine incite le PCF à l’instrumentaliser à son tour en engageant les signataires sur le terrain du « chiffrage » et de la « réactualisation » qui va précipiter la rupture. Mathieu Fulla souligne en effet que ce sont ces mêmes questions économiques et sociales, qui avaient fait consensus quand il s’agissait d’aboutir, qui deviennent des facteurs de discorde quand la volonté d’aboutir fait défaut. Lionel Jospin, Charles Fiterman et Roger Gérard Schwartzenberg reviennent sur le moment de la rupture en soulignant pareillement le rôle déterminant de Georges Marchais.

« En dehors de l’espace et du temps » (Jean-Louis Moynot)

22Les recompositions advenues à gauche entre 1973 et 1978 ont conforté le PCF dans une relecture de la stratégie qu’il avait initiée, devenue à ses yeux « référence négative », à l’origine de son affaiblissement (Jean Vigreux). L’opposition développée en son sein après la rupture et la gauche non communiste ont au contraire accusé (ou crédité) cette dernière d’avoir précipité le déclin du parti. La chronologie retenue par les organisateurs du colloque contribue à conférer la centralité aux questions du renversement du rapport des forces et du déclin du PCF. La séquence débutant au sortir des guerres coloniales, quand le PCF, libéré de l’hypothèque qu’elles faisaient peser sur ses relations avec la SFIO, pose les premiers jalons de sa stratégie, et s’achevant avec les élections de mars 1978, consécutive à la rupture de l’union, circonscrit en effet une histoire des organisations et de leurs rapports.

23Plusieurs contributions lui préfèrent une séquence qui se prolonge jusqu’en 1981, conséquence ultime de la politique amorcée en 1972 en s’inscrivant alors dans une histoire de la renégociation des relations entre la gauche et l’État (Marc Lazar), et de la conquête du pouvoir par le PS. Elles soulignent que la rupture du programme commun n’interrompt pas les dynamiques à l’œuvre. L’union perdure au plan local et la « norme unitaire », incorporée, joue désormais au profit du PS (François Prigent, Rémy Lefebvre) jusqu’à ce que les élections présidentielles de mai 1981 attestent que « la stratégie de François Mitterrand [a] porté ses fruits » (Pierre Mauroy, Jean Vigreux). François Prigent qui propose de réinsérer cette histoire dans la plus longue durée de la progression de la gauche, de 1958 à 2004, s’inscrit pareillement dans une chronologie politique.

24Mais selon Charles Fiterman et Florent Gougou, le déclin du PCF ne saurait se comprendre qu’en mobilisant un cadre spatio-temporel plus étendu. « Nous n’avions pas tiré les conclusions nécessaires des changements de société en train de se produire, écrit le premier. Une situation dont on n’avait pas les clefs. Il y avait un affaiblissement des facteurs mondiaux dont certains à caractère historique. » Le second souligne pour lui que le déclin des partis communistes est un phénomène transnational qu’on ne saurait expliquer par des données strictement nationales. En relativisant dès lors les responsabilités de la stratégie adoptée en 1972 ou de la rupture, plusieurs contributions invitent à pareillement réinsérer le « moment programme commun » dans une séquence et une spatialité plus amples.

25L’exceptionnalité du programme commun au regard des orientations dominantes parmi les partis socialistes (Gilles Vergnon, Marc Lazar) comme au sein du Mouvement communiste international (Jean Vigreux) sont à la mesure d’un pays longtemps marqué par l’existence d’un parti communiste dominant et d’une culture étatique consensuelle. Mais cette exceptionnalité doit alors compter avec des tendances lourdes qui contreviennent à plus d’un titre à ses fondements. Que le PS ait choisi de déjouer le piège tendu par Georges Pompidou en décidant en 1972 de s’abstenir lors du référendum sur la construction européenne organisé quand les négociations sur le programme commun touchaient à leur terme et que le PCF ait adopté la voie du compromis ne sauraient occulter les contradictions entre l’assise nationale du projet et la politique européenne en essor (Fabien Conord).

  • 12 Cette démarche a prévalu dans deux initiatives peu ou prou contemporaines du colloque, qui ont abo (...)

26Le retournement de cycle qui s’amorce en 1973 et les redéfinitions qu’il induit à l’échelle internationale contreviennent à plus fort titre aux logiques dont le programme commun se réclame. La culture de régulation dont il se voulait un nouvel avatar perd de son audience du fait des limites atteintes par les politiques keynésiennes après 1974 à cause de la crise économique qui cumule inflation et chômage, ainsi que de l’internationalisation croissante des économies (Mathieu Fulla), avant que la légitimité des remèdes keynésiens ne soit frontalement remise en cause lors de la révolution conservatrice et monétariste engagée par Margaret Thatcher en 1979 et Ronald Reagan en 1981, et étayée par les économistes, désormais hégémoniques, de l’école de Chicago. Le double échec de la politique de relance keynésienne et de reconquête industrielle par les nationalisations tentées en 1981-1982 puis les réorientations libérales qui s’amorcent alors pour s’imposer en 1984 sonnent le glas du modèle et d’une culture politique engagés en 1936, affirmés en 1944 et dont le programme commun constitue une dernière expression. Cela peut inciter à réinscrire le « moment programme commun » dans cette chronologie plus longue qui n’est plus exclusivement celle du déclin du PCF ou de la redéfinition des rapports du parti socialiste et de l’État mais celle de la régulation12.

Notes

1 Georgi, Fr., L’Invention de la CFDT. 1945-1970, Paris, L’Atelier, 1995.

2 Marchais, G., La Société française en crise, édition spéciale de L’Humanité, 10 juin 1971.

3 19e congrès du PCF, février 1970.

4 Mitterrand, Fr., préface à Changer la vie, Paris, Flammarion, 1972.

5 Mitterrand, Fr., préface à Changer la vie, op. cit., in n. 4, p. 13 : « Il est vain de vouloir libérer l’homme si l’on ne vise pas d’abord les structures économiques qui ont fait du grand capital le maître absolu de notre société. »

6 Andrieu, C., Le Van, L., Prost, A., Les Nationalisations de la Libération. De l’utopie au compromis, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1987.

7 Georgi, Fr. (dir.), Autogestion. La dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, 612 p.

8 Margairaz, M., Tartakowsky, D. (dir.), 1968, Entre libération et libéralisation. La grande bifurcation, Rennes, PUR, 2010.

9 Cf. également Narritsens, A., « La CGT et le programme commun », inHedde, J. (coord.) La CGT de 1966 à 1984. L’empreinte de mai 1968, Paris, Institut CGT d’histoire sociale, 2009 [http://www.gabrielperi.fr/IMG/pdf/G_Alezard_-_Seconde_contribution_au_colloque_Les_politiques_economiques_de_la_gauche.pdf].

10 Des études monographiques permettraient seules de déterminer l’ampleur ou l’inexistence des interactions. Cf. par exemple, Hayes, I., « Lorraine. Cœur d’Acier, Longwy, 1979-1980 », thèse, Paris-I, 2011.

11 Christofferson, M., Les Intellectuels contre la gauche. L’idéologie antitotalitaire en France. 1968-1981, Marseille, Contre-feux Agone, 2009.

12 Cette démarche a prévalu dans deux initiatives peu ou prou contemporaines du colloque, qui ont abordé l’une et l’autre le programme commun sans en faire leur sujet exclusif. Cf. La CGT de 1966 à 1984. L’empreinte de mai 1968, IHS-CGT, 2009 « Les politiques économiques de la gauche, 1936-1984 » 20-21 mai 2011, Fondation Gabriel-Péri, et les actes à paraître du colloque organisé par la Fondation Gabriel-Péri « Les politiques économiques de la gauche, 1936-2002 » les 20 et 21 mai 2011. Il serait sans nul doute intéressant de pouvoir croiser le résultat de ces différents travaux.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540