Version classiqueVersion mobile

La politisation

 | 
Philippe Hamon
, 
Laurent Bourquin

Seconde partie. Études

L’intérieur et l’extérieur : sources des conflits et voies de la politisation dans les départements de l’Ouest pendant les insurrections girondistes de 1793

Anne de Mathan

Texte intégral

  • 1 Gérard Gengembre, La Contre-Révolution ou la pensée désespérante, Paris, Imago, 1989.
  • 2 Timothy Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnair (...)
  • 3 Alexis de Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, (1856), Paris, Gallimard, Folio Histoire, (...)
  • 4 Catherine Maire, De la Cause de Dieu à la Cause de la Nation. Le Jansénisme au XVIIIe siècle, Pari (...)
  • 5 Voir notamment Rita Hermon-Belot, « Religion et Révolution, rencontres interdisciplinaires et inte (...)

1La révolution française apparaît, dans l’histoire et l’historiographie, comme le moment politique par excellence. Les penseurs de la Contre-Révolution1 – Burke, Maistre et Bonald - en exècrent d’ailleurs le volontarisme politique hérité des lumières qui, à leur goût, malmène tradition et religion, voire outrepasse la condition humaine. En effet, si les acteurs de la Révolution – patriotes, puis jacobins et autres républicains – entendent d’abord réformer l’ancien régime, ils entreprennent bientôt d’en inventer un nouveau et de fonder une nouvelle société2. Même si c’est ensuite pour le nuancer, Tocqueville dresse ce célèbre constat : « Les Français ont fait en 1789 le plus grand effort auquel se soit jamais livré aucun peuple, afin de couper pour ainsi dire en deux leur destinée et de séparer par un abîme ce qu’ils avaient été jusque-là de ce qu’ils voulaient désormais être. Dans ce but, ils ont pris toutes sortes de précautions pour ne rien emmener du passé dans leur condition nouvelle ; ils se sont imposé toutes sortes de contraintes pour se façonner autrement que leurs pères ; ils n’ont rien oublié, enfin, pour se rendre méconnaissables3. » Il est vrai que la Révolution française s’affranchit à la fois des traditions antique et chrétienne. Elle rompt d’une part avec la pensée aristotélicienne, très présente chez Charles Loyseau par exemple, où le corps politique est conçu comme une construction complexe, dont l’harmonie découle de l’immuabilité, sans possible notion de progrès. Elle approfondit d’autre part le processus d’autonomisation du politique par rapport au religieux, au terme d’une évolution séculaire où le jansénisme a joué une partition en mode majeur4. La tradition augustinienne tient, certes, l’organisation politique et sociale du monde terrestre comme l’œuvre de la volonté divine, mais le jansénisme du XVIIIe siècle contribue à l’émancipation face à l’autorité pontificale et monarchique par la valorisation de la conscience individuelle, la liberté politique et l’égalité civile, et rode des pratiques politiques d’opposition. La révolution représente enfin un jalon crucial dans l’invention de la laïcité et vers la séparation de l’Église et de l’État5.

  • 6 Peter Burke, Popular Culture in Early Modern Europe, New York, Harper and row Publishers, 1978, p. (...)
  • 7 Cf. notamment Yann Lagadec, Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale. L’exemple de Louvigné-d (...)
  • 8 Alain Droguet (dir.), Les Bleus de Bretagne de la Révolution à nos jours, Actes du colloque de Sai (...)

2Pour autant, le politique ne se dégage pas de sa gangue religieuse d’une seule secousse en 1789, et la découverte du politique est, à cette date, un processus en cours. la progressive politisation du peuple, repérée par Peter Burke dans le fait que « les artisans et les paysans ont senti un intérêt croissant aux actions des gouvernements et se sont sentis impliqués plus fortement qu’auparavant dans la politique6 », paraît au XVIIIe siècle en Bretagne, pays d’État où les généraux de paroisse délibèrent des demandes fiscales de l’État, sans doute plus avancée que dans les pays d’élection, mais, comme ailleurs, accélérée par le débat sur la forme des États Généraux en 17887. Les options politiques de la ci-devant province de Bretagne, ici bleue, là blanche, sont aujourd’hui bien connues, même si l’approche micro-historique pourrait encore faire progresser l’analyse. Mais les bleus de Bretagne restent encore aujourd’hui assez indifférenciés, ne se définissant guère que dans leur opposition aux blancs8. Or, dans les villes au moins, le républicanisme, loin d’être monochrome, reproduit les dissensions nationales. La journée du 2 juin 1793, où la convention vote l’arrestation d’une trentaine de Girondins sous la pression de l’insurrection parisienne, provoque une vive émotion en province et notamment dans les départements bretons. Le Finistère est privé des députés Gomaire et Kervélégan, l’Ille-et-Vilaine de Lanjuinais et le Morbihan de le Hardy. Blad, Bohan et Quéïnnec du Finistère signent, en outre, contre le coup de force une protestation qui les rend suspects, de même que Fleury, Girault et couppé de Kervennou des Côtes-du-Nord, Defermon, Le Breton et Obelin d’Ille-et-Vilaine, Lefebvre et Jary de Loire-Inférieure, ou encore Corbel et Rouault du Morbihan. Les cinq départements bretons se lancent dans une insurrection que l’on peut qualifier de girondiste, pour reprendre un néologisme du temps, qui unit une soixantaine de départements dans le refus de l’hégémonie jacobine sur L’Assemblée nationale. Le conflit, dirigé par les administrations locales, élargit l’espace public et suscite un engagement politique qui va de la signature apposée au bas d’une pétition ou de la prestation de serment « contre les tyrans, les traîtres et les anarchistes », jusqu’à la prise d’armes dans le cadre des forces départementales qui vont se confronter aux armées de la Convention. C’est pourquoi, à l’échelle de l’ancienne province de Bretagne, il convient d’observer comment le conflit qui s’y rejoue entre Girondins et Montagnards témoigne de l’autonomisation du politique et occasionne une extension de la participation. Il s’agira d’identifier les sources du conflit, puis d’analyser les modalités de la politisation avant de mesurer les effets de ce conflit sur la politisation à court et moyen terme.

Aux sources du conflit

3La nouvelle du 2 juin suscite une réprobation unanime de la part des administrateurs des cinq départements bretons, de leurs collègues des districts, des notables et des officiers municipaux. Ces discours – délibérations, adresses, pétitions, proclamations etc. – constituent un instrument de politisation à destination de leurs électeurs, mais ils expriment aussi les positions de leurs auteurs.

  • 9 AD35, L 217.

4Ces derniers sont tributaires de l’information disponible. Les délibérations du 5 juin 1793 de l’assemblée des trois corps administratifs réunis à Rennes montrent que c’est une lettre du député Lanjuinais qui provoque l’insurrection : « Un membre donne lecture d’une lettre particulière qu’il a reçue du Citoyen Lanjuinais qui, sur la dénonciation des Sections de Paris, vient d’être mis en état d’arrestation avec 21 autres Membres de la Convention. L’assemblée ouvre la discussion sur les moyens de faire élargir et rappeler à leurs fonctions les 22 députés qui ont été mis en état d’arrestation, au mépris de l’inviolabilité des Représentans du Peuple, et dont le seul crime est évidemment d’avoir osé résister aux factieux qui tyrannisent la Convention et veulent détruire la République par l’anarchie9. »

  • 10 AD35, L 217, 8 juin 1793.
  • 11 AD44, 2 mi 159, 9 juin.

5Les témoins oculaires importent également dans la diffusion de l’information et la médiatisation du conflit : au département d’Ille-et-Vilaine, « deux Citoyens présens à la séance, […] membres de la convention nationale, l’un nommé Duchâtel, député du Département des Deux-Sèvres, et l’autre Meillan, Député du Département des Basses-Pyrénées […] exposent que de concert avec plusieurs de leurs collègues il sont osé sortir de Paris, malgré les risques dont ils étaient environnés, pour venir éclairer les Citoyens des Départements sur le despotisme qu’une poignée de factieux soutenue par la Commune et le département de Paris, se permet d’exercer sur la majorité de la Convention10 ». À Nantes, une séance publique réunissant les trois corps administratifs de la ville reçoit le lendemain Duchâtel et Meillan de retour vers leurs foyers11.

  • 12 AD22, 1 L 283, 7 juin.
  • 13 AD56, L 1766.
  • 14 AD35, L 217, 14 juin.

6Les hommes présents à Paris lors du 2 juin ne sont pas forcément des députés. Thomas Raby, un jeune avocat brestois qui se trouvait à Paris pour affaires le 2 juin, sillonne toute la bretagne pour rendre compte de ce qu’il a vu. Il passe à Saint-Brieuc le 7 juin12, à Vannes le 12 juin13. Il présente enfin aux autorités d’Ille-et-Vilaine « le rapport de ce qu’il a recueilli et vu par lui-même pendant son séjour à Paris, concernant la violence qu’une minorité factieuse des habitans de cette immense cité se permet d’exercer contre la Représentation nationale, au grand regret de la majorité des habitans de Paris que l’appareil du despotisme réduit à un état de stupeur14 ».

  • 15 AD44, 2 mi 159.

7Ainsi informés par des canaux qui leur semblent fiables, les administrateurs bretons prennent position contre les événements parisiens. Hermétiques à la justification par les circonstances du recours à des mesures d’exception, les élus locaux n’admettent pas l’atteinte faite, selon eux, à la souveraineté du peuple à travers ses représentants. Les analyses du département de la Loire-Inférieure en date du 6 juin sont très éclairantes à cet égard : « Dans la nuit du deux au trois juin […] sous les poignards & la dictée des tribunes, sous les bayonnettes de la force armée qui l’assiégeoit, une minorité de l’assemblée formée tumultuairement au son d’un nouveau tocsin & sans convocation, a prononcé l’arrestation de plus de trente de ses membres, l’élite des députés, & ceux qui, par leurs courage comme par leurs talents, étoient regardés comme les plus fermes appuis de la représentation nationale15. » le 2 juin est analysé comme un fait odieux, moins parce qu’il vise des Girondins, que parce que le coup de force paraît illégal. Le rejet des partis et le refus de voir dans un député un homme plutôt qu’un représentant du peuple sont des thèmes fréquents dans la rhétorique révolutionnaire. Les administrateurs des Côtes-du-Nord s’adressent ainsi à la convention et aux Parisiens :

  • 16 AD22, 1 L 156.

« Si dans ce moment nous sommes debout, nous ne voyons ni les Brissot, ni les Vergniaux ; nous ne voyons que l’outrage fait aux principes sur lesquels reposent les gouvernements libres. Non, les personnes ne sont rien, mais les lois et le bon ordre sont tout pour nous ; et nous ne voulons que partager la gloire d’anéantir l’anarchie et de rendre à la Convention sa liberté et son intégralité […] Oui, quelque part que vous siégiez, dans la plaine ou sur la montagne, vous êtes tous également nos représentants et nous serons vos défenseurs. Mais si dans notre ardent amour pour la liberté, nous avons enseveli la royauté sous les ruines du trône, nous ne voulons à sa place ni dictateurs, ni proconsuls, ni commune dominatrice, ni régime municipal : nous voulons la république une et indivisible16. »

  • 17 AD35, L 263, 8 juin 1793.

8Les insurgés protestent contre la domination de la montagne sur l’assemblée. Les citoyens de rennes, considérant « que les tribunes établies pour l’instruction du peuple sont devenues l’écueil de la liberté du corps législatif », demandent à la Convention « qu’il ne soit reçu dans le sein de L’Assemblée, sous aucun prétexte, ni Pétionnaires, ni Corps armés, ou non armés » et « que les Tribunes de la Convention soient fermées, ou soumises à une police tellement sévère que la cabale n’ose plus s’y montrer ou soit forcée de s’y tenir dans le respect dû à la majesté du Peuple17 ». Les Nantais dénoncent, avec une virulence inhabituelle dans des discours souvent plus policés, les agissements des sans-culottes et de certains Montagnards :

  • 18 AM Nantes, 1 D 7, 4 mai 1793.

« Les crimes de ces hommes sont connus : nous en portons, hélas ! dans nos biens et dans nos personnes les témoignages irréfragables […]. Ils ont massacré dans les prisons de Paris des milliers de victimes ; ils ont volé des millions au garde-meuble ; ils ont stipendié des bourreaux pour venir nous égorger dans nos villes ; ils ont inondé nos provinces de leurs insolents proconsuls ; ils ont enrôlé leurs émissaires dans nos phalanges républicaines pour y semer le découragement et l’indiscipline ; ils ont fait livrer la fabrication des assignats aux mains d’un banqueroutier ; ils vous ont extorqué la suppression du numérotage, afin qu’on ne pût en apercevoir la multiplication indéfinie ; ils ont présenté à l’adoration de L’Europe comme une divinité nouvelle le calomniateur éternel de tous les talents et de toutes les vertus ; ils ont présenté Danton et Lacroix, l’un ministre prévaricateur qui n’a rendu aucun compte, tous deux modernes Verrès engraissés du sang et des trésors des Belges. Aujourd’hui même encore, vous les voyez élever Léonard Bourdon à côté de Lepelletier et demander effectivement les honneurs de l’apothéose pour un crapuleux qui se blesse en tombant sur son fumier18. »

9Les accusations des Nantais se font plus virulentes à propos des institutions parisiennes, contre lesquelles ils utilisent, de façon spectaculaire, le procédé classique en rhétorique révolutionnaire du retournement de l’accusation à son émetteur :

« Ah ! Si la commune de Paris, si ses 48 tripots d’administration veulent correspondre avec nous, qu’ils commencent par respecter la Convention nationale, qu’ils courbent leurs têtes orgueilleuses sous la loi commune, qu’ils anéantissent les conciliabules secrets ou publics où des énergumènes en délire vont hurler leurs féroces opinions, qu’ils renoncent à ce fédéralisme monstrueux de 48 municipalités dans la même commune, qu’ils s’unissent et s’entendent une bonne fois pour concentrer dans un conseil unique et dans des mains pures, cette autorité inquisitoriale dispersée dans tous ses carrefours, mille fois plus despote et plus atroce que ne le furent jamais les suppôts et les espions de l’ancienne police. »

  • 19 AD 14, 2 L 142.

10Dans son cahier des charges, le comité central de Rennes n’énumère pas moins de vingt-cinq doléances contre le tribunal révolutionnaire, les représentants en mission, la corruption de certains ministres, le refus de rendre des comptes, la multiplication des assignats, la violation de la liberté de la presse et du secret des lettres, etc.19.

11Cet ennemi parisien apparaît dans la prose girondiste comme un nouvel avatar de la Contre-Révolution, aussi détestable que l’ennemi extérieur. La guerre fonctionne à partir de 1792, ainsi que l’avaient prévu les Girondins, comme un révélateur des positions politiques des uns et des autres et modifie les représentations du corps social : des catégories entières de la population deviennent « extérieures », étrangères à la nation, car tenant à l’ordre ancien et souhaitant la victoire des ennemis de la patrie. Les contre-révolutionnaires, souvent amalgamés aux ci-devant prêtres et nobles, et cela bien avant la Terreur, deviennent de véritables étrangers de l’intérieur. Anomalies Citoyennes, monstres politiques, leurs choix les excluent de la loi commune. Ces considérations valent pour tous les patriotes, y compris ceux qui, plus tard, se feront les champions de la légalité. Les élus qui seront girondins ou girondistes en 1793, précèdent parfois la législation contre les émigrés et les réfractaires, justifiant l’illégalité des dispositions répressives, par la légitimité du combat révolutionnaire, et les fameuses « circonstances ». Ceci montre bien le caractère tactique de l’argument de la légalité avancé par les Girondins contre le coup de force du 2 juin 1793. Alors que le décret de la Convention qui oblige les ci-devant nobles de se retirer des grandes villes et des côtes date de février 1794, le conseil général des Côtes-du-Nord,

« considérant que le salut de la Patrie exige impérieusement, dans ces circonstances orageuses, l’exercice continuel d’une surveillance active et sévère ; considérant que les hommes dangereux à la tranquillité publique ne sont pas ceux-là seulement qui, par une opposition constante à la loi et par un langage anti-civique, ont audacieusement affiché leurs coupables sentimens ; que des hommes non moins dangereux et plus criminels encore se trouvent parmi ceux qui n’ont pris aucune part extérieure aux événemens de la révolution : considérant que les principes connus de presque tous ceux qui tiennent aux émigrés par les liens du sang ou par des motifs d’intérêt, doivent les rendre suspects aux yeux des administrations amies de la liberté ; que plusieurs de ces malveillans trempent dans des complots des traîtres du dehors et préparent, par des sourdes manœuvres, l’accomplissement de leurs affreux projets »,

12arrête le 10 mai 1793 que

  • 20 AD22, 1 L 142.

« Les pères, mères, femmes et enfans des émigrés, ainsi que leurs beaux-pères et belles-mères, et les ci-devant nobles de l’un ou de l’autre sexe, leurs agens et domestiques servant près de leurs personnes, seront, dans les huit jours de la publication du présent, tenus de se transporter au chef-lieu du district dans l’arrondissement duquel étoit situé leur domicile. […] Sont exceptés des dispositions de l’article premier tous les fonctionnaires publics civils ou militaires, […] ceux qui rapporteront un certificat de civisme visé et approuvé par les administrations de district ou de département, ceux qui n’ont aucun moyen de subsistance et sont notoirement dans l’habitude d’exercer pour vivre la proffession de laboureur ou quelqu’autre proffession purement mécanique. […] Les personnes soumises aux dispositions des articles ci-dessus, seront tenues de se présenter tous les jours aux appels qui leur seront indiqués par la municipalité de leur résidence ; celles qui négligeront de s’y trouver seront punies, d’après ce qui sera jugé par les officiers municipaux, de quelques jours de détention, à moins toutefois qu’elles n’apportent pour excuse le motif d’une maladie duement constatée. […] En cas de troubles ultérieurs, ou de dénonciations étayées de preuves, le conseil se réserve de prendre, s’il y a lieu, des mesures plus rigoureuses20. »

13Bien des aspects de la Terreur apparaissent dans cet arrêté départemental qui lui est pourtant antérieur : la suspicion politique produite par les origines sociales, professionnelles ou familiales, contre les nobles et les parents d’émigrés, mais non les cultivateurs ou les artisans, l’idée du certificat de civisme, la menace imprécise d’une répression plus dure. Afin de combattre les ennemis de l’intérieur, ces administrateurs ne répugnent pas à mettre en pratique des mesures d’exception du même tonneau que celles qu’ils voudront, peu de mois après, combattre au nom d’un attachement bien circonstanciel à la légalité.

  • 21 Jean-Clément Martin, Contre-Révolution, Révolution et Nation en France, 1789-1799, Paris, Seuil, 1 (...)
  • 22 Cf. Carl Von Clausewitz, De la guerre, Paris, Perrin, Tempus, 2006.
  • 23 René Girard propose dans La violence et le sacré, Paris, Hachette, Pluriel, 1998, et dans Achever (...)
  • 24 AD29, 10 L 15.
  • 25 AD29, 10 L 135, Lettre des administrateurs du Finistère, à ceux du Morbihan, de la Loire-Inférieur (...)

14Enfin, les administrateurs bretons adoptent dans le conflit contre la montagne en 1793 une posture rhétorique de prime abord étonnante qui consiste à considérer leurs adversaires radicaux comme des suppôts de la Contre-Révolution. De même que l’ampleur de la notion d’ennemi est maximale en l’an II dans les discours montagnards21, la catégorie du contre-révolutionnaire gonfle singulièrement dans les déclarations girondistes du printemps 1793. La « montée aux extrêmes22 » affecte bien les deux partis en présence, en proie à une « rivalité mimétique23 ». Suivant l’accusation de Barbaroux – « La racine du mal est à Paris24 » – les administrateurs du Finistère accusent les adversaires des Girondins d’être stipendiés par les puissances étrangères en évoquant les « poignards des factieux et des agens secrets de Pitt, Guillaume et Cobourg25 » qui menacent L’Assemblée. Peut-être plus politisés que les administrateurs des Côtes-du-Nord ou du Morbihan qui rejettent les partis, ils n’hésitent pas à donner des noms et à les identifier à la Contre-Révolution, en déclarant à la Convention :

  • 26 AD29, 3L3, 29 décembre 1792.

« Nos plus grands ennemis sont dans votre sein : les MARAT, ROBES-PIERRE, les DANTON, les CHABOT, les BASIRE, les MERLIN et leurs complices, voilà les anarchistes […]. Ils ont le titre de vos collègues ; mais ils sont indignes de l’être, puisqu’ils sont même indignes du nom français. Chassez-les donc ; éloignez-les plutôt ; repoussez-les du sanctuaire de vos délibérations. Vous n’avez rien de commun avec eux, et vous ne pouvez respirer le même air que ces scélérats26. »

  • 27 AD29, 28 L 5,19 juin 1793.

15Ils pratiquent, ou affectent de pratiquer, l’amalgame entre ultra et contre-révolutionnaires, considérant qu’« une faction impie déchire depuis plusieurs mois le sein de notre malheureuse patrie. C’est elle qui, dans la Vendée, a secoué les torches du fanatisme et allumé le flambeau de la guerre civile ; c’est elle qui a dilapidé les fonds de la République et qui, dernièrement, vient de combler la mesure de ses forfaits en violant toutes les lois envers nos représentants les plus vertueux, fatigués de l’anarchie que des scélérats cherchent à répandre27 ».

  • 28 AM Nantes, 1 D 7, 4 mai 1793.
  • 29 AD22, 1 L 156, 7 juillet.

16Les Nantais stigmatisent la pétition des sections parisiennes demandant l’arrestation des Girondins, « cet insolent manifeste, rédigé peut-être dans le camp de Cobourg ou de Dumouriez », et accusent à leur tour : « Nous ne pouvons plus douter que la guerre civile allumée dans nos campagnes ne nous vienne de ceux-là même qui ont provoqué l’adresse, de ceux-là même qui en achètent ou en extorquent les signatures dans les carrefours et sur les tréteaux de Paris28. » Ils imaginent un étrange équipage où Ultra et Contre-Révolution sont attelées au même joug : « Marat, leur chef et leur idole, a recueilli les débris d’un trône abattu pour y placer D’orléans ». Les administrateurs des Côtes-du-Nord entonnent aussi cette antienne girondiste en affirmant que « la faction impie qui, après avoir dominé Paris, prétend soumettre la République entière à la même domination anarchique, […] paraît disposée à ouvrir les portes de la France aux satellites des despotes qui viendraient en vainqueurs insolens nous donner un maître29 ». Les administrateurs du Morbihan expriment cette conviction :

  • 30 AD56, L 136, lettre du 22 juin aux commissaires du département à Rennes.

« Nous continuons à penser que notre force départementale doit se rendre directement à Paris, au foyer de nos maux. Quand nous aurons réussi à écraser les factieux qui subjuguent la Convention, nous aurons beaucoup fait pour la défense des départements qui sont envahis par les brigands et de ceux qui sont menacés de l’être car on a tout lieu de présumer que les mouvements des rebelles sont dirigés par la faction régnante30. »

  • 31 AD44, 2 mi 159, 6 juin 1793.

17Peu importe en réalité que les auteurs de ce genre de propos soient vraiment convaincus que Montagnards, Jacobins et Sans-culottes visent, en contre-révolutionnaires masqués, à restaurer le despotisme par l’anarchie. Tout cela montre surtout une très intense conflictualité, créée par le coup de force du 2 juin 1793, découlant d’un désaccord de principes politiques qui peuvent toutefois fluctuer au gré des circonstances et des besoins du combat politique, mais aussi d’une divergence d’interprétation sur des actes jugés moralement inadmissibles. Malgré le prétendu refus des partis et l’affectation consistant à ne pas voir l’homme dans le député, les insurgés n’admettent pas que soient arrêtés des hommes qu’ils connaissent et reconnaissent comme leurs représentants, et qui ont un statut comparable au leur : des élus du peuple. Éminemment politique, ce conflit, également conditionné par des déterminants économiques et sociaux, dans la mesure où il est évident que Girondins et Montagnards ne mobilisent pas les mêmes catégories de population, et que les insurgés girondistes servent aussi leurs intérêts dans ce qu’ils appellent une croisade pour la liberté, convoque enfin des rapports divergents à l’idéal. Même si l’une des caractéristiques du combat politique consiste précisément à employer tous les arguments, y compris ceux qui ne sont pas strictement politiques, on peut se demander si l’autonomisation du politique par rapport au religieux est vraiment achevée dans le camp du républicanisme modéré qui ne veut ou ne peut penser l’action politique en des termes exclusivement politiques justifiant en vue de l’objectif le recours à des moyens jugés moralement contestables, à savoir le régime de l’exception et la répression des oppositions. Les insurgés nantais n’affirment-ils pas que l’arrestation des Girondins viole « à la fois la souveraineté du peuple, sa suprême justice & la morale éternelle des nations31 » ?

Les voies de la politisation

  • 32 Michel Biard (dir.), Les politiques de la Terreur 1793-1794), Rennes/Paris, P.U.R./ Société des Ét (...)

18Que les Girondistes refusent, ou affectent de refuser, de concevoir et de pratiquer la politique machiavéliquement, contrairement à leurs adversaires montagnards libérés dans leur projet d’édification d’une démocratie idéale de toute tradition religieuse ou morale32, n’enlève rien au fait que le conflit semble bien susciter une extension de la participation politique. L’approfondissement de la politisation de leurs électeurs est visée au moyen de deux instruments classiques : les mots et les armes.

  • 33 AD35, L 217, 17 juin 1793.
  • 34 AD35, L 223.
  • 35 AD29, 10 L 15, no XXII du Bulletin du Finistère, 3 juillet 1793.
  • 36 AD53, L 275, Adresses et autres publications émanées des Administrations de divers départements, A (...)
  • 37 AN, DXLII-9.

19Les administrateurs insurgés contrôlent l’information en décidant la réimpression de lettres, d’adresses, de rapports rédigés par des députés girondins, pour en étendre la diffusion. À Rennes, le département arrête la réimpression de la lettre d’adieu de Gensonné, député de la Gironde, à ses commettants, ainsi que le discours de Lanjuinais le jour de leur arrestation33. Le Bulletin de l’Assemblée administrative du Département d’Ille-et-Vilaine, créé pour favoriser l’information, publie le 13 juin la lettre de Vergniaud, député de la Gironde, au Président de la Convention nationale en date du 6 juin, exigeant la justification de son arrestation34. De même, le Bulletin du Finistère reproduit intégralement « l’adresse du républicain Barbaroux à la Convention nationale et à ses concitoyens marseillois35 ». Les archives d’Ille-et-Vilaine conservent le compte-rendu de Salles, député de la Meurthe, et Buzot, député de L’Eure36. Tout cela joue un rôle évident dans l’orientation de l’information et de la politisation qui en découle. La dénonciation du fait à l’heure de la répression en atteste la relative efficacité. Le district de Redon déclare ainsi au ministre de l’Intérieur, à propos du département d’Ille-et-Vilaine : « nous n’avons reçu de sa part que la production gigantesque du comité central, que les dégoûtantes diatribes de l’astucieux Lanjuinais, que les plates calomnies du lâche Fermond, que les longues jérémiades du traître Barbaroux et les pamphlets liberticides des traîtres de tous les genres37. »

20Non contents de reproduire les écrits des grandes voix de la Gironde, les élus locaux les font traduire dans l’idiome du pays. Ainsi, les administrateurs du Finistère font imprimer en langue celtique à 1 000 exemplaires L’examen critique de Salles. Ils publient à leur tour un certain nombre de documents en breton. Ainsi par l’adresse aux campagnes, imprimée dans l’une et l’autre langue, le Finistère entend-il mettre en garde ses commettants à propos de la constitution que « les partisans de l’anarchie n’ont pas rougi de brocher, dans un court intervalle ». Enfin les administrations provinciales envoient un grand nombre de lettres à d’autres départements, à des administrations subalternes, aux bataillons envoyés défendre Nantes ou les frontières, à la Convention, aux ministres, aux bons Parisiens, à tous les Français, etc. Le nombre de ces lettres s’élève à plusieurs centaines.

  • 38 AD29, 3 L 3, 26 juin 1793 : le département arrête l’impression d’un procès-verbal par lequel le di (...)
  • 39 AD29, 8 L 106.
  • 40 AM Vannes, 2, Registre des délibérations de la commune de Vannes, 2 juin 1793.
  • 41 Ibid., 7 juin.
  • 42 AD56, 1 L 136, Correspondance générale du département, lettre du 23 juillet aux citoyens d’Harcour (...)
  • 43 AD56, L 136, Lettre du 22 juin 1793 aux commissaires envoyés à Rennes.
  • 44 AD35, L 217, 17 juin 1793.
  • 45 AD29, 3 L 3, 23 juin.

21Dans un contexte où le secret des lettres n’est plus respecté38, la circulation de cette multitude de documents est assurée par des commissaires : les autorités constituées du Finistère en nomment 21, celles du Morbihan et d’Ille-et-Vilaine, 17, celles de Loire-Inférieure, 13 et celles des Côtes-du-Nord, 3. -Ces commissaires peuvent être députés par les communes ou les districts vers l’administration du département qui appelle les administrations subalternes à lui adjoindre ses lumières par commissaires ; il peut également s’agir d’hommes envoyés à Paris déposer sur le bureau de la Convention une proclamation ; ce peut encore être des députés envoyés par les départements vers le comité central qui se forme à Rennes, puis dans l’Assemblée Centrale de Résistance à l’Oppression qui siège à Caen. Ces commissaires contribuent à la circulation de l’information et à la coordination de l’insurrection, comme le prouve le fait qu’un département discute fréquemment des mesures prises par tel autre département. Le 2 juin, deux citoyens de Quimper sont, par exemple, reçus par le conseil général de la commune de Vannes. Ils lisent l’arrêté de la commune de Quimper du 25 mai39 qui réclamait l’achèvement de la Constitution, la suppression du Tribunal révolutionnaire et le rappel des représentants du peuple en mission. Aussitôt, la commune de Vannes « prend l’engagement d’envoyer à l’assemblée générale projetée à Rennes deux députés qui, de concert avec ceux des communes des autres départements, […] aviseront aux moyens les plus prompts et les plus efficaces de sauver la patrie que les malveillants et l’intrigue menacent de toutes parts, d’obtenir dans les plus brefs délais la constitution qui nous est promise, de rendre la liberté à la Convention et de la délivrer de l’obsession des tribunes et des agitateurs qui entravent ses travaux. Le conseil général adhère par avance à toutes pétitions et mesures qui seront prises par cette réunion de députés, autant qu’elles auront pour base liberté, égalité, République une et indivisible40 ». Et le 7 juin, la commune arrête des exigences tout à fait similaires vis-à-vis de la Convention, reprenant la demande d’une constitution, la disparition du Tribunal révolutionnaire et le rappel des Conventionnels dans les départements41. Fin juillet, après la défaite des forces départementales de l’Ouest face aux armées conventionnelles, les administrateurs du Morbihan ne veulent pas rappeler leur bataillon avant d’en avoir discuté avec le commissaire du Finistère42. Enfin, les départements bretons reçoivent à leur tour des commissaires envoyés par d’autres départements. Les citoyens Armand Graves et René-Marguerite Magol, députés par la commission Populaire de Salut Public du département de la Gironde vers les départements de l’Ouest, passent successivement à Vannes43, Rennes44 et Quimper45. Ainsi l’insurrection des Girondins de Bretagne se caractérise-t-elle par un soin tout particulier apporté au contrôle et à la diffusion de l’information, l’un des vecteurs conditionnant très largement la politisation.

  • 46 AD29, 3 L 3.
  • 47 AM Vannes, 2, Registres de délibérations du conseil général de la commune.
  • 48 AD22, 1 L 156, 7 juillet 1793.
  • 49 AD35, L 217.
  • 50 AD44, 2 mi 159, Lettre au département d’Ille-et-Vilaine, le 8 juin et lettre au comité central de (...)
  • 51 AD29, 3 L 3, 2 juin 1793.
  • 52 Ibid., 21 juin 1793.

22L’extension de la participation politique dans ce conflit contre l’hégémonie montagnarde sur la Convention se traduit aussi, classiquement, par la prise d’armes. Le Finistère arrête la levée d’une 4e division du Finistère de 400 hommes le 30 mai 1793, puis de 600 hommes le 2 juin, avant même que l’arrestation des Girondins ne soit connue46. La décision d’envoyer une garde départementale est votée par le Morbihan le 2 juin47, les Côtes-du-Nord le 3 juin48, puis l’Ille-et-Vilaine le 5 juin49 mais la Loire-Inférieure, aux prises avec les Vendéens, préfère concentrer ses forces contre ces derniers50. Les quatre autres départements prévoient l’ouverture de registres pour l’inscription volontaire de citoyens reconnus pour leurs vertus privées et civiles ou pour leur patriotisme, soldés comme ailleurs 40 sous par jour. Mais dès le 2 juin, le Finistère fixe le contingent de chaque district, contingent qui devra être atteint par enrôlements individuels, voire réquisition51. Il semble que les fédérés sont choisis et désignés par les sections mais « qu’il ne leur est pas permis de se soustraire au vœu de leur concitoyen, sans exciter un mécontentement général et s’exposer à des désagréments personnels52 ». La force départementale part de Quimper le 23 juin sous les ordres du commandant Souché de la Brémaudière et du quartier-maître Maufras du Châtellier, le père de l’historien de la Bretagne. L’arrivée est prévue à Paris le 16 juillet.

Un bilan mitigé

23À en croire les discours des acteurs de l’insurrection girondiste de 1793, ce mouvement de protestation engendre, à n’en pas douter, une extension de la participation politique.

  • 53 Ibid., 5 juin 1793.
  • 54 AD44, 2 mi 159, 6 juin 1793.
  • 55 Ibid., 14 juillet 1793.
  • 56 AD22, 1 L 56, 7 juillet 1793.

24Dès la nouvelle du 2 juin connue, l’Ille-et-Vilaine décide de consulter les sections de Rennes et les Assemblées primaires rurales sur l’adresse envoyée à la Convention « pour lui exprimer la juste indignation qu’excite l’arrestation arbitraire et illégale de 22 membres de cette Assemblée, ainsi que la tyrannie qu’une horde de factieux se permet d’exercer sur la majeure partie de la Convention qu’elle a réduit à l’inertie par l’effet de la crainte53 ». À Nantes, le département invite de même la municipalité à « convoquer sans délai les sections de cette ville pour leur mettre sous les yeux l’état de crise où se trouve la chose publique, afin qu’elles délibèrent & énoncent provisoirement leur vœu sur les mesures de salut public54 ». Ce département rappelle, quand l’insurrection a fait long feu, que « le mois dernier, […] le conseil général de la commune de cette ville autorisa les sections à s’assembler pour émettre leur vœu sur les événements des trente et un mai, deux et trois juin dernier. Les sections émirent ce vœu, à l’unanimité. […] Les corps administratifs décidèrent de proclamer solennellement le vœu des sections55 ». De même à Saint-Brieuc, le conseil général des Côtes-du-Nord se flatte d’avoir obtenu le « vœu unanime de toutes les communes56 ». Une adresse aux Parisiens rapporte en outre :

« À la nouvelle de l’atteinte portée à la représentation nationale, tous les républicains se sont levés. La même indignation a éclaté à la même heure dans les villes et les campagnes du département des Côtes-du-Nord. On y a vu tous les citoyens se pressant d’abord dans les sections et dans les assemblées primaires, jurer ensuite sur leurs âmes étincelantes de conserver à jamais l’indépendance qu’ils ont conquise par quatre années révolues de travaux et de sacrifices. Tout à coup s’est élevée au milieu de nous une phalange guerrière qui déjà marche sur Paris. Ce sont de ces fiers enfans de l’armorique que le despotisme des rois n’a jamais pu façonner à sa servitude. Ils se réunissent à leurs frères des autres départements pour aller demander justice des attentats qui se sont commis contre la majesté et la souveraineté du peuple. »

25Mais nulle part les résultats de la consultation des sections ne sont attestés, et il y aurait un peu de naïveté à prendre pour argent comptant ces déclarations unanimistes visant à asseoir la légitimité de la rébellion, puis à limiter les responsabilités des meneurs à l’heure de la répression. Une lettre du département du Finistère à celui du morbihan, après la rétractation du 24 juillet 1793, révèle les ressorts internes de l’initiative politique qui reste bien à la discrétion de l’administration départementale :

  • 57 AD56, L 1766.

« Vous verrez, frères et amis, que si nous avons longtemps hésité à nous ranger du parti de la constitution offerte au peuple français, notre résistance étoit le vœu fortement prononcé de la majorité imposante de nos administrés. Nous étions leurs magistrats et, sans égard pour nos opinions particulières, nous ne devions qu’être les fidèles interprètes des leurs. Aujourd’hui, frères et amis, nos concitoyens, mieux instruits des événements, fatigués des calamités qui les assaillaient de toutes parts, toujours inébranlables dans leur serment de maintenir l’unité et l’indivisibilité de la République, éclairés enfin et par leurs recherches et par nos soins, ils semblaient pencher vers la constitution. Nous avons saisi cet instant et fluctuation pour les décider et, surs de notre succès, nous avons dans notre séance publique du 24 de ce mois rétracté toutes mesures contraires prises antérieurement. Des courriers extraordinaires expédiés sur l’instant à la Convention, aux représentants du peuple à Ancenis, aux neuf districts du ressort, ont porté partout le triomphe du patriotisme57. »

  • 58 Cette étude a été menée à partir des archives des administrations locales et de la répression sous (...)
  • 59 C’est-à-dire les hommes dont la participation à l’insurrection est attestée, par une signature au (...)

26Les parcours biographiques des insurgés de 1793 confirment cependant que la rébellion n’est guère sortie des administrations locales : l’approche prosopographique58 révèle que 68 % des insurgés59 d’Ille-et-Vilaine, 72 % de ceux du Finistère, et 82 % de ceux du morbihan sont des élus locaux. En se gardant du déterminisme simpliste et déformant qui consisterait à extrapoler des convictions politiques à partir de milieux socioprofessionnels, il convient néanmoins de noter qu’une part non négligeable des rebelles bretons ont déjà exercé des fonctions publiques – fiscales ou juridiques notamment – sous l’ancien régime (14 % dans le Finistère, 26 % dans le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine). Ils ont souvent commencé leur carrière politique avant 1793 (23 % dans le Finistère, 35 % en Ille-et-Vilaine et 47 % dans le Morbihan). Dans le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine où la Terreur ne se traduit presque jamais de façon plus grave pour ces insurgés que par des emprisonnements, 46 % d’entre eux reprennent ensuite une carrière politique locale qui ouvre, pour un dixième du corpus environ, à une carrière nationale. Tout cela laisse à penser que l’insurrection girondiste de 1793 est le fait d’une élite politique plus ou moins étroite (76 personnes dans le Morbihan, 137 en Ille-et-Vilaine, 147 dans le Finistère), consolidée par de fréquents liens familiaux, amicaux, maçonniques et professionnels, au fonctionnement assez oligarchique dans sa mainmise sur les mandats électifs locaux, souvent par-delà les ruptures que constituent la fin de l’ancien régime ou la Terreur. Dans le Finistère toutefois, où les insurgés de 1793 sont frappés de 34 condamnations à mort (23 % du corpus), les girondistes survivants reprennent moins volontiers une carrière publique (également 23 % du corpus restant), ce qui tendrait à prouver qu’après l’expérience de la Terreur, le service de la chose publique perd à leurs yeux de son attrait.

  • 60 Jean-Pierre Jessenne (dir.), Vers un ordre bourgeois ? Révolution française et changement social, (...)
  • 61 Bruno Baron, Les élites municipales brestoises (1750-1820), mémoire de master 2 sous la direction (...)
  • 62 Voir par exemple Laurent Coste, La difficile gestion municipale d’une grande ville sous l’Empire : (...)
  • 63 Paul Hanson, The Jacobin Republic Under Fire. The Federalist Revolt in the French Revolution, Univ (...)

27Les professions des Girondistes (cf. annexes, fig. 1 à 3) confirment le caractère relativement élitiste de leur groupe, très largement marqué par la suprématie du monde de la judicature (52 % des mentions de professions dans le Finistère, 53 % dans le Morbihan, mais surtout 61 % en Ille-et-Vilaine, proportion héritée, il est vrai, de l’existence du Parlement de Bretagne) et la présence du négoce et des affaires, plus important à Brest (16 %). Il s’agit là de la frange supérieure du Tiers État, cette bourgeoisie des talents et des affaires, mobilisée à la fin des années 1780 pour obtenir une participation politique en rapport avec sa position sociale ou culturelle. Même s’il n’est pas possible de faire la part du dévouement à l’intérêt général et de la défense des intérêts privés dans les motivations des uns et des autres, il convient néanmoins de noter que, face aux aspirations démocratiques et égalitaires des sans-culottes parisiens, ces provinciaux défendent un « ordre bourgeois60 » fait de modération politique, de libéralisme économique et d’un certain immobilisme social. Le contexte local apporte aussi un élément d’explication à cette insurrection conservatrice dans la mesure où, à Brest au moins61, et comme en bien d’autres lieux62, la prééminence des négociants, mais surtout des hommes de loi, s’érode progressivement dans les municipalités qui se succèdent de mars 1790 à janvier 1793, passant de 34 % à 20 % pour ces deux professions réunies, et de 6,5 % à seulement 2 % pour les hommes de loi, au profit de nouveaux venus, par exemple des employés de la Marine. L’insurrection girondiste doit aussi se comprendre comme le signe le plus visible d’une crispation des élites anciennes face aux changements induits par le suffrage universel dans la vie politique locale63. Cette dimension conservatrice d’un mouvement qui prétend défendre la souveraineté du peuple tout en se défiant de ce dernier, contribue probablement à réduire son audience auprès des catégories plus modestes et/ou rurales de la population.

  • 64 AD29, 3 L 3, 21 juin 1793.
  • 65 AD56, L 136, Lettre du 22 juin aux citoyens d’Harcourt et Faverot.
  • 66 AD29, 14 L 22, Lettre de Mérienne aux administrateurs du département, le 27 juin 1793.
  • 67 Bernard Frelaut, Op. cit.
  • 68 AD22, 1 L 283, Lettre sans date aux Représentants en mission.
  • 69 Roger Dupuy, La Bretagne sous la Révolution et l’Empire (1789-1815), rennes, Éditions ouest-France (...)

28Les effectifs des forces départementales mobilisées par les insurrections bretonnes et destinées à aller rétablir l’ordre constitutionnel à Paris, fournissent un autre indicateur de la participation politique, même si le volontariat ne préside pas seul au recrutement, et si la guerre extérieure et le soulèvement vendéen qui avaient déjà prélevé bien des hommes, limitent les possibilités d’une nouvelle levée. Le Finistère avait prévu de lever une force de 600 hommes, mais rien n’indique que ce contingent ait été effectivement trouvé, bien que l’on dise que « l’opinion publique s’est tellement prononcée à Brest pour le départ de tous les individus désignés par les sections de cette ville pour faire partie de cette force armée départementale64 » les administrateurs du Morbihan informent leurs commissaires auprès du comité central de Rennes : « Notre force départementale est réunie en cette ville du jour d’hier, elle n’est forte que d’environ 200 hommes, mais vous connaissez les mauvaises dispositions de nos campagnes, il nous faut rester en défense contre elles, les villes sont en butte à leur haine et si on les abandonnait entièrement, elles deviendraient bientôt la proie des brigands qui les craignent65. » Mais une lettre66 du commissaire civil de la force départementale du Finistère, Merienne, précise que 150 hommes ont été fournis par la seule ville de Lorient, au patriotisme bien connu67. Les Côtes-du-Nord indiquent que leur force départementale ne dépasse pas 400 hommes68. Roger Dupuy avance un chiffre de 476 gardes nationaux composant la force départementale d’Ille-et-Vilaine69. Ces effectifs restent modestes, mais ces données attestent d’une extension de la participation politique, même si cette dernière est de courte durée.

  • 70 AD22, 1 L 283.
  • 71 AD56, 1 L 136, Lettre du 23 juillet 1793.
  • 72 AD56, L 1766.
  • 73 AD29, 14 L 22.
  • 74 AD56, 1 L 136, Lettre du 25 juillet aux administrateurs d’Ille-et-Vilaine.
  • 75 AD35, L 217, 27 juillet 1793.

29En effet, la force départementale des Côtes-du-Nord ne parvient pas même à effectuer sa jonction avec celles des autres départements de la Bretagne et de la Normandie, et l’administration de ce département doit envoyer aux districts la circulaire suivante dont le caractère lapidaire exprime le désarroi : « La commune de Dol, sur l’invitation d’un bataillon de la Seine-Inférieure, s’est formellement opposée au passage de nos fédérés : vous sentez qu’une seule compagnie ne pouvait opposer la force à la force, quand d’ailleurs elle n’avoit d’autre but que de fraterniser avec les Parisiens et que de protéger contre les factieux, la liberté et l’intégralité de la Convention. Vous verrez par notre arrêté ci-joint que nous les rappelons puisqu’il paraît que la tranquillité intérieure pouvait être troublée par une mesure que dictoient les vues les plus pures du bien public. On saura toujours rendre justice à notre bonne volonté70. » Les forces des autres départements bretons battent en retraite devant les troupes conventionnelles au premier coup de canon tiré, lors de la « bataille sans larme » à Pacy-sur-Eure le 13 juillet 1793. Après cette peu glorieuse rencontre, l’opinion publique se retourne dans L’Eure et le Calvados, pourtant galvanisée par la présence ou la proximité des députés proscrits, si bien que les forces départementales éprouvent ensuite de graves difficultés dans ses contacts avec les populations locales. Le Morbihan s’adresse ainsi à ses commissaires à rennes : « Notre force départementale vient de nous donner des instructions et des détails qui nous ont autant surpris qu’affligés. […] Ils nous marquent en propre terme qu’on nous trompe et qu’on a cessé de nous tromper dans cette affaire, qu’ils n’ont essuyé que de dégouts et de reproches sur toutes les routes, que le peuple les accuse de marcher contre la Convention et de vouloir allumer la guerre civile, qu’enfin on veut les rendre l’instrument servile des haines et des vengeances particulières71. » À telle enseigne que le département des Côtes-du-Nord rappelle sa force départementale le 23 juillet72, le Finistère arrête le retour de la sienne le 24 juillet73 suivi du Morbihan le 25 juillet74 et de l’Ille-et-Vilaine le 27 juillet75.

  • 76 AD29, 14 L 22.
  • 77 AD29, 3 L 3.

30Les motivations des hommes qui se sont effectivement engagés dans les forces départementales sont enfin difficiles à mesurer. Parmi le contingent brestois (cf. annexes, fig. 4), il est toutefois troublant de constater que presque la moitié des volontaires (47 %) sont des artisans ou des ouvriers du port qui souffrent alors de la désorganisation de la Marine. La solde de 40 sous par jour peut constituer un attrait dans les milieux modestes76. La remarque vaut également pour le très important nombre (44 %) de commis de marine, de négoce, mais surtout d’administration. Les administrateurs décident, le 8 juin, de faciliter leur engagement en leur donnant l’assurance que leur place leur sera conservée et que le tiers de leur salaire leur sera versé en leur absence77. L’attitude des bataillons départementaux, qui se débandent lors de la « bataille sans larme » de Pacy-sur-Eure, ne plaide pas dans le sens d’une armée de citoyens-soldats animés par de brûlantes convictions politiques.

31Le bilan de l’extension de la participation politique apparaît donc très mitigé. Là, sans doute, réside une fâcheuse faiblesse dans les choix stratégiques des Girondins, qui devient l’une des principales causes de leur échec dans leur bras de fer contre la Montagne : le peuple des départements est certainement plus nombreux et plus modéré que les sans-culottes parisiens, mais il est aussi moins inflammable. Les girondistes provinciaux ont certes entendu l’appel des députés, et tenté de les sauver en même temps que l’ordre constitutionnel dans la République en crise, mais ils n’ont su mobiliser les Français.

*

Conclusion

32L’analyse classique de discours montre ses limites à propos de l’affrontement entre girondistes bretons et convention jacobine. La justification des pratiques par l’idéal politique est un trait constitutif de l’idéologie montagnarde où l’autonomisation du politique paraît totale. Mais pour les partisans des Girondins, qui invoquent entre autres, dans leur lutte contre le coup de force du 2 juin, des arguments de type moral, il est impossible de faire la part de stratégie politicienne et de l’expression d’un autre type d’idéal, où les réalités politiques cohabiteraient avec des impératifs moraux. La poursuite de l’autonomisation du politique suscite des résistances de principe et d’intérêt, dans la mesure où il s’agit aussi de protester contre un processus d’exclusion hors de la légitimité révolutionnaire, puis de la légalité constitutionnelle. Une des stratégies mises en place pour résister à cette exclusion des Girondins hors du corps politique puis social, est d’ailleurs utilisée sans vergogne par ces mêmes Girondins et leurs partisans lorsqu’ils assimilent Montagnards et Jacobins à la Contre-Révolution.

33La montée aux extrêmes, observée dans ce conflit au niveau provincial, paraît susciter une extension de la participation politique dans le cadre des assemblées primaires se prononçant contre le décret du 2 juin et dans les forces départementales qui prétendaient aller à Paris rétablir la Convention dans son intégralité. Mais en complétant l’observation événementielle et discursive de la question par une approche sociale, cette participation se révèle provisoire, largement instrumentalisée et bien en deçà des espérances des élites bourgeoises à la tête d’insurrections départementales où la défense des principes politiques se mêle à celle des positions sociales.

  • 78 Michel Lagrée, « la structure pérenne : événement et histoire en bretagne orientale, XVIe-XXe sièc (...)
  • 79 Pierre Serna, La République des girouettes. Une anomalie politique, la France de l’extrême-centre, (...)
  • 80 Antonio de Francesco, « Au-delà de la Terreur : mouvements démocratiques et masses populaires sous (...)

34Il conviendrait toutefois d’affiner ces observations par un changement d’échelle de l’observation, dans les délibérations des municipalités rurales, et par un élargissement de ladite observation sur une plus longue durée et dans une thématique plus large. Il faudrait établir une carte de l’insurrection indiquant les municipalités qui ont soutenu la rébellion et lui ont fourni des hommes, et la mettre en relation avec le comportement de ces communes lors du référendum sur la constitution de 1793 et des votes suivants. L’introduction d’une nouvelle couleur politique, celle de la modération républicaine, dans une cartographie bleue et blanche apporterait peut-être un nouvel élément au débat sur la thèse stimulante mais parfois controuvée des « structures pérennes »78. De même l’examen de certaines trajectoires individuelles plus attirées par l’engagement politique sous le Consulat et L’Empire que sous le Directoire, permettrait d’en savoir un peu plus, après cette sorte d’acmé politique atteinte en 1793-1794, sur les effets de la Terreur, l’hypothèse d’une dépolitisation sous le Directoire79, et – ce n’est pas forcément contradictoire – l’adaptation d’une culture politique démocratique ralliée, dans le contexte de la menace militaire européenne, au bonapartisme : un pouvoir au nom du peuple, sans le peuple80. Les Girondins et leurs partisans n’en sont pas à une contradiction près.

Annexes

Fig. 1. – Professions des girondistes d’Ille-et-Vilaine.

Fig. 2. – Professions des girondistes du Finistère.

Fig. 3. – Professions des girondistes du Morbihan.

Fig. 4. – Professions des soldats de la Force départementale du Finistère.

Notes

1 Gérard Gengembre, La Contre-Révolution ou la pensée désespérante, Paris, Imago, 1989.

2 Timothy Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires, Paris, Albin Michel, 1997.

3 Alexis de Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, (1856), Paris, Gallimard, Folio Histoire, 1967, p. 43.

4 Catherine Maire, De la Cause de Dieu à la Cause de la Nation. Le Jansénisme au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, bibliothèque des Histoires 1998, rééd. 2005. Monique Cottret, Jansénismes et Lumières. Pour un autre XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1998. Dale K. Van Kley, Les origines religieuses de la Révolution Française, 1560-1791, Paris, le Seuil, 2002.

5 Voir notamment Rita Hermon-Belot, « Religion et Révolution, rencontres interdisciplinaires et interrogations du présent », dans La Révolution à l’œuvre. Perspectives actuelles dans l’histoire de la Révolution Française, Jean-Clément Martin (dir.), Rennes, Pur., 2005, p. 193-203.

6 Peter Burke, Popular Culture in Early Modern Europe, New York, Harper and row Publishers, 1978, p. 259.

7 Cf. notamment Yann Lagadec, Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale. L’exemple de Louvigné-de-Bais, XVIe -XVIIIe siècles, thèse de doctorat ss. dir. Alain Croix, Université Rennes 2/Haute-Bretagne, 2003 et Christian Kermoal, Les notables du Trégor. Éveil à la culture politique et évolution dans les paroisses rurales (1770-1850), Rennes, Pur, 2002.

8 Alain Droguet (dir.), Les Bleus de Bretagne de la Révolution à nos jours, Actes du colloque de Saint-Brieuc les 3-5 octobre 1990, Saint-Brieuc, Fédération « Côtes-du-Nord 1989 », 1990. Hervé Le Goff (dir.), La Révolution dans le Trégor. Les Bleus, les Blancs et les autres. Analyses, portraits, documents, Saint-brieuc, Trégor 89, 1990.

9 AD35, L 217.

10 AD35, L 217, 8 juin 1793.

11 AD44, 2 mi 159, 9 juin.

12 AD22, 1 L 283, 7 juin.

13 AD56, L 1766.

14 AD35, L 217, 14 juin.

15 AD44, 2 mi 159.

16 AD22, 1 L 156.

17 AD35, L 263, 8 juin 1793.

18 AM Nantes, 1 D 7, 4 mai 1793.

19 AD 14, 2 L 142.

20 AD22, 1 L 142.

21 Jean-Clément Martin, Contre-Révolution, Révolution et Nation en France, 1789-1799, Paris, Seuil, 1998.

22 Cf. Carl Von Clausewitz, De la guerre, Paris, Perrin, Tempus, 2006.

23 René Girard propose dans La violence et le sacré, Paris, Hachette, Pluriel, 1998, et dans Achever Clausewitz, carnets nord, 2007, des concepts intéressants pour l’analyse des conflits et de la violence, même si sa démarche intellectuelle se teinte d’une dimension religieuse étrangère aux méthodes historiques.

24 AD29, 10 L 15.

25 AD29, 10 L 135, Lettre des administrateurs du Finistère, à ceux du Morbihan, de la Loire-Inférieure, de l’Ille-et-Vilaine et des Côtes-du-Nord, le 31 mai 1793.

26 AD29, 3L3, 29 décembre 1792.

27 AD29, 28 L 5,19 juin 1793.

28 AM Nantes, 1 D 7, 4 mai 1793.

29 AD22, 1 L 156, 7 juillet.

30 AD56, L 136, lettre du 22 juin aux commissaires du département à Rennes.

31 AD44, 2 mi 159, 6 juin 1793.

32 Michel Biard (dir.), Les politiques de la Terreur 1793-1794), Rennes/Paris, P.U.R./ Société des Études Robespierristes, 2008.

33 AD35, L 217, 17 juin 1793.

34 AD35, L 223.

35 AD29, 10 L 15, no XXII du Bulletin du Finistère, 3 juillet 1793.

36 AD53, L 275, Adresses et autres publications émanées des Administrations de divers départements, Ain à Gironde, 1790-an VII.

37 AN, DXLII-9.

38 AD29, 3 L 3, 26 juin 1793 : le département arrête l’impression d’un procès-verbal par lequel le directeur des postes reconnaît que le citoyen expilly a reçu une lettre qui a non seulement été ouverte, mais annotée et commentée.

39 AD29, 8 L 106.

40 AM Vannes, 2, Registre des délibérations de la commune de Vannes, 2 juin 1793.

41 Ibid., 7 juin.

42 AD56, 1 L 136, Correspondance générale du département, lettre du 23 juillet aux citoyens d’Harcourt et Faverot.

43 AD56, L 136, Lettre du 22 juin 1793 aux commissaires envoyés à Rennes.

44 AD35, L 217, 17 juin 1793.

45 AD29, 3 L 3, 23 juin.

46 AD29, 3 L 3.

47 AM Vannes, 2, Registres de délibérations du conseil général de la commune.

48 AD22, 1 L 156, 7 juillet 1793.

49 AD35, L 217.

50 AD44, 2 mi 159, Lettre au département d’Ille-et-Vilaine, le 8 juin et lettre au comité central de Rennes, le 20 juin 1793.

51 AD29, 3 L 3, 2 juin 1793.

52 Ibid., 21 juin 1793.

53 Ibid., 5 juin 1793.

54 AD44, 2 mi 159, 6 juin 1793.

55 Ibid., 14 juillet 1793.

56 AD22, 1 L 56, 7 juillet 1793.

57 AD56, L 1766.

58 Cette étude a été menée à partir des archives des administrations locales et de la répression sous la Terreur (Série l), mais aussi d’études locales, dans le Finistère, l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan, la documentation n’étant pas suffisante pour les Côtes-du-Nord et la Loire-Inférieure : Bertrand Frelaut, Les Bleus de Vannes, 1791-1796. Une élite urbaine pendant la Révolution, Vannes, Société polymathique du Morbihan, 1991, Jean Bricaud, L’administration du département d’Ille-et-Vilaine aux débuts de la Révolution, Rennes, Imprimerie bretonne, 1965 ; Luc Boisnard, Élites bretonnes sous l’Empire. Ille-et-Vilaine et Finistère. Dictionnaire biographique, Saint-Malo, 1998 ; Louis Bénaerts, Le régime consulaire en Bretagne. Le département d’Ille-et-Vilaine durant le Consulat (1799-1804), Paris, Honoré champion, 1914 ; Daniel Kerjan, Rennes : les francs-maçons du Grand-Orient de France. 1748-1998 : 250 ans dans la ville, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2005 ; Jean-Yves Guegant, Brest et la franc-maçonnerie. Les amis de Sully, des origines à nos jours, Brest, Armeline, 2008, etc.

59 C’est-à-dire les hommes dont la participation à l’insurrection est attestée, par une signature au bas d’une adresse, l’acceptation d’une mission vers un autre département ou à la Convention, ou encore la participation à une assemblée insurrectionnelle. Il s’agit aussi des hommes que la répression a recherchés, et pour certains punis, comme « fédéralistes ».

60 Jean-Pierre Jessenne (dir.), Vers un ordre bourgeois ? Révolution française et changement social, PUR, 2007.

61 Bruno Baron, Les élites municipales brestoises (1750-1820), mémoire de master 2 sous la direction de Philippe Jarnoux, université de bretagne Occidentale, 2008.

62 Voir par exemple Laurent Coste, La difficile gestion municipale d’une grande ville sous l’Empire : Bordeaux de 1805 à 1815, thèse sous la direction de Jean-Pierre Poussou, Université Paris IV-Panthéon-Sorbonne, 1990, p. 17-18.

63 Paul Hanson, The Jacobin Republic Under Fire. The Federalist Revolt in the French Revolution, University Park, Pensylvania, The Pennsylvania State university Press, 2003.

64 AD29, 3 L 3, 21 juin 1793.

65 AD56, L 136, Lettre du 22 juin aux citoyens d’Harcourt et Faverot.

66 AD29, 14 L 22, Lettre de Mérienne aux administrateurs du département, le 27 juin 1793.

67 Bernard Frelaut, Op. cit.

68 AD22, 1 L 283, Lettre sans date aux Représentants en mission.

69 Roger Dupuy, La Bretagne sous la Révolution et l’Empire (1789-1815), rennes, Éditions ouest-France, 2004, p. 123.

70 AD22, 1 L 283.

71 AD56, 1 L 136, Lettre du 23 juillet 1793.

72 AD56, L 1766.

73 AD29, 14 L 22.

74 AD56, 1 L 136, Lettre du 25 juillet aux administrateurs d’Ille-et-Vilaine.

75 AD35, L 217, 27 juillet 1793.

76 AD29, 14 L 22.

77 AD29, 3 L 3.

78 Michel Lagrée, « la structure pérenne : événement et histoire en bretagne orientale, XVIe-XXe siècles », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, juillet-septembre 1976, tome XXIII, p. 394-407.

79 Pierre Serna, La République des girouettes. Une anomalie politique, la France de l’extrême-centre, 1789-1815 et au-delà, Paris, champ-vallon, 2005.

80 Antonio de Francesco, « Au-delà de la Terreur : mouvements démocratiques et masses populaires sous le directoire », dans Jean-Clément Martin (dir.), La révolution à l’œuvre. Perspectives actuelles dans l’histoire de la Révolution française, rennes, PUR, 2005.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Professions des girondistes d’Ille-et-Vilaine.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129054/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 2. – Professions des girondistes du Finistère.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129054/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 3. – Professions des girondistes du Morbihan.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129054/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 4. – Professions des soldats de la Force départementale du Finistère.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/129054/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

Auteur

(Université de Bretagne Occidentale) Centre de Recherche Bretonne et Celtique (CRBC)

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search