Version classiqueVersion mobile

La politisation

 | 
Philippe Hamon
, 
Laurent Bourquin

Seconde partie. Études

Guerre civile et espace public à la fin du Moyen Âge. La lutte des Armagnacs et des Bourguignons

Nicolas Offenstadt

Texte intégral

  • 1 Jürgen Habermas, L’Espace public, Paris, Payot, 1993. Nous adressons tous nos remerciements à Clau (...)

1Dans son livre célèbre L’Espace public, le philosophe Jürgen Habermas consacrait un développement de quelques pages au Moyen Âge1. En opposition à l’époque moderne, la France et l’Angleterre des XVIIe-XVIIIe siècles, il n’y trouvait, en matière politique, qu’une sphère de la domination où le pouvoir se déployait devant le peuple sans retour critique possible. Le Moyen Âge d’Habermas était un Moyen Âge sans usage critique de la raison face au pouvoir, sans possible démystification des rouages du pouvoir, un Moyen Âge du lien politique vertical et unilatéralement orienté du haut vers le bas. Les Princes se présentaient devant des sujets qui ne pouvaient appréhender de manière critique ce déploiement du pouvoir. Assurément, ces quelques pages servaient avant tout de faire-valoir ou de point de départ à une analyse qui cherchait à mettre en valeur la sphère publique critique des journaux, des cafés et des salons qu’Habermas étudiait en détail. Il n’empêche. L’importance de l’auteur et du volume ont fixé durablement l’opposition, déchaînant la critique des médiévistes qui ne retrouvaient pas leur objet d’étude dans cette description forcément simplificatrice. Les travaux de médiévistes qui engagèrent le fer ou le dialogue avec l’œuvre d’Habermas furent d’abord ceux des Allemands, naturellement interpellés par le poids du philosophe dans leur propre espace public.

  • 2 Jean-Philippe Genet, La genèse de l’État moderne. Culture et société politique en Angleterre, Pari (...)
  • 3 Sur ces enjeux, voir Nicolas Offenstadt, « “L’histoire politique” de la fin du Moyen Âge. Quelques (...)
  • 4 Bernard Guenée, « État et nation en France au Moyen Âge », Revue historique, 1967, p. 28.

2Il est vrai que, en particulier pour la fin du Moyen Âge, les travaux et les programmes de recherches qui s’interrogeaient sur la participation politique, et pour ce qui nous concerne ici au premier chef, sur les liens entre conflits et participation politique, posaient souvent les questions en d’autres termes. Dans les années 1980 et 1990, l’étude des rapports guerre/extension de l’implication politique s’accomplirent largement sous le manteau du grand programme « Genèse de l’État moderne ». Le questionnement était macro-historique : comment se sont constitués, à partir du Moyen Âge, les États modernes ? La réponse donnée, en particulier par Jean-Philippe Genet, promoteur du projet, donnait un rôle central à la guerre, véritable « moteur de l’État moderne », en tant que prétexte du prélèvement d’État et instrument de redistribution. La guerre apparaît encore comme un « puissant agent de cohésion de la société politique »2. Cette dernière notion est une seconde clé du programme de recherche : la naissance de l’État moderne, entre 1250-1350, s’accompagne du développement d’une « société politique », à la définition assez large et variable mais en tous les cas marquée par l’emploi du singulier. Si les travaux menés dans ce programme qui s’étendit sur plus de dix ans ont apporté un souffle nouveau dans la compréhension de la fin du Moyen Âge, ils ont aussi favorisé une échelle prioritaire, celle du tout. La question de l’extension de la participation politique ou, dit autrement, de la constitution d’une sphère publique élargie ne se posait qu’au niveau de l’ensemble que formait l’État, la Société, le Royaume. Les processus même qui pouvaient « politiser » les acteurs, provoquer une interaction entre les pouvoirs et les sujets dans l’action politique ne pouvaient trouver qu’une place seconde dans ce grand questionnaire3. À ce premier macro-questionnement s’en ajoutait un second, qui se caractérisait également par son point de vue surplomblant, celui de la genèse du sentiment national. Là aussi la guerre était centrale dans l’analyse. Ce qui fit prendre conscience aux « Français » de leur appartenance tient au conflit avec l’Angleterre, la guerre de Cent ans. Ce serait la confrontation avec l’autre qui transformerait les sujets du roi en un corps de Français selon Bernard Guenée : « si nous sommes assurés des convictions nationales des élites intellectuelles dès le début du XIVe siècle, il n’est pas certain que tous les habitants du royaume, dès cette époque, aient pareillement participé à ce même monde d’idées et d’images. La guerre en tout cas les aura vite formés. D’une part elle leur aura fait prendre conscience d’eux-mêmes en faisant passer dans leurs villes et dans leurs villages d’étonnants intrus […] D’autre part, elle aura poussé le gouvernement à un considérable effort de propagande dont le résultat aura assurément été de rendre familières à tous des idées ou des images peut-être encore assez peu répandus en 1300 »4. Les historiens débattent sur les modalités de ce processus : il serait soit le produit du conditionnement opéré par les pouvoirs, par les intellectuels au service de la monarchie, soit il naîtrait du « peuple » lui-même, que certains voient en modèle de patriotisme face à des princes aux allégeances changeantes.

  • 5 Pour un bilan récent, cf. Michel Offerlé, « Capacités politiques et politisations : faire voter et (...)

3Au final, dans ce modèle historiographique double, les processus et les pratiques des acteurs, en tant que sujets politiques, restent peu interrogés. Il est vrai que les sources médiévales ne permettent pas toujours de saisir la « politisation » du sujet dans son intimité même, comme y autorisent, pour une part au moins, les sources contemporaines, autobiographies, questionnaires sociologiques, enquêtes administratives approfondies, etc.5. Malgré tout, le développement bureaucratique considérable de la fin du Moyen Âge engendre de très belles sources locales, dans les villes en particulier, qui permettent de « descendre » au niveau des pratiques politiques les plus simples, des interactions – du moins certaines – entre les sujets les plus modestes.

  • 6 Sur ces questions, voir la synthèse récente de Claude Gauvard « Qu’est-ce que l’opinion avant l’in (...)
  • 7 Simona Slanicka, Krieg der Zeichen. Die visuelle Politik Johanns ohne Furcht und der armagnakischb (...)

4La Guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons constitue un très bon observatoire pour sortir des grandes questions et des entités collectives et s’aventurer plus près d’un possible espace public, à des échelles réduites, de la ville à la place publique. Elle se caractérise en effet par une violente concurrence entre les princes qui ont besoin d’alliés à tous les niveaux, de la papauté à la petite ville. Le conflit ouvre donc une profonde division dans un corps politique que rien ne devrait séparer. Cette division produit l’extension de la participation politique, sans jugement sur la définition du terme pour l’époque étudiée. Elle se marque par une quête de partisans qui implique l’appel à l’adhésion des acteurs politiques du royaume, ce que certains nomment une « opinion publique »6. Ce cadre posé, il convient de s’interroger sur l’éventuelle nouveauté de cette saisie d’une sphère publique, ou du moins de son déploiement si l’on ne veut pas en faire une simple création des dominants. Simona Slanicka remarque ainsi que la guerre civile conduit à une intensité accrue de l’usage des signes politiques, de même qu’à une créativité plus grande en la matière7.

  • 8 Voir sur cet aspect, Patrick Boucheron, « L’Affaire Boniface VIII », in Luc Boltanski et alii, Aff (...)
  • 9 Pour un état de la question, cf. Julien Théry, « Contre-enquête sur un procès », L’histoire, 323, (...)
  • 10 Voir aussi pour l’usage de signes politiques par les populations durant la campagne de Charles VI (...)

5Deux moments pourraient à cet égard constituer des points de référence, d’une part les luttes de l’époque de Philippe le Bel contre la papauté8 et les Templiers9, et puis les crises du milieu du XIVe siècle, lorsque la monarchie est soumise à de rudes concurrences multiformes et sa capacité d’action, après le désastre de Poitiers, réduite10.

6Pour essayer de cerner les spécificités de la guerre civile et montrer en quoi les acteurs bâtissent une forme d’espace public rudement concurrentiel qui implique des manières nouvelles de « politisation » des sujets du royaume, nous présenterons dans un court premier temps le contexte général du conflit, puis ce que signifie pratiquement « la division » en « partis » rivaux, avant, dans un troisième temps, de dessiner les contours de la sphère publique qui émerge de ces rivalités.

Contextes

  • 11 Jean Gerson, « Veniat pax », in Œuvres complètes, VII : « L’œuvre française. Sermons et discours » (...)

7Dès la fin du XIVe siècle, les tensions se marquent entre le frère du roi Charles VI (1380-1422), Louis d’Orléans, et son oncle Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, pour tourner à la « guerre civile » entre leurs successeurs. Le terme lui-même n’est pas seulement des historiens d’aujourd’hui : il est employé par les contemporains, en français comme en latin, notamment sous l’influence antique. Le Chancelier de l’Université Jean Gerson, s’inquiète, en 1409, de ce que « les malveillans du royaulme de France, comme les Anglois, n’est point doubte, verroient très voulentiers guerre civile entre nous »11, ce qui réduirait à néant le bon gouvernement. Les mots se multiplient pour désigner la « guerre et division » qui empêche la nécessaire concorde entre les sujets et la loyauté envers le prince : discordes civiles, discordes intestines…

  • 12 Voir Bernard Guenée, La folie de Charles VI, roi bien-aimé, Paris, Perrin, 2004, notamment p. 199 (...)
  • 13 Nicole Pons, « Information et rumeurs : quelques points de vue sur des événements de la Guerre civ (...)

8À l’évidence, les défaillances mentales du roi Charles VI, qui le transforment en un personnage faible, irrégulier, ballotté par les événements, soumis aux luttes des Grands qui l’entourent, sont l’arrière-plan permanent des rivalités entre les camps, et d’abord ceux de Philippe le Hardi et Louis d’Orléans qui se disputent le contrôle du Conseil royal ou les grands offices12. L’accès au trésor est un enjeu crucial. Il le sera d’autant plus après la mort de Philippe en 1404, car le nouveau duc de Bourgogne, son fils Jean sans Peur, n’a plus la même position familiale vis-à-vis du roi (il n’est plus que cousin germain à la différence de son père fils et frère et oncle de roi) et voit la manne financière s’éloigner. Celui-ci en vient à faire assassiner son rival, Louis d’Orléans, en 1407, événement crucial auquel les textes d’époque attribuent souvent l’origine du conflit13.

9Dès lors se succèdent rivalités et guerres ouvertes, alliances et paix précaires entre les Bourguignons et les Orléans (Valentine Visconti, la veuve de Louis mais qui meurt en 1408, son fils Charles d’Orléans – connu aujourd’hui pour ses poésies – et surtout à partir de 1410, son beau-père Bernard d’Armagnac qui laissera son nom au parti des Orléans). En cette année 1410 se forme la « ligue » de Gien autour du duc de Berry et de Charles d’Orléans. Comme l’a souligné Gerson, le jeu n’est pas simplement celui d’une rivalité princière interne au royaume. Depuis plus de soixante-dix ans, ce dernier est en conflit avec les Anglais dans la fameuse guerre dite de Cent Ans où alternent opérations militaires et temps de pacification. Les Anglais forment donc un allié toujours possible pour les deux camps, qui ne manquent pas d’y faire appel, en un temps où le « sentiment national », quoi qu’on en ait, ne construit en rien des oppositions figées, où les alliances sont fluides et les changements d’allégeance toujours possibles.

  • 14 Cf. l’exemple de Laon, Jean-Christophe Dumain, « Fortifications et organisation défensive à Laon a (...)

10« Bourguignons » et « Armagnacs » se confrontent pour le contrôle du gouvernement royal, du dauphin (1405) et la domination politique, à travers chevauchées et sièges, voire de violentes tueries, comme au moyen de négociations diplomatiques et de retournements d’alliances. Les villes en particulier sont soumises à la pression des mouvements de troupes, des exactions des hommes d’armes, et des changements politiques. Elles doivent négocier et naviguer entre les partis14.

  • 15 Le précédent, Jean de Touraine est mort en 1417.

11Mais tous les acteurs majeurs de la politique du royaume ne se déterminent pas entièrement sur ces lignes partisanes : la majesté royale reste la référence légitime et certains jouent leur propre jeu ou se posent en modérateurs, tels le duc Jean de Berry, un temps, ou le dauphin Louis de Guyenne qui disparaît jeune, fin 1415. À partir de 1418, le nouveau dauphin Charles15, futur Charles VII, nommé lieutenant général du royaume en 1417, prend la tête du parti armagnac qui est aussi désigné comme « parti dauphinois ». Jean sans Peur a, de son côté, resserrée son emprise sur la reine, capital politique majeur, avec qui il forme un autre gouvernement à Troyes. Après l’entrée des Bourguignons à Paris en mai 1418, accompagnée de massacres – Bernard d’Armagnac est tué – le dauphin Charles s’installe à Bourges.

12Comme en réponse au meurtre de 1407, Jean sans Peur est assassiné sur le pont de Montereau en 1419 par des hommes du dauphin. Comme le crime de la rue Vieille du Temple encore, celui-ci est un événement pivot de la guerre civile qui conduit les Bourguignons à s’allier avec les Anglais, qui ont repris avec succès l’offensive depuis 1415. Soumis à la domination bourguignonne, le roi Charles VI exhérède le dauphin Charles coupable d’un « dampnable et enorme crime » et ainsi jugé indigne de la succession au trône que le traité de Troyes (1420) fait passer à la dynastie anglaise des Lancastre : le royaume de France devient ainsi le dépendant d’une « double monarchie ». La guerre civile a clairement favorisé la domination anglaise comme le prévoyait Gerson et comme le regrettent de nombreux intellectuels « patriotes ». Désormais le « parti armagnac » est bien celui du dauphin puis du roi Charles, d’autant plus que Charles d’Orléans a été capturé par les Anglais à la bataille d’Azincourt (1415) ; tandis que Bourguignons et Anglais font cause commune, y compris dans les opérations militaires. Il faut attendre 1435 et l’ample « congrès » d’Arras, pour que, après diverses péripéties et rapprochements, dont l’intervention de Jeanne d’arc, qualifiée de « putain des Armagnacs », le fils de Jean sans Peur, Philippe le Bon se réconcilie avec celui qui soutint le meurtre de son père, Charles VII.

13C’est à cette date que les historiens arrêtent généralement leurs récits de la guerre civile. « France » et Bourgogne seraient désormais en paix, face aux Anglais. Il est souvent plus complexe que l’on ne croit de borner les événements, ici comme ailleurs. Les rivalités qui se poursuivent, certes dans un autre contexte, entre le duc de Bourgogne et le roi de France, Charles le Téméraire et Louis XI en particulier, s’inscrivent bien dans le prolongement de la guerre civile entamée presqu’un siècle plus tôt par la génération des grands (ou arrière-grands)-parents. Ces oppositions ont fait s’interroger les historiens sur la spécificité et les intentions des princes de Bourgogne qui étaient à la tête d’un espace de l’entre-deux, entre royaume de France et Empire. Les pratiques politiques spécifiques qu’induit la guerre civile ont été, on l’a dit, moins questionnées.

Divisions

  • 16 Morgane Gautier, Nicolas de Clamanges. Un humaniste face à la crise de l’Eglise et du royaume aux (...)

14« Consultez les annales, et vous y verrez que la plupart des États ont péri par les divisions intestines. C’est ce que Dieu, qui est la vérité même, vous apprend par ces paroles de l’Évangile : Tout royaume divisé en lui-même sera désolé. » Tel est le discours que le chroniqueur Michel Pintoin prête à l’ancien prévôt de Paris Guillaume de Tignonville, devant le duc de Berry et des Grands, en 1410 au moment où les camps « Armagnacs » et « Bourguignons » se structurent. La sentence des Évangiles de Luc et de Matthieu exprime l’un des fondements de l’ordre politique médiéval : la valorisation de l’unité et la dénonciation des divisions, surtout parmi les membres de la famille royale. Intellectuels et chroniqueurs ne cessent de dénoncer une division pitoyable – marquant plus ou moins les responsabilités, chargeant plus ou moins un camp ou l’autre – qui empêche la prospérité du royaume et conduit à la désolation. Les lettres de Nicolas de Clamanges abondent en termes forts pour dénoncer une « guerre intestine », une « guerre entre frères », entre « membres d’une même famille »16.

15Cette division conduit donc à l’affirmation de « partis » selon le terme des sources. Il convient à l’évidence de se méfier de la résonance contemporaine du mot et de ne pas charger, comme on le voit parfois dans l’historiographie, le parti armagnac ou bourguignon des caractéristiques d’un « parti politique » tant le contexte est autre, pas plus que d’un « programme ».

  • 17 Voir pour les princes d’Orléans, Elizabeth Gonzalez, Un Prince en son Hôtel. Les serviteurs des du (...)
  • 18 Emily J. Hutchison utilise, elle, le terme de « communauté (community) », la « communauté bourguig (...)
  • 19 Voir l’exemple de Toulouse, Ibid., notamment p. 467 et suiv.

16Comment, dès lors, comprendre ce terme de « parti » employé pour désigner les camps en présence, souvent aussi les regrettables divisions ? Un « parti » dans la guerre civile rassemble, contre l’adversaire, des Grands autour des figures majeures que sont les ducs de Bourgogne, d’Orléans, de Bernard d’Armagnac ou du dauphin Charles : aux alliances de sang et de parenté s’ajoutent des alliances plus éloignées et surtout des clientèles fidélisées par une combinaison de liens politiques, administratifs, géographiques et financiers (comme les pensions). Les ducs s’appuient sur leurs principautés et leurs hôtels notamment pour la mobilisation militaire17. Dans les villes, les notables sont des acteurs politiques d’autant plus importants qu’il y a concurrence entre les Princes du sang et là aussi des factions se forment, à Paris comme à Châlons ou Toulouse, recoupant aussi les rapports de force et les rivalités sociales antérieurs18. Ici, assurément la guerre civile politise autrement le monde urbain qui apprend à jouer des légitimités concurrentes, à négocier de délicats équilibres19. Les échanges entre villes, entre réseaux de villes, sur les enjeux politiques, dans leurs dimensions militaires ou rituelles, sont intenses.

  • 20 Cf. Werner Paravicini, Bernard Schnerb éds., Paris, capitale des ducs de Bourgogne, Ostfildern, Th (...)
  • 21 Catherine Vincent, Les confréries médiévales dans le royaume de France, Paris, Albin Michel, 1994, (...)

17La structuration des camps emprunte des formes préexistantes comme les confréries : ainsi sont fondées à Paris, Saint-Laurent pour les Armagnacs en l’église des Blancs-Manteaux (1414), et Saint-André pour les Bourguignons dans la paroisse Saint-Eustache (1418), celle de l’Hôtel d’Artois, que fréquente Jean sans Peur20, qui disent autant la maîtrise voulue de l’espace parisien que l’importance de la socialisation partisane21.

  • 22 Cf. Alain Demurger, « Guerre civile et changements du personnel administratif dans le royaume de F (...)
  • 23 Journal d’un bourgeois de Paris…, op. cit., p. 70.
  • 24 Jean-Pascal Foucher, « Le Bois de Vincennes du IXe au XVe siècle », in Vincennes aux origines de l (...)
  • 25 Pour Tours, David Rivaud, Les Villes et le roi. Les municipalités de Bourges, Poitiers et Tours et (...)

18Mais les « partis », au fur et à mesure que la guerre civile se développe, cherchent aussi à contrôler les officiers, et notamment les baillis et sénéchaux qui font l’objet à plusieurs reprises (1411, 1413) d’une épuration lorsque le gouvernement royal change de main22. Les offices se « politisent ». Si Jean sans Peur, duc de Bourgogne, donne en 1408 les offices « à ceulx qui lui plaisoit », le Bourgeois de Paris peut écrire en 1413 : « il ne demeura oncques nul officier du roi que le duc de Bourgogne eust ordonné, qui ne fut ôté ni déposé »23. Les mutations peuvent être plus limitées : ainsi lorsque Jean sans Peur rentre à Amiens en 1417, il remplace le bailli armagnac par un homme à lui, David de Brimeu. Le concierge du Bois de Vincennes, poste politique dans un centre politique, change en fonction des enjeux. Le Cabochien Jean de Goix est ainsi demis en août 1413 mais il revient en 1418, lorsque les Bourguignons reprennent le pouvoir à Paris24. Les changements d’allégeance politique dans les villes se marquent par des fuites et des expulsions du camp minoritaire25.

  • 26 Selon Simona Slanicka, la connotation est plus systématiquement négative pour « Armagnac », Krieg… (...)
  • 27 Voir les exemples in Nicolas Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge, Paris, Odile Jacob, 2007, p.  (...)
  • 28 Pour ce registre de la traîtrise dans les insultes chez le Religieux, cf. Bernard Guenée, L’opinio (...)
  • 29 Ibid., IV, 724-725. Voir aussi Thomas BASIN, Histoire de Charles VII, I, C. Samaran éd., Paris, Le (...)
  • 30 Sylvette Guilbert éd., Registre de délibérations du Conseil de Ville de Châlons-en-Champagne (1417 (...)
  • 31 VI, 322-323. Voir aussi p. 88-89.

19Ces partis sont identifiés par les noms bien connus d’« Armagnacs » et « Bourguignons », termes qui s’opposent dès les années 1410, mais on évoquait aussi les Orléans ou les Orléanais pour désigner les premiers. Lorsque le dauphin Charles devient la figure centrale d’opposition aux Bourguignons puis aux Anglo-Bourguignons, les sources parlent d’un parti dauphinois ou royal. Parfois les termes s’additionnent ou se mélangent. Le traité de Troyes condamne ainsi « la partie vulgairement appelée du Daulphin et d’Armignac ». Mais ces appellations sont bien souvent employées avec connotation, comme le montre l’injure – « Putain des Armagnacs » – lancée à Jeanne d’Arc26. Les traités de paix qui se succèdent à partir de 1412 interdisent aux partis, censés être réconciliés, de se traiter d’« Armagnac » ou de « Bourguignon », considérés ainsi comme des expressions dépréciatives, « parolles injurieuses ou blâmables » dit-on au moment de la paix d’Arras de 1414, synonymes de division et de déloyauté27. D’ailleurs le terme de traître est souvent associé à celui d’un parti (« sanglant traitre Armagnac »)28. Michel Pintoin, le religieux de Saint-Denis, rapporte que ces injures étaient considérées comme les plus terribles (summa injuria)29. Il ne s’agit pas seulement de discours normatifs destinés à construire l’ordre idéal. Dans les villes, ces insultes peuvent être prises très au sérieux, selon les enjeux, et les insulteurs risquent alors bien des soucis30. La question reste ouverte du degré de « politisation » dont témoignent ces injures. Claude Gauvard, à partir des lettres de rémission, le juge limité. On peut aussi souligner qu’elles participent de la politisation du langage, sans préjuger de la charge exacte donnée par ceux qui les emploient. Le Religieux de Saint-Denis note ainsi avec désolation, que l’on s’invective partout dans le Royaume « Tu Burgundus et duci Burgundie, et tu domino dalfino et Armeniacis faves »31. Son écriture est certes très normée, et l’on ne peut la suivre comme une description ethnographique des rivalités politiques, mais la remarque demeure significative d’une certaine extension de l’usage de ces stigmatisations partisanes.

  • 32 Comme en témoigne aussi la littérature politique, cf. Le Pastoralet, Joël Blanchard éd., Paris/Rou (...)
  • 33 Bertrand Schnerb, « La Croix de Saint-André, ensaigne congnoissable des Bourguignons », in Denise (...)
  • 34 Emily J. Hutchison, « Partisan identity… », art. cit., p. 272, 273, Simona Slanicka, Krieg…, op. c (...)
  • 35 Simona Slanicka, Krieg…, op. cit., p. 22, 24-25, 237-239, 305 n. 151.

20Les partisans sont également identifiés par des signes visuels dont Simona Slanicka a souligné l’importance dans la structuration des représentations de la lutte32. Les uns et les autres portent ou utilisent vêtements ou emblèmes, les devises, de leur camp ou de leur prince, sous différentes formes et sur différents supports, telles le rabot ou le niveau pour Jean sans Peur et les siens, et plus largement les bandes blanches des Armagnacs et la croix de Saint-André devenue symbole bourguignon, adoptée par le duc à partir de 140833. Les Anglais, qui rentrent dans la compétition politique du royaume, en particulier après 1415, ont pour emblème la croix rouge. Les changements d’allégeance ou de domination se marquent ainsi par le changement des signes portés ou exhibés comme à Paris en 1413, lorsque reviennent les Armagnacs : les devises et emblèmes bourguignons sont enlevés ou couverts, « et firent crier parmi Paris que chacun portât la bande » (1414, Le Bourgeois de Paris)34. Ces outils politiques ont l’avantage d’une grande malléabilité, dans une période où leur usage se diversifie et se multiplie. Ils permettent aussi de tracer des frontières plus nettes que ne le sont les engagements des uns et des autres, ou de colorer l’absence même d’engagement dans les villes35.

  • 36 In G. Besse, Recueil de diverses pièces servant à l’histoire du roy Charles VI, Paris, A. de Somma (...)
  • 37 Analyse de l’épisode, Simona Slanicka, Krieg…, op. cit, p. 306-308.
  • 38 Alain Boureau, Le Simple corps du roi. L’impossible sacralité des souverains français, XVe-XVIIIe (...)
  • 39 Cf. Journal d’un bourgeois de Paris…, op. cit., p. 37, 38, 41.

21Ces signes deviennent ceux de la division, et la dénonciation de la guerre civile passe aussi par la dénonciation des signes qui la marquent. En 1412, le Religieux de Saint-Denis rapporte avec distance que des partisans du duc de Berry sont venus auprès du roi, après les négociations de Bourges, en conservant leurs bandes blanches, signe de leur parti, y compris le duc lui-même lorsqu’il entre sous la tente du roi. Une lettre du Dauphin adressée aux villes s’indigne que ses adversaires « refrechirent et renouvelerent l’enseigne du Saultoir qu’ils ont porté contre Mons. et nous à cause de lad. division » (1419)36. De même les signes servent à stigmatiser dans la mort puisqu’en 1418, lorsque les Armagnacs sont massacrés en juin, leurs corps sont lacérés sous forme de la bande blanche37. Le corps, « le corps singulier », dans son individualité est alors saisi par la politique. Évoquant la proximité des bouchers et des Bourguignons, Alain Boureau écrit ainsi : « La politique parisienne du début du XVe siècle se dit en termes de dépècement et de découpage38. » Signes et mots comme souvent ne se séparent pas et les Armagnacs sont aussi qualifiés comme « ceux de la bande » ou « les bandés »39. On reverra l’usage des signes dans l’extension politique du conflit.

  • 40 Voir Bertrand Schnerb, L’État bourguignon, Paris, Perrin/Tempus, 2005 [1e éd. 1999], p. 165-166, B (...)

22Les « partis » de la guerre civile rassemblent donc des clientèles et des hommes, certains pour un temps limité, labellisés par un terme, certes malléable, mais ont-ils pour autant un « programme » ? Comme celui de parti, le terme, retenu par l’historiographie n’est pas sans poser question parce qu’il conduit à l’idée que l’affrontement était celui de deux politiques. En général, on oppose le souci Orléans d’établir une fiscalité consistante, par les aides, au service d’une monarchie efficace, au discours réformateur des ducs de Bourgogne, défenseurs des « libertés », dénonciateurs de l’oppression fiscale, soucieux de gouverner avec les états40. À ce débat s’ajoutent des positions différentes, et qui évoluent, dans la lutte contre les Anglais ou pour la résolution du schisme qui divise l’Occident depuis 1378. Il faut sans doute relativiser une telle vision des choses pour chercher à comprendre comment les discours des deux camps s’insèrent dans tout un ensemble de pratiques que la guerre civile contribue à développer, offrant par là un laboratoire tout à fait passionnant à l’historien pour saisir les formes du politique au Moyen Âge tardif.

Un espace public du conflit ?

  • 41 Voir, pour les remises en cause, Michel Offerlé, « Capacités… », I, art. cit., p. 132, 138-139, II (...)
  • 42 Ibid., p. 156 qui note que la politisation « peut être débusquée dans l’interaction avec les autor (...)

23Ce qui fait la spécificité de l’affrontement ne tient pas tant aux opérations militaires (sièges, escarmouches, combats) qu’à la lutte politique pour la domination de l’espace public avec une intensité nouvelle. Contrairement à une vision aujourd’hui dépassée d’un espace public inexistant au Moyen Âge ou réduit au déploiement des rois et des princes devant des sujets passifs, la guerre civile montre les incessants échanges entre les protagonistes et ceux qu’ils veulent rallier à leur cause. Est-ce à dire que l’on puisse parler d’une « opinion publique » ? Le terme est assurément trop englobant et trop collectif pour être d’une grande utilité. En revanche il y a bien un pouvoir à négocier, des publics critiques à conquérir : les notables des villes comme les officiers, qui ne sont pas toujours impliqués dans la querelle. Il y a bien « politisations », non pas sans doute, conçue à l’ancienne, comme la diffusion, par en haut, d’idées ou de pratiques politiques41, mais plutôt par différentes modalités d’implication. Certaines relèvent de choix clairs, partisans. D’autres de stratégies locales de temps long, notamment pour protéger les traditions de la ville. D’autres encore répondent à la contrainte exercée par les princes et leurs hommes. Il ne faut pas sous-estimer, non plus, les implications dans l’interaction, lorsqu’à l’arrivée de troupes, de messagers ou d’envoyés des princes, il convient de négocier dans l’instant, gérer des rapports de force, ajuster les positions42.

  • 43 Simona Slanicka, Krieg…, op. cit.
  • 44 Emily J. Hutchison, « Partisan identity… », art. cit., p. 266.
  • 45 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI…, Denis Godefroy éd., Paris, Imprimerie royale, 16 (...)
  • 46 Philippe Contamine, « Vive la croix gente… », art. cit., p. 31.

24La domination de l’espace public passe par l’affirmation visuelle de la puissance partisane. Ainsi a-t-on pu parler d’une « guerre des signes »43. Ces marques d’appartenance ou de reconnaissance, évoquées plus haut, naturellement apposées sur différents types de cadeaux offerts à l’entourage et à la clientèle des grands, se répandent aussi dans les villes44, comme à Pontoise ou Senlis en 141745. Dans les régions sous domination anglaise, le port de la croix rouge est signe de soumission ou de ralliement. Le port en est aussi imposé46. Devises et emblèmes sont désormais portés bien au-delà de la noblesse ou d’un contexte militaire.

  • 47 Voir aussi sur ces enjeux, Ibid., p. 29-34 en particulier.
  • 48 Journal d’un Bourgeois de Paris…, op. cit., p. 40.
  • 49 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, Louis Douët-d’Arcq éd., Paris, SHF, 1857-1862, t. III, p. 21.
  • 50 Journal d’un Bourgeois de Paris…, op. cit., p. 110-111, Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charl (...)
  • 51 À Troyes en 1431, certains habitants décousent la croix droite à l’approche des Bourguignons. Le c (...)
  • 52 Le Religieux de Saint-Denis, V, 446-447. Comme le note à juste titre Simona Slanicka, s’appuyant s (...)

25À plusieurs reprises, le Bourgeois de Paris souligne que le port de l’insigne d’un « parti » est à la fois le signe de sa présence et de sa puissance, mais aussi de la menace potentielle pour ceux qui ne le porteraient pas47. Ainsi en 1411, aurait-on vu à Paris 100 000 personnes – un chiffre qu’il ne faut pas prendre pour argent comptant – qui portaient la Croix de Saint-André avec un écu à fleur de Lys. Nul ne pouvait sortir de la ville sans l’arborer48. Après la reddition de Bapaume, en 1414, il est commandé que tous ceux qui viennent dans l’ost du roi portent la croix droite royale ou la bande armagnac49. En 1418, à nouveau, lorsque les Bourguignons rentrent dans Paris, la Croix de Saint-André est portée par tous50. Selon les menaces, les changements de domination, les signes sont cousus ou décousus51. Le Religieux de Saint-Denis raconte qu’après la paix d’Arras (1414), un téméraire arracha une bande blanche armagnaque dans l’église Saint-Eustache et la mit en pièces52.

  • 53 Sur cette importance du cri, et ses différents usages, notamment identitaires, dans la politique m (...)
  • 54 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI… op. cit., p. 336. Pour 1418, cf. S. Slanicka, Kri (...)
  • 55 D. Lett, N. Offenstadt éds., Haro !…, op. cit., N. Offenstadt, Faire la paix, op. cit., IVe partie

26Les mots d’ordre et cris de ralliement (« Vive Bourgogne ! ») servent aussi à affirmer la force et l’identité des camps en lutte53, parfois en lien avec les signes matériels : « Les villes de Rheims, Chaalons, Troyes et Auxerre à grant ioye se mirent en l’obéyssance du Duc de Bourgongne et prirent la croix de Sainct André, en disant, Vive Bourgongne54. » La gestion des cris et des acclamations, parfois maîtrisée très subtilement par les pouvoirs, s’inscrit dans l’ensemble des pratiques politiques renouvelées par la guerre civile55.

  • 56 Pièce en forme de croix de Saint-André. Lettre d’un conseiller bourguignon, 4 septembre 1414, in J (...)
  • 57 Le livre des trahisons de France in : Chroniques relatives à l’histoire de la Belgique sous la dom (...)

27Aussi, lorsque l’on veut souligner l’unité contre la division, faut-il faire disparaître ces signes partisans. Après l’accord devant Arras (septembre 1414), le dauphin Louis de Guyenne ordonne que l’on enlève les attributs de parti : il « fist commandez que chascun ostat sa bande et le saultoir56 ». De même après les négociations de l’été 1419, Jean sans Peur fait porter à ses gens « la croix droitte » de France, et les Bourguignons « se misrent par bon accord aveuc aultres compaignies de Franchois, et allèrent lever ung siège qu’Englès tenoient devant Saint-Martin-le-Gaillard »57.

  • 58 Nicolas Offenstadt, « Les crieurs publics à la fin du Moyen Âge. Enjeux d’une recherche », Claire (...)

28Plus encore, le dynamisme de l’espace public se saisit par la multiplicité des formes d’intervention des « partis » pour défendre leur cause, justifier leurs actions – justification parfois complexe lorsqu’il s’agit des deux assassinats – et affirmer leur fidélité aux grandes valeurs du pouvoir médiéval : la loyauté au roi, le souci de paix et de justice. Ainsi se multiplient les libelles, les affichages et les envois de lettres au nom du prince, parfois sous couvert du roi. Chevaucheurs, sergents, crieurs et prédicateurs se font les relais de la parole princière58. L’enjeu, en particulier, est de s’assurer des appuis dans les villes. Les lettres qui leur sont adressées se multiplient lorsque le conflit s’aiguise.

  • 59 Cf. Claude Gauvard, « Rumeur et stéréotypes à la fin du Moyen Âge », et C. Beaune, « La rumeur dan (...)
  • 60 Expression de Bernard Guenée, La Folie…, op. cit., p. 246.
  • 61 Colette Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004, p. 341-342, Bernard Guenée, La Folie…, op. cit. (...)
  • 62 Geste des nobles françois, [Fragments] Vallet de Viriville éd., Chronique de la Pucelle…, Paris, A (...)
  • 63 Journal de Nicolas de Baye, Greffier du parlement de Paris, 1400-1417, A. Tuetey éd., Paris, SHF, (...)
  • 64 Cf. Arlette Farge, Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1992, 316 (...)
  • 65 Arlette Farge, Dire et mal dire…, op. cit., p. 289.
  • 66 Xavier Nadrigny, Information…, I, p. 270 et suiv.

29La gestion des rumeurs est d’importance ; sans entrer ici sur les définitions possibles de la rumeur médiévale, on l’entendra a minima comme la circulation publique d’informations anonymes59. « Guerre des signes », la guerre civile est aussi une « guerre des rumeurs »60 qui touchent tant à la personnalité même des grands qu’aux actes qu’on prête à un parti ou à un autre. Les accusations en rapport avec des pratiques magiques, touchant à des empoisonnements (en particulier des dauphins Louis de Guyenne et Jean de Touraine par les Armagnacs), voire au lien avec le diable se diffusent également61. Ces « rumeurs » sortent du cadre de la cour pour circuler dans un espace élargi. La Geste des nobles françois raconte que Philippe le Hardi « pour mectre les cuers du peuple contre eulx, fist semer par cayemans (des mendiants) et par tavernes faulses mensonges de la royne et du duc d’Orléans son frère »62. Jean sans Peur à son tour mène cette guerre de la rumeur. En 1411, le duc de Berry se plaint de « malx parleurs » qui racontent qu’il déteste les Parisiens et leur veut du mal63. Si la rumeur est ici un instrument de lutte, qui part souvent du haut, elle participe aussi de l’implication politique des populations : jouer de la rumeur, l’écouter, la véhiculer est une manière de former un lien politique, de s’autoriser aussi une appréhension des événements64. D’autant que, comme l’a noté Arlette Farge pour l’Ancien Régime, « la curiosité publique n’est pas un trait de caractère, mais un acte qui fait entrer chacun en politique »65 et nombreux sont les témoignages de ces curiosités, pour les négociations diplomatiques en cours ou pour savoir ce qu’il en est, à Toulouse par exemple, des aventures de la Pucelle66.

  • 67 Cf. Colette Beaune, « La rumeur… », art. cit., p. 200-201, Journal d’un Bourgeois…, op. cit., p. 1 (...)

30Les rumeurs s’entremêlent aussi avec l’espace visuel partisan, celui des signes comme en témoignent les bruits qui circulent en 1418. Les Armagnacs auraient prévu de tuer sans merci à Paris, mais pour reconnaître ceux qui échapperaient au massacre, ils auraient fait fabriquer des écussons noirs à croix rouge, la couleur du diable et celle de l’Angleterre conjuguée, afin de les apposer sur les maisons. Les rumeurs liées à cet épisode se diffusent pendant des semaines alors même que les Bourguignons sont entrés dans la ville67. Elles justifient les massacres par les Bourguignons. Le même type de rumeur court à Soissons pendant l’été 1418.

  • 68 Les mendiants sont également employés par les villes à des missions d’informations, Cf. Julien Bri (...)
  • 69 Voir pour Tours en 1418, David Rivaud, Les Villes…, op. cit., p. 28.
  • 70 Voir la formulation d’une chronique, celle de Pierre de Fenin, Mémoires, E. Dupont éd., Paris, SHF (...)

31Au-delà de ces bruits courts, il est des paroles plus argumentatives portées par les partis, notamment sous formes de lettres patentes, affichées ou lues en place publique, parfois diffusées avec le soutien de prédicateurs68. Elles prennent aussi, dans l’action, la forme de promesses concrètes, en matière fiscale par exemple69. Ce qui fait notamment la spécificité de la guerre civile en la matière tient dans l’intensité très forte de cette circulation. Les lectures en place publique, qui se multiplient, déploient ainsi le discours des partis aux auditeurs parfois nombreux70.

  • 71 Journal de Nicolas de Baye…, op. cit., II, p. 288.
  • 72 Voir le Religieux de Saint-Denis, III, II, 375, les lettres patentes contenant le récit de l’émeut (...)
  • 73 Enguerrand de Monstrelet, op. cit., II, p. 434.
  • 74 Cf. Richard Vaughan, John the Fearless, Londres, Longmans, 1966 p. 196. Voir la réponse armagnaque (...)
  • 75 Benoît Léthenet, Pratiques politiques…, op. cit. Cf. Clément de Fauquembergue, Journal…, I, Librai (...)

32À Paris, des poèmes ou des libelles contre Louis d’Orléans sont affichés aux portes des églises et des maisons71. À mesure que le conflit s’intensifie, les affichages se font plus importants, après la crise cabochienne ou à la suite du meurtre de Montereau72. En 1414, Jean sans Peur fait afficher par ses hommes de main à Paris des lettres de justification (datées du 11 février) à Notre-Dame, au Palais Royal et en divers lieux publics73. Certains textes sont mêmes fixés à des flèches, d’autres laissés à la porte Saint-Antoine74. Dans l’espace public des villes du royaume, l’affiche est aussi un moyen de la compétition politique, à Rouen comme à Mâcon où les lettres du duc de Bourgogne de 1417 sont « plaquées et affichées à toutes les portes des eglises et en pleuseurs autres lieux les plus publiques de ceste ville tellement qu’elle sont bien publiées et que chascun a bien sceu et scet le contenu en icelles »75.

  • 76 AC Laon, CC 390, quittance du 31 mai 1413. L’ensemble du voyage dure dix jours.
  • 77 Lettre adressée de Troyes à la duchesse de Bourgogne Marguerite de Bavière par Jean Fraignot, rece (...)
  • 78 Travaux en cours de Benoit Léthenet sur Mâcon cités.

33Plus souvent sans doute, les lettres des princes sont lues devant les corps municipaux ou en place publique par les sergents et crieurs ; parfois les Grands s’adjoignent l’aide de religieux, professionnels de la parole. Loin d’un simple déploiement de la parole du pouvoir, le contexte est souvent tendu, l’exercice de la parole incertain, d’autant que les villes connaissent parfois des divergences en leur sein. Elles se renseignent, s’informent, évaluent les questions, négocient. Laon envoie ainsi deux hommes pour mesurer les enjeux parisiens lors de la crise cabochienne, recueillir « oppinion et advis » pour savoir que faire des lettres reçues de la ville émeutière76. À Troyes, en 1417, les envoyés bourguignons doivent imposer la lecture des lettres de Hesdin, qu’ils veulent « faire lire et publier devant ledit peuple », contre le bailli de Troyes en prenant appui sur des habitants de la ville77. De même la ville de Mâcon refuse d’abord de procéder à la publication78.

  • 79 Bernard Guenée, L’Opinion…, op. cit., p. 193-195.
  • 80 L. Mirot, « Lettres closes de Charles VI conservées aux archives de Reims et Tournai », Le Moyen  (...)
  • 81 Bernard Guenée, « Les campagnes de lettres qui ont suivi le meurtre de Jean sans peur, duc de Bour (...)
  • 82 Voir, entre autres, pour 1413, AN, J 877, no 5, Ordonnances des roys de France de la troisième rac (...)
  • 83 Voir par exemple les lettres de Jean sans Peur au début de l’année 1414, autour du conflit pour le (...)
  • 84 Lettre de par le roi aux habitants de Reims en réponse aux lettres du duc de Bourgogne, 14 mai 141 (...)
  • 85 Comme Châlons en 1419, Cf. Cf. Julien Briand, « Foi, politique… », art. cit., p. 85.

34Dès 1411, le « manifeste » de Jargeau qui définit les positions des enfants d’Orléans est ainsi largement diffusé79. En avril 1417, le duc de Bourgogne envoie ses lettres de justification (le « manifeste de Hesdin »), aux villes du Royaume. En juin 1417, la chancellerie bourguignonne fait encore circuler des copies de lettres patentes « touchans le bien et prouffit du Royaume » dans différentes bonnes villes du royaume, remises à des religieux « tant jacobins comme autres pour les porter en plusieurs marchés pour illec les monstrer et publier »80. Dans les moments de fortes tensions, à la fin de la crise « cabochienne » (1413), en 1418 ou encore fin 1419 après le meurtre de Montereau81, les textes de justifications se multiplient, sous diverses formes, lettres d’explications ou ordonnances de paix82. Ces écrits donnent lieu à des lectures et publications devant un public plus ou moins nombreux selon les enjeux et les circonstances. Elles rappellent à chaque fois aux populations, les valeurs du bon gouvernement médiéval, le souci de la chose publique, du relèvement des sujets, de la paix et de la justice, et désignent l’adversaire comme celui qui les piétine. Souvent, les lettres des uns amènent le parti adverse à produire des contre-lettres qui portent les mêmes valeurs en délégitimant les premières. Il faut aussi dénoncer les paroles publiques qui sont prononcées contre soi, « en prédications et collacions publiques » (1413), faire de l’autre un perturbateur de paix83, prévenir les sujets qu’ils risquent d’être trompés, « deceus, si vous n’estiez informez de la verité des besongnes » (1417 après les lettres d’Hesdin)84. Certaines villes prennent des mesures de contrôle des prédicateurs85.

35À un premier niveau, l’auditoire peut se restreindre au corps municipal que l’on veut informer, conquérir ou menacer ; à un second niveau, il peut s’étendre à de plus larges assemblées urbaines, voire à des assemblées provinciales ; à un troisième niveau d’extension de la parole, toutes les populations sont prises à parti fictivement (car évidemment tous les sujets ne peuvent écouter les cris publics) au moyen de tournées de publication.

  • 86 Sur ces questions nous renvoyons, notamment pour des exemples précis à Nicolas Offenstadt, Faire l (...)
  • 87 Exemples Ibid., p. 252-253, 312, Le Religieux de Saint-Denis, IV, 552-553.
  • 88 Pour le manifeste de Hesdin, voir les travaux de Benoit Léthenet, notamment « La pratique du serme (...)

36On comprend ainsi combien un flot de paroles politiques lu et porté par les envoyés des princes, les sergents et crieurs publics s’est déversé, pendant des années, sur les sujets du royaume dans la compétition justificatrice des « partis » en lutte86. Mais l’image du flot, qui illustre bien l’intensité des choses, risque de figer une vision habermassienne de l’espace public : la parole princière se déploierait devant une foule passive, soucieuse surtout de ne pas s’impliquer outre-mesure dans les affaires des grands. On l’a dit, les clivages politiques et sociaux, la multiplicité des assemblées et réunions, les tensions récurrentes rendent cette présentation bien insuffisante. S’il est difficile de cerner les réactions aux publications mêmes, nombreux sont les exemples de tensions autour de ces proclamations publiques, passées, présentes ou à venir, de publics actifs à la réception des textes royaux ou princiers87. Par ailleurs, à plusieurs reprises, les princes ou le roi demandent aux villes de signifier leur adhésion ou leur allégeance, notamment par le serment, au « manifeste » d’Hesdin (1417) ou au Traité de Troyes (en 1420 et longtemps après encore) toujours après des lectures publiques de ces lettres ou traités, ce qui occasionne débats, stratégies parfois très fines de négociations, manœuvres dilatoires ou refus88. C’est aussi l’occasion de nombreux déploiement rituels.

37Certains contemporains savent assurément entendre les jeux de parole des grands en lutte, comme en témoigne le Bourgeois de Paris qui note en 1429 dans son journal : « Le duc de Bourgogne fit crier, comme une manière d’apaiser gens simples, que si on voyait que les Armagnacs venaient assaillir Paris, qu’on se defendît le mieux qu’on pourrait, et laissa sans garnison la ville de Paris. »

  • 89 Nous ne reprenons pas ici les développements de notre ouvrage, ibid.

38Les déploiements rituels, en particulier lors des nombreuses cérémonies de réconciliation qui ponctuèrent les rivalités des princes depuis leur début mêmes, s’inscrivent aussi dans cet espace public si actif où gestes et paroles s’entremêlent pour dire l’ordre des choses, que l’on sait pourtant bafoué89.

*

  • 90 Voir sur cet aspect, Bernard Guenée, La Folie…, op. cit., p. 250 et suiv.

39On a souvent souligné que, malgré, ou en lien avec la guerre civile, le pouvoir royal, en se détachant de la personne malade du roi90, en développant son administration, au-delà des contingences politiques s’était affermi, pointant vers l’État moderne. Cette perspective téléologique, utile en certains aspects, risque cependant de masquer un usage intensif de multiples pratiques politiques, non pas seulement tournées vers les lettrés comme le sont les pamphlets et les traités, mais vers un public dont le ralliement est perçu comme tout aussi nécessaire qu’incertain. Les protagonistes de la guerre civile ne préparaient pas Versailles, mais ils ont produit leurs propres actions politiques en mêlant à la guerre des armes, une guerre de mots et de gestes. Les différents registres (visuel, sonore, discursif, scripturaire) s’entremêlaient et s’articulaient souvent dans l’action : les bruits et les signes, les cris et les devises, les publications et les acclamations, les gestes et les sons, les cris et l’écrit…

40Le résultat n’en est pas une politisation conçue comme l’adhésion de chacun à une position politique, à un prince. Les villes en particulier cherchaient souvent, plus que l’engagement, à maintenir leurs coutumes et privilèges, leurs équilibres, d’un camp à l’autre, en fonction des rapports de force. Mais assurément, ces manières de négociations témoignent d’une saisie accrue des enjeux politiques par des sujets soumis aux contraintes d’un espace public agonistique.

Notes

1 Jürgen Habermas, L’Espace public, Paris, Payot, 1993. Nous adressons tous nos remerciements à Claude Gauvard, Benoit Léthenet, Xavier Nadrigny et Simona Slanicka qui ont bien voulu relire et discuter ce texte.

2 Jean-Philippe Genet, La genèse de l’État moderne. Culture et société politique en Angleterre, Paris, PUF, 2003, p. 17, 36, voir aussi Id., « La genèse de l’État moderne. Les enjeux d’un programme de recherches », in Actes de la recherche en sciences sociales, 118 (1997), p. 3-18.

3 Sur ces enjeux, voir Nicolas Offenstadt, « “L’histoire politique” de la fin du Moyen Âge. Quelques discussions », in Être historien du Moyen Âge au XXIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008, p. 179-198.

4 Bernard Guenée, « État et nation en France au Moyen Âge », Revue historique, 1967, p. 28.

5 Pour un bilan récent, cf. Michel Offerlé, « Capacités politiques et politisations : faire voter et voter, XIXe-XXe siècles », I, Genèses, 67, juin 2007, p. 131-149, II, Genèses, 68, septembre 2007, pp. 145-160.

6 Sur ces questions, voir la synthèse récente de Claude Gauvard « Qu’est-ce que l’opinion avant l’invention de l’imprimerie ? », in L’Opinion. Information, rumeur, propagande (Les Rendez-vous de l’Histoire, Blois, 2007), s. l., Éditions Pleins feux, 2008, pp. 21-59.

7 Simona Slanicka, Krieg der Zeichen. Die visuelle Politik Johanns ohne Furcht und der armagnakischburgundische Bürgerkrieg, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 2002, p. 25.

8 Voir sur cet aspect, Patrick Boucheron, « L’Affaire Boniface VIII », in Luc Boltanski et alii, Affaires, scandales et grandes causes, Paris, Stock, 2007, p. 107-131, en particulier, p. 120-122.

9 Pour un état de la question, cf. Julien Théry, « Contre-enquête sur un procès », L’histoire, 323, 2007, p. 40-47, et « La construction de l’opinion publique lors du procès des templiers », Programme ANR Conflipol, colloque de l’Université du Maine, Conflits et opinion(s), XIIIe-XIXe siècle, mai 2009, à paraître, sur la publicisation des « crimes de majesté », cf. Jacques Chiffoleau, « Le Crime de Majesté. La politique et l’extraordinaire. Note sur les collections érudites de procès de lèse-majesté du XVIIe siècle français et sur leurs exemples médiévaux » in Yves-Marie Bercé dir., Les procès politiques (XIVe-XVIIe siècles), Rome, EFR, 2007, p. 635 et suiv., 640-641 notamment pour les Templiers.

10 Voir aussi pour l’usage de signes politiques par les populations durant la campagne de Charles VI contre les Flamands en 1382, Philippe Contamine, « “Vive la croix gente, blanche et hautaine du beau jardin des nobles fleurs de lis”. La croix droite blanche de France au XVe et au début du XVIe siècle », in D. Turrel et alii éds., Signes et couleurs des identités politiques, du Moyen Âge à nos jours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 29.

11 Jean Gerson, « Veniat pax », in Œuvres complètes, VII : « L’œuvre française. Sermons et discours », Paris, Desclée, 1968, p. 1116. Pour la datation du texte, Bernard Guenée, Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembre 1407, Paris, Gallimard, 1992, p. 217-218.

12 Voir Bernard Guenée, La folie de Charles VI, roi bien-aimé, Paris, Perrin, 2004, notamment p. 199 et suiv. pour l’évolution chronologique de la maladie et l’implication pour le gouvernement du royaume.

13 Nicole Pons, « Information et rumeurs : quelques points de vue sur des événements de la Guerre civile en France (1407-1420) », Revue historique, 602, 1997, p. 410.

14 Cf. l’exemple de Laon, Jean-Christophe Dumain, « Fortifications et organisation défensive à Laon au temps de Charles VI », L’Aisne envahie, Fédération des Sociétés d’histoire et d’archéologie de l’Aisne, Mémoires LII, 2007, pp. 57-89.

15 Le précédent, Jean de Touraine est mort en 1417.

16 Morgane Gautier, Nicolas de Clamanges. Un humaniste face à la crise de l’Eglise et du royaume aux XIVe et XVe siècles, Mémoire de Master I, Université de Paris I, 2008, 2 vols., 158, 118 p., ici p. 97 et suiv.

17 Voir pour les princes d’Orléans, Elizabeth Gonzalez, Un Prince en son Hôtel. Les serviteurs des ducs d’Orléans au XVe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 314 et suiv.

18 Emily J. Hutchison utilise, elle, le terme de « communauté (community) », la « communauté bourguignonne », incluant les grands comme les villes, « Partisan Identity in the French civil war, 1405-1418 : reconsidering the evidence on livery badges », Journal of Medieval History, 33, 2007, pp. 250-274, voir aussi S. Slanicka, Krieg…, op. cit. p. 42. Pour Toulouse, Xavier Nadrigny, Information et espace public à Toulouse à la fin du Moyen Âge (v. 1330-1444), thèse de doctorat sous la direction de Claude Gauvard, Université de Paris I, 2006, II vols., notamment p. 305 et suiv., 439, 467.

19 Voir l’exemple de Toulouse, Ibid., notamment p. 467 et suiv.

20 Cf. Werner Paravicini, Bernard Schnerb éds., Paris, capitale des ducs de Bourgogne, Ostfildern, Thorbecke, 2007, 496 p., notamment p. 185 et suiv., 197-198.

21 Catherine Vincent, Les confréries médiévales dans le royaume de France, Paris, Albin Michel, 1994, p. 169-170, Journal d’un bourgeois de Paris de 1405 à 1449, texte original et intégral présenté et commenté par Colette Beaune, Paris, Le Livre de Poche, 1990, p. 79, 114.

22 Cf. Alain Demurger, « Guerre civile et changements du personnel administratif dans le royaume de France de 1400 à 1418 : l’exemple des baillis et des sénéchaux », dans Francia, 6, 1978, p. 151-298.

23 Journal d’un bourgeois de Paris…, op. cit., p. 70.

24 Jean-Pascal Foucher, « Le Bois de Vincennes du IXe au XVe siècle », in Vincennes aux origines de l’État moderne, Paris, Presses de l’Ecole Normale Supérieure, 1996, p. 40 et suiv.

25 Pour Tours, David Rivaud, Les Villes et le roi. Les municipalités de Bourges, Poitiers et Tours et l’émergence de l’Etat moderne (v. 1440-v. 1560), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, p. 29. Pour Mâcon, thèse en cours de Benoît Léthenet, Pratiques politiques dans les villes de France. L’exemple de Mâcon (1389-1435) sous la direction de M. Georges Bischoff, Université de Strasbourg II.

26 Selon Simona Slanicka, la connotation est plus systématiquement négative pour « Armagnac », Krieg…, op. cit., p. 258. n. 65.

27 Voir les exemples in Nicolas Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge, Paris, Odile Jacob, 2007, p. 57-58.

28 Pour ce registre de la traîtrise dans les insultes chez le Religieux, cf. Bernard Guenée, L’opinion publique à la fin du Moyen Âge, Paris, Perrin, 2002, p. 201. Cf. Chronique du religieux de Saint-Denys, contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422, éd. et trad. M. L. Bellaguet, reprint en trois volumes, CTHS, 1994, IV, p. 446-447 : « Les partisans du duc d’Orléans appelaient Bourguignons ceux du parti contraire, qui les traitaient d’Armagnacs, et chacun d’eux se tenait pour cruellement offensé de ces dénominations qui impliquaient le reproche de trahison (quod valde vituperabile quisque reputaret, cum prodicionem sonaret) » (1411).

29 Ibid., IV, 724-725. Voir aussi Thomas BASIN, Histoire de Charles VII, I, C. Samaran éd., Paris, Les Belles Lettres, 1933, p. 22-23.

30 Sylvette Guilbert éd., Registre de délibérations du Conseil de Ville de Châlons-en-Champagne (1417-1421), Châlons-en-Champagne, Archives municipales de Châlons-en-Champagne, 2001, p. 4., Claude Gauvard, « De Grace Especial », Crime, État et Société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991, p. 729-730, Nicole Gonthier, « “Sanglant Coupaul !” “Orde Ribaude !”. Les injures au Moyen Âge, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, p. 29, 37, (ces deux dernières références aussi pour les expressions de traîtrise citées) et Peter LEWIS, La France à la fin du Moyen Âge, Paris, Hachette, 1977, p. 104.

31 VI, 322-323. Voir aussi p. 88-89.

32 Comme en témoigne aussi la littérature politique, cf. Le Pastoralet, Joël Blanchard éd., Paris/Rouen, PUF/Publications de l’Université de Rouen, 1983, p. 265. Tout cet aspect est traité en détail par Simona Slanicka, en partie dans son chapitre V. Ici en particulier, p. 300, 307.

33 Bertrand Schnerb, « La Croix de Saint-André, ensaigne congnoissable des Bourguignons », in Denise Turrel et alii éds., Signes…, op. cit., pp. 45-55, qui souligne son usage militaire d’abord. Pour la discussion sur l’extension de l’usage des devises princières par rapport aux signes plus généraux que sont devenues la bande et la croix, cf. Emily J. Hutchison, « Partisan identity… », art. cit. p. 267 et suiv., Simona Slanicka, Krieg…, op. cit., p. 255.

34 Emily J. Hutchison, « Partisan identity… », art. cit., p. 272, 273, Simona Slanicka, Krieg…, op. cit., p. 292 et suiv.

35 Simona Slanicka, Krieg…, op. cit., p. 22, 24-25, 237-239, 305 n. 151.

36 In G. Besse, Recueil de diverses pièces servant à l’histoire du roy Charles VI, Paris, A. de Sommaville, 1660, p. 320.

37 Analyse de l’épisode, Simona Slanicka, Krieg…, op. cit, p. 306-308.

38 Alain Boureau, Le Simple corps du roi. L’impossible sacralité des souverains français, XVe-XVIIIe siècle, Paris, Les Éditions de Paris, 1988, p. 51-53.

39 Cf. Journal d’un bourgeois de Paris…, op. cit., p. 37, 38, 41.

40 Voir Bertrand Schnerb, L’État bourguignon, Paris, Perrin/Tempus, 2005 [1e éd. 1999], p. 165-166, Bernard Guenée, L’Opinion…, op. cit., p. 184-185.

41 Voir, pour les remises en cause, Michel Offerlé, « Capacités… », I, art. cit., p. 132, 138-139, II, p. 146, 157.

42 Ibid., p. 156 qui note que la politisation « peut être débusquée dans l’interaction avec les autorités ». Cela rejoint aussi la définition de la politisation comme « compétence pratique en politique ».

43 Simona Slanicka, Krieg…, op. cit.

44 Emily J. Hutchison, « Partisan identity… », art. cit., p. 266.

45 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI…, Denis Godefroy éd., Paris, Imprimerie royale, 1653, p. 339, Le Religieux de Saint-Denis, VI, p. 88-89.

46 Philippe Contamine, « Vive la croix gente… », art. cit., p. 31.

47 Voir aussi sur ces enjeux, Ibid., p. 29-34 en particulier.

48 Journal d’un Bourgeois de Paris…, op. cit., p. 40.

49 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, Louis Douët-d’Arcq éd., Paris, SHF, 1857-1862, t. III, p. 21.

50 Journal d’un Bourgeois de Paris…, op. cit., p. 110-111, Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI…, op. cit., p. 348.

51 À Troyes en 1431, certains habitants décousent la croix droite à l’approche des Bourguignons. Le conseil ordonne de les recoudre. Philippe Contamine, « Vive la croix gente… », art. cit., p. 33.

52 Le Religieux de Saint-Denis, V, 446-447. Comme le note à juste titre Simona Slanicka, s’appuyant sur Nicolas de Baye, la traduction de Bellaguet est ici trop interprétative en donnant à la statue la figure de Saint-André, Simona Slanicka, Krieg…, op. cit., p. 296-297.

53 Sur cette importance du cri, et ses différents usages, notamment identitaires, dans la politique médiévale nous nous permettons de renvoyer à Didier Lett, Nicolas Offenstadt éds., Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.

54 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI… op. cit., p. 336. Pour 1418, cf. S. Slanicka, Krieg…, op. cit., p. 304

55 D. Lett, N. Offenstadt éds., Haro !…, op. cit., N. Offenstadt, Faire la paix, op. cit., IVe partie.

56 Pièce en forme de croix de Saint-André. Lettre d’un conseiller bourguignon, 4 septembre 1414, in J. Finot, « La paix d’Arras (1414-1415) », Annales de l’Est et du Nord, I, janvier 1906, p. 69.

57 Le livre des trahisons de France in : Chroniques relatives à l’histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne, II, Kervyn de Lettenhove éd., Bruxelles, Imprimerie de Hayez, 1873, p. 143.

58 Nicolas Offenstadt, « Les crieurs publics à la fin du Moyen Âge. Enjeux d’une recherche », Claire Boudreau, Kouky Fianu, Claude Gauvard et Michel Hébert éds., Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, pp. 203-217.

59 Cf. Claude Gauvard, « Rumeur et stéréotypes à la fin du Moyen Âge », et C. Beaune, « La rumeur dans le Journal du Bourgeois de Paris », in SHMESP, La circulation des nouvelles au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, respectivement p. 157-177 et p. 191-203. Xavier Nadrigny, Information…, op. cit., p. 226 et suiv. qui évoque aussi les rumeurs critiques contre le pouvoir, royal ou municipal p. 255 et suiv.

60 Expression de Bernard Guenée, La Folie…, op. cit., p. 246.

61 Colette Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004, p. 341-342, Bernard Guenée, La Folie…, op. cit., p. 244 et suiv., Franck Collard, Le Crime de poison au Moyen Âge, Paris, Puf, 2003, p. 266-268.

62 Geste des nobles françois, [Fragments] Vallet de Viriville éd., Chronique de la Pucelle…, Paris, Alphonse Delahays, 1859, p. 109.

63 Journal de Nicolas de Baye, Greffier du parlement de Paris, 1400-1417, A. Tuetey éd., Paris, SHF, 1885-1888, II, p. 19-20. Et pour l’ensemble des rumeurs alors mises en circulation, Bernard Guenée, L’Opinion…, op. cit., p. 195.

64 Cf. Arlette Farge, Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1992, 316 p. « Qu’ensuite les bruits et les rumeurs alimentent un goût naturel de chacun pour l’inouï et le merveilleux n’empêche aucunement que se construise un sentiment selon lequel le savoir politique est légitime, nécessaire à revendiquer », p. 290, voir Philippe Aldrin, Sociologie politique des rumeurs, Paris, PUF, 2005, notamment p. 99 et suiv.

65 Arlette Farge, Dire et mal dire…, op. cit., p. 289.

66 Xavier Nadrigny, Information…, I, p. 270 et suiv.

67 Cf. Colette Beaune, « La rumeur… », art. cit., p. 200-201, Journal d’un Bourgeois…, op. cit., p. 107, 117. Même type de rumeur mais avec reconnaissance par la possession de monnaies de plomb, Ibid., p. 123. Voir aussi Simona Slanicka, Krieg…, op. cit., p. 300 et suiv. qui souligne l’importance des signes partisans dans ces enjeux.

68 Les mendiants sont également employés par les villes à des missions d’informations, Cf. Julien Briand, « Foi, politique et information en Champagne au XVe siècle », Revue historique, 653, 2010, p. 71 et suiv.

69 Voir pour Tours en 1418, David Rivaud, Les Villes…, op. cit., p. 28.

70 Voir la formulation d’une chronique, celle de Pierre de Fenin, Mémoires, E. Dupont éd., Paris, SHF, 1837, en 1418 : « car le duc Jehan fist publier partout Paris qu’il vouloit la paix et le bien du royaume… », p. 94.

71 Journal de Nicolas de Baye…, op. cit., II, p. 288.

72 Voir le Religieux de Saint-Denis, III, II, 375, les lettres patentes contenant le récit de l’émeute cabochienne (18 septembre 1413) éditée in Enguerrand de Monstrelet, op. cit., VI : « Pour ce que depuis certain temps ençà, plusieurs merveilleux fais et entreprises sont advenues en nostre bonne ville de Paris par gens sédicieulz, troubleurs de paix, rebelles, coulpables de crime de lèse magesté, lesquelz pourroient estre notifiez et publiez de par le monde en divers pays et contrées autrement que lesdiz fais et entreprises n’ont esté commis et perpétrez, Nous, voulans la vraie vérité des choses dessusdictes estre sçeue et notifiée à ung chascun, pour eschever toutes erreurs et foles créances (…) Et ces présentes faictes crier et publier solennellement par voix publique et son de trompe en tous lieux où il est accoustumé de faire criz. Et avecques ce faictes mectre et fichier ès portes des églises de vostre dit bailliage la copie de ces présentes collationnées à l’original, si que nul n’en puisse prétendre ygnorance. » p. 115-123.

73 Enguerrand de Monstrelet, op. cit., II, p. 434.

74 Cf. Richard Vaughan, John the Fearless, Londres, Longmans, 1966 p. 196. Voir la réponse armagnaque dans le Journal du Bourgeois de Paris…, op. cit., p. 73.

75 Benoît Léthenet, Pratiques politiques…, op. cit. Cf. Clément de Fauquembergue, Journal…, I, Librairie Renouard/SHF, 1903, p. 17-18 : « Et, en parlant sur les choses dessus touchées, ont apporté maistre Raoul Anchier, lieutenant, et G. Paris, clerc criminel dudit prevost de Paris, certaines lettres patentes envoyées de Rouen et trouvées atachées aux portes d’aucunes eglises d’ilec, seellées du petit seel du duc de Bourgongne et signées de sa main, comme l’en dist, contenans menasses de feu et de sang contre ceulx qui gouvernent à present par deça et entour le Roy, qu’il appelle rapineurs, dissipeurs, tirans, traistres, empoisonneurs et murtriers, et leurs adherans. Et ont esté icelles lettres leues in dicta Camera, palam omnibus, et en retenu copie, et l’original rendu audit Chancellier », 24 mai 1417.

76 AC Laon, CC 390, quittance du 31 mai 1413. L’ensemble du voyage dure dix jours.

77 Lettre adressée de Troyes à la duchesse de Bourgogne Marguerite de Bavière par Jean Fraignot, receveur général du duché, et Antoine de Toulongeon, chambellan du duc, 1er août 1417 édité in E. Petit, Itinéraires de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur (1364-1419), Paris, Imprimerie Nationale/Collection de documents inédits sur l’histoire de France, 1888, pp. 610-612. Nous remercions Benoît Léthenet pour cette référence qu’il étudie dans son travail sur Mâcon.

78 Travaux en cours de Benoit Léthenet sur Mâcon cités.

79 Bernard Guenée, L’Opinion…, op. cit., p. 193-195.

80 L. Mirot, « Lettres closes de Charles VI conservées aux archives de Reims et Tournai », Le Moyen Âge, 29, 1918, p. 325-326, pour des prêches organisés par les Armagnacs en réponse, cf. Journal d’un Bourgeois de Paris…, op. cit., p. 99.

81 Bernard Guenée, « Les campagnes de lettres qui ont suivi le meurtre de Jean sans peur, duc de Bourgogne (septembre 1419-Février 1420) », Annuaire-Bulletin de la Société d’histoire de France, 1993, Champion, 1994, pp. 45-65.

82 Voir, entre autres, pour 1413, AN, J 877, no 5, Ordonnances des roys de France de la troisième race, Paris, 22 vols., 1723-1849, t. X, pp. 163-165 (copie papier, Archives départementales du Nord, ADN, B 289, no 15240), les annexes publiées in Enguerrand de Monstrelet, op. cit., t. VI, p. 109 et suiv.

83 Voir par exemple les lettres de Jean sans Peur au début de l’année 1414, autour du conflit pour le dauphin, Enguerrand de Monstrelet II, p. 422 ou une minute assez différente, ADN, B 320, 17 687. Voir encore B 658, 15 253.

84 Lettre de par le roi aux habitants de Reims en réponse aux lettres du duc de Bourgogne, 14 mai 1417, in L. Mirot, « Lettres closes… » art. cit., p. 320. Pour 1405, voir Bernard Guenée, L’Opinion…, op. cit., p. 186-187.

85 Comme Châlons en 1419, Cf. Cf. Julien Briand, « Foi, politique… », art. cit., p. 85.

86 Sur ces questions nous renvoyons, notamment pour des exemples précis à Nicolas Offenstadt, Faire la paix…, op. cit., p. 229 et suiv.

87 Exemples Ibid., p. 252-253, 312, Le Religieux de Saint-Denis, IV, 552-553.

88 Pour le manifeste de Hesdin, voir les travaux de Benoit Léthenet, notamment « La pratique du serment à Mâcon durant la guerre de Cent ans (1417-1435) », à paraître, pour le traité de Troyes, Nicolas Offenstadt, Faire la paix…, op. cit., p. 278 et suiv.

89 Nous ne reprenons pas ici les développements de notre ouvrage, ibid.

90 Voir sur cet aspect, Bernard Guenée, La Folie…, op. cit., p. 250 et suiv.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search