Version classiqueVersion mobile

La politisation

 | 
Philippe Hamon
, 
Laurent Bourquin

A - Regards d’historiens

Types de conflits, formes de politisation et historiographie de la Révolution française

Michel Biard

Texte intégral

  • 1 J’écris « quasi universel » car, si les diverses autorités locales, les membres de l’Assemblée, le (...)
  • 2 Rappelons la célèbre phrase insérée dans son Ami du Peuple : « La philosophie a préparé, commencé, (...)
  • 3 Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale 1661-1789, Paris (...)

1Si l’on s’en tient au texte programmatique de la journée d’étude organisée au Mans et notamment à l’idée que la conflictualité d’une situation participe à la construction de la sphère politique, la période révolutionnaire est évidemment un excellent terrain d’observation, dans la mesure où le bouleversement fondamental n’est pas tant la fin d’une monarchie qui n’était plus vraiment absolue, mais bien la participation désormais massive à la politique des sujets devenus citoyens. Cette entrée en politique des Français, déjà présente à partir de l’été 1788 en raison de la liberté de fait de la presse puis des cahiers de doléances, s’appuie dès 1789 sur deux vecteurs majeurs : d’une part, la généralisation de l’élection comme mode quasi universel de légitimation des pouvoirs1, d’autre part, la prise d’arme populaire comme autre moyen d’exercer sa souveraineté, moyen qui peut être perçu par certains comme complémentaire et pas forcément concurrent. C’est dire que d’emblée la Révolution est placée sous le sceau d’une terrible ambiguïté : quelle place doit-on accorder aux mouvements populaires, aux « émeutes » comme l’écrit Marat2, à la « rébellion française » selon l’expression de Jean Nicolas3 ? En effet, la Révolution, c’est aussi un nouvel ordre qui se substitue à un régime devenu soudainement ancien, or qui dit ordre suppose maintien de cet ordre face à des contestations et conflits qui sont dès lors définis comme des désordres et réprimés comme tels.

  • 4 D'où le grand intérêt d'une contribution récente de Michel Pertué, « Loi martiale, état de siège e (...)
  • 5 La bibliographie sur ce point est immense. Je me contenterai ici de renvoyer au colloque où fut pr (...)
  • 6 Anne de Mathan, Girondins jusqu’au tombeau. Une révolte bordelaise dans la Révolution, sl, Édition (...)

2Cela pose ainsi dès 1789 la question centrale sinon de l’alliance, comme on disait autrefois, à tout le moins de la recherche d’un dénominateur commun, voire d’une sorte de non-agression tacite, entre les nouvelles élites politiques et les militants populaires, avec en jeu, à terme, toute la dialectique entre modération et radicalité politique. À cet égard, le vote de la loi martiale, le 21 octobre 1789, somme toute peu étudiée par les historiens4, est un moment clé de cette contradiction : face au nouvel ordre en voie de construction, tout rassemblement populaire peut désormais être tenu pour séditieux et réprimé à l’instar de ce que l’Angleterre avait mis en place depuis le début du siècle avec le Riot Act. Un second temps fort de la contradiction, quoique très différent bien sûr, est incarné par l’article 35 et dernier de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen du 26 juin 1793, qui reconnaît « pour le peuple et pour chaque portion du peuple » l’insurrection comme « le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ». Si cet article sert entre autres à justifier a posteriori le coup de force contre les Girondins les 31 mai et 2 juin à Paris, il est aussi très lourd de conflits potentiels. Qui sera juge de la nécessité de l’insurrection ? Comment sera traitée celle-ci pour peu qu’elle soit liée à la Contre-Révolution ? Et comment définir cette dernière ? On le sait, outre la question essentielle de la frontière souvent mouvante entre ce qui est du domaine de l’anti-Révolution et ce qui se rattache à la Contre-Révolution5, qu’est-ce qu’un contre-révolutionnaire dès lors que le concept sert à stigmatiser des adversaires politiques éliminés ou à éliminer : rappelons que les Girondins ont été dénoncés comme des contre-révolutionnaires en 1793 là où Anne de Mathan6 et d’autres historiens ont souligné leur évident engagement révolutionnaire ; mais c’est aussi le cas de Robespierre en thermidor, de Carrier au moment de son procès en l’an III, et même de Babeuf dans certains journaux du Directoire !

3Ces préalables étant exposés, quels types de conflits assortis de quels liens à la politisation peut-on mettre en valeur pour la période révolutionnaire, et avec quelles avancées récentes dans l’historiographie ? J’ai choisi d’évoquer brièvement cinq points, sachant que cela n’a évidemment rien d’exhaustif :

  • Les conflits de diverses sortes (juridiques, sociaux, etc.) et la politisation aux sources de 1789 (sans pour autant revenir sur les origines de la Révolution revisitées par Michel Offerlé), mais aussi, au-delà de cette année, les glissements de la modération à la radicalisation, notamment au terme de l’aggravation de conflits sociaux.
  • Les conflits politiques partisans, leur rôle dans la structuration des groupes ou nébuleuses politiques et dans les fréquentes redistributions de l’échiquier politique, avec l’hypothèse récente de l’existence et du développement d’un « extrême centre ».
  • Les glissements de l’anti-Révolution vers la Contre-Révolution, au gré de différents types de conflits, conflits religieux, conflits sociaux, conflits de voisinages, etc.
  • Les contradictions entre militantisme populaire se faisant dans la transparence et son contraire, la conjuration.
  • Les conflits et formes de politisation au gré du jeu des échelles de pouvoir, avec l’exemple des représentants du peuple en mission.
  • 7 Jean Nicolas, La rébellion…, op. cit.

4Sur le premier point, il convient d’emblée de souligner l’apport décisif de la synthèse de Jean Nicolas sur la « rébellion française », parue en 20027. Là où s’était imposée une vision des origines de la Révolution française centrée sur les aspects politiques, suivant en cela divers travaux anglo-saxons et certaines approches de François Furet et de son entourage, et niant bien sûr la vision historiographique classique de la « crise d’Ancien Régime » chère notamment à Ernest Labrousse, le livre de Jean Nicolas remet sur le devant de la scène les milliers de conflits, notamment sociaux, des années 1770 et 1780, montrant de façon claire leur multiplication à la veille de 1789. Certes, cela ne signifie pas qu’il faille céder à la téléologie et que la Révolution était donc nécessairement le terme des divers mouvements « rébellionnaires », mais en tout état de cause il devient impossible de nier qu’elle ait eu aussi des origines économiques et sociales.

  • 8 Timothy Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnair (...)
  • 9 Anatoli Ado, Paysans en Révolution. Terre, pouvoir et jacquerie, 1789-1794, Paris, Société des étu (...)
  • 10 Ces derniers distinguaient, d’un côté, des droits abolis purement et simplement, de l’autre, des d (...)
  • 11 Hubert Delpont, La victoire des croquants. Les révoltes paysannes du grand Sud-Ouest pendant la Ré (...)

5Par ailleurs, un second ouvrage majeur sur les débuts de la Révolution, dû à Timothy Tackett, a été publié en 1996 en anglais, l’année suivante en français avec un sous-titre plus explicite : Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires8 ? Il montre bien comment les députés envoyés à Versailles ont été entraînés vers une politisation rapide et surtout une radicalisation croissante pour un grand nombre d’entre eux, que ce soit les « Patriotes » ou les « Noirs » (les opposants à la Révolution), au fil du conflit juridique certes, mais aussi au contact des conflits sociaux. On ne saurait en effet raisonner sur les conflits de pouvoir entre le roi et l’Assemblée, et au sein même de l’Assemblée, ou bien encore sur la polarisation croissante des opinions et positions politiques, en oubliant que le mouvement populaire impose sa présence aux législateurs. Ainsi, pour ne mentionner que les seules campagnes, la vaste synthèse d’Anatoli Ado, Paysans en Révolution, parue en russe en 1971 et en français en 19969, est venu souligner de façon minutieuse les vagues successives de contestations et révoltes rurales, incessantes de 1789 à 1792, voire au-delà, et surtout décisives dans la radicalisation de la législation. On a là un exemple flagrant de textes de loi qui évoluent au fil des années et sous la pression populaire, avec en 1793 la mort des droits féodaux que la nuit du 4 août et les décrets de 1790 avaient laissé subsister10. Or, de plus, sur le terrain, on perçoit bien comment les mouvements ruraux justement se politisent progressivement : en 1789, rendre une visite peu courtoise à son seigneur, les armes à la main, c’est encore un conflit social ; en 1792, au conflit social se mêle le conflit politique dans la mesure où cette fois le seigneur peut être aussi considéré comme un suspect. Et une autre enquête plus récente, celle d’Hubert Delpont sur le Sud-Ouest, La victoire des croquants11, montre comment, au-delà de 1793, en l’occurrence en poussant l’étude jusqu’à 1799, des ruraux d’abord rassemblés contre les seigneurs et s’inscrivant de fait dans la Révolution peuvent ensuite modifier leurs attitudes, sitôt que les structures seigneuriales subissent le coup de grâce en 1793, et en venir à résister aux lois révolutionnaires dès lors qu’elles remettent en cause ce qu’ils considèrent comme des acquis et/ou des équilibres à préserver, y compris des acquis et équilibres nés récemment de luttes ayant contribué à modifier la législation révolutionnaire. Le refus était à l’origine avant tout celui des prélèvements seigneuriaux et féodaux, puis le seigneur avait pu d’adversaire « naturel » devenir un suspect politique, il prend désormais, comme dans d’autres régions géographiques, la forme d’une lutte contre certaines exigences de l’État (levées d’hommes, réquisitions diverses, contributions, etc.) et s’inscrit ainsi dans une longue tradition, mais sans pour autant que le Sud-Ouest se transforme en une nouvelle « Vendée ».

  • 12 Sur les évolutions du langage d’Hébert dans son Père Duchesne et la radicalisation qu’elles attest (...)

6Pour le second point, les conflits politiques partisans sont bien sûr omniprésents dans la Révolution, d’autant que dès 1789 naissent des notions politiques destinées à un avenir particulièrement durable (la « gauche », la « droite », et, au début plutôt par défaut, le « centre »). Or ces conflits sont essentiels pour comprendre la sphère politique, dans la mesure où d’une part ils sont accompagnés de reclassements fréquents, d’autre part ils posent la question fondamentale de ce qui est nommé les « extrêmes ». S’agissant des reclassements sur l’échiquier politique, toute l’histoire de la période en donne de très nombreux exemples. Combien d’individus de premier plan pourraient être cités, notamment ceux positionnés à « gauche » et finissant à « droite » ? Songeons au cas des Brissotins qui effraie souvent nos étudiants dès lors qu’il faut leur expliquer qu’ils siègent à « gauche » à l’Assemblée législative puis à « droite » dans la Convention nationale ! Mais on touche là encore à la question du couple tout à la fois antagoniste et complémentaire, modération/radicalisation. Ainsi, le fameux journal d’Hébert, Le Père Duchesne, a une réputation radicale que chacun connaît… pourtant, à lire les n ° de 1790 et du début de 1791, le ton comme le fond sont bien éloignés de cela12. Voici par exemple ce qu’écrit Hébert dans son numéro du 7 février 1791 : « grand dieu ! que de précaution il faut prendre pour ne pas tomber dans les pièges de tous ces hommes pervers qui ne demandent qu’à voir couler le sang à grands flots ! que de prudence pour tempérer les esprits échauffés par mille propos plus incendiaires les uns que les autres ? que d’activité pour arrêter des milliers de mains qu’on ouvre malgré elles pour le pillage. Cessez donc, hommes criminels, de vouloir égarer ce peuple bon & pacifique […] ». Mais le même homme, qui en 1790 condamne régulièrement les émeutes populaires, se radicalise en 1791 devant la crise religieuse, la montée des oppositions à la Révolution, la fuite avortée du roi, puis a fortiori en 1792 dès lors que la guerre et ses conséquences aggravent le tout. Il devient alors de plus en plus difficile d’afficher une modération de bon aloi, d’autant que ceux qui tentent de rester à l’écart des « extrêmes » et de former un centre sont dénoncés au mieux comme des « hermaphrodites politiques » (selon un mot de Collot d’Herbois), au pire comme des suspects potentiels.

  • 13 Pierre Serna, La République des girouettes. 1789-1815 et au-delà, une anomalie politique : la Fran (...)

7Il va de soi que les hypothèses récemment développées par Pierre Serna, dans son livre sur La République des girouettes, à propos de ce qu’il nomme un « extrême centre » sont ici passionnantes13. Pour autant, l’existence de cet « extrême centre » me semble avant tout pouvoir être retenue pour la période du Directoire et au-delà, mais non pour les années 1789-1794. En effet, un des raisonnements essentiels de Pierre Serna consiste à montrer que cet « extrême centre » a cherché à s’emparer du pouvoir exécutif et à le renforcer, notamment afin de pouvoir user de la violence d’État. Or, il me semble que la réalité est différente pour ces premières années de la Révolution et surtout pour 1792-1794. À ce moment-là, ce n’est pas une conquête du pouvoir exécutif qui est en jeu, mais un abaissement de son rôle au profit du pouvoir législatif même si ce dernier ne l’a jamais complètement dominé, y compris avec le Comité de salut public pourtant en apparence tout puissant en 1793 et 1794. De plus, si l’on s’accordera volontiers sur le fait qu’il faille refuser de définir le « centre » comme le lieu d’un vide politique, d’un simple « ni droite ni gauche », je persiste à douter de sa propre capacité à se définir, a fortiori à s’organiser, dans les années 1789-1794. Il suffit à cet égard d’observer quelques votes à des moments clés sous la Convention pour valider l’existence d’une nébuleuse au « centre » et non d’un « extrême centre ». En revanche, sous le Directoire et plus encore dans la période consulaire puis impériale, c’est de fait le temps d’un très net renforcement du pouvoir exécutif, de l’usage d’une terreur d’État qui ne dit pas son nom, répondant aux conflits par la violence et anéantissant systématiquement tous ceux qui sont rejetés dans les « extrêmes », « bonnets rouges » aussi bien que « talons rouges ».

  • 14 Martine Lapied, Le Comtat et la Révolution française, naissance des options collectives, Aix-en-Pr (...)
  • 15 Michel Vovelle, Religion et Révolution. La déchristianisation de l’an II, Paris, Hachette, 1976.
  • 16 Anne Rolland-Boulestreau, Les notables des Mauges. Communautés rurales et Révolution, 1750-1830, R (...)
  • 17 Valérie Sottocasa, Mémoires affrontées. Protestants et catholiques face à la Révolution dans les m (...)

8Cela m’amène à mon troisième point : les glissements de l’anti-Révolution vers la Contre-Révolution, au gré de différents types de conflits, conflits religieux, conflits sociaux, conflits de voisinages, etc. Nous avions déjà de nombreux travaux attestant comment des positions et conflits locaux pouvaient déterminer des prises de positions antagonistes à l’échelle locale puis dans un second temps à l’échelle nationale, je songe notamment au travail de Martine Lapied sur le Comtat Venaissin14, aux fines recherches de Michel Vovelle sur la déchristianisation15, à diverses études sur l’Ouest rebelle, tel le livre d’Anne Rolland-Boulestreau sur les « notables » des Mauges16 qui, en choisissant comme approche la micro-histoire (elle étudie trois paroisses situées dans la « Vendée militaire »), met à jour des engagements antagonistes marqués par les positions acquises ou non au sein des réseaux de sociabilité locaux. Par exemple avec les « patriotes » de Sainte-Christine, pour la plupart modestes artisans, récemment installés et donc non insérés dans les réseaux de parenté et de sociabilité qui eux jouent un rôle majeur dans l’organisation de la révolte. De même, le travail de Valérie Sottocasa, sur le thème des « Mémoires affrontées »17, apporte de précieux éclairages sur la manière dont les conflits religieux passés et plus encore la mémoire confessionnelle de ceux-ci déterminent bien des engagements politiques au moment de la Révolution. En effet, pour les protestants, les catholiques sont les descendants des massacreurs d’hier ; pour les catholiques, la « bagarre de Nîmes » qui fait 3 à 400 morts en juin 1790 est une répétition du massacre de 1567 connu sous le nom de « Michelade » et, selon Valérie Sottocasa, cette affaire nîmoise révèle une profonde « angoisse collective » des catholiques. À terme, même s’il y a des exceptions, dans ce Midi languedocien, la conflictualité confessionnelle tend donc à jeter la communauté protestante dans le camp révolutionnaire et la communauté catholique dans la résistance sous diverses formes, qu’elles soient passives ou actives, violentes ou non violentes.

  • 18 Anne de Mathan, Girondins…, op. cit.
  • 19 Paul R. Hanson, The Jacobin Republic Under Fire. The Federalist Revolt in the French Revolution, U (...)
  • 20 Elle utilise ce mot pour qualifier les partisans des Girondins.

9Par ailleurs, dans un cas certes différent mais qui peut être rapproché, les révoltes dites « fédéralistes » (qui sont des révoltes dans la Révolution et non contre elle), deux ouvrages récents sont là encore essentiels, celui d’Anne de Mathan (Girondins jusqu’au tombeau18) et celui de Paul Hanson (The Jacobin Republic under Fire19). Tous deux montrent bien que ce mouvement stigmatisé sous le nom de « fédéralisme » ne peut être analysé de façon simpliste comme un conflit opposant Gironde et Montagne, pas davantage comme un conflit entre de prétendus partisans de la « centralisation » ou d’un « système fédéral ». Les conflits et les réseaux de pouvoir et de sociabilité locaux sont en fait décisifs. Ainsi selon Paul Hanson, lorsque l’une des sections de Lyon écrit en juin 1793 « la souveraineté n’est pas dans les clubs », cette phrase est avant tout dirigée contre les actions de Chalier et des Jacobins lyonnais, et non contre la capitale ; en revanche, avec le développement de la révolte « fédéraliste » cette affirmation aboutit de facto à poser la question de la souveraineté et de son exercice à l’échelle nationale. D’ailleurs, les prises de position des « fédéralistes » ne sont en rien dénuées de contradictions, comme le démontre Anne de Mathan à propos des « Girondistes »20 bordelais qui, tout en dénonçant la radicalisation des mesures adoptées à Paris, finissent par prendre eux-mêmes des mesures extraordinaires : levée d’une armée de volontaires financée par une « contribution extraordinaire […] assise sur les citoyens les plus fortunés » ; saisie des fonds de l’hôtel de la Monnaie (soit la bagatelle d’un million et demi de livres) afin de faire face à la disette et indemnité de près de 20 000 livres par semaine accordée aux boulangers pour qu’ils produisent et vendent du pain à un prix accessible ; réquisition d’hommes… ce sont bien là autant de mesures de coercition, imposées par les circonstances, alors que le mot d’ordre majeur est celui d’une défense des libertés violées à Paris.

  • 21 Ce qui est en partie faux pour les années 1789-1792, puisque des opposants à la Révolution agissen (...)
  • 22 Albert Soboul, Les sans-culottes parisiens en l’an II. Mouvement populaire et Gouvernement révolut (...)
  • 23 Haim Burstin Une Révolution à l’œuvre. Le faubourg Saint-Marcel (1789-1794), Seyssel, Champ Vallon (...)
  • 24 Id., Le Faubourg Saint-Marcel à l’époque révolutionnaire. Structure économique et composition socia (...)
  • 25 Le Tribun du peuple, no du 15 brumaire an IV - 6 novembre 1795.
  • 26 Isser Woloch, Jacobin Legacy. The Democratic Movement Under the Directory, Princeton, Princeton Un (...)
  • 27 Bernard Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme ?, Paris, Éditions du C.T.H.S., 2001.

10Quatrième point, les contradictions entre un militantisme populaire se faisant au grand jour, avec une volonté d’inscrire toute action révolutionnaire de façon transparente dans l’espace public, et son contraire, l’action secrète sous toutes ses formes et désignants, « conspiration », « conjuration », « complot »… Entre 1789 et 1794, pour tout citoyen consacrant son temps et ses forces à la Révolution, seuls les opposants à cette dernière usent du complot, de la clandestinité, de l’ombre qui est supposée attester leur lâcheté et justement leur incapacité à lutter au grand jour21. À l’inverse, un « patriote », un « sans-culotte », puis un « vrai républicain » ne sauraient dissimuler leurs opinions et doivent débattre et agir dans l’espace public pour le conquérir. Or, dès l’an III, la répression finit par convaincre certains révolutionnaires des avantages, supposés, de l’action clandestine, mais cela suppose alors pour eux de profonds bouleversements tant dans leur pensée que dans leurs modes d’action politique. On connaît bien et de longue date les formes de politisation qui aboutissent dans les villes surtout, accessoirement dans des bourgs et villages, à ce que l’on a pu appeler le « mouvement sans-culotte », avec la thèse classique d’Albert Soboul22 ou très récemment le gros livre d’Haim Burstin consacré à ce qu’il nomme « une Révolution à l’œuvre »23, ouvrage qui complète sa thèse24 consacrée au même faubourg Saint-Marcel, le plus pauvre de Paris. On connaît bien également la conjuration des Égaux sous le Directoire et les formes particulières voulues par Babeuf pour ce mouvement, avec un constat initial autrefois partagé par Marat : le peuple n’est pas mur pour une révolution ; aveuglé et manipulé par les gouvernants, il est capable, écrit Babeuf, de se ruer sur les amis de l’Égalité pour les anéantir, alors que pourtant la nature même de la révolution devrait l’éclairer : « Qu’est-ce qu’une révolution politique en général ? Qu’est-ce, en particulier, que la Révolution française ? Une guerre déclarée entre les patriciens et les plébéiens, entre les riches et les pauvres25 ». Partant de ce constat, Babeuf et ses amis ont donc choisi la voie d’une action clandestine, sur laquelle je n’insisterai pas ici ; toutefois, divers travaux ont par ailleurs remis en lumière le fait que sous le Directoire avait persisté une autre forme d’action politique : le mouvement dit « néo-jacobin » ou « républicain-démocrate », étudié dans les travaux pionniers d’Isser Woloch26 et plus récemment dans la thèse de Bernard Gainot27.

  • 28 Malcolm Crook, Elections in the French Revolution. An Apprenticeship in Democracy, 1789-1799, Camb (...)
  • 29 Patrice Gueniffey, Le Nombre et la Raison. La Révolution française et les élections, Paris, Éditio (...)
  • 30 Serge Aberdam et alii, Voter, élire pendant la Révolution française, 1789-1799. Guide pour la rech (...)
  • 31 Jean-Pierre Jessenne et alii (dir.), Du Directoire au Consulat, actes des journées d’études et col (...)

11Ce mouvement néo-jacobin privilégie le débat d’idées, la sociabilité des clubs et l’utilisation de la voie électorale, celle-ci ayant fait l’objet de nombreuses recherches récentes avec Malcolm Crook28, Patrice Gueniffey29, et surtout l’équipe rassemblée autour de Serge Aberdam et Bernard Gainot (responsables d’un très précieux guide de recherche consacré à l’acte de « Voter et Élire pendant la Révolution française »30). Autrement dit, ce sont là des formes de politisation plutôt classiques en réponse aux rapports conflictuels qui sont imposés aux « néo-jacobins » tant par les royalistes que par les directoriaux, toutefois la conflictualité n’en diminue pas pour autant comme l’écrit Bernard Gainot soulignant que les assemblées électorales de l’an VII sont justement « des lieux d’expression des conflits ». De plus, à l’échelle locale, on voit bien que lorsque les conflits se durcissent, la réponse est le plus souvent non celle du débat, mais celle de l’épuration politique et de la répression. Assez souvent, les conflits ouverts contribuent ainsi à l’impossibilité du dialogue, de l’échange, et, à terme, avec le renforcement du pouvoir exécutif, avec la naissance et le développement d’une sorte de « classe politique » qui s’auto-reproduit, avec la déjacobinisation de l’armée, finit par se consolider l’idéal de l’an III, celui d’une « République sans révolution » et d’un ordre social des propriétaires que Napoléon Bonaparte saura utiliser à son profit, comme l’ont montré les colloques et journées d’étude de Lille, Valenciennes et Rouen consacrées à la transition du Directoire au Consulat31.

  • 32 Michel Biard, Missionnaires de la République. Les représentants du peuple en mission (1793-1795), (...)
  • 33 Jacques Guilhaumou, L’avènement des porte-parole de la République (1789-1792). Essai de synthèse s (...)

12Cinquième point, les conflits et formes de politisation au gré du jeu des échelles de pouvoir, avec l’exemple des représentants du peuple en mission. Je serai ici assez bref dans la mesure où cela concerne avant tout mon propre travail sur ceux que j’ai appelé les « Missionnaires de la République »32, même si dans l’absolu des missionnaires d’un autre genre que les représentants du peuple en mission existent, comme l’a montré Jacques Guilhaumou dans ses diverses recherches sur les porte-parole, avec notamment son livre sur ceux qu’il nomme « les porte-parole de la République »33.

13Les représentants du peuple en mission, institution révolutionnaire qui existe en tant que telle environ deux ans et demi, de mars 1793 à octobre 1795, peut s’inscrire sans peine dans les problématiques soulevées par l’atelier « Types de conflits, formes de politisation ». D’une part, par le fait que leurs missions concernent l’ensemble du territoire et des objets d’une très grande variété, ces véritables « hommes-orchestre » de la Révolution sont confrontés à tous les types de conflits possibles, tensions sociales, tensions religieuses, oppositions à la Révolution, sans oublier bien sûr le poids considérable de la guerre et de ses effets. D’autre part, par leur nature même, ils peuvent susciter des conflits politiques, dans la mesure où, à la fois tout et partie de la Convention, « Convention ambulante » comme je l’ai baptisée, ils se heurtent sur le terrain à des administrateurs locaux qui eux aussi tirent leur légitimité des suffrages populaires. Or, en droit, un représentant du peuple ne possède par exemple sur un procureur général syndic ou un maire qu’un simple surcroît d’autorité, non un pouvoir réel. Mais au final, dès lors que les arrêtés qu’ils rédigent sont considérés comme des lois provisoires tant que la Convention ne les a pas désavoués, il va de soi que leurs pouvoirs, à défaut d’être réellement « illimités », sont immenses. C’est pourquoi en 1793 et 1794 surtout ils jouent un rôle clé dans les formes de politisation à l’échelle locale, avec leur activisme auprès des sociétés populaires et des comités de surveillance, leur contrôle des journaux locaux (quand ils n’en créent pas), et bien sûr leurs arrêtés et proclamations diffusés sur des supports imprimés. Ils peuvent ainsi, selon les situations, apparaître comme des personnages omnipotents, comme des intercesseurs tant dans les affaires d’ampleur nationale (par exemple faire remonter à Paris des projets de décrets) que pour le domaine du quotidien, du « microscopique » ; enfin, très souvent, ils font aussi figure d’arbitres, dès lors que des factions locales rivales se déchirent.

*

14Au-delà de ces cinq points, ici brièvement esquissés, bien d’autres thèmes pourraient aussi, pour la période révolutionnaire, susciter des travaux à venir dans le cadre de cet atelier. J’en mentionnerai encore deux, à mon sens au cœur des débats :

  • Le lien entre un type de conflit particulier, la guerre, et la politique, de 1792 à 1815. On ne refait pas l’histoire, mais force est de constater que sans la guerre la Révolution aurait forcément été différente. Se posent ici toute la question de la place de la politique dans l’armée, avec des formes particulières de politisation des soldats citoyens ; mais aussi la question de l’armée dans la politique, avec d’une part la période 1792-1794 où la plume commande au sabre, n’épargnant pas la tête d’un général, fût-il victorieux comme Houchard à l’automne 1793, et d’autre part les années 1795-1815 au cours desquelles les officiers marquent la politique de leur empreinte, avec entre autres bien sûr les 18 et 19 brumaire an VIII.
  • Enfin, second thème qui mérite toujours une réflexion approfondie, comme l’a montré un colloque organisé à Rouen en janvier 200734 : les formes particulières de participation politique au temps de la Terreur, en se posant la question de savoir si celle-ci est une simple réponse répressive à la conflictualité ou bien une volonté de mettre fin à cette conflictualité, comme les décrets de ventôse peuvent le laisser penser. Au-delà du débat historiographique passionné et par nature presque interminable sur les origines, la nature, la chronologie, les rouages et les effets de la Terreur, il conviendrait en effet de revenir à cette question qui a hanté les révolutionnaires dès les premiers temps de la Révolution : comment terminer celle-ci ? Or, le rêve qui fut celui de Barnave ou de La Fayette n’a pas disparu en l’an II, aussi est-il de facto envisageable de comprendre les décrets de ventôse comme une manière de « terminer la Révolution » en mettant fin à la suspicion35. Mais sur ce point, comme on s’en doute controversé tant sont évidents les enjeux, le débat nous entraînerait fort loin, d’autant qu’il pourrait être élargi, cela va de soi, à d’autres révolutions des XIXe et XXe siècles…

Notes

1 J’écris « quasi universel » car, si les diverses autorités locales, les membres de l’Assemblée, les juges ou encore les prêtres sont élus, le pouvoir exécutif n’est, lui, pas issu du suffrage des citoyens.

2 Rappelons la célèbre phrase insérée dans son Ami du Peuple : « La philosophie a préparé, commencé, favorisé la révolution actuelle ; cela est incontestable : mais les écrits ne suffisent pas ; il faut des actions ; or à quoi devons-nous la liberté, qu’aux émeutes populaires ? » (Numéro du 10 novembre 1789, en réaction à la loi martiale votée par l’Assemblée constituante le 21 octobre précédent pour combattre les mouvements populaires).

3 Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale 1661-1789, Paris, Éditions du Seuil, 2002.

4 D'où le grand intérêt d'une contribution récente de Michel Pertué, « Loi martiale, état de siège et législation révolutionnaire », dans Bernard Gainot et Vincent Denis (dir.), Un siècle d'ordre public en Révolution (de 1789 à la Troisième République), Paris, Société des étude robespierristes, 2009, p. 71-113.

5 La bibliographie sur ce point est immense. Je me contenterai ici de renvoyer au colloque où fut précisée la notion d’anti-Révolution et à deux ouvrages de Jean-Clément Martin : François Lebrun et Roger Dupuy (dir.), Les résistances à la Révolution, actes du colloque de Rennes (1985), Paris, Imago, 1987 ; Jean-Clément Martin, Contre-Révolution, Révolution et Nation en France, 1789-1799, Paris, Éditions du Seuil, 1998 ; Jean-Clément Martin (dir.), Révolution et Contre-Révolution en France de 1789 à 1995. Les rouages de l’histoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1996.

6 Anne de Mathan, Girondins jusqu’au tombeau. Une révolte bordelaise dans la Révolution, sl, Éditions Sud-Ouest, 2004.

7 Jean Nicolas, La rébellion…, op. cit.

8 Timothy Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires, Paris, Albin Michel, 1997.

9 Anatoli Ado, Paysans en Révolution. Terre, pouvoir et jacquerie, 1789-1794, Paris, Société des études robespierristes, 1996.

10 Ces derniers distinguaient, d’un côté, des droits abolis purement et simplement, de l’autre, des droits dont les ruraux ne pouvaient se libérer que par un « rachat », c’est-à-dire en versant au seigneur vingt à vingt-cinq annuités de chaque droit en un seul paiement. Le 17 juillet 1793, la Convention nationale abolit sans indemnité tous les droits encore aux mains des anciens seigneurs.

11 Hubert Delpont, La victoire des croquants. Les révoltes paysannes du grand Sud-Ouest pendant la Révolution (1789-1799), Nérac, Amis du Vieux Nérac, 2002.

12 Sur les évolutions du langage d’Hébert dans son Père Duchesne et la radicalisation qu’elles attestent, je me permets de renvoyer ici à : Michel Biard, Parlez-vous sans-culotte ? Dictionnaire du Père Duchesne 1790-1794, Paris, Tallandier, 2009.

13 Pierre Serna, La République des girouettes. 1789-1815 et au-delà, une anomalie politique : la France de l’extrême-centre, Seyssel, Champ Vallon, 2005.

14 Martine Lapied, Le Comtat et la Révolution française, naissance des options collectives, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1996.

15 Michel Vovelle, Religion et Révolution. La déchristianisation de l’an II, Paris, Hachette, 1976.

16 Anne Rolland-Boulestreau, Les notables des Mauges. Communautés rurales et Révolution, 1750-1830, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004.

17 Valérie Sottocasa, Mémoires affrontées. Protestants et catholiques face à la Révolution dans les montagnes du Languedoc, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004.

18 Anne de Mathan, Girondins…, op. cit.

19 Paul R. Hanson, The Jacobin Republic Under Fire. The Federalist Revolt in the French Revolution, University Park, the Pennsylvania State University Press, 2003.

20 Elle utilise ce mot pour qualifier les partisans des Girondins.

21 Ce qui est en partie faux pour les années 1789-1792, puisque des opposants à la Révolution agissent encore sans se dissimuler, que ce soit à l’Assemblée constituante ou dans des clubs et autres lieux de sociabilité politique. De plus, avant août 1792, même si cela n’est pas toujours simple, loin s’en faut, il est tout à fait possible de rédiger et diffuser des journaux plus ou moins violemment hostiles à la Révolution. Au cours de ces premières années voisinent donc des « royalistes » qui luttent avec les seules armes du débat politique et d’autres qui ont déjà choisi les voies de la clandestinité (et/ou de l’émigration). L’été 1792 fait disparaître cette nuance, dès lors que les opinions « royalistes » peuvent être assimilées à des crimes. Il faut désormais attendre les premières années du Directoire pour voir renaître un courant « royaliste » qui estime possible d’accéder au pouvoir en usant des armes de la politique et du jeu électoral, sans pour autant d’ailleurs rejeter les actions clandestines et les divers masques servant à dissimuler d’autres actions.

22 Albert Soboul, Les sans-culottes parisiens en l’an II. Mouvement populaire et Gouvernement révolutionnaire. 2 juin 1793-9 thermidor an II, Paris, Clavreuil, 1958.

23 Haim Burstin Une Révolution à l’œuvre. Le faubourg Saint-Marcel (1789-1794), Seyssel, Champ Vallon, 2005. L’un des apports majeurs de ce gros livre (quelque 930 pages, qui plus est imprimées en caractères assez petits) est de saisir les processus de radicalisation à l’œuvre dans ce faubourg populaire. Outre la chronologie de cette radicalisation, il montre comment se mêlent de manière inextricable des facteurs sociaux (notamment les subsistances, mais pas seulement), religieux (à partir de la rupture de 1791) et bien sûr politiques. Pour un simple aperçu sur cette radicalisation, on pourra se reporter au compte rendu que Maurice Genty, éminent connaisseur du Paris révolutionnaire, a donné du livre (Annales historiques de la Révolution française, no 1-2006, p. 216-220).

24 Id., Le Faubourg Saint-Marcel à l’époque révolutionnaire. Structure économique et composition sociale, Paris, Société des études robespierristes, 1983.

25 Le Tribun du peuple, no du 15 brumaire an IV - 6 novembre 1795.

26 Isser Woloch, Jacobin Legacy. The Democratic Movement Under the Directory, Princeton, Princeton University Press, 1970.

27 Bernard Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme ?, Paris, Éditions du C.T.H.S., 2001.

28 Malcolm Crook, Elections in the French Revolution. An Apprenticeship in Democracy, 1789-1799, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

29 Patrice Gueniffey, Le Nombre et la Raison. La Révolution française et les élections, Paris, Éditions de l’E.H.E.S.S., 1993.

30 Serge Aberdam et alii, Voter, élire pendant la Révolution française, 1789-1799. Guide pour la recherche, Paris, Éditions du C.T.H.S., 1999.

31 Jean-Pierre Jessenne et alii (dir.), Du Directoire au Consulat, actes des journées d’études et colloques de Valenciennes, Lille et Rouen (1998, 1999 et 2000), Lille, C.R.H.E.N.O., 1999-2001, 4 volumes.

32 Michel Biard, Missionnaires de la République. Les représentants du peuple en mission (1793-1795), Paris, Éditions du C.T.H.S., 2002.

33 Jacques Guilhaumou, L’avènement des porte-parole de la République (1789-1792). Essai de synthèse sur les langages de la Révolution française, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1998. Il va de soi que le porte-parole et le missionnaire peuvent ne faire qu’un, ce qu’illustrent, entre autres, les méthodes employées par de nombreuses sociétés populaires, notamment en l’an II : nommer des « commissaires » chargés de parcourir les campagnes pour éclairer les citoyens et former l’« esprit public ». Voici, à titre d’exemple, une décision prise par la Société populaire de Honfleur (Calvados) le 9 messidor an II - 27 juin 1794 : « Un membre a proposé pour remplir ce but de choisir parmi les membres de la Société un certain nombre pour se répandre dans lesdittes communes, affin d’y semer les bons principes, d’y expliquer l’esprit des loix et d’y donner lecture des meilleurs ouvrages propres à faire aimer la Révolution, à inspirer l’horreur pour les tyrans qui ont de tous tems cherché à étouffer dans les cœurs l’amour vertueux que tous les hommes ont naturellement pour la liberté et à avilir les âmes pour les plier à l’esclavage. Un autre membre a dit que l’on devait attendre encore quelque tems pour exécuter ce louable projet, en observant qu’il fallait différer après la récolte où le tems serait plus favorable et où les habitans auraient une plus abondante récolte, que d’ailleurs dans cette saison les habitans des campagnes sont plus difficiles à rassembler à cause de leurs occupations multipliées pour les différentes récoltes. Enfin, après plusieurs opinions différentes, plusieurs membres ont fait sentir qu’on ne devait pas différer plus tard et qu’on ne pouvait trop tôt hâter la propagation des vrais principes qui tendent à éclairer nos frères des campagnes, que la malveillance cherche toujours à égarer. Pourquoy ils ont renouvellé la motion pour qu’il fût au plus tôt envoyé des députés choisis parmi les membres de la Société pour remplir ce but. La motion ayant été vivement appuyée et mise aux voix, il a été arrêté que la Société serait pour cet effet convoquée extraordinairement par billets à s’assembler à la séance prochaine pour nommer 12 commissaires par la voix du scrutin. […] Il a été aussi arrêté que ces mêmes commissaires seront chargés de former des Sociétés populaires dans les lieux et arrondissemens qu’ils trouveront les plus convenables. La Société s’engage pareillement à fréquenter le plus souvent qu’il lui sera possible les assemblées de nos frères des campagnes » (Archives municipales de Honfleur, I* 62. Les procès-verbaux de cette société sont en cours de transcription et seront publiés par Michel Biard en 2011 aux Éditions du CTHS).

34 Michel Biard (dir.), Les politiques de la Terreur (1793-1794) (Actes du colloque de Rouen, 2007), Rennes, Presses Universitaires de Rennes – Société des études robespierristes, 2008.

35 Voir sur cette question les analyses de Françoise Brunel, notamment dans le livre qu’elle a consacré à Thermidor (Thermidor. La chute de Robespierre, Bruxelles, Éditions Complexe, 1989).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search