Version classiqueVersion mobile

La politisation

 | 
Philippe Hamon
, 
Laurent Bourquin

A - Regards d’historiens

Récrire l’histoire de la politisation dans la monarchie espagnole, 1985-20051

José Javier Ruiz Ibáñez

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été initialement conçu dans le cadre du projet de recherche : « “Par le ministère de la (...)

1Poser la question de savoir s’il y a eu une politisation à l’époque moderne, permet une réflexion sur des catégories majeures d’analyse historique et sur leur usage par les historiens, et ce surtout après la crise de l’histoire classique de la décennie 1970 et le très dense débat qu’a connu le monde ibérique sur l’anthropologie culturelle et politique des temps modernes. Il faut aussi enrichir le terrain d’analyse pour dépasser les limites de ces conceptions dans leur acception contemporaine. Le constat est qu’il y a bel et bien eu des prises de position de la part des élites, mais aussi de la population dans son ensemble, et également des changements de position. Mais jusqu’à quel point peut-on parler de prise de conscience politique, héritière ou non du républicanisme classique, pour définir ces choix ? Une réponse provisoire doit s’appuyer sur les conceptions et les recherches de ces dernières années. Recherches qui montrent à quel point une compréhension globale du phénomène est délicate, mais, dans le même temps, stimulante pour mieux cerner un temps qui proclamait que la politique saine et la bonne raison d’État devaient être soumises à la morale et à la religion. La politique sans morale était une science païenne, le machiavélisme, qui était toujours pratiqué par les ennemis (quelle qu’en fut la filiation). Mais avant d’entamer une réflexion sur la façon de cerner ce politique dans les recherches sur l’histoire de la monarchie espagnole, on commencera par présenter l’évolution des recherches récentes et leurs principales lignes de force.

La récupération de l’histoire du politique

  • 2 Luís diez del corral, La monarquía hispánica en el pensamiento político europeo. De Maquiavelo a H (...)
  • 3 José alcalá-zamora y queipo de llano, España, Flandes y el Mar del Norte, 1618-1639. La última ofe (...)

2Les études sur le monde politique moderne, dans l’espace ibérique, ont connu une véritable révolution après la décennie 1980. La remise au goût du jour de l’individu et de l’événement, si courante dans l’historiographie européenne ou américaine de cette période, a eu un puissant écho chez les historiens du Portugal et de l’Espagne. Mais il faut comprendre que l’explosion historiographique survenue au cours de ces années a été aussi le résultat de l’évolution de sensibilités intellectuelles parfois complémentaires, mais parfois contradictoires entre elles et avec le mouvement historiographique général. Aujourd’hui, personne ne nie le poids du politique, au sens large, dans la recherche empirique ou dans les interprétations générales sur le développement de la Monarchie des Habsbourgs de Madrid. Mais il y a vingt ans les choses se passaient de façon assez différente. Le long processus de rénovation démocratique ibérique des années 1970-1978 a été accompagné par la réception, parfois un peu désordonnée, de l’histoire structuraliste (marxiste ou des Annales) qui a marginalisé les études du monde politique jugées « érudites », « obsolètes », « nationalistes » ou, dans le meilleur des cas, « super-structurelles ». L’étude « légitime » du politique était liée aux seuls mouvements sociaux comme les Comunidades ou les Germanías. Malgré cela, s’est poursuivi un très important travail, tant sur la pensée2 que sur les pratiques politiques3.

  • 4 On peut retrouver ces propositions, de provenances variées, ainsi que leur mise en forme et leurs (...)

3Les années 1980-1990 n’ont pas connu de véritable paradigme dominant dans l’historiographie ibérique. Les études d’histoire socioéconomique et démographique n’ont pas pu maintenir leur capacité rénovatrice de la période précédente, alors que l’influence de l’histoire culturelle (dans toutes ses variantes) est restée limitée et un peu mécanique. Dans ce contexte, il faut noter le développement assez libre d’une vraie réflexion sur la nature même du fait politique, et sur la capacité de l’historien à le cerner au sein d’un monde disparu depuis longtemps. Les débats sur des catégories comme état, citoyen ou même politique ont été alors particulièrement intéressants. Ces concepts ont été débattus pour savoir s’ils étaient effectivement pertinents pour l’étude des temps modernes, sans que soit prise en compte une vision anthropologique de cette société. Il faut considérer ces débats, qui ont eu aussi un écho dans les autres historiographies, comme la principale contribution des historiographies ibériques à la réflexion globale sur l’histoire politique4. À partir de ce moment, il a fallu revenir sur des approches considérées jusqu’alors comme propres à une histoire positiviste dépassée.

  • 5 Au sein de sa vaste production bistoriographique les textes qui ont eu le plus d’influence sont sa (...)
  • 6 Irving A. A. thompson, Guerra y decadencia. Gobierno y Administración en la España de Austrias (15 (...)
  • 7 Geoffrey parker, El ejército de Flandes y el camino español (1567-1659), Madrid, Revista de Occide (...)
  • 8 Richard kagan, Pleitos y pleiteantes en Castilla, 1500-1700, Salamanque, Junta de Castilla y León, (...)

4La légitimation d’une étude autonome du politique s’est aussi trouvée renforcée par l’influence des études hispaniques anglo-saxonnes, sur une voie ouverte par John H. Elliott5 et poursuivie par des historiens comme I. A. A. Thompson6, Geoffrey Parker7 ou Richard Kagan8 (entre autres). Dans ce cas il ne s’agissait pas tant d’une réflexion sur les composantes du fait politique que d’une rénovation de l’histoire institutionnelle. Il ne faut pas oublier que la plupart des principaux travaux de cet axe de recherche ont abouti avant 1978, mais que leur pleine réception a été retardée en Espagne jusque dans la seconde moitié de la décennie 1980, quand on a pu disposer de traductions. Il a fallu attendre quelques années encore pour assister au développement, de la part des historiens espagnols et portugais, de recherches qui ont continué sur cette lancée. Au même moment, en raison de problèmes internes à l’historiographie ibérique elle-même, celle-ci a manqué une vraie confrontation avec la rénovation de l’histoire politique portant sur le royaume de France ; la réception des travaux de Denis Richet, Robert Descimon, Mark Greengrass, Arlette Jouanna ou Sharon Kettering a en effet été assez tardive et incomplète.

  • 9 Parmi les travaux qui montrent bien l’état de la réflexion historiographique à ce moment : Xavier (...)
  • 10 Paul Kennedy, Auge y Caída de las Grandes Potencias, Barcelona, Plaza & Janés editores, 1989 [1988 (...)
  • 11 Les études récentes sur la monarchie espagnole sont celles de yun casalilla, bernal, artola, benna (...)

5Les outils conceptuels et l’expertise accumulés ont alors entraîné une floraison de l’histoire politique, évidente dès le milieu de la décennie 19909. La lecture de travaux comme celui de Paul Kennedy10, l’influence du point de vue plus large d’historiens comme G. Parker ou J. Israel ou le renforcement des liens avec les autres historiographies nationales qui travaillaient sur les territoires de la monarchie espagnole (notamment en Italie), ont permis l’apparition de nouveaux espaces de recherche. Bien que l’héritage des historiographies nationales (classiques, renouvelés ou reinventées) ait été, et demeure, fort lourd, on a commencé à élaborer une histoire de la monarchie espagnole conçue comme une construction politique globale11. La décennie 1990 a vu la consécration d’historiens espagnols qui se sont spécialisés dans l’étude de la présence de la Monarchie en ses divers territoires (Italie, Portugal ou Pays Bas). Cependant les recherches sur les royaumes extra-européens et sur la projection européenne globale du Roi catholique avaient encore des difficultés notables pour s’intégrer dans un discours commun.

  • 12 Bernard vincent, « Microhistoria a la española », Prohistoria, 3, 1999, p. 231-236.

6La réintégration de l’histoire politique ne s’est donc pas faite sans problèmes. Derrière le discours dominant sur la nécessité de rénovation du politique, on a pu constater la prolifération de travaux parfois trop mécaniques ou conservant une forte imprégnation d’histoire narrative. La réflexion rhétorique sur l’écriture de l’histoire, très active en Espagne entre 1993 et 1996, n’a pas eu une très grande influence sur la réalisation de travaux de recherche empiriques12. Enfin, vers 1995, le temps de l’hégémonie de l’histoire économique ou démographique n’était plus qu’un souvenir éloigné. D’une certaine façon, pour le meilleur et pour le pire, la politique était désormais à la mode. Mais la question restait posée : quelle politique fallait-il étudier ?

Nouvelles et anciennes spécialités

  • 13 Jean-Frédéric schaub, Le Portugal au temps du Comte-Duc d’Olivares (1621-1640). Le conflit de juri (...)
  • 14 Pedro cardim, « “Governo” e “política” no Portugal de seiscentos : o olhar do jesuíta António Viei (...)
  • 15 Jean-Pierre dedieu, Christian windler, « La familia ¿Una clave para entender la historia política? (...)

7Dans son livre sur le Portugal du Comte-Duc d’Olivares, Jean-Frédéric Schaub a montré les possibilités offertes par une rénovation historiographique pour l’étude des réalités politiques modernes13. Ce monde repose sur une pluralité juridictionnelle marquée par de constants et incontournables conflits, et guidée par une anthropologique culturelle différente de la rationalité contemporaine. Ce point de vue illustre les opportunités analytiques que fournit une vision élargie du politique, loin des approches traditionnelles qui le cherchaient seulement dans des espaces classiques : les affaires étrangères et la vie de cour. La politisation des rapports sociaux doit être intégrée dans une domination fondée sur une morale plus oconomique que politique14. Le cadre religieux de cette domination impose une dimension mystique à la quête de justice et, en conséquence, les rébellions ou les conflits purement politiques (s’ils existent) ne sont qu’un stade d’un processus débouchant sur un nécessaire recours à la sphère juridique. La compréhension de ce cosmos politique permet d’élargir la recherche au-delà du cadre administratif et institutionnel et d’inclure dans la réflexion le clientélisme et les rapports familiaux et interpersonnels15.

  • 16 J. M. carretero zamora, Cortes, Monarquía, Ciudades. Las Cortes de Castilla a comienzos de la Edad (...)

8Dans un monde qui nie l’existence d’une science politique indépendante de la morale, la quête des formes de politisation s’est dirigée vers les institutions où s’exprimait une rhétorique explicite concernant les rapports entre le pouvoir souverain et ses sujets. L’étude des assemblées représentatives (Cortes en Castille, Navarre ou dans le royaume d’Aragon, Corts en Catalogne et à Valence, Juntas du royaume en Galice)16 montre que, malgré leurs discours, il est fort difficile conserver la vision libérale qui voyait dans ces assemblées une sorte de parlementarisme ou l’expression de la voix du peuple, d’une nation intemporelle. Monopolisées par les oligarchies et les patriciats, les Cortes (et les municipalités) sont un lieu de négociation entre les agents du roi et ceux qui jouissent du pouvoir local.

  • 17 Carmelo lisón tolosana, La imagen del rey : monarquía, realeza y poder ritual en la Casa de los Au (...)
  • 18 Il y a une longue tradition touchant à l’étude des validos, dans la ligne du classique de Gregorio (...)
  • 19 Janine fayard, Los miembros del Consejo de Castilla en la Época Moderna, 1621-1746, Madrid, Siglo (...)

9La cour des Habsbourgs a attiré avec force l’attention des historiens. Confrontées à l’image classique d’un monde dominé par une bureaucratie de type moderne, les recherches récentes ont fixé leur attention sur le développement et la reproduction des systèmes de clientèle et de fidélité. La figure du roi, son entourage familial17, ses ministres18 et, globalement, l’administration et l’organisation du monde courtisan19 ont concentré une partie importante de ces travaux. Ces recherches ont comblé une vraie lacune dans les connaissances sur la composition et le fonctionnement du monde curial et, surtout, des mécanismes de prise de décision de la part du gouvernement, tant dans les grands affaires de la politique internationale que dans les concessions de grâces ou de promotions. L’administration royale retrouvait ainsi sa nature d’espace privé et patrimonial, contradictoire avec les visions plus anciennes. Bien sûr, restent ouvertes les questions de savoir s’il peut y avoir une vraie politique dans ce type de monde et si celui-ci est forcément incompatible avec une administration véritablement publique.

  • 20 Beatriz cárceles de gea, Fraude y administración fiscal en Castilla. La Comisión de Millones (1632 (...)
  • 21 M. barrio gozalo, El Real Patronato y los obispos españoles del Antiguo Régimen : 1556-1834, Madri (...)
  • 22 Carmen sanz ayán, Los banqueros de Carlos II, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1989 ; Juan A (...)
  • 23 Julio albi de la cuesta, De Pavia a Rocroi : los Tercios de infantería española en los siglos XVI (...)
  • 24 Les études sur l’intégration politique des divers territoires dans la monarchie espagnole s’inscri (...)

10Le monde de la cour reste forcement limité. Le problème de la projection du pouvoir du roi catholique sur l’ensemble de ses territoires a bénéficié de la réflexion sur l’histoire de l’État. Dans la décennie 1980 encore, dominait une caractérisation en deux mondes : celui de l’absolutisme royal (en gros la couronne de Castille après les Comunidades) et celui du gouvernement fondé sur le pactisme, c’est-à-dire les territoires où le respect juridique des libertés et privilèges territoriaux (fueros) était assuré. Cette interprétation binaire incorporait un héritage de l’historiographie du XIXe siècle à la fois prégnant et contradictoire, car par derrière on trouvait aussi bien le modèle téléologique des conceptions modernisatrices nécessaires à l’avènement de l’État que, en sens contraire, le schéma de la liberté opposée à la tyrannie. Le contexte politique et territorial espagnol permet de mieux comprendre le succès historiographique de ces conceptions pendant les décennies 1970 et 1980, mais l’évolution de la production historique a réduit son caractère opératoire, au moins avant la révolution fiscale du XVIIe siècle. Les recherches sur l’administration royale20, l’Église21, la fiscalité et les finances22 ou la défense23 ont mis l’accent sur la nature en elle-même contractuelle des rapports politiques entre un roi (qui n’avait ni les moyens, ni les structures coactives suffisants pour contrôler le territoire) et les pouvoirs locaux (qui avaient besoin de la légitimité institutionnelle et sociale que seul leur souverain pouvait leur fournir). Bien sûr, les degrés d’interaction et d’intégration entre ces poderosos locaux et l’administration royale, les formes de la réception de la grâce royale et les possibilités de négociation fiscale étaient différents selon les territoires24. Ces éléments ont été centraux dans l’évolution politique de chacun d’entre eux, sans négliger cependant le contexte de la politique d’ensemble de la Monarchie.

  • 25 James S. amelang, La formación de una clase dirigente : Barcelona, 1490-1714, Barcelone, Ariel, 19 (...)
  • 26 M. diago hernando, Estructuras de poder en Soria a fines de la Edad Media, Valladolid, Junta de Ca (...)
  • 27 A. guerrero mayllo, El gobierno municipal de Madrid 1560-1606, Madrid, Consejo Superior de Investi (...)
  • 28 José Ignacio fortea pérez, « Las ciudades, sus oligarquías y el gobierno del reino », in Antonio f (...)
  • 29 Antonio álvarez-ossorio alvariño, « Ceremonial palacio y constitución de monarquía en las embajada (...)
  • 30 Xavier gil pujol, « Del Estado a los lenguajes políticos, del centro de la periferia. Dos décadas (...)
  • 31 José Javier ruiz ibáñez, Las dos caras de Jano. Monarquía, ciudad e individuo (Murcia, 1588-1648),(...)
  • 32 Ignacio atienza hernández, Aristocracia, poder y riqueza en la España moderna. La casa de Osuna. S (...)
  • 33 Jesús izquierdo martín, El rostro de la comunidad : la identidad del campesino en la Castilla del (...)

11L’histoire des élites locales a répondu partiellement à cette mise en avant d’un modèle politique où les pouvoirs locaux jouent un rôle fondamental. Les analyses sur les patriciats urbains ont connu un important développement à la suite de travaux fondateurs25. Les approches ont été plurielles, avec un accent mis sur l’histoire sociale26, l’histoire administrative27, celle de la gestion politique28 et enfin celle des contacts entre les communautés et la cour29. Depuis le début du XXIe siècle, les études sur les élites ont pris une orientation de plus en plus culturelle30. Pour une compréhension plus politique de leur fonction au sein des mécanismes de domination monarchique, il serait souhaitable qu’un plus grand effort de recherche soit orienté vers les modalités de l’intégration de ces élites dans le monde global de la Monarchie, en lien avec la position de pouvoir de l’administration royale dans les divers territoires31. Par ailleurs, la réduction de l’analyse des jeux de pouvoir aux seules élites urbaines fait que les études sur le rôle politique de la noblesse n’ont pas connu le même essor que dans l’historiographie française32. Plus grave, sans doute, est le fait qu’il n’y a que très peu d’études sur la participation politique (active ou passive) de l’ensemble de la population par le canal du système corporatif33.

  • 34 J. A. salas ausens, E. jarque martínez, Las alteraciones de Zaragoza de 1591, Saragosse, Publicaci (...)
  • 35 Une formulation très claire dans Xavier gil pujol, « Epílogo. Política como cultura » in Tiempo de (...)
  • 36 X. torres i sans, Els bandolers (s. XVI-XVII), Vic, Eumo, 1991 ; E. balancy, Violencia civil en la (...)
  • 37 Jaime contreras, Sotos contra Riquelmes : regidores, inquisidores y criptojudíos, Madrid, Anaya-Ma (...)
  • 38 John H. elliott, « Una sociedad no revolucionaria : Castilla en la Década de 1640 », in 1640 : La (...)
  • 39 Juan E. gelabert, Castilla Convulsa (1631-1652), Madrid, Marcial Pons, 2001 ; José Ignacio fortea (...)
  • 40 Jean-Paul zúñiga, Espagnols d’Outre-Mer. Émigration, métissage et reproduction sociale à Santiago (...)
  • 41 C. J. carnicer garcía, J. marcos rivas, Espías de Felipe II. Los servicios secretos del Imperio es (...)

12Ce déficit explique que l’étude de la formation politique et identitaire du commun des habitants soit réduite au temps des révoltes ou des rébellions. Bien qu’elles ne retiennent plus l’attention avec la même force que dans les années 1970, on constate que la rénovation historiographique reste très présente dans les publications concernant ce type de confrontations, avec une attention grandissante au cours de la décennie 1990 envers une approche conceptuelle, tant pour les chefs que pour les participants ordinaires34. Ce tournant culturel35 a concerné aussi la recherche sur le brigandage36, l’opposition fiscale ou encore les tensions sociales découlant des affrontements sur la définition des catégories et identités37. Ces circonstances demeuraient le territoire privilégié des approches politiques. Mais la situation a profondément changé après un article célèbre de John Elliott38 qui a mis en valeur le potentiel des situations « non révolutionnaires » comme objets d’analyse des évolutions politiques39. À travers ces études portant sur les temps ordinaires, les historiens ont ouvert la voie à la recherche sur les raisons de la stabilité dans les territoires de la monarchie espagnole. Plusieurs chantiers sont ici ouverts : la pratique quotidienne du pouvoir, les effets induits par la circulation des personnes et des idées entre les divers territoires de la Monarchie40, l’impact du modèle hispanique sur les territoires voisins41, les liens entre le prince, les oligar.

  • 42 Fernando bouza álvarez, « Críticas al rey en la década de 1570 : rezos y hacienda », in José martí (...)
  • 43 Fernando bouza álvarez, Imagen y propaganda. Capítulos de historia cultural del reinado de Felipe (...)
  • 44 Alfredo floristán imizcoz, « ¿Conquista o Restauración? La incorporación de Navarra a la Monarquía (...)

13chies et la population, la réception de la vénalité, la religion42 et la grâce ou la propagande royale43, l’évolution des attentes sociales des acteurs et des groupes, la diffusion d’un discours plus ou moins commun au sujet de l’intégration des différentes composantes dans cette Monarchie44.

  • 45 Enrique soria mesa, El cambio inmóvil : transformaciones y permanencias en una élite de poder (Cór (...)

14La compréhension de l’anthropologie culturelle propre aux mondes ibériques, au sein de l’espace catholique du temps, est décisive pour cerner les clivages à partir desquels pouvaient émerger les identités politiques. Cette anthropologie avait ses systèmes de contrôle et de reproduction (les statuts de limpieza de sangre ou l’Inquisition, mais aussi le développement de rituels religieux, royaux et civiques). La recherche en histoire sociale a cependant montré que l’image classique d’une Espagne enfermée dans ses propres catégories (noblesse, limpieza, casta) ne résiste pas à une enquête approfondie. Bien au contraire, dans la société ibérique, alors même que le discours de fermeture sociale s’est de plus en plus formalisé, la mobilité entre les ordres, et l’oubli des « impuretés du sang », ont pris encore davantage de place45. Bien sûr, pour réussir, des formes d’occultation et de complicité sociale étaient nécessaires, mais ce qui a compté plus encore, c’est l’aptitude du roi à reconnaître ces statuts acquis de fraîche date.

*

Conclusion

15Le renouveau des travaux sur le monde politique a permis une réflexion plus approfondie sur la perception sociale des pouvoirs à l’époque moderne. Bien sûr, il reste encore beaucoup de recherches à faire, d’autant que la plupart de travaux portent sur le monde des lettrés. Il faut se demander dans quelle mesure les constructions intellectuelles des théologiens ou des juristes (si chères aux historiens des concepts) ou les élucubrations des arbitristes ont été vraiment reçues au sein d’une population qui, faut-il le rappeler, était presque entièrement analphabète et pour laquelle le latin n’était qu’une sorte de langue sacrée. Les chercheurs ont constaté que, dans la rhétorique qui a cours dans les municipalités des grands villes, on a adopté très tôt ces formulations : les patriciats ont une forte capacité d’adaptation au changement de discours des théoriciens. Mais il manque une vraie recherche sur la diffusion de ces discours dans la masse de la population, condition d’une véritable histoire sociale de la culture politique. Bien sûr, la traque des perceptions politiques du commun est moins évidente à mener pour l’historien, car elles ne se trouvent pas dans les bibliothèques. Il n’empêche qu’une redécouverte de la culture politique du populaire s’impose. Celle-ci amalgame des conceptions et des perceptions sortant du cadre contemporain de ce qui relève du politique (et d’une généalogie simplifiée de celui-ci) ; elle rassemble en un équilibre instable, l’identité religieuse, la fierté locale (pour la patrie naturelle) et celle du royaume (pour la patrie nationale), la xénophobie, la défense des privilèges locaux et corporatifs… Il faut identifier tous ces éléments grâce à l’étude des pratiques quotidiennes du pouvoir : le refus ou non du payement des taxes pour la municipalité ou le roi, la participation aux rituels religieux et civiques, le volontariat pour les armées du roi (le recrutement n’a pas été contraint avant la décennie 1630), les effets grandissants de la vénalité royale dans la vie courante ou le recours à la justice ordinaire ou extraordinaire (audiences, Chancillerías, mais aussi Inquisition)…

  • 46 Enrique giménez lópez, « La nueva planta y la Corona de Aragón », Torre de los Lujanes, 38, 1999, (...)

16Mais peut-on parler d’une vraie politisation de la société ibérique d’Ancien Régime ? Evidement la réponse est liée à la conception historiographique qu’on retient pour appréhender le passé. De toute évidence, on ne peut pas trouver aux XVIe et XVIIe siècles l’équivalent de la politisation contemporaine, laquelle, au moins en théorie, repose sur une séparation radicale entre le monde de la religion et celui de la politique, ainsi que sur une conception moniste de la souveraineté. Mais si on privilégie une vision plus adaptée à l’époque moderne, on peut identifier cette politisation comme une capacité de mobilisation à partir des idées et des identités politiques du temps : de là découlent beaucoup de perspectives de recherche. La double nature d’une société composée à la fois d’individus et de corporations impose une analyse assez complexe. De fait, les débats sur l’État moderne, les conflits politiques ou les systèmes de contrôle social ont donné une image assez nouvelle de la réalité du pouvoir aux Temps Modernes : en fait, elle est plus flexible et moins institutionnelle qu’on ne l’a longtemps cru. Les études sur l’engagement dans les guerres civiles et les révoltes (Comunidades, Germanías, guerre des Alpujarras, Alteraciones d’Aragon, rébellions du XVIIe siècle, guerre de Succession d’Espagne46) n’ont pas seulement privilégié les composantes sociales de ces mouvements, mais aussi (et parfois de façon polémique) leurs attendus idéologiques, religieux et théoriques. La question est alors de savoir comment ces concepts ont été perçus par les protagonistes (de tous niveaux sociaux) et si, et comment, ils ont eu la capacité de provoquer une action politique tant individuelle que collective ou corporative.

*

17Pour essayer de percevoir les degrés de ce type de politisation, il faut l’approcher d’une façon dynamique. Les situations de loyauté, de mobilisation ou d’insoumission populaire mettent en évidence dans quelle mesure l’ensemble de la population jugeait les interventions des autorités – le roi, ses ministres, les municipalités –, licites, justes ou tyranniques. Il faut insérer ensuite dans le temps historique de la monarchie espagnole les transformations de ces phénomènes. Les résultats obtenus s’inscrivent dans un monde dans lequel le conflit ouvert n’est qu’une étape d’une réalité politique quotidienne complexe. Il faut donc analyser aussi les mécanismes de judiciarisation de ces conflits et les reconstructions historiques produites par les pouvoirs, tant régionaux que locaux. La recherche actuelle est donc loin de voir les XVIe et XVIIe siècles comme une époque sans politique, ou presque sans histoire politique. L’image de populations simplement soumises, dans un imposant cadre baroque, fait l’objet d’un net refus historiographique. On a affaire à des sociétés vivantes, fondées sur une forme de stabilité, mais avec une ductilité notable, et c’est dans ce cadre qu’il faut chercher à dégager les conceptions politiques des hommes ordinaires.

Notes

1 Ce texte a été initialement conçu dans le cadre du projet de recherche : « “Par le ministère de la saincteté du pape & du Roy Catholique”. Los católicos radicales franceses, la Liga y la Monarquía Hispánica (1585-1610) », Ministerio de Educación y Ciencia-FEDER, HUM2005-04125. Sa rédaction doit beaucoup au chapitre 6 de José Javier ruiz ibáñez, Bernard vincent, Los siglos XVI y XVII. Política y sociedad. Historia de España 3er milenio, Madrid, Síntesis, 2007. Pour une vision générale de l’historiographie récente espagnole, D. L. gonzález lopo, R. J. lópez lópez (éd.), Balance de la historiografía modernista, 1973-2001 : Actas del VI Coloquio de Metodología Histórica Aplicada (Homenaje al profesor Antonio Eiras Roel), celebrado en Santiago de Compostela, del 25 al 27 de octubre de 2001, Saint-Jacques-de-Compostelle, Dirección Xeral de Patrimonio Cultural, 2002 ; Ricardo garcía cárcel, « La reciente historiografía modernista español », Chronica Nova, 2001, no 28, p. 185-219 ; José Antonio munita loinaz, José Ramón díaz de durana ortiz de urbina (éd.), XXV años de historiografía hispana (1980-2004) : historia medieval, moderna y de América, Bilbao, Universidad del País Vasco, 2007.

2 Luís diez del corral, La monarquía hispánica en el pensamiento político europeo. De Maquiavelo a Humbolt, Madrid, Revista de Occidente, 1976 ; J. L. abellán, Historia crítica del pensamiento español. II. La edad de oro (siglo XVI), Madrid, Espasa Calpe, 1979 ; J. A. fernández santamaría, Razón de Estado y Política en el pensamiento español del Barroco (1595-1640), Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 1986 ; ID., El Estado, la Guerra y la Paz. El pensamiento político español en el Renacimiento (1516-1559), Madrid, Akal, 1988.

3 José alcalá-zamora y queipo de llano, España, Flandes y el Mar del Norte, 1618-1639. La última ofensiva de los Austrias Madrileños, Barcelone, Planeta, 1975 ; Antonio domínguez ortiz, Alteraciones andaluzas, Madrid, Narcea, 1973 ; ID., Política y Hacienda de Felipe IV, Pegaso, Madrid, 1983 ; ID., avec Bernard vincent, Historia de los moriscos : vida y tragedia de una minoría, Madrid, Revista de Occidente, 1978 ; Miguel artola, La Hacienda del Antiguo Régimen, Madrid, Alianza, 1982.

4 On peut retrouver ces propositions, de provenances variées, ainsi que leur mise en forme et leurs transformations dans Bartolomé clavero, Tantas personas como estados. Por una Antropología política de la Historia europea, Madrid, Tecnos, 1987 ; Antonio Manuel hespanha, Vísperas del Leviatán : Instituciones y Poder Político (Portugal siglo XVII), Madrid, Taurus, 1989 ; ID., « Las categorías de lo político y de lo jurídico en la Época Moderna », Ius Fugit, Revista Interdisciplinar de Estudios Histórico-jurídicos, 3-4, 1994-1995 [1996], p. 63-100 ; ID, « Paradigmes de légitimation, aires de gouvernement, traitement administratif et agents de l’administration », in Robert descimon, Jean-Frédéric schaub, Bernard vincent (dir.), Les figures de l’administrateur : institutions, réseaux, pouvoirs en Espagne, en France et au Portugal, XVIe-XIXe siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 1997, p. 19-28 ; Pablo fernández albaladejo, Fragmentos de Monarquía, Madrid, Alianza, 1992 ; ID., « Católicos antes que ciudadanos : gestación de una política española en los comienzos de la Edad Moderna », in José Ignacio fortea pérez, Imágenes de la diversidad : el mundo urbano en la Corona de Castilla (s. XVII-XVIIII), Santander, Universidad de Cantabria/Asamblea Regional de Cantabria, 1997, p. 103-127 ; Xavier gil pujol, « Ciudadanía, patria y humanismo cívico », Manuscrits, 2001, 19, p. 81-101 ; ID., « Un rey, una fe, muchas naciones. Patria y nación en la España de los siglos XVI-XVII » in Bernardo José garcía garcía, Antonio álvarez-ossorio alvariño (éd.), La monarquía de las naciones : patria, nación y naturaleza en la monarquía de España, Madrid, Fundación Carlos de Amberes, 2004, p. 39-76 ; Irving A. A. thompson, « Castilla, España y la Monarquía : la comunidad política de la patria natural a la patria nacional », Richard kagan, Geoffrey parker (éd.), España, Europa y el mundo atlántico : homenaje a John H. Elliott, Valladolid, Marcial Pons, [1995], p. 177-216.

5 Au sein de sa vaste production bistoriographique les textes qui ont eu le plus d’influence sont sans doute John H. elliott, La Rebelión de los catalanes : un estudio sobre la decadencia de España (1598-1640), Madrid, Siglo XXI, 1990 [1963] ; El Conde-Duque de Olivares. El político en una época de decadencia, Barcelone, Crítica, 2006 [1986] ; Empires of the Atlantic World. Britain and Spain in America, 1492-1830, New Haven-Londres, Yale University Press, 2006.

6 Irving A. A. thompson, Guerra y decadencia. Gobierno y Administración en la España de Austrias (1560-1620), Barcelone, Crítica, 1981 [1976]. Le débat sur son livre est présenté de façon très intelligente dans ID., « La movilización de recursos nacionales y la tesis de Downing. La guerra y el Estado en España a mediados del siglo XVII », in Enrique martínez ruiz, Magdalena pazzis pi corrales M. (dir.), España y Suecia en la época del Barroco (1600-1660), Madrid, Consejería de Educación y Cultura, 1998, p. 279-306.

7 Geoffrey parker, El ejército de Flandes y el camino español (1567-1659), Madrid, Revista de Occidente, 1986 [1974].

8 Richard kagan, Pleitos y pleiteantes en Castilla, 1500-1700, Salamanque, Junta de Castilla y León, 1991 [1981].

9 Parmi les travaux qui montrent bien l’état de la réflexion historiographique à ce moment : Xavier gil pujol, « La historia política de la Edad Moderna europea, hoy : progresos y minimalismo » in Carlos barros, (éd.), Historia a Debate, La Coruña, 1995, III, p. 195-208 ; Jean-Frédéric Schaub « La penisola iberica nei secoli XVI e XVIII : la questione dell Statu », Studi Storici, 1995, 36-1, p. 9-50.

10 Paul Kennedy, Auge y Caída de las Grandes Potencias, Barcelona, Plaza & Janés editores, 1989 [1988].

11 Les études récentes sur la monarchie espagnole sont celles de yun casalilla, bernal, artola, bennassar et vincent analysées dans J. J. ruiz ibáñez, B. vincent, Los siglos…, p. 317-323.

12 Bernard vincent, « Microhistoria a la española », Prohistoria, 3, 1999, p. 231-236.

13 Jean-Frédéric schaub, Le Portugal au temps du Comte-Duc d’Olivares (1621-1640). Le conflit de juridictions comme exercice de la politique, Madrid, Casa de Velázquez, 2001.

14 Pedro cardim, « “Governo” e “política” no Portugal de seiscentos : o olhar do jesuíta António Vieira », Penélope : revista de história e ciências sociais, no 28, 2003, p. 59-92.

15 Jean-Pierre dedieu, Christian windler, « La familia ¿Una clave para entender la historia política? El ejemplo de la España Moderna », Studia Historica. Historia Moderna, 18, 1998, p. 201-236 ; Jean-Pierre dedieu, Michel bertrand, « ¿Vino joven en odres viejas? : prosopografía y relaciones sociales en la monarquía », in Historia y perspectivas de investigación : estudios en memoria del profesor Ángel Rodríguez Sánchez, Mérida, Editoria regional de Extremadura, 2002, p. 31-38 ; Jean-Pierre dedieu, « Amistad, familia, patria… y rey. Las bases de la vida política en la monarquía española de los siglos XVII y XVIII », Mélanges de la Casa de Velázquez, 2005, 35-1, p. 27-50.

16 J. M. carretero zamora, Cortes, Monarquía, Ciudades. Las Cortes de Castilla a comienzos de la Edad Moderna (1476-1515), Madrid, Siglo XXI, 1988 ; Juan Luis castellano, Cortes de Castilla y su Diputación (1621-1789) : Entre pactismo y absolutismo, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1990 ; José Ignacio fortea pérez, Monarquía y Cortes en la Corona de Castilla. Las ciudades ante la política fiscal de Felipe II, Valladolid, Cortes de Castilla y León, 1990 ; M. de artaza, Rey, Reino y representación. La Junta General del Reino de Galicia, Madrid, CSIC, 1998 ; Irving A. A. Thompson, « Oposición política y juicio del gobierno en las Cortes de 1592-98 », Studia historica. Historia moderna, 17, 1997, p. 37-62 ; Xavier gil pujol, « Parliamentary Life in the Crown of Aragon : Cortes, Juntas de Brazos, and Other Corporate Bodies », Journal of Early Modern History, 6, 2002, p. 362-95 ; Christine aguilar-adan, « D’une polémique baroque et ses effets : patronage de l’Espagne et représentation du corps social (1616-1631) », in P. fournier, J.- Ph. luis, L. P. martin, N. planas, (dir.), Institutions et représentations du politique. Espagne, France, Italie, XVIIe-XXe siècles, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2006, p. 25-44.

17 Carmelo lisón tolosana, La imagen del rey : monarquía, realeza y poder ritual en la Casa de los Austrias, Madrid, Espasa, 1991 ; J. L. gozalo sánchez-molero, El aprendizaje cortesano de Felipe II (1527-1546) : la formación de un príncipe del Renacimiento, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 1999.

18 Il y a une longue tradition touchant à l’étude des validos, dans la ligne du classique de Gregorio marañón, renouvelé par J. H. elliott : Francesco benigno, La sombra del rey, Madrid, Alianza, 1999 ; Concepción de castro, A la sombra de Felipe V. José Grimaldo, ministro responsable (1703-1726), Madrid, Marcial Pons, 2004.

19 Janine fayard, Los miembros del Consejo de Castilla en la Época Moderna, 1621-1746, Madrid, Siglo XXI, 1994 [1979] ; Feliciano barrios aguilera, El Consejo de Estado en la monarquía absoluta, 1521-1812, Salamanque, Universidad de Salamanca, 1984 ; ID., Los Reales Consejos : el gobierno central de la Monarquía en los escritores sobre Madrid del siglo XVII, Madrid, Universidad Complutense, 1988 ; J. F. baltar rodríguez, Las Juntas de Gobierno en la monarquía hispánica (siglos XVI-XVII), Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 1988 ; José martínez millán (dir.), La corte de Felipe II, Madrid, Alianza, 1994 ; Carlos José de carlos morales, El Consejo de Hacienda de Castilla, 1523-1602. Patronazgo y clientelismo en el gobierno de las finanzas reales durante el siglo XVI, Valladolid, Consejería de Educación y Cultura de Castilla y León, 1996 ; Santiago fernández conti, Los consejos de Estado y Guerra de la Monarquía Hispana durante la época de Felipe II (1548-1595), Madrid, Ediciones de Universidad Autónoma, 1997 ; Ignacio ezquerra revilla, El Consejo Real de Castilla bajo Felipe II : grupos de poder y luchas faccionales, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 2000 ; S. hernández, El marqués de Velada y la corte en los reinados de Felipe II y Felipe III : nobleza cortesana y cultura política en la España del Siglo de Oro, Salamanque, Junta de Castilla y León, 2004.

20 Beatriz cárceles de gea, Fraude y administración fiscal en Castilla. La Comisión de Millones (1632-1658), Valladolid, Junta de Castilla y León, 1993 ; ID., Reforma y fraude fiscal en el reinado de Carlos II. La Sala de Millones (1658-1700), Madrid, Banco de España, 1995 ; ID., Fraude y desobediencia fiscal en la corona de Castilla, 1621-1700, Valladolid, Junta de Castilla y León, 2000 ; José Ignacio fortea pérez, « Quis custodit custodes ? : los corregidores de Castilla y sus residencias (1558-1658) », in Vivir el Siglo de Oro : poder, cultura, e historia en la época moderna : estudios homenaje al profeso Ángel Rodríguez Sánchez, Salamanque, Universidad de Salamanca, 2003, p. 179-222. Sur les tribunaux royaux voir Teresa canet aparisi, La magistratura valenciana. Siglos XVI-XVII, Valence, Universidad de Valencia, 1990 ; Ricardo garcía cárcel, Doris moreno martí-nez, Inquisición : Historia Crítica, Madrid, Temas de Hoy, 2000 ; Inés gómez gonzález, La Justicia, el Gobierno y sus Hacedores : La Real Chancillería de Granada en el Antiguo Régimen, Grenade, Comares, 2003 ; J. L. bermejo cabrero, Poder político y administración de justicia en la España de los Austrias, Madrid, Ministerio de Justicia, 2005.

21 M. barrio gozalo, El Real Patronato y los obispos españoles del Antiguo Régimen : 1556-1834, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2004 ; Ignasi fernández terricabras, Felipe II y el clero secular : la aplicación del Concilio de Trento, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 2000 ; J. J. lozano navarro, La Compañía de Jesús y el poder en la España de los Austrias, Madrid, Cátedra, 2005.

22 Carmen sanz ayán, Los banqueros de Carlos II, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1989 ; Juan Antonio sánchez belén, La política fiscal en Castilla durante el reinado de Carlos II, Madrid, Siglo XXI, 1996 ; Juan E. gelabert, La bolsa del rey : rey, reino y fisco en Castilla (1598-1648), Barcelone, Grijalbo Mondadori, 1997 ; J. L. martínez ruiz, Finanzas municipales y crédito público en la España Moderna. La Hacienda de la ciudad de Sevilla, 1528-1768, Séville, Ayuntamiento de Sevilla, 1991 ; José Ignacio andrés ucendo, La fiscalidad en Castilla en el siglo XVII : los servicios de millones, 1601-1700, Bilbao, Universidad del País Vasco, 1999 ; Carlos álvarez nogal, Los banqueros de Felipe IV y los metales preciosos americanos (1621-1665), Madrid, Banco de España, 1997 ; ID., El crédito de la monarquía hispánica en el reinado de Felipe IV, Valladolid, Consejería de Educación y Cultura, 1997 ; Bernard hernández, Fiscalidad de Reinos y Deuda Pública en la Monarquía Hispánica del siglo XVI, Cordoue, Universidad de Córdoba, 2002 ; Anne dubet, Hacienda, Arbitrismo y Negociación Política : los Proyectos de Erarios Públicos y Montes de Piedad en los siglos XVI y XVII, Valladolid, Universidad de Valladolid, 2003 ; Ofelia rey castelao, « Los estudios sobre fiscalidad en la Época moderna : ¿fenómeno historiográfico real o aparente? » Obradoiro de historia moderna, 13, 2004, p. 215-252.

23 Julio albi de la cuesta, De Pavia a Rocroi : los Tercios de infantería española en los siglos XVI y XVII, Madrid, Balkan, 1999 ; Ruth mackay, The Limits of Royal Authority. Resistance and Obedience in Seventeenth-Century Castile, Cambridge, Cambridge University Press, 1999 ; Christopher storrs, The Resilience of the Spanish Monarchy (1665-1700), Oxford/New York, Oxford University Press, 2006.

24 Les études sur l’intégration politique des divers territoires dans la monarchie espagnole s’inscrivent dans deux traditions : les études spécifiques sur un royaume et celles qui cherchent à cerner une vision globale de la Monarchie ; ces deux traditions ont été influencées par deux travaux : Helmut koenigsberger, La práctica del imperio, Madrid, Alianza Universidad, 1989 [1969] et John H. elliott, « A Europe of composite Monarchies », Past and Present, 137, 1992, p. 48-71. Dans la première catégorie, on peut retenir, entre autres : Amparo felipo orts, El Centralismo de nuevo cuño y la política de Olivares en el País Valenciano. Fiscalidad, control público y hacienda municipal (1621-1634), Valence, Ayuntamiento de Valencia, 1988 ; Enrique solano camón, Poder monárquico y estado pactista (1626-52) : los aragoneses ante la Unión de Armas, Saragosse, Institución Fernando el Católico, 1987 ; Gregorio colás latorre, La Corona de Aragón en la Edad Moderna, Madrid, Arco Libros, 1998 ; Joan Lluis palos, Catalunya al imperi dels Austria, Lérida, Pagés Editors, 1994 ; J. juan vidal, El sistema de gobierno en el reino de Mallorca, siglos XV-XVII, Palma de Mallorca, El tall, 1996 ; Ernest belenguer cebriá, Un reino escondido : Mallorca, de Carlos V a Felipe II, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 2000 ; ID., La Corona de Aragón en la monarquía hispánica : del apogeo del siglo XV a la crisis del XVII, Barcelone, Ediciones Península, 2001 ; Rafael valladares, Portugal y la Monarquía Hispánica, 1580-1668, Madrid, Arco Libros, 2000 ; Fernando bouza álvarez, Portugal no tempo dos Filipes. Política, Cultura, Representaçoes (1580-1668), Lisboa, Cosmos, 2000 ; Miguel Ángel echevarría bacigalupe, Flandes y la monarquía hispánica : 1500-1713, Madrid, Sílex, 1998 ; Alicia esteban estríngana, Guerra y finanzas en los Países Bajos católicos : de Farnesio a Spinola postarchiducal (1621-1634), Louvain, Leuven University press, 2005 ; Alfredo floristán imizcoz, La Monarquía Española y el gobierno del Reino de Navarra, 1512-1808, Pampelune, Gobierno de Navarra, 1991 ; Manuel rivero rodríguez, Felipe II y el gobierno de Italia, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 1998 ; Beatriz alonso acero, Orán-Mazalquivir, 1589-1639 : una sociedad española en la frontera de Berbería, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2000 ; Carlos hernando sánchez, Castilla y Nápoles en el siglo XVI. El virrey Pedro de Toledo. Linaje, Estado y Cultura (1532-1553), Salamanque, Junta de Castilla y León, 1994 ; Mireille peytavin, Visite et gouvernement dans le royaume de Naples : XVIe-XVIIe siècles, Madrid, Casa de Velázquez, 2003 ; J. M. garcía marín, Castellanos viejos de Italia : el gobierno de Nápoles a fines del siglo XVII, Milán, Giuffrè, 2003.

25 James S. amelang, La formación de una clase dirigente : Barcelona, 1490-1714, Barcelone, Ariel, 1986.

26 M. diago hernando, Estructuras de poder en Soria a fines de la Edad Media, Valladolid, Junta de Castilla y León, 1993.

27 A. guerrero mayllo, El gobierno municipal de Madrid 1560-1606, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1993 ; José Manuel de bernardo ares, Corrupción política y centralización administrativa. La Hacienda de Propios en la Córdoba de Carlos II, Cordoue, Universidad de Córdoba, 1993 ; Antoni passola tejedor, Oligarquia i poder a la Lleida dels Austria. Una elit municipal catalana en la formacio de l’estat modern, Lérida, Pagés editors, 1997 ; Mauro hernández benítez, A la sombra de la Corona. Poder real y Oligarquía urbana (Madrid, 1606-1808), Madrid, Siglo XXI, 1995 ; Francisco José aranda pérez, Poder y poderes en la ciudad de Toledo : gobierno, sociedad y oligarquías urbanas en la Edad Moderna, Cuenca, Universidad de Castilla-La Mancha, 1999 ; ID. (éd.), Poderes intermedios, poderes interpuestos : sociedad y oligarquía, Cuenca, Universidad de Castilla-La Mancha, 1999.

28 José Ignacio fortea pérez, « Las ciudades, sus oligarquías y el gobierno del reino », in Antonio feros, Juan E. gelabert (éd.), España en tiempos del Quijote, Barcelone, Taurus, 2004, p. 235-278 ; Bartolomé yun casalilla, « Mal avenidos, pero juntos : Corona y oligarquías urbanas en Castilla en el siglo XVI », Vivir el Siglo de Oro : poder, cultura, e historia en la época moderna : estudios homenaje al profesor Angel Rodríguez Sánchez, Salamanque, Universidad de Salamanca, 2003, p. 62-76 ; M. C. saavedra vázquez, Galicia en el camino de Flandes. Actividad militar economía y sociedad en la España Nor-Atlántica, La Corogne, Edicios do Castro, 1996 ; María lópez díaz, Señorío y municipio. Concurrencia y conflicto de poderes en la ciudad de Santiago (siglos XVI-XVII), Saint-Jacques-de-Compostelle, Universidad de Santiago de Compostela, 1997 ; Antonio jiménez estrella, Poder, ejército y gobernación en el siglo XVI. De la Capitanía General del Reino de Granada y sus agentes, Grenade, Universidad de Granada, 2004.

29 Antonio álvarez-ossorio alvariño, « Ceremonial palacio y constitución de monarquía en las embajadas de las provincias en la corte de Carlos II », Annali di storia moderna e contemporanea, 6, 2000, p. 227-358 ; Pedro cardim, « Los portugueses frente a la Monarquía Hispánica », in Bernardo José garcía garcía, Antonio álvarez-ossorio alvariño (éds.), La monarquía de las naciones : patria, nación y naturaleza en la monarquía de España, Madrid, Fundación Carlos de Amberes, 2004, p. 355-384.

30 Xavier gil pujol, « Del Estado a los lenguajes políticos, del centro de la periferia. Dos décadas de Historia política sobre la España de los siglos XVI y XVII » in José M. de bernardo ares (éd.), El Hispanismo Anglonorteamericano. Aportaciones, problemas y perspectivas sobre Historia, Arte y Literatura españolas (siglos XVI-XVIII). Actas de la I Conferencia Internacional “Hacia un nuevo Humanismo”, Córdoba, 9-14 de septiembre de 1997, Cordoue, Publicaciones Obra Social y Cultural CajaSur, 2001, p. 883-919.

31 José Javier ruiz ibáñez, Las dos caras de Jano. Monarquía, ciudad e individuo (Murcia, 1588-1648), Murcie, Universidad de Murcia, 1995 ; Porfirio sanz camañes, Política, Hacienda y Milicia en el Aragón de los últimos Austrias entre 1640 y 1680, Saragosse, Institución Fernando el Católico, 1997 ; Julio muñoz rodríguez, Damus ut des. Los servicios de la ciudad de Murcia a la Corona a finales del siglo XVII, Murcie, Academia Alfonso X el Sabio, 2003 ; Juan Francisco pardo molero, La defensa del Imperio. Carlos V, Valencia y el Mediterráneo, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 2001 ; Susana truchuelo garcía, Gipuzkoa y el poder real en la Alta Edad Moderna, San Sebastián, Diputación Foral de Gipuzkoa, 2004 ; Enrique solano camón, « La proyección del poder real en la Corona de Aragón en la España del Quijote », in Porfirio sanz camañes (éd.), La Monarquía Hispánica en tiempos del Quijote, Madrid, Silex-Universidad de Castilla-La Mancha, 2005, p. 463-492.

32 Ignacio atienza hernández, Aristocracia, poder y riqueza en la España moderna. La casa de Osuna. Siglos XV-XIX, Madrid, 1987 ; David garcía hernán, Aristocracia y señorío en la España de Felipe II : la Casa de Arcos, Grenade, Universidad de Granada, 1999 ; Adolfo carrasco martínez, Sangre, honor y privilegio : la nobleza española bajo los Austrias, Barcelone, Ariel, 2000 ; Bartolomé yun casalilla, La gestión del poder : Corona y economías aristocráticas en Castilla (siglos XVI-XVIII), Madrid, Akal, 2002.

33 Jesús izquierdo martín, El rostro de la comunidad : la identidad del campesino en la Castilla del Antiguo Régimen, Madrid, Comunidad de Madrid, 2001.

34 J. A. salas ausens, E. jarque martínez, Las alteraciones de Zaragoza de 1591, Saragosse, Publicaciones Rolde de Estudios Aragoneses, 1991 ; J. danti, Aixecaments populars als Països Catalans (1687-1693), Barcelone, Curial, 1991 ; P. L. lorenzo cadarso, Los conflictos populares en Castilla (siglos XVI-XVII), Madrid, Siglo XXI, 1996 ; Pablo sánchez león, Absolutismo y comunidad : los orígenes sociales de la guerra de los comuneros de Castilla, Madrid, Siglo XXI, 1998 ; J. albareda I salvadó, « Els dirigents de la revolta pagesa de 1687-1689 de barretinas a botiflers », Recerques, 20, 1991, p. 151-170 ; ID., Felipe V y el triunfo del absolutismo : Cataluña en un conflicto europeo (1700-1714), Barcelone, Generalitat de Catalunya, 2002 ; Pablo pérez garcía, Jorge catalá sanz, Epígonos del encubertismo. Procesos contra los agermanados de 1541, Valence, Direcció General del Llibre i Coordinació Bibliotecària, 2000 ; J. gascón pérez, La rebelión de las palabras. Sátiras y oposición política en Aragón (1590-1626), Saragosse, Larumbe, 2003.

35 Une formulation très claire dans Xavier gil pujol, « Epílogo. Política como cultura » in Tiempo de política. Perspectivas historiográficas sobre la EUROPA moderna, Barcelone, Universitat de Barcelona, 2007, p. 397-421.

36 X. torres i sans, Els bandolers (s. XVI-XVII), Vic, Eumo, 1991 ; E. balancy, Violencia civil en la Andalucía moderna (Siglos XVI-XVII) : familiares de la Inquisición y banderías locales, Séville, Universidad de Sevilla, 1999.

37 Jaime contreras, Sotos contra Riquelmes : regidores, inquisidores y criptojudíos, Madrid, Anaya-Mario Muchnik, 1992 ; Juan hernández franco, Cultura y limpieza de sangre en la España Moderna. Puritate Sanguinis, Murcie, Universidad de Murcia, 1996.

38 John H. elliott, « Una sociedad no revolucionaria : Castilla en la Década de 1640 », in 1640 : La Monarquía Hispánica en Crisis, Barcelone, Crítica, 1991, p. 102-122 ; Luís ribot garcía, La monarquía de España y la guerra de Mesina (1674-1678), Madrid, Actas, 2002 ; J. I. ruiz rodríguez, Disputa y consenso en la Administración fiscal castellana. Villanueva de los Infantes y el partido del Campo de Montiel c. 1600-1660, Madrid, Universidad de Alcalá de Henares, 2005.

39 Juan E. gelabert, Castilla Convulsa (1631-1652), Madrid, Marcial Pons, 2001 ; José Ignacio fortea pérez, « Los abusos del poder : el común y el gobierno de las ciudades en Castilla tras la rebelión de las Comunidades », in José Ignacio fortea pérez, Juan E. gelabert, Tomás A. mantecón movellán, Furor et rabies. Violencia, conflicto y marginación en la Edad Moderna, Santander, Universidad de Cantabria, 2002, p. 183-218 ; J. B. owens, By my absolute royal authority : justice and the Castilian Commonwealth at the beginning of the first global age, Rochester, University of Rochester Press, 2005 ; Xavier gil pujol, « Más sobre revueltas y revoluciones del siglo XVII y sobre su ausencia », in Geoffrey parker (éd.), La crisis de la Monarquía de Felipe IV, Barcelone, Instituto Simancas-Crítica, 2007, p. 351-392.

40 Jean-Paul zúñiga, Espagnols d’Outre-Mer. Émigration, métissage et reproduction sociale à Santiago du Chili, au XVIIe siècle, Paris, ehess, 2002 ; Emilio sola, Los que van y vienen : información y fronteras en el Mediterráneo clásico del siglo XVI, Alcalá de Henares, Universidad de Alcalá, 2005 ; Grégoire salinero, Une ville entre deux mondes : Trujillo d’Espagne et les Indes au XVIe siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 2006.

41 C. J. carnicer garcía, J. marcos rivas, Espías de Felipe II. Los servicios secretos del Imperio español, Madrid, La Esfera de los libros, 2005 ; Beatriz alonso acero, Sultanes de Berbería en tierras de la cristiandad, Barcelone, Ediciones Bellaterra, 2006 ; T. J. dandelet, La Roma española : 1500-1700, Barcelone, Crítica, 2002 ; Enrique garcía hernán, Irlanda y el rey prudente, Madrid, Ediciones del Laberinto, 2000-2003 ; Oscar recio morales, El socorro de Irlanda en 1601 y la contribución del ejército a la integración social de los irlandeses en España, Madrid, Ministerio de Defensa, 2002 ; ID., España y la pérdida del Ulster : Irlanda en la estrategia política de la Monarquía hispánica (1602-1649), Madrid, Ediciones del Laberinto, 2003 ; Igor pérez tostado, Irish Influence at the Court of Spain in the seventeenth Century, Bodmin-Dublin, Four Courts Press Ltd, 2008 ; Jean-Frédéric schaub, La Francia española. Las raíces hispanas del absolutismo francés, Madrid, Marcial Pons, 2004 ; Alain hugon, Au service du roi catholique. “Honorables ambassadeurs’”et “divins espions”. Représentation diplomatique et service secret dans les relations hispanofrançaises de 1598 à 1635, Madrid, Casa de Velázquez, 2004 ; Robert descimon, José Javier ruiz ibáñez, Les ligueurs de l’exil. Le réfuge catholique français après 1594, Seyssel, Champ Vallon, 2005 ; Friedrich edelmayer, Söldner und Pensionäre. Das Netzwerk Philippe II in Heiligen Römischen Reich, Vienne, Verlag für Geschichte und Politik, Oldenbourg, 2002.

42 Fernando bouza álvarez, « Críticas al rey en la década de 1570 : rezos y hacienda », in José martínez millán (dir.), Felipe II (1527-1598). Europa y la Monarquía Católica, Madrid, 1998, vol. II, p. 103-132.

43 Fernando bouza álvarez, Imagen y propaganda. Capítulos de historia cultural del reinado de Felipe II, Madrid, Akal, 1998 ; M. J. del río barredo, Madrid, Urbs Regia : La capital ceremonial de la Monarquía Católica, Madrid, Marcial Pons, 2000.

44 Alfredo floristán imizcoz, « ¿Conquista o Restauración? La incorporación de Navarra a la Monarquía Española », Hispania, LIX/2-202, 1999, p. 457-491 ; Pablo fernández albaladejo, « El pensamiento político : perfil de una política propia », in Ernest belenguer cebrià, José alcalá-zamora y queipo de llano (éd.), Calderón de la Barca y la España del Barroco, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2003, vol. I, p. 675-692 ; Jon arrieta alberdi, « Las formas de vinculación a la Monarquía y de relación entre sus reinos y coronas en la España de los Austrias. Perspectivas de análisis », in Bernardo José garcía garcía, Antonio álvarez-ossorio alvariño (éd.), La monarquía de las naciones : patria, nación y naturaleza en la monarquía de España, Madrid, Fundación Carlos de Amberes, 2004, p. 303-326.

45 Enrique soria mesa, El cambio inmóvil : transformaciones y permanencias en una élite de poder (Córdoba, ss. XVI-XIX), Cordoue, Ediciones de la Posada, 2001.

46 Enrique giménez lópez, « La nueva planta y la Corona de Aragón », Torre de los Lujanes, 38, 1999, p. 85-96 ; Ricardo garcía cárcel, Felipe V y los españoles, Barcelone, Nuevas Ediciones de Bolsillo, 2003 ; Francisco Javier guillamón álvarez, Julio muñoz rodríguez, « Los castellanos y la Guerra de Sucesión : disciplina social y orden político en la Corona de Castilla (1680-1714) », Cheiron, 39-40, 2003, p. 105-128.

Auteur

Universidad de Murcia

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search