Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sans en avoir l'air

 | 
François Ploux
, 
Michel Offerlé
, 
Laurent Le Gall

Conclusion

François Ploux et Laurent Le Gall

Texte intégral

1À livre refermé, pouvons-nous poursuivre plus avant en proposant trois questionnements et une application de l’objet « politique informelle » à la compréhension des mondes ruraux hexagonaux du XIXe siècle. Une ouverture pour conclure ou une gageure plus vraisemblablement...

Trois pistes

  • 1 Mariot N., Weber F., « “Honneur à notre élu”. Analyse ethnographique d’une coutume post-électorale (...)
  • 2 On se reportera à l’ouvrage de Robert V., Le temps des banquets. Politique et symbolique d’une gén (...)
  • 3 Voir la thèse de Cossart P., Le meeting politique. De la délibération à la manifestation (1868-193 (...)

2Le premier questionnement concerne la production de la politique informelle, une production dont nous souhaitons esquisser un début de typologie. La politique informelle pourrait être tout d’abord envisagée comme un lieu de rencontre, un point de jonction et de frottement. Comment l’imposition d’une norme dominante qui invente ou transforme des cadres et les règles du jeu crée-t-elle de nouvelles conditions de possibilité de penser le politique et de promouvoir des pratiques adéquates ? L’on songera, par exemple, à certains rituels qui accompagnent la consolidation de l’institution municipale et à la pérennisation du Mai d’honneur aux élus dans certains villages du Sud-Ouest en particulier. Planté à l’issue de la bataille électorale, marqueur d’une tradition qui puise ses racines dans la coutume des Mais, l’arbre disposé sur la propriété du conseiller est ce gage qui engage l’édile à ne pas rompre le pacte scellé au moment du scrutin entre lui et sa communauté (dévouement de l’élu/déférence de ses mandants)1. En se doublant d’un échange aux apparences surannées, la relation électorale se doit ainsi de fonctionner sur un rapport équivoque à la visibilité du politique qui, bien que contredisant une abstraction du citoyen au fondement de la théorie démocratique, n’en participe pas moins à la vitalisation de la démocratie municipale. La production (par induction) d’un certain nombre de formes spécifiques dans l’espace public tend alors, en apparence tout au moins, à l’élargir et à l’homogénéiser par intégration des normes en cours. Reste que cette extension du périmètre du politique peut aussi se solder par une discrimination de ces formes perçues, du côté des tenants de l’ordre institutionnalisé, comme des marques résiduelles d’une politique non rationalisée et, partant, inoffensives, folklorisées (cette politique informelle apparaissant alors comme un miroir inversé de ce à quoi les dominants sont sommés d’adhérer symboliquement pour mieux se démarquer) et périphériques... Transformé en un sujet quasiment anecdotique après la IIe République, le banquet2 imprégna l’horizon idéologique de la génération parvenue à l’âge adulte sous la Restauration à tel point qu’après trois décennies de codifications, il devint un point de convergence pour des forces pré-partisanes antagonistes et put être pensé par certains (les socialistes utopiques, en particulier) comme un instrument de transformation sociale – parce qu’il avait été investi d’emblée d’une forte charge mobilisatrice. Démonétisé après que la deuxième naissance du suffrage universel eut transformé les conditions d’interprétation et de possibilité de l’efficacité démocratique, le banquet fut condamné à devenir cette butte témoin d’un autre âge pour des hommes qui conçurent peu à peu le meeting comme une propédeutique citoyenne beaucoup plus adaptée à un espace tertio-républicain irrigué par des élections à répétition3.

  • 4 Scott J. C., La Domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, (...)
  • 5 Bouhey V., Les Anarchistes contre la République. Contribution à l’histoire des réseaux sous la III(...)
  • 6 Spitzer A. B., Old Hatreds and Young Hopes. The French Carbonari against the Bourbon Restoration, (...)
  • 7 Merriman J., The Agony of the Republic. The Repression of the Left in Revolutionary France, 1848-1 (...)
  • 8 Voir, par exemple, la contribution de Cabanel P., « La révolte des Inventaires », dans La Séparati (...)
  • 9 Tartakowsky D., Le pouvoir est dans la rue. Crises politiques et manifestations en France, Paris, (...)

3La politique informelle peut être ensuite pensée comme une alternative, un art de la résistance, un moyen de subversion. Nombreuses, dès lors que l’on se penche sur l’asymétrie des rapports sociaux et sur leurs débouchés politiques, les références à l’ouvrage de James C. Scott, La Domination et les arts de la résistance4, soulignent combien chaque sphère publique, aussi close sur elle-même soit-elle, produit des subcultures dissidentes qui, derrière l’image du consensus fabriqué par ceux qui en sont les bénéficiaires, opèrent un travail de sape susceptible de fédérer des individus autour de « communautés de destin ». Dans le sillage des thèses défendues par Scott, il s’agirait de repérer – et de qualifier – des répertoires nouveaux qui le disputent à des formes plus anciennes, par mimétisme ou par opposition, et, dans une optique génétique, de s’intéresser à leur inscription (ou non) dans le champ politique tel qu’il s’est construit contre eux, malgré eux, en les ignorant. Ambiguë dans son interprétation, la politique informelle peut alors apparaître ou comme un refuge (une résignation) pour des agents aux compétences limitées, ou comme un refus des règles du jeu par des acteurs aptes à contester l’ordre tel qu’il est au nom de ce qu’ils estiment relever de leur domaine d’intervention. Érigée en une pratique d’identification (à usage interne) et de cohésion du groupe, la culture du compagnonnage pétrie de relations ponctuelles entre les militants et façonnée par l’impérieuse nécessité du secret, qui orienta l’identité des groupes anarchistes dans les années 1880-19145, ne fut qu’une déclinaison – pour ne pas dire une actualisation – de ce que des opposants avaient déjà expérimenté dans le carbonarisme de la Restauration6 ou dans les sociétés clandestines de la IIe République7. La crise des Inventaires qui suivit de près la loi de Séparation de 1905 fournit un très bon laboratoire d’une concurrence entre formes normalisées de la protestation telles que la République les acceptait – et les promouvait – et gestes réputés appartenir à un archaïsme qui en disait long sur le fanatisme de certaines populations et sur les risques encourus par le régime. Dépréciés pour leur caractère insolite, incongru et anachronique qui devait rendre compte de l’ensauvagement archaïque des collectivités manifestantes, les chahuts devant les églises, les charivaris qui accompagnèrent la venue des autorités ou les sonneries du tocsin ne furent qu’exceptionnellement tenus pour ce que leurs acteurs souhaitaient qu’ils fussent pris : des actes d’une résistance plus ou moins organisée qu’il s’agissait de mener autant que faire se pouvait8. Dans le prolongement de ces questionnements, l’on pourrait alors se demander comment l’exigence d’une informalité politique (au nom de logiques propres à certains groupes) impose la création de cadres permettant son incubation et son expression (et vice-versa) ou comment, en fonction de certains processus, l’informel pensé à travers le lexique de la marge peut être intégré et naturalisé dans un champ politique qui se stratifie. Confuse, insaisissable à bien des égards tout en étant de plus en plus couramment utilisée par les « sans voix », la manifestation embryonnaire de la fin du XIXe siècle s’enracina et se métamorphosa peu à peu au cours des années 1920 et 1930 pour devenir un mode de participation constitutif en tant que tel d’une démocratie qui fit de la déambulation pour la défense de certains intérêts un complément – et non une alternative – aux procédures légales de la démocratie représentative9.

  • 10 Aldrin P., « S’accommoder du politique. Économie et pratiques de l’information politique », Politi (...)
  • 11 Offerlé M., « Illégitimité et légitimation du personnel politique ouvrier en France avant 1914 », (...)
  • 12 Tartakowsky D., La part du rêve. Histoire du 1er Mai en France, Paris, Hachette, 2005, p. 24.
  • 13 Boswell L., Le communisme rural en France. Le Limousin et la Dordogne de 1920 à 1939, Limoges, Pre (...)
  • 14 Braconnier C., Dormagen J.-Y., La démocratie de l’abstention. Aux origines de la démobilisation él (...)
  • 15 Blondiaux L., Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative, Paris, (...)
  • 16 Pierre Rosanvallon souligne : « La compréhension de la politique comme espace d’expérience s’impos (...)
  • 17 Scott J. C., La Domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, op. cit (...)

4La politique informelle peut être enfin pensée – ce sera le dernier élément de cette typologie – comme un produit dérivé de la politique institutionnelle. Liés par des relations de cause à effet, certains de ses marqueurs procèdent directement de ce bourgeonnement qui accompagne les formes et les lieux du politique les plus stabilisés en apparence. Trois exemples serviront, nous l’espérons, à le souligner. Nimbée d’une sorte de pureté arithmétique, la procédure électorale recèle pourtant cette capacité d’aimantation qui, en favorisant conversations et manœuvres en amont de la compétition et le jour du scrutin, la confortent dans ses aspects d’arche sainte de la démocratie. En s’attachant à décrire l’économie de l’information que génère la tenue des consultations dans le village varois de Picoureux et en plaidant pour « une sociologie de l’ordinaire qui fasse droit à la réalité de l’ordre ordinaire lui-même », Philippe Aldrin aura souligné combien rumeurs et échanges verbaux, qui empruntent les canaux des différentes sociabilités et contribuent à faire et à défaire les candidats, participent à une pragmatique du politique orientant en définitive un dispositif qui en est théoriquement exonéré10. En les autorisant, la loi de 1884 permit aux syndicats d’apparaître comme des forces représentatives d’un mouvement ouvrier tenu à l’écart de l’espace politique légitime11 et de promouvoir, à l’intérieur d’un corpus de signes suggérant leur autonomie, des moments d’agrégation sociale capables d’accompagner leur montée en puissance. Fête du travail, le 1er Mai en fit incontestablement partie. À l’heure de l’élision des barricades, il s’imposa en province dès les années 1890, incarnant le symbole de l’autodétermination d’un prolétaire apte à se doter d’un rendez-vous annuel dont il avait dessiné les formes et qui pouvait se revendiquer, lui aussi, à l’instar de la grève, d’un modus operandi propre à offrir une alternative au capitalisme12. Organisation partisane tendue dès sa naissance vers le conquête du pouvoir, le Parti communiste français dut moins ses succès dans le Limousin des années vingt et trente à la radicalisation d’une tradition rouge qu’à sa captation-(ré) invention d’une sociabilité villageoise dans des campagnes touchées de plein fouet par l’hécatombe de la Première Guerre mondiale et l’hémorragie des jeunes qui migraient vers les villes. Mis au crédit d’un parti qui aurait su capitaliser des suffrages en s’appuyant sur le maillage de ses cellules, l’encadrement de la population par des militants aguerris à la lutte électorale ne se résuma pas à l’introduction d’un nouveau cadre d’incubation politique dans une société rurale mais bien davantage à une acclimatation de ses représentants à des structures sociables qui existaient déjà13. À la suite de ces exemples, l’on pourrait d’ailleurs s’interroger sur la déliquescence de certains usages inhérente à la politique formelle et sur ses répercussions en termes d’émergence, de consolidation ou de consécration de pratiques informelles en voie de formalisation. Ce que l’on nomme, à tort ou à raison, la démocratie participative peut nous y entraîner. En un temps où l’acte électoral n’est plus forcément au cœur d’une citoyenneté effective14, certains acteurs plaident en faveur d’une prise en compte de ces pratiques plus ou moins souterraines et plus ou moins facilement identifiables qui orientent le sens de « ce conglomérat conceptuel qu’est la notion de démocratie participative15 ». Excipant de la légitimité des compétences d’un citoyen ordinaire qui, par le truchement de certaines de ses initiatives, expériences16 et expertises, serait à même de co-construire l’ordre politique, cette démocratie renouvelée se nourrirait continûment du tremblement des frontières instituées au gré des interventions de certains acteurs sociaux. L’informalité comme recours à ce qui semble le plus formalisé : voilà qui ne saurait être négligé pour éviter d’assimiler les à-côtés du politique à la seule « résistance à la domination idéologique nécessit[ant] une contre-idéologie – une négation – qui fournira[it] un cadre normatif général effectif afin d’organiser l’ensemble des pratiques de résistance inventées par un groupe dominé dans ses stratégies d’auto-défense17 ».

  • 18 Bayart J.-F., « L’énonciation du politique », Revue française de science politique, vol. 35, no 3, (...)
  • 19 Voir, par exemple, l’étude de Abélès M., Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d’un départ (...)
  • 20 Voir Corbin A., « L’agitation dans les théâtres de province sous la Restauration », dans Le temps, (...)
  • 21 Agulhon M., « Les Chambrées en basse Provence : histoire et ethnologie », dans Histoire vagabonde,(...)
  • 22 Voir, par exemple, Marais J.-L., Les Sociétés d’hommes. Histoire d’une sociabilité du 18e siècle à (...)
  • 23 Voir Petit V., La clef des champs. Les sociétés musicales du Haut-Doubs horloger au XIXe siècle, s (...)
  • 24 Agulhon M., Bodiguel M., Les associations au village, Le Paradou, Actes Sud, 1981, p. 21-24 ; Chab (...)
  • 25 En fonction de leur adaptation aux évolutions d’un espace politique dimensionné en tenant compte d (...)
  • 26 Ce qui pose la question de la synchronie des différentes logiques qui président à la dynamique gén (...)
  • 27 Mcphee P., Les Semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales, 1846-1852. Classes sociale (...)

5Le deuxième questionnement porte sur les possibles ou les impossibles convergences des différents registres de la politique informelle. Ne la considérer qu’à travers une fragmentation d’objets plus ou moins constitués et donc, plus ou moins identifiables, comporte un risque latent : celui de ne se satisfaire que d’une perception verticale (et donc partielle) des liens entre formes politiques institutionnelles et formes politiques non institutionnelles, et de produire, conséquemment, des catégories incapables d’épouser un spectre politique qui ne fonctionne pas uniquement sur le mode action/réaction. Suite à ses travaux consacrés au dévoilement du fonctionnement démocratique en Afrique noire, Jean-François Bayart préconisait, il y a près de trente ans déjà, de voir dans les sociétés « des configurations complexes d’espaces-temps produits, comme autant de pôles, par différents acteurs et qui ne parviennent qu’à des ajustements relatifs, incomplets, temporaires, se donnant comme des systèmes historiques inachevés et ouverts18 ». Dans la lignée de ses réflexions qui placent l’analyse localisée du politique au cœur du questionnement, nous suggérerons que l’adoption d’un point de vue stratigraphique capable de tenir compte des relations entre les différents constituants d’un champ et d’un hors-champ politiques à un moment donné invite à ne pas occulter les effets collatéraux (contamination, compétition) qui affectent l’économie générale des répertoires de l’informalité19. Difficile, en effet, dans un espace démocratique plus ou moins labile, de ne pas articuler les différentes conduites qui particip(èr)ent horizontalement à son élaboration – quand bien même elles sont dotées de leurs propres dynamiques – en les réintégrant dans leur chronologie particulière et d’essayer de distinguer ce qui les rend(it) ou bien concurrentes ou bien complémentaires. Tribune inavouée mais savamment utilisée par l’opposition sous la Restauration, l’enceinte des théâtres perdit en efficacité politique au fur et à mesure que de nouveaux lieux d’expression se chargèrent de la diffusion d’une parole contestataire et que la sacralisation d’un art de la scène20, au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, se fit aussi contre les « impuretés » – non artistiques – qui avaient différé son avènement. Tandis que, par imitation des cercles, les chambrées de la France méridionale s’étaient transformées, dès la monarchie de Juillet, en un espace de politisation21, l’inflation associative qui affecta sous la IIIe République22 de nombreux pans des activités sociales (associations musicales23, sportives, scolaires fourmillèrent à côté des organisations syndicales et partisanes) dévitalisa leur singularité, les condamnant à ne redevenir que les périmètres d’un échange politique édulcoré parce que démultiplié24. Concurrents, les registres de cette informalité plurielle, dont la prévalence accordée à l’un plutôt qu’à l’autre (en termes de rendements politiques) est indexée sur la vigueur ou l’étiolement des cadres qui les promeuvent25, peuvent, à l’inverse, se conjuguer. Symptôme apparent du faible potentiel de mobilisation de ces registres – faiblesse toute relative si l’on admet que la surveillance qui les entoure en générant des archives est une marque de l’inconfort du pouvoir devant ce qui semble lui échapper –, l’émiettement peut être, au contraire, une condition sine qua non d’une dynamique politique adossée à une multiplicité des manières d’en faire et à leur coalescence dans une conjoncture particulière26. Davantage que l’opération électorale qui se reproduisit à plusieurs reprises au cours des années 1848-1850, ce furent les farandoles, les charivaris ou les batailles symboliques entre les rouges et les blancs qui participèrent, dans les Pyrénées-Orientales, à l’anticipation de la « Bonne » – la bonne République27. Monopolisée dans le but de consacrer la durabilité de la communauté villageoise, la sociabilité coutumière, détournée de son sens initial et imbibée des enjeux idéologiques du moment, facilita dans ce cas, parce qu’elle recouvrait des objets fort différents – la fête, le sacré, les solidarités de voisinage ou de métier –, l’incorporation collective d’un discours produit et traduit à partir de celui que proféraient certaines instances et certains leaders au niveau national. Le tissu de la culture populaire pouvait d’autant plus être le percolateur d’une politisation que ses différentes composantes, qui constituaient un socle de valeurs ordinairement admises, avaient été imprégnées peu ou prou desdits enjeux. Conjonction de pratiques spécifiques instrumentalisées en fonction des buts que certains entendaient atteindre, cette informalité politique – produit dérivé de la sociabilité vernaculaire –, qui assurait la cohésion des groupes, disposait d’une puissance d’évocation – voire de subversion – sans commune mesure par ce qu’elle induisait : l’infiltration du politique (entendu ici comme une participation/intégration à un espace public nationalisé) à l’intérieur de ces micro-sociétés dont les pouvoirs institués et certaines élites récusaient qu’elles puissent être sensibilisées à des débats qui excédaient les frontières de leur seul quotidien.

  • 28 Arnaud L., Guionnet C., « Introduction », dans Arnaud L., Guionnet C. (dir.), Les frontières du po (...)
  • 29 Aït-Aoudia M., Bennani-Chraïbi M., Contamin J.-G., « Contribution à une histoire sociale de la con (...)
  • 30 Estève C., « Liberté et droit de chasse : au cœur ou en marge de l’insurrection de 1851 ? », dans (...)
  • 31 Goujon P., Le vigneron citoyen. Mâconnais et Chalonnais (1848-1914), Paris, Éditions du CTHS, 1993 (...)
  • 32 Simon G., « Plogoff ». L’apprentissage de la mobilisation sociale, Rennes, Presses Universitaires (...)

6Le dernier questionnement n’est pas le moindre. Nous ne ferons toutefois que l’effleurer tant ses aspects sont à ce point multiples qu’ils parsèment les travaux des auteurs qui se sont penchés sur l’informalité28. Il concerne les relations entre ce que la politique informelle peut vouloir dire et la politisation dont on rappellera, après bien d’autres, que sa définition inflationniste moissonne dans des périmètres à géométrie variable29. Deux objets retiendront plus particulièrement notre attention. Le premier a trait à l’équation qui postule, un peu rapidement peut-être, que l’informalité, dans ses registres les plus divers, participerait à une politisation toujours plus approfondie des individus et des groupes sociaux. La corrélation est forcément tentante. En accédant à un statut différent de celui auquel elles étaient couramment abonnées, des pratiques vernaculaires deviendraient, du fait de leur « transsubstantiation » – pour des raisons souvent conjoncturelles –, les fourriers d’une intégration politique au carré (à côté de celle qui pouvait avoir été chevillée à l’utilisation du suffrage, par exemple). Au cœur de la culture villageoise dans la France du milieu du XIXe siècle, la chasse et ses corollaires, le braconnage et le droit de chasse, surent être suffisamment mobilisés dans la propagande des démocrates-socialistes pour que l’on puisse s’interroger a posteriori sur l’effectivité de l’enjeu qu’ils vinrent à représenter aux yeux de certains habitants des campagnes lors des soulèvements contre le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte30. Reste que cette analyse, dont on ne contestera pas la pertinence pour comprendre certaines situations et certains cas, ne saurait être généralisée. Ce serait oublier sinon que tous les cadres ne formèrent pas les laboratoires d’une politisation accrue. Dans le Mâconnais et le Chalonnais des années 1848-1914, cercles et militantisme firent quelquefois bon ménage lors des grands moments d’effervescence nationaux. Ils ne devinrent pas toutefois « des foyers permanents de vie politique31 » pour des raisons qui tinrent tout autant au contrôle tatillon des représentants des pouvoirs en place qu’à une entreprise de contention des débats publics mise en œuvre par des membres soucieux de n’en faire qu’un espace de loisir. Ce serait aussi rendre l’acception de la politisation – et de son antonyme – prisonnière d’une conception toujours plus linéaire et toujours plus cumulative des processus qui participent à leur production (la politisation des pratiques informelles et la politisation des pratiques formelles s’enchâsseraient ainsi l’une dans l’autre pour mieux se conforter) alors même qu’une réflexion en termes d’itinéraires de (dé) politisation serait mieux à même de restituer les intermittences de l’inclusion individuelle et/ou collective dans un espace politique. En poussant un peu plus loin, l’on se risquera d’ailleurs à émettre l’hypothèse selon laquelle la politisation des pratiques informelles pourrait conduire à une dépolitisation des pratiques formelles (participer à une manifestation de soutien à telle cause, s’agglutiner lors de la halte d’un voyage présidentiel et s’exonérer de se mobiliser au moment d’une échéance électorale). Ce serait enfin faire fi des opérations de neutralisation qui, du côté des agents de l’État comme du côté de ceux qui en sont leurs acteurs, entendent figer des répertoires informels dans une apolitisation au principe qu’ils ne devraient pas – pour les premiers en mal de vouloir tout contrôler et pour les seconds au nom de la peur du dévoiement ou de considérations beaucoup plus tactiques – interférer avec un espace politique pensé à travers sa presque seule (il) légitimité. Conscients de l’hétérogénéité sociale des mobilisés agrégés contre le projet d’une centrale à Plogof, les antinucléaires des années 1970, qui comptaient dans leurs rangs nombre de militants socialistes et communistes, professèrent un apolitisme déterminé à la fois pour déminer une conflictualité potentielle et parce que l’autonomie à l’égard des structures partisanes leur semblait être une des voies opportunes – à l’instar de celles qu’empruntèrent les communautés néo-rurales ou les associations écologistes – pour refonder la société32. Que des individus hautement politisés aient voulu et veuillent à tout prix étouffer la politique dans des mobilisations qu’ils considèrent d’abord sous l’angle de leur alternativité, au prétexte que le registre de la neutralité serait à la fois le plus en adéquation (éthiquement) avec la défense de leur cause et le plus payant en termes de capitalisation symbolique, de négociation des rapports de force (avec les pouvoirs institués) et de bénéfices à proprement politiques, voilà qui risque de rendre encore plus perplexe un chercheur en sciences sociales confronté à question de la labellisation de l’informalité à travers le prisme du couple dyadique politisation/dépolitisation...

  • 33 Thabault R., Mon village. Ses hommes, ses routes, son école. 1848-1914. L’ascension d’un peuple, P (...)
  • 34 Aynié M., Les amis inconnus. Se mobiliser pour Dreyfus, 1897-1899, Toulouse, Privat, 2011, chap. 4 (...)
  • 35 Desplat C., Charivaris en Gascogne. La « morale des peuples » du XVIe au XXe siècle, Paris, Berger (...)
  • 36 Dumons B., Les Dames de la Ligue des femmes françaises (1901-1914), Paris, Éditions du Cerf, coll. (...)
  • 37 Agulhon M., La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la IIe République,(...)

7Le second objet porte sur les relations entre niveau de compétence politique et investissement dans les formes informelles du politique. Ici encore, nous nous bornerons seulement à faire quelques remarques. Dans sa monographie de Mazières-en-Gâtine, Roger Thabault a souligné, à quelques lignes d’intervalle que, « trop complexe et trop confuse [...] pour passionner les hommes du pays les plus attirés par les idées », l’affaire Dreyfus avait été quasiment ignorée dans ce coin des Deux-Sèvres, et ceci parce que « les idées politiques ne se propageaient point grâce à des arguments [...] ; elles provenaient de l’influence de tel ou tel en qui on avait confiance ou de la suggestion de la majorité33 ». Retenons deux choses. Premièrement, ce que l’on nomme contexte, et qui n’est autre que la somme des articulations entre des situations différentes objectivées pour un temps donné, ne saurait être ce facteur d’explication quelque peu univoque, surtout s’il s’agit d’en faire la cause première de la politisation des conduites informelles. Les moments de crise, de rupture, de fièvre – pour employer un vocabulaire qui masque mal la difficulté qu’il y a à saisir, du côté de la réception, un exceptionnel somme toute normal – ne sauraient forcément extraire l’informalité de sa gangue « primitive », au risque que leur exhaussement ne nous condamne sinon qu’à traquer les seuls liens de cause à effet. L’affaire Dreyfus n’induisit donc pas forcément partout en France une activité rumorale de grande ampleur se colorant de parti pris idéologiques ou des épanchements épistolaires34. En Gascogne, l’exploitation politique des charivaris demeura « une illusion35 » tout au long du XIXe siècle : les cantons hauts-pyrénéens qui manifestèrent le plus clairement leur hostilité au plébiscite des 20 et 21 décembre 1851 (Campan, Bagnères, Rabastens) furent ceux où ils avaient été les moins nombreux... Autant d’exemples qui invitent à réfléchir sur les liens entre niveau de compétence politique et poids (en termes d’attraction ou de rejet) de l’informalité dans la construction individuelle et/ou collective de la politisation. Deuxièmement, les opérateurs de (dé) politisation des pratiques informelles mériteraient une attention toute particulière quand bien même il n’est pas toujours aisé de les identifier, de circonscrire leurs entreprises, leur marge de manœuvre, les leviers qui sont à leur disposition, les résistances et/ou les adhésions qu’ils peuvent rencontrer. Chantier immense qui appelle souvent le cas par cas. Dans une France des premières années du XXe siècle habitée par la querelle religieuse et travaillée par le phénomène ligueur, l’accès à la politique passa, pour des femmes catholiques, par le confessionnal, la pétition ou la manifestation. Rompue à des stratégies de publicisation de ses combats en direction d’une population qui ne bénéficiait pas du droit de vote, la direction de la Ligue des femmes françaises s’employa à mener bataille en recourant à une entreprise polymorphe où le soutien financier des candidats prônant la défense de la liberté religieuse se conjugua à l’instrumentalisation de la chanson et de la prière36. Indexée sur la multiplicité de ses rameaux et la diversité de ses actions, l’audience de cette organisation fondée en 1901 et dominée par la figure de Jeanne Lestra atteste, en dépit de l’homogénéité de son recrutement, comment des agents marginalisés par les règles du jeu apprirent à les maîtriser en pariant sur la captation d’un intérêt donné pour commun par le biais de pratiques informelles perçues sous l’angle de leur possible politisation. Dans un tout autre registre, on rappellera que le rôle politique des chambrées dans la Provence des années 1830-1850 n’aurait pas été aussi important sans le patronage démocratique des petits notables qui profitèrent de ces agoras des bourgs ruraux pour se faire les passeurs d’un idéal démocratique adapté aux valeurs des communautés villageoises37. Parce qu’ils étaient – sont – à la croisée de plusieurs positionnements sociaux et en capacité de faire coïncider différents niveaux d’entendement du politique, des opérateurs de politisation purent – peuvent – faire valoir la prévalence de leur discours en recourant, ce faisant, à l’informalité. L’on se demandera alors, dans le prolongement de ces questionnements, si la politisation par l’informalité dans la France de la synthèse républicaine dépendit de formes adaptées à des cultures politiques dont la différenciation aurait reposé en (bonne) partie sur leur inscription (historiquement situable) dans des pratiques sociales : aux mondes des blancs, le registre de l’influence et les acteurs qui allaient avec ; aux mondes des rouges, celui du militantisme et les agents afférents. Toutes choses que des lectures renouvelées appliquées à ces « vieux objets » permettraient vraisemblablement de mieux cerner.

Une lecture : les campagnes au prisme de la politique informelle

  • 38 Affirmation qui admet, on en conviendra, toutes sortes de nuances.

8L’histoire des campagnes au XIXe siècle offre à cet égard un excellent laboratoire pour ausculter cette réalité complexe. Que l’on définisse la politique informelle comme l’ensemble des activités sociales qui, bien que politiques dans leurs intentions ou leurs implications, se déploieraient – partiellement ou totalement – en dehors de la sphère des activités reconnues à un moment donné, comme spécifiquement politiques ou, à la suite de Jay Rowell, comme ce qui, au sein des institutions formelles, obéirait à des logiques informelles, il est clair que cette notion n’a pas grande signification appliquée à des contextes caractérisés par un faible degré de spécialisation des fonctions politiques. En revanche, ainsi que le montrent plusieurs études présentées dans ce livre, le concept trouve toute sa pertinence dans le cadre d’une réflexion sur les modalités historiques de la politisation. On sait bien qu’en France l’élection, c’est-à-dire la politique dans sa dimension la plus formelle, fut le moteur principal de la politisation des catégories sociales qui n’accédèrent à la citoyenneté électorale qu’en vertu de la loi de mars 1831 et du décret de mars 1848. Régulièrement appelés, dès lors, à exprimer une opinion politique dans le cadre très formel d’une consultation électorale, ces citoyens à peu près dépourvus au point de départ de compétence politique38 assimilèrent non seulement les règles fondamentales du formalisme démocratique mais, simultanément, prirent conscience de leur implication dans les débats et les combats qui agitaient le champ politique national, et de la possibilité qui leur était offerte en théorie d’agir par délégation sur les instances du pouvoir. Davantage que par le passé, ils étaient disposés à traduire leurs aspirations ou à exprimer leurs ressentiments en termes politiques.

  • 39 Tilly C., La Vendée. Révolution et contre-révolution, Paris, Fayard, coll. L’histoire sans frontiè (...)
  • 40 On peut établir ici un parallèle avec le parasitage de la justice pénale par le système coutumier (...)

9Pour autant, l’histoire de la politisation n’est pas non plus totalement indexée sur l’histoire du vote. Elle s’est réalisée, observe Philippe Aldrin, « dans des espaces de relations non officiellement dédiés à l’apprentissage de la politique ». Ce processus, qu’il serait vain de vouloir borner chronologiquement, mais qui était largement entamé avant la chute de Louis-Philippe et l’abolition du cens électoral, a notamment consisté dans l’imprégnation par la politique de certaines dimensions de la vie sociale dépourvues à l’origine de vocation politique (les divertissements populaires, la sociabilité, les traditions coutumières, l’échange de nouvelles, les rivalités notabiliaires...). Comment, du reste, aurait-il pu en être autrement dans une société villageoise caractérisée, on le sait, par un très faible degré de différenciation du pouvoir local39 ? Par ailleurs, la politisation n’a cessé de mettre en jeu des médiations, des relais étrangers à l’univers de la politique. Elle s’est en grande partie accomplie en marge de ses institutions. Avec la dilatation des frontières du politique au début de l’époque contemporaine, des catégories jusqu’alors tenues à l’écart de ses arènes se sont trouvées impliquées dans le jeu des institutions politiques. Elles y ont importé des modes de pensée et des systèmes de représentations spécifiques40.

  • 41 Lefebvre G., La Grande Peur de 1789, Paris, Armand Colin, 1988 [1932].

10On peut observer, par exemple, que, dans une société très faiblement alphabétisée et pratiquement dépourvue de vecteurs de la communication politique, c’est de manière totalement informelle, par le truchement de l’échange quotidien des nouvelles – en place publique, sur le foirail, au lavoir, dans la rue, au cabaret, au relais de poste –, c’est-à-dire dans le cadre de la sociabilité la plus ordinaire, que l’immense majorité des Français ont côtoyé la politique. Avant la généralisation tardive du périodique, les canaux de diffusion de l’information politique étaient à peine différenciés. Le pouvoir s’efforçait bien d’informer au moyen de placards ou de proclamations municipales. Mais les nouvelles de Paris se propageaient plus ou moins lentement selon les circonstances par la correspondance privée, le bouche à oreille ou étaient colportées par des mendiants, des ouvriers migrants, des voyageurs de commerce, des marchands ambulants41... Dans ces conditions, ainsi que le note Aurélien Lignereux, l’oralité conditionnait l’accès et le rapport au politique.

11Dans les communes rurales, aucun lieu n’était particulièrement affecté à ce qui aurait pu évoquer un embryon d’activité politique. Comme on le sait, au cours d’une phase intermédiaire immédiatement antérieure à l’établissement, dans les campagnes, d’un réseau de cellules et de comités électoraux, la politique vint s’incruster dans les structures de la sociabilité municipale. Le cabaret, la veillée, les sociétés d’agrément et, dans le Midi, les chambrées furent des lieux de rencontre, de regroupement, de discussion, de propagande ou, dans les phases de répression policière, d’activité clandestine. Cette situation d’imprégnation réciproque du politique et du social (ou du coutumier) n’évolua que très progressivement après l’avènement de la politique électorale. Si l’histoire des campagnes électorales au village met très logiquement en évidence la concentration de l’effervescence politique à l’approche du scrutin, les activités politiques conservèrent longtemps un caractère très diffus : la politique resta longtemps encastrée ou, à tout le moins, imbriquée dans d’autres types d’activités sociales. Et donc, de ce point de vue, largement informelle.

  • 42 Thibon C., Pays de Sault. Les Pyrénées audoises au XIXe siècle : les villages et l’État, Paris, Éd (...)
  • 43 Hazareesingh S., La Saint-Napoléon. Quand le 14 juillet se fêtait le 15 août, Paris, Tallandier, 2 (...)
  • 44 Guionnet C., L’apprentissage de la politique moderne. Les élections municipales sous la monarchie d (...)
  • 45 Nous nous permettons de renvoyer à Ploux F., Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliations (...)
  • 46 Voir notamment la belle étude de Rulof B., « Popular Culture, Politics and the State in Florensac (...)

12Cette dimension de la politisation est à mettre en relation avec certaines propriétés des champs politiques locaux dans les campagnes françaises. Il faut rappeler ici cette particularité nationale, conséquence immédiate des réorganisations administratives de décembre 1789 et de l’an VIII : la parfaite coïncidence territoriale entre, d’une part, l’unité élémentaire de l’organisation politico-administrative (la commune) et, d’autre part, la collectivité villageoise, véritable conservatoire des traditions, matrice essentielle de la coutume. La commune était sans cesse travaillée par des rivalités de type factionnel dont l’enjeu était l’accès au pouvoir local mais qui avaient tôt fait de se convertir en affrontement politique. Elle jouait, en outre, le rôle de point de pénétration de l’État et de la politique dans les campagnes42. La célébration des fêtes de souveraineté, dont ont sait combien elles ont contribué à l’approfondissement d’une sensibilité civique au cours du XIXe siècle43, était, par exemple, déléguée aux communes. Surtout, la mobilisation de l’électeur fut longtemps en partie municipale (maires, curés, instituteurs faisant office de relais). La municipalité fut par conséquent simultanément le lieu de l’acculturation politique et le lieu où s’est tardivement perpétué un système de normes implicites, de traditions non formalisées, d’habitudes collectives qui était au fondement des cultures villageoises. Si, jusque dans les premières décennies du XXe siècle au moins, la politique fut, dans les campagnes françaises, très largement informelle, c’est en raison de cette imbrication complexe de la vie sociale et des activités politiques. Comme l’a montré Christine Guionnet, les paysans n’étaient pas préparés à concevoir l’existence d’une sphère publique autonome où les acteurs du jeu politique local interagiraient indépendamment de leurs identités singulières44. Aussi, le poids des relations interpersonnelles était-il déterminant, au moins dans le cadre des scrutins municipaux. La politisation des catégories jusqu’alors tenues à l’écart de la vie civique, qui fut appropriation autant que réception, a consisté dans l’importation dans les luttes électorales de logiques étrangères en leur principe à celles qui gouvernaient le champ politique national. C’est ce que l’on peut observer dans le cadre des disputes villageoises, cette micro-conflictualité qui fut l’un des principaux vecteurs de la politisation des campagnes45. Rappelons ici cette chose à la fois évidente et bien connue, mais malgré tout quelque peu négligée : de la Révolution à l’entre-deux-guerres, pour l’immense majorité des ruraux, le conflit politique s’est présenté sous les espèces de la dispute municipale. C’est en s’impliquant, parfois à leur corps défendant, dans ces querelles, dont l’une des caractéristiques était l’imbrication d’enjeux locaux apolitiques et d’enjeux électoraux, que les ruraux rencontrèrent la politique. Or, comme on le sait, l’opposition de deux coteries à l’identité politique bien affirmée recouvrait souvent des rivalités d’influence, des luttes de préséance ou de prestige. Rouges et blancs s’affrontaient aussi, sans qu’il soit toujours possible de dissocier le prétexte de l’enjeu réel, au sujet du partage d’un terrain communal, du déplacement du cimetière, de la reconstruction de l’église, de la distribution de l’eau, d’une personnalité locale, etc. De ce type de querelles dont les modalités étaient aussi complexes que variées, la littérature offre d’innombrables exemples46. Si la politique au village était une politique informelle, c’est d’abord en raison de la logique très largement extrapolitique qui commandait les processus d’agrégation factionnelle (et donc, dans une certaine mesure, la mobilisation électorale). On touche ici aux limites de ce que l’archive permet de découvrir, mais on ne peut nier le poids des ancrages territoriaux, des relations de parenté, des solidarités professionnelles, des dépendances clientélaires dans la constitution des factions. Informelle, la politique municipale l’était aussi dans ses modalités. Les luttes de pouvoir, forcément très personnalisées sur le petit théâtre de l’interconnaissance, étaient également des luttes de prestige. La politique électorale ne pouvait totalement canaliser, absorber une conflictualité mettant aux prises des personnes, des familles ou des clientèles se disputant l’estime publique.

  • 47 On pourra se reporter à Ploux F., « Insultes au village (Haut-Quercy, XIXe siècle) », dans Bouchet(...)
  • 48 On pense bien sûr au carnaval de Vidauban (Agulhon M., La République au village. Les populations d (...)

13Les partis s’affrontaient, généralement en évitant d’en venir aux mains, au moyen d’une gestuelle qui, empruntée au répertoire de la sanction coutumière, était destinée à dénigrer l’adversaire. L’insulte pouvait consister en des bravades, des charivaris, des paillées, des chansons injurieuses composées par la Jeunesse. C’est parfois de manière détournée qu’on s’efforçait d’humilier l’adversaire en gratifiant un leader d’un Mai d’honneur ou d’une sérénade47. Ajoutons, à la suite de Philippe Aldrin, que les paysans jouaient de la polysémie des gestes pour, dans les phases répressives, contourner la censure48.

  • 49 Sur l’importance de la sociabilité politique au sein d’une population fortement politisée, voir Ju (...)
  • 50 Tudesq A.-J., « Les comportements électoraux sous le régime censitaire », dans Gaxie D. (dir.), Ex (...)
  • 51 Voir Garrigou A., Histoire sociale du suffrage universel en France (1848-2000), Paris, Le Seuil, c (...)

14Le XIXe siècle français fut donc, pour reprendre l’expression de cet auteur, un magnifique « laboratoire de l’informalité ». Cela dit, cette relation particulière à la politique, qu’on ne saurait associer exclusivement aux dominés ou aux exclus du vote, n’était pas condamnée à disparaître une fois la séquence historique de la transition démocratique achevée. Comme le montrent du reste l’ensemble des communications du recueil, la constitution d’un champ politique autonome ne s’est pas traduite par l’absorption de toute activité politique par une sphère constituée, ceci au détriment de pratiques informelles condamnées à n’être que résiduelles parce qu’archaïques. La politique informelle, bien loin d’apparaître comme un résidu d’infrapolitique49, n’a cessé d’être une excroissance de la politique institutionnelle. On sait par exemple l’importance des dispositifs informels de mobilisation électorale. Dès la monarchie de Juillet, l’élection des députés débouchait sur la mobilisation de non-censitaires, dans une logique essentiellement clientélaire50. L’élection, et pas seulement l’élection municipale, a ainsi longtemps véhiculé son cortège de manifestations infrapolitiques51.

  • 52 Bien entendu, les rumeurs – d’autres rumeurs – pouvaient circuler à l’intérieur de la sphère du po (...)
  • 53 Cette piste de travail est suggérée par Yves Déloye dans Les voix de Dieu. Pour une autre histoire (...)

15Sur cet aspect de la question, et tout en s’en tenant au cas particulier de l’histoire des campagnes françaises, on suggérera quelques pistes de recherche qui pourraient prolonger ou approfondir certains problèmes évoqués dans le présent volume ou développés dans des travaux pionniers. La rumeur, on l’a vu, fut une modalité parmi d’autres d’un rapport non formalisé et non légitime au politique. Une manière pour des populations situées à une très grande distance des lieux du pouvoir, mais pas pour autant indifférentes à ce qui s’y tramait, de s’approprier le politique52. On sait l’importance des bruits, dans les campagnes notamment, au commencement de la IIIe République, c’est-à-dire à une époque où la conquête de l’électorat rural était l’un des principaux enjeux des affrontements partisans. Pour discréditer leurs adversaires, les républicains cherchèrent à alimenter la crainte tenace du retour à l’Ancien Régime. Les monarchistes ne furent pas en reste qui, dans les années 1880 notamment, lancèrent de fausses nouvelles de guerre ou de fermeture des églises. Cet aspect de la propagande, bien que connu des historiens, n’a jamais fait l’objet d’une enquête approfondie. Les rumeurs électorales censées orienter le vote des paysans n’ont, elles non plus, guère été étudiées53. Il faudrait s’interroger sur ce qui rendit possible ce type de propagande (la culture politique des ruraux, les conditions de la communication, mais aussi l’idée que les élites se faisaient de la capacité des paysans à raisonner) et sur ce qui a contribué à disqualifier ces pratiques.

  • 54 Pigenet M., Ouvriers, paysans, nous sommes... Les bûcherons du Centre de la France au tournant du (...)
  • 55 Boswell L., Le communisme rural en France. Le Limousin et la Dordogne de 1920 à 1939, op. cit.
  • 56 Lynch É., Moissons rouges. Les socialistes français et la société paysanne durant l’entre-deux-gue (...)

16Sur la question des sociabilités politiques, les travaux de Michel Pigenet54 et, plus récemment, ceux de Laird Boswell55 ou d’Édouard Lynch56 ont montré que l’implantation rurale de la SFIO et du Parti communiste français devait beaucoup à la capacité de ces formations politiques à réactiver, revitaliser voire inventer de toute pièce des formes de sociabilité. Dans une France paysanne vieillissante où, en raison du dépérissement des formes traditionnelles de sociabilité, les distractions étaient rares, les groupes de militants socialistes ou communistes animaient la vie sociale et renforçaient les sentiments identitaires au niveau local.

  • 57 Boswell L., Le communisme rural en France. Le Limousin et la Dordogne de 1920 à 1939, op. cit., p. (...)
  • 58 Monier F., La politique des plaintes. Clientélisme et demandes sociales dans le Vaucluse d’Édouard (...)

17Enfin, l’étude des usages politiques du clientélisme est encore largement à faire. Laird Boswell observe que dans la Corrèze du début du XXe siècle, les élus radicaux s’assuraient du soutien des électeurs en facilitant l’accès aux emplois dans l’administration publique ou dans les entreprises privées57. Avoir le bras long constituait un argument électoral particulièrement efficace. Frédéric Monier a consacré à cette question un ouvrage important qui met notamment en évidence l’imbrication du clientélisme et du militantisme58. Il montre, en outre, comment la pratique de la médiation a évolué entre les années 1880 et les années 1920 à mesure que les médiateurs privés déclinaient au bénéfice des élus locaux. Dans le Vaucluse comme en Corrèze, les premières décennies du siècle marquèrent un tournant. Et l’amorce d’un déclin.

18On l’aura compris. Porte d’entrée, focale, révélateur – au sens photographique du terme – : la nébulosité des synonymes utilisés en dit long sur notre incapacité d’affirmer, à l’issue de ces quelques réflexions, ce que recouvre l’expression qui nous aura occupés un peu longuement. Difficile, lorsque l’on parle de politique informelle, de ne pas être pris en défaut d’un trop-plein théorique ou d’un trop-plein empirique susceptibles de masquer le degré de pertinence de la notion (on pourrait, par exemple, s’intéresser aux lieux et aux objets qui fondent la matérialité de cette informalité). Difficile, donc, de ne pas finir en mettant des points de suspension. Non par paresse, mais parce qu’il n’est peut-être pas souhaitable de faire autrement si l’on veut bien admettre que ce questionnement impose en filigrane un renouvellement des analyses qui font trop fréquemment de la clôture de l’espace politique une fin toute trouvée.

Notes

1 Mariot N., Weber F., « “Honneur à notre élu”. Analyse ethnographique d’une coutume post-électorale en Dordogne », Politix, no 45, 1999, p. 21-37.

2 On se reportera à l’ouvrage de Robert V., Le temps des banquets. Politique et symbolique d’une génération (1818-1848), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

3 Voir la thèse de Cossart P., Le meeting politique. De la délibération à la manifestation (1868-1939), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2010.

4 Scott J. C., La Domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Éditions Amsterdam, 2009 [1992].

5 Bouhey V., Les Anarchistes contre la République. Contribution à l’histoire des réseaux sous la IIIe République (1880-1914), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2008, p. 46-48 en particulier.

6 Spitzer A. B., Old Hatreds and Young Hopes. The French Carbonari against the Bourbon Restoration, Cambridge, Harvard University Press, 1971.

7 Merriman J., The Agony of the Republic. The Repression of the Left in Revolutionary France, 1848-1851, New Haven/Londres, Yale University Press, 1978 ; Margadant T. W., French Peasants in Revolt. The Insurrection of 1851, Princeton, Princeton University Press, 1979.

8 Voir, par exemple, la contribution de Cabanel P., « La révolte des Inventaires », dans La Séparation de 1905. Les hommes et les lieux (Chantin J.-P., Moulinet D., dir.), Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2005, p. 91-108.

9 Tartakowsky D., Le pouvoir est dans la rue. Crises politiques et manifestations en France, Paris, Aubier, coll. historique, 1998 ; Fillieule O., Tartakowsky D., La manifestation, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 2008.

10 Aldrin P., « S’accommoder du politique. Économie et pratiques de l’information politique », Politix, no 64, 2003, p. 177-203, p. 199. Voir aussi, à titre d’exemple, Pourcher Y., « Tournée électorale », L’Homme, no 119, juillet-décembre 1991, p. 61-79.

11 Offerlé M., « Illégitimité et légitimation du personnel politique ouvrier en France avant 1914 », Annales ESC, vol. 39, no 4, 1984, p. 681-716.

12 Tartakowsky D., La part du rêve. Histoire du 1er Mai en France, Paris, Hachette, 2005, p. 24.

13 Boswell L., Le communisme rural en France. Le Limousin et la Dordogne de 1920 à 1939, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2006 [1998], p. 232-235.

14 Braconnier C., Dormagen J.-Y., La démocratie de l’abstention. Aux origines de la démobilisation électorale en milieu populaire, Paris, Gallimard, coll. Folio actuel, 2007.

15 Blondiaux L., Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative, Paris, Le Seuil, coll. La République des idées, 2008, p. 38.

16 Pierre Rosanvallon souligne : « La compréhension de la politique comme espace d’expérience s’impose avec encore plus de force dans le cas de l’étude de la contre-démocratie. », La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Le Seuil, coll. Les livres du nouveau monde, 2006, p. 31.

17 Scott J. C., La Domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, op. cit., p. 133.

18 Bayart J.-F., « L’énonciation du politique », Revue française de science politique, vol. 35, no 3, 1985, p. 343-373, p. 351-352.

19 Voir, par exemple, l’étude de Abélès M., Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d’un département français, Paris, Odile Jacob, 1989.

20 Voir Corbin A., « L’agitation dans les théâtres de province sous la Restauration », dans Le temps, le désir et l’horreur. Essais sur le dix-neuvième siècle, Paris, Flammarion, coll. Champs, 1998 [1991], p. 53-79, p. 69-73 ; Charle C., Théâtres en capitales. Naissance de la société du spectacle à Paris, Berlin, Londres et Vienne, 1860-1914, Paris, Albin Michel, coll. Bibliothèque Histoire, 2008, p. 429-455.

21 Agulhon M., « Les Chambrées en basse Provence : histoire et ethnologie », dans Histoire vagabonde, t. 1 : Ethnologie et politique dans la France contemporaine, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires, 1988, p. 17-59.

22 Voir, par exemple, Marais J.-L., Les Sociétés d’hommes. Histoire d’une sociabilité du 18e siècle à nos jours. Anjou, Maine, Touraine, Vauchrétien, Éditions Ivan Davy, 1986, p. 153-172 pour le chapitre politique.

23 Voir Petit V., La clef des champs. Les sociétés musicales du Haut-Doubs horloger au XIXe siècle, s. l., Éditions Regards sur le Haut-Doubs, 1998, p. 73-105 ; Cambon J., Les Trompettes de la République. Harmonies et fanfares en Anjou sous la IIIe République, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2011, p. 47-50 (pour un exemple de conflit).

24 Agulhon M., Bodiguel M., Les associations au village, Le Paradou, Actes Sud, 1981, p. 21-24 ; Chabert P., « “Rouges” et “Blancs” : Cercles en Provence », Ethnologie française, vol. 35, no 1, 2005, p. 147-156, p. 152.

25 En fonction de leur adaptation aux évolutions d’un espace politique dimensionné en tenant compte de leur inclusion ou de leur exclusion.

26 Ce qui pose la question de la synchronie des différentes logiques qui président à la dynamique générale.

27 Mcphee P., Les Semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales, 1846-1852. Classes sociales, culture et politique, Perpignan, Les Publications de l’Olivier, 1995 [1977], p. 294-304 en particulier. Peter McPhee souligne : « Nulle part, les activistes villageois n’avaient plus de succès et ne montraient plus d’audace que dans leurs tentatives de mêler leurs manifestations politiques aux célébrations rituelles de la culture catalane. », p. 294.

28 Arnaud L., Guionnet C., « Introduction », dans Arnaud L., Guionnet C. (dir.), Les frontières du politique. Enquêtes sur les processus de politisation et de dépolitisation, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Res Publica, 2005, p. 11-25, p. 14-16.

29 Aït-Aoudia M., Bennani-Chraïbi M., Contamin J.-G., « Contribution à une histoire sociale de la conception lagroyenne de la politisation », Critique internationale, no 48, juillet-septembre 2010, p. 207-220, p. 209-213 en particulier.

30 Estève C., « Liberté et droit de chasse : au cœur ou en marge de l’insurrection de 1851 ? », dans Aprile S., Bayon N., Clavier L., Hincker L., Mayaud J.-L. (dir.), Comment meurt une République. Autour du 2 Décembre 1851, Paris, Créaphis, 2004, p. 327-348.

31 Goujon P., Le vigneron citoyen. Mâconnais et Chalonnais (1848-1914), Paris, Éditions du CTHS, 1993, p. 82.

32 Simon G., « Plogoff ». L’apprentissage de la mobilisation sociale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2010, p. 202-214.

33 Thabault R., Mon village. Ses hommes, ses routes, son école. 1848-1914. L’ascension d’un peuple, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1993 [1943], p. 176.

34 Aynié M., Les amis inconnus. Se mobiliser pour Dreyfus, 1897-1899, Toulouse, Privat, 2011, chap. 4 : « La France dreyfusarde », p. 185-295.

35 Desplat C., Charivaris en Gascogne. La « morale des peuples » du XVIe au XXe siècle, Paris, Berger-Levrault, 1982, p. 156.

36 Dumons B., Les Dames de la Ligue des femmes françaises (1901-1914), Paris, Éditions du Cerf, coll. Histoire religieuse de la France, 2006, p. 134-146 et p. 294-304 en particulier.

37 Agulhon M., La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la IIe République, Paris, Le Seuil, 1979 [1970].

38 Affirmation qui admet, on en conviendra, toutes sortes de nuances.

39 Tilly C., La Vendée. Révolution et contre-révolution, Paris, Fayard, coll. L’histoire sans frontières, 1970.

40 On peut établir ici un parallèle avec le parasitage de la justice pénale par le système coutumier de régulation sociale (l’infrajustice informelle des vengeances, des arrangements, des réconciliations). Voir Claverie É., Lamaison P., L’impossible mariage. Violence et parenté en Gévaudan, XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Hachette, 1982.

41 Lefebvre G., La Grande Peur de 1789, Paris, Armand Colin, 1988 [1932].

42 Thibon C., Pays de Sault. Les Pyrénées audoises au XIXe siècle : les villages et l’État, Paris, Éditions du CNRS, 1988.

43 Hazareesingh S., La Saint-Napoléon. Quand le 14 juillet se fêtait le 15 août, Paris, Tallandier, 2007 ; Ihl O., La fête républicaine, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des Histoires, 1986.

44 Guionnet C., L’apprentissage de la politique moderne. Les élections municipales sous la monarchie de Juillet, Paris, L’Harmattan, 1997.

45 Nous nous permettons de renvoyer à Ploux F., Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliations et répression pénale dans les campagnes du Lot (1810-1860), Paris, La Boutique de l’Histoire, 2002 ; Le Gall L., L’électeur en campagnes dans le Finistère. Une Seconde République de Bas-Bretons, Paris, La Boutique de l’Histoire-Les Indes Savantes, 2009.

46 Voir notamment la belle étude de Rulof B., « Popular Culture, Politics and the State in Florensac (Hérault) during the Second Empire », French History, vol. 5, no 3, 1991, p. 299-324.

47 On pourra se reporter à Ploux F., « Insultes au village (Haut-Quercy, XIXe siècle) », dans Bouchet T. et al. (dir.), L’insulte (en) politique. Europe et Amérique latine du XIXe à nos jours, Éditions Universitaires de Dijon, 2005, p. 41-51.

48 On pense bien sûr au carnaval de Vidauban (Agulhon M., La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la IIe République, op. cit.). En 1832, de jeunes paysans d’un village du Quercy, partisans du curé légitimiste, furent traduits devant le tribunal correctionnel pour avoir abattu un arbre de la liberté orné des trois couleurs. Ils se défendirent en affirmant qu’il ne s’agissait que d’un vulgaire Mai d’honneur (Arch. nationales, F19 5723 ; Arch. dép. du Lot, 2 U 195, 2 V 40 et 1 M 147).

49 Sur l’importance de la sociabilité politique au sein d’une population fortement politisée, voir Judt T., Socialim in Provence. 1871-1914. A Study in the Origins of the Modern French Left, Cambridge, Cambridge University Press, 1979.

50 Tudesq A.-J., « Les comportements électoraux sous le régime censitaire », dans Gaxie D. (dir.), Explication du vote. Un bilan des études électorales en France, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1985, p. 100-125.

51 Voir Garrigou A., Histoire sociale du suffrage universel en France (1848-2000), Paris, Le Seuil, coll. Points Histoire, 2002 [1992].

52 Bien entendu, les rumeurs – d’autres rumeurs – pouvaient circuler à l’intérieur de la sphère du pouvoir en période d’incertitude et d’expectative. Par exemple, dans les semaines qui ont précédé le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte ; voir Saint-Bonnet F., « Technique juridique du coup d’État », dans Bluche F. (dir), Le Prince, le peuple et le droit : autour des plébiscites de 1851 et 1852, Paris, PUF, 2000, p. 123-160. Sur la question, l’ouvrage essentiel est celui de Philippe Aldrin, Sociologie politique des rumeurs, Paris, PUF, 2005.

53 Cette piste de travail est suggérée par Yves Déloye dans Les voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffrage électoral : le clergé catholique français et le vote, XIXe-XXe siècle, Paris, Fayard, 2006.

54 Pigenet M., Ouvriers, paysans, nous sommes... Les bûcherons du Centre de la France au tournant du siècle, Paris, L’Harmattan, 1993.

55 Boswell L., Le communisme rural en France. Le Limousin et la Dordogne de 1920 à 1939, op. cit.

56 Lynch É., Moissons rouges. Les socialistes français et la société paysanne durant l’entre-deux-guerres (1918-1940), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, coll. Histoire et civilisations, 2002.

57 Boswell L., Le communisme rural en France. Le Limousin et la Dordogne de 1920 à 1939, op. cit., p. 82.

58 Monier F., La politique des plaintes. Clientélisme et demandes sociales dans le Vaucluse d’Édouard Daladier (1890-1940), Paris, La Boutique de l’Histoire, 2007.

Auteurs

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Bretagne-Sud, Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO), UMR CNRS 6258.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540