Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sans en avoir l'air

 | 
François Ploux
, 
Michel Offerlé
, 
Laurent Le Gall

Quatrième partie. Les frontières du politique

« Enfermé dans un schéma carcéral pour éviter les dévoiements politiques. » Les stratégies professionnelles d’un médecin du travail dans l’espace politique de l’entreprise

Pascal Marichalar

Texte intégral

  • 1 Fridenson P., « La subordination dans le travail : les questions de l’historien », dans Chauchard (...)
  • 2 Rosental P.-A., « Maladies professionnelles : le plomb et la poussière », L’Histoire, no 368, octo (...)

1Selon Patrick Fridenson, il est important de « voir l’entreprise comme plus qu’un nœud de contrats et donc, dans toute la mesure de sa précarité, c’est-à-dire de sa durée de vie essentiellement limitée, comme un lieu de constitution de savoirs, d’identités, d’alliances et de conflits1 ». En effet, l’entreprise est fondamentalement un espace politique. Différentes ressources y sont distribuées de manière inégale entre ceux qui y travaillent ou y sont liés, selon des principes qui font l’objet d’un travail permanent de légitimation. On peut notamment observer avec Paul-André Rosental que « les dangers professionnels servent [...] de pivot à une véritable micro-politique du travail industriel2 » : dans l’entreprise – en particulier industrielle –, les conditions de travail et les mesures de prévention ne sont pas équivalentes à tous les postes.

2Le portrait d’un médecin du travail montre les enjeux respectifs de la mise en lumière et du déni de cette dimension politique lorsqu’il s’agit de déterminer quelle est le degré « acceptable », ou du moins légitimé au sein de l’entreprise, de l’exposition des salariés à des conditions de travail dangereuses. Le médecin du travail est constamment amené à développer une forme de « politique informelle » s’il veut pouvoir s’assurer des ressources indispensables à son exercice professionnel tout en évitant de se faire stigmatiser comme un médecin « partisan ».

  • 3 Pour un panorama global, voir les numéros spéciaux de deux revues : « La santé à l’épreuve du trav (...)
  • 4 Vincent J., « La réforme sociale à l’heure du thé : La porcelaine anglaise, l’empire britannique e (...)
  • 5 Thébaud-Mony A., L’envers des sociétés industrielles. Approche comparative franco-brésilienne, Par (...)
  • 6 Buzzi S., Devinck J.-C., Rosental P.-A., La santé au travail, 1880-2006, Paris, La Découverte, col (...)
  • 7 Article L4622-3 du Code du travail.
  • 8 C’est le « tiers-temps », également appelé « activité en milieu de travail ».
  • 9 Précisons que, contrairement à une opinion répandue, ce ne sont pas les médecins du travail mais l (...)

3La vague récente de travaux d’histoire et de sociologie sur les maux liés au travail montre que l’exposition de salariés à des produits toxiques et à des environnements de travail dangereux n’est pas réductible à un débat qui se poserait sur le seul plan de la science ou de la technique3. Dans le secteur de la porcelaine anglaise en 19004, comme dans l’industrie de l’amiante au Brésil aujourd’hui5, la mise en danger de la vie des salariés prend sens dans un système élargi de rapports de pouvoir qui explique qu’un individu puisse risquer plus ou moins consciemment sa vie contre salaire. En France, la profession de médecin du travail cristallise les contradictions d’un ordre social négocié entre impératif de production et de prévention. Institutionnalisée sous l’État de Vichy puis reconduite à la Libération6, elle est animée par la mission d’« éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail7 ». La réglementation prescrit aux médecins du travail de procéder à des examens médicaux périodiques des salariés et également, de manière croissante depuis 19698, d’aller en entreprise voir les postes de travail afin d’aider à les adapter dans le sens de la santé des salariés9. À l’activité de prévention s’ajoute l’obligation d’exprimer un avis d’aptitude ou d’inaptitude du salarié à son poste lors de l’embauche ou suite à un arrêt de travail.

  • 10 L’expression est empruntée à une recherche récente coordonnée par Isabelle Ferreras. Voir égalemen (...)
  • 11 Deux médecins du travail ont récemment été mis en examen sous la qualification de non-assistance à (...)

4En deçà du travail prescrit, le poste de médecin du travail apparaît comme un poste de pouvoir dans l’espace politique de l’entreprise10. Le praticien contribue à la mise au travail (ou hors travail) des salariés, par ses décisions d’aptitude et par le soutien médical plus ou moins fort apporté à des décisions gestionnaires concernant l’organisation du travail. Par ses préconisations sur les postes de travail et par les déclarations de maladie professionnelle et d’accident du travail qu’il aide le salarié à remplir, il agit sur le coût de la production. Enfin, c’est l’un des agents de la construction sociale d’une responsabilité des maux liés au travail qu’il peut contribuer à imputer à l’employeur ou à rapporter à une erreur d’appréciation du salarié et dont, parfois, il porte lui-même le joug11.

  • 12 Targowla O., Les médecins aux mains sales : la médecine du travail, Paris, Belfond, 1976.

5Cette dimension politique est rarement assumée comme telle par le médecin du travail puisqu’elle est à la base de toutes les critiques de son action, que ce soit par les salariés lui reprochant d’être « à la botte du patron » ou les employeurs le stigmatisant comme « rouge » : le schème de la « médecine aux mains sales12 » sape la légitimité de l’activité du praticien. C’est pourquoi, ce dernier préfère souvent justifier son activité par référence à des vérités scientifiques ou des normes professionnelles, passant sous silence les enjeux de pouvoir. L’espace de la politique informelle réside dans ce jeu entre les dimensions politiques inavouables du métier de médecin du travail d’une part, les légitimations scientifique et professionnelle de ce métier d’autre part : qu’il refuse de voir son métier défini de l’extérieur ou qu’il se plie par avance aux attentes de ses interlocuteurs, le médecin du travail doit « faire de la politique sans en avoir l’air ».

  • 13 Champy F., Israël L., « Professions et engagement public », Sociétés contemporaines, no 73, 2009, (...)

6On se propose de décrire ici la trajectoire professionnelle d’un médecin du travail qui se définit publiquement et que ses interlocuteurs reconnaissent comme étant « militant » en faveur des salariés. Quelles sont les conditions sociales de possibilité d’un exercice explicitement politique de la médecine du travail ? Lui-même fils de deux médecins du travail, Alain Carré a exercé son métier de 1976 à 2008 dans les sites parisiens d’une grande entreprise française de production et de distribution d’énergie. Les nombreux textes de sa main ainsi que les données ethnographiques recueillies lors de plusieurs rencontres permettent de brosser le portrait d’un praticien investi dans la lutte anti-amiante et membre du même syndicat (la CGT) que la majorité des salariés dont il surveille la santé. « Des professionnels atypiques, minoritaires à l’intérieur de leur profession, peuvent être tout autant que d’autres révélateurs de propriétés de leur groupe. Leur engagement peut en effet révéler des tensions qui, sans s’exprimer de la même façon, traversent aussi la pratique de leurs confrères13 » : la réflexion de Florent Champy et Liora Israël est particulièrement vraie dans le cas d’Alain Carré dont la pratique semble souvent motivée par la volonté de provoquer des « expériences naturelles » rendant visibles les contradictions dans lesquelles est placée la médecine du travail, entre science, technique, discipline au travail et production.

Un jeu entre alliances politiques et légitimité scientifique : le rapport aux syndicats

  • 14 Dans les années 1980, la mise en place du Comité permanent amiante, groupe d’experts sous le patro (...)
  • 15 Menée par des médecins du travail volontaires, l’enquête Surveillance médicale des expositions et (...)
  • 16 Nina Eliasoph décrit ce type de travail d’« évitement de la politique » dans le contexte de la vie (...)

7Depuis les années 1980 au moins, l’action patronale dans le domaine de la médecine du travail est structurée par un axe clair de dépolitisation et de technicisation des débats qui a eu un certain succès14. Dès lors, un médecin du travail qui s’allie trop visiblement avec les représentants du personnel peut se voir affublé de l’épithète « politique » qui sapera sa légitimité dans les moments et les instances où il est convoqué officiellement en vertu de sa compétence scientifique15. Pourtant, les médecins du travail utilisent souvent la transmission d’informations ou la mise au point de stratégies communes avec les syndicats comme une ressource supplémentaire pour exercer leur métier. En conséquence, le caractère confidentiel des alliances contractées ainsi que le déplacement des questions problématiques vers le plan scientifique sont des stratégies employées par ces médecins pour informaliser le travail politique qu’ils sont amenés à exercer dans l’entreprise16.

Les risques de l’alliance avec les syndicats

  • 17 Il s’agit du CISME (aujourd’hui : Centre interservices de santé et de médecine du travail en entre (...)

8En 1987, un rapport de l’association patronale qui regroupe les présidents de services interentreprises de médecine du travail17 se félicite de l’architecture du système français :

  • 18 Blondet M., Pardon N., « Annexe 1 : perspectives en médecine du travail », dans Rapport du groupe (...)

« Le médecin évolue au centre de gravité d’un triangle dont les sommets sont constitués par l’administration, les employeurs, les salariés. Il est enfermé dans ce schéma “carcéral” pour éviter les dévoiements politiques18. »

  • 19 Article R4623-1 du Code du travail.

9L’expression de schéma carcéral n’est pas trop forte pour décrire l’expérience que peuvent avoir certains médecins du travail de leur évolution dans le « champ social ». Le médecin du travail est appelé par la loi à être le « conseiller de l’employeur, des travailleurs, des représentants du personnel et des services sociaux19 ». Cette définition œcuménique cadre mal avec les luttes, hostilités et méfiances qui peuvent exister entre ces trois pôles : souvent, se rapprocher de l’un d’eux peut conduire à s’aliéner le soutien des deux autres.

10Même lorsqu’elles restent confidentielles, les alliances éventuelles contractées par le médecin du travail ne sont pas sans risque pour lui. Alain Carré raconte un épisode décisif de sa carrière qui s’est déroulé au milieu des années 1980 alors qu’il était en poste sur un secteur de transport du gaz à Alfortville en région parisienne :

  • 20 Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, institué en 1982.
  • 21 Entretien avec Alain Carré, janvier 2008, Paris.

« C’est une erreur de ma part. Voilà, quand vous travaillez dans mon métier, il faut toujours être à l’affût du débat social, c’est-à-dire, il faut toujours savoir où est le rapport de force. Là, je n’ai pas su où était le rapport de force, je me suis planté. L’histoire est simple. Je faisais des visites de chantier de nuit, à l’époque. Parce qu’on installait la haute pression avec des stations de première décompression, des stations de reprise de réseau, des stations de compression, tout autour de la région parisienne. Moi, dans mon secteur à l’est, j’avais beaucoup de chantiers. Et je m’aperçois que les gars, en fait, ils dormaient sur le chantier. Je trouve ça bizarre. Attendez, ils dormaient dans la cabane de chantier, sur des gravats, enfin bon c’était... Par le syndicat majoritaire, je me procure les pointages. Je vois des pointages : 61 heures par semaine ! Ce n’est pas possible ! Et donc, je vais voir la section syndicale majoritaire, et je dis au responsable de la section syndicale, “Qu’est-ce que vous comptez faire au CHSCT20 ? Si vous faites quelque chose au CHSCT, moi je vais envoyer derrière, il n’y a pas de problème.” Et lui, il y va. Alors moi je me dis, s’il y va, c’est qu’il a réglé la question, du côté social. Et donc, je fais venir l’inspecteur du travail, je leur mets un bazar... effroyable. Et là, je m’aperçois qu’en fait, il y avait un accord entre les gars et la direction pour travailler 61 heures, que les gars avaient des crédits, etc. Là je comprends assez vite, mais enfin, le mal était fait21. »

11Le médecin explique le déroulement de l’affaire par une mauvaise appréciation du « rapport de force » et une connaissance incomplète du « syndicat majoritaire » dont il est pourtant également membre. Il est alors facile pour la direction de le stigmatiser en tant que franc-tireur qui fonde des accusations sans fondement. Le médecin explique que l’épisode lui aurait valu un passage contraint à temps partiel ainsi qu’une surveillance scrupuleuse de son travail par sa hiérarchie. Ne sentant plus réunies les conditions d’exercice de son métier, Alain Carré se décide même en 1987 à changer de poste au sein de son entreprise et rejoint la branche de la distribution d’énergie.

Le médecin du travail et l’amiante : ouvrir le parapluie scientifique

  • 22 Pour un panorama précis et complet de la lutte anti-amiante en France, voir Thébaud-Mony A., « Jus (...)
  • 23 Auribault D., « Note sur l’hygiène et la sécurité des ouvriers dans les filatures et tissages d’am (...)

12Engagé en France depuis le milieu des années 1970, le combat syndical et médical contre l’amiante a commencé à aboutir avec l’interdiction totale du matériau en 199722. Il a donné lieu à des alliances entre salariés malades, médecins du travail, chercheurs universitaires et représentants syndicaux, et à un jeu subtil de prises de positions légitimées par des considérations politiques, économiques ou médicales selon la situation d’énonciation. Peu après son recrutement en 1976, Alain Carré se retrouve affecté à la surveillance d’une centrale thermique à Vitry-sur-Seine en région parisienne. De type classique (combustion de charbon amené par des péniches), elle a été abondamment isolée à l’amiante, matériau miracle dont les dangers pour la santé sont pourtant connus en France depuis 190623. Sympathisant du Comité anti-amiante de l’Université Jussieu (fondé en 1975), Alain Carré souhaite faire procéder comme il en a le droit à des examens radiographiques pulmonaires pour les salariés des postes les plus exposés, mais il se heurte à une certaine réticence de la part de sa hiérarchie. Il utilise alors ses bonnes relations avec les deux principaux syndicats de l’unité pour contourner l’obstacle et pouvoir exercer son travail comme il l’entend :

  • 24 Illustre pneumologue, le professeur Jean Bignon est connu pour son combat contre l’amiante dès le (...)
  • 25 Entretien avec Alain Carré, janvier 2008, Paris.

« Moi j’étais mi-temps syndical depuis déjà très longtemps, et donc j’ai dit : eh bien, il faut que je contourne l’obstacle. À ce moment-là, j’ai mis en place une petite cohorte ; je suis allé voir en fait la section CFDT, la section CGT, les responsables de syndicats, et je leur ai dit : voilà, je pense qu’il y a un danger réel, je pense qu’il a déjà fait des dégâts, j’ai besoin de trente volontaires qui vont aller en dehors de leur travail faire des radios. J’étais en rapport avec Bignon24 qui à l’époque était en pointe. Il était responsable de l’Office public d’hygiène sanitaire de Choisy, il a accepté de me faire les clichés pour rien. Donc j’ai choisi quels postes de travail, maçon-fumiste, etc., enfin bref, le pire. Il y a eu trente gars qui l’ont bouclée, qui sont allés passer leur examen25. »

  • 26 Hirsch A., Dimenza L., Carré A., Hare A., Perdrizet S., Coreman J., Bignon J., « Asbestos Risk amo (...)
  • 27 Pour un autre exemple de « tests médicaux sauvages » pratiqués par certains médecins alliés avec l (...)

13Le médecin ne devait pas dépenser d’argent pour ces examens pour que la direction n’en soit pas informée, d’où l’idée de procéder à cet arrangement confidentiel. Suite au développement et à l’interprétation des clichés faite en collaboration avec Jean Bignon et d’autres professeurs de médecine, une dizaine de salariés se voient reconnaître une maladie professionnelle. La direction d’unité est alors mise au courant, mais il est trop tard pour qu’elle puisse intenter des représailles contre Alain Carré. En effet, dès 1979, les résultats de cette cohorte secrète sont exposés dans un article médical publié dans une revue américaine de référence26 qui leur garantit un statut de résultat scientifique plutôt que de « coup d’éclat » syndical27. D’après le protagoniste, la direction nationale du groupe aurait même félicité la direction d’unité d’avoir permis au médecin du travail de mener cette étude. La réussite du praticien est due à la conjonction de plusieurs éléments : le caractère secret de ses tractations avec les syndicats et sa connaissance intime de ces derniers (« J’étais mi-temps syndical déjà depuis très longtemps ») ; la volonté des salariés de coopérer avec le médecin fondée vraisemblablement sur un rapport de confiance ; l’inscription du praticien dans un réseau professionnel dense ; enfin, l’autorité de la science médicale qui confère une légitimité protectrice à l’action d’Alain Carré.

Un médecin du travail peut-il négocier sur la santé ?

14En dépit de la réussite de certaines alliances avec les salariés syndiqués, le positionnement d’Alain Carré au sein de la CGT n’a rien d’évident. Ceci procède tout d’abord de la place particulière qui est faite aux médecins du travail dans la plupart des confédérations syndicales qui les considèrent généralement comme des « spécialistes » du lien entre travail et santé appelés à intervenir dans les négociations au niveau national ou européen. Celles-ci se tiennent parfois presque uniquement entre médecins du travail, comme si ces questions n’intéressaient pas les autres salariés : Alain Carré ou Gilles Seitz pour la CGT, Henri Forest pour la CFDT, Bernard Salengro pour la CFE-CGC... Au sein de la CGT, Alain Carré a animé pendant de nombreuses années un « collectif des médecins du travail » qui reflète l’autonomisation relative du groupe des médecins du travail à l’intérieur de la confédération.

15Le médecin du travail explique que ses camarades syndiqués lui ont souvent reproché une certaine rigidité dans ses préconisations qui leur rend plus difficile la conduite des négociations avec la direction. Lors des discussions sur la réduction du temps de travail, il s’est ainsi montré opposé à l’échange « temps de travail en moins, productivité en plus » qui était pourtant la prémisse du débat. D’un point de vue médical, l’augmentation de la cadence et la réduction des temps morts sont, selon lui, préjudiciables à la santé des salariés. Lors des formations qu’il anime dans les Unions départementales de la CGT, les salariés se montrent également désarçonnés par son refus d’admettre la notion de seuil d’exposition pour les produits cancérogènes :

  • 28 Entretien avec Alain Carré, juin 2008, Paris.

« Les limites sont des limites contraventionnelles, pour les cancers il n’y a pas de limite inférieure. Il n’y a pas d’effet seuil. Et donc, toutes les négociations, de fixation de niveau, de valeurs limites, toutes les négociations, disons, sur les conditions de travail, ne conviennent pas au médecin du travail. Il faut le dire comme c’est. C’est-à-dire, le syndicaliste est positionné dans le champ du débat, le médecin du travail c’est un point fixe, celui d’éviter toute altération de la santé, et l’employeur lui, il a des obligations réglementaires qui font qu’il ne peut pas atteindre à la santé et il a des impératifs économiques. Le syndicaliste, lui, il va négocier la force de travail dans ce créneau-là. Évidemment, c’est simple d’empêcher que les gens meurent au boulot parce que là, effectivement, l’employeur est fautif, voilà. Mais il n’est pas toujours pertinent pour le syndicaliste de se positionner en prévention primaire. Par exemple, parce que le coût de la prévention primaire sera tellement élevé que le patron fermera la boîte. Donc, on va être obligé de négocier entre les deux. C’est ça que j’explique dans les formations. C’est-à-dire qu’en gros, le médecin du travail, lui, son devoir c’est d’être là (il montre un bord de la table). [...] Beaucoup de médecins du travail n’ont pas compris ça. Ils n’ont pas compris – eux, ils croient qu’ils sont là (il montre le milieu de la table). Ils négocient avec les autres, quoi, ils font des concessions28... »

La « véritable » médecine du travail : norme professionnelle ou manifeste politique ?

  • 29 C’est ce qui ressort d’un travail – en cours – de dépouillement des archives du contentieux du Syn (...)

16Théoriquement indépendants, les médecins du travail des services dits « autonomes » font inévitablement l’objet de pressions de la part de leur hiérarchie dans la mesure où ils sont amenés à suspendre l’impératif de production au profit de considérations sanitaires. Ces pressions ne s’exercent que dans une minorité des cas sur le salaire ou la rémunération. Une équipe de direction qui cherche à gagner l’accord tacite ou explicite du médecin du travail a la possibilité de mettre en balance – plus ou moins consciemment – ses moyens de fonctionnement courant (locaux, fournitures médicales et de bureau), la présence et la rémunération de ses collaborateurs (secrétariat, infirmières...), l’autorisation donnée aux salariés de quitter leur travail pour une visite médicale ou un examen complémentaire ou encore la non-contestation des avis d’aptitude. Les garanties liées à son statut ne protègent qu’imparfaitement le médecin du travail contre ses tentatives de définition hétéronome de son exercice29.

17La résistance de certains praticiens à voir leur rôle délimité de l’extérieur fait apparaître des rapports de pouvoir qui resteraient invisibles dans le cas contraire. Pour ne pas courir le risque d’être étiqueté et discrédité en tant que médecin « politique », le médecin du travail a alors tout intérêt à exprimer ses résistances sur le plan de la construction des normes professionnelles. Depuis le début de sa carrière et jusqu’à aujourd’hui, Alain Carré est un membre actif de nombreux réseaux de médecins du travail et un contributeur prolifique d’un nouveau type de presse professionnelle qu’il a en partie contribué à créer. Ses écrits témoignent d’une volonté de définir l’essence du métier de médecin du travail avec une tension toujours présente entre justification par des principes politiques ou par des normes professionnelles.

Discussion autour d’un avis d’aptitude

  • 30 Voir Bruno A.-S., Omnès C., Les mains inutiles. Inaptitude au travail et emploi en Europe, Paris, (...)
  • 31 « L’une de leurs premières actions sera de signer les certificats d’aptitude au service du travail (...)
  • 32 Le cumul de la pension de médecin militaire était alors compatible avec l’exercice salarié de la m (...)
  • 33 Le rapport de 2007 du conseiller à la Cour de cassation Hervé Gosselin témoigne du débat autour de (...)

18L’avis d’aptitude est sans nul doute la plus contestée des tâches du médecin du travail prescrites par la réglementation du fait du spectre très large des lectures qui peuvent en être faites30. S’agit-il d’adapter le poste de travail au travailleur ou d’adapter le travailleur au poste de travail ? L’avis d’aptitude trouve un précédent peu glorieux dans la sélection physique des travailleurs français envoyés au Service du travail obligatoire, qui fut l’une des premières tâches dévolues aux médecins du travail nouvellement nommés par la loi de 194231. Phénomène courant jusque dans les années 199032, la reconversion de nombreux médecins militaires dans la médecine du travail a incarné cette proximité entre avis d’aptitude et sélection des appelés. Par ailleurs, dans un pays comme les États-Unis où les médecins d’entreprise ne disposent pas de statut protecteur, on leur demande souvent explicitement de subordonner l’avis d’aptitude aux intérêts productifs de l’entreprise plutôt qu’à l’impératif de prévention des atteintes à la santé du futur salarié. En France, où les médecins du travail ont une autonomie professionnelle plus grande, nombreuses restent néanmoins les situations dans lesquelles des praticiens déclarent des salariés aptes à exercer au contact de matériaux toxiques reconnus – paradoxe qui conduit une partie de la profession à demander la suppression de l’avis d’aptitude33.

19En marge du congrès de médecine du travail de Tours en 2008, Alain Carré me raconte un épisode de sa carrière lors d’un dîner en présence d’un de ses confrères, également membre de la CGT. Ce dernier connaît bien l’épisode, pour l’avoir maintes fois entendu. L’histoire a lieu après 1987, lorsqu’Alain Carré est en poste dans le secteur de la distribution d’énergie. Dans le cadre de ses vacations cliniques, il reçoit un jour une femme pour une visite d’embauche. Elle a été recrutée pour travailler dans un centre d’appel et il ne manque que la décision du médecin pour qu’elle commence à travailler. Or, dès le début de l’entretien, il est évident pour le médecin que la salariée lit sur ses lèvres. Au fil de l’examen, il obtient la confirmation que son interlocutrice est complètement sourde et pâtit d’un handicap qu’elle tentait de masquer. Elle se déclare alors résignée à ce qu’il la signale comme inapte au poste. Alain Carré lui explique toutefois que son rôle, en tant que médecin du travail, est d’« éviter toute altération de la santé du travailleur du fait de son travail. » Dès lors, la pratique du téléphone ne risquant pas d’abîmer la santé d’une personne sourde, il annonce qu’il la déclare apte au poste. Cette décision lui vaut quelques jours plus tard un échange avec la direction du centre d’appel qui met directement en cause ses compétences médicales au motif qu’il n’aurait pas su détecter la surdité de la personne. Le médecin du travail répond alors en rejetant la responsabilité de l’embauche d’une salariée sourde sur le directeur qui a procédé à son recrutement, un directeur désigné comme le seul fautif pour n’avoir pas procédé à cette vérification élémentaire. N’étant pas inapte à ce poste, encore moins à tout poste, la salariée sourde est protégée contre le licenciement et se voit finalement proposer un autre emploi dans l’entreprise qu’elle accepte finalement.

20L’épisode constitue une forme d’« expérience naturelle » qui rend visible la distinction entre la notion d’aptitude et celle de compétence. L’avis d’aptitude est ici clairement subordonné par le médecin à l’obligation d’« éviter toute altération de la santé du travailleur du fait de son travail. » Au vu des attentes de certains employeurs, mais également des habitudes de certains confrères, cette pratique de hiérarchisation de ce qui constituerait l’essence du métier de médecin du travail a une dimension provocante, dont Alain Carré est bien conscient, ainsi que l’atteste cette visite conçue comme un événement digne d’être raconté. Le suivi scrupuleux des dispositions légales – ou plutôt de certaines dispositions légales considérées comme plus importantes que d’autres – est un moyen pour le praticien de subvertir le rapport de pouvoir dans lequel souhaitait l’impliquer l’employeur (la mise à pied d’une salariée) au nom de considérations purement professionnelles en apparence.

Presse professionnelle ou presse militante ?

  • 34 Revue publiée à partir d’avril 1938, aujourd’hui Archives des maladies professionnelles et de l’en (...)
  • 35 Revue publiée depuis 1973 par l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention d (...)
  • 36 Revue publiée depuis 1960 par le Syndicat national professionnel des médecins du travail (devenu e (...)
  • 37 Les numéros ont été rassemblés dans un recueil collectif, Tankonalasanté, Paris, Maspero, 1975.

21Lorsqu’Alain Carré commence à exercer, deux types de publications s’intéressent aux questions de santé liées au travail et au rôle de la médecine du travail : les publications scientifiques comme Archives des maladies professionnelles34 et Documents pour le médecin du travail35 qui s’alignent progressivement sur le modèle anglo-saxon des publications médicales (revue de bibliographie, description du protocole d’enquête, résultats) et s’intéressent à la nocivité de tel produit ou à l’efficacité de tel remède en accordant peu de place à l’étude du contexte social dans lequel le médecin du travail exerce son métier ; des publications militantes, soit cantonnées au milieu des médecins du travail (comme la revue syndicale Médecine et travail36), soit d’une existence éphémère (comme la revue Tankonalasanté émanant du Groupe information santé37).

  • 38 Collectif intersyndical Sécurité des universités Paris VI et Paris VII-C.G.T.-C.F.D.T.-F.E.N., Dan (...)
  • 39 Henry E., Un scandale improbable-Amiante : d’une maladie professionnelle à une « crise de santé pu (...)
  • 40 Cassou B., Huez D., Mousel M.-L., Spitzer C., Touranchet-Hébrard A. (dir.), Les risques du travail (...)

22La mobilisation du Comité anti-amiante de Jussieu donne lieu à la publication d’un livre en 1977, Danger ! Amiante38, original par sa volonté de diffuser des connaissances scientifiques pointues dans un cercle syndical élargi qui reflète la composition du comité lui-même (mêlant syndicalistes et chercheurs spécialistes des dimensions scientifiques de la question, comme le toxicologue Henri Pézerat). Cependant, la mobilisation est étouffée à partir du début des années 1980 par la création du Comité permanent amiante qui enrôle progressivement un certain nombre d’experts reconnus. Ainsi que l’explique Emmanuel Henry, « c’est du milieu des médecins du travail qu’est repartie une nouvelle mobilisation sur ces questions39 ». En 1985, une centaine de spécialistes des problèmes du lien entre santé et travail, dont une quarantaine de médecins du travail, publient un ouvrage collectif intitulé Les risques du travail, aux éditions La Découverte (qui prennent alors la suite des éditions Maspero40). Parmi les auteurs, on retrouve notamment des membres éminents du mouvement anti-amiante (Henri Pézerat, Bernard Cassou, François Desriaux), des médecins du travail de l’énergie syndiqués à la CGT (Alain Carré, Dominique Huez) et à la CFDT (Henri Forest), des universitaires en médecine du travail (Philippe Davezies) et des médecins-inspecteurs du travail (Pierre Abécassis, Annie Touranchet-Hébrard). L’ouvrage se présente comme une petite encyclopédie des risques professionnels présentés à la fois par secteur d’activité et par type de produit. Il comporte également des réflexions sur le lien entre organisation du travail et santé ou encore sur la fiabilité contestée des statistiques d’accidents du travail et de maladies professionnelles. Dans l’avant-propos, les auteurs déclarent qu’ils souhaitent que ce soit « un livre pour agir », à destination des travailleurs et de leurs représentants :

  • 41 Cassou B., Huez D., Mousel M.-L., Spitzer C., Touranchet-Hébrard A., « Préface », dans Cassou B. e (...)

« Il nous semble qu’il y a urgence à mettre à la disposition des personnes concernées par les risques professionnels les informations éparses, recueillies scientifiquement41. »

  • 42 Carré A., « Les centrales thermiques classiques », dans Cassou B. et al., ibid., p. 472-475.

23Alain Carré a rédigé dans ce livre un article sur les risques professionnels dans les centrales thermiques classiques42. Il présente cet épisode éditorial comme l’élément fondateur de son exercice :

  • 43 Entretien avec Alain Carré, janvier 2008, Paris.

« J’avais écrit un article purement technique. En gros, y a de l’amiante, y a de ci, y a de ça, etc. Et puis, je me souviens très bien, la copine me dit, écoutez, c’est pas exactement ce que j’attendais de vous. Ah, bon ? ! Qu’est-ce que vous attendiez de moi ? Eh bien, je voulais un article critique. Parce que je voulais que vous démontiez un petit peu le mécanisme qui vous amène effectivement comme médecin du travail à vous intéresser à des secteurs particuliers dans les centrales thermiques. Et, à ce moment-là j’ai compris qu’elle me demandait en fait, non pas un truc technique, mais en fait, une espèce de description politique de l’évolution des questions de santé43. »

  • 44 Huez D. (dir.), Souffrances et précarités au travail : paroles de médecins du travail, Paris, Syro (...)

24Alain Carré revoit son article de fond en comble. Dans sa version finale, le texte se contente de présenter en deux phrases et un schéma le fonctionnement d’une centrale thermique avant d’entamer un constat sévère sur le lien de causalité entre le travail en centrale et un certain nombre de maladies. On y trouve notamment des phrases sur l’amiante sans ambiguïté qui tranchent avec de nombreuses publications françaises de l’époque : « En centrale thermique, le principal agent responsable demeure l’amiante », écrit le médecin, ajoutant que « le cancer de la plèvre est à rapporter à l’exposition à l’amiante. » Le médecin pointe également le problème de la surdité professionnelle et refuse de s’en tenir aux statistiques officielles : « Étant donné la sévérité des critères de reconnaissance de la maladie professionnelle, l’on ne sera pas surpris que peu d’atteintes professionnelles [liées à la surdité] soient indemnisées. » L’ouvrage est emblématique d’une nouvelle littérature de la médecine du travail, alors balbutiante. Ses titres principaux sont : les Cahiers SMT (23 numéros entre 1989 et 2009), fruit de la réflexion menée au sein de l’Association Santé et médecine du travail (SMT), dirigée par Dominique Huez, dont Alain Carré est un membre actif et prolixe par ses écrits ; les trois livres collectifs signés par l’Association SMT parus entre 1994 et 200044 ; enfin, la revue Santé et travail (mensuel lancé en 1991), magazine à destination des professionnels et des élus syndicaux dirigé par François Desriaux, et qui compte notamment dans son comité de rédaction Dominique Huez et Philippe Davezies.

25L’idée qui sous-tend cette littérature alternative est la nécessité de s’émanciper d’un rapport immédiat et naïf à la science médicale. Pour les auteurs de cette presse, le monde des débats scientifiques est traversé tout autant que d’autres par les conflits économiques et sociaux propres au monde du travail. Par ailleurs, le simple énoncé des résultats scientifiques ne suffit pas à lui seul à améliorer les conditions de travail ; il doit être accompagné d’une réflexion stratégique sur les modalités d’action des médecins du travail dans le monde conflictuel de l’entreprise. Cette littérature se pose comme une alternative aux revues scientifiques classiques ou aux manuels écrits par des universitaires fondés sur l’idée que l’amélioration de la pratique médicale est d’abord fonction d’une capacité à s’accorder à l’évolution des connaissances scientifiques. Une vision du médecin du travail expert que conteste Alain Carré dans un article coécrit avec Dominique Huez en 1994 :

  • 45 Carré A., Huez D., « Expertise en santé au travail et médecine du travail : des propositions », da (...)

« Il ne peut s’agir ici d’une expertise neutre qui évacuerait la question du contexte social. Pourrait-on émettre en matière de santé au travail un avis fondé sur la seule rationalité scientifique en un lieu, l’entreprise, où s’expriment journellement des conceptions sociales différentes sur le mode des rapports de force. Il s’agit plutôt d’une expertise impartiale. Elle doit faire, en effet, abstraction de l’influence que les parties en présence – patronat et syndicats – font peser sur elle. Avoir pour unique objectif la préservation de la santé au travail des salariés, hic et nunc, ne peut être compatible avec une position de repli confortable derrière une “ligne Maginot” scientifique45. »

26Ainsi que l’illustre ce texte, les auteurs de cette presse professionnelle d’un nouveau genre continuent de revendiquer une position d’expertise impartiale bien que consciente des rapports de force qui la déterminent. Ce paradoxe apparent illustre la stratégie de protection qui continue d’être celle des médecins du travail qui militent en faveur des salariés : justifier ses actions en se référant à la science et à la conscience professionnelle pour ne pas être discrédité en tant que « simple militant ».

Définir ou redéfinir le métier

27Ce mouvement éditorial trouve un prolongement dans la mise en place de groupes de parole entre médecins du travail qui s’interrogent sur les normes et les pratiques professionnelles. Le réseau de l’Association Santé et médecine du travail (SMT), en pointe dans la lutte contre les cancers professionnels ou la souffrance psychique au travail, n’est pas lié à une étiquette syndicale bien qu’étant animé par des membres de la CGT et du SNPST. Dans ces groupes, la défense d’une conception politique du rôle de la médecine du travail dans l’entreprise se fait au nom de considérations professionnelles en distinguant bonnes et mauvaises pratiques – comme l’évolution du management incite d’ailleurs à le faire.

  • 46 Carré A., « Le médecin du travail, le mensonge, le management », dans Association SMT, Des médecin (...)

28Dans un article publié en 1998 dans un livre collectif de l’Association SMT, Alain Carré distingue différentes manières d’exercer la médecine du travail selon que l’on est prêt à exercer dans le feu croisé du champ social, que l’on choisit de « subordonne[r] son exercice aux intérêts de l’entreprise », ou encore de « quitter le champ brûlant de la santé au travail pour se réfugier dans le cadre plus calme de la santé publique46 ». D’après l’auteur, seul le premier de ces métiers mérite le nom de médecine du travail ; il renvoie les deux autres exercices à la « médecine d’entreprise » et à la « médecine de prévention ». Alain Carré assortit cette distinction d’un appel à la réflexivité des médecins du travail :

  • 47 Ibid., p. 145.

« Notre propos n’est pas de jeter l’anathème sur tel ou tel exercice mais de faire prendre conscience à chacun d’entre nous des incohérences qui perturbent nos exercices respectifs. Notre responsabilité de praticien nous impose de peser les conséquences qui découlent des choix entre ces différentes tendances. Or, nous venons de montrer que l’appartenance exclusive à chacun de ces courants suppose une prise de position professionnelle sur les rapports de la santé avec l’organisation du travail managériale. Il n’existe donc pas d’attitude médiane qui permette de concilier ces courants47. »

29Dans le propos d’Alain Carré, et plus largement dans l’ensemble du livre de 1998 – dont le sous-titre est « Un métier en débat » –, l’appel à la réflexivité est indissociable d’une volonté affichée de construire collectivement un métier de médecin du travail qui se définit d’abord par ses frontières. Alain Carré justifie sa préférence pour un type d’exercice par des considérations d’ordre professionnel :

  • 48 Ibid., p. 146.

« Le métier de médecin du travail est le seul qui ait actuellement une cohérence déontologique, technique et règlementaire. Il nous appartient donc de le défendre en traçant les limites qui le séparent d’autres métiers, dont l’un met en péril la déontologie et dont l’autre est hors du champ de la santé au travail48. »

  • 49 Il s’agit de tester chaque intuition et chaque décision médicale en les rapprochant de résultats o (...)

30Un prolongement pour le moins inattendu des groupes comme SMT a été la création de l’association E-pairs en 2007. Depuis 2002, tous les médecins français sont tenus de procéder à l’évaluation régulière de leurs pratiques professionnelles auprès d’un organisme agréé par la Haute Autorité de Santé. Ce dispositif est fondé sur un principe de management par les compétences ainsi que sur les canons de l’Evidence Based-Medicine49. Bien que distants par rapport à des références managériales et positivistes, un groupe de médecins du travail et de chercheurs émanant du réseau SMT, du syndicat SNPST et de la revue Santé et travail ont réussi à faire valider leur projet d’association d’évaluation des pratiques professionnelles qui ressemble de fait fort à ce qui se faisait jusque-là dans les réunions des associations professionnelles.

31Grâce à une mobilisation collective pour obtenir un label garanti par les pouvoirs publics, ces médecins du travail massivement syndiqués ont réussi à se constituer des enceintes de débat bien plus légitimes aux yeux des autres acteurs de l’entreprise que ne le seraient des réunions syndicales. Lors des discussions, ils peuvent justifier de leur préférence pour telle mission ou tel type de tâches parmi toutes celles qui leur incombent ou pourraient leur incomber, non pas en fonction de considérations d’ordre politique mais « au nom de la médecine du travail », et disqualifier les autres formes d’exercice comme ne ressortissant précisément pas à la médecine du travail.

32La notion de politique informelle permet de désigner aussi bien les jeux sociaux par lesquels les différents acteurs de l’entreprise tentent d’imposer une définition hétéronome du rôle qui sied au médecin du travail que les stratégies professionnelles des médecins pour légitimer leur exercice. La trajectoire professionnelle d’Alain Carré n’est en rien représentative d’un type modal d’exercice de la médecine du travail bien qu’elle permette d’illustrer toute une mouvance de la profession qui s’est constituée depuis les années 1970 à la faveur de la lutte anti-amiante. La pratique singulière du praticien agit cependant plus que d’autres comme un révélateur chimique des contradictions qui pétrissent l’institution médecine du travail. Au sein de l’espace politique de l’entreprise, la fonction « prévention » délimite un sous-espace singulier dans laquelle les professionnels ne peuvent revendiquer les enjeux et effets politiques de leur activité sans courir le risque de se voir privés des moyens d’exercer leur métier comme ils l’entendent.

33Au terme de ce parcours, la stratégie des médecins « militants » en faveur des salariés depuis les années 1970 apparaît double. Il s’agit d’abord pour eux de renouveler l’épistémologie médicale propre à leur spécialité afin de l’éloigner d’une conception naïvement positiviste en y intégrant une prise en compte des rapports de force au sein de l’entreprise et, plus largement, du monde social. Parallèlement, ils œuvrent à construire une définition de la profession qui permette de légitimer les prises de parti politiques au nom de l’éthique professionnelle.

Notes

1 Fridenson P., « La subordination dans le travail : les questions de l’historien », dans Chauchard J.-P., Hardy-Dubernet A.-C. (dir.), La subordination dans le travail. Analyse juridique et sociologique de l’évolution des formes d’autonomie et de contrôle dans la relation de travail, Paris, La Documentation française, 2003, p. 69.

2 Rosental P.-A., « Maladies professionnelles : le plomb et la poussière », L’Histoire, no 368, octobre 2011, p. 85.

3 Pour un panorama global, voir les numéros spéciaux de deux revues : « La santé à l’épreuve du travail », Mouvements, no 58, avril-juin 2009, dossier coordonné par Frédérique Debout et al. ; « Les maladies professionnelles : genèse d’une question sociale (XIXe-XXe s.), Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 56, no 1, 2009, dossier coordonné par Paul-André Rosental et Catherine Omnès.

4 Vincent J., « La réforme sociale à l’heure du thé : La porcelaine anglaise, l’empire britannique et la santé des ouvrières dans le Stafordshire (1864-1914) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 56, no 1, 2009, p. 29-60.

5 Thébaud-Mony A., L’envers des sociétés industrielles. Approche comparative franco-brésilienne, Paris, L’Harmattan, 1991.

6 Buzzi S., Devinck J.-C., Rosental P.-A., La santé au travail, 1880-2006, Paris, La Découverte, coll. Repères, 2006.

7 Article L4622-3 du Code du travail.

8 C’est le « tiers-temps », également appelé « activité en milieu de travail ».

9 Précisons que, contrairement à une opinion répandue, ce ne sont pas les médecins du travail mais les médecins généralistes qui prescrivent les arrêts de travail pour maladie.

10 L’expression est empruntée à une recherche récente coordonnée par Isabelle Ferreras. Voir également Ferreras I., Critique politique du travail. Travailler à l’heure de la société des services, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 2007.

11 Deux médecins du travail ont récemment été mis en examen sous la qualification de non-assistance à personne en péril, homicide involontaire et blessures involontaires : le médecin de l’usine de plaquettes de frein Ferodo-Valeo de Condé-sur-Noireau en Normandie (2007) et le médecin chargé de surveiller la santé des dockers du port de Dunkerque (2008). Dans les deux cas, le matériau toxique en cause est l’amiante.

12 Targowla O., Les médecins aux mains sales : la médecine du travail, Paris, Belfond, 1976.

13 Champy F., Israël L., « Professions et engagement public », Sociétés contemporaines, no 73, 2009, p. 7-19, p. 14.

14 Dans les années 1980, la mise en place du Comité permanent amiante, groupe d’experts sous le patronage de l’industrie de l’amiante, s’est faite dans un dessein explicite de dépolitisation (Henry E., « Militer pour le statu quo. Le Comité permanent amiante ou l’imposition réussie d’un consensus », Politix, no 70, 2005, p. 29-50). On citera également le médecin-conseil du Medef lors d’une audition parlementaire sur l’amiante : « J’hésitais à prendre la parole, compte tenu du tour très politique que prenaient les discours... » (Voir Le Garrec J., Lemière J, « Rapport fait au nom de la mission d’information sur les risques et les conséquences de l’exposition à l’amiante », Paris, Assemblée nationale, 2006, t. 2, p. 270). Plus récemment, une note du Medef à ses représentants au sein des Comités régionaux de prévention des risques professionnels leur donnait les consigne suivantes : « – s’assurer que la promotion de la santé et la sécurité au travail ne se fasse pas par la diabolisation des entreprises – éviter les débats idéologiques – éviter toute dérive sur des sujets très sensibles, notamment en participant activement aux conseils d’administration. » (fiche argumentaire du Medef, juin 2007, documentation du Medef, Paris).

15 Menée par des médecins du travail volontaires, l’enquête Surveillance médicale des expositions et des risques (SUMER) a été violemment critiquée par les organisations patronales en 2007-2008 au motif qu’elle serait biaisée. Comme l’explique une journaliste, « ce qui se cache derrière la remise en cause du volontariat, c’est l’idée que ces médecins seraient plus “militants” que les autres et pourraient surévaluer les risques encourus par les salariés. » (Queruel N., « L’enquête SUMER chifonne le patronat », Santé et travail, no 61, janvier 2008).

16 Nina Eliasoph décrit ce type de travail d’« évitement de la politique » dans le contexte de la vie associative aux États-Unis ; voir Avoiding Politics. How Americans Produce Apathy in Everyday Life, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

17 Il s’agit du CISME (aujourd’hui : Centre interservices de santé et de médecine du travail en entreprise) créé en 1942.

18 Blondet M., Pardon N., « Annexe 1 : perspectives en médecine du travail », dans Rapport du groupe de réflexion sur l’avenir de la médecine du travail, CISME, avril 1987, p. 4 (Archives du Syndicat national des professionnels de santé au travail).

19 Article R4623-1 du Code du travail.

20 Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, institué en 1982.

21 Entretien avec Alain Carré, janvier 2008, Paris.

22 Pour un panorama précis et complet de la lutte anti-amiante en France, voir Thébaud-Mony A., « Justice for Asbestos Victims and the Politics of Compensation : The French Experience », International Journal of Occupational and Environmental Health, vol. 9, no 3, 2003, p. 280-286.

23 Auribault D., « Note sur l’hygiène et la sécurité des ouvriers dans les filatures et tissages d’amiante », Bulletin de l’inspection du travail, 1906. L’amiante est notamment responsable de cancers du poumon et de la plèvre (mésothéliome), de formes de fibroses pulmonaires ou encore de plaques pleurales.

24 Illustre pneumologue, le professeur Jean Bignon est connu pour son combat contre l’amiante dès le milieu des années 1970 comme l’atteste sa lettre au Premier ministre Raymond Barre en 1977 : « Force est d’admettre que l’amiante est un cancérogène physique dont l’étendue des méfaits chez l’homme est actuellement bien connue. » Dans les années 1980, sa participation au Comité permanent amiante, groupe d’expertise qui émane directement de l’industrie amiantifère, lui sera reprochée par les militants anti-amiante. Voir, pour de plus amples détails, Henry E., « Militer pour le statu quo. Le Comité permanent amiante ou l’imposition réussie d’un consensus », op. cit., p. 42-43.

25 Entretien avec Alain Carré, janvier 2008, Paris.

26 Hirsch A., Dimenza L., Carré A., Hare A., Perdrizet S., Coreman J., Bignon J., « Asbestos Risk among Full Time Workers in an Electricity Generating Power Station », Annals of the New York Academy of Sciences, no 330, 1979, p. 137-145. L’article parle d’une cohorte de cinquante-cinq salariés – et non une trentaine – exposés à l’amiante.

27 Pour un autre exemple de « tests médicaux sauvages » pratiqués par certains médecins alliés avec les salariés, on peut se reporter à l’exemple de la grève de 1972 de l’usine Penarroya de Lyon décrite dans Pitti L., « Du rôle des mouvements sociaux dans la prévention et la réparation des risques professionnels : le cas de Penarroya, 1971-1988 », dans Omnès C., Pitti L. (dir.), Cultures du risque au travail et pratiques de prévention, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Pour une histoire du travail, 2009, p. 217-232.

28 Entretien avec Alain Carré, juin 2008, Paris.

29 C’est ce qui ressort d’un travail – en cours – de dépouillement des archives du contentieux du Syndicat national des professionnels de santé au travail (SNPST) dans le cadre de notre travail de doctorat.

30 Voir Bruno A.-S., Omnès C., Les mains inutiles. Inaptitude au travail et emploi en Europe, Paris, Belin, 2004.

31 « L’une de leurs premières actions sera de signer les certificats d’aptitude au service du travail obligatoire (STO, au bénéfice de l’occupant allemand), ce qui entachera durablement leur réputation aux yeux des salariés. » Voir Devinck J.-C., « Un balancement constant entre vision sociale et managériale », Le Monde Économie, 3 décembre 2007.

32 Le cumul de la pension de médecin militaire était alors compatible avec l’exercice salarié de la médecine du travail.

33 Le rapport de 2007 du conseiller à la Cour de cassation Hervé Gosselin témoigne du débat autour de l’aptitude. Voir Gosselin H., Aptitude et inaptitude médicale au travail : diagnostic et perspectives, rapport au ministre du Travail, janvier 2007.

34 Revue publiée à partir d’avril 1938, aujourd’hui Archives des maladies professionnelles et de l’environnement.

35 Revue publiée depuis 1973 par l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles.

36 Revue publiée depuis 1960 par le Syndicat national professionnel des médecins du travail (devenu en 2005 Syndicat national des professionnels de la santé au travail).

37 Les numéros ont été rassemblés dans un recueil collectif, Tankonalasanté, Paris, Maspero, 1975.

38 Collectif intersyndical Sécurité des universités Paris VI et Paris VII-C.G.T.-C.F.D.T.-F.E.N., Danger ! Amiante, Paris, Maspero, 1977.

39 Henry E., Un scandale improbable-Amiante : d’une maladie professionnelle à une « crise de santé publique », doctorat de sciences de l’information et de la communication (Marie-Noële Sicard et Jacques Lagroye, dir.), Université de technologie de Compiègne, 2000, p. 320 (publiée sous le titre : Amiante : un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Res Publica, 2007).

40 Cassou B., Huez D., Mousel M.-L., Spitzer C., Touranchet-Hébrard A. (dir.), Les risques du travail. Pour ne pas perdre sa vie à la gagner, Paris, La Découverte, 1985.

41 Cassou B., Huez D., Mousel M.-L., Spitzer C., Touranchet-Hébrard A., « Préface », dans Cassou B. et al., ibid., p. 10.

42 Carré A., « Les centrales thermiques classiques », dans Cassou B. et al., ibid., p. 472-475.

43 Entretien avec Alain Carré, janvier 2008, Paris.

44 Huez D. (dir.), Souffrances et précarités au travail : paroles de médecins du travail, Paris, Syros, 1994 ; Association SMT, Des médecins du travail prennent la parole : un métier en débat, Paris, Syros, 1998 ; Association SMT, Femmes au travail, violences vécues, Paris, Syros, 2000.

45 Carré A., Huez D., « Expertise en santé au travail et médecine du travail : des propositions », dans Association SMT, Des médecins du travail prennent la parole : un métier en débat, op. cit., p. 344.

46 Carré A., « Le médecin du travail, le mensonge, le management », dans Association SMT, Des médecins du travail prennent la parole : un métier en débat, ibid., p. 145.

47 Ibid., p. 145.

48 Ibid., p. 146.

49 Il s’agit de tester chaque intuition et chaque décision médicale en les rapprochant de résultats ou de préconisations scientifiques.

Auteur

Chercheur post-doctoral CNRS, Groupe de sociologie politique européenne (GSPE), UMR CNRS 7012.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540