Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sans en avoir l'air

 | 
François Ploux
, 
Michel Offerlé
, 
Laurent Le Gall

Quatrième partie. Les frontières du politique

Franchir les frontières du politique. Engagement associatif et socialisation politique : vers une théorie des effets limités et cumulatifs

Camille Hamidi

Texte intégral

  • 1 Selon l’expression de Johanna Siméant, « Un humanitaire apolitique ? », dans Lagroye J. (dir.), La (...)
  • 2 Voir le numéro de la Revue française de science politique, vol. 51, no 1-2, février-avril 2001, co (...)
  • 3 Eliasoph N., L’évitement du politique. Comment les Américains produisent de l’apathie dans leur vi (...)
  • 4 Hamidi C., « Éléments pour une approche interactionniste de la politisation. Engagement associatif (...)
  • 5 Elle s’est toutefois un peu développée depuis ; voir Lefèvre S., ONG et Cie. Mobiliser les gens, m (...)
  • 6 Selon l’expression de Nina Eliasoph dans L’évitement du politique. Comment les Américains produise (...)
  • 7 Pour une discussion de ces travaux, nous nous permettons de renvoyer à Hamidi C., La société civil (...)

1Dans un contexte de transformation historique des relations entre champs associatif et politique, où l’image plus flatteuse du premier semble constituer le pendant du discrédit qui frappe le second, l’engagement associatif tend à être considéré comme un équivalent fonctionnel des engagements partisans en déclin et un lieu de politisation pour les adhérents, suivant une sorte de « théorie sous-jacente des vases communicants1 ». L’analyse du lien entre engagement associatif et politisation, qui emprunte à des questionnements classiques dans l’étude de la participation politique, a suscité ces dernières années un regain d’intérêt notamment dans la veine des travaux consacrés au capital social d’une part, et aux mutations du militantisme contemporain de l’autre. On peut distinguer deux façons d’aborder cette question. S’intéresser aux effets à moyen et long terme de l’engagement associatif sur la socialisation politique des individus invite à une étude des trajectoires ou des carrières individuelles : c’est de loin l’approche la plus couramment utilisée en science politique2. L’entrée par les processus concrets, et notamment discursifs, de politisation à l’œuvre dans le contexte associatif permet de comprendre comment opère cette socialisation ; elle requiert une démarche plus interactionniste et l’usage de méthodes ethnographiques. Les travaux, plus rares, qui se situent dans cette perspective, ne s’intéressent alors généralement pas au niveau individuel3. Dans un précédent texte4, nous avons voulu montrer l’intérêt d’adopter cette approche interactionniste, encore peu usitée en France sur cet objet5. Nous avons proposé de retenir une définition élargie de la politisation, distincte de la question du rapport au champ politique spécialisé (sans toutefois abandonner cette dimension), et entendue au sens de montée en généralité et de reconnaissance de la dimension conflictuelle des positions adoptées. Nous avons alors mis principalement l’accent sur les facteurs « d’évitement du politique6 » dans le contexte associatif afin de pointer les limites de raisonnements qui supposent que la société civile, et les associations en particulier, constituent nécessairement des lieux de politisation7.

  • 8 Ces deux perspectives renvoient d’ailleurs généralement aussi à deux acceptions différentes de la (...)
  • 9 Ces jeunes gens peuvent être eux-mêmes immigrés, mais ils sont plus souvent nés en France de paren (...)
  • 10 Les noms des associations ont été modifiés mais restent évocateurs des univers de sens des noms or (...)

2Nous avons conçu cette contribution comme le pendant au texte précédent. En faisant retour sur le niveau individuel, nous voudrions examiner ici à quelles conditions se produisent, malgré tout, des processus de socialisation politique dans le contexte associatif et proposer une théorie à moyenne portée des effets limités mais cumulatifs en la matière. En réintégrant deux niveaux d’analyse généralement disjoints, celui des individus et celui des interactions, on peut étudier comment l’exposition à des discours politisés est susceptible d’avoir des effets socialisateurs – ce que l’adoption de la seule analyse en termes de carrières ou du seul paradigme discursif ne permet pas d’investiguer8. Pour cela, nous allons nous appuyer sur un terrain conduit entre 1998 et 2000 dans trois associations locales de jeunes issus de l’immigration maghrébine9, à but culturel, social ou sportif : les Gazelles Insoumises, Nongo et Attitude Cachemire10.

  • 11 Les fondateurs sont originaires des Comores et du Maroc.

3Le terrain d’enquête. Attitude Cachemire est une association de couture située dans un quartier populaire de Nantes. Fondée par de très jeunes femmes d’origine maghrébine, elle attire presque exclusivement des femmes. Nongo est créée à l’initiative de danseurs et de musiciens d’origine étrangère11 qui veulent offrir des ateliers artistiques aux jeunes habitants d’un autre quartier populaire de Nantes. Elle propose notamment des cours de danse orientale, danse africaine, hip-hop, m’rengué, et des ateliers de rap. Ces activités artistiques sont également censées exercer une fonction de socialisation aux règles de la vie en société. Ces deux associations rassemblent à la fois de jeunes habitants des quartiers où elles sont implantées, d’origine étrangère – notamment maghrébine – et issus de milieux très modestes, et de jeunes adultes venus d’autres quartiers, et notamment du centre-ville, qui sont issus de familles françaises métropolitaines et d’origine sociale plus aisée. La troisième association, Gazelles Insoumises, implantée à Saint-Denis, est créée par et pour des jeunes femmes d’origine maghrébine avant d’étendre son action à des femmes d’autres origines et aux hommes. Elle remplit différentes missions d’accueil et d’aide aux personnes en difficulté. Elle a également développé un projet de solidarité internationale visant à permettre à une douzaine de jeunes de Seine-Saint-Denis impliqués dans l’association de participer à la rénovation d’un hôpital à Madagascar. C’est des trois celle qui a les objectifs les plus explicitement politiques : elle se définit comme féministe et revendique un rôle d’éducation à la citoyenneté. C’est enfin celle qui est la plus homogène en termes d’origine nationale des adhérents, les membres réguliers de l’association étant presque tous originaires d’Afrique du Nord.

Les conditions d’exposition à des discussions politisées

4Même si les discussions politisées se sont avérées plus rares que ce que l’on pouvait imaginer au regard des travaux reliant engagement associatif et participation politique, nous avons tout de même pu en observer un nombre non négligeable, dont des individus peu politisés ont parfois été les témoins. Nous voudrions examiner les conditions nécessaires, tant du côté des responsables que des adhérents, pour que cette situation se produise avant d’analyser ses effets en termes de socialisation politique individuelle.

  • 12 À l’exception d’un groupe de jeunes femmes de l’atelier de danse orientale à Nongo qui sont égalem (...)

5Si l’on examine le degré de politisation (entendue à la fois au sens institutionnel et dans le sens élargi préalablement défini) des individus membres de ces associations, deux configurations différentes se dégagent. À Nongo et aux Gazelles Insoumises, la forte politisation – aux deux sens du terme – des responsables associatifs contraste avec le rapport au politique lointain de la plupart des jeunes adhérents, du fait de leur âge, de leur niveau d’études et de leur socialisation familiale12. Aux Gazelles, la secrétaire générale, son mari et la présidente sont adhérents des Verts (ces deux derniers y ont des responsabilités locales non négligeables) ; ils sont également prompts à tenir des propos politisés au sens de montée en généralité et de conflictualisation. À Nongo, les deux responsables et fondateurs, s’ils n’appartiennent pas à un parti politique, se réfèrent volontiers à la situation politique, en particulier au plan local, et ils politisent certaines questions comme la situation des jeunes des quartiers populaires. À Attitude Cachemire, en revanche, les différences entre responsables et adhérentes sont ténues : tous partagent un rapport très lointain à l’univers politique et mobilisent peu des perspectives politiques sur le monde dans la première configuration. Quels sont les effets de la cohabitation entre des individus ayant des degrés de politisation différents ?

Les conditions d’exposition au politique : le rôle des « émetteurs »

6Le fait que les responsables associatifs aient un projet délibéré de socialisation politique joue un rôle important ; toutefois, les effets socialisateurs produits sur les individus ne correspondent jamais exactement aux buts explicites de transformation promus par les organisations.

7Seuls les responsables des Gazelles Insoumises affichent clairement une telle ambition : ils conçoivent, par exemple, le projet de solidarité à Madagascar en ce sens. D’après leur récit, le projet naît de l’insatisfaction diffuse que les jeunes expriment à propos de leurs conditions de vie. Les encadrants leur demandent de réfléchir à ce qu’ils souhaiteraient faire pour améliorer la situation et ils les guident vers un projet de type altruiste en cherchant à transformer les sentiments immédiats des jeunes gens concernant leur situation personnelle en une réflexion plus vaste sur les causes de ces problèmes et les solutions possibles. Ils les incitent à penser que la solution à leur mal-être se trouve dans un projet de solidarité internationale en cherchant à remédier aux inégalités Nord-Sud. Un des objectifs du séjour est, par exemple, de montrer aux jeunes participants l’ampleur de la misère qui règne à Madagascar afin d’éveiller leur conscience politique. Le projet est donc conçu comme un processus de politisation au sens large : on y retrouve la montée en généralité à partir d’un cas particulier, l’identification de clivages et la prise de position par rapport à ceux-ci ainsi que la volonté de susciter un sentiment d’efficacité ou d’agency, chez les participants.

8Cette volonté pédagogique se manifeste également en matière de politique institutionnelle : elle passe par le fait d’inciter de manière informelle les adhérents à s’inscrire sur les listes électorales, à aller voter ou plus généralement à être un bon citoyen – le slogan des Gazelles, inscrit sur les plaquettes distribuées au public, est en effet : « On ne naît pas citoyen(ne), on le devient ! » Avant les élections, les encadrants répètent qu’il est important d’aller voter, souvent en évoquant la menace du Front National, pour inciter les jeunes à se mobiliser. Cette préoccupation se traduit aussi par le fait de donner des informations sur le champ politique si le contexte s’y prête. Ainsi, en assistant à une discussion à propos de la mairie de Saint-Denis entre Nora, la secrétaire générale, et son mari Hocine (un des responsables de l’association), un jeune homme présent apprend que cette municipalité est communiste alors qu’il pensait que le Parti Communiste n’existait plus. Il fait alors observer que « les communistes sont dépassés », ce à quoi Hocine rétorque : « Dans une usine, quand les ouvriers sont exploités, il faut des communistes, c’est utile pour défendre les intérêts des ouvriers, comme la CGT. » L’interaction avec les encadrants est ainsi l’occasion d’apprendre des informations factuelles ; elle permet aussi une familiarisation avec une vision du monde fondée sur l’existence de clivages sociaux et politiques. Enfin, cette socialisation politique au quotidien passe également par des vecteurs matériels très concrets, comme la façon dont sont décorés les locaux associatifs. Celui des Gazelles est en effet le seul dont les murs soient recouverts de documentations diverses ayant trait à des questions politiquement constituées (informations sur le Planning familial, affiche de dénonciation des « lois Debré »...).

  • 13 Darmon M., La socialisation, Paris, Armand Colin, 2007 ; Mischi J., « Travail partisan et sociabil (...)

9Les résultats effectifs de la socialisation ne doivent pas être toutefois confondus avec les buts explicites de l’organisation, comme cela a également pu être montré sur d’autres types de terrains13. Pour plusieurs raisons. La probabilité que les adhérents soient exposés à des discussions politisées dépend notamment de la place qui leur est reconnue dans l’association et de la façon dont ils sont catégorisés par les responsables associatifs. Elle dépend également des filtres qui peuvent exister du côté des récepteurs eux-mêmes.

L’exposition aux moments et aux lieux de politisation

  • 14 Pour de plus amples développements sur ces différents processus, voir Hamidi C., « Éléments pour u (...)
  • 15 Cela tient également à la faiblesse des structures formelles de discussion dans les associations c (...)

10La probabilité pour un adhérent d’être exposé à des considérations politiques dépend tout d’abord de la place occupée dans le fonctionnement associatif. Un des processus décisifs dans l’évitement du politique, dans le cadre d’associations locales ayant des moyens matériels et humains très réduits, tient en effet au fait que les individus sont incités à analyser les problèmes comme étant très micro de façon à ce que les solutions qu’ils sont en mesure d’apporter, nécessairement limitées, puissent paraître satisfaisantes14. Cela contribue puissamment à l’évitement de toute montée en généralité. On assiste alors fréquemment à un délitement de la dimension politique au cours du temps. Fortement présente au départ, lors des discussions autour d’un nouveau projet associatif (dans l’élaboration de la réflexion sur le projet Madagascar aux Gazelles Insoumises ou dans les discussions qui ont abouti à la création de Nongo à Nantes, par exemple), cette dimension tend à disparaître à mesure que les individus sont impliqués dans les actions concrètes et leurs contraintes15. Dès lors, l’exposition des individus à des conversations politisées dépend de leur participation aux phases de lancement de nouveaux projets.

11Une autre occasion d’exposition à de tels discours réside dans les rencontres avec des interlocuteurs extérieurs, élus, administratifs, bailleurs de fonds, journalistes, etc. Lorsque les adhérents sont invités à accompagner les responsables à ces réunions, ils entrent en contact avec l’univers politique, notamment au niveau local, et ils peuvent se familiariser avec les noms et les fonctions d’institutions jusqu’alors peu connues ainsi qu’avec des considérations politiques au double sens du terme. Absent à Attitude Cachemire, ce processus est plus développé à Nongo et surtout aux Gazelles Insoumises où il est plus conscient et délibéré de la part des responsables – et donc plus systématique. À l’occasion du projet Madagascar, les jeunes participants sont ainsi chargés d’aller déposer un dossier de demande de subvention dans leurs mairies respectives : ils rencontrent alors les responsables des services municipaux chargés de gérer la vie associative ou la jeunesse.

  • 16 Cet élément rejoint l’observation de Julie Pagis qui souligne l’importance de « l’économie affecti (...)

12Ces moments de politisation se situent en dehors des périodes routinières et du cadre associatif quotidien, et tous les adhérents ne sont pas invités à y prendre part. Les relations affectives qui se nouent entre les dirigeants et certains des jeunes gens, qu’ils ont pris sous leur aile et qu’ils intègrent davantage à leurs activités, filtrent alors très nettement l’exposition aux considérations politiques16.

Des effets d’anticipation auto-réalisatrices

13Cette exposition dépend également des attentes des responsables associatifs envers les adhérents. En effet, un autre processus contribuant à la dépolitisation des discussions dans l’enceinte associative tient à ce que les membres évitent de tenir des propos conflictuels, susceptibles de créer des dissensions au sein du groupe de coprésence, dès lors qu’une des raisons importantes de la stabilisation de leur engagement est la recherche de liens de sociabilité plus ou moins intenses. Cela aboutit à éviter les discussions politiques et toute forme de discussion conflictualisée qui ferait ressortir l’existence des clivages internes à l’organisation, dans le cas d’associations socialement et ethniquement très hétérogènes, comme Nongo et Attitude Cachemire. Mais une association comme les Gazelles Insoumises, plus homogène en termes ethniques et sociaux, génère elle aussi des formes d’évitement de la conflictualité puisqu’il existe toujours des dimensions sous le rapport desquelles les organisations sont hétérogènes. Seules les lignes de clivage qui permettent de souder le groupe de coprésence semblent pouvoir être exprimées, tandis que celles qui viendraient le fissurer sont passées sous silence. La façon dont une même question, celle des relations hommes femmes, peut être énoncée ou non en termes de clivage, par une même personne, en fonction de la composition du groupe de coprésence, le montre bien. Nora, la secrétaire générale de l’association, est en effet sensible à ce clivage et le verbalise volontiers. Elle a les dispositions individuelles pour le faire et y est encouragée par le cadre associatif, puisque les Gazelles Insoumises se définissent comme une association féministe. Ainsi, à l’occasion de la venue d’une écrivaine qui cherche à rencontrer des femmes d’origine maghrébine pour discuter des questions de sexualité, Nora réunit plusieurs adhérentes pour un débat informel : toutes les personnes présentes sont des femmes et toutes – sauf l’écrivaine – sont d’origine maghrébine. Une des jeunes filles évoque son expérience, ses parents ayant essayé à deux reprises de la marier de force ; une autre raconte les traumatismes dont elle a été victime en matière de sexualité du fait de son éducation familiale. Très rapidement, elle et Nora généralisent et conflictualisent à partir de ces récits en dressant un tableau sombre de la situation des femmes au Maghreb et très critique de la domination masculine. Ce processus de politisation se fait d’autant plus facilement qu’il crée ou renforce ainsi une connivence entre les personnes présentes.

14À l’inverse, lorsque le groupe en présence est mixte, Nora est beaucoup moins encline à verbaliser un clivage hommes-femmes qui pourrait rendre visibles des divisions profondes à l’intérieur du groupe. Par exemple, lors d’une discussion dans les locaux de l’association, Aziz, un jeune adhérent d’origine maghrébine, mentionne le fait que sa sœur a porté plainte contre lui parce qu’il l’a frappée lorsqu’il a découvert qu’elle utilisait un moyen de contraception. Nora et les autres responsables de l’association présentes réagissent en faisant une plaisanterie sur le fait que sa sœur « ne s’est pas laissé faire » et la conversation s’achève sur cette mention de la réaction individuelle de la jeune femme sans pour autant que cette anecdote soit réinsérée dans un discours plus large sur les relations hommes-femmes et leurs déclinaisons spécifiques dans les familles issues de l’immigration maghrébine. Dès lors, les moins sensibilisés à la question au départ s’avèrent aussi être les moins exposés au discours féministe. Tout se passe comme si les responsables cherchaient à renforcer ce qui est déjà en germe chez un individu plutôt qu’à lui imposer des valeurs entièrement nouvelles. De ce fait, les effets produits en termes de socialisation ne peuvent être que lents, limités et cumulatifs.

Les conditions d’exposition au politique : le rôle des « récepteurs »

15Par ailleurs, le message politisé éventuellement émis n’est pas reçu tel quel par les adhérents. Il passe notamment par le filtre des relations interpersonnelles à l’intérieur de l’association et fait l’objet d’un travail d’appropriation par les individus qui ne sont pas passifs dans cette situation.

Le filtre des relations interpersonnelles

  • 17 Par exemple, Guionnet C., « Élections et apprentissage de la politique. Les élections municipales (...)

16On l’a évoqué plus haut, la place reconnue aux adhérents dans la structure associative, et donc la probabilité pour eux d’être exposés à des messages politisés, dépend beaucoup des liens affectifs qu’ils entretiennent avec les responsables, étant donné le caractère très informel du fonctionnement des associations étudiées ici. Mais les relations interpersonnelles jouent également en filtrant les messages politiques et l’on rejoint ici les résultats des travaux qui mettent l’accent sur les phénomènes d’encastrement du rapport au politique dans les rapports sociaux et les relations de sociabilité17. Le rapport à la vie politique, en particulier locale, ne se joue pas de façon abstraite : il passe par les relations concrètes nouées entre les responsables associatifs et leurs interlocuteurs municipaux, d’une part, et par les relations interpersonnelles à l’intérieur de l’association, de l’autre. Dans le cas de Nongo, les premiers ne font pas mystère des relations tendues qu’ils entretiennent avec la municipalité (celle-ci a réduit drastiquement ses aides) et ils abordent fréquemment ce sujet en tenant des propos très critiques vis-à-vis des pouvoirs publics locaux. Les jeunes adhérents impliqués dans la vie de l’association, qui sont très liés aux dirigeants de Nongo et leur font toute confiance, prennent le parti de ces derniers et en retirent une vision très noire de l’univers politique : ils ont le sentiment que les responsables des services sociaux sont « jaloux » du succès de l’association, que « la mairie veut leur mettre des bâtons dans les roues. » Certains vont jusqu’à soupçonner les responsables des services sociaux d’avoir tenté de les empoisonner pour nuire à leur spectacle lors d’une fête de quartier. On voit d’ailleurs par là qu’une meilleure connaissance de l’univers politique n’entraîne pas nécessairement une meilleure image de celui-ci.

  • 18 Sur ce point, on rejoint l’analyse de Julie Pagis qui insiste sur la nécessité de prendre en compt (...)

17Le filtre des relations interpersonnelles joue toutefois d’autant plus que les individus n’ont pas d’autres expériences d’engagement qui leur permettraient de contrebalancer le point de vue des responsables associatifs, d’où l’intérêt d’articuler l’analyse des dispositions individuelles à celle des interactions18. A contrario, les jeunes femmes de l’atelier de danse orientale, qui ont des expériences d’engagement associatif ou partisan antérieures, et donc d’autres ressources pour structurer leur perception, adoptent un point de vue nettement plus réflexif et distancié sur le discours des dirigeants associatifs.

Des récepteurs actifs

  • 19 Percheron A. (textes réunis par Nonna Mayer et Anne Muxel), La socialisation politique, Paris, Arm (...)
  • 20 Pour une synthèse de ces travaux, voir Maurer S., École, famille et politique : socialisations pol (...)

18Enfin, les individus ne sont pas passifs à ces entreprises de politisation19. Les travaux sur la socialisation politique enfantine ont bien souligné les limites des processus d’inculcation auxquels se livrent les parents en raison des mécanismes de sélection cognitive par lesquels les enfants combinent les différents éléments à leur disposition20. C’est a fortiori le cas lorsque l’on s’intéresse à des lieux de socialisation secondaire qui opèrent sur des individus dont les opinions sont déjà partiellement constituées. De fait, certains adhérents mettent en œuvre des mécanismes de protection face aux entreprises de politisation de leurs interlocuteurs, qu’elles soient considérées comme dangereuses ou tout simplement rébarbatives. Dans le premier cas, la politisation est perçue comme une menace susceptible de conduire à l’énonciation d’un désaccord fondamental entre les deux parties en présence (on retrouve là l’effet de l’évitement du conflit évoqué plus haut). Dans ces cas, les individus peuvent mobiliser diverses stratégies d’évitement de la politisation. C’est le cas dans cet échange entre Sara et Juliette, du groupe de danse orientale à Nongo, sur la question des femmes au Maghreb :

  • Sara : « On en a déjà discuté, tu n’es pas trop d’accord, mais je trouve que les femmes au Maroc, c’est les maîtres chez elles. Leur mari leur apporte de l’argent, elles sont heureuses comme ça. »
  • Juliette : « C’est une prison dorée, elles ne sont pas libres. »
  • Sara : « Mais elles sont contentes comme ça. »
  • Juliette : « Oui, mais c’est culturel. »

19Sara, qui est la moins politisée du petit groupe, déploie ici différentes stratégies discursives pour résister à la politisation de la conversation : elle tente d’écourter la discussion, de minimiser l’ampleur de leur désaccord ou encore de situer la conversation comme un échange d’opinions, évitant ainsi d’entrer dans une logique de confrontation des arguments.

  • 21 On retrouve là des traits de la posture « cynique je m’en fichiste » caractéristique du rapport au (...)
  • 22 Les observations faites par Julien Talpin sur les processus de politisation au sein des dispositif (...)

20Dans d’autres circonstances, c’est parce que l’entreprise de politisation, notamment dans son sens institutionnel, est considérée comme inutile, sans intérêt ou ennuyeuse, que les individus cherchent à s’en préserver. Cette situation s’observe, par exemple, chez les adhérents les moins politisés des Gazelles Insoumises qui accueillent les propos politiques passionnés d’Hocine avec un petit sourire en coin laissant à penser qu’ils l’écoutent d’une oreille distraite21. À l’inverse, d’autres adhérents, qui manifestent déjà de l’intérêt pour la politique, sont désireux d’en apprendre davantage et sollicitent volontiers les éclaircissements des plus compétents qu’eux. C’est le cas d’Aïcha, une jeune femme membre des Gazelles Insoumises d’origine tunisienne, qui demande régulièrement des explications à Hocine lorsque des sujets dont elle a entendu parler dans les médias, par exemple, lui paraissent obscurs. Cette attitude correspond à des dispositions particulières : elle est étudiante en maîtrise, a un projet d’ascension sociale chevillé au corps et elle voit son engagement comme un moyen de contribuer à celui-ci. À cet égard, tout se passe donc comme si les acteurs trouvaient dans les associations ce qu’ils sont venus y chercher. Ces différentes observations nous amènent à proposer une théorie des effets limités et cumulatifs de l’engagement associatif en termes de socialisation politique22.

Les effets en termes de socialisation politique : une théorie des effets limités

  • 23 Nous mettrons ici l’accent sur les effets à court et moyen terme. L’étude des effets de plus long (...)
  • 24 Darmon M., « La notion de carrière : un instrument interactionniste d’objectivation », Politix, no(...)

21Examiner les effets de l’engagement associatif sur la socialisation politique individuelle23 soulève une difficulté d’ordre méthodologique pour faire la part de ce qui tient à l’engagement associatif et aux autres contextes de socialisation des individus. Toutefois, dans la mesure où les trois associations accueillent bon nombre de personnes peu politisées au départ et dont c’est le premier engagement, il ne paraît pas impossible d’identifier les effets de l’appartenance associative. Cela engendre également une difficulté théorique puisque cela suppose d’articuler des perspectives sociologiques généralement distinctes et qui reposent sur des postulats différents, notamment quant à l’hypothèse de la continuité du moi24. Ces effets sont de plusieurs ordres : les uns relèvent de l’acquisition de compétences nouvelles, objectives et subjectives, à la fois politiques et militantes, les autres des conséquences en termes de trajectoires individuelles.

Les effets en termes de politisation individuelle

L’acquisition de compétences et d’un sentiment de compétence militants

  • 25 Compétences parfois aussi qualifiées de capital militant ; voir Matonti F., Poupaud F., « Le capit (...)
  • 26 Contrairement à ce qu’une approche trop centrée sur les pratiques discursives pourrait laisser pen (...)
  • 27 L’une a un niveau CAP-BEP, la seconde est titulaire d’un baccalauréat algérien et la dernière d’un (...)

22Pour les individus les plus actifs dans les associations, qu’ils soient responsables ou adhérents impliqués dans le fonctionnement associatif, l’expérience associative fournit indéniablement des compétences militantes pratiques nouvelles. Les responsables d’Attitude Cachemire, dont c’était le premier engagement, évoquent le fait d’avoir appris à monter un projet, gérer un budget, employer des salariées, trouver des fonds, etc.25. Dans ce cas, c’est la participation effective au fonctionnement associatif qui produit un effet de socialisation, indépendamment de l’exposition à des discours politisés26. L’acquisition de ces compétences objectives s’accompagne du développement d’un sentiment de légitimité nouveau. Les fondatrices de l’association de couture évoquent ainsi toutes trois une « auto-satisfaction » et une confiance en elles nouvelles alors qu’elles n’avaient pas fait d’études longues27 et que deux d’entre elles ne sont pas nées en France.

23Si cette compétence et ce sentiment de compétence tout neufs ne se traduisent pas forcément immédiatement dans des engagements concrets, on note un élargissement du champ des possibles des individus concernés qui évoquent la possibilité de rejoindre des organisations auxquelles ils n’auraient jamais songé auparavant. L’une d’elle dit ainsi « se sentir capable », désormais, d’« oser » s’engager dans une association de parents d’élèves.

L’acquisition de compétences politiques nouvelles

  • 28 On pense à l’enracinement et à la stabilisation d’une vision féministe du monde chez certaines jeu (...)

24Par ailleurs, dans le cas des individus qui, du fait de leurs liens avec les responsables associatifs sont impliqués dans le fonctionnement de l’organisation et exposés aux discussions politiques, l’engagement associatif peut également être l’occasion de développer une aptitude et une propension à la politisation élargie28, et d’acquérir des connaissances politiques nouvelles au terme des mécanismes que nous avons identifiés plus haut. Cette compétence se déploie en particulier au niveau local, puisque c’est à cette échelle que se déroulent la plupart des interactions concrètes avec les pouvoirs publics. Ces processus découlent alors de l’exposition à des discussions politiques dans l’arène associative.

Des effets parfois contraires aux attentes des théoriciens de la société civile

  • 29 On retrouve un constat similaire chez Julien Talpin, « Ces moments qui façonnent les hommes. Éléme (...)

25Ceci étant, tous les processus de politisation observables ne correspondent pas aux effets escomptés par les théoriciens de la société civile et du capital social. On l’a vu dans le cas des jeunes adhérents de Nongo, une meilleure connaissance de l’univers politique ne signifie pas nécessairement une image plus positive, loin s’en faut29. Par ailleurs, l’engagement associatif peut aussi nourrir une conception clientéliste des relations avec les élus. En raison de leur engagement, certains adhérents impliqués dans la vie de leur organisation acquièrent en effet une assez grande visibilité locale ; ils bénéficient alors d’une écoute de la part des élus locaux qui est visiblement bien supérieure à celle accordée aux autres habitants ayant le même profil social. Les compétences qu’ils acquièrent par leur engagement contribuent aussi à les inciter à interpeller les élus locaux pour obtenir des services pour eux-mêmes ou pour l’association. Une jeune adhérente de Nongo d’origine tunisienne, titulaire d’un BTS, explique ainsi qu’alors qu’on lui avait refusé l’octroi d’un visa pour se rendre à l’étranger (elle avait, à l’époque, la nationalité tunisienne et devait faire un stage à l’étranger pour valider sa formation), elle s’est adressée au député qu’elle connaissait par l’intermédiaire de son engagement associatif :

« Puis moi je fais : “ah oui, faut que je l’utilise !” [rire] [...] Tu rencontres les personnes de la mairie, puis après, ben, eux, ils se souviennent de toi. Et après, ben toi, quand t’as besoin de quelque chose, tu sais à qui t’adresser. [...] Et en deux jours j’ai eu et mon passeport et ma carte d’identité française. Alors qu’il y en a, il leur faut des années... »

  • 30 Lichterman P., Elusive Togetherness? Church Groups Trying to Bridge America’s Divisions, op. cit.;(...)

26On rejoint ici les analyses de Paul Lichterman et Nina Eliasoph qui font observer que si l’engagement associatif développe effectivement des compétences nouvelles chez les adhérents, celles-ci ne correspondent pas nécessairement à ce que les théoriciens de la société civile en attendent30.

Les effets en termes de trajectoires individuelles : les associations, des tremplins vers le politique ?

27Outre l’acquisition de compétences et de sentiments de compétences nouveaux, dont nous avons spécifié dans quels cas elle est susceptible de se produire, le dernier effet attendu de l’engagement associatif, le plus visible, a trait aux trajectoires d’entrée en politique, l’engagement associatif étant alors conçu comme un tremplin vers l’univers politique institutionnel. De tels cas se sont produits dans les associations étudiées même s’ils sont restés rares. Aux Gazelles Insoumises, Hocine, qui était membre du Parti Socialiste, a adhéré chez les Verts parallèlement à son engagement associatif et il est devenu responsable de section dans sa ville. Hayet (la présidente) et Nora, qui n’étaient pas encartées jusqu’alors, l’y ont rejoint. La première a rapidement obtenu des responsabilités régionales et s’est retrouvée candidate aux élections municipales de 2001 tandis que la seconde refusait le poste qu’on lui proposait à la direction régionale du parti. À Nongo, une des jeunes femmes du groupe de danse orientale, Juliette, a également pris sa carte chez les Verts. L’expression « association tremplin » vers le politique paraît pertinente dans le cas des responsables des Gazelles, car outre la fonction de socialisation exercée par l’association, ce sont bien les réseaux associatifs qui ont incité les deux jeunes femmes à s’engager politiquement. C’est Hocine, très politisé et déjà inscrit dans le système partisan, qui les invite à le rejoindre chez les Verts et lorsque Nora franchit le pas, elle entraîne à son tour Hayet. En outre, le fait d’exercer des responsabilités au sein d’une association relativement connue, au plan local et même national, constitue une ressource importante, qui offre des possibilités d’ascension infiniment plus rapides que celles qui seraient offertes à un nouvel entrant ordinaire au sein du parti. Les deux fondatrices des Gazelles, qui cumulent le fait d’être « issues de la société civile », femmes et issues de l’immigration, disent ainsi avoir été courtisées à l’approche des élections – elles étaient d’ailleurs très conscientes du risque d’être utilisées comme les « beurettes de service ».

28Pourtant, si l’association joue comme un tremplin, l’adhésion à un parti ne se fait pas au détriment de l’appartenance associative initiale. Tous choisissent ici de mener les deux engagements de front et, de fait, le discours extrêmement critique qu’ils tiennent à l’égard des partis et des hommes politiques rend assez improbable l’abandon de l’association au profit du seul engagement partisan. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si tous sont membres des Verts, un parti jeune qui n’avait encore jamais pris part à un gouvernement lorsqu’ils y ont adhéré.

29Ces adhérents conçoivent l’engagement partisan comme un accompagnement du militantisme associatif : parfois comme un prolongement de celui-ci, mais le plus souvent comme une ressource à son service. Dans le premier cas, l’engagement politique est pensé comme un moyen de développer les réflexions et les actions entreprises dans les associations à un niveau plus vaste. Celles-ci restent alors un relais essentiel pour informer les partis politiques des réalités quotidiennes de la population. Dans l’autre configuration, l’engagement associatif est premier et le politique n’est qu’une ressource à son service, un moyen de rencontrer des gens et de faire entendre la cause de l’association auprès des élus pour faciliter le travail associatif. C’est le cas des personnes les plus activement impliquées dans leur association, comme Nora qui explique qu’elle n’a adhéré aux Verts que parce qu’un élu lui avait promis, en contrepartie de son vote à l’occasion d’un scrutin interne, de soutenir la demande de régularisation d’un sans papier aidé par l’association. On peut supposer que ce n’est pas la seule raison de son adhésion, mais il est significatif qu’elle insiste pour la présenter de la sorte.

30Ces trajectoires d’entrée en politique sont rares dans les organisations étudiées. Cela dit, elles témoignent bien d’un effet de l’engagement associatif par l’intermédiaire d’effets des réseaux associatifs et d’effets de sélection par les partis politiques. Reste que l’on n’a pas affaire à un tremplin au sens où l’engagement associatif serait conçu comme un moyen d’entrer dans l’univers politique. Bien au contraire, les conceptions des relations entre associatif et politique rendent peu probable le fait d’abandonner le premier engagement au profit du second.

  • 31 Mayer N., « Les conséquences politiques du “capital social” : le cas français », Revue internation (...)

31Dans l’analyse du lien entre engagement associatif et politisation, braquer le regard sur l’articulation entre le niveau des interactions et celui de l’individu nous amène à conclure à une théorie des effets limités mais cumulatifs de l’engagement associatif sur la socialisation politique. C’est sans doute ce qui permet d’expliquer le décalage apparent entre les résultats des enquêtes qualitatives et quantitatives sur ce sujet puisque ces dernières concluent à l’existence d’un effet propre de l’appartenance associative sur le degré de politisation des individus31, tandis que les travaux qualitatifs mettent plutôt l’accent sur « l’évaporation » du politique dans le contexte associatif.

  • 32 Bourdieu P., Passeron J.-C., La reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement,(...)
  • 33 Darmon M., La socialisation, op. cit., p. 114. Voir aussi Joignant A., « La socialisation politiqu (...)

32Cette démarche nous a en effet permis de pointer des effets de politisation bien réels, qui se traduisent par l’acquisition de compétences militantes pratiques, de compétences politiques institutionnelles, d’une capacité à voir le monde en termes politisés (au sens de la politisation élargie), et de sentiments de compétence nouveaux, tout ceci élargissant le champ des possibles des individus concernés en matière d’engagement. Dans certains cas – rares cependant –, cela a pu se traduire concrètement dans des trajectoires d’entrée dans des partis politiques. Elle nous a surtout permis de comprendre à quelles conditions ces effets sont susceptibles de se produire : l’existence d’un projet politique délibéré de la part des responsables associatifs est importante mais elle ne suffit pas. En ce sens, l’analyse des effets produits ne saurait se résumer à l’examen de la cause, plus ou moins politique, défendue par l’association. De même, la mise en contact d’individus ayant des degrés différents de politisation ne produit pas à elle seule les effets préalablement décrits. À cet égard, trois facteurs semblent déterminants. D’une part, l’importance des modalités du fonctionnement associatif : l’exposition à des discussions politisées dépend de la place qui est reconnue aux adhérents dans l’association, et notamment de leur participation aux moments (souvent dans le lancement d’un nouveau projet) et aux lieux (notamment les réunions avec des interlocuteurs extérieurs) les plus propices à la tenue de propos politisés. Ici, ils se situent généralement en dehors des conjonctures routinières de la vie des organisations. Dans des associations qui fonctionnent de façon très largement informelle, cette participation dépend fondamentalement des liens affectifs que les adhérents ont pu nouer avec les responsables associatifs, et c’est le deuxième élément dont il faut souligner l’importance : le filtre des relations interpersonnelles. Enfin, il faut pointer l’existence d’un « effet de ciseaux » dans les processus de politisation : les responsables associatifs tiennent les propos les plus politisés à ceux qu’ils estiment les plus à même de les entendre tandis que les adhérents sélectionnent les messages reçus en fonction de leur sensibilité antérieure à ces questions. Cela nous incite à conclure, comme Muriel Darmon lorsqu’elle discute l’opposition établie par Bourdieu et Passeron au sujet de l’articulation des socialisations primaires et secondaires entre les « conversions » (substitution complète d’un habitus à un autre) et les « confirmations » (entretiens ou renforcement d’une socialisation antérieure par une socialisation postérieure)32, que la situation sociologiquement la plus fréquente est plutôt celle des « transformations limitées », la socialisation secondaire étant d’autant plus efficace qu’elle entre en congruence avec la socialisation primaire33. En matière de politisation, l’influence associative ne semble s’exercer que dans la mesure où elle entre en résonance avec des processus de socialisation antérieurs et qu’elle est consonante avec des processus déjà en germe.

Notes

1 Selon l’expression de Johanna Siméant, « Un humanitaire apolitique ? », dans Lagroye J. (dir.), La politisation, Paris, Belin, coll. Socio-Histoires, 2003, p. 163-196, p. 165.

2 Voir le numéro de la Revue française de science politique, vol. 51, no 1-2, février-avril 2001, consacré aux carrières militantes. Sur les conséquences biographiques du militantisme, Mcadam D., « The Biographical Consequences of Activism », American Sociological Review, no 54, 1989, p. 744-760 ; Pagis J., Les incidences biographiques du militantisme en mai 68. Une enquête sur deux générations familiales, doctorat de sociologie (Gérard Mauger, dir.), École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2009.

3 Eliasoph N., L’évitement du politique. Comment les Américains produisent de l’apathie dans leur vie quotidienne, Paris, Economica, 2010 [1998], Making Volunteers. Civic Life after Welfare’s End, Princeton, Princeton University Press, 2011; Lichterman P., The Search for Political Community. American Activists Reinventing Commitment, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, et Elusive Togetherness. Church Groups Trying to Bridge America’s Divisions, Princeton, Princeton University Press, 2005.

4 Hamidi C., « Éléments pour une approche interactionniste de la politisation. Engagement associatif et rapport au politique dans des associations locales issues de l’immigration », Revue française de science politique, vol. 56, no 1, février 2006, p. 5-25.

5 Elle s’est toutefois un peu développée depuis ; voir Lefèvre S., ONG et Cie. Mobiliser les gens, mobiliser l’argent, Paris, PUF, coll. Partage du savoir, 2011 ; Yon K., « Quand le syndicalisme s’éprouve hors du lieu de travail. La production du sens confédéral à Force Ouvrière », Politix, no 85, 2009, p. 57-79.

6 Selon l’expression de Nina Eliasoph dans L’évitement du politique. Comment les Américains produisent de l’apathie dans leur vie quotidienne, op. cit.

7 Pour une discussion de ces travaux, nous nous permettons de renvoyer à Hamidi C., La société civile dans les cités. Engagement associatif et politisation dans des associations de quartier, Paris, Economica, 2010.

8 Ces deux perspectives renvoient d’ailleurs généralement aussi à deux acceptions différentes de la politisation.

9 Ces jeunes gens peuvent être eux-mêmes immigrés, mais ils sont plus souvent nés en France de parents immigrés.

10 Les noms des associations ont été modifiés mais restent évocateurs des univers de sens des noms originels.

11 Les fondateurs sont originaires des Comores et du Maroc.

12 À l’exception d’un groupe de jeunes femmes de l’atelier de danse orientale à Nongo qui sont également assez fortement politisées.

13 Darmon M., La socialisation, Paris, Armand Colin, 2007 ; Mischi J., « Travail partisan et sociabilités populaires. Observations localisées de la politisation communiste », Politix, no 63, 2003, p. 91-119.

14 Pour de plus amples développements sur ces différents processus, voir Hamidi C., « Éléments pour une approche interactionniste de la politisation. Engagement associatif et rapport au politique dans des associations locales issues de l’immigration », op. cit.

15 Cela tient également à la faiblesse des structures formelles de discussion dans les associations considérées.

16 Cet élément rejoint l’observation de Julie Pagis qui souligne l’importance de « l’économie affective présidant aux mécanismes d’incorporation des valeurs transmises », Les incidences biographiques du militantisme en mai 68. Une enquête sur deux générations familiales, op. cit., p. 575, ainsi que les remarques de Nina Eliasoph, Making Volunteers. Civic Life after Welfare’s End, op. cit.

17 Par exemple, Guionnet C., « Élections et apprentissage de la politique. Les élections municipales sous la monarchie de Juillet », Revue française de science politique, vol. 46, no 4, 1996, p. 555-579 ; Mischi J., « Observer la politisation des ruraux sous l’angle des sociabilités : enjeux et perspectives », dans Antoine A., Mischi J. (dir.), Sociabilité et politique en milieu rural, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2008, p. 7-22.

18 Sur ce point, on rejoint l’analyse de Julie Pagis qui insiste sur la nécessité de prendre en compte à la fois des facteurs dispositionnels (« les ressources militantes accumulées à la veille des événements ») et situationnels (« les modalités de participation ou autrement dit [le] degré d’exposition à l’événement ») pour comprendre l’impact d’un événement sur la socialisation politique des individus ; voir Les incidences biographiques du militantisme en mai 68. Une enquête sur deux générations familiales, op. cit., p. 285.

19 Percheron A. (textes réunis par Nonna Mayer et Anne Muxel), La socialisation politique, Paris, Armand Colin, 1993 ; Déloye Y., « Pour une sociologie historique de la compétence à opiner “politiquement”. Quelques hypothèses de travail à partir de l’histoire électorale française », Revue française de science politique, vol. 57, no 6, décembre 2007, p. 775-798, p. 795.

20 Pour une synthèse de ces travaux, voir Maurer S., École, famille et politique : socialisations politiques et apprentissage de la citoyenneté. Bilan des recherches en science politique, rapport pour la CNAF, dossier d’étude no 15, décembre 2000.

21 On retrouve là des traits de la posture « cynique je m’en fichiste » caractéristique du rapport au politique des classes populaires identifiée par Richard Hoggart, La culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Éditions de Minuit, coll. Le sens commun, 1970 [1957].

22 Les observations faites par Julien Talpin sur les processus de politisation au sein des dispositifs participatifs peuvent également être interprétées en ce sens ; voir son article : « Ces moments qui façonnent les hommes. Éléments pour une approche pragmatiste de la compétence civique », Revue française de science politique, vol. 60, no 1, 2010, p. 91-115.

23 Nous mettrons ici l’accent sur les effets à court et moyen terme. L’étude des effets de plus long terme nécessiterait une revisite du terrain qui n’a pas encore été réalisée.

24 Darmon M., « La notion de carrière : un instrument interactionniste d’objectivation », Politix, no 82, 2008, p. 149-167.

25 Compétences parfois aussi qualifiées de capital militant ; voir Matonti F., Poupaud F., « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la recherche en sciences sociales, no 155, 2004, p. 4-11.

26 Contrairement à ce qu’une approche trop centrée sur les pratiques discursives pourrait laisser penser.

27 L’une a un niveau CAP-BEP, la seconde est titulaire d’un baccalauréat algérien et la dernière d’un BEP.

28 On pense à l’enracinement et à la stabilisation d’une vision féministe du monde chez certaines jeunes adhérentes actives des Gazelles Insoumises par exemple.

29 On retrouve un constat similaire chez Julien Talpin, « Ces moments qui façonnent les hommes. Éléments pour une approche pragmatiste de la compétence civique », op. cit., p. 11, et chez Jane J. Mansbridge, Beyond Adversary Democracy, Chicago, Chicago University Press, 1983.

30 Lichterman P., Elusive Togetherness? Church Groups Trying to Bridge America’s Divisions, op. cit.; Eliasoph N., Making Volunteers. Civic Life after Welfare’s End, op. cit.

31 Mayer N., « Les conséquences politiques du “capital social” : le cas français », Revue internationale de politique comparée, vol. 10, no 3, 2003, p. 381-395.

32 Bourdieu P., Passeron J.-C., La reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Éditions de Minuit, coll. Le sens commun, 1970, p. 59-60.

33 Darmon M., La socialisation, op. cit., p. 114. Voir aussi Joignant A., « La socialisation politique. Stratégies d’analyse, enjeux théoriques et nouveaux agendas de recherche », Revue française de science politique, vol. 47, no 5, 1997, p. 535-559.

Auteur

Maître de conférences en science politique à l’université Lyon 2, Laboratoire TRIANGLE – Action, discours, pensée politique et économique, UMR CNRS 5206.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540