Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sans en avoir l'air

 | 
François Ploux
, 
Michel Offerlé
, 
Laurent Le Gall

Troisième partie. La politique sans en avoir l'air

Le braconnage des animaux protégés, un acte politique ? Réflexions sur un effet pervers des politiques publiques environnementales

Yann Raison du Cleuziou

Texte intégral

« En Argonne, nous sommes hostiles aux braconniers. Mais malheur à ceux qui, par leur brutale cupidité et leur dureté de cœur, nous acculent à devenir braconniers ! Pas seulement par goût du gibier, mais pour maintenir les droits des sans bois, pour protester contre les propriétaires qui se clôturent, qui empêchent l’accès aux petits fruits de la forêt, qui écrasent les sources lorsqu’ils débardent, qui ne nettoient pas leurs coupes tant ils sont pressés de transformer nos arbres en sac à papier et en papier-monnaie. »
Serge Bonnet o. p., A hue et à dia.
Les avatars du cléricalisme sous la Ve République,
Paris, Éditions du Cerf, 1973, p. 155.

  • 1 « Un lynx tué illégalement en Alsace », Communiqué de presse de l’association FERUS (Ours-loup-Lyn (...)
  • 2 Qu’il me soit permis de remercier ici Alain Hitzel, directeur adjoint de la police à l’ONCFS d’avo (...)

1Le braconnage d’animaux protégés est-il en voie de devenir un « sport national » comme le dénonce l’association FERUS1 ? Les statistiques de l’ONCFS en charge de la police de la chasse ne font état que des cas connus et il y en a peu2. Depuis 1990, en l’état des connaissances disponibles, 26 cadavres de loups tués illégalement ont été retrouvés – intégralement ou partiellement. Comparativement aux ours et aux lynx, c’est un nombre assez important, car 3 ours et 11 lynx ont été abattus illégalement pendant la même période. Tous ces cas ne relèvent pas du braconnage. Les instructions judiciaires sur les ours Melba et Canelle ont abouti à un non-lieu pour légitime défense. En revanche et jusqu’à preuve du contraire, les 26 loups ont été exclusivement braconnés. Les techniques utilisées sont assez limitées : empoisonnement (cyanure, strychnine ou anti-coagulant) ; mort par balle ; collision volontaire ; piégeage. L’association FERUS estime, à partir d’une comparaison entre les loups recensés et le développement type qu’aurait dû suivre leur population, que le nombre réel de spécimens braconnés depuis 2000 peut être estimé à une centaine. Les cas recensés par l’ONCFS ne représenteraient donc qu’environ 8 % du total présumé. Le braconnage étant clandestin, toutes les conjectures sont permises. Car comme acte illégal, le braconnage n’est connu que dans 3 cas : par les cadavres découverts a posteriori ; quand il échoue et que le braconnier est arrêté ; quand il est sciemment revendiqué.

  • 3 Notre documentation sur le braconnage a été constituée par le dépouillement des archives de l’AFP (...)
  • 4 Anne Vourc’h et Valentin Pelosse ont déjà proposé des pistes intéressantes de réflexion sur l’impo (...)
  • 5 Hell B., Mechin C., Braconner en Vosges. Essai d’anthropologie du braconnage dans une vallée vosgi (...)

2C’est d’ailleurs sur cette dernière possibilité que nous voudrions proposer une analyse. Quelques cas ont retenus notre attention3. En avril 1999 à Saint-Martin de Vésubie (Alpes-Maritimes), le cadavre de loup retrouvé avait été écorché et décapité. En novembre 2000, un loup tué par balle a été retrouvé pendu par les pattes arrière à un arbre à l’entrée d’Allevard (Isère) ; un écriteau « Ras le bol du Loup » était posé à ses cotés. En 2005, un cadavre de loup est volontairement déposé sur le ballast d’une voie ferrée entre Breil-sur-Roya et Saorge (Alpes-Maritimes). En juillet 2006, des pattes arrière de loup sont déposées devant les gendarmeries de Trèves (Gard) et de Rivière-sur-Tarn (Aveyron). En mars 2007, des restes de loup sont une nouvelle fois déposés devant ces deux gendarmeries. En février 2008, c’est à Presles (Savoie), qu’est cette fois retrouvé un cadavre de loup décapité. Ce qu’ont en commun ces quelques cas, c’est qu’ils témoignent systématiquement d’un usage symbolique du cadavre4. Sans doute, la revendication du braconnage, voire la mise en scène des animaux abattus illégalement n’est pas un phénomène nouveau5. Mais dans le cas de cette catégorie spécifique que sont les animaux protégés, je voudrais proposer de montrer comment ces pratiques de braconnage peuvent être interprétées comme des formes d’action politique informelles.

  • 6 Raison du Cleuziou Y., De la chasse à la ruralité : la mobilisation des chasseurs contre les usage (...)

3Les auteurs de ces abattages illégaux ne sont pas connus. Par ailleurs, une enquête de terrain s’avérait difficile à mener. Il s’agit donc ici, à partir d’un ensemble d’indices organisés en une piste, de construire des hypothèses. Ce qui m’a donné le sentiment d’être autorisé à proposer une interprétation et à qualifier des faits inobservables de manière brute, c’est leur similarité avec un certain nombre de faits sur deux terrains observés : la société de chasse du village de La Flachère en Isère ; les sauvaginiers de la baie de Somme6. Ces deux terrains ont été pratiqués dans le cadre d’une recherche sur la politisation des chasseurs par leur engagement dans le parti Chasse Pêche Nature et Traditions (CPNT). Au fil des entretiens et des terrains, les interactions entre les chasseurs et certains animaux sauvages – mais aussi plus largement leurs perceptions des transformations de leur environnement rural ordinaire – me sont apparues constitutives de leur engagement CPNT et plus généralement de leur rapport à la politique.

4C’est à partir de ces observations de terrain que je souhaite proposer une montée en généralité sur la politisation des pratiques ordinaires des chasseurs et proposer une interprétation des cas de braconnage mentionnés. Je voudrais montrer que ces interactions particulières concernent toujours des animaux anthropisés par des politiques publiques ; que cette qualité reconfigure les interactions où ils sont engagés avec des chasseurs ; ces dernières se transforment alors en un rapport de force à la fois symbolique et pratique avec les pouvoirs publics dont l’enjeu est l’institution sociale de la nature.

Des animaux embrigadés

5C’est par leur redondance, sur des terrains géographiquement éloignés, que des pratiques me sont apparues au fil d’enquêtes comme moins marginales qu’elles ne semblaient au premier abord, puis que j’ai décidé de les construire en objet de recherche. Comment décrire ces pratiques – des poussières d’interaction qui semblaient d’abord trop fines pour être retenues dans mon tamis – si ce n’est d’abord par l’environnement dont elles jouent en le mobilisant, que ce soit d’un haussement d’épaule, d’un coup de menton, d’un doigt tendu ou d’un regard qui toujours désigne une qualité de l’espace où nous nous trouvons même si elle n’est pas toujours apparente. Ce peut être la présence de ce cormoran posé sur la vase au pied de Saint-Valery, des cygnes sur les étangs du Hâble d’Ault, des renards ou des loups présents quelque part dans la forêt qui couvre les parois de la Chartreuse. Ce qui spécifie ensuite ces pratiques, c’est une forme rhétorique de disqualification par l’établissement d’un lien entre ces présences animales et des groupes sociaux, comme les touristes, les randonneurs, ou « les gens du lotissement », voire, et c’est ce qui nous intéresse plus spécialement, par l’association des animaux à un parti politique – les Verts – et plus souvent encore à la puissance publique et à ses représentants, comme Dominique Voynet qui était ministre de l’Environnement au moment de ces enquêtes). Ainsi, lors d’une promenade dans la campagne bourbonnaise, un agriculteur qualifie du nom de la ministre une buse variable que j’observe : « C’est une Voynet cette saloperie-là. » En Savoie, c’est un chasseur qui associe les renards avec « ceux de la ville ».

  • 7 On comprendra : faire usage d’un bulldozer pour combler une mare.
  • 8 Raison du Cleuziou Y., « La nature embrigadée. Conflit en baie de Somme », Ethnologie française, t (...)

6Mais le geste parfois suffit à pratiquer cette association discriminante sans être pour autant accompagnée d’une parole plus explicite. En baie de Somme, un chasseur me raconte une anecdote pour dénoncer l’absurdité de Natura 2000 : « À cause des nouvelles réglementations, y a même des chasseurs qui ont bullé7 la mare à tritons pour être tranquilles chez eux. » Des liparis de lœsel auraient été fauchés pour la même raison. L’urodèle et l’orchidée sont alors directement éliminées à cause de leur association au programme Natura 2000 qui les protège8. Dans l’interaction d’enquête, ce récit avait moins pour finalité de dénoncer cette pratique excessive que de dénoncer la cause qui poussait certains chasseurs à de tels excès : l’emprise des idéologues écologistes sur le territoire au nom de la présence d’animaux rares. Raisonnement qui revient à saturation dans les entretiens et qui est le plus souvent illustré par l’exemple du scarabée pique-prune qui a fait détourner le tracé de l’autoroute A 28 en Mayenne :

  • 9 Entretien avec Jean Pilniak, en juin 2002, bureau CPNT à Amiens, 2 h 30. Vice-président de la Fédé (...)

« Aujourd’hui, oh la la, il faut détourner une autoroute pour le pique-prune. On faisait passer l’autoroute à un kilomètre d’un village, mais le scarabée l’était là, l’autoroute est déviée et passe à 500 mètres des maisons. Il y a une ligne de TGV qui a été interdite de construction parce qu’il y a une chauve-souris qui est en voie de disparition sur le tracé. Le gros problème aujourd’hui, c’est que le bien-être animal passe avant le bien-être de l’homme9. »

  • 10 Campion-Vincent V., « Histoires de lâchers de vipères, une légende française contemporaine », Ethn (...)
  • 11 Raison du Cleuziou Y., « Le destin politique des bêtes : l’embrigadement des animaux dans des cons (...)

7Ces formes à la fois pratiques et discursives de discrimination ont été également observées dans d’autres contextes et par d’autres chercheurs. La rumeur de lâchers de vipères par hélicoptères, étudiée par Véronique Campion-Vincent, est le comble du lien fait entre la présence d’animaux et une volonté politique10. Cette forme rhétorique n’est pas exclusive à la France et un rapport de Pro Natura sur le braconnage des lynx en Suisse11 en donne aussi des exemples : Hans Egger, président de la Société de chasse de l’Oberland bernois, associe le développement des populations de lynx à tous ceux qui voudraient jouir exclusivement de la nature :

  • 12 Pro Natura, « Zoom sur les liquidateurs de lynx – éliminations illégales de lynx en Suisse : faits (...)

« Les jeunes et les vieux, les motorisés, les joggers, les individualistes, les fondamentalistes, les opportunistes indécrottables, les éternels insatisfaits, les donneurs de leçon et les bien-pensants12. »

Une nouvelle catégorie de nuisibles

8Les animaux mobilisés dans ces associations d’idées sont la plupart du temps des animaux qui ont été classés ou sont encore classés dans la catégorie des « nuisibles ». Ainsi, sur le littoral picard, à la réserve du Hâble d’Ault, les cygnes qu’un sauvaginier peut apercevoir de l’observatoire provoquent sa colère :

  • 13 Entretien avec Renaud Blondin, en juin 2002, chez lui à Abbeville. Président des chasseurs du Doma (...)

« Après il y a des cygnes en veux-tu en voilà. Quand on sait qu’un couple de cygne, au moment où ils couvent, il leur faut un hectare d’eau, le mâle monte la garde, y’a rien, personne n’approchera, tout ce qui approche est mort. Quand vous voyez des nids de cygnes comme ça tous les hectares, ça veut dire qu’il y a plus de reproduction autrement d’autre chose, jamais. Alors l’hiver, vous allez au Hâble d’Ault, vous avez l’impression qu’on a mis un fil avec des draps à sécher, c’est blanc, c’est blanc, je crois qu’il y avait 300 cygnes cette année sur le Hâble. Alors moi, je dis à X [directeur de la réserve], le petit passereau qui va couver là, il n’a aucune chance, faudrait pas qu’un cygne tombe dessus13. »

9Réaction que l’on retrouve de manière analogue en Isère :

  • 14 Entretien avec Gérard, en juin 2001, à La Flachère. Ouvrier forestier à l’ONF, chasseur, président (...)

« On fait tout pour le loup mais pour l’instant on fait pas grand-chose pour le mouton. Y a quelque chose qui va pas ! Le loup il a lieu d’être, ouais, peut-être, tout en sachant que nos ancêtres se sont débarrassés du loup... Ils avaient sans doute de bonnes raison14. »

  • 15 Haudricourt A.-G., « Domestication des animaux, culture des plantes et traitement d’autrui », L’Ho (...)

10Les moutons ici, comme les passereaux en baie de Somme, sont mobilisés pour délégitimer la protection des anciens « nuisibles » – cygnes, cormorans, busards et loups – qui déciment leurs rangs. La catégorie de nuisible a pour finalité de qualifier les animaux qui font obstacle à une modalité de gestion de la nature, que ce soit à une fin agricole, cynégétique voire naturaliste. Quand ils s’indignent au nom des nichées de perdreaux décimées par des rapaces « nuisibles », les chasseurs usent de la catégorie de nuisible pour défendre des animaux auxquels ils sont plus ou moins associés par des liens de domestication même s’ils sont indirects15. Cette catégorie de (dé)classement est toujours justifiée par une conception de l’ordre naturel.

11Ce qui est intéressant dans le cas des tritons ou des liparis, c’est que ces animaux ou plantes étaient auparavant indifférents aux chasseurs, c’est-à-dire non classés dans une de leurs catégories de perception de la nature ordinaire. Ce qui n’aurait pas été le cas avec les cormorans, par exemple, volatiles classés parmi les nuisibles, c’est-à-dire déclassés dans la hiérarchie des animaux dignes d’intérêt. Cette qualité des tritons permet de mieux objectiver les ressorts du reclassement de ces animaux. Ce qui pousse les sauvaginiers à devenir attentifs à ces animaux, c’est le surcroît d’attention que l’on exige d’eux à cet égard. C’est surtout que cette attention est imposée à travers tout un ensemble de prescriptions qui contreviennent aux usages cynégétiques coutumiers des espaces concernés. Les logiques d’usage de la catégorie de « nuisible » se poursuivent donc par rapport à certains prédateurs connus, mais elles se renouvellent aussi en s’appliquant à des animaux d’un autre genre ignorés jusqu’alors : la protection crée causa sui, et c’est un phénomène spécifique et original, une nouvelle catégorie de nuisibles constituée d’animaux qui ne concurrencent pas les chasseurs comme les prédateurs déjà cités, mais qui nuisent également à la chasse parce qu’ils justifient un encadrement astreignant de son usage des espaces naturels.

  • 16 Chamborédon J.-C., « Les usages urbains de l’espace rural : du moyen de production au lieu de récr (...)

12En définitive, c’est au nom de leur participation à un dispositif normatif de définition de l’usage légitime des ressources naturelles que ces animaux sont disqualifiés comme cheval de Troie d’un groupe social. Ces dispositifs sont plus particulièrement les politiques de protection de la nature et les dispositifs de naturalisation des campagnes qui substituent à la construction sociale anthropocentrique de la nature produite par les chasseurs ou les agriculteurs une construction cognitivo-centrique de légitimité scientifique16.

Penser l’institution de la nature ordinaire

13Comment penser ces comportements ? Trop souvent, les différents usages sociaux de la nature sont ramenés à des représentations antagonistes de la nature. La formulation la plus courante de cette approche est l’opposition de la culture rurale des chasseurs à la culture urbaine des écologistes et autres entrepreneurs savants de nature. La première représentation de la nature serait caractérisée par une visée productive : il s’agit d’ordonner la nature pour cultiver ses ressources appréciables, qu’elles soient des perdrix, du bois, des fruits ou des céréales. La seconde serait caractérisée par une visée récréative, esthétique ou savante : il s’agit de jouir du calme ou du spectacle de la nature, que ce soit par la randonnée où l’ornithologie. Ces deux idéaux-types correspondent indéniablement à des aspects de la réalité. Mais la typologie, en reconstruisant en système de propositions abstraites les relations instituées à la nature, abstrait ce produit objectivé de ses modes de production et produit l’illusion de leur analogie. Les usages peuvent alors être commodément décrit comme relevant d’intérêts différenciés et concurrents. Or, si l’on passe de l’opus operatum au modus operandi, les représentations, mises en équivalence par l’abstraction typologique, se trouvent très distinctes par leur mode de production.

  • 17 Lascoumes P., L’éco-pouvoir. Environnements et politiques, Paris, La Découverte, coll. Textes à l’ (...)
  • 18 Berger P., Luckmann T., La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1996 (...)

14Il y a une autre déclinaison de l’approche des pratiques environnementales en termes de consommation qui n’est pas moins perverse que celle en termes de représentations sociales. En effet, elle suppose une altérité entre sujet et objet, en l’espèce entre la nature et les multiples usages qui en sont socialement possibles. La nature est considérée comme un pré-donné objectif qui s’impose à tous et les différentes consommations qui en sont faites renvoient alors aux seule dispositions des consommateurs comme si la nature, en objet neutre, n’induisait pas un type de consommation plus qu’un autre, comme si la nature n’était pas le produit des usages qui en sont faits. Les différents usages sociaux de la nature sont donc interprétés à travers l’identité des consommateurs : les urbains, les ruraux, les classes populaires, les classes moyennes, etc. On oublie de les distinguer par rapport à la relation objective qui les noue à la nature, c’est-à-dire leur place dans la construction sociale d’icelle17. Il faut distinguer ceux qui sont producteurs de la nature et ceux qui en sont spectateurs. Sans cela, les conflits ne peuvent être compris qu’en termes de conflits sociaux ou de conflits entre ruraux et urbains, ce qui est un peu le marronnier indépassable en la matière. Or, la « nature », telle qu’elle se présente aux yeux du voyageur du haut de l’autoroute, est appropriée. Elle est le produit réifié d’usages, elle est une institution socialement construite qui s’impose comme une chose indépendante de toute construction sociale18. Elle est une institution qui assigne des rôles et des fonctions, organise des savoirs et des techniques, produit des catégories d’hommes à part pour servir ses particularités.

  • 19 Sur les habitus environnementaux, voir Waldvogel C., Enjeux et stratégies autour de l’environnemen (...)

15La nature ordinaire, comme institution réifiée par les usages répétés qui la produisent en pratique, s’impose comme une réalité indépassable par l’intériorisation de son objectivation dans les structures cognitives des individus qui la perçoivent dès lors comme une nature « naturelle ». Dans la Somme, toute l’année et presque quotidiennement, lors de promenades « au marais », les animaux et l’espace suscitent de la part du chasseur, à la manière d’un rite d’institution, la réitération des pratiques qui construisent son rôle et font qu’il le tient bien. La familiarité avec l’espace qu’il atteste par sa performance à se repérer et à faire ce qu’il faut le légitime en tant qu’homme de la baie parce « qu’il sait où il va », qu’« il connaît » et peut siffler un courlis ou insulter un cormoran avec complicité. C’est en définitive parce qu’il produit la nature dont il est le produit que le chasseur n’a pas une relation avec la nature mais qu’il a le sentiment d’en être : là est d’ailleurs son illusio, c’est-à-dire la croyance inconsciente qui légitime son rôle et ses pratiques, son habitus19, et plus fondamentalement qui est constitutive de ce qu’il est. Le paysage de la baie de Somme est l’empreinte objective de cet habitus tout autant qu’il en est la matrice. L’espace « naturel » a donc une relation étroite, voire intime, nécessaire, avec une catégorie d’homme qu’elle a produite et dont elle est le produit, ce qui n’est pas le cas de tous ses usagers.

Braconner : tenir son rôle

  • 20 Warnier J.-P., « Chasse et territoires : un apprentissage par corps », communication au colloque S (...)

16Si les politiques publiques de protection de l’environnement suscitent des réactions aussi violentes, c’est qu’elles remettent en cause des technologies de construction sociale de la nature qui produisent la configuration de l’espace naturel, l’état de la faune et le rôle du chasseur comme gestionnaire légitime des ressources cynégétiques et territoriales. Le réflexe du sauvaginier à la vue d’un cormoran objective les contraintes qui façonnent son habitus : les catégories de classement des objets naturels qui permettent de reconnaître les animaux en fonction des pratiques qu’ils imposent (limiter, protéger, récolter, piéger). Bref, tout ce qui relève de la gestion ordinaire de la nature comme savoir-faire et sens pratique incorporé20. L’institution de la nature impose aux chasseurs des tâches permanentes d’institutionnalisation : faucher, planter, débroussailler, piéger, agrainer, clore, tailler, curer, etc. Multiples tâches qui prennent sens dans le projet qui les organise : réguler. Le moindre obstacle à la répétition de ces tâches qui assurent la pérennité de la mise en ordre cynégétique de la nature rend possible ce qui localement est pensé comme le chaos :

  • 21 Entretien avec Alex Pion, en juin 2002, chez lui. Président des chasseurs du domaine public mariti (...)

« Une mare de chasse, si vous l’entretenez pas, c’est les algues, les roseaux, puis ça se ferme, ça se comble, s’installent les saules, les peupliers, puis c’est fini, c’est un marais qui disparaît21. »

  • 22 Pour illustration : « Renard : le péril roux », Le chasseur français, mai 1997, p. 26-34 ; « Régul (...)
  • 23 Vourc’h A., Pelosse V., « Chasseurs et protecteurs : les paradoxes d’une contradiction », dans Cad (...)

17La nature n’est « naturelle » que parce qu’en permanence une catégorie d’agents spécialisés, qu’elle a produite tout autant qu’elle en est le produit, impose sa naturalité comme la seule légitime. C’est parce que la nature est instituée que ces tâches sont pensées par les acteurs qui les mènent comme des nécessités, des pratiques naturelles comme la nature, que l’homme ne pourrait oublier sans transgresser son rôle. Sans chasse, les animaux sans prédateurs se multiplieraient au détriment du reste de la faune22 et tout spécialement du gibier : ces « bons » animaux chassables23. Au chasseur, donc, d’assumer le rôle nécessaire du prédateur manquant à la nature pour s’équilibrer :

  • 24 Entretien avec Renaud Blondin, op. cit.

« Alors par exemple, le renard n’a aucun prédateur a part l’homme, avant il devait y avoir le loup qui bouffait le lynx et le lynx le renard et ainsi de suite, y avait cette régulation naturelle qui se faisait. Elle se fait plus, il faut bien que l’on intervienne, ou alors on va se retrouver avec une prolifération de renards qu’on connaît dans beaucoup d’endroits parce qu’ils ont pas de prédateurs naturels24. »

18La protection des animaux qui concurrencent les usages cynégétiques de l’espace fait obstacle à la prise de rôle du chasseur. Le rite d’institution qui se joue dans le face-à-face avec l’animal est contrarié parce que la présence du « nuisible » n’institue plus le chasseur qui l’abat en gardien de l’équilibre de la nature, mais fait du chasseur qui ne peut l’abattre un usager des espaces naturels parmi d’autres, voire retourne la situation en faisant de lui un nuisible à l’équilibre spontané de la nature. Dans ce cadre, braconner un ancien nuisible, c’est perpétuer son rôle en le tenant et en éliminant les animaux qui le contestent, c’est instituer, en pratique et malgré la loi, la définition cynégétique du bon équilibre des espèces au sein de la nature. C’est ainsi que Franck Michel, qui a tué illégalement un loup en février 2009 sur les hauteurs du Petit-Bornand-les-Glières, justifie son acte :

  • 25 « Franck Michel explique pourquoi il a tué le loup », propos recueillis par Jennifer Parisot, Le D (...)

« Moi, je voulais réguler [...], j’avais à l’esprit de diminuer un peu la population des loups et de les effrayer pour les éloigner. [...] Nous, les gibiers, on s’en occupe, on les compte, on leur donne à manger quand il fait trop froid. On restreint le plan chasse quand il le faut, comme l’an dernier. Et puis mes amis éleveurs m’interpellaient. Tous les jours, ils me disaient en tant que chasseur : “Que faites-vous pour nous. Est-ce qu’une régulation est prévue, ou au moins des tirs de prélèvements”25 ? »

19Si ce raisonnement de gestion de l’équilibre des ressources animales s’applique sans peine aux prédateurs anciennement classés nuisibles, il peut aussi s’appliquer à d’autres animaux qui ne menacent pas pour autant le cheptel de gibier des chasseurs. Le sauvaginier picard ne peut plus être indifférent à la présence d’une orchidée liparis à partir du moment où cette dernière menace son usage cynégétique de l’espace. Le maniement de la débroussailleuse relève alors d’un exercice de domination : prescrire en pratique quelle est la fonction du territoire et ce qu’est la « vraie nature » en éliminant les éléments qui y font obstacle.

La politisation de l’ordinaire : une anticipation performative

  • 26 Raison du Cleuziou Y., « La nature embrigadée. Conflit en baie de Somme », op. cit.

20Les dispositifs objectifs – réserves ornithologiques, sentiers de grande randonnée, parking, panneaux pédagogiques, animaux protégés – qui résultent des politiques publiques environnementales interagissent avec les pratiques d’institutionnalisation de la nature des usagers ordinaires et transforment ces dernières en allongeant la chaîne d’action dans laquelle elles s’insèrent et tirent sens, ce qui explique qu’elles soient alors subjectivement requalifiées et investies par leurs auteurs comme des expériences politiques26. Il s’opère là une connexion cognitive qui serait intéressante à étudier plus en détail : car si le tracé d’un sentier de grande randonnée est un support objectif directement expérimenté par le chasseur, ce n’est pas le cas du triton crêté qui poursuit sans aucun changement objectif sa vie discrète sur le fond vaseux des mares. La réaction par rapport au batracien passe alors par une forme d’anticipation performative de l’application des décisions politiques. Ces dernières ne sont subies qu’en tant qu’elles sont connues et anticipées. Il est certain que le travail de mise en forme de la cause cynégétique et de mobilisation par les porte-parole de CPNT n’est pas pour rien dans le caractère agonistique de la réaction solitaire du chasseur. Il est juste de constater qu’en politique, dans certain cas, « dire c’est faire », car la décision produit des effets avant même son application. Elle est perçue comme une définition de l’usage légitime de la nature et donc comme une disqualification de ce qui n’y est pas conforme. L’embrigadement politique des animaux illustre ce processus de politisation du rapport à la nature lorsque l’État s’en saisit.

  • 27 Micoud A., « Vers un nouvel animal sauvage : le sauvage “naturalisé vivant” ? », op. cit., p. 202- (...)
  • 28 Nathalie Heinich a observé des réactions analogues au classement d’un bâtiment par les services de (...)
  • 29 Scott J.-C., La Domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, (...)

21Braconner ne témoigne pas seulement d’un rapport à la nature parce que les animaux braconnés sont des animaux extrêmement anthropisés, que l’on pourrait qualifier de « naturalisés vivants » à la suite d’André Micoud27. Les animaux protégés sont des animaux autorisés, défendus par le droit qui trace entre eux et le fusil du chasseur la norme qui fait basculer les plombs tirés dans la déviance ; il n’est dès lors pas surprenant que les chasseurs discernent sur les ailes des rapaces les cocardes de l’autorité qui les autorisent : l’État. C’est bien le rapport à l’État qui est en jeu quand le chasseur fauche une orchidée protégée. Car la politique publique suffit à oindre le végétal ou l’animal d’une marque indélébile plus efficace que ces colliers et tatouages qui caractérisent la domesticité des chiens ou des chats. L’action publique anthropise l’animal parce qu’elle le transforme en signe de ses intentions, en manifestation d’un programme normatif, en support d’une domination, c’est-à-dire en agent d’un pouvoir : celui de définir l’usage légitime de l’espace et de ses ressources en faune et flore. Pouvoir qui n’est jamais qu’un pouvoir d’appropriation de l’espace par sa détermination en territoire où des politiques s’appliquent : zone de présence permanente du loup, zone de protection spéciale, périmètre Natura 2000, etc. L’animal porte dans l’espace l’autorité de celui qui l’autorise et trace les frontières de sa propriété. Éliminer le triton crêté ou le loup, c’est donc se soustraire à la domination de l’État sur le territoire28. Et c’est donc son bien qu’on rapporte à l’État dans des sacs plastiques posés devant la gendarmerie, qu’on met en scène de manière ridicule pour signifier la revanche, l’inversion de l’ordre de domination. Pratiques qui sont usuelles dans le rapport de force entre usagers et propriétaires dans l’espace rural29.

  • 30 Hell B., Méchin, C., Braconner en Vosges. Essai d’anthropologie du braconnage dans une vallée vosg (...)
  • 31 Ibid., p. 73.
  • 32 Ibid., p. 76.
  • 33 Ibid., p. 76-77.

22Le braconnage d’un animal protégé s’inscrit dans le même registre que ces « collets de vengeance » posés par le braconnier pour signifier à un propriétaire qu’il domine son territoire et dispose librement des ressources de gibier de ce dernier : « Poser des collets chez le voisin, c’est d’abord le provoquer dans son bien en lui déniant le droit d’usage du sauvage passant sur ses terres », notent Colette Méchin et Bertrand Hell30. Le braconnage est alors une réaction et une réponse à une appropriation de la forêt et de ses ressources cynégétiques qui est subie comme une spoliation illégitime par les usagers ordinaires31. Dans les Vosges étudiées par Méchin et Hell, l’appropriation contestée est celle des adjudicataires de parcelles de forêt domaniale. Le refus de l’adjudication est mis en scène par le braconnage des animaux appropriés par cette voie : « À Neufmaison les gars ne se sont pas laissé faire. Sur les 8 chevreuils qu’il (l’adjudicataire) a implantés, il paraît qu’ils lui ont déjà renvoyé les oreilles de 6 bêtes », raconte un chasseur32. Outre les oreilles envoyées par courrier, Méchin et Hell évoquent d’autres mises en scène provocantes comme une peau de cerf déposée devant le garage de l’adjudicataire ou trois biches tuées mises devant la maison d’un garde33.

  • 34 Scott J. C., La Domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, op. cit (...)

23Il est présumable que les usages symboliques du corps des animaux protégés braconnés s’inscrivent dans une logique analogue. Ces cadavres parlent encore parce qu’ils sont l’instrument symbolique d’un affrontement. La mutilation est un signe – et même indépendamment de toute intention – parce ce qu’elle fait sens en signifiant la fonction qu’a l’animal pour celui qui l’a tué. Elle institue la place de l’animal dans l’ordre naturel par l’imposition sur le corps d’une fonction qui construit la bête en « nuisible », en « agent de la fonction publique » ou en « trophée » : la queue coupée renvoie aux primes de destruction des nuisibles ; la tête tranchée à la conquête d’un trophée de chasse ; la pendaison à la punition d’une transgression, à une forme de justice clandestine qui dénonce l’injustice légale ; enfin, le dépôt du corps devant la gendarmerie ou à l’ONCFS renvoie au rapport d’un animal à son maître. Tous ces jeux sur l’animal jouent de l’animal comme est jouée la marionnette du ventriloque. Comme l’a montré James C. Scott pour l’infrapolitique des dominés, le braconnage des espèces protégées est une action à la fois symbolique, parce qu’elle s’adresse à l’État en mettant en scène le rejet de son emprise sur le territoire, et pratique parce qu’elle institutionnalise la définition cynégétique ou pastorale de la nature en éliminant l’animal qui y contrevient34.

  • 35 Ibid.
  • 36 On retrouve clairement cette logique en Grande-Brière. Voir Mischi J., « Les militants ouvriers de (...)
  • 37 Ces exemples ne sont pas inventés mais ont été observés en baie de Somme.

24Le braconnage des animaux protégés n’est pas une forme de militantisme politique comparable à une manifestation ou à un tractage, mais c’est une forme paroxystique de lutte symbolique et pratique, d’art de la résistance ou d’infrapolitique35 contre une appropriation du territoire par un acteur étranger à la société locale36. Cette forme de lutte devient politique parce que, en l’espèce, l’appropriation contestée est celle de l’État – ou, par son truchement, celle des Verts – sur la nature sauvage. Les dispositifs de naturalisation des campagnes, que ce soit par l’ouverture d’un sentier découverte ou la protection du loup, sont perçus par les chasseurs comme des arbitrages en faveur des usages urbains et écologistes. Le braconnage s’inscrit dans le répertoire de la lutte pour l’institutionnalisation de la nature ce qui n’est jamais que son appropriation. Tuer un loup c’est, pour des chasseurs, triplement abattre un concurrent : tout d’abord, parce qu’il s’attaque aux gibiers qu’ils « cultivent » à leurs fins propres ; ensuite, parce qu’il conteste leur rôle d’ordonnateur de la nature ; enfin, parce qu’il suscite un surcroît d’emprise de l’État sur le territoire qui se traduit par un encadrement plus sévère de la chasse et des usages coutumiers de l’espace. Braconner, c’est donc réguler un espace, en instituer la faune légitime et, au-delà, en définir les usages légitimes. On pourrait comparer à cette transgression d’autres pratiques contestataires d’institutionnalisation de la nature comme la suppression du marquage d’un sentier de grande randonnée, la destruction d’un panneau pédagogique destiné aux touristes ou la dégradation du mobilier urbain d’une piste cyclable37. Les braconniers affirment l’indépendance des usages de la nature ordinaire par rapport à la puissance publique.

  • 38 Le Grignou B., Du coté du public. Usages et réceptions de la télévision, Paris, Economica, 2003, p (...)
  • 39 Pudal B., « Politisations ouvrière et communisme », dans Dreyfus M. et al., Le siècle des communis (...)
  • 40 Aspect plus longuement développé dans : Raison Du Cleuziou Y., « La nature embrigadée. Conflit en (...)

25On pourrait rapprocher également le braconnage de la « politique ailleurs » décrite par Brigitte Le Grignou38 ou des formes populaires de « politisation pratique » décrite par Bernard Pudal39. Ce qui se joue dans les sous-bois n’est pas moins capital pour comprendre le rapport à la politique que ce qui se joue dans l’isoloir ou au sein d’une manifestation. C’est là que se discute la politique, que s’échangent des informations et que se mesure ordinairement, pour certains chasseurs, ce que la politique fait à leur vie et du coup ce qu’il faut en penser40.

  • 41 Agulhon M., La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la IIe République,(...)
  • 42 Qu’on se reporte aux forums internet du Dauphiné Libéré pour goûter ces polémiques.
  • 43 Génot J.-C., Quelle éthique pour la nature ?, Aix-en-Provence, Édisud, 2003.

26Ma thèse n’est pas que tout est politique mais que tout est politisable, c’est-à-dire que des objets, des lieux, des plantes ou des animaux peuvent devenir des médiations ordinaires de la puissance publique et faire l’objet de pratiques spécifiques en tant que telles. Maints exemples de politisation des animaux pourraient être cités. En 1830, par opposition à la monarchie de juillet, des légitimistes du Midi blanc pendront ainsi solennellement un coq, symbole de la nation et donc du « roi des français41 ». Toutes ces actions entrent parmi les multiples moyens des luttes symboliques pour la définition du monde social. Elles sont politiquement informelles dans la mesure où elles ne sont pas reconnues comme des formes d’action politique légitime ou ordinaire. Mais leur objet est la formation du monde social et, plus particulièrement, pour ce qui est de la nature sauvage, la délimitation en pratique de la frontière entre ordre social et ordre politique. Les braconnages revendiqués mettent en scène la limite au-delà de laquelle les normes publiques perdent leur puissance et leur légitimité. Reste que l’enjeu de ces actes doit être reconnu pour que le symbolisme dont ils jouent puisse être déchiffrable. Résistance légitime contre la déviance légale pour les uns ; profanation intolérable de la nature sauvage pour les autres42 : les jeux symboliques avec les cadavres des loups restent très largement ignorés parce que les politiques environnementales, au sens de policy, restent trop souvent impensées comme politiques, au sens de politics43.

  • 44 Mounet C., « Les enseignements d’une expérience locale de gestion d’une espèce protégée : le cas d (...)
  • 45 Loi fédérale américaine votée en 1964. Elle définit légalement la nature comme « un lieu où la ter (...)
  • 46 À signaler, tout de même, un article sur le sujet : Pinton F., « De la paysannerie française aux p (...)

27Un cas limite comme celui du triton crêté, éliminé sans revendication ni usage symbolique, uniquement parce qu’il est protégé alors que sa modeste existence ne fait pas obstacle à l’institutionnalisation de la définition cynégétique de la nature, montre les effets pervers que peuvent avoir les politiques environnementales. Effet pervers, parce qu’elles produisent une menace nouvelle pour l’animal qu’elles entreprennent de protéger. Cela manifeste l’importance que peuvent avoir les procédures de légitimation de ces interventions sur l’ordre social local. La nature étant socialement produite, on ne peut abstraire la nature (par une politique publique qui valorise les espèces rares par exemple) de la configuration sociale qu’elle a produite et dont elle est le produit sans prendre le risque de réactions extrêmement violentes de rejet de la part des producteurs ordinaires de la nature qui se sentent expropriés. Des expériences manifestent, au contraire, que la participation de ces producteurs ordinaires à l’élaboration de la politique permet de neutraliser ce risque parce que la politique publique peut alors être conjuguée aux modes d’institutionnalisation ordinaire de la nature44. Au contraire des approches en termes de représentations sociales qui homogénéisent artificiellement les différents types de relations objectives aux espaces naturels, penser la nature comme institution donne une clef pour réintroduire la prise en compte des autochtones dans les politiques publiques environnementales. Car depuis le Wilderness Act45 qui avait qualifié d’espaces sauvages et protégés en tant que tels des espaces anthropisés depuis des siècles par les Indiens, la question de l’autochtonie reste très souvent l’impensé de ces politiques qui reposent sur une définition asociale de la nature produite par l’abstraction des savoirs scientifiques qui les fondent46. Les cas de braconnage sont intéressants parce qu’ils donnent à penser que des normes légales ne peuvent être substituées à des normes sociales sans précaution, sauf à prendre le risque d’effets pervers redoutables. L’informel des luttes clandestines et du braconnage objective ici la limite d’une domination qui refuse de se reconnaître comme politique et donc de substituer le rapport de force partisan formel à l’expertise.

Notes

1 « Un lynx tué illégalement en Alsace », Communiqué de presse de l’association FERUS (Ours-loup-Lynx-conservation), 12 janvier 2004.

2 Qu’il me soit permis de remercier ici Alain Hitzel, directeur adjoint de la police à l’ONCFS d’avoir bien voulu me communiquer ces informations.

3 Notre documentation sur le braconnage a été constituée par le dépouillement des archives de l’AFP ainsi que le dépouillement de plusieurs titres de la presse quotidienne régionale : Le Dauphiné Libéré, Nice Matin, Sud-Ouest. Le comptage des braconnages est arrêté en décembre 2009.

4 Anne Vourc’h et Valentin Pelosse ont déjà proposé des pistes intéressantes de réflexion sur l’importance du rapport symbolique aux animaux réintroduits. Voir Vourc’h A., Pellosse V., « Le lynx a-t-il le mauvais œil ? », dans Theys J., Kalaora B. (dir.), La terre outragée, Paris, Diderot éditeur, 1998, p. 143-148.

5 Hell B., Mechin C., Braconner en Vosges. Essai d’anthropologie du braconnage dans une vallée vosgienne, Mission du patrimoine ethnologique de la France, Ministère de la culture, 1986.

6 Raison du Cleuziou Y., De la chasse à la ruralité : la mobilisation des chasseurs contre les usages urbains de l’espace rural, mémoire de l’IEP de Grenoble (Olivier Ihl et Philippe Veitl, dir.) 2001 ; À contretemps : la révolte des chasseurs contre le changement de norme environnementale en baie de Somme, DEA de gouvernement (Michel Offerlé, dir.), Université Paris 1, 2002.

7 On comprendra : faire usage d’un bulldozer pour combler une mare.

8 Raison du Cleuziou Y., « La nature embrigadée. Conflit en baie de Somme », Ethnologie française, t. 37, no 1, 2007, p. 153-162.

9 Entretien avec Jean Pilniak, en juin 2002, bureau CPNT à Amiens, 2 h 30. Vice-président de la Fédération des chasseurs, président du Bureau Intervallées des Sauvaginiers de la Somme, délégué départemental et régional CPNT.

10 Campion-Vincent V., « Histoires de lâchers de vipères, une légende française contemporaine », Ethnologie française, t. 20, no 2, 1990, p. 143-155.

11 Raison du Cleuziou Y., « Le destin politique des bêtes : l’embrigadement des animaux dans des constructions sociales de la nature concurrentes », communication au colloque « Les mondes ruraux à l’épreuve des sciences sociales » (Dijon, 18-19 mai 2006) consultable sur le site www.symposcience.org.

12 Pro Natura, « Zoom sur les liquidateurs de lynx – éliminations illégales de lynx en Suisse : faits et indices », Contributions à la protection de la nature en Suisse, no 26, 2001, p. 23.

13 Entretien avec Renaud Blondin, en juin 2002, chez lui à Abbeville. Président des chasseurs du Domaine Public Maritime de la baie de Somme, administrateur de la Fédération, administrateur de l’Association Nationale des Chasseurs de Gibier d’Eau (ANCGE), CPNT très actif.

14 Entretien avec Gérard, en juin 2001, à La Flachère. Ouvrier forestier à l’ONF, chasseur, président de l’ACCA de La Flachère.

15 Haudricourt A.-G., « Domestication des animaux, culture des plantes et traitement d’autrui », L’Homme, vol. 11, no 1, 1962, p. 40-50.

16 Chamborédon J.-C., « Les usages urbains de l’espace rural : du moyen de production au lieu de récréation », Revue française de sociologie, vol. 21, no 1, janvier-mars 1980, p. 97-119 ; « La “naturalisation” de la campagne : une autre manière de cultiver les “simples” », dans Cadoret A. (dir.), Protection de la Nature. Histoire et idéologie. De la nature à l’environnement, Paris, L’Harmattan, 1985, p. 138-151.

17 Lascoumes P., L’éco-pouvoir. Environnements et politiques, Paris, La Découverte, coll. Textes à l’appui, 1994, p. 11-12.

18 Berger P., Luckmann T., La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1996 [1966], p. 78.

19 Sur les habitus environnementaux, voir Waldvogel C., Enjeux et stratégies autour de l’environnement dans le champ associatif, doctorat de sociologie (Christian de Montlibert, dir.), Université Strasbourg 2, 2005.

20 Warnier J.-P., « Chasse et territoires : un apprentissage par corps », communication au colloque SFER/Enitac « Chasse, territoires et développement durable. Outils d’analyse, enjeux et perspectives » (Clermont-Ferrand, 25-27 mars 2008) consultable sur le site www.sfer.asso.fr ; Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts, Paris, PUF, 1999.

21 Entretien avec Alex Pion, en juin 2002, chez lui. Président des chasseurs du domaine public maritime du littoral picard sud, administrateur de la Fédération des chasseurs de la Somme, CPNT actif, responsabilités à l’ANCGE.

22 Pour illustration : « Renard : le péril roux », Le chasseur français, mai 1997, p. 26-34 ; « Réguler les becs droits », Le chasseur français, mars 1993, p. 46-53.

23 Vourc’h A., Pelosse V., « Chasseurs et protecteurs : les paradoxes d’une contradiction », dans Cadoret A. Protection de la Nature. Histoire et idéologie. De la nature à l’environnement, op. cit., p. 108-123 ; Micoud A., « La production sociale des normes en matière d’environnement », dans Fritsch P. (dir), L’activité sociale normative. Esquisses sociologiques sur la production sociale des normes, Paris, CNRS, 1992, p. 69-91. ; « Vers un nouvel animal sauvage : le sauvage “naturalisé vivant” ? », Natures, Sciences, Sociétés, vol. 1, no 3, 1993, p. 202-210.

24 Entretien avec Renaud Blondin, op. cit.

25 « Franck Michel explique pourquoi il a tué le loup », propos recueillis par Jennifer Parisot, Le Dauphiné Libéré, 17 février 2009.

26 Raison du Cleuziou Y., « La nature embrigadée. Conflit en baie de Somme », op. cit.

27 Micoud A., « Vers un nouvel animal sauvage : le sauvage “naturalisé vivant” ? », op. cit., p. 202-210. Sur ce thème, voir aussi Bobbé S., « Gestions faunistiques, cultures des sauvages et brouillage des catégories », Communications, no 76 : Nouvelles figures du sauvage, 2004, p. 203-220.

28 Nathalie Heinich a observé des réactions analogues au classement d’un bâtiment par les services de l’Inventaire. Les propriétaires préfèrent raser le bâtiment pour conserver une pleine souveraineté sur leurs biens. Voir Heinich N., La fabrique du patrimoine, de la cathédrale à la petite cuillère, Paris, Éditions de la MSH, 2009, p. 78.

29 Scott J.-C., La Domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Éditions Amsterdam, 2009 [1992], p. 204-208.

30 Hell B., Méchin, C., Braconner en Vosges. Essai d’anthropologie du braconnage dans une vallée vosgienne, op. cit., p. 134.

31 Ibid., p. 73.

32 Ibid., p. 76.

33 Ibid., p. 76-77.

34 Scott J. C., La Domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, op. cit., p. 204.

35 Ibid.

36 On retrouve clairement cette logique en Grande-Brière. Voir Mischi J., « Les militants ouvriers de la chasse. Éléments sur le rapport à la politique des classes populaires », Politix, vol. 21, no 83, 2008, p. 126-128.

37 Ces exemples ne sont pas inventés mais ont été observés en baie de Somme.

38 Le Grignou B., Du coté du public. Usages et réceptions de la télévision, Paris, Economica, 2003, p. 193 et suiv. Voir également Darras É. (dir.), La politique ailleurs, Paris, PUF-CURAPP, 1998.

39 Pudal B., « Politisations ouvrière et communisme », dans Dreyfus M. et al., Le siècle des communismes, Paris, Éditions de l’Atelier-Éditions ouvrières, 2000.

40 Aspect plus longuement développé dans : Raison Du Cleuziou Y., « La nature embrigadée. Conflit en baie de Somme », op. cit.

41 Agulhon M., La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la IIe République, Paris, Plon, 1970, p. 267. On trouverait aussi bien des exemples dans Boutier J., Campagnes en émoi. Révoltes et révolutions en Bas-Limousin, 1789-1800, Treignac, Éditions des Monédières, 1987.

42 Qu’on se reporte aux forums internet du Dauphiné Libéré pour goûter ces polémiques.

43 Génot J.-C., Quelle éthique pour la nature ?, Aix-en-Provence, Édisud, 2003.

44 Mounet C., « Les enseignements d’une expérience locale de gestion d’une espèce protégée : le cas du loup dans le Vercors », Natures Sciences Sociétés, vol. 14, 2006, p. 65-66. Voir aussi les articles réunis dans le dossier « Gérer l’environnement, le temps de l’action concertée » coordonné par Denis Salles dans Sociologies Pratiques, 2003, no 7.

45 Loi fédérale américaine votée en 1964. Elle définit légalement la nature comme « un lieu où la terre et sa communauté de vie ne sont point entravés par l’homme, où l’homme lui-même n’est qu’un visiteur de passage ». Elle établit le National Wilderness Preservation System et protège 37 000 km2 de forêts fédérales.

46 À signaler, tout de même, un article sur le sujet : Pinton F., « De la paysannerie française aux peuples de la forêt amazonienne », Études rurales, no 183, janvier-juin 2009, p. 201-220.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540