Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sans en avoir l'air

 | 
François Ploux
, 
Michel Offerlé
, 
Laurent Le Gall

Troisième partie. La politique sans en avoir l'air

« La politique dans la sacristie. » Une mise en forme de la politique informelle par le clergé sous la IIIe République

Magali Della Sudda

Texte intégral

1Quand, à la faveur du Ralliement, les catholiques français sont sommés par Léon XIII de faire preuve d’orthodoxie en manifestant leur adhésion à la République, les entreprises d’apprivoisement du vote par l’institution ecclésiale s’intensifient. Les enjeux du ralliement à la démocratie et les modalités par lesquelles les catholiques doivent intervenir dans la cité sont explicitées : le suffrage électoral revêt une dimension sacralisée selon l’interprétation qu’en propose Yves Déloye et c’est par lui que les catholiques, même rétifs à la République, sont invités à agir, respectueux des institutions. L’activité politique légitime aux yeux du Vatican est donc celle qui se déroulera conformément aux règles de droit, dans le respect du code électoral et des institutions républicaines.

  • 1 Déloye Y., « Le cléricalisme au féminin », dans Les voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffr (...)
  • 2 Depuis la parution de l’ouvrage sur la descente de la politique vers les masses dans le Var (Agulh (...)
  • 3 Le Gall L., L’électeur en campagnes dans le Finistère. Une Seconde République de Bas-Bretons, op. (...)
  • 4 Della Sudda M., « La politique malgré elles. Mobilisations féminines catholiques en France et en I (...)

2Le sexe trace alors la frontière entre ceux qui glisseront le bulletin dans l’urne et celles qui formeront les citoyens. Au-delà du constat du décalage temporel d’obtention du suffrage, la diachronie ouvre l’espace des apprentissages possibles pour les femmes qui ne seront pas appelées aux urnes au même moment ni de la même façon que les hommes1. À côté de la politique institutionnelle formalisée dans le code électoral et par les pratiques masculines du suffrage dont les hommes font l’apprentissage à partir de 18482, se déploie un éventail large de pratiques à finalité politique plus lointaine – c’est-à-dire relatives au gouvernement de la cité terrestre – où des femmes sous certaines conditions pourront intervenir. Comme le suggère Laurent Le Gall dans son étude sur les élections de 1848 dans le Finistère, « l’infra-politique, dans ce qu’il a de nébuleux, est le meilleur révélateur des comportements relevant d’un espace politique qui serait d’autant plus politique, du point de vue du chercheur, qu’il conserverait ce flou qui en serait une de ses marques de fabrique3 ». C’est à ces zones floues, ce « marécage » de la politique dont l’identification, labile, s’efface au gré de son contexte d’énonciation que s’intéresse cette contribution. Plus précisément, nous formulons l’hypothèse que sous la IIIe République, le catholicisme offre un terrain propice à une politique non institutionnelle dans la mesure où l’Église est dépossédée de ses instruments habituels d’exercice du pouvoir temporel et tente d’y pallier en mobilisant et en politisant certains individus et objets4.

3La politique informelle, un attribut féminin et clérical sous la IIIe République ? À partir d’une recherche menée sur les formes de l’activité politique avant le droit de suffrage au sein de ligues féminines catholiques de masse, nous souhaitons revenir sur la production par l’institution ecclésiale de la politique informelle et son assignation à une catégorie d’acteur d’un genre particulier : les femmes. Si le repérage est assez aisé pour les individus et organisations revendiquant le droit d’entrée dans l’arène politique institutionnelle, l’identification des protagonistes dans le marécage de la politique informelle est plus complexe. D’une part, le contexte de la Séparation nécessite la discrétion de la part des organisations catholiques pour ne pas encourir les foudres de l’administration ou de la hiérarchie épiscopale ralliée ; d’autre part, parce que les animatrices des organisations où se déroule cette politique informelle assument leur hostilité au suffragisme et ne veulent pas agir comme les hommes dans l’arène institutionnelle. Il fallait donc interroger, outre les dossiers de la série F7 des Archives nationales (surveillance des associations et des partis politiques), d’autres fonds peu exploités jusqu’ici pour repérer l’activité politique : les fonds de l’institution ecclésiale, de l’administration centrale vaticane au bras séculier féminin – Ligue patriotique des Françaises (LPDF) et Filles du Cœur de Marie.

  • 5 Cette démarche s’inscrit dans la perspective proposée par Jacques Lagroye, La vérité dans l’Église (...)
  • 6 Arnaud L., Guionnet C., « Les frontières du politique », dans Arnaud L., Guionnet C. (dir.), Les f (...)
  • 7 Agulhon M., La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la IIe République, (...)
  • 8 Mathieu L., « L’espace des mouvements sociaux », Politix, no 77, 2007, p. 131-151.

4À partir de cela, il s’agit de montrer comment s’est constitué cet espace de déploiement d’activité politique informelle au sein de l’institution ecclésiale à travers la légitimation de pratiques considérées comme déviantes au profit d’actrices qui ne pouvaient prendre part à la politique institutionnelle en tant qu’électrices et qu’élues5. Dans quelles structures cette politique a-t-elle pu se déployer avec la bienveillance de la hiérarchie ecclésiale ? Les frontières mouvantes du politique sont des frontières poreuses où s’établissent des passerelles entre différents espaces sociaux et politiques6. Ces passerelles peuvent revêtir une forme collective : l’association ou le cercle en sont les exemples les plus répandus à l’époque contemporaine qui servent de sas ou de points de relais pour une organisation partisane7. Elles peuvent aussi s’incarner sous les traits du « courtier » qui relie entre eux différents espaces de mobilisation ou fait office de courroie entre la politique informelle telle qu’elle se déploie dans différents espaces sociaux et l’arène politique institutionnelle8.

  • 9 Déloye Y., Les voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffrage électoral : le clergé catholique (...)
  • 10 Willaime J.-P., « De la fonction infrapolitique du religieux », The Annual Review of the Social Sc (...)
  • 11 Lagroye J. (dir.), La politisation, Paris, Belin, coll. Socio-Histoires, 2003.

5Dans cette perspective, l’Église catholique, par sa dimension universelle et par sa prétention à régner sur les âmes et sur la terre, a fourni un substrat à la fois organisationnel – ligues et associations – et individuel à l’établissement de liens entre la politique telle qu’elle se déploie dans l’arène institutionnelle et la politique informelle qui passe par d’autres canaux9. Les associations ont ainsi pu être identifiées comme porteuses de cet infrapolitique10. L’approche par l’infrapolitique permet d’interroger la production d’un système de représentations qui légitime l’ordre politique et d’intégrer des agents marginaux ou invisibles dans l’arène électorale. Elle reste néanmoins prisonnière d’une représentation hiérarchisée du monde social où le politique est en haut et le social en bas. La proposition d’une catégorie analytique « politique informelle » se déprend d’une approche verticale et insiste sur le processus de mise en forme du politique, c’est-à-dire sur les conversions, en s’arrêtant cependant au seuil de la politique légitime c’est-à-dire formalisée, institutionnalisée, identifiable et acceptée par l’ensemble des acteurs qui prennent part à cette activité11. Le qualificatif « informel », à l’instar de l’économie informelle, renvoie également à des pratiques « souterraines » voire déviantes qui échappent aux instances qui fixent et contrôlent les règles officielles. Invisibles dans la politique institutionnelle, comment les femmes, qui ne jouissent pas du droit d’élection et d’éligibilité, deviennent-elles actrices de la politique informelle ? C’est ce que nous nous proposons maintenant d’étudier.

Le bon genre de la notabilité en politique

6Si la présence des femmes dans les luttes politiques est attestée de longue date, ce n’est qu’au tournant du siècle dernier qu’apparaissent des organisations collectives pérennes porteuses de revendications spécifiques aux femmes. Une typologie sommaire distingue en leur sein celles qui revendiquent des droits dans une perspective égalitariste et assument rapidement le terme de féministe – et en seront les détentrices légitimes – de celles qui, tout en réclamant un poids plus important pour les femmes dans la gestion des affaires publiques, n’ont pas pour finalité l’inclusion de ces dernières dans le corps électoral masculin. La différence de position dans l’espace de la cause des femmes reflète des positions dans l’espace social que l’on peu résumer sommairement ici : les féministes recrutent majoritairement leur direction dans la grande bourgeoisie intellectuelle – protestante, juive ou sans profession de foi affichée –, chez des aristocrates protestantes – elles attirent des femmes de la petite et moyenne bourgeoisie instruite. En revanche, les associations attachées à la distinction des sexes et à la hiérarchie du genre sont dirigées par des aristocrates ou des femmes issues de la bourgeoisie industrielle et sont implantées dans les classes populaires selon un modèle de patronage. Elles sont catholiques et assument ouvertement leur foi dans un contexte de politisation des questions religieuses.

  • 12 Garrigou A., Histoire sociale du suffrage universel (1848-2000), op. cit., p. 276-277 ; Phélippeau(...)

7Quand les dirigeantes des mouvements catholiques féminins, comme la Ligue patriotique des Françaises, sont mariées, on retrouve leurs époux à la tête d’entreprises politique masculines de type notabiliaire comme l’Action libérale populaire ou, plus rarement, l’Action française. La division sexuelle du travail militant s’opère conformément à une vision conjugaliste de la citoyenneté où le suffrage exprime la volonté du couple et non de l’individu. Cette représentation catholique du couple – ou de la famille – comme cellule de base de la société entre en congruence avec la répartition pratique du travail politique dans les entreprises politiques notabiliaires sous la IIIe République où l’épouse constitue une ressource en termes de capitaux financier, social – les réseaux et l’entretien de pratiques clientélaires – voire symbolique – le nom associé à un fief12.

  • 13 Beaucarnot J.-L., Les Schneider, une dynastie, Paris, Hachette, 1986, p. 139. Sur les stratégies m (...)
  • 14 Gresle-Bouignol M., Les Tarnais. Dictionnaire biographique, Albi, Fédération des intellectuels du (...)

8L’alliance entre la noblesse désargentée et la bourgeoisie fortunée moquée dans les romans de Balzac assure les subsides nécessaires à la survie dans la compétition électorale quand le nom ne suffit plus à faire une élection. Le mariage entre la fille d’Henri Schneider, l’héritier du Creusot13, Madeleine, et de Jacques Auguste Marie Leclerc, marquis de Juigné, en décembre 1901, marque ainsi le début de la carrière politique de l’époux en Loire-Inférieure. Conseiller général, le marquis accède à la députation l’année où son épouse est cooptée à la direction de la Ligue patriotique des Françaises. Outre la dimension financière, l’épouse permet aussi de se faire un nom comme chez les Reille. Le baron René Reille « en épousant Geneviève Soult [de Dalmatie] (1844-1910), petite-fille du maréchal qui illustra Saint Amans, [...] devint tarnais et se lança dans la politique (conseiller général en 1867, député en 1869)14 ». Ce capital symbolique est entretenu par la sociabilité de l’épouse. Dans le cas des Reille, exemplaire à cet égard, Geneviève transmet le fief de son père à son mari et lui permet ainsi de se faire un nom dans le Tarn, mais elle s’assure aussi de l’assentiment des populations rurales par la charité.

  • 15 Annexe au mémoire de M. Eugène Pereire contre l’élection de M. Le Baron Reille, arrondissement de C (...)
  • 16 Garrigou A., « Clientélisme et vote sous la IIIe République », dans Briquet J.-L., Sawicki F. (dir (...)

9Entre la pratique des bonnes œuvres et l’établissement de rapports clientélaires qui fondent en partie l’assise des notables, le pas est vite franchi comme en témoignent les dépositions recueillies par l’opposant au baron Reille lors d’un procès en 186915. C’est « Madame » qui investit l’espace des pratiques informelles, garante de l’échange de services dans le cadre d’une relation inégalitaire qui caractérise la relation clientélaire16, en l’occurrence l’échange d’une promesse de vote accompagnée de la destruction du bulletin du candidat rival contre la dispense de conscription pour les enfants :

« Madame... a dit au sieur Cros, métayer à Barbeau, commune de Rouairoux, qui a un enfant au service militaire, qu’il fallait qu’il vote pour son mari, lui et ses domestiques, et qu’elle promettait que son fils serait renvoyé du régiment et rentrerait dans ses foyers ; c’était quinze jours avant les élections. Au nom de Madame... [Reille] les métayers de cette dernière ont renouvelé la même promesse sous la même condition, et, comme garantie de l’exécution de ce marché, ils exigèrent qu’il leur fut fait remise des bulletins Pereire. On a dit que la [baronne Reille]... avait encore promis au nommé Barthès, qui a un fils qui doit tirer au sort l’an prochain, que s’il votait et faisait voter pour son mari, M. le baron le ferait exempter ; cette promesse a été faite dans les rues de Barbeau, en présence de plusieurs personnes attroupées devant Madame... »

  • 17 Sa belle-fille et sa fille, qui épouse le marquis de Solages, reprendront ce rôle ; voir Trempé R. (...)

10Le mémoire présenté en vue de l’invalidation de l’élection du baron René Reille recueille 4 000 signatures. La déposition sélectionnée illustre parmi tant d’autres le rôle de l’épouse dans la relation clientélaire et le fait que, même appuyée bien souvent par le curé ou le vicaire17, elle est en première ligne dans la mise en forme des pratiques informelles voire illégales qui accompagnent l’élection. Le baron paie les libations aux mandants tandis qu’elle se rend personnellement auprès des métayers et des épouses des suffragants pour distribuer les bulletins de son mari, du pain ou proférer des menaces. Cette répartition du travail dans la compétition électorale assigne à l’époux les tâches officielles et institutionnelles tandis que l’épouse endosse le rôle de celle qui influe sur le vote par la persuasion et la menace de la contrainte. Par conséquent, c’est moins la baron qui sera accusé de fraude que son épouse qui n’encourt alors aucune peine d’inéligibilité puisqu’elle ne concourt pas pour l’obtention des suffrages. Reste que le sens pratique électoral ainsi acquis sera reconverti plus tard au sein de la Ligue patriotique des Françaises.

  • 18 Le terme conjugalisme est apparu au XIXe siècle ; il est repris dans l’acception de la promotion d (...)

11Cette analyse qui témoigne de la persistance d’une conception conjugaliste18 de l’activité politique ne rend cependant qu’imparfaitement compte de la présence féminine dans les activités connexes de la politique institutionnelle. Si les épouses, dont la sphère légitime d’influence était le salon au siècle précédent, investissent alors les espaces connexes de l’arène électorale, comment expliquer la présence de femmes célibataires dont aucun lien de parenté n’est attesté avec les hommes politiques ? Un deuxième faisceau d’explications, clérical cette fois, peut être invoqué.

Diriger les consciences politiques féminines

Un repérage de la politisation des consciences féminines

  • 19 La confession ne peut être recueillie que par un prêtre autorisé par l’évêque dans le confessionna (...)
  • 20 Raison du Cleuziou Y., « Une institution de subjectivation » et « Une réflexivité instituée », dan (...)
  • 21 Le recrutement social du bas-clergé dans les milieux paysans au XIXe peut expliquer le fait que l’ (...)

12Contrairement à la confession qui est un sacrement codifié en droit canonique19, l’échange entre le directeur et la personne dirigée peut se déployer dans l’écriture et par la conversation selon une démarche réflexive qui porte notamment sur l’adéquation entre les pratiques du fidèle et les finalités proposées par l’institution religieuse20. La direction spirituelle est un type de relation établi entre un clerc – prêtre ou religieux – et un catholique désireux de perfection religieuse. Le directeur est un homme – plus exceptionnellement une religieuse – appartenant à un ordre ou au clergé séculier avec charge d’âmes. Il n’est pas nécessairement le prêtre de la paroisse et se distingue ainsi du confesseur par l’absence de coercition qu’il exerce sur la personne qu’il dirige afin de lui permettre d’agir « en conscience21 ».

  • 22 Raison du Cleuziou Y., Della Sudda M., « Porter les Évangiles au monde », communication au congrès (...)

13À partir de 1892, l’abandon d’une forme de gouvernement privilégiée par la hiérarchie pontificale ouvre la possibilité pour les catholiques de dissocier la cause royaliste de celle de l’Église tout en imposant la soumission des fidèles aux institutions de gouvernement dans leur pays. De ce fait, les préférences politiques deviennent l’objet de questionnements qui se donnent à lire dans les correspondances de directeur à dirigée. Les contextes de politisation des questions religieuses22, quand les injonctions pontificales portent sur la politique institutionnelle – le Ralliement (1890-1892), la condamnation du Sillon (1910) puis de l’Action française (1926) –, se traduisent par l’expression de cas de conscience.

La direction spirituelle, un dispositif souple de subjectivation politique

  • 23 Offerlé M., « Capacités politiques et politisations : faire voter et voter, XIXe-XXe siècles », Ge (...)

14La parole politique des individus ou des groupes sociaux jusqu’alors muets à cet égard se déploie dans cette relation où le fidèle interroge le prêtre sur la conformité de ses opinions et de ses pratiques. C’est en ce sens que l’on peut parler de subjectivation politique dans un cadre clérical, la direction agissant comme un révélateur de la conscience politique23.

  • 24 Marie Blanche Angeline Verdet, née en 1849 dans une famille protestante, épouse le 5 juin 1871 son (...)
  • 25 Frémont G., Histoire d’une direction. Correspondance de l’abbé Frémont et de la comtesse d’A., t.  (...)
  • 26 D’adhémar M.-A., « Au lecteur », dans Frémont G., Histoire d’une direction. Correspondance de l’ab (...)
  • 27 « À propos de politique, et à ceux qui conseillaient le retrait des lettres s’y rapportant, sous p (...)
  • 28 Lettre de la vicomtesse d’Adhémar à l’abbé Frémont du 1er décembre 1901 : « Je voudrais dire comme (...)
  • 29 Laplanche F., « Notice Georges Frémont », dans Mayeur J.-M., Laplanche F., Dictionnaire du monde r (...)

15La correspondance publiée de la comtesse d’Adhémar (1849-1835)24, protestante convertie lors de sa rencontre avec l’abbé démocrate Georges Frémont et membre de la LPDF, permet ainsi de repérer les inflexions politiques dans la relation qu’ils entretiennent entre 1892 et 191225. La vicomtesse édite partiellement la correspondance en 1931 sous le titre Histoire d’une direction. Elle choisit les lettres pour montrer « l’évolution d’une âme surveillée par un guide attentif à tout et qui tient pour importante la formation d’un jugement ferme26 ». C’est moins l’imposition par l’abbé qui fait émerger l’affirmation d’un sujet politique que la dialectique entre les deux protagonistes. Elle inclut délibérément les lettres où sont exposées les questions relatives à la conformité de ses vues politiques avec les directives pontificales27. Quand l’abbé Frémont décide de se présenter aux élections de 1902, sa dirigée le soutient. Il lui fait part de sa difficulté à se plier à la volonté de ses supérieurs quand il doit se retirer28. Dans cette relation, le directeur – qui est choisi par la dirigée – accompagne plus qu’il ne domine. La position sociale de la dirigée – épouse d’un aristocrate protestant fortuné – neutralise sans doute l’effet de domination lié au sacerdoce et au succès de prédicateur de l’abbé Frémont, provincial d’origine modeste29. L’expression d’une subjectivité politique chez la dirigée est repérable dans les questions et demandes d’approbation de choix partisans formulées auprès du directeur qui, en raison des affinités politiques qu’il partage avec sa dirigée, la conforte dans son jugement.

  • 30 Dom Besse J.-M., Lettres à une royaliste, Valence, Imprimerie valentinoise, 1909. Les lettres ment (...)
  • 31 Dom Besse J.-M., « Avant-propos » (rédigé à Chevetogne en Belgique le 24 avril 1908), dans Lettres (...)
  • 32 Dom Besse J.-M., « Politique et religion », dans Lettres à une royaliste, op. cit., p. 8.

16Une autre membre de la Ligue patriotique des Françaises à ses débuts, la marquise de Mac Mahon, entretient elle aussi une correspondance avec un directeur situé à l’opposé des convictions de l’abbé Frémont. Les rares lettres publiées confirment que le directeur, Dom Besse, met en forme plus qu’il ne dirige les préférences politiques de sa dirigée. Historien du monachisme bénédictin auquel il appartient, il est aussi connu pour son engagement dans l’Action française où il sera nommé titulaire de la chaire du Syllabus. Dans les lettres qu’il adresse à la marquise de Mac Mahon, alors présidente du comité des dames royalistes, on lit en creux les interrogations sur la « bonne » façon de faire de la politique30. Elles sont publiées afin de « tranquilliser des consciences » et encourager, par la caution du religieux, les femmes à demeurer fidèles à l’Action française31. Dom Besse légitime la défense de l’Église par les femmes au moyen de l’apostolat et de la politique, deux domaines qu’il considère comme autonomes mais qui se rejoignent dans l’engagement des laïques pour l’institution ecclésiale32. Il prend soin de distinguer les deux causes – celle de l’Église et celle de la monarchie – et fustige la confusion entre apolitisme et républicanisme qui prévaut, selon lui, à l’Action libérale populaire et à la Ligue patriotique des Françaises, et que l’on retrouve dans la correspondance de l’abbé Frémont avec Marie-Blanche d’Adhémar.

17Ce faisant, c’est la ligne pontificale de Léon XIII et la position de la majorité de l’épiscopat français ralliée à la République que Dom Besse remet en question. La prise de position politique est indissociée de la remise en cause de l’autorité épiscopale et pontificale qui est explicitée dans la réponse faite à la marquise de Mac Mahon. Quand elle évoque les reproches formulés par les catholiques ralliées devant son engagement à l’Action française, elle se voit répondre :

  • 33 Dom Besse J.-M., « Politique catholique », dans Lettres à une royaliste, op. cit., p. 19.

« Des femmes pieuses et des prêtres respectables sont les plus ardents à vous reprocher votre attitude et votre zèle. Oh laissez-les faire et dire : leurs récriminations n’ont aucune importance. [...] Pauvres gens ! ils ne font pas de politique ! Mais ils ne savent donc pas ce qu’ils font. Ils font de la politique à journée. Si encore ils en faisaient de la bonne, on excuserait leur inconscience. Mais ils en font une mauvaise33. »

18Dans une autre lettre, il répond aux remarques faites par la marquise au sujet des femmes de la LPDF :

  • 34 Dom Besse J.-M., « De l’indifférence en politique », dans Lettres à une royaliste, p. 27.

« Toutes ces bonnes chrétiennes qui prétendent n’avoir point de doctrine politique, sont en réalité des républicaines34. »

19Opposés dans leur conception du pouvoir temporel et du pouvoir spirituel de l’institution ecclésiale, l’abbé Frémont et Dom Besse témoignent toutefois d’un souci commun de forger chez leur dirigée une conscience « virile ». Conformément à leur rôle de directeur, ils recommandent d’agir en conscience y compris dans le domaine politique, quitte à aller contre le représentant du clergé séculier local, libérant ainsi la dirigée du poids de l’obéissance non réfléchie au prêtre :

  • 35 Ibid., p. 28.

« On agite beaucoup dans votre entourage, me dites-vous, l’obligation où les fidèles sont d’obéir à leurs évêques et à leurs prêtres en matière politique. Eh bien ! Madame, je nie cette obligation. Les convictions politiques sont libres, il suffit qu’elles ne renferment rien de contraire à la doctrine de l’Église et à ces droits35. »

20Il invite au discernement et à obéir avec intelligence, légitimant ainsi une transgression des directives épiscopales – voire pontificales – quand elles sont contraires au dogme ou quand elles n’en relèvent pas. Se profile ainsi la possibilité d’une tension entre des injonctions contradictoires au sein même de l’institution ecclésiale que le discernement de la dirigée résoudra. La direction, parce qu’elle est choisie par les laïques – qui sont dotées de ressources atténuant la distance sociale entre le directeur et la dirigée –, parce que le directeur n’use pas de la contrainte pour amener sa dirigée à agir en conscience, conduit à une rationalisation religieuse des engagements politiques dans un cadre non formel spécifique à l’institution ecclésiale. Tout autre est le dispositif d’obéissance mis en place par la hiérarchie pour s’assurer de l’orthodoxie et de l’orthopraxie militante de l’Action catholique féminine.

La mise en forme cléricale de la politique informelle

L’avènement des formations partisanes et les politiques de laïcité, une opportunité favorable

21L’apparition en France de « machines » politiques visant à la conquête des suffrages est concomitante de l’entreprise de désencastrement du politique d’autres rapports sociaux menée par le gouvernement républicain. La législation et la jurisprudence témoignent de la volonté des pouvoirs publics de soustraire le vote à l’influence des notables et de l’Église pour faire émerger l’expression d’une opinion politique chez l’électeur. La lutte contre l’influence cléricale passe aussi par la mise en place d’un système d’instruction publique laïc et obligatoire où la morale républicaine se substitue non sans heurts à l’instruction religieuse pour former les futurs citoyens. C’est dans cette double perspective, celle de l’apparition des formations partisanes modernes dans un champ politique qui s’autonomise et celle de la laïcisation de l’appareil d’État, qu’il faut resituer la naissance des organisations catholiques au tournant du siècle. La conquête des suffrages pour les catholiques sous la forme d’une entreprise politique est rendue possible en France par le Ralliement et les encouragements pontificaux. Toutefois, c’est sous la forme associative, à mi-chemin entre le parti et le comité électoral, que les hommes catholiques investissent l’arène électorale en 1902 pour combattre le « bloc des gauches » organisé depuis 1899 avec les radicaux, les radicaux-socialistes et les socialistes indépendants.

  • 36 Flornoy E., La Liberté par l’Association, Paris, Lecofre-Gabalda, 1907, p. 6.

22L’Action libérale populaire présidée par Jacques Piou avec, à ses côtés, des catholiques ralliés, dépose ses statuts le 17 mai 1902. L’association permet de coaliser les comités électoraux jusqu’alors épars sans pour autant qu’elle vienne se confondre avec un « parti catholique » jugé impossible dans ce contexte de politisation des questions religieuses36. La méfiance professée à l’égard de la politique partisane institutionnelle est aussi un moyen de rallier à la cause modérée des électeurs de sensibilité catholique et conservatrice au sens large. Parallèlement, la Ligue patriotique libérale des Françaises (devenue Ligue patriotique des Françaises) est fondée en tant que branche féminine de l’Action libérale populaire quelques semaines plus tard, en juin 1902. La Ligue patriotique des Françaises est ainsi nommée en référence à la Ligue de la Patrie française dont le président Jules Lemaître participe à la fondation. L’alliance entre les deux associations est réglée par le directeur spirituel de Jacques Piou, le jésuite Henri Régis Pupey-Girard, qui est nommé aumônier de la LPDF par l’archevêque de Paris. Dès les premiers mois de l’année 1901, l’archevêque de Paris, avec l’appui de la Compagnie de Jésus, participe ainsi à une répartition sexuée du travail politique où l’Action libérale populaire fait figure d’entreprise politique dans l’arène institutionnelle tandis que la LPDF assume les tâches connexes de financement de la compétition électorale et de propagande.

23Tout en niant le caractère politique – c’est-à-dire partisan – de leur œuvre électorale, les dirigeantes de l’association revendiquent leur légitimité à mener le combat pour l’Église, confortée en cela par la parole des religieux. Lors d’une conférence donnée le 17 février 1905 dans les salons de la duchesse d’Estissac, l’abbé Hébert justifie le financement des candidats catholiques par l’entremise de la Ligue :

  • 37 « Conférence de l’abbé Hébert », Écho de la LPDF, no 28, avril 1905, p. 578.

« Mais pour les élections, il faut de l’argent. Il en faut même beaucoup, tout simplement parce qu’il y a beaucoup de bonnes élections à produire. Je vous dis donc que si vous êtes du parti de la France, il faut verser non pas votre obole mais vos trésors à la Ligue qui ne fait pas œuvre politique mais qui fait simplement œuvre libératrice. Jeanne d’Arc, Mesdames, ne faisait pas de politique quand elle chassait les Anglais ; vous n’en ferez pas davantage quand vous chasserez les sectaires37. »

24Par l’entremise du religieux – aumônier, prédicateur – s’effectue une rationalisation par l’institution ecclésiale des pratiques politiques informelles féminines. La question de la frontière entre ce qui relève du religieux et ce qui relève du politique reste cependant source de nombreux conflits.

Les Filles du Cœur de Marie, des « auxiliaires dociles et zélées » du clergé dans la compétition électorale

25À une époque de division des catholiques sur les questions de régime politique, un dispositif spécifique à l’Action catholique féminine apparaît comme le moyen le plus sûr de s’assurer de l’obéissance aux yeux de la hiérarchie. Les dirigeantes sont désignées parmi des religieuses ayant prononcé le vœu d’obéissance et leur directeur est l’aumônier national de l’association. La prononciation des vœux implique une direction et c’est par cette direction que le directeur assure l’orthodoxie et l’orthopraxie militante au sein de la Ligue. La direction spirituelle des dirigeantes associatives revêt alors une dimension politique : à travers elle, ce n’est pas seulement l’âme qu’il faut perfectionner en vue du salut, c’est le bras séculier de l’Église qu’il faut guider dans le monde. Si l’existence de ce type de dispositif ne semble pas attestée pour les formations partisanes masculines, elle est un élément fondamental de la naissance et du développement des mouvements féminins qui leur sont associés.

  • 38 Société des Filles du Cœur de Marie, La société des Filles du cœur de Marie, t. 4 : 1894-1929, Gou (...)

26Pour comprendre comment fonctionne ce dispositif d’autorité dans un contexte d’intervention électorale informelle, il faut revenir à la fondation de la LPDF en 1902. Elle est issue de la scission du comité parisien de la Ligue des femmes françaises avec le comité lyonnais. À sa tête, on trouve des épouses d’hommes politiques comme la baronne Reille, la fille et l’épouse de Jacques Piou, mais surtout des Filles du Cœur de Marie. Religieuses sans habit, elles accomplissent leur œuvre de perfection dans le siècle sans aucun signe distinctif des autres fidèles38. Cette spécificité de la Société s’explique par le contexte de sa fondation – la Révolution et les décrets abolissant les vœux perpétuels de 1790. Son « inspirateur », le jésuite Pierre de Clorivière s’assure dans les constitutions (statuts) de la dépendance à la Compagnie de Jésus alors officiellement dissoute par le pape Clément XIV (1773). Depuis sa fondation, la Société fait donc office de bras séculier de la Compagnie de Jésus frappée d’interdiction.

  • 39 Arch. de la Société des Filles du Cœur de Marie (ASFCM), Dossier Marie du Rostu, document dactylog (...)
  • 40 « Il a été décidé, après un mûr examen, appuyé sur l’expérience, qu’on ne recevrait pas de domesti (...)
  • 41 Après cette date et jusqu’en 1937, leur protecteur sera le cardinal Bisletti, membre de la Curie r (...)

27En 1901, la loi sur les associations vise à contrôler les congrégations, la supérieure est enjointe à mettre ses Filles à la disposition du Cardinal Richard, archevêque de Paris, pour se saisir de la loi à laquelle la Société échappe en raison de son caractère secret. Les religieuses doivent ainsi aider à reconquérir par les urnes le terrain perdu par l’Église en assurant la victoire des candidats catholiques face au « bloc des sectaires » lors des élections de 190239. L’intervention féminine catholique dans la compétition électorale sous forme de la quête électorale, de propagande électorale par la presse et les conférences ou de révision des listes électorales est ainsi sollicitée par la hiérarchie catholique. À partir de ce moment-là, tout le travail de mise en forme de la politique informelle visera à s’assurer que ces femmes obéissent aux directives de la hiérarchie. Les religieuses désignées pour être les fondatrices et dirigeantes du mouvement sont insérées dans des réseaux féminins nationaux et internationaux tissés dans les différentes œuvres qu’elles animent et qui peuvent alors laisser à penser qu’ils leur permettront d’essaimer dans des milieux divers bien que le recrutement de cet institut de perfection soit nettement aristocratique40. La première présidente, Madame de Brigode (1830-1924), a un long passé de dame d’œuvre et d’aide aux filles-mères. Marie Frossard (1863-1954), secrétaire générale de 1901 à 1933, était active dans la paroisse de l’abbé Soulange-Bodin à Plaisance. Quant à Anne Tanquerel des Planches (1870-1944), elle revient du Québec où elle a fondé la Réunion des Filles du Cœur de Marie et elle collabore avec l’abbé Casgrain à la rédaction des annales de la Société. Ces Filles particulièrement zélées constituent pendant cinquante ans l’épine dorsale de l’Action féminine française et internationale avec la bienveillance de l’ancien secrétaire d’État de Léon XIII, le cardinal Rampolla (1902-1913), puis du cardinal Merry del Val (1913-1916), qui sont leurs protecteurs41.

La double fonction de l’aumônier, confesseur et garant de l’orthodoxie

  • 42 Arch. de la Province de France de la Compagnie de Jésus (APFCJ), Fonds Pupey Girard, H Pa 60 A, 19 (...)
  • 43 Della Sudda M., « La charité et les affaires. Le cas de la Ligue patriotique des Françaises (1901- (...)

28En 1901, le jésuite Henri Régis Pupey-Girard (1860-1948) est mandé par l’archevêque de Paris avec l’accord du provincial de la compagnie de Jésus, sur l’insistance du député catholique Jacques Piou, pour coordonner les comités électoraux féminins au sein de la Ligue des femmes françaises puis de la LPDF. Issu d’une famille de petits industriels, il est la cheville ouvrière de l’organisation du patronat catholique et de la formation technique catholique42. Il fait alors office de « courtier » dans la mobilisation contre les politiques de laïcité en reliant le monde associatif féminin, les organisations de patrons et de cadres et la hiérarchie catholique43. Un « compte de conscience » rédigé pour le supérieur de Pupey-Girard explique le rôle de l’aumônier :

  • 44 APFCJ, Fonds Pupey Girard, H Pa 60 A 1903-1907, compte de conscience au sujet de l’aumônier consei (...)

« Le Père est à la fois l’organisateur et l’administrateur de la Ligue, depuis son origine après les élections de 1902. » Au lendemain du scrutin, la poursuite de l’œuvre électorale ponctuelle en « groupe d’action sociale et apostolique durable est décidée. » C’est alors que « sur les désirs de M. Piou avec l’assentiment du Cardinal Richard, le Père prit en main cette entreprise. À l’encontre des premiers dessin de M. Piou, d’accord avec le cardinal Richard, qui voulait de la Ligue faire une simple filiale de l’Action libérale, le père proposa, discuta, le projet de concordat entre les deux associations qui les rendait “amies et alliées” tout en sauvegardant leur indépendance et leur autonomie réciproque44. »

29L’aumônier/confesseur est donc celui qui fixe la division sexuelle du travail militant et les frontières entre les pratiques qui relèvent de la politique institutionnelle et celles qui seront plus informelles.

30S’en tenir aux textes officiels ne permet pas d’appréhender la fonction de garant de l’orthodoxie de l’aumônier. Il fait état de son rôle officieux dans une note retrouvée à l’archevêché de Paris rédigée au moment de la première scission entre les ligueuses de Lyon qui souhaitaient cesser l’œuvre électorale et les proches de l’Action libérale populaire qui voulaient continuer la lutte politique par d’autres moyens :

  • 45 AAP, 1 K II7, lettre anonyme (s. d., s. l.) qui évoque les points de désaccord entre Madame de Cuv (...)

« Je suis le moteur secret. Notre société ne doit pas apparaître. Le secret sur notre existence est si nécessaire45. »

  • 46 Arch. de l’Action catholique des femmes (AACF), H 1.
  • 47 AACF, H 568 « Grande crise », lettre d’Anne de Tanquerel à Marie Frossard du 11 octobre 1913 ; sur (...)
  • 48 Arch. archevêché de Lyon (AAL), copie de la lettre de Marthe de Noaillat au cardinal Coullié, arch (...)

31Il n’est pas mentionné dans le registre des statuts jusqu’en 1909. En revanche, les tracts édités le font figurer dès 1906 dans les statuts (article 9), sans mention du prénom ni de sa fonction, comme membre du Conseil central (Bureau)46. Pourtant, il assure la direction spirituelle de l’association et sa conformité aux directives pontificales par la présence à la tête de l’association de religieuses qui sont « ses pénitentes ». Toutes les religieuses placées à la tête de la LPDF ont en effet pour point commun leur confesseur jusqu’en 1914 : le jésuite Henri Régis Pupey-Girard47. Il anime, ainsi que d’autres jésuites, les retraites fermées réservées aux dirigeantes qui se déroulent à Presles dans le château de la trésorière Cécile Potron. Ces retraites ne sont pas seulement l’occasion d’instiller une réflexivité sur les pratiques militantes ; elles sont surtout le moment d’objectivation des déviances et de leur indexation comme en témoigne la déposition d’une des conseillères de la Ligue contre le jésuite lors d’une enquête diligentée par le Vatican en 191448. Le conflit porte précisément sur le cas de conscience de femmes à la tête de l’association qui ne souhaitaient plus poursuivre la quête électorale et la politique informelle au sein de la ligue, jugeant ces pratiques comme des dévoiements du « but surnaturel » de l’association.

Le recours à Rome

  • 49 AACF, H 565, lettre de la baronne de Brigode à Anne de Tanquerel du 17 septembre 1903 : « Il est é (...)
  • 50 Arch. Secrètes Vaticanes (ASV), 1907, rubrique 248, fascicule 2, no 17 691/17 682 « Parigi, 18 mag (...)

32Ainsi, quand en 1903, la nouvelle supérieure de la Société, la Mère Delaëtre, est élue, elle souhaite rappeler ses Filles à une action séculière moins politique, c’est-à-dire moins liée à l’Action libérale populaire49. Ne parvenant pas à convaincre toutes les religieuses de se maintenir à la tête de l’association, l’aumônier ne recourt pas seulement à l’archevêque de Paris, mais en appelle directement au Vatican. « L’appel à Rome », qui devient un réflexe en cas de conflits internes, s’appuie sur des réseaux français et italiens qui ont des relais à la curie romaine. Jacques Piou et Pupey-Girard obtiennent que les religieuses restent à la tête de l’association notamment en raison de leur capacité à développer la Ligue patriotique, des subsides qu’elles apportent aux candidats catholiques et de leur « parfaite docilité » aux directives pontificales50. Une note transmise par le nonce au cardinal Merry del Val est explicite :

« Les résultats obtenus sont considérables : elles ont facilité beaucoup l’organisation des comités de l’Action libérale populaire et tant à Paris que par les Comités de Province, “la Ligue patriotique” a pu rassembler près d’un million pour la lutte électorale grâce à leur concours et leur discipline. Monsieur Jacques Piou attache une très grande importance à leur concours pour l’avenir de l’Action libérale populaire. Il est donc d’avis qu’il serait très utile, nécessaire même, que des encouragements fussent donnés à M[ademois]elle Delaëtre Supérieure générale des Filles de Marie et à son assistante M[ademois]elle Clauzieu qui seront à Rome la semaine prochaine, par le Saint Père lui-même et par le Card[inal] Merry del Val. Peut-être ces filles de Marie n’attachent-elles pas à cette œuvre l’importance nécessaire. C’est une œuvre difficile et celles qui s’y dévouent auraient besoin de se sentir soutenues plus efficacement par celles qui ont autorité sur elles, à savoir leurs supérieures. Sans le concours des Filles de Marie pour maintenir les cadres de l’organisation, la durée de cette œuvre serait compromise. »

  • 51 AAL, mémoire de Jeanne Lestra, manuscrit rédigé à la demande du cardinal Coullié pour l’enquête de (...)

33L’aumônier/directeur exerce une autorité morale et religieuse puisqu’il doit veiller à maintenir « l’esprit surnaturel » des ligueuses. Au nom de la défense de la religion, ces femmes qui se situent au-dessus et en dehors des partis politiques sont ainsi autorisées à accomplir des activités politiques ou identifiées comme telles, pourvu qu’elles demeurent informelles et non institutionnelles51. Comme l’écrit la baronne René Reille, alors présidente, à Madame de Laubourgère, membre du comité d’Ille-et-Vilaine :

  • 52 « Pas de politique ! », Écho de la LPDF, no 3, mars 1903, p. 42, inséré dans l’Écho programme de d (...)

« Nous n’avons jamais voulu fonder une ligne politique, mais bien uniquement une ligue de défense religieuse et sociale. Nous ne sommes ni des Ralliées, ni des Bonapartistes, ni des Royalistes, nous sommes des Catholiques convaincues, décidées à nous unir dans toute la France, pour défendre nos libertés et pour favoriser, dans la mesure de nos forces, les champions de la liberté d’enseignement. Chacune de nous peut garder en son cœur ses préférences politiques, mais ces préférences n’ont pas le droit de se manifester à la Ligue52. »

34La ligne maintenue ici est celle d’une expression privée des préférences partisanes pour favoriser une alliance large autour de la défense religieuse telle que la conçoivent les catholiques ralliés comme Piou et Pupey-Girard. Cette posture permet plus aisément aux femmes d’intervenir de manière informelle en politique dans la mesure où la cause religieuse fait écran aux pratiques politiques informelles en conformité avec les normes de genre en vigueur.

  • 53 Della Sudda M., « La Ligue patriotique des Françaises et la condamnation de l’Action française (19 (...)

35Ainsi, tout à la fois directeur de certaines dirigeantes des Filles du Cœur de Marie, mais aussi aumônier-conseil, il est celui qui établit la frontière entre l’activité politique féminine légitime et l’activité partisane masculine en réglant les rapports avec les organisations catholiques. C’est par le biais des Filles du Cœur de Marie et de leur directeur que s’opère la soumission aux directives pontificales en matière politique53. Parce qu’elles dépendent du Provincial des jésuites et que l’aumônier de la Ligue est toujours un jésuite, les dirigeantes de la Ligue patriotique des Françaises sont donc doublement soumises à l’autorité religieuse de la compagnie de Jésus en tant que militantes – à travers la figure de l’aumônier – et en tant que religieuses – à travers celle du confesseur/directeur spirituel.

36Objet de bien des fantasmes chez les républicains du XIXe siècle et du premier XXe siècle qui redoutaient l’influence du prêtre ou de la « jésuitesse » sur les consciences féminines, la direction spirituelle s’avère un terrain propice au repérage de cette politique informelle. Cette politique qui n’emprunte pas les voies définies par le législateur se déroule dans cette arène réduite où s’expriment les doutes et les préférences politiques et partisanes de femmes qui n’ont pas accès au suffrage. Le deuxième élément que la direction permet d’éclairer est la façon d’établir la conformité des pratiques militantes, donc collectives, par le truchement de l’aumônier dans les mouvements catholiques féminins. Par la présence de religieuses consacrées, l’obéissance religieuse est convertie en ressource dans la constitution d’un mouvement qui se situe aux confins de la politique institutionnelle et de l’action sociale. Dans le cas où le confesseur se confond avec le directeur, le prêtre joue le rôle de garant de l’orthodoxie et fixe des frontières entre la politique légitime informelle et les limites de cette intervention publique. Mais, dans le cas où le directeur ne joue pas le rôle du confesseur, c’est au terme de l’apprentissage du discernement, donc d’une entreprise de rationalisation des conduites, que s’opère la mise en conformité. Ainsi, apparemment à l’opposé de l’idéal de la citoyenneté individuelle rationnelle et libre de toute contrainte, la direction apparaît comme une relation pouvant conduire à l’affirmation du libre arbitre, l’une des conditions premières de l’expression du suffrage dans les démocraties modernes.

Notes

1 Déloye Y., « Le cléricalisme au féminin », dans Les voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffrage électoral : le clergé catholique français et le vote, XIXe-XXe siècle, Paris, Fayard, 2006, p. 205-215 ; Della Sudda M., « La politique malgré elles. Mobilisations féminines catholiques en France et en Italie (1900-1914) », Revue française de science politique, vol. 60, no 1, 2010, p. 37-60.

2 Depuis la parution de l’ouvrage sur la descente de la politique vers les masses dans le Var (Agulhon M., La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la IIe République, Paris, Plon, 1970), d’autres analyses sont venues complexifier l’analyse de la politisation en insistant sur la lente individualisation de l’électeur. Voir Garrigou A., Histoire sociale du suffrage universel (1848-2000), Paris, Le Seuil, coll. Points Histoire, 2002 [1992] ; Guionnet C. L’apprentissage de la politique moderne. Les élections municipales sous la monarchie de Juillet, Paris, L’Harmattan, 1997 ; voir aussi, plus récemment, sur l’acculturation sans heurts dans le Finistère, Le Gall L., L’électeur en campagnes dans le Finistère. Une Seconde République de Bas-Bretons, Paris, La Boutique de l’Histoire-Les Indes Savantes, 2009. En revanche, la diachronie de l’obtention du suffrage n’a pas, pour l’instant, donné lieu à une étude approfondie de la validité de l’hypothèse d’un apprentissage électoral féminin par l’élection.

3 Le Gall L., L’électeur en campagnes dans le Finistère. Une Seconde République de Bas-Bretons, op. cit., p. 11.

4 Della Sudda M., « La politique malgré elles. Mobilisations féminines catholiques en France et en Italie (1900-1914) », op. cit.

5 Cette démarche s’inscrit dans la perspective proposée par Jacques Lagroye, La vérité dans l’Église catholique. Contestation et restauration d’un régime d’autorité, Paris, Belin, coll. Sociologiquement, 2006.

6 Arnaud L., Guionnet C., « Les frontières du politique », dans Arnaud L., Guionnet C. (dir.), Les frontières du politique. Enquête sur les processus de politisation et de dépolitisation, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Res Publica, 2005, p. 10-24. Les auteurs renvoient au politique (univers pensé et énoncé de façon variable par les acteurs sociaux) qui dépasse le socle minimal de la politique institutionnelle.

7 Agulhon M., La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la IIe République, op. cit. ; Andrieu C., Le Béguec G., Tartakowsky D., Associations et champ politique. La loi de 1901 à l’épreuve du siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001. Il convient de souligner que le lien entre les associations et le champ politique n’est pas, loin s’en faut, systématique ; voir les travaux de Nina Eliasoph et ceux de Sophie Duchesne et Camille Hamidi, « Associations, politique et démocratie : les effets de l’engagement associatif sur le rapport au politique », dans Andrieu C., Le Béguec G., Tartakowsky D., Associations et champ politique. La loi de 1901 à l’épreuve du siècle, op. cit., p. 625-642.

8 Mathieu L., « L’espace des mouvements sociaux », Politix, no 77, 2007, p. 131-151.

9 Déloye Y., Les voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffrage électoral : le clergé catholique français et le vote, XIXe-XXe siècle, op. cit.

10 Willaime J.-P., « De la fonction infrapolitique du religieux », The Annual Review of the Social Sciences of Religion, vol. 5, 1981, p. 167-186.

11 Lagroye J. (dir.), La politisation, Paris, Belin, coll. Socio-Histoires, 2003.

12 Garrigou A., Histoire sociale du suffrage universel (1848-2000), op. cit., p. 276-277 ; Phélippeau É., L’invention de l’homme politique moderne. Mackau, l’Orne et la République, Paris, Belin, coll. Socio-Histoires, 2002.

13 Beaucarnot J.-L., Les Schneider, une dynastie, Paris, Hachette, 1986, p. 139. Sur les stratégies matrimoniales, voir Les Schneider, Le Creusot. Une famille, une entreprise, une ville (1836-1960), Paris, 1995, et plus spécifiquement sur les carrières politiques la contribution de Michel Offerlé, « Les Schneider en politique », p. 288-305.

14 Gresle-Bouignol M., Les Tarnais. Dictionnaire biographique, Albi, Fédération des intellectuels du Tarn, 1996, p. 268.

15 Annexe au mémoire de M. Eugène Pereire contre l’élection de M. Le Baron Reille, arrondissement de Castres, Tarn, Paris, Imprimerie Administrative Paul Dupont, 1869.

16 Garrigou A., « Clientélisme et vote sous la IIIe République », dans Briquet J.-L., Sawicki F. (dir.), Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, PUF, 1998, p. 39-74 ; Briquet J.-L., La tradition en mouvement. Clientélisme et parenté en Corse, Paris, Belin, coll. Socio-Histoires, 1997.

17 Sa belle-fille et sa fille, qui épouse le marquis de Solages, reprendront ce rôle ; voir Trempé R., « Une campagne électorale d’après les archives privées », dans Actes du 82e congrès national des sociétés savantes, Bordeaux, 1957 p. 471-490 ; voir aussi Reille M., Faire sans dire, Paris, s. n., 2004, p. 59.

18 Le terme conjugalisme est apparu au XIXe siècle ; il est repris dans l’acception de la promotion du couple par le « Groupe de diagnostic sociologique » ; voir Lapierre N., Morin E. et al. (dir.), La femme majeure : nouvelle féminité, nouveau féminisme, Paris, Le Seuil, 1972 ; Anne Verjus propose d’en faire une catégorie analytique de la citoyenneté dans Les femmes, épouses et mères de citoyens, ou de la famille comme catégorie politique dans la construction de la citoyenneté (1789-1848), doctorat d’études politiques (Pierre Rosanvallon, dir.), École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1997, p. 251 et suiv. ; voir du même auteur « Entre principe et pragmatisme. Députés et sénateurs dans les premiers débats sur le suffrage des femmes en France (1919-1922) », Politix, no 51, 2000, p. 55-80 ; Le bon mari. Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010.

19 La confession ne peut être recueillie que par un prêtre autorisé par l’évêque dans le confessionnal qui sanctionne par la remise des péchés et la pénitence.

20 Raison du Cleuziou Y., « Une institution de subjectivation » et « Une réflexivité instituée », dans De la contemplation à la contestation. Socio-histoire de la politisation des dominicains de la Province de France (1950-1980), doctorat de science politique (Michel Offerlé, dir.), Université Paris 1, 2008 p. 274 et suiv. Bien que l’auteur prenne pour objet les religieux d’un ordre mixte – contemplatif et apostolique – et non de simples fidèles, dans une période déjà travaillée par la contestation du régime de vérité fondé sur les certitudes (voir Lagroye J., La vérité dans l’Église catholique, op. cit.), l’analyse qu’il propose de la subjectivation produite par la réflexivité peut être transposée à la relation de direction que nous évoquons.

21 Le recrutement social du bas-clergé dans les milieux paysans au XIXe peut expliquer le fait que l’on retrouve de façon significative chez les aristocrates des directeurs appartenant aux ordres. Le bénédictin Dom Besse est un exemple de directeur influent dans l’élite catholique royaliste. Je remercie Yann Raison du Cleuziou de m’avoir fait part de ses remarques à ce sujet.

22 Raison du Cleuziou Y., Della Sudda M., « Porter les Évangiles au monde », communication au congrès de l’Association française de science politique, Toulouse, septembre 2007.

23 Offerlé M., « Capacités politiques et politisations : faire voter et voter, XIXe-XXe siècles », Genèses, no 67, juin 2007, p. 131-149, et no 68, septembre 2007, p. 145-160.

24 Marie Blanche Angeline Verdet, née en 1849 dans une famille protestante, épouse le 5 juin 1871 son cousin Denis Marie Olivier d’Adhémar (1849-1915) et prend le nom de comtesse ou de vicomtesse d’Adhémar. Elle se convertit au catholicisme sous l’influence de l’abbé Georges Frémont (1852-1912), son directeur spirituel. Leur correspondance est partiellement publiée en 1913 puis en 1931. Elle donne à voir les tentatives de ces catholiques ultramontains et démocrates de christianiser la démocratie mais aussi le projet de réforme éducative proposé par la vicomtesse d’Adhémar.

25 Frémont G., Histoire d’une direction. Correspondance de l’abbé Frémont et de la comtesse d’A., t. 1 : 1884-1892, et t. 2 : 1892-1913, Paris, Bloud et Gay, 1931. Comme toutes les sources de cette nature, elle est à examiner en tenant compte des limites – choix de l’auteur des lettres, impossibilité de vérifier l’authenticité de la source. Elle intéresse alors autant par ce que cette femme a choisi de montrer en 1931 que par le contenu même des lettres.

26 D’adhémar M.-A., « Au lecteur », dans Frémont G., Histoire d’une direction. Correspondance de l’abbé Frémont et de la comtesse d’A., t. 1, op. cit., p. X.

27 « À propos de politique, et à ceux qui conseillaient le retrait des lettres s’y rapportant, sous prétexte que la politique n’a rien à voir dans la direction religieuse, j’ai répondu que la plus élémentaire probité interdit de retrancher de n’importe quelle correspondance tout ce qui se rapporte à un ordre d’idées constamment abordé. », ibid., p. X.

28 Lettre de la vicomtesse d’Adhémar à l’abbé Frémont du 1er décembre 1901 : « Je voudrais dire comme vous : “je ne pleure plus”. Mais je mentirais. L’opposition de l’autorité ecclésiastique à votre candidature m’a navrée. Vous ne voulez plus que je vous en parle. Je me tairai donc. », dans Frémont G., Histoire d’une direction. Correspondance de l’abbé Frémont et de la comtesse d’A., t. 2, op. cit., p. 170.

29 Laplanche F., « Notice Georges Frémont », dans Mayeur J.-M., Laplanche F., Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 9 : Les sciences, Paris, Beauchesne, 1996, p. 254-255.

30 Dom Besse J.-M., Lettres à une royaliste, Valence, Imprimerie valentinoise, 1909. Les lettres mentionnent explicitement l’Action libérale populaire et la Ligue patriotique des Françaises.

31 Dom Besse J.-M., « Avant-propos » (rédigé à Chevetogne en Belgique le 24 avril 1908), dans Lettres à une royaliste, op. cit.

32 Dom Besse J.-M., « Politique et religion », dans Lettres à une royaliste, op. cit., p. 8.

33 Dom Besse J.-M., « Politique catholique », dans Lettres à une royaliste, op. cit., p. 19.

34 Dom Besse J.-M., « De l’indifférence en politique », dans Lettres à une royaliste, p. 27.

35 Ibid., p. 28.

36 Flornoy E., La Liberté par l’Association, Paris, Lecofre-Gabalda, 1907, p. 6.

37 « Conférence de l’abbé Hébert », Écho de la LPDF, no 28, avril 1905, p. 578.

38 Société des Filles du Cœur de Marie, La société des Filles du cœur de Marie, t. 4 : 1894-1929, Gouvernement, Historique, Paris, SFCM, 1964, p. 36-37.

39 Arch. de la Société des Filles du Cœur de Marie (ASFCM), Dossier Marie du Rostu, document dactylographié rédigé à l’occasion du cinquantenaire de la fondation de la LPDF en 1952, p. 15.

40 « Il a été décidé, après un mûr examen, appuyé sur l’expérience, qu’on ne recevrait pas de domestiques, à moins qu’elles ne puissent convenir comme coadjutrices. », Directoire à l’usage des supérieures des Filles du Cœur de Marie, Paris, Charles Douniol, 1856, p. 28.

41 Après cette date et jusqu’en 1937, leur protecteur sera le cardinal Bisletti, membre de la Curie romaine.

42 Arch. de la Province de France de la Compagnie de Jésus (APFCJ), Fonds Pupey Girard, H Pa 60 A, 1903-1907, note de conscience au sujet de l’aumônier-conseil, vers 1906.

43 Della Sudda M., « La charité et les affaires. Le cas de la Ligue patriotique des Françaises (1901-1914) », dans Chessel M., Nicourd S., dossier « La gestion des associations », no 56, septembre 2009, p. 11-29.

44 APFCJ, Fonds Pupey Girard, H Pa 60 A 1903-1907, compte de conscience au sujet de l’aumônier conseil, vers 1906.

45 AAP, 1 K II7, lettre anonyme (s. d., s. l.) qui évoque les points de désaccord entre Madame de Cuverville, fondatrice du comité parisien de la LFF, et la baronne de Brigode.

46 Arch. de l’Action catholique des femmes (AACF), H 1.

47 AACF, H 568 « Grande crise », lettre d’Anne de Tanquerel à Marie Frossard du 11 octobre 1913 ; sur le rôle du confesseur pour ces religieuses, voir Directoire à l’usage des supérieures des Filles du Cœur de Marie, op. cit., p. 110-111.

48 Arch. archevêché de Lyon (AAL), copie de la lettre de Marthe de Noaillat au cardinal Coullié, archevêque de Lyon, du 16 août 1914, et lettre d’une jeune conférencière à Madame de Noaillat, copie dactylographiée remise au cardinal Coullié le 23 juin 1914.

49 AACF, H 565, lettre de la baronne de Brigode à Anne de Tanquerel du 17 septembre 1903 : « Il est évident que M[ademoise]lle Del[Delaëtre, supérieure des FCM] ne nous laissera pas continuer dans de semblables conditions et je ne le voudrais pas non plus. Le Grand voyageur devrait parler avec fermeté au Cardinal. » Elle voudrait que ce grand voyageur se rende à Rome : « La tête de notre commerce à Rome ne pourrait-elle pas agir aussi. [...] et maintenant tous mes compliments à l’aide de camp, il a bien mieux agi que n’aurait pu le faire le général qui l’aime beaucoup. »

50 Arch. Secrètes Vaticanes (ASV), 1907, rubrique 248, fascicule 2, no 17 691/17 682 « Parigi, 18 maggio 1906 », lettre du cardinal Montagnini, nonce apostolique de Paris au cardinal Merry del Val.

51 AAL, mémoire de Jeanne Lestra, manuscrit rédigé à la demande du cardinal Coullié pour l’enquête destinée au secrétaire d’État du Vatican, 17 août 1914, p. 2.

52 « Pas de politique ! », Écho de la LPDF, no 3, mars 1903, p. 42, inséré dans l’Écho programme de décembre 1903 et tiré en tracts.

53 Della Sudda M., « La Ligue patriotique des Françaises et la condamnation de l’Action française (1926-1929) », dans Prévotat J. (dir.), Pie XI et l’Action française, Rome, École française de Rome, 2010, p. 205-244.

Auteur

Chargée de recherche au CNRS, Centre Émile Durkheim – Science politique et sociologie comparatives, UMR CNRS 5116.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540