Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l’histoire de la Résistance

 | 
Laurent Douzou

Annexes

Témoignage de Jean-Louis Crémieux-Brilhac

Texte intégral

Sur l’action du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale et ses antécédents

1Pierre Renouvin a été dans une certaine mesure un précurseur.

2J’ai été son élève et le hasard a fait que, par la suite, j’ai été son voisin (dans la même maison) pendant quelques années. J’ai donc eu de nombreuses conversations avec lui. Si Renouvin n’a pas collecté à proprement parler des témoignages de combattants de 14-18, il ne méconnaissait pas leur intérêt, notamment sur la connaissance de la psychologie du soldat. En effet, après avoir perdu un bras, il avait été chargé en 1917-1918 de faire des conférences aux armées, ce qui l’avait mis en contact avec de nombreux soldats, juste à l’arrière du front. Il les avait questionnés et avait gardé des souvenirs très précis de leurs témoignages sur des points qu’il considérait comme très importants : par exemple, le fait que la première révolution russe de février 1917 avait été accueillie avec enthousiasme par les soldats français, comme une victoire, alors que l’entrée en guerre des États-Unis avait suscité des doutes et peu de satisfaction car le sentiment dominant était qu’elle prolongerait la guerre. D’autre part il faut se rappeler qu’il a été le premier conservateur de la Bibliothèque et du Musée de la Guerre dont il a fait la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine.

3En ce qui concerne l’action du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CH2GM), il ne faut pas oublier qu’elle couvrait à la fois les aspects militaires de la Deuxième Guerre mondiale et l’action de la Résistance. Son rôle dans la collecte documentaire, y compris par recueil de témoignages oraux, a été original et efficace. Outre les ouvrages, son action reposait sur deux piliers : la revue et les colloques. Or il est vrai que les colloques ont été principalement consacrés aux aspects militaires ou politico-militaires de la guerre. C’est seulement marginalement que la Résistance y a eu sa place, sauf dans le colloque de 1974 sur la Libération où pour la première fois le problème de l’insurrection nationale fut évoqué.

Sur la création de l’Institut d’histoire du temps présent

4Lors de la substitution de l’IHTP au CH2GM, il se trouva que j’étais le collaborateur du secrétaire général du Gouvernement, Marceau Long et que j’ai été associé à l’affaire. Marceau Long n’avait pas de bonnes impressions du CH2GM. Le livre de Frenay La nuit finira, lui avait paru ouvrir une période de contestation. D’autre part, il avait entendu Henri Michel s’exprimer à la radio en termes très vifs face à un interlocuteur – et Henri Michel pouvait en effet avoir la dent dure. Marceau Long a considéré que, dans ces conditions, il était malsain que le CH2GM reste attaché au secrétariat général du Gouvernement. Ce rattachement avait été utile pendant trente ans car l’autorité du Premier ministre permettait des arbitrages et donnait des facilités extrêmes à Henri Michel vis-à-vis des autres ministères et même vis-à-vis des Archives nationales. Mais du temps s’était écoulé et, eu égard à cette atmosphère de querelles, Marceau Long a pensé que l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale et de la Résistance, en s’approfondissant, ne pouvait devenir que conflictuelle et gêner le Premier ministre et le secrétaire général du Gouvernement.

5Il n’y a donc eu en aucune façon un « complot », comme certains l’ont dit, pour qu’une nouvelle génération d’historiens prenne le relais. Il y a eu la volonté, d’ordre administratif et politique, d’alléger le secrétariat général du Gouvernement. Henri Michel ne l’a pas très bien pris. Marceau Long m’a chargé de l’en informer directement et d’essayer d’arrondir les angles. Le CNRS a accueilli favorablement les avances de Marceau Long – alors qu’il ne les avait pas sollicitées. Ce qui a été plus compliqué a été l’affaire de la revue, parce que François Bédarida n’entendait pas limiter l’Institut d’histoire du temps présent, nouvellement créé, à l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale. Henri Michel s’est donc mis en quête d’universitaires auxquels il pourrait la transmettre. Guy Pedroncini lui est apparu tout à fait compétent pour le faire, ce qui a donné la revue Guerres mondiales et conflits contemporains qui, dans une large mesure – il faut bien le reconnaître –, a évacué la Résistance, alors que l’IHTP donnait un tour nouveau à l’historiographie française en s’éloignant lui aussi de la période de guerre.

Sur les Glières et le rôle des correspondants du CH2GM

6L’affaire des Glières a été un moment capital de l’histoire de la Résistance mais aussi de la France libre. Ce fut la première parcelle de terre libérée, tenue pendant deux mois par des résistants de toutes tendances, de l’Action française aux Francs-tireurs et partisans et aux Républicains espagnols, avec un encadrement d’officiers du 27e Bataillon de chasseurs alpins et des chefs héroïques : Morel, Anjot. Mais elle n’est compréhensible que si l’on se rappelle que ses acteurs n’ont pas été seulement locaux : un rôle décisif a été joué par un délégué militaire de Londres, Jean Rosenthal alias Cantinier, qui était en liaison avec Descour, chef d’état-major régional FFI, avec Bourgès-Maunoury, délégué militaire de la zone sud, et avec Bingen, délégué général par intérim, et qui avait une liaison quotidienne par radio avec Londres. Toute l’affaire des Glières s’est menée dans un dialogue continu entre Londres et la métropole et dans un malentendu constant qui a conduit au drame que l’on sait.

7Ce n’est pas seulement une affaire savoyarde, car c’est la première opération où deux parachutages ont eu lieu en pleine bataille. D’autre part, elle a posé un problème capital, qui a divisé la Résistance, la France libre, les Français et les Anglais : devait-on adopter la tactique des réduits ou celle du harcèlement ? C’était fondamental dans le cas des Glières, mais avait aussi valeur de symbole pour l’avenir. Il se trouve que les télégrammes reçus à Londres me sont passés entre les mains, que c’est moi qui les ai transmis à Schumann, à la suite de quoi il a lancé le 6 février 1944 au soir cet appel extraordinaire : « Allô maquis, Allo Haute-Savoie, Allô maquis de Haute-Savoie ! » C’était l’appel par lequel, à la demande de Jean Rosenthal, il appelait les réfractaires armés à rejoindre les maquis, les ouvriers à faire grève et la population à multiplier les sabotages. Dès le lendemain, la crainte de voir se déclencher une insurrection régionale a amené Londres à faire machine arrière et à démentir cet appel. Tout cet arrière-plan extraordinairement dramatique, avec des enjeux essentiels non seulement pour la Savoie mais pour toute la Résistance et pour ses relations avec la France libre et le SOE, ce n’étaient pas les correspondants locaux du CH2GM qui pouvaient le retracer. Je l’ai fait dans mon article de 1975 publié dans la Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale – rédigé, je dois le dire, par une nécessité de conscience, en 1954 au lendemain de l’affaire de Dien Bien Phu. Et je remercie le Comité des Glières d’avoir élargi son audience et compris l’importance de ce cadre général dans lequel j’essayais de replacer l’affaire.

8Pour revenir sur l’action des correspondants du Comité, bien sûr, il était nécessaire et important que chaque acte et chaque acteur de la Résistance fût connu grâce à eux. Nous avons d’ailleurs soutenu leur action de tous nos efforts. Je suis malgré tout embarrassé que ce colloque sur l’historiographie de la Résistance se concentre sur les questions locales et apparaisse si détaché du contexte général, du dialogue – duo-duel – entre la France libre et la Résistance, des relations triangulaires aussi entre le SOE, la France libre et la Résistance. Je ne voudrais pas que l’histoire de la Résistance devienne de plus en plus une histoire locale « à ras des pâquerettes » parce que les archives locales sont là et qu’il est commode d’en tirer des sujets de mémoires de maîtrise. Je souhaiterais que chacun de ceux qui participent à cette histoire de la Résistance à l’appel du Comité hier, des historiens locaux aujourd’hui, ait toujours le sentiment qu’il s’agit d’une grande aventure dont la résistance locale a été simplement un élément.

Sur SOE in France

9Je suis fier d’avoir pu collaborer avec Michael Foot pour faire en sorte que la traduction de son livre sorte en France après quarante ans. Dans ma préface, j’ai dit que cette parution mettait fin à un scandale. Le mot était volontairement provocant mais je crois que le fait qu’un livre aussi important ait paru en France seulement aujourd’hui nous interroge. La préface explique comment ce livre a été interdit de diffusion en France. Il a été publié en Angleterre en 1966 par M. Foot et traduit en français par les soins de Fayard, mais le Foreign Office a fait en sorte que cette traduction soit interdite, que le livre soit par conséquent mis à l’index en France.

10Comment comprendre ce fait tout à fait extraordinaire qu’un livre écrit par un Anglais soit interdit de traduction en France par décision d’une puissance amie telle que l’Angleterre ? Dans un premier temps, le motif qui nous paraissait vraisemblable à Michael Foot et à moi, c’était que le Foreign Office n’avait pas voulu provoquer à l’époque la colère du général de Gaulle ou le mécontentement de certains mouvements résistants, pour ne pas risquer d’aggraver peut-être l’état des relations diplomatiques. Pour ma part, j’ai peine à croire que le Foreign Office ait pris une telle décision sans qu’il y eût été incité. Le colonel Passy avait publié de vifs articles contre le livre de Foot en France et en Angleterre. Geoffroy de Courcel était ambassadeur de France à Londres à l’époque. Il ne me paraîtrait pas invraisemblable que, discrètement, une démarche française ait été faite pour que la parution de cette traduction soit suspendue. Mais j’ai posé la question à M. Foot qui n’en sait rien et je ne fais qu’émettre une hypothèse. Quelle que soit l’explication, le fait que l’on ait répugné, en 1966, à laisser entendre que les Anglais avaient participé aussi activement à la résistance française, est tout de même quelque chose d’extraordinaire.

11Peut-être le Foreign Office n’aurait-il pas agi de la même manière après 1970 ? Que la parution du livre ait été suspendue pendant quarante ans traduit malgré tout de notre part à tous une certaine complaisance pour la thèse selon laquelle la Résistance française était bien franco-française, selon laquelle ce sont bien les Français qui ont libéré la France, et eux seuls. La thèse qui sous-tend le livre de M. Foot n’est pas révolutionnaire. Elle n’a rien, pour un historien, de révoltant ni de choquant, même si, dans l’esprit de nombre de Français, il y a eu deux moteurs à l’action résistante en France : les gaullistes et les communistes, alors qu’en réalité il y en a eu trois : les gaullistes, les communistes et les Anglais.

12Les historiens connaissent cette participation anglaise. Comme il a été dit lors de ce colloque, Henri Noguères a utilisé Foot assez abondamment. Des épisodes croustillants relatifs au SOE ont fait l’objet de polémiques : l’affaire Prosper, l’affaire Grandclément, l’affaire Carte. Mais la somme que représentait le livre de Foot risquait de nous gêner. Il y a en réalité deux volets dans le livre de Foot. D’abord le fait que le SOE ait fourni la logistique des agents de la France libre, du BCRA. Tous les agents français y compris Jean Moulin sont passés par les services du SOE pour leur formation : pour apprendre le codage, le saut en parachute, être initié à l’action clandestine, au parachutage d’armes. Et d’autre part, cela est beaucoup moins connu, il y a eu toute une série de réseaux d’action purement britanniques (je ne dis pas de renseignement car l’Intelligence Service et le SOE étaient distincts). Foot les passe en revue région par région et année par année. Nous en connaissions certains par bribes, par des flashes. Dans le Nord, deux gros volumes ont été consacrés au réseau Farmer. Mais la vue d’ensemble, nous ne l’avions pas, alors que sur quelque 750 agents ou résistants, déposés en France pendant la guerre, moitié l’ont été pour la France libre, moitié pour les Anglais. Je pense qu’il était temps aujourd’hui que ce livre sorte enfin sans qu’il soulève des tempêtes, même s’il contient des inexactitudes, du fait qu’il a été rédigé pour l’essentiel dans les années 1960. Car Michael Foot n’a pas eu accès aux archives françaises qui étaient fermées à l’époque. Il a donc utilisé uniquement les sources anglaises, qui sont en grande partie les rapports des agents. Or, qu’ils aient été français ou anglais, nous savons bien que les agents ont « gonflé » leur action, quelquefois au-delà du vraisemblable. Des mises à jour ont été faites dans la mesure du possible pour la présente édition. Cela étant, le rôle des Britanniques mis en lumière par Foot est aujourd’hui reconnu, même si le livre sur certains points paraît dater. J’en vois pour preuve le fait que, pour sa parution ont collaboré la Fondation de la Résistance, la direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du ministère de la Défense, l’université Pierre Mendès-France de Grenoble et le Musée de la résistance et de la déportation de Besançon.

13Nous mesurons encore mal l’importance relative de cette résistance anglaise. Que représentent les noms de Cammaerts et de Starr pour les Français aujourd’hui ? Or, Foot nous dit que Cammaerts a joué un rôle fondamental dans la dernière phase de l’occupation du Sud-Est et que Starr a obtenu en moins d’un an pour la région Sud-Ouest 150 parachutages. Je n’ai pas cru à ce chiffre quand je l’ai lu. J’ai donc fait une enquête sur place : il est indiscutable, de source anglaise comme de source française. Ayant en mains ce récit de l’action de tant de réseaux – 60 réseaux d’action purement anglais si je me souviens bien en 1944 – cela doit nous inciter à confronter leur action avec celle des autres formations de la Résistance. Cela n’a pas été fait, sinon dans quelques régions de France, et nous permettrait de nous faire une idée relative de ce qu’ont été le rôle et l’efficacité de cette résistance anglaise. Il me semble qu’il faudrait aujourd’hui, grâce à tout ce qu’a apporté l’historiographie régionale depuis la Libération, pouvoir la mesurer plus précisément encore à la lumière des sources françaises.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540