Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l’histoire de la Résistance

 | 
Laurent Douzou

Conclusions

Laurent Douzou

Texte intégral

1En se proposant d’explorer les voies empruntées et les moyens mis en œuvre, de la Libération jusqu’au début des années 1980, pour faire l’histoire de la Résistance française, nous avions choisi d’interroger la doxa dominante qui peut être schématisée comme suit : avec la foi du charbonnier, avec le concours et sous le regard attentif du pouvoir exécutif et des résistants, une vaillante cohorte de défricheurs aurait amassé quantité de matériaux et proposé des études de valeur qui auraient tout de même pâti du statut hors normes qui était celui de la Résistance dans la France d’avant Le chagrin et la pitié de Marcel Ophüls – réalisé en 1969, diffusé en 1971 – et de La France de Vichy de Robert Paxton traduit en français en 1973, deux ondes de choc de nature différente qui auraient redistribué les cartes. Une histoire à caractère scientifique aurait alors graduellement vu le jour, moins prisonnière de la légende, plus soucieuse de la réalité des faits.

2En regard de cette vision séduisante parce qu’aisément intelligible, l’objet du colloque était d’interroger plusieurs décennies d’une historiographie en devenir en diversifiant les échelles – du local à l’international en passant par le national – et en conjuguant des approches, des expériences et des générations différentes. Y sont en conséquence intervenus, comme communicants ou à l’occasion des débats, des chercheurs de tous horizons, anciens correspondants du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CH2GM), correspondants anciens et actuels de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP), doctorants en passe d’achever leur thèse, et, par définition, des gens qui avaient eu à voir avec le CH2GM, directement et indirectement, de Jean-Louis Crémieux-Brilhac – dont les prises de parole ont fait partie de ces moments non programmés qui comptent dans un colloque – à John Sweets qui a rappelé que c’était sur le conseil d’Henri Michel qu’il avait choisi de s’intéresser à Clermont-Ferrand, sans omettre Roderick Kedward dont l’approche anthropologique a profondément renouvelé le champ scientifique.

3Si le CH2GM n’était pas l’unique objet de ce colloque, il en était tout de même une pièce centrale. L’objectif n’était pas de faire subir rétrospectivement un examen de passage à la Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France (CHOLF) et au CH2GM au terme duquel ils auraient été déclarés admis cum laude ou… recalés. Nous voulions analyser avec distance une entreprise complexe qui n’a pas peu contribué à façonner l’écriture de l’histoire de la Résistance en France (et au-delà, à travers le Comité international d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale voulu et présidé à l’origine par Henri Michel). Le CH2GM n’y a pas œuvré seul, bien sûr : il y a eu des démarches parallèles, voire concurrentes, d’un bout à l’autre de la période. Bruno Leroux a mis cet aspect en évidence à propos des Chroniques d’Henri Noguères et d’Alain Guérin qui comblèrent un vide laissé dans les décennies 1960 et 1970 par un CH2GM absorbé par l’établissement d’une « chronologie de la Résistance » et la rédaction de monographies. Ces chroniques, l’une comme l’autre idéologiquement et politiquement vertébrées, soucieuses de faire entendre des points de vue à leurs yeux insuffisamment pris en compte, soulignaient un paradoxe. L’histoire de la Résistance telle que la CHOLF et le CH2GM l’avaient élaborée avait beau avoir été conçue et rédigée par des actrices et des acteurs de la lutte clandestine, Noguères et Guérin ne s’y retrouvaient pas (non plus que Pascal Copeau et beaucoup d’autres) : le projet avoué de Noguères d’une histoire « contrôlée » par ceux qui l’avaient faite et vécue tentait de substituer un contrôle à un autre. Ce souci de contrôle était antérieur aux années 1960 et était attesté dès le début de la décennie précédente par l’étude pionnière consacrée par Françoise Bruneau au mouvement « Résistance » dont l’élaboration s’était faite conjointement avec ceux qui en avaient été membres.

4Il y eut aussi des démarches antérieures que Julien Blanc a examinées et, d’une certaine façon, exhumées, en analysant, en amont de la création du CH2GM, une période de gestation et de tâtonnements qui généra les matrices des écrits ultérieurs. Julien Blanc a repéré et caractérisé les différents types de « normes » qui furent inventés dans la phase de bouillonnement intense et de passion vive encore qui précéda le CH2GM. Cette source-là ne se tarit jamais ensuite et elle pesa fortement dans la balance. Cécile Vast a mis cet élément en lumière à travers le cas d’Alban Vistel qui s’auto-publia (L’héritage spirituel de la Résistance, La nuit sans ombre) alors même qu’il était membre du comité de patronage des Comités et qui développa un registre d’écriture éminemment singulier, précieux au meilleur sens du terme, mis au service d’une vision d’ensemble sans jamais quitter la dimension du témoignage. Anecdotique mais méditatif, léger mais profond, l’ancien chef régional FFI de la région lyonnaise a livré des apports conceptuels importants. Michel Goubet a montré quelque chose d’analogue à propos de Jean Cassou bataillant ferme sur le front historiographique avec Pierre Bertaux. Décortiquant avec doigté l’action de l’Association des rescapés des Glières, née aux heures mêmes de la libération de la Haute-Savoie, le 22 septembre 1944, Gil Emprin a aussi illustré cette influence et pointé la dimension légendaire consubstantielle à cette histoire en train de sourdre dans une atmosphère de brûlante passion. Animée par la double volonté d’entretenir la mémoire de ce qui s’était passé et d’en écrire l’histoire, l’Association a été un acteur à part entière, épaulée par un homme qu’on retrouve au fil de l’ensemble de l’historiographie de la période à des moments-clés, Jean-Louis Crémieux-Brilhac. Il ressort des communications qui ont étudié ces individualités et groupes que leur influence, dont les échos ne sont à ce jour pas éteints, fut forte, parfois décisive. L’héritage spirituel de la Résistance, La nuit sans ombre, La mémoire courte sont des ouvrages qui ont compté et comptent, dans le champ historiographique et au-delà.

5Le CH2GM fut d’autant moins seul sur ce champ que, parallèlement à son action, œuvraient d’autres artisans parmi lesquels le Centre de documentation juive contemporaine, voisin du CH2GM, en bons termes avec lui mais à côté parce qu’on tardait à prendre la pleine mesure de l’extermination des Juifs d’Europe. Il y eut aussi l’historiographie communiste avec un appareil vigilant et une mémoire militante extrêmement vive. Marie-Claire Lavabre a montré – dans sa communication orale – la place de l’histoire de la Résistance dans l’historiographie communiste « à divers niveaux de l’organisation », « à divers niveaux d’adhésion au communisme ». Que le PCF, jusque dans ses sphères les plus élevées mais pas les plus historiennes, ait cherché à exercer un strict contrôle sur sa propre histoire, avec une attention particulière pour la période 1939-1941, voilà qui n’est pas douteux. Au bout du compte, le résultat fut contre-productif en termes de crédibilité scientifique mais efficace du point de vue de la culture commune aux militants, une culture imprégnée de hautes figures célébrées avec éclat et génératrice d’une forte identité.

6Le CH2GM ne fut donc pas seul mais il fut hégémonique ou perçu comme tel. Les très nombreuses références au fil des communications à Henri Michel, son inamovible secrétaire général, disent bien cette position éminente qui, pour cette raison même, ne fit pas toujours l’unanimité. Jean-Marie Guillon, analysant la Résistance vue des régions, a mis en exergue cette ambivalence. Il a aussi souligné le contraste entre le mouvement de reconquête du centre à partir des régions qu’avait effectué la Résistance et la relative faiblesse des travaux menés ensuite historiquement sur lesdites régions. En même temps, par sa position institutionnelle inédite (puisqu’il était directement rattaché à la présidence du Conseil, puis au Premier ministre), par son réseau de correspondants – plus de 560 sur l’ensemble de la période – qui réalisèrent un énorme travail, par les enquêtes qu’il impulsa, les archives qu’il rassembla et sauvegarda, par les publications qu’il suscita et parraina, le CH2GM fut en position centrale, tout en se tenant, comme l’ont rappelé Jean-Marie Guillon et Pierre Laborie, à l’écart des courants historiographiques qui renouvelaient alors en profondeur la discipline historique.

7Les membres du CH2GM eurent longtemps, pour l’écrasante majorité d’entre eux, ceci de commun avec ceux qui travaillaient hors de son giron d’avoir été des acteurs des luttes de la Résistance. D’où une relation complexe, tissée d’un horizon commun et de divergences parfois vives. Reste que le CH2GM, par le biais de publications importantes qui ont en somme donné le la, par l’entremise de sa revue de prestige, entièrement dédiée à la Deuxième Guerre mondiale, a pesé éditorialement et scientifiquement sur l’historiographie de la Résistance, aux plan national (la monographie sur Combat fut publiée en 1957) et régional (les travaux des époux Silvestre en Isère, ceux d’Eugène Martres dans le Cantal et beaucoup d’autres ont été très importants).

8Ce dispositif éditorial a été scruté par Jacqueline Sainclivier et Dominique Veillon qui ont malmené quelques idées reçues. Si, dans la Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, la Résistance eut une part significative mais mineure, il faut aller au-delà de ce que les statistiques semblent indiquer. Jacqueline Sainclivier et Dominique Veillon ont insisté sur la conscience aigue des problèmes méthodologiques et déontologiques que les articles de la revue dénotaient et dont ils rendaient les lecteurs avertis. Elles ont aussi montré la complexité et la complémentarité d’un dispositif à facettes : à côté de la revue (silencieuse sur la Résistance de 1950 à 1958 comme l’a relevé Guillaume Piketty et comme en fait foi la préface en 1958, signée de Robert Fawtier, d’un numéro entièrement consacré à la Résistance qu’il présente comme « un geste rassurant à l’égard des anciens résistants »), la collection Esprit de la Résistance des PUF produisit des ouvrages de premier plan. Par ailleurs, les numéros de la revue qui traitaient de la Résistance publièrent quelques articles de très haute volée, tel celui de Germaine Tillion en avril 1958 sur la première Résistance en zone occupée qui, aujourd’hui encore, demeure une source d’inspiration. Enfin, dans cet atelier, des correspondants départementaux – dont le réseau commença à être mis sur pied dès la deuxième moitié de l’année 1946 – firent leurs premières armes, la revue mettant souvent le pied à l’étrier des plus féconds d’entre eux avant de diffuser des éléments des thèses qu’ils furent de plus en plus nombreux à entreprendre.

9Le colloque dans son entier a rappelé, en précisant les choses, que cette historiographie eut à affronter de redoutables difficultés. C’était d’autant plus utile qu’on a eu tendance, à partir des années 1980, à minimiser ces écueils qui sont pourtant, mutatis mutandis, toujours bien présents.

10Premier écueil, et non le moindre : la question du statut et de l’accès aux archives. Puisant dans des fonds inexplorés au point qu’elle assimile plaisamment son intervention plus à un « thriller qu’à une communication », Paule René-Bazin a levé un large coin du voile sur cette question particulièrement complexe où les querelles de personnes, qui révélaient des tensions entre institutions et logiques disciplinaires, n’eurent pas un rôle second. Elle a donné des clefs d’interprétation qui éclairent d’un jour nouveau des désaccords dont on comprenait mal les tenants et aboutissants, et qui dessinent trois temps dans les relations entre archivistes et historiens au plus haut niveau : 1944-1947, 1947-1951 et 1951-1980. Les conflits, d’une violence inaccoutumée dans ces milieux feutrés, se produisirent dans un contexte où individus et institutions étaient tenus de reconsidérer des usages bien établis, voire tout bonnement d’inventer la marche à suivre.

11Deuxième difficulté : les relations entre acteurs et historiens. Chacune à sa façon, toutes les communications ont dû prendre ce facteur en compte. Michel Goubet a cité un jugement peu amène – formulé dans une correspondance privée avec un camarade de résistance – de Serge Ravanel envers des historiens « complètement paralysés à l’idée d’avoir à prendre une responsabilité quelconque » qui dit bien l’irréductible tension à l’ouvrage : « À mon avis, il faut se faire à l’idée qu’ils attendent notre mort à tous pour être assurés de… ne plus travailler que sur documents. Au moins auront-ils la certitude de ne pas être critiqués. » Tout en attirant l’attention sur le fait que les problèmes que posait – et que pose – l’écriture de l’histoire de la Résistance étaient loin de se réduire à cette seule question, Pierre Laborie a pointé l’écart entre la complexité des problèmes à résoudre et l’absence d’un appareil conceptuel élaboré et sûr. Tiraillés entre l’intime conviction que le recours aux témoins était indispensable et la nécessité de soumettre tout témoignage à la critique, celles et ceux qui, très tôt, travaillèrent cette histoire, durent faire de leur mieux avec des outils rudimentaires et dans un contexte qui n’était pas facile. Le tournant en la matière s’amorça assez tardivement, en particulier sous l’impulsion des travaux de Philippe Joutard. Mais rien n’est jamais acquis dans une affaire où les relations individuelles, les sympathies, les rancœurs, les incompréhensions sont si importantes et les avancées réalisées au fil des ans ne prémunissaient pas contre un violent retour de bâton, on y reviendra.

12Troisième difficulté : l’écriture de cette histoire ne fut pas épargnée, c’est le moins qu’on puisse en dire, par les enjeux et les luttes politiques et idéologiques. Là encore, cette variable toucha tous les historiens à l’œuvre, au CH2GM comme dans les départements, avec des pics particulièrement visibles dans la mouvance communiste, dans certaines régions comme celle de Toulouse étudiée par Michel Goubet où la lutte se mena à ciel ouvert ou encore la Haute-Savoie.

13Ce qui amène à une difficulté dont Jean-Marie Guillon a montré à quel point elle devait être prise en considération pour comprendre l’élaboration de l’historiographie de la Résistance. En situant une inflexion décisive au tournant des années 1970, entre autres avec les ouvrages d’Alban Vistel et de Charles d’Aragon, Jean-Marie Guillon a touché juste. Il a moins insisté sur le fait que cette inflexion fut aussi redevable aux travaux universitaires menés, avec un fort ancrage régional et souvent la qualité de correspondant(e) du CH2GM, par… Jean-Marie Guillon, Jacqueline Sainclivier, Pierre Laborie, François Marcot et quelques autres. Or, ces travaux qui s’inscrivaient dans un cadre régional fort ont largement dépassé cet horizon et modifié nationalement la donne.

14Ils l’ont modifiée du point de vue historiographique bien entendu mais pas seulement. En réalité, ils ont consacré la résolution de la dernière difficulté sur laquelle cette histoire-là buta longtemps, celle des relations avec une Université très réticente à l’idée de donner son onction – et des perspectives de carrière – à des chercheurs en charge de sujets aussi brûlants et proches.

15Il y avait là autant de défis qu’il fallut bien relever à chaud, sans précédent sur lequel s’appuyer, avec l’obligation d’inventer au jour le jour des règles allant contre de puissants habitus. François Rouquet a établi beaucoup plus précisément que cela n’avait été fait jusqu’à présent que la fine fleur de la discipline historique (Lucien Febvre, Ernest Labrousse, Pierre Renouvin, puis René Rémond) avait accompagné et soutenu cette démarche, les médiévistes Robert Fawtier et Édouard Perroy ayant joué dans cette affaire un rôle essentiel qu’on a eu tendance à oublier ou à minimiser par la suite. Il a montré aussi l’étendue du concours que des historiens de métier, appelés à des positions éminentes ultérieurement, avaient prêté au CH2GM en faisant fonctionner les différentes commissions qui travaillaient en son sein. Tous les obstacles n’ont pas été surmontés si aisément et cela explique aussi, comme l’a constaté Pierre Laborie, que chacun dans son coin ait été en butte à des difficultés et à des doutes surmontés empiriquement et parfois imparfaitement. En même temps, s’il est une chose dont on peut être sûr après ce colloque, c’est bien qu’on ne peut faire le reproche aux protagonistes de cette histoire tentée à chaud d’avoir méconnu ou sousestimé ces obstacles.

16Nombre de ces obstacles sont toujours les nôtres même si nous savons qu’ils sont notre lot alors que nos devanciers les découvraient chemin faisant. La loi de janvier 1979 sur l’accessibilité aux archives a constitué une avancée non sans que subsistent des entraves non négligeables. On pourrait même soutenir que l’accès que les correspondants avaient de facto aux archives était plus libre avant cette loi qu’après. Les relations entre acteurs et témoins ont connu des hauts et des bas, la table ronde organisée en 1997 dans les locaux du journal Libération autour des époux Aubrac ayant marqué le point culminant – désolant autant qu’inefficace – d’une tension jamais totalement maîtrisée. Les luttes politiques et idéologiques demeurent vives mais se sont déplacées désormais sur le plan historiographique. Quant à l’articulation entre niveaux national et régional, elle n’est pas non plus entièrement résolue même si les travaux d’une nouvelle génération de chercheurs inclinent à l’optimisme. Le seul domaine, au fond, où l’obstacle a été effacé est celui des relations avec l’Université. Un colloque comme celui de Lyon est désormais dans la norme.

17Les efforts que le CH2GM a inlassablement déployés ont bel et bien fait sauter ce verrou-là. À bien y regarder, il se pourrait que le CH2GM ait accompagné et accéléré une évolution inéluctable puisqu’on la retrouve, par exemple, en Italie comme en Belgique. Quoi qu’il en soit, c’est paradoxalement au moment où il touchait les premiers dividendes de ses patients efforts qu’Henri Michel – et avec lui le CH2GM – dut passer la main. En apparence, tout au moins. Plus de trente ans de labeur et d’existence avec une forte impulsion centrale, des équipes au travail dans la France entière, des moyens, cela n’est pas si courant pour une structure ad hoc et cela laisse des traces… et des successeurs.

18Tout cela était-il étroitement hexagonal ? Oui et non. Oui, pour toutes les raisons évoquées ci-dessus. Non, parce que les communications de nos collègues, qui ont traité de l’évolution de leur propre historiographie nationale (Fabrice Maerten, Gianni Perona) ou qui l’ont confrontée à l’historiographie française (Steffen Prauser, John Sweets, Mercedes Yusta), ont montré combien le caractère singulier de la période et les mémoires à l’œuvre comptaient.

19Gianni Perona, dont l’intervention orale portait sur l’historiographie de la résistance italienne, a mis en évidence le fait que les périodes principales de la production d’histoires de la Résistance en Italie avaient épousé les différentes phases de la vie politique du pays. Il a aussi relevé le succès éditorial de livres récents traitant l’après-guerre surtout du point de vue des règlements de comptes entre partisans et fascistes ; il arrive, en Italie comme ailleurs, que la mauvaise monnaie chasse la bonne… Fabrice Maerten a décrit les voies tortueuses qui ont été empruntées en Belgique. Quantitativement modeste, la production historiographique belge sur la résistance a suscité peu d’échos dans la société par rapport à ce qui est observé outre-Quiévrain. Au fil des ans, et selon des phases que sa communication a détaillées, des historiens (Henri Bernard, Jean Dujardin, José Gotovitch) ont travaillé avec des optiques très différentes, politiquement et scientifiquement. Depuis les années 1990, on observe un regain d’intérêt pour l’histoire de la résistance. Malgré cela, l’avenir de cette historiographie est incertain dans un pays marqué par l’étiolement du parti communiste et où l’idée de Résistance renvoie d’abord non pas à l’unité de la Nation, mais au contraire à ses profondes déchirures.

20Steffen Prauser a mis en évidence le fait que l’historiographie allemande s’était peu intéressée à la résistance française, à quelques notables exceptions près (Hans Umbreit, Aklrich Meyer). Même si à partir des années 1990, elle a renouvelé ses questionnements sur la résistance française, la question du regard de l’ancien ennemi n’a pas disparu ce qui se marque notamment par les interrogations liées à la figure comme à la notion du franc-tireur. Par ailleurs, l’intérêt pour la résistance en Allemagne s’est davantage focalisé sur une résistance allemande ne se limitant plus à la Rose blanche et au complot du 20 juillet 1944.

21Mercedes Yusta a pris pour objet le phénomène qui, en Espagne, s’apparentait le plus à la Résistance française, c’est-à-dire le mouvement, pluriel et multiforme, qui lutta contre le franquisme, pendant les années 40, les armes à la main et qu’on appelle « la guerrilla » ou « el maquis » (par mimétisme avec la France). Cette résistance armée a été peu étudiée alors même que la guerre civile et la répression franquiste l’ont été abondamment. L’influence de l’historiographie française a joué à la façon d’un « effet miroir », la geste de la Résistance française faisant figure de modèle inaccessible, historiographiquement et politiquement. Un réel dialogue entre les deux historiographies permettrait peut-être à l’étude de la résistance espagnole de gagner ses galons d’objet scientifique à part entière dans un contexte européen.

22John Sweets a montré que si la Résistance française – au contraire du régime de Vichy – avait statistiquement soulevé peu d’intérêt chez les historiens anglo-américains, leur apport n’en avait pas moins été important à trois niveaux : celui de la Résistance en son sommet, celui de la Résistance à la base, celui des études régionales et locales. Quantitativement réduite à la portion congrue, l’historiographie anglo-saxonne aura été qualitativement d’un apport majeur au fil des ans même si l’absence – fâcheuse – de traductions françaises d’ouvrages importants occulte largement cette réalité.

23Au total, on a pu mesurer combien les controverses internes à la France pouvaient se retrouver, distanciées et déplacées, dans des travaux émanant d’historiens étrangers. Pour paraphraser Germaine Tillion, il y a une France de l’Occupation du côté de chez Paxton et Burrin, une autre du côté de chez Sweets et Kedward. Il n’entre aucun jugement de valeur dans ce constat pas plus que, chez Proust, le côté de Guermantes ne supplante le côté de chez Swann. Le colloque a permis de vérifier que, parmi les meilleurs spécialistes de cette histoire-là, il y a eu et il y a des chercheurs étrangers qui en ont une connaissance intime et qui, malgré la distance qui est la leur comme naturellement (il n’existe pas d’historiographie de la résistance américaine…), sont partie prenante, et c’est heureux, des joutes qui jalonnent cette historiographie. En tout état de cause, celle-ci, dans les trois premières décennies de son existence, déploya une intense activité qui, en dépit des insuffisances qui accompagnent toute quête scientifique, ne fut pas confinée et étroite d’esprit contrairement à ce qu’on dit souvent encore.

24Il y avait quelque risque à décider de consacrer un colloque entier à l’historiographie de la Résistance telle qu’elle était née et s’était développée de la Libération au début des années 1980. Tout cela n’était-il pas déjà bien connu ? L’action du CH2GM n’avait-elle pas, de fait, déjà été évaluée ? La teneur du colloque a amplement montré qu’au-delà des effets de mode, le regard rétrospectif, quand il s’appuie sur un examen attentif, est riche d’enseignements de toutes sortes. En remettant cette période sur le métier, en variant les jeux d’échelles, en combinant réflexions théoriques et études de terrain, on en sait un peu plus aujourd’hui sur les réalisations et les limites de devanciers envers lesquels nous sommes à présent doublement redevables. Qu’en soient chaleureusement remerciés tous ceux qui ont accepté dans le cadre de ce colloque d’œuvrer à cette évaluation dont on peut espérer qu’elle nous rende plus aguerris et lucides face aux défis que nous tentons de relever.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540