Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignants débutants : «Faire ses classes»

 | 
Gilles Lazuech
, 
Franck Rimbert
, 
Pascal Guibert

Deuxième partie. Faire ses classes

Chapitre 4. Le premier poste : entre bonnes et mauvaises surprises

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

S’il y a mille et une façons d’entrer dans le métier de professeur ce qui ressort nettement des entretiens, c’est que les premiers instants dans le métier sont souvent une expérience forte qui marquera durablement les jeunes enseignants.

« Je me souviens très bien du moment précis où j’ai reçu mon avis d’affectation, c’était en région parisienne, je m’y attendais un peu, parce que je savais que j’avais de grandes “chances” de partir là-bas, mais bon, c’est un peu comme une maladie grave, tant qu’on n’a pas eu le résultat des examens, on continue à croire en notre chance. » (Valérie, 23 ans, professeur d’EPS.)
« On venait juste de se marier, pour avoir des points, j’ai eu le lycée d’Angers, à 90 kilomètres de la maison, c’était super, on a fêté ça avec ma femme, au champagne s’il vous plaît ! » (Ludovic, 24 ans, professeur agrégé, économie et gestion.)

En ce qui concerne la première affectation, plusieurs cas de figures se dégagent. Le premier concerne celles et ceux qui sont nommés dan...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540