Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l’histoire de la Résistance

 | 
Laurent Douzou

Quatrième partie. Éléments d’historiographie des résistances européennes

L’historiographie de la Résistance antifranquiste espagnole en relation avec l’historiographie de la Résistance française

Mercedes Yusta

Texte intégral

Construire l’objet « résistance antifranquiste »

  • 1 Voir, dans ces domaines, les numéros monographiques publiés dans la revue Ayer, éditée par l’Assoc (...)
  • 2 Toutes les zones qui ont abrité une guérilla importante ont été l’objet d’au moins une monographie (...)

1La construction, comme objet historiographique, de ce qu’on a appelé ici « résistance antifranquiste espagnole », phénomène plus connu en Espagne comme la guerrilla ou el maquis, est un processus encore inachevé. On peut même affirmer que, dans une grande mesure, l’histoire de cette résistance reste à faire : on est loin des progrès accomplis dans d’autres domaines pourtant proches, comme la répression ou la guerre civile elle-même1. Cela ne veut pas dire qu’il n’existe pas un certain nombre d’ouvrages qui traitent la question ; nous disposons aujourd’hui d’un corpus non négligeable d’études, principalement de portée régionale ou même locale, sur la guérilla de l’après-guerre civile2. Mais cette résistance, dont l’historiographie se construit de façon fragmentaire et, la plupart du temps, en dehors des institutions universitaires, est trop souvent perçue comme un phénomène marginal et pittoresque, que les historiens ont du mal à rattacher aux problématiques sociales, économiques, voire politiques de la période.

  • 3 Sur cette polémique opération « Reconquista de España », qui a fait couler pas mal d’encre, voir D (...)

2Avant toute chose il sera utile de définir, ne serait-ce que rapidement, cette « résistance antifranquiste espagnole ». Très concrètement, nous faisons ici allusion à la résistance armée contre la dictature de Franco, menée par des guérilleros qui étaient pour certains d’anciens soldats républicains ou des militants de gauche, avec l’appui d’une partie de la population civile, et qui se déroula dès le début de la guerre civile jusqu’aux années 50. Cette résistance fut menée principalement dans les campagnes et prit la forme d’un mouvement de guérilla pluriel, hétérogène et fragmentaire, assez largement contrôlé par le Parti communiste, lequel n’arriva néanmoins jamais à en faire une véritable armée de libération nationale comme il en avait le projet. Par ailleurs, cette résistance ne reçut jamais ce qualificatif, mais celui de guerrilla ou encore maquis (par mimétisme avec la Résistance française). Les autorités, quant à elles, parlaient de « bandits » et de « terroristes ». Rappelons aussi que les liens de cette guérilla avec la Résistance française sont très forts, en particulier à partir de 1944. En effet, à partir de cette date un nombre assez important de guérilleros qui avaient participé à la Libération de la France (entre 3 000 et 4 000), traversa la frontière dans le cadre d’une opération organisée par le Parti communiste en exil et baptisée « Reconquête de l’Espagne ». L’opération échoua, mais plusieurs guérilleros rejoignirent des groupes de guérilla agissant déjà à l’intérieur pour créer des agrupaciones guerrilleras, des armées de guérilla militarisées et hiérarchisées, du moins sur le papier, pour mener la lutte contre la dictature3.

  • 4 On désigne par ce qualificatif des guérilleros qui étaient originaires des zones où se déroulait l (...)

3Sur le terrain, les choses furent néanmoins bien plus compliquées. Les militants communistes se heurtèrent à des réalités locales très diverses et à des guérilleros « autochtones4 » qui, pour certains, luttaient sur place contre Franco depuis 1936 et qui n’étaient pas toujours prêts à suivre les directives communistes. L’ancrage du conflit au sein de la population fut aussi problématique. Cette guérilla n’était pas confrontée à une armée d’occupation, mais aux forces de l’ordre (principalement la guardia civil) et à des civils encadrés dans des structures paramilitaires : ainsi les fractures de la guerre civile se reproduisirent autour de la guérilla, brisant encore plus les communautés rurales. Et surtout, la répression des autorités fut sans merci et s’en prit non seulement aux guérilleros, mais surtout aux civils, en particulier aux couches de la population rurale susceptibles de collaborer avec la guérilla, de par son identification aux vaincus de la guerre civile. L’existence de cette résistance fut donc un prétexte utilisé par la dictature pour durcir encore plus sa politique répressive envers certains secteurs de la population.

4Toujours est-il que ce phénomène, qui a pourtant marqué de façon importante les années de l’après-guerre civile et qui est incontournable pour comprendre la place de la violence dans la société du premier franquisme, reste assez largement peu analysé. Il existe, certes, de nombreux ouvrages qui ont été publiés sur la question, surtout ces dernières années, en surfant sur la vague de la « récupération de la mémoire historique » qui passionne en ce moment les Espagnols. Il s’agit principalement d’études à l’échelle locale ou régionale, très descriptives pour la plupart, qui nous permettent tout au moins d’avoir une connaissance factuelle et parfois très détaillée des faits d’armes de cette résistance et de la répression qui sévit parmi ses rangs. Mais, de façon très étonnante si l’on pense aux progrès faits par l’historiographie du franquisme et de la guerre civile en Espagne, on a très peu d’études analytiques sur cette résistance. Ainsi, les études sur la guérilla disponibles aujourd’hui combinent une bonne connaissance des faits avec une quasi totale absence de réflexion théorique ou de modèles historiographiques autres qu’une histoire narrative des plus traditionnelles. On connaît donc encore assez mal certains aspects qui portent sur la sociologie des groupes de la guérilla, son ancrage parmi la population, son rapport à la conflictualité du monde rural traditionnel ou sa continuité par rapport aux répertoires d’action des mouvements sociaux d’avant 1936, sans parler de son rapport à la Résistance française ou à d’autres phénomènes de résistance contre le fascisme ou de guérilla, en Europe ou ailleurs. On est loin donc des progrès de conceptualisation et d’analyse accomplis par l’historiographie de la Résistance en France.

  • 5 Sur la gestion de la mémoire dans l’Espagne contemporaine, voir Danielle Rozenberg, « Mémoire, jus (...)
  • 6 Tony Judt, dans son ouvrage sur les résistances européennes au fascisme, est l’un des rares histor (...)

5On dénombre plusieurs raisons à ce manque d’intérêt de la part des historiens, qui tiennent aussi bien à l’histoire récente de l’Espagne (où les guérilleros, loin de bénéficier de l’aura de respectabilité dont jouissent les résistants en France, sont perçus comme des témoins suspects, même par la gauche), qu’à l’histoire de l’historiographie espagnole. Il est certain aussi que l’absence d’intellectuels ou d’historiens dans les rangs de cette guérilla, contrairement à ce qui fut le cas dans la Résistance française, marque une différence essentielle par rapport aux conditions d’écriture de l’histoire de l’une et de l’autre. Il faut tenir compte aussi de la position qu’occupent les deux phénomènes par rapport à l’histoire et l’identité nationales, en France et en Espagne. En France, l’épopée résistante est un événement fondateur de l’identité de la Nation reconstituée après le traumatisme de la défaite et de l’occupation ; en Espagne la résistance est plutôt un vide à combler, une histoire en creux. C’est, en fait, une résistance qui a échoué et dont la légitimité est mise en cause par le fait même que, jusqu’à une date récente, l’Espagne n’a pas condamné le régime de Franco comme étant une dictature illégitime, née d’un coup d’État contre un gouvernement démocratique – d’ailleurs cette condamnation ne fait même pas l’unanimité dans la société espagnole. En réalité, l’événement qui a marqué l’identité nationale espagnole, c’est la guerre civile, même si elle l’a fait en tant que traumatisme et contre-exemple, et cela n’est pas sans conséquences d’un point de vue historiographique5. Finalement, cette difficulté à écrire l’histoire de la résistance en Espagne tient aussi à la place, trop souvent marginale, que l’Espagne occupe dans d’autres historiographies européennes, dont la française. Après la grande conflagration de 1936, dont nul ne met en question la portée internationale, l’Espagne disparaît des grands récits de l’histoire européenne. Personne n’avait donc songé, jusqu’à une date récente, à voir dans la résistance des Espagnols au franquisme pendant l’après-guerre civile un avatar de la résistance antifasciste européenne, comparable donc à la résistance française6. De plus, la faible conceptualisation du sujet, sa place marginale dans l’historiographie espagnole elle-même, rend cette comparaison difficile. Analyser ce qui a pu être l’influence de l’historiographie française dans ce domaine ne sera donc pas chose aisée.

La difficile construction d’une historiographie dans les marges

6Il a fallu attendre la fin de la Transition vers la démocratie pour que des études historiographiques dignes de ce nom se penchent sur la question de la résistance armée contre Franco, mais les premiers récits sur la guérilla de l’après-guerre civile avaient commencé à paraître bien avant. En fait, les premières histoires de cette résistance ont été écrites par des membres des forces de l’ordre qui avaient lutté contre la guérilla, phénomène qualifié à l’époque de « banditisme et terrorisme ». La teneur de ces récits est facilement imaginable, même s’ils présentaient l’avantage d’avoir eu accès à des sources qui, même encore aujourd’hui, restent interdites aux chercheurs. Et sans doute l’image hautement négative construite par ces récits a, malgré tout, influencé durablement les possibilités d’historiciser ce phénomène. En effet, pendant un certain temps, les auteurs qui se penchaient sur le sujet se sont sentis obligés de « dialoguer » avec ces premiers ouvrages pour démentir l’image créée par l’historiographie franquiste, ce qui avait pour effet d’entrer dans une dialectique du « vrai » et du « faux » souvent restrictive pour l’analyse, mais d’autant plus incontournable que la difficulté d’accès aux sources demeure encore aujourd’hui.

  • 7 Tomás Cossías, La lucha contra el « maquis » en España, Editora Nacional, Madrid, 1956. Voir aussi (...)
  • 8 Andrés Sorel, Búsqueda, reconstrucción e historia de la guerrilla española del siglo XX a través d (...)
  • 9 Il s’agit principalement de « Reseña General del problema del bandolerismo en España después de la (...)

7Le premier ouvrage publié dont nous avons la trace date de la fin des années 50 : il s’agit de La lucha contra el maquis en España, de Tomás Cossías, membre de la Brigada Político-Social (la police politique du régime). L’auteur présente la guérilla comme un avatar du stalinisme dans le contexte de la guerre froide, en la qualifiant de « petite Corée » et de « fer de lance » du communisme international en Espagne7. La riposte à cette interprétation sera élaborée en exil, par des protagonistes de cette guérilla et des militants antifranquistes qui commencent à publier des ouvrages dès le début des années 1970 et qui proposent, au contraire, un récit héroïque et quelque peu mythifié de cette guérilla, tout en mettant l’accent sur la brutalité de la répression franquiste et les violences faites à l’encontre de la population8. Il existe également une série de documents non publiés, élaborés dès le début des années 1950 par un lieutenant-colonel de la Guardia Civil chargé de la répression de la guérilla, qui pour une raison inconnue se trouvaient dans les archives du PCE en exil. L’importance de ces documents, qui proposent un récit assez détaillé de la lutte contre la guérilla, l’organisation de celle-ci et les différentes étapes du conflit, réside dans le fait qu’ils ont été abondamment repris par les historiens et même par ces premiers auteurs, comme Andrés Sorel, qui, depuis l’exil, essayaient de faire sortir cette histoire du silence et de proposer une version des faits radicalement opposée à la version officielle du régime9.

  • 10 Francisco Aguado Sánchez, El maquis en España : su historia, Editorial San Martín, Madrid, 1975, e (...)
  • 11 Adolfo Lucas Reguillón García (Severo Eubel de la Paz), El último guerrillero de España, Madrid, A (...)

8Pendant le processus de Transition vers la démocratie, cette histoire continue à être écrite par des auteurs qui sont à la fois juge et partie. En 1975 paraît le livre du colonel de la Guardia Civil Francisco Aguado Sánchez, un gros pavé de deux volumes intitulé El maquis en España qui s’inscrit dans la tradition historiographique et dans le récit officiel du franquisme, selon lequel les guérilleros étaient des bandits et des criminels, tout en faisant une apologie du rôle des forces de l’ordre, ce qui n’est pas anodin dans le contexte politique du moment10. Cependant, l’arrivée de la démocratie permet la publication, à l’intérieur de l’Espagne, d’autres ouvrages qui reprennent et prolongent le récit antifranquiste élaboré en exil, et qui contredisent la version officielle rédigée par Aguado Sánchez (qui, en plus d’avoir personnellement combattu la guérilla, était pendant les années 1970 le directeur du Centre d’études historiques de la Guardia Civil et de ses archives). Finalement, en 1977 paraît le premier grand travail de recherche sur le terrain, celui d’Eduardo Pons Prades, qui est en fait un militant anarchiste et ancien de la Résistance française, Guerrillas españolas. Il s’agit de l’œuvre d’un autodidacte, qui est allé chercher des témoignages sur le terrain et ne se fonde sur aucune recherche historiographique préalable. Signe des temps : cette étude qui revendique le rôle des guérilleros dans la lutte contre le franquisme reçoit le prix « Espejo de España », et elle est publiée par Planeta, l’une des plus grosses maisons d’édition espagnoles grand public11.

9Il faut donc attendre le milieu des années 80 pour que soient publiées les premières recherches universitaires sur la résistance contre Franco, qui ne reçoit toujours pas ce qualificatif mais celui de « Guérilla antifranquiste » ou encore « opposition armée ». La question même de la dénomination du phénomène, loin pourtant d’être banale, ne suscite pas l’intérêt des historiens, ou très peu. Cependant, l’insistance sur la spécificité de la guérilla espagnole et le fait de ne pas la penser en termes de résistance contre le franquisme éloigne toute possibilité d’étude comparatiste ou d’application d’un cadre conceptuel commun entre résistance française et espagnole, qui n’ont été perçues que très récemment comme faisant partie d’une même mouvance historique. D’une part, tout d’abord, l’historiographie franquiste a eu tout intérêt à ne pas établir de lien entre les deux phénomènes. Déjà à l’époque même des faits, les rapports officiels déconseillaient d’utiliser le mot « maquis », qui renvoyait à la Résistance française et pouvait donner une aura de prestige à la guérilla espagnole. Ensuite, l’historiographie démocratique a eu du mal à se doter d’outils conceptuels et comparatistes pour aborder le phénomène. La priorité a été en effet, pendant longtemps, d’établir des faits très difficiles à restituer, du fait de la chape de silence imposée par le franquisme et surtout du difficile accès aux sources policières. Mais cette même difficulté a fini par tourner à l’obsession, et l’historiographie de la guérilla s’est donc employée à rechercher les faits jusqu’au moindre détail, donnant lieu à des récits très descriptifs, focalisés sur les faits militaires et politiques, où l’analyse est largement absente.

  • 12 Hartmut Heine, A guerrilla antifranquista en Galicia, Xerais, Vigo, 1980 ; Secundino Serrano, La g (...)

10Parmi ces ouvrages des années 80, qui constituent après tout les fondements de l’historiographie « professionnelle » sur la résistance en Espagne et qui, pour la première fois, se proposent d’aller au-delà d’une historiographie militante, on peut retenir quatre travaux. L’historien allemand Hartmut Heine inaugure cette nouvelle période avec une remarquable étude sur la Galice qui, même si elle reste sur le terrain de l’histoire politique, ébauche déjà un renouvellement aussi bien méthodologique, en particulier dans l’emploi des sources, que théorique. Pour sa part, Secundino Serrano, qui a étudié la guérilla au Léon, a été probablement le premier à essayer d’appliquer à la guérilla espagnole des outils provenant d’autres historiographies nationales. Il s’est inspiré des auteurs anglo-saxons, notamment Eric Hobsbawm et de ses études sur les « rebelles primitifs », pour montrer que les répertoires d’action de la guérilla ne se limitaient pas à ceux, très codés, de la guérilla d’obédience communiste. L’ouvrage de Francisco Moreno sur la province de Cordoue a le grand mérite d’établir de façon très documentée le lien étroit entre répression franquiste et guérilla. Finalement, celui de Fernanda Romeu sur le Levante fait état de quelques intuitions remarquables, comme le rôle des femmes dans les réseaux d’appui et de ravitaillement de la guérilla, et elle est en outre la première à faire une esquisse d’étude sociologique de la résistance. Mais si l’on parle d’« intuitions », c’est précisément du fait de l’absence d’un cadre conceptuel pour l’analyse et l’interprétation de ces données, livrées pratiquement « en vrac ». Néanmoins il y aurait un autre élément important à retenir dans son travail : son utilisation des sources orales, qui pour la première fois servent non seulement à confirmer ou infirmer des faits mais à livrer un vécu, particulièrement dans le cas des rares femmes qui ont rejoint cette guérilla du Levante et dont elle recueille le témoignage12.

  • 13 Secundino Serrano, Maquis, op. cit., p. 382. Le chiffre des agents de liaison est donné par Franci (...)

11Il faut par ailleurs faire allusion, ne serait-ce que brièvement, au problème des sources, qui n’est pas étranger aux historiens de la Résistance française mais qui atteint en Espagne des proportions inouïes. En effet, ce n’est que tout récemment que les archives militaires ou les archives des Gobiernos civiles (l’équivalent des préfectures françaises) ont commencé à ouvrir leurs portes aux chercheurs. D’autres archives fondamentales pour écrire l’histoire de cette résistance, telles que les archives de la Dirección General de la Guardia Civil, qui centralisaient toutes les informations relatives à la lutte contre la guérilla, ne sont toujours pas accessibles. D’où l’importance des récits et des sources orales dans l’écriture de cette histoire, ainsi que le souci, avant tout, d’établir les faits. D’où la difficulté, aussi, de chiffrer cette résistance et donc d’en établir la portée. Les chiffres varient d’un auteur à l’autre ; Secundino Serrano, auteur de la seule synthèse au niveau national dont nous comptons aujourd’hui (publiée en 2001), fixe le nombre de guérilleros pendant toute la durée du phénomène à 5 000 ou 6 000. Mais il faut mettre ce chiffre en perspective avec les 60 000 « agents de liaison », c’est-à-dire des civils collaborateurs de la guérilla, ou supposés l’être, détenus par les forces de l’ordre13. Chiffre plus que respectable qui indique l’enracinement de ce mouvement dans la population, au-delà des individus qui effectivement prirent les armes.

  • 14 Julián Chaves, Huidos y maquis : la actividad guerrillera en la provincia de Cáceres (1936-1950), (...)
  • 15 Ce phénomène s’est d’ailleurs également produit par rapport au courant révisionniste qui sévit en (...)
  • 16 Il y a, bien entendu, des exceptions à cette règle : déjà en 1991, José María Azuaga explorait d’a (...)

12Cette difficulté de l’accès aux sources explique certainement aussi le désintérêt des historiens professionnels, du moins en partie. Ainsi, après des débuts pourtant encourageants, l’intérêt pour la résistance et la guérilla semble stagner pendant les années 1990. Parmi les ouvrages publiés, on compte, à côté de travaux souvent remarquables produits par des historiens, beaucoup de livres écrits par des érudits locaux, des journalistes ou des aficionados (comme José Ramón Gómez Fouz, boxeur de son état et auteur de trois livres sur la guérilla aux Asturies). Les propositions d’interprétation qui s’annonçaient dans des travaux comme celui de Secundino Serrano semblent rester sans suite, et le récit de la guérilla continue à relever de l’histoire événementielle, avec un goût marqué pour l’anecdotique et le détail, à l’exception de certains travaux comme ceux de l’historien Julián Chaves sur l’Extremadure14. La guérilla reste ainsi un sujet surtout traité par des érudits locaux, des journalistes ou des vulgarisateurs, malgré le fait qu’elle est étroitement liée à deux phénomènes qui ont attiré de façon très importante l’intérêt des historiens espagnols : la guerre civile et la répression franquiste. Mais la guérilla en demeure un épiphénomène, déconnecté des grandes problématiques historiographiques, trop souvent perçue comme un ramassis d’anecdotes, à l’écart de la réflexion historiographique. La façon dont cette historiographie s’est construite a probablement aussi contribué à rebuter un certain nombre d’historiens. En effet, l’image hautement négative de la guérilla construite par les historiographes franquistes, qui en plus détenaient l’accès aux sources, a handicapé l’historiographie de la guérilla dès ses débuts. Ainsi, on l’a déjà évoqué, une partie des auteurs, jusqu’à une date récente, se sont sentis obligés de répondre aux arguments d’Aguado Sánchez et sont entrés dans des polémiques aussi épuisantes que peu productives du point de vue historiographique, bien que l’entreprise ait certainement été nécessaire à un moment donné15. Le résultat est un récit de la résistance antifranquiste, comme on l’a déjà dit, très descriptif, minutieux même, dont l’objectif est de démontrer que Francisco Aguado Sánchez et ses acolytes manipulent les données qu’ils détiennent, chose sans aucun doute vraie, et établir la vérité des faits. Mais cette manière d’écrire l’histoire de la résistance antifranquiste, plus apte à être développée par des érudits locaux en contact étroit avec les témoignages oraux que par des historiens attirés par des problématisations plus complexes, risque de s’imposer comme le seul modèle possible16.

  • 17 À quelques exceptions près, comme Dolores Marín, Clandestinos. El maquis contra el franquismo, 193 (...)
  • 18 Francisco Moreno, « Lagunas en la memoria y en la historia del maquis », Hispania Nova. Revista de (...)

13La méconnaissance de l’historiographie de la Résistance française elle-même peut aussi jouer un rôle dans cette marginalisation de l’étude de la guérilla et dans la pauvreté des modèles théoriques proposés pour son interprétation. En effet, la Résistance française reste pour certains historiens espagnols (dont une bonne partie de ceux qui ont travaillé sur la guérilla) une image d’Épinal, héroïque et militaire, que personne ne songe à mettre en relation avec nos guérilleros du terroir ; ainsi, pendant longtemps elle n’a pu servir comme modèle aux historiens espagnols pour aborder l’étude de la résistance antifranquiste. Une brève incursion dans les bibliographies des ouvrages publiés récemment révèle que les historiens de la guérilla espagnole ont très peu lu leurs homologues français, dont ils citent principalement des travaux sur l’exil des Espagnols en France, leur participation à la Résistance ou leur passage par ce qu’Émile Temime et Geneviève Dreyfus-Armand ont appelé « les camps sur la plage », c’est-à-dire les camps d’internement du Sud de la France. Par contre, les ouvrages sur la Résistance française sont presque totalement absents17. Un des historiens de la guérilla les plus respectés, Francisco Moreno, va jusqu’à dresser une liste des différences fondamentales entre les deux résistances, française et espagnole, liste symptomatique de cette méconnaissance et de cette vision stéréotypée de la résistance française. Par exemple, pour lui la résistance espagnole serait fondamentalement « défensive », ce qui en fait la différence avec une résistance française qu’il considère comme foncièrement « offensive » ; de même, il considère l’existence en Espagne de groupes d’huidos (« enfuis »), des individus cachés dans les montagnes pour fuir la répression qui seront à l’origine des premiers maquis, comme une spécificité de la guérilla espagnole qui la différencierait des autres résistances européennes. Pourtant, l’histoire de ces huidos a, au moins, quelques résonances avec celle des réfractaires au STO18

Influence de l’historiographie française et changement de paradigme

  • 19 Voir par exemple le livre-brûlot de Gregorio Morán, Miseria y grandeza del Partido Comunista de Es (...)

14Finalement, pour que le lien entre les deux historiographies, française et espagnole, ait pu être établi il a fallu attendre l’arrivée d’une nouvelle génération d’historiens, plus jeunes, qui ont abordé la question de la guérilla avec des outils conceptuels autres que l’histoire politique classique : en particulier l’histoire comparée, notamment avec la France, mais aussi l’histoire rurale, l’anthropologie historique ou la sociologie des mouvements protestataires. Cela faisait longtemps, pourtant, que les chercheurs sur la guérilla connaissaient le lien étroit entre les deux résistances, surtout du fait qu’un certain nombre de guérilleros espagnols, notamment ceux d’obédience communiste envoyés par le PCE depuis la France, étaient des anciens de la Résistance française. Mais cette constatation avait servi à nourrir des disputes stériles à propos de la stratégie communiste et de l’aveuglement des cadres du parti, plutôt qu’à réfléchir sur les possibilités de comparaison entre les deux phénomènes19. D’autre part, il est certain que l’absence d’une armée d’occupation en Espagne rend la comparaison délicate : celle-ci doit dès lors se baser sur des éléments structuraux liés à cette guérilla, en particulier son impact dans les campagnes et la réactivation, dans ce nouveau cadre, d’anciens modes de protestation ou de lutte.

  • 20 Cette approche s’annonçait déjà dans certains ouvrages parus au cours des années 80, comme ceux de (...)

15Il a fallu ainsi se situer en dehors de l’histoire politique et aborder la guérilla avec les outils de l’histoire sociale pour commencer à percevoir les possibilités de comparaison entre les deux phénomènes, et donc pour établir un dialogue entre les deux historiographies. En déplaçant l’intérêt des individus aux territoires (dans une optique finalement très « braudelienne »), on a pu percevoir la guérilla non plus uniquement comme un phénomène d’ordre politique, mais aussi comme le symptôme d’un malaise profond dans les campagnes et d’une conflictualité sociale repérable sur le long terme. Ce déplacement du centre d’intérêt, et cette vision plus sociologique de la résistance, ont été inspirés aux historiens espagnols par la lecture des travaux sur la résistance française de François Bédarida, Jean-Marie Guillon, Laurent Douzou, François Marcot ou Jean-Pierre Azéma, entre autres. Le changement de paradigme a donc été rendu possible grâce à la volonté de quelques historiens soucieux de chercher des voies de comparaison entre les deux phénomènes, face à l’absence de modèles théoriques dans l’historiographie espagnole. Cette nouvelle approche implique, en fait, un déplacement d’une vision uniquement militaire et politique de la résistance, focalisée sur les groupes armés et leurs affrontements avec les forces répressives, vers une approche plus globale du phénomène, qui inclurait aussi, et surtout, les réseaux d’appui à la guérilla et le rapport entre celle-ci et la population rurale, ainsi que les affrontements qui eurent lieu à l’intérieur même des communautés rurales dans le contexte du conflit armé20.

  • 21 En particulier Francisco Cobo Romero, Conflicto rural y violencia política. El largo camino hacia (...)
  • 22 Dans ce domaine la collaboration entre historiens des deux côtés des Pyrénées est assez fréquente  (...)
  • 23 Voir à ce propos Laurent Douzou, « La Résistance et le monde rural : entre histoire et mémoire », (...)

16Par ailleurs, l’historiographie espagnole avait déjà mis l’accent sur « les origines agraires de la guerre civile », et donc sur le rôle que les affrontements sociaux en milieu rural, des conflits à propos de la propriété de la terre et de l’usage du sol, avaient eu dans le déclenchement et le déroulement du conflit21. Or, la résistance de l’après-guerre et sa répression par les autorités franquistes ne sont autre chose, dans une grande mesure, qu’un prolongement de la guerre civile, qui en plus se déroule presque totalement en milieu rural. Dès lors, les travaux publiés sur la résistance rurale en France peuvent être d’une grande utilité pour mettre à jour des comportements similaires, en France et en Espagne, de résistance à l’autorité, dès lors qu’elle est perçue comme injuste, et de désobéissance civile parmi la population rurale, attitudes qui finiront par rejoindre le mouvement de résistance armée. Plus généralement, les travaux des ruralistes français, déjà bien connus des historiens espagnols, peuvent être mis à contribution pour analyser la composante de résistance et de conflictualité paysanne présente dans ce conflit, et qui se manifeste, par exemple, dans le rôle joué par le marché noir, la désobéissance fiscale ou les petites résistances au quotidien22. Même si, dans l’histoire de la Résistance française elle-même, le monde rural et la dimension qu’y prend cette résistance au quotidien sont des domaines qui restent à explorer23.

  • 24 En particulier dans François Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et f (...)
  • 25 Jacques Semelin, Sans armes face à Hitler : La résistance civile en Europe, 1939-1943, Paris, Payo (...)

17La notion même d’histoire de la vie quotidienne ou de résistances au quotidien, résistance civile, etc., est un autre point de confluence entre ce renouvellement de l’historiographie espagnole de la résistance et l’historiographie française (par exemple les travaux de Jacques Semelin, pour ne citer que lui). Il faut dire cependant que sur cet aspect, ce sont surtout l’historiographie anglo-saxonne ou même allemande qui ont été mises à contribution. Les travaux désormais classiques d’Edward P. Thompson sur l’économie morale de la foule, ou ceux de James Scott sur la résistance quotidienne et « les armes des faibles » sont les plus cités dans les travaux les plus novateurs sur la résistance en Espagne, à côté de ceux d’Alf Lüdtke et du courant de l’Alltagsgeschichte. Une des plus grandes nouveautés de l’historiographie récente a été, en effet, de connecter ces formes de résistance spontanées, non organisées, mises à l’œuvre par des paysans et très souvent par des femmes, avec la résistance organisée de la guérilla, car les deux phénomènes confluent à un moment donné et se complètent mutuellement. Des travaux d’historiens français comme François Marcot24, par exemple, avaient ouvert la voie pour mener cette réflexion ; néanmoins, ce sont surtout les outils épistémologiques développés par l’histoire sociale anglo-saxonne qui sont convoqués pour poursuivre l’analyse. Ainsi, l’on évoque une « économie morale de la paysannerie », terme inspiré des travaux de Thompson et repris par Kedward dans le cas de la résistance française, qui expliquerait la connivence de secteurs importants de la société rurale avec le mouvement de guérilla. Selon cette approche, certains secteurs de la paysannerie verraient dans ce mouvement de résistance une défense de leur mode de vie traditionnel, menacé par la réorganisation et la réappropriation de la production agraire menées par le franquisme. Ils percevraient ainsi les actions de la guérilla, et la collaboration qu’ils lui prêtent parfois, comme étant illégales aux yeux des autorités, mais légitimes à leurs propres yeux25.

  • 26 Jorge Marco, Resistencia armada en la posguerra : Andalucía oriental, 1939-1952. Naturaleza, compo (...)

18Nous trouvons un autre exemple de ce renouveau historiographique dans les travaux du jeune historien Jorge Marco, auteur d’une tesina (mémoire de DEA) sur la guérilla à Grenade qui, malgré sa jeune expérience de chercheur, a produit un travail d’une maturité surprenante. Marco développe un important appareil théorique pour essayer de trouver des cadres conceptuels d’interprétation au phénomène de la résistance antifranquiste. À l’instar de Jean-Marie Guillon, il s’interroge sur la fonctionnalité du concept de « banditisme social » pour analyser l’action des guérilleros dès lors que celle-ci ne semble pas répondre tout à fait à des motivations politiques. Comment intégrer ces actions, proches de la délinquance traditionnelle, dans l’analyse du mouvement de résistance ? Marco s’inspire donc au début de la réflexion menée par Jean-Marie Guillon, mais très vite il va axer son analyse épistémologique sur les concepts développés par la sociologie des « nouveaux mouvements sociaux », en particulier celui de « répertoires d’action collective ». Il arrive ainsi à interpréter cette action de la guérilla comme la confluence de répertoires politiques et non politiques, qui sont mobilisés dans le contexte de la résistance et qui répondent à des engagements multiples, pas uniquement lisibles à partir d’une grille idéologique26.

  • 27 Voir entre autres Mercedes Yusta, « Una guerra que no dice su nombre. Los usos de la violencia en (...)

19D’autre part, une réflexion intéressante commence à s’amorcer grâce à une interprétation culturelle de la guérilla, à l’instar de ce qui se fait en ce moment dans l’historiographie de la guerre civile espagnole. La notion de « culture de guerre », employée en France et en Europe pour interpréter la guerre de 14-18 et ses conséquences, peut être utile pour établir des liens entre le processus de « brutalisation » qu’expérimente la société espagnole pendant la guerre de 36 et la violence vécue pendant l’après-guerre, violence dont la guérilla serait une des manifestations les plus visibles. D’autre part, l’analyse des discours, en particulier sur la construction de l’ennemi, ou l’approche de genre, qui permet une approche sexuée de cette violence vécue pendant l’après-guerre (à l’instar des travaux de Fabrice Virgili sur la Libération, par exemple) commencent à être appliqués, bien que timidement, à l’étude de la guérilla. On peut y voir l’amorce d’un véritable transfert entre les deux historiographies, française et espagnole, à partir de ces pratiques importées de l’histoire culturelle, et qui parfois sont appliquées à la guérilla espagnole par des chercheurs français ou vivant en France27.

  • 28 Philippe Buton, « La Francia della Liberazione e la guerra civile », Memoria e Ricerca, no 21, 200 (...)
  • 29 Il s’agit du Encuentro Internacional : La resistencia armada contra el franquismo, Madrid, Univers (...)

20On notera, cependant, que ces transferts ne se font pas forcément en passant par la case « historiographie de la Résistance » : d’autres champs historiographiques, comme l’histoire rurale ou l’histoire de la première guerre mondiale, ont été directement mis à contribution. Et pourtant, certains débats qui ont lieu aujourd’hui dans l’historiographie de la résistance française seraient très utiles pour ouvrir de nouveaux axes de réflexion sur l’histoire de la résistance espagnole. Je pense surtout aux pistes ouvertes autour de l’étude de la résistance rurale en France, ou encore aux discussions autour du caractère de « guerre civile », ou non, que l’on peut accorder à la période de la Libération, discussion qui, elle-même, s’est beaucoup enrichie du dialogue avec l’historiographie de la Résistance italienne, en particulier les travaux de Claudio Pavone et Gabriele Ranzato28. Il serait très enrichissant également de faire l’histoire de la mémoire de cette résistance, comme cela a été fait en France. Cela nous aiderait certainement à mieux comprendre les difficultés et les écueils de l’écriture de cette histoire. Mais tout cela ne sera pas possible tant que les historiens professionnels ne commenceront pas à s’intéresser véritablement à ce phénomène et ne le sortiront pas de la marginalité, lui redonnant la place qui est la sienne pour la compréhension des mécanismes qui ont façonné la société franquiste, pendant l’après-guerre civile et au-delà. En tout et pour tout, un seul grand colloque international a été organisé sur la guérilla par une université espagnole : c’est certainement très peu, même si cela reflète bien, en même temps, la marginalité du sujet dans le monde académique espagnol29. D’autre part, en ce moment des thèses de doctorat sont en préparation sur le sujet, ce qui peut indiquer que le renouveau est proche. Le dialogue avec l’historiographie de la résistance française sera, à ce moment-là, indispensable pour dégager des problématiques et des pistes de recherche nouvelles, et pour mettre à profit une expertise qui fait défaut en ce moment dans l’historiographie espagnole.

Notes

1 Voir, dans ces domaines, les numéros monographiques publiés dans la revue Ayer, éditée par l’Association d’Histoire Contemporaine : Ayer, no 43, 2001 (dossier : « La represión franquista »), et Ayer, no 50, 2003 (dossier : « La guerra civil »). Le numéro sur la répression inclut un article sur la guérilla de Francisco Moreno, lequel, malgré un effort de synthèse considérable, et la volonté de poser quelques axes d’analyse, partage les défauts de l’historiographie que l’on évoque ici quant à l’absence d’une problématisation historiographique. Francisco Moreno, « Huidos, maquis y guerrilla : una década de rebeldía contra la dictadura », Ayer, no 43, 2001, p. 111-137.

2 Toutes les zones qui ont abrité une guérilla importante ont été l’objet d’au moins une monographie locale ou regionale (Galice, Asturies, Léon, Pays Basque, Aragon, Valence, Catalogne, Extremadoure, La Mancha, Cordoue, Malaga). Il manque cependant une étude approfondie sur l’une des guérillas les plus importantes, celle de Grenade. L’historien Jorge Marco (université Complutense de Madrid) y travaille en ce moment. Il existe également une synthèse au niveau national, celle de Secundino Serrano, Maquis. Historia de la guerrilla antifranquista, Madrid, Temas de Hoy, 2001. Curieusement, il s’agit de l’un des rares travaux qui posent de vraies questions historiographiques au-delà de la narration des faits.

3 Sur cette polémique opération « Reconquista de España », qui a fait couler pas mal d’encre, voir Daniel Arasa, Años 40 : los maquis y el PCE. Barcelona, Argos Vergara, 1984 ; Ferrán Sánchez Agustí, Maquis y Pirineos : La gran invasión, Lleida, Milenio, 2001. Des historiens français (dont les travaux, par ailleurs, n’ont été que très rarement repris en Espagne) se sont penchés aussi sur la question. Voir Jean-Louis Dufour et Rolande Trempé, « La France, base-arrière d’une reconquête républicaine de l’Espagne : l’affaire du Val d’Aran », in Les Français et la guerre d’Espagne. Actes du colloque de Perpignan, CREPF-université de Perpignan, 1990, p. 261-284 ; Émile Témime, « Problèmes stratégiques des guérilleros et de la guérilla espagnole dans la Résistance en France », in François Marcot (dir.), La Résistance et les Français. Lutte armée et maquis. Actes du Colloque international de Besançon, 15-17 juin 1995, Besançon, Annales littéraires de l’université de Franche-Comté, 1996, p. 269-278.

4 On désigne par ce qualificatif des guérilleros qui étaient originaires des zones où se déroulait le conflit, pour les différencier des guérilleros arrivés de France, qui n’étaient pas forcément originaires des zones où ils agissaient. Voir Mercedes Yusta, La guerra de los vencidos. El maquis en el Maestrazgo turolense, 1940-1950, Zaragoza, Institución Fernando el Católico, 2005 [1999].

5 Sur la gestion de la mémoire dans l’Espagne contemporaine, voir Danielle Rozenberg, « Mémoire, justice et… raison d’État dans la construction de l’Espagne démocratique », Histoire@Politique. Politique, Culture, Société. Revue électronique du Centre d’Histoire de Sciences Po, no 2, septembre-octobre 2007, http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=02&rub=dossier&item=21 ; Mercedes Yusta, « Le mouvement pour la récupération de la mémoire historique en Espagne », in Après un régime d’oppression : entre amnésie et catharsis, Actes du Colloque international tenu à l’université de Paris 10 les 29 et 30 novembre 2007, PubliDix, Nanterre, sous presse ; Mercedes Yusta, « Histoire et mémoire de la guerre civile dans l’historiographie espagnole contemporaine ». Matériaux pour l’Histoire de notre Temps, no 70 : « Espagne : la mémoire retrouvée (1975-2002) », 2003, p. 51-58.

6 Tony Judt, dans son ouvrage sur les résistances européennes au fascisme, est l’un des rares historiens à faire allusion à cette résistance espagnole, mais il le fait pour affirmer que « there were a very little effective resistance against Franco after 1939, and the Spanish revolution(s) were defeated and destroyed well before then ». « Introduction », in Tony Judt (éd.), Resistance and revolution in Mediterranean Europe 1939-1948. New-York, Routledge, 1989, p. 1-25, cit. p. 9.

7 Tomás Cossías, La lucha contra el « maquis » en España, Editora Nacional, Madrid, 1956. Voir aussi, dans le même registre, Ángel Ruiz Ayúcar, « Guerrilla española del siglo XX », Revista de Estudios Históricos de la Guardia Civil, no 9, 1972, p. 236.

8 Andrés Sorel, Búsqueda, reconstrucción e historia de la guerrilla española del siglo XX a través de sus documentos, relatos y protagonistas, Paris, Librairie du Globe, 1970 ; José Gros, Abriendo camino. Relato de un guerrillero comunista. Prólogo de Dolores Ibárruri, Paris, Librairie du Globe, 1971 ; A. E. Fernández, La España de los maquis, México, Era, 1977.

9 Il s’agit principalement de « Reseña General del problema del bandolerismo en España después de la Guerra de Liberación », 1957. Sur ces documents voir Jorge Marco, « Los documentos de Eulogio Limia Perez y la guerrilla », Hispania Nova. Revista de Historia contemporánea, no 6, 2006. En ligne : http://hispanianova.rediris.es/6/textos/6tex001.htm.

10 Francisco Aguado Sánchez, El maquis en España : su historia, Editorial San Martín, Madrid, 1975, et El maquis en España : sus documentos, Madrid, Editorial San Martín, 1976.

11 Adolfo Lucas Reguillón García (Severo Eubel de la Paz), El último guerrillero de España, Madrid, AGLAG, 1975 ; Carlos J. Kaiser, La guerrilla antifranquista. Historia del maquis, Madrid, Ed. 99, 1976 ; J. A Vidal Sales, Después del 39. la guerrilla antifranquista, Barcelona, ATE, 1976 ; Isidro Cicero, Los que se echaron al monte : Juanín, Machado, Bedoya…, Madrid, Editora Popular, 1977 ; Eduardo Pons Prades, Guerrillas españolas. 1936-1960, Barcelona, Planeta, 1977.

12 Hartmut Heine, A guerrilla antifranquista en Galicia, Xerais, Vigo, 1980 ; Secundino Serrano, La guerrilla antifranquista en León (1936-1951), Junta de Castillla y León, 1986 ; Francisco Moreno, Córdoba en la posguerra (la represión y la guerrilla, 1939-1950), Córdoba, Francisco Baena, 1987 ; Fernanda Romeu, Más allá de la utopía : la Agrupación Guerrillera de Levante, Valencia, Alfòns el Magnánim, 1987.

13 Secundino Serrano, Maquis, op. cit., p. 382. Le chiffre des agents de liaison est donné par Francisco Moreno, « Huidos, maquis y guerrilla », op. cit., p. 131.

14 Julián Chaves, Huidos y maquis : la actividad guerrillera en la provincia de Cáceres (1936-1950), Cáceres, Institución cultural « El Brocense », 1994.

15 Ce phénomène s’est d’ailleurs également produit par rapport au courant révisionniste qui sévit en ce moment en Espagne, et qui donne une version du coup d’État et de la guerre civile favorable au camp franquiste. Tout d’abord indifférents à ce courant, les historiens ont fini par se voir obligés d’y riposter, devant l’ampleur prise par le phénomène et l’écho médiatique et populaire atteint par ces versions révisionnistes. Sur cette question on peut voir Javier Rodrigo, « Los mitos de la derecha historiográfica. Sobre la memoria de la Guerra Civil y el revisionismo a la española », Historia del Presente, no 3, 2004, p. 185-195.

16 Il y a, bien entendu, des exceptions à cette règle : déjà en 1991, José María Azuaga explorait d’autres possibilités narratives dans un article intitulé « La agrupación guerrillera Granada-Málaga : estudio sobre las mentalidades y la vida cotidiana », Espacio, tiempo y forma, Serie V, Historia contemporánea, no 4, 1991, p. 139-170. De même, dans le livre de Secundino Serrano sur le Léon ou celui de Fernanda Romeu sur le Levante nous trouvons déjà cette volonté d’une analyse sociologique ou culturelle (des « mentalités ») de la guérilla. Quant aux auteurs qui ont polémiqué avec Aguado Sánchez, on peut compter Francisco Moreno parmi les plus tenaces.

17 À quelques exceptions près, comme Dolores Marín, Clandestinos. El maquis contra el franquismo, 1934 [sic]-1975, Plaza & Janés, Madrid, 2002, ou Mercedes Yusta, La guerra de los vencidos, op. cit., et Guerrilla y resistencia campesina. La resistencia armada contra el franquismo en Aragón, Zaragoza, Prensas Universitarias de Zaragoza, 2003.

18 Francisco Moreno, « Lagunas en la memoria y en la historia del maquis », Hispania Nova. Revista de Historia Contemporánea, no 6 (2006), article en ligne (http://hispanianova.rediris.es). Il avait déjà exposé ces arguments dans son livre le plus important à ce jour, La represión armada contra Franco. Tragedia del maquis y la guerrilla : el Centro-Sur de España, de Madrid al Guadalquivir, Barcelona, Crítica, 2001. Il peut être intéressant de noter que le seul ouvrage français sur la Résistance qui apparaît dans sa bibliographie est un livre de 1970 (cité dans sa traduction espagnole), l’Histoire mondiale des maquis de Claude Chambard.

19 Voir par exemple le livre-brûlot de Gregorio Morán, Miseria y grandeza del Partido Comunista de España, 1939-1985, Barcelona, Planeta, 1986.

20 Cette approche s’annonçait déjà dans certains ouvrages parus au cours des années 80, comme ceux de Secundino Serrano ou Francisco Moreno. Des articles comme celui d’Azuaga Rico, « La Agrupación guerrillera de Granada-Málaga », op. cit., ou des travaux comme ceux de Julián Chavez sur l’Extremadure, évoquaient aussi, dès le début des années 90, la connexion entre une conflictualité « traditionnelle » et l’apparition de la guérilla au cours de l’après-guerre. Voir Julián Chaves, Huidos y maquis : la actividad guerrillera en la provincia de Cáceres (1936-1950), Cáceres, Institución cultural « El Brocense », 1994.

21 En particulier Francisco Cobo Romero, Conflicto rural y violencia política. El largo camino hacia la dictadura. Jaén, 1917-1950, Universidad de Jaén, Jaén, 1998, et Revolución campesina y contrarrevolución franquista en Andalucía, Granada, Universidad de Granada, 2004.

22 Dans ce domaine la collaboration entre historiens des deux côtés des Pyrénées est assez fréquente : les travaux d’historiens comme Jean-Luc Mayaud, Jérôme Lafargue ou Édouard Lynch sont très souvent cités par les historiens espagnols, de même que ceux des historiens espagnols José Manuel Naredo ou Ramón Garrabou le sont en France.

23 Voir à ce propos Laurent Douzou, « La Résistance et le monde rural : entre histoire et mémoire », Ruralia, avril 1999, [En ligne], mis en ligne le 1er janvier 2003. URL : http://ruralia.revues.org/document88.html.

24 En particulier dans François Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », in Antoine Prost (dir.), La Résistance, une histoire sociale, Paris, Les éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, 1997, p. 21-41. Voir aussi du même auteur, « Les paysans et la Résistance : problèmes d’une approche sociologique », in La Résistance et les Français. Enjeux stratégiques et environnement social, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1995, p. 245-255.

25 Jacques Semelin, Sans armes face à Hitler : La résistance civile en Europe, 1939-1943, Paris, Payot, 1989 ; Edward P. Thompson, « La economía “moral” de la multitud en la Inglaterra del siglo XVIII » in Tradición, revuelta y conciencia de clase, Barcelona, Crítica, 1979, p. 109-110 ; James Scott, « Formas cotidianas de rebelión campesina », Historia social, n o 38, 1997, p. 13-39, et Weapons of the weak. Everyday forms of peasant resistance, Yale University Press, 1985; Alf Lüdtke, « De los héroes de la Resistencia a los coautores. “Alltagsgeschichte” en Alemania », Ayer, no 19, 1995, p. 49-69 ; François Marcot, « Les paysans et la Résistance : problèmes d’une approche sociologique », in La Résistance et les Français. Enjeux stratégiques et environnement social, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1995, p. 245-255, et « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », in Antoine Prost (dir.), La Résistance, une histoire sociale, Paris, Les éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, 1997, p. 21-41 ; H. R. Kedward, In search of the maquis : rural resistance in Southern France, 1942-1944, Oxford, Clarendon Press, 1994, et « La résistance, l’histoire et l’anthropologie : quelques domaines de la théorie », in Jean-Marie Guillon et Pierre Laborie (dir.), Mémoire et Histoire : la Résistance, Toulouse, Privat, 1995. J’ai développé l’emploi de cette bibliographie appliqué à l’étude de la résistance espagnole dans Mercedes Yusta, Guerrilla y resistencia campesina, op. cit., p. 15-43, et « Guérilleros et paysans après la guerre d’Espagne » in Pietro Causarano, Valeria Galimi, François Guedj, Romain Huret, Isabelle Lespinet, Jérôme Martin, Michel Pinault, Xavier Vigna, Mercedes Yusta (coord.), Le XXe siècle des guerres, Paris, Éditions de l’Atelier, 2004, p. 181-189.

26 Jorge Marco, Resistencia armada en la posguerra : Andalucía oriental, 1939-1952. Naturaleza, composición social y repertorios colectivos, Memoria de licenciatura dirigida por el Dr Julio Aróstegui, Universidad Complutense de Madrid, 2007.

27 Voir entre autres Mercedes Yusta, « Una guerra que no dice su nombre. Los usos de la violencia en el contexto de la guerrilla antifranquista », Historia Social, no 60, dossier « La cultura de guerra en la España del siglo XX », sous presse ; Odette Martinez, « Paroles de résistante à l’épreuve de l’archive audiovisuelle : indices du passé et traces du présent », Tigre, no 14 : « Trace et histoire », 2006 ; José Antonio Vidal Castaño, La memoria reprimida. Historias orales del maquis, Valencia, PUV, 2004.

28 Philippe Buton, « La Francia della Liberazione e la guerra civile », Memoria e Ricerca, no 21, 2006, p. 101-112.

29 Il s’agit du Encuentro Internacional : La resistencia armada contra el franquismo, Madrid, Universidad Complutense, 29 au 31 octobre 2006, dont les actes paraîtront prochainement : Julio Aróstegui et Jorge Marco (dir.), El último frente. La resistencia armada antifranquista en España, Madrid, Los Libros de la Catarata, sous presse. En 1988 une journée d’étude fut également co-organisée par l’Université Autónoma de Madrid et la Fundación de Investigaciones Marxistas (PCE), et les actes publiés sous le titre El movimiento guerrillero de los años cuarenta, Madrid, FIM, 1990.

Auteur

Professeur à l’université de Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540