Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l’histoire de la Résistance

 | 
Laurent Douzou

Quatrième partie. Éléments d’historiographie des résistances européennes

L’historiographie de la Résistance belge. À la recherche de la patrie perdue

Fabrice Maerten

Texte intégral

  • 1 Cet aperçu emprunte principalement à Alain Colignon et José Gotovitch, « Du sang, de la sueur, de (...)
  • 2 Les chiffres sont repris de Karolien Steen, op. cit., p. 76 et de Laurent Douzou, La Résistance fr (...)
  • 3 Ainsi, on pourrait rétorquer que, compte tenu du rapport de 1 à 5 en termes de population, l’écart (...)

1Ce qui frappe de prime abord quand on compare les historiographies de la Résistance en France et en Belgique, c’est la modestie de la production belge1. Le nombre de publications comptabilisées jusqu’en 2001 pour ce dernier pays est en effet d’environ 800, alors qu’il est de 4 250 pour la France2. Plus peut-être que cette mise en parallèle, source potentielle de débats3, c’est le peu d’échos de ces publications dans la société belge par rapport à ce qui est observé outre-Quiévrain qui interpelle.

2Suivant un fil chronologique allant de la Libération aux premières années de ce nouveau millénaire, l’article tentera de comprendre pourquoi l’historiographie de la Résistance belge s’est la plupart du temps montrée discrète, ne suscitant guère de débats sociétaux, ni de tensions entre acteurs, acteurshistoriens et historiens. La contribution sera aussi attentive à souligner les apports importants de l’historiographie française à sa modeste consœur.

Un bref temps de célébration (1944-1948)

  • 4 Sur cet épisode, voir José Gotovitch, « Communistes et Résistants : les (en)jeux de dupes d’une li (...)

3Lorsque les troupes allemandes évacuent la Belgique en septembre 1944, un consensus existe pour mettre à l’honneur ceux qui ont aidé à chasser l’occupant. Dès l’automne cependant, des tensions opposent les principaux groupes de Résistance à un gouvernement pressé d’ôter tout pouvoir à des structures qu’il craint de ne pas maîtriser. Particulièrement furieux de cet ostracisme, le Parti communiste de Belgique (PCB) tente en novembre 1944 par un mini-coup de force orchestré au nom de la Résistance de faire tomber le gouvernement d’union nationale pour le remplacer par une coalition située plus à gauche. L’échec de l’opération affaiblit surtout le PCB, mais atteint aussi les anciens combattants de l’ombre4.

  • 5 Extrait du procès-verbal de la réunion de la CHR du 22.12.1945, repris par José Gotovitch, Fonds L (...)

4Le crédit de la Résistance est cependant alors encore assez important pour que dès les premiers mois de 1945 soient lancées des initiatives mémorielles où celle-ci occupe une place de premier choix. La Commission de l’historique de la Résistance (CHR), créée sous les auspices du Ministère de la défense nationale en mai 1945, a ainsi pour tâche de rédiger un ouvrage consacré « aux actes de résistance qui furent le fait de Belges travaillant en organisation dans les territoires ennemis ou occupés par l’ennemi5 ».

5Les similitudes avec la situation française sont frappantes. Il s’agit ici aussi de demander à des historiens professionnels de préparer l’élaboration d’une histoire de la Résistance à partir d’une structure conçue dès la fin de la guerre dans le cadre étatique. Ceci dit, la CHR diffère tout de même en de nombreux points des comités français. D’abord, elle ne s’occupe que de la Résistance. Ensuite, la récolte d’archives n’est pour elle qu’un moyen pour parvenir rapidement à la réalisation d’une synthèse. Par ailleurs, elle ne se soucie guère de collecte de témoignages oraux. En outre, le cadre officiel établi est beaucoup plus léger et sert avant tout à réunir les deux composantes essentielles de la commission, à savoir les professeurs d’histoire des universités et les représentants des mouvements de résistance. Ce poids important réservé au départ aux organisations de lutte, et en particulier aux structures de résistance armée, constitue évidemment une autre différence fondamentale avec les comités français.

6Menacée d’échec par les tensions croissantes entre résistants de plus en plus divisés et scientifiques, l’entreprise aboutit tout de même à la publication en décembre 1948 du Livre d’or de la Résistance belge. Cette réussite doit beaucoup à la cheville ouvrière de la Commission, le journaliste ex-résistant et ex-prisonnier politique Léo Lejeune (1896-1959). Par sa vision essentiellement unanimiste et héroïque, l’ouvrage est le témoin de la volonté, propre aux lendemains de la Libération, de symboliser par l’évocation de la Résistance le mythe de l’unité et du courage de la nation face à l’épreuve. Par la portion congrue laissée aux structures proches du Parti communiste, il est aussi le reflet d’une personnalité conservatrice. Il a cependant le grand mérite de constituer une synthèse originale fourmillant d’informations à une époque où peu à peu le silence s’installe sur le passé résistant.

7Un bon indice de la disparition rapide de l’esprit de communion réside dans la tentative avortée de mettre sur pied un musée belge de la Guerre mondiale. Née à la fin de l’Occupation dans les milieux historiens de l’université libre de Bruxelles (ULB), l’idée d’ériger un musée où seraient mises en valeur la souffrance et la résistance du peuple belge au cours des deux guerres mondiales recueille dans un premier temps un large soutien des autorités. Mais à peine le projet est-il au printemps 1945 approuvé par le pouvoir qu’il est déjà condamné à l’échec comme le prouve la suppression de sa dotation publique dès 1946. Faute de moyens, le musée ne sera jamais ouvert. C’est que depuis l’été 1945 une mémoire plutôt patriotique de la Seconde Guerre mondiale est devenue une impossibilité politique.

  • 6 Cf. Michel Dumoulin, Mark Van den Wijngaert et Vincent Dujardin (dir.), Léopold III, Bruxelles, Co (...)

8À l’époque en effet éclate la Question royale6. Le conflit oppose tenants et adversaires du retour de Léopold III après son exil forcé dans le Reich. Le cœur de la question a trait à l’attitude du Roi sous l’Occupation : ses adversaires l’accusent d’avoir été tenté de profiter de l’invasion allemande pour instaurer un régime fort en Belgique alors que ses partisans estiment qu’il a toujours agi en fonction des intérêts supérieurs de la Nation. La question divise le pays : la droite catholique prend fait et cause pour Léopold III alors que la gauche socialiste, communiste et, dans sa grande majorité, libérale, demande son abdication. La Belgique est d’autant plus ébranlée que ces lignes de partage coïncident assez largement avec celles d’une Flandre majoritairement conservatrice et d’une Wallonie surtout marquée par les idéaux de la Révolution française.

  • 7 Cf. Marnix Beyen, « “Elle est de plus en plus noire, la masse des flamingants”. Comment s’est forg (...)

9L’attachement à la nation belge, érodé en Flandre depuis la Première Guerre mondiale par un sous-nationalisme de plus en plus conquérant, n’y a, du fait du refus de la majorité des francophones de voir revenir le Roi, guère le temps de se consolider à l’issue du conflit. L’irritation par rapport à la Belgique croît d’autant plus vite au Nord du pays que simultanément à la tension née de la Question royale, s’y développe le sentiment que la répression de la collaboration est un instrument pour museler les aspirations autonomistes de la Flandre7. Le dénouement de la Question royale – l’abdication à l’été 1950 de Léopold III sous la pression des foules wallonnes alors qu’à l’issue d’un referendum favorable au Roi, ce dernier avait retrouvé son trône – ne fera qu’accroître le fossé entre les deux grandes communautés du pays.

  • 8 Cf. Bruno De Wever, « Het verzet in de publieke herinnering in Vlaanderen », dans Tegendruk. De ge (...)

10La mémoire de la Seconde Guerre mondiale renvoie donc très vite à une profonde déchirure. Et le souvenir de la Résistance perd d’autant plus vite son potentiel unificateur et donc sa principale raison d’être sociétale, que nombre de résistants prennent des positions opposées dans le cadre de la Question royale. En outre, contrairement à la France, le monde de la Résistance est très vite privé de relais politiques pour faire entendre sa voix. En Flandre, où réside près de 55 % de la population du Royaume, les résistants sont assez rapidement marginalisés par une société dominée par un monde catholique plus attiré par un rapprochement avec les anciens collaborateurs nationalistes flamands qu’avec des résistants le plus souvent à gauche ou patriotes belges francophones8.

11Plus nombreux proportionnellement et mieux enracinés dans le terreau sociétal, les résistants de Bruxelles et de Wallonie ne peuvent cependant s’appuyer longtemps sur de grands courants porteurs. Principal moteur de la lutte dans les grands bassins industriels wallons mais aussi très présent ailleurs, le Parti communiste compte bien profiter de son investissement total dans la Résistance pour prendre une place importante dans le paysage politique. Mais bien moins puissant à la veille du conflit que son grand frère français, il n’est pas assez solide pour supporter le choc de la guerre froide. Après son relatif succès aux premières élections législatives de l’après-guerre (12,7 % à l’échelle du pays et 21,5 % en Wallonie), il bat nettement en retraite dès le scrutin de 1949 (7,5 % dans le pays et 12,6 % en Wallonie) pour redevenir un acteur marginal de la scène politique.

12Quant aux trois partis traditionnels, et en particulier leurs représentants francophones, ils ne manifestent que de façon conjoncturelle une bienveillance mesurée à l’égard de la Résistance. Car si tous ont compté des opposants dans leurs rangs, ils ne se sont investis dans la lutte que de manière limitée et tardive. L’essentiel était pour eux de préserver des structures certes mises en veilleuse par l’Occupation, mais aussi non ternies et pratiquement intactes. Leur choix est judicieux puisqu’ils peuvent réoccuper le pouvoir dès l’ennemi chassé du territoire. Il leur est cependant dès lors malaisé de rivaliser sur le terrain de l’instrumentalisation de la Résistance avec le PCB. Les trois partis utilisent il est vrai l’argument au temps de la Question royale, que ce soit pour le Roi (les catholiques) ou contre lui (les socialistes et les libéraux). Mais justement, en s’en servant comme d’une arme qui contribue à mener la Belgique au bord de l’implosion, ils brisent pour de bon le pouvoir rassembleur du phénomène et font taire pour de longues années des hommes et des femmes qui s’étaient pour la plupart avant tout battus pour assurer un avenir paisible au pays.

13Avant qu’une chape de plomb ne s’abatte sur l’historiographie de la Résistance, Léo Lejeune n’est évidemment pas le seul à publier sur le sujet. En 1948, il relève la trace d’environ 170 titres consacrés à ce thème depuis la Libération, dont pas mal de minces plaquettes et à peine une quinzaine d’écrits pouvant être considérés comme des travaux. Cette histoire rédigée par ses acteurs se veut essentiellement témoignage. Elle est publiée le plus souvent en français, à l’image de la langue généralement utilisée par les chefs de réseaux et mouvements. Empreinte souvent de pathétisme, elle exalte les récits de combat et les souffrances endurées dans un climat d’épopée et de guerre secrète apparemment souhaité par le public. Généralement œuvre de lettrés, elle fait la part belle à la Résistance de droite. Le Front de l’indépendance – l’équivalent du Front national –, contrôlé par les communistes mais qui était soucieux de rassembler des patriotes de toutes tendances, avait bien eu dès 1943 l’ambition de fixer dans un « Livre d’or » la relation de ses actions et de ses combats, mais le projet échoue suite aux dissensions apparues dans un comité de rédaction aux opinions politiques trop divergentes. Le plus célèbre chantre de l’engagement communiste, le journaliste et responsable du Front de l’indépendance Fernand Demany (1904-1977), prend en outre distance avec le PCB dès les premières années de la guerre froide. La mémoire communiste est dès lors vouée au mutisme par l’affaiblissement du Parti. Et comme les historiens, non habitués à s’aventurer dans le temps immédiat et sans doute échaudés par les fortes tensions nées de la Question royale, préfèrent ne pas intervenir, c’est la vision des acteurs de droite, et en particulier la plus élaborée, celle du résistant faisant office d’historien Léo Lejeune, qui domine pendant de nombreuses années.

La longue traversée du désert (1949-1967)

14À partir de la fin des années 40 d’ailleurs, les évocations de la Résistance se font rares. Pour l’ensemble de la période 1944-1969, les historiens Steen et Laplasse ne recensent que 91 publications scientifiques ou de vulgarisation sur le sujet, soit à peine 10 % de ce qu’ils comptabilisent jusqu’en 2004. En outre, 20 à peine sont rédigées en néerlandais, ce qui souligne le manque flagrant d’intérêt pour le thème au Nord du pays.

  • 9 George K. Tanham, Contribution à l’histoire de la résistance belge 1940-1944, Bruxelles, Presses u (...)

15Les années 50 sont particulièrement pauvres en études. Une recherche fait exception à l’immobilisme ambiant. L’historien américain George Tanham achève en effet en 1951 une thèse de doctorat consacrée à la Résistance en Belgique. Étranger aux querelles belges et à l’unanimisme de façade accepté tacitement par tous depuis la publication du Livre d’or de la Résistance belge, l’auteur présente une vision beaucoup plus nuancée. À travers notamment l’analyse des idées qui animent le monde de la clandestinité, il souligne les différences d’enjeu et les rivalités entre gauche et droite résistantes. Mais victime d’une sorte de conspiration du silence, l’étude restera pendant vingt ans inconnue du grand public : elle ne sera en effet traduite et publiée en français qu’en 19719.

16Les choses commencent à changer à partir de la fin des années 50, et ce pour deux raisons. Il y a d’abord le décès des deux figures qui ont sans doute le plus marqué la première vague de l’écriture de cette histoire. Les disparitions de Camille Joset (1879-1958), un notable catholique cadre de la Résistance et déporté des deux guerres, auteur en 1948 d’un court mais remarqué Panorama de la Résistance belge, et surtout de Léo Lejeune permettent une remise en question de leur vision aseptisée de la lutte clandestine. Par ailleurs, les quelques acteurs reconvertis en historiens qui s’intéressent à la problématique prennent conscience de l’étendue des retards accumulés vis-à-vis des autres pays d’Europe à l’occasion d’un premier colloque international sur le thème tenu à Liège en 1958. Ils y rencontrent notamment Henri Michel, dont l’influence sera désormais considérable sur cette historiographie renaissante.

17Figure centrale de cette deuxième vague d’acteurs-chercheurs, Henri Bernard (1900-1987) est particulièrement marqué par l’œuvre de l’historien français. Ce militaire à l’origine d’un des plus importants services de renseignements en pays occupé est, dès décembre 1941, obligé de fuir en Grande-Bretagne, où il supervise la résistance armée au sein du gouvernement. Nommé professeur d’histoire à l’École royale militaire (ERM) en 1946, ce chrétien de tendance traditionaliste féru d’humanisme commence à s’intéresser à l’étude de la Résistance à la fin des années 50. Sous l’influence de Michel, rencontré pour la première fois au colloque de Milan en 1961, il assignera à la Résistance une double dimension : celle d’un combat patriotique pour la délivrance du territoire national et celle d’une lutte idéologique pour la défense de la dignité humaine.

18À partir de 1964, Bernard profite de l’infrastructure que lui offre l’ERM pour faire mener à plusieurs de ses étudiants des mémoires de fin d’étude sur le principal mouvement de résistance militaire, l’Armée secrète, grâce à un accès privilégié aux archives de l’organisation. En 1968, il publie sous le simple titre La Résistance 1940-1945, une introduction à l’histoire de la Résistance qui fera date. Nous y reviendrons.

19Mais en ce début des années 60, l’heure n’est pas encore aux nouvelles synthèses. Le défiest de taille, compte tenu non seulement du désintérêt du monde universitaire pour l’histoire récente, ce qui ne distingue pas la Belgique de la France, mais aussi de l’absence de toute structure chargée de rassembler les sources propres à la Seconde Guerre mondiale. Et si l’on ajoute que les Archives générales du Royaume, en charge de la conservation et du classement des archives publiques, ne sont guère stimulées à la préservation des archives récentes par la loi de 1955 qui n’oblige les administrations à déposer aux archives de l’État que les documents de plus de 100 ans, on peut même parler de gageure.

  • 10 Cf. Vincent Dujardin et Michel Dumoulin, Nouvelle histoire de Belgique 1950-1970. L’union fait-ell (...)

20L’évolution politique de la Belgique va cependant indirectement aider à améliorer la situation. Déjà ulcérés par l’issue de la Question royale, de nombreux Flamands n’apprécient guère que le gouvernement socialistelibéral qui gouverne le pays entre 1954 et 1958, prenne alors des mesures pour favoriser l’enseignement officiel au détriment de l’école catholique, majoritaire en Flandre10. Le conflit se termine par un compromis qui apaise les tensions sur le plan philosophique, mais pas communautaire. Au contraire, la fin de la décennie et surtout le début des années 60 sont marqués par la montée de revendications politiques, linguistiques et culturelles flamandes. Ainsi, sur le plan politique, de plus en plus de voix s’élèvent en Flandre pour réclamer l’amnistie, c’est-à-dire la réhabilitation complète et sans conditions de l’ensemble des personnes condamnées pour avoir collaboré politiquement avec l’occupant. Dans les faits, la pression qui se traduit notamment par des marches sur Bruxelles en 1961 et 1962, aboutit à un assouplissement des séquelles de la collaboration, à un début d’autonomie culturelle et surtout à de nouvelles lois linguistiques qui garantissent le bilinguisme à Bruxelles et figent une fois pour toutes la frontière linguistique dans le but d’empêcher le français de s’étendre dans la périphérie flamande.

21La réussite de cette campagne témoigne de la force grandissante dans le pays d’une nouvelle bourgeoisie flamande. Éduquée entièrement en néerlandais, elle est, sur le plan économique, à la tête d’entreprises de plus en plus florissantes qui peu à peu supplantent les industries lourdes wallonnes sur le déclin. Cette évolution fait craindre à divers milieux wallons, et notamment aux puissants syndicats socialistes, que l’État belge, où les Flamands occupent de plus en plus de postes clés, ne délaisse la Wallonie et ne lui permette donc pas de se redresser. La grande grève de l’hiver 1960-1961 témoigne de cette angoisse. Son échec conduit au développement de structures puis de partis réclamant l’autonomie économique du Sud du pays.

  • 11 Cf. Alain Colignon, « La Belgique, une patrie d’anciens combattants ? », dans Cahiers d’histoire d (...)

22On comprend que dans ce contexte, les courants belgicistes soient inquiets. De plus en plus minoritaires en Flandre et en net recul en Wallonie, ils se concentrent surtout à Bruxelles, en particulier parmi l’élite francophone de la capitale, qui a le plus à perdre de la partition du pays. Les associations patriotiques sont évidemment un autre foyer de belgicisme. Conscientes de la menace grandissante qui pèse sur l’avenir du pays, ces diverses forces organisent le 31 mars 1963 une contre-manifestation en faveur de la Belgique. Mais pour diverses raisons – politisation de l’événement, météo exécrable – celle-ci tourne au fiasco11.

23Le coup est rude à encaisser, mais il est probable qu’il aide les groupements patriotiques à prendre conscience qu’il est temps de sortir du silence imposé sur la guerre à l’issue de la Question royale, pour redynamiser l’image de la patrie. Leur lutte acharnée contre l’amnistie, qui s’explique en grande partie par la crainte de voir l’idée de nation belge dévalorisée par la réhabilitation de ceux qui l’ont combattue, les pousse sans doute aussi à encourager la plongée dans le passé. D’autres courants, souvent proches des structures belgicistes, se préoccupent également de la volonté, liée à la demande d’amnistie, d’un nombre non négligeable de Flamands de gommer les aspects les plus sombres de leur histoire. Une certaine gauche intellectuelle, qui a le vent en poupe en ce début des Golden Sixties, craint en effet que le désir de faire passer les collaborateurs politiques flamands pour des idéalistes s’étant fourvoyés en omettant la dimension fascisante du nationalisme flamand des années 30 et 40, ne facilite la résurgence de l’extrême droite. Cette gauche a donc aussi intérêt à une étude scientifique de la Seconde Guerre mondiale qui décortiquerait les phénomènes de la collaboration et de la résistance. Il n’est dès lors pas étonnant que l’université libre de Bruxelles (ULB), bastion tant du patriotisme que de la pensée de gauche, constitue un des principaux points d’ancrage de ce nouvel élan. Ainsi, lors d’une intervention au colloque de Karlovy-Vary consacré en 1963 à la Résistance européenne, le secrétaire général de l’ULB et ancien résistant Robert Leclercq (1917-1970) n’hésite pas à remettre en question l’unanimisme prévalant toujours à l’époque pour encourager l’étude scientifique de la résistance et de la collaboration.

  • 12 L’équivalent du CNRS.

24Par ailleurs, dès 1961, l’historien de l’ULB Jacques Willequet (1915-1991) crée, avec l’appui de l’archiviste général du Royaume Étienne Sabbe, un petit Centre national d’histoire des deux guerres mondiales. La modeste association sans but lucratif du départ obtient à partir de 1964 des crédits du FNRS12 qui lui permettent d’engager trois chercheurs. Entre-temps, plus précisément le 18 juin 1963, le ministre de la Justice socialiste et professeur à l’ULB Pierre Vermeylen (1904-1992) s’engage au Parlement. Sous la pression des associations patriotiques mécontentes des concessions faites dans le dossier des séquelles de l’épuration, il promet en effet la création d’un centre de documentation pour l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale dans lequel les organisations de résistance auraient un rôle important à jouer.

  • 13 Sur l’histoire du CREHSGM, voir outre les références citées à la note 1, Pieter Lagrou, « Historio (...)

25Mais c’est un autre événement du même registre judiciaire, l’acquittement par une cour d’assises autrichienne en décembre 1965 du SS flamand et criminel de guerre Robert Verbelen (1911-1990) qui va finalement permettre la mise sur pied du Centre tant attendu. Les patriotes ont en effet désormais beau jeu de crier à la nécessité pour l’État belge de fonder une institution capable au minimum de produire la documentation nécessaire à l’inculpation d’un criminel notoire. C’est chose faite en décembre 1967 avec la création du Centre de recherches et d’études historiques de la Seconde Guerre mondiale (CREHSGM), qui absorbe le petit centre de Jacques Willequet13. Pour l’historiographie de la Résistance, une nouvelle époque peut commencer.

Un développement… en mode mineur (1968-1989)

26Le CREHSGM a dès le départ pour mission de « prendre toutes les mesures nécessaires en vue de recenser, sauvegarder et dépouiller les documents ou archives se rapportant à la Seconde Guerre mondiale en Belgique, à ses antécédents et préliminaires ainsi qu’à ses conséquences. En outre, il est chargé de l’organisation de l’étude scientifique de la Seconde Guerre mondiale sous tous ses aspects ». Son instance dirigeante, la Commission scientifique, se réunit pour la première fois début juin 1968. Elle rassemble à part égale, sous la présidence formelle du ministre de l’Éducation nationale, des délégués des associations d’anciens résistants et victimes de la guerre et des scientifiques. Ces derniers comptent un représentant de chaque département d’histoire des six grandes universités du pays, l’archiviste général du Royaume et lorsqu’il sera choisi un peu plus tard, le directeur du Centre.

27La désignation de ce dernier témoigne bien du difficile équilibre à trouver entre deux mondes qui n’ont évidemment pas toujours la même vision des choses. Au candidat des associations patriotiques, le journaliste et ancien résistant Jean Fosty (1910-1974), est opposé le licencié en sciences politiques de l’ULB Jean Vanwelkenhuyzen (1927-2008), qui se profile comme un historien militaire et diplomatique. Le choix du scientifique traduit une tendance qui ne fera que s’amplifier avec le temps, à savoir la prédominance des universitaires dans l’instance décisionnelle du CREHSGM. Ceci dit, les « patriotes » ne se retireront du comité qu’au tournant du millénaire.

28Ces désaccords retardent le vrai démarrage du Centre. Il faut en effet attendre juin 1969 pour qu’une équipe scientifique composée de cinq jeunes historiens issus de diverses universités des deux communautés du pays rejoigne le directeur et commence à se mettre au travail. Parmi eux figurent deux des trois scientifiques ayant travaillé précédemment dans le cadre du Centre fondé par Willequet, à savoir Jean Dujardin (1937-1986) et José Gotovitch. Ils marqueront une profonde césure dans l’historiographie de la Résistance en Belgique, puisqu’ils seront pratiquement les premiers chercheurs d’envergure à ne pas avoir participé au combat clandestin.

29Entre-temps, nous l’avons signalé, Henri Bernard a publié La Résistance 1940-1945. Largement apprécié à sa sortie, l’ouvrage restera longtemps une référence en la matière. Il a en effet le grand mérite de présenter de manière claire et succincte les différents réseaux et mouvements présents sur le terrain. Lui revient aussi de rendre enfin justice à l’intense activité pratiquée par le Front de l’indépendance. Par ailleurs, sa présentation par types d’activité n’est pas sans intérêt, mais outre qu’elle privilégie les services de renseignement et la résistance armée, soit la résistance militaire au détriment de l’opposition civile, elle occulte l’existence des différents courants sociétaux qui sous-tendent l’engagement résistant et de ceux qui ne le soutiennent pas. Car malgré ses dénégations, Bernard n’est pas loin de partager la vision unanimiste de ses prédécesseurs. On ajoutera qu’il ébauche l’idée contestable – elle sera plus largement développée dans d’autres publications – que la Résistance voulait construire une Europe démocratique. Nul doute que pour l’anticommuniste Henri Bernard, l’idéal européen qu’il présente est surtout destiné à faire barrage à l’Union soviétique.

  • 14 Henri Buch, « La Résistance : l’expérience belge », dans Norberto Bobbio, Robert Bosc, Henri Buch (...)

30Au-delà de ses qualités et de ses défauts, le livre de l’historien militaire a surtout comme vertu de relancer enfin le débat sur la Résistance. Car si l’ouvrage est de manière générale bien accueilli, en particulier dans les milieux patriotiques, il suscite tout de même dès sa sortie des réserves dans certains cercles et va indirectement stimuler d’autres productions. Ainsi, l’historien gantois Jan Dhondt (1915-1972), un des pères fondateurs de l’histoire contemporaine en Belgique, lui reproche de ne pas s’interroger sur la composition sociale et sur l’arrière-fond politico-idéologique des structures résistantes. Par ailleurs, il est certain que l’étude ne fait pas l’unanimité à l’ULB. Ce n’est en effet sans doute pas un hasard si le juriste et ancien résistant communiste Henri Buch (1910-1972), qui est étroitement lié à l’université bruxelloise, publie en 1970 un article remettant en question la conception de la Résistance développée par Bernard. Discernant dans le fait résistant la conjonction du patriotisme, de l’humanisme mais aussi du socialisme, il met particulièrement en évidence les implications idéologiques du phénomène et souligne les enjeux politiques d’un combat mené selon lui pour le contrôle de la Cité14. Il est par ailleurs troublant de constater que l’étude de Tanham, qui met en lumière les divergences idéologiques au sein de la Résistance, est à l’époque sortie des tiroirs pour être publiée en 1971 aux Presses universitaires de Bruxelles, une maison d’édition attachée à l’ULB.

  • 15 Jules Gérard-Libois et José Gotovitch, L’an 40. La Belgique occupée, Bruxelles, CRISP, 1971. Voir (...)

31Mais la principale réplique à l’ouvrage d’Henri Bernard vient de la partie consacrée à la résistance de L’an 40. La Belgique occupée, œuvre référence publiée en 1971 par le journaliste politique Jules Gérard-Libois (1923-2005) et le jeune historien du CREHSGM José Gotovitch15. Le livre, qui est le premier à analyser de manière critique et nuancée la société belge à l’un des moments les plus délicats de son histoire, plaît à un large public cultivé heureux de disposer enfin de solides clés de compréhension de la période. L’accueil des scientifiques est également excellent. Seuls en définitive, quelques acteurs de l’époque, comme par exemple l’ancien résistant Fernand Demany, ne l’apprécient que modérément, l’estimant trop froid. En somme, et le débat qui s’ouvre là est bien connu en France, on reproche la distance prise par l’historien.

  • 16 La thèse, défendue à l’ULB, s’intitule Le Parti Communiste de Belgique 1939-1944. Stratégie nation (...)

32De manière plus générale, L’an 40 est le reflet d’une évolution marquante dans les universités. C’est en effet à la charnière des années 60 et 70 que l’histoire contemporaine y atteint sa pleine maturité. La section qui s’y consacre est non seulement en plein essor, mais en outre elle commence à accueillir des contemporanéistes comme enseignants. Par ailleurs, la Revue belge d’histoire contemporaine voit le jour en 1969 et l’Association belge pour l’histoire contemporaine en 1972. Ceci dit, l’attention est alors encore essentiellement centrée sur le XIXe siècle. Petit à petit cependant, l’intérêt grandit pour le XXe siècle et un premier mémoire de licence en histoire porte sur la Seconde Guerre mondiale en 1971. L’année suivante, deux thèses de doctorat traitent des années noires. La vague d’intérêt scientifique pour la période, stimulée par l’excellent cadre scientifique et documentaire que constitue peu à peu le CREHSGM, est définitivement lancée. Il faudra cependant attendre 1988 pour qu’une première thèse de doctorat soit consacrée spécifiquement à la Résistance. Le nom de son auteur, José Gotovitch, atteste, si besoin en était, qu’il est un acteur clé de cette historiographie16.

33La lutte contre l’occupant n’occupe qu’une part relativement limitée de L’an 40 – à peine un peu plus de 80 pages sur 436 –, mais la façon d’aborder la question par les auteurs, poursuivant dans la voie tracée par Tanham, Leclercq et Buch, tranche radicalement avec les approches antérieures. Ne niant pas le côté patriotique de la lutte mis en avant par Bernard et la plupart de ses prédécesseurs, elle dévoile de façon convaincante d’autres ressorts, de nature plus nettement politique, sans hésiter à souligner les atermoiements de ces premiers mois d’occupation. Saute en particulier aux yeux la finesse de l’analyse de l’attitude des structures socialistes et communistes. Enfin, l’étude tient aussi compte du contexte social, en particulier de la dégradation rapide des conditions d’existence, pour expliquer le développement de la Résistance, ce qui constitue une grille d’interprétation particulièrement novatrice et stimulante pour l’époque.

  • 17 José Gotovitch, « Photographie de la presse clandestine de 1940 », dans Cahiers d’histoire de la S (...)
  • 18 Merci à J. Gotovitch d’avoir bien voulu répondre à nos questions. Courriel de José Gotovitch à l’a (...)

34Les auteurs de L’an 40 ont toujours gardé la plus grande discrétion sur leur part respective dans l’ouvrage, mais la publication en 1972 par le seul José Gotovitch d’une étude fouillée sur la presse clandestine parue en 1940 indique clairement qu’il a pris une part prépondérante dans la rédaction des chapitres traitant de la Résistance17. Marqué par un univers familial où le souvenir de la guerre est omniprésent, le futur historien, par militantisme politique, s’intéresse dès son adolescence à la résistance communiste et au monde ouvrier18. Formé à l’ULB, il y est remarqué par Jacques Willequet qui l’engage en 1964 dans son centre. Mais alors qu’il avait jusque-là travaillé sur le premier conflit mondial, il profite de l’opportunité qui lui est offerte pour se lancer dans l’étude du second.

  • 19 Toutes les citations de ce paragraphe sont tirées du courriel évoqué à la note précédente.

35En quête de repères pour aborder une « sphère de recherche [la Résistance], alors totalement inexistante et ignorée voire méprisée par les cercles académiques », José Gotovitch se tourne vers la France. Le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale lui sert de premier modèle. Il est surtout marqué par La guerre de l’ombre d’Henri Michel, qui constitue à ses yeux l’exemple d’une approche scientifique et empathique à la fois. Plus fondamentale encore pour lui, est « l’analyse magistrale que livra Annie Kriegel sur les communistes français ». De manière globale, sa formation et ses travaux, concrétisés par plusieurs dizaines de publications et une thèse consacrée à l’attitude du PCB sous l’Occupation, sont « largement redevables à chaque stade des chercheurs et des travaux français19 ». Il pointe en particulier le milieu des historiens français du communisme et les chercheurs de l’IHTP avec qui les liens se multiplient dès les années 80.

36Même si comme le montre magistralement L’an 40, le militant actif a rapidement laissé la place à un historien de haut niveau, José Gotovitch et les centres d’intérêt qu’il privilégie ne plaisent pas à tous les membres du Comité scientifique du CREHSGM en ce début des années 70. Lui est particulièrement hostile l’ex-résistant Hubert Halin (1922-1974), cheville ouvrière de l’anticommuniste Union internationale de la Résistance. Aussi n’est-il pas étonnant que le Comité estime alors que les membres de l’équipe scientifique doivent d’abord et avant tout veiller à rassembler des documents et des témoignages, tout en réalisant des instruments de travail. Preuve que le rappel à l’ordre est ciblé, le Centre est officieusement chargé d’écrire l’histoire de la libération d’Anvers. Ce dernier projet n’aboutira jamais tant les responsables des anciennes organisations de résistance d’Anvers sont divisés sur la question. Cela n’empêchera pas certains groupes d’anciens de se plaindre que le Centre ne s’intéresse pas assez à la Résistance.

37Le reproche est infondé. En quelques années, le CREHSGM rassemble et inventorie une volumineuse masse d’archives sur la Résistance, qui sont directement accessibles au public. Dans le même temps, ses chercheurs multiplient les interviews d’anciens acteurs du combat clandestin, comblant ainsi partiellement le retard accumulé dans ce domaine vis-à-vis des pays voisins, et notamment de la France. La souplesse de l’institution permet également une consultation relativement aisée de ce type de source neuf pour la Belgique. Par ailleurs, sa revue, les Cahiers d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, publie régulièrement des articles sur le sujet. Le chercheur Jean Dujardin notamment, y rédige des contributions fouillées sur divers services et organisations clandestins. La maladie l’empêchera cependant dès le début des années 80 d’approfondir ses recherches. Pendant ce temps, José Gotovitch multiplie les productions, en particulier sur la Résistance de gauche.

  • 20 Le nombre assez élevé de travaux dans les années 60 tient essentiellement aux mémoires menés alors (...)

38Malgré l’infrastructure offerte, qui tranche singulièrement avec les conditions de travail habituelles des historiens du XXe siècle dans les années 70 et 80, on ne constate pas vraiment de décollage de la production scientifique sur le sujet. Ainsi, Steen et Laplasse comptabilisent 11 travaux de fin d’étude sur ce thème entre 1964 et 1969, 14 dans les années 70 et 17 la décennie suivante20. Par contre, le nombre total de publications est en nette augmentation : de 91 entre 1944 et 1969, il passe à 179 dans les années 70 et à 240 la décennie qui suit. Cette croissance s’explique surtout par la multiplication d’études locales et le désir d’anciens de transmettre leurs souvenirs une fois arrivés au seuil de leur vie. Comme par le passé, un certain nombre d’entre ces derniers se transforment en historiens. Mais cette production, où se distinguent tout de même les études de l’homme de presse démocrate chrétien William Ugeux (1909-1997), chef de réseau et haut responsable de la Sûreté de l’État à Londres sous l’Occupation, ne sort guère du schéma patriotique et organisationnel d’Henri Bernard. Ce dernier ne produit plus rien d’essentiel sur le sujet, préférant dès le milieu des années 70 publier sur la Résistance allemande et européenne. À vrai dire, plus rien de vraiment novateur ne paraît du côté francophone avant la fin de la décennie suivante.

39La production est encore plus pauvre du côté néerlandophone. Ainsi, sur les 419 publications recensées dans les années 70 et 80 par Steen et Laplasse, 132 seulement, soit moins d’un tiers, sont rédigées dans la langue de Vondel. Le pourcentage est plus élevé pour les mémoires et thèses (55 %), mais en nombre absolu cela ne représente tout de même que 17 travaux. Ceci dit, de timides progrès sont tout de même accomplis en Flandre dans les années 80. Ainsi, le nombre de contributions sur le sujet y passe de 51 dans les années 70 à 81 la décennie suivante. Par ailleurs, paraît en 1984 la première synthèse en néerlandais sur le thème depuis la traduction du Livre d’or de la Résistance belge en 1948. Œuvre de deux historiens néerlandophones du CREHSGM, Willem Meyers et Frans Selleslagh (1941-2008), au départ non spécialistes de la question, De vijand te lijf. De Belgen in het verzet a surtout le mérite de rendre accessible au public néerlandophone les connaissances engrangées par les chercheurs francophones depuis la fin des années 60.

  • 21 Herman Van De Vijver, Rudi Van Doorslaer et Étienne Verhoeyen, Het verzet (deel 2) (België in de T (...)

40La même année 1984, l’équipe de production Seconde Guerre mondiale de la télévision publique flamande (la BRT) réalise une première série de dix programmes sur la Résistance. Une seconde vague de huit émissions suit en 1987. Traité de manière nettement moins approfondie que la collaboration par exemple, le thème ne semble guère retenir l’attention du grand public. Il donne lieu à deux publications. La seconde est assez nova21. Pour la première fois en effet, la Résistance est analysée pour toute la période de l’Occupation en tenant compte des positions des différents courants politiques belges.

  • 22 Cf. Marnix Beyen et Philippe Destatte, Un autre pays. Nouvelle histoire de Belgique 1970-2000, Bru (...)

41Il n’empêche. Partie sur des bases prometteuses au tournant des années 60 et 70, l’historiographie de la Résistance marque très vite le pas, et ce malgré un cadre scientifique et documentaire a priori stimulant. Un tel constat renvoie à coup sûr à l’environnement sociétal. De la fin des années 60 au début des années 90, la Belgique, de réforme en réforme, évolue de plus en plus vers un État fédéral, stade qu’elle atteint en 1988-198922. Le rappel d’un combat mené avant tout pour la défense et l’unité du pays n’a que peu d’intérêt pour les forces centrifuges qui dominent alors le débat public. La tendance à l’éloignement est en effet manifeste, en Wallonie comme en Flandre.

  • 23 Cf. Chantal Kesteloot, « La Résistance : ciment d’une identité en Wallonie ? », dans La Résistance (...)

42Au Sud du pays, l’aspiration à l’autonomie économique se traduit à partir de la fin des années 60 par la création d’un parti régionaliste, le Rassemblement wallon (RW). Le succès rapide de la liste ne peut qu’interpeller la principale force politique régionale, le Parti socialiste. Ce dernier se radicalise peu à peu sur la question, pour au bout d’un peu plus d’une décennie absorber une grande partie de l’électorat du RW à la faveur de l’obtention de réformes institutionnelles substantielles en la matière. Il est difficile pour ce courant régionaliste d’évoquer la Résistance : pendant la guerre, le mouvement wallon, où se côtoyaient alors un certain nombre de socialistes et de libéraux, a bien publié des feuilles clandestines, mais c’était pour fustiger ce qu’il estimait être l’État belgo-flamand, pas pour combattre l’occupant. Le socialisme au Sud du pays ne se limite cependant pas à partir des années 70 à cette identification à la Wallonie. Une partie des militants est en effet avant tout sensible au combat pour la démocratie, dans la lignée de la lutte antifasciste. Mais eux aussi hésitent à revendiquer l’héritage de la Résistance, car ils savent qu’à gauche, celle-ci a surtout été le fait des communistes, qui se sont d’ailleurs accaparés son souvenir au lendemain de la guerre. Or, ces derniers, après s’être un peu redressés au milieu des années 60, retombent dans la marginalité dès la décennie suivante pour pratiquement disparaître du paysage politique au début des années 80. Ne restent dès lors plus pour se reconnaître dans le passé résistant, que certains milieux libéraux et catholiques surtout bruxellois. Et au fur et à mesure que la génération de guerre s’éteint et que le pays se fédéralise, même ce groupe éprouve de plus en plus de difficulté à percevoir l’utilité d’une telle démarche23.

43En Flandre, le combat que mènent à partir de la fin des années 50 les associations d’anciens résistants contre l’amnistie isole le groupe de la majorité des Flamands et entraîne le dénigrement de la lutte clandestine. L’image des résistants est en effet de plus en plus attachée à la répression des collaborateurs et au refus de clémence. Et comme l’idée se répand dans le milieu catholique dominant que les nationalistes flamands engagés dans la collaboration ont en quelque sorte été victimes de leur bonne foi, les collaborateurs se transforment dans les représentations collectives en victimes et les résistants en bourreaux. On comprend que dans un tel climat, une histoire scientifique de la Résistance soit extrêmement difficile. Les choses changent à partir des années 80, avec le début de la démystification de la collaboration. Cette remise en question est possible, car le mouvement flamand a moins besoin de se forger une image positive de ses années les plus sombres : il a alors pratiquement gagné le combat de l’autonomie de la Flandre.

Un nouveau souffle ? (1990-…)

  • 24 Victor Marquet, Contribution à l’histoire de l’Armée secrète 1940-1944, 6 fasc., Bruxelles, Pygmal (...)

44Les années 90 marquent la fin de la génération des acteurs-historiens de la résistance. Ceci dit, certains d’entre eux, comme Victor Marquet ou Fernand Strubbe (1921-2002), réalisent alors des études fouillées et très soucieuses d’esprit critique qui font encore aujourd’hui autorité, même si elles se focalisent plus sur l’action développée que sur les composantes socio-politiques des groupes examinés24.

  • 25 Merci à E. Verhoeyen d’avoir bien voulu répondre à nos questions. Courriel d’Étienne Verhoeyen à l (...)
  • 26 Étienne Verhoeyen, België bezet 1940-1944. Een synthese, Bruxelles, BRTN-Instructieve Omroep, 1993 (...)

45On peut classer dans le même genre les nombreuses contributions du journaliste Étienne Verhoeyen. Au départ attaché à la cellule de production Seconde Guerre mondiale de la BRT, il se passionne à partir de la fin des années 80 pour la Résistance25. Œuvrant plus comme un enquêteur que comme un spécialiste de la société en guerre, Verhoeyen livre dans ses multiples études sur les réseaux et les liaisons avec Londres un aperçu rigoureux du fonctionnement de la Résistance. Il n’est guère attiré par l’historiographie française, estimée par lui trop théorisante. Ce qui ne l’empêche pas d’aborder parfois la question des motivations ou celle de la composition sociale, politique et linguistique des groupes examinés. Ces apports se retrouvent dans les longs chapitres qu’il consacre à la Résistance dans une très utile synthèse sur l’Occupation publiée au début des années 90 à la demande de son employeur public26.

46La production prolifique d’Étienne Verhoeyen se retrouve aussi dans la série Jours de guerre, qui approfondit par écrit les thèmes traités lors de l’émission télévisée du même nom produite par la télévision publique francophone entre 1990 et 1995. Les 17 volumes de la série, édités entre 1990 et 2001, accordent d’ailleurs une large place à la Résistance : plus d’une vingtaine d’articles lui sont consacrés. Seuls quelques-uns d’entre eux sont vraiment nouveaux et l’approche est plutôt traditionnelle, mais l’initiative a le grand mérite de faire enfin connaître des pans entiers de l’histoire de la Résistance à un assez large public francophone. Si environ la moitié de ces contributions sont l’œuvre d’Étienne Verhoeyen et quelques-unes de Victor Marquet, les professionnels du métier sont également bien représentés.

47La décennie et les premières années du XXIe siècle sont, de fait, surtout marquées par un accroissement sans précédent de la production des (futurs) historiens. Ainsi, alors que le nombre total de publications se maintient (239 dans les années 90, 91 de 2000 à 2004), celui des mémoires et thèses, lui, explose : il passe de 17 dans les années 80 à 58 la décennie suivante pour se monter encore à 21 de 2000 à 2004.

48Ce développement doit beaucoup au patient travail de collecte et de mise à la disposition de multiples archives de la Résistance par le CREHSGM, ainsi qu’à l’augmentation constante de son crédit scientifique. Les universités sont d’autant plus heureuses de pouvoir confier une partie de leurs étudiants et de leurs chercheurs à l’institution que celle-ci est, à la suite de la communautarisation de la recherche, un des seuls lieux où désormais les historiens de tout le pays peuvent entretenir des contacts suivis.

49L’augmentation de l’attractivité du CRESHGM, et par conséquent de l’étude de la Résistance, thème qui a toujours été un de ses points forts, est aussi liée à la nomination de José Gotovitch comme directeur de l’établissement en 1988. Sans dédaigner la gestion de la documentation, ce dernier stimule l’activité scientifique du Centre en organisant plusieurs colloques, en particulier entre 1990 et 1995. Et si l’institution étend peu à peu son intérêt bien au-delà de la Seconde Guerre mondiale, celle-ci reste centrale comme l’attestent les deux grands colloques organisés autour de ce thème en 1990 et 1995. Au cours du premier, une des quatre sections est consacrée à « Une Résistance, des résistants ». La liste des orateurs, pour la plupart des historiens professionnels, et surtout la manière d’appréhender le phénomène marquent un tournant fondamental dans l’historiographie de la Résistance en Belgique. Il ne s’agit plus en effet d’abord d’analyser l’activité des organisations, mais bien de reconstituer les différents éléments du corps social qui participent à la lutte en tentant de comprendre ce qui pousse des personnes en de nombreux points très différentes à prendre part au même combat. En somme, le relais entre Henri Bernard et José Gotovitch est enfin passé.

  • 27 Intitulé « La Résistance et les Européens du Nord », il donnera lieu à la publication par le CREHS (...)

50L’ouverture d’une jeune génération de chercheurs aux perspectives ouvertes par le directeur du CREHSGM et professeur à l’ULB se traduit aussi par une attention plus soutenue aux modèles conceptuels proposés par les historiens français de la Résistance. José Gotovitch, qui entretient des contacts étroits avec ce monde, organise d’ailleurs à Bruxelles en 1994 un des six colloques mis sur pied par l’IHTP autour du thème « La Résistance et les Français27 ».

  • 28 La thèse sera publiée en 1999 à Mons par Hannonia sous le titre Du murmure au grondement. La Résis (...)
  • 29 Emmanuel Debruyne, La maison de verre. Agents et réseaux de renseignements en Belgique occupée, 19 (...)

51Si le CREHSGM, devenu en 1997 Centre d’études et de documentation Guerre et Sociétés contemporaines (CEGES) pour bien marquer sa volonté d’étendre son champ de réflexion à la problématique des crises et des conflits du XXe siècle, joue un rôle fédérateur essentiel dans l’historiographie de la Résistance, il a grand besoin de l’appui de personnes-relais dans les universités pour alimenter les réseaux de chercheurs. Ce rôle est évidemment rempli à l’ULB par José Gotovitch. À l’université de Liège, d’où provenait Jean Dujardin, le Centre peut compter sur l’appui de Francis Balace, spécialiste de la droite au XXe siècle, qui fournit d’ailleurs quelques contributions intéressantes à l’histoire de la Résistance à partir du début des années 90. Cette fonction est dévolue pendant de nombreuses années à l’Université catholique de Louvain à Jacques Lory. Comme beaucoup de catholiques francophones, il est très attentif à stimuler l’étude de la Résistance. C’est lui qui pousse l’auteur de ce texte à se lancer au début des années 80 dans le sujet et à poursuivre ses investigations dans le cadre d’une thèse de doctorat portant sur la Résistance dans le Hainaut, thèse soutenue en 199628. Jacques Lory est à la base d’une autre « vocation », celle d’Emmanuel Debruyne, qui présente en 2006 une thèse remarquée sur le monde du renseignement en Belgique occupée29.

  • 30 Publiée en 2003 à Bruxelles et Gand aux éditions VUBPress/Amsab sous le titre Van Verzet tot Koude (...)
  • 31 Sa thèse, défendue en 1996, est publiée en français à Bruxelles en 2003 chez Complexe sous le titr (...)
  • 32 Karolien Steen, op. cit.

52Mais ce qui est le plus frappant dans ces années 90 en dehors d’une certaine maturation de l’historiographie de la Résistance, c’est l’intérêt nouveau suscité par ce type de recherche dans les milieux universitaires flamands. De 2000 à 2004, le nombre de mémoires et de thèses sur la Résistance est même pour la première fois plus important en néerlandais (21) qu’en français (6). Le phénomène, peu perceptible à la Vrije Universiteit Brussel où Rik Hemmerijckx défend tout de même en 2000 une thèse sur le syndicat socialiste de la Résistance à la guerre froide30, et à la Katholieke Universiteit Leuven d’où provient malgré tout Pieter Lagrou, bien connu en France pour ses études sur les mémoires patriotiques31, l’est surtout à l’Universiteit Gent. Bruno De Wever y fait en effet mener depuis le début des années 90 de très nombreux mémoires de licence sur le sujet. Une thèse de doctorat sur la Résistance à Gand vient d’y être présentée en 200732 ; une autre sur Anvers devrait suivre. Si ces deux recherches ne dédaignent pas les modèles théoriques français, elles se basent surtout, par affinité culturelle et linguistique, sur des approches néerlandaises.

53Cet intérêt subit pour la Résistance de la part d’un professeur talentueux dont la grande spécialité est la collaboration dans les milieux nationalistes flamands pourrait de prime abord étonner. À nos yeux cependant, il n’a rien de surprenant. La victimisation des flamingants engagés dans la collaboration et son pendant négatif, le dénigrement de la minorité résistante, si utiles dans la lutte pour l’émancipation de la Flandre, sont devenus sans intérêt depuis la création de l’État fédéral à la fin des années 80. Pire même, ces orientations se sont transformées en armes dangereuses pour le nouveau pouvoir régional. En effet, elles ont facilité la montée en puissance d’un parti d’extrême droite, le Vlaams Belang, qui ne craint pas de se revendiquer de ce passé trouble. Pour De Wever, il est sans doute temps que la Flandre trouve d’autres modèles d’identification que les collaborateurs pronazis si elle veut endiguer la montée de l’extrême droite.

54Par un curieux retournement de l’histoire, la demande sociale vis-à-vis de l’histoire de la Résistance paraît ces dernières années être moins vive du côté francophone. C’est que si les édiles publics du Sud du pays se revendiquent volontiers de son héritage, ils préfèrent s’en tenir à cette image rassurante vis-à-vis de la Flandre et ne pas risquer, en approfondissant la question, d’être confrontés à une réalité moins sécurisante. Car, comme on l’a écrit, ceux qui pourraient le plus clairement se reconnaître dans la Résistance, les communistes et les belgicistes, sont, pour les premiers en voie d’extinction, et pour les seconds en net recul.

55Au terme de cette analyse, on ne peut qu’être frappé par les lourds handicaps qui ont pesé dès le lendemain de la guerre sur l’écriture de l’histoire de la Résistance en Belgique. L’ironie du sort veut que ce soient pourtant ces importantes fractures idéologiques et surtout culturelles qui ont indirectement permis à l’étude de la Seconde Guerre mondiale, et notamment de la Résistance, de démarrer à la fin des années 60. L’évolution de l’État belge a cependant une nouvelle fois compromis le développement des recherches sur la lutte clandestine au cours des années 70 et 80 avant que le nouvel équilibre trouvé au début des années 90 et la situation somme toute privilégiée acquise par le CREHSGM dans ce cadre n’autorisent une nouvelle embellie. Ceci dit, malgré l’intérêt récent, pour des raisons politiques, de certains scientifiques flamands envers ce thème, l’historiographie de la Résistance reste nettement plus lacunaire en Belgique qu’en France ; en outre, son avenir paraît bien plus incertain. Mais comment pourrait-il en être autrement dans un pays qui a perdu très vite ses fidèles communistes et dont surtout l’idée de Résistance renvoie d’abord non pas à l’unité de la Nation, mais au contraire à ses profondes déchirures ?

Notes

1 Cet aperçu emprunte principalement à Alain Colignon et José Gotovitch, « Du sang, de la sueur, de l’encre », dans Jours de paix (Jours de guerre, no 22-24), Bruxelles, Crédit communal, 2001, p. 101-126 ; Alain Colignon, « “Résistance” : un concept entre permanence et glissements », dans Les courants politiques et la Résistance : continuités ou ruptures ?, Luxembourg, Archives nationales, 2003, p. 276-301 et Karolien Steen [avec Jan Laplasse], « Een laatbloeier : de Belgische verzetshistoriografie », dans Karolien Steen, De schemerzone van een stad in oorlog. De evolutie van het verzet in Gent (1940-1944) : van ongestructureerde initiatieven tot georganiseerde verzetsbewegingen, Gand, thèse de doctorat en histoire, 2007, p. 75-82.

2 Les chiffres sont repris de Karolien Steen, op. cit., p. 76 et de Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse. Essai d’historiographie, Paris, Le Seuil, 2005, p. 12-13. Nous n’avons pas pris en considération les publications relatives à la France libre, les historiens belges ayant généralement l’habitude de ne pas considérer l’action de leur gouvernement à Londres comme de la résistance.

3 Ainsi, on pourrait rétorquer que, compte tenu du rapport de 1 à 5 en termes de population, l’écart n’est pas flagrant. Mais le nombre de publications françaises est certainement sous-évalué : d’abord, il est beaucoup plus facile de quadriller la production d’un pays dix-huit fois plus petit ; ensuite, la série belge a été constituée par deux chercheurs uniquement préoccupés de retrouver les publications relatives à la Résistance alors que la française a en grande partie été réalisée sur base de la Bibliographie annuelle de l’histoire de France ; enfin, des publications relatives à la France libre traitent des liens avec la Résistance intérieure et auraient donc aussi dû être comptabilisées.

4 Sur cet épisode, voir José Gotovitch, « Communistes et Résistants : les (en)jeux de dupes d’une libération », dans Jours de paix, op. cit., p. 49-99.

5 Extrait du procès-verbal de la réunion de la CHR du 22.12.1945, repris par José Gotovitch, Fonds Léo Lejeune, Bruxelles, Centre de recherches et d’études historiques de la Seconde Guerre mondiale, 1971, p. VI. Les pages III à IX de cet inventaire traitent en détail de la CHR.

6 Cf. Michel Dumoulin, Mark Van den Wijngaert et Vincent Dujardin (dir.), Léopold III, Bruxelles, Complexe, 2001.

7 Cf. Marnix Beyen, « “Elle est de plus en plus noire, la masse des flamingants”. Comment s’est forgée l’image de l’occupation et de la répression en Flandre, 1945-2000 », dans José Gotovitch et Chantal Kesteloot (dir.), Collaboration, répression. Un passé qui résiste, Bruxelles, Labor, 2002, p. 99-113.

8 Cf. Bruno De Wever, « Het verzet in de publieke herinnering in Vlaanderen », dans Tegendruk. De geheime pers tijdens de Tweede Wereldoorlog, Gand, Amsab-ISG/SOMA-CEGES/Erfgoedcel Stad Antwerpen/Stad Antwerpen/Universiteit Gent, 2004, p. 17-32.

9 George K. Tanham, Contribution à l’histoire de la résistance belge 1940-1944, Bruxelles, Presses universitaires de Bruxelles, 1971.

10 Cf. Vincent Dujardin et Michel Dumoulin, Nouvelle histoire de Belgique 1950-1970. L’union fait-elle toujours la force ?, Bruxelles, Le Cri-histoire, 2008.

11 Cf. Alain Colignon, « La Belgique, une patrie d’anciens combattants ? », dans Cahiers d’histoire du temps présent, no 3 (Nationalisme), Bruxelles, 1997, p. 115-142.

12 L’équivalent du CNRS.

13 Sur l’histoire du CREHSGM, voir outre les références citées à la note 1, Pieter Lagrou, « Historiographie de guerre et historiographie du temps présent : cadres institutionnels en Europe occidentale (1945-2000) », dans Bulletin du Comité international d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, no 30/31, Paris, 1999/2000, p. 191-215 et Dirk Martin, « Het Studie-en Documentatiecentrum Oorlog en Hedendaagse Maatschappij », dans Gita Deneckere et Bruno De Wever (dir.), Geschiedenis maken. Liber amicorum Herman Balthazar, Gand, Universiteit Gent – Vakgroep Nieuwste Geschiedenis/Amsab – Instituut voor Sociale Geschiedenis, 2003, p. 211-226.

14 Henri Buch, « La Résistance : l’expérience belge », dans Norberto Bobbio, Robert Bosc, Henri Buch et alii, La guerre et ses théories, Paris, PUF, 1970, p. 163-191.

15 Jules Gérard-Libois et José Gotovitch, L’an 40. La Belgique occupée, Bruxelles, CRISP, 1971. Voir à ce propos Chantal Kesteloot, « “Il ne s’agit pas ici d’un best-seller de qualité incertaine”. Quelques échos suscités par la parution de L’an 40 », dans Cahiers d’histoire du temps présent, no 15 (Hommage à José Gotovitch), Bruxelles, 2005, p. 13-28.

16 La thèse, défendue à l’ULB, s’intitule Le Parti Communiste de Belgique 1939-1944. Stratégie nationale et pratique locale : la Fédération bruxelloise. Elle sera publiée en 1992 aux éditions Labor sous le titre Du Rouge au Tricolore. Les Communistes belges de 1939 à 1944. Un aspect de l’histoire de la Résistance en Belgique.

17 José Gotovitch, « Photographie de la presse clandestine de 1940 », dans Cahiers d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, no 2, Bruxelles, 1972, p. 113-156.

18 Merci à J. Gotovitch d’avoir bien voulu répondre à nos questions. Courriel de José Gotovitch à l’auteur, 10.10.2007.

19 Toutes les citations de ce paragraphe sont tirées du courriel évoqué à la note précédente.

20 Le nombre assez élevé de travaux dans les années 60 tient essentiellement aux mémoires menés alors à l’ERM.

21 Herman Van De Vijver, Rudi Van Doorslaer et Étienne Verhoeyen, Het verzet (deel 2) (België in de Tweede Wereldoorlog, 6), Anvers/Amsterdam/Kapellen, DNB/Uitgeverij Pelckmans, 1988.

22 Cf. Marnix Beyen et Philippe Destatte, Un autre pays. Nouvelle histoire de Belgique 1970-2000, Bruxelles, Le Cri, 2009.

23 Cf. Chantal Kesteloot, « La Résistance : ciment d’une identité en Wallonie ? », dans La Résistance et les Européens du Nord, Bruxelles, CREHSGM, 1994, p. 406-418.

24 Victor Marquet, Contribution à l’histoire de l’Armée secrète 1940-1944, 6 fasc., Bruxelles, Pygmalion – Union des Fraternelles de l’Armée Secrète, 1991-1995. Fernand Strubbe, Geheime oorlog 40/45. De inlichtings-en actiediensten in België, Tielt, Lannoo, 1992. Les deux ouvrages sont traduits dans l’autre langue nationale.

25 Merci à E. Verhoeyen d’avoir bien voulu répondre à nos questions. Courriel d’Étienne Verhoeyen à l’auteur, 19.9.2007.

26 Étienne Verhoeyen, België bezet 1940-1944. Een synthese, Bruxelles, BRTN-Instructieve Omroep, 1993. Le livre sera publié en 1994 en français aux éditions De Boeck Université sous le titre La Belgique occupée. De l’an 40 à la Libération.

27 Intitulé « La Résistance et les Européens du Nord », il donnera lieu à la publication par le CREHSGM d’un volume d’actes en 1994 et d’un second en 1996.

28 La thèse sera publiée en 1999 à Mons par Hannonia sous le titre Du murmure au grondement. La Résistance politique et idéologique dans la province de Hainaut pendant la Seconde Guerre mondiale (mai 1940-septembre 1944).

29 Emmanuel Debruyne, La maison de verre. Agents et réseaux de renseignements en Belgique occupée, 1940-1944, Louvain-la-Neuve, 2006. La thèse sera publiée en 2008 à Bruxelles aux éditions Racine sous le titre La guerre secrète des espions belges 1940-1944.

30 Publiée en 2003 à Bruxelles et Gand aux éditions VUBPress/Amsab sous le titre Van Verzet tot Koude Oorlog, 1940-1949 : machtsstrijd om het ABVV.

31 Sa thèse, défendue en 1996, est publiée en français à Bruxelles en 2003 chez Complexe sous le titre Mémoires patriotiques et occupation nazie. Résistants, requis et déportés en Europe occidentale, 1945-1965. Pieter Lagrou travaille quelque temps à l’IHTP avant de devenir professeur à l’ULB.

32 Karolien Steen, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540